Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 15 février 11, 2015, 03:19:39 am

Une fois la dernière part de gateau engloutie, je peux enfin me lécher les doigts des morceaux restant avant de regarder à droite à gauche de l’autel. Bon… ce dont je suis certaine c’est que je me trouve devant l’entrée du labyrinthe de la souffrance et qu’il n’existe aucune autre chemin à prendre que celui-ci. Le couloir derrière moi c’est automatiquement refermé.
Je me gratte la tête, penche la tête sur le côté et prend un moment de réflexion sur quelle direction à prendre, au milieu de l’instection où je me trouve : celle de gauche ou de droite ? Je scrute les murs pour repérer un probable indice, énigme ou autre, mais quedal.

Mais des bruits de pas bizarre se rapprochent sur ma gauche. j’y pointe mon regard et ce sont bien deux zombies en un sale état de décomposition, sapé comme des punks à chiens qui se rapproche de moi à même pas dix mètres de distance. Me zieutant avec des yeux de merlans frits, l’un d’eux décide de marcher vers moi. Ou plutôt il titube, marche de travers. Vu la vitesse où il se déplace, j’ai largement le temps de marcher vers eux tranquillement et préparer mon point que je m’apprête à ad…….

Merde ! A peine il a fait deux pas qu’il a bondit subitement vers moi et m’a agrippé mon cou, à ma grande surprise, avec sa langue préhensible ! Y a pas à dire, ça ne rate pas à me surprendre, mais aussi à m’énerver. Il finie par s’accrocher à moi, tel un enfant bonobo s’accrochant au ventre de sa mère en déplacement, puis c’est là que j’aperçois une rangée d’objets sur sa veste qui m’écarquille les yeux de surprise : Des grenades et dynamistes de TNT !!!

BADABOUM !!!!

HUUMPHH !! Ce connard de kamikaze me fait déguster une violente explosion que j’prends chère et qui me ejecter rapidement contre le mur de l’autre chemin à prendre, au fond. Avec un cratère formé à mon impacte. Jusqu’ici le seule truc qui morfle s’est ma tenue qui, à peine porté depuis même pas une minute qu’elle est en piteuse état, presque en lambeaux. Fait chier !!!
 V’la que son copain quitte enfin son dodo pour entrer en piste lui aussi. Qu’est-ce qui lui…… Beuaaah, mais quelle horreur !! Son plexus dolaire ainsi que sa zone pubienne viennent de gonfler puis d’éclater façon bébé alien xénomorphe. Sauf que c’est une machine gun qui tournoie est fait cracher une salve de balles sur moi.

TADADADADAADADA !!!

Je couvre mon visage par reflexe avec une main tandis que je me prend une douche de balles qui me percutent, mais ne me traverse pas. Bon ben, malgré la baisse de mes pouvoirs je suis encore suffisamment résistante pour encaisser les balles qui ont autant d’effet sur moi que des balles en mousses. 
Ma riposte est simple : je donne une puissante impulsion à mes pieds pour me propulser vers le cadavre ambulant tel un boulet de canon pour aussitôt le disloquer en un unique coup sur le torse. Grosse explosion sanguinolente de giclure sanguine, d’entrailles et d’os qui viennent s’étaler sur ma tenue que j’épouse sur le champ, crachant une goutte de sang infecte qui s’est logé dans ma bouche. Pouah, écœurant ! J’crois avoir eu suffisamment ma dose de gore et de trash pour la journée.
Etant donnée cette facilité constante dont j’ai éliminée l’abomination cadavérique, c’est qu’il me reste encore énormément de puissance physique, en plus de la résistance, d’où le fait que je suis encore indemne de la déflagration de l’explosion. Sans blague, j’ignorais que j’étais aussi puissante…..
En même temps, je suis encore très remontée et que j’ai usée de toute ma force. Je vais même en profiter pour voir si je peux tricher dans le parcours du labyrinthe en formant des trous béants sur mon passage. Chose que je compte bien faire ICI et MAINTENANT.

D’abord je fais un virage dans le corridor que le zombie m’a envoyer de force, continuant tout droit en passant par une nouvelle intersection en courant à très grande vitesse, fendant l’air et laissant sur mon sillage un puissant courant d’air. Je Plaque mon bras repliée contre mon torse pour s’apprêter à défoncer le malheureux mur d’en face que je vais FORCER.

BOUUM !!!

A l’instars de son grand frère dans l’arène cubique, le mur a morfler très chère mais il tient encore debout. Mais comme je suis têtue comme une bourrique je le martèle en faisant pleuvoir une pluie de coups bourrins qui le défonce avec perte et fracas. Des débris s’étalent sur un nouveau couloir où je débouche. De gauche à droite ces deux intersections supplémentaire. Hors je n’vais pas me casser la tête et continuer de prendre la tangente en avançant de manière linéaire, NA !
Du coup, c’est un deuxième mur que je détruis après une bonne cinquantaine de coups par pilonnage façon marteau piqueur. Sauf que cette fois c’est un comité d’au moins dix zombars qui se trouve de l’autre côté. La moitié me canardent à coups de machines guns tandis que les autres font les talibans kamikaze sur moi. Grosse explosions tonitruante en chaine qui dézingue tout le monde.

Sauf moi.


Et HOP, me voilà en train de massacrer ce labyrinthe en explosant tous les murs se mettant en travers de ma route. Et y a pas un corridor qui ne comporte pas de piège ou dangers à la sortie.
D’abord un où j’ai activé une dalle au sol ayant ouvert des orifices sur tous les murs, crachant des jets de flammes incandescents de plusieurs milliers de degrès qui m’ont lécher intégralement, sans que cela n’interrompt la démolition d’un énième mur.
Ensuite d’un autre où deux énormes minotaures démoniaques sous overdoses de stéroïdes, aux yeux incandescent dont l’un voit ses deux bras que je démembre avant de lui décapité la tête d’un revers de la main, puis l’autre que je castre d’un méchant coup de pied qui éclate ses grosses bourses en plus du bassin et le cou en se bouffant le plafond haut de six mètres.
Suivit d’un passage qui, pour une fois, ne comporte pas de danger, semble safe. FAUX ! Une nouvelle dalle s’enfonce sous mes pieds, condamnant le chemin par deux murs coulissant qui me cloisonnent dans une pièce pas plus grande qu’un placard à balais. Le plafond s’ouvre et libère un immense flot de lave en fusion de plusieurs milliers de degrès inondant rapidement le local. Mais comme je n’ai pas besoin de respirer pour vivre et que ma résistance surhumaine me permet de survivre à des températures extrêmes, je fais semblant d’être en détresse en tapotant faiblement les murs…. puis lentement… jusqu’à faire semblante d’être morte pendant cinq minutes…….

BOUUM, BOUM, BOUM, BOUM !!!

Et la SURPRIIIISE !! Je pilonne le mur devant moi et qui s’effondre, faisant fuir une épaisse coulée de magma rougeoyant que je m’extirpe à la Terminator. Intact… et nue…. ENCORE ! Bah ouais, faut croire qu’après tout ce que je me suis prise dans la tronche, c’est tout à fait normal que mon uniforme de gladiatrice soit annihiler à 100%. Seule la spaulière et le protège genoux en pointe ont survécu. Et encore ils sont tous kapoutes. Des morceaux s’en détachent même. Comme ils ne sont plus d’aucune utilité, je les jettent par terre….

Et inlassablement, je continue à pulvériser ma traverser rectiligne, atomisant chaque mur par des rafales de coups rageur. Chose étonnante, je commence à ressentir cette étrange sensation qui m’envahie. Comme si je perdais des forces. Serait-ce de la fatigue ? Ça m’en tout l’air. Cela dit, je récupère très vite entre deux obstacles détruits. De toute façon si ça aurait été le cas contraire je n’aurais pas arréter……

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 16 février 11, 2015, 05:17:07 pm

Houla ! Maya se déchaînais malgré sa réduction de force et Retaper estima que dans 10 minutes, elle arrivera bientôt au monte-charge à ce rythme même si ses Zombis et les pièges la ralentissait par contre il remarqua que les effet de sa surprise qu'il avait laissé dans la nourriture qu'elle avait mangé faisait effet. Pas trop tôt.

Reaper avait eu une bonne idée de demander à Davinel de lui créer ses nanomachines. Vu la résistance de son corps un poison n'aurait pas fonctionné et Reaper, c'était plutôt tourné vers la nanotechnologie mais pour que ce soit réellement efficace il fallait en premier attendrir la viande en affaiblissant Maya par une succession de combats et de pièges. Même si la fille était rapide à passer l'épreuve le Labyrinthe faisait quand même son boulot.

Maya ressentis déjà les effets des nanomachines en premier par une faiblesse et ensuite pat une démangeaison dans le bas-ventre. Les nanomachines n'étaient pas un poison loin de là, mais faisaient plutôt office de super aphrodisiaque et de quoi donner des orgasmes à répétition. D'ici peu de temps la super garce va avoir le bas-ventre qui va lui démanger infernalement et elle demandera surement à corps et à cri des queue pour lui gratter la chatte. Comme quoi sombré dans le pécher de gourmandise peu s'avérer fatal.

Quand Maya détruisit un des dernier mur du Labyrinthe Reaper activa les deux derniers gardiens pour l'accueillir comme il faut. Maya était à peine entré que quelque chose de lourd lui tomba dessus et la plaqua au sol. C'était un Zombi énorme et hideux pourvus de quatre membres inférieur métallique plus communément appelé Zomborg. Le Zomborg ouvris la gueule et se mis à vomir sur Maya une soupe très corrosive de truc à moities digéré et de produit toxique essayant de l'aveugler et la brûler, mais à défaut de la brûler efficacement, il arriva facilement à l'aveugler pour permettre au deuxième Zombi de l'attaquer.




Maya était encore en train de se battre avec le vomis du Zomborg quand elle entendit un ricanement de hyène et se pris ensuite un violent coup de marteau qui lui enfonça la tête dans le sol de là part de Zombi Britany une nouveauté dans la création de mutant de combat, mais ayant aussi des particularité pour le sexe, car zombie Britany était conçut pour être aussi violente que vicieuse. Britany pilonna Maya encore et encore à coups de marteau histoire de bien l'affaiblir et la sonner pour lui faire ensuite son affaire. Zomborg et Britany traina Maya pour l'amener vers un endroit spécialement préparé rien que pour elle.


Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 17 février 11, 2015, 06:54:04 pm

Ughh… mais qu’est-ce qui m’arrive soudainement, bon sang !? J’ai cette étrange sensation désagréable à la partie inférieure de mon ventre, m’obligeant d’y poser une main. Fin, pas vraiment des démangeaisons : plutôt une succession d’orgasme qui me ronge de l’intérieur.
Je continue toutefois de marcher tout droit, vers ce qui semble être a sortie de ce labyrinthe de malheur. Une sorte de monte-charge pour être plus clair. Un piège à con ? P’têtre bien !  À quoi con être surpris quand tout peut arriver, sans qu’on puisse le deviner ? N’empêche que je ne peux m’empêcher de vérifier quand même l’authenticité de cette hypothétique piège. Si c’est le cas c’est belle et bien la sortie qui se trouve devant là, sous mes yeux. Ce serait con de la louper pour une simple suggestion…. et tellement rageant.
Et ces orgasmes qui ne s’arrêtent pas commencent sérieusement à m’inquiéter ! J’ai bizarrement une folle envie de me faire bourriner la chatte tant je suis en chaleur comme pas possible ! J’halète et bien que je suis encore au top de la forme, mes mouvements sont plus lents à effectuer. Comme si j’avais poids surnaturelles et invisible s’étaient collées à mes membres. J’ai l’impression de faire du surplasse ! Huumpf…. j’en ai mes tétons qui entrent en érection et mes lèvres vaginaux qui ont doublés de volume !

La nourriture…… c’est cette putain de bouffe qui doit être à l’origine de ce qu’il m’arrive ! Ça n’peut être que ça ! J’ignore quel cochonnerie on a bien put y mettre, mais sa affecte profondément mon organisme. Et puis quelle conne d’avoir été aussi naïf à c’point-là !!

Encore quelques pas à faire et……

BADAAM !!!

-   HIIIIINNNN !!!

Ah mais ce n’est pas vrai !! Impossible d’avoir plus de cinq minutes de repos sans que quelque chose me tombe sur la tête. Entre autre une espèce de golem de chair montée sur des prothèses cybernétiques qui lui sert de membres inférieur calqué sur les aragnides. Et sans prévenir il me dégueule dessus avec un horrible vomit vert caca d’oie qui m’aveugle totalement, en plus de me carbonisée mais sans succès.
J’arrache sans trop de problème le liquide semi épais qui me donne des nausée épouvantables, jusqu’à ce qu’un crie de grosse gouine hyper singlée retentit et s’approche très rapidement de moi…..

SBAAM !!!

Un râle sort de ma bouche par le coup d’une arme contondante qui forme un cratère et y encastre ma tête. J’ai encore trop de morves visqueuses collées à mes yeux pour identifier le monstre qui m’a flanqué un coup aussi puissant. Clair qu’il est terriblement puissant. Allez Maya,ressaisie toi !! Oublie moi ces putains d’orgasmes qui t'empêche d'utiliser toute ta force et Bouge moi ces putains d'bras !! Ta vie est en D.....

SBOUUM….. SBAAM….. SBIIM…. SBAAM…. SBOOMM !!!!

Et là c’est le trou noir…….

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 18 février 11, 2015, 10:46:35 pm

Si l'attaque qui avait mis Maya HS n'avait rien d'agréable son réveil le fut encore moins. Une douleur aux seins la réveilla et elle se rendit compte bien vite dans quelle situation merdique où elle se trouvait.



Elle était dans une salle de torture typiquement entre le médiéval et le moderne. Il y avait de l'électricité, mais les murs étaient maculés de sang et il y avait un nombre incroyable de détritus et d'os pour la plupart à moitié rongé. Il y avait un nombre incroyable de crochet pendu au plafond. Quand à Maya elle était solidement attaché sur une stèle en granit les bras et les jambe solidement attaché par de lourdes menottes dont les maillons avaient l'épaisseur d'un bras humain. Maya se sentait écarteler, mais cela n'était rien comparé au Zomborg qui était à ses côtés.

La hideuse créature était en train de lui boulotter un sein où du moins essayait. La Peau de Maya était encore imperméable et résistante, mais cela n'empêchait pas le Zomborg d'essayer. Il tira, mordit, suça, mâchouilla en poussant des grognements et faisant des bruits visqueux rendant l'expérience désagréable. Sur la stèle au-dessus de Maya se trouvait la Zombie Britany en train de lui sourire sadiquement Maya remarqua qu'elle ne portait pas de culotte sous sa robe et était en train de se masturber en poussant des petits grognements. Quand elle vit Maya réveillé, son sourire sadique s'élargit et poussa un grognement bref au Zomborg qui cessa de torturer le sein de Maya et allas lui tenir fermement la tête tandis que la Britany approcha sa chatte puante du visage de la super fille.

Le visage de Maya fut inondé de pisse puante et glacée alors que Britany ria à nouveau comme une hyène ce qui l'identifia à celle qui avait assommé Maya avec un gros marteau tout à l'heure. Une fois son forfait fait Britany sauta de la stèle et chercha quelque chose sur l'établi de torture. Elle finit par trouver ce qu'elle cherche et Maya pouvaient commencer à hurler en se rendant compte qu'elle brandissait un énorme marteau piqueur et qu'elle visa les cuisses écartées de Maya.

Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 19 février 12, 2015, 06:49:02 pm

Mhumph ma tête….. J’reprends enfin conscience. Putain, ça fait la deuxième fois qu’on me fait plonger dans le noir ! Ça commence à faire beaucoup. Ces salauds ne perdent rien pour attendre !
J’entrouvre les yeux et c’est dans l’incompréhension totale que je me réveille la tête penchée en bas. Apparemment je me réveille accrocher contre un monolithique robuste, dans une salle de torture mêlant l’aspect ancienne et contemporaine avec tous les accessoires du petit tortionnaire en herbe : menottes, crochets aux plafonds, instruments de tortures classiques aux murs. De plus, je remarque que je suis attaché par d’épaisses menottes faisant au moins dix centimètres d’épaisseurs pour des chaines aussi épaisses, voir plus. Sans parler des morceaux de carcasses plus ou moins décharner qui trainent dans des coins insalubres et tachés de sang séchés qui donne une idée sur les immondices qui ont été commises ici.

Bon….. c’est quoi ces bruits dégueulasses que j’entends, là ? Et puis c’est moi où quelqu’un est en train de tripatouiller l’un de m……

-   Kyaaaaah !!! Dégage de la salle MOOONNSTRE !!!

Seigneur Dieu !!! C’est cette putain de sac à viande putréfié qui est en train de m’engloutir mon sein droit dans sa gueule immonde que j’ai senti à mon réveil !! Et en plus il déverse sa salive visqueuse sur moi !!! Je me débats férocement, mettant mes entraves à rudes épreuves dans un bruit de cliquetis métallique bien bruyants. en vain.

-   KYYYHIHIHIHIIIIIIIIHIIIIIIII !!!! COUCOUUUUUU ♥♥♥

Ce rire….. je l’reconnait entre mille ! Je lève la tête au-dessus de moi et c’est là que je regrette amèrement d’avoir fait ça. J’ai un gros plan direct sur la foufoune putride et purulente d’une pétasse zombard verdâtre avec pleins de sutures  sur ses jambes à moitié décomposée, perchée au sommet de la stèle, une main dans sa chatte qu’elle masturbe outrageusement.
Ça n’peut être qu’elle qui m’a assommée tout à l’heure avec cette énorme marteaux sur son dos. Cette même MOCHETER qui chute sur ma figure et me déverse sa pisse immonde en éclatant comme une possédée !!! Mon dieu quelle horreur… mais QUELLE HORREEEUR !!! Comment vivre des moments encore pire que ce que je suis en train de vivre !? C’est IMPOSSIBLE !! Pas d’doute la dessus, je suis belle et bien en enfer…. et je vis un enfer épouvantable !
Je tente tant bien que mal à contrôler mes violentes nausées tout en fermant bien ma bouche et mes yeux pour empêcher ce liquide atrocement puant qui me souille mon visage crispée de dégouts. Maintenant qu’elle retourne sur terre, j’en profite pour secouer ma tronche de droite à gauche pour ôter le plus de saletés possibles.
Et ces putains d’orgasmes anormaux qui ne cessent pas de me tourmenter encore et de m’affaiblir !! RHAAAA !!!
Ooooh non….. il est hors de question qu’on me viole une seconde fois, faut pas deconner !! Je dis ça parce que la blondasse en périmassions vient de saisir un marteaux piqueur gros comme et au look satanique sur un établie qu’elle compte bien tester sur moi.

En commençant par où ? Dans mon intimité bien sûr !  

Tu peux toujours COURRIIR !!!

SHKLAANNK !!!

Usant d’un effort surhumain, alimenté par une rage de vivre et une volontée de faire payer mes ravisseurs en un crie de guerre bestiale qui me fait oublier les orgasmes qui m’affaiblissent mentalement, je pulvérise brutalement les fixations des chaines noirs en utilisant toutes mes forces ! En recroquevillant mes membres.
La stèle se casse en deux et je me jette sur le côté pour éviter un morceau du gros bloc qui vient s’écraser sur le gros tas en décomposition.

SBAAM !!!

Il est gravement blesser mais toujours vivants. Je m’en occuperais une fois que j’aurais réglé mon compte avec cette saleté qui a eu le réflexe elle aussi d’esquiver le bloc.
Elle charge sur moi avec l’énorme marteau piqueur faisant deux fois sa taille en ricanant de plus belle. D’une rapidité phénoménale je la désarme en choppant le corps de l’arme sur le côté et je la tire directement vers moi, arrachant sur le coup les bras de la salope morbide. J’enchaine aussitôt par un croche pieds qui le fauche les rotules et l’étale au sol, pour ensuite la bloquer avec un pied et de l’achever en lui bouffant son marteau piqueur dans sa bouche de Joker ! Et pour évacuer toute cette haine sui déborde, je me défoule sur son cadavre que je disloque à main nue, dans de bruits d’os et de chairs déchirés que je balance au hasard. Prends ça pétasse, et ça et ça et CAAAA !!!

BLAM…. BADAAM !!!

Humpf !! Vraisemblablement, son pote a pu s’extirper du bloc et à trouver la force de me foutre une beigne par derrière et me projeter contre l’établie d’ustensiles de tortures qui volent en éclat.

-   Attends un peu toii……

Lui par contre, je n’vais pas lui faire de cadeau non plus ! J’enroule mes bras autour du monolithe de quatre mètres pour l’arracher du sol puis m’en servir de grosse masse pour pilonner sauvagement le gros « zomborg » encore, encore et encore ! Tant que ma rage ne s’est pas pleinement étancher. Des morceaux de son cadavre s’éparpillent de partout entre chaque coups et la salle de torture et très vite saccager, accompagner de vibrations sismiques violentes avec mes cris de colère comme ambiance. Même quand la stèle s’est désagrégée au point d’être inutile, j’ai continué à me défouler sur les deux horreurs en les insultants de tous les noms qui me vient en tête, professant mille malédictions.

J’ignore combien d’heures se sont écoulées…. si c’est 1 heure, deux heures voir plus….. Mais la pièce est s’en dessus dessous. Un vrai champ de bataille. Le matos détruits, les murs défoncés dans tous les sens et quant aux deux monstres…… ils ne restent plus rien d’eux. Pas même une bouille informe.
Aaaaah… ça va beaucoup mieux. Maintenant je peux me diriger vers la grosse grillagée  de sortie que je défonce d’un coup de pied latéral avec un boucan à faire sursauter les morts de leurs tombes.

KLOONNNGG !!!

En checkant le couloir où je débouche, je remarque que je me trouve toujours dans le labyrinthe. Je sais car plus loin j’aperçois l’un des nombreux murs que j’ai forcé, au fond. J’ai plus qu’à le rejoindre pour apercevoir le monte-charge à cinquante mètres d’ici !
Une fois atteint, j’appuie sur l’unique bouton poussoir et je m’assoie lascivement en attendant d’arriver à l’étage supérieur. Pfffff….. C’est pas croyable comme je suis épuisée psychologiquement. Toutes ces merdes m’ont plombée le morale mais d’une force…... y a pas d’mot qui puisse décrire ça. Impossible d’en inventé un.
Adossé sur le monte-charge, je rive mon regard sur le sol, en me gardant l’idée de respirée cette odeur fétide que je porte sur moi par l’urine zombiesque, de la bave visqueuse du gros zombie semi-mécanisé mêlée à ma sueur qui me collent à la peau. Je risque de dégueuler ce que j’ai mangé récemment.

Pour une fois, j’ai jamais eu une envie folle et furieuse de vouloir prendre une douche bien longue pour me purifier de toute cette crasse infecte.

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 20 février 20, 2015, 02:22:19 pm

Maya pris le monte-charge, mais sentis aussi un puissant sort d'affaiblissement qui la mis sur le cul.Maya pris le monte-charge, mais sentis aussi un puissant sort d'affaiblissement qui la mis sur le cul. De son coté Reaper était satisfait quand il arriva à nouveau dans la salle de contrôle. Il avait profité du fait que Zombi Britany et Zomborg s'occupe de la fille afin de se rendre lui-même au monte charge et retravailler le rituel. Le Mecanoide avait trop sous-estimé le degré de force de cette victime et avait du prendre des mesures ce qui lui a forcé à se risquer à venir lui même dans la zone afin de retravailler le rituel. Il avait quand même laissé à la fille juste ce qui lui faut pour pouvoir résister, autrement dit son degré de force se limitais maintenant entre 1 à 2 tonnes et elle restait suffisamment résistante pour se prendre des coups mortels et rester en vie voire régénérée. Une chose est certaine, elle ne risquait plus d'être aussi rapide, elle ne pouvait plus voler et encore moins faire des trous dans les murs. Ce qui l'énervait assez, c'est la somme qu'il allait devoir payer pour les réparations de son labyrinthe. Il comptait bien se rattraper avec le Colisée.

Quand le monte-charge stoppa avec une Maya à demi-crevé et encore sous l'emprise des nanomachines qui la faisait mouiller comme une fontaine, elle se rendit compte qu'elle était dans une pièce qui faisaient office de véritable armurerie médiévale. Il y avait des armes blanches en tous genre un peu partout accroché aux murs. Cette collection semblait venir de tous les continents et les mondes. Maya reconnus des armes terriennes, mais aussi des armes d'autres mondes. Elle vit également des casques des armures et des tenues de gladiateurs dont la plupart étaient pour femmes. Une énorme porte en acier noir lui barrait le passage et semblait verrouillée par contre Maya entendit des clameurs.

Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 21 mars 08, 2015, 06:39:01 pm

-   Uggh quoi encore !!?

Pour une raison dont j’ignore, je commence à me sentir étrangement faiblarde. Comme si quelque chose m’avait ôté quelque chose. Bon, ça n’veut rien dire cette phrase mais comprenez bien que je suis à bout de nerfs. Et cette putain de démangeaison qui ne s’arrête donc jamais n’arrange pas mon état de stress intense !! Je ne cesse de mouillet à cause du truc qui a été mis dans le gâteau de tout à l’heure, souillant le sol de la plateforme de ciprine et haletant comme si je me faisais baiser par un phallus invisible, sans m’en rendre compte.
Ce n’est qu’en me levant sur mes jambes que le changement se voyait : j’avais du mal à tenir debout. Non seulement à cause de cette soif de sexe incontrôlé, mais également et surtout par cette sensation de porter un fardeau entre les épaules. Je n’ai jamais ressentir ça jusqu’à maintenant…

Et ça, ça c’est vraiment pénible.   

Le monte-charge fini par me conduire dans ce qui semble être une grande pièce ressemblant beaucoup à une armurerie où j’aperçois des casques, armures et armes de tous les pays de mon monde. Mais également des modèles exotiques que je n’avais jamais vus auparavant. Toutes sont entreposés sur le flanc du local, tandis que devant moi se trouve une double porte  haut de six mètres, du même métaux que dans la première pièce où j’étais et aussi épaisse qu’une porte de coffre-fort. Cette dernière est bloquée par une énorme poutre actionable uniquement par le biais d’un mécanisme qui ne doit pas se trouver ici. Chose est certaine, ça doit être un stadium que doit déboucher cette porte, car je peux déjà entendre des applaudissements venant d’une foule assez nombreuse.

Alors je prends mon temps pour faire le tour des panoblies s’offrant sous mes yeux, jusqu’à ce que je tombe sur une version féminine d’une armure d’hoplite que je revêtisse  sur place. D’abord, les jambières, puis les brassards, suivit de l’armure et enfin du casque. Comme arme je prends deux glaives et c’est tout.

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 22 mars 13, 2015, 10:36:54 pm

 Maya venait à peine de s'équiper qu'un grincement se fit entendre et que la lourde porte se déverrouilla et s'ouvrit d'elle même sur un long couloir qui mena à la surface. Maya n'avait qu'à suivre le chemin, mais en débouchant à l'extérieur, elle se rendit compte qu'elle était dans une impasse où plutôt dans une arène. L'endroit était immense et faisait penser au Colisée de la Rome antique, mais façon Démon. Les gradins étaient remplis de damnés et de démons hurlant et gesticulant. À l'arrivé de Maya la foule devins de plus en plus excité un damné enragé voulus sauter des gradin, mais il fut carbonisé par une sorte de barrière magique. Cela donna à Maya une idée de ce qui risque de lui arriver si jamais elle essayait de passer au travers des gradins et elle était certaine que la barrière s'étendait jusqu'au ciel formant un dôme.

Si les damnés ne pouvaient pas atteindre la super fille cela ne les empêcha pas d'insulter Maya copieusement et ils avaient de l'imagination à revendre en matière d'injures.

Entre-temps Reaper avaient quitté la salle de commande pour se rendre lui aussi au gradin où l'attendait Davinel mais préféra rester dans l'ombre. Être méchant ne voulait pas dire qu'il était stupide bien au contraire. Nombre de dictateurs mégalomane comme la bande de dingues qui faisaient partie du public se sont laisser prendre pour finalement être tué dans un retournement de situation. Reaper n'était pas un lâche bien au contraire mais suffisamment précautionneux pour garder des atouts en mains.

Alors que Maya observait les environs une herse s'ouvrit face à elle et deux types entrèrent. Ils avaient l'air humain à première vue, mais Maya virent que leurs corps étaient écorchés vifs mis à part leur tête et leur visage. Cela ne semblait pas les gêner outre mesure et ils se mirent à sourire en voyant Maya qui se méfia de suite. Ses deux Apollons écorchés avaient des muscles hypertrophiés à l'extrême et maniaient des énormes épées aussi grosses qu'eux. Outre cela Maya vit qu'ils bandaient tous les deux sous leurs pagnes. Le combat n'allait pas être facile sans compter que l'état de Maya ne s'arrangeait pas.



Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 23 avril 05, 2015, 03:30:35 pm

Ca y est, les portes s’ouvrent enfin devant moi et ceux dans des cliquetis mécaniques graves. Conduisant directement au milieu d’une arène aussi imposante que le colisée de Rome. Peut-être même un poil plus imposant encore. Mais au lieu du style roman, l’endroit avais un look plus « démoniaque » que ça : pierres noirs d’obsidiennes, fresque d’un rouge carmin et piques métalliques accrocher sur les murs comme au sommet de la bâtisse. Remplie de plusieurs dizaines de milliers de spectateurs excitées comme des puces, m’innondant d’applaudissement, de sifflement, mais également tout un répertoire d’insultes incroyablement riche en vocabulaire. J’ai eu droit à des jurons plus originales les uns que les autres, toutefois je n’fais pas attention aux démons et damnés composant l’essentiels du stade, me contentant de marcher sur le sol sableux pour me retrouver au milieu du stade tout en balayant la zone du regard. Pas de salut d’la main ou autre signe de reconnaissance envers la masse. J’est pas signée pour me retrouver ici.
Tiens… un pleibeien tente de quitter les gradins pour venir vers moi. Un admirateurs ? c’est très probable rien qu’en voyant l’admiration transpirait sur son visage.
Outch ! tsss….. Apparemment les organisateurs de l’arène ont pensé à installer des mesures de sécurités pour empêcher tout débordement : le spectateur vient tout juste de se faire carbonisé en percutant une sorte de mur mystique recouvrant toute le périmètre des gradins sous la forme d’un dôme haut comme le stade lui-même. Bon ben pour le coup ma tentative de fuite tombe à l’eau….
Enfoncer la barrière magique de force ? J’aurais bien tenté le coup…. si je ne me sentais pas aussi faible aujourd’hui.

C’est alors qu’une herse s’ouvre lentement devant moi, où sortent deux hommes virilement balèzes…. et encore c’est un euphémisme. Ils sont horriblement musclées, à tels point que leur peau ne supportent plus leurs masse musculaire disproportionnée. Tout comme leurs épées, presque aussi imposante qu’eux.
Ils s’avancent vers moi, faisant des moulinets avec la garde de leurs armes comme si ces dernières étaient aussi légères que des plumes. Ils me fixent avec leurs yeux porcins et leur membre phallique qui forme une énorme bosse sous leurs pagnes me donne déjà l’idée de ce qu’ils veulent me faire. Ces sales porcs peuvent toujours rêver s’ils croient que je fais me laisser faire !

-   Hé, Romus ?
-   Oui, Rémus ?
-   Tu m’laisse la moule de la donzelle et toi tu te charges de son cul, hein ?
-   Ça marche ! Toute façon j’avais envie de commencer par la, hinhinhin…..

Je soupire d’un air agacé.

-   Vu vos sales gueules de gros consanguins dixième génération… vous n’avez pas les critères pour faire partie de mon genre.

Petite provocation qui laisse le temps à l’un d’eux de cracher un glaviot par terre et sur le côté, avant de me jeter un regard qui ne présage rien de bon.

-   Mais c’est qu’elle a du cran la petite.
-   Ouais….. on va lui apprendre à être une vraie femme.

 Celui qui semble s’appeler Romus (celui de droite sur l’image) commence le premier en entamant un coup d’estoc en diagonale vers moi et que j’esquive facilement en faisant un rapide déplacement sur le côté. Puis en portant une entaille au ventre de ce dernier avant de m’éloigner aussitôt de lui pour éviter le coup de son collègue par une roulade.
Ah ouais quand même….. en effet il n’y a pas que ma force qui a été profondément affecté par l’étrange influence surnaturelle, même ma vitesse ! Ugh…. cela veut certainement dire que ma résistance n’est pas exemptée de ça, tout comme de mes autres capacités physiques surhumaines. Fait chier !!! Bon…. j’avoue quand même que je suis suffisamment rapide pour esquiver leur coup lent mais certainement très puissant. J’ai été aussi rapide qu’un scooter à plein gaz, donc c’est déjà ça de bien. D’autant plus que j’ai quand même put portée un coup sévère à Romus. Mais il est encore apte à combattre, en plus d’être plus furax que jamais. Sans même placer une main sur sa blessure qui semble même pas le gêner, il se tourna vers son frère et tout deux se regardèrent lentement avant d’acquiescez à l’unisson. Je monte ma garde, prête à recevoir leurs prochaines ripostes…. Ugghh…. mais cette merde qui me ronge au niveau de mon sexe me déconcentre énormément et me torture de l’intérieur.

Et l’attaque elle ne se fait pas attendre.

Remus charge en premier et tente une attaque circulaire que j’évite en me baissant, puis enchainant en tranchant la jambe droite du colosse de deux mètres. Il hurle de douleur et de rage sur le coup. Je tente d’esquiver son copain derrière m…..

-   AAAAARRRGHGH !!!

Merde !!! J’ai pas été assez rapide !! L’enfoiré de derrière ma profondément entailler le dos au moment de m’élancer !
Ugh…. J’ai perdue beaucoup de sang….. et la blessure qui me lance est vachement profonde…. et je n’parle même pas de la douleur atroce qui me brule et me fait pousser un râle plaintif. Mais peu à peu ça diminue. Je peux sentir ma chair meurtrie se reconstituer puis se cicatrice. Néanmoins, c’est loin d’être super rapide. Dix secondes plus tard, je tente de me relever tant bien que mal à cause de ma blessure pas encore résorbé entièrement et ce supplice qui me démange énormément.
Je n’ai même pas le temps d’anticiper Remus qui m’attrape au cou en une main en surgissant par derrière, puis utilisant son autre main pour….. non…. mince, il soulève ma jupe et…..

-   HHIIIIIINNNN !!!!

J’y crois pas, il est en train de me violer mon intimité !!! Je gémis de douleur, le visage crispée sous les coups de hanches brutal du male en chaleur. Au moins ça a l’avantage de me soulager de cette démangeaison épouvantable..... et quelle bien ça fait !!
Mais hors de question que l’autre jouie en moi et m’engrosse ! Et désolé de devoir te faire ça mon p’tit père….

Shniick !!

-   WHOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRHH !!!!

Oui….. il n’a pas vu venir ce coup de glaive qui vient sectionner son énorme soldat de son entrejambe, tout comme ses bourses. Pour souffrir il souffre…. et PAS qu’un peu. J’aurais presque pitié de lui. Agenouillé mains placés sous un bas ventre giclant du sang mêlée au sperme, je viens mettre fin à ses souffrance en le décapitant sur place d’un coup de glaive en arc de cercle. Sa tête vient rouler plus loin avec une expression de souffrance figée sur son visage, tandis que son corps s’effondre sec.
Son pote, lui, s’approche de moi à cloche pied. Arme brandit en l’air en avouant son envie de me faire payer pour lui avoir coupé sa jambe. J’lui souris malicieusement avant de m’approcher très vite de lui pour être à portée de son autre jambe que je sectionne dans une glissade au sol. A présent cul-de-jatte, je tranche aussitôt ses bras, augmentant son flux d’hémoglobine évacuant de son corps meurtrie….. puis lâchant l’un de mes glaive pour libérer une main fine et agile qui vient empoigner la forge de la brutte épaisse agonisante… je plante l’autre glaive dans sa ceinture pectorale que j’ouvre en deux d’un geste rectiligne  vers le haut. Ses entrailles se répandent au sol et je lache le cou du gladiateur qui meurt dans sa chiasse. La tête baignant dans son propre sang.

Ramassant mon second glaive, je recule de cinq pas en arrière avant de river mon regard dans le vide. En posant une main inquiète sur ma blessure dorsale, je remarque qu’elle vient toute juste d’être guérie. Ce qui me remplit d’un soulagement salvateur. 

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 24 avril 05, 2015, 05:59:24 pm

Maya avait à peine tué son deuxième adversaire que le chant d'une trompe se fit entendre en regardant dans la direction du son, elle vit une sorte de panneau indiquant 666 en lettre de feu, mais remarqua bien vite que les chiffres changèrent et le 666 se mua en 664.

De son coté Reaper regarda le spectacle sans rien dire jusqu'à ce que Davinel romps le silence.


- Tien ! Tu n'emploies pas nos créatures cette fois ? Demanda-t-elle.

- Mmmm ! Même si nous avons un contrat, nous ne sommes que locataire du Thunderdome pas les proprios. En outre nombre d'écoles de gladiateurs as été intéressés par notre acquisition. Durant les précédentes épreuves, j'ai été pas mal bombardé de proposition des autres écoles et d'une bonne partie des tordus de cette cité. Une super-héroïne à torturer cela rapporte pas mal d'argents. J'ai accepté la plupart des contrats, mais ne t'inquiète pas, j'ai mis quand même quelque un de nos spécimens dans le lot histoire de rigoler. Ne soyons pas chiant laissons les autres s'amuser. Répondit le Mecanoïde tandis que la herse s'ouvrit.

Maya vis cette fois déboulée un groupe d'individus, mais elle se rendit compte bien vite qu'elle avait affaire à des humains. Des hommes et femme vêtus de vêtements tachés et élimés provenant d'époques différentes. Leurs peaux étaient blafarde à cause du manque de soleil et semblaient avoir vécus l'enfer, quoi de plus normal vus qu'ils y étaient. Si beaucoup d'entre eux brandissaient des armes improvisées, d'autres étaient armés de couteaux, de hachoir à viande et pour la plupart de vraies armes blanches ainsi que des armures où des protections pour ceux qui ressemblaient à des soldats.

Ils étaient au moins une trentaine de damnés prêts à en découdre avec un air vicieux et brutal dans le regard. Les premiers adversaire que vis débouler Maya était une grosse cantinière allemande vu les injures qu'elle lui lançait armé d'un marteau attendrisseur de viande et un type vêtus de haillons noir armé d'un rasoir de barbier suivis d'un chevalier en armure rouillé armé d'un fléau.

Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 25 avril 06, 2015, 03:47:00 pm

TINTINTIIIIIIIIIIIIIIN !!!!
C’est pas vrai…. y a pas moyen d’avoir une minute de repris pour une fois !!? Physiquement je ne suis toujours pas fatigué, mais encore une fois je surtout bien épuisée psychologiquement ! Ce n’est pas souvent que je me bats non-stop sur une très longue durée. Je pousse un long soupire d’agacement alors que je jette mes arme pour m’emparer d’une des grosses épées appartenant aux deux semi-géants de tout à l’heure.

-   Ugh…. et c’est repartie……

Et elle va m’être très utile…. car cette fois ce n’est pas une… ni deux…. mais bien tout une masse de gens qui vomissent de la herse. Combien me diriez-vous ? Je dirais 664, si j’en crois les lettres de feux inscrite sur le panonceau flottant comme par magie hors du colisée. Equivalent à un panneau de score pour être exacte.
Parmi toute cette masse de damnées à la peau blanchâtre et aux yeux mêlant folie et rage de survie, je reconnais pas mal de gens dont leurs tenues contraste avec l’époque auquel ils sont du vivre avant d’être envoyé aux enfers. L’un semble venir tout droit de la Rome antique….. Celui-ci de l’aire viking…. l’autre du Japon féodal. Et tant d’autres dont je n’ai pas le temps de tous les énumérer. Nom de Dieu…. comment peut-on obliger de pauvres gens à se battre ? Oui, j’ai de la pitié et il m’arrive d’en avoir. Ne suis-je pas humaine après tout, malgré mes capacités inhumaine ? Et ça m’fait de la peine…… beaucoup de peine… à devoir faucher des vies déjà condamnée pour l’éternité dans ce monde. Malheureusement je vais être contrainte de le faire. Non pas par plaisir…. mais bien pour ma survie. C’est égoïste ce que je dis, mais c’est comme ça. N’importe qui n’aurait fait pareil que moi de toute façon.

Alors….

SLAASH !!!

-   Pardonnez-moi……


C’est la seule phrase d’empathie que j’avais avant de faucher facilement six damnés en un mouvement rotative sec et puissant de l’immense épée que je porte à deux mains comme si elle été fait en carton pâte, suivit d’un nouvelle arc de cercle tranchant venant séparer le buste de six autres malheureux de leurs partie inférieur, puis d’un tour complet sur moi-même pour contrer une masse de gens m’encerclant et fonçant vers moi à l’unisson avant de faire un bond de 6 mètres dans les airs pour atterrir sur le chevalier à l’armure rouillé qui me sert d’amortisseur de chute.
Depuis que l’un des deux colosses m’a violé l’intimité, ça ne me démange plus aussi fort qu’avant. Mais ça continue encore de m’irrité le bas-ventre, bien que l’effet et moindre. Je peux donc me concentré plus facilement et mieux anticipé l’arrivée de mes cibles d’un peu partout pour esquiver les coups d’armes et d’outils rudimentaires comme improvisées en alternant roulades sur le côté et rotations de mon buste suivit d’une riposte. Quant à l’autre masse peuplant les gradins, ce sont des cris d’excitations et d’enthousiasme mêlé à des sifflements d’encouragements qui ne me satisfait nullement. Au contraire, ça me répugne. Remarque, je suis censé être en enfer…. le VERITABLE enfer. Pas étonnant que toutes les formes d’horreurs et d’atrocités soient adulées, idolâtrés.  

A mesure que le temps passe, le nombre de cadavre s’accumule dans le sol du colisée et leurs sangs donne t au sable un teint carmin qui se répand de plus en plus. Contrastant à merveille avec le noir ténébreux de l’architecture du bâtiment. La seule chose qui puisse me donner un repère temporelle est le panonceau flottant affichant ce qui reste de damnées enragées à tuer. 330. Soit plus de la moitié. Bon sang…. j’ai l’impression que ça fait déjà une éternité que je me bats comme une lionne. Mon armure, elle,  s’en prend plein la gueule. Une myriade d’entaille orne ma protection qui n’a plus pour longtemps à vivre. Mes bras, eux, reçoivent aussi des coups d’entailles, mais leurs armes ne laissent que des égratignures qui disparaissent en quelques secondes. Râle plaintif, crie de désespoir et hurlement guerrier forment une symphonie macabre qui me glace le sang.

C’est deux salopards….. je ne les louperais pas au prochain virage…..

D’ailleurs, ils sont où déjà ? Profitant de l’espace qui me séparent de mes assaillant, je balais les gradins en espérant trouver la salope et son tas de ferraille de service. Mais jusqu’ici, rien. D’ailleurs, aucun des deux n’a pris le risque de se placer vers la place VIP réservé exclusivement aux empereurs romains. Pas bête…. mais tôt ou tard je les délogerais.

Soudain, plissage de yeux vers le milieu du stade, entre deux démons qui semblent être frère jumeaux. Tient…. est-ce que c’est bien ce que j’crois ?

-   Komm her und ich schneiden Sie in Stücke !!!!

Ah ben zut… j’en ai complètement oublié la grosse truie beuglarde germanique qui vient de me donner un coup d’attendrisseur en plein face, m’obligeant à quitter la zone supect du stade pour me retourner vers elle…. mais qui ne me fait ni chaud ni froid.

SLAARKK !!!

-   Désolé…. j’ai pas faim.

Cette fois c’est bien en deux que j’ai coupé le tas de formes enragé, dont le sang jaillissant souille un peu plus ma tenue d’oplitesse……

Et ce spectacle ignoble continue….
« Modifié: avril 09, 2015, 03:19:44 pm par Maya Da Silva »

Carnivora

Légion

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 26 avril 12, 2015, 04:36:35 pm

Le Damné que Maya Tua devait être le dernier, car elle ne vis plus de vague arriver. L'arène était devenue un vrai charnier avec des cadavres dans tous les coins et Maya ne s'en ce n'est pas sortis indemne, il ne restait plus que 329 adversaires à affronter, mais visiblement le déferlement de Damnés n'était qu'en réalité des amuses gueules comparés au affreux qui arrivèrent.

Leur puanteur de fauve était infecte. Ses créatures ont deux bras, deux jambes, un torse et une tête. Cependant, ce sont des enfants du Chaos eux-mêmes, et leurs corps mutants peuvent être déformés en n'importe quelle forme bestiale de bouc de mouton où de chacal. Ses hommes-bêtes sont des guerriers sanguinaires, ils ont la ténacité d'une créature sauvage, la force extraordinaire d'un animal, pas plus de pitié qu'une bête fauve et ils combinent cela avec un intellect humain pervertis et ils virent en maya une proie affaiblie. Leur chef était un énorme Minotaure encore plus gros que ceux que Maya avait affrontés dans le labyrinthe. Ils n'étaient que 10 ne portaient pas d'armures, mais étaient armés d'énormes armes comme des haches où des hallebardes. Ils avaient également leurs autres armes en dessous de la ceinture qui étaient chargés. Maya n'avait jamais vu autant que gourdin dressé. Celui du Minotaure était énorme.

Soudainement, le Minotaure poussa un cri et les monstres chargèrent droit sur Maya. Si elle réussit à en tuer quelques-uns un Mutant à tête de chacal lui mordit sauvagement le bras lui faisant lâcher une de ses armes tandis qu'une autre créature à tête de bouc lui rentra dans le lard et lui envoya un coup de corne en pleine poitrine la faisant tomber. Ce fut ensuite la curée, car elle fut littéralement rouée de coups de sabot. Son armure fut arrachée et mise en pièces et fut maintenue solidement au sol. Une des monstrueuses créatures frappa Maya à la figure et lui ouvrit la bouche force pour lui enfourner son membre puant dans sa gorge alors qu'elle sentit quelque chose de gluant s'enfoncer dans son cul.

Mais le plus effrayant fut le Minotaure, car il fracassa là la tête d'un Homme-bêtes voulant violenter Maya par-devant visiblement, il convoitait l'exclusivité de son vagin sans préliminaire le monstre enfonça son gourdin énorme dans les entrailles de la super fille en fit de va et viens brutaux.


« Modifié: avril 12, 2015, 05:04:39 pm par Carnivora »

Maya Da Silva

E.S.P.er

Re : Le Thunderdome de Neron

Réponse 27 avril 12, 2015, 11:01:06 pm

ROAARRRRRRR !!!!


Ooooh noooon…. dites-moi que je vis un cauchemar ! Voilà qu’entre en scène une bonne dizaine d’hybrides, tous aussi monstrueux les uns que les autres ! Et cette odeur….. snif snif….. pouaaahh !!! C’est à gerber ! Et pourtant ils ne sont à même pas 10 mètres de ma position ! 1….2…..3….4…….. ils sont au moins une bonne dizaine. Toutefois j’ai du mal à garder un œil sur eux, à cause de cette vague d’âmes maudites qui ne cessent de me harceler, m’obligeant à me focaliser un peu partout pour contre-attaquer.
Je sprint de toute mes forces pour déstabilisé le plus d’ennemies possibles en tournant autour d’eux puis alternant par des charges éclaires, déchiquetant mes adversaires sur le fil du rasoir de l’énorme épée tendue en diagonale sur ma droite. Mon cerveau carbure constamment en adrénaline qui ne cesse d’être générer, tant la situation est infernal…. et c’est le cas de l’dire ! Ca fait je-ne-sais-plus-combien-de-temps que je combats non-stop, sans avoir la moindre minute de répit pour reposer mon état psychologique qui souffre le martyre ! C’est éprouvant mais d’une force…… il n’y a pas de mot pour décrire cette souffrance tant physique que psychologique qui me tourmente……

J’évite de justesse un coup de fléau d’un des hommes-bêtes démoniaques dont je fauche ses jambes au niveau de ses genoux pour qu’il soit à mon niveau et que je puisse lui trancher sa tête porcine. Un autre tente de profité de mon inattention pour m’attaquer hors de mon champ visuel en arrivant sur ma gauche ! Je bloque net ses deux haches à une main avec l’épée de son ancien propriétaire en ligne horizontale, puis poussant ses haches au-dessus de lui pour perforer sa gorge qui se met à pisser du sang et noyer l’homme-hyène dans son propre hémoglobine.
Mais voilà qu’un autre arrive par derrière sans que j’y fasse gaffe et m’immobilise en enroulant ses gros bras musclé suintant la transpiration autour des miens afin de laisser l’occasion à un autre de ses collègue, un homme-phacochère cette fois, fonce sur moi en beuglant comme un dément et tends son arme au-dessus de sa tête pour tenté de m’écraser la tête avec sa grosse masse de guerre….. du moins son gros grand soldat sous son bas ventre. Je…. ne me… laisserais…. pas FAIRE !!! VOUS M’ENTENDEZ !!?
Mes mains s’agrippent à ses triceps, puis d’un mouvement rotatif des hanches je déplace l’abomination du chaos de sorte à ce qu’il se prend la masse de l’autre sur la tête, faisant un joli bruit de biscotte agréable à entendre. Et le temps que ce dernier lève de nouveau son arme, je m’approche rapidement vers lui pour lui ouvrir le ventre par incision verticale.
Un autre, armé d’une hallebarde, tape un sprint vers moi en espérant m’empaler. Je saisie un fendoir sur l’un des cadavres en putréfaction pour le jeter façon arme de jet en pleine tête sur mon assaillant. Raté ! Non pas qu’il l’a paré, mais bien que j’ai mal visée et que le couteau et partie sur sa gauche. Tant pis, je m’retourne sur le côté, saisie le bout de l’arme puis l’utilisant pour faire tournoyer la bête immonde dans les airs en un tour entier avant de lâcher ma prise pour qu’il part rejoindre les gradins. Mais comme il y a une barrière magique qui empêche d’y accéder…… il se fait carbonisé par celui-ci.

Je me prends un coup de fourche, de barre de fer et de poignards venant de trois damnés issue des années 70 qui se font vite dévisser la tête par mon coup d’épée circulaire. Un geyser sanguin s’échappe de leurs cous privés de tête. Mais très vite, il faut qu’une nouvelle horreur humanoïde surgie par derrière. Sauf que cette fois il tente de fourrer son gourdin phallique dans mon cul. N’y pense même pas, engeance du diable !! J’lui déboite un genou d’un coup de pied vers l’arrière, le faisant chuter sur le côté pour aussitôt lui fendre la tête en deux.

Ca fait déjà 6 hybrides humanoïdes tués…… et quelques dizaines de chairs à canons dont j’ai mis à termes leurs folies furieuses de manière défini………

-   Guaargh !!!

Mon dieu…… ce putain de monstre bestial à tête de chacal à ma droite vient planter ses crocs infectes dans mon bras droit, me faisant pousser un cri de souffrance qui m’oblige à lâcher mon arme sous la douleur. Je lui donne un coup de poing rageur qui lui fracture son crâne.  A peine le coup flanqué que je me fais expulser plus loin, soit cinq mètres, par la charge d’un homme-bête à tête de bélier en pleine poitrine. Sourcils froncées et lèvres retroussées, je pousse un cri de guerre sous la colère sourde qui me consume, me relevant avec peine et m’apprêtant à riposter….. mais très vite, je me fait lincher par une pluie de coup de sabots venants de 3 de ces horreurs. Endommageant mon armure au point de pouvoir me l’arracher et de me dénuder en même temps. Pour la énième fois, bordèle !!
Par inattention sous la douleur des coups, l’un d’eux plante quelque chose de moue dans ma bouche et ce n’est qu’en ouvrant les yeux avec horreur que je découvre qu’il m’oblige à lui sucer son phallus dégueulasse s’engouffrant jusqu’à ma trachet !! Putain, l’odeur et le gout me donne envie de violentes nausées !! J’en ai le visage dégoutée à l’extrême, si bien que je répugne à l’idée de le lui arracher de mes dents !! Et qu’est-ce que je sens dérrière m…. Aaargh mais c’est pas vrai !! On viole à la fois ma bouche… ET mon cul !!

-   MMHuuuummmhhh !!!!

Bon sang que j’ai maaaal !!! Je gémis de douleur sous les coups de reins que l’homme-bête de derrière me donne, mais dont mes cries sont étouffé par la verge de l’autre qui fait office de bâillon, tant elle est grosse !!! Aussi grosse qu’une bite de cheval !

BLOARRK !!!

Oh mon dieu…. je l’avais complètement oublié celui la…… le minotaure de tout à l’heure. Si celui d’avant fait dans les deux mètres….. lui il faut lui rajouter un mètre de plus. Déjà lui, il est tellement en rut qu’il broie le crâne d’un de ses alliés d’un revers bestial de la main sur la figure, l’étalant deux mètres plus loin. Oh non….. non non non n…….

   KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!

Ce minotaure plante son engin encore plus large que ceux de ses copains dans mon vagin qu’il pénètre de force et l’enfonce tout au fond de mon utérus qui se fait perforer et donnant accès à mes intestins sous ses coups de reins horriblement bourrins. La…. difficile de faire plus atroce en matière d’agonie…. tant c’est trop atroce ! Des fuites sanguines très abondantes s’échappent de ma chatte élargie de force et ma bouche grande ouverte laisse échapper une colonne d’hémoglobine par terre. En même temps que ce long crie d’agonie qui vient du fin fond de mes entrailles. Le plus puissant crie de souffrance que je puisse faire. Visage crispé et les yeux faisant couler une quantité importante de larmes venant perler sur mes joues.
Je pleure…… je pleure a chaude larmes tant ce calvaire est insupportable. Je me vide rapidement de l’air stocker dans mes poumons, mais impossible de mourir d’asphyxie. Et n’ayant plus d’air pour faire vibrer mes cordes vocales, me voilà dans l’incapacité de pouvoir crier ou d’implorer à l’aide. Bien que cette dernière est vaine dans ce monde où l’espoir n’existe plus….. Où il n’y a pas d’échappatoire. Condamné à subir maintes et maintes tortures qui ne peuvent mettre fin à ma vie car mon facteur guérisseur prolonge cette torture dantesque que je vie à l’instant même. Je ne régénère plus aussi vite qu’avant, c’est-à-dire- quasi instantanément à cause d’un sortilège mystique, pourtant il demeure suffisamment rapide pour pouvoir me privée de l’unique chance de me mourir.  Le monstre pilonne encore… encore… et encore…. mais est incapable de me tuer. Mon sang se régénère.... les tissus anales comme vaginal se cicatrices…. tandis que mes organes se remettent en place et se reconstitue entre deux coup de reins.

Si je suis condamné à vivre dans ce monde pour l’éternité….. ce ne sera pas en se laissant violer éternellement…..

Usant d’un effort surhumain sous les coups le martelage répétés du minotaure et de son pote qui se charge de pétrir mon cul, je saisie une poignée de sable dans chacune de mes mains pour jeter le tout en plein dans les yeux du minotaure et l’autre derrière moi. Tous les deux plaquent leurs mains sur leurs yeux et hurlent comme des déments, me libérant de leurs phallus taillé dans le kingzize. Parfait ! Maintenant j’ai plus qu’a me faire violence pour me relever et ceux malgré le trou du cul et le vagin dilaté comme pas possible. Oh mon dieu, je ne préfère même pas regarder le carnage qu’ils ont osé faire. D’autant plus que je laisse mon facteur régénérateur faire son travail pour tout remettre en place. La morsure de l’homme-chacal ayant disparue depuis longtemps.

Je ne lésine toujours pas à maintenir cette effort du désespoir pour encaisser psychologiquement cette douleur infernal à mes parties intimes en ramassant le plus vite possible la grosse épée de tout à l’heure puis de canaliser cette haine monstrueuse que j’ai envers ces aberrations méprisables en commençant par couper leurs parties génitales par un coup d’estoc direct de l’épée. Juste pour le plaisir de les entendre souffrir pendant quelques secondes, avant de les anéantir par décapitation. C’était les deux derniers du lot. Et pour exprimer toute l’amour que je porte au minotaure, je crache un glaviot qui vient plaquer sur son torse poilu et sale, avant de reporter mon attention sur la horde enragée qui se rapprochent très rapidement.
Et c’est dans une frénésie acharnée que j’étripe, décapite et déchicote les damnés restant. Faisant voltiger des têtes, bustes et parties inférieurs en l’air dans mes coups rotatives et en diagonales. Mais également en jouant les boules de bowling sur les quilles que constituent mes cibles. Les disloquant par pack de 5. De leurs côtés, La grande majorité des spectateurs est en délires. Tout le monde est excité comme des puces. Je peux entendre aussi biens des encouragements comme d’insultes venant de damnés comme de démons dans les gradins. Surtout d’encouragements. Entre deux zigouillage, j’aperçois des démons en train de lancer ce qui semble être des paris, vers le gradin le plus proche de moi. Et apparemment ca mise sur moi. Je remarque aussi que le stade est plus bondé qu’au moment de mon arrivée. Des démones à la beauté somptueuse et vêtit avec des tenues assez luxueux accompagnée de bijoux en or massif.

 Quand j’anéantie la dernière âme damné du stade en le découpant en diagonale, le stade se met à vibrer sous les applaudissements et acclamations de la foule. Le panonceau flottant indique le 0 annonçant enfin la fin de cette vague déferlante. Soudain, presque tout le monde se met à scander mon nom à l’unisson, levant plusieurs fois leur bras en l’air comme pour exprimer la popularité que je suis en train de gagner.
Hors moi…. je n’ai que faire de cette popularité. Qu’ils aillent tous au diable…. si ce n’est déjà fait. Pas de salut de la main à eux de ma part…. ci ce n’est le fait de planter l’épée en main au sol et de dépouiller à un cadavre, quelque chose à porter sur soi. Etre en tenue d’Eve au milieu d’une telle foule me met vraiment mal à l’aise. Finalement, je me contenterais de cette tunique grecque de cet homme. Ce n’est pas vraiment à ma taille, mais je me contenterais de ça……
Après tout ce que j'ai subit et ceux malgré la baisse de mes capacités physique, j'ai accumuler que très peu de fatigue physique. Fatigue qui disparaît qui n'a été que très brève.... vu que j'ai la sensation d'avoir déjà récupérer depuis longtemps. Mes blessures corporelles, elles, ont disparue. Y compris celles mes parties intimes. Cela ne me fait plus mal, certes….. mais il y a des douleurs qui ne partiront plus jamais et qui resteront à jamais graver dans ma mémoire. A commencer par cette mésaventure…. si j’ai encore un avenir qui se dessine en perspective, sous mes yeux vitreux et rivées dans le vide….
« Modifié: avril 13, 2015, 12:11:59 am par Maya Da Silva »


Répondre
Tags :