Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Ne vendons pas la peau du dragon avant de l'avoir invoqué [Privé Spyro]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses
Inscrivez-vous

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
Avouons-le, les premiers mois passés dans cette ville se sont avérés intéressants. Des contretemps malheureux sont évidemment venus perturber UN PEU mes recherches mais de belles opportunités ont aussi pu être saisies. Des opportunités comme ces documents très intéressants qui font état de l'existence d'une race de "fées" capables soit disant de voyager de mondes en mondes. Capturer l'un de ces spécimens m'intéresse évidemment au plus haut point ... communiquer avec , les pousser à me révéler leurs secrets serait l'aboutissement idéal de tout cela !

Il m'a fallu bien des recherches supplémentaires pour tomber sur une piste me permettant d'en attirer une à moi : Le nom véritable de l'une d'entre elle. (Inutile que je vous le répète, il s'agit d'un alphabet ancien et fort peu prononçable ... ).

Me voici donc encore une fois dans cette belle cave aménagée qui me sert de repaire, dissimulée dans le sous-sol d'un immeuble en toute bordure du quartier de la Toussaint.  L'endroit est sombre, éclairé de bougies disposées au sol et sur les hauts chandeliers du plafond. Bibliothèques et armoires couvertes de bibelots ésotériques bordent l'endroit, ainsi que plusieurs chevalets et chaines destinés à entraver les sujets récalcitrants. (Il n'est pas impossible après tout qu'un sacrifice soit pratiqué ici un jour ... Autant faire preuve de prévoyance.) Un grand cercle d'invocation est tracé au sol. Une sphère de verre verte occupe son centre, suspendue au plafond par une chaine. Le globe renforcé magiquement est couvert de runes en fer froid, il est destiné à accueillir "l'invitée féérique" lors de son invocation.
 
Vêtue d'une robe de cérémonie noire surmontée d'une courte capeline, je vérifie une dernière fois les préparatifs.

Le rituel d'invocation de cette espèce de farfadet est en théorie enfantin. Il demande de l'énergie magique, des connaissances et du matériel inaccessible au commun des mortels évidemment. Mais je dispose de tout cela, ce sera donc un jeu d'enfant. Ce sont davantage les "imprévus regrettables" qui me préoccupent. Ma dernière tentative ne s'est pas vraiment bien passée. Une interférence qu'on pourrait mettre sur le dos des spécificités magiques de la région peut-être ? Voilà pourquoi j'ai veillé à drastiquement renforcer la sécurité des lieux. Des sortilèges de défense ont été préparés ainsi que de nouveaux enchantement supposés faciliter ma fuite en cas de nouvelle rencontre malheureuse.

Ce n'est qu'une fois certaine d'être dans les conditions optimales que j'entame les choses. Je pique le bout de mon index avec une petite lame courbée et laisse couler quelques gouttes de sang sur le cercle. Celui-ci commence à s'illuminer d'une lumière rouge-sombre. Et alors que je commence à réciter les mots d'une langue ancienne dont le sens a depuis longtemps été oublié par les mortels, une brume mauve commence à apparaitre et à lentement envahir la cave.

"Quelque chose" réagit à mon appel. Comme un poisson qui tressauterait après avoir été attrapé par la ligne d'un pêcheur, il frétille, tire, panique. Un sourire froid éclaire mon visage alors que d'un effort de volonté, je le tire à moi et le force à apparaitre dans ce monde. La petite sphère en verre pendue au plafond s'illumine et une créature semblable à une libellule lumineuse s'y matérialise soudain. Elle commence à s'y débattre, perdue et piégée. Un sourire de satisfaction orne mes lèvres alors que je prend un bout de tissu et m'essuie le doigt dessus.

- Et voilà, ca n'était pas difficile.

Mais soudain, un rugissement à faire trembler les murs de mon repaire se fait entendre. Je fronce les sourcils. Une nouvelle entité manifeste sa présence, essayant de traverser par le tout petit trou entre les mondes que je venais de faire pour attraper ma proie.

- ENCORE ?? L'instabilité de la magie dans cette région commence à VRAIMENT devenir contrariante.

Je fais face au cercle alors qu'une nouvelle silhouette parvient à élargir la fissure planaire et commence à lentement se matérialiser dans ce monde, en plein milieu du cercle rituel, sous la sphère. Paumes écartées, regard courroucé, je suis prête à libérer un véritable déluge de sortilèges si la manifestation indésirée se montre finalement hostile. (Ou a fuir misérablement très loin d'ici en abandonnant toutes mes œuvres si jamais l'adversaire qui s'annonce se trouve trop coriace pour moi !)
« Modifié: mardi 18 mai 2021, 17:15:47 par Victoria Campbell »
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

Pendant que je suis en train de courir dans la foret en passant sans difficultés à travers les arbres, je vois deux pauvres misérables humains en train d'essayer de s'enfuir. Les imbéciles ne m'avaient même pas vus arriver. J'ai tranquillement sauté sur leur ami, que j'ai égorgé aussitôt. Son sang a giclé et s'est écrasé sur le sol avec un bruit mélodieux, avant que je lui assène ensuite un autre coup de griffe qui l'a défiguré. Son nez, ses dents, la partie basse de sa mâchoire s'étaient envolées. Ses deux amis qui se sont mis à crier comme des petits animaux effrayés, se sont enfuis en abandonnant lâchement leur petit compagnon. Mais les pauvres n'étaient pas assez rapides pour moi et j'allais me faire une joie de les étriper, pour leur faire payer le prix de leur imprudence. Pendant que la course s'engage entre moi et ces piètres choses, je m'amuse en leur faire peur en grognant. Maintenant que j'avais une fois encore l'odeur du sang humain dans les narines, plus rien n'allait m'arrêter! J'allais tous les massacrer sans la moindre pitié! Eux aussi allaient regretter d'avoir croisé ma route!

Au-dessus de moi, Lumière vole gracieusement. Elle aussi s'amuse à sa manière, en me voyant trucider tous nos anciens ennemis. Elle est mon amie et elle sait qu'elle peut compter sur moi à tout moment pour la protéger.

Alors que j'entends les deux interminables idiots continuer de crier, je continue ma course agile en esquivant les arbres et tous les obstacles qui me faisaient face. Mes quatre pattes s'enfoncent dans le sol avec vitesse et puissance. Et plus je me rapproche du suivant, plus mes iris se rétrécissent. Lorsque je suis à portée du suivant, je lui bondis dessus d'un seul coup. Je plaque le second humain qui tombe lourdement au sol, pendant que je l'entends déjà me supplier lamentablement de l'épargner. Entièrement sourd à ses pathétiques appels de détresse, j'enfonce mes dents avec force et rage dans sa carotide. Lorsque je l'arrache, son sang se met à gicler comme une fontaine. Je recommence sans attendre encore et encore, jusqu'à ce qu'il se taise enfin pour de bon. Jusqu'à ce que je n'entende plus qu'une faible de respiration qui se mélange avec son sang, dans un bruit gargarisant.

Mais je n'avais pas le temps de m'arrêter là. Le dernier avait réussit à se cacher. Pas de problèmes puisque malgré que je pouvais le pister, Lumière se charge déjà de le détecter pour moi. Je la vois ainsi rapidement tourner dans les airs pour s'arrêter juste au-dessus d'un gros buisson. Encore prêt pour une ultime chasse à l'humain sanglante, je me rapproche tranquillement de sa position, avec le sang encore frais de ma dernière victime qui coule dans ma gueule. Les sens alertés, je pouvais déjà entendre la respiration bruyante et saccadée du dernier sot. Le dernier petit être insignifiant de la journée, qui aura eu la malheur de venir fouler ces terres avec insouciance.

- Ca alors? Mais où peut donc bien se cacher notre dernier invité? Petit, petit, petit...

Tout en parlant dans sa langue, je me mets debout sur mes deux pattes, le dos courbé. Lorsque je suis à portée de pouvoir l'attraper, je plonge ma patte que j'écarte au niveau de sa gorge. Pendant que je l'enserre, je le tire hors du buisson. Son regard effrayé comme celui d'un petit animal qui comprend que sa vie va lui être retirée rencontre le mien, alors qu'il essaie misérablement de s'échapper de ma prise. Tout en s'appuyant de ses deux mains sur ma patte tellement pratique pour se saisir de tant de chose, telle qu'une gorge humaine, je l'entends commencer à s'étouffer. Très lentement, j'enserre sa gorge de plus en plus fort. Mes griffes s'enfoncent en même temps dans sa chair sensible et le sang commence de plus en plus à couler. J'étais en extase devant cette magnifique vue rougeoyante. Et lorsque j'entends un craquement qui commence à briser sa nuque, j'attrape son bras avec mon autre patte. Un nouveau craquement encore plus violent et jouissif que le précédent se fait entendre, alors que je vois son visage devenir bleu. Lorsque je tire sur son bras, le cou à moitié arraché, une nouvelle fontaine sanguinolente jaillit encore une fois, révélant un trou béant au niveau de sa gorge. Ne pouvant plus tenir par cette vision de meurtre si belle, je me rue vers ce trou pour y enfoncer ma mâchoire à l'intérieur. Mais pendant que je commence à dévorer toute cette chaire appétissante, je vois Lumière qui s'agite étrangement au-dessus de moi. Malgré que j'étais en partie couvert par le sang de ces humains que je venais de tuer sans la moindre pitié, je voyais quelque chose de rouge luminescent qui se formait autour d'elle. La curieuse tâche rouge brillante qui grandit et qui suit mon amie, finit alors par l'absorber...

