banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Journée au travail pas comme les autres ( Stephen )  (Lu 3318 fois)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 18, 2013, 04:22:01 »

Aujourd'hui, c'était la journée que j'étais dans le club de natation de 10:00 à 12:00, deux heures à nager sans arrêt, de toujours faire des longueurs. On devait dépasser notre limite, on n'avait pas le droit à de pause. Je me trouvais dans l'eau quand la cloche sonna. Toutes les autres filles étaient en train de se diriger vers le vestiaires, je fis mon dernier longueurs et je sortit de l'eau en position de sirène. Mes cheveux était placés vers l'arrière, je suis restée sur le bord le piscine quelques minutes pour me détendre avant de prendre ma serviette bleu clair qui se trouvait sur la rampe proche de la piscine. J'ai pris le temps de m'essuyer un peu les jambes , les bras et la peau qui n'était pas couvert avant de me rendre dans le vestiaire.

Je sors quelques minutes plus tard du vestiaire dans mon habit de course. Biens sûr, j'avais une petite veste rouge pour mettre par-dessus. Je quitte donc le local de club de natation lorsque je sens que je suis sur le point d'oublier quelque chose d'important. Je m'arrête un instant, je me gratte le fond de la tête et je pense.

* Mais qu'Est-ce que je suis en train d'oublier, Est-ce que j'ai oubliée l'on de mes devoirs ? non je les ai tous remis deux jours à l'avance ? Est-ce que j'ai oubliée de nourrir Yuki ? Non, j'y suis allée avant de commencer ma natation à 10:00 . Mmmh ? *

J'avais de grand yeux quand je me suis rappelée de ce que j'allais oublier. Je devais aller travailler au centre commercial dans le boutique de vêtements aujourd'hui de 12:30 jusqu'à la fermeture. Encore une autre grosse journée pour Kamiyu. Super. Voyant que je n'avais plus beaucoup de temps avant de devoir me rendre au centre commercial, je suis partie à courir dans les couloirs tout en m'excusant à chaque fois sachant que cela n'était pas permis, mais, je ne pouvais pas arriver en retard au travail. Pendant ma course, je me suis rendue à la cafétéria, la place était bondée de monde, mais, j'ai réussie à me faufiler parmi la foule , me prendre un peu de nourriture , de payer avec la monnaie que j'avais dans les poches et quitter à la course.

Je suis arrivée essoufflée , les mains sur les genoux en prenant de grande respiration. Me voilà rendu à la boutique. Je n'étais pas en retard tant mieux et même que j'avais 20 minutes pour manger avant de commencer à travailler. Ma patronne me salua de la main, je fis la main chose avant de me rendre en arrière du comptoir pour ensuite aller dans la salle des employés. J'ai pris le temps de manger mon sandwich au poulet et de boire mon jus de pomme avant de commencer à travailler. Pendant qu'il n'avait pas beaucoup de client, ma patronne voulait que je m'occupe des boîtes qu'elle avait reçu dans l'avant-midi, mais, qu'elle n'avait pas eu le temps de faire à cause qu'elle avait trop de chose à faire. La première boîte allait dans la section des vêtements pour hommes. J'étais en train de placer des casquettes et des t-shirts de tous les couleurs quand un client m'interpella.

[hrp: je me disais que cela était une bonne idée de commencer le rp en douceur =P et si jamais tu décides d'être le fameux client qui m'interpelle ne te gênes pas ]
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Décembre 19, 2013, 08:22:18 »

Stephen n’avait plus vraiment l’habitude de venir sur Terre. Entre les enfers et Terra, sa planète natale lui paraissait désormais tellement… Banale. Il n’y avait pas grand-chose à y faire pour un puissant démon, et c’était là le plus ennuyeux. Pourtant, lorsqu’il y revenait, le beau diable pouvait trouver quelques bonnes occupations. Car on ne fait pas vraiment mieux que les Terriennes. Elles ont le temps de s’occuper de leur beauté, et elles ont des mœurs légères, certaines d’entre elles même plus que les succubes des enfers.

Mais alors, dans quel endroit trouver les plus belles femmes, et celles qui représentaient le mieux les mœurs légères qu’affectionnait Stephen ? Evidemment, la réponse sautait aux yeux. Le centre commercial de Seikusu proposait un tas de boutiques qui regorgeaient de splendides jeunes beautés, pas toutes farouches. Mais de toute façon, le mâle se moquait bien du consentement d’une femme qu’il souhaitait posséder.

L’homme avançait donc dans les allées du centre commercial, la démarche calme et nonchalante, observant chaque beau petit cul qui passait. Vêtu de son T-shirt blanc moulant, d’un jean bleu délavé et d’une paire de baskets bleues terne, le mâle ne sortait pas trop de la foule. Enfin, il ne serait pas trop sorti de la foule, s’il n’avait pas été un bel homme à la carrure colossale et au corps sculptural.

A vrai dire, le beau diable aurait sûrement pu s’arrêter sur la majorité des femmes présentes, et séduire n’importe laquelle en quelques instants. Mais il ne le faisait pas. Pourquoi donc ? Peut-être que les coups faciles commençaient à l’ennuyer, ou peut-être qu’il cherchait quelque chose d’autre, quelque chose de plus à son goût. Il avait envie d’être brutal, de soumettre une petite salope, aujourd’hui. Pour cela, il souhaitait absolument tomber sur une femme belle, mais qui devait aussi être douce et calme. Les meilleures putains à briser.

« Mais encore faut-il trouver un magasin convenable… » Soupira le beau diable à voix basse, furetant du regard.
 
En cette journée relativement chaude, l’après-midi commençait enfin. Autrement dit, l’activité était assez ralentie. Dans les boutiques de ce centre commercial, la majorité des acheteurs étaient de jeunes gens, soit en âge de travailler, soit en âge d’aller en cours. Autrement dit, tout ce qui dépassait 14h, et ce jusqu’à 17h à peu près, était une période de creux. Du pain béni pour les vendeurs épuisés, mais aussi parfois une source d’ennui.

Ce fut lorsqu’il arrivait au bout de son petit tour qu’une boutique attira l’attention du démon. Enfin, son intérêt soudain venait moins de la boutique que de la sublime jeune femme qui y travaillait visiblement. Oh, elle avait l’air parfaite, un air concentré et doux, plein d’innocence. Stephen commencerait par venir lui parler, pour la mettre doucement en confiance, puis il l’attraperait après la fermeture, pour se régaler avec elle.

Pénétrant dans le magasin, d’une démarche qui respirait la nonchalance tout en restant amicalement avenante, le beau diable s’approcha de Kamiyu, alors que cette dernière disposait de vêtements sur les racks et étagères. Une main amicale vint se poser sur l’épaule de la jeune femme, c’était la façon qu’avait le prédateur d’aborder ses proies. Souriant, Stephen engagea la conversation.

« Hum, bonjour. » Dit-il, d’un air faussement hésitant. « J’aurais voulu vos conseils pour m’acheter quelques hauts, mais… » Encore une fois, il marqua une pause, en prenant l’air gêné. « Mais je voulais aussi acheter une tenue de plage pour une amie. Voyez-vous, je compte lui faire la surprise de l’emmener, et je ne peux décemment pas lui demander sa taille. Aussi suis-je gêné de vous le demander, mais j’aimerais que vous essayiez quelques-unes des tenues disposées pour moi. » Dit-il en pointant un coin de la boutique du doigt.


Tous les étals étaient remplis de maillots de bain affriolants, diablement échancrés et sexy. Le genre de tenue qu’il est relativement indécent de mettre, et ce même à la plage. Bien sûr, l’excuse était grossière, et la vendeuse avait dû l’entendre plusieurs fois. Mais la devise ne disait-elle pas « le client est roi » ? De plus, et comme pour appuyer ses propos, l’homme avait fait exprès de désigner une ligne hors de prix, en sortant brièvement une liasse de billets de sa poche, pour la ranger.

Il comptait réellement utiliser ces tenues. Oui, il les ferait enfiler à cette petite pute lorsqu’il abuserait de son joli corps. Elle avait l’air athlétique, un corps absolument parfait, entretenu minutieusement. Ce serait un pur plaisir de la transpercer à coups d’épaisse et chaude queue. Affichant alors un air désolé, le beau mâle renchérit ensuite d’un sourire chaleureux, sa voix rauque retentissant de nouveau.

« Ahem, ça ne vous dérangerait pas ? » Demanda-t-il, faussement poli. « Au fait, je pense que c’est le minimum de vous donner mon nom. Je m’appelle Stephen. » Ajouta le monstre en tendant une main à Kamiyu.
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mai 31, 2014, 09:53:30 »

J’étais en train de placer de nouveaux articles tels que des casquettes, des t-shirts. Je dois avouer que les nouveaux vêtements et accessoire que ma patronne a eu pour le magasin est tout a fait sublime. Si j’avais été un gars au lieu de la petite fille que je suis, j’aurais été sûrement m’habiller dans ce magasin de sport, il y a tellement de beau vêtement pour mettre en valeur le corps et qu’est-ce que je fais là. Je devrais me concentrer sur le travail moi. Je me secoue un peu la tête et je mets les derniers articles sur les supports à linge quand j'ai échappée la boîte de carton au sol. Une main venait de me toucher l'épaule et disons que je ne mis attendait vraiment pas. Je pensais que cela était ma patronne qui venait me dire que je devais travailler plus rapidement, mais la main était plus imposante que celle de ma patronne et la voix qui commença à me parler était beaucoup plus grave et masculine que celle de ma patronne.

Voilà notre premier client de la journée. Il était grand, musclé, il avait un corps de rêve. Mais, il semblait quand même hésitant à me parler. Il commença en me disant bonjour qui me fit naître un petit sourire au visage, ensuite il me dit qu'il aurait voulu de mes conseils pour acheter quelque hauts, mais qu'il voudrait bien rendre un service à son amie. C'est là que j'ai commencée à me sentir un peu bizarre. Il voulait acheter un maillot de bain à son amie, mais pour ne pas qu'elle sache, bien il ne voulait pas lui demander sa taille. Cela n'était pas la première fois qu'un gars disait cela, puis normalement cela était pour matter les jolies filles, mais je ne sais pas pourquoi celui-là semblait sincère dans ce qu'il disait. Je me sentais un peu gênée de savoir qu'il voulait que j'essaie les maillots et tout. Puis je devais sûrement avoir les joues un peu rouges d'ailleurs. Il me demandait si cela me dérangerait de le faire, bien c'est sûr que cela me dérange un peu, je ne suis pas le genre de fille qui s'expose à n'importe qui. Je regardais le sol pour ne pas voir son corps et de ne pas le regarder dans les yeux. Cela tournait dans ma tête, je me demandais réellement si je devais le faire ou non. Après tout, j'ai le droit de ne pas le faire, mais le client à toujours raison. Je ne savais pas trop quoi en penser.

Il s'appelait Stephen, cela est rare que j’entends des noms anglais, j'ai pas mal plus l'habitude avec des noms japonais ou encore par exception des nom russes. Mais bon, cela sortait de l'ordinaire et cela faisait du bien d'ailleurs. Je vis quand même la main que me tendit Stephen, je ne pouvais pas irrespectueuse avec le client. Je pris une grande respiration et je me relève là tête pour le regarder droit dans les yeux tout en lui serrant la main. Malgré que je sois un peu timide je lui fis un sourire et lui répondis.

- Enchantée Stephen, je ... je suis Kamiyu, puis ... je sais que le client est toujours roi comme on dit ...

Je pris la boîte de carton que j’avais échappée et je me dirige tranquillement vers les caisses et la salle des employés.

- Je ... je reviens tout de suite ... attendez-moi ici

Je fis évidemment un sourire, je ne voudrais pas mal paraître auprès du client, mais je devais tout de même aller parler à ma patronne pour savoir ce qu'elle pensait de tout cela. Rendue à la salle des employés, je dépose la boîte de carton avec les autres qui étaient déjà faits et je communique avec ma patronne.

-Excuse moi de te déranger
-Qu’est-ce que tu veux ?
-Bien voilà, il y a un client qui a une demande spéciale et je me demandais si je devais le faire ou pas.
-Il te demande quoi exactement ?
-Il me demande si je veux essayer des vêtements, il veut faire une surprise à son amie et il voudrait acheter un maillot pour elle.
-Est-ce que cela fait partie des maillots à haut prix ?
-Bien oui mais …
-Voilà problème réglé va tout de suite t’occuper du client tu le fais attendre le pauvre.
-D’accord … j’y vais.

Je me sentais vraiment mal à l’aide à l’idée de le faire, mais bon vu que la patronne insiste à ce que je le fasse, bien je n’ai pas trop le choix si je ne veux pas perdre mon job. Je retourne donc auprès de Stephen avec un grand sourire pour ne pas montrer mon malaise.

- Désolé de vous avoir fait attendre, donc, vous désirez commencer par quoi, les conseils pour vos hauts ou vous désirez commencer par les maillots pour votre amie ? Est-ce qu’elle est de la même grandeur que moi ? Décrivez-moi de quoi à l’air votre amie.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Juin 01, 2014, 03:40:23 »

Cerner les intentions de Stephen n’était pas chose facile. Feindre la sympathie est une chose aisée pour quelqu’un de foncièrement mauvais. En temps normal, le beau diable aurait pu se saisir de cette charmente vendeuse, immédiatement, pour l’emmener dans un endroit isolé et profiter d’elle. Mais pas cette fois, non, cette fois il avait envie de jouer.

La jeune femme était timide. Son attitude timorée était particulièrement plaisante aux sens du démon, qui n’en ressentait que davantage l’envie d’abuser d’elle. Pour l’heure, il allait se régaler de son corps, l’observer sous toutes les coutures pour juger de sa valeur. Exercice superflu s’il en était, car Stephen pouvait déjà deviner la beauté de cette femme, et il savait une chose : il la voulait.

Kamiyu, car c’était son nom, se rendit dans une pièce du fond. Le beau diable aurait pu se concentrer pour percevoir la conversation qu’elle devait avoir en ce moment. Mais il n’en fit rien. Car après tout, le monstre avait toutes les cartes en mains. Il se sentait largement capable de convaincre la belle. Ces maillots devraient lui aller à ravir, pour sûr.

Et finalement, comme l’avait prédit le mâle, sa future petite chienne revint. A en juger par l’expression qu’elle arborait, ce qu’on lui avait dit n’avait pas été plaisant. Stephen retint son sourire, ne souhaitant pas passer pour ce qu’il était : un pervers monstrueux et malintentionné.

« Ne vous inquiétez pas. » Rassura la voix mielleuse du mâle. « Je sens que vous êtes crispée. Il n’y a pas de mal à essayer des maillots, après tout, si des gens les portent à la plage c’est bien qu’ils n’ont rien de si gênant. »

La voix du démon sonnait comme une douce berceuse, entraînante et apaisante. Stephen souriait en même temps, posant ensuite une de ses grandes mains sur le bras de Kamiyu. Doucement, il remonta jusqu’à son épaule, la lui frottant dans un signe d’encouragement.

« Vous n’êtes pas obligée d’ouvrir en grand la cabine, et je ne vous regarderai pas vous changer vous savez, il n’y a vraiment aucun mal. Je vous donnerai un bon pourboire pour votre peine. » Assura Stephen.

Il souriait, si diablement charmeur. Ses yeux plissés et son air suave avaient raison de bien des femmes, mais le beau diable savait que la vendeuse n’était pas de ce genre. Il la sentait pleine de timidité, incapable de supporter le charme fauve de son interlocuteur. Probablement le genre à baisser le regard. Un beau regard.

Et pour tout dire, Stephen avait foutrement hâte d’embrumer ce regard tendre et innocent. Cette journée n’était finalement pas perdue ! Alors, durant plusieurs minutes, le beau diable fit essayer plusieurs maillots à la jeune vendeuse.

Bien sûr, le mâle alternait habilement entre des tenues extrêmement osées et d’autres bien plus sobres, cachant tant bien que mal le fait qu’il était là pour reluquer. Finalement, et après s’être délecté de chaque courbe de Kamiyu, le démon s’était décidé à acheter quelques uns des maillots.

« Je ne pense pas qu’ils iront aussi bien à mon amie qu’à vous. » Avait plaisanté le monstre en quittant les lieux, ayant laissé un généreux pourboire.

Sur le chemin de la sortie, il avait prétexté vouloir repasser pour trouver un moyen de remercier la vendeuse qui lui avait rendu un si gracieux service. La patronne avait accepté de donner l’emploi du temps de la charmante jeune femme à son client. Et le hasard avait parfaitement fait les choses : Kamiyu serait seule pour assurer la fermeture.

Alors, Stephen était retourné à l’hôtel, afin de s’y préparer. L’attente lui paraissait interminable, mais il ne fit rien pour soulager son désir. Le prédateur s’assurait d’être au mieux de sa forme pour ravir sa belle et tendre proie.

« Enfin ! »
Gronda le démon.

Il avait bien attendu, et son horloge affichait maintenant une heure tardive, alors que le ciel tournait au bleu foncé. Dans une trentaine de minutes, la charmante vendeuse fermerait boutique. Stephen n’était pas loin, il avait tout son temps. Il se revêtit d’une tenue plus élégante, chemise et pantalon à pinces assortis de chaussures de ville.

Le prédateur raffiné quitta ensuite sa chambrée, en emportant un sac estampillé au logo de la boutique, sac qui contenait les plus obscènes des maillots qu’il ait acheté. Et en quelques minutes de marche, le beau diable était finalement arrivé. Il s’arrêta devant la porte, alors que Kamiyu baissait le store opaque et métallique de la boutique.

« Oh, bonsoir. » Salua Stephen en souriant. « Kamiyu, c’est bien ça ? Mhhh, excuse-moi, mais je me suis rendu compte d’une légère erreur dans ma marchandise. Je pars demain et j’ai vraiment besoin de faire changer un maillot, serait-ce possible ? »

Charmeur, le mâle posa sa main sur l’épaule de la jeune femme. Ce même geste, qui portait cette fois son véritable sens : la serre qui se referme sur une proie.
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juin 01, 2014, 04:42:47 »

Stephen, euh je veux dire le client à voulu que l'on commence par les maillots pour son amie, disons que j'aurais aimée davantage de l'aider pour ses hauts et sûrement que mon visage montrait que je me sentais pas très bien et c'est sûrement pour cela qu'il me dit de ne pas m'inquiéter. Il me sentait crispée et cela était bien normal , car je l'étais énormément, j'étais en train de m'imaginer dans des situations pas très agréable et j'avais peur surtout que Steh s'en mêle également comme si cela n'était pas assez gênant comme cela, l'esprit malsain pourrait venir s'amuser un coup partie. En tout cas, j'espère de toute coeur qu'il va me laisser tranquille. Puis c'est sûr que Stephen avait raison, si le monde porte ce genre de maillot c'est qu'il n'y avait sans doute aucune crainte ou gêne à les porter. Je me sentais un peu plus rassurée, mais j'étais quand même incapable de le regarder droit dans les yeux. Puis c'est quand il me caressa l'épaule que je ne sais pas pourquoi , mais, ma tête c'est relevée pour le regarder deux seconde dans les yeux.

Cela ma tuée , de regarder seulement deux seconde dans ses yeux, ma permis de me perdre dans son regard pour que je ne l'oublie plus jamais. Mais heureusement , cela n'a pas duré longtemps et je regardais les vêtements autour et les autres clients qui passaient dans le magasin. Au moins pendant la journée je n'étais pas toute seule, il y avait Eri également qui m'aidait dans le magasin. Elle pouvait s'occuper des autres clients pendant que je prenais bien soin de Stephen. Je pris le temps de lui expliquer que cela était uniquement 5 morceaux à la fois par essayage. Alors on a prit cinq maillot qui pourrait plaire à son amie. Puis j'ouvre finalement la porte de la cabine quand Stephen me dit que je ne suis pas obligée de laisser la porte de la cabine grande ouverte et qu'il n'allait pas regarder. Ne t'inquiète pas, cela n'est pas mon genre de laisser les portes grandes ouvertes, même si certains me disent que je suis jolie, j'ai un peu de misère à le croire. Alors, je me cache la plus part du temps et au moins cela va donner du pourboire . Avec un peu de chance, je vais pouvoir me payer un petit cadeau une fois le travail terminer.

J'imaginais déjà les choses que je pourrais me permettre avec le pourboire, des cd de musique, de nouveau habit de sport. Bref , pas mal d'idée me tournait dans la tête, mais Stephen devait attendre après moi. J'ai donc fermée la porte et j'ai commencée à me changer, certain maillot ne cachait pas grand chose, cela était juste pour dire que cela avait un triangle de tissu aux endroits nécessaire et d'autre était bien plus normal, je me sentais déjà un peu plus à l'aise dans ses maillots là que dans les maillots plus osés. Mais je ne restais pas trop longtemps devant lui, je restais que cinq ou six secondes et je retournais de nouveau dans la cabine pour essayer les autres. Quand je sortis avec le dernier maillot , Stephen dit qu'il ne pense pas que les maillots iront aussi bien à son ami. Un sourire c'est montré sur mon visage , mais , les yeux étaient toujours absent. Je n'avais plus besoin de le regarder, j'avais encore son regard dans ma tête et cela était suffisant.

Quand il quitta avec les quelques maillots intéressants, il donna un grand pourboire, j'ai sautée dans les airs, j'étais heureuse de ce que j'avais obtenue. Tout le monde me regarda dans le magasin, cela n'a pas été trop long que je me suis calmée et que je me suis remis au travail. Je suis restée aux caisses presque tout le restant de la journée et Eri est allée aider notre patronne, car, elle n'était pas capable de fournir avec toutes les nouvelles livraisons . Je m'occupais donc de la caisse pendant ce temps et la journée à été quand même longue, il y avait eu des clients à la tonne une fois que Stephen est parti. Je n'ai pas eu de pause pour manger un petit quelque chose, je n'avais donc rien mangé depuis mon jus et ma sandwich, mon ventre gargouillait comme le pas possible. J'avais hâte de fermer le magasin pour aller manger de quoi. Mais les clients n'arrêtait pas de rentrer, mais le magasin allait devoir fermer dans quinze minutes.

Une fois le dernier client parti, je me suis assurée que la magasin était propre et que tout ce qui concernait l'argent du magasin était fait. Quand je m'étais assurée de tout, j'étais en train de fermer le store du magasin quand j'entend la voix de quelqu'un. Ce quelqu'un en question était Stephen, mais pourquoi il est revenu. J'ai arrêtée de baisser le store le temps qu'il me parle . Il me disait qu,il y avait des erreurs avec la marchandise et qu'il partait demain et il demandait si cela était possible d'arranger ce problème.

Oui c'est bien moi , écouté ... je voudrais bien, mais, le magasin est censé d'être fermé et je ne voudrais pas ...

Et je sentis la main de Stephen de nouveau sur mon épaule , cette fois-ci j'ai eu un frisson qui me traversa tout le long du corps et mes yeux se sont levé pour le regarder de nouveau.

avoir de problème ... Alors, je vais devoir vous dire non et vous demander de partir. Je suis désolé Stephen.

Je tente de retirer la main qui était sur mon épaule , je sentais comme une pression imaginaire sur mon épaule et disons que la sensation n'était vraiment pas agréable , disons que j'aimais mieux l'encouragement que j'avais eu un peu plus tôt dans la journée.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Juin 01, 2014, 07:39:06 »

Stephen arrivait pile au bon moment, comme à son habitude. Kamiyu était en train d’abaisser le store de la boutique. La porte n’était pas recouverte, à ce stade, et il pouvait aisément la pousser dans le magasin. Pour ce qui était de refermer derrière, le beau diable n’aurait qu’à user d’un peu de magie.

Le plan en tête, l’homme s’avança donc, en direction de sa proie. Afin de ne pas paraître suspect, le démon s’était présenté de nouveau. Jouer la comédie était une chose d’une grande facilité pour le monstre, qui se délectait de pouvoir berner aussi aisément presque n’importe qui. Son sourire charmeur était toujours là, mais l’atmosphère était sensiblement différente.

Et le beau diable n’aurait jamais pensé rencontrer de difficultés à faire rentrer la jolie vendeuse d’elle-même dans ce magasin vide. Mais la belle faisait de la résistance. Fatigue, ou peur inexplicable ? Dans les deux cas, elle prenait une sage décision en refusant l’offre. Même s’il était déjà trop tard pour elle.

Car la main posée sur l’épaule de Kamiyu ne s’ôta pas lorsque cette dernière tenta de s’en dégager. Au contraire même, la main glissa jusque sur la bouche de la jeune femme, et l’homme se plaqua dans son dos.

« Désolé ma jolie, mais tu ne comprends pas trop la situation. » Avoua le mâle en souriant.

Bien sûr, la jeune femme n’aurait jamais pu voir le sourire prédateur de son interlocuteur. En effet, ce dernier avait glissé jusque dans le dos de la belle, et il la faisait maintenant avancer à l’intérieur de la boutique, d’où il mettrait en place ses fantasmes.

Impossible pour Kamiyu de protester. Elle pouvait essayer de mordre, elle ne ferait que constater à quel point la peau et la chair de Stephen étaient dures. De plus, comme une menace silencieuse, le corps musculeux du monstre était plaqué contre le dos de la jeune femme.

Kamiyu avait tout le loisir de sentir la force de son ravisseur, qui n’allait pas se gêner avec elle. Lorsqu’ils furent entrés dans le magasin, Stephen jeta la vendeuse sur une pile de cartons, s’assurant que la chute ne soit pas trop douloureuse. Puis, il claqua des doigts, et le store métallique tomba comme par magie, alors que les lumières s’allumaient.

« A partir de maintenant, tu es ma chienne. Maintenant et pour toujours. Toute ta vie, tu seras ma chienne, est-ce que tu comprends ? » Le ton de l’homme était des plus sérieux. « Maintenant, déshabille toi, je veux te revoir porter les vêtements de cet après midi. »

Stephen désigna le sac qu’il avait poussé jusque dans le magasin, un sourire aux lèvres. Lentement, il se mit à ôter sa chemise, confiant à l’idée que Kamiyu ne pourrait s’échapper. Crier ne servirait à rien, et si la belle pensait à utiliser le moindre moyen de communication, le beau diable saurait s’en occuper.

Non, maintenant, la jolie jeune femme était absolument seule avec le démon, dont l’excitation grandissait de plus en plus. Dévoilant son torse, le mâle s’approcha de la belle, jetant sa chemise sur le coté. Il déboucla ensuite sa ceinture, faisant glisser la lanière de cuir contre son jean, mais ne l’ôtant pas.

« Déshabille toi, dépêche toi. » Ordonna le maître en caressant son sexe à travers son vêtement.

Il devenait dur, petit à petit. Sa seule hâte était de pouvoir carrer sa grosse trique en travers de cette petite gorge, qui devait être étroite à en faire jouir un eunuque. Mais l’heure était au jeu, à ce petit moment de torture psychologique pendant lequel Stephen saurait si sa proie était soumise ou rebelle. Où il jugerait de comment la traiter.

« Après ça, tu enfileras un maillot de ce sac. Je n’ai pas eu le temps de te contempler tout à l’heure. » Dit le mâle en souriant. « Et tu viendras pomper mon chibre, c’est bien compris ? »

Un programme assez simple.
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juin 01, 2014, 08:31:25 »

Je ne comprenais pas trop ce qui se passait. Pourtant Stephen avait de l'air d'un gars gentil et charmant , cela était un très bon client. Puis cela était un peu normal qu'il souhaite avoir de l'aide pour sa marchandise , mais je n'avais d'autre choix que de refuser . Je ne voulais pas que ma patronne sache que j'ai travaillée plus longtemps au magasin ou que j'aurais pu avoir des voleurs dans le magasin. Je n'avais vraiment aucune envie de perdre mon emploi, même si cela me donnerait un peu de vacances. Mais c'est toujours bien d'avoir un peu d'argent en poche. Alors pour ma protection à moi je n'ai pas eu le choix que de dire non à Stephen et je me disais qu'il allait sûrement comprendre la situation.

J'étais vraiment désolé pour lui, j'aurais vraiment voulu l'aider , mais hélas s'il serait arrivé juste quelque minutes plus tôt quand il y avait encore du monde cela m'aurait fait plaisir, amis là , il était trop tard. Je me sentais mal et j'ai voulue ôter la main de Stephen qui se trouvait sur mon épaule, mais la main ne s'est pas retirée, elle c'est déplacée sur ma bouche, je commençais à avoir du mal à respirer , j'étais en train de paniquer, j'avais beau essayer de crier, mais rien ne semblait sortir. Mes yeux regardait partout pour savoir ce que je pourrais bien faire pour me sortir de là. Qu'allait-il m'arriver à présent ? Il était rendu dans mon dos et il me disait que je ne comprenais pas trop la situation. Effectivement je pensais le comprendre , mais maintenant je dois avouer que je suis un peu perdue. Que c'était-il passé entre le Stephen gentil , un peu hésitant de la journée et la personne qui est maintenant dans mon dos. Je le reconnaissais plus.

Il m'amenait dans le magasin, merde je voulais juste retourner au lycée et passer du temps avec mon petit Yuki. Au lieu de cela je suis coincée dans le magasin, j'ai essayée bien sûr de mordre la main pour pouvoir crier, mais, je me suis faite plus mal aux dents que d'autre choses. Puis j'avais beau essayer de me débattre, cela ne semblait rien changer pour lui. C'est sûr qu'avec la force qu'il a, cela doit être facile de garder une petite fille comme moi emprisonnée de la sorte. Quand Stephen et moi étions entrés davantage dans la magasin, il me jeta dans une pile de carton, la chute a fait un peu mal, mais j'avais trop peur pour pouvoir verser des larmes ou juste montrer que j'avais souffert. Je n.osais pas le regarder , je regardais le plancher et je tentais de me calmer, mes ses paroles n'aidaient vraiment pas à la cause. Il disait que à partir de maintenant j'étais sa chienne , maintenant et pour toujours. Toute sa vie , j'allais être sa chienne et il me demandait si je le comprenais. Hélas je comprenais ce qu'il me disait , mais je n'osais pas le croire tout simplement.

Je ne répondis même pas à ce qu'il me dit , je voulais juste m'évader de l'endroit , je ne voulais pas rester un moment de plus ici. Il m'ordonna de me déshabiller et qu'il voulait me revoir avec les maillots de cet après-midi. Même si j'avais un peu peur, je venais de comprendre ce qu'il avait fait à mon égard depuis cet après-midi, il était juste en train de me reluquer pour s'exciter et s'amuser avec moi plus tard en soirée. Mais comment il a su pour mon horaire de travail ?  Je lui ai rien dis pourtant à propos de cela. Est-ce que ma patronne ou encore Eri lui en aurait parlé, c'est sûr que avec son charme il aurait pu les convaincre facile de leur dire ou encore mieux ... de lui donner mon horaire de travail. Merde ... pourquoi , juste pourquoi je l'ai aidée cet après-midi, pourquoi cela n'est pas tombée sur une autre.

J'avais rapprochée mes genoux proche de mon visage, je n'avais toujours pas obéis aux ordres de celui qui se considérait comme mon maître et il m'ordonna de nouveau de me déshabiller et de faire cela rapidement. Il y avait sûrement un moyen de sortir de là et de ne pas subir tout cela ? ... J'y pense, il y a le bouton d'alerte du magasin qui se trouve juste aux caisses, mais pour cela il faudrait que je détourne son attention. Mais, comment ? Puis bien sûr pour couronner le tout, il me disait que par la suite, j'allais devoir jouer avec son ... attend quoi ... pourquoi je dois faire cela, je n'ai que 16 ans. Merde, je n'ai jamais rien fait de ce genre et juste le fait qu'il en parle je me sens encore plus bizarre. Pas au point d'avoir un mal de cœur mais presque.   

-------------------------------------------------------------------------------------

Seth

l'esprit voyait la situation, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas réagi avec les gens ou les objets. Il avait besoin de s'amuser un peu. Il commença par briser les lumières une par une pour que cela soit dans le noir total et il attend de voir ce que cela va donner.

--------------------------------------------------------------------------------------

Je tendais ma main gauche vers le sac avec les maillots quand soudan, les lumières se brisaient une par une, j'ai criée à la première qui a brisée, mais après une fois que tout était dans le noir, je me disais que cela était une bonne opportunité pour me rendre aux caisses et appuyer sur le bouton d'alerte .

* Seth si c'est toi qui a provoqué cela, je te remercie *

Je me lève et je pars à courir à l'endroit où il y a les caisses normalement et je regarde en dessous pour trouver ce satané bouton.

Où es-tu ?

Bien sûr je l'avais pas dis à haute voix, je n'aurais pas voulu que Stephen sache à quelle place que j'étais rendue dans la magasin. J'avais la chance de connaître un peu plus le terrain que lui, cela allait peut-être m'aider. Je regarde encore en dessous et je vois finalement le bouton. Pourquoi il devait être aussi loin en dessous des caisses. Je me suis mises à quatre pattes en dessous du comptoir des caisses et j'ai tendue ma main pour appuyer sur le bouton.

Aller j'y suis presque.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Juin 02, 2014, 12:31:30 »

Stephen était plutôt confiant. Cette femme était une humaine tout à fait ordinaire, et rien ne semblait indiquer qu’elle ait les moyens de résister. Son corps était sublime, et elle avait un minois parfaitement adorable, fait pour pomper des queues. Aussi le mâle avait-il dû se contenir pour ne pas se jeter sur elle, quand elle avait défilé dans des maillots indécemment échancrés.

Mais maintenant, il allait l’avoir. Aucun mortel n’avait la force de résister à un démon, tant bien sur le plan physique que sur le plan mental. D’anticipation, Stephen se lécha les lèvres. Il commencerait par violer sa petite gorge, avant de la baiser comme une petite pute, sur le comptoir.

Et alors que le maître fantasmait ses diverses idées, les lumières se mirent à exploser. Immédiatement, le beau diable eut le reflexe de lever les yeux au plafond. Rien. Il n’avait absolument rien vu passer. Mais si les yeux du beau diable ne voyaient rien, il était parfaitement capable de recourir à son odorat. Car il était certain que ce problème n’était pas naturel.

« Cette gamine… Une Esper ? » Grommela le monstre, sans quitter le plafond des yeux.

Ce fut à ce moment qu’un bruit ramena son attention sur le sol. La petite garce venait de filer, détalant à toute allure en direction de ce qu’elle devait penser être son salut. Que pouvait-elle bien vouloir aller chercher ? Une arme à feu ? Ce serait bien inutile, mais peut-être ne le savait-elle pas. Et si c’était bel et bien une Esper, capable de faire exploser des choses, alors il valait mieux user de ses pouvoirs.

Les questions faisaient néanmoins perdre un temps précieux au monstre, qui décida qu’il n’avait pas le temps d’aviser de la situation. Il avait sous-estimé Kamiyu la première fois, mais cette erreur ne saurait se reproduire, et la prochaine fois qu’il l’attraperait, le démon s’en assurerait.

En tous cas, la jeune femme ne plaisantait pas. Elle courait suffisamment vite pour que le beau diable s’en trouve étonné. Pas trop non plus, car la belle portait bien sûr une tenue de sport, qui laissait supposer qu’elle n’était pas aussi fragile qu’elle paraissait l’être. Maintenant, il fallait la rattraper avant qu’elle fasse quelque chose de stupide.

« Tu perds ton temps. » S’écria le démon en marquant un pas en avant.

Il ferma les yeux. Et lorsqu’il les rouvrit, le maître pouvait voir comme en plein jour, saisissant parfaitement chaque nuance de couleur des objets entreposés. Son regard eut juste le temps de capter la jeune femme qui se glissait sous un comptoir.

Courant à une vitesse tout simplement prodigieuse, le monstre rejoignit l’endroit où s’était faufilée Kamiyu. Il l’observa, souriant d’un air amusé. Elle devait bien le sentir, malgré l’obscurité ambiante. Mais bientôt, ce serait autre chose qu’elle pourrait sentir, comme le gros chibre de son futur maître, qui n’attendait que de la transpercer avec rage et fougue.

« Tu as vraiment un joli petit cul. » Remarqua nonchalamment Stephen, en se penchant sous le comptoir. « J’ai vraiment hâte d’y fourrer ma queue. »

Sur ce, les grandes mains du démon s’emparèrent de Kamiyu par son pantalon, tirant l’élastique et dévoilant son beau fessier galbé. Pourtant Stephen ne prit guère le temps de profiter de la vue, préférant ramener la jeune femme jusqu’à lui. Elle n’avait pas eu le temps d’appuyer sur son fameux bouton, mais ça, le beau diable était sans le savoir, de toute façon.

« Tu voulais te cacher ma belle ? Mhhh, comment pourrais-je te prouver que résister est inutile ? »
Demanda le monstre, faussement penseur. « Ah, oui. »

Alors, il claqua des doigts. Et là, les lampes se reconstruisirent d’elles-mêmes, s’allumant comme si rien n’était jamais arrivé. Le monstre releva alors la jeune femme en lui attrapant les poignets, la plaquant contre lui alors qu’il saisissait son visage entre ses doigts, la fixant d’un regard énervé.

« Je ne sais pas comment tu as détruit ces lampes, si tu as un pouvoir ou non. » Avoua-t-il. « Mais je sais que je pourrais te traquer jusqu’au bout du monde, et te faire payer très cher la moindre tentative de fuite, désormais. »

Stephen tourna la belle, pouvant finalement observer son  fessier moulé par le pantalon de sport. Négligemment, il poussa Kamiyu sur le comptoir, l’obligeant à se pencher dessus, le cul bien en évidence. Le beau diable y déposa une franche claque.

« Alors, vas-tu obéir bien sagement et te déshabiller, maintenant ? » Gronda le monstre, furieux.
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juin 02, 2014, 01:35:59 »

Je sentais que je pouvais l'atteindre, j'y étais à un cheveux, mais je me suis laissée distraire par les paroles de Stephen qui me disait que je perdais mon temps. Je n'avais pas le choix de perdre mon temps comme il dit, je devais au moins essayer de faire de quoi, je n'allais pas me laisser toucher et manipuler sans rien faire, je devais faire quelque chose et pour l'instant ce fameux bouton était mon moyen de m'en sortir. Il faisait noir, heureusement que le bouton clignotait en rouge sinon je l'aurais sans doute jamais vu.

Quand Stephen dit que j'avais un jolie petit cul, je ne m'attendais réellement pas à ce qu'il soit déjà derrière moi de la sorte et je dois avouer que j'ai fais un peu le saut au point de me cogner légèrement la tête sur le comptoir qui se trouvait au-dessus de ma tête. Cela faisait mal , mais je devais appuyer sur ce bouton de malheur. Il devait se trouver juste auprès de moi, je pouvais très bien entendre ses paroles, je tends de nouveau ma main en espérant pouvoir l'atteindre , mais je sens les grandes mains de Stephen qui tire au départ sur l'élastique de mon pantalon . Je sentais l'air froid un peu sur mes fesses et quand mon index allait pour toucher finalement le bouton, que Stephen me rapprocha de lui. Je voyais la lumière rouge qui s'éloignait de plus en plus. J'étais si prête du but, à ce moment là , je ne savais pas trop quoi faire. je ne voulais pas vraiment me cacher, car je savais que cette option était inutile, mais j'aurais bien voulue appuyer sur ce maudit bouton. J'aurais du être plus vite.

Les lumières comme par hasard sont revenues comme elles étaient, elles rallument et elles n'ont jamais été détruite par Seth. Mais, comment est-ce possible ? Comment il a bien pu faire cela, non, cela n'était qu'une coïncidence , il ne peut pas avoir de magie. En tout cas je l'espère ... Je me sentis levée dans les airs et mes poignets étaient dans l'une de ses grandes mains. Je me trouvais trop proche de lui, mon cœur battait à mille à l'heure, je ne pouvais pas libérer mes poignets, mais je dois avouer que j'ai quand même essayée, mais que cela a vraiment rien donné. Puis je n'ai pas eu le choix de voir son regard, son regard qui était autre fois charmeur était maintenant rendu énervé, à bout de nerf. Si jamais je faisais de quoi qui allait le déranger, cela allait sans doute empirer mon cas.

Il me disait qu'il ne savait pas trop comment j'avais détruit les lampes ou si j'avais des pouvoirs ou non , mais qu'il allait me traquer jusqu'au bout du monde pour me faire payer cher la moindre tentative de fuite. Bien cela n'est pas de ma faute, c'est celui de Seth, cet esprit qui est lié à moi, je suis capable de le contrôler, mais disons que cela ne serait pas la meilleure des idées , car je pourrais m'endormir ou sois me blesser. Alors je préfère laisser la pleine liberté à Seth même dans des situations catastrophe de ce genre. Il me poussa sur le comptoir , je ne voyais plus pas ce qui se passait derrière moi, mais j'ai sentie en masse la claque que j'ai eu sur ma fesse.

Ouch !

J'allais sûrement avoir un bleu sur mes fesses.

--------------------------------------------------------------------------------------

Seth

L'esprit voyant que cela n'a pas été très concluant, il décida de faire autre chose, pendant que Kamiyu était sur le comptoir en train de se faire claquer les fesses, l'esprit se promena dans le magasin et chercha l'objet le plus lourd qu'il y avait. Il trouva un extincteur , content de lui, il arriva en arrière de Stephen et lui donne un bon coup en arrière de la tête et échapper l'extincteur ensuite au sol.

--------------------------------------------------------------------------------------

Je ne sais pas trop ce qui venait de ce passer, j'étais là à écouter ce que Stephen me disait et que j'allais sûrement l'obéir quand soudain , j'ai entendu un '' BAM '' comme un objet lourd venait de frapper en arrière de la tête de quelqu'un. Puis c'est entendu le bruit derrière moi, je me suis retournée un peu pour voir que c'est un extincteur qui se trouvait derrière Stephen. C'est sûrement Seth qui l'a utilisé pour le frapper. Cela était spécial de la part de Seth de m'aider ainsi, d'habitude, il essaie plus tôt de me nuire.

* Seth , tu pourrais appuyer sur le bouton s'il-te-plaît ? Cela serait bien gentil *

Je pouvais toujours bien lui faire la demande, car si jamais il m'aide bien, cela va m'empêcher peut-être de venir la chienne de ce Stephen et ce pour toujours.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Juin 02, 2014, 09:33:56 »

Un instinct de rébellion, c’était bien la dernière chose que Stephen s’attendait à rencontrer. Pourtant, il était bel et bien à, sous la forme de cette jeune femme. C’était une résistance bien dérisoire qu’elle opposait à son ennemi, mais Kamiyu restait surprenante dans sa démarche. Restait à voir si cela ne la mettait pas dans une bien pire situation que ce à quoi elle pouvait s’attendre.

En l’occurrence, il semblait évident que si. Stephen n’était pas sans s’être habitué à une résistance farouche de la part de ses « conquêtes ». Mais la jeune femme ne rentrait pas dans la catégorie des femmes face auxquelles le beau diable pensait avoir à insister.

Comment cette jeune femme à l’apparence si innocente pouvait-elle donc résister ? Stephen était encore sur ses gardes, car il semblait évident que les lampes avaient été détruites de façon anormale. Mais l’odorat du démon ne captait pas la moindre odeur de magie, rien de tel. Entretenir des soupçons à ce stade était superflu, mais le monstre saurait rester sur ses gardes.

Finalement, il n’avait eut aucun mal à s’emparer de Kamiyu, ayant même la chance d’obtenir un aperçu de son joli petit cul au passage. Les grandes mains du mâle y administrèrent une claque exemplaire, marquant aisément la chair galbée d’une trace rougeâtre. Et ça, le maître n’avait pas besoin de le voir pour le savoir.

« Oh, ça t’a fait mal ma petite chienne ? » Demanda le démon en souriant. « Si tu ne veux pas que ça recommence, il faudra que… »

Pas le temps de finir, car un violent choc frappa le mâle à l’arrière du crâne. Ce dernier ressentit une vive douleur, mais il sut en faire abstraction pour se retourner rapidement. Son corps était, après tout, bien plus solide que celui d’un humain de base, même lorsqu’il était sur Terre.

Mais pas de vue sur un éventuel troisième protagoniste. Et pas d’odeur de magie ou d’autre phénomène surhumain. Pourtant, cet extincteur n’était pas tombé du plafond. Pas d’odeur, pas de son. Le regard du maître se reporta sur Kamiyu. Sauf qu’il n’observait plus ses formes. Il l’observait dans les yeux.

« Un fantôme, c’est bien ça ? Tu commandes à un fantôme. » Affirma le monstre en giflant une nouvelle fois le cul de la jeune femme. « Tu es tombée sur la pire personne. La pire personne sur laquelle tu aurais pu tomber. »

A ces mots, le démon s’écarta. Il ouvrit sa main droite, la paume en direction du plafond. Fermant ses yeux, le maître se mit à psalmodier une incantation,  aussi rapidement qu’il était possible de le faire. Très vite, une petite bulle bleutée apparut dans les mains du monstre, tournant lentement sur elle-même. Seth était enfermé dedans, happé par la magie de l’Infernal.

Les fantômes étaient une abomination pour tous. Des esprits incapables de rejoindre l’enfer ou le paradis, ou refusant d’abandonner leur ancienne vie. Lorsqu’un démon ou même un ange entrait en contact avec un de ces esprits en perdition, il était de son devoir de le ramener là où il devait être ramené. Pour ne pas rompre la balance des âmes.

Mais l’esprit que venait de capturer Stephen était… Différent. D’une façon inexplicable, le démon ne parvenait pas à l’envoyer où que ce soit. Paradis, Enfers, les deux endroits refusaient ce fantôme étrange. Cela aurait pu éveiller la curiosité du mâle, s’il n’avait pas jugé plus important de faire de Kamiyu sa chienne.

« C’est un bien curieux compagnon que tu as là. » Remarqua le démon, l’air quelque peu étonné. « Mais il ne me dérangera plus. Du moins, pour quelques temps. »

L’impossibilité d’envoyer cette chose dans le royaume des morts faisait que Stephen ne pouvait réellement s’en débarrasser. Il pouvait uniquement gagner du temps, jusqu’à ce que l’esprit se libère de sa prison. Toujours était-il que cette magie n’avait pas dû échapper aux yeux de la jeune femme. La bulle bleue disparut d’ailleurs sous son regard.

« Peut-être serait-il judicieux que je me présente de nouveau. Je suis Stephen Connor, aussi appelé Gusion ou Helel dans le royaume des Enfers. Et maintenant, humaine. Présente-toi. » L’ordre fut ponctué d’une lourde gifle sur le cul de la rebelle. « Après m’avoir répondu, tu viendras pomper ma queue, c’est bien compris ? » Grogna le mâle, forçant son bassin contre les fesses de Kamiyu.
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Juin 02, 2014, 10:13:50 »

C'est sûr que la claque m'avait fait mal, je pouvais ressentir encore l'imposante main de Stephen sur mes fesses même si elle n'était plus dessus. Stephen avait arrêté de dire sa phrase quand il reçu un coup d'extincteur en arrière de la tête et je m'étais retournée juste assez pour voir ce qui se passait. Cela était sûrement un coup de Seth, il voulait seulement s'amuser un peu je présume. Mais, Stephen ne semblait vraiment pas en accord l'avec l'idée. Puis en faite, je ne le contrôle pas, en fait, c'est un peu compliqué je dois dire. Seth est lié à moi depuis que je suis toute petite, puis, il est libre de faire ce qu'il veut, à moins que je décide de prendre le contrôle, mais je le fais rarement, car, cela provoque chez moi des problèmes de santés et autre. Puis cela me dérange un brin que je sois pris avec Stephen qui se dit être la pire personne que je pouvais rencontrer.

Bien j'ai déjà rencontrée des gens pervers comme lui .... Mais qu'est-ce qu'il est en train de faire. Ô non , pas encore une incantation, la dernière fois que j'ai vue de l'incantation cela à mal terminée. J'ai donc couvert mes yeux avec mes mains et j'avais vraiment peur de ce qui allait se produire. Mais, il ne semblait pas avoir de bruit étrange, ou rien de bien menaçant alors à la longue j'ai ôtée mes yeux de devant mes yeux pour voir que Stephen avait une bulle bleutée dans les mains. Mais qu'est-ce que cela fait cette bulle bleutée. C'est lorsqu'il commença à me dire que j'avais un curieux compagnon que j'ai commencée à comprendre ce que la bulle bleutée faisait et celle-ci disparaît.

* Seth … Seth *

J'avais beau essayer de le contacter, plus rien ne semblait fonctionner. Je me retrouvais donc toute seule et ce pour un temps indéterminé. J'espère que Seth pourra se libérer de cette bulle, je sais qu'il n'a pas toujours été gentil avec moi, mais, il fait quand même parti de moi et je dois avouer que ce vide n'est pas très agréable.

Et le plus flippant dans tout cela c'est lorsque Stephen à pris le temps de se présenter à nouveau. Putain, il était un membre des enfers, j'ai derrière moi, un démon ... pourquoi j'ai un démon qui m'en veut, est-ce que j'ai fais de quoi de mal. Je l'ignore complètement mais une chose est sûre, c'est que je devais maintenant me présenter à lui. J'avais la gorge nouée, j'avais de la misère à avaler ma salive tellement que je me sentais coincée et prise au piège. La claque que j'ai eue sur les fesses fit atrocement mal.

Aïe !


J'avais de courte respiration rapide, j'avais l'impression que mon coeur allait me lâchée. Cela était trop pour moi, je devais me calmer, mais comment tu veux que je me calme dans une situation pareille. Je sentis son bassin contre mes fesses. De le savoir encore plus proche ne me rassurait pas plus. J'ai fais de mon mieux pour me présenter dans l'état que j'étais.

Je .... m'appelle Kamiyu Okane


Un peu plus j'allais avoir les yeux qui allaient pleurer, je me secoue un peu la tête et je continue ma présentation.

Étudiante au lycée de Mishima, pom-pom girl du lycée ... et le reste n'a pas vraiment d'importance .... pour un être des .... enfer.

Je suis restée dos à lui, je regardais au loin le store en espérant y trouver une source de lumière. Un espoir quoi.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Juin 03, 2014, 03:14:49 »

Stephen n’avait pas pensé rencontrer une telle résistance en s’attaquant à cette fragile jeune humaine. Un coup de nez lui aurait permis de comprendre qu’il ne s’en était pas pris à n’importe qui. Mais la jolie jeune femme devait maintenant elle aussi comprendre qu’elle était tombée sur plus fort qu’elle. Le beau diable avait été réellement surpris par cet esprit inconnu, mais l’effet était retombé.

Maintenant, il allait simplement faire payer le prix de son insolence à cette humaine. Rien de dangereux, vraiment. Stephen était un amant passionné, brutal mais attentif. Kamiyu n’avait donc absolument rien à craindre de ce coté là. Pour ce qui était des projets qu’avait le mâle une fois qu’il en aurait fini avec elle… Voilà qui était un peu plus incertain.

Rien de bien funeste, non. Il fallait seulement que le beau diable décide du sort de la vendeuse. En faire une chienne soumise et douce ? Cela semblait faisable, et elle serait idéale dans le rôle. De plus, l’entrejambe chaud de Stephen se régalait d’un petit cul sportif comme celui que portait la charmante étudiante. S’il la relâchait, ce ne serait pas avant de l’avoir fait jouir jusqu’à ce qu’elle en oublie son nom.

« Kamiyu. C’est un nom agréable à prononcer. J’ai hâte de te le souffler à l’oreille… »
Il se pencha doucement sur elle, ondulant doucement du bassin. « Quand je te prendrai. »

Pourquoi pas maintenant ? Il n’avait qu’à baisser ce pantalon délicieusement moulant, et sortir son chibre. La belle ne mouillait peut-être pas, mais elle pourrait sûrement accommoder cette queue, en la pompant avec ferveur avant de se faire remuer les entrailles avec. Voilà un projet qui motivait grandement Stephen, en tous cas.

Ce petit cul, qu’il frottait et massait entre ses gigantesques paluches, ferait une accroche parfaite, pendant que son sexe puissant irait et viendrait en Kamiyu. Le mâle s’y voyait même déjà, ondulant avec une lenteur torride contre les fesses de la sportive.

Une scène qui aurait probablement été des plus sensuelles pour la jeune femme, si elle n’était pas sortie d’un contexte aussi particulier. Mais malgré tout, le mâle savait rendre ses conquêtes forcées aussi sensuelles que possible, au point que nombre de femmes s’y abandonnaient.

« Tout m’importe, ma belle. » Affirma le maître en souriant. « Cela dit, je vais te proposer un marché très simple. »

Lentement, le monstre s’écarta, laissant à Kamiyu l’opportunité de se dégager de son contact. Elle n’avait aucun intérêt à fuir pour le moment, ou tout du moins, elle devait savoir qu’elle n’y parviendrait pas. Et puis, Stephen avait l’air prêt à négocier.

Certes, les négociations d’un démon était une chose à part, mais il valait mieux accepter et se faire avoir, plutôt que de refuser et attirer la colère d’un Infernal. La jeune femme devait se douter d’une chose : elle ne partirait pas d’ici sans avoir offert son corps. Maintenant, elle négociait les conditions.

« Si tu obéis sagement, je libèrerai ton fantôme, simplement. Si je me considère satisfait, je te libèrerai totalement, et tu n’auras pas à devenir ma chienne. Tu seras parfaitement libre. » La voix du monstre était envoûtante et charmeuse.

De Stephen émanait un charme surnaturel, et sa voix rauque poussait à l’écouter. Charme à double tranchant, car ses paroles sonnaient trop douces de ce fait, et presque fausses. Mais c’était à Kamiyu de faire la part des choses, d’accepter ou non de signer les termes de sa reddition. Le beau diable s’amusait à l’observer, il la laissait se tourner vers lui, pendant qu’il ôtait sa propre chemise.

Son torse musculeux se dévoila, le genre qui fait rêver nombre de femmes. Pour Kamiyu, cela devait plutôt relever du cauchemar. Il était fort, terriblement fort. Elle n’avait aucune chance de s’échapper, même s’il en venait à perdre toute sa force de démon, tous ses pouvoirs.

« Je veux que tu t’approches, et que tu te dénudes pour moi. Je ne veux pas lire de peur dans tes yeux, car tu ne risques rien. Pas de haine, car je vais te faire découvrir des plaisirs que tu ne soupçonnes même pas. Je veux lire de la dévotion. » Expliqua le monstre, de sa voix rauque. « Maintenant, dépêche-toi. »
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Mars 07, 2016, 08:31:51 »

J'avais beau regarder le store au loin. L'espoir ne semblait pas revenir. j'ai eu un léger soupir sachant que ma journée allait sans doute mal se terminer et j'étais encore moins rassurée quand Stephen prononça mon nom. C'était la première fois de ma vie que mon nom me semblait ''négatif'' et de savoir qu'il avait hâte de me le murmurer me fit de léger frissons dans le dos. Mes épaules roulaient vers l'intérieur de mon corps quand celui-ci ondulait son bassin contre mon corps qui continuait d'avoir des frissons.

Je me fermai les yeux et serrait les poings quand celui-ci dit que tout l'importait et qu'il voulait faire un marché avec moi. Je me sentais un peu plus ''libre'' quand je n'avais plus le corps de celui-ci contre moi. Mes poumons pouvaient respirer à nouveau plus normalement et mon corps était un peu moins raide. Mais, j'avais tout de même de la difficulté à croire qu'il allait faire un marché et surtout qu'il allait le tenir. Après tout, il est un démon. Je me retourna donc mais ne le regarda pas pour autant.

Mes yeux se déplaçaient tentant de regarder pour une sortie, mais je réalisa rapidement que je n'avais pas d'autre issu que de répondre à la requête du démon qui se trouvait devant moi. Un autre léger soupir sortait de ma bouche à l'idée et je pris le temps d'écouter attentivement la proposition de Stephen.  

« Si tu obéis sagement, je libèrerai ton fantôme, simplement. Si je me considère satisfait, je te libèrerai totalement, et tu n’auras pas à devenir ma chienne. Tu seras parfaitement libre. »

* Je n'ai aucune preuve que tu vas tenir ta promesse ... mais je n'ai pas trop le choix on dirait *

Je levais les yeux vers le démon quand il me dit de me rapprocher de lui , qu'il ne voulait pas haine ni de peur de ma part. Cela n'était pas évident avec ce qu'il me faisait vivre. Ma gorge se noua un peu à l'idée et de devoir me donner de la sorte à quelqu'un que je ne connais pas me rendait mal à l'aise. Je fermai les yeux quelques instant pour tenter de me calmer un peu. J'avais le poil des bras dresser. Je pris donc le temps de me frotter un peu les bras tout en prenant de grande respiration avant de commencer ce que le démon souhaitait.

Je regardai l'habit que j'avais sur le dos. Cela était sportif , mais cela était aguichant à la fois. C'est peut-être pour cela que le pervers m'a choisie. Il faudra que je fasse attention à mon accoutrement à l'avenir. Sans le regarder, je commençais donc à baisser doucement mes bretelles de ma camisole rouge. Je ne savais pas du tout comment faire , alors j'allais sans doute ne pas le satisfaire et me retrouver à être sa .... chienne pour toujours. Je leva les yeux pour regarder le visage de Stephen et non le torse musculeux qui exciterait n'importe quelle femme. Pour moi cela était plus terrifiant que d'autre chose alors je me contenta de le regarder dans les yeux pour lui parler.

Qu'est-ce qui me fais croire que vous aller tenir parole ?

J'avançai de quelques pas vers avant de mettre mes mains sur le bas de ma camisole et de lever en douceur dévoilant le bas de mon ventre, mon nombril jusqu'à temps de me retrouver le haut nue. J'ai eu le réfleze de me couvrir les seins sur le coup à cause de la crainte que j'avais , mais je retira sachant que cela n'était pas en ma faveur de faire cela. Le contact de mes bras sur mes seins raidirent un peu le bout de mes seins donnant une jolie vue au démon.

* Pourquoi je suis la proie de pervers , il y a lui et il y a eu Reto avant lui. Je ne pourrais pas avoir une belle expérience dans ma vie ? *  

Je continuais de m'avancer au point que mes seins frôlaient le torse chaud et musculeux de Stephen. J'eu des frissons mais plus ''agréable'' que les précédent. Je levais un peu mes fesses et plaçaient mes mains sur mes hanches pour tirer sur le pantalon de sport noir. Un peu sur le côté gauche, un peu sur la droite pour montrer la bordure de la culotte noir et de laisser le pantalon tomber au sol. Je devais être rouge tomate à faire cela . Disons que ce n'était pas du tout dans mes habitudes de me retrouver presque nue devant une personne point. Je levai les yeux et souffla un bon coup. Stephen pouvait sentir un petit courant d'air froid sur son gigantesque torse alors que ma main droite se glissait à l'intérieur de ma culotte et faisait glisser ma culotte le long de la hanche suivit de la main gauche pour me retrouver complètement nue devant lui. Ma gorge se noua à nouveau se demandant ce qui allait se passer par la suite.

Et ensuite ? ...

* est-ce que je vais vraiment dire ce mot ... *

Maître

Mon ton n'était pas très rassurée , cela n'allait sans doute pas plaire à celui-ci.
« Dernière édition: Mars 08, 2016, 07:53:00 par Kamiyu Okane » Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2769



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Mars 11, 2016, 11:38:52 »

S'il avait fallut comparer le démon à un animal, le meilleur point de comparaison aurait été un félin. Un félin qui passait très facilement du gros chat affectueux et ronronnant, au tigre menaçant et prédateur. Pour l'heure, la jeune femme n'avait eu qu'à connaître le coté le plus doux de son futur amant, mais un peu plus d'insubordination, et elle finirait par en voir le coté le plus brutal et sauvage.

Tenir parole? Evidemment, il n'y avait aucune preuve que le beau diable se montrerait juste. D'autant plus qu'il n'avait signé aucun contrat, et pouvait se permettre de mener son nouveau jouet en bateau. Ce qu'il comptait faire, à vrai dire. Mais d'ici à ce que Kamiyu réalise qu'Helel la bernait, ce dernier aurait obtenu tout ce qu'il voulait.

"Allons, ma belle, tu vas me vexer si tu continues à douter de moi." Dit-il en lui caressant doucement la joue, du revers de son énorme main, chaude et réconfortante. "Détends-toi."

Un sourire naquit sur ses lèvres, lorsqu'enfin la jeune femme entreprit de se dénuder, sous le regard approbateur du colosse, qui siffla doucement les courbes de sa proie. Il ne se montrait pas gêné, imposant sa paume et ses doigts rêches contre la peau si délicate et moelleuse de sa victime. Sa poitrine gonflée, son petit ventre athlétique et ses fesses rebondies, Helel ne manquait aucun millimètre de ce velours précieux.

"Quelle adorable petite esclave."
Complimenta le démon, fier de voir à quelle vitesse sa proie s'adaptait à son nouveau rôle de sextoy. Il lui attrapa doucement le visage, entre ses mains, et vint chercher sa petite bouche, de ses lèvres charnues. "Maintenant, profitons." Murmura-t-il avant d'emprisonner affectueusement les lèvres de la cheerleader entre les siennes.

Fidèle à sa carrure et ses manières, Helel était tout ce qu'il y a de plus bestial, lorsque venait l'heure des baisers chauds et langoureux. Il était gourmand, embrassant goulument la bouche de Kamiyu, lui lapant tendrement la langue à l'air libre, caressant et agaçant la pulpe de ses lèvres avec la sienne, l'entrainant dans un ballet sensuel, leurs visages penchant d'un coté puis de l'autre, pour qu'il puissent mieux se goûter l'un l'autre.

Helel caressait Kamiyu à la nuque, d'une main, alors que l'autre s'était posée sur la cambrure de son dos, la maintenant fermement contre lui. Le buste fragile et moelleux de la jeune femme s'écrasait et roulait alors contre les muscles ciselés et secs du démon, leurs corps se frottant tandis que leur salive se mêlait, dans une symphonie de gémissements, grognements et succions qui auraient fait rougir d'envie une nonne.

"Aaaah..." Soupira le beau diable en délivrant les lèvres de Kamiyu, un mince filet de salive entre leurs bouches comme seule preuve du festin que s'étaient offert les deux amants. "C'est bien..." Susurra Helel à l'oreille de son esclave, avant de venir mordiller celle-ci, étonnamment joueur et affectueux. Les mains du colosse avaient délaissé les épaules et la nuque de Kamiyu, pour venir s'intéresser à ses petites fesses.

On sentait aisément que la jeune femme était du genre sportive. Son joli cul était agréablement rebondi, légèrement musclé mais tout de même moelleux et doux. Helel, amateur de jolis fessiers qu'il était, ne manquait pas de complimenter ce petit cul, en l'harcelant de petites claques et de longs massages, à pleine paume rugueuse et chaude.

"A ton tour, ma jolie."
Dit-il en attrapant ses petites mains pour les imposer contre son torse musculeux, rapprochant ensuite le bassin de Kamiyu, le collant contre le sien, pour que la petite salope puisse ressentir toute la dureté et la chaleur qui émanaient d'entre les jambes du démon. "Montre-moi à quel point tu aimes ça."
Journalisée

(´・ω・`)
Kamiyu Okane
E.S.P.er
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 108



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mars 13, 2016, 09:29:31 »

Je venais de demander à ce démon s'il pouvait vraiment tenir parole. Celui-ci semblait ''vexer'' que je doutes de sa personnes.

* Comme si tu ... *

Mes pensées se coupèrent nette quand celui-ci me caressa la joue du revers tout en me demandant de me détendre. Cela n'était vraiment pas évident de se détendre dans une telle situation mais, je fis de mon mieux et me retrouva rapidement nue devant cet homme. Pendant que je me déshabillais, j'étais tellement concentrée à aller en douceur pour retirer mes vêtements que je n'ai même pas remarquée le sourire qui était sur le visage de ce monstre. Je le nomma pour la première fois maître. Il déposa ses mains sur mon corps nue, je pouvais sentir davantage la chaleur de ceux-ci et la puissance de Stephen. Cela me fit rouler un peu les épaules et me fit baisser la tête sur le coup.

"Quelle adorable petite esclave."

Je me secoua un peu la tête. Je n'arrivais pas à croire qu'en si peu de temps j'ai été le jouet d'un père et de sa fille puis , d'un démon. Mais, le démon me ramena rapidement à la réalité en attrapant doucement mon visage. Le premier contact avec ses lèvres à été plus tôt rapidement , mais il reprit rapidement mes lèvres en les emprisonnant. J'avais les yeux grands ouverts et un un léger cri de désaccord sur le coup. Mais à force de me faire embrasser par celui-ci , d'avoir mon corps coller contre lui et de l'entendre gémir, je fis quelques gémissement contre mon gré mais , ceux-ci était pas très puissant. Il était presque inaudible.

Hmmm...

Je voyais bien le filet de salive et je me licha rapidement la lèvre supérieur pour rompre le lien salivaire que j'avais avec lui. Mon cors frissonna de plus belle quand le beau mâle me dit que cela était bien et qu'il me mordillait l'oreille. Mes yeux s'étaient écarquillées quand les mains du démon touchèrent mes fesses. Il ne se gêna pas pour s'amuser avec mon fessier que cela soit en lui faisant des claques ou en lui faisant de longs massages. Je fermai mes yeux et appréciais presque ce qu'il me faisait tout gémissant un peu plus fort.

"A ton tour, ma jolie."

Je figea sur le coup.

* À mon tour que veut-il dire par ... *

Il répondit rapidement à ma question en prenant les mains et en les déposant sur son torse musculeux tout en disant que je devais lui montrer à quel point j'aimais cela. Sur le coup, Je ne savais pas trop quoi faire, je regardais son corps et celui-ci me donnait envie? et à la fois il me faisait peur. Je fermai les yeux un court instant et prit une grande respiration avant de déplacer ma main gauche vers le grand membre du démon et faisant de long vas et viens avec ma main et de faire de léger baiser sur le torse de celui-ci.

Han... comme ... hmm ... cela ?
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox