banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3] 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: La jeune et le vieux [Ars Cimiterio]  (Lu 944 fois)
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Mars 14, 2019, 12:02:31 »

- Vous êtes alors une sorte d'érudit-voyageur, souriait-elle. Voyager n'est pas toujours une mince affaire... Qu'est-ce qui vous pousse à partir de chez vous ? Ce qui vous intéresse tant sur le monde et les autres ?

Elle se savait, pour sa part, apprécier voyager par habitude et nostalgie. Mais de ce qu'elle avait pu observer, la condition humaine et les diverses créatures peuplant Terra gardaient les mêmes habitudes et les mêmes réflexions sur des générations. Des combattants durs aux plus grands cœurs, des familles qui se font petites et ne demandent qu'à vivre en paix, des travailleurs épuisés, des esclaves... Tous lui semblait avoir le même comportement.
Elle-même se sentait-elle assez commune. D'autant plus lorsqu'il est, à première vue, aussi facile de l'analyser. Erika réprima un soupire de frustration discrètement, en repensant aux remarques justes d'Ars.

Les odeurs de viande enrobaient la cavité de douces senteurs. Erika avait déjà mangé, mais son côté gourmand lui fit apprécier ces effluves comme d'un cocon de tranquillité. Jetant un oeil là où le chemin rocheux s'enfonçait dans la montagne, elle se mit à songer qu'il existait peut-être, un peu plus loin, quelques créatures appréciant elles aussi ces bonnes odeurs.

- Il serait peut-être plus judicieux de se reposer à tour de rôle...
ajoutait-elle en baissant la voix, le regard toujours tourné vers la caverne naissante.
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #31 le: Mars 14, 2019, 04:05:15 »

Les réponses d'Erika étaient animées par une certaine candeur, du point de vue d'Ars. Il voyait vraiment en elle une personne qui avait fort à découvrir, mais y mettrait-elle de la bonne volonté à cela ? Il était encore un peu tôt pour le dire. Peut-être que dans les 10 minutes qui suivront, il sera capable de se prononcer sur la question. Qui pouvait savoir ? S'occupant de la viande, il découpa un morceau qui commençait à roussir avec sa dague, et le mangea. Pas d'épices ou d'accompagnement, certes, mais le goût de la viande qui venait d'être chassée avait toujours un fumé, un goût que l'élevage n'aurait jamais. Plutôt satisfait de sa bouchée qui lui réchauffait un peu le corps, surtout avec ces nuages qui approchaient et ce vent qui soufflait, Ars regarda le fond de la caverne, lui aussi. Ledit vent sifflait depuis le fond de la grotte, des galeries, sans doute. Il n'y avait jamais prêté attention jusque-là. Jamais...

Ars se leva, et entreprit d'observer la paroi rocheuse. "Tout. Tout m'intéresse, et j'apprends de mes découvertes. Puis je les remets en question dès que possible, pour savoir quand je dois évoluer." Il continuait de scruter la pierre, ses doigts glissaient sur les murs. "Un érudit, n'est-ce pas ? Sûrement, et j'aime être qualifié ainsi. Apprendre de la nature, des gens, des civilisations et de tout ce qui nous entoure, c'est pour ainsi dire mon obsession." Continuant de lui tourner le dos, son examen minutieux de la grotte se dirigea vers le plafond, plus abrupt que les murs. "Mais apprendre ne suffit pas. La plupart des gens vous diront qu'il faut aussi pratiquer. Je ne dirais pas que cela ne compte pas, mais ils sont naïfs." Après avoir marcher un peu en rond devant la Dame, à gratter le plafond de ses doigts sombres, il reporta son attention sur le sol, se mettant à genoux pour continuer son inspection. "Quand on a la connaissance, il faut surtout savoir comment l'utiliser. Les points de vues sont la clef. Comprendre un point de vue est facile, c'est ce que l'on fait tous les jours. Avec notre propre point de vue. Mais essayez de comprendre toutes les vérités, aussi étranges et contradictoires soient-elles, et vous aurez la capacité de comprendre autrui en un tour de main. De déterminer des points impossibles, de développer votre qualité critique." L'Ancien se redressa, la main posée sur le mur et le regard sur Erika. "Et c'est comme ça que je peux vous affirmer ceci : cette cavité n'est pas naturelle, elle est artificielle. Et ce n'est pas l'oeuvre d'une véritable présence intelligente, c'est trop brute. Pour la date de l'ouvrage, j'avoue avoir des doutes, malheureusement. Les tours de garde que vous préconisez me semble de mise."
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #32 le: Mars 14, 2019, 07:11:42 »

Erika observait Ars dans ses déplacements, et fit promener un regard plus que curieux sur les parois, tout en l’écoutant avec beaucoup d’attention. De cet homme se dégageait une aura dense de connaissances et d’une certaine forme froide de sagesse, chose qu’elle avait pressenti, mais pas tant à ce point. Ses pensées restaient néanmoins tournées vers la cavité, où elle penchait la tête, comme si elle espérait y voir débarquer une quelconque créature.

- Si c’est artificiel… Ne vaudrait-il mieux pas aller faire un tour à l’intérieur et aux alentours ?

Elle devait se l’avouer… C’était là plus par curiosité que par mesure de prévention. Elle tournait ensuite la tête vers l’extérieur. Se déplacer et changer de zone, était-ce une solution possible ? La pluie s’intensifiant, il n’était que peu envisageable d’espérer pouvoir escalader une roche aussi lisse sans encombre.
La jeune femme se redressa et s’étira longuement, détaillant longuement l’environnement.

- Vous avez vu ça vite… Quelle expérience. Depuis combien de temps réunissez-vous ces connaissances ?
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #33 le: Mars 14, 2019, 08:06:25 »

Peut-être qu'elle est vraiment suicidaire en fait ? Elle veut s'engouffrer dans la cavité alors qu'il y a certainement quelque chose.

Le Démon ravisa bien vite son jugement en se rappellant qu'une personne qui cherchait à se renseigner disposait de plus de chances de survie. Un sourire sincère apparu alors, plus marqué que les précédents. L'attention qu'il porta à la cavité lui fit l'impression de traces de griffes, et la grotte en soit était irrégulière. Ars n'avait jamais vu une telle crevasse dans la montagne, et si l'eau venait à s'engouffrer, cela pourrait se révéler dangereux.  Un terrain glissant n'était pas idéal pour livrer un combat, et ce qui inquiétait le plus l'Ancien, c'était de ne pouvoir utiliser ses pouvoirs librement. Son épée longue ne pourrait être dégainée ici, et s'en remettre à sa dague ou à la Dame blessée... Autant dire qu'il allait vite devoir mettre de l'ordre dans ses priorités.

"Comme vous, je désire voir ce qui a put réaliser un tel trou dans la roche, ce n'est pas courant." Le Démon se rassit alors, le lapin était presque prêt, et il en éplucha quelques tranches, humant le parfum de la viande, visiblement pas plus inquiet que cela de la situation. Bien qu'un frisson l'agita. L'endroit resté frais. "J'ignore votre âge, mais à vue de nez, j'ai commencé à apprendre de cette façon bien avant votre naissance. J'ai rencontré des savants, des imbéciles et tous m'ont appris quelque chose." Il ponctua sa phrase par une tranche de lapin, la regardant. "N'hésitez pas à manger, il nous faudra des forces. Même un peu."
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #34 le: Mars 15, 2019, 11:03:19 »

Elle n'avait toujours pas encore faim, mais elle ne se sentit pas de refuser de nouveau. Elle prit alors un petit bout de viande et le mangea, les mains sur les hanches en examinant les parois des yeux et des mains, curieuse de découvrir ce qui avait amené Ars à en faire une analyse si minutieuse en peu de temps.

- J'atteins bientôt ma trentaine. Elle décroche son regard de la cavité pour tourner les yeux vers lui et le détaille un instant de la tête aux pieds. Vous n'avez pourtant pas l'air si vieux, souriait-elle. Vous parlez comme si cela se comptait en centaines. Cependant... Il est vrai qu'une seule année d'expérience riche peut terrasser celle de quiconque n'a que ce peu d'écart. Ce n'est d'ailleurs pas qu'une question de temps. Je vous ai parlé de mon frère, il y a quelques minutes. Depuis qu'il voue sa vie à son foyer, il se déconnecte de la réalité extérieure et ne s'y adapte que de peu désormais. Je dis ça... Mais moi-même j'ai l'habitude de rencontrer multitudes d'emmerdes. Pourtant, ça ne m'empêche pas de me faire avoir par une meute de loups affaiblie.

Erika laissait ses paroles suivre sa réflexion, ne prenant pas, pour l'heure, le soin d'organiser ses idées. Ces dernières phrases étaient ponctuées d'un ton de dérision, sa frustration envolée pour n'en faire qu'un souvenir déjà anecdotique.
La jeune femme récupérait son soufflet, le bois qu'il restait, et sortait deux torches façonnées à la main de sa grande sacoche. Ravivant le feu avec soin, elle utilisait un peu d'huile pour enflammer prudemment les tissus. Elle récupéra ensuite son épée, soufflant de soulagement de ne pas avoir été touchée par sa main dominante, et tendit une torche à Ars.
Elle dépliait et repliait ses doigts, jouait du poignet et tournait le bras doucement en tout sens, à la fois pour s'échauffer et se rendre compte de l'ampleur des dégâts, et de la douleur qu'elle pouvait supporter. Souriante de se savoir pas encore invalide, elle levait les yeux vers lui.

- A moins que vous ne préféreriez vous reposer avant de partir en exploration ?
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #35 le: Mars 15, 2019, 03:00:27 »

Bientôt de la trentaine, en effet, il avait commencé ses recherches longtemps avant sa naissance. Ah, les enfants... Cela expliquait donc ses questions candides. Et il faisait parti de ces démons qui ne se sentaient pas affectés par le passage du temps, bien que nombre de ses contemporains avaient mal tournés par ennui pervers. Que ce soit vers des guerres, des harems, ou une retraite totale. Ne supportant plus le poids de leur longévité, appelant la délivrance de leurs voeux, à l'appui d'un torpeur sans fin ou d'un intérêt renouvelé pour la vie et le monde. C'était l'une des raisons qui poussaient Ars à voyager, à découvrir et qu'il se laissait volontiers ronger par son ambition. Il avait vu tant des siens devenir des coquilles, supportant plus leur condition qu'en en profitant. Il ne voulait pas que cela lui arrive. Il se l'interdisait !

Erika reparla de son frère. Elle semblait y être attachée, mais l'Ancien y décela quelque chose. Comme un soulagement que ledit frère n'est plus à affronter les mêmes choses qu'elle. Mais ce n'était que pure spéculation.

"Erika... Vous n'avez apparemment pas l'esprit léger concernant votre frère. Est-ce que cela vous déleste d'un quelconque poids de le savoir poser quelque part, et non plus confronter aux dangers de la route ? Il n'a certes plus pied avec tout ce qui l'entoure, mais sa vie est peut-être plus paisible ?"

La voilà qui s'affairait à préparer leur descente dans la montagne. Lui continuait de manger, détruisant le lapin à grands coups de dagues et de dents. Et une fois rassasié, il s'essuya la bouche, les doigts et sa dague avec un linge, avec une certaine noblesse bourgeoise qui ne sied guère à la situation, et attrapa la torche qu'on lui tendit.

"Vous semblez impatiente d'aller voir ce qu'il y a plus en avant. Je m'en voudrais terriblement de vous faire attendre davantage." S'exprima-t-il dans un sourire, notant avec plaisir qu'elle s'échauffait avant de partir vers l'inconnu. "Si vous le voulez bien, je vais ouvrir la marche."

Et Ars partit en avant, cherchant du regard d'éventuelles traces de vie ou d'explication. La torche lui servit de guide, alors qu'on entendit au loin, derrière eux, le tonnerre éclater.
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #36 le: Mars 16, 2019, 09:19:11 »

- Vous avez faux cette fois-ci, souriait-elle.

Erika ne répondait pas tout de suite à ses questions en détails, comme si elle ne les avait pas entièrement entendue. Elles restaient néanmoins tapies dans un coin de son esprit, le temps de se préparer pleinement à reprendre une activité physique.
Elle le trouvait tout de même bien curieux, malgré le fait qu'il lui ait exposé cette personnalité quelques minutes plus tôt. En tous points, la jeune femme ne trouvait pas ses soucis quotidiens particulièrement intéressant, surtout pour un inconnu, après tout.
 
- Si vous le voulez bien, je vais ouvrir la marche, avait-il conclu.

Elle hocha la tête et lui ouvrit le passage en se décalant d'un pas et d'un signe de la main. Alors qu'ils commençaient à s'engouffrer un peu plus en profondeur dans la cavité, Erika observait les lieux d'un air distrait, ne constatant pour l'heure aucune différence notable. Seule l'humidité s'intensifiait, quelques gouttes tombant, une par une, perçant le silence religieux des environs.

- Prendre la route n'est pas plus dangereux que de vivre en pleine civilisation... finissait-elle enfin par répondre, la voix posée, presque dans un murmure. Se penser en meilleur sécurité entre quatre murs est une illusion ridicule. Dans la nature et dans les différentes villes, je rencontre diverses personnalités, des plus ignobles aux plus étranges, tout comme de nombreuses bêtes et créatures, ou je dois faire face à une flore capricieuse. Mais les humains, entre eux, valent tout autant de danger que tout cela. Ils sont impitoyables et s'égorgeraient salement pour un bout de pain.

L’écho de leurs pas s'étendait bruyamment dans l'ensemble de la galerie. Erika considéra les alentours et abaissa sa voix, pensant qu'il serait préférable de ne pas attirer quiconque ou quoi que ce soit habitant ces lieux.

- Récemment, je me suis faites sermonner d'avance pour quelque chose dont je n'avais pas tellement l'intention. Mes neveux semblent attachés à mes histoires d'escapades, alors que leur père cache les siennes sous les paroles de Sainte Marie leur mère. Sa voix se teintait d'une légère amertume, qu'elle réfréna aussitôt. Comme si j'allais les enlever ou les forcer à me suivre. Ils feront bien ce qu'ils leur plait, au bout du compte. Erik devra se faire à l'idée qu'un jour, il ne pourra aller contre leurs envies.

La jeune femme repensait aux mots qu'elle avait eut envers lui. Il lui avait paru ridicule de lui demander d'éviter de faire germer ses idées dans la tête de ces enfants. Mais qu'était-il en train de faire, de son côté ? Les restreindre à l'idée qu'il n'existe que leur ville, et rien d'autre d'intéressant ? Leur père rejetait pourtant ce manque de liberté de choix. Et en tant que véritable fils de David, Erika aurait pensé qu'il aurait été moins con.
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #37 le: Mars 16, 2019, 09:53:15 »

Poser des questions était un bon moyen de savoir. Plutôt que de se perdre en spéculation, et son temps aussi par la même occasion, il préféra soulever une hypothèse, et attendre d'Erika qu'elle réponde à l'énigme qu'il n'avait même pas pensé à poser. L'Ancien avait quelque sympathie pour la Dame. Elle était jeune, naïve, et sûrement pleine de défauts, mais savoir qu'il y avait plus à craindre des gens civilisés que de la nature... Lorsqu'elle s'épancha sur le sujet, il demeura d'un mutisme total. Il ne la regardait même pas, concentré sur son avancée. Son observation se fit moins précise, attentif aux dires d'Erika, qui démontrait une certaine forme de sagesse.

Elle se tut un momnet, mais Ars ne dit rien pou combler le silence, ou même la regarder. Il était possible qu'elle décide de parler davantage, et c'est ce qu'elle fit. La Dame reparla encore de son passé, de sa famille. Il eut un instant de surprise en se rendant compte que frère et soeur s'appellaient Erik et Erika. Bien piètre imagination des parents. Ou le fruit du hasard, elle n'avait pas mentionnée que son frère était biologique. Lorsqu'elle donna l'impression réelle d'avoir fini, il s'arrêta après quelques pas. Lentement.

Le Démon se retourna partiellement, le regard dur. Il la détailla, la jaugeant sérieusement. Elle avait un certain manque d'expérience de la vie, mais elle avait évoquée à plusieurs reprises des faits et des idées qui étaient précieux au coeur de celui-ci. Le vent souffla d'autant plus fort, faisant vaciller les flammes des torches, et les cheveux d'ébène et d'ivoire des voyageurs. Ses yeux se fixèrent sur les siens pour finir, la défiant de soutenir son regard. Qu'adviendra-t-il de toi ?

Et l'Ancien se retourna. Il se remit avec la même lenteur en marche. Aucun mot ne quitta ses lèvres, et le silence ne se retrouva que peu perturber dans ces galeries creuses et humides. L'écho des pas s'intensifia peu à peu, et il fut évident de voir que les parois s'écartaient, faisant ainsi un passage plus large. Le lieu qu'ils découvrirent était immense, telle une ouverture dans la montagne. La galerie devant eux était creuse et profonde. L'on en voyait ni le fond du gouffre, ni le sommet d'où filtrait quelques filets d'eau qui s'écoulaient. La pluie s'était visiblement intensifiée au-dehors. Le chemin sur lequel ils marchaient était suffisamment épais pour progresser prudemment, mais l'endroit laissa l'impression d'un massif rocheux éventré à l'Ancien. La visibilité n'était pas bonne pour l'instant, et leur audition était assaillie par les bruits de la nature et de la caverne. Un claquement de langue agita alors Ars, comme seul son qu'il ne put faire pour l'instant, tandis qu'il observait partout autour de lui, faisant assez de place pour qu'Erika puisse avancer sans risquer de chuter.
« Dernière édition: Mars 16, 2019, 10:39:48 par Ars Cimiterio » Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #38 le: Mars 17, 2019, 02:28:52 »


Au fur-et-à mesure de leur marche, que ce soit avant, pendant ou après avoir parlé, Erika levait souvent les yeux vers Ars, comme pour essayer de comprendre ses réactions. Lorsqu'il s'était retourné, laissant flotter un instant du silence le plus étrange qu'elle ait pu connaître, Erika s'était arrêtée et avait soutenu son regard, sourcillant légèrement et la tête inclinée. Une sensation étrange lui parcouru la nuque, mais allez savoir ďoù cela venait.

La marche reprit son cours, toujours sans réponses. Lorsqu'ils débouchèrent sur une obscurité nette, Erika s'avança de quelques pas pour constater l'ampleur de ce vide humide. Immobiles un instant, elle retira son gant a l'aide de ses dents, l'autre main occupée par la torche, et claque un coup des doigts. Le son se répercuta longuement jusqu'à disparaître on ne savait où, et à cela elle exprima une moue intriguée.

- Hm. Soit une grosse bête, soit l'antre de plusieurs. Nos torches ne vont pas tenir longtemps, surtout dans cette humidité.

L'envie de continuer l'étreignait  autant que sa raison lui intimait de faire demi tour. Mais était-ce réellement mieux a l'entrée ?

Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #39 le: Mars 17, 2019, 08:06:51 »

L'endroit était démesurément grand pour deux personnes. Le coeur d'une montagne était véritablement impressionnant, et l'écho amplifiait cette sensation de gigantisme. La Dame qui l'accompagnait pensa à des diverses hypothèses immédiatement, et il n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle voulait. Qu'à cela ne tienne, lui, voulait avancer et avec autant d'espace, dégainer une épée ne serait pas un problème. Plus confiant que dans le long couloir qui les avait déposés ici, il s'aventura seul un peu plus loin, jusqu'à trouver le bord d'un précipice. Il en avertit Erika sur le champs, et se faisant, il attrapa une pierre qu'il laissa choir. Cela mit près de 2 secondes. La hauteur devait être moindre à 50 mètres.

"C'est profond ici, Erika, la chute serait fatale. Avec le manque de visibilité et l'humidité, ne te précipites pas." Dit-il sur un ton plus autoritaire que son monocorde qu'il avait jusqu'à maintenant. Sans doute ne voulait-il pas avoir à la regarder dégringoler dans le vide. Il continua d'examiner le sol près de bord, et reprit plus calmement. "J'ignore quoi, mais oui. Quelque chose vit ici, et nous sommes au centre de son territoire. Ou du leurs, comme tu le soulignes."

L'Ancien n'usa pas de sa magie pour étendre sa conscience, comme il le fit pour trouver le lapin. L'endroit était grand, et cela nuirait à l'investigation de potentielles traces. De plus, il espérait que la jeune femme puisse lui dire quelque chose. Lui avait déjà des connaissances, il savait comment chercher, mais dans son cas à elle, elle devait encore faire ses preuves. Et le Démon avait hâte d'être surpris par ce qu'elle pourrait bien lui révéler sur cet endroit.
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #40 le: Mars 17, 2019, 09:09:49 »

Erika tournait de nouveau un regard sourcillant envers lui, se demandant depuis quand avait-il décidé de la tutoyer. Pas que la chose l'avait dérangé, elle devait même s'avouer n'y accorder que peu d'importance, mais il lui arrivait rarement de changer ce type de politesses en une heure de temps. "La vie est pleine de surprise..." se répétait-elle, phrase qu'elle avait prononcé un peu plus tôt.

Lorsqu'il trouva le bord d'un précipice, Erika abandonna son recoin pour le rejoindre et y jeter un coup d’œil à son tour. S'accroupissant, les coudes sur les genoux, elle pencha légèrement la tête par-delà le vide pour considérer la chose. Plissant légèrement les yeux et le front, elle comptait sur son excellente vision, pour y déceler, peut-être, quelques petites formes se dénoter où que ce soit, mais c'était peine perdu. Quoi que ce soit se planquait en contre-bas n'avait, à priori, pas grand chose à craindre.

- Nous faisons un bruit monstre depuis tout à l'heure... murmurait-elle, rabattant ses mèches de cheveux gênants son visage derrière les oreilles. Et pas un bruit. Le souffle s'engouffre de l'entrée de la cavité et tournoie au fond, continuait-elle en pointant de son doigt ganté. Elle s'asseyait ensuite au sol et laissa le talon de sa botte glisser de quelques millimètres au bord du gouffre, comme pour se rappeler de cette limite durant sa réflexion, et repérer où était le point où elle pourrait glisser. Je le suppose cependant. L'air ambiant, refroidi, nous attire vers le fond. Ce qui veut dire soit que la seule entrée se trouve là où nous avions trouvé repos... Soit qu'il y a une seconde source de courant d'air en plein milieu, tout en bas. Quoi qu'il en soit, ce n'est rien de grand. Et vu l'odeur... Erika plissait du nez plusieurs fois alors qu'elle parlait, repérant des senteurs qui lui étaient peu agréables. Si ce sont bien des créatures multiples, j'ai l'impression qu'elle sont en posture défensive. Sans lumière, on va s'en prendre plein la tronche. Si on remonte, on pourrait espérer qu'on nous laisse tranquille... Mais qui sait si ça peut organiser une quelconque attaque préventive ?

Erika exprima un long et profond soupire, teinté autant d'une réflexion intense et d'agacement. Se relevant, elle éclaira le visage d'Ars un long moment dans le silence, figeant ses yeux dans les siens, sans pour autant sembler poser de question. Elle avait la forte impression d'être testée, observée comme une enfant en pleine expérience, et cette sensation ne lui plaisait guère si elle n'était pas dite. D'un autre côté, il y avait ce côté curieux, et cette manière d'alterner entre ces quelques rares sourires et son expression impénétrable, ou ses pointes d'agacement, difficilement perceptibles.
Erika considéra sa manière de s'adresser à lui un instant, mais décida finalement d'aller en son sens.

- Tu es voyageur qui brasse des connaissances depuis bien avant ma naissance, rappelait-elle, le ton neutre. Alors que sais-tu faire, et que juges-tu de mes mots ?
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #41 le: Mars 17, 2019, 10:37:21 »

"Un ramassis d'inepties proférées avec le ton de la Vérité. C'est navrant."

Ars avait eu la forte envie de le lui dire, ne serait-ce que pour faire disparaître cet air insolent dont elle se parait le visage depuis une minute. Mais elle avait vu juste sur plusieurs points entre les lapalissades énoncées. Elle semblait plus à l'aise à jauger le terrain qu'à anticiper un mouvement chez un adversaire inconnu. Cela s'apprenait. Le Démon la regarda aussi longtemps qu'elle le dévisageait, tiquant quand elle le tutoya. Mais il l'avait fait avant. La fatigue, ou l'inattention, sans doute. Il manque de retenir le soupir qui lui glissa des lèvres. Revenir sur le vouvoiement ainsi serait étrange, malavisé. De quoi lui faire se poser d'autres questions et la distraire dans une situation qui demandait pleine attention. C'était ça le problème de voir tout le monde comme des enfants, s'adressait à eux était compliqué.

"Ce que tu dis sur cette cave me semble juste, mais ta remarque sur les potentiels mouvements de notre adversaire revient à dire que l'on ne sait pas, parce que l'on ignore. Mais bel effort, Erika."

L'Ancien s'en retourna pour regarder le sol. Depuis tout à l'heure, il avait remarqué quelques poils sur la route pour venir jusqu'ici. Sombres, raides et épais. Les fragrances de ces lieux étaient désagréables et laissèrent en effet supposés qu'il y avait moult vermines ici.

"Il s'agit d'une variété de taupes. Elles n'attaquent pas si elles ne se sentent pas menacées, mais notre présence sur leur territoire les incommode. L'odeur d'animaux, sûrement des excréments en contrebas. Des poils, le milieu montagneux, l'absence de lumière. Je suis quasi certains de cela. Mais ne te méprends pas. Leurs griffes sont assez puissantes pour creuser la roche et leur odorat est incroyable."
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #42 le: Mars 18, 2019, 06:01:32 »

Ce petit laps de temps avant sa réponse, aussi court fut-il, lui avait suffit. Quelques micros-expressions, force d'habitude, lui firent se dirent qu'elle n'avait pas croisé le chemin d'un humble voyageur comme elle aurait pu en croiser auparavant, mais Erika ne se sentait pas d'approfondir le sujet au-delà de ce léger doute. Se détendant les traits du visage, la jeune femme se sentait légèrement intrusive, peut être même un peu trop. Sa neutralité disparu sous un sourire plus serein et un légèrement plus jovial lorsqu'elle porta de nouveau ses yeux vers l'obscurité.

- Je ne sais si leur odorat leur servira longtemps à grand chose... soufflait-elle malgré tout. C'est encore assez léger, mais j'ai sentie autre chose. J'ai tout autant l'impression d'avoir été suivie, tout comme je ne pense pas que ces bestioles ne se cachent que de nous. Mais peut-être n'est-ce pas si important, concluait-elle en parcourant le peu de visibilité une nouvelle fois des yeux.

Erika sentait l'instinct difficile à concrétiser, pourtant son odorat ne la trompait pas. Quelque chose la perturbait, sans arriver à mettre la main dessus, mais les torches commençaient à faiblir, et il était sans nul doute temps de rebrousser chemin.
Journalisée
Ars Cimiterio
Avatar
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 33



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #43 le: Mars 18, 2019, 08:18:33 »

Le vent caverneux charriait avec lui les odeurs des animaux, mais aucun son. Le Démon pensa négligemment au trépas de l'espèce par une quelconque raison, mais il rejeta cette idée bien vite. L'odeur serait pestilencielle, annonciatrice de corps en décomposition. Et Ars aurait reconnu de telles effluves. Il aurait même difficilement pu l'ignorer. Sans compter toutes les autres raisons qui rendaient cette hypothèse fausse, comme aucune trace de prédateur visible, ou un éboulement n'aurait pas suffit à tous les tuer. Erika montrait quelques signes d'inquiétudes, et sa curiosité fut mise à mal. Visiblement, son instinct de survie n'avait pas totalement disparu, et l'Ancien nota bien ce qu'elle disait. Il attendit qu'elle parla, mais rien. La situation la rendrait-elle nerveuse au point de ne savoir endurer ? Étrange, le Démon aurait juré qu'elle avait plus d'expérience de terrain que cela. Sans doute qu'elle évitait les voies aussi mal fréquentées d'ordinaire.


"Parles moi, Erika, qu'as-tu vu ou entendu ? Qu'as-tu ressenti pour croire qu'il y a autre chose ? Ce n'est pas le moment de te perdre dans tes pensées. Parles clairement, et fort."


Agissant comme un mentor, l'Ancien s'agita pour essayer de comprendre par lui-même ce qu'elle décrivait. Disposait-elle d'une prescience capable de sentir le danger ? Un sixième sens ? Un courage aussi friable que du calcaire ? Les hypothèses sur la raison des paroles de la Dame et du calme de la grotte se superposèrent dans l'esprit du Démon, le distrayant quelque peu. Il le savait. Et c'était suffisant pour louper un indice. Malgré tout, il ne percevait rien. La foudre tonna au loin, étouffée par la pierre, et les flammes des torches vacillèrent de plus belle. Ars jeta un bref aperçu à leurs uniques sources de lumière avec un regard sévère, avant de fixer la jeune aventurière, curieux et pressé d'entendre ses réponses.
Journalisée
Erika Landry
Humain(e)
-

Hors ligne Hors ligne

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #44 le: Mars 18, 2019, 10:20:22 »

- Tu n'as donc pas senti ?

Erika le fixait un court instant, quelque peu surprise. Pourtant, il lui avait semblé qu'il avait déjà perçu ce qu'elle n'avait encore ni vu, ni exprimé, mais elle s'était peut-être trompée. Ce n'était d'ailleurs pas la première fois que ce genre de situation lui arrivait, mais elle avait toujours perdu de vu ses interrogations quant à cette étrange capacité.
Restant parfaitement calme, elle revint sur ses pas et se pencha de nouveau par-dessus le précipice, faisant monter l'air d'un signe de la main pour illustrer ses propos.

- C'est encore plus faible que plus tôt... Mais parmi les odeurs de fourrures, on sent clairement quelque chose de curieux. Même, ça pique le nez, un peu comme des agrumes, mais qui sentent mauvais... A ces mots, la jeune femme se redressa, plissant du nez une énième fois. J'avais senti ça une fois sur le chemin, juste une fois. J'ai pensé que ça aurait pu être une flore interne. Quant à cette impression d'avoir été suivie... Je ne saurais en dire plus.

La lueur des torches vacillait fébrilement. Erika tendait l'oreille, faisait attention à tout ce qui l'entourait, mais cette sensation de présence, bien qu'encore faiblement perceptible, ne se manifestait pas plus que cela.

- On devrait faire demi-tour, avant de nous retrouver dans le noir complet. J'ai un mauvais pressentiment.
Journalisée

Tags:
Pages: 1 2 [3] 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox