Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données de notre hébergeur.

Messages récents

Nos partenaires :

Planete Sonic
MLDK Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos
Inscrivez-vous

Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Vous nous quittez déjà ? / Re : Il y a du chamboulement...
« Dernier message par Anéa le jeudi 24 septembre 2020, 21:19:50 »
Bon courage à toi !  :-*
2
Les contrées du Chaos / Re : Le Lapin de Pâques existe !
« Dernier message par Lissandre Verrières le jeudi 24 septembre 2020, 18:31:01 »
« Alors, alors... Mes oreilles sont vraies ! » Les yeux de Lissandre s’ouvrirent grands et elle laissa échapper un : Wouah !

« Grrrr... C'est pas... Pffff... Possible... Je suis réduit... Grrrr... » Lissandre s’accroupit. Comme cette image des enfants japonais qui joue avec cette espèce de bougie. Plutôt un bâton qui se consommait d’un bout à l’autre en donnant un petit feu d’artifice.

« Il est trop mignon ton champignon ! J’ai envie de m’approcher de lui, de lui prendre les joues comme une tata et de le taquiner. Hi hi ! »

L’énorme œuf en chocolat se transforma tant de fois que Lissandre ne put laisser échapper que des exclamations « Ha ! » « Oh ! » et d’autres… jusqu’à ce qu’elle tombe en face d’elle-même. Là, c’est le silence qui tenailla ses cordes vocales. C’était tellement étrange. Elle se trouvait belle. Elle adorait l’idée d’avoir une statue d’elle-même. Surtout en chocolat !

*J’ai envie de me goûter ! Hi hi ! *

« Un génie ? »

Elle n’en revenait pas. Elle était venue chercher le Lapin de Pâques et elle tombait sur un Génie avec l’apparence possible d’un Lapin de Pâques. C’était génial ! Pour elle, cette nouvelle avait carrément supplanté l’information qui avait condamné l’ancien client. Parce que, dire vouloir « baiser comme un lapin » et finir comme un lapin aurait dû mettre en garde Lissandre… Mais non ! Elle était bien trop positive et énergique pour prendre en compte cette information !

« J’aurai le droit à trois vœux ? Vraiment ?! C’est trop génial ! Ah ah ah ! »

Par contre, il fallait attendre demain quatorze heures… Elle croisa alors les bras et prit un air soucieux. Une mine boudeuse ? Peut-être. Que faire pendant tout ce temps ?

« Hum… »

Son regard glissa sur le Lapin de Pâques puis sur le champignon vivant.

« Dis, je pourrais caresser ton champignon ? »

Elle commença à s’approcher à quatre pattes pour être à hauteur du Champignon Grommelant. Du Grommignon ? Elle sourit à cette pensée. Elle aimait bien ce surnom pour le « siège » du Génie.

Elle releva ensuite la tête pour sourire à Fudge.

« J’aimerai beaucoup aussi te caresser. Euh, je veux dire tes oreilles et ta petite queue de lapin. Je suis désolé si c’est bizarre. On me dit souvent que je suis excentrique. Mais j’aimerai beaucoup toucher tout ça. Je suis très curieuse, en fait ! »
3
Est-ce que c’était réel ou est-ce que ça sortait de son imaginaire ? Lissandre était en droit de se poser la question. Le fait de se retrouver dans les toilettes d’un grand restaurant, une verge dans le fondement et une PNJ les jambes grandes ouvertes : tout semblait conduire à un scénario savamment maîtrisé.

Mais il n’en était rien. Tout était dû à la chance ? Un concours de circonstances ? Lissandre ne parvenait pas à se l’expliquer. Elle aurait bien voulu se retourner pour interroger du regard son boss mais… pour lui poser quelles questions ? Avait-il un rôle dans cette histoire ? Bien sûr que non ! Quand il s’était approché, elle avait dévoilé son intimité. Et, à moins de super-pouvoirs, l’explication la plus rationnelle et surtout la plus simple était que Lissandre léchait actuellement une nymphomane.

Lissandre regarda l’inconnue. Puis fit un grand sourire à la caméra du téléphone portable. Elle conclut par un baiser suivi d’une langue se pourléchant ses propres lèvres.

« Madame Verre se demande si elle va jouer avec l’anus de la belle inconnue. Parce que Madame Verre aimerait bien que Monsieur King joue avec mon anus. Mais il n’en est rien… »

Elle afficha une expression de tristesse surjouée. Ce n’était pas un mauvais jeu d’acteur : c’était voulu. Une sorte de « grands yeux à la Chat Potté ».

« Mais Madame Verre ne va de toute façon pas pouvoir résister. Hi hi ! »

Elle se baissa et, ce faisant, sentit remuer la verge du vampire au sein d’elle-même. Il avait beau ne pas vouloir bouger, si elle bougeait : alors elle ressentait des choses !

Lissandre commença alors à s’activer à lécher l’anus de l’inconnue. Elle prenait son temps tout autour. Elle titillait l’entrée mais ne forçait pas de sa langue. Pourtant…

« J’ai l’impression que notre belle inconnue est très excitée. Ou alors, elle s’entraîné énormément avec des jouets d’adultes. Regardez-moi ça, monsieur King, à quel point elle est déjà ouverte ! »

Plongeant ses deux index dans l’anus, Lissandre écarta puis récupéra ses doigts.

« Regardez-moi ça ! J’ai à peine mis deux doigts et elle reste grande ouverte ! Hi hi ! »

La langue de Lissandre revint jouer avec l’anus de l’inconnus. Cette fois, la langue était en exploration au sein du couloir empli de ténèbres. Un couloir organique et chaud.
4
Vous nous quittez déjà ? / Re : Il y a du chamboulement...
« Dernier message par Kõya Breathless le jeudi 24 septembre 2020, 17:25:11 »
Bon courage pour ton alternance !!

A bientôt  :-* :-*
5
Vous nous quittez déjà ? / Re : Il y a du chamboulement...
« Dernier message par Antares/Pleione Lilianstar le jeudi 24 septembre 2020, 16:55:47 »
Hello tout le monde. Depuis la fin de mon stage le 14 août, je suis en vacances et ça fait du bien. Mais voilà, la fin des vacances approche bientôt, ce qui veut dire que c'est  l'heure du...

Je commence mon contrat d'alternance le 28 septembre, et qualifier mes horaires d'absolument immondes serait un doux euphémisme. Je ne sais pas encore quel impact ça aura sur ma fréquence de réponses, mais au moins, comme ça, vous êtes prévenus.

A très vite dans nos RP :-*
6
Prélude / Re : Petite Miqo'te Nympho :3
« Dernier message par Anéa le jeudi 24 septembre 2020, 14:29:44 »
Alala, ça me rappelle des souvenirs de FF14 ;_;

Y'a quelques petites fautes mais rien de grave.
Tu es re-validée o/
Bon jeu !
7
One Shot / Re : Crazy, Mad, Insane. [Koya]
« Dernier message par Stephen Connor le jeudi 24 septembre 2020, 12:53:43 »
Si Dieu existait, il venait d’exaucer les prières de Takeshi ! Agripper bien fort la chevelure de Maki était cathartique pour lui. Il en oubliait même le besoin de respirer de son amante, s’en donnant à cœur joie. Jamais la jeune femme n’avait dû connaître une fellation aussi brutale.

« Je ne te paierai pas un rond pour ta gorge, salope ! » Il se mit à rire bruyamment, appuyant bien ses boules contre le petit menton de l’exorciste. « Exorciste, mon cul ! J’ai toujours su qu’avec un corps pareil tu pouvais juste être une pute ! Maintenant tu es MA pute ! »

Le banquier avait beau être disgracieux et mal lavé, il avait néanmoins une énorme queue, de quoi bien bloquer la respiration de Maki, en lui déformant magnifiquement bien la gorge.

Takeshi s’assurait aussi de prendre autant de clichés que possible. Rien d’incriminant si elle essayait de le poursuivre après coup, bien sûr. Et putain que c’était bon ! Il avait hâte de montrer à tous ses collègues qu’il s’était fait sa bimbo de cliente !

« Tiens, espèce de chienne, c’est pour tous les rendez-vous que tu m’as refusé ! » Takeshi donna un magistral coup de fouet sur les fesses de l’exorciste, les lui rougissant joliment. Il se mit à ricaner, frappant cette fois son dos de toutes ses forces. « Maintenant tu viendras à chaque fois que je t’appellerai, et je te jetterai mon café à la gueule, bahahahaha ! »

Il s’emportait clairement, inconsciemment lui aussi sous l’effet du fantôme qui possédait la jeune exorciste. Mais de toute façon, il savait que la chienne aimait ça ! Il l’entendait couiner encore et encore, et elle n’essayait déjà plus de fuir. Non, il fallait juste qu’il l’éduque un peu !

Avec la corde dans sa main droite, Takeshi fouettait les fesses de Maki. De son autre main, il s’amusait à lui faire remuer violemment le crâne sur son sexe, accompagnant chaque mouvement du bassin d’une ferme pression sur la tête de son nouveau jouet.

A ce rythme là, il aurait pu la tuer en l’étouffant sur son sexe. En tous cas, il n’avait clairement pas l’air préoccupait par ce que ressentait Maki. Enfin, dans sa rage vengeresse, il s’assurait de savourer le moindre bruit étouffé, le moindre couinement de douleur.

« Putain, avec le prix qu’a payé ton dernier client, je parie que tu as dû lui faire la totale, pas vrai !? » Enfin, Takeshi laissa sa proie respirer, s’ôtant sèchement des profondeurs de sa petite gorge. Les petits gargarismes affolés de Maki manquaient déjà au banquier, mais il s’assurerait qu’elle continue au plus vite. « Alors, pétasse, qui t’a dit de t’arrêter ! »

Une claque sifflante retentit contre la joue de l’exorciste, avant qu’une autre, puis deux, ne percutent sa lourde poitrine mise à nue. Sans pitié et sans répit, le banquier vint saisir un mamelon de la prostituée, le pinçant et le tirant cruellement.

« Tu es Maki Oze la chienne, pas vrai ? La plus grosse pute de tout Seikusu ? » Demanda Takeshi, cachant habilement son téléphone qui enregistrait la scène. « ALORS, REPONDS OU JE RUINERAI TA VIE ! » La folie avait totalement eu raison du trentenaire ventripotent, le fantôme lui avait grillé les neurones. Mais il ne s’en rendrait pas compte de suite, continuant sa descente fulgurante vers la décadence.

« Si tu arrives à me faire jouir, je te laisserai partir sans envoyer toutes mes photos à ton patron, hahahahaha ! » Takeshi comptait bien s’offrir la chatte de cette trainée, alors il n’avait pas de temps à perdre, son prochain rendez-vous serait bientôt là. « Tiens, mords ça et ferme ta gueule ! »

Sans broncher, le violeur s’empara du caleçon au sol, se moquant ouvertement de Maki en lui enfonçant le vêtement dans la bouche, qu’elle ferme sa gueule dessus. Puis, il la tira par les cheveux pour qu’elle se traine dans la pièce à quatre pattes, n’oubliant pas de faire bien rougir ses fesses avec le fouet improvisé.

Pour Maki également, l’évènement devait être une expérience assez ambiguë. Lorsque le fantôme n’incitait pas Takeshi à perdre un peu plus la raison, il s’attaquait à la jeune exorciste, lui intimant d’aimer cette humiliation, cette douleur.

« Allez salope, c’est l’heure de te faire b… » Quelqu’un venait de toquer à la porte. Takeshi grogna, trainant alors Maki jusque sous son bureau. C’était le majordome d’un client très important, avec lequel il avait rendez-vous. Il ne pouvait pas se permettre de le faire attendre davantage. « Tu as de la chance cette fois… Mais tu vas quand même finir ton putain de travail. » Dit-il en étranglant douloureusement l’exorciste.

Takeshi récupéra rapidement les affaires qui trainaient, les jetant sous son bureau avant de faire de même avec Maki en personne. Sans la moindre délicatesse, le banquier vint appuyer sur le crâne de la jeune femme, qu’elle prenne à nouveau son sexe en bouche.

Quant au fantôme, il hurlait de rage intérieurement. Lui qui ne voulait que voir Maki se faire baiser encore et encore. Ce n’était pas assez, et il faudrait sûrement attendre encore. De quoi lui faire perdre patience, ce qui se répercutait bien sûr sur la frustration sexuelle de l’exorciste.

« Entrez ! » Annonça le banquier, la porte s’ouvrant alors.

Il jeta un dernier regard à Maki, essayant de retenir des grognements de plaisir mais échouant par moments. Ce scénario l’excitait au plus haut point.

« Monsieur Schaff, comment allez-vous ? Hmf ! C-comment va Mr Belmont ? » Peut-être les souvenirs de Maki lui rappelaient-elle le nom qu’elle avait vu sur le badge du garde, la veille, alors que Takeshi prononçait ce nom étranger. « Aaah, vous savez… La jeune femme a qui le virement a été fait hier est… Hmmm ! Également ma cliente. Quelle brave fille. »

Le banquier cachait bien mal le plaisir qu’il prenait à défoncer la gorge de l’exorciste, à lui marteler la glotte.
8
Le coin du chalant / Re : Escapades d’une p’tite sirène :D
« Dernier message par Okamira Makoto le jeudi 24 septembre 2020, 09:50:54 »
Plouf, MaJ des demandes de Rp :3
9
One Shot / Le lycée des désirs... [PV]
« Dernier message par Kõya Breathless le jeudi 24 septembre 2020, 02:45:02 »
Voilà un an que j'ai intégré un nouveau lycée, j'ai dû faire un prêt pour pouvoir y aller, car il coûte vraiment cher ! Mais ca vaut le coup, car les personnes qui sortent de cette école avec leur diplôme trouvent du boulot dans les meilleures boîtes du pays ! Lors de l'inscription, nous signons pour 4 ans, nous n'avons pas le droit d'arrêter, nous sommes obligé de prendre des chambres à l'intérieur de l'enceinte de l'établissement ! Et nous sommes tenu de garder le silence sur ce qu'il se passe ici..

Les premières années comme moi sont dans un bâtiment à côté et non dans l'énorme lycée, juste en face, nous voyons aucuns étudiants des classes supérieures. Je trouve ça un peu étrange mais bon les professeurs vont qu'on se donne à fond sans distractions quelconques…

Aujourd'hui, c'est le dernier jour de l'année scolaire, nous allons connaître nos résultats et passer directement en deuxième année demain… Pas de vacances ici ! Le travail est plus important… Ce n'est pas vraiment ça qui me dérange… Mais plus mes notes… Je sais que j'ai dû mal à suivre le groupe, je suis toujours à la traîne pour faire mes exercices, comprendre les explications… Alors j'angoisse.

"Madame Nanael Erika ?"

Je me lève de ma chaise, la pression est importante…

"Dernière de votre promotion ! C'est une honte ! Le suivant, Monsieur…"

Le professeur ne prend même pas la peine de me regarder, je me remets sur ma chaise livide… Un étudiant me donne mon bulletin, j'ai à peine 6 de moyenne… Mais le programme est beaucoup trop dur… Et ça va être de pire en pire en deuxième année… Car ici pas de redoublement, on passe quoi qu'il arrive…

Je vais regarder mon bulletin jusqu'à la fin de l'heure, tenant ma tête entre mes mains… J'ai économisé toute ma vie pour venir ici… J'ai travaillé toutes mes vacances et week-ends, je ne suis pas sortie avec mes amis, je n'ai jamais eu de petit copain pour éviter d'avoir des dépenses à faire… Rien ! Et voilà ce que je fais…

"C'est finit ! Je vous invite à rejoindre le bâtiment des deuxièmes années juste à côté, nous allons vous expliquer le programme ! Bonne journée !"

Je range mes affaires pour aller dans le bâtiment en face, à l'entrée un nouveau professeur, avant de rentrer, nous devons nous présenter.

"Erika…" Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il me dit de rentrer et de me mettre dans le groupe de gauche.

Nous sommes séparés en deux groupes, au milieu de la salle se trouve deux gros saladiers avec des papiers à l'intérieur ! Le professeur finit de faire passer les étudiants avant de venir au milieu de la salle.

"Bonjour ! Je suis le professeur Sato ! Je vais vous expliquer le déroulement de cette année, vous allez travailler en binôme ! À droite les étudiants qui ont obtenu les meilleurs résultats félicitations à vous ! Et à gauche ceux qui… Hmmm… Passons ! Dans les saladiers, se trouvent vos noms, nous allons tirer à chaque fois un nom dans chaque, c'est ça qui va établir les binômes… Un garçon peu tomber avec un garçon, une fille avec une fille… Si ça ne vous plais pas vous pouvez changer entre vous ! Nous allons commencer, avant de vous expliquer la suite."

Le professeur se met à tirer les noms, alors qu'un étudiant arrive pour les inscrire sur un énorme tableau, constituant les binômes. De là où je suis, je n'arrive pas à lire, je sais juste que je suis tombée avec un garçon que je ne connais pas… J'espère ne pas être un poids pour lui…

Une fois que le tirage est terminé, le professeur Sato reprend son discours.

"Ici nous formons l'élite, la crème !" Il tend la main vers le groupe de droite. "Les plus nuls, vous ne servez à rien… Enfin presque à rien ! Vous allez seulement aider nos chers génies à décompresser. Tout ce que dira votre supérieur, vous allez le faire ! Il veut un bain de pied, vous le faite ! Il veut un massage, vous le faite ! Une veut une pipe ou un cunis, vous le faite ! Il veut vous tabasser, il a le droit ! Tout ce que votre supérieur voudra il l'aura !"

Quoi ? Je ne comprends pas ? Qu'est-ce qu'il est en train de raconter là ? Tout le monde à l'air surpris, on entend plein de chuchotements un peu partout, les etudiants se regarde tous dans le blanc des yeux.

"Pas la peine de venir se plaindre vers nous, vous êtes juste des sous-merde, nous n'avons pas besoin de vous ! Vous servez juste à évacuer le stress de l'élite, pour qu'ils travaillent dans de bonnes conditions ! Nos petits génies vous faites ce que vous avez envie, vous êtes les meilleurs ! Allez je vous laisse faire connaissance avec votre binôme !"

Sur le coup, personne n'osait bouger, quand un énorme gars du groupe de droit sortie de l'ombre… Il attrapa une fille par les cheveux pour la coucher sur le sol et poser son pied sur son visage et lui cracher dessus tout en regardant la réaction du professeur.

"Bravo, j'espère que votre duo vous convient !" Il l'encouragea tout sourire. "Le premier cours commence dans 10 minutes, alors on se dépêche !"

Voyant aucune réaction de la part du professeur, le groupe de droite se mit à bouger vers nous…

Je me mis à reculer, courir vers une porte de derrière, elle était verrouillée, je vais vers une autre… Je ne suis pas seule des autres étudiants sont avec moi pour essayer de fuir… Fuir qui ? Je ne sais même pas qui est avec moi… On peut entendre des cris à l'arrière ceux du groupe de gauche qui se font attraper par les autres…

La tête collée contre une porte, je m'acharne sur une poignée de porte espérant la voir s'ouvrir…
10
One Shot / Re : Crazy, Mad, Insane. [Koya]
« Dernier message par Kõya Breathless le jeudi 24 septembre 2020, 00:27:54 »
Maki devait se rendre à un rendez-vous chez son banquier, elle ne l'aimait pas trop… C'était un gros lourd qui avait toujours des gestes déplacés, qui voulait l'emmener boire un verre chez lui… On se demande bien pourquoi faire… Montant dans le bus elle devait absolument s'arrêter dans une boutique de vêtement pour s'acheter un foulard pour cacher ce collier… Elle sentait dans le bus tous les regards se poser sur elle, la dévisageant… Le seul point positif était que la voix ne se manifestait pas pour le moment…

La jeune femme passa un voyage sans problème, pouvant respirer un peu, se vider la tête. Après une bonne heure de bus, elle descendit à son arrêt.

"Ca va, j'ai dû temps pour aller dans une boutique… "

Maki accéléra le pas pour se rendre dans le premier magasin qu'elle voyait, déambulant dans les rayons elle passa devant un miroir et c'est à ce moment qu'elle remarqua…

"Non…"

Maki venait seulement de remarquer qu'elle n'avait plus de soutien-gorge, qu'il était resté dans la chambre… Ses gros seins tendaient son haut, ses tétons apparaissant clairement… Et si on regardait on apercevait même le harnais.

Sans attendre, elle tendit le bras pour attraper le premier pull qui passait… Un haut bien épais en laine, elle le passa directement sur elle… À peine plus loin les foulards, elle fit de même… Au moment, de payer la caissière la regarda de travers… Il faut dire que porter ce genre de vêtement alors qu'il fait 28 degrés, c'est étrange… La pauvre Maki crevait de chaud en dessous…

"J'ai froid ! Je n'ai pas le droit d'avoir froid ! "

Sans un mot, elle partit en direction de la banque, elle avait encore 30 minutes de marche pour y arriver.. Elle n'avait pas envie, mais ne pouvait pas repousser le rendez-vous… Elle savait qu'elle était dans le rouge en ce moment, qu'il fallait trouver une solution… La jeune femme n'allait pas avoir des clients comme Mr. Belmont tous les mois.

Après avoir enduré la marche, Maki arriva à la banque, on lui demanda de patienter dans la salle d'attente et de se mettre à l'aise… La guichetière voyait qu'elle était au bout de sa vie…

"Je vous assure ça va… "

Maki se posa dans la salle d'attente, attendant son tour… Quand elle entendit la grosse voix du banquier, elle se leva pour rentrer dans son bureau, il faisait une chaleur d'enfer… À croire que c'était voulu… Qu'il augmentait le chauffage à chaque fois qu'elle venait dans l'espoir de la voir se mettre nue…

"Bonjour..."

La jeune femme se mit assise devant le bureau, pour commencer à écouter ce qu'il avait à dire… Elle avait dû mal à se concentrer, elle avait vraiment trop chaud, transpirant à grosses gouttes, elle décida quand même de retirer son pull tant pis… Maki fit apparaître sa poitrine sous son t-shirt, elle rebondit lourdement pendant plusieurs secondes, on pouvait remarquer qu'elle essayait de la cacher avec ses bras en les mettant devant… Mais cacher des seins aussi gros, c'est purement impossible !

"Je ne sais pas pour mes prêts… Je suis en train de rechercher un autre boulot qui paie plus, ce n'est pas possible d'attendre un peu ?"

Oui, il fallait cacher sa poitrine, mais il ne fallait pas oublier la question de l'argent… Maki était dans la merde et la situation n'allait pas en s'améliorant…

"Je vais bientôt recevoir un autre versement ! Ca va m'aider un peu…"

Le rendez-vous se déroula plus au moins naturellement, Maki s'essuyait de temps à autre le front avec son foulard, tout en essayant de négocier au maximum pour reculer les échéances… La jeune femme se doutait que si elle le voulait vraiment, il lui suffisait d'écarter les cuisses pour avoir ce qu'elle voulait… Sauf, qu'elle se refusait de le faire surtout avec ce gros porc !

"Merci, pour vos conseils, je vais vous tenir au courant sur ma situation professionnelle PAR MAIL !" Maki insista bien sur le mail, elle en avoir marre d'avoir des rendez-vous avec lui.

 Il se leva pour la raccompagner à la porte quand d'un coup il se mit a grogner derrière elle tout en appuyant sur la porte pour la verrouiller… Qu'est ce qu'il avait encore, Maki se retourna et c'est à ce moment qu'elle vit dans les mains du banquier une photo… Celle où elle était en train de se toucher sur le lit de Mr. Belmont !

"Rendez-moi ça !" La pression monta d'un coup, elle essaya de bouger de lever le bras, mais elle sentie une horrible douleur au niveau de sa poitrine comme si son harnais venait de se serrer brutalement.

L'horrible banquier en profita pour aller à son bureau pour faire un cliché de la photo, tout en la menaçant de l'envoyer à son patron…

"Ce n'était pas au boulot…" Maki compris qu'elle venait de s'enfoncer toute seule… "Et déjà c'est pas moi !!! La photo est floue, on ne voit pas ma tête ! C'est n'importe quoi, personne ne pourra vous croire !!"

Bien sûr que si tout le monde allait croire le banquier ! Il insistait la pression montait de plus en plus, téléphone à la main, sms prêt à partir…

"Je peux porter plainte pour ça !" Sa vie serra quand même ruinée… Son patron ne voudra pas la garder, l'argent qu'elle à reçu n'allait pas l'aider à vivre 2 mois de plus… Son patron pourrait lui faire une mauvaise réputation…

Maki se recula voyant le banquier arriver la bite à l'air ! Il la plaqua contre la porte, se frottant à son bas-ventre… Trop heureux de sa découverte, son regard de prédateur en disait long…

"Non mais ca ne va pas…" Maki le poussa brusquement en arrière, pour se dégager.

Sauf que Takeshi lui attrapa les cheveux pour la maîtriser, la secouant de droite à gauche la faisant tomber sur le sol. Son sac, accroché à son épaule, tomba sur le sol, faisant sortir ses affaires dont le caleçon de Mr. Belmont et la corde.

"Ah de mieux en mieux grosse salope ! T'aimes bien qu'on t'attache et ce caleçon, il appartient à ton dernier client… Sale traînée !! Grosse putain !!" Il continua à lui secouer la tête, sa main bien incrustée dans sa tignasse.

Le banquier prit son téléphone pour prendre une photo de Maki avec la corde et le caleçon, faisant bien attention de ne pas faire apparaître sa main.

"Une nouvelle photo à envoyer à ton patron ! Alors salope tu viens boire à la source ?" Il tira sur les cheveux de Maki pour la rapprocher de son chibre en érection.

La jeune femme compris qu'elle n'avait pas vraiment le choix… Elle avança son visage doucement, elle ouvrit la bouche, sa lèvre inférieure tremblait à cause de la peur, du stress qui prenait possession de son corps. Plus elle avançait, plus elle pouvait sentir l'odeur de ce gros porc… Ses lèvres pulpeuses rentrèrent en contact avec son gland…

"T'ES TROP LENTE SALOPE !" Takeshi donna alors un violent coup de bassin tout en tirant ses bras en arrière pour ramener la tête de la jeune femme vers lui.

Maki s'empalla sur cette queue en seulement deux secondes, son nez se colla contre la toison du banquier, ses lourdes bourses claquèrent contre son menton et son gland tapa le plus profond de sa gorge…

"Ergmm mmmmm…." Elle poussa un cri étouffé par ce gros chibre, ses mains vinrent se poser sur les cuisses de l'homme pour le repousser.

"AHHHHH Je le savais une gueule de suceuse !" Bien au chaud dans la bouche de Maki il profita de cet instant et l'immortalisa avec une photo de profil cachant encore une fois sa main qui la maintenait en place. Il se construisait un bon petit album souvenir.

Alors que Maki essayait encore de se débattre, de reculer, à genoux elle glissait sur le sol, son foulard commençait à glisser…

"Concentre-toi au lieu de vouloir fuir !" Le banquier rangea son téléphone dans sa poche pour se pencher légèrement en avant pour ramasser la corde. Avec du mal il réussit à prendre les deux extrémités…

SLACK !

Un coup sec résonna dans la pièce, la corde venait de s'abattre sur le gros cul de Maki lui arrachant encore un cri étouffé, la faisant ramper comme une pauvre petite chienne sur le sol
Pages: [1] 2 3 ... 10