Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

jeudi 21 mai 2020, 12:42:42

Un soir habituel à l'Auberge appartenant à la sorcière Thiana Gian. Soiffards classiques, qui semblent vouloir fusionner avec le comptoir... Malgré tous ses efforts, la jeune Alecto n'arrive pas à faire briller le bois, dont le vernis craquelle chaque jour plus sous les coups de chopes, les résidus de liquides divers dont on évite parfois de se demander la véritable nature.

La salle est assez remplie, ce soir. Pour beaucoup, et notamment sa Maîtresse, cela signifie que les affaires tournent, c'est somme toute positif. Mais... Pour la discrète et timide serveuse, cela signifie une activité intense et désagréable. Ivrognes qui hurlent, chants de marins à la note fausse et au relent iodé, bardes qui s'essayent à de nouvelles mélodies et testent leurs créations devant un public difficile, table de jeux aux visages tendus, tapageuses aguichantes en quête de quelques pièces... Et tout ce petit monde réclame à boire et à manger.

La domestique de la Sorcière s'efforce de satisfaire les commandes. Mais il faut avouer qu'elle n'est pas douée. Intimidée par un soldat aux larges mains et l'oeil mort, elle se trombe dans ses souhaits, et subit une pluie d'insultes. En surestimant ses capacités d'équilibre, elle porte un plateau bien trop rempli de coupes et carafes, et des gouttes d'un vin rouge sombre constellent la chemise d'une diseuse de bonne aventure, qui lui promet mille malédictions...

Alecto n'a pas une seconde pour elle.
Elle ignore avec soin, docile et résiliente, les gestes déplacés et les suggestions bien trop familières, pour se concentrer sur sa tâche. S'il ne tenait qu'à elle, elle demanderait assistance à sa Maîtresse, mais elle sait qu'Elle est occupée, et que ses occupations sont hautement plus importantes et délicates que les siennes... A chaque fois qu'elle pense à Thiana Gian, le coeur d'Alecto se serre : il est difficile pour elle de savoir si elle l'admire plus qu'elle ne la craint. Ou l'inverse. Si elle osait, la Domestique lui suggérerait de se vêtir de manière plus appropriée pour le service. Mais sa Maîtresse la veut élégante et décorée, voire décorative. Alors, Alecto déambule dans l'Auberge vêtue de voilages délicats d'une couleur lilas, et elle a paré son corps de bijoux. Après tout, si cela peut aider aux affaires... ?

Cette fois, un plateau porté bien fermement à deux mains, elle se fraie un chemin entre les tables combles pour apporter son souper à un couple qui roucoule. Elle ne peut réprimer un sourire attendri face à ce spectacle touchant... Le grand cœur de la petite lui joue assez souvent des tours pour qu'elle réussisse, un jour, à apprendre la leçon mais. Elle trébuche sur la botte large et sale d'un voyageur. Sans comprendre ce qu'il lui arrive, l'esclave se retrouve soulevée par une main puissante sertie d'une chevalière, qui l'a empoignée à la gorge, et un visage bourru plein de rancoeur grogne un
"'gaffe où tu mets les pieds, bécasse."

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 1 vendredi 22 mai 2020, 13:02:21

J’avais besoin de me restaurer d’autre chose que des ordures sur ma route, et accessoirement de trouver à me loger. Comme souvent j’opte alors pour un passage à l’auberge. Dans celle-ci on me connait pas encore. C’est à la fois un avantage et un inconvénient. Un avantage parce que je bénéficierai l’effet de surprise. Un inconvénient parce que je ne sais pas où je mets les pieds, et ça peut être dangereux selon sur quel genre de population on tombe. Y’a des gens impressionnables, et d’autres pas. Et dans mon cas, vaut mieux que j’impressionne, c’est une question de survie. Posté près de la porte d’entrée, j’avise le brouhaha à l’intérieure. Ici on picole c’est sûr ! Et pas du meilleur vin. Ça parle fort, ça s’invective, ça lance des jurons… C’est du tout venant, et surtout du bas-fond. Le plus risqué, pas ce que je préfère… J’avale ma salive, prends une grande inspiration et… j’actionne le loquet de la porte, debout sur la pointe des pieds, utilisant ma hallebarde. Du moins j’essaie, car je l‘atteins tout juste. Mais soudain elle s’ouvre toute seule. Deux ivrognes sortent, titubant et s’épaulant l’un l’autre. Ni une ni deux… J’ai un coup d’œil méfiant sur eux, puis, me faufile à l’intérieur…

Comme attendu, y’a du monde ! Impossible de passer inaperçu. Alors j’ai pas le choix. Je fais comme je fais toujours dans ses cas-là : J’oublie que je ne fais que 30cm de haut, et vais me trouver une place en me taillant la route parmi les bottes et les sabots, avertissant sur mon passage, pour ceux qui m’auraient pas vu, avec ma voix de vieux pirates. Ça impressionne la première fois !


- At-tentioooon… Je passe ! … Pousse ta guibole toi ! … Hey ! Fait gaffe où tu marche grand !  T’es pas tout seul ! 

Donnant de la voix et des coups du plat de ma lame, comme ça jusqu’à une chaise libre, provoquant la surprise, et parfois même la stupéfaction de certains, qui pensent alors avoir une hallucination et fixent le fond de leur choppe perplexes. Arrivée au siège convoité - si personne à posé ses fesses dessus entre temps - je l’escalade, en commençant par y jeter mon balluchon et mon arme… Puis m’y tiens debout, agrippé au rebord de la table. En général, seuls mes oreilles et mes yeux dépassent. Et comme mes trois voisins de tablée me fixent avec des yeux ronds comme si j’avais un poulpe vivant sur le crâne, je leur lâche,

- ça va ! T’as jamais vu un chat qui parle !?  Ben maintenant c’est fait. Au moins, t’auras quelque chose à raconter à bobonne en rentrant. Merci qui ?

Et à l’autre à côté qui me regarde moins étonné que suspicieux, j’ajoute,

- Eh oui ! C’est bien ce que tu penses… La magie a parfois des ratés. Surtout quand on s’amuse avec des sorts puissants. Mais t’en fais pas, j’ai retenu la leçon ! Je m’occupe plus de métamorphose.

Voilà qui devrait me mettre un peu à l’abri des convoitises et autres coups fourrés. Et au troisième qui a justement l’air de m’examiner comme une marchandise qu’il voudrait acheter… ou plutôt revendre un bon prix, je poursuis, en appuyant bien mon regard dans le sien,      

- ça me laisse plus de temps pour étudier d‘autres trucs plus vicelards, qui m’ont bien aidé à rester envie jusqu’ici. Mais… on cause chiffons là,  ou on picole ? Qui c’est qui régale ? L’avantage c’est que j’ai un tout petit estomac.

Là-dessus, j’avise une dernière fois leurs trognes cabossées, pour y sonder l’ombre d’une perfidie possible… et, n’en voyant pas venir, je me retourne pour chercher la serveuse.   

C’est toujours bon de tourner le dos à un éventuel adversaire comme si de rien n’était. Comme ça il sait que t’as pas du tout peur de lui. Et il va en conclure tout seul que c’est sans doute parce que tu as largement de quoi le rétamer en magasin. C’est risqué c’est sûr. Le jour où on me croira pas, ou que j’tomberai sur des têtes brûlées, elles me mettront dans un sac pour me revendre un bon pris à la foire ou a un particulier, amateur de curiosités vivantes. Ce coup-là il se pourrait bien que je me retrouve en cage dans le salon d’un manoir bourgeois pour le restant de mes jours. Je mène une vie plein de danger. J’ai pas le choix. Et à force… je m’y suis fais. En général, quand ça tourne mal, reprendre mon apparence humaine suffit à me sauver la mise et souvent la vie.
       

     

             
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 2 vendredi 22 mai 2020, 13:51:11

Une toute petite voix éraillée par la prise sur son cou grésille.

"Ma... ma Maîtresse vous demande de bien vouloir ne pas abîmer le personnel..." Et la grosse main à la chevalière, dont le visage fronce d'épais sourcils au dessus d'un oeil borgne, desserre ses doigts. En général, évoquer la Sorcière suffit à faire réfléchir même les plus soûls des piliers.

Alecto tombe au sol sans adresse, restant plus ou moins de bout, et se penche pour ramasser les débris de son plateau. Autour d'elle, des rires, qui se taisent aussitôt quand se referme la porte de l'Auberge. En se redressant, la jeune fille ne voit d'abord pas ce qui peut provoquer un tel étonnement, qui s'efface bien vite pour reprendre le brouhaha habituel et gras.

En courbant l'échine, elle retourne difficilement jusqu'au comptoir, les yeux humides, encore sous le choc de l'agression. Son cou porte encore les marques rouges de la poigne du voyageur mécontent, qu'elle frotte par réflexe, et grimace, tout en tournant autour du bar pour prendre la place qui lui revient.  Déposant plateau et débris du souper avorté, elle rince ses mains à un baquet d'eau, alors que montent à ses oreilles d'étranges paroles.

Métamorphose ? Trucs vicelards ? Elle écarquille les yeux et se retourne pour observer qui pourrait être l'auteur de ces annonces. D'abord, bien sûr, elle ne voit rien qu'un baluchon sur le comptoir, une arme qu'elle ne sait nommer, et se demande si l'homme -la voix était assurément grave- n'a pas déguerpi en laissant traîner ses affaires. Mais, à voir le visage des clients autour du paquetage, Alecto soupçonne tout de même autre chose... Elle refait le tour du comptoir, curieuse, la tête penchée telle un cocker timide.

Alors, elle voit de profil un. Un chat ?
Elle cille. Cela semble être un chat assit sur une chaise haute, vêtu comme un mendiant ou un ancien soldat sans solde, qui observe de ses yeux de... de chat la pièce. Est-ce que sa Maîtresse a autorisé les animaux sans l'en avertir ? Mais... Est-ce qu'un chat porte des vêtements ? Possède une arme ou un baluchon ? Et surtout, est-ce qu'un chat parle ? Alecto en doute. Une moue vient tirer sa bouche, alors qu'elle s'approche du matou.

Intimidée, mais incapable de ne pas avancer pour en savoir plus, la Domestique se racle la gorge, pour tenter de se faire entendre. Restant à une distance qui lui semble sécuritaire, elle pince les lèvres avant d'oser parler.

"Je... Vous... désirez quelque chose à boire ?" Est-ce qu'il réclamera du lait ? Que boit un chat qui parle, et un chat magicien ? Beaucoup trop de questions dans la petite cervelle intriguée, mais peureuse, de l'esclave.

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 3 lundi 25 mai 2020, 16:08:24

Mes acolytes de bar calmés et prévenus, je réalise que la serveuse à des ennuis. Trop tard pour intervenir, si jamais j’intervenais ! Je ne me sens pas d’humeur à jouer les sauveurs ce soir. En plus, depuis que je suis chat, c’est devenu éminemment risqué pour moi. Mais la voilà qui finit par trouver le temps de s’intéresser à moi. Fort bien ! Elle a l’air très surprise. J’ai l‘habitude de faire cet effet-là. J’aime bien ! C’est même un gage de survie pour moi. C’est quand les gens ne sont pas surpris que je commence à m’inquiéter. Car alors, le pire est envisageable. Avec mes 30cm et mes 2 kilos 5, je fais le poids contre rien ni personne. Je prends mon temps avant de répondre, pour soigner mes effets, étrécissant mes yeux félins et me grattouillant la barbiche avec des gestes qu’aucun chat ne penserait à faire. Enfin je lâche, d’un ton aimable, un poil surjoué dans le sucré,

- Le bon soir Damoiselle. A boire et à manger, oui. Mais faîtes-vous seulement des portions à ma mesure ?  Parce que si je dois payer un plat dont je ne mangerai que deux bouchées, et une bière dont je ne boirai qu’une gorgée au prix fort, je crains de ne pas avoir assez sur moi. C’est qu’elles sont lourdes et encombrantes les pièces de votre monnaie dans mes minuscules poches.

Et je lui sors mon plus beau sourire, clignant de temps en temps les yeux, tout en la fixant. D’ailleurs, de l’angle où je suis, je peux pas rater ses seins… Et je me prends malgré moi à m’imaginer  en train d’y faire la sieste, moelleusement callé entre les deux. Voilà bien un divan à ma mesure. Pourvu qu’elle aime les chats.              
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 4 mardi 26 mai 2020, 17:03:46

Alecto cilla longuement, incrédule et curieuse, à mesure que cette petite créature argumentait sur la nature des portions, mettant en avant bien des raisons pour la jeune fille de succomber. Elle n'y avait jamais songé, et c'était bien la première fois qu'elle avait à le faire, mais oui, évidemment, dans un cas d'un chat parlant et botté, évidemment, tout objet à taille humaine était bien trop grand, lourd, encombrant ! Pauvre de lui, d'avoir à vivre dans un monde parfaitement inadapté !

La Domestique tombait droit dans le panneau, les grands yeux du félin de salon finirent par la convaincre, s'il en était seulement nécessaire. Son visage, un peu craintif de prime abord, au regard intrigué, avait migré vers une expression pleine d'empathie, hochant même la tête lentement, compréhensive. Hé bien oui ! Il serait fortement malhonnête de lui faire payer le prix fort, à ce pauvre animal... Si... si tant est qu'il s'agissait d'un animal ? Qu'était-il ? L'Esclave pinça les lèvres en une expression naïve et, il faut l'avouer, idiote.

"Oh..." Elle était hameçonnée, c'était trop tard.

"Vous avez raison, oui... C'est vrai que ce serait injuste." Et l'injustice, c'était mal, n'est-ce pas Alecto ? Dans son cœur,  c'était déjà tout vu, et tout décidé. Il était cruel, presque de l'arnaque, que de ne pas adapter à son gabarit les services de l'Auberge. Mais... dans sa petite cervelle, la Domestique était en proie à un dilemme furieux. Les idées se bousculaient, les arguments et plaidoiries luttaient avec fureur, et cela se voyait sur son visage. Ses grands yeux baissés, à la fois intimidée et pensive, exprimaient toute l'étendue de ce qui se jouait en elle, se tortillant les doigts nerveusement.

"C'est que... Voyez-vous..." Elle se mordillait l'intérieur de la joue. Saurait-elle prendre une telle décision sans l'aval de Thiana Gian ? Se ferait-elle réprimander ?"Je ne sais pas trop si... Si j'ai le droit. Ma Maîtresse est assez à cheval sur les règles, et vous en conviendrez, c'est important de suivre les règles..."

Oh oui, très important. Enfreindre une règle ou un loi, qui faisait ça ? Les bandits ! Et S'il y avait une chose qui faisait peur à Alecto, c'était les Bandits, les truands, les voleurs, les malfrats ! Les pommettes de la jeune fille devenaient plus roses, à mesure que son combat intérieur augmentait la température de son corps, et le battement de son coeur.

A côté d'elle, au comptoir, un des hommes ayant reluqué sans retenue la créature féline originale souffla un "J'vais te les tenir tes pièces si elles sont trop lourdes, Minet."

Alecto sursauta, semblant s'éveiller de ses pensées paniquées. Elle tourna ses yeux clairs vers le type, un ivrogne habitué de l'Auberge, toujours près à un mot gras quand elle passait à côté de lui. Se sentant surement très fort en cet instant, face à une petite esclave, et un chat de moins de cinquante centimètres de haut, le pilier renchérit "Apporte-lui du lait dans un dé à coudre, Alecto, pis fais-y attraper une souris du grenier pour dédommager la Sorcière."

Avalant avec peine sa salive, l'Esclave restait immobile, craintive de la réaction de la créature. Elle avait été attendrie par ses mots et son attitude, mais elle se souvenait très bien qu'il avait parlé de métamorphose, et sous-entendu d'autres pouvoirs plus impressionnants encore. Elle était terrifiée à l'idée qu'il se mette en colère, ou que le Pilier fanfaronne encore, et ne la force à agir comme il l'avait suggéré, en riant grassement.

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 5 mardi 26 mai 2020, 22:33:07

La serveuse passe bien vite de la surprise à l’adhésion, prenant clairement parti pour moi. Là, mon petit cœur de chat a un battement plus fort, comme à chaque fois que je réussis ce coup-là. Mais là voilà pourtant bientôt qui hésite… Ah les méandres de l’âme humaine ! Surtout celle des serviteurs de tout poil, e n'y entendrai jamais rien ! Car la jeune femme était visiblement en proie à quelqu’intenses réflexions intérieures dont j’ignorais la nature véritable. Et comme elle me parle de l’importance du respect des règles, je hausse un sourcil, me grattant la barbiche et soupire.

- Ah bon ?! Parce qu’il y a des règles qui régissent le cas des chats parlants ici ? La vous m’étonnez ! Ça serait bien la première fois !