- Lumière!

Très surpris par ce que je venais de voir, j'appelle mon amie tout en me débarrassant de cette carcasse gênante. Je m'envole et je charge immédiatement cette chose brillante et flottante. Ma tête passe travers celle-ci, mais mon corps semble résister à son passage. Tout en continuant d'appeler mon amie, je parviens à forcer celui-ci au prix d'un grand effort. Je me retrouve ensuite plongé au coeur d'une pièce sombre et peu éclairée. Mais mon regard est d'abord attiré par une étrange sphère verte lumineuse qui pend au bout d'une chaine, juste au-dessus de ma tête où se trouvait enfermé mon tout petit ami volant.

- Lumière! Qu'est-ce qu'il se passe par ici?...

Alerté par un danger, je remarque un cercle au-dessous de mes pieds. En face se trouve une femme... Une humaine! Une sale petite humaine arrogante. C'était sûrement elle qui était responsable de tout ça! Lorsque je l'aperçois, je suis immédiatement gagné par une énorme colère. Je ne supportais pas que l'on touche à Lumière!

- Salope! Qu'est-ce que tu as fais à mon amie? Je vais te déchiqueter! Je vais te déchirer avec mes dents et mes griffes pour ça! Je vais dévorer lentement le moindre de tes organes immondes d'humaine putride, tout en te violant en même temps tu entends? Je vais te tuer sur place, espèce de sale petite pute sur pattes!

Pris par une grande colère, je prends appui sur mes pattes et je bondis sur elle.
« Modifié: dimanche 23 mai 2021, 19:15:08 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
La silhouette furieuse apparait et s'apprête à bondir sur moi. Si son langage non verbal est déjà assez clair sur ses intentions, ses paroles ne font que les confirmer ! Il bondit vers moi et au même moment je déclenche une première volée de sortilèges de protections. Plusieurs flashs lumineux et simultanés éclairent la pièce alors qu'une déflagration sourde fait résonner la cave. Même en étant loin de l'épicentre des sorts, je sens mes ose s'entrechoquer et mes muscles se contracter. Je grimace, mes tympans sifflent et la silhouette devant moi s'écroule comme une masse, foudroyée nette.

Oups ... Peut-être que ma paranoïa m'a poussée à avoir la main lourde sur les défenses. Je l'ai peut être tué tout compte fait ... ? Un excès de zèle potentiellement dommageable ?  Certes ... mais bon ... disons que c'est le prix que j'accorde à ma propre survie.

J'observe quelques secondes le reptile qui semble bel et bien être KO. Je m'approche jusqu'à être à un tout petit pas de lui et baisse un regard pensif vers lui. Est-il mort ? Je viens du bout de mon pied nu toucher la créature sur le flanc. Le contact avec la peau écailleuse est étrangement chaud.

Le dragon est soudain agité de spasmes. Ses griffes se contractent, griffent le pavé. Je retire mes pieds avec prudence (un coup de griffe malencontreux est si vite arrivé.)

- Ah très bien. Tu es paralysé. Parfait.

Les lèvres du monstre s'agitent de tics et entre ses dents serrées, il parvient à articuler.

-..lope....tuer...gnnn.... violer....


Je répond d'un voix froide et détachée, flegmatique.

- Hmm ... je ne doute pas ... qu'il s'agisse de votre volonté oui.


Je tapote mon menton de la pointe de ma dague et contemple l'invité surprise d'un air pensif. Au moins nous voilà rassurés sur un point. Cette créature est strictement aussi intelligente que l'humain mâle moyen. Ni plus. Ni moins. Ses priorités semblent être du même niveau en tout cas : Violence et ... sexe.

Je pince l'arrête de mon nez entre le pouce et l'index et soupire. L'arrivée inopinée de cette créature me pose un cruel dilemme. Je pourrais me contenter du farfadet renvoyer ce reptile d'où il vient, quasiment d'un claquement de doigt. Ce serait l'équivalent magique d'un bon coup de balais pour chasser un chaton gênant trouvé devant le pas de sa porte. Je pourrais aussi remettre à plus tard mon étude du farfadet pour saisir l'opportunité d'étudier cette créature visiblement magique et intelligente. Un dragon si on se base sur les premiers constats. Qui parle et connait sans doutes bien des secrets.

Bien bien bien ... Et au pire si je n'en tire rien , la découper et la mettre en bocal. Vous savez combien peut se négocier un coeur de dragon sur le marché magique ? Une véritable fortune, je vous le dis.

- Et bien puisque vous tenez à être mon invité ce soir,  soit ...

Ma décision est prise. Je me redresse, me tourne vers le mur où son suspendues les chaînes et incante dans leurs directions. Le métal magique commence à grincer, cliqueter et finit par s'animer. Les boas d'aciers rampent jusqu'au reptile paralysé et viennent entraver ses membres. Des cadenas volent et viennent solidariser les maillons entre eux. Et pendant que ma victime est trainée ainsi jusqu'au chevalet de bois où il finira attaché, je me détourne pour fouiller parmi mes étagères. Je cherche parmi les babioles qui s'y entassent, jusqu'à ce que je trouve le collier de fer noir orné de runes rouge sombre que je cherche. Il me faut procéder à quelques menus enchantements et ajustements pour en faire exactement ce que je veux.

C'est ce moment que choisit notre amie la libellule pour rappeler sa présence. S'agitant dans son bocal, elle pousse des cris plaintifs et prononce ce que j'imagine être des supplications étouffées par l'épaisseur du verre.

- Je n'ai pas le temps de m'occuper de toi tout de suite, sois patiente s'il te plait.

Collier en main, je me dirige vers le chevalet horizontal où est maintenant entravé le dragon. Je fais au passage un geste vague de la main vers la libellule sous cloche. Un mouvement dédaigneux signifiant "Silence, tu me déranges". Sans attendre, je lui passe le collier autour du cou en ignorant ses grondements vagues et ses menaces mal articulées.  Un cliquetis pour mettre en place le cadenas magique et ... me voilà maintenant à l'abri de toute velléité de rébellion. Un dragon, même entravé, aurait pu faire usage de pouvoirs ou cracher des flammes.  Je préfère autant que ma précieuse collection ne finisse pas en cendres !

- Voilà. Nous allons maintenant pouvoir discuter, cher ami. Tout d'abord ... Bonjour ... ?


Le voir ainsi maîtrisé me fait sourire. La tension du danger immédiat laisse place à une humeur curieusement euphorique, voire joueuse. Je viens m'appuyer des coudes sur le bois du chevalet et pose mon menton sur mes deux poings fermés. Ma tête est juste au dessus de sa gueule, je plonge mes yeux d'un bleu glacial dans les siens. Sa gueule est impressionnante. Est-ce du sang que je vois dégouliner entre les crocs, se mélangeant à sa salive ? Monsieur est un tueur ! Ses dents sont si acérées ! Il ne faudrait qu'une dizaine de centimètres pour que hop, il puisse me cisailler le cou d'un claquement de mâchoire ... quelle malchance par lui tout de même qu'il ne dispose pas cette amplitude.

- Vous êtes un bien beau spécimen. Puis-je savoir ce que vous venez faire chez moi ... ?

Je sens la puissance magique brute émaner de cette créature. Elle pulse littéralement. L'empreinte d'un autre monde ! Un savoir, des expériences hors du commun enfermées dans ce petit crâne de reptile. Comme c'est excitant ! Je me sens comme une enfant devant un présent de noël attendant d'être ouvert.
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

Prêt à tuer et à violer son cadavre, je saute sur cette sale petite humaine sans attendre. Mais à peine je commence à bondir vers elle pour venir lui broyer le crâne, que je vois quelque chose de lumineux apparaitre juste devant mes yeux furieux. Je ressens immédiatement une très violente douleur qui me tétanise et qui parcourt mon corps tout en entier. Comme si j'étais compressé ou broyé en un seul morceau...

- ..lope....tuer...gnnn.... violer....

Que s'est-il passé?... J'étais dans l'incapacité de pouvoir comprendre. La seule chose qui me guidait encore, était mon instinct. J'étais venu ici pour encore tuer... avec rage et vengeance!...

::)

Je reprends difficilement mes esprits, en étant tiraillé par une forte douleur. J'avais l'impression de peser mille tonnes. Je ne me souviens plus de ce qu'il s'est passé, mais je me suis naturellement dirigé vers la lumière. Une source de lumière brillante...

- Lum...ière!...

Ca y est je me souviens! Je voulais protéger mon amie de quelque chose de grave...

Quand je rouvre les yeux, j'ai d'abord la tête qui tourne. J'essaie de bouger, mais je n'y arrive pas... à part peut-être la queue... C'est alors que j'entends une voix désagréable. Elle m'était surtout insupportable, parce qu'elle me disait quelque chose. Elle était liée à quelque chose de mal. De mauvais avec mon amie. Et avec moi aussi...

- Je... Toi?... Salope!...

Il ne me faut pas longtemps pour retrouver mes souvenirs. Lumière avait été absorbée par quelque chose qui ressemblait à un portail inhabituel. Quelque chose de rouge et de brillant. Je me suis alors précipité à l'intérieur pour tenter de lui porter secours, pendant que j'étais en train de dévorer le dernier humain imprudent que j'avais massacré avec joie. Et lorsque je me suis retrouvé autre part, dans un endroit sombre avec... avec mon amie prisonnière dans cette horrible boule verte, je l'ai vue au-dessus de moi. Et ensuite il y avait... Elle! Celle qui est en tain de me parler, avec son horrible voix. C'était la pute de tout à l'heure! L'humaine immonde qui s'était permise d'enlever Lumière. C'était aussi elle, qui m'avait jeté quelque chose qui devait sans doute être un sort. Je me suis ensuite écroulé de douleur et j'ai perdu conscience.

