Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride
Inscrivez-vous

James Howlett

E.S.P.er

Re : Entertaining Little Game || Pv. James Howlett

Réponse 15 juillet 06, 2019, 10:24:57 am

Tapi dans l’ombre, patiemment, le prédateur guette sa proie, ses grosses mains posées sur ses genoux. La garce remue un peu. Quelques mots s’échappent de ses lèvres endormies. Le mutant fronce les sourcils, abaisse sa capuche. Elle s’étire lentement, alors qu’il se redresse, les muscles tendus, prêt à fondre sur elle, mais quelque chose l’en empêche. Ainsley. De qui parle-elle ? Le vieux mutant observe l’appartement depuis plusieurs jours et Lyra est la seule personne qu’il y a vu rentrer. Mais l’explication vient aussitôt. Quelle chance. Lorsque la gosse se rend compte de son erreur, elle panique, farfouille dans les tiroirs de sa table de nuit de ses petites mains tremblantes. Logan la laisse faire, il ne craint rien… A part peut-être cet air terrifié, perdu, vulnérable. Le doute s’instille dans ses veines comme un poison. Sa haine reflue, il déglutit. Ce n’est pas du cinéma. La petite est brisée, comme il fut bien des années plus tôt. Ses muscles se détendent, il expire par le nez, les yeux rivés sur le flingue dirigé entre ses deux yeux bleus pales. Foutue peste. Elle le prive de son orgasme, et même de sa vengeance. Son sexe est flasque, endormi. Il a un geste agacé du revers de la main. Sans le faire exprès la rouquine dévoile ses formes, mais il ne les voit même plus, sa colère, son désir sont mort, enterrées. La Bête a disparu Il ne dégage plus qu’une lassitude muette, vaine.

« Putain, c’est une blague »,
finit par lâcher, en passant sa main dans ses cheveux. Il relève le regard vers l’arme, agacé. « Baisse, ça, petite idiote. » Mais il parle à un mur, la petite semble en état de choc. Le coup pourrait bien partir tout seul. Ses yeux sont brouillés de larmes. « Je te ferai rien. Pourtant bordel tu le mériterais. » l’arme. Pas le choix. Il n’a pas envie de se faire tirer dessus une fois de plus. Pas question pour autant de repartir sans demander son reste. Le fauteuil s’écrase contre le mur alors que son corps puissant se déplie vers l’avant. Sa grosse main écarte le revolver, dirigeant le canon vers le plafond. Peut-être alors que le coup part, trouant le plafond, ou qu’elle ne presse jamais la détente. Ses gros doigts se referment sur son poignet, alors qu’il lui retire l’arme des mains avec une ferme douceur. « Allez, ça suffit Lyra. » Un genou sur les draps froissé, il la toise de toute sa hauteur, alors qu’il retire le chargeur de l’arme, vide la chambre, jette l’arme dans un coin, lâche son poignet, s’éloigne d’un pas pesant. La culpabilité lui étreint la gorge. Ah, fichue conscience. Le Wolverine, connu pour son tempérament ombrageux et son comportement imprévisible, en pleine crise existentielle. Finalement il s’assoie de nouveau sur la chaise qu’il a envoyé valser quelques instants plus tôt, se prend fermement la tête entre les mains, restant silencieux pendant de longues seconde. A l’extérieur, une voiture passe en trombe dans la rue, ses roues crissant sur la chaussée. Finalement il se redresse.

« Bon, je vais y aller. Mais avant de partir, je vais me servir un verre. Ou plusieurs. »

Sans attendre la réponse de Lyra – il se moque de sa permission – il quitte la pièce d’un pas chaloupé pour se diriger dans le salon. Les lieux lui sont inconnus bien sûr, mais son odorat infaillible le dirige vers un petit meuble en bois dans un coin de la pièce duquel il extirpe – dieu merci – une bouteille de whisky de mauvaise qualité remplie aux deux tiers. Parfait « Hm. » Il s’empare d’un verre sur une étagère, puis hausse un sourcil, en saisit un deuxième et les pose sur la table basse avant de les remplir. Le sien en entier, celui de Lyra d’un quart. Il s’assoit lourdement dans le canapé, trempe ses lèvres sèches dans le liquide. Le pas léger de la jeune femme se rapproche, mais il ne la regarde pas, se contente de pousser le verre dans sa direction du dos de la main.

«  Quand j’aurais vidé cette bouteille de whisky, on pourra dire qu’on sera presque quitte.  »

Ce qu’il devine de ce qui lui est arrivé lui suffit. La petite a probablement déjà été suffisamment punie par le passé.  Pour autant l’outrage qu’il a subi lui trotte toujours dans un coin de la tête. Injustice. Logan a connu bien des femmes, mais Lyra est l’une des seules à avoir piétiné sa virilité de la sorte.

Lyra Scytha

E.S.P.er

  • -
  • Messages: 38


  • FicheChalant

    Description
    Fiancée à la liberté, cette belle joueuse n'aime pas qu'on y porte atteinte. Dotée d'un fort caractère, elle déteste qu'on lui manque de respect.

Re : Entertaining Little Game || Pv. James Howlett

Réponse 16 juillet 09, 2019, 10:33:44 pm

Tu l’as méritée. Cette peur qui tenaille tes entrailles, Lyra. Tu l’as méritée, cette haine. Et là encore, tu réussies à te sortir d’une situation qui semble tourner en ta défaveur. Il s’est redressé, elle a tremblé. Il s’est avancé, elle a menacé. Mais elle tremble, elle n’entend plus ses paroles… Sauf… Je te ferais rien. Plus de douleur. Plus de souffrance ? Plus rien, il l’avait promis… Lyra baisse le regard avec lenteur, puis le relève vers lui… Elle bredouille des paroles incompréhensibles… Elle ne voit plus que ses yeux. Plus ceux de… N’y pense plus. Dans une autre situation, la demoiselle n’aurait certainement rien fait de tout ça… Qui sait ? La voilà qui sourit un peu. “... Désolée. Tu l’as méritée, Lyra. Cette vengeance. Et tu l’acceptes, c’est certainement ça le pire. Elle est loin de le haïr, cet homme. Cette bête. Le revolver est retiré de ses mains, il la surplombe, elle n’a pas tiré. Encore secouée de hoquets, Lyra observe son poignet, ses mains, cet air de culpabilité… Son air presque triste ? Se pourrait-il que finalement cette bête n’en soit pas complètement une dénuée de sentiments ? Il est assis dans la pénombre à présent… Comme s’il songeait à d’horribles tourments passés… Elle hésite. Partir ? Il s’est redressé. Non. Elle ne veut pas qu’il parte. Tu l’as mérité. Avec grâce, et langueur, la belle ange se relève à son tour, elle observe un instant l’arme au sol, puis… Ses mains tremblantes… Ainsley allait la tuer. Mais elle s’en foutait. Depuis le temps qu’elle lui disait de se laisser aller. Colère. Tristesse. Culpabilité. Peut-être allait-elle passer par une autre joie que sa satisfaction malsaine habituelle ?

Tu l’as méritée. Lyra a piétiné sa virilité, littéralement, l’a mis en colère et, pour finir, l’a stoppé dans son triomphe… Les yeux encore rougis, elle allume la lumière en le précédant. Elle saisit le verre qu’il lui tend… Hmph, Ainsley avait certainement d’autres bouteilles un peu meilleures dans une cave… Elle saisit le verre et le porte à ses lèvres, elle boit cul sec. Puis regrette. Elle se souvient qu’elle tient mal l’alcool. Roh et puis merde. Elle s’assoit sur la table en silence, puis, allonge son dos contre celle-ci. Elle saisit la bouteille d’une main et l’observe longuement. Elle la repose. Tu l’as méritée. Oui. Cette vengeance. Tu as passé une sale journée, pourquoi ne pas t’offrir à lui ? Parce qu’elle ne peut pas. Lyra est bien trop têtue pour ça. Se lier à quelqu’un ? S’offrir ? Se priver de liberté oui. Elle refuse. Pourtant, il ne t’a pas violé. D’autres l’auraient fait. Ses cheveux s’étalent sur la table, ses jambes se serrent… Son dos s’étire longuement, se cambre, puis, enfin, elle se redresse et balance ses jambes… La table est haute, elle ne touche pas le sol de ses pieds tournés souplement vers le sol… Elle se resserre un autre quart de verre… “... Tu n'es pas comme les autres, finalement.” Tournant ses belles prunelles vers lui, elle se lève et va s’asseoir à côté de lui sur le canapé, légère, on ne sent presque pas qu’elle est posée contre lui. Elle pose son verre sur la table basse en face et croise les bras… Elle ne dit rien. Quelques secondes. Une minute peut-être. Elle attend, choisissant ses mots. Tu l’as méritée, cette juste colère. Tu l’as désirée, même. Alors… Que faire donc ? Elle baisse la tête. Chastement, elle vient se glisser sur ses jambes, comme il y a quelques jours, pourtant, elle prend bien le temps de ne pas coller son bassin contre le sien. Elle l’observe. Tu l’as méritée. Oui. Elle le sait. Elle approche sa main de sa joue, de sa barbe, de ses cheveux, puis elle sourit. Bien différemment que lorsqu’elle voulait le torturer. Cette fois, elle semble apaisée, heureuse et … malgré ses yeux encore rouges, tout à fait consciente de ses actes.

... Merci de pas trop être un connard.” Elle se cambre, saisit de sa main, à l’envers,  son verre, le tourne consciencieusement pour en boire seulement une lichette cette fois. Glissant ses doigts libres sur sa nuque, elle ferme les yeux… Songeuse. Tu l’as méritée. Cette vengeance. Il t’a sauvé la vie. Il ne t’a pas violé. Il aurait pu te laisser crever. Il aurait pu te plaquer contre le lit, te maîtriser violemment. Pourtant… Il ne l’a pas fait. Déposant à nouveau le verre, elle saisit avec bienveillance celui de l’homme pour qu’il rejoigne l’autre. Elle rapproche son corps du sien et pose son front contre le sien pour l’observer. Elle souffle… Elle n’est pas encore éméchée. Dommage, pas d’excuse. Lyra vient chastement embrasser l’homme, fugacement. Puis elle rompt ce baiser. Et murmure. “Je l’ai méritée, ta vengeance…” Elle sourit et ponctue sa phrase par un “Logan.” Charmant. Pas de Howlett. Elle est reconnaissante. Ses yeux se ferment de bonheur, il l’a apaisée, sauvée. Si elle ne s’offre pas à lui, elle pourrait au moins faire prendre de tendresse. Hah. Qui voudrait de la tendresse ici hein ? … Elle émet un petit rire nerveux, mais charmant et détourne les yeux… Vite… Elle courbe à nouveau et saisit le verre de l’homme, lui tendant le sien, pour détourner son attention. Elle l’observe tout de même, souriante, un peu de pourpre aux joues, visiblement gênée de ses derniers actes. Amusant qu’elle soit honteuse de ça alors qu’elle l’a salement souillé avant. “Fais comme tu veux. Je l’ai méritée. Soit tu attends que je sois un peu ivre, soit… Tu prends conscience du fait que je … disons… te laisse faire. C'est d'une part pour m'acquitter complètement, d'autre part parce que je l'ai méritée et... troisièmement parce que j'en ai envie. Ne pense pas que c'est par pitié, ou ... Autre chose de pire encore.” Elle tire la langue avec amusement et embrasse avec calme le haut de sa clavicule, puis son cou, laissant sa langue ardente se glisser avec une passion certaine sur cette peau qu’elle devine à nouveau frémissante. Ainsley allait la tuer. Mais bon, tant pis.
- Freedom -


Répondre
Tags :