Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Sonya

Humain(e)

Pour le plaisir [Leona]

septembre 02, 2019, 03:28:51 am

Les jours passaient et se ressemblaient finalement... Je vivais dans mon petit monde à moi et les gens ne l'acceptaient pas. Je n'avais plus l'âge de jouer à Pokémon, je devais rentrer dans la norme et arrêter avec ma gaminerie... Et j'avais bien du mal à l'accepter... D'où il y avait des règles pour ce genre de chose ? Je ne voulais pas... Chaque jour, mes parents me faisaient la morale le soir quand je rentrais pour ensuite partir à l'aventure. Et le pire c'était pendant les cours... J'étais assez soft pourtant, j'avais quelques peluches accrochées à mon sac et juste des goodies pour mes affaires scolaires. Comme ma trousse en forme de tête de miaous, mes crayons aux couleurs des différents balls du jeu. Mais déjà ça, c'était trop pour ceux de ma classe. J'avais souvent des remarques... De la moquerie pure et simple par les filles de ma classe... Elles étaient jalouses de moi, à cause de mon physique agréable donc elle devait bien m'en faire voir de toutes les couleurs et c'était une méthode relativement simple d'utiliser ça contre moi.

Voilà donc maintenant plusieurs semaines que j'avais ma dose, que je n'avais plus envie de venir en cours... Surtout quand ce moment, une nouvelle personne s'amusait à me jouer des mauvais tours. Pour le moment, je ne savais pas qui s'était, mais est-ce que j'avais vraiment envie de le savoir ? D'un côté oui, pour savoir mon adversaire et essayer d'éviter les coups foireux. Et de l'autre non, car j'en avais vraiment trop marre. J'en avais parlé un peu à mes parents et tout ce qu'ils trouvaient à dire c'est que c'était de ma faute j'avais cas changer de passion. Oui c'est si simple de faire ça... Mais je n'ai pas envie de changer pour les autres...

Donc c'est avec une certaine boule au ventre que je franchis encore aujourd'hui les grilles du lycée. Je sers fort mon cartable contre moi, je me demande de qu'elle façon on va encore me faire chier. Je regarde dans toutes les directions, à gauche, à droite. Je fais attention quand j'arrive à une intersection qu'on ne lance pas quelque chose au visage, ou qu'on me fasse tomber. J'essaie d'aller que rarement dans les toilettes des filles, de peur qu'on m'enferme à l'intérieur et que l'on me lance des seaux d'eau mélangé avec du papier toilette dessus. C'est vraiment angoissant de vivre de cette façon, on se sent jamais en sécurité nul part. Même dans la salle de classe... Je suis en plein milieu, les projectiles peuvent arriver de partout... Avant d'aller en cours je passe à mon casier, espérant ne rien trouver à l'intérieur.

Leona

Humain(e)

Re : Pour le plaisir [Leona]

Réponse 1 septembre 02, 2019, 05:36:52 pm

Le lycée était pour Leona un vaste terrain de chasse. Là ou elle ne devrait y voir que des élèves et des camarades comme toutes les filles normales de son age, elle, ne voyait que des proies, de petites gazelles prêtes à se faire dévorer par le lion. Comme attirée par l'odeur du sang , elle avait commencé à jeter son dévolue sur une jeune rousse aux jolies yeux bleus. Le genre de filles mignonne, avec de grosses formes, qui aurait pu être populaire si elle n'avait pas cette manie ridicule. Enfin, elle avait beau penser ça mais Leona possédait la dernière version de pokemon en date sur console portable, et y jouait chez elle à l'abri de tous regard indiscret. Autant dire qu'elle connaissait bien l'univers bien qu'elle ne soit pas perdu au point de l'afficher ouvertement devant toute la classe, comme cette... Comment elle s'appelait déjà ? Ah oui, Sonya. Trouver des informations sur elle n'avait pas été difficile, et Leona ne se tortura pas bien longtemps pour chercher un dossier compromettant pour lui faire du chantage. Sonya était bien assez faible pour être attaquée de front.

Du coups, une heure avant son arrivée, elle avait crocheté son casier et avait inséré à l'intérieur une tenue qui semblait des plus classiques, au premier coups d'oeuil. Un petit short en jean très cours, un haut pas plus long, ainsi qu'une photo ( https://www.zupimages.net/up/19/36/3jpe.jpg ). Pour les connaisseurs, il s'agissait de Misty, un des personnages phare de la série et Leona avait tout de suite fait le rapprochement entre les deux, surement à cause de la ressemblance liée aux cheveux roux. Ainsi, elle avait attendu que Sonya se montre à son casier, l'ouvre, et découvre la surprise à l'intérieur, avant de se glisser à côté d'elle. Comme d'habitude, Leona portait son style vestimentaire sombre, et son maquillage donnait une intensité à ses lèvres et ses yeux, capable de glacer le sang des plus faibles. Etrangement, c'était là ce qui faisait la beauté de Leona, qui souffla la fumée de sa cigarette en plein visage de la rouquine.

Alors tu aimes mon cadeau ? Si tu veux jouer à la poke-girl fait le au moins jusqu'au bout, je n'aime pas ceux qui font les choses à moitié. Pour aujourd'hui tu ne seras pas Sonya, tu seras Misty.

Assouvir un de ses propres fantasme envers un personnage ? Qui sait, l'esprit de Leona était assez fertile pour cela... Mais elle voulait aussi la voir se ridiculiser devant tout le monde en franchissant le cap de devenir un personnage de l'univers qu'elle aimait tant, et qui lui valait ces critiques. Cela aurait pu s'arrêter là, mais une autre petite boite se trouvait dans le casier, une boite que Leona lui interdit d'ouvrir pour le moment et qui contenait une tenue pour le cours de sport prévu dans 2 heures ( https://i.pinimg.com/originals/68/cd/1c/68cd1c6b98a7a1078fc87ce1ffdfef25.png ) De quoi pimenter l'heure de natation.

N'ouvres pas cette boite, tu découvriras son contenue quand je te l'aurais autorisé. Va plutôt te changer dans les toilettes, je suis sure que ça devrait faire le bonheur de quelques pestes, de te voir te changer ainsi.

Evidemment, rien ne disait à Leona que son nouveau jouet obéirait au doigt et à l'oeuil, mais peu importe. Si elle n'exécutait pas l'ordre, elle lui ferait une démonstration de ce dont elle était capable quand on ne lui obéissait pas... Dans le cas contraire, la tortionnaire avait déjà prévenu quelques peste que quelque choses d'intéressant risquait de se produire dans les toilettes, pour être sure que Sonya ne puisse pas se changer tranquillement... Soufflant une dernière bouffée de cigarette irritante et écrasant le mégot dans le casier de la pauvre rousse, Leona s'en va, claquant les talons de ses bottines contre le sol, sans même se retourner.
« Modifié: septembre 05, 2019, 06:25:22 pm par Leona »

Sonya

Humain(e)

Re : Pour le plaisir [Leona]

Réponse 2 septembre 03, 2019, 03:45:54 pm

J'arrive devant mon casier sans le moindre accident, bon l'ouverture de celui-ci est une autre épreuve maintenant... Il est si simple de crocheter les casiers du lycée... Je rentre mon code et ouvre la porte, je fais attention à ne pas me tenir en face. Rien n'en sort à l'ouverture, déjà une bonne chose. Je regarde à l'intérieur... Des vêtements ? C'est original dit donc. Je reconnais directement le personnage qui se trouve sur la photo. Misty. Alors que j'attrape la photo pour mieux regardant, une présence me fait sursauter à côté de moi. Je me retourne rapidement, jetant la photo dans mon casier pour que la personne à côté de moi puisse la voir...

Leona... Je la connais ! Elle aussi à un style particulier. Un peu gothique je dirais, mais bizarrement, elle ne se fait pas emmerder. Elle attire sûrement la crainte... C'est mieux qu'un look de petite gamine. Elle en profite pour me souffler sa fumée de cigarette à la figure. Je plisse les yeux, tout en agitant ma main devant mon visage, elle sait qu'on à pas le droit de fumer ici ? C'est un lieu public ? Et c'est surtout mal vue de faire ça à son âge... Puis elle se mit à me parler de son petit cadeau... Super... Je suis très heureuse d'avoir été choisi... Leona me fait encore plus peur que les autres filles, elle à un côté mystérieux qui donne envie de la fuir... Sauf qu'elle avait décidé de s'amuser un peu avec moi...

"Ouais merci..." Je ne savais pas trop quoi dire sur le coup... Bien sûr que je n'avais pas l'intention de m'habiller comme Misty, mais lui dire en face n'était pas franchement une bonne idée.

Elle ajoute qu'il y avait un deuxième colis mystère dans mon casier qui lui devra être ouvert plus tard. Leona me proposa ensuite d'aller me changer dans les toilettes, tout en ajoutant que mon déguisement allait plaire à certaines. Bien sûr j'étais au courant ! C'est bien pour ça que je n'allais pas le mettre ! Je n'avais pas envie de pourrir ma vie, qui était déjà bien assez naze comme ça. C'était tendre la bâton pour se faire battre, je le fais déjà bien comme ça pas la peine de vouloir en rajouter...

"J'y vais maintenant !" Je lui fis un large sourire, qui sonnait plus que faux ! Les traits de mon visage étaient crispés, tendus...

Leona me souffla une dernière fois sa fumée de cigarette au visage, écrasant ensuite son mégot dans mon casier, avant de quitter les lieux.

"Dégueulasse..." Je récupère le mégot d'une main et attrape les vêtements de l'autre. "Non mais franchement... Elle se croit où là ! Niah niah Sonya tu vas porter ça... Et comme ça les connes de ta classe vont encore plus de faire chier niah niah niah..." Je me parlais toute seule, au milieu du couloir. Je m'arrête à une poubelle pour jeter le mégot et je vais en direction des toilettes. Personne. Ouf.

Je rentre dans une cabine, jette les vêtements à mes pieds, m'assois sur le cabinet et me mets à attendre. Je n'allais pas sortir tout de suite, peut-être que Leona était là à m'attendre à la sortie... J'attendis de longue et très longues minutes, j'avais mis mes écouteurs pour passer un peu le temps, les cours avaient déjà commencé, mais j'étais encore à l'intérieur des toilettes. Tant pis j'allais arriver en retard, mais elle devrait déjà être partie et je pourrais être tranquille. J'aurai plus cas l'esquiver le reste de la journée... Et rester à proximité des professeurs.

"Bon..." Voilà environ trente minutes que j'étais assise là, c'était le moment de sortir je pense. Je donne un coup de pied dans les vêtements pour les pousser dans un coin de la cabine et j'ouvre le loquet de la porte, mes écouteurs toujours dans mes oreilles, me coupant du reste du monde.

Leona

Humain(e)

Re : Pour le plaisir [Leona]

Réponse 3 septembre 05, 2019, 06:21:39 pm

Le temps passe, fuse, et Leona impatiente tape du pied devant les toilettes. Elle avait suivit Sonya durant un petit moment jusqu'à ce qu'elles rentrent, suivis de deux autres filles, des pestes populaires de la classe avec qui elle n'avait aucune attaches mais qui n'avaient pas hésité une seule seconde à suivre Leona. Il faut dire que la proposition était alléchante, la gothique avait promis quelque chose d'amusant, de quoi tourmenter la souffre douleur. Mais rien ne venait, tout le monde commençait à perdre patience y compris Leona qui martelait le sol avec le talon de ses bottines, agacée. Les deux autres filles, Havana ( https://www.zupimages.net/up/18/27/0oc3.jpg ) et Charlotte ( https://www.zupimages.net/up/19/36/a4ot.jpg ) grimaçaient à leurs tours, mais n'osaient pas en dire d'avantage... Leona était ce qui était de plus effrayant au sein de leurs classes, elles le savaient par les rumeurs qui circulaient sur elle. Pourtant Charlotte était sur le point de dire quelque chose quand...

Bon j'en ai mare, cette peste joue avec mes nerfs, on va aller la faire pleurer.

La proposition devient tout à coup très alléchante pour les deux autres filles qui imitent Leona, pénétrant en douce dans les toilettes. La rousse était là, enfermé dans un des toilettes, pensant surement que Leona n'irait pas jusqu'à sécher les cours... grave erreur, car elle était bien là et remontée plus que jamais. Discrète, elle attendit que sa proie sorte pour lui envoyer une gifle sévère de sa main froide, faisant tomber ses lunettes au sol. Une des deux autres peste lui tire aussitôt après les cheveux, et lui passes un bras autours de la taille. L'autre main vient cruellement se plaquer contre sa bouche pour la faire taire. Souriante, fière de sa prise, Charlotte fait tout pour maintenir ainsi Sonya en place, devant Leona et Havana.

Je déteste attendre tu sais, tu as fait preuve d'une impolitesse incroyable là, Sonya. Ces deux adorables jeunes filles voulaient elles aussi te voir avec la jolie tenue que je t'ai filé. Tu viens de leur gâcher ça...

On a qu'à faire comme d'habitude, on lui fou la tête dans les chiottes !

Sans t'offenser Hava... j'ai oublié ton nom peu importe, vos méthodes de brutes sont trop classiques. Moi, je vais lui apprendre le respect, lui montrer ce qu'est la peur. Jamais plus elle ne me désobéira après ça. Foutez moi cette peste à genoux et ligotez la.

N'y allant pas de mains morte, charlotte lui appuie sur le dos et la fait tomber à genoux, lui ligotant les poignets derrière le dos, bien solidement, avant de jeter son corps comme un déchet aux pieds de Leona. Celle-ci lui écrase le visage avec la semelle de sa bottine, le talon pressant la pauvre joue de la rouquine alors que l'ado au style gothique prépare du matériel qui aurait de quoi inquiéter. Ce n'est pourtant rien en soit, ce qu'elle sort de son sac à dos n'est rien d'autre qu'un rouleau de scotch, dont un large morceau bien collant scelle les lèvres de Sonya. Ainsi qu'un petit sac plastique vide. En voyant Leona ouvrir ce dernier et le diriger lentement vers le visage de la rousse, il est facile de deviner ce qu'elle compte faire, et il ne lui faut pas longtemps avant de le lui mettre autours de la tête. Les deux autres lèves rigolent pendant que Leona, tout en regardant Sonya cruellement dans les yeux, l'étouffe en serrant le sac plastique autours de sa tête.

Qu'est-ce qui se passe Sonya, tu as du mal à respirer ?

Elle prends bien soin de garder le plastique tout autours de sa tête, le serrant de ses deux mains au niveau de son cou, sans étrangler la jeune fille, simplement pour maintenir le plastique bien collé aux formes de son visage. La voir essayer de respirer, inspirant et expirant le peu d'air présent, rejetant et aspirant le sac plastique contre son pauvre petit nez en recherche d'oxygène frais... la scène est tout bonnement divine pour Leona qui jubile. De temps à autre, pour ne pas qu'elle s'évanouisse, l'adolescente aux vices un peu tordus desserre le sac autours de son cou, et le soulève pour laisser l'air y entrer... Avant de recommencer à nouveau. Son visage passe plusieurs fois du rouge intense à sa couleur d'origine entre les suffocations et les apports d'airs, et les deux autres filles ne sont pas en restes puisqu'elles ne profitent pour envoyer valser Sonya dans tous les sens, comme pour se faire des passes avec un vulgaire ballon. Durant ces passes, elles susurrent de vilains mots humiliant, dégradants de toute sortes, tout en jouant avec ses gros seins. L'une d'elle fini même par réduire son haut en lambeau de tissus à l'aide d'un ciseau, la mettant à nue et l'embrasant à travers le sac plastique et le scotch. Une nouvelle passe vers Leona, et enfin la rousse peut de nouveau respirer, une fois de plus.

Pauvre chose... ta poitrine doit te faire si mal... respire maintenant.... respire...

Des mots presque rassurant, des caresses dans ses cheveux et le visage de Sonya contre sa poitrine. On aurait presque pu penser que Leona la consolait. Seulement... Elle lui remis le plastique autours du visage après qu'elle ait pu bien reprendre son souffle, en scotchant les bords contre sa peau pour que celui-ci tienne tout seul, sans que les filles aient besoin de garder les mains autours de son cou. Elle la pousse alors par terre en ricanant.

Tu veux respirer ? Frotte toi à nous comme une gentille petite chienne. Je ne retirerais pas ce sac plastiques avant que tu n'ai jouit ou que tu ne te fois faite dessus de peur !

Les trois ado rigolent en communion, et charlotte aide la pauvre petite Sonya à se relever, lui pelotant les seins tandis que les deux autres adolescentes présentent déjà leurs cuisses en avant. Elle devrait faire vite pour pas s'étouffer, autant ne pas perdre de temps.

Sonya

Humain(e)

Re : Pour le plaisir [Leona]

Réponse 4 septembre 06, 2019, 04:57:26 am

Je lève le loquet de la porte, écouteur sur les oreilles, je commence à sortir quand d'un coup sans m'y attendre je me prends une claque en pleine figure. Je lâche mon téléphone par terre avec les écouteurs, mes lunettes volent à l'autre bout de la pièce. Je suis sonnée, je commence à partir sur le côté, apportant mes mains sur mon visage pour atténué la douleur, mais je n'ai même pas le temps. Une fille me tire les cheveux et une autre m'attrape les bras les bloquant autour de ma taille. Je me tortille, tout en me mettant à crier.

"LACHEZ-MOI ! ARRE..."

Je suis vite coupée, une main vient se poser sur ma bouche, j'essaie de mordre pour éviter le contact, impossible. On vient de fermer mon clapet, impossible d'appeler à l'aide. J'essaie de forcer sur mes bras pour essayer de me libérer, de donner des coups de pied vers l'arrière, mais la fille prend bien ses distances pour éviter les coups. J'essaie de me calmer et de voir qui est là, sans mes lunettes, c'est un peu plus compliqué, je plisse les yeux pour que se soit moins flou...

Je reconnais directement Leona... Sa voix, ses cheveux noirs et cette odeur de cigarette. Les autres... A côté de Leona... J'ai un peu de mal, mais je crois voir Havana, si c'est bien elle celle qui me retient est Charlotte. Les deux vont de pair, surtout quand il s'agit de faire des mauvais coups aux autres.

Je les écoutent parler, Leona est en colère... Je n'ai pas suivi les ordres et elle veut me le faire payer. J'aurai dû rester plus longtemps dans les toilettes, où aller dans ceux du premier étage pour la tromper... Havana propose de me mettre la tête dans les toilettes, encore une fois. J'avais l'habitude à force, donc ça me faisait ni chaud ni froid sur le coup. J'étais même plutôt contente de n'avoir que ça, finalement Leona n'était pas si terrifiante... Quoi que ? En entendant sa réponse, un long frisson me remonta le long de la colonne vertébrale... Elle n'avait pas envie, c'était trop classique ! Je suis alors obligée de me mettre à genoux, je résiste, mais Charlotte m'appuie au milieu du dos me faisant finalement fléchir. Elle me libère la bouche pour pouvoir me ligoter.

"S'te plaît Leona arrête ça ! Je vais la mettre ta tenue, promis... La maintenant devant toi !"

Je voulais changer les choses, éviter qu'on arrive au pire... Charlotte finit de m'attacher les poignets avant de me jeter devant Leona, qui posa son pied sur mon visage. Ecrasant ma joue comme une pauvre merde, je pense qu'il n'y a pas d'autres mots... Charlotte et Havana profitent du spectacle. J'essaie de lever les yeux vers le haut pour voir ce qui est en train de se tramer... Je vois arriver un large morceau de scotch...

"Non s'il te plaît fait p..."

Pas le temps de finir, le ruban adhésif vient se poser sur mes lèvres. Puis arrive un sac plastique... Elle n'allait pas essayer de m'étouffer quand même. Je me mets à me trémousser comme un ver de terre pour me libérer de son emprise, mais le sac m'entoure le visage. Ni une ni deux je me mets à paniquer. Respirant comme une folle au lieu de garder mon calme. Le sachet se colle contre mon visage, puis se retire, pour revient vers moi. Elle ne serait pas capable de me tuer quand même ? Juste cette question me fait encore plus paniquer. Le sac plastique se met à se soulever de plus en plus vite. Je ne remarque même pas que Leona fait rentrer de l'air dedans pour me permettre de rester en vie. Je sens ma tête tournée, je ne me sens pas bien.

Je n'arrive même plus à résister aux assauts des filles qui commece à m'utiliser comme ballon. Je ne vois rien, je n'ai pas mes lunettes et le sac plastique me cache le reste. Il n'y a que des silhouettes qui s'amusent à me balancer de droite à gauche, à m'insulter de tous les noms. Je ne reconnais même pas qui me parle. Cela ne doit durer que depuis quelques minutes, mais j'ai l'impression que sa fait une heure que je suis comme ça avec ce sac qui se colle toujours plus à mon visage, le moulant parfaitement, rentrant dans mes narines. J'ai tellement chaud, que je ne remarque même pas que je n'ai plus mon haut, que j'ai maintenant la poitrine à l'air. Je sens juste des coups dessus, me faisant mal.

Et d'un coup la libération ! Je suis contre Leona, elle retire enfin le sac plastique de ma tête. Je prends de grande bouffée d'air par le nez, même son odeur de cigarette froide ne me dérange pas. Je la regarde avec des yeux de chien battu, gémissant, la suppliant de ne plus recommencer. Je ne ressemble plus à rien m'étant mis à pleurer beaucoup plutôt. Mes yeux sont rouges écarlates, mes joues trempées. Ma poitrine nue se lève et s'abaisse à une vitesse folle. Je suis tellement contente de pouvoir de nouveau... Non ! Leona remet le sac sur ma tête, je me débats. Je n'en veux plus. Non ! Je tombe par terre de nouveau. Je frotte mon visage contre le sol, essayant de retirer le sachet. Je rampe, encore jusqu'à percuter quelqu'un, le sac est toujours autour de moi... De nouveau je panique, j'arrive à peine à entendre ce que Leona me dit, mais je sais que cette fois je ne dois pas me moquer d'elle et faire ce qu'elle me dit.

Quelqu'un me redresse, s'en attendre je me jette sur la première silhouette. Je me mets à genoux pour me frotter contre ses jambes. Je pose ma tête sur sa cuisse, pour faire rapidement des vas et viens dessus. Puis je change de personne me déplaçant sur les genoux lourdement, je refais les mêmes mouvements avec autant d'énergie. Le sac se soulève de moins en moins sur mon visage. Je peux entendre leurs rires résonner dans ma tête. Charlotte profite de la situation pour attraper mon téléphone par terre et elle se met à prendre des photos quand je me frotte aux filles, puis elle se met à filmer, disant que ça me ferait un beau souvenir !

Je tombe face contre terre, ma tête tourne, je me retrouve au pied de Leona, le sac ne se soulève presque plus, je frotte malgré tout mon visage contre ses pieds. Et je me mets alors à m'uriner dessus, on peut voir à travers le sac que je pleure encore à chaude larme, il est totalement collé au niveau des mes yeux et de mes joues. J'ai peur, très peur... J'arrête de me faire dessus, une flaque en dessous de moi c'était formé, mon bassin baigne dedans. J'avais été obéissante, j'avais fait ce qu'il fallait... Je voulais de nouveau respirer... Je poussais mes derniers gémissements, suppliant.


Répondre
Tags :