- M... Mpf!... Mpf!... Qu'est-ce que tu as fais, espèce de sale petite crevure?...

Je retrouve vite mes esprits, pendant que je regarde cette salope avec toute la haine qu'il me soit possible de porter envers une personne de son espèce. Ses sales petits yeux que j'avais envie de lui arracher! De les lui faire bouffer et avec lesquels elle se permettait de me regarder! Mais je ne pouvais pas bouger. J'essayais de m'agiter dans tous les sens, mais je ne pouvais rien faire. Je me suis fais avoir bêtement par cette stupide garce qui s'est bien foutue de moi! C'est alors que je vois Lumière qui vole un peu plus loin dans la pièce. Elle était toujours prisonnière et elle semblait s'affoler.

- Libère-moi tout de suite, tu m'entends? Libère-moi avec mon amie, si tu ne veux pas que je te tue dans les pires souffrances possibles et inimaginables! Mpf!... Mpf!

La fille qui n'est que tout juste bonne qu'à se faire violer par ma bite trop brosse pour elle, me pose une question dont je n'ai que faire! J'essaie alors de continuer de bouger. Je m'agite sur quelque chose qui me maintient, les quatre pattes retenues par des chaines que je n'arrive pas à briser. C'est alors que j'ouvre la gueule dans sa direction, pour aller la carboniser sur place. La rôtir comme un poulet vivant. Voir cette pauvre petite chose ignorante se débattre avec les flammes, pendant qu'elle me supplierait de l'achever pour mettre un terme à ses souffrances. Mais voilà que lorsque j'essaie de lui cracher du feu en pleine figure, que quelque chose se met à briller sous mes yeux. Dans l'incapacité d'utiliser l'un des mes atouts pour la faire griller sur place, je vois un collier. Elle avait mis un collier magique autour de mon cou. Cette salope avait pensé à tout! Jusqu'au bout! Merde!

- Ferme ta gueule! Ferme ta gueule de pauvre chose qui va venir sucer ma bite, après que je t'aurai décapité! Je vais réduire ton corps en morceau que je vais disloquer, tu entends? Je vais te découper et te broyer chacun de tes petits os fragiles! Je vais te faire gouter à toute la haine que j'ai pour les gens de ton espèce! Tu ne sais pas à qui tu as affaire! Les sales humains comme toi mettent en danger tous les autres êtres! Vous détruisez le monde que vous piétinez, sans jamais savoir vous arrêter! Vous ne méritez pas de vivre! Maintenant relâche-moi tout de suite!

Pendant que je lui crache toute ma haine et mon dégout dans la face, j'essayais désespérément me libérer de ces satanées chaines qui me retenaient prisonnier. Mais je ne pouvais malheureusement rien faire du tout et je commençais à m'inquiéter pour Lumière. Est-ce que cette folle connait l'existence de mon amie? De ce qu'elle était capable de faire?...
« Modifié: lundi 24 mai 2021, 21:32:27 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
Accoudée au dessus de son museau, un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. Il m'insulte, me promet mille tourments et comme prévu il essaye de me rotir vive. Je secoue un peu la tête, l'air de lui signifier "désolée ... ca ne marchera pas".

- Allons allons. Tant de venin à cracher dans une si petite créature. Quelle tristesse.


Bon, quitte à avoir commencé, je vais continuer d'essayer la voix diplomatique. On commencera à envisager des méthodes différentes si la créature s'entête. Je continue de lui parler d'une voix douce, plaçant les mots lorsqu'il cesse de vociférer des insultes.

- Commençons par mettre les choses au clair. Sache que je suis pas nature quelqu'un qui ne ment pas. Je modèle la vérité bien sûr. Comme toute démoniste qui se respecte, je suis passée maîtresse dans l'art de maquiller les mots pour leur donner le sens qu'on veut bien leur prêter. C'est ainsi que négocient les démons, j'ai depuis longtemps adopté leur langue et leurs travers. Tu peux donc avoir la certitude que tout ce que je te dirais sera vrai. Ca aura l'apparence d'une vérité en tout cas, faute d'être "la" Vérité. Aucun mensonge ne sortira de ma bouche et je ne trahirai aucun engagement que je prendrai avec toi. C'est un acquis que tu as.

Je laisse quelques secondes, le temps qu'il comprenne. Je souris, amusée par son regard haineux. D'un index rêveur, je viens taquiner le bout du mufle. Les dents claquent dans le vide dans une volonté vaine de me sectionner les phalanges. J'ai un léger rire.

- Tu es adorable ! C'est donc ton amie qui est enfermée dans cette bulle, tu avais un lien avec elle ?

Mon ton est léger, celui de la conversation. Je me sens d'humeur badine et légère. Ce monstre n'est plus une menace pour moi mais une curiosité. Un a la couverture alléchante qui ne demande qu'à ce que je trouve le bon code pour pouvoir le lire.

- Je ne vais pas te mentir, je convoite ce que toi et elle savez sur la magie et sur votre monde d'origine. Si tu coopères, j'accéderai à tes désirs. Pour elle comme pour toi. Tu pourrais être relâché, renvoyé chez toi. Si je m'estime satisfaite par les réponses que tu m'apportes.

Je me redresse et fais le tour du chevalet. Lentement, a pas mesurés et joueurs. Je laisse au passage ma main effleurer le bout des ailes, le flanc de la bête, les pattes, la queue. (Attention à elle, je fais un tour plus large autour. Hormis légèrement le bassin ou les épaules, c'est la seule partie de son anatomie qui pourrait bouger un tant soit peu. Le bout de l'appendice tout du moins. Je préfère autant éviter qu'il réussisse à me fouetter). Le contact la peau écailleuse est plus agréable que prévue. Je sens un pouvoir léger courir sous l'épiderme de la créature qui s'avère à la fois chaud et relativement souple même si probablement bien solide et difficile à percer.

- En revanche ... Je pourrais imaginer beaucoup de méthodes pour t'inciter à plus de coopération. J'ai beaucoup d'imagination mais tu sembles en avoir aussi. Tu as l'air de ne pas bien savoir si tu souhaites violer ou tuer ... Un choix cornélien pour un monstre dans ton genre j'imagine ... ? Je pourrais m'inspirer de cette idée pour m'occuper de ton amie ... Je connais plus d'un diablotin qui aimerait faire l'un ... l'autre ... ou les deux à une créature comme elle.

Présenter la carotte. Puis le bâton. C'est l'art de la négociation. Je viens me positionner juste a côté de sa tête et me penche en avant pour le surplomber, les deux mains dans le dos. Je le toise avec un sourire narquois aux lèvres.

- Qu'en dis-tu ?
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

- Hahahahahahaha! La petite créature ridicule et vaniteuse qui ose me dire à moi, qu'elle ne ment pas! C'est la plaisanterie la plus drôle que j'entends sortir de la bouche d'une humaine ridicule, depuis plusieurs années...

Je m'esclaffe de rire, en entendant cette folle me dire que j'aurai sois-disant affaire à quelqu'un d'honnête. Voilà encore une belle ignorante qui ne sait pas à qui elle a affaire. Ni quelle a été ma vie d'avant, pour ne pas me laisser leurrer par ses bêtises. Encore une de plus qui se croit supérieure aux autres races de ce monde. Mais je préfère la laisser continuer. De toutes façons, je n'avais pas le choix que de devoir écouter ses sornettes. Seulement, elle ignorait que j'étais beaucoup plus malin qu'elle ne l'imaginait. D'ailleurs nous nous regardons amoureusement yeux dans les yeux. J'avais tellement envie de la gouter. Tellement envie de dévorer avec amour cette fille si frêle, à la peau si pâle, que j'essaie de lui bouffer son beau petit doigt qui vient se balader impunément un peu trop près de moi. Un peu trop près de ma gueule encore ensanglantée par ma chasse de tout à l'heure. Claquement de dents dans le vide. Echec... L'arrogante avait au moins le mérite d'être un peu moins stupide que ses précédents amis que j'ai massacré.

Elle continue son sarcasme et évidemment, elle a facilement deviné le lien qui unit Lumière et moi. Mais je ne dis plus rien. Je la regarde en silence. Seule ma queue fouette lentement l'air. Tôt ou tard, je savais qu'elle commettrait une erreur. Un petit oubli est parfois si vite arrivé...

Notre chère amie me dit sans me mentir, convoiter ce que Lumière et moi savions sur la magie. Quelle honnêteté. Mon coeur est touché de croire à une telle vérité, parmi le flot de mensonges qu'elle va déverser ensuite de sa sale petite bouche à bites. Mais apparemment, je devrais néanmoins coopérer avec elle, pour pouvoir enter dans les bonnes grâces de mademoiselle et être libéré avec mon amie.

- Hahahahahahaha...

Je ris et j'attends la suite. J'étais assez rusé pour savoir qu'elle gagnait bien vite en confiance. Elle se permet déjà de venir passer sa main de vipère sur mon corps de dragon. Ma peau dure et toute écailleuse. Elle en effleure les différentes parties, les ailes inclus. Dommage, car elle risque bien de louper le meilleur morceau... Notre amie essaie de se montrer encore prudente pendant un instant, pour ne pas se risquer de trop approcher ma queue qui ne désire que l'enlacer gentiment. Mais pendant qu'elle s'amuse avec moi, je continue d'observer. Je sens. J'écoute et je reste silencieux. Je suis à la recherche d'une faille. D'un oubli qu'elle pourrait commettre. L'erreur viendra tôt ou tard et à ce moment là, tu le regretteras de toute ta pauvre vie minable...

Comme je m'y attendais, elle sous-entend déjà l'utilisation de méthodes peu sympathiques, si jamais je ne coopère pas à ses glorieux dessins. Elle me nargue un peu sur ma condition à hésiter entre la violer ou bien la tuer, bien que pour elle, ce serait d'abord la tuer, pour ensuite la violer. Mais je me remets à bouger frénétiquement et a avoir un frisson désagréable, lorsque cette enflure menace de s'en prendre à mon amie!

- Salope! Ne touche pas à mon amie! Laisse-là en dehors de tout ça! Tu n'es vraiment rien d'autre qu'une humaine de plus, qui ne rêve que de puissance. De pouvoirs! Vous êtes décidément bien tous les mêmes!

J'essaie de forcer encore ces foutues chaines qui me retiennent. Ces mêmes chaines que j'ai dus trop souvent endurer depuis que j'ai été emprisonné, après que les miens aient étés massacrés par toute cette bande de loques!

- Mon amie n'a aucun pouvoir! J'ai bien peur que tu te sois trompée en ayant voulu t'en prendre à elle, ma pu... petite! Je pense donc généreusement coopérer avec toi, en te disant que tu perds inutilement ton temps. Mais il n'est peut-être pas encore trop tard, pour nous libérer. Peut-être que je pourrais même reconditionner un peu mon avis sur votre race en échange? Tu ferais une bonne action. Un geste à la hauteur de ton éphémère... beauté? Mieux encore, je pourrais te protéger contre tous les méchants. Contre tous les vilains de ton espèce. Ca c'est ce que j'appelle un compromis drôlement équitable.

C'était bien sûr du bluff. Et cette salope devait sûrement bien s'en douter aussi. Mais j'avais peut-être encore un autre avantage sur elle et il venait de Lumière. Car elle ne savait pas de quoi elle était réellement capable...
« Modifié: mercredi 26 mai 2021, 19:30:36 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
Bien bien. Comme convenu la menace sur son amie ne semble pas le laisser de marbre. Est-ce que j'avais touché la corde sensible ? Le levier sur lequel je ne devais surtout pas appuyer ? Un demi-sourire orne mes lèvres.

- Parfait. Tu es raisonnable. Je n'en attendais pas moins de toi tu sais ... J'entends son offre de me protéger en échange d'une hypothétique libération. Elle me fait sourire. Je ne suis pas naïve au point de croire ce mensonge éhonté. Rien dans son attitude précédente ne peut justifier cette offre.

Je viens alors lisser les pans de ma robe de cérémonie noire et m'asseoir sur le rebord du chevalet, a un centimètre à peine de son aile et bien hors de portée de la queue. Je viens avec douceur caresser le bras et le flanc du monstre, comme une mère désolée qui console un enfant.

- Je te libérerai aussitôt que j'aurais eu accès à ce que tu sais. Et nous serons quittes, tu es d'accord ... ? Et je laisserai également ton amie en paix. Vous repartirez tous les deux dans votre monde indemnes et sans autre ennuis. Tu seras libre de ... et bien ... reprendre ta petite chasse aux humains si elle te chante. Pourquoi m'y opposerai-je ?

Est-ce que je suis sincère ? Evidemment. Je vous l'ai déjà dit, mentir ne fait pas partie de ma nature. Pourquoi le ferai-je présentement ? J'ai toutes les cartes en mains et l'objet de mon désir juste à ma portée. Je n'ai aucun intérêt non plus à me montrer brutal, même si je possède dans ma manche un arsenal terrifiant de sortilèges et de moyens de coercition. Tous sont couteux. Tous sont barbares. Aucun ne remplacera la bonne volonté d'un interlocuteur docile.

Je me redresse doucement et vais me positionner près de la tête du dragon. Je pose mes mains sur ses tempes. Ses mouvements de tête ne sont pas en mesure de me gêner. Je ferme les yeux et commence alors à sonder son esprit. J'y vois la promesse de belles découvertes mais encore énormément de barrières se dressent devant moi. Il est sur la défensive, des pulsions le dominent. Des pulsions de meurtres et ... tiens tiens ? Des petites envies "honteuses" également. Elles sont un blocage, une frustration qui verrouille son esprit. Je rouvre lentement les yeux et souris, amusée par ce que je viens de voir.

- On dirait qu'il y a de bien vilaines envies en toi .... Je suis sûre que je peux t'aider à t'apaiser, mon tout beau ... 

Quelle ironie que les mâles de toutes les espèces confondues soient conçus sur le même modèle. Ce tout petit acte, ce frottis frottas sans conséquence ni grand intérêt les obsède tous au point de tourner à l'obsession, qu'elle soit consciente ou non. Je viens me placer à côté de lui, ma tête toujours penchée au dessus de la sienne. Je passe une main caressante sur le torse du monstre. Je sens au passage la force d'un coeur puissant qui bat sous cette carapace redoutable. Petit à petit ma main glisse vers le bas, explorant le corps du dragon avec une curiosité joueuse. Et pendant tout ce temps, je ne lâche pas mon regard du sien, me delectant à l'avance de ses réactions.
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

Je n'ai bien sûr plus aucun doute de la suite. La petite pute se moque bien de moi et elle ne croit évidemment pas un seul instant à mes promesses fumeuses. C'était en tout cas ce que son ton un brin moqueur, avec son sale petit sourire posé juste en dessous d'un crâne frêle que je fracasserais bien en plusieurs morceaux, me dit. Puis voilà que notre élégante maitresse d'un lieu paradisiaque à souhait se lève avec des manières bien futiles, avant de s'asseoir tout près de moi. Tellement près...

Mais notre amie ne semble toujours pas vouloir se décourager. Elle essaie à tout prix de me persuader de nous libérer, si j'acceptais de lui fournir toutes les informations sur Lumière. Mais la pauvre ignorante était bien mal tombée. Peut-être même qu'elle disait la vérité après tout. Mais malheureusement pour elle, cela fait depuis trèèèèès longtemps que je n'accorde plus la moindre écaille de confiance, à quelqu'un de son espèce. Dommage...

- Quel digne échange équitable pour avoir... peut-être la vie sauve. Mais tu devrais directement aller poser tes questions de petite fille gâtée, à Lumière elle même. Elle te fera une joie de te répondre dans un langage parfaitement muet et seulement à coups d'ailes incompréhensibles pour toi, si elle le veut bien. Alors toi, chère grande demoiselle qui semble être légèrement plus futée que les ignorants de ta sous-espèce, n'aurais-tu donc pas pensé à ce détail important? J'ai faillis oublier de préciser aussi, que mon amie ne m'a jamais parlé de sa vie d'autrefois. Donc si tu as envie de tout savoir, je peux te dire que je l'ai appelée Lumière en langage draconnique, parce que... parce qu'elle brille comme la lumière. Parce que c'est joli. Et puis elle vole aussi. Elle mange et elle boit de temps en temps. C'est une libellule brillante qui aime faire sa petite vie tranquille, sans avoir besoin d'être dérangée par les petites enquiquineuses de ton genre. Tu vois c'est passionnant. Si tu veux, je peux même lui demander pour toi comment se passe leur mode de reproduction?

Pendant que je continue de me moquer de cette petite cervelle de piaf, que je me délecterais bien de manger avant de faire sortir les restes par mon derrière, elle se lève. Je la regarde d'abord un instant de surprise, avant de replonger mes yeux dans les siens. Là où il n'y avait rien d'autre que haine, gout du sang et finalement toujours de sexe envers cette garce, qui doit surement bien s'en prendre à longueur de journée. Puis son visage encore un peu trop parfait à mon goût, le même que je réajusterais bien à ma manière, se rapproche encore du mien. Prêt à recevoir un violent choc qui va peut-être ressembler à celui de tout à l'heure, je ressens une pression désagréable qui s'exerce à l'intérieur de mon crâne, lorsqu'elle pose ses sales pattes sur mes tempes. Plusieurs secondes après, je la vois rouvrir ses petits yeux d'insolente, avant de se mettre à sourire bêtement. La pression dans ma tête s'arrête, mais ce n'était que pour l'entendre encore jacasser. Dire des stupidités qui n'étaient finalement peut-être pas si idiotes que ça pour une fois, si on savait les prendre dans le bons sens.

- Des vilaines choses? Moi?... C'est vrai qu'à part vouloir te fracasser le crâne. Te faire bouffer tes yeux de chienne arrogante en chaleur. Puis lentement t'égorger, pour finir ensuite par t'éventrer lentement... Et tout ça en te fourrant bien ma queue dans tes entrailles de pute juvénile, il n'y avait vraiment rien d'autre. Comme tu vois, mon coeur déborde de passion pour toi. Mais encore une fois, je pourrais peut-être revenir à de meilleurs sentiments si tu me libérais sans aucun autre compromis, hormis celui que je te propose en remplacement...

Bien qu'elle ne m'impressionnait pas, je savais qu'elle n'allait pas me faire de cadeau. Mais dans le pire des cas, je pourrais toujours lui mentir au nez. Piéger cette sotte à son propre jeu, puisqu'elle semble manquer d'informations. Quel dommage. En attendant, mon prochain repas lubrique vient encore me caresser. Elle passe lentement sa main sur mon torse, tout en prenant son temps. Prêt à recevoir quelque chose de douloureux qui va surement me traverser les écailles à un moment ou à un autre, sa main glisse vers mon entre-jambe...

- Qu'est... qu'est-ce que tu fais?...

Surpris par son geste imprévisible, à peine passe t-elle la main au bon endroit, que ma bite logée à l'intérieur se contacte et sort. En quelques secondes, elle était déjà à moitié dure...

- Si c'était pour jouer à ça, tu n'avais pas besoin de me faire tout ton petit numéro... Chérie!

Pendant qu'elle me regardait, je ne pouvais pas m'empêcher de serrer les dents. C'était assez inattendu... Et malgré tout ce que j'avais bien envie de lui faire, je ne pouvais pas résister à sa petite main de perverse qui me caresse juste ici. Cette femelle arrogante me prenait par mon point faible et je ne pouvais même pas bouger une seule patte. Ma queue pourrait bien se saisir de son bras, pour que je puisse profiter de l'ouverture qu'elle ne semble pas avoir remarqué. Mais elle n'était pas assez redoutable, pour pouvoir lui faire assez de mal. Et puis je reconnais qu'il est assez difficile de résister sexuellement à une créature comme elle...

- C'est vrai que les gens de ton espèce doivent tellement t'ennuyer, que je ne peux que parfaitement te comprendre. Tu sembles être une fille qui a peut-être besoin de découvrir autre chose de plus appétissant. Quelque chose de sûrement plus bestial et viril, pour te satisfaire...

Sans trop savoir dans quel direction partir, si tant est que je pouvais bouger évidemment, cette petite insolente avait quand même réussit à bien me surprendre, en se mettant à toucher à ma bite.
« Modifié: vendredi 04 juin 2021, 17:32:55 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
Je reste assez indifférente à ses menaces et à sa haine. J'ai l'habitude d'être haïe et menacée. Je suis une démoniste, rappelez-vous. Je traite avec des créatures qui sont le mal incarné. Les démons ont juste l'élégance de cacher leur haine sous un vernis de civilité quand nous négocions. Ils sont aussi suffisamment intelligents pour jauger de leurs propres intérêts dans une affaire. Deux subtilités que le monstre que j'ai devant moi n'a pas. Je dois donc en revenir à des méthodes plus ... primales.

Ma première approche semble avoir de l'effet. Il n'aura fallu qu'un ou deux effleurements pour provoquer en lui une réaction.
Ca me fait avoir un léger rire. Je viens avec douceur saisir le sexe à la forme exotique et entame de bien lentes caresses. Je sens les chairs petit à petit durcir, se dresser contre la paume de ma main.

- Tiens ? On dirait que ca ne te déplait pas.


Une étincelle d'amusement brille dans mon regard, je joue de ses réactions. Je suis attentive à chaque mimique, chaque crispation de la mâchoire, chaque sursaut. Mes caresses se font un peu plus marquées. La respiration se fait plus marquée, il est agité de spasmes et je crois entendre un grognement sourd venir du fond de sa gorge. C'est monté vite, très vite ! Le spécimen est jeune, plein de vigueur, le sexe l'obsede il est déjà sur le point d'exploser.  Un fluide visqueux avait commencé à lubrifier l'engin, facilitant les choses et me permettant de faire des mouvements plus amples, plus agréables. J'accélère le mouvement. Encore une ou deux secousses et ...

...

Je m'arrête.

...

Ma main quitte l'organe procréateur a l'extrême limite, juste avant l'explosion libératrice. Je lis dans ses yeux la surprise, l'incomprehension, la frustration. La colère peut-être.

- Ah ... raté ... quel dommage.

 Le deni cher petit être d'écaille. Une torture exquise n'est-ce pas ? Je m'attend à ce qu'il explose en colère et vociférations. C'est normal.
Je viens de lui refuser ce que chaque fibre de son être avait fini par demander sous mes caresses.

- On va réessayer, dans quelques instants, d'accord ? Avant ça ... j'ai juste une chose à faire pour rendre le jeu encore plus drôle. Ne te refroidis pas trop d'accord ? On ne fait que commencer.

Joueuse, mesquine, je mime un baiser dans sa direction. Je m'éloigne, m'essuie la main sur un linge rouge-sombre, destiné d'ordinaire à essuyer mes couteaux de rituel après ... et bien .. leur office. Une fois encore je vais fouiller parmi mes affaire et en ramène une petite bourse. Je repasse devant le globe contenant la fée. Elle volète, semble protester. Je lui fais un clin d'oeil complice.

- Ne t'en fais pas la bestiole, ton ami ne va pas regretter d'être venu.

Je reviens près du chevalet. L'érection de mon captif ne semble pas avoir diminué d'un iota. Quelle vigueur !

- Me revoilà, je t'ai manqué ?

Je souris. Je m'immobilise a côté de lui pour qu'il puisse bien me voir agir. Je montre la petite bourse que je tiens dans la main.

- Tu as de la chance. D'ordinaire je fais payer pour cette poudre.

J'ouvre avec précautions le petit sac de tissu et verse quelques infimes pincées au creux de ma paume. La poudre du bonheur. Un puissant excitant qui décuple les sensations, particulièrement celles liées au sexe. (Je n'en ai aucun usage pour moi même, vous l'imaginez bien. Les plaisirs de la chair ne sont pas grand chose comparés aux plaisirs intellectuels.)

Peu intéressée par la vente directe, j'ai des accords avec les trafiquants du quartier. Je suis la seule à pouvoir leur livrer ce produit qui peut se négocier très cher auprès d'une population choisie en mal de sensations. Je me fais ainsi un revenu correct et en les laissant empocher un pourcentage exagéré, je m'achète une paix royale avec les bandes du le quartier. Ils savent que "celle là, il n'est pas question de la toucher". Elle rapporte trop. Ca me convient bien.

Sans me presser, je referme la petite bourse et la laisse à l'écart. Puis je m'approche du dragon. D'un geste de la main j'incante un sortilège. Les runes du collier qu'il porte luisent un bref instant. Il n'est plus en état de bouger la gueule. Je lui souris.

- Navrée pour ça. Je n'aimerais pas qu'un petit malin me prenne à mon jeu et me souffle ca dans le visage. Ne crains rien, tu va aimer.

Je me penche vers lui, poudre dans la paume et m'apprête à lui souffler au visage la poudre. C'est alors qu'un évènement imprévu se produit. Un mouvement de balancier au niveau de sa queue me surprend et me déséquilibre au moment où je souffle. Si la majorité de la poudre parvient bel et bien dans le museau du dragon, une partie forme un nuage dans lequel je suis directement plongée.

- Non ! Je tousse, ferme les yeux et m'éloigne, assaillie par l'odeur douceâtre du mélange. Je me retourne vers le dragon, d'un geste impérieux pointe le chevalet. Des nouvelles chaines viennent s'ajouter aux premières, immobilisant l'appendice caudal. Mais le mal était fait ... même si la dose que j'ai reçue est infime comparée à celle encaissée par le saurien, je sens monter en moi un désir physique tout à fait hors de propos. Quelque chose de tortille au fond de moi, au niveau du bas ventre.  Je pince les lèvres et fais un effort de volonté pour faire refluer ce désir et ces sensations. Mon esprit domine mon corps et pas l'inverse !

Je retourne auprès du chevalet. Le froissement du tissu contre mon corps suffit à me faire de l'effet mais je garde un visage impassible. J'empoigne de nouveau le sexe encore luisant du monstre et imprime un mouvement. Un mouvement dont les sensations en toute bonne logique seront elles aussi décuplées pour le saurien.

Voyons de nous deux qui craquera en premier mon beau ... D'un claquement de doigts, je libère le sortilège qui avait entravé la gueule de mon prisonnier. Je force un sourire alors que je sens son membre palpiter de nouveau entre mes doigts.

- Prêt pour retenter l'expérience ? Lorsque tu seras prêt à coopérer, tu me le diras ...

Car non, je n'ai pas l'intention de le laisser accéder à l'orgasme. Pas si facilement. La divine torture continue, je vais l'amener à crier, être prêt à tout faire pour être libéré.
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

Même si j'ai été surpris au tout début, je préfère bien vite me laisser aller. Je ne comprenais pas comment fonctionnait cette perverse, mais si elle voulait ma bite, elle pouvait compter sur moi. Il était naturel que des pauvres jeunes femelles soumises comme elles décident de partir sur un revirement, en préférant des êtres comme moi, plutôt que ses pauvres congénères tellement ennuyeux à souhait.

- Oui! C'est parfait! Continue... Continue encore ma jolie!

Tout en me prenant volontairement à ce petit jeu sexuel, notre amie l'humaine qui doit sans doute être un peu attardée sur les bords, m'astique la bite. Je sentais sa main qui continuait d'aller et de venir, tout en me pressant très agréablement. Ma trique finit par bien vite me faire mal. Je suis très rapidement pris par des spasmes et des grognements, qui devenaient de plus en plus incontrôlables. Et c'est lorsque je suis sur le point de balancer le jus bien chaud, dont elle doit déjà bien en saliver à l'avance, qu'elle s'arrête...

- Hein? Qu'est... Mais qu'est-ce que tu fiches? Pourquoi tu t'arrêtes? Allez continue! Reprends ma bite, espèce de détraquée hystérique! Décidément c'est à croire que je suis tombé sur la plus idiote et la plus incompétente des femelles, de ta misérable sous-espèce! Si tu ne sais même pas branler une bite, alors à quoi est-ce que tu sers?

Très frustré, voilà qu'elle ose se permettre en plus de me dire de s'en aller momentanément, tout en me mimant un de ces horribles baiser futiles. Tous ces baisers stupides que se faisaient tous ces humains... En attendant, je voulais qu'elle revienne! Tout de suite! Que cette sale pute que je vais faire saigner à mort et qui s'est permise de venir m'allumer, vienne avaler mon foutre dont elle se délectera, avant que je lui explose sa cervelle de noix!

- Je me fiche de savoir à quoi tu joues! Tu reviens et pour te faire pardonner, tu me suces! Tu utilises ta sale bouche à pipe de merde, en te délectant de ma bite! Et pendant que mon sperme jaillit dans ta gorge, pour aller après dans ton estomac qui a l'habitude d'en recevoir des litres à la journée, tu fermes ta gueule et tu couines! C'est clair?

Bien que j'étais encore une fois en colère contre cette bonne à rien, qui ne sait même pas m'astiquer correctement, je me sentais comme plongé dans une sorte de confusion. Mais heureusement, la petite idiote revient rapidement. Elle peut ainsi admirer ma grosse queue, toujours bien raide et qui n'a rien fait d'autre que de l'attendre gentiment. Ma pauvre bite, victimisée par son incompétence... Cette situation avait vraiment quelque chose de particulièrement désagréable.

- Ah! Te revoilà! Comme tu vois, tu as plus manqué à ma bite qu'à moi. Mais je pense que pour toi, c'est évidemment mon engin qui reste le plus important aussi. N'est-ce pas ma jolie? Alors maintenant, qui c'est qui va venir sucer avec grande gourmandise, le beau gourdin bien dur et qui l'a attendu avec tellement d'injustice? C'est mademoiselle salope...

Tout en continuant de gueuler ma frustration envers ce sac à foutre, remplis en partie par les animaux de son quartier de pissotière, je la vois revenir en tenant une étrange petite bourse. Elle me parle alors de poudre, qu'elle déverse dans sa main. Sans comprendre ce que cette insolente terriblement insupportable mijote encore, le collier que j'ai autour du cou se remet à briller. C'est alors que je n'arrive plus du tout à ouvrir la gueule. Ca y est! Cette fois, elle allait me torturer! Elle allait m'envoyer son horrible poudre, qui allait certainement me bruler la peau et les yeux. Ou peut-être m'empoisonner? Tout en luttant de toutes mes forces, pendant que cette folle s'approche encore moi, je parviens à faire bouger suffisamment la chose sur laquelle je suis retenu attaché, juste au moment où elle se met à me souffler dessus.

Touché! La salope se met à crier! Mais malheureusement pour moi, j'en respirais aussi à plein museau! A moitié aveuglé, je la vois faire un mouvement qui lui permet de commander ses chaines qui semblent être magiques, comme probablement tout le reste de ce maudit endroit. Elles viennent alors immobiliser ma pauvre queue, qui n'était pourtant pas si dangereuse que ça, il y a encore un instant. Jusqu'à ce qu'elle commette une erreur...

- Hahahahahahaha!

La gueule enserrée ne m'empêchait pas de rire et de bien pouvoir me moquer d'elle. Au moins juste assez, pour que je commence à ressentir d'abord comme un étrange malaise, qui me donnait alors envie de baiser encore plus! D'aller baiser cette chienne en chaleur, comme un fou! La dominer par tous ses trous! Jusqu'à ce que ces derniers ne ressemblent plus qu'à des plaies béantes et sanguines, après que je les aurais bien défoncées et bien remplies avec ma bite!

- ...nnasse! Qu'est-ce que tu as encore fais? Arrête de me prendre pour un idiot et détache-moi! Détache-moi, pour que je puisse te sauter jusqu'à ce que tu en crèves! Et lorsque tu ne seras plus qu'un déchet violé, je continuerai de te ravager et de te dilater tes trous de pute cadavérique!

C'est alors que pendant je lui hurle toute ma frustration, qui ne ressemble d'abord qu'à un espèce grognement continu, que cette salope claque des doigts. Je pouvais enfin reparler normalement et continuer de lui vociférer à la figure sans attendre! Mais c'était surtout insupportable! J'étais complètement dépassé par toutes mes pulsions. Tout ce que je ressentais pour elle, paraissait comme avoir doublé ou même triplé! Mon corps était presque devenu incontrôlable face à cette sorcière et pourtant, j'aimais ressentir sa main. Cette jolie petite main de chimère vicieuse, qui touche plus des bites que n'importe quoi d'autre.
« Modifié: mardi 22 juin 2021, 17:31:08 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
La colère et la frustration montent en lui. Parfait. Il est à moi. Par contre son langage est toujours aussi ordurier. Je pourrais remettre le sortilège qui le faisait taire ? Hum ... non. L'écouter m'amuse plus qu'autre chose. Me savoir haïe et détestée a quelque chose de délectable. Presque d'excitant en fait ...

...
 
Comment ca excitant ?? Bon sang, c'est l'effet de cette poudre. Je sens son effet pervers s'insinuer dans mon corps et commencer à emplir mon esprit de pensées tout à fait déplacées.

J'empoigne de nouveau le membre dressé du dragon. Je sais à quel point ses sensations sont décuplées. Je prend un malin plaisir à le voir haleter, essayer de se cambrer alors que délicatement je recommence mes lents va et viens. Rapidement, un liquide clair et gluant vient spontanément lubrifier l'étrange extrémité que je suis en train de cajoler. Ca n'en rend mes caresses plus agréables, plus désirables pour le reptile magique. Il sent le désir monter, atteint presque l'orgasme. Les premiers spasmes arrivent mais ... non !

Avec un sadisme consommé une fois encore je lui dénie cet instant libératoire. Le membre palpite entre mes mains, gonflé, prêt à exploser. Il se contracte, tremble mais ... rien ...  Je le relâche en prenant un air faussement désolé.

- Oh ... zut ... On dirait que ce n'est pas encore pour cette fois. Peut-être que si tu te montrais plus coopératif je le serai aussi ... ? Imagines à quel point ca te ferait du bien ... Une fois ... deux fois ... dix ... tu ne pourrais plus t'arrêter de jouir. Pourquoi je te refuserai ca si tu me fais plaisir à moi ?

En revanche le contact de la chair palpitante contre ma paume ne me laisse hélas pas indifférente. Une chaleur nait au creux de mes reins, explose dans mon bas ventre. Je serre les cuisses, me tortille sur place. Je me sens torturée par le simple frottement d'une jambe sur l'autre, c'est une agonie.
Je me console en imaginant à quel point les choses doivent être pires pour le dragon. Incapable de bouger, de se libérer de ce qu'il ressent.

Cela dit ... qu'est-ce qui m'oblige à MOI me laisser torturer ? J'ai largement les moyens de me libérer seule de toute cette pression. Pourquoi devrais-je en ressentir la moindre gêne ? Cette cave d'invocation a déjà vu tellement pire ... Et ce n'est qu'un animal, que m'importe qu'il me voit me livrer à de bas instincts.

La décision est donc prise. Alors avec un rire un peu moqueur je m'approche, me penche vers lui et viens lui murmurer à l'oreille.

- Holala ... Cette poudre est terrifiante ... à peine une pincée, je n'en peux déjà plus. Je me sens en feu. Je n'ose imaginer dans quel état tu dois être. Je viens avec douceur passer une main sur son torse en une caresse certainement décuplée. Et je m'éloigne de quelques pas.

Avec lenteur, je relève la jupe de ma robe noire et viens m'asseoir sur une table non loin, parfaitement en vue de lui. J'écarte les cuisses, impudique et provocante, lui montrant un sous vêtement déjà trempé. Je regarde mon prisonnier droit dans les yeux pendant que je descend la main jusqu'à mon entrejambe. Je me caresse par dessus le textile, explorant la courbe de mon mont de venus avant de suivre le tracé de la fente palpitante. Ce simple contact provoque en moi une explosion qui me fait haleter puis gémir. Je rejette la tête en arrière et ris.

- Regardes un peu ce à quoi moi j'ai le droit. Et pas toi.

Je glisse ma main sous la culotte et plonge deux doigts dans mon sexe brûlant. Je me masturbe sous les yeux de ce monstre. Mon excitation et mon plaisir sont décuplés par la poudre magique. Je prend un plaisir indescriptible à imaginer son regard furieux et impuissant sur moi. Ses insultes sont autant de subtiles stimulations, j'alimente littéralement mon excitation de sa haine.

Je finis par complètement m'allonger sur cette table. Une main fouillant ma chatte trempée, l'autre commençant à défaire mon corsage et à caresser mes seins. J'en viens à crier à gorge déployée quand je sens monter en moi un orgasme aussi soudain que puissant. Je crie à en perdre le souffle, me cambre, tremble. Mes cuisses se referment sur ma main et je suis agitée de spasmes alors que dans le même temps, je sens un liquide chaud couler entre mes doigts.

Et je reste là, sonnée pendant quelques instants,  étourdie par les sensations qui ont éclaté en moi. Il me faut quelques instants pour me rappeler où je suis et ce que j'étais en train de faire.

Ah oui ... la torture. Je ris alors que je me relève. J'ai le visage rouge, les cheveux défaits et le souffle court. Je me débarrasse de ma culotte inondée et enlève de même la robe, me retrouvant avec une simple paire de bas noirs et un porte-jaretelle assorti.

- Wow ... c'était quelque chose.

Je viens m'approcher de la tête de mon dragon de nouveau. Mon regard malicieux répond à ses yeux assassins. Je suis pour l'instant satisfaite. Toujours un peu émoustillée mais ... c'est très supportable ! Et je sais surtout que si une nouvelle vague de désir me submerge, je vais pouvoir m'en donner à corps-joie pendant que lui restera condamné au régime sec.

Comme je l'ai déjà fait, je viens me pencher au dessus de lui, le visage à une dizaine de centimètres à peine de son mufle furieux.

- Alors, tu as envie de te montrer plus coopératif maintenant ? Tu verras ca ne te fera que du bien. En attendant ... tiens, je suis généreuse.

Je tend vers lui ma main, celle sortie tout droit de mon sexe et encore imprégnée de mes liquides intimes. J'approche la paume de son mufle à quelques centimètres à peine, à portée de langue mais pas de crocs.

- Tu veux lécher ? Ne te gène pas. Je sais que tu en meurs d'envie. 
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

- Oh!... Oh!... Oh! Oui! Oui!...

Je grogne. Je me cambre et je me laisse enfin aller à ce que je mérite au minimum d'obtenir de cette catin hystérique, quand cette pute hérétique se remet enfin à me branler les boules. Sa main était si douce. Si chaude... Malgré qu'elle faisait n'importe quoi, la petite idiote arrogante me lustrait le manche vraiment bien. Mais mon souffle s'accélère très vite. Beaucoup trop vite. Sa main allait et venait sur ma bite, qui était complètement en brasier pour cette vipère. Mon bout devient ensuite tellement englué, que je finis par entendre les bruits caractéristiques du frottement gluant! Lorsque je suis sur le point d'exploser, je grogne et je remue encore plus fort. Et c'est quand je suis sur le point de me déverser enfin sur cette main, qui sert enfin à quelque chose dans sa vie, qu'elle s'arrête... Encore!

- Assez! Pourquoi tu t'arrêtes encore? Espèce de sale truie demeurée!...

Prêt à exploser aussi bien dans ma cervelle, que dans ma queue, la sangsue à foutre se moque encore une fois de moi. Pire encore, elle revient me briser le manche qui est déjà terriblement en mal de jouir, avec cette histoire de coopération. Et en plus, cette tortionnaire sadique jusqu'au bout de son petit nombril planétaire, a le culot de m'appâter, en me disant qu'elle pourrait me faire jouir autant que je le voulais....

- Stop! Ca ne marche pas comme ça! Non! D'habitude c'est moi... c'est moi qui m'amuse et qui détruis les gens de ta misérable sous-race pathétique! Et puis je... je ne suis... pas ton jouet! Ou plutôt ton jouet c'est ma... bite! Ma bite chérie!... Ma bite! Ma bite! Ma bite! Ma bite! Ma bite! Ma bite! Ma bite! Hahahahaha...

J'étais en train de devenir fou! C'était la première fois de ma vie, que je subissais une torture pareille. C'était monstrueux! Même moi je ne pratiquais jamais ce genre de choses infectes, à mes misérables petites victimes! Alors je lui crie à la gueule de reprendre ma bite! Je hurlais aux oreilles de cette empotée, de me faire jouir! Et avec ça, je commençais en a avoir mal au crâne. Ma tige était là, prête à exploser. Elle était toute droite et elle n'avait plus qu'à me vider les couilles, pour enfin boire le foutre qui allait rendre cette tarée sexuelle un peu plus intelligente et surtout clairvoyante sur la situation!

Pendant que je continue de me convulser. Que je commence à ressentir une curieuse tristesse qui secoue mes tripes reptiliennes, la pute qui gagnerait tous les prix du concours international pour nullité totale, s'approche de moi en riant. Elle glousse comme une conne, avec sa sale petite face de rat qui se trouve juste au-dessus de moi. Je pourrai pourtant la détruire d'un seul coup de gueule, si elle était suffisamment à portée de mes crocs... C'est alors qu'elle me parle encore de sa poudre. Plus exactement, de l'effet de sa poudre... Maintenant je comprenais mieux... J'étais vraiment tombé sur l'humaine la plus machiavélique et décadente de ce monde!

- Alors c'était... ça?...

La mâchoire serré, dégouté de voir que je n'avais aucune emprise sur elle, je vois cette pute de femelle humaine qui lève sa robe devant mes yeux, après m'avoir caressé le torse. Même le simple contact de sa main à un autre endroit de mon corps, était excitant! Et alors que je la vois s'asseoir sur une table, bien à un endroit pour que je puisse être aux premières loges de toute cette mascarade désastreuse, elle ose se permettre d'écarter ses cuisses de poulets, devant moi! Comme ça! Et en plus de m'humilier  encore, elle se touche la chatte qui est cachée par sa culotte détrempée de perverse allumeuse. Elle me regarde avec moquerie et désir... Elle... elle se paye ma tête! Mais surtout, elle est complètement en tain de jouer avec mes nerfs! Et le pire, c'est que je suis en train de craquer! Moi! Spyro de dragon! Chasseur et tueur d'humains, je suis en train de plier devant une humaine aussi insignifiante que mon trou de balle, que je pourrais pourtant tuer en moins d'une seconde!

- Arrêêêtes! Ca suffit! Arrêête! Tu n'as pas le droit de faire ça comme ça devant moi! Tu n'as pas le droit! Pute! Connasse! Salope! Chienne à bites!

Mon coeur battait anormalement vite. Je devenais de plus en plus confus. J'avais de plus en plus de mal à rassembler mes pensées, pour pouvoir continuer d'insulter cette misérable chose putride. Je commençais à manquer de souffle et d'énergie... Comment arrivait-elle à briser mon mental comme ça?

Le regard triste, anéantit par tant de cruauté et d'injustice, je regarde cette chose sans âme continuer de se toucher sa chatte qui dégouline. Je voulais fermer les yeux, mais je n'y arrivais pas! Je n'arrivais pas à détourner ma vue du corps tellement beau de cette créature immonde! Elle était là! Juste devant moi! Allongée sur une table, elle se touchait tranquillement, en couinant comme la dernière des trainées... Ebahis, impuissant, je regarde cette mortelle insignifiante jouer sans moi, avec son intimité qui a tellement dut se faire cogner par un nombre incalculable de queues, de son espèce de merde. Celle qui devait être mon jouet sexuel, avant que je ne la tue pour chier ses reste le lendemain, enlève sa robe pour me montrer ses seins. Et puis, elle continue de se toucher encore. Elle continue de gémir et à la fin, quand la salope jouit, elle crie...

- Sa... lope...

Les yeux dans le vide, la mâchoire comme décrochée, je la regarde se tordre sur la fin, avant qu'elle ne s'arrête. Lorsque l'immonde petite crevure avec sa tête de fouine se relève, elle semble comme épuisée. C'était comme si elle avait fait un débat torride et tout ça sans moi! Comment avait-elle osée me faire ça? Comment pouvait-elle préférer ses doigts minables, à ma grosse bite qui aurait empalé avec joie son étau de chair minable, que j'aurai bien élargis et ensanglanté à mort?

La femelle arrogante que je piétinerai volontiers comme une carpette vieille de plus d'un siècle, jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des lambeaux de chairs sanguinolents sous mes pattes, se rapproche encore de moi... Incapable de pouvoir encore l'insulter comme elle le mérite, elle me redemande si j'allais coopérer. Ou je devrais plutôt dire, lui être soumis... Lorsqu'elle tend sa main pleine de son jus de chatte, au niveau de ma gueule pour que je puisse le lécher misérablement, je n'attends pourtant pas une seule seconde pour le faire. C'est surtout son odeur que je reçois à pleines narines, qui me fait complètement craquer...

- C'est bon tu... tu as gagné! Je te dirais tout ce que tu voudras! Fais moi d'abord jouir! Je n'en peux plus! J'ai mal! J'ai mal partout! J'ai besoin que tu me soulages! S'il te plait!...

Pour la première fois de ma vie, j'abdique devant une misérable catin. Même à l'époque où j'étais dans ce cirque minable, j'avais réussis à garder suffisamment d'estime vis à vis de moi-même, pour pouvoir garder la tête haute. Je m'étais juré de ne jamais ployer devant un de ces immondes sous-humains!

La honte et le dégout m'empare de moi. J'aurai préféré qu'elle me torture de n'importe quelle autre façon, mais pas comme ça! Pas avec ma bite qui n'en peux plus! Mais tout n'était peut-être pas encore perdu.. Peut-être que je pourrais m'en sortir et réussir à l'avoir, si je changeais de stratégie contre elle. Contre cette sadique qui joue avec mes nerfs, jusqu'à la moindre parcelle de mon cerveau draconnique... Oui! Il faut que je change de stratégie...
« Modifié: lundi 12 juillet 2021, 17:31:48 par Spyro »

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.
Le chéri capitule ? Parfait. La sensation de sa langue étrange et râpeuse courant sur mes doigts éveille de nouveau le début d'un désir inavouable. Décidément les effets de cette poudre sont terribles. Même à petite dose. Ca me conforte dans l'idée que j'ai choisi l'outil et le moyen de pression idéal pour obtenir ce que je veux.

- Tu es raisonnable. Je viens avec douceur lui caresser la crête osseuse derrière son crâne. Tu ne le regretteras pas tu sais.

Avec douceur je viens me positionner a côté de lui, reposant mon corps quasiment nu contre le sien, chaud et écailleux.  Le contact est-il aussi agréable pour lui qu'il l'est pour moi ? Je n'ai pas de honte à m'abandonner. Ici, personne ne saura jamais à quelles transgressions honteuses je me suis adonnée. Et cet endroit a de toutes manières vu des choses bien plus choquantes se dérouler. Mon visage est tendu vers le sien, je murmure presque à ses oreilles. Une main sur le côté de sa tête, l'autre descend de nouveau jusqu'à son membre frémissant que je saisis et viens masturber avec douceur. Cette fois, j'ai l'intention de me faire gentille ... Si lui consent à l'être bien sûr. Donnant, donnant. C'est la règle.

- Dis moi pour commencer. Comment t'appelles tu ? Et parles moi de ton monde s'il te plait.

Mes caresses continuent ... Elles ralentiront s'il garde le silence. S'intensifieront s'il se montre bavard. Et si il finit ? Aucune importance. Recevoir l'orgasme le plus puissant qu'il ait jamais eu le mettra en confiance pour la suite. La poudre aura tôt fait de faire remonter le désir et avec la promesse de ce nouveau délice, il continuera à parler.

Et moi dans tout ça ? Je ne suis pas encore décidée. Une chaleur sourde habite toujours le creux de mes reins. Un feu couvert qui ne demande qu'à se rallumer d'ici peu. Charge à moi de voir comment j'aurais envie de l'éteindre.
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3

Spyro

Créature

J'ai des vertiges. J'ai des sensations qui sont malheureusement loin d'être toutes agréables. Je crois surtout que je me suis beaucoup trop emporté contre cette petite idiote, qui ne cherche qu'à me manipuler depuis le début. Je vais donc... jouer différemment avec elle. Et quand j'en aurai l'occasion, je broierai sa tête. Je l'aplatirais comme une feuille morte où je verrais chacun du moindre de ses petits os, disparaitre en poussière. Il ne restera plus une seule parcelle d'existence, de cette misérable sorcière narcissique! Ce sera dommage pour elle, vu comment elle semble douée pour asticoter les bites. Elle doit avoir une sacrée expérience derrière elle, cette catin tordue...

Mais en dehors de ma bite qui n'attendait qu'à exploser, il y avait maintenant toutes ces effluves, qui compliquaient la plupart de mes autres attentions. Ce qu'elle avait fait juste avant, avait rempli la pièce de ses phéromones de jeune femelle, qui me faisaient encore plus perdre la tête. Lécher sa main humide de sa mouille était évidemment un autre de ses pièges, mais je ne pouvais lutter contre mes instincts...

La petite chienne insupportable qui ne perd rien pour attendre, me caresse la tête, après lui avoir promis d'accepter de parler un peu. De nouvelles décharges viennent me presser le corps et la queue, lorsqu'elle vient écraser ses seins chauds et doux contre moi. Pendant qu'elle me regarde avec son visage de dépravée hystérique et qu'elle pose une main à côté de ma tête, elle reprend enfin ma bite, pour continuer de jouer avec. Elle me branle doucement, tout en me posant ses premières questions. Le souffle à moitié coupé, haletant et soupirant par saccades intempestives pour essayer d'éjaculer enfin, j'essaie de ne plus résister et de renter dans son jeu pour le moment...

- Ouh! Oh... Je... Spyro! Je m'appelle Spyro!... Vas-y continue ma jolie! Ne t'arrête surtout pas! Je sens que ça monte!...

Tout en me branlant la bite, je cambre mon bassin comme je peux, pour encore arriver à mieux ressentir cette main de salope qui manipule mon gros calibre draconnique. Détrempé de mes fluides, mon gland fourmille jusqu'au dernier degrés. Ca n'était maintenant plus qu'une question de secondes, avant de me libérer enfin...

- Je... je viens du... Terra! La jungle... Les forêts... Le monde sauvage... Je...

Chaque mot me demandait de faire un effort colossal. Elle n'avait pourtant pas fait grand chose, mais cette espèce de vampire à foutre, pompe à énergie vivante sur pattes, m'avait complètement épuisé. C'est donc au bord d'exploser, que je craque et que je me libère. Toute mon attention ne se focalisait maintenant plus que sur ça. Ma précieuse bite qui se tend à mord et qui pulse enfin dans cette main de catin!

- OH! ENFIN!!! OUIIIIIIIII...

Au moment où vient l'explosion de foutre, je bascule la tête en arrière, tout en fermant les yeux. Tout mon corps est alors prit d'une contraction violente et incontrôlable. Une partie de mon esprit s'en va ailleurs, pendant que l'autre tente de se délecter de ce délicieux instant. La vague de frustration retombe enfin, alors que ma bite continue de cracher son jus épais. Le plaisir était étonnamment puissant. Je ressentais enfin toute la libération méritée, passer par l'urètre, pour ressortir en fontaine de jouissance. Dépassé par le phénomène, j'ouvre la gueule et je tombe dans un état de demi-conscience à la fin. Mon front était brûlant. Mon corps continuait encore de s'agiter tout seul. Sa poudre et sa dextérité hors du commun, rendait cette humaine vraiment dangereuse...

Victoria Campbell

Humain(e)

  • -
  • Messages: 46


  • FicheChalant

    Description
    Froide et ambitieuse sorcière qui se fait passer pour une lycéenne.

- C'est bien, c'est bien ! Oui continues ...

Ses premières réponses me conviennent à merveille. Je possède son nom. Peut-être son nom véritable, allez savoir ? Celui qui me donnerait les pleins pouvoirs sur lui. Les autres éléments aussi fragmentaires qu'ils soient prouvent sa volonté de coopérer. Alors je le récompense à la mesure de ce qu'il mérite. Ma main continue de le caresser avec de plus en plus de vigueur. Je le sens sur le point de venir. Un sourire insolent orne le coin de mes lèvres alors que cette fois je lui permets d'accéder à l'orgasme. La libération est intense, violente. Des giclées abondantes de fluides explosent et viennent maculer  le torse du dragon (c'était prévu) mais aussi mon avant-bras, ma poitrine et même le bas de mon visage. La chaleur de la semence draconique qui m'éclabousse enflamme ma peau et fait monter en moi une bouffée de chaleur. Je porte par reflexe ma main souillée à mes lèvres et goûte au fruit de cette délicieuse séance de torture.

Le goût salé et l'odeur bestiale devraient me répugner. Mais la drogue que j'ai inhalée continue de jouer son effet pervers. La situation m'excite, quoi que je veuille y faire. Une boule de désir pulse au creux de mon ventre, mon corps réclame à son tour une libération. Mais je prend sur moi pour résister à l'appel ... pour le moment. Je dois avant tout passer à mon objectif. Je m'offrirai une récompense méritée une fois le devoir accompli.

Ma victime est dans un état second de béatitude et de relâchement. C'est le moment idéal pour moi. Ignorant l'appel désespéré de ma chair avide de stupre, je viens poser mes deux paumes le long de ses tempes. Toujours nue et maculée de fluides sexuels, j'ai dépassé depuis longtemps le stade de la pudeur. Les défenses  mentales du monstre sont brisées, ses barrières abaissées. Je n'ai plus qu'à m'insinuer dans son esprit maintenant malléable pour puiser les informations qui m'intéressent. En quelques secondes, mon esprit s'emplit du savoir que je convoite. L'autre monde, Terra. Les portails. La magie qui l'habite. Je suis fascinée par les découvertes que je fais.

Je laisse de côté les "a côtés" dont je n'ai que faire. Je découvre la haine primale  que Spyro vous aux humains ainsi que son origine.  Il dévore, tue ou viole mes contemporains ? Grand bien lui fasse ! Ca ne me regarde pas. Qui serai-je pour critiquer la moralité d'une créature ? La seule chose qui m'importe est qu'il ne soit jamais un danger pour moi. Et c'est bien la seule chose à laquelle je touche dans cet esprit : A l'idée fixe Tous les humains méritent d'être chatiés, tellement puissante et présente que tout mon savoir ne suffirait pas à l'effacer de son coeur, j'accole une simple mention, gravée en lettres de feu : ... sauf Victoria la sorcière. C'est une amie. Ai-je le moindre intérêt à avoir un "ami" dragon ? Je ne pense pas. Pas dans l'immédiat. D'ici la fin de la soirée je le renverrai dans son monde accompagné de sa libellule désormais inutile et il y a de grandes chances pour que je n'en entende plus jamais parler. Mais sait-on jamais ce que l'avenir peut réserver ?

Bien. Je viens d'achever ce que j'avais à faire. Je pourrais immédiatement renvoyer monsieur le reptile chez lui. Mais puisque par sa faute je me retrouve avec une soif inextinguible de relations charnelles, j'ai l'intention de profiter de sa présence encore un peu. Je vais une nouvelle fois chercher dans mon étagère une petite fiole. J'en profite pour trouver de quoi m'essuyer et reviens ensuite me planter près de sa tête. J'ôte le bouchon de la petite fiole et viens la passer sous ses naseaux du monstre pour qu'il en hume le parfum. Le revigorant est puissant il devrait faire effet. Je souris en voyant les paupières papillonner et lui caresse la joue avec douceur.

- Tu as été parfait. Nous avons fait le plus dur ! Mais il te reste une tâche à accomplir mon beau.

Et avant que le monstre n'ait l'occasion de pleinement reprendre ses esprits, je grimpe sur la table et m'assois jambe écartées juste au dessus de sa gueule. Mon sexe à quelques centimètres de son visage, j'offre à l'enchainé un spectacle sans doutes saisissant. Mes doigts descendent le long de mon entrejambe et écartent avec impudeur mes lèvres intimes.

- Tu sais ce que tu as à faire ? Sois gentil et je le serai aussi.
Victoria Campbell - 17 ans - 1m69 - Humaine - Ma fiche de présentation

A très vite pour partager de nouveaux RP <3


Répondre
Tags :