Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Écris-moi un mouflon. Bando, des pirates, de l’encre et de l’ancre.[Vanéalidé !]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Bando

Humain(e)

Identité : Bando (c’est un nom d’emprunt, mais surtout le seul patronyme qu’il reconnaît désormais)
Âge : 29 ans
Sexe : Masculin
Race : Humain
Sexualité : Hétérosexuel

Physique :
Hmmm... Je suis disons, plutôt fin, voire athlétique presque. C’est du moins assez surprenant pour ma condition. Enfin je trouve. Pour un type ayant passé toutes ces années assis à pianoter ça et là, à écrire sur une vie que je ne vivais tout simplement pas... Je crois qu’on s’en sort pas si mal. 1m73... ou bien 76, quelque chose comme ça. Je n’ai jamais été des plus grands, mais n’ai jamais eu non plus à me plaindre d’être trop regardé de haut. À ce compte là, je me trouve même banal... dans la « moyenne » si on peut dire ça comme ça. C’est comme si... mon corps avait toujours été préparé à l’aventure, n’attendant qu’un geste de ma part pour me guider sans peine vers tout ce à quoi j’aspirais.
Des yeux clairs, d’un bleu-vert aussi pur que possible, des traits fins et sans marque aucune, presque... féminins. Délicats du moins. Je ne crois pas qu’il soit possible de trouver la moindre cicatrice quelque part, même en cherchant bien. Faites-moi signe si vous m’en trouvez, car j’ai beau regarder partout... on jurerait presque que jamais, ô grand jamais, je n’suis sorti foutre le pied dehors.
Hormis mon allure détachée, presque nonchalante et négligée lorsqu’il s’agit d’enfiler correctement une de mes chemises blanches, je dois pas être loin de ressembler à n’importe quel employée de bureau typique, du style qu’on trouve par ici et qui, eux non plus, ne me semblent pas vivre grand chose. Je baisse peut-être moins la tête ? Il y a bien ces quelques boucles que je porte à l’oreille droite. C’est peut-être ça qui m’donne mon côté « artiste » ? Non, allez savoir... je crois que j’aimais juste l’idée d’être différent... sans jamais oser aller plus loin.
Au-delà de ça ? Il paraît que j’ai souvent les yeux dans le vague, l’air ailleurs. Enfin il paraît que ça s’applique à moi tout entier, en général. J’veux dire, c’est pas qu’un trait physique, c’est... en moi ?


Caractère :
Dans la lune. Si on avait dû me marquer un truc au fer rouge, en plein milieu du front, ce serait ça tellement c’est -paraît-il- criant de vérité. Oh je n’ai jamais été fainéant, asocial ou quoique ce soit, non... seulement, dès lorsque l’on n’est pas spécialement bavard ou expansif, extraverti à outrance... les gens trouvent ça étrange. Nos rêves d’ailleurs, ceux-là mêmes qui transparaissent au fond de l’œil, ça leur fait peur. Ou du moins, il ne s’y reconnaissent pas. Ce n’est pas « concret », matériel,... L’espoir ? Ça ne se mange pas.
Je suis peut-être un peu taiseux. J’en conviens bien. Certains diront que je ne parle pas pour ne rien dire, d’autres que je le fais avec intelligence, que je ne l’ouvre que lorsque mes mots sont bien placés, tranchants... À vrai dire j’en sais rien, je crois juste qu’en effet, je suis souvent ailleurs. Ou plutôt je l’étais.
Bien trop rêveur, un peu réservé malgré quelques sourires enjôleurs, j’étais juste plus discret que la moyenne. Et c’est sans doute encore un peu vrai. Je ne faisais pas de vague et préférais alors le confort de mon bureau, la tourmente de mes réflexions.
Je crois juste que je n’étais pas fait pour m’enterrer à Seikusu. Du moins, pas pour rester là, à rien faire. J’avais toujours eu envie d’aventures, de vivre quelque chose « de vrai », hors de portée... Quelque chose qui dépasse la fiction.

Après, n’allez pas non plus me faire dire ce que je n’ai pas dit. Je n’ai clairement rien de méchant, bien au contraire. Je dois même être plutôt... bienveillant. Enfin je crois. J’aime les gens... tous, ou presque. J’aime rendre service et les voir sourire... j’aime flâner au bord de l’eau, profiter de somptueux panoramas qui me font aimer le monde plus encore chaque jour... Seulement voilà, je n’en ai jamais assez.
Ça a toujours été comme ça. Rien ne me suffit jamais, quel que soit le sujet ou l’envie du moment. Non pas que je sois animé par un désir très matérialiste... nan, j’ai plutôt envie... de tout voir, de tout goûter... Tout savoir. Je n’veux plus perdre de temps.


Histoire :

Et moi qui pensais vous avoir assez éclairé comme ça avec toutes ces inepties. Ça vous intéresse vraiment au moins ? Nan parce que, c’est pas l’avant qui compte, si ? La route est droit devant.
Soit. On va essayer de faire court si vous voulez bien. Il fait beau dehors et... pour une fois j’aimerais en profiter.

J’ai presque 30 ans. C’est un premier fait et, aussi anodin soit-il, je crois bien que c’est l’une des raisons pour lesquelles je suis ici, en train de déballer tout ça. Je suis né ici, dans cette petite ville, dans une famille... banale, avec une enfance... banale. Ou quelque chose comme ça.
Un père sur les routes, absent souvent. Donc, vous vous en doutez peut-être, une mère aimante, bien trop aimante. Du genre qui tente d’aimer pour deux, de réparer les pots cassés pour que son enfant unique ne vienne jamais à manquer de quoique ce soit. Trop couvé, sur-protégé... Nombre de mes premières peurs et sueurs viennent de là j’imagine. On s’enferme dans un cocon et on finit par se faire tout un monde de celui qui nous entoure. La moindre chose hors des cadres et des limites nous paraît alors invraisemblable, impensable voire trop dangereuse... Pas de moto, de ski, de soirées entre copains ou d’autres choses de ce style pour le jeune Bando. Oh non, il aurait été bien trop fâcheux qu’il se fasse bobo.
Je n’entrerai pas dans les détails de cette petite existence qui me frustre là encore, dès ce bref instant où je jette ne serait-ce qu’un coup d’œil en arrière, mais... sachez seulement que tout ne va pas « bien », dès lorsque l’on s’enferme, sous prétexte d’une sacro-sainte sécurité. Ma condition physique en fut longtemps altérée d’ailleurs... moi qui ne m’ouvrais pas au monde, qui ne respirais pas le grand air. Un cercle vicieux parmi tant d’autres.
Je suis donc resté chez moi, autant que possible, pendant bien trop d’années.

Je devais avoir quoi... 14 ou 15 ans ? Mouais, 15 ans. Le lycée, puis les études ensuite. Pour moi, c’était l’occasion rêvée de partir loin, de voir, de découvrir, de faire mes propres expériences. Autant vous dire que je n’étais pas le plus doué en la matière, malgré mon côté « mystérieux » (ça m’fait bien rire). Mais... ces longs moments seuls avaient au moins annihilé toute peur de l’inconnu, de l’étranger... au contraire, moi j’en rêvais. J’aurais tout fait par défi... tout tenté. Je crois que c’est cet esprit qui m’avait au moins attiré quelques ami(e)s à l’époque. Je me fichais déjà de tout, ou presque. Ça les attirait. Mes nombreuses lectures m’avaient donné un regard, un recul sur les choses que toute autre personne de mon âge n’avait pas, ou pas encore. J’étais mûr... et pourtant si jeune dans l’âme, si néophyte en toute chose du monde. Je connaissais tout... et rien à la fois.
Bref, on s’en tape, non ? Tout ça pour dire qu’il y eût au moins un temps où je fis tout sans compter. Je voulais tout faire... alors je le fis. Mais je crois simplement que rien ne m’atteignait vraiment. Alors je consignais tout, j’écrivais, enregistrais... avant d’inventer, parce que déjà me venait cette sensation que le monde n’avait plus rien à m’apporter. Je voulais profiter, mais de quoi ?

Alors voilà, salut le monde, salut les gens. J’ai pris un alias, « Bando ».
J’ai dû écrire je sais pas... 39 recueils et bouquins de tout type ? Un truc comme ça. Des bestiaires fantasmés, de la poésie, de la philosophie, des romans pas toujours bien ficelés à propos d’étoiles, d’amour que l’on ne vit jamais assez. Je crois que ça n’a jamais trop marché. Ou pas assez. J’en vis car je produis, parce que le rythme de mes pensées ne s’était jamais vraiment tari jusqu’ici... mais c’est pas demain la veille que je tiendrai un stand en convention, où les gens viendront se jeter à mes pieds, fans de la première heures de toutes mes élucubrations alambiquées... Cela dit c’est tant mieux.

Je disais donc : mes pensées ne s’étaient pas taries... jusqu’ici.
Me voilà qui approche les 30 ans, sans jamais avoir vraiment vécu, à n’avoir écrit que dans les limites de ce que mon esprit seul pouvait concevoir. Moi qui avait tant rêvé d’aventure... de partir, de muses, d’océans, de bateaux volants et de falaises jamais conquises...
Il me fallait vivre, tout simplement. Un carnet de voyage et quelques crayons en mains. Il me fallait passer enfin les portes de ces autres mondes, tirer de la vie tout ce que je pourrais en tirer... J’avais besoin d’inspiration, mais avant tout d’un but je crois. Non pas que j’aie encore l’envie de conter l’ailleurs, il me fallait l’éprouver.

Vous savez quoi, dans profession, mettez juste « explorateur », quelque chose dans c’goût là. Et dans raison du voyage « pour le plaisir ». Ça suffira amplement.

Maintenant vous serez bien gentils de m’excuser, j’ai une carrière de pirate de l’air qui m’attend. ‘Fin si vous avez ça par chez vous ? Non ?


Autre :

Badaud 100% pur jus ! Pas de pouvoir ou quoique ce soit qui sorte de l’ordinaire. Une sexualité un tantinet débridée mais ce n’est là que la moindre des choses dès lorsque l’on parle d’écrivain torturé. Non ? Ah ? J’ai toujours cru que ça faisait partie de l’intitulé du poste...
J’ai... côtoyé du beau monde grâce à quelques éditeurs je crois, mais... rien de bien sorcier. Vous m’voyez gravir en toute hâte l’échelle de la gloire, là ? Non ? Bon ben voilà. J’ai pas plus de connaissance que ça... mais si vous connaissez du monde, je suis preneur ! Un guide, un aventurier confirmé, des pirates, des seigneurs de guerre locaux... tout est bon à prendre ! Comment ça « et les risques » ? Ça va, faut pas s’en faire. Puis tout est réglé concernant mes assurances. L’appartement du centre-ville est payé, la voisine s’occupe du chat... il l’aimait plus que moi de toute façon, tsss. Nan, y a aucun risque j’vous dis, tout est bon, on peut partir ! On redémarre à ZÉRO ! RESET


Comment avez-vous connu le forum ?
Sur un top forum possiblement... Enfin, je crois que je l’ai toujours vu ça et là depuis que j’ai commencé à RP. Fallait bien s’lancer un jour ou l’autre alors... plouf, bim... me voilà, quoi :-)
Au plaisir de vous croiser et bonne année *kof kof*
« Modifié: mardi 12 janvier 2021, 02:15:24 par Anéa »

Seth Sternam

Administrateur

Bienvenue à bord l'ami romancier  :)

Prend une place, l'équipe de validation s'occupera de toi sous peu. T'aura pas de mal à trouver de l'inspiration par chez nous, prend juste garde à ne pas rester coincer du mauvais côté d'un portail.  ;)

Capitaine Read

Humain(e)

Des pirates ?
Il faut avoir le coeur solide pour nous suivre !

Bienvenue ici !

Anéa

Administrateur

  • -
  • Messages: 3785


  • FicheChalant

    Description
    Ancienne archange, devenue à moitié démone.
    Adore le sang et faire sauter des têtes.
Hello et bienvenue à toi sur LGJ ! :D

J'me suis pas mal reconnue (la joueuse) dans ton personnage, ma foi, fort charmant !
Tu es validé ! Vogue sur les flots, aventure-toi dans les terres inconnues, p'tit gars ! o/   :-*



-En souvenir du bon vieux temps-

Bando

Humain(e)

Merci tout l’monde  ;D :-*

Kaito Nakajima

Humain(e)

Binevenue ! Très agréable ton écriture :)


Répondre
Tags :