Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

[FINI] Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

février 05, 2012, 04:25:27 pm

Tekhos était une ville grouillante, une immense cité infernale où des dizaines de milliers d’âmes au moins barbotaient dans d’immenses gratte-ciel, des tours de métal et de béton se plantant dans le ciel comme d’immenses doigts dressés en l’air. Un endroit qui était séparé du conflit entre Nexus et Ashanrd, officiellement neutre, mais qui n’était pour autant pas forcément hostile, ni à Nexus, ni à Ashnard. C’était précisément pour affaires que Mélinda se trouvait dans cette ville. Plus précisément, elle se tenait dans une boîte de nuit tekhan, au nom très inspiré : le « Crecirium ». Difficile de dire quel ingénieur névrosé avait trouvé un tel nom pour une boîte de nuit, mais on pouvait dire que le « Crecirium » tenait ses promesses. Plusieurs couloirs permettaient d’entrer dans le cœur de la boîte de nuit, une grande salle cylindrique découpée sur plusieurs étages, s’articulant autour d’un pilier central multicolore. Dans une ambiance généralement lumineuse, mais qui laissait parfois des stroboscopes hypnotiques, on accédait à chaque étage, inférieur ou supérieur, par des escaliers transparents et lumineux, les rampes étant parcourus de diodes électroluminescentes. Une ambiance électrique, servie par des musiques sourdes et tonitruantes. Mélinda ne tarda pas à trouver l’ambiance abrutissante pour ses pauvres neurones, mais n’en laissa rien parler.

Elle portait des vêtements souples et amples. Pas sa longue robe qu’elle mettait dans son harem, mais un vêtement qui lui permettait de se fondre dans la masse : une combinaison moulante en cuir, avec une petite cape, pour illustrer qu’elle n’était tout de même pas une vulgaire danseuse. Un vêtement qui lui permettait de facilement ployer les genoux et de se battre, si jamais elle était attaquée. Tekhos était une ville dangereuse, après tout, comme n’importe quelle grande cité, et elle comptait sur la présence de son frère, Bran, pour inciter les plus téméraires à éviter de les attaquer. Plusieurs femmes avaient tenté de lui acheter Bran, le trouvant beau, ce qu’il était, mais Bran était le petit plaisir personnel de Mélinda, et elle l’utilisait surtout comme garde du corps.

Mélinda, sans surprise, remarqua rapidement que la plupart des Tekhanes portaient des combinaisons assez semblables à la sienne, ou des vêtements assez courts. Elle mont avers les étages, regardant silencieusement les gardes, des femmes engoncées dans de solides armures. Certaines étaient relativement laides, et fixaient avec des regards mauvais ceux qui s’approchaient d’elles. Aucun doute, on était bien dans une boîte dirigée par une femme peu recommandable. En l’espèce, il s’agissait d’une femme, Andréa T’soni. Une femme de pouvoir, qui était impliqué dans une énorme mafia qui reliait Ashnard, Nexus, et Tekhos. Mélinda recherchait des esclaves tekhanes afin de diversifier son harem, et surtout satisfaire à une commande émanant d’un puissant client de l’Empire : lui trouver une Tekhane.

« Mme T’soni va vous recevoir, lança une femme, près de l’escalier menant au dernier étage. Mais elle ne veut pas de votre esclave, ajouta la garde en regardant Bran.
 -  Assieds-toi dans un coin et attends-moi », dit-elle à l’intention de Bran.

Ce dernier obtempéra silencieusement, et la garde, une femme dans une armure noirâtre, s’écarta. Mélinda entra dans une petite loge en verre, surplombant la boîte de nuit, et ne tarda pas à voir Andréa T’soni. Une femme qui avait la quarantaine bien tassée, et utilisait la chirurgie esthétique et des implants pour masquer ses rides. Une femme fatale, qui avait des talons aiguilles, un regard acéré, et qui tenait entre ses mains gantées deux objets de désir. Le premier était un verre à pied comprenant de l’alcool, le second était une chaîne reliant le cou de deux esclaves masculins, nus, qui léchaient ses aiguilles. A Tekhos, avoir des hommes comme esclaves ne posait qu’une légère difficulté. Les femmes, en revanche, c’était autre chose, et, pour avoir une Tekhane à son service, Mélinda avait du se tourner vers le marché noir.

« Vous faites plus jeune que ce vous êtes réellement, Madame Warren, lança Andréa.
 -  Je vous retourne le compliment, Miss T’soni. »

Sans attendre une invitation, Mélinda s’assit sur un fauteuil en cuir, devant André T’soni. Entre elles, il y avait une petite table en verre transparent, avec des bouteilles d’alcool. Deux femmes étaient dans les coin, deux beautés jumelles, probablement les gardes du corps d’Andréa, ainsi que ses fantasmes sexuels. Il suffit simplement à Mélinda d’utiliser ses instincts vampiriques pour comprendre que les deux jumelles étaient dans un état d’excitation prononcé. Contrairement aux autres gardes, elles ne portaient pas d’armures, simplement des combinaisons moulantes, avec probablement des ceintures spéciales à hauteur du bassin, et des godes enfoncés dans leurs parties intimes. Quelques gouttes de sueur coulaient sur leurs visages, et Mélinda ne s’y intéressa pas plus longtemps. Andréa T’soni était une ancienne actrice pornographique, après tout.

« Vous avez ce que j’ai demandé ? lança brusquement Mélinda.
 -  Ne soyez pas aussi pressée, Madame Warren, répliqua Andréa en souriant. N’arrachez pas à mes yeux si rapidement la belle vue de votre corps. Vous voulez un verre de champagne ? Il est très bon…
 -  Je ne voudrais pas vous froisser en refusant…
 -  Mara ! Sers-là ! intima-t-elle à l’une de ses deux femmes, qui obtempéra rapidement. J’espère que Tekhos vous plaît… »

Mélinda ravala sa frustration en buvant. Au moins le champagne n’était pas empoisonné. Andréa lui parlait en souriant, et s’arrêtait de temps en temps, appuyant sur un bouton d’une télécommandée posée à côté d’elle, électrocutant ses deux laquais prostrés à ses pieds. La vampire ne se doutait pas qu’Andréa T’soni était en train de lui faire perdre du temps, en attendant une intervention des forces de l’ordre. Vendre une esclave, même tekhane, ça ne rapportait pas grand-chose. En revanche, vendre une vampire esclavagiste d’Ashnard aux Celkhans, c’était bien plus lucratif. Elle n’avait même pas cherché à empoisonner le verre de champagne, sachant que la vampire l’aurait ressenti, et se contentait de parler en attendant ladite intervention.
« Modifié: mars 10, 2015, 02:10:24 am par Princesse Alice Korvander »

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 1 février 05, 2012, 10:05:46 pm

Leur mission annihilation de l'esclavage sur Terra pourrait bien prendre un bon coup de pied au cul pour se rapprocher de cette utopie de voir un monde ou aucune personne ne serait un esclave servait une personne odieuse. En effet, bien que les Celkhanes tombent en ce moment dans une routine à trouver et éliminer si besoin des vendeurs d'esclaves qui en possèdent même pas cinq – ce qui est quand même déjà beaucoup – les soldates de l'archipel céleste étaient sur un gros coup comme on dit! En effet, leur première mission avait déboulé sur une seconde bien plus intéressante. À l'origine, ses femmes alliées à Tekhos se serraient les coudes et bien que les esclaves sont peu nombreux dans ce pays – comparé aux restes du monde – il en restait encore quelques courageuses qui osait défier ses femmes! Et l'une d'elles fut trouvé! Une riche personne qui ne se prive pas d'avoir encore des esclaves sous sa botte quitte à les exhiber dans des endroits à l'abri des regards de la sécurité. Que ce soit dans des bordels à eux, des boites de nuits ou un lieu totalement anodin en apparence, les riches ne se privaient pas d'acheter ce genre de bâtiments pour cacher leurs « jouets » ou se faire un peu plus d'argent en invitant des clients dedans mais ça, c'est du proxénétisme mais ça en revient au même.

La cible du jour fut une certaine Andréa T'sonir et son passé n'était pas si propre que ça. Ancienne actrice – même vedette – de films pornographiques, cette dernière à quitter sa carrière quelques années auparavant et elle fut prise plusieurs fois avec des esclaves, trafic de personnes et autres infractions qui ne regardaient pas les Celkhanes par contre. Le fait qu'elle soit encore là prouvait qu'elle avait dû acheter les juges ou corrompre certaines autorités pour en arrivée là. Hélas pour elle, les Celkhanes se fichent bien de l'argent, du pouvoir et ce qui les importent est seulement la libération des gens exploités. La mission pour l'arrêter dut un véritable succès, sans aucune bavure, rien! Mais lorsque le fusil de Suki était pointé sous sa gorge, ce fut une véritable mine d'informations qu'elle avait déversée sur elle. Parlant de ses clients/es, ses petites affaires, ses amis esclavagistes. Elle avait même cité le nom d'une cliente qui méritait son attention. Mélinda Warren. Cette dernière devait passer d'ici quelques jours pour lui acheter une tékhane. Bien que l'envie de lui trouer la tête soit assez puissante, elle avait une raison de la laisser en vie et de lui faire croire qu'elle s'en tira avec un avertissement seulement. Non, mettre la proie pour éviter les erreurs de sa part. Elle laissa donc la vie sauve à cette femme le temps de mettre la main sur cette vampire vendeuse et acheteuse d'esclave. Selon les rapports lus sur elle, la vampire avait un bordel sur Terra – localisation inconnue pour le moment – où bon nombre de personnes riche venaient profiter de ses pauvres personnes.

Suki et son escouade avaient d'ors et déjà libéré la plupart des esclaves en laissant certaines sous un faux statut d'esclaves pour qu'elles puissent jouer leurs rôles à la perfection. Durant ses quelques jours, elles veillaient sur Andréa et réfléchissaient à un plan pour attraper cette vampire! Question stratégie, Suki était loin d'être inutile et avait trouvé un plan qui allait mettre fin au règne de cette femme-vampire et la foutre sous les barreaux ou sous terre si elle s'amuse à jouer les fortes têtes. Le plan était assez simple en plus pour que cette tékhane ne commette aucune boulette et participe au bon déroulement du plan. L'opération se déroulera dans la boite de nuit comme prévu entre ses deux monstres vendeuses d'humains. Dans la salle privée d'Andréa, elle aura la mission de la mettre en confiance et de baisser sa garde tandis que Suki et son escouade « Clear Snipe » encerclera la vampire en lui laissant aucun moyen de fuir. Andréa et quelques soldates Tékhos sous couverture jouerons les employé de cette dernière au cas où elle ne viendrait pas seule. Les rapports indiquent d'ailleurs qu'elle a toujours un homme à ses basques et il lui servait de garde du corps donc méfiance. Si elles pouvaient le séparer de Mélinda, ça serait parfait! Après quelques répétitions de l'opération avec Andréa – puisqu'elle était la moins expérimentée pour ce genre de chose – tout devait bien se dérouler.

Quand vint enfin le jour J, tout était en place. Andréa dans son bureau avec quelques esclaves bientôt vraiment libres, des soldates Tékhos dans toutes la boite, Suki et son escouade cachés un peu partout dans la boite. Leurs armes étaient en sécurité dans les locaux pendant qu'elles se faisaient passer pour de simples clientes. Quand la vampire sera là, l'opération débutera et chacune sera à son poste. Hélas, comme le bureau n'était pas très grand, seule une seule de ses recrues sera avec elle, caché quelque part pour débusquer la vampire. Les renforts arriveront lorsque son signal sera donné! Autant choisir la meilleure de ses femmes pour la soutenir et ce sera Kairi. Presque aussi doué que son Capitaine et Lieutenant en chef de l'armée Celkhane! Oui, presque car peu de filles sont plus fortes qu'elle. Le talent n'est pas si simplement distribué après tout.

Suki était caché derrière une des portes de la pièce qui menait normalement dans une ancienne pièce qui devait servir de salon privé et il en était de pour Kairi. Chacune des Celkhanes dans la boite de nuit avait une oreillette et entendait tout ce que Suki pourrait leur dire, elle, elle entendait très bien leur conversation qui débutait bien, aucune erreur pour le moment! Les autres femmes dans la boite devaient déjà se préparer en prenant leurs armes et se poster aux endroits indiqués sans pour autant mettre la puce à l'oreille de l'esclave du vampire. S'il lui servait de garde du corps, c'est qu'il n'était pas inutile. La conversation battait son plein et quand Suki jugea le moment opportun, elle donna le signal à ses femmes et elle sortit de la pièce en même temps que Kairi. Cette dernière fut la plus proche du vampire et Suki étaient plus proche de la sortie et donc, derrière elle. Elle avait jugé que sa première réaction serait de vouloir prendre la fuite, comme beaucoup de malfrat. Leur fusil d'assaut pointé sur la vampire, elle était faite comme un rat ou plutôt, une chauve-souris!

« Bouge pas, Mélinda! Dorénavant, ton petit manège est terminé et ta gagner une jolie place dans un cachot! En plus, ta gagner une jolie paire de bracelets mais ne nous remercie pas, c'est la maison qui offre! »

Confiante? Oui, l'échec lui était un mot inconnu après toutes les missions qu'elle avait mené avec succès. Il n'était pas impossible qu'elle décide de jouer les fortes têtes mais ça ne durera pas longtemps car elle n'était pas la Chef de cette section pour rien. Corps-à-corps, armes en tout genre et même magie, elle se débrouillait bien et serait prête à lui prouver.

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 2 février 05, 2012, 10:56:30 pm

« Vous savez, Tekhos est un endroit merveilleux. Caelestis, notamment, est un archipel plein de beauté…
 -  Je ne pense pas que des Celkhanes luttant contre l’esclavage accepteraient de bonté de cœur la présence d’une esclavagiste, justement, dans leurs rangs.
 -  Croyez pourtant que… »

Sentant sa patience s’envoler, Mélinda promena ses doigts griffus sur la table. A quoi donc jouait Andréa ? Diable, si Mélinda voulait à ce point discuter, elle n’avait qu’à aller à Seikusu, et assister à un cours ! Elle venait ici pour acheter une esclave, pas pour affronter une espèce de guide touristique ! Andréa reprit, parlant de Caelestis, et ces divagations amenèrent progressivement la puce à l’oreille de Mélinda. Un vendeur qui parlait peu, c’était une vendeur suspect. Néanmoins, un vendeur qui parlait trop, c’était quelqu’un qui attendait quelque chose. Andréa se débrouillait pour mélanger la conversation inutile à des paroles utiles, l’assurant que son esclave était en route, mais qu’il fallait attendre, « eu égard aux protocoles de sécurité en vigueur sur Tekhos ». Mentionner ces « protocoles de sécurité » l’amenait justement à évoquer la « politique ségrégationniste tekhane », les actions d’organisations terroristes militant pour le respect des hommes, et d’autres fadaises qui lassaient profondément Mélinda. Qu’on aille droit au but, c’est tout ce qu’elle demandait !

*Ne la tue pas, ne la tue pas, concentre-toi, calme-toi… Là, fais-lui un beau sourire, voilà… Foutue salope, si je n’avais pas besoin d’une esclave, il y a longtemps que je t’aurais balancé par la vitre…*

La vampire offrit son sourire le plus poli, alors qu’elle refusait un autre verre de champagne. Tekhos… C’était vraiment un cauchemar, de faire du commerce ici ! Au moins, tout était plus rapide à Ashnard. Andréa continuait à parler, et Mélinda décida de l’interrompre.

« Peut-être devriez-vous rappeler votre homme, pour savoir où se trouve mon article ? » proposa Mélinda.

C’est à cet instant qu’une porte s’ouvrit brutalement, et que deux femmes débarquèrent, pointant des armes tekhanes sur la tête de Mélinda, qui haussa imperceptiblement les sourcils. Une petite beauté à sa gauche, pointant presque son arme sur son front, et une autre près de la porte de sortie. Andréa ne semblait nullement surprise, et Mélinda, si elle ne l’était qu’à moitié, dissimulait plutôt bien son emprise. Elle était après tout une vendeuse d’esclaves dans les hautes sphères d’Ashnard. Comme le voulait un usage commercial ashnardien, une bonne affaire impliquait toujours plusieurs morts.

« Bouge pas, Mélinda ! »

Première nouvelle : on connaissait son nom. D’un coup d’œil, Mélinda regarda la femme qui venait de parler, celle qui était près de la porte. Elle était visiblement la leader, vu qu’elle parlait. Le fait qu’elle connaisse son nom indiquait qu’Andréa l’avait vendu, et probablement aux Celkhanes, qui étaient les mieux placées pour vouloir capturer une esclavagiste.

« Dorénavant, ton petit manège est terminé et ta gagner une jolie place dans un cachot! En plus, ta gagner une jolie paire de bracelets mais ne nous remercie pas, c'est la maison qui offre! »

Mélinda regarda Andréa, qui écarta les bras, avant de se justifier.

« Elles m’ont fait une offre que je ne pouvais pas refuser : une remise de peine. Le monde des affaires est impitoyable…
 -  Vous n’avez pas idée… répliqua Mélinda en souriant lentement, dévoilant ses canines pointues. ’Pas la moindre idée… »

On entendit un bruit violent dehors. Bran se débattait, et venait de bondir sur l’un des gardes. Mélinda avait machinalement posé ses mains sur les rebords de son dossier, serrant les poings, enfonçant ses griffes dans sa paume, faisant couler quelques gouttes de sang. Son frère réagit en circonstance. Il était depuis longtemps parti de l’escalier, et faisait mine de séduire une femme. Contrairement au commun des mortels, les vampires disposaient d’un sens qui leur permettait d’éviter d’être surpris : un sens sanguin. Mélinda n’avait pas vu ces deux beautés, mais avait entendu le sang battre dans leurs veines bien avant qu’elles ne débarquent, et Bran avait, à travers la manière dont le sang battait dans les veines des femmes, senti celles qui n’étaient pas vraiment là pour danser ou trouver des aventures d’un soir. Il subsistait toujours une possibilité de risques, mais, en l’espèce, Bran avait été abordé par une Celkhane infiltrée, et l’avait invité à boire. Le vampire avait accepté, et, quand Mélinda avait planté ses griffes dans sa paume, il avait senti ce sang, et comprit qu’il devait agir. Il avait alors saisi une bouteille se trouvant à proximité, et l’avait fracassé sur la tête de la Celkhane, avant de récupérer l’arme que cette dernière dissimulait, et la balancer sur le sol, puis ouvrir machinalement le feu sur les premières femmes qu’il avait vu. Il avait ensuite visé la loge, et tiré. Les vitres étaient blindées, mais les balles explosèrent dessus, surprenant les femmes qui la tenaient en joute, notamment celle qui était à côté d’elle. Elle détourna les yeux, détourna son attention de Mélinda pendant une seconde de trop, une seconde qui fut suffisante pour que Mélinda bondisse de son fauteuil.

Elle posa une main sur le canon de l’arme, et se servit de l’autre main pour sauter dans les airs, faisant preuve d’une excellente agilité alors que la femme appuya sur la gâchette, pulvérisant le fauteuil. Mélinda sauta au-dessus d’elle, atterrissant derrière elle, et plaqua sa main sur sa gorge, utilisant l’autre pour la placer à hauteur de ses fesses, en serrant une, avant de faire jaillir ses griffes, touchant au plus près la peau fraîche de la femme. Son corps se trouvait entre Mélinda et sa geste.

« Un mouvement brusque, et je t’égorge, ma beauté. Tu apprendras qu’on ne braque pas une vampire comme un vulgaire délinquant. Vous croyiez vraiment pouvoir surprendre un chasseur né, mes chéries ? » ne put-elle s’empêcher de les narguer.

Des coups de feu résonnaient dans la boîte de nuit, et Mélinda planta alors ses dents dans la gorge de la femme, et absorba un peu de son sang, avant de lui lécher la nuque.

« J’ai ton sang dans mon corps, ma belle. Attends-toi à me revoir sous peu. Personne ne me braque impunément, petite pute. Et personne, personne… PERSONNE NE SE FOUT DE MOI ! » clama-t-elle en regardant Andréa.

Elle poussa, faisant preuve de cette force propre aux vampires, la jeune femme vers sa chef, et profita de ce bref bouclier pour bondir vers la femme. Un cri de terreur se mit à naître dans la gorge d’Andréa, mais elle n’eut jamais le temps de le pousser. Mélinda l’attrapa à la gorge, alors que les détonations explosèrent dans la pièce. Elle souleva comme un fétu de paille le corps de la femme, et l’envoya passer à travers la vitre. Affaiblie par les tirs de Bran, la vitre ne résista pas à la force de Mélinda, et elle bondit, balançant Andréa. Cette dernière alla s’écraser contre le pilier central, et son corps fut traversé de courants électriques à haute tension. Elle se tortilla, alors que sa belle peau se mit à craqueler, à s’enflammer. Son corps se mit à fumer, et la surcharge électrique provoqua une surtension. Le générateur principal du « Crecirium » se coupa brutalement, plongeant la pièce dans le silence, les hurlements, et une obscurité ambiante.

Malheureusement pour les Tekhanes, un vampire avait la faculté de voir dans la nuit. Mélinda se reçut élégamment sur une danseuse, et planta ses crocs dans sa gorge, avalant rapidement son sang. Bran tirait aveuglément sur la foule, essayant de provoquer un mouvement de panique, et sa sœur ne tarda pas à le rejoindre.

« On se casse ! La salope a payé le prix de sa trahison ! »

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 3 février 07, 2012, 06:22:17 pm

Une prise en or! Deux esclavagistes pour le prix d'une! Bien que ce ne soit que deux cibles, Terra sera plus tranquille avec ses femmes en moins pour diriger des pauvres esclaves. Suki continuait de garder son arme sur Mélinda tandis que Kairi en faisait de même en observant aussi Andréa. Il ne faudrait pas cette dernière ne décide d'aider une de ses clientes pour avoir la vie sauve de la part de la vampire. Il est vrai que la tékhane avait paniqué en voyant le regard de sa cliente braqué sur elle. Via la liaison radio des oreillettes, Motoko gardait un œil – ou plutôt une oreille – sur la situation dans la boite et tout allait bien pour le moment. Chacune des Celkhanes prenait leurs postes comme prévu même si dans les secondes qui suivirent, l'une d'elle fut assommé à coups de bouteille et la panique s'en suivi. Cette simple femme assommée n'avait pas semer la panique chez la population, non, ce fut le garde du corps de Mélinda qui avait pris son arme et c'était débarrasser des deux thékanes près de l'entrée, créant ainsi la panique! La vitre blindée de la pièce fut aussi pris pour cible mais Suki fut distrait même pas une seconde. Elle savait qu'elle ne risquait rien avec ce blindage mais on ne sait jamais, ce type avait peut-être des munitions en plus. Mais d'ailleurs, pourquoi ses connes tiraient par ici? Surement le garde du corps qui s'en était pris à une de ses soldates.

Ce petit manège avait permis à Mélinda de quitter son fauteuil pour s'en prendre à Kairi qui, dans la panique, avait tenté de l'abattre mais ce fut son fauteuil qui avait pris. Gardant sa meilleure recrue entre ses pattes, cette vampire fut plus rusé que prévu puisqu'elle avait un otage à présent. Certes, ce n'était pas Kairi la priorité mais la mission mais elle ne voulait pas perdre ses recrues, surtout pas à cause d'elle! Suki gardait son arme braquée sur sa cible, la tête surtout vu qu'il y avait que ça qui était le plus visible chez la vampire mais cette connasse risquait de s'en prendre à Kairi... foutue vampire! Et l'agitation qui ne cessait pas en bas! Suki se doutait que Motoko devait tenter de mettre de l'ordre dans ce foutoir et tant qu'elle n'est pas prévenu, c'est que la situation n'était pas très grave. Mais lorsque l'esclavagiste planta ses crocs dans le cou de sa recrue, elle pointa son arme vers elle en la menaçant.

« Lâche là tout de suite conasse! »

Mais cette femme continuait de les narguer en léchant la nuque de son élève en continuant d'avoir sa vie entre les mains. Bien qu'elle fasse de son mieux pour garder son calme, Suki avait peur que sous la colère, Mélinda ne la tue que pour se venger d'avoir été piéger. Elle balança Kairi vers Suki qui n'avait d'autres choix que de ne plus braqué son arme vers elle pour ne pas la blesser. Cela lui avait permis de fuir en emportant Andréa avec elle. Suki n'était pas une spécialiste des relations entre vendeurs d'esclaves, mais ça serait étonnant de la voir quitter ce lieu avec Andréa, pas vivante en tout cas! Juste après, le noir complet, le silence très rapidement suivit des cris de la foule, de la peur, la panique. Tenant Kairi près d'elle sans pour autant y voir grand-chose, elle contacta Motoko en appuyant sur un bouton sur l'oreillette de son oreille pour lui faire un bref rapport de la situation et en donnant les consignes pour sa troupe.

« Motoko, ici Suki Tetsuhiko. Mélinda Warren s'est enfuie, surement avec son garde du corps. Elle a tué Andréa T'sonir durant sa fuite donc l'opération est annulé ici! Ordonnes aux troupes de calmer la foule, aider les blessés et éviter les mouvements de panique! »
« Reçut, je me charge de ça de suite! »

Suki n'y voyait pas grand-chose mais elle pouvait voir sa recrue qui était à ses jambes, elle était consciente mais surement choquer par la tournure des événements. Loin d'être tendre même avec ses recrues, elle tenta quand même de la rassurer un peu en lui caressant doucement la joue en se baissant, observant du mieux qu'elle pouvait la blessure à son cou. Cette conasse lui avait vraiment bu son sang? Foutu monstre!

« Tout va bien, tu peux m'accompagner ou tu souhaites que je signale que tu a besoin d'aide? »
« Ça ira Lieutenant... Je vais m'en remettre. Je suis prête à vous suivre et obéir à vos ordres, Lieutenant! »

Suki sourit en gardant son regard sérieux quand même. Elle ignorait pour le moment s'il y avait des morts dans la foule ou ses soldates mais elle ne devrait pas tarder à en être informé. Elle l'aida à se relever en se dirigeant vers la sortie, n'hésitant pas à se faire un chemin à travers la masse de femmes principalement, angoissée par ce qui venait de se passé. Elle profita d'avoir les premières nouvelles via Motoko pour avoir d'autres informations supplémentaires qui l'inquiétaient.

« Que connais-tu des vampires Motoko? »
« Ha? Euh... Ce sont des créatures de nuit surtout qui... »
« Évite-moi de me lire la définition et je veux des informations sûres, pas des rumeurs! Tss... tu saurais si l'histoire des morsures est véridique? »
« Vous avez été mordu Lieutenant? »
« Te fout pas de moi, je t'ai posé une question! »
« Et bien... j'ignore si cela est vrai mais de ce que je sais, les vampires peuvent simplement mordre une proie pour se nourrir ou pour en faire un de leurs fidèles... C'est tout ce que je sais... »
« Putain de merde! »

Elle coupa le signal aussitôt, elle espérait ne pas avoir parlé trop fort pour ne pas inquiéter Kairi qui la suivait de près. Elle espérait vraiment que cette folle n'avait pris que son sang, qu'elle n'avait pas tenté d'en faire une fanatique des créatures de la nuit. Sortis de la boite de nuit, plusieurs choix s'offraient à elles mais une chance que Suki avait ses lunettes spéciales sur elle. Selon son mode de vision, elle le mit sur une vision permettant de voir sur le sol les récentes traces de pas et bien que quelques clientes avaient quitté l'établissement après les coups de feu, deux semblaient presque synchronisé au niveau des traces et étaient même seuls à se diriger dans cette direction, côte à côte. C'était une piste à suivre! Suki donna les indications à suivre, fusil en mode Sniper, et lorsque les traces se firent de plus en plus récente, elle fit signe d'occuper une partie du trottoir camouflé derrière un banc, Suki, derrière une poubelle. Avec de simples signes de la main, elle lui avait fait comprendre de, tirer, rotule, droite, toi, homme, dans dix secondes. Suki avait Mélinda en viseur quand à Kairi, elle avait son garde du corps masculin. Chacune prête à faire feu... Patientant gentiment le moment où les tirs se feront entendre... En même temps, les deux Celkhanes avaient tiré mais arriveront-elles à arrêter la progression de ses deux individus? Les vampires ne sont pas à prendre à la légère après tout...

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 4 février 08, 2012, 09:29:19 am

Elle avait le sang de cette jeune femme dans la bouche. Un sang délicieux, indiscutablement. Elle se pourléchait les babines alors qu’elle quittait tranquillement, profitant de la confusion, la boîte de nuit. Elle avait tué une traîtresse, et était donc assez satisfaite d’elle-même. En soi, la Celkhane ne craignait rien. Tant qu’un vampire n’injectait pas son propre sang dans l’organisme d’une cible, elle ne risquait pas d’être vampirisée, et, en l’espèce, Mélinda s’était contentée de prendre seulement suffisamment de sang pour pouvoir aisément repérer la Celkhane, et permettre de l’identifier parmi tant d’autres femmes. Mélinda sortit tranquillement de la boîte de nuit, entendant les sirènes au loin, et s’avança le long d’un trottoir, traversant une ruelle pour s’éloigner. Elle remarqua alors que Bran avait eu une érection. Il avait tué, après tout. Chez lui, tuer des gens était un objet de fantasme. Son frère avait toujours été particulièrement cruel.

« Tâche de te contrôler… Nous rentrons à l’appartement. »

Avant de retourner à Ashnard, Mélinda comptait bien honorer la promesse qu’elle avait faite à la Celkhane, et la retrouver. Avec Bran, elle avança le long d’un grand boulevard animé, près d’une station de métro. Le moyen le plus rapide de rejoindre l’autre partie de Tekhos, où elle avait un logement. Elle marcha vers ce logement, quand elle capta un sang particulier, qui fit frémir ses narines. La Celkhane l’avait poursuivi. Est-ce qu’elles étaient tout simplement idiotes, ou trop arrogantes pour comprendre qu’elles ne pouvaient rien faire contre Mélinda ? Elle identifia un autre système sanguin excité et concentré à côté de la jeune Celkhane, et comprit en moins de deux ou trois secondes qu’elles étaient deux. Chacune devait les braquer dans le dos, prêtes à faire feu, et un sourire naquit sur les lèvres de Mélinda. Elles tireraient au milieu de la foule ? Les Tekhanes étaient nombreuses ici, parlant dans des téléphones, parlant entre elles. Mélinda s’approcha d’une belle Tekhane, et, sans prévenir, bondit sur elle pour l’embrasser, l’orientant de manière à la placer entre elle et le fusil.

« Mais qu’est-ce que… ?! » s’exclama l’une de ses amie,s avant que Bran ne l’embrasse également.

On entendit immédiatement des cris, notamment sur Bran. Certaines femmes hurlèrent au viol, et l’une brandit une arme vers lui. Une espèce de taser, mais Bran, la voyant, tendit une main pour saisir le poignet de la Tekhane, le serrant douloureusement, la forçant à lâcher son arme, tandis que Mélinda, s’enroulant sur la Tekhane, l’embrassant fougueusement, se tendit soudain d’un coup, et poussa cette dernière, se servant de son corps pour bondir en l’air. Elle posa une main sur la tête d’une Tekhane, s’appuyant dessus, et atterrit derrière elle, sentant les coups de feu tandis qu’elle se dirigeait vers la station de métro. Une balle atteignit malheureusement Bras dans le dos, au niveau de l’omoplate gauche, et il glissa sur l’escalier, tombant en roulant le long des marches translucides, sous les cris paniqués des citadins. Mélinda évitait soigneusement les Tekhanes, et Bran entreprit de se relever, sonné.

« Hey ! s’exclama une femme. Arrêtez-vous immédiatement! »

Des agentes de sécurité, dans des uniformes assez sexy, avec des casques sur la tête. Elles dégainèrent leurs pistolets, et avancèrent vers Mélinda, qui bondit entre les portiques de sécurité et de paiement, descendant les escalators.

« Arrêtez-vous ! »

Les agentes de sécurité tirèrent sur Bran, qui se protégea en passant entre plusieurs Tekhanes. La sœur et le frère arrivèrent sur une espèce de nœud entre plusieurs couloirs. Elle vit des spots publicitaires, des logos holographiques, entendant vaguement les spots.

« Besoin d’un nouvel homme à votre domicile ? Vous en avez assez d’avoir les mêmes partenaires ? Pourquoi ne pas demander nos services ? Virtual-Men, un harem d’hommes en ligne à votre disposition. »

Mélinda grogna, et partit sur la gauche, courant le long d’un long couloir, et dévala plusieurs autres escaliers, tandis que des voix mécaniques supplémentaires s’enclenchèrent.

« Alerte sécurité, alerte sécurité ! Des Ashnardiens ont été repérés dans notre station de métro. Nous leur ordonnons incessamment de s’arrêter, de se rendre, en leur garantissant que toutes les garanties procédurales en application sur Tekhos seront respectées. Néanmoins, un refus de notre part nous oblige à appliquer les protocoles de sécurité standard, et à désactiver les rames de métro vers lesquels les suspects s’enfuient. »

N’écoutant pas ce que les voix de sécurité disaient, Mélinda vit que les logos holographiques et les affiches publicitaires avaient changé, montrant leurs visages. Elle soupira devant tant de célébrité, mais rares étaient les Tekhanes cherchant à les attaquer, les femmes préférant se protéger. Mélinda finit par atteindre une rame de métro, mais le métro qui se trouvait avait ses portes fermées. Plusieurs agents de sécurité se tenaient là, et tirèrent sur Mélinda et Bran. Cette dernière se replia rapidement, mais le couloir fut bloqué par d’autres Telkahnes. Pestant, la vampire se réfugia sur une porte à droite, et l’ouvrit rapidement, tirant un bon coup dessus. La porte était fermée, et menait sur un tunnel de maintenance. Mélinda courut à nouveau rapidement, et ne se retourna pas quand Bran poussa un hurlement. Ils ‘était reçu une décharge électrique, et gisait sur le sol.

Débarrassé de ce poids lourd, Mléinda Warren continua à courir, et atteignit une salle d’entretien vide. Elle ouvrit une porte donnant sur une rame de métro, et continua à s’enfuir. Elle ne put toutefois aller bien loin, car des herses de sécurité s’abattirent sur les rames de métro, bouclant le secteur.

*Il est temps de jouer au chat et à la souris, alors…* fit-elle en souriant.

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 5 février 10, 2012, 02:52:33 pm

Qu'importe la foule, les Celkhanes étaient habitué à toutes sortes d'exercices avec les armes comme la magie. Qui sait ce qui arrivera demain, mieux vaut être préparé à toute éventualité! Suki avait son fusil sniper braquer sur Mélinda, la rotule droite fera un très bon frein à son parcours. Oh bien sûr, elle pouvait tenter de bondir n'importe où pour fuir mais non seulement, elle en souffrirait mais en plus, son sang sera une très bonne piste pour la suivre. Évidemment, il en sera de même pour son mâle grade du corps. Quelques secondes avant d'atteindre le zéro, tous deux avaient finalement changé de marche et c'était jeter sur des télhanes pour les embrasser. Avaient-elles été repéré ou cette vampire était en manque de luxure? Si elle croiyait que ça allait la freiner! Si la cible en question n'est plus visible, il suffit d'en trouver une nouvelle. Ses jambes étaient que trop peu exposé et elles risquaient de toucher une citoyenne et non une criminelle! Seules ses mains étaient assez exposé mais la puissance du tir traversa cette dernière pour se loger dans sa victime. Quelle garce! Pour le type, c'était du pareil au même mais Kairi avait déjà plus de choix pour lui tirer dessus sans risquer de toucher une jeune femme. Tant pis! Au moment où le compte à rebours tombait à zéro, Mélinda bondit et laissa filer la jeune femme, Suki en profita pour tirer sa balle qui avait rater sa cible pour se loger dans un mur. Kairi avait par contre réussi son coup et bien que la rotule ne fut pas touché, l'omoplate fut atteinte, la gauche pour être précis et ce dernier s'effondra dans des escaliers. Zut, un nouvel échec? Non, la partie n'était pas fini!

« Motoko! Signale aux Tékhanes que les tirs sont ciblé sur Mélinda Warren et son garde du corps, ce dernier est blessé à l'omoplate gauche. Si elles veulent intervenir, je veux peu de monde! Plus il y aura de monde et plus ce sera un vrai foutoir! Compris? »
« Bien reçu Lieutenant Tetsuhiko! »

Voilà déjà une bonne chose de faite. Déjà, ils n'étaient pas intacts et même si de nouveaux renforts peuvent survenir, ça sera moins que ce que Tékhos faisait d'habitude. Sprintant vers l'endroit ou l'esclavagiste s'était enfuie, Suki ne manqua pas de félicité sa partenaire qui, bien que ravi refusait ses remerciements sous prétexte que ce n'était pas à la rotule qu'il était touché. Un bon esprit militaire que voilà. Une mission n'est jamais remplie tant que tous les ordres et tous les objectifs ne sont pas atteint. Et là, une omoplate n'était pas une rotule donc, pas de remerciement! Suki en souriait en continuant de courir, descendant des escaliers transparents tâchés de sang. On se demande bien à qui? Mais l'absence de corps en bas signalant que le bougre était toujours en fuite? Résistant dit donc! Mais pas pour longtemps! Ce n'est qu'arriver en bas que le lieutenant Celkhane remarqua que le rythme de sa partenaire était plus lent que d'habitude, elle en était plus essoufflé. Elle ralentit le pas jusqu'à camper sur une position sans être à découvert, au cas où, qu'elle s'inquiéta pour Kairi.

« Quelque chose ne va pas, soldate? »
« Non... tout va bien, Lieutnant! Je suis juste un peu essouflé... »

Son regard était posé sur sa blessure au cou, ceci en était surement la cause! Elle ignorait combien de centilitres elle avait pu en boire mais ça ne finira pas ainsi! Quitte à ce que Suki soit celle qui venge Kairi, ça n'avait pas d'importance! Elle n'allait pas s'en tirer comme ça, cette Mélinda! La jeune femme s'approcha de sa partenaire et déposa doucement sa main sur la blessure, sans appuyer dessus, juste la recouvrir.

« Tu dois savoir qu'une blessure peut être handicapante en mission, surtout pour une comme celle-ci. Néanmoins, je préfère te savoir au repos et sur tes gardes plutôt qu'à mes côtés et distraite. Veux-tu cesser cette mission et que j'en informe quelques Tékhanes ou Celkhanes pour te sentir plus en sécurité? »
« Non Lieutenant! Je veux et je dois faire ce que l'on m'a ordonné de faire! Je vous aiderais à attraper Mélinda Warren! Je refuse de la laisser s'échapper si facilement! »

Suki souriait en baissant la tête. Elle avait drôlement bien formé ses jeunes recrues! Retirant sa main de son cou, elle la déposa sur sa hanche en bombant un peu le torse.

« Bien parler, soldate Usuka! Si tout va bien, alors en piste! »

Suki rechargea son arme et l'arma avant de continuer au pas de course dans le couloir. Grâce à Motoko qui faisait la liaison entre plusieurs services dont celui des tékhanes, elle savait ce qui se passait de leur côté et apparemment, la vampire était dans le métro à fuir ses agresseurs. Bien, s'ils la fatiguent un peu, ça sera toujours ça de pris. Les portes qui fermaient les longs couloirs de train étaient très épais, en acier donc, même si les vampires sont des créatures puissantes, il en faudrait plus que deux pour percer une telle défense!

« Motoko, une fois que nous sommes sur les quais, ordonne aux tékhanes de fermer les autres portes derrières nous. Elle ne doit pas s'enfuir! »
« Cinq sur cinq, Lieutenant! »

Alors que de son côté, Motoko s'activait à jouer les perroquets entre toutes ses auditrices, Suki et Kairi entrèrent enfin sur le quai avec une bonne nouvelle dans les oreilles. Le garde du corps de Mélinda était entre les pattes de l'armée Tékhane! Bien mais pour avoir blessé et tuer plusieurs de ses recrues en boite, lui aussi mériterait bien une leçon qu'il n'était pas près d'oublier! Quelques secondes plus tard, une lourde porte métallique s'abaissa derrière elle, fermant ainsi le site. Que le jeu commence! Il fallait être prudente puisqu'il y avait encore quelques trains sur les rails et aussi d'autres consœurs tékhanes, il ne faudrait pas les blesser. Chacune marchait avec quelques mètres de distance pour couvrir plus de terrain, l'œil vif, elles observaient chaque forme dans les zones sombres, écoutaient attentivement les bruits qu'elles pouvaient entendre et identifiées... Aucun bruit, pas un seul bruit de leur part, pas même le bruit de leurs pas ou de leur respiration. Apparemment, personne aux alentours. D'un petit message dans l'oreillette, Motoko leur fit un topo du plan, sur tous les quais et les débuts de tunnels, il y avait une porte pour les salles de maintenances et certaines se reliaient par le sous-sol. Néanmoins, la fuite restait impossible sans percer les herses en acier. Direction, la première salle! Prudence quand même, cette garce pouvait s'échapper et se cacher dans une autre salle ou un des trains vide?

La première porte ne menait que sur une salle d'entretien avec des odeurs d'humidités et des balais, seau et divers produits nettoyants. Inutile! Seconde salle! Marchant à travers les rames, les deux soldates poussaient et braquaient leurs armes sans jamais trouver le moindre résultat! Pas même une soldates alliée, si, un rat! Elle en avait croisé un qui prit ses jambes à son cou. Vu le nombre de quais, ça n'allait pas être du gâteau de la trouver. Entre chaque rame, à vue d'œil, il y avait environ huit quais donc environ seize portes à ouvrir, hélas! Une fois Mélinda arrêté, elle pourront avoir un repos bien mérité! À force de trouver des pièces vide, elles avaient enfin trouvé une pièce avec une porte pour descendre encore plus bas. Déjà, ça changeait! Il y avait d'autres femmes, seulement assommé pour la plupart. La souris n'était pas loin! Très prudentes, Suki et Kairi avançaient à pas de velours sans toucher les corps qui étaient étendu au sol. Pas une seule trace de sang d'ailleurs? Preuve qu'elle n'en avait mordu aucune en apparence mais preuve aussi qu'aucune n'avait blessé la vampire! Franchissant une nouvelle porte, les deux Celkhanes arrivèrent dans une grande pièce servant surement de salle de réunion ou de détente pour les employés de la garde? Vu la taille, il fallait redoubler de prudence!

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 6 février 10, 2012, 11:17:08 pm

Privée de Bran, Mélinda se sentait bien plus libre, mais elle n’aimait tout de même pas cette idée. Elle allait devoir trouver un moyen de récupérer cet empoté. Elle seule avait le droit de blesser, d’humilier, et de torturer Bran. Elle seule ! Pas une minable officier de Tekhos. Mélinda Warren passa à travers les tunnels, sentant ses poursuivantes avancer, utilisant des lampes torches pour s’éclairer en passant dans les tunnels de maintenance reliant chaque métro. Les civils avaient été évacués des quais, et bien des Tekhans avaient pointé leurs armes. Sacré déploiement de troupes ! Les lignes tekhanes devaient déjà se dévier pour éviter de passer par cette station. Mélinda ignorait être si célèbre, mais s’en sentait flattée. Elle se faufila dans les hauteurs d’un tunnel, entre plusieurs gros tuyaux, tandis que deux femmes tekhanes avançaient.

« Station sécurisé. Le suspect ne peut plus s’échapper. Vous avez reçu autorisation de tirer à vue.
 -  Okay, Central. Nous continuons les investigations. »

La Tekhane termina son entretien, et Mélinda leur tomba dessus. Elles n’eurent pas le temps d’hurler, les mains de Mélinda se serrant sur leurs bouches. Elle souleva leurs corps comme des poupées, et se dépêcha d’envoyer leurs têtes se fracasser sur le sol. Elles n’étaient pas mortes, mais inanimées. Son joli corps se retrouva soudain dans un halo de lumière émanant d’une troisième Tekhane.

« Je la tiens ! » hurla la Tekhane en ouvrant le feu.

Mélinda bondit en l’air, plantant ses griffes dans les tuyaux. Les balles explosèrent autour de cette zone, répandant des jets de vapeur et de fumée, éblouissant la soldate. Le temps qu’elle reprenne ses esprits, Mélinda avait bondi sur elle, lui ôtant son arme d’un coup de griffe. La soldate essaya de se saisir de son arme de poing, mais se reçut un coup de poing dans l’estomac, suivi d’un élégant coup de pied dans le menton. Le corps de la soldate s’envola en l’air, et elle s’écrasa sur le sol. Mélinda bondit alors sur elle, et s’empara d’une grenade étourdissante. Elle entendait les bruits de pas précipités des soldates, et traversa le tunnel, ouvrant rapidement une porte. Elle sentit les balles pleuvoir autour d’elle, approchant d’une échelle de maintenance qu’elle descendit rapidement. Les soldates observèrent le trou prudemment, et lancèrent une grenade étourdissante. Cette dernière explosa, et elles descendirent ensuite, se croyant protégées.

Le temps que les deux Celkhanes arrivent, Mélinda avait eu l’occasion de s’occuper d’elles, se déplaçant rapidement, les griffant ici et là, ou les frappant avec sa force importante de vampire. Quand Suki et Kairi vinrent, ce fut pour voir les soldates étourdies, geignant douloureusement, tentant de se redresser, sonnées. Elles avancèrent prudemment. Le sang de Kairi continuait à bouillonner pour Mélinda. Les deux femmes entrèrent dans une nouvelle pièce, sombre. Une salle de réunion, où les techniciennes et autres ingénieures se regroupaient pour discuter de problèmes techniques. La porte avait été forcée, et la lampe-torche de Kairi éclaira un curieux morceau de papier sur l’une des tables. Classiquement, la pièce avait la forme d’une salle de cours, avec divers tables, et une estrade. Kairi s’approcha. C’était une instruction, un message tracé sur l’un des uniformes d’une soldate. Un message y avait été tracé avec du sang récupéré sur le ventre d’une soldate.

« Jusqu’où êtes-vous prête à aller pour sauver un être cher ? »

Les lettres dégoulinaient sur le morceau de papier. Quelque chose remua alors derrière les femmes, une ombre furtive. Elles se retournèrent, mais ne virent rien. Une poubelle se renversa également, et elles prirent alors conscience que Mélinda se trouvait là, les espionnant, les observant. Les lampes-torches regardèrent dans tous les sens, Kairi poussant les tables avec le pied, pensant que Mélinda se cachait probablement dessous. Un rire se fit alors entendre depuis un mur, et le projecteur de la lampe de l’arme se plaqua vers l’origine du bruit, mais Mélinda avait déjà disparu. Elle les laissait mariner là, tandis que Kairi commençait à paniquer. Des gouttes de sueur glissaient sur son joli corps, exprimant, non pas tant sa peur que l’absence de sang, qui commençaient, surtout quand elle était dans un tel état de tension, à se faire sentir.

« Vertiges… Évanouissement, perte de contrôle… » énuméra Mélinda, récitant les symptômes de l’absence de sang.

Kairi se retourna rapidement, visant à nouveau. Elle entendit Mélinda se déplacer, et appuya sur la gâchette. Les balles jaillirent entre des tables, ricochant dessus, et Mélinda bondit alors. Elle sauta sur une table, et jaillit sur Kairi. Elle attrapa son arme, et renversa Kairi, l’envoyant s’étaler sur le sol. Mélinda lâcha alors sa grenade étourdissante. Elle portait les lunettes d’une Tekhane, et la grenade explosa. Le temps que Suki se rétablisse, Mélinda avait bondi sur elle, lui retirant son arme. Kairi l’attaqua toutefois, utilisant un couteau de combat, mais Mélinda se défendit aisément, et la frappa, après avoir dévié sa lame. La jeune femme s’écrasa sur le sol, et Mélinda contempla ses deux proies.

« En toute logique, je devrais vous tuer, toutes les deux, mais vous êtes trop mignonnes pour cela. De plus, mon cher frère a été capturé, alors… Il me semble que nous devons mutuellement trouver un arrangement. Vous êtes persévérante et talentueuse, mes trésors, mais je dois voir à quel point. »

Mélinda attrapa Kairi par les cheveux, la relevant.

« Je vais la prendre avec moi… »

La vampire frappa à nouveau Kairi, puis s’approcha de Suki, et la frappa à plusieurs reprises, afin d’éviter qu’elle ne tente un geste inconsidéré. Elle lui offrit ensuite un tendre sourire, se mettant à califourchon sur elle, avant de l’embrasser tendrement.

« Tu as de belles lèvres, ma belle, mais nous verrons cela plus tard… Je te laisse environ une heure pour libérer mon frère. Je te contacterai pour te dire où venir. Si tu ne le fais pas, je te renverrais ta chère soldate… En plusieurs exemplaires. »

Elle lui fit un sourire rempli d’innocence, puis s’approcha de Kairi, et caressa avec un doigt griffu ses belles joues.

« Elle et moi, on va beaucoup s’amuser…
 -  N-non… Lâche-moi ! »

Kairi essaya de se défendre, mais Mélinda agit rapidement, et planta ses crocs dans son cou, buvant d’autres goulées de sang. La Celkhane remua faiblement, tentant de se libérer, mais sans pouvoir y parvenir, et, quand elle se redressa, quand Mélinda retira ses crocs, Kairi manqua tomber. Mélinda la maintint debout, en profitant pour caresser l’un de ses seins.

« Tu es en manque de sang… Rien de bien mortel, mais tu es suffisamment inerte pour que nous partions ensemble. Je te déconseille de faire des choses stupides, Suki… Libère Bran, et je t’appellerai. Plus tu traîneras, plus je m’ennuierai, et plus je m’amuserai avec ta chérie. Je te laisse imaginer… Comment »

Elle ponctua cette dernière phrase en caressant l’intimité de Kairi, puis la tira, s’approchant d’une porte de sortie. Elle souffla un baiser vers Suki.

« Tu as compris ? »

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 7 février 11, 2012, 09:22:43 pm

Suki et Kairi pénétrèrent dans la salle assez rapidement pour découvrir d'autres Tékhanes assommer et incapable de continuer. La salle était que peu éclairé et les lampes-torches sur leur fusil n'était pas de trop? Suki observait chaque recoin de la pièce pour débusquer la vampire et en observant ses alliées au sol. Kairi en faisait de même mais elle fut attiré plutôt par un message posé sur une table, un message inquiétant... suivi d'un mouvement derrière elles qui les firent retourner de suite sans pour autant repérer Mélinda ou une simple présence. Ce fut la poubelle qui se renversa et là, elles savaient qu'elle était là! à les épier, les guider, jouer avec! La soldate ne fut pas très rassurée et commença à pousser une table avec sa jambe sans pour autant trouver la jeune femme qui se mettait à rire sans pour autant se montrer. Si le Lieutenant gardait son calme dans cette situation, ce n'était pas le cas de sa recrue qui commençait à paniquer, peut-être à cause du sang que cette folle lui avait volé? Ou simplement la peur de devoir affronter un vampire? Le silence qui était plus ou moins présent et inquiétant dans la pièce laissait place à la voix de la créature qui s'amusait à terroriser Kairi avec ses paroles.

« Reste calme Kairi! »

Hélas, ses oreilles étaient bouché à cause des symptômes que Mélinda avait récité, dû à la perte de sang causé par cette même folle suceuse de sang! La panique avait gagné ou alors, elle ne fut pas loin de réussir à blesser leur proie qui, suites aux quelques balles tirées était entré en contact avec la jeune femme en lui retirant son arme avant de bondir en laissant un nouveau cadeau pour elles. Une grenade aveuglante! L'explosion venait de les aveugler à cause du flash et toutes deux se retrouvaient en position de faiblesse. Hélas pour Suki, elle avait ôté ses lunettes avant d'entrée en gare et là, ça aurait été bien plus pratique. La vampire lui sauta dessus afin de la désarmer tandis que Kairi n'avait pas dit son dernier mot en l'attaquant à l'aveuglette avec son couteau. Serait-ce la fin pour elles? Au sol, atteinte d'une cécité temporaire, Mélinda pourrait facilement en finir avec elles mais elle ne le souhaita pas, pour une chose... ou deux! Son frère déjà. Aux mains de l'empire Tékhos, ne plus l'avoir à ses coter semblait ne pas lui plaire puis, soit elle les taquinait, soit elle semblait avoir un petit faible pour elle?

« Toute façon t'es foutue! » Commença Suki, aveugle, elle n'en restait pas moins arrogante! « T'est qu'une souris dans un piège et il ne faudra pas longtemps pour que le chat vienne te manger. »

Sa vue lui revenait de plus en plus mais hélas, elle voulait revoir son frère, quitte à lui prendre un otage avec elle. Kairi fut sélectionné pour ce rôle et avant même que le Lieutenant ne l'insulte de tout les noms possibles, la vampire s'en prenait à elle en la frappant essentiellement dans le ventre avant de s'asseoir sur elle et... l'embrasser! La faisant quelque peu rougir sous cette drôle d'attaque? Comme elle l'ait prédit, un échange risquait de se faire, Kairi contre le frère de la vampire et en guise de réponse, Suki ne lui lâcha qu'un seul mot bien trop faible pour la définir.

« Salope... »

Tandis que Kairi tentait vainement de refuser son offre, la vampire laissa parler ses instincts en planta de nouveau ses crocs dans son cou avant qu'elle ne commence à vraiment fatiguer. Cette garce en profita d'ailleurs pour commencer à peloter sa soldate fétiche, dans le sens ou elle était la première à pratiquement tous les exercices. Chaque mot, chaque geste qu'elle prononçait ne faisait que la rendre plus furieuse encore contre Mélinda. Cette pute comptait profiter d'elle en plus, quelle dignité! Même le fait qu'elle connaisse son nom, ça lui avait totalement passer par-dessus la tête! Mettant fin à cette rencontre avec un baiser volant, la vampire quitta la salle sous un dernier grognement de la part de Suki qui martela le sol de coup de poing. Depuis tout à l'heure, Motoko pouvait entendre ce qui se passait ici sans pour autant voir ce qui se passait mais elle avait plutôt bien compris. Se relevant avec quelques douleurs, la Lieutenant Celkhane commença à donner de nouvelles instructions aux troupes via son amie et opérateur en chef Motoko.

« Nouvelles instructions! Mélinda Warren est en fuite, surement toujours bloquer dans son piège. Cependant, la soldate Kairi Usuka est retenue en otage, je demande donc au plus vite à ce que quelques volontaires aillent expliquer la situation à l'armée Tékhane. Sachant que leurs soldates sont elles aussi inconscientes pour la plupart, qu'elles préparent l'équipe médicale une fois la mission terminée! J'attendrai près de l'entrée principale, qu'ils nous fournissent le garde du corps de Mélinda, quitte à placer une petite bombe ou quelque chose pour éviter toute fuite! Alors magnez-vous d'obéir, ordre du Lieutenant Tetsuhiko! »

Le message était clair, il lui fallait cet homme au plus vite avant même que cette sale garce ne commence à profiter du corps de la jeune femme. Elle n'allait pas lui reprocher qu'elle était belle, c'est vrai, mais de là à abuser d'elle de cette façon! Hors de question! Suki quittait la pièce pour retourner sur ses pas, continuant d'expliquer à Motoko qu'elle assumerait les conséquences si jamais cela tournait mal. De plus, cette mission ne concernait que les Celkhanes et non ses alliées. Elles étaient là en renfort car en plus, ils ont foutu un bordel pas possible dans la boite de nuit mais sans ça, elles n'avaient pas le droit de confier l'otage qu'elles gardaient pour ses alliées. Ce fut au bout d'une dizaine de minutes que les portes s'ouvraient de nouveau, laissant passer le vampire qui avait de lourdes menottes aux poignées, accompagné par un câble qui était tenue par une des Celkhanes. Saluant leur Lieutenant, elle lui confia l'extrémité de sa « laisse » qui était très pratique.

« Tékhos nous la redonner sans aucun problème mais suite à vos ordres, elles ont rajouté cette sécurité. Il, vous suffit de presser la petite boule pour lui remettre les idées en place! »

Fidèle à elle-même, elle teste ce produit en pressant la sphère qui envoya une bonne décharge dans le corps du frère de la vampire blesser qui faisait déjà moins le malin avec ses chaines! Suki eut un petit rictus et un bref sourire. Elle ne pouvait se permettre de se réjouir alors que Kairi était peut-être un simple jouet sexuel à l'heure qu'il est!

« Intéressant! Qu'en est-il de la seconde précaution? »
« Le code habituel mon Lieutenant! »
« Bien! Vous pouvez vous remettre au travail mesdemoiselles! »
« Lieutenant Tetsuhiko... je... sauver Kairi s'il vous plaît... c'est... une de mes meilleures amies depuis mon arrivée alors... »
« Ne t'en fait pas, elle sera vite de retour. »

Suki aborda un bref sourire rassurant en ayant posé sa main sur son épaule avant de leur faire un petit signe de la tête pour leur faire comprendre de partir. Les portes de nouveau bien fermé, Suki pouvait aller sauver sa recrue, pour elle mais aussi pour ses amies qui comptaient sur leur Lieutenant pour la ramener.

« Bouge toi, Bodyguard! Si t'es un vampire, tu sauras me conduire à ta sœur alors! Essaie pas de me faire perdre du temps ou de t'échapper sinon, t'est bon pour avoir un bon coup de jus! Alors magne-toi le cul, connard! »

Mêlant le geste à la parole, elle donna un coup de pied dans son derrière pour le faire marcher. Vu la différence de taille, ça pouvait être assez drôle de la voir promener ce type. C'est fou ce qu'elle ne pouvait pas saquer les hommes! Surtout si en plus, il était le seul moyen possible pour servir de monnaie d'échange. La tentation était forte! Elle aimerait appuyé sur cette boule pour le faire hurler de douleur comme l'autre doit « torturer » Kairi! En guise de seconde sécurité, son fusil était braqué sur lui et parfois, elle se servait de la lampe pou éclairé son chemin. Au final, il avait conduit Suki au bout des différents quais pour atteindre l'entrée opposée où un des trains était stoppé et près des herses fermées. Mélinda était dans ce train?

« Avance et n'oublie pas ce que j'ai dit! » 

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 8 février 11, 2012, 11:54:17 pm

« Vous… Vous ne vous en tirerez pas…
 -  Ne gaspille pas tes dernières forces pour rien, ma jolie. Je ne dirais pas que tout se passe exactement comme je l’avais prévu, mais ne t’en fais pas pour moi. A dire vrai, mon cœur, tu devrais plutôt t’inquiéter de ce qui se passe si tes copines en costumes moulants nous rattrapent. Car, dans ce cas, le sang qui te manque finira par provoquer une mort lente et douloureuse. »

Mélinda avançait dans la nuit, prudemment, ayant donné à Kairi les lunettes thermiques, n’en ayant pas besoin. Elle avait fini par trouver une grille de ventilation, et s’était glissée dans un conduit qui l’avait amené dans une voie désaffectée. Tekhos était une véritable fourmilière technologique de ce point de vue, et son métro un maelström de multiples voies.

« Tout le secteur a été bloqué… Le lieutenant Tetsuhiko vous retrouvera, et même votre statut de femme ne vous permettra pas d’échapper à la loi de Caelestis… »

Mélidna s’arrêta, se retourna vers Kairi, et alla tendrement l’embrasser. Elle sentit Kairi résister… Mais aussi apprécier ça. Mélinda retira ses lèvres en lui souriant, et Kairi lui cracha dessus, rougissant.

« Ne recommence plus jamais ça, sal… ! »

Mélinda la gifla violemment, la griffant. Sous le coup, Kairi, affaiblie, tomba sur le sol.

« Ne me fais pas attendre… »

Mélinda s’avança à travers le souterrain.

« Où… Où va-t-on ?
 -  Tu ne pensais tout de même pas qu’une femme comme moi n’avait pas prévu un plan de secours, hein ? Honnêtement, dans le métier que je fais, on ne fait pas long feu, si on accorde une confiance aveugle à tous les esclavagistes… Dès que j’ai fait affaire avec l’autre pute, j’ai recherché un plan de secours, une manière de m’échapper rapidement en cas de problèmes. Ces voies désaffectées n’ont plus le courant, et ne disposent pas des herses de sécurité. »

Les deux femmes ne tardèrent pas à arriver près d’un tram de maintenance. Mélinda avança dedans, et appuya sur quelques boutons, faisant démarrer le petit tramway. Kairi aurait bien tenté de l’attaquer, mais était si affaiblie qu’elle se mit à tomber dans les vapes. Mélinda se mit alors à faire avancer le tram, quittant la zone pour rejoindre une zone proche de son immeuble. Prenant Kairi, semi-consciente, elle parvint à sortir par les égouts, remontant par un parking souterrain pour finalement rejoindre sa luxueuse suite.

Sans plus attendre, Mélinda traversa le salon pour rejoindre une petite pièce sombre, et installa Kairi sur une table d’opération. Des sangles spéciales l’attachèrent aux bras et aux jambes, les écartant, et des seringues se plantèrent dans son cou, lui redonnant le sang dont elle avait besoin. Une machine vrombit alors dans le dos de Mélinda, qui tourna la tête. Ce plan d‘évasion avait été conçu avant d’aller dans la boîte de nuit, et Bran, en suivant le sang de Mélinda, avait du se rendre dans une rame de métro abandonnée, comprenant une espèce d’installation numérique.

Bran avançait en effet vers la console. Il y avait un seul bouton, avec un écran, et il appuya dessus avec son coude. Une image se forma sur l’écran, et Suki ne tarda pas à apercevoir le visage rayonnant de Mélinda, ainsi que celui de Kairi, attachée sur la table, à la verticale, commençant à se réveiller. C’était une table assez spéciale, que Mélinda pouvait pencher, et qui avait la forme vague d’un corps humain.

« Coucou, Suki ! Je suis heureuse de voir que tu as ramené Bran. Tu réussis donc la première étape de notre jeu ! »

Mélinda lui offrit un ravissant sourire, et s’écarta de l’objectif. Une caméra était fixée dans le métro, permettant de voir Suki et Bran, mais il y avait d’autres capteurs dehors, permettant de constater que Suki était effectivement seule. Courageuse ? Déterminée ? Inconsciente ? Un savant mélange des trois, sans aucun doute. Mélinda lui montra donc le visage de Kairi.

« Rassure-toi, j’ai offert à Kairi de quoi se ressourcer. Et je te conseille d’essayer de remonter l’origine de ce signal, d’ailleurs. C’est vrai, je n’y connais pas grand-chose aux fonctionnements des appareils tekhans, mais j’ai su trouver quelques Tekhanes qui m’ont plutôt bien aidé. Si tu essaies de me doubler, ma chérie, voici ce qui attendra Kairi… »

Mélinda appuya sur un bouton, et la table se mit à vrombir, répandant dans le corps de la malheureuse des arcs électriques intenses, la faisant se tortiller. Mélinda attendit une dizaine de secondes avant de cesser ce traitement, et la table commença à se pencher, amenant progressivement Kairi à l’horizontale.

« Tu vas laisser Bran dans cette rame, mon ange. Si tu tiens à revoir Kairi, il te faudra encore accomplir quelques autres petites épreuves. Vois-tu, à cause de toi, je n’aurais probablement pas une belle Tekhane prête à servir, alors, il faut bien que quelque chose compense. Tu comprends, je pourrais tout à fait utiliser Kairi comme monnaie d’échange, belle comme elle est, mais je suis décidée à te laisser une chance… J’ai transféré sur ton datapad les coordonnées d’un manoir dans la ville. Il y a à l’intérieur un collier incrusté de diamants et de pierres précieuses. Je veux que tu ailles le récupérer. Ce collier appartient à une riche collectionneuse, et la maison est lourdement gardée par un système de surveillance avancé. Pour te motiver un peu à agir, je vais te montrer comment moi, Kairi, et mes petites esclaves, nous allons nous occuper en t’attendant. »

Mélinda claqua des doigts, et un homme apparut dans le champ de vision. Sa tête était recouverte par une cagoule en cuir, et il portait un court short rouge pimpant. L’homme se plaça devant la jeune Kairi, et tira sur son short, révélant un membre durci, et gros.

« Regarde cette belle grosse queue… Elle a été modifiée par des implants. Si tu traînes trop, je crois que Kairi aura le droit à une grosse sucette, et ce ne sera qu’un début. Vois ça comme des pénalités de retard. »

Le membre de l’homme allait se promener sur le visage de Kairi, qui tenta de se reculer.

« Ne me touche pas, sale monstre ! Lieutenant, vous ne dev… Aaaaaaaahhhh !!! »

Un champ électrique coupa court aux hésitations de Kairi, et, quand Mélinda le stoppa, son esclave en profita pour glisser son sexe dans sa bouche, le remuant. Kairi le mordilla fort, mais cela ne découragea nullement l’esclave, qui poursuivit avec plaisir, remuant son membre en elle, faisant parfois quelques gorges profondes.

« L’un de mes esclaves se trouve à proximité du manoir, près de la station de métro aérienne. Quand tu auras le collier, va sur cette station, et porte-le bien en évidence, bout de chou. En échange, tu recevras une partie de mon adresse, ainsi qu’un message de moi pour que nous continuions à jouer. N’oublie pas que, si tu échoues, Kairi deviendra mon esclave, et je l’emmènerai sur Ashnard, où je m’assurerai qu’elle finisse entre les mains d’un pervers psychopathe qui s’amusera à la mutiler, à la reconstituer, et à la mutiler encore, encore, et encore. Si tu as compris… Remue ton joli cul ! Car je ne suis pas patiente… »

Mélinda éteignit l’écran, et, sur celui du métro, un message apparut :

« Êtes-vous prête à violer l’autorité légitime pour sauver un être cher ? »

Les ordres, le commandement légitime, c’était essentiel pour un soldat, après tout. Mélinda reporta son attention sur Kairi, et congédia l’esclave, qui n’avait pas encore joui.

« Qu’est-ce que tu es belle… Je sens qu’on va bien s’amuser, ensemble… »

Un rire enfantin et léger traversa les lèvres de Mélinda, alors qu’elle caressait les joues de Kairi, les caressant tendrement et lentement, avec une douceur infinie.

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 9 février 13, 2012, 07:19:04 pm

Suki se laissa guider par le garde du corps et frère de la vampire, ce dernier ne fit pas le mariole, conscient du plan de sa sœur ou peut-être qu'il n'avait pas envie de jouer avec la petite patience du Lieutenant. C'est vrai qu'elle serait du genre à facilement l'électrocuter juste pour tenter de ne pas faire ce qu'elle disait. L'homme la conduisit dans un tram vide avec un petit écran et des caméras encore en marche. Le souci du détail chez une guerrière Celkhane, c'était important! Ce dernier appuya sur un petit bouton et la jeune femme eue la mauvaise surprise de voir la mine réjouie de l'esclavagiste qui la félicitait et qui détenait sa partenaire, derrière elle sur une drôle de table. La bonne nouvelle au moins était qu'elle allait mieux et qu'elle était toujours en un seul morceau. L'idée de remonter le canal lui avait traversé l'esprit, après tout, avec les compétences de Motoko, elle était sûre que cela ne serait que le travail de quelques minutes au pire! Mais la démonstration était loin de lui plaire et elle n'hésitait pas à lui en faire part pendant que Kairi souffrait.

« Arrête ça sale pétasse! »

Elle était assez calme en disant cela. Demander à Suki de rester calme dans ce genre de moment serait comme demander à un chien de ne pas remuer sa queue en voyant une belle pièce de viande après plusieurs jours sans manger. Après lui avoir dit quoi faire ensuite, Suki continua de rager avec ses propos malsains surtout que cela visait sa partenaire! Et quand l'image d'un homme en érection fut montré sur l'écran, elle serra ses dents mais cela ne suffisait pas pour l'empêcher de tenir sa langue.

« Arrête tes conneries... »

Elle ne connaissait pas les gouts de Kairi puisque chacune des Celkhanes avait plus ou moins de mal à fréquenter des hommes. C'était le cas de Suki mais à voir le regard assez paniqué de la jeune femme, ses petits poings étaient serré alors que ses yeux ne quittaient pas l'écran où Mélinda ne faisait que parler encore et encore!  Et quand Kairi subissait les fantasmes de l'esclave de Mélinda, sa patience avait volé en plein de petits morceaux.

« Kairiiii! Je t'ai dit d'arrêter tes putains de connerie sale pute! »

Son poing serra la sphère qui servait à faire souffrir le garde du corps de la vampire qui souffrait lui aussi d'un courant électrique qui parcourait son corps tant elle tenait cette petite sphère dans sa main, à cause de la colère. Elle lui donna la suite de ce qu'elle devait faire avec les conditions. Hélas, ce n'était pas la seule épreuve qu'elle devrait subir puisqu'elle laissait sous entendre que d'autres services lui seront demandé. Ce petit jeu risquait de lui mettre facilement les nerfs à vif même si pour le moment, ce qu'elle lui demandait ne semblait pas très risqué. Par contre, ses petits noms qu'elle lui donnait et ses arguments ne lui inspirait pas du tout confiance pour la suite des évènements... Bout de chou, joli cul... Non, rien de bien... Une fois la communication couper et le message apparut, elle tira une seule balle dans l'écran pour signaler à Mélinda qu'elle aussi, elle était du genre impatiente et très colérique. Elle n'avait donc plus rien à faire de ce garde du corps qu'elle fit souffrir une dernière fois jusqu'à ce qu'il soit allongé par terre à cause de la douleur. Elle continua de l'électrocuter en appuyant avec son pied sur la blessure par balle. Elle ne craignait rien, les tenues Celkanes étaient aussi résistante que celle des Tékhanes, si ce n'est pas mieux!

« Tu peux te plaindre à ta sœur pour ton traitement en ma présence... mais qu'elle considère cela comme la même chose qu'elle a faite à ma recrue. Et encore, tu as de la chance que je n'ai rien sous la main pour la venger de ce... cet homme! Sinon, toi aussi tu aurais souffert... »

Oui, Kairi avait pu souffrir de ce que cet esclave lui avait fait. Des futanaris, il y en avait bien sûr leur archipel et bien que Suki comme bon nombre des citoyennes n'avait rien contre une fille bien membrée, le Lieutenant avait cependant peur des hommes donc imaginer une seule seconde faire ce genre de chose avec un homme, il y avait de quoi la traumatisé facilement. Elle quitta la rame en détruisant sa pseudo-laisse, mettant fin à son traitement en même temps. Elle avait du pain sur la planche mine de rien et elle devait s'attendre à pire que récupérer un bijou chez une bourgeoise Tékahne. Le doigt sur son oreillette, elle donna les instruction à la chef-opérateur bien qu'elle ait une petite idée de la suite des événements.

« Opération annulée! Je répète, opération annulée! Que le métro reprenne son activité normale et que les portes ne soient plus scellé! Ordonne à toutes les soldates encore en ville de donner un coup de main à Tékhos si nécessaire mais qu'elles rentrent au vaisseau pour le moment. Je les appellerais si besoin... »
« Bien reçu! Lieutenant, que dois-je leur dire si elles demandent où vous êtes? »
« La vérité, parti sauver la soldate Usuka Kairi. »
« Lieutenant... cela serait pour moi un jeu d'enfant de remontée le lieu de la transmission, surtout que c'était du dir... »
« Refusé! Je refuse de mettre sa vie en jeu et ça m'étonnerait que tu veuilles avoir sa mort sur la conscience! »
« Pardon, Lieutenant... Allez-vous vraiment lui obéir? »
« Je n'ai pas tellement le choix... Mais ne t'inquiète pas, si je dois remplir de la paperasse ou payer d'éventuels dégâts, je le ferais alors contente-toi de faire ton travail pour le moment, je t'appellerais si besoin. »
« Très bien, bonne chance Lieutenant Tetsuhiko! »

La jeune femme mit fin à la communication alors que les portes les plus proches s 'uvraient sans pour autant laisser des gens débouler ici pour le moment. Les Tékhanes avaient encore quelques membres à récupérer dans les sous-sols après tout. Suki sorti son datapad d'un enfoncement prévu à cet effet sur sa tenue. Elle pouvait y voir le tracé GPS de sa localisation et du point d'arrivée qui n'était qu'à une poignée de minutes à pied. Elle savait comment récupérer son putain de collier sans en venir aux menaces et aux coups. C'était loin de lui plaire vu sa fierté mais elle préférait baisser dans sa propre estime plutôt qu'avoir une mort innocente sur la conscience. Suki restait tout de même très proche de sa patrie et ses recrues bien qu'elle leur faisait la vie dur parfois. En arrivant au manoir, deux soldates armées étaient poster devant un portail aussi grand qu'imposant. Bien entendu, cette bourgeoise n'avait aucune honte à exposer librement son argent! Après quelques paroles brèves échangées avec ses femmes pour la laisser passer, elle dut marcher une centaine de mètres avant d'atteindre les portes pour un nouvel interrogatoire où elle dit de nouveau, vouloir s'entretenir avec la maitresse de maison. Comme les deux nations étaient alliées, que son grade n'était pas celui d'une jeune recrue et que la fameuse maitresse de maison le souhaitait bien, Suki put entrer et passer ses grandes portes en bois qui semblaient camoufler une épaisse porte métallique pour protéger la mademoiselle.

Descendant les marches de façon assez théâtrales et dans une belle robe de soirée noire, la jeune femme blonde avait déjà quelques manières de bourgeoises assez caricaturales comme sa voix ou sa façon de parler. Elle était plutôt et même ses sourcils petit et épais ne la rendait pas moche, au contraire, ça faisait aussi son charme. Avant même que chacune ne puisse échanger quelques mots, la jeune femme la conduisit dans son petit salon privée très bien décoré et où une soubrette attendait les ordres de sa maitresse ou de son hôte. Bien installer sur un luxueux canapé qui devait couter une fortune, une petite table basse était décoré de quelques objets de valeurs, des cigares et quelques paperasses, la jeune femme bourgeoise ouvrit enfin la bouche.

« Hum... Très bien euh Lieutenant Tetsuhiko? Bienvenue chez moi, que me vaut le plaisir de votre venue? Oh, dois-je vous saluer de façon militaire avec une main levée? »
« Inutile mademoiselle... »
« Landy, Landy chesterfald, troisième fille de la noble famille Chesterfald! »
« Mademoiselle Landy donc. Je vais être directe et ne pas tourner autour du pot! Possédez-vous un collier décoré de diamant? »
« Oh oui! Une vraie petite beauté! Vous n'imagine... »
« Donnez-le-moi! »
« Quoi? Est-ce une menace? Un ordre de vos dirigeantes? Je refuse! Vous n'imaginez pas à quel point il coute chère et combien d'argent j'ai du débourser pour l'avoir! »
« Je m'en contrefous! Une vie est en jeu et j'ai besoin de ce collier! »
« Non, je refuse! »
« Mais bordel de merde, je vous dis qu'une vie est en jeu! Vous voulez vivre avec ça sur la conscience? Hein? Vivre en sachant qu'une jeune femme du nom de Kairi va mourir seulement car vous êtes trop attaché à un bijou! »
« J'ai les meilleurs avocats à mon service et je peux vous trainer en justice vous savez? »
« Je m'en fous je vous dis! Vous voulez quoi? Que je vous rembourse? Ça me dérange pas! Quitte à me saigner jusqu'à la fin de mes jours pour vous remboursé, je le ferais! Alors donner le moi, putain! »

A bout de sa courte patience déjà mise à rude épreuve aujourd'hui, Suki avait attrapé Landy par les brettelle de sa robe pour prouver qu'elle n'était pas là pour blaguer. Landy se toucha la joue en détournant les yeux sous le regard assez paniqué de la domestique.

« Hum... Soit. Je veux bien vous le confier... »

Suki la relâchait en soupirant de bonheur. Elle était moins têtue qu'elle ne le pensait. D'un petit geste, sa servante s'en allait chercher le dit collier en diamant que Suki avait besoin.

« Ne vous inquiétez pas, si je peux le récupérer et vous le remmener je le ferais. »
« Inutile, ce n'est pas ce qu'il y a de plus important puis si une vie est en jeu... Pour ce qui est de la façon si, au pire des cas, mon bijou venait à être détruit ou voler... passer donc me voir une fois votre mission finie. Nous en discuterons calmement et qui sait... je pourrais vous inviter à passer la nuit? »
« Est-ce une avance Mademoiselle Landy? Car nous ne sommes pas... »
« Tut tut tut! » Dit elle en plaçant son index sur la bouche de Suki. « J'aime les femmes qui ne prennent pas peur devant mes menaces et qui se fiche de ça. Donc autant dire que votre petite prestation ma séduite. »

La servant revint enfin avec le collier dans une jolie boite bien décorée qui devait aussi couter lui-même une petite somme assez importante!

« Voilà pour vous Lieutenant. Devez-vous le caché ou ne pas vous encombrez de la boite? »
« En effet, j'ai pour ordre de l'avoir du coup en me rendant à la prochaine destination. »
« Dans ce cas, laissez-moi vous le mettre... » Elle mit le collier à la jeune femme en se penchant à cause de sa petite taille et profita d'être porche de ses oreilles pour lui murmurer quelques mots. « Bonne chance et à bientôt ma chères petite Tetsuhiko de l'armée Celkhane. »

Suki s'en allait en faisant un signe de la tête à Landy en ayant les joues quelques peu rosée à s'imaginer rembourser sa dette. Ce à quoi elle lui rendit la pareille en y ajoutant un petit clin d'œil. Mine de rien, elle se retrouvait avec une autre folle à ses trousses maintenant et un collier d'une valeur inestimable autour du cou. Jusqu'où toutes ses histoires allaient la mener? En tout cas, Kairi avait intérêt à être encore en un seul morceau et ne pas avoir été torturé par un homme! Sinon, ça va barder! Près du manoir et la station de métro aérien, il y avait bien un homme au sourire sadique qui attendait la jeune femme au collier. Qu'allait être la suite? Le message? Les quelques lettres de sa localisation? Trop de questions qui auront une réponse, du moins, une partie de la réponse...

« Qu'est-ce qu'elle me veut après l'autre folle? »

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 10 février 13, 2012, 11:03:34 pm

« Ta supérieure a l’air en rogne » commenta rapidement Mélinda.

Elle avait pulvérisé l’écran, en torturant Bran. Mélinda espérait qu’elle continuerait ensuite, même si elle se sentait un brin jalouse. C’est à elle que revenait le plaisir unique de torturer son frère, pas à une Celkhane arrogante ! Néanmoins, cette dernière se décida à aller récupérer le collier. La vampire se retourna donc vers Kairi, qui avait été remise à la verticale.

« Le Lieutenant Tetsuhiko vous arrêtera, esclavagiste, et vous serez condamnée ! On balancera votre cadavre du haut de Caelestis ! »

Un sourire aux lèvres, Mélinda s’approcha de Kairi, et caressa tendrement l’une de ses joues, avant de peloter avec son autre main le sein droit de Kairi, qui gémit en se tortillant.

« Ne… Ne me touchez pas, espèce de… ! »

Mélinda appuya alors sur un bouton en s’éloignant. Dans son épiderme, des diodes diffusèrent des arcs électriques, et Kairi poussa des hurlements de douleur en sentant un champ électrique rapide et douloureux la traverser douloureusement. Elle se tortilla, essayant de se libérer, sans succès, de ses entraves, et Mélinda finit par arrêter ce traitement, en lui offrant un sourire ravissant.

« Si je suis déjà condamnée à mort, petit ange, je peux faire sur toi tout ce que je veux, non ? Qu’aurais-je à craindre ? Reprends ton souffle, et sache bien une chose simple, ma beauté. Si tu ne veux pas de mes caresses, tu auras droit, soit à des électrodes, soit à avoir droit au spectacle de tous mes braves esclaves assoiffés et désireux de ton corps. »

La vampire s’approcha de Kairi, et commença à embrasser son visage, à caresser tendrement ses seins, à hauteur de ses tétons. Elle lécha sa joue, et continua à déposer de délicieux baisers sur son cou et sa joue, pressant avec une tendresse infinie ses seins. Kairi fermait les yeux, serrait les lèvres, essayant de ne pas se laisser succomber au plaisir, de repousser ce désir qui montait.

« Miam, ce que tu es belle, et douce… Dis-moi, est-ce que tu es toujours vierge ?
 -  Lâ… Lâchez-moi, non… »

L’une des mains de Mélinda s’approcha de l’intimité de Kairi, et elle sentit cette dernière trembler et soupirer, se mordillant les lèvres. Mélinda caressa doucement cette intimité avec ses petits doigts.

« Embrasse-moi tout de suite, ou je t’électrocute… » prévint-elle.

Kairi secoua la tête, et Mélinda leva l’une de ses mains, la posant sur le menton de Kairi, afin de tourner sa tête vers la sienne.

« Tu en meures d’envie, je le sens, alors, embrasse-moi… Regarde mes lèvres, mes belles et tendres lèvres… Fascinantes, si douces. Là, viens, embrasse-les, allez, allez… »

Mélinda parlait d’une voix basse et calme, tendre et attirante, envoûteuse, et Kairi rapprocha sa tête. Leurs nez se touchèrent, et Kairi, fermant les yeux, l’embrassa du bout des lèvres. Un simple frottement des lèvres, que Mélinda transforma en baiser sauvage et dévorant, plaquant sa main sur les cheveux de Kairi, collant ses lèvres contre les siennes, avant d’attirer sa langue. Kairi gémit en tentant de se libérer, et la table pivota alors, la remettant à l’horizontale, couchée sur le table, mais Mélinda continua à l’embrasser, toujours plus tendrement, avec de plus en plus de passion, les gémissements et les soupirs de Kairi ne faisant que l’encourager encore plus à continuer dans cette voie. Elle tenta de glisser sa langue près de la bouche de Kairi, titillant ses lèvres, la sentant s’affaiblir, la sentant céder, et l’aida un peu, tendant l’une de ses mains pour caresser l’un de ses seins, pinçant et tirant à hauteur du téton. Kairi gémit de plus belle, et Mélinda, au bout de longues minutes, finit par retirer ses lèvres, et posa un doigt sur les lèvres de Kairi.

« Ne gaspille pas ce moment, ma beauté. Tes joues rougies sont un spectacle visuel. Ta virginité importe peu, car, quoiqu’il advienne, je m’insinuerais en toi… »

Devant le regard effrayé de Kairi, Mélinda lui sourit, et l’embrassa brièvement sur les lèvres.

« Aucune de mes amantes ne s’est jamais plainte, rassure-toi… »

Mélinda se releva alors, et sortit de la pièce. C’était un petit placard, dissimulé derrière une bibliothèque dans un salon confortable, avec un grand écran plat, où ses esclaves regardaient les actualités sur une chaîne d’informations. On évoquait le spectacle au métro, les journalistes affirmant sobrement avoir affaire à une « opération de coopération judiciaire entre les autorités tekhanes et celkhanes contre un réseau esclavagiste ». Mélinda vit que l’esclave qui avait glissé son membre dans la bouche de Kairi avait joui au-dessus d’une cuve des toilettes. Elle s’approcha d’un esclave.

« Va voler l’Inferno-3000 qui se trouve dans le parking privé à proximité, et va attendre notre soldate.
 -  Oui, Maîtresse, fit l’esclave.
 -  Désirez-vous nous fouetter, Madame ? demanda pudiquement une esclave avec une laisse.
 -  Je vais prendre un bain. Déshabillez-moi. Je veux deux esclaves avec moi. »

Les femmes se pressèrent autour d’elle, ôtant sa belle robe ainsi que ses sous-vêtements et ses bottes.

« Deux hommes », précisa Mélinda.

Elle entra ensuite dans la salle de bains, comprenant un grand quadrilatère rempli d’eau chaude, et se glissa à l’intérieur, avec ses deux esclaves nus, qui commencèrent à l’embrasser, à la caresser, et rapidement à la pénétrer, la pressant entre leurs corps chauds et attirants. Elle griffa celui qui se glissait dans son intimité, ne tardant pas à pousser des hurlements de plaisir.

Pendant ce temps, son homme avait récupérer l’Inferno-3000, une puissante voiture de sport, et l’arrêta près de la station de métro. Il en sortit, et ne tarda pas à se faire repérer de Suki, quand il vit qu’elle avait le collier. Il attendit qu’elle se rapproche, et lui tendit les clefs de la voiture volée.

« Rentrez dans la voiture, et lisez le message sur le fauteuil. »

L’homme s’éloigna ensuite, sans rien dire d’autre. A l’intérieur de la voiture, il y avait un message sur le fauteuil, avec une inscription très simple :

« Ouvrez la boîte à gants, et connectez le GPS.

Suivez ensuite le premier parcours enregistré, et suivez les prochaines instructions.
»

A l’intérieur de la boîte à gants, on trouvait donc un petit GPS, à brancher à l’ordinateur de bord de l’Inferno-3000. L’écran afficha une route, et une voix électronique, féminine, se mit à parler.

« Votre prochaine destination est dans : 45 kilomètres. Vous avez à partir de ce moment 30 minutes pour la rejoindre. Suivez notre parcours. Prenez la deuxième à gauche, et avancez jusqu’au rond-point, avant de prendre la première à droite. »

La route en question menait sur l’une des bretelles d’entrée d’une des autoroutes de sorties de Tekhos, le « Metropolis Highway Road », une énorme autoroute qui menait au cœur de Tekhos. Le GPS mena l’inferno-3000 sur un pont surplombant l’autoroute, et le GPS se remit à parler.

« Vous êtes arrivée à destination. Un numéro va maintenant s’afficher sur l’écran de votre GPS. Veuillez utiliser le téléphone intégré à la voiture pour appeler dans les plus brefs délais ce numéro. »

Lorsque Suki appela, Mélinda reçut un appel. Sortie de la douche, nue, elle continuait à embrasser Kairi, sans s’arrêter, et cette dernière continuait faiblement à gémir, peinant à se libérer de l’emprise terrifiante de cette vampire, de ce corps qui frottait contre le sien, perturbant son esprit, son fonctionnement. Mélinda releva en tête, et attrapa le téléphone, restant couchée sur Kairi, caressant avec son doigt ses lèvres, faisant preuve d’une délicatesse infinie.

« Tu as mis le temps, bouton d‘or… Avant que tu ne commences ta seconde épreuve, je tiens à ce que tu sois rassurée. Parle-lui, belle Kairi, fit-elle en lui offrant le combiné.
 -  Lieu… Lieutenant, vous… Vous ne devez pas ren… Rappelez… Rappelez-vous, bafouillait-elle entre les doigts de Mélinda, on ne… On ne négocie pas avec les, avec les… »

Mélinda l’embrassa, mettant fin à ses explications, et Kairi se débattit, gémissant pendant plusieurs secondes, jusqu’à ce que Mélinda se glisse d’elle, et enclanche à nouveau les ondes électriques. On entendit Kairi hurler et gémir, tandis que Mélinda donnait ses instructions.

« Enclenche le parcours spécial du GPS. Lorsque tu l’auras accompli, j’arrêtai les électrochocs qui sont en train de marteler ta soldate. Ne sois donc pas trop lente. Plus tu tardes, plus elle souffrira. Bisoux. »

La vampire referma le combiné, et appuya sur un bouton. L’ordinateur de l’Inferno-3000 comprenait un écran, et son esclave avait bien veillé à le raccorder au système électronique de cette petite installation. Une caméra montra donc, sur le petit écran de l’Inferno-3000, le petit corps de Kairi en train de tressauter de douleur, ceci afin de forcer Suki à se dépêcher. Lorsque le parcours spécial s’afficha, une phrase apparut sur un fond noir :

« Êtes-vous prête à défier la logique pour sauver l’être que vous aimez ? »

Après cela, un message apparut.

« Prenez l’autoroute en sens inverse, et rejoignez l’aire de la Villette, à la sortie de Tekhos. Vous avez 5 minutes. »

L’aire en question était à la sortie de Tekhos Metropolis, et accessible uniquement sur une voie de l’autoroute. Un compte à rebours s’afficha. Pour y aller, il faudrait vraiment rouler à tombeau ouvert, mais il y avait bien des voitures et des camions qui circulaient sur cette autoroute. La sortie permettant de passer en sens inverse était à l’extrémité du pont. Sur l’écran, Kairi continuait à se tortiller de douleur, ses cris muets n’étant pas retransmis par l’ordinateur.

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 11 février 14, 2012, 07:14:38 pm

Pendant que la petite blondinette subissait les exigences d'une autre femme blonde plutôt aisée, Kairi elle, commençait à être « torturée » par Mélinda. Par chance, ce n'était que des baisers et ça, elle y était habitué. Il y avait peu de femmes de son âge sur l'archipel céleste qui n'avait pas même eu un premier baiser! Même le Lieutenant avait été bien plus loin! Néanmoins, la personne que Suki désirait sauver actuellement était vierge sans l'être. En effet, avec une femme, elle n'était plus vierge depuis un ou deux ans. Elle aussi avait eu sa petite aventure sentimentale au sein de l'armée mais pour ce qui est de faire ça avec une hermaphrodite ou une futanari, elle était encore vierge par contre. Suki était enfin parvenue à avoir ce foutu collier en diamant mais à quel prix? Devoir revoir cette Landy pour une partie de jambe en l'air si ce n'est pas plus? Qu'est-ce que ses femmes avaient toutes à vouloir d'elle? Était-ce à cause de l'uniforme? Le Lieutenant n'était pas une femme facile et pour couronner le tout, elle était du genre réserver et discrète sur la chose. Cela dépendait des fois et de la méthode mais la plupart du temps, en mission comme en dehors, elle ne parle pas de ce genre de chose. L'esclave de la vampire était là, à bord d'une voiture auquel il céda la place en lui demandant de lire les instructions. Première chose déjà, elle était plutôt en colère vis-à-vis de cet homme qui ne lui avait pas réclamé ce fichu collier! Elle l'avait prise pour des prunes? Cette Mélinda, elle avait un sacré culot! Suki ouvrit donc la boite à gant et suivait le parcours indiqué. Une voiture, c'était quand même bien différent d'un vaisseau. Sur Caelestis, seuls les vaisseaux et les scooters anti-gravité étaient présent donc une voiture...

Une chance qu'elle se soit intéressé à la culture et l'histoire de ses mères sinon elle aurait été dans la merde pour conduire cet engin. Néanmoins, tout n'était pas expliqué dans les livres te document vidéo donc elle avait certains petits soucis qu'elle due apprendre sur le tas. Par chance, elle était arrivée à destination, dans les temps et sans causer le moindre dégât à la voiture. Avec toute cette précipitation, elle n'avait même pas vérifié si son datapad avaient reçu les quelques lettres de son adresse actuelle. Appelant donc le numéro avec le téléphone de la voiture, elle eu des nouvelles de Mélinda qui s'amusaient avec la jeune soldate apparemment. Elle éprouva une certaine gêne à entendre sa voix déformée par le désir et ses propres paroles. Elle était entièrement d'accord avec elle mais elle ne pouvait pas laisser Kairi entre ses pattes, beaucoup de personnes l'attendaient au vaisseau et elle ne sera plus jamais la même si elle venait à perdre une de ses femmes. Sa nouvelle épreuve était bien plus difficile qu'un simple vol/empreint de bijou. Là, des vies étaient en jeu dont la sienne. Et Kairi qui était torturé tant qu'elle n'avait pas rejoint la destination finale... Quelle pute cette esclavagiste de malheur! Elle lança le téléphone par terre bien que dans le véhicule, ça ne lui avait pas vraiment fait de dégât mais bon, la colère était bien là. Elle s'inséra sur l'autoroute en montant les vitesses une à une, roulant de plus en plus vite. Les premiers véhicules furent simples à esquiver pour le moment.

« Je sais pas si ta foutue des micros ici mais sache une chose connasse de merde... j'aurais ta peau et tu vas payer chère ce que tu me fais subir, à moi, comme à Kairi... »

La petite soldate semblait calme mais dans sa voix se déversait un torrent de haine envers cette vampire qui déplaçait Suki comme un pion sur un échiquier. La voilà devenue une simple marionnette car cette femme la tenait dans sa paume. Combien d'épreuve devra-t-elle passer pour retrouver l'adresse et régler ses comptes avec elle? Après le vol, cette épreuve où elle pouvait très bien ne tuer personne comme provoqué un grave accident, qu'allait-elle devoir subir? Se mutiler? Tuer quelqu'un? Faire un braquage? Son petit jeu commençait à peine mais elle en avait déjà marre, tout ça depuis le début, à cause de sa propre faute. Quitte à devoir rédiger un rapport là-haut, elle aurait dû la tuer quand elle en avait l'occasion en franchissant la porte de sa cachette dans la boite de nuit. Non mieux, faire exploser ses deux vendeuses d'esclaves en même temps! Montant une nouvelle vitesse, Suki allait au-devant de danger encore plus grand car plus les vitesses montaient, plus les véhicules étaient difficile à esquiver et plus dangereux aussi. À croire que plus elle s'approchait du but et plus le nombre de véhicules augmenterait. Passant de plus en plus de voiture, plus ça allait et plus elle frôlait de voiture et quelques camions qui lui avait déjà bousillé un rétro et éraflé la peinture de la voiture. Qu'importe, ce n'était pas à elle!

La moitié du temps avait défilé et la moitié du parcours était aussi fait. Un bref regard sur le petit moniteur pour voir Kairi qui continuait de se tortiller sous la douleur. Ce bref coup d'œil lui fut néanmoins dangereux car elle avait frôlé une nouvelle voiture et pas qu'un peu! Elle dut bien maintenir le volant pour ne pas en perdre le contrôle! Chaque nouvelle esquive lui faisait lâcher un nouveau juron souvent destiné à la vampire! Bien plus coriace à présent, elle avait du passé entre deux camions qui par chance, c'était un peu écarté en voyant cette folle au volant en contresens! Suki avait eu beaucoup de chance, pas une seule fois, elle avait croisé de voiture de police mais après un tel bordel, cela n'allait pas être le cas surement et s'ils la coinçait, ça n'allait pas être de la rigolade de s'en tiré facilement! Même en employant le fait qu'elle était Celkhane, Lieutenant, en mission pour sauver une vie, c'était du pile ou face qu'elle faisait pour savoir si elle allait passer entre les mailles du filet ou non? Après avoir abimé un grand nombre de voiture et même cause quelques accidents, Suki s'en était tiré en un seul morceau en arrivant à la fin du parcours en pilonnant comme une dératé pour stopper cet engin de malheur dans l'aire de la Villette! Son petit cœur battait à cent à l'heure! La voix électronique indiqua qu'elle était arrivée à destination, ce à quoi elle continua d'être à fleur de peau en agressant cette machine verbalement!

« Ça je le sais pourriture! Alors maintenant arrête ta machine de malheur, Mélinda! »

Quelle épreuve tordue attendait la Lieutenant à présent? Un grand mystère bien qu'elle prit le temps d'ouvrir son datapad pour savoir quelles lettres elle avait débloquées et en attendait de revoir son visage de folle lui adresser de nouveau la parole...

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 12 février 15, 2012, 01:40:08 am

Kairi se tortillait sur la table, sentant la douleur exploser dans son corps. Oui, ce ne devait sûrement pas être une sensation particulièrement agréable pour elle, et Mélinda aurait volontiers préféré l’embrasser, que de la voir ainsi, mais elle se disait que voir Kairi souffrir, plutôt que suffoquer aux baisers de la vampire, encouragerait encore plus Suki à faire ce que Mélinda voulait qu’elle fasse. C’est précisément ce que Suki finit par faire, particulièrement furieuse, invectivant Mélinda, qui gloussait, souriant, amusée, en la voyant ainsi Il y avait une caméra au-dessus du rétroviseur, avec des micros, et Suki ne se gênait pas pour injurier Mélinda. Quelle femme forte ! Une vraie militaire ! Elle s’engagea sur l’autoroute en sens inverse, et roula rapidement, passant les vitesses en slalomant entre les voitures. Mélinda la regardait faire, tandis que Kairi continuait à souffrir, essayant tant bien que mal de s’habituer à cette douleur permanente.

« Ne t’inquiète pas, ma belle, ta supérieure a bientôt fini… »

Mélinda sourit devant le regard haineux de la soldate. Elle avait du cran, cette petite ! Mais ce serait malheureusement bien inutile. La voir aussi furieuse ne faisait que renforcer les désirs sadiques de Mélinda, de même que la fureur de Suki. Elle heurta des voitures à plusieurs reprises, mais parvint finalement à rejoindre, en un seul morceau, l’aire de la Villette. Suki s’arrêta dans un vrombissement de pneus, invectiva la machine électronique, et ordonna à Mélinda d’arrêter, ce que cette dernière fit en appuyant sur un bouton. Kairi se détendit d’un coup, fermant les yeux en frissonnant.

La vampire rappela alors Suki, et lui parla.

« Bravo, ma belle ! Je sens que nous allons bien nous amuser, toi et moi ! Il est donc temps pour toi de passer aux choses sérieuses. Rassure-toi, je ne vais plus te mettre sous pression en blessant ta belle poupée… Tant qu’elle se tient bien. Il est tellement plus agréable de profiter de son corps que de le faire souffrir… Vous êtes toutes aussi bien foutues, vous, les Celkhanes ? »

Mélinda se rapprocha de Kairi, offrant à la vue de la caméra son corps nu, avec le haut de ses belles fesses, puis une vue plongeante sur son cul et le haut de ses jambes. Elle caressa avec l’une de ses mains les hanches de Kairi, qui se mit à gémir faiblement, remontant pour caresser l’une de ses joues. Kairi ferma les yeux, se sentant visiblement mal en point. Mélinda se mit à lui parler sur un ton doux et calme.

« Si tu veux pleurer, tu peux le faire… Mais peut-être que tu veux vomir ? Tous ces éclairs, ça a du remuer ton corps… Est-ce que tu te sens mal, ma toute belle ? »

Kairi hocha faiblement la tête, de haut en bas, et Mélinda claqua des doigts. Un esclave avec une cagoule apparut, tenant un sceau, et le mit devant le visage de Kairi, qui ne tarda pas à vomir dedans. On écarta ensuite le sceau, et l’esclave sortit un chiffon, essuyant les lèvres de Kairi, avant de lui apporter un verre d’eau, soulevant son visage pour la boire. L’esclave se retira ensuite avec le seau, et Mélinda se retourna vers l’objectif, toute nue.

« Bien… Comme tu peux le voir, je prends soin de celle qui sera peut-être ma future esclave… Mais passons aux choses sérieuses. Va dans le menu de l’ordinateur, et utilise le code que je vais te donner pour déverrouiller la serrure du coffre. Tu y trouveras de plus amples instructions sur ta prochaine épreuve. Allez, ma beauté, ne nous fais pas attendre. »

Mélinda transmit à Suki le code, puis referma le portable. Dans le coffre, elle trouverait une enveloppe avec écrit dessus la mention suivante :

« Êtes-vous prête à faire preuve de violence pour sauver l’être que vous aimez ? »

A l’intérieur de l’enveloppe, il y avait les explications, sur un beau papier imprimé de première qualité, comprenant les coordonnées d’un endroit, probablement à rentrer dans le GPS, avec les indications de la prochaine épreuve :

« Pénétrez dans le ‘‘Loone’s Bar’’, et déclenchez-y une rixe. Battez-vous jusqu’à recevoir des instructions supplémentaires. »

Le « Loone’s Bar » était un bar mal famé dans les bas-fonds pourris de Tekhos, et avait cette particularité d’être un club de strip-tease miteux d’hommes, généralement des individus furieux envers les femmes et leur statut de sexe faible. Un endroit sombre, sous terre, avec une musique caverneuse, aux accents faux, où les hommes buvaient, se droguaient, battaient des femmes, dansaient dans des vêtements en cuir, et qui était dans le collimateur des politiques publiques de redressement de la ville. Suki y serait définitivement à son aise. Il lui fallait pour cela retourner dans Tekhos, et rejoindre les quartiers de basse réputation.

De son côté, Mélinda embrassait tendrement Kairi, la cajolant. Avec la caméra coupée, cette dernière ne tarda pas à verser deux larmes, avant de se contrôler.

« Tu vois ce qui arrive quand on est pas sage avec moi, ma poupée, hein ? Tu ne veux plus revivre ça, n’est-ce pas ? Alors, sois sage. D’accord ? »

Kairi ne répondit pas, et Alice la remit en position allongée, où elle offrit à Kairi ce qu’elle avait commencé à faire : une série de tendres baisers.

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Suki Tetsuhiko

Humain(e)

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 13 février 16, 2012, 06:09:06 pm

Après de telles sensations fortes, son petit cœur continuait à battre à un rythme au-dessus de la normale surtout si on ajoute que ses épreuves deviennent de plus en plus tordues! Le vol de bijou, l'autoroute en sens inverse. Qu'allait-elle bien pouvoir lui demander après? Il faut s'attendre à tout avec une tarée pareille! Revoyant la mine réjouie de cette folle de vampire dans le petit écran, Suki avait une folle envie de détruire ce petit appareil! De plus, elle se trimballait à poil? Elle avait un mauvais pressentiment, si ça se trouve, elle profitait de Kairi même si elle, était toujours habillé? Une véritable perverse celle-là! Mais elle ne le pouvait pas pour le moment. Voyant que Kairi était toujours vivante mais mal en point. Une bonne et une mauvaise nouvelle! Maintenant, elle s'en voulait de ne pas avoir été encore plus rapide pour arrivé ici... La jeune femme soldate ignorait tous ses commentaires déplacer et lubrique pour en rester au fait.

« Viens-en au fait! J'ai pas que ça à foutre! »

S'approchant de sa partenaire, cette dernière prenait soin d'elle avec délicatesse, est-ce que ce n'était pas un simple rôle qu'elle jouait devant la caméra? Qui sait quelle saloperie elle pouvait faire une fois que cet appareil était éteint? Au moins, le fait de voir qu'elle prenait soin d'elle durant ce petit moment la rassurait un peu même si sa colère n'avait pas diminué d'un poil. Elle n'avait pas d'autres choix que de suivre ses indications et manipula le petit tableau de bord pour déverrouiller le coffre. Une fois le portable éteint, elle se retenait de pester encore contre elle. Lisant attentivement les instructions de la troisième épreuve, Suki la trouvait déjà moins compliquer que celle qu'elle venait de passer. Foutre le bordel dans un bar de mec, mouais, pouvait-elle vraiment considérer ça comme une épreuve? Il ne fallait pas se plaindre, celle-ci semblait simple, comme la première alors autant continuer comme ça en attendant de retrouver Kairi. Elle n'avait pas non plus le choix que de récupérer la voiture, elle qui voulait bruler les preuves de ce délit, elle allait finalement en avoir encore un peu besoin. Suivant le GPS pour trouver ce « Loon's Bar », le Lieutenant Celkhane arriva à destination en moins de dix minutes sans forcer sur le champignon et en prenant le bon côté de l'autoroute cette fois-ci. Se doutant que dans cette voiture, elle n'était pas encore seule, elle patienta avant de se faire aider de façon « légale » selon les règles de son jeu. Elle lui avait interdit de remonter à elle via la diffusion par la caméra. Mais pas en cherchant son adresse avec les quelques lettres qu'elle disposait sur son datapad.

Une fois garé dans la rue où se trouvait le dit bar, Suki descendait de la voiture cabossée et abimer et se dirigeât vers son objectif. Elle ne manqua pas en chemin de contacter de nouveau Motoko, lui faisant part de ses deux épreuves afin qu'elle tente aussi de calmer le jeu chez les Tékhanes. Landy n'avait du rien dire à propos de son bijou mais sa traversée en voiture a dû en faire crisper plus d'une. Elle lui fit donc un petit résumer et donna les quelques lettres et emplacement de l'adresse de Mélinda sur son appareil. Vu ce qu'elle possédait, il risquait d'y avoir plusieurs adresses de sélectionner mais c'était toujours mieux que aucune en vue. À peine le temps de donner ses instructions qu'elle devait déjà couper la communication. Elle ne manqua pas de lui signaler qu'il risquait d'y avoir du remue ménage au Loon's Bar, afin qu'elle fasse en sorte que les médecins Tékhanes se tienne sur le qui vive. Descendant un grand nombre de marche, Suki s'approchait de plus en plus de ce lieu mal famé qui grouillait d'homme en colère contre leur supérieures sociale. Provoquer une rixe dedans, ça sera assez simple? Le temps de recevoir un appel? Ce qui voulait dire que Mélinda avait surement préparé des caméras dedans aussi? Ou alors un de ses esclaves y était infiltré? Qu'importe au final, elle pourra prendre un peu de plaisir à faire cette épreuve.

Poussant la porte métallique de ce bar qui avait un enseigne vieillot et grisonnant, son entrée fut presque perçu comme une provocation vis-à-vis des hommes. Une femme ici en dehors de leurs petites estrades, ils devaient pas en voir beaucoup. Observant tous ses hommes d'un air méprisant, la petite femme vint s'installer au bar, sur un tabouret vide. Hormis les filles qui dansaient – dont certaines étaient abimé au visage ou sur le corps – pratiquement tous les hommes la dévisageaient comme si elle avait tué un membre de leur famille. Gardant la tête haute en ne faisant pas attention à ses merdes pour le moment, elle commença son petit jeu pour réussir l'épreuve. Elle passa d'abord un rapide coup d'oeil dans le bar, y avait-il quelqu'un de louche ou la présence d'une caméra? Difficile à dire.

« Sert moi un verre d'eau... »

Cette simple phrase résonnait comme si elle était déjà en train de les insulter. Le barman qui avait entre quarante et quarante-cinq ans, chauve, une barbe mal rasé, la dévisageait, en entrant dans son petit jeu, sans le savoir.

« Gamine... Ici c'est un bar alors c'est de gnole ou rien! Comprit? »
« Et moi je t'ai dit de l'eau alors ça sera de l'eau! Fiat ton devoir de servir tes clients et c'est tout! » lança-t-elle d'un regard mauvais.
« Ouais mais je sers Mes Clients! Et pas une sale petite merde comme toi! Allez rentre chez toi, ta maman doit se faire un sang d'encre à pas te voir rentré à l'heure... »

Suki frappa son poing sur le bar ce qui avait fait trembler tout les verres déposer dessus. Son regard toujours aussi noir comme celui des hommes dans ce taudis – dont certains se levait déjà.

« J'ai dit, fait ton boulot! Tu voudrais pas voir les autorités débouler dans ton rade quand même! »
« Tss... » l'homme sortit un verre bien propre  et y déversa de l'eau dedans et juste avant de le lui tendre, il prit le soin de craché dedans avec un grand sourire, lui tendait le verre. « Et voilà ma petite dame! »

Encore un peu de patience, ils n'étaient pas encore mûrs. Il déposa le verre sous quelques rires gras de certains hommes encore assez lucides pour voir ce qui se passait ici. Un des hommes se plaçait derrière elle en se baissa au niveau de sa tête pour lui parler. L'air simplet, grand et fin.

« Rahllez gam-mine... Faut bien tout buare comme ça... Tu rentreura chez towa... Allez va, cul sec! »

Suki ne bougea pas d'un millimètre malgré une forte envie de lui coller la tronche contre un mur et lui faire boire cette horreur. Le bourré s'impatientait mais gardait son humour d'alcolo.

« Que'qui'ya? Haaaa je sais... ta pas de su pour un verre deu laits? T'fait pas bile! Je teul paye moi! Hein, fait faire poussé tout ça pour les remplacer ses grognasses! »

Lorsqu'il avait parlé de « ça » cet inconscient a fait l'erreur fatal de poser ses mains sur sa petite poitrine ce qui la fit sursauter et agir sur le champ. Elle qui voulait attendre encore un peu avant de les massacrer, lui, il avait donné le coup d'envoi. Attrapant le type par sa cravate mal serré, elle le cogna avec violence contre le bar avant qu'il ne s'écroule d'un coup par terre.

« Attouchement sexuel, légitime défense! »
« Légitime défense mon cul! Vous vous trimballer avec des truc super moulants et après tu cries au viol! »
« Allez la petite pute blonde, en scène! »
« Va remplacer ses incapables! On veut d'la chair fraiche nous! »
« Vos gueules les bourrés! D'où vous traitez les femmes de cette manière? Bande de tas de merdes tsss! Vous vous peigné de votre statut dans cette ville? Bha vous le mérité tous autant que vous êtes bande de déchet! Allez en dehors de cette belle cité? Allez vous faire tuer par des monstres, vous faire vendre comme esclave, là, vous aurez le droit de vous plaindre! »

Alors que tout les hommes avaient à peine fait attentions aux premiers mots, tous se levaient même si certains avaient du mal et tous commençaient à entourer la petite Suki.

« Qu'est-ce ta dit grognasse? D'la merde? Nous? Tu vas voir ce que ça fait de la merde! »

Il tendait son bras vers elle mais la seule chose qu'il reçut fut un coup de pied vertical dans la mâchoire alors qu'elle se tenait toujours debout. Début de la rixe! La plupart commençaient à vouloir lui sauter dessus mais elle pris appuie sur celui qu'elle venait de frapper pour quitter le cercle et donner un bon coup de pied dans la tête d'un autre poivrot. S'en suivit un vrai merdier. Tous essayaient de l'attraper mais elle était trop rapide et trop sobre comparée à ses piliers de comptoir donc personne ne lui fit le moindre mal. Elle les rétamait un à un même si un seul d'entre eux avait réussi à la frapper au visage. Cet enfoiré l'avait blessé à la lèvre inférieure et son sang coulait un peu. Ni une, ni deux, elle bondit pour lui rendit la monnaie de sa pièce en gagnant deux dents qu'elle laissait de bon cœur à son propriétaire. Après quelques minutes de bataille, il n'en restait plus un debout hormis le barman et les femmes qui applaudissait la petite femme qui gardait un sourire victorieux face à ses incapables.

« Mesdames, quittez ce job de merde et trouvez-vous un vrai boulot comme l'armée! Vous méritez pas de servir des hommes et encore moins de vous faire frapper par eux. Et toi, si je repasse et que ton rade est toujours aussi cradingue et pas aux normes, je te le ferme et toi, tu gagnes une place au chaud dans une cellule. »

Avec plus aucune personne à combattre, Suki sortit du rade sous les yeux admiratifs des quelques danseuses tandis qu'elle essuyait sa lèvre. Le téléphone sonnait une fois la porte passé et elle décrocha et parlait avant même que la vampire ne lui fasse?

« Satisfaite? Avant de continuer, tu vas me dire combien de tes épreuves il me reste car j'en ai marre de jouer à la marionnette! »

Mélinda Warren

Créature

  • -
  • Messages: 3555


  • FicheChalant

    Description
    Petite vampire qui aime mordre des fesses <3

Re : Odieux chantage [Suki Tetsuhiko]

Réponse 14 février 16, 2012, 08:45:09 pm

« N-Noon… A… Aaaarrêtez…

Les baisers continuaient à affluer sur le corps de Kairi, qui ne pouvait plus retenir sa mouille. Tandis que Suki s’était déplacée vers le « Loone’s », Mélinda, elle, avait inlassablement continué à embrasser et à caresser Kairi. Kairi ne pouvait que reconnaître que cette affreuse vampire avait un corps magnifique, et avait même inconsciemment répondu à plusieurs baisers, se fustigeant elle-même de ce qu’elle ressentait. C’était une esclavagiste d’Ashnard, elle le savait parfaitement ! Mais comment lui résister si longtemps ? Mélinda caressait son intimité, embrassait ses seins, et ne l’avait toujours pas déshabillé, avant d’embrasser longuement, très longuement, et très intensément, ses belles lèvres. Kairi se débattait faiblement, mais de plus en plus faiblement. Mélinda était occupée à embrasser son sein, tandis qu’elle se plaignait. La vampire releva sa tête, caressant les cheveux de Kairi,e t frottant ses lèvres avec son doigt.

« Et pourquoi devrais-je arrêter, ma chérie, hein ?
 -  Je… Je ne suis pas votre…
 -  Chuuuut, mon ange ! s’exclama Mélinda, avant de l’embrasser. Chaque minute qui passe, mon amour, me donne de plus en plus envie de te baiser… Pourquoi devrais-je me retenir, hein, dis-moi ?
 -  Elle… Elle vous tuera, si, si jamais vous…
 -  Peu importe ce qui se passe, je crois quand même qu’elle me tuera… Alors, autant en profiter avant, non ? Et puis, de toi à moi, nous savons que tu vas adorer ça ! »

Un regard d’horreur traversa les lèvres de Kairi, qui tenta de se libérer, secouant son corps.

« Non, non, jamais, jamais ! Au secours, au sec… ! »

Mélinda gifla violemment Kairi à la joue, et se mit à califourchon sur elle.

« Soit c’est moi, soit c’est un de mes esclaves, soit l’une de mes machines… »

A titre de démonstration, elle appuya sur une télécommande, et une espèce de tige cubique, ayant la taille d’une verge, jaillit du plafond, se dressant devant les yeux de Kairi. Le bout était en caoutchouc, mais il s‘agissait bien d’une machine, avec des électrodes. Le regard de Kairi fut horrifié.

« Tu vois, je suis gentille, je te laisse le choix… »

Kairi se mordilla les lèvres, et ferma les yeux, essayant de se retenir de l’injurier, ou de pleurer. Elle essaya à nouveau inutilement de se libérer. Mélinda l’embrassa sur la joue.

« Je vais donc passer un bon moment avec toi… »

Mélinda glissa ses mains vers le bas du justaucorps sexy de la jeune Kairi, et le remonta un peu, afin d‘exhiber son intimité. Elle approcha son visage de cette partie de son anatomie,  et contempla sa petite fente, la caressant avec un doigt, faisant gémir Kairi, mais probablement pas que de plaisir. Elle suçota sa cyprine.

« Délicieuse… »

Mélinda embrassa ce sexe, et se redressa d’un coup, avant d’aller près des consoles, et alluma uné cran. Une caméra de sécurité montrait l’intérieur du « Loone’s », où Suki avait commencé à se battre, avec violence, déferlant sa frustration sur ces pauvres hommes. Mélinda sourit, et se retourna vers Kairi.

« Ta supérieure a l’air en forme…
 -  Elle… Elle vous en fera subir autant !
 -  Peut-être… Mais elle ne fait que creuser sa propre tombe. Pourquoi donc crois-tu que je m’amuse autant avec elle ? Après tout, je n’ai qu’à partir, non ? Mon grand frère m’importe peu, même si elle l’a libéré. Tu imagines un peu les titres ? Ce qui se passerait si jamais le public savait ce qu’une Celkhane gradée ferait ? La réaction des autorités tekhanes ? Une Celkhane qui s’amuse à massacrer des hommes dans un endroit où ils disposent d’une autorisation administrative ? Une Celkhane qui roule à tombeau ouvert en sens inverse sur l’autoroute, qui relâche des détenus ? »

Kairi ne disait rien, comprenant ce que Mélinda disait. Tekhos était un endroit très avancé, un endroit où le quatrième pouvoir, celui de la presse, de l’information, du public, était fort. Si les images d’une Celkhane répandant la pagaille dans Tekhos Metropolis se diffusait sur les réseaux sociaux, Tekhos en pourrait étouffer l’affaire. L’enjeu des relations diplomatiques entre Caelestis et Tekhos pouvaient se poser, on exigerait des sanctions disciplinaires.

« Je n’ai qu’à appuyer sur un bouton, pour que les différents montages des vidéos que j’ai enregistrés des exploits de ta supérieure soient connus aux yeux du public.
 -  Ne… Ne faites pas ça ! Non, je vous en prie…
 -  Et pourquoi serais-je gentille et agréable avec toi ? Tu ne cesses de repousser mes avances, mes élans de douceur et de générosité ! Tu devrais t’y habituer, il y a bien des chances pour que tu deviennes à jamais mon esclave…
 -  Jamais ! fulmina Kairi. Je ne me soumettrais jamais à vous !
 -  Nous verrons… Regarde-moi cette furie, comme elle se bat, comme elle les massacre… J’imagine déjà les gros titres : ‘‘Une extrémiste celkhane massacre des hommes sans raison !’’. Je vois déjà les enquêtes, les rapports, Suki être lâchée par ses supérieures pour éviter que le scandale ne s’envenime… »

Il y avait énormément de bluff là-dedans, mais c’est un bluff qui finit par marcher. Baissant les yeux, Kairi murmura faiblement quelque chose, avant d’y aller plus franchement, probablement par amour pour sa supérieure.

« Je… Je m’offre à… A vous… »

Un sourire ravi se dessina sur les lèvres de Mélinda, qui en profita pour appeler Suki. Cette dernière prit à la première sonnerie, ayant quitté un bar totalement ravagé, les nerfs gonflés à bloc.

« Satisfaite? Avant de continuer, tu vas me dire combien de tes épreuves il me reste car j'en ai marre de jouer à la marionnette !
 -  Oh, mais tu peux arrêter tout de suite, trésor… Rien ne te force à continuer, après tout… Et puis, tu devrais t’en plaindre à toi-même avant tout, bout de chou. C’est toi qui m’as attaqué, après tout. Mais, rassure-toi, encore un bout d’adresse, et tu devrais être en mesure de trouver la bonne. Encore une seule, tu te rends compte ! Mais bon, si tu en as assez, je n’ai plus qu’à repartir avec ta chère Kairi, elle a l’air si appétissante… »

Oui, Mélinda la narguait, mais c’était tellement bon ! Elle reprit alors plus sérieusement.

« Si tu as fini de jouer à la gamine, je vais t’envoyer un message sur ton téléphone. Il contiendra ta nouvelle adresse, et je sens que tu vas t’éclater. A tout à l’heure, ma beauté… Peut-être. Bisoux ! »

Le message ne tarda pas ensuite à arriver. Outre l’adresse, on trouvait aussi l’habituel message :

« Êtes-vous prête à faire quelque chose en opposition avec toutes vos valeurs morales pour sauver l’être que vous aimez ? »

L’adresse était un entrepôt désaffecté et désert. Le garage d’entrée était condamné, et il fallait passer par une porte de service, en traversant une cour pleine de générateurs électriques hors tension. La porte était habituellement fermée, mais, pour l’occasion, les sbires de Mélinda s’étaient débrouillés pour l’ouvrir. La porte donnait sur une table de maintenance déserte, et, quand Suki entra, une voix préenregistrée déclara dans un magnétophone :

« Dans la pièce centrale, vous trouverez un homme, cagoulé et attaché. Cet homme est entièrement à vous. Votre mission sera de coucher avec lui, et de le faire jouir. Ce n’est qu’à cette condition que vous obtiendrez ce que vous cherchez. »

Dans un crachotement, la voix enregistrée se tut. La salle de maintenance se prolongeait par un couloir où des vitres crasseuses montraient l’entrepôt désert, comprenant d’immenses étagères industrielles, avec, au centre, un homme attaché sur une table. Il portait une cagoule en cuir, montrant ses yeux et sa bouche, et, pour simples vêtements, un petit short. Les clefs permettant de le détacher étaient sur la table.

A Suki de se débrouiller pour réussir à le faire jouir.

Mélinda, de son côté, était retournée vers Kairi, et avait fait jaillir sa verge, signe qu’elle était excitée, se rapprochant d’elle, la lui montrant.

« Et si on passait aux choses sérieuses ? »
« Modifié: février 17, 2012, 01:42:26 am par Mélinda Warren »

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Répondre
Tags : fini futanari yuri