Dis-je ironique, un brin moqueur. Mais voilà qu’un ivrogne, enfin, un client s’en prend à moi, commençant par me proposer de m’alléger de mes sous. Je me retourne vers lui aussitôt, sans précipitation toutefois… Je le dévisage, posément, de la tête aux pieds, du haut de mon tabouret… Me tire doucement une moustache, puis lui dis,

- Mes pièces ? Faudrait déjà que j‘en ai plus d’une.

Puis comme il poursuit en ironisant sur le rôle et la nourriture des félins domestiques, j’ajoute,

- Une Sorcière ? Alors peut-être me rendra-t-elle ma forme originelle si je la débarrasse de TOUTES les souris de la maisonnée ? Mais quitte à boire un dé à coudre, j’aimerais autant qu’il soit de gnaule plutôt que de lait. Je n’en bois guère. Je lui préfère le vin ou la bière… Pour l’ivresse bien sûr. Mais j’ai idée que j’y parviendrai rien qu’en respirant votre haleine. Pas vrai ?  hé hé hé…  

Y ajoutant un regard entendu et un sourire en coin, toujours sur mes gardes maximum, sans rien en laisser paraitre. 


   
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 6 mercredi 27 mai 2020, 12:08:23

L'intervention de cet habitué malpoli avait totalement empêché Alecto de répondre. Tétanisée qu'elle était, comme glacée, de peur que la créature à moustache ne soit un immense et puissant démon qui ravagerait toute l'Auberge face aux moqueries d'un mortel. Elle attendit une étincelle, se demandant si ce n'était pas mauvais signe, que le Chat reste si calme... Peut-être que c'était le calme avant la tempête ? L'Esclave murmura une prière silencieuse, appelant l'aide des Dieux pour éviter le chaos.

Les mots de ce petit client poilu la laissa bouche-bée. D'abord, parce qu'elle était toujours impressionnée par les personnes qui n'avaient pas peur des grosses brutes, qui ne se mettaient pas à pleurer, ou fuir à toutes jambes. Là, malgré la situation, il restait parfaitement maître de son sang-froid et devisant avec malice.

Savoir se sortir de telles situations était un art, assurément, qu'Alecto ne maîtrisait pas, et admirait. Ignorant que ce n'était que le prix de la survie pour Yazill, elle l'observait lorsqu'il parlait posément, avec des arguments qui, encore une fois, faisaient mouche pour la petite serveuse. Comment ne pas penser "mais oui, il a raison !" ? Elle pinça les lèvres et acquiesça, même, appuyant ses dires. L'attitude du matou était peut-être courageuse, ou alors, Alecto avait une sainte horreur de toute forme de conflit, car cela l'angoissait... ? Elle se racla la gorge, son qui passa presque inaperçu, même si autour d'eux un relatif silence s'était imposé. Les clients étaient curieux et amusés par cet échange, et sans doute cherchaient-ils tous à savoir si la petite créature féline était bel et bien aussi puissante qu'elle l'avait laissé croire en arrivant.

Prenant son maigre courage dans ses deux mains graciles, pleines de cicatrices, l'Esclave fit un pas en avant, et se tourna vers le Pilier. Dans un geste parfaitement tremblant, le visage blême, elle vint poser sa paume sur l'avant bras large et crasseux de l'homme qui grognait déjà de la réponse de Yazill, serrant le poing.

"Monsieur, je suis confuse..." Elle leva l'index de son autre main vers l'arrière du comptoir, où trônait, accroché au mur, un large écriteau de bois sculpté déclarant officiellement ses mots "PAS DE BAGARRES A L’INTÉRIEUR".

L'Esclave rougit avec force quand le client posa ses yeux furieux d'avoir été maltraité verbalement par un chaton, et sa voix se fit éraillée par la peur.

"Vous... vous savez bien... Ma ... Ma Maîtresse. Elle n'aime pas trop qu'on casse le mobilier et..."

Inutile d'en dire plus pour l'Habitué, qui semblait connaître Thiana Gian suffisamment, pour lâcher un râle mécontent, mais résigné. Cependant, il vira la petite main d'Alecto, de rage, surement plus facile de s'en prendre à elle qu'à la Sorcière ou au Chat à la Langue Bien Pendue, avant de se lever et de pointer un index vengeur vers le félin. "Toi, Minet, je t'attends dehors, y a pas d'panneau dehors, et jvais me faire un manchon de ta fourrure miteuse."

Il conclut sa menace en crachant au sol, sortant de l'Auberge en jouant des épaules. Le brouhaha reprit petit à petit, et bientôt, l'ambiance fut redevenue la même... La Serveuse, reprenant une coloration presque normale, reporta son regard bleu vers le petit client poilu.

"Pardonnez l'attitude de ce monsieur, je vous prie, ce n'est pas l'habitude de la Maison, je vous le promets..." Ayant à cœur qu'il n'en tienne pas rigueur à l'établissement, de peur de contrarier sa Maîtresse, Alecto baissa les yeux timidement, avec un léger sourire gêné.

"Un petit verre de bière, et un bol de lapin aux olives, avec une bonne tranche de pain au miel, cela vous conviendrait, Monsieur ?"

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 7 jeudi 28 mai 2020, 22:57:57

La serveuse semble si effrayée par son stupide client, tellement que je m’en amuserais presque à ses dépends. Enfin, non, je préfèrerais plutôt parvenir à lui tirer un sourire. Son regard triste un peu éteint me ferait oublier qu’elle peut sourire, comme tout le monde. Mais peut-être que sa vie est médiocre ? Médiocrement triste ? Comme elle parvient néanmoins à rappeler les règles au client, il s’en va, me menaçant ! Je crois rêver ! S’abaisser à provoquer un matou en duel ! Y‘en a qui n’ont vraiment plus de dignité. Mais… j’ai l‘habitude de gérer pareille situation. C’est pas la première fois que ça m’arrive bien sûr. Les idiots comme celui-là, il y en a partout. Et je sais déjà comment je vais lui échapper sans le moindre risque. Si bien que, tout sourire et amusé d’épater un peu la serveuse par mon audace, je surenchéris sur les stupides menaces de mon adversaire, rétorquant, montrant ma hallebarde qui n’est guère qu’un couteau de service pour lui,

- C’est ça !  J’arrive ! Et puisque j’ai qu’un couteau de cuisine pour me battre, tu serais bien avisé de te munir d’une fourchette ! Comme ça on sera raccord !

Et si j’en avais eu une à porté de main, je l’aurais lancée sur sa route. Ensuite, une fois l’importun dehors, Alecto s’excuse à sa place. Je lui souris, étirant mes yeux félins en deux fentes jaunes, soupirant,

 - Et allez ! Me dîtes-pas que vous vous excusez pour lui ?! C’est lui l‘idiot ! C’est lui le malotru ! Que pouviez-vous y faire ?

Puis je murmure tout bas pour moi seul, en secouant la tête négativement et en fixant le vide devant moi,

- pas l’habitude de la maison, tssss…

Elle se sent tellement... coupable qu’elle ment. Je ressens un brusque élan de compassion, qui me monte au coeur et me serre la gorge. Je la fixe, battant des cils un coup, mon regard trahissant mon trouble, puis… Elle me propose  un menu. J’acquiesce lentement, avec un sourire timide et soupire,

- Gardez la tranche de pain. C’est pas pratique avec mes petites dents. Le reste suffira bien. Et…

Je pose ma toute petite main sur son poignet, relève mes yeux agathes dans les sien et conclus,

- J’aurais sans doute pas de quoi payer, vous vous en doutez… mais l’autre dehors aura ma peau, réclamez-la lui, ça vous fera un souvenir.


D’un ton qui l’empêche de savoir si je suis sérieux ou si j‘ironise. De toute façon, c’est a vérité : je n’ai pas plus d’un sous en poche. Et je doute que ça suffise.

- Me dîtes-pas que votre maitresse vous reprocherait de nourrir un chat errant ?  Si c’est bien une sorcière alors… vous n’aurez qu’à lui dire que j’étais noir, hé hé hé… Elle vous félicitera !   

     
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 8 vendredi 29 mai 2020, 08:46:03

Finissant d'achever la crédule Esclave, la petite patte sur sa sienne, et ce regard de pauvre petite créature implorante laissa Alecto ouvrir la bouche, sans qu'aucun son ne puisse en sortir.

Rassurée par le départ de l'Habitué, qui avait évité une bagarre potentiellement suivie de bris de matériel, vaisselle, voire meubles, la jeune fille se sentait moins angoissée. Les situations de tension n'étaient jamais facile à vivre pour elle, et elle fut encouragée par les très aimables paroles de Yazill, qui assurait que le coupable était bel et bien cet ivrogne malpoli. Elle hochait la tête, à son tour convaincue, mais incapable tout de même de dire du mal d'un client.

Il enfonça le clou avec l'éloquence nécessaire pour serrer le cœur de la petite Domestique, quant à sa fortune. Naturellement, elle avait réagit sans réfléchir après l'altercation, proposant son repas au chat. Pauvre petite créature... Non seulement il devait avoir eu très peur de se faire frapper -de ce qu'elle songeait-, mais en plus, elle n'avait même pas assez d'argent pour manger à sa faim ! C'était si injuste !

Élevée depuis sa prime enfance pour ressentir une profonde empathie et une immense compassion, on atteignait là un sommet, tant Yazill avait la ruse d'en jouer, et son apparence aidait largement. Elle cilla longuement, sursautant quand il évoquait sa fin prochaine des mains du Pilier.

"Oh non ! Ne dîtes pas cela, je vous en prie." Elle pris la petite patte posée sur son poignet.

"Il ne vous arrivera rien, je vous le garantis." Sa bonne âme venant encore une fois de se faire abuser, sans qu'elle ne puisse même imaginer la fourberie de son interlocuteur, Alecto esquissa un sourire qu'elle voulait rassurant, pour tenter de soulager la pauvre petite bête de pensées noires.

"Suivez-moi... s'il vous plait." Pris d'un soudain courage, elle patienta le temps qu'il faut pour que son félin client récupère ses affaires et saute au sol, espérant qu'il accepterait de le suivre jusqu'à l'arrière cuisine, derrière la porte qui donnait de l'autre côté du comptoir.

Toujours un peu voûtée, comme s'excusant d'exister, elle se fraya un chemin rapidement, gracile et passant inaperçu. Quand elle laissa Yazill entrer dans la pièce qui servait de cuisine, et de stockage de certaines bouteilles de meilleure qualité à l'abri des regards soûls, Alecto rougit légèrement, avec un sourire intimidé.

"C'est... c'est plus sûr, ici." Elle supposait non seulement qu'aucun ivrogne ne viendrait l'importuner et ... que Thiana Gian ne verra pas immédiatement découvrir qu'elle nourrit gratuitement n'importe quelle créature qui réussit avec malice à la tromper.

D'un pas leste, et avec un silence étonnant, l'Esclave servit un petit verre de bière mousseuse, puis se saisit d'une grosse louche pour prendre d'une large marmite fumante une belle quantité de ragoût qui mijotait. Elle s'appliqua à y ajouter les olives, comme concentrée sur sa tâche, soucieuse de faire correctement honneur à son petit client poilu.

Le pauvre chat devait sans cesse être ennuyé par ce type de personne ignoble, et à chaque fois qu'il parlait, il trouvait un argument qu'Alecto ne pouvait démentir. Sa naïveté effrayante lui certifiait que Yazill était sincère et aux intentions honnêtes...

Contre un mur de la pièce, une table d'office et un tabouret n'attendait plus que l'infortuné matou. Alecto y déposa l'écuelle et le verre, et tendit la main, l'invitant à s'installer, tirant un sourire enfantin.

"Voici Messire !" Un léger rire passa la barrière de ses lèvres, et elle alluma une chandelle pour que la pièce soit moins sombre. "Gardez votre argent, monsieur, ceci en dédommagement des insultes de notre client."

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 9 vendredi 29 mai 2020, 17:39:09

Décidément, elle marchait au quart de tour cette fille. Elle était parfaite. J’aurais pas pu mieux tomber finalement. La voilà qui m’offre de la suivre… C’est parfait ! Bien que je ne sais pas où elle va m’emmener, je ramasse mon balluchon, ma hallebarde, et saute à terre pour la suive. Elle est tellement « bonne poire » qu’elle serait surement incapable de faire un mauvais coup. Et en effet, elle me conduit loin de la clientèle dangereuse, là-derrière je serai plus tranquille.  Je lui souris largement, autant que faire se peut avec une bouche de chat.

- Vous êtes bien bonne ma mie, j’espère que je rencontrerai votre patronne pour lui dire combien vous m’avez soigné.

Avec une courbette obséquieuse, et ma petite main sur le cœur, avant de prendre place à la table qu’elle me désigne dans son arrière boutique. Ça sent rudement bon. Je ne peux m’empêcher de la regarder, avec sa petite bouille enfantine et ses seins généreux. J’imagine très bien ma petite langue en lécher les tétons… Voilà qui me tire un second sourire, moins sur-joué celui-là. Et tandis qu’elle donne mon écuelle, je rétorque,   

- Mademoiselle, vous me comblez ! Vous êtes un ange ! S’il y a un Dieu pour les serveuses alors, il faut qu’il vous bénisse.

Tout en me léchant les babines et attachant ma serviette autour de mon cou. Elle est tellement gen-tille ! Et naïve, qu’avec un peu de chance, dans un moment, je serai effectivement en train de les lui lécher...  ses fameux tétons ! Voilà un idée qui me fait ronronner bruyamment d'ailleurs.  Je trinque vers elle, tâchant de lever ma bière comme je peux, l’agrippant avec mes deux petites mains, puis commence à déguster ce ragoût qui semble fort bon.

- Est-ce vous qui cuisinez aussi ? En tout cas, c’est vraiment délicieux !

L’ennui c’est qu’elle a son service à assurer, et qu’elle ne va surement pas pouvoir rester là, à me tenir compagnie. J’en ai un petit soupir… reposant ma choppe avant de m’en consoler en pensant que je me rattraperai plus tard, quand il sera question… de m’héberger. J’adore ce genre de filles… avec un peu moins de scrupules, j’en ferai ce que je veux.  Hé hé hé… Finalement je la trouve touchante aussi, dans toute la splendeur de sa naïveté crasse et sa gentillesse qui déborde encore plus que ses nichons de son décolleté. Je commence même à penser que j’en userais bien avec mon corps humain…

Tout à mes pensées malines, je m’affaire à remplir me petit ventre. Mon seul regret au fond, dans ce corps de chat, c’est de n’avoir plus faims si vite ! Une ou deux de vos bouchées et me voilà calé. Quel dommage ! Quand il y a tant de bonnes choses à manger !

Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 10 vendredi 29 mai 2020, 18:48:57

Alecto se laissa complimenter, en rougissant. C'était prévisible, n'est-ce pas ? Elle baissa le regard mais, lorsqu'il évoqua un Dieu, ses yeux bleus se relevèrent immédiatement, et elle les posa sur la petite face à moustache de son hôte.

"Il vous entend, Monsieur, Il récompensera les plus humbles." Elle avait parlé d'une voix plus étrange, telle que le font ces prêtres ou ces oracles, quand il récitent leurs messes, ou leurs précieux mensonges. Pour Alecto, cela paraissait naturel, pourtant. Et surtout, les mots étaient empli d'une complétude dévote désarmante.

Qu'il la qualifie d'ange la touchait énormément, et cela se voyait. Ses pommettes étaient constellées de tâches roses, et elle pinça les lèvres, n'ayant visiblement pas l'habitude qu'on la complimente. Et surtout, ne voyant aucunement les fourberies dans le verbe de son invité... L'Esclave essuya ses mains à un torchon, et machinalement, tira sur les pans de voiles transparents que Thiana Gian la forçait à porter lorsqu'elle faisait le service. Ses bijoux teintaient à chacun de ses pas, seule trace parfois de son existence pour les clients bruyants. Si sa Maîtresse trouvait qu'elle était mieux ainsi, elle devait bien s'y résoudre, non ?

Yazill se mit à ronronner, et alors Alecto lâcha un petit "oh" surpris, et... attendri. Alors qu'il semblait largement apprécier la nourriture (bien sûr, pourquoi ronronnerait-il si non ? Il ne pouvait s'agir que de la satisfaction du repas.), la jeune fille ne trouvant d'autre siège, s'agenouilla pour s'asseoir sur ses talons. Elle semblait coutumière de la chose, et nombre de ses précédents Maîtres la voulaient installée ainsi, dans une posture soumise. Elle prit soin de pousser les voilages qui pourraient traîner au sol et se salir, car évidemment non seulement cela faisait négligé face à la Salle qu'elle devait servir, mais surtout, cela agacerait la Sorcière... Et... Alecto craignait de la décevoir, comme de la fâcher.


La petite Domestique crédule esquissa un sourire gêné par la remarque sur sa cuisine.

"Je cuisine lorsque ma Maîtresse me le demande, Messire Chat... Oh.." Elle écarquilla les yeux, se cachant la bouche avec sa main. "P... pardon ! Je... je ne voulais pas vous appeler ainsi..."

Confuse, craignant de l'avoir blessé, voire insulté, Alecto devint blême, se confondant en excuses.

"J... Je suis désolée. Comment. Comment dois-je vous appelez, Monsieur ?"

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 11 vendredi 29 mai 2020, 21:24:21

Je continue à l’observer par petits coups d’œil rapides, tout en dégustant mon dîner. Je lui trouve manifestement des attitudes et des réactions…. Comment pourrais-je dire ? Docile ? Effacée ? Oui, quelque chose comme ça. Coupable même peut-être ? Elle semble capable et prête à, ramper, si  on le lui ordonnait. D’où cela peut-il venir ?

Je prends une gorgée de bière. Et comme elle se panique à nouveau de m’avoir appelé « Monsieur Chat » j’en ai un sourire amusé.  Je ne sais plus si je lui ai ou non déjà dit mon nom… qu’importe ! Je rétorque, amusé,


- C’est vrai ça ! Ai-je tant l’air d’un Monsieur que ça ? Je me donne pourtant tant de mal pour avoir l’air d’un chat, n’est-ce pas !?  Et vous trouvez quand même le moyen de m’appeler Monsieur, hé hé hé…

Je me gratte une joue, passe la main sur une oreille, lui lance une œillade taquine et ajoute,

- Eh bien appelez-moi Yazill alors, c’est mon nom dans cette peau-là. Mais, et vous du coup ? Comment est-ce qu’on vous appelle ?  

Je ne me souvenais pas avoir entendu un client l’appeler avec un prénom ni même un surnom. Je continue à me régaler tout en l’observant. Je ne me lasse pas de son visage d’ange. Et puis il me revient en tête qu’elle devrait sans doute être en salle à servir les clients. Alors je relève un œil sur elle et dis,

- Mais… Est-ce que… Et votre service Damoiselle ? Je suis ravi de votre compagnie, croyez-en le chat trop solitaire que je suis mais… Je ne voudrais pas que vous ayez des ennuis à cause de moi.

Et tout en lui disant ça, je m’aperçois que je n’ai pas envie qu’elle parte, et me languis déjà de sa présence. Alors j’ajoute,

- Ne vous en faîtes pas pour moi, Je n’ai qu’à attendre là la fin de votre service. J’ai l’habitude. Je trouverais bien un sac de farine sur lequel faire la sieste en attendant. 
 
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 12 vendredi 29 mai 2020, 23:03:15

Ce monsieur Yazill était très drôle, elle lui sourit d'un air amusé, cachant ses dents de sa main d'un air un peu intimidé.  Il ne manquait jamais d'un bon mot ou d'humour, cela la changeait énormément. En général, les traits d'humour de ses clients étaient très gras, et parfois même, inaudibles, tant ils parlaient d'une voix rendue méconnaissable par le vin bon marché.

Elle fut intriguée quand il déclara "sous cette forme", se demandant s'il en avait d'autres, et se remémora ses dires. Il avait évoqué la métamorphose au comptoir, lui confirmant qu'il devait être un mage très expérimenté pour pouvoir se changer à sa guide en créature féline. Quelqu'un de plus malin qu'elle se serait demandé l'intérêt pour un Sorcier de prendre l'apparence d'un petit chat presqu'innofensif et sans le sou mais... Cela ne lui effleura même pas l'esprit. Après tout, elle était capable de croire que les "Voies du Seigneur étaient impénétrables" alors, pourquoi pas celles des Mages, aussi ?

Les yeux d'Alecto s'agrandirent d'un coup lorsque Yazill évoqua son service. Son service ! Où avait-elle la tête ?! Elle se releva immédiatement, se cognant la hanche à la table et faisant valser la mousse de sa bière. Se frottant vivement l'os douloureux, elle trottina en se prenant les pieds dans ses voilages, dans une mélodie chaotique des tintements de ses parures dorées, comme si elle dansait d'une manière fort disgracieuse.

"Aïe !" Jetant un regard gêné à son hôte, elle balbutia. "Je... je vais revenir vite, promis Monsieur Yazill !"

Elle tituba encore, récupérant son plateau au passage, qu'elle manquait de faire tomber, et elle rougit. Quelle gourde elle faisait ! Cette créature avait l'air largement plus intelligente qu'elle, Alecto se sentait bête et cela se voyait. Mince ! Elle avait oublié son torchon ! Revenant sur ses pas, elle repassa derrière le Matou Maudit pour récupérer près de lui le morceau de tissu propre.

Empressée, la Domestique souffla rapidement, juste avant de partir.

"Alecto, je m'appelle Alecto, Messire Yazill. Il reste de la bière dans cette carafe... Faites comme chez vous !" Oh la belle invitation que voilà. Savait-elle seulement quelle erreur elle venait de faire ?

Yazill

Créature

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 13 vendredi 29 mai 2020, 23:47:05

Hélas… Comme je m’en doutais, mon petit rappel à l’ordre professionnel me priverait de la serveuse, qui s’en fut sur le champ reprendre son travail. Et je me retrouve seul dans cette petite pièce sans fenêtre…

- Alec… to ?

A peine le temps de le dire qu’elle n’est déjà plus là. Il ne me reste plus que le souvenir de la caresse du courant d’air de ses voiles sur mes poils, et quelques effluves subtiles de son parfum qui flottent encore dans la pièce. Mais de la bière à volonté ! Sauf que je suis déjà ivre. Ce petit corps ne tient vraiment pas l’alcool. Je tache d’oublier la bière, pour ne pas rouler sous la table, et m’applique à finir de manger tout ce que je peux de ce ragoût. C’est à dire environ deux bouchées humaines et demie… Et me voilà plein comme une huitre ! le ventre tendu comme le commun des mortels après un réveillon en famille. Un rôt sonore m’échappe malgré moi, et je me décide à glisser à terre, titubant un peu, me tenant aux objets autour de moi… cherchant un endroit assez confortable pour m’y allonger et piquer un somme digestif en attendant que sa soirée de travail finisse.

Je cherche plutôt sans gêne, ouvrant les placards à ma hauteur, et soulevant les couvercles des coffres et des panières… N'avait-elle pas dit "faites comme chez vous ?" L’ivresse aidant je n’ai aucun mal à m’imaginer dans mon autre corps, enlaçant la naïve et si gentille Alecto, et l’embrassant dans le cou en lui susurrant des douceurs, me donnant le sourire à moi-même… Finalement, je finis par trouver un sac de haricots secs… je m’assure qu’il soit bien fermé et… me roule en boule dessus, y creusant la forme de mon petit corps, mon baluchon en guise d’oreiller. Dans cette confortable posture, je ronronne de plus bel et ne tarde pas à somnoler, bercé par les bruits lointains de la salle. Je suis content du déroulement des événements jusqu’ici. Je m’en suis tiré comme un chef ! J’ai le ventre plein, une hôte des plus charmantes et malléables… et un coin pour roupiller. Que demander d’autre dans l’immédiat ? Je garde juste ses formes sensuelles dans un coin de ma tête « pour plus tard » me dis-je, et je m’endors avec le sourire.         
Son apparence "terranide"
Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)

Alecto Nemed

Humain(e)

  • -
  • Messages: 73


  • FicheChalant

    Description
    ~Esclave de Thiana Gian~
    Petite, passe inaperçue. Cicatrices, ou traces de brûlures sous les bras, près du cou, bref, un peu cachées.
    Crédule, facilement impressionnable et très discrète, elle va rougir si vous continuez à la regarder ainsi !

Re : Un soir habituel à l'Auberge... ? [Yazill]

Réponse 14 samedi 30 mai 2020, 00:49:39

Quand Alecto revint dans l'arrière-salle derrière le comptoir, elle se frottait la fesse, en réajustant un de ses voiles très gênant, qui couvrait son postérieur. Elle avait une mine terriblement gênée, et fautive. Avait-elle fait une grosse erreur ? Peut-être c'était-elle trompée en rendant la monnaie et craignait l'ire de sa Maîtresse ?
Oui, c'était également possible, ça. Mais pour l'heure, elle avait plutôt envie de pleurer.

N'ayant pas vu où se cachait, pour le moment, son petit compagnon à moustaches, l'Esclave aux épaules tombantes, éreintée et portant une belle marque de main, avec cinq gros doigts bien visibles, sur la fesse droite, posa négligemment son torchon sur la table, regroupant l'écuelle et le verre, machinalement. Elle allait s'empresser de faire la vaisselle, quand elle sursauta en se tournant, se rendant compte -ou se rappelant- de la présence d'une boule de poils sur un sac de légumes secs.

Il faut l'avouer, elle ne put s'empêcher de trouver la scène touchante. Même si son faciès était moins expressif qu'un visage, elle avait l'impression que Yazill paraissait bienheureux. Se dire qu'elle y avait contribué emplit Alecto d'une profonde joie, comme toute Pieuse lorsqu'elle pense faire le Bien de son prochain, en brave petite.

Posant la vaisselle dans le grand baquet d'eau sale, la laissant pour plus tard, elle s'accroupit tout doucement au dessus du Matou qu'elle détailla un peu.

"Pauvre petit chat, tu as l'air d'avoir besoin de beaucoup te reposer..." Murmura-t-elle d'une voix plus naturelle que celle qu'elle avait pour la clientèle, les étrangers, sa Maîtresse bref... la majorité des gens.

Quel âge pouvait-il avoir ? Il n'avait pas la mine d'un chaton, mais qu'en savait-elle ? Non, il s'exprimait bien mieux qu'un enfant, tout de même. Peut-être même était-il bien plus âgé qu'elle, ce qui la fit sourire. Ses autres apparences étaient peut-être terrifiantes ? Un vieux Sorcier à longue barbe ? Elle pencha la tête sur le côté à la manière d'un gentil cocker, en observant la petite touffe en haut de ses oreilles, et plissant les yeux.

"Je ne peux tout de même pas te laisser dans l'arrière-cuisine, ma Maîtresse ne l'autorisera jamais." Elle se pinça les lèvres dans une expression embêtée. Il était toujours délicat de réveiller les gens... Et elle n'avait jamais tiré du sommeil un chat, un mage, un métamorphe ou peut-être un très puissant lanceur de sorts. Devrait-elle attendre qu'il se réveille ?

Alecto fit une moue disgracieuse et gênée. Non, vraiment, elle était incapable de briser son sommeil si bienheureux. Se redressant, faisant craquer ses articulations endolorie d'avoir piétiné toute la soirée, elle retourna près de la table, où elle retira lentement ses très lourdes boucles d'oreilles, en poussant un soupir de soulagement. Cependant, elle ne devait pas se laisser aller à l'oisiveté... La vaisselle ne se ferait pas toute seule !

Elle se servit un petit verre de vin, qu'elle coupa à l'eau comme à son habitude, et en but une grande gorgée, avant de plonger les mains dans la bassine de bois, sortant une brosse, et un savon. Elle s'échina alors à frotter les ustensiles sales, et sans s'en rendre compte, se mot à chantonner.
Finalement, elle n'avait pas une voix si laide... Loin d'être une virtuose, elle récitait des cantiques à voix basse, souvenir de ces années bénies où elle était encore libre au Monastère.


Répondre
Tags :