Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Mienne. [PV : Jessica Lou]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry
Inscrivez-vous

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 15 vendredi 06 avril 2018, 01:48:13

Évidemment, Leslie trouvait que c'était une sage décision. Après tout, c'était certes ma perversité qui m'avait mise dans cette situation, pensais-je, mais la proposition venait d'elle. N'était-ce pas, malgré tout, une erreur ? En tout cas, ça n'en restait pas moins étrange. La fidélité, l'exclusivité, était quelque chose de courant, et presque toujours requis, au sein d'une relation amoureuse. *Sauf quand on s'appelle Jessica Lou...* Pourtant, nous n'en étions pas là. J'avais accepté d'être sienne, de m'abandonner entièrement à elle. Ce n'était pas quelque chose d'anodin, et même si l'idée était assez plaisante, même si son amitié m'était précieuse, je ne pouvais m’empêcher de douter un peu.

Que comptait-elle faire de moi ? Une question légitime, que je gardais pour moi, en me contentant de la regarder dans les yeux, éprise par le désir et l'admiration. Elle parvint quand même à me donner un début de réponse, tout aussi silencieusement, à travers un sulfureux baiser, auquel je répondis avec passion. Tendrement lovée contre elle, mon corps remuait lentement, dans son étreinte douce et chaleureuse, tandis que ma langue se montrait beaucoup plus fougueuse, et s’emmêlait autour de la sienne, la taquinait, la caressait. Je me laissais aller à l'embrasser, à savourer la douceur de ses lèvres, de son corps pressé contre le mien, de ses caresses attentionnées, qui embrasait mon désir et me faisait fondre peu à peu.

« Mmmhh... Leslie... ahhh... »

Je me mordillais la lèvre inférieure, toute excitée. Sa promesse de s'occuper de moi était on ne peut plus audacieuse, au regard de mon expérience, mais je me sentais tellement bien entre les mains de Leslie ! Cela ne faisait aucun doute qu'il ne s'agissait pas de parole en l'air. Je dirais même que j'en trépignais d'impatience... j'en voulais plus, j'en désirais plus, même si ses caresses commençaient déjà à me rendre folle.

« Mmmhh... »

Je gémissais faiblement face à l'habileté de ses mains, mes tétons durcissaient sous ses doigts, mon corps entier frémissait à son touché. Elle finit par se déshabiller, d'un simple geste, retirant son seul vêtement pour se retrouver en tenue d'Eve. *Qu'elle est belle...* songeais-je, brièvement, avant qu'elle ne reparte rapidement à l'assaut de mes zones les plus sensibles, les couvrants de douceurs et de tendresses. C'était si bon !

Elle entreprit également de me déshabiller, et j'arquai mon dos pour l'aider avec mon haut, qu'elle ne leva que partiellement, juste assez pour exhiber ma propre poitrine. Elle était certes plus ronde et plus généreuse, mais ce n'était pas comparable, Leslie était clairement bien plus séduisante que moi, à mes yeux. Aussi, ses compliments me touchèrent beaucoup, et me firent rougir, si tant est que je n'étais pas déjà toute rouge, tant ses caresses me donnaient chaud.

« M-mmh-merci... haaan... »

Les mains crispées sur les draps, je remuais faiblement sous le corps de ma copine, me tortillais de plaisir. Elle s'emparait progressivement de mon corps, se l'appropriait, me tripotait à loisir, et j'adorais ça ! La respiration saccadée, entrecoupée de gémissements, je la laissais faire, et profitait de ses délicates attentions, qui me poussaient à bout, petit à petit...

« Gnn-aaah... mmh ! »

Lorsque sa main descendit en direction de mon entrejambe, et s'attarda sur mon intimité, elle m'arracha un petit couinement, que j'étouffais en me mordillant la lèvre. Sous ma jupe, ma culotte était trempée, et mon bas-ventre irradiait d'une chaleur presque envahissante, irrépressible. Ce que c'était bon... et frustrant ! Le simple contact de ses doigts à travers les épaisseurs de tissus éveilla mon désir dans toute son intensité, et me fit craquer. Je n'en pouvais plus, j'étais simplement trop excitée...

Je remuai brusquement des hanches, et roulai sur le lit, emportant Leslie avec moi, pour m'allonger au dessus d'elle. Tout aussi brusquement, je vins l'embrasser, avec une passion ardente, plaquant mes lèvres contre les siennes. Je n'étais plus simplement chaude, ou excitée, j'étais devenue véritablement bouillante. Pendant que je m'empressais de retirer ma jupe et ma culotte, à la hâte, ma langue franchit la frontière de ses lèvres et alla furieusement remuer contre sa consœur. Je portais encore mes bas montant jusqu'au genoux, qui se frottait sensuellement aux jambes de Leslie, mais ma vulve était mise à nue, et sans attendre davantage, je me pressais contre elle, m'allongeant de tout mon long contre la lycéenne.

« Mmh ! ♥ »

J'étais devenue incontrôlable. Sa proposition d'être sienne passait au second plan, la seule chose à laquelle je pensais, maintenant, c'était de lui faire l'amour, de soulager mes pulsions. Impossible de rester calme ! Mon tempérament actuel contrastait très clairement avec l'ambiance très douce et affectueuse initiée par Leslie plus tôt, mais c'était le dernier de mes soucis en ce moment. Refusant toujours de rompre notre baiser enflammé, l'une de mes mains s'étant glissée derrière sa nuque pour mieux l'embrasser, et je glissai une jambe entre les siennes, ou la sienne entre les miennes selon le point de vue. Dans tous les cas, sa cuisse était maintenant à portée, et je pu rapprocher mon bassin, venir y presser mon intimité toute mouillée.

« Haaan... »

Un long gémissement de plaisir accompagna mon mouvement, suivi de nombreux autres, plus intenses, notre baiser rompu mais nos visage extrêmement proches. Je voulais prendre mon temps, mais c'était si bon que je ne tardai pas à me déhancher fougueusement contre elle. Ma vulve se frottait sans répit contre sa cuisse, la mouillait de ma cyprine, tandis que je me cambrais pour mieux effleurer mon bourgeon de plaisir. Même dans mon état second, je ne laissais pas Leslie en reste non plus, et lui offrais les même caresses, me pressant contre son intimité. J'étais prise d'une telle frénésie que je ne lui laissais pas beaucoup le choix. Ma main libre se balada sur son épaule, avant de venir s'emparer de l'un de ses seins, le masser longuement, lui pincer fermement le téton. Blottie sur elle, la douce chaleur de sa peau contre la mienne m'excitait davantage, et je me laissais complétement aller en sa compagnie, guidée par l'intensité de mes pulsions.

« C'est si... mmh ! ... Leslie... ♥ »

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 16 lundi 09 avril 2018, 23:10:41

Pour une fille s’étant toujours dis être hétérosexuelle, Leslie trouvait justement, qu’elle était assez à l’aise avec le corps d’une femme entre les mains. En effet, après avoir inversé les positions, Leslie se retrouva assaillit par Jessica ; sa langue profana tendrement sa bouche tandis qu’elle retira sa jupe et sa culotte. Les deux tourterelles s’en allèrent ensemble dans un long et sulfureux baiser qui les transportèrent ailleurs, dans un monde de douceur, de fougue et de délice. Leslie se laissait faire, emportée par la fougue de son amie, qui plantait encore et encore sa langue entre ses lèvres. « Mmhh ... » Ronronnait-elle contre elle, l’embrassant sans fin.

Elle finit toutefois par sentir toute la chaleur du corps de Jessica l’envahir, surtout quand celle-ci commença à frotter son entrejambe contre sa cuisse. Leslie eut un délicieux frisson quand les bas de Jessica caressèrent ses jambes nues, mais elle en eut encore un autre en sentant son sexe délicat frotter sa jambe. Elle était impatiente, et ça se voyait ! Elle désirait tellement qu’on s’occupe de son bourgeon, cela se sentait. Quand elle s’allongea complètement contre elle, Leslie l’entoura tendrement de ses bras, la plaquant davantage contre elle, caressant et même griffant doucement son dos. « Hmmm, Jessica ! » Gémit-elle de sa douce voix, adorant ce qui était en train de se passer.

Que dire de cette main qui se balada sur sa délicate épaule, pour finir par descendre sur son sein, afin de le taquiner, de le provoquer, de déclencher chez Leslie de délicieuses et furieuses sensations. Elle en eut des frissons et une chaleur intense commença à s’éprendre d’elle, surtout au niveau de sa poitrine ... Et son sexe, qui était également choyé par la cuisse de Jessica. Tout cela excita énormément la maitresse des lieux qui embrassait encore et toujours son amante, sans répit, défoulant toute sa frustration, tout son désir pour elle, dans sa bouche. Mais bientôt, même avec tout ce délice, cela ne suffit guère. Leslie se redressa, puis usa de ses mains dans le dos de sa chérie pour lui retirer tout son haut, libérant ainsi la totalité de son buste.

On pouvait alors croire que, son visage juste en face de sa généreuse poitrine toute tendre, elle l’aurait assailli de baisers et de coups de langue. L’envie était là ... Mais, elle avait une autre idée, qui ferait bien plus plaisir à Jessica. Et à elle-même. Leslie la repoussa subitement, l’obligeant à s’allonger en face. Ne lui laissant aucun répit, Leslie bondit sur elle, ou plus précisément, bondit de manière à avoir son visage contre sa poitrine. « Il est temps que je te montre réellement ce que c’est, d’être mienne. » Lui dit-elle d’un ton naturel, un peu taquin. La jeune femme déposa un savoureux baiser au creux de sa poitrine, puis un autre, sur son sein, pinçant très tendrement son téton entre ses lèvres. Mais, sa poitrine n’était pas sa cible. Pas encore. Au lieu de s’y attarder, Leslie commença à descendre, tout en baisers. Ce fut ainsi que la fille commença à doucement embrasser son ventre, goûtant à sa peau aussi délicate que la porcelaine, à sa douceur et sa saveur infinie.

Jessica pouvait alors se douter où Leslie désirait aller. L’étudiante finit par avoir ses lèvres juste au-dessus de son sexe, son souffle chaud percutant contre sa perle intime. Dans un mouvement lent, mais transpirant de sensualité, Leslie commença à déployer sa langue pour venir faire de petites caresses linguales sur ce bourgeon. « Laisses-toi aller, ma chérie. » Lui dit-elle du bout de ses lèvres, qu’elle approcha finalement, venant caresser ce point sensible avec, tout en continuant de jouer avec sa langue dessus. En parallèle, Leslie approcha sa fine main et, du bout de ses doigts de Fée, commença à caresser les pourtours des lèvres intimes de Jessica. Elle jouait avec, les dessinait, les caressait, approchant de son entrée si intime et secrète, sans jamais franchir le seuil pour autant. Il fallut quelques minutes pour que la taquine Leslie commence enfin à doigter très finement et soigneusement son amie, jouant ainsi de concert entre ses doigts et sa bouche pour la faire craquer, lui apportant tout le plaisir qu’elle pouvait à cet endroit-là ...
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 17 mercredi 02 mai 2018, 20:28:03

C'était intense, et terriblement excitant ! Subjuguée par un plaisir croissant, je remuais mon corps contre celui de Leslie, me frottais à elle, avec une passion ardente, tout en partageant avec elle ces délicieuses sensations. Entre nos caresses et nos baisers, je lui faisais l'amour, tout simplement, aussi étrange que cela puisse paraitre au regard de la situation. Je ne ressentais aucun malaise, aucune gêne, seulement de la tendresse, et du plaisir, en sa compagnie. Et c'était si bon ! Sentir Leslie être aussi réceptive, prendre son pied autant que moi, exacerbait mon excitation, si bien que ce ne fût plus suffisant. Je redoublais de vigueur, allongée au dessus d'elle, le souffle court et haletant, le regard éperdument plongé dans le sien, à travers mes lunettes tombant à moitié tant je remuais d'excitation.

« Leslie... ? Haa ! »

Surprise, je tombais à la renverse, repoussée par mon amante. Allongée sur le dos, cette dernière en profita pour me grimper dessus, et inverser ainsi nos positions. Je lui souris, et acquiesçai à ses propos, à une promesse dont la perspective était si excitante que j'en frémissais d'impatience. Avec tout ça, j'en avais presque oublié l'essentiel. Je voulais être sienne, je voulais qu'elle me montre, je le désirais ardemment. Ainsi, en dépit de mes ardeurs, je parvins à me retenir, un peu, et caressai tendrement ses cheveux pendant qu'elle s’attelait à embrasser mes seins, goûter mes tétons aux pointes durcis de plaisir. Je dis bien un peu, car je ne pouvais pas m'empêcher de remuer mon bassin, et de frotter mon entrejambe humide à la moindre parcelle de sa peau que je parvenais à approcher, comme une chatte en chaleur. Leslie entreprit néanmoins de descendre, avec une lenteur aussi frustrante qu'excitante, déposant ses baisers le long de mon ventre, qui remuait au rythme de ma respiration haletante. Elle se rapprochait inexorablement de mon intimité, de toute évidence, et l'attente en était insoutenable, si bien que je finis par craquer, et poussai d'une main la tête de Leslie, accélérant sa course sur les derniers centimètres qui la séparait de sa destination.

« Mmmhh... ♥ »

Un doux gémissement s'échappa d'entre mes lèvres, en ressentant cette excitante proximité entre mon intimité et son visage, les caresses chaleureuses de sa respiration. Un gémissement qui gagna en intensité lorsque s'ajoutèrent les caresses de sa langue, lentes et appuyées. Terriblement lente. Au point que je frétillais et remuais mon bassin, pour mieux sentir les douces caresses de Leslie.

« Laisses-toi aller, ma chérie. »

Sa voix mielleuse était envoutante, et son injonction des plus tentantes. Inutile de me le redire deux fois. Mon excitation monta de deux crans lorsqu'aux coups de langue vinrent s'ajouter les effleurements de ses doigts. Je gémissais de plus belle, submergée de délicieuses sensations, et écartais les cuisses pour lui laisser le champs libre, ramenant mes genoux vers mon ventre et exhibant sans pudeur mon intimité, la vulve luisante de mon nectar, qui ne demandait qu'à être butinée.

« A-aah... mmmh... oh, Leslie... mmmh ! »

Elle me procurait un bien fou, et je ne m'en cachais pas, gémissant sans restreinte. Chacune de ses caresses me rendait un peu plus folle de plaisir, provoquait de doux frissons. Je me tortillais sur les draps, toute excitée, les mains crispées, tout en profitant de ses tendres et délicates attentions. Mon amie prenait soin de moi, de la plus fabuleuse des façons, et j'adorais ça. Ma poitrine se soulevait erratiquement, au rythme de ma respiration haletante. Je ne tenais plus en place, c'était tellement...

« Mmmmhh ! ♥ »

Incapable de résister à l'appel du plaisir plus longtemps, je me laissai aller, et finis par jouir sous les caresses de Leslie. Dans un long gémissement, mon corps tressaillit, comme électrisé, tandis que ma cyprine giclait avec indécence sur son visage. J'étais sur un petit nuage, l'espace de quelques instants, et m'y sentait terriblement bien.

« Haaann... »

En retrouvant mes esprits, un petit moment plus tard, je me rendis compte que je n'étais pas apaisée, loin de là même, j'étais encore follement excitée ! Beaucoup trop pour me contenter de cet orgasme, ou d'attendre docilement que Leslie m'en offre un autre. Prise d'une envie subite et incontrôlable, je tendis les bras pour venir prendre la tête de mon amie, et venir la blottir avec insistance contre mon intimité, ruisselante de cyprine. C'était très agréable de sentir à nouveau son visage au contact de mon jardin intime, mais je réalisai que ça ne l'était pas autant que je l’espérai. Et mon excitation devenait insoutenable...

Je finis donc par changer de position. Pivotant d'un mouvement de hanche, j'entrainais Leslie avec moi, qui se retrouva ainsi sur le dos, et moi au dessus d'elle, à ceci près que mon bassin était resté au niveau de son visage. Ainsi, en me redressant, je me retrouvais assise à genoux au dessus d'elle, sa tête entre mes cuisses, et mon intimité se pressant doucement contre son visage. Cependant, cette fois, je pouvais pleinement contrôler la situation, à défaut de mes pulsions. Je ne tardai donc pas à en profiter, et à me déhancher au dessus d'elle, à frotter mon intimité contre son visage, qui glissait sur la mouille les séparant. J'étais véritablement aveuglé par le plaisir, et ne portais pas beaucoup d'attention à ce que je faisais, ou à ce que Leslie pensait. La seule chose qui comptait, en ce moment, c'était mon excitation, et mon envie de ressentir un nouvel orgasme, ce qui n'allait pas tarder, avec ou sans la contribution de Leslie. Je remuais frénétiquement, assise sur elle, poussant des gémissement à la hauteur des vagues de plaisir que je ressentais.

« Aaahh ! Mmmhh ! Aaahh ! Aaahh ! ♥ »

Leslie était bloquée entre mon bassin et mes jambes, mes bas effleurant ses joues, pendant que je m'offrais un cunnilingus contre son visage, mes mains crispées contre ses cheveux. C'était à se demander si ce n'était pas l'inverse, à savoir elle qui était mienne. Une considération finalement anecdotique, dans la mesure où je sentais le plaisir me subjuguer rapidement, omniprésent dans mon esprit, jusqu'à atteindre un nouvel orgasme, puissant et intense. Des spasmes s'emparèrent de mon corps, et dans un ultime gémissement, je m'effondrais d'épuisement sur le coté, non sans avoir abondamment mouillé, recouvrant une nouvelle fois Leslie et son visage de ma cyprine.

« Han... Leslie... c'était... »

Les mots me manquaient. En partie à cause de mon esprit absent, encore euphorique, mais surtout en raison de mes sentiments contradictoires. D'un coté, c'était génial, indéniablement, en tout cas pour moi. J'avais pris mon pied, même si j'avais aussi un peu perdu les pédales par moment. Et, donc de l'autre, c'était plutôt gênant, voire honteux. *Bon sang, Jessica !* Frappée par un moment de lucidité, je me rendis compte de ce que j'avais fait. Et c'était terrible. Pourquoi fallait-il toujours que je gâche tout ! Comme si faire l'amour avec mon amie ne suffisait pas, avec son consentement certes mais quand même, il avait fallu que je perde le contrôle et que... oh la la. J'étais rouge de honte. Je m'étais, assez littéralement, servie d'elle pour me masturber, et lui avait joui à la figure. Deux fois ! Je l'avais forcé, sans me soucier de rien, emportée par mes pulsions.

« Je suis vraiment vraiment désolée, Leslie ! Je... je sais pas ce qui m'a pris... C'était stupide, et... et très égoïste... et vraiment déplacé... je te demande pardon ! »

En voyant le visage de Leslie, luisante de ma cyprine, aussi excitante fusse la vue, je ressentais essentiellement une profonde honte d'avoir abusé de mon amie. Incapable de soutenir son regard, je me retournai, et descendit du lit. Ma lucidité retrouvée était, somme toute, très relative. J'avais beau ne pas être aveuglée par ma perversité, j'étais quand même un peu paniquée par la situation. Ça ne pouvait plus durer, ce qu'il se passait entre nous, c'en était trop. J'enchainais bêtises sur bêtises depuis tout à l'heure ! Leslie m'avait promis de m'aider à me contrôler, mais de toute évidence, ce n'était pas possible, j'étais une cause perdue. Au contraire, même, j'avais l'impression que c'était moi qui la corrompait, ou du moins qui me servait d'elle. C'était terriblement embarrassant. Mes excuses prononcées, j'entrepris ensuite de ramasser mes vêtements éparpillés un peu partout, et de les enfiler rapidement, un peu confuse, avant de me diriger vers le bureau et de récupérer précipitamment mes affaires. Plus vite je quitterais cet endroit, mieux je m'en porterais...

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 18 jeudi 03 mai 2018, 15:02:02

Quelle amante sulfureuse et insatiable, pensait Leslie. La jeune femme était là, le visage entre les cuisses de sa future propriété, à mettre tout en œuvre pour lui apporter le plus de plaisir que possible. Sa langue et ses doigts jouaient de concert pour faire craquer la belle Jessica, pour la faire jouir comme jamais elle ne l’avait encore fait. Leslie sentait que c’était sa première fois avec une femme, et cela l’excitait encore plus. Elle redoubla d’efforts, enfonçant puissamment sa langue entre ses parois intimes, remuant tendrement et langoureusement, tout en jouant de ses doigts sur son délicat bourgeon. Jessica était une amante fantastique, et elle prenait beaucoup de plaisir à lui faire l’amour ainsi ... Même si, elle n’avait pas prévu que sa fougue allait déborder autant.

En effet, alors que son amie finit enfin par jouir, permettant à Leslie de récolter son précieux nectar, imbibant ses lèvres, sa langue et sa gorge avec, Jessica se permit de tenir sa tête pour l’enfoncer toute contre elle. La jeune femme fut un peu surprise par cette fougue mais, aussitôt, replongea ses lèvres contre ses délicieuses chairs féminines, tenant à satisfaire l’appétit vorace de son amie. Elle crispa ses mains contre ses généreuses cuisses mais n’eut guère le temps de faire quoique ce soit qu’elle se retrouva, sans comprendre comment, sur son dos. « Jessica tu ... » Eut-elle à peine le temps de dire, qu’elle retrouva sa tendre amie assise sur son visage, ses douces jambes blotties de part et d’autre sa tête.

Leslie gémit doucement, surprise par tant de fougue, et par tant de hargne. Jessica semblait encore en manque ! La femme commença à frotter son intimité contre les lèvres de Leslie, qui comprit alors ce qu’elle voulait. Un autre orgasme ... Rien que ça. Surprise, elle décida tout de même de céder à son caprice, et enfonça donc bien profondément sa langue, à nouveau. La jeune femme s’amusa donc encore une fois à remuer en elle, crispant bien fermement ses doigts dans ses cuisses, les grattant, les griffant même un peu. Elle aurait pu jouir rien qu’avec tout ceci, tellement c’était excitant ! Tellement elle désirait Jessica depuis si longtemps ... Mais, ce fut cette dernière qui craqua la première, jouissant de toutes ses forces au visage de Leslie qui s’en retrouva complètement imbibée. Elle crispa ses cuisses l’une contre elle et, à son tour, bien que plus modeste et discret, se mit à jouir, à relâcher toute cette tension et cette chaleur à son bas-ventre.

Finalement Jessica bascula sur le côté, visiblement extenuée, laissant une Leslie toute haletante. De sa part, il n’y eut qu’un silence. Un long silence, alors que ses yeux étaient ouverts, fixant le plafond, tentant de se remettre d’une telle fougue. Elle remarqua son amie semblait revenir à elle-même et, immanquablement, tentait à présent de s’enfuir. La maitresse des lieux reprenait son souffle, alors qu’elle passa une main dans sa chevelure, avant d’essuyer son visage, léchant ses doigts pour gouter à la saveur exquise du nectar de Jessica ... La pauvre, elle se sentait toute désolée et honteuse d’avoir forcé Leslie. Mais, se doutait-elle un instant que l’intéressée avait, en réalité, adoré ça ? Mais pour le bien de sa mission, de ses plans, elle devait montrer un peu de stupeur, un peu de réticence à tant de fougue. Allait-elle laisser partir Jessica afin que celle-ci se morde les doigts sur ce qu’elle venait de faire ? Oui. Mais, pas avant un au revoir, à la façon Leslie.

Celle-ci se leva doucement du lit, redressant la belle et luxuriante chevelure. D’un pas léger, son corps délicat fit un bond pour rattraper Jessica. Elle agrippa soudainement son poignet d’une main ferme, autoritaire, l’empêchant de partir. Un échange de regard assez étrange eut lieu, alors qu’elle retourna de force son amie. Son air était un peu sévère, rancunier, comme si effectivement, Jessica avait fait quelque chose de mal. Mais, Leslie continuait de la fixer pendant quelques instants, avant de venir la rapprocher d’elle, d’un geste ferme mais emprunt à une certaine délicatesse. La femme déposa tendrement ses lèvres sur les siennes, la gratifiant d’un baiser haut en saveur et douceur. Elle embrassa très passionnément son amie, éprouvant une dernière fois le touché de ses lèvres contre les siennes, et la saveur suave de sa langue dans sa bouche. Le baiser se termina rapidement puis, revenant à son comportement paradoxal, Leslie lâcha sèchement la main de Jessica, lui offrant un regard noir, sans rien dire. Elle apparaissait presque froide ainsi, alors qu’elle venait pourtant d’offrir un baiser des plus doux et affectif qu’il soit.

Elle attendait que son amie finisse par comprendre et sorte de chez elle. Quand Leslie fut seule, elle soupira d’un seul coup. Elle se dirigea vers son lit puis, constata que dans sa précipitation, sa délicieuse amie avait oublié sa fine culotte. Un malicieux sourire s’afficha sur les lèvres de Leslie, qui se pencha pour la prendre avec soin, avant de la serrer tendrement entre ses doigts, la portant et la plaquant fortement à ses lèvres pour mieux l'embrasser, et en respirer fortement toute la saveur olfactive. « Hm, Jessica ... Ma Jessica ... À moi ... » Dit-elle, seule, blottissant le doux tissu contre elle, encore excitée par tout ce qui venait de se passer. La jeune femme ne put résister à l’envie de finir le travail en faufilant lentement une main vers son entrejambe, pensant très fortement à son amie, et s’imbibant encore de sa sulfureuse chaleur et odeur grâce à ce sous-vêtement. Jessica était tombée dans son piège. À présent, elle était dans ses griffes, et il lui serait très difficile de s’en défaire ! Le lendemain au lycée allait être une journée très particulière, c’était le moins que l’on pouvait dire.
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 19 mercredi 09 mai 2018, 21:51:57

C'était avec une profonde confusion que je m'affairais sur le bureau, à ranger mes bouquins. Rhabillée à la hâte, je ne souhaitais qu'une chose : m'en aller ! Je me sentais bien pourtant, ici, il n'y avait aucun doute là dessus, mais... mais ce n'était pas bien. La belle relation que j'avais commencé à nouer avec Leslie, basée sur l'amitié, était complétement partie en vrille. Et puis, elle m'avait proposé son aide, et j'avais été suffisamment naïve pour l'accepter, pour croire que ça allait changer quoi que ce soit... alors que non, clairement, c'était juste un prétexte de mon subconscient pour lui faire l'amour ! Mais mon dieu ce que ça avait été bon... Non ! Si je restais là je ferais encore de nouvelles bêtises. Il fallait que je sorte d'ici, que je me calme, et retrouve mes esprits. Même si, mmmhh... la vision de Leslie entre mes jambes, s'occupant de mon intimité du bout de sa langue, m'excitait encore follement.

Cependant, avant de partir, Leslie m'attrapa fermement le poignet. Pourquoi ? Venant d'elle, je m'attendais à tout, allant des propos doux pour me rassurer à ceux incendiaire condamnant ma mauvaise conduite. Je craignais ce dernier scénario, à vrai dire, et en devenait rouge de honte, mais je ne lui en aurais pas voulu. La manière dont je m'étais assise sur son visage pour me masturber contre elle était vraiment indécente... et ce n'était même pas la seule chose répréhensible de la journée ! Je m'attendais au pire, donc. Mais, à ma grande surprise, rien ne se passa. Elle ne dit rien, se contentant de me regarder dans les yeux. Un regard noir, froid, et réprobateur, silencieux certes mais qui en disait long sur ce qu'elle pensait. Je me mordis la lèvre, pleine de regret. Mais, surtout, j'étais encore plus confuse, ce silence glaciale ayant été interrompu par un long et tendre baiser, plein d'affection. Complétement perdue, j'y répondis timidement, faiblement, ne sachant trop comment y réagir. C'était agréable, mais inopportun dans une telle situation. M'en voulait-elle ou pas ? Son silence fût la seule réponse à mes doutes, que je n'osais pas formuler non plus, et resta donc silencieuse à mon tour. Le temps passa, nos regards fixés l'une sur l'autre, et un certain malaise s'installa, jusqu'à ce que je finisse par craquer, tournant le dos à Leslie et quittant précipitamment sa maison.

J'avais passé tout le trajet à cogiter sur ce qu'il venait de se passer, à ressasser mes pertes de contrôles, et surtout, à chercher la signification de son baiser entre ses deux regards plein de sévérité. Arrivée chez moi, je n'avais toujours pas réussi à donner du sens à tout cela. Et ça me hantait ! Est-ce qu'elle me détestait ? Me pardonnait ? Me rejetait ? J'avais été profondément égoïste, à profiter de la présence de Leslie pour assouvir mes pulsions, je m'en rendais compte. Et, maintenant, je ne savais même pas ce qu'elle-même pensait de tout cela. Toujours aussi soucieuse, je me déshabillais pour enfiler un pyjama, et ce ne fût qu'à ce moment là qu'un important détail me frappa : j'avais oublié ma culotte chez elle ! Bon sang. C'en était tellement ridicule que je me mis à rire nerveusement, entre embarras et amusement. *Pendant que Cendrillon la princesse oublie son soulier, Jessica la perverse oublie sa culotte.* songeais-je. Ce n'était pas un problème au fond, ce n'est pas comme si elle allait me manquer, j'en avais d'autre, mais ça montrait bien à quel point je n'avais plus toute ma tête, là bas, en compagnie de Leslie... Finalement, je pris une courte douche, mangea rapidement, et alla me coucher. Peut-être que tout s'éclaircira demain.

On disait que la nuit portait conseil, et bien c'était de grosses sottises, la mienne avait été terriblement agité et j'ai eu un mal fou à m'endormir. Leslie avait été omniprésente dans mon esprit, que j'imaginais tantôt dans le rôle de l'amante passionnée, tantôt dans celui de l'amie compréhensive, tantôt dans celui de la lycéenne courroucée. La boule au ventre, et toujours aussi confuse que la veille, je refusais de quitter mon lit, préférant nettement y rester toute la journée plutôt que de croiser Leslie. Malheureusement, il fallait bien que j'aille au lycée, je ne pouvais pas sécher impunément les cours. Il n'y aura pas moyen d'y couper.

Je me rendis donc au lycée, en trainant métaphoriquement des pieds. J'avançais assez discrètement entre les élèves, en tenant mon sac à l'épaule, les yeux baissées. Une matinée ordinaire, à vrai dire, jusqu'à ce que je me rapproche de la salle de classe. Bien sûr, il fallait que Leslie soit là... Elle discutait avec ses amies près de l'entrée, et étant très populaire, les autres lycéens la saluaient presque tous, au passage. Quant à moi... en la voyant, j'eu un inévitable pincement au coeur. Il y avait tellement de chose que j'aimerais lui dire. Mes regrets de la veille, d'avoir abusé d'elle, de son amitié. Le fait que je tenais beaucoup à elle, aussi, même si ça ne sera sans doute pas réciproque. Elle devait me détester, c'était sûr ! Et j'aurais fais n'importe quoi pour regagner sa confiance ! Mais je n'osais pas la confronter pour en avoir le cœur net, j'aurais trop honte de sa réaction.

Prenant le peu de courage que j'avais à deux mains, et après une profonde inspiration, j’accélérais le pas et passa à coté de Leslie aussi rapidement et discrètement que possible, sans même lui accorder un regard, en priant pour qu'elle ne m’ait pas remarqué. Je ne me retournai pas pour vérifier non plus, et me précipita directement dans la salle de cours, m'installant à ma table. Je savais bien que je ne faisais que retarder l'inévitable, au fond... mais c'était mieux ainsi. Pour l'instant.

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 20 samedi 12 mai 2018, 15:28:47

Le cas de Jessica était très particulier, aux yeux de Leslie. Bien évidemment beaucoup de ses réactions étaient fausses ou exagérées ... Penser un seul instant qu’une perverse comme elle serait choquée ou effarouchée face aux excès de Jessica ? C’était une grave erreur. La jeune femme avait adoré cela au contraire. Sentir sa belle amante monter sur son visage, prendre une confortable assise dessus pour lui offrir son plus délicieux et intime appareil ce fut très plaisant. Leslie avait après tout léché copieusement, elle avait immédiatement participé à ce geste, avec de l’entrain et du désir. Sa réaction d’après n’était que pure comédie pour mieux confondre sa proie et la précipiter dans son piège. Jessica devait lentement lui succomber afin qu’elle ne puisse plus lui échapper. Afin qu’elle soit sienne une bonne fois pour toute ! Ou tout du moins, pour un long moment.

Ce fut donc au lendemain, au lycée, que bien des choses allaient se jouer. Leslie était parfaitement consciente qu’elle allait croiser Jessica et qu’un malaise allait sans doute avoir lieu à chaque fois. Elle ne fut nullement déçue au premier contact, quand à l’entrée de la salle du premier cours de la matinée, son amie passa juste devant elle, faisant mine de l’ignorer, de ne pas la voir. À son passage, derrière son dos, Leslie jeta un petit regard par-dessus son épaule, un sourire malicieux au coin de la lèvre. (Pauvre petite chose ...) Pensa-t-elle, ayant presque de la peine pour cette fille qui était en train de tomber entre ses griffes. Etant très populaire au lycée – surtout car elle était fille de riches, et ne se privait pas pour le montrer, attirant donc toute l’hypocrisie et l’intérêt des autres – elle était en train de discuter avec des amies.

Que de futilités, face à Jessica qui avait au moins le mérite de réellement lui faire ressentir des choses. Pas seulement sexuelles ; son comportement, ce petit jeu de chat et de souris, tout était fait pour l’amuser comme bien rarement elle le faisait. Le cours commença et elle prit donc assise à l’écart de Jessica. Lui faire croire qu’elle lui laissait de l’espace, qu’elle lui faisait encore la tête voire lui en voulait encore était essentiel pour la suite. Jessica devait se sentir mal, avoir l’impression qu’elle était sur le point de perdre une précieuse amie ; la seule qui était prête à l’aider, à lui tendre une main ! Il fallait qu’elle ressente ce risque et pour cela, se tenir à l’écart et l’ignorer était une bonne solution.

Mais, Leslie ne comptait pas non plus le mal s’installer trop longtemps. Toute la matinée, elle maintenu l’écart avec son amie, ne lui parlant pas, ne déjeunant même pas avec. Ce fut cependant à la toute fin de la journée, alors que le cours de sport se terminait, qu’elle se décida enfin à verser le seau d’eau chaude après une journée d’eau froide. Leslie et Jessica suivaient toutes deux le même cours – de la natation – et, quand elles finirent seules dans les vestiaires alors qu’elles étaient encore en maillot de bain, ce fut le moment de passer à l’attaque. La jeune femme observa son amie du coin de l’œil, puis s’approcha silencieusement, finissant par la surprendre au dernier moment en refermant brusquement le casier de Jessica sous son nez. « Il faut qu’on parle, Jessica. » Déclara assez soudainement Leslie, regardant la jeune fille d’un regard autoritaire, sévère, mais non hostile pour autant.

Elles étaient seules dans le vestiaire et encore en tenue de bain. Il n’y avait aucune échappatoire pour Jessica. Leslie la coinça contre son casier, étant anormalement rapprochée d’elle, toujours en la défiant du regard. « Tu pensais t’en tirer aussi simplement, hm ? Après ce que t’as fait ... Je ne sais pas quelle mouche t’a piqué mais, je ne pensais pas honnêtement que tu étais aussi atteinte dans ton petit problème de libido ... » Dit-elle alors, prenant un air et une voix désolée. Elle soupira, s’écartant un peu, laissant de l’espace à Jessica. « Je ne sais pas si je peux faire quelque chose, à ce stade. Mais ... Je ne compte pas te laisser tomber. Je vais t’accorder une seconde chance Jessica. » Finit-elle par dire, retrouvant un petit sourire. Leslie vint alors glisser son index sous le délicat menton de Jessica, redressant son visage. Pointant son regard dans le sien, elle resta muette un moment, la dévisageant, la dominant du regard.

« Mais je vais devoir prendre des mesures plus fortes. Pour ton bien. » Conclut-elle, glissant subitement une main vers son fin cou, qu’elle fit agripper à un étrange collier étroit qu’elle avait discrètement apporté depuis son casier. Evidemment tout était prévu à l’avance. Le collier possédait une armature en acier mais était recouvert d’une confortable couche en cuir. Sans lui demander son avis, Leslie le poussa sur son cou, ce qui eut pour effet d’ouvrir le verrou du collier, qui se referma brusquement une fois en place. *CLAC* Pouvait-on entendre une fois le cou de Jessica prisonnier de la curieuse chose. « Voila. Oh ne t’en fait pas ; c’est juste pour t’aider à mieux accepter mon aide. Ce petit collier te fera constamment souvenir que ta meilleure amie – moi – est la seule à pouvoir l’ouvrir. Et si tu veux qu’elle le fasse, alors ... Il va falloir mieux te contenir. On fait comme ça ? » Finit-elle enfin par dire.
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 21 samedi 25 août 2018, 20:08:26

A ma grande surprise, la journée s'était plutôt bien passée, finalement. Enfin, relativement bien passée. Il n'y eut aucune confrontation avec Leslie, et je crois même qu'elle ne m'a pas adressé le moindre regard depuis ce matin. Ce qui était positif, n'est-ce pas ? Cela dit, je n'étais pas trop sûre de savoir comment le prendre, après le fiasco de la veille. Avait-elle simplement tourné la page, et décidé de m'ignorer tout naturellement pour se consacrer à ses autres amies ? Ou m'en voulait-elle au point de ne plus vouloir m'adresser la parole ? Au fond, je pouvais simplement me dire que le résultat était le même, et ne plus m'en soucier, mais je ne pouvais m'empêcher de penser à l'état d'esprit de Leslie, à ce qu'elle pouvait penser de moi. Ironiquement, je voulais pouvoir mettre les choses à plat avec elle, mais sans avoir le courage de lui parler. Et le résultat fût sans surprise : la journée s'était relativement bien passée, dans la mesure où elle et moi ne nous sommes pas disputées, même si j'avais constamment cette petite boule au ventre, cette pointe d'angoisse, de ne pas savoir ce qu'elle pensait de tout cela. De savoir si nous étions toujours amies, finalement, ce dont je doutais.

Le dernier cours de la journée toucha à sa fin, celui d'éducation physique et sportive, et ce trimestre c'était natation. L'une des matières les plus insupportables cette année. Non pas parce que je détestais nager, au contraire, c'était plutôt agréable comme sport. Le problème, c'était toute cette tension sexuelle que je ne pouvais ignorer. Ces regards lascifs que les garçons m'adressaient, jaugeant avec appétit les courbes de mon corps que mon maillot de bain moulait ostensiblement. Ces érections, habilement dissimulés, mais qui ne sauraient échapper à la perverse que j'étais. Ces effleurements, sous l'eau, qui bien qu'anodins, étaient plus stimulants qu'ils ne devraient l'être. Autant de petites choses qui contribuaient à follement m'exciter, au point que rester concentrée sur ma technique de nage relevait de la mission impossible ! Inévitablement, il m'arrivait parfois de craquer, et de me caresser brièvement, lorsque la tentation était trop forte, en toute discrétion.

Il s'avérait qu'aujourd'hui, j'étais de corvée de ramassage, et dû rester à la fin pour ranger toutes les bouées et accessoires dans le bassin. Cela ne me dérangeait pas, fondamentalement, je dirais même que ça m'arrangeait, je n'aurais pas besoin de trouver de prétexte pour prendre mon temps en attendant que les autres partent, que je puisse me changer tranquillement. Aussi, je n'étais pas surprise de retrouver les vestiaires vides à mon arrivée, ce qui était tant mieux. J'entrepris donc de me changer, seule à seule avec mes pensées, qui dérivèrent inexorablement vers elle, encore et encore. Leslie. Je n'arrivais tout simplement pas à me la sortir de l'esprit. Alors que je prenais mes affaires de mon casier, tout en m'imaginant un scénario où nous discutions ensemble de l'incident de la vieille, la porte claqua net, me faisant sursauter, et révélant la présence d'une lycéenne que je n'avais pas remarqué.

« Hiii ! Oh, c'est toi, Leslie. »

Mon cœur battait la chamade sous l'effet de la surprise, mais ne ralentissait pas, angoissée que j'étais de me retrouver nez à nez avec elle. Nerveusement, je croisais les bras contre moi, assez gênée, prise en tenaille entre le casier et Leslie qui me toisait. J'avais réussi à l'esquiver jusque là, mais elle avait raison, il fallait que l'on parle.

« Oui... »

Ne sachant que dire, je me contentais de répondre faiblement, sans oser soutenir l'intensité de son regard. Ni contredire ses propos. Mon attitude avait été scandaleuse, je le savais, elle le savait, et j'en rougissais de honte. Mais que pouvais-je faire ? Ce qui était fait, était fait, nous ne pouvions simplement pas faire comme si de rien n'était, malheureusement. Ce qui me blessait le plus, toutefois, était la pointe de déception que je sentais dans sa voix. Notre amitié commençait si bien, et j'avais juste tout gâché !

Mais, à ma grande surprise, tout n'était pas perdu pour autant. Elle se disait prête à m'accorder une deuxième chance ? Oh oui ! J'étais prête à tout pour réparer mon erreur, et retrouver sa confiance. Enfin, le pensais-je. Mon visage assombri de regret et de culpabilité s'était illuminé, tandis que je relevais mon visage vers elle, guidée par son index contre mon menton.

« Oh merci, Leslie ! Ça n'arrivera plus, je te le promets ! Tu ne seras pas déçue ! »

J'étais tellement heureuse de savoir que notre relation, bien que fragile, avait encore un avenir. Une relation que, faute d'un meilleur terme, je qualifierais peut-être d'amicale, ce qui était un peu étrange étant donné le moment furieusement passionné que nous avons vécu ensemble. Mais j'étais prête à faire tous les efforts possible pour me rattraper ! J'aurais très bien pu faire une croix sur elle, et passer à autre chose, mais je me sentais irrémédiablement attirée vers elle. Sa gentillesse et sa volonté de me soutenir, en dépit de mes pulsions, me disais-je.

Loin de me douter de quoi que ce soit, je me demandais ce que signifiait ces mesures qu'elle voulait prendre, jusqu'à ce que la réponse ne claqua autour de mon cou.

« Huh !? »

Que se passait-il ? Le soulagement avait fait place à l'incompréhension, pendant que je tâtais mon cou, réalisant qu'elle venait d'y attacher un solide collier de cuir. Mes doigts filaient dessus, à la recherche d'un moyen de l'enlever, avant de commencer à tirer dessus. En vain. Le collier était solidement fermé. L'incompréhension fît place à l'inquiétude, suivi par un début de panique en me rendant compte que je ne pourrais pas m'en débarrasser, que je devrais le garder, et que c'était bien ce sur quoi comptait Leslie.

« N-non ! Qu'est-ce qui te prends ? Enlève-le moi ! Allez, s'il te plait, si c'est une blague ce n'est pas drôle ! »

Mon regard rejoignit celui de Leslie, une pointe de détresse dans les yeux. Je continuais de tirer, ne parvenait à rien de plus que de faire rougir la peau de mon cou. Ce n'était qu'au bout d'un certain temps que je fus contrainte d'accepter la réalité, à savoir que je ne pourrais pas l'enlever sans son accord. Je ne savais pas à quoi il ressemblait, mais au toucher, il paraissait plutôt peu discret, et l'idée de devoir porter ce collier de cuir en public m'inquiétait. Au moins, le bon coté des choses, c'était qu'il était confortable. Au fur et à mesure, la panique que je ressentais se calmait, et je parvenais à réfléchir rationnellement. A la question du pourquoi venait-elle de passer un collier autour de mon cou, la réponse était simple, cela faisait partie de son plan pour m'aider à gérer mes pulsions. Elle avait agi contre mon gré, certes, mais c'était pour la bonne cause, au fond. Je ne lui en voulais même pas, à vrai dire. Quant à savoir pourquoi, en revanche, je ne comprenais pas en quoi cela sera utile, mais Leslie avait de toute évidence déjà tout prévu.

« Je vais.. je vais devoir me balader avec ça ? Hum... jusqu'à quand ? »

Je demandais, timidement, en tripotant nerveusement le collier. On aurait dit une enfant ayant reçu une punition, se demandant quand est-ce que celle-ci prendra fin. Sauf qu'il ne s'agissait pas d'une punition, c'était sa manière à elle de m'aider, de me prouver qu'elle ne m'avait pas encore abandonnée... et, après réflexion, je me sentais très chanceuse qu'elle soit là pour moi. Leslie était vraiment une fille formidable !

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 22 dimanche 02 septembre 2018, 15:17:41

Evidemment le coup du collier fut très inattendu pour l’intéressée. Mais cela amusa beaucoup Leslie de voir son amie réagir ainsi ; elle ne dit rien et se contenta de l’observer triturer cette pièce en cuir, tenter de la retirer en vain, sans y parvenir. C’était un collier spécialement conçu pour cela ... Le seul moyen de l’extraire était soit le déchirer – ce qui était très dur vu la qualité du cuir – soit de tout simplement utiliser la clé. Mais celle-ci était détenue par Leslie, et elle ne comptait pas la donner de sitôt à Jessica. Dire qu’il y avait à peine quelques instants, la jeune fille était en train de la remercier de toute part pour lui avoir accordé une seconde chance. Peut-être qu’elle le regrettait, maintenant ? Cela n’allait rien changer pour autant.

Leslie était décidée à précipiter un peu les choses tout en faisant attention à ne pas faire fuir sa précieuse proie. « Ne t’inquiètes pas Jessie. Ça pourra surprendre certaines personnes de te voir porter ça mais, les plus sceptiques diront que c’est un accessoire ... Juste atypique. Il te va très bien en plus ! » Dit-elle, effleurant le bout de cuir tout en caressant innocemment la peau de Jessica. Quant à savoir jusqu’à quand elle allait le porter, c’était déjà une question plus sensible. Leslie prit une mine songeuse, et regarda son amie. La vérité était qu’elle n’allait probablement jamais le retirer ; car il s’agissait d’une marque, d’un témoin. Le signe qu’elle appartenait d’ores et déjà à Leslie ! Sauf que pour le moment elle ne pouvait pas lui dire ça, bien évidemment.

« Tu porteras ça jusqu’à ce que j’estime que tu n’en auras plus besoin ! Ce qui n’est pas encore le cas de toutes évidences ... » Dit-elle alors simplement, laissant volontairement planner un voile de mystère sur ce collier et sur quand il pourra être retiré. Une fois cela dit, Leslie sourit finement à son amie puis la voyant désuète, face à ce collier qui lui était imposé par la force des choses, la jeune fille décida de s’avancer puis doucement la prise dans ses bras. Plaçant sa tête sur son épaule, Leslie câlina Jessica un petit moment puis recula un peu, mettant fin au câlin. Elle plaça une main sur son épaule, mais cela ne l’empêcha guère de la remuer sensiblement pour faire une petite caresse dessus. Cependant malgré toutes ces délicates attentions, le ton et les gestes de Leslie demeuraient avec un fond de froideur, ou plutôt, de sévérité. Elle était encore dans l’optique de montrer à Jessica qu’elle était son amie, mais aussi, celle qui devait l’aider à se corriger, de gré ou de force.

« Après les cours, on ira se changer les idées toutes les deux. J’ai très envie de passer un petit moment avec toi. Mais maintenant dit-moi très sincèrement ; as-tu aimé ce qui s’est passé hier ? As-tu aimé, en dépit de t’être lâchée, faire tout ce que tu as pu me faire ? Dis-moi réellement ce que tu ressens ... » Finit-elle par demander, curieusement. Son ton n’était ni réprobateur, ni spécialement amical. Elle était là simplement en train de poser une mystérieuse question, à regarder Jessica dans les yeux sans sourire ni tirer la tête.
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 23 mercredi 12 septembre 2018, 09:06:39

Cette histoire de collier me rendait terriblement anxieuse. Il y avait, d'un coté, cette idée que je devrais porter ce signe distinctif autour de mon cou en publique. Un signe loin d'être anodin, puisqu'il constituait, à mes yeux en tout cas, la preuve que j'étais une sacrée perverse, et que je le montrais à tous le monde ! Évidemment, seulement Leslie et moi savions cela, et elle avait raison, les gens n'y verront qu'un accessoire... Je me mis à rougir faiblement. Le pensait-elle vraiment, quand elle disait qu'il m'allait bien ? Je ne pu m'empêcher d'avoir un petit sourire discret, heureuse d'entendre son compliment. Je faisais confiance à Leslie. Si elle estimait que ça se passera bien, alors tant mieux, j'accepterais volontiers sa thérapie.

A ce propos, cela dit, le flou continuait de planer, et je ne savais toujours pas de quoi il s'agissait en dehors de ce collier. En tout cas, elle estimait que j'étais encore loin de mériter de l'enlever... ce que je comprenais parfaitement. Ses doigts glissaient sur ma peau, des effleurements tout à fait banals, mais qui me chatouillait suffisamment pour me faire frémir... et pour m'exciter. J'essayais de faire comme si de rien n'était, mais j'aimais le contact de ses doigts, léger et délicat. Mon imagination s'activait irrémédiablement, à immiscer des scènes érotiques dans mon esprit, où les caresses de Leslie filaient sur mon cou, et descendaient sur ma poitrine pour me pincer les tétons. J'avais de plus en plus chauds, les joues rouges, le regard fixé dans ceux de mon amie, en m'efforçant d'écarter ses pensées salaces du mieux possible. Ce qui était peine perdu, quand elle se pressa contre moi pour me faire un câlin.

« Leslie... »

Je me sentais un peu honteuse, honteuse d'être autant excitée par un simple câlin, mais la proximité de Leslie contre moi, la chaleur de son corps, sa douceur, son odeur, j'étais tout simplement subjuguée. J'avais envie... j'avais tellement envie de lui sauter dessus et de l'embrasser ! Résister à mes pulsions étaient une terrible épreuve. Je la serrais quand même contre moi, encore vêtue de mon maillot de bain, tout à fait banal, composé d'une unique pièce bleu marine, qui moulait généreusement ma poitrine. Même lorsqu'elle quitta mon étreinte, ses petites caresses me faisaient fondre de désir, peu à peu. Je trépignais sur place, remuant de droite à gauche, de plus en plus excitée. Savait-elle tout l'effet qu'elle me faisait ? Était-ce une sorte de test, pour voir si j'allais craquer ? Cette perspective parvint à me donner la force de résister, à ne pas céder au désir qu'elle suscitait en moi, et à continuer d'essayer de penser à autre chose qu'à ses mains caressant mon corps dans ses recoins les plus intimes. Je voulais réussir ce test, et qu'elle soit fière de moi, lui prouver que même si j'étais une perverse, mon cas n'était pas si désespérée. Si seulement je savais à quel point je me berçais d'illusions...

« Oh, oui ! C'est une super idée ça, j'ai très envie qu'on aille ailleurs, changer d'air... et ... qu... h-hein !? »

Mon enthousiasme à l'idée de passer du temps avec Leslie, à nous divertir entre amies sans arrière-pensées, s'effaça bien rapidement lorsqu'elle me posa son ultime question. Avais-je bien entendu ? Il était vrai que nous n'avions plus vraiment reparlé de cet incident, depuis... mais, quand même, c'était un peu osée de dire ça ! Ou alors j'étais juste gênée qu'elle ai mis le doigt dans le mille, sur le fait que j'avais vraiment aimé ça. Elle attendait silencieusement, et m'observait de son regard inquisiteur, au point que je baissai naturellement les yeux. Elle avait beau avoir un ton neutre, je pouvais ressentir son aura autoritaire, presque supérieure, dans son attitude. Ça me mettait mal à l'aise, en quelque sorte... ou plutôt, pas de manière négative, mais avec cet étrange sensation que je me sentirais beaucoup mieux si je me laissais aller à lui répondre, à m'abandonner à elle...

Je n'avais d'autre choix que de lui répondre. La vérité, c'était que j'avais adorée notre rencontre hier, et pour être honnête, rien que d'y repenser, j'en devenais toute excitée. Mais, en reparler serait pire, bien pire, j'en avais bien conscience, c'était une pente glissante sur laquelle je n'aurais plus aucune prise, et où Leslie serait mon seul filet de sécurité. Elle attendait ma réponse, de toute façon, je n'avais d'autre choix que de la lui donner.

« Leslie, je... je ne veux rien te cacher, tu sais, je ne veux pas qu'il y ai de secret entre nous. Tu veux m'aider, et je t'en suis très, mais alors vraiment très reconnaissante ! Donc, je... je vais être honnête avec toi... »

Ma confession fût plus difficile que prévue. Je pris une profonde inspiration, et décida de me jeter à l'eau.

« J'ai vraiment adorée ce qu'il s'est passé entre nous hier. Je le regrette profondément, oui, et j'en ai honte, mais j'ai quand même adorée. Quand j'ai embrassé tes pieds, ça m'avait toute excitée, et... mais ça, tu as du le remarquer, quand je ne pouvais tellement plus me retenir que je me suis masturbée, et que j'ai... joui... beaucoup, devant toi... j'ai vraiment cru que ce serait la fin, entre nous, mais quand tu m'as dis que tu me comprenais... et, et quand nous nous sommes embrassée... que tu as commencé à prendre soin de moi... j'ai encore perdu pied... les caresses de ta langue m'on rendu folle... j'ai adorée... et je me suis masturbée, encore, sur ton visage... quand je l'ai bloqué entre mes cuisses, et l'ai appuyé contre mon sexe... j'ai eu l'impression de me servir de toi... mais... sur le coup, c'était si bon ! ... Mon corps se souvient encore de ta langue, de tes lèvres, de ces délicieuses sensations, et de ce fabuleux orgasme... intense... jouissif... »

Plus je parlais, plus mon visage devenait rouge vif de gêne, de honte, et d'excitation. Je reculais autant que possible, me pressant contre le casier, comme si je voulais m'y faire absorber, et disparaitre de sa vue. Mais, je continuais de lui parler, de lui raconter. Chaque mots prononcés ne faisait que monter mon excitation d'un cran, et au fil de mon témoignage, elle grimpait, grimpait, grimpait... Je me trémoussais sous ses yeux, incapable de tenir sur place, serrant mes cuisses l'une contre l'autre pendant qu'un fin filet de cyprine coulait entre elles. Je mouillais, comme une perverse, mais ce n'était pas tout. Mes tétons durcis pointait insolemment à travers le tissus de mon maillot, et je me mis à les caresser doucement, à me peloter les seins même, en la regardant, le regard involontairement suppliant. De toute évidence, rien que d'en parler me rendait folle ! Je me caressais tout en parlant, ça, je ne pouvais pas m'en empêcher, mais au moins, j'arrivais à garder mes mains pour moi, et à ne pas lui sauter dessus... tout en subissant son regard inquisiteur. Cela rendait le tout plus excitant encore, mais également plus lourd de conséquence. Sans dramatiser, mon destin était entre ses mains. Et je ne savais pas ce qu'elle allait en penser.

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 24 samedi 22 septembre 2018, 18:11:57

Si seulement Jessica connaissait la vérité. Si seulement elle savait que Leslie prenait un malin plaisir à la voir craquer, à la voir céder à ses propres pulsions. Chaque fois qu’elle craquait à cause de Leslie, c’était une petite victoire pour celle-ci. Son idée, son but voire son désir le plus cher, était que cette fille devienne sa petite poupée entièrement dévouée. De telle sorte qu’elle et elle seule ait le droit de la faire jouir, ou non. Que seule Leslie ait le droit de lui autoriser à coucher avec telle ou telle personne. Mais elle était encore loin de ce résultat ... Malheureusement. Cependant elle travaillait durement pour amener lentement Jessica à ce stade.

Tout naturellement, son regard était à la fois inquisiteur et autoritaire mais non hostile. Une attitude un peu hautaine et supérieure mais qui était étonnamment amicale. Leslie était floue sur bien des points mais son amitié était l’une des rares choses sincères ; Elle avait jeté son dévolu sur Jessica, à un point qu’elle n’avait encore jamais ressenti auparavant. C’était une relation sincère dans le sens où son fondement même, à savoir l’amitié avec Jessica, était réelle. Mais néanmoins Leslie jouait une fine comédie et manipulait avec un vicieux plaisir son amie pour l’amener là où elle le désirait.

Ainsi donc quand elle fit sa confession sur la soirée de la veille, Leslie prit son air autoritaire et inquisiteur. Oui, Jessica s’était servie d’elle. Oui, elle avait fait une faute ! Mais heureusement pour elle, sa nouvelle meilleure amie avait une large bonté. La jeune femme fut ensuite un peu surprise de voir à quel point Jessica était dans tous ses états. Malgré tout, elle peinait encore à croire à quel point cette fille avait un petit problème de libido de cette envergure ... C’était parfois déroutant. Mais parfaitement à son goût. A chaque moment que remémora Jessica, les images revinrent dans l’esprit de Leslie et lui rappelèrent à quel point elle avait adoré cela.

Elle avait adoré quand sa Jessica avait décidé de se servir de son visage pour son propre bien. Elle avait tout adoré ... Absolument tout. Mais contrairement à son acolyte, elle ne pouvait pas le montrer. Tandis que Jessica craquait et se caressait malgré elle, Leslie se contenait mais ne pouvait pas freiner le rouge qui lui montait aux joues. « Je vois. » Dit-elle simplement, croisant ses bras sous sa poitrine. Que faire, à présent ? La vue était très, très envoutante. Jessica émoustillée, le corps moulé dans son élégant maillot de bain bleu, la peau légèrement humide par la nage qu’elle venait de faire. Mais aussi ses pointes qui transparaissaient au travers le textile artificiel, ou bien encore sa main qui se mit à caresser son sein.

« Ma pauvre Jessica ... Je pensais que tu étais rassasiée après notre petite échauffourée de la veille. Mais de toutes évidences ... » Dit-elle, d’un ton énigmatique avant de venir saisir la main de Jessica qui pelotait son propre sein. Leslie l’attrapa puis la dégagea d’un geste vif, presque réprobateur, tout en adressant un curieux regard à l’intéressée. « Ce n’est pas le cas. » Finit-elle par dire, complétant sa précédente phrase. Un petit silence s’écoula entre les deux femmes, avant que Leslie décide de prendre les choses en main. Au sens propre. Elle vint doucement poser respectivement ses mains sur la poitrine de son amie, se mettant à la masser lentement, mais avec beaucoup de soin et de doigté.

« J’ai dit vouloir t’aider, ma chérie. Et c’est ce que je vais faire ... Mais je ne veux pas non plus te rendre chaste et prude. Même si je le voulais, je crois bien que c’est impossible ... N’est-ce pas ? » Dit-elle, regardant intensément Jessica alors qu’elle pinça soudainement ses deux pointes, les pressant tendrement entre ses pouces et index respectifs. Un nouveau silence s’écoula avant qu’elle revienne à la charge. « Je ne veux pas que notre sortie soit perturbée par tes pulsions. Donc ... Tu vas me laisser arranger ça, Jessica. » Dit-elle, toujours de son habituel ton autoritaire mais non moins amical. Leslie lui adressa un dernier regard, avant d’user de ses mains déjà en place pour venir tirer les bretelles de son maillot, afin de le faire glisser. Relayant Jessica au simple statut de poupée ne pouvant que se laisser faire, Leslie ne retira pas entièrement la pièce ; elle ne fit que dégager le haut.

La jeune femme se pencha ensuite puis, avec douceur mais volonté, déposa ses lèvres sur le sein droit de Jessica. Elle l’imprégna d’un baiser, puis d’un autre, entourant sa pointe toute érigée et rigide. Quand elle décida d’utiliser sa langue pour venir le taquiner, elle déplaça également sa main libre. La faisant glisser le long du ventre de Jessica, caressant sa peau au travers son maillot, elle atterrit finalement à la frontière de son entrejambe, ne faisant que l’effleurer, mais de manière suffisante pour provoquer des réactions chez Jessica. Même à cette hauteur, elle sentait une intense chaleur et une humidité bien plus présente qu’ailleurs sur son corps ... Ce qui lui donna le sourire, alors qu’elle décida de venir lécher et embrasser pour de bon la poitrine de son amie.
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 25 lundi 03 décembre 2018, 15:25:53

Dos au casier, nez-à-nez avec Leslie, je m'étais ouverte à elle avec sincérité, exprimant ce que j'avais pensé de notre précédente rencontre, dans les moindres détails. Et, scrutée par son regard intense et cristallin, j'attendais, difficilement mais patiemment, sa réaction. Je n'étais cependant pas restée immobile, oh non, j'avais commencé à me caresser dès les premiers souvenirs évoqués. Je me massais les seins, me pinçais les tétons, m'excitais lentement pendant que je m'épanchais sur l'érotisme de la veille, et me mordiller la lèvre ne parvenait pas à contenir les doux gémissements que je laissais parfois s'échapper. C'était un spectacle clairement indécent que j'offrais, il n'y avait aucun doute la dessus, mais à mes yeux, je me considérais encore très sage. Ho oui. Leslie voyait uniquement la partie émergée de l'iceberg, tandis que je faisais des efforts surhumains pour que l'autre partie reste immergée, pour ne pas céder à toutes ses envies qui m'assaillaient, dans lesquelles je libérais ma frustration et sautais sur elle pour lui faire follement l'amour.

Mais, non. Le résultat avait été catastrophique hier, et je tenais de tout cœur à ce que cela ne se reproduise pas, pour qu'elle et moi puissions prendre un nouveau départ, dans de meilleurs circonstances.

J'attendais donc sa réaction, en gardant mes mains pour moi, sans m'arrêter de me caresser. Et lorsqu'elle répondit enfin, cette impatience laissa place à une profonde déception. Ou plutôt, à sa profonde déception, envers moi, que je ressentais machinalement aussi. Ma seule réponse fût un soupir de dépit. Elle avait absolument raison, j'étais une incorrigible perverse. Incapable de rester tranquille le temps d'une simple discussion, sans que ma libido ne refasse surface. Mon corps ne tarda d'ailleurs pas à bouillonner de plus belle, à me faire ressentir ce manque, pour que je reprenne mes caresses, mais le geste de Leslie avait été sans équivoque. Je me retenais donc, les bras le long du corps, les poings serrés, aussi immobile que possible, avant d'ajouter.

« Pardon, Leslie... »

J'avais cette impression, rassurante, que chaque moment passé en sa compagnie me faisait ouvrir un peu plus les yeux sur ce que j'étais... qu'elle seule me comprenait vraiment. Qu'elle pouvait même véritablement m'aider, osais-je espérer. Leslie avait conscience que je ne serais jamais pure et innocente, et me le fit remarquer, ce qui me plongea dans un certain embarras. Je baissais les yeux, honteuse, sans la contredire, car au fond je savais qu'elle avait raison. En tout cas, ce collier de cuir confortablement serré autour de mon cou pourrait au moins être un pas dans la bonne direction. Et j'étais, somme toute, simplement heureuse de ne plus être livrée à moi-même, et d'avoir une amie qui soit là pour moi.

Ce qui prit, je devais le reconnaitre, une tournure inattendue.

« L-Leslie !? Qu'est-ce que tu... »

Après m'avoir arrêté d'un geste réprobateur, je m'attendais à ce qu'elle me sermonne, ou au moins qu'elle m'encourage à mieux me contrôler. Au lieu de cela, elle jugea plus avisé de m'aider à soulager mes pulsions. Ce qui n'était pas pour me déplaire, bien au contraire !

Elle me déshabilla à moitié, laissant mon maillot de bain autour de mes hanches et libérant ma voluptueuse poitrine de leur étreinte moulante. La surprise passée, mon premier réflexe fût d'envisager que nous n'étions peut-être pas seules dans les vestiaires, et je regardais avec une certaine inquiétude à droite et à gauche.

« Non, attends, tu... on sais jamais si... mmh ! »

Mes craintes d'être découverte s'évaporèrent aussi rapidement que Leslie vint happer mon sein entre ses lèvres. Mon corps entier frémit de plaisir, comme heureux à la reprise de ces excitantes caresses. Ma poitrine se soulevait au rythme de ma respiration saccadée, pendant qu'elle jouait délicatement de sa langue contre mon téton durci. Ma peau frissonna sous mon maillot, suivant ses douces caresses descendant vers mon intimité. Que c'était délicieusement bon !

« Gn-mmh... »

Je passais mes mains derrière sa tête, et entreprit de chaleureusement blottir son visage contre ma poitrine, et de la guider vers mon autre téton, désespérément tendu et délaissé. Mais, je me rappelais alors de ce qu'il s'était passé la dernière fois que j'avais agi ainsi... et me ravisa donc, me contentant de lui caresser les cheveux avec tendresses, puis de croiser les bras au dessus de ma tête, pour résister à la tentation. Tout en offrant volontairement mon corps à ses envies.

« Aah... Leslie... »

Je l'appelais faiblement, en un gémissement de frustration. Mon entrejambe était chaud, bouillonnant de désir, et réclamait bien plus que les effleurements qu'elle daignait lui accorder. Encore assez lucide, je refusais toujours de me servir de mes mains, de risquer de retomber dans mes travers passées. La tentation était pourtant délicieuse... Je me retrouvais ainsi à me tortiller du bassin, vainement, à essayer tant bien que mal de sentir ses caresses appuyées. Elle parvenait habilement à m'exciter, en jouant avec mes tétons durcis, tout en privant mon intimité du doux contact de ses main. J'étais comme une poupée, vulnérable à ses caresses ou à leur absences, soumise à ses désirs. Les poings serrés, je soupirais ma frustration croissante, sombrant progressivement dans les affres de l'excitation.

« Tu vas me rendre folle... c'est si bon... mmh... j'en veux encore... s'il te plait... »

Une ultime supplication, pendant que je n'avais pas encore totalement perdu le contrôle... à moins que je ne me fasse des illusions, et qu'il ne soit déjà trop tard pour espérer résister à l'appel du plaisir.

Vanessa White

Humain(e)

  • -
  • Messages: 1075
  • avatar


  • FicheChalant

    Description
    Agente du S.H.I.E.L.D

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 26 dimanche 26 avril 2020, 00:57:30

Leslie était définitivement convaincue qu’elle était tombée sur la perle rare. Jessica était une fille tant adorable que perverse. Depuis le début elle ressentait un puissant désir de se l’approprier, d’en faire sienne coûte que coûte. Car Leslie était une femme égoïste et possessive. Pour elle, son amie était surtout un trophée à gagner quoiqu’il en coûte. Si la route semblait de plus en plus facile, elle tenait encore à rester prudente sur certains points afin de ne pas faire fuir Jessica. Cependant elle avait constaté que le sexe allait être une variable très importante dans cette toute nouvelle relation ... Mais il se pouvait que Leslie y perde également quelques plumes sans qu’elle ne s’en rende compte.

Penchée, visage blottie tendrement contre la poitrine moelleuse de son amie, la jeune femme s’affairait à lécher et mordiller sa pointe sensible. Elle s’amusait également à pincer celle en dehors de sa bouche, massant fermement le sein tout autour d’un geste attentionné. Elle entendait les délicieux gémissements de son amante, ainsi que ses langoureuses suppliques. Un véritable bonheur pour ses oreilles. Leslie tirait une certaine satisfaction à entendre Jessica ainsi, car c’était quelque part une preuve de son emprise sur sa personne. Cependant, elle savait pertinemment que Jessica pouvait ressentir toutes ces sensations avec ... Quasiment n’importe qui, compte-tenu de son petit problème de libido incontrôlée.

« Hmm ... » Soupira doucement Leslie en continuant d’occuper la généreuse poitrine de son amie, ses lèvres cajolant la douceur de sa peau tandis que sa langue filait tendrement sur son téton. Sa main continua d’effleurer son intimité toujours aussi bien enfermée dans son maillot. Plus elle jouait avec et plus elle sentait Jessica réclamer sa main, car ces caresses étaient ... Insuffisantes. Et ça, Leslie le savait très bien et le faisait exprès. Elle jouait de l’excitation de Jessica ; elle jouait de son état s’empirant de secondes en secondes. Cependant ... Leslie elle-même pouvait parfois laisser l’euphorie du sexe lui monter à la tête.

Le désir montait en elle, la chauffant autant que Jessica chauffait entre ses cuisses. La jeune femme se redressa plus plaça tendrement ses mains sur les joues de son amie, avant de lui sourire pour venir l’embrasser chaudement, pressant son corps contre le sien afin de sentir sa belle poitrine cajoler la sienne. Sa langue s’immisça dans sa petite bouche accueillante, venant danser avec celle de Jessica pour lui offrir une valse des plus sensuelles. Ses lèvres se pressèrent également aux siennes, scellant l’espace en un baiser chaud et, étonnamment, plus affectueux qu’auparavant. Leslie ne l’avait pas remarqué, sinon elle se serait mieux contrôlée.

Tout en continuant ce baiser, Leslie glissa une main le long du corps de son amante, jusqu’à se faufiler à nouveau entre ses cuisses, bien plus chaude qu’avant. À ce moment, elle pressa l’intimité de son amie, et se mit même à enfoncer légèrement deux de ses doigts au travers le textile, afin de pousser Jessica dans ses derniers retranchements. Pour mieux y parvenir, elle décida également d’utiliser son pouce pour venir masser et provoquer la perle féminine de Jessica, impatiente de l’entendre la supplier d’avantage ...
Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Jessica Lou

Humain(e)

Re : Mienne. [PV : Jessica Lou]

Réponse 27 samedi 30 mai 2020, 22:20:09

« Mmmhh... »

Que j'adorais les délicieuses caresses de Leslie sur mes seins... ho oui ! Bien que je comprenais ses motivations -je pense-, elles n'en restaient pas moins difficile à croire. La nécessité de soulager ma libido était certes une évidence, compte tenue de mes dernières... pertes de contrôle... mais c'était quand même assez inhabituel. Non pas que je pensais qu'elle avait de mauvaises intentions, bien au contraire ! J'étais véritablement heureuse que Leslie se donne la peine de m'aider à canaliser toutes cette excitation, d'une part parce que c'était terriblement excitant, et d'autre part parce que c'était très gentil de sa part de vouloir m'aider. Au fond, j'avais surtout l'impression d'être une femme extrêmement chanceuse d'avoir une amie comme Leslie à mes côtés. Peut-être même que je ne méritais pas une telle attention. Même si, pour l'heure, j'étais surtout subjuguée par la manière dont elle jouait avec mes tétons.

« Mmmhh... Leslie... »

C'était bien la seule chose sur laquelle mon esprit pervers pouvait se concentrer en ce moment, ces sensations qu'elle me procurait. Je frémissais sur place, gigotant légèrement sous l'effet de l'excitation, mais restait malgré tout aussi immobile que possible, les poings serrés tant ma volonté était mise à rude épreuve. Je n'étais pas sûre de savoir où ça mènerait, mais elle paraissait dévolue à la tâche, et je voulais la laisser faire, sans que mes incontrôlable pulsions sexuelles ne reprennent le dessus.

Mais, au fond, ça n'aidait pas beaucoup. J'avais beau apprécier toute l'attention qu'elle portait à mes seins, ça n'en restait pas moins terriblement frustrant que mon entrejambe soit autant délaissée. Et le fait de me sentir à la merci de Leslie, des caresses qu'elle me prodiguait, ne faisait qu'exacerber davantage mon excitation, mon désir d'en recevoir beaucoup plus. Mais il suffisait juste d'un petit peu de patience...

« Aaah ! Mmh-oh oui ! »

... pour que sa main se glisse enfin entre mes cuisses, se dirige vers mon intimité, et vienne m'apporter les sensations que je désespérais d'avoir. Oh que c'était bon ! Mon bassin remuait indécemment, d'avant en arrière, pour mieux me frotter à elle. Je commençais à doucement perdre la tête. Oh Leslie, Leslie... Leslie ?

« Han... pourquoi tu-mmmhh ! Mmmhh... »

Mon interrogation, sur le retrait de sa main, fût étouffée par un tendre baiser, chaud et passionné. Un échange pas très équitable. Quoique... J'avais conscience de ma perversité. N'importe qui aurait pu me peloter les seins, me caresser, m'embrasser, mon plaisir et mes gémissements auraient été certainement les mêmes. Mais Leslie était une amie précieuse.  Elle avait promis de m'aider, et je lui en étais profondément reconnaissante. J'avais confiance en elle. Et son baiser... son baiser avait une saveur toute particulière, que je ne retrouverais chez personne d'autre. Je l'embrassais en retour, avec une passion sulfureuse, mes bras autour de son cou et ma langue dansant longuement avec la sienne. Son affection m'avait presque apaisée, faite oublier cette tension sexuelle accumulée... presque.

Aussi légères fussent-elles, il suffit à Leslie de poursuivre ses caresses appuyées, de me doigter partiellement à travers mon maillot, pour que mon excitation remonte en flèche, dans des proportions stratosphériques. Elle m'avait, presque littéralement, faite grimper aux rideaux, tant le retour du plaisir fût vif et intense. Si bien que je finis par jouir très rapidement, mes gémissements étouffés par le baiser scellant toujours nos lèvres.

« Mmmmmhhh ! »

Un flot de cyprine jaillit entre mes cuisses, maculant mon maillot et les doigts de Leslie, ruisselant le long de nos jambes, jusqu'au sol. Mon corps, crispé, frémissait à mesure que les spasmes se succédaient, me faisait couiner légèrement. Mes jambes, trop faibles, ne me retenaient plus, et je me glissai le long du mur, m'affaissai au sol. Ma poitrine ballotait tant ma respiration était profonde et saccadée. Je regardais Leslie, mais un sentiment de honte m'envahissait. Il m'était impossible de déterminer pourquoi, peut-être pour avoir joui pendant que je l'embrassais, ou pour avoir succombé aussi vite à l'allégresse de l'orgasme... mais la sensation était bien là, irrépressible. Je détournais les yeux, penaude, fixant le sol et l'embarrassante flaque entre mes cuisses.

« Je... hum... p-pardon Leslie... »


Répondre
Tags :