Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Fille de la Terre et Fils des Astres [Olympe]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Olympe Polyxena

Humain(e)

Re : Fille de la Terre et Fils des Astres [Olympe]

Réponse 15 samedi 29 juin 2024, 18:59:40

«Je me suis dit que, peu importe ce qu'il pouvait arriver, cela était sûrement plus intéressant que de rester seul dehors. Et bien que je n'ai aucun problème à rectifier le caractère d'ivrognes, j'apprécie davantage un moment de quiétude avec vous.»
«J’ai cru remarquer cela.»

Ce fut dit dans un murmure chaleureux. Olympe se positionna confortablement dans les coussins, habituée et à l’aise. Elle laissait ses yeux caresser la physionomie de Serenos, s’attardant sur certaines parties de son visage, parfois de son corps, sans s’attarder. Ses pupilles revenaient inlassablement aux yeux de son partenaire. Elle n’avait pas besoin d’observer des lieux qu’elle connaissait pour ainsi dire, par coeur, à force d’y venir. Cependant, elle n’emmenait pas toujours, voir rarement, des gens qui ne soient pas des amis proches. Peut-être que dans une nuit d’ivresse, il lui était arrivé de venir avec quelqu’un qu’elle venait tout juste de rencontrer, mais c’était vraiment à cause de l’alcool et non par envie de s’isoler avec, comme c’était le cas ici. Ce serait donc mentir totalement que dire que Serenos était le premier qu’elle emmenait ici. Mais cela en serait un également de dire que c’était une chose habituelle.

«D’embrouille ? Vous pensez qu’il y aura embrouille ?»

Olympe ne lui reprochait pas ce terme. Elle en riait plutôt, un sourire en coin. Mais il n’eut pas le temps de réagir, car une main baguée passa entre les tentures qui s’écartèrent sur deux créatures au corps de rêve, quasiment nue, vêtue par l’ombre et la lumière douce que projetaient les lanternes. Elles s’inclinèrent sans parler, déposèrent les boissons et des plateaux de quelques denrées, entre le couple, avant de s’éloigner, sans qu’un seul mot ne fut échangé. Olympe observait toujours Serenos. Une fois les serviteurs partis, elle se pencha pour remplir leur coupe, tout en expliquant.

«Elles sont aveugles et ne parlent pas. C’est pour ça qu’on les engage. Certains trouvent cela cruel, d’autres...eh bien ils jugent plutôt bénéfique que des êtres ainsi handicapés puissent travailler quelque part.» Elle tendit sa coupe à Serenos et prit la sienne. «Entre nous, je pense qu’à l’extérieur, elle ne survivraient pas...» C’était fou de voir la facilité et l’habileté avec laquelle elles avaient effectués les gestes du service, ainsi que le fait qu’elles n’aient rien renversé. La force de l’habitude. «Je crois qu’elles ne sont pas malheureuses ici.»

La putain, sur ses mots, leva son verre pour faire un santé silencieux, trouvant que les mots que l’on sort normalement pour trinquer seraient bien trop futiles pour être dit ou entendus. Le regard pesait plus que les paroles. Elle bu une gorgée de l’alcool doux, mais piquant qu’on leur avait servi, une spécialité de La Ville, et fit tourner son verre lentement, tout en continuant d’observer son vis à vis. Au bout d’un moment, elle reprit.

«Donc, vous avez dit «embrouilles». Pensez-vous qu’il y en aura ?» Olympe aimait parfois reprendre les propos de l’autre, pour le pousser à s’expliquer.  Elle pensait bien que Serenos avait dit cela sans penser au sens exact de ce terme, comme souvent, les gens employant des termes génériques sans que ce dernier ne signifie réellement ce qu’il veut dire. Elle qui s’exprimait si peu, tentait toujours d’être précise. «Ou est-ce là un terme que vous avez utilisé sans y penser ?»

C’était d’ailleurs toujours fascinant pour elle de voir des gens capables d’aligner des tas de mots, des phrases qui n’avaient parfois pas de sens ou au contraire un sens profond, sans sembler se fatiguer. Elle-même se savait peu capable de cette prouesse. Comme si elle avait peur d’user sa voix ou peut-être était-ce de noyer son interlocuteur de babillage. Olympe serait probablement incapable de dire pourquoi elle était si peu bavarde. Pourtant, ce n’était pas une femme muette ou ayant été forcée de l’être. Mais c’était vrai que le fameux «les femmes sont bavardes» ne s’appliquaient absolument pas à elle et contrairement à ce que certains clients avaient pu penser par le passé, ce n’était pas due à l’éducation qu’elle reçut, que ce soit de Mère ou de son père. Bien que dur envers elle, ce dernier n’avait en effet jamais imposé le silence à sa fille. Cela ne signifiant pas pour autant qu’il l’écoutant assidûment.

De temps en temps, Olympe se penchait et attrapait une noix, un fruit, un morceau de pain, qu’elle grignotait en écoutant Serenos. Elle appréciait sa voix, l’éducation qui transparaissait dans son langage et la puissance qui se dégageait de son corps. Et s’il était vrai qu’elle avait envie de connaître le goût de ses lèvres et de sa peau, la putain était patiente et n’en montrait rien, si ce n’était ce regard qu’elle laissait glisser sur lui, ses yeux qui s’attardaient sur sa bouche lorsqu’il parlait, sur sa gorge, sur ses mains.

« J’ai rarement eu l’occasion de me trouver avec un homme tel que vous dans cet endroit. A dire vrai, un homme comme vous tout court.»

Elle avait parlé après un long silence que seuls leurs souffles perturbaient, ainsi que les bruits qui émanaient des «niches» alentours. D’une main, elle tenait toujours sa coupe qui se vidait lentement lorsqu’elle la portait à ses lèvres, de l’autre, elle écartait les bouteilles de la petite table entre eux. Ils étaient servis en quantité, de sorte à ce que personne ne viennent les déranger. Ici, en ce lieu, les gens ne débarquaient pas dans votre tente à l’improviste. Il fallait qu’une des personnes présentes sortent pour inviter, que ce soit les serviteurs ou quelques amis ou inconnus. C’était en grande partie pour cela que Olympe avait choisi ces lieux. Parce que la tranquillité et l’intimité y était totale.

Serenos I Aeslingr

Modérateur

  • -
  • Messages: 2333


  • FicheChalant

    Description
    Le Roi des Trois Royaumes et le personnage le plus influent d'Ayshanra. Derrière ses allures détendues et son sourire charmeur, Serenos est un homme dangereux et incontrôlable, et une constante menace pour les royaumes continentaux. Son mépris pour le protocole lui ont attiré le titre de "Roi Fou".

Re : Fille de la Terre et Fils des Astres [Olympe]

Réponse 16 lundi 01 juillet 2024, 06:25:23

Serenos portait fièrement sa retenue comme un étendard; désensibilisé par une vie marqué de périodes où la débauche était commune, surtout dans ses moments les plus sombres, il n'était pas du genre à sauter sur une opportunité ou sur la vulnérabilité d'une personne pour satisfaire ses pulsions. Et cela s'accompagnait par sa capacité à être exposé à la sensualité sans y réagir aussi fortement qu'un autre. Pendant un instant, il suspecta que les demoiselles, aveugles et muettes, lui étaient présentée, mais alors qu'une étincelle de révolte le poussa presque à réagir, il comprit par le contexte qu'elles étaient là pour servir le repas.

Olympe lui expliqua leur rôle et, réalisant son erreur, le Roi hocha de la tête, comprenant rapidement le concept. Même les infirmes devaient trouver un moyen de survivre, alors si leur infirmité pouvait être utilisé pour améliorer leur qualité de vie, c'était un avantage. Elle lui dit alors qu'elle suspectait que ces pauvres âmes ne pourraient pas survivre en dehors de cet environnement

"Pas sur ce continent, du moins", confirma Serenos.

En Meisa, il aurait peut-être pu faire quelque chose. Avec la magie, beaucoup de problèmes autrefois considérés permanents et sans solutions avaient trouvé remède. Son propre fils, Aldericht, aveugle depuis la nuit qui lui avait ravi sa mère et l'enfant qu'elle portait, avait appris à utiliser d'autres méthodes pour percevoir le monde qui l'entourait, notamment avec son talent surnaturel. Pour les autres, des traitements existaient, voire l'usage d'objets enchantés ou un système de runes qui leur permettait de se repérer aisément.

Elle lui demanda s'il s'attendait à rencontrer des embrouilles. Des problèmes. Des ennuis. Serenos réfléchit un bon moment. Il utilisait parfois ce terme à tort et à travers, comme beaucoup de gens, mais dans son cas… Il lui semblait que c'était le bon terme.

"Je crois que cela pourrait bien être mon lot dans cette vie, Olympe," admit le Roi en saisissant une coupe de vin à son tour. "Je n'ai que rarement mis le nez hors de chez moi sans que les problèmes ne me retrouvent, d'une façon ou d'une autre. J'ai fait beaucoup, beaucoup d'ennemis sur ce continent, et la plupart saisirait la moindre opportunité pour m'égorger, ou payer une coquette somme pour ma tête. De fait, si vous étiez un assassin et que vous en venez à me poignarder au cours de la soirée, je serais outré, certes, mais beaucoup plus surpris qu'outré. Je pourrais compter sur les doigts de la main ceux qui ont réussi à m'entraîner dans un endroit aussi isolé de mon propre chef."

Il ne l'accusait pas ni ne la soupçonnait d'un tel niveau de duplicité, mais il lui démontrait un certain niveau de fatalisme; la plupart de ses rencontres n'étaient que rarement dû à la coïncidence, et plus souvent qu'autrement étaient orchestrés par des gens qui voulaient soit nuire au Roi, soit s'assurer de sa collaboration. Jusqu'à maintenant, ces deux cas avaient été amèrement déçus par le manque abyssal de sympathie du Roi pour les manigances politiques et de patience pour ceux qui cherchent à le tuer. Bien loin était l'époque où le jeune homme optimiste et idéaliste laissait ses ennemis vivre en espérant qu'ils trouvent une nouvelle voie.

Le silence qui s'installa s'alourdit un peu, comme en réponse à ses paroles. Il se sentit un brin… tendu, et corrigea un peu sa position sur son coussin. Il remarqua alors qu'elle l'observait. Qu'elle l'observait attentivement. Très attentivement. Sans être d'un naturel craintif, c'était la première fois que le Roi voyait quelqu'un le jauger ainsi, comme un maître-boucher devant la carcasse d'un bœuf de première qualité.

" J’ai rarement eu l’occasion de me trouver avec un homme tel que vous dans cet endroit. A dire vrai, un homme comme vous tout court. "

"Encore heureux," dit-il dans une voix discrète. "S'il y avait plus d'un seul moi, ce serait probablement insupportable."

Il se redressa en position assise et droite, et sa main se posa doucement sur celle d'Olympe, qui ne tenait pas la coupe, et le Roi lui sourit.

"Olympe, j'espère que vous ne me trouverez pas discourtois," dit-il en prenant sa main et en la portant à sa bouche pour un délicat baiser sur ses doigts. "Mais je voudrais goûter à votre vin."

Et pas à la coupe.

Pour un homme qui était normalement si réservé, faire un pas aussi franc était une chose qu'il ne s'attendait pas à faire. Pourtant, les regards et l'ambiance, surtout l'isolation et l'intimité, lui donnait l'impression que la jeune femme ne l'avait pas emmené ici pour boire ou pour manger. Bien qu'il soit parfaitement conscient qu'il était possible qu'elle prenne offense à son approche, il espérait vraiment ne pas avoir mal lu les signaux et les regards qu'elle lui envoyait.


Répondre
Tags :