Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Trouver la paix [Pv]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Hayao Tachibana

Créature

Trouver la paix [Pv]

vendredi 07 juin 2024, 21:13:13

Les rêves étaient une partie inhérente de l’existence des êtres pensants. Et tant qu’il y aurait des êtres pensants, il y aurait des rêves, et donc je me nourrirais. Vivrai-je tant que je me nourrirai, d’ailleurs ? J’espérai que non. L’immortalité était une notion que je n’approuvais pas. Parce que j’étais bien souvent bien trop fatigué pour ça. Je ne saurai vivre éternellement ainsi, étant si souvent épuisé. Mais dans les faits, je ne devais pas trop me plaindre, bien sûr ; ce n’était pas moi qui avais des rives qui semblait aussi épicé qu’amer. Un cauchemar comme on les aimais celui-là… c’était étonnant comme le sexe et la terreur pouvait aller de paire dans les rêves, mais là, c’était autre chose… je souris et je tachais d’en savoir plus. Ce rêve était celui d’une jeune femme, je ne la connaissais pas ou son rêve aurait été visible bien plus tôt.

Un pas et j’étais dans son rêve. Pas le mien.
Un pas et j’étais dans le quartier de la toussaint ; d’accord, un coin classique, animé.
Un pas et je trouvais l’orgie du rêve, car le monde se « créait » autour d’elle. Elle était…. En train d’errer ? un peu. Elle semblait un peu sur les nerfs. Elle regardait à droite, à gauche, mais marchait, sans trop s’arrêter, cherchant quelqu’un ou quelque chose…

Elle parcourait les rues, se figeait, regardait quelqu’un. Un homme ? Puis elle renonçait et cherchait du regard. Un autre ? Non, toujours pas… son comportement était curieux. Et pourquoi cette note épicée alors dans le « gout » de ce rêve… je fronçais les sourcils, m’approchais, et, sans crier gare, je venais poser ma main sur l’épaule de la jeune femme, comme arrivé derrière elle. Elle avait un look un peu garçonne, mais ça lui allait bien, il fallait reconnaitre. Ici, les filles aux cheveux courts comme elle n’étaient pas légion.

« Tu cherches quelque chose ? »

Alors je compris. Je sentis, et j’explosais de rire intérieurement. Alors c’était ça…  Le rêve me « parla » et je compris le cauchemar. Une envie qu’elle devait assouvir mais qu’elle ne voulait pas… et du coup, elle était en chasse. Pseudo prédatrice… c’était… amusant. Et pas qu’un peu. Voyons ce que le rêve me révèlerait d’autre avant que je n’en prenne pleinement le contrôle…
Et savait-elle-même qu’elle était dans un rêve ? Certains savaient, d’autres non…
« Modifié: samedi 08 juin 2024, 09:42:38 par Hayao Tachibana »

Claire

Humain(e)

Re : Trouvez la paix [Pv]

Réponse 1 vendredi 07 juin 2024, 23:49:42

J'avais été négligente. Cela m'arrivait rarement mais quand c'était le cas, les conséquences pouvaient être terribