banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Empress Florenza [Part 1] ''Spider crush'' [PV Silk] - TERMINE  (Lu 2690 fois)
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 11, 2016, 01:51:39 »

Cela faisait des mois que Max travaillais sa petite protégée pour affaiblir sa résistance émotionnelle et sa volonté.
Ce qui n' avait été qu'un petit flirt sans importance au cours d'un gala de charité organisé au RACHELE'S s'était vite transformé en obsession et en objectif majeur pour la famille: retourner une super héroïne.
Quand Max avait percé à jour le jeu de cette charmante demoiselle à la recherche de ses parents, en prendre le contrôle était devenu une évidence, disposer d'une mutante dans son arsenal lui permettrait de prendre les rues et d'y installer une hégémonie incontestable. Elle avait dès lors investi des ressources considérables pour "tisser sa toile" autour de la jeune femme araignée.

Pour commencer, elle avait crée un méchant de toute pièce. Un véritable méchant de films de James Bond pour focaliser la lutte de la jeune femme là où elle ne risquait pas de gêner les trafics de la famille. Puis elle avait laissé sa nouvelle "amie" s’empêtrer et s'épuiser dans une guerre factice entre elle et les faux gangs que Max avait monté pour la harceler en permanence, l'obliger a revêtir sa super-identité de plus en plus souvent, au point que la recherche de ses parents et la poursuite de sa vie privée "normal" en devienne impossible.

Cela avait duré des mois mais les machinations de Dona Florenza avait finalement porté leurs fruits. "Silk", épuisée par les combat incessants et permanent contre "Le Boss", identité fictive crée par Max, acculée dans sa vie privée, sans ressources car incapable de travailler à coté tans sa lutte l'avait épuisée, s'était tournée vers son amie fantasque et fortunée: Rachele.

Aux abois, elle lui avait révélé son identité secrète et toutes ses histoires, son combat contre la pègre locale, ses blessures, ses victoires, dans l'espoir de gagner en elle une alliée qui puisse l'assister dans sa lutte contre le crime. Elle ne se doutait pas une seule seconde que le véritable "Boss" derrière ses déboires n'était autre que la femme à qui elle venait de confier la carte complète de ses faiblesses.

Rachele, jouant les cartes de l'amitié et de la tension sexuelle qu'elle avait fait naitre chez l'héroïne envers elle, lui avait accordé son aide. Lui donnant un refuge arrangé en véritable petite base d'opération de super héros, des ressources et des informations sur ses ennemis, qu'elle lui disait glaner grâce à ses amis VIP.

Silk s'était enfin sentie soutenue et aidée. Rachele était sa bienfaitrice, sa sauveuse, sa Alfred et sa Auracle tout à la fois qui la guidait de victoire en victoires contre les gangs de la ville. Max pendant ce temps là continuait d'affaiblir la volonté de sa jeune protégée en utilisant ce qu'elle lui avait révélé et en lui faisant commettre des actes de plus en plus violents et répréhensibles contre ses rivaux Yakuza et russes. Glanant à chaque fois preuves et indices qui incriminerait à coup sur la fougueuse héroïne si on les révélait.

Pendant plusieurs mois, Max sous l'identité du "Boss" infligeât à Silk une guerre sans merci et épuisante, pendant que Rachele de son coté la cajolait et l'aidait, toujours en la séduisant mais en ne cédant jamais aux plaisir de la chaire, créant chez son "amie" un profond refoulement sexuel et émotionnel. A terme, spider-woman était devenue une héroïne lessivée par les combats et totalement dépendante de son amie et mentor.

C'est à ce moment là que Max décida de lui porter le coup de grâce. Rassemblant toutes les preuves et toutes les armes qu'elle avait préparé contre Silk, elle avait préparer le sous sol du RACHELE'S pour recevoir sa futur esclave.

Elle avait alors, sous l'identité du Boss, contacté la jeune femme sur le portable d'urgence que lui avait confiée Rachele pour lui dire qu'elle tenait son amie et qu'elle désirait négocier une trêve entre eux. Le boss lui avait donné rendez vous au RACHELE'S même; ce qui avait énormément surpris spider-girl.

Les gardes à l'entrée sont prévenu et sont chargé d'escorter la jeune femme directement vers le lieux de rendez vous. Une sorte de salle du trône plongée dans la pénombre, les murs couverts d'écrans plasmas. Au bout se tient un grand fauteuil en cuir noir. Assise à l'intérieur, le visage dissimulé par les ténèbres, Max attend son invité. La lumière n'éclaire que le renflement de sa poitrine et ses jambes. A ses pieds, une esclave du RACHELE'S Underground, nue, les bras attachés dans le dos portant de nombreuses traces de perforation d'aiguille, se tient à genou. Elle est en train de lui lécher le bout des orgueils d'un air agars et absent, propre aux prostituées ravagées par les doses de drogue et d'aphrodisiaques qu'on leur injecte jour après jour pour les garder dociles et stupides.
« Dernière édition: Août 04, 2017, 05:39:39 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 11, 2016, 04:49:48 »

- Avant la Spider-War -

Depuis qu’elle s’était installée à Seikusu, Cindy n’avait pas beaucoup eut le temps de réellement se pencher sur ce pourquoi elle était venue ici ; ses parents. En effet, la seule raison de Silk d’être venu à Seikusu, outre le fait qu’elle désirait contredire son ancienne mentor qu’était la Chatte Noire, était l’espoir de retrouver des informations sur ses parents. Tout portait à croire qu’elle trouverait de plus amples informations ici, mais pour le moment, il n’y avait pas grand-chose. Et puis, ce n’était pas parcequ’elle désirait quelque chose que cette chose venait à elle d’elle-même. Cela prenait du temps d’enquêter, de fouiller, de se renseigner. Malheureusement elle n’avait pas grand-chose dans la main à l’heure actuelle. Elle semblait donc un peu désespérée et entra pendant un temps dans une période trouble, de doutes et d’incertitudes. La solitude n’aidait pas vraiment, en plus ; Silk était seule, sans famille ni amis à cette époque.

Seulement voilà, quelque chose entra dans sa vie. Ce fut au cours d’un gala de charité ouvert à certaines personnes – dont Cindy étrangement. Le fait était qu’à Seikusu elle travaillait officiellement au sein du journal local, et que les quelques employés furent invités. Le gala était organisé au RACHELE’s, une sorte de casino de luxe où les gens de la haute passaient leur soirée. Autant dire que ce soir-là Cindy se sentit un peu mal à l’aise, d’une part car ce n’était pas son univers, et d’autre part car elle y était aller seule, même si accompagnée de ses collègues. Cette soirée décida de son avenir pour les prochains mois car ce fut à ce moment-là qu’une personne entra dans sa vie. Une certaine Rachele Florenza, la propriétaire de l’établissement, qui s’était approchée de la jeune femme au cours de la soirée, et avait sympathisé avec elle. Le courant était bien passée, et naturellement Cindy avait passé le gala en sa compagnie, qu’elle trouva agréable voire même réconfortante, pour le coup.

Ce qui se passa ensuite fut moins joli. Peu après cela, elle s’était mise à dos plusieurs gangs de Seikusu qui étrangement, du jour au lendemain, se mirent à se mettre au travers de sa route. Un harcèlement, une lutte sans répit contre la femme araignée qui peinait à faire son travail de justicière, et sa recherche vis-à-vis de ses parents. Les mois passaient et ces histoires l’absorbaient complètement, l’épuisant tant mentalement que physiquement. Derrière tous ces Yakuzas il y avait une tête, une personnalité se surnommant « Le Boss ». Accablée par tant de lutte et d’acharnement, Silk, en pleine période de solitude, s’était alors tournée vers une personne … Rachele. Oui, cette femme qu’elle avait connu au gala de charité. Cindy alla chercher réconfort chez elle, devenant ainsi amie avec cette femme. Une amitié en laquelle elle croyait fermement et presque aveuglément, tellement Rachele la réconfortait et lui ouvrait sa porte en toute sincérité. Les deux femmes se rapprochèrent beaucoup, et Rachele aida considérablement Cindy à tenir le cap. Elle l’aida notamment en lui fournissant des moyens plus conséquents pour lutter contre le crime, grâce à ses contacts.

Cependant, nier le fait que Rachele était une femme fortement charismatique était une aberration. Rachele était belle et forte, disposant d’un très puissant charisme qui inconsciemment, séduisait Cindy. S’il n’y avait jamais rien eu de sexuel entre elles, force était de constater que Cindy se sentait de plus en plus attirée vers elle, sans jamais se l’avouer pleinement. Un désir que sa conscience étouffait. Un désir que la puissante femme d’affaire cultivait en elle, sans que Cindy ne se doute de rien. Elle finit par lui révéler son identité secrète, ce qui d’ailleurs était à l’origine du fait que Rachele aida Silk dans sa mission de justice. Après des mois de lutte d’un côté et de réconfort de l’autre, Cindy était au bord de l’effondrement mental. Elle fut achevée le jour où elle apprit que son amie, la seule personne à Seikusu étant réellement sincère avec elle, fut enlevée par « Le Boss ». Il n’y avait pas à réfléchir ; elle devait la sauver, même si cela revenait à se jeter dans la gueule du loup. Cindy irait jusqu’à la mort pour sauver Rachele, car tout simplement elle était son amie. Une vraie amie, qu’elle aimait. Du moins c’était ce qu’elle pensait jusqu’à ce qu’elle se rendre au RACHELE’s, là où était étrangement retenue captive l’amie en question. Les gardes à l’extérieur la laissèrent entrer et l’escortèrent auprès du Boss, qui assurément attendait sa venue. Il avait touché la corde sensible, et il allait en payer le prix ! Silk était prête à tout, absolument tout pour Rachele. C’était un peu affolant de voir à quel point elle lui était fidèle, dévouée et loyale, mais avec tout ce qui s’était passé, l’esprit de Silk s’était quelque peu reconstruit sous la forte influence de cette femme. Sans qu’elle s’en rendait compte, Cindy avait complètement cette femme dans sa tête et dans son esprit … Et vu son désir inavoué pour elle, dans son corps aussi.

On conduisit donc Silk auprès du Boss, qui se trouvait alors dans une salle où les murs étaient jonchés d’écran plasma. Au bout, il y avait un grand fauteuil en cuir noir, où était assis une silhouette … Etrangement, cette silhouette était fine, pour un bonhomme. Silk ne s’était jamais douté que le Boss était un homme belliqueux et arrogant, et ce qu’elle allait découvrir ce soir allait bouleverser sa vie à jamais. Serrant son poing et fusillant du regard cette silhouette, elle se mit à parler. « Où est Rachele, espèce de fumier ? J’espère pour toi que tu n’as pas touché à un seul de ses cheveux … » Menaça-t-elle, alors que la colère monta d’autant plus en elle quand elle vit la pauvre esclave à ses pieds, le regard vide et sans âme, résultant des drogues qu’on avait pu lui infliger. Cette personne abjecte était tout ce que Silk détestait le plus au monde désormais, et elle comptait bien mettre un terme à toute son activité … Et à sa vie. Pour la première fois, Cindy était prête à tuer de sang-froid, par pure vengeance.

« OU EST-ELLE ?! » Cria-t-elle alors, avant que les gardes ne la retiennent par ses bras.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Novembre 12, 2016, 05:02:28 »

" Igor ! Serguey ! "

Les deux hommes lâchent instantanément la jeune femme. Silk est surprise d'entendre la voie d'une femme. Cette voix lui est même familière, mais le ton et l’intonation sont étranges, différentes.

" Veuillez lâcher notre invité, n'aillez crainte, elle ne fera rien... si elle veut revoir son amie en vie. "

A nouveau la voix du Boss lui semble étrangement familière, mais il n'y a rien à faire, les intonations et même l'accent sont différent. Plus âpre, plus cruel. Les deux hommes continue d'encadrer l'héroïne, satisfait de la laisse que leur boss à déja passé autour du cou de la jeune femme.

Soudainement, un écran sur le coté droit de spider-girl s'allume et projet une lueur d'un bleu fantomatique dans la pièce. A l'écran, apparemment en temps réel car filmée par une camera qui indique la date d'aujourd'hui et l'heure qui est en train de s'écouler à ce moment même. Silk, horrifiée, reconnait Rachele, son amie, entièrement nue et attachée à un chevalet, les yeux bandés par un masque en cuir noir.

Spoiler  

Deux hommes, torse nu et marqués, lui tournent autour en se masturbant sans vergogne. L'un d'entre eux tient un martinet et donne de temps à autre de violents coups de badines sur le galbe délicat de ses fesses. A chaque fois, Rachele sursaute en criant et les supplie d'arrêter. Silk remarque aussi, caché sous sa chevelure, un collier d'étrangement en cuir à vice dont elle reconnait le principe. C'est un objet de torture espagnole, qu'un simple mouvement de poignet permet de tourner la vice qui vient presser contre les cervicales de la prisonnière pendant que la ceinture comprime sa gorge.

Votre amie n'est pas ici... mais ça, je pense que vous l'aviez déjà compris... Ajoute "le Boss".

La vidéo continue de tourner pendant qu'elle ajoute.

"Vous avez reconnu le charmant collier de chienne que je lui ai offert et les deux amis que je lui ai trouvé pour partager sa nuit. Ces deux amis travaillent pour moi et en ce moment même, ils nous écoutent et suivent ce qui se passe ici même... c'est merveilleux la technologie..."

A ce moment là, l'un des deux hommes sur la vidéo se retourne et fait un signe de tête vers la camera, avant de se retourner vers Rachele, lui prendre le visage entre les doigts d'une main, pendant que de l'autre il tourne la vice du collier. Tout le corps de la prisonnière se contracte soudain et sa bouche s'ouvre grand pour laisser sortir sa langue gonflée.

"Comme vous pouvez le voir, spider-girl, à la moindre tentative de votre pare, à la moindre désobéissance, mon employé sera dans l'obligation de serrer encore la vice. Et la trois options, soit sa trachée se brise et elle mourra de suffocation en quelques secondes, soit la vice lui romps une cervicale ce qui la tuera sur le coup, ou la paralysera. Soit sa gorge tient bon, et elle mourra asphyxiée au bout de longues minutes de souffrance..."

Le gorille donne un autre coup de vice mais dans le sens inverse et la pauvre Rachele recommence à respirer. D'autres écrans s'illuminent et le spectacle qu'offrent chacun d'eux plonge encore plus Silk dans le désarroi.
Sur chacun d'eux des clichés photographiques, des vidéos de surveillances, des documents, toutes les preuves que Max a accumulée contre Spider-girl au cour de la lutte qu'elle l'a aidée à mener. Parmi ces preuves bien évidemment, des pièces rapprochant indiscutablement son identité secrète de sa identité véritable. D'un simple geste, le boss peut tout expédier aux médias et à la police... et s'en serait finie de sa liberté de vivre a visage découvert.

"Je désir employer vos capacités, je vous veux à mon service plein et entier, je veux que vous répondiez au moindre de mes désirs et de mes fantasmes. Mais comme je sait que vous n'accepterez jamais de faire une chose pareil, je vous propose un marché."

Silk remarque à nouveau du mouvement dans l'écran qui projette le calvaire de Rachele. Les deux hommes qui lui tournaient autour se sont maintenant disposé de par et d'autres du chevalet. Le premier, au niveau du visage de la prisonnière, s'amuse à lui donner de petites gifles avec le bout de sa queue et frotte son gland à la commissure de ses lèvres. L'autre au niveau de ses fesses, enduit ses doigts de salive et commence lubrifier les lèvres pubiennes de la jeune femme qui se débat comme une diablesse en hurlant.

"Vous prenez la place de votre amie et je vous garantie qu'elle ne sera ni violée ni tuée et que je ne révèlerai aucun de ces documents à la police et à la presse. Mais ne prenez pas trop de temps à réfléchir, depuis le temps que je leur promet le cul de cette petite pute, mes hommes commencent à s'impatienter..."
Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Novembre 12, 2016, 09:09:01 »

Quand Silk entendit la voix du Boss s’élever, un trouble s’installa en elle. Ses yeux reflétèrent un moment ceci alors qu’une voix étrangement familière lui vint aux oreilles. Une voix féminine contre toute attente … Le Boss n’était pas un homme, mais une femme ! Cindy ne s’en était pas doutée un seul instant et pourtant, elle lui faisait face, à présent. Mais le plus troublant était que cette voix résonnait comme étrangement familière. Comme si elle l’avait déjà entendu quelque part. Comme si elle la connaissait déjà. Sans doute sa colère et ses émotions qui lui jouaient des tours et lui faisaient entendre la voix de Rachele. C’était du moins ce qu’elle pensa, sans pour autant se mettre à réfléchir sérieusement sur la question.

Dorénavant elle savait que son ennemi juré était donc une femme. Intéressant, mais cela n’allait pas la sauver. Elle s’était attaquée à une personne qui comptait énormément à ses yeux, et elle allait en payer le prix fort. Cependant, un autre élément vint changer la donne. En effet un écran finit par s’allumer et laissa apparaitre une image qui horrifia la spider-girl ; Rachele attachée à un chevalet, maintenue en otage par deux des hommes du Boss. Et vu la disposition, ils s’apprêtaient à la violer. Une image des plus répugnantes qu’il soit, qui donna pour la première fois des envies de meurtres à Cindy. Son regard noir se tourna furieusement vers le Boss, qui expliqua que Rachele n’était pas ici. Elle lui détailla alors ce qui la retenait prisonnière, en faisant notamment mention de ce maudit collier dont elle fit démonstration. Silk sentit une violente pulsion meurtrière la prendre quand elle observa Rachele en train d’étouffer, son poing se serrant fortement, se contenant pour ne pas bondir sur ses ennemis. Mais si elle faisait ça, nul doute qu’ils allaient exécuter son amie même si le Boss venait à mourir aussi.

L’intérêt de tout ceci apparut évident quand la mafieuse exposa alors son idée. Toute cette pression, tout ceci, tout ce spectacle était fait dans le but de l’asservir. Le Boss déclara qu’elle désirait employer ses capacités « spéciales » à son propre compte, et faire de Silk son employée. Qu’elle réponde à ses moindres ordres et désirs. Et puis quoi encore ?! Cette immonde femme pensait vraiment que Cindy allait se soumettre la sorte ? C’était mal la connaitre. Mais, plus que tout elle voulait Rachele en vie. C’était à cause d’elle si aujourd’hui elle était dans un tel pétrin car c’était sa relation, son amitié avec Cindy qui avait fait que le Boss s’était intéressée à elle. Silk bouillonna, et sentit son sang ne faire qu’un tour quand son ennemi proposa une alternative ; échanger la place avec Rachele. En échange que Silk subisse les délires obscène et indignes de ces animaux en train de maltraiter son amie, le Boss libérerait cette dernière.

« Vous avez osé faire tout ceci pour ça ? Pour me voir me faire violer par vos brutes écervelées ? Vous n’êtes … Vous n’êtes qu’une sale perverse obsédée ! » S’exclama alors Silk. Mais elle pouvait bien faire la forte tête, elle savait que la vie et la dignité de Rachele ne tenait qu’à elle. Elle serra son poing puis, s’avança, lentement. Elle affirma de sa voix déterminée qu’elle était prête à tout, à absolument tout pour sauver Rachele de ce triste sort, même si cela revenait à se l’infliger à elle-même. Cependant, elle réclama qu’elle ne se laisserait pas toucher par ces brutes dégueulasses qui ne devaient sans doute pas être très … Propres. En d’autres termes, si le Boss désirait assouvir ses pulsions dégueulasses et obscènes, elle allait devoir le faire elle-même, sans intermédiaire.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Novembre 23, 2016, 08:16:50 »

Max sourit imperceptiblement dans la pénombre, la jolie héroïne ne se contentait pas de marcher dans son piège, elle y sautait à pieds joints...

Silk pensait se préserver en se laissant violer par une femme plutôt que par ces deux gorilles. Mais cette femme était Rachele, sa seule et meilleur amie, la femme qu'elle aimait et désirait secrètement...
Elle ne se doutais pas une seul seconde que se laisser baisser et humilier par elle briserai irrévocablement sa volonté au moment où elle lui révèlerait son identité. Max avait hâte de lui porter le coup fatal et de dévorer les lambos de sa volonté, mais il lui fallait d'abord l'humilier et la briser au point qu'elle se dégoute elle-même. Que la seule chose qui lui reste ne soit plus son amour propre mais celui qu'elle porte à Rachele, et alors seulement, elle lui mettrait un jolie collier autour du coup...

Max fait semblant de réfléchir quelques instants puis hoche la tête comme si elle concédait une faveur à la super héroïne.
"D'accord, je t'accorde cela..."

Les deux individus qui s’apprêtaient à violer "Rachele" s'immobilisent et reste devant chacun de ses orifices, attendant que Silk refuse pour reprendre où il se sont arrêter et la violer sauvagement, leur désir et leur intention sont très clair.

"Mais je ne suis pas née de la dernière pluie et j'estime que je n'ai pas à t'accorder ce privilège sans prendre de précaution... je ne voudrait pas que tu profite de m'approcher pour m'utilise comme otage au près de mes hommes. Alors
voici ma condition."


Un troisième gorille se détache de l'obscurité et approche de Silk avec un coffret ouvert. A l'intérieur, spider girl découvre avec effroi des reliques extrêmement rares qu'elle ne pensait pas revoir un jour.  Ce sont deux paires de menottes d'esclaves mais dans un métal que tout les héros craignent par dessus tout: l' adamantium, une matière que même sa force titanesque ne pourrait briser...

"Tu es toujours libre de refuser mon offre tu sais, mais hommes crèvent d'envie de baisser ta petite amie jusqu'à ce qu'elle crève d'épuisement..."

La voix de Max ne tremble pas, elle est sans équivoque et ne laisse aucun doute sur ses intentions.
Si Silk cède au chantage et accepte le deal, les hommes du Boss prennent les menottes et lui attachent les mains dans le dos. Puis ils lui attachent ses chevilles ensemble en serrant bien les bracelet contre ses tendons d’Achille pour qu'elle ne puisse plus se tenir debout temps qu'elle les porte, comme si on les lui avaient blessés.

Ils lui passent un collier d'esclave autour du cou relié à un dispositif d’étranglement télécommandé dont Max à le déclencheur. Enfin ils lui bandent les yeux avec un bandeau en cuir parfaitement moulé sur son visage et quittent la pièce, l'abandonnant seul à Rachele, à genou dans l'obscurité. Elle entend alors le bruit des talons haut de Max qui tombent par terre et sa voix qui lui dit.

"Tu veux sauver ton amie ? Vient en rampent me baiser les pieds. Je veux sentir tes lèvres et ta petite langue les honorer comme une bonne petite pute servile"
Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Novembre 23, 2016, 10:10:46 »

Bien entendu le Boss savait que Silk avait des supers pouvoirs, notamment sa force surhumaine. Elle fut donc à la fois surprise et pas surprise quand la femme prit la mesure de la menotter. Ce qui la surprit fut que ces menottes étaient faites en adamantium … Comment avait-elle pu se procurer un tel métal ? À sa connaissance seule les puissants de ce monde avaient suffisamment de ressource et de contact pour s’en fournir. Les grandes sociétés, les Etats, l’armée … Mais une maffieuse Japonaise ? Silk était confuse. Mais cela ne la sauva guère de se faire menotter les mains et les pieds, avant de se faire bander les yeux. Sa fierté prenait un sévère coup et elle retenait quelques larmes de couler sur ses joues. Savoir qu’on allait se faire violer était encore plus dur que de se faire prendre par lâcheté, par surprise. Mais, son esprit tenta de sauver les meubles en lui rappelant constamment, inlassablement qu’elle faisait ça pour sauver son amie ; sa seule, son unique amie sincère. Cette seule femme qui avait été là pour elle … Rachele méritait ce sacrifice.

Et petit à petit, c’était la seule chose qui permit à Cindy de ne pas craquer mentalement. Rachele, purement et simplement. Avant qu’on la laisse seule à sa bourrelle, on lui passa un collier d’esclave au cou qui était en fait un collier d’étranglement, télécommandé à distance par la maffieuse. Les brutasses quittèrent la pièce et la laissèrent seule, déglutissant, serrant ses dents. Elle entendit les talons de la jeune femme tomber lourdement au sol, et eut confirmation de ce qu’elle allait devoir faire ; lui embrasser les pieds. Silk s’auto-fustigea dans sa tête, ayant honte de ce qu’elle acceptait de faire. Mais … C’était pour la bonne cause n’est-ce pas ? Et puis, il y avait cette inaudible et vicieuse voix, celle qui lui susurrait depuis plusieurs mois ces choses, qui la rendait inconsciemment désireuse. Envers Rachele. Cette voix perfide et sordide qui lui disait qu’elle avait voulu traiter uniquement avec le Boss pour son propre plaisir … Cette voix diabolique qui tenta de lui faire imaginer Rachele être à la place de cette femme.

C’était un geste salutaire, ou non. Peut-être qu’en s’imaginant se faire violer par Rachele, le choc émotionnel serait moindre. Mais était-ce seulement raisonnable ? Est-ce que Silk n’était pas en train de devenir folle, de se dévergonder ? Elle ne savait pas. Cindy déglutit à nouveau puis finit par obeir, à contre cœur, s’approchant lentement comme elle le pouvait. Ayant les pieds et les mains attachés, ainsi que les yeux bandés, ce n’était pas facile. Mais elle finit par arriver à bonne hauteur et sentit alors le Boss attendre sagement qu’elle lui baise son premier pied. Encore très réfractaire à l’idée d’en être réduite à cela, Silk continua de se morfondre dans son esprit, commençant même à s’accuser. C’était de sa faute si Rachele était dans ce pétrin. C’était de sa faute si elle avait dû endurer ces deux chiens en rut … Et c’était donc de sa faute si elle devait maintenant servir de petite prostituée au Boss. Tout était de sa faute.

Rachele méritait mieux qu’elle. Au final, elle ne méritait pas l’amitié de Rachele, peut-être ? Toutes ces pensées, mélangées à cette voix vicieuse qui lui rappelait sa petite tendance fétichiste du pied, finirent par la faire céder. Elle s’aplatit devant son ennemie, alors que lentement ses lèvres approchèrent de son premier pied pour y déposer un premier et timide baiser. Elle râlait, elle était sur le point de craquer mentalement, la larme à l’œil prête à couler. Mais encore et toujours, Rachele était là, encore et encore. Elle devait le faire, elle devait être cette petite trainée pour le Boss si elle désirait la sauver. Et puis … Elle le méritait … À cause d’elle, Rachele avait couru un danger. Cindy n’avait donc plus qu’à assumer son sort, et tenter de s’en sortir pour ne serait-ce qu’avoir la chance de pouvoir revoir son amie indemne. Sa petite langue sortit et se mit à lécher timidement le pied du Boss, et cela déclencha instantanément des vagues de pensées perverses et provocantes du à son attirance pour ce fétichisme.

Lentement, petit à petit, la femme araignée s’accoutumait à devoir embrasser ce pied qui était, étonnamment, agréable. Jamais elle ne l’admettrait dans l’immédiat, par fierté et dignité, mais Silk ressentait une infime part de plaisir à déposer des multiples baisers sur ce pied. Le fait d’imaginer qu’il s’agissait de celui de Rachele l’aida un peu, cependant. Cindy obéit donc, et docilement, elle apposa encore et encore ses fines lèvres dessus, sortant sa langue pour lécher la douce et chaude peau de sa bourrelle, les couvrant de ses attentions. Elle était tombée bien bas, ce soir … Et ça ne faisait que commencer. Le plaisir inavoué et tabou se concrétisa un peu plus quand la femme leva son pied pour permettre à la femme araignée d’embrasser et lécher pleinement sa plante, qui était aussi tendre que chaude. Combien aurait-elle désiré faire cela à Rachele … Combien aurait-elle aimé, corps et âme, en toute conscience, que ça soit Rachele à la place du Boss …

Elle passa donc sa frustration dans ce labeur, sans se rendre compte qu’elle se mettait à aimer ça de plus en plus. Sa dignité s’envolait au rythme de ses savoureux coups de langue qu’elle portait à la plante de pied du Boss, à son talon, puis aux succions qu’elle lui prodigua sur chacun de ses petits doigts. Oui, Cindy aimait ça, définitivement et profondément … Mais, sans se l’avouer pour autant. « Hmm … » Couina-t-elle à un moment, sans ayant pu le retenir. Une preuve de plus qu’elle sombrait dans la déchéance de dignité …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Mars 25, 2017, 10:23:57 »

Max regarde avec satisfaction la mutante se faire attacher les mains dans le dos. Puis les chevilles de part et d'autre d'une barre de fer pour qu'il lui soit impossible de refermer les cuisses ou de dissimuler sa vulve. Enfin un gorille passe une lame de cutter du cou de son costume d'héroïne jusqu'à la vulve, et en écarte les pans avec brutalité, provoquant un craquement de tissu qui résonne dans la pièce sombre.
Spider-girl se retrouve à demi nue, les seins et les parties intimes offertes aux yeux de ses tortionnaires.

Enfin il lui pose une main sur l'épaule et la force à s'agenouiller avant de quitter la pièce. Silk comprend qu'elle va devoir rejoindre son ennemis à genou et les mains dans le dos, la forçant à bomber sa poitrine généreuse en dandinant péniblement des hanches.

Max savoure ce spectacle avec délectation avant de lui présenter son pied, celui qui n'a pas encore été léché par l'autre esclave. En passant devant elle, Silk remarque avec horreur de quoi est capable "le Boss". La jeune femme a quatre pattes aux pieds de la maîtresse des lieux n'a pas été choisit au hasard. Silk la reconnait, c'est une jeune et belle avocate qui s'était lancé dans la lutte contre le crime à ses cotés quelques mois plus tôt. Elle avait toujours été fougueuse, intelligente et fière, un peu comme elle...

Mais la pauvre jeune femme n'est plus que l'ombre d'elle-même. On avait rasé sa belle chevelure rousse pour laisser son crâne nu et lui voler son originalité, sa spécificité. Ainsi, elle n'est plus qu'une esclave parmi tans d'autre, sentiment renforcé par le numéro tatoué sur son sein gauche et le code barre sur son front. Ses tempes et son front portent d’ailler de petites traces de brûlures typiques des électrochoc utilisés au début du siècle. Ses bras et l'intérieur de ses cuisses portent d’innombrables traces de perforation d'aiguille, preuve des incessantes injections de drogue et d'aphrodisiaque qu'on lui impose pour la maintenir dans un état de stupidité et de servitude permanente, jusqu'à ce que tout ce qui fait sa personnalité soit détruit, et a en juger par son regard absent et soumis, Silk en déduit qu'il est déjà trop tard...

- Ne fait pas attention à ma petite 521, ce n'est plus la femme que tu as connue.

Comme pour appuyer sa révélation, Max tire sur la chaîne, la jeune femme arrête de lui lécher le pieds et vient se placer à son coté, le dos bien droite, la bouche grande ouverte. Rachele tapote sa cigarette sur la langue de l'esclave pour en faire tomber la cendre avant d'écraser sa braise sur son téton. La pauvre créature brisée se contente de garder la bouche grande ouverte et les yeux écarquillés pendant qu'une larme roule sur ses joues.

- Mais c'est un bon exemple de ce que je ferai à Rachele Florenza si tu ne m’obéit pas en tout points... en fait c'est très simple, tout ce que tu ne me laissera pas te faire... je le ferai à ta petite amie...

Elle n'ajoute rien et se contente de lui présenter son autre pied, encore vierge de tout contact.
Spider-girl commence à lécher timidement et Max commence presque à s'impatienter quand sa nouvelle esclave commence à redoubler d'ardeur. Surprise, elle la regarde faire avec satisfaction derrière son masque de velours vénitien.

Elle se détend et commence même à pousser de petits gémissement en se caressant un sein d'une main et l'endroit de sa robe crème ou se dessine sa vulve de l'autre. Elle écarte délicatement les orteils pour que Silk puisse bien lui lécher les parties les plus sensible et les plus tendre, puis la plante délicate et parfaite de son pied. Très vite, les sens aiguisé de la mutante se mettent en émoi, elle sent l'odeur acre et capiteuse de la mouille de sa nouvelle maîtresse et voit le tissu de son entrejambe s'assombrir, elle comprend qu'elle ne porte pas de culotte sous sa superbe robe de soirée, comme Rachele à l'habitude de le faire, un état de fait qui l'a toujours rendue folle.

Soudain, Spider-girl laisse échapper un gémissement de plaisir, Max, qui était sur le point de jouir, baisse subitement le regard avec ce qui semble être un mélange de plaisir, de surprise, et de colère.

- Tu aime ça ?! Tu aime ça espèce de salle petite traînée !

En vérité, Rachele sait très bien ce qui excite son "amie" mais feindre la surprise permet à celle-ci de s'y retrouver confronté... et de fondre de honte...

- Toi Spider-girl, la super sainte ni touche, madame justice, tu es en train de prendre du plaisir à me lécher les pieds ! Ca t'excite d’être la pute d'un baron du crime monstrueux, qui prend des petites connes comme 521 et les transforme en ça !

Ajoute t'elle avec dédain en tirant sur le collier de la jeune femme détruite psychologiquement. Semblant ne réagir qu'au stimulis du collier comme si elle était incapable de comprendre ce qui se dit, celle-ci se contente d'écarter calmement les pans de la robe fendu avec sa langue pour pouvoir lécher le sexe humide de celle qui l'a détruite.

- Tu es vraiment une sale petite pute dépravée et salope ! Tu te rend compte ? Tu comprend maintenant ce que tu es ? Tout ce qui compte pour toi, c'est de jouir, quitte à ce que ce soit avec un monstre !

Max fait glisser son pied de la bouche de Silk vers sa poitrine, elle lui emprisonne le mamelon droit entre deux orteils et le pince avant de la repousser en arrière d'un coup de pied.
Rachele se lève de son fauteuil et avance vers elle en tirant sur la chaîne pour que l'autre esclave la suive à quatre pattes. Elle vient se camper au dessus de spider-girl qui se trouve sur le dos et vient caresser sa vulve du bout de son gros orteil.

- 521 au moins n'aimait pas ce que je lui faisait... elle au moins elle a tenté de se défendre, elle ne jouissait pas de ce que je lui faisait... temps qu'elle était elle-même.

Elle commence à enfoncer ses orteils en elle, mais se contente juste de franchir l'extrémité de ses lèvres avant de ressortir et de se servir de sa mouille pour la lubrifier.

- Tu ne la vaut pas, une esclave qui jouit avant sa Maîtresse ne vaut rien. Alors en attendant que tu soit un peu plus disciplinée... c'est elle qui va avoir le dessus sur toi...

Sans dire un mot de plus, Max prend l'esclave décérébrée par les épaules et la fait ce relever pour la guider vers l'entre cuisse de Silk.

- La ma belle la... voila, tu pose un pied sur ses seins, et un pied contre sa chatte, voila, et tu lui fait ce que je t'ai appris.

Car connaissant le fantasme inavouée de Silk, elle avait bien entendu entraînée toutes ses esclaves à jouer avec leurs pieds et leur orteils pour satisfaire une femme.

Les mains liées dans le dos, les jambes grand écartés et le dos collé au sol, la super héroïne ne peut empêcher l'esclave 521 de masser ses tétons du bout des orteils pendant qu'elle commence à la pénétrer avec son autre pied.

- C'est moi qui prend le plaisir en premiere petite pute, et ton dressage commence tout de suite.

Et Max s'agenouille sans vergogne sur le visage de sa nouvelle esclave, encadrant sa tête de ses cuisses parfaitement galbées et écartant les pans de sa robe de soirée pour lui offrir son sexe humide et chaud.

- Si tu jouis avant moi... je serai encore plus méchantes. Applique toi...

Mais à cet instant, c'est surtout l'esclave 521 qui s'applique avec dextérité sur la nouvelle esclave.
Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Mars 26, 2017, 02:55:15 »

Silk reconnut une autre femme, qui effectivement n’était plus que l’ombre d’elle-même. Autrefois c’était une jeune avocate qui l’avait aidé dans sa lutte contre le Boss, qui possédait un fier tempérament. Une femme très active et sûre d’elle, qui ressemblait en bien des points à la femme araignée. Les deux s’étaient liés d’un lien amical, sans pour autant que ça soit très poussé. Silk et elle luttaient autrefois ensemble, et … Aujourd’hui, la femme araignée regarda avec effroi ce qu’elle était devenue. Sa bourrelle lui expliqua qu’elle n’était désormais plus que l’ombre d’elle-même ; un vulgaire numéro de série. Une esclave décérébrée et lobotomisée. Autrefois elle possédait une chevelure flamboyante, et à présent, son crâne était rasé, neutre, démuni de toute particularité. Les traces d’électrodes et les piqures sur son corps témoignaient des atrocités que lui avait fait subir le Boss. Cindy sentit une profonde et puissante haine l’envahir à ce moment-là. Si elle n’était pas menottée avec de l’adamantium, elle se serait jetée sur cette criminelle et l’aurait tué de ses propres mains.

Mais elle avait pieds et poings liés, et était forcée d’être là à genoux, en train de lécher et embrasser son pied. La baronne du crime s’amusa de cette situation et affirma que tout ce que Silk refuserait de faire avec elle, elle le fera avec Rachele. Un rappel à l’ordre au cas où la Spider-Girl déciderait de se rebeller. Mais si elle pensait l’avoir avec des techniques aussi basses et sordides, elle se trompait lourdement. Toutefois, quand Silk ne put retenir un couinement alors qu’elle léchait ce pied – à cause de son fétichisme associé – la criminelle sauta sur l’occasion pour la couvrir de honte. Oui, Silk aimait ça, ou plutôt, son corps aimait ça. Son cœur n’y était pas, ni son esprit ; elle luttait contre. Ainsi quand la femme tenta de la blâmer et l’insulta au passage, Silk se crispa et fronça ses sourcils. Après un dernier coup de langue sur sa plante, elle releva son regard, froid et dur comme l’acier. « Je ne marcherai pas dans ton … Jeu psychologique, sale demeurée ! » Affirma Silk, avant de rougir et retenir de justesse un couinement quand la Boss faufila son pied sur l’un de ses tétons et le pinça.

Elle fut repoussée violemment en arrière, finissant couchée sur le dos. Toujours pieds et poings liés, Silk ne pouvait pas faire grand-chose pour le moment. Pour le moment seulement, car tôt ou tard, elle pourrait renverser la situation … Du moins le pensait-elle. Toujours dans la provocation et l’insistance sur ses faiblesses sexuelles, la criminelle se leva et se mit au-dessus de Silk, se mettant à effleurer sa fine fleur du bout de son gros orteil, faisant encore plus rougir de plaisir – et de honte – la femme araignée. « Elle n’avait pas des menottes en adamantium, elle. Je te ferai payer ce que tu lui as fait … Tu ne t'en tireras pas comme ça ! » S’écria Silk, rougissant et luttant pour ne pas gémir face à cet orteil qui se faufila dans sa féminité. Puis, la criminelle décida que finalement ça allait être son esclave qui allait faire le boulot. Elle lui ordonna de poser l’un de ses pieds sur ses seins, puis l’autre devant son intimité, commençant ainsi à la préparer. Néanmoins le Boss n’en restait pas là et après une énième parole viciée, déclara que le dressage de Silk commençait maintenant.

« Tu peux toujours rêver, sale dépravée. JAMAIS je ne serai ton esclave !!! » S’exclama Silk, avant de voir sa voix coupée par le fait que la femme prit assise sur son visage, collant son sexe humide et luisant contre elle. Silk, naturellement, tourna sa tête pour ne pas céder aux exigences de la femme. Mais cela n’empêchait pas 521 de doigter sa féminité et son sein de ses pieds, ce qui malgré Silk, lui procurait du plaisir. Ses muscles se crispaient un à un, tentant de résister à cette corruption par le vice et le sexe. La femme assise sur Cindy n’attendait que ça, qu’elle lui lèche le sexe mais elle se trompait de personne ; Cindy n’était pas facilement malléable. Elle tentait de réfléchir à un moyen de se défaire de l’emprise malgré qu’elle portait des menottes incassables. Il aurait fallu qu’elle soit dans une meilleure position pour pouvoir balancer des toiles et se dégager, mais avec une femme littéralement assise contre elle, ce n’était pas évident.

Les joues toujours plus rouges, le corps toujours plus chaud et brûlant, Silk luttait corps et âme pour ne pas jouir face aux assauts de l’esclave qui jouait de ses pieds – et donc du fantasme cher à Silk – pour la faire jouir. L’araignée se démenait comme elle pouvait … Et elle décida alors de tenter quelque chose. Même si elle avait les mains liées, elle possédait quand même une force surhumaine, ce qui lui permit de soudainement bouger ses hanches et ses épaules pour rouler de force sur le côté, expulsant le Boss et son esclave. Haletant et reprenant son souffle, Silk tenta immédiatement de se relever avant que sa bourrelle n’ai le temps de réagir … Mais elle avait oublié qu’elle portait un collier très spécial, qui allait rapidement la rappeler à l’ordre.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mars 27, 2017, 08:06:32 »

Contre toute attente, la mafieuse masquée ne cherche pas à se relever à toute vitesse pour faire face à la super-héroïne. Elle se contente de rire avec perversion et s'installe confortablement par terre, sur le flanc, le coude soutenant son visage parfait. Elle lève une main et montre à Silk le petit boitier noir et argent qu'elle tient dans la main, avant de l'actionner. Avant qu'elle n'ai reussi à bouger malgré ses liens, Spider-girl sent le collier lui écraser la gorge au point qu'il lui devienne difficile de respirer, mais pas impossible, néanmoins chaque inspirations demande tans d'efforts qu'elle mobilise toute sa force herculéenne pour parvenir à gonfler maigrement ses poumons.

- *Rire* Ho ma chère, je crois que tu viens de commètre tes deux premières erreurs d'esclave et pas des moindre... premièrement ça... (dit elle en lui montrant le boitier du collier) c'est pour avoir violenté ta maitresse. Et ça... (ajoute t'elle en lui faisant signe de regarder l'écran plasma qui diffuse les images de "Rachele") c'est pour te rappeller ce que je viens de te dire: "tout ce que tu me refuse de te faire, je le fait subir à ta petite amie...

Sous les yeux de Silk, horrifiée, le gorile qui se tiens devant Rachele lui attrape la queue de cheval et la tire en arrière pour lui faire ouvrir la bouche en grand, la pauvre jeune femme, les yeux bandées et complêtement perdue hurle de surprise.

- Haaa ! Pitié ! Me faite pas de m GAMM

La prisonnière avale sa dernière cylabe quand l'homme de main enfonce sa queue turgessante entre ses lèvres. Tout le corps de la jeune femme est parcourru de spasmes de dégout et d'horreur, ses mains se crispent jusqu'à ce que ses phalanges en blanchissent et des larmes coulent entre les interstices de son masque de cuir. Mais le gorile s'en moque, il profite de sa bouche et de sa gorge comme s'il se faisait sucer par une vulgaire pute de bas étage, ignorant au passage ses cris étouffés.

- Mmmmm !

Profitant du désaroi que ce spectacle provoque chez Silk, Max en profite pour venir se caller derrière elle, la maintiens à genou et l'attrape par les cheveux et les lui tire violemment en arrière pour l'obliger à lever les yeux ver sl'écran et regarder le spectacle répugnant du viol de son amie.

- C'est de ta faute... Je t'avais prévenue... Je venais à peine de te dire ce que j'allais faire, tu le savais parfaitement bien en décidant de désobeir. Regarde la... regarde bien les conséquences de ta décision.

Pendant que d'une main elle lui tire les cheveux en arrière, elle glisse le majeur et l' index de l'autre entre les lèvres de la bouche de sa future esclave et commence à aller au venir au même rithme que la queue du gorile qui pilone la gorge de "Rachele".

- Surtout, ne détourne pas le regard, si tu ferme ou détourne les yeux je lui fait crever les siens... mais peut etre que ça aussi tu t'en fou...

Et elle la force à regarder ce spectacle monstrueux jusqu'à ce que l'homme de main commence à gémir. "Rachele" essai de reculer la tête mais le mâle la retient contre son pubis. Tout son corps est à nouveau parcouru de spasmes de dégout pendant que de grosses gorgées de sperme lui déforme la trachée dans un écoeurant concert de déglutition.

- Voila... Une pipe contre un cuni refusé... Avec un exemple c'est tout de suite plus clair non ? . Tu compte m'obeir maintenant ?

Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Mars 28, 2017, 03:07:23 »

Cindy ne savait pas réellement comment se sortir elle et Rachele de ce merdier. Le Boss était de plus en plus en train de prendre l’avantage et, pour la toute première fois, la super-héroïne commençait à craindre le pire … De ne pas pouvoir gérer la situation. C’était assez inédit, et la rage ainsi que la haine à l’encontre de son ennemie de si longue date ne faisait qu’obstruer son jugement. Son premier geste inconsidéré avait été bien entendu de repousser cette femme, mais celle-ci, toujours maitresse de la situation, répliqua très rapidement. Ne se relevant point, le Boss appuya sur la télécommande qu’avait oublié Silk. Et cette dernière sentit alors le collier se serrer très fort autour de son cou, lui coupant littéralement le souffle. L’araignée commença à étouffer, puis s’écroula au sol, usant de toute sa force colossale pour parvenir à maigrement respirer. Son teint devenait de plus en plus pâle, à mesure que son ennemie continuait de la torturer, la remettant à sa place après un tel affront.

Mais ce n’était pas le pire. La femme lui rappela que tout ce qu’elle lui refuserait, ça serait Rachele qui paierait les conséquences. Cindy ne pouvait rien dire et ne ressentait que colère et haine … Si elle avait parlé, ça serait pour insulter cette personne. Et pourtant, cette femme se plaça dans son dos et tira ses cheveux pour la forcer à regarder l’écran, qui projetait des images dures, très dures à regarder. Silk voyait son amie se faire violer, en direct, et ne pouvait pas détourner du regard au risque d’aggraver la situation. Elle se tortillait mais le Boss maintenant son emprise sur elle, la forçant à se plier malgré tout à sa volonté. La femme araignée sentit des larmes de colère et de douleur couler sur ses joues en voyant un tel spectacle, avant qu’elle ne serre sa mâchoire et réplique. « Tu le paieras … TU LE PAIERAS !!! » Hurla-t-elle alors, laissant exprimer sa colère.

Ce spectacle nauséabond se termina quand le violeur de Rachele jouit, et que son amie afficha alors une mine déconfite, exactement le type de visage qui retranscrivait du dégout, face au viol. Mais que faire, à présent ? Silk avait tenté l’approche par la force mais avec ces menottes et ce collier, ce n’était tout simplement pas possible. Il lui fallait plus de temps, ou une meilleure opportunité pour détruire la télécommande servant à son collier, puis neutraliser le Boss. Mais ce n’était pas prêt d’arriver, et vu les circonstances, Silk allait être forcée de coopérer. Quand le terrible spectacle se termina, Cindy tourna sa tête et ne put retenir des sanglots étouffés, mélange de craquage nerveux et douleur envers son amie. « Je ne t’obéirai jamais, poufiasse … Mais je dois sauver Rachele … Je le fais pour elle. » Dit-elle avec du dégout et de la haine dans sa voix. On pouvait trouver étonnant que Silk soit autant dégoûtée alors que pas plus tard que quelques minutes, elle semblait prendre un certain plaisir à lécher les pieds de cette criminelle. La réalité était que voir Rachele ainsi avait d’avantage déstabilisé son esprit, et cela n’allait pas lui rendre service …

Finalement, elle dû prendre une décision. Difficile, mais nécessaire pour sauver Rachele de ce pétrin. « Ne la toucher plus. Pas d’un cheveu ! Ok ?! Libérez-là, et vous pourrez me faire ce que vous voudrez … Mais ne touchez plus Rachele. » Dit-elle d’un ton fataliste, mais fier. Silk passait un accord, en quelques sortes ; si le Boss libérait Rachele, alors il pourrait récupérer Silk en échange. Une vie contre une autre. Cindy ne faisait que payer pour ce qu’elle avait fait …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Mars 28, 2017, 04:21:33 »

Max écoute Cindy tenter de négocier et lui rit au nez.

- Tu crois encore que tu es en état de négocier ? Que ta force et tes pouvoirs te servirons à quoi que ce soit ici ? Tu ne comprend pas que même si tu parvient à te libérer, à me prendre pour otage ta petite amie est condamnée à mon bon vouloir ?

Elle lui prend le visage entre les doigts et approche son visage si près que Spider-girl pourait sans aucune difficulté la frapper d'un coup de tête, la tuer même, par la violence du coup.

- *chuchote* Si tu tente quoi que ce soit à mon encontre elle souffrira et elle moura... et je  ne vais pas la libérer non... je vais la garder bien au chaud quelque part. Et je ne lui ferai que ce que tu refusera de subir, et après je te montrerai la video... et ça... aussi longtemps que tu me résistera...

Pour la mettre à l'épreuve, Max se penche et détache les jambes de la mutante de la barre de fer pour qu'elle puisse marcher. Elle fait quelques pas en avant et laisse tomber à ses pieds, devant le visage de Silk, la chaine d'une laisse qu'elle tient dans la main.

- Tu peut partir seul et m'offrir Rachele maintenant... Ou... quand on est unes eclave bien obeissante et qu'on veut suivre sa Maitresse, on prend sa laisse dans la bouche pour lui demander de la lui mètre... et on la suit en baisser la tête...

Le plus terrible choix de la vie de l'Heroïne se présente alors à elle...

Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Mars 28, 2017, 05:35:17 »

Cindy se pensait en position de négocier car elle le pouvait. Cette mafieuse sous-estimait les capacités de la femme araignée très clairement, ou alors elle la pensait bête, faible d’esprit. Cindy ne comptait pas se résigner si facilement, même si elle était prête à tout, absolument tout, pour épargner Rachele. Seulement voilà, le Boss lui ria au nez et lui expliqua que même si elle parvenait à la tuer, elle, Rachele continuera de souffrir. Son plan était de la garder comme moyen de pression envers Silk, et tout ceci devenait très malsain. Cindy ne parvenait à comprendre le but final de cette mascarade … Certes, le Boss était son ennemi depuis des mois, à lui mettre des bâtons dans la roue, à l’empêcher de faire bien son travail voire pire. Mais pourquoi ? Cindy fronça les sourcils, ne parvenait à saisir l’intérêt que cette femme avait à son encontre, pour aller jusqu’à déployer autant d’efforts rien que pour elle.

Elle approcha son visage et effectivement à cette distance, Silk aurait pu la tuer. Mais elle ne bougea pas, cela mettrait trop la vie de son amie en danger. Le plan du Boss était donc de faire subir une grande pression à Silk jusqu’à ce qu’elle ne lui résiste plus … Mais à quelle fin ? Cindy était loin de s’imaginer qu’au fond, cette femme désirait en faire réellement son esclave. Dans sa tête ce n’était que des mots, des paroles qui de toute façon ne voulaient dire qu’une chose ; se débarrasser de cette femme araignée trop gênante. Mais c’était faux, et Silk allait s’en rendre compte. La déclaration du Boss lui glaça le sang, mais elle n’afficha rien, laissant son regard dur et empli de haine. Néanmoins, elle n’était pas dupe et voyait que la situation lui échappait.

Que faire, à présent ? Tuer le Boss et Rachele allait souffrir. Se laisser emporter, et avoir le maigre espoir qu’après, son amie s’en tirerait. Mais ça voudrait dire faire confiance à cette criminelle ; car qu’est-ce qui prouvait qu’elle allait relâcher Rachele si Silk se pliait à ses demandes ? Aucune, et tel que c’était parti, ça aussi, ça devait être un mensonge. La femme araignée crispa ses poings puis leva le regard quand une chaine tomba devant son visage. Un choix effectivement terrible s’imposait à elle … La soumission, ou la mort de son amie. C’était aussi tranchant et douloureux qu’une lame de couteau, mais malheureusement, Cindy allait devoir faire ce choix. Elle déglutit, ressentant plus que jamais du dégout et de la haine envers le Boss, qui malgré tous ses efforts, détenait bel et bien la situation en main. Silk avait perdu pour ce coup, et elle devait en assumer les conséquences. Ses jambes furent libérées mais cela n’allait pas arranger grand-chose.

Un moment s’écoula, qui parut une éternité pour Silk, avant qu’elle ne se força, avec peine et difficulté, à se pencher pour récupérer la chaine entre ses dents, levant sa tête vers sa bourrelle, qui avait finalement gagné cette première bataille …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Mars 28, 2017, 09:03:15 »

Max la regarde prendre la laisse entre les dents et  la gratifie d'une caresse sur la joue, avant de lui mètre une petite claque humiliante. Puis elle clips la chaine sur l'eau du collier, repasse derrière la super-heroïne et lui attrape les pieds sans ménagement pour les enfiler dans des chaussures étranges et très inconfortables qui oblige Silk a étirer ses pieds en longueur.

- Releve toi esclave.

L'ordre est impérieux et dit avec froideur et brutalité. Max tire vigoureusement sur la laisse pour appuyer ses paroles. En se remettant sur ses pieds, Spider-girl remarque que ces chaussures sont en fait de grand talons hauts qui l'oblige à se tenir sur la pointe des ortueils. Encore une manoeuvre de Rachele pour pousser et develloper toujours plus loin les gouts du vice de son ami et ses fantasmes particuliers.

Modèle:

Enfin, pour la désorienter, elle lui passe un bandeau de cuir autour des yeux et lui appui sur la tête.

- Quand tu marche en laisse derrière moi tu baisse la tête et tu roule bien ton petit cul de salope à chaque pas. Je veux que chaque personne qu'on croise, et on va en croiser fait moi confiance, se retourne sur ton passage. Je veux qu'ils mattent ton cul et tes seins, je veux qu'on me propose du fric pour lui. Si tu ne me rapporte pas assé je gagnerai plus grace à  Rachele, je suis sure que pas mal de gens aimeraient bien se payer la Princesse du quartier.

Et vue la passion et la tension sexuelle que la riche héritière italienne avait fait naitre chez Silk, celle-ci ne doutait pas que ce fut vrai.

- Mais pour l'heure nous alons t'assouplir un petit peu ma belle.

Rachele commence à marcher vers la grand porte et entraine derrière elle sa nouvelle acquisition tenue en laisse, les mains toujours liées dans le dos, découvrant le supplice au combien excitant de marcher sur la pointe des orteils.

- Tu es trop dure, trop revèche, je ne peu pas prendre le risque de te présenter à mes copines comme trophé si tu n'es pas parfaitement obeissante, ce serait un signe de faiblesse. Alors on va aller voir Curie, ma spécialiste, elle et moi nous faisons des merveilles tu veras

Silk entend que les portes s'ouvre et le bruit de l'activité frénétique des bas fond du Rachele's emplis ses oreilles. L'air est chaud, les gens parlent, elle entend que l'on marche autour d'elle, qu'on s'écarte sur leur passage, que l'on discute: "Tu crois que c'est la vrai spider-girl ?" "C'est la nouvelle pute de Max ?" "Tu crois qu'elle la loue ?"

Pas de doute, la mutante réalise que son ennemie à décidé de l'humilier publiquement en déhambulant dans les couloirs du complexe devant tout ce que la ville compte de petits criminels et de voyoux. Elle entend qu'a quelques reprise on crache sur son passage, probablement d'anciens ennemis qu'elle à cognée et qui l'on reconnue.

Après quelques minutes de marche, elle retrouve néanmoins le silence réconfortant d'une zone déserte, mais les longs esqualiers en colimassons qu'elle descend amplifie de plus en plus son malaise. Après une interminable marche qui l'entraine toujours plus profondément dans les entrailles du complexe, Silk sent une odeur inquiétante de sang, de sueur, de circuits brulés et de sexe. Les hurlements etouffés d'une jeune femme résonnent en même temps que gresille un bruit d'élèctricité, puis s'arrête tout à coup, avant de reprendre.

Une dernière porte s'ouvre et les Cindy sait qu'elle se trouve dans la pièce d'où viennent les cris.

- Bonsoir ma chérie ! Alors ? Comment se porte l'inspectrice Holsen ce soir ?

L'inspectrice Holsen ! Encore une connaissance de Silk, encore une jeune femme vaillante, belle et volontaire qui s'était jointe au combat de spider-girl contre le Boss. Cindy comprend que la Vendetta de la mafieuse est complête, elle n'est que la cerise sur le gateau.

Une voix féminine et suave répond à Max.

- Comme vous me l'avez demandé Boss, je me suis fait la main sur elle pour m'assurer que le même traitement ne tue pas Mademoiselle Rachele Florenza si d'aventure Spider-girl avait refusé votre deal... Mais à ce que je vois elle s'est montré raisonnable...

- Tu semble deçu ? lui répond Max

- Le corps de Rachele, c'est du beau matériel, ça aurait été mon chef d'oeuvre.

- Ne t'en fait pas, tu sera toujours à temps de t'occuper d'elle si Spider-girl venait à rompre le marché... D'ailleur à ce propos laissons la voir le travail que tu as fait sur son amie inspectrice, ça lui donnera enfin une idée précise sur ce que je compte faire à sa petite amie sur elle change d'avis.

Max retire le bandeau des yeux de Silk qui découvre une scène digne d'un film d'horreur. Dans une pièce qui ressemble à une grande salle d'opération desafectée pleines d'outils et de machines de torture, une femme d'une quarantaine d'année, presque nue sous sa blouse grise de scientifique, se tient devant une large chaise blanche.
Sur cette chaise, elle reconnait le corps mutilé de son ancienne contact de la police de Sekuzu.

Des bandages frais et propres caches les extrémités de ses coudes et de ses genou, la où sa tortionnaire lui à emputé les bras et les molets, pour que son corps ne puisse jamais servir à autre chose que le sexe. La vision surdevellopée de la mutante lui permet de remarquer qu'on lui à inséré de discrets bouchons d'oreille et de nez pour la priver de son ouie, de son odorat et du gout. Puissament sanglée de cuir à la taille, au coup et à la tête, elle regarde impuissante et horrifiée Curie, la spécialiste, actionner un appareil étrange qui souffle une brise glacé sur son oeil qui vire au blanc.


L'ancienne flic gémie de désespoir sous le baillon qui recouvre sa bouche. Mais sa tortionnaire l'ignore et se contente de passer à l'autre oeil, sous le regard de la super-heroïne, la jeune femme perd le dernier de ses sens et se retrouve par sa faute, condamnée à une longue descente vers la folie et l'enfer où seul le sexe existera.

- Bien maintenant que notre invité sait exactement ce que je compte faire à sa protégée, peut être acceptera t'elle de se soumettre à nous pour lui éviter tout ceci ? Qu'en pense tu ma nouvelle petie pute ?

Dit elle en lui montrant que même ici, elle reste connecté au système de communication et de surveillance des goriles qui surveillent Rachele.

- Tu es prête à effacer cette colère et cette hargne de ta personnalité pour sauver ton amie ?

Journalisée

Cindy Moon
Créature
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Mars 29, 2017, 06:09:22 »

Une esclave … Voilà ce qu’était en train de devenir Silk malgré tous ses efforts pour maintenir la situation sous contrôle. Elle avait tout fait, mais elle avait ses limites et celles-ci se trouvaient en Rachele. Elle ne pouvait tolérer la moindre violence ou agression envers cette femme qui avait tant fait pour elle au cours de ces derniers mois. A partir de là, la pauvre héroïne n’avait nul autre choix que d’obéir, pour le moment, afin d’épargner Rachele des sévices du Boss. Mais pour combien de temps ? Après sa déclaration il était évident qu’elle comptait garder Rachele en captivité même si Cindy cédait à tout ce qu’elle lui demanderait de faire. Une situation compliquée et très, très dure à encaisser par Silk, qui était déjà énormément fragilisée par une lutte de longue haleine, perpétuée depuis déjà de trop nombreux mois …

La femme araignée brûlait de colère en elle, et son regard acéré le confirmait. Mais ses lèvres ne pouvaient rien dire, et ses mains ne rien faire. Elle se releva, obéissant à contrecœur à la criminelle qui désormais avait un premier pied sur son cou. Cindy bouillonnait intérieurement, se faisant consumer par une haine et colère aveugle qui n’allaient pas la desservir … Ceci ne faisait qu’obstruer d’avantage son jugement et pouvait facilement la conduire à sa perte. Elle se releva, étant à présent debout, le cou enchainé. Avant cela, le Boss, toujours dans la torture physique et psychologique à toute épreuve, prit le soin de faire enfiler à Silk des chausses hautement inconfortables, qui forçait la pauvre araignée à se maintenir sur ses orteils. Une sorte de chaussure ballerine mais en version très haut talon … Censé parfaire aux fétichistes assumés ou non – comme Silk.

Elle gémit de douleur mais s’accommoda tant bien que mal, peinant à trouver équilibre. Mais finalement elle se débrouilla et suivit la femme qui lui banda les yeux, lui ordonnant fermement de rouler ses fesses et ses hanches durant le trajet. « Je ne suis pas encore ton esclave, vieille folle. Tu ne fais que me plier le bras de force, et crois-moi que je suis encore loin d’être tienne, encore moins d’être ta pouffe. » Répliqua-t-elle, faisant comprendre que si elle lui obéirait pour le moment, il ne fallait pas compter sur elle pour jouer les trainées. Même en esclave, Silk avait sa dignité et sa fierté … C’était ce qui faisait d’elle une personne unique face aux autres esclaves bas-de-gamme. Pour le moment, du moins. Elle suivit donc la femme, derrière elle, sentant des regards se poser sur elle durant le trajet. Elle n’avait pas besoin de ses développés pour savoir que tous ces gens étaient ses ennemis ou des criminels, comme le Boss. De ceux-là, l’araignée les méprisait et ne tenait même pas compte de leur regard, même si inconsciemment ce bain d’hostilité impactait encore et toujours son esprit.

Puis elle sent qu’elle arrive dans une zone à nouveau isolée. Froide, où des cris et des odeurs nauséabondes s’en échappent. Elle entend une voix féminine, puis … L’inspectrice Holsen. Son visage pâlit alors que sa bouche s’entrouvrit d’horreur. Déjà très malaisée par tout ceci, l’endroit et savoir que madame Holsen était ici aggrava son cas … Et l’horreur commença réellement quand elle entendit ce que le Boss lui avait fait. Son corps avait été mutilé, charcuté, profané pour faire de madame Holsen un objet plus qu’un être humain. Tout ce qu’elle avait de plus digne lui avait été enlevé et l’horreur fut poussée jusqu’au point où on la priva de ses sens, lui arrachant les derniers pans de son humanité. Silk serra des dents et des poings, remuant sauvagement ceci dans le vain espoir de briser ses liens mais … Il n’y avait rien à faire. Des larmes de rage se mirent à nouveau à couler sur ses joues alors que des insultes fusèrent depuis sa bouche, à l’encontre de toutes ces personnes. Son regard horrifié finit par se détourner au moment où l’étrange machine glaça les yeux de l’inspectrice, donnant un haut le cœur à Silk.

Rachele risquait de subir le même sort si elle ne coopérait pas. Cindy était à un tournant de sa vie de justicière … Jamais elle n’était allée aussi bas. L’inspectrice Holsen, Rachele, et maintenant sa propre vie … Elle était en train de tout perdre. Le comble fut le Boss lui demandant d’effacer sa colère, alors que c’était bien tout le contraire qui était en train de se produire en Silk. Seulement, plus sa colère montait, plus elle perdait la tête, sombrant peu à peu dans la folie que lui imposait cette situation. Les larmes continuaient de couler malgré sa colère et sa hargne. Elle répliqua d’une voix désespérée, au timbre fort mais criant sa détresse. « Pourquoi … POURQUOI VOUS FAITE CA ?! » Cria alors Silk, craquant complètement, s’effondrant en sanglots nerveux. « Pourquoi … Qu’est-ce que vous me voulez … » Dit-elle, la voix au bord de la dépression. Pourquoi le Boss faisait tout ceci ? Pourquoi s’intéressait-il autant à Silk, au point de remuer ciel et terre pour la faire craquer ?

Cependant, sa folie ne faisait que commencer. Cindy avait vu le regard de l’inspectrice, lui réclamant de l’aide, de faire quelque chose. La femme araignée ne pouvait plus rien faire à ce moment-là … A part abréger ses souffrances. Elle se recula, tournant alors son visage meurtri par les larmes et le trop plein d’émotion, souffrant de voir un tel spectacle. Madame Holsen n’avait plus aucune issue. Silk … Fit la seule chose qu’elle pouvait faire pour elle à cet instant, au détriment de sa propre raison. Elle se pencha brusquement et asséna un violent, très violent coup de tête sur le crâne de la femme. Cindy profita de la surprise pour répéter l’opération autant de fois que possible avant de se faire tirer la chaine à son cou. La pauvre araignée hurla à chaque coup, sans raison, alors qu’elle tua l’inspectrice pour lui éviter de vivre cet enfer. Une mort douloureuse et indigne, mais qui valait toujours mieux que vivre ainsi. Le visage couvert de sang, Silk s’effondra au sol et en sanglot, complètement dévastée et en pleine crise nerveuse.

Elle venait de tuer quelqu’un. Une amie. De sang-froid, et d’une manière brutale, même si pour la bonne cause. Mais … Silk n’aurait jamais pu faire une chose pareille. Cindy venait de franchir un cap, un point de non-retour, qui lui fit alors abdiquer. « Oui … Oui … Ne touchez pas à Rachele, par pitié … Je vous en supplie … Je serai ton esclave, ta pute, tout ce que tu voudras faire de moi … Mais épargnes-là de ça … » Dit-elle alors sur un ton, pour la première fois, soumis et quémandeur. Elle était genoux, devant le Boss, et en sanglots … Elle venait de franchir un point de non-retour.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Rachele Florenza
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 229



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Avril 02, 2017, 01:49:31 »

Elle l'avait fait ! S'en était fini, Cindy venait de tuer Silk, de tuer spider-girl. Elle ne serait plus jamais une super héroïne, elle avait tuée une innocente pour des considérations personnelles, sans imaginer une seconde que celle-ci aurait pu vouloir vivre malgré tout. Elle était prête, il n'y avait plus qu'à lui porter le coup de grace.

Mais son acte d'une telle barbarie avait profondemment surprise Rachele et bousculée ses plans pour la "poupée Holson". Rachele avait prévue de la vendre à un riche seigneur saoudien 100 000 dollars, et si cette somme était dérisoire en comparaison de ses revenus, elle ne pouvait pas tolérer qu'un de ses clients reparte les mains vides. Soudain, Rachele à un éclair de génis et prend son portable.

- Raphael ? C'est Max, on a eu un problème avec l'inspectrice Holson, fait patienter notre client quelques minutes et reviens au Rachele's pour récupérer le colis spécial et ramène le lui. Oui je suis sure... oui je sais qu'elle vaut bien plus que 100 000 dollars... Oui même si elle vaut cent fois ce prix la tempis je sais ce que je fais alors ferme ta gueule et obeit.

Elle raccroche et se retourne vers Cindy.

- Ha la la Ma pauvre amie, tu m'as encore causée du tors en tuant cette pauvre Inspectrice Holson... une fois de plus tes actes vont avoir de graves conséquences, des conséquence dont tu es seule et unique responçable souviens toi bien de ça...

Choquée par ses propres actes, Silk est devenue maléable et fragile. Rachelle et Curie en profitent pour la prendre par les épaules et l'approcher de deux grandes barres en métal paralleles. Quand elles lui détachent les mains, elle ne réagit même pas, et ce laisse remenotter les poignets à chaque extrémité de la barre. Elles en profitent pour lui enfiler de fines moufles qui scellent ses doigts et ses poings pour la priver de sa capacité de pronation et de toute sensation tactile.

Puis elles lui passent une barre de fer derrière l'articulation des genou et attachent ses chevilles à l'autre barre parrallèle.

- Elle est prête.

Dit Curie à Max avant de s'emparer d'une télécommande de monte charge et d'actionner le bouton. Dans un bruit de vérins mécanique, la barre attachée aux chevilles de Silk remonte vers son dos encore et encore, jusqu'à ce que ses pieds passe au dessus du niveau de son torse et ne la retienne dans une position arquées et douloureuse.

- Bien... commençons la phase finale.

Curie agite une étrange bombe de peinture qui semble de technologie thekane et en asperge la chevelure de Silk, sous les yeux incrédules de celle-ci, ses cheveux prennent une teinte rouge sombre, elle reconnait immédiatement la couleur des esclaves sexuelles personnelles du Boss.
Le bruit d'une tondeuse résonne alors dans la pénombre. Max approche avec un sourire malicieux et empoigne la chevelure de Cindy avec force. Elle sépare ingénieusement les mèches de part et d'autre de son crâne avant de passer l'horrible appareil sur son crâne. Les yeux brouillés de larme, Silk regarde ses longs cheveux qui faisaient sa fierté, tomber sur le sol.

- Ca te plais ? C'est la marque de mes esclaves privilégiées, tu en as de la chance.

Ajoute Rachele en lui présentant un miroir. Cindy est désormais coifée en half-howk long, le coté gauche de son crâne étant rasé partiellement pour qu'une fine pélicule de cheveux cache encore son crâne.


Mais le calvaire de la belle ne s'arrête pas là. Curie revient à la charge et pose deux petites pinces sur les tétons de Cindy et les tire en avant pour relier les chainettes à de petits tubes en verre.

- C'est presque fini Boss...

Dit Curie en mouillant le front et la tempe gauche rasée de Silk pour y fixer de petites ventouzes à élèctrode.

- Tu entend ça ? Tu vas bientôt avoir ton propre numéro, comme notre amie l'avocate.

Sans écouter ce que Silk peut bien vouloir lui répondre, elle lui passe un more entre les dents pendant que Curie ajuste deux énormes gods montés sur piston à l'entrée de son anus et de ses lèvres pubiennes. Le téléphone de Rachele sonne.

- Ha ! Enfin, le dernier acte de notre pièce. Oui Raphael ? C'est bon ? Oké je passe en caméra tu peu procéder à la transaction.

Rachele se tourne vers sa proie suspendue dans le vide et sexuellement arnachée de toute pare et lui présente son téléphone. A l'image, un homme cagoulé se tiens devant une fourgonnette jaune et fait face à deux hommes, des saoudiens de toute évidence à leur costumes.

"- Excusez nous pour l'attente, Max n'a pas pu honnorer votre commande en ce qui concerne la poupée Holson alors il a décidé de vous vendre un bien d'une toute autre valeur mais au même prix."

Dit l'homme cagoulé. Il ouvre les portes arrière de la fourgonnette et en sort une jeune femme. Le coeur de Silk bondit dans sa poitrine mais les liens qui la tiennent ne peuvent se briser, quelque soit sa force. La jeune femme en question lui ressemble comme deux goutes d'eau... c'est sa soeur disparue. Et tout ce qu'elle peut faire c'est regarder le film défiler devant ses yeux.


- Il ne se doute même pas de la valeur de ta soeur, pour lui ce n'est qu'une vierge américaine comme les autres. Il va la baiser dans son harem, lui faire quelques gamins avant de la stériliser pour qu'elle reste bonne en prenant de l'âge. On ne la retrouvera jamais. Et tout ça c'est de ta faute... je ne comptais pas la vendre, je pensais te la rendre un jour, pour te récompenser de tes loyaux services. Mais tu as tuée Holson... tu as condamné ta propre soeur à servir d'esclave sexuelle à un gros dégueulasse...

Curie prend un levier en main et l'actionne. Les tubes reliés au tétons de Silk se mettent à crépiter d'énergie et un courant élèctrique traverse ses seins, lui provoquant un melange de douleur et d'excitation nerveuse. Au même moment, les élèctrodes placés sur son crâne lui labourent le cerveau, stimulant son centre du plaisir, de la douleur, mais aussi de la mémoire pour qu'elle imprime violemment tout ce qu'elle est en train  de subir.

Sa sensibilité se devellope et explose, au point qu'elle se mette à mouiller involontairement, les deux gods s'activent enfin et lui porte le coup de grace en la labourant lentement et methodiquement au rithme des élèctrochocs.

Entre chaque impulsion qui vrille et fait ce convulser son corps parfait, Max lui prend le visage entre les mains et lui parle.

- Tu as fais tout ça pour sauver ta petite amie... tu as fait passer ton désir et ton amour personnel au dessus de ta mission de super-héroïne. Tu m'a sucée les pieds comme une pute, tu as dandiné du cul devant une foule entière, tu as tuée... tout ça pour sauver Rachele...

L'impulsion suivante est extrêment longue et violente au point que les yeux de la belle commencent à se révulser et les gods s'agittent à une vitesse effrenée pour la rendre folle et la faire jouir encore encore et encore. Mais avant qu'elle ne perde connaissance tout s'arrête.

Le Boss prend sa chevelure entre ses doigts graciles et soulève sa tête.

- Tu as reussie... tu as sauvée Rachele, ton sacrifice à fonctionné...

Elle laisse Silk reprendre espoir puis, elle l'achève.

- Tu as gagnée ! Tu seras avec Rachele pour toujours, tu lui lèchera les pieds et tu la servira...

Et Max retire son masque de velour et révèle sa véritable identité. Le ravissant visage de Rachele fait face à celui de sa nouvelle esclave et lui sourit, avant que les impulsions élèctriques et les gods ne reprennent leur tache. Pendant les longues heures suivantes, Dona Florenza regarde sa proie se contortionner et jouir en l'obligeant à la regarder en permanence, à l'écouter lui briser l'esprit à coups de vérités, du récit des erreurs de Silk, de tout ce qui l'a menée ici.

Spoiler  
Scène: Attention scène explicite
http://img4.hostingpics.net/pics/877951thu.jpg

Quand enfin elle la sent à bout de force et sur le point de sombrer malgré sa physiologie améliorée de mutante, elle lui retire le more pour qu'elle puisse parler et lui demande.

- Maintenant, es tu prête à me servir corps et âme ? A être ma pute privée, mon trophé ?
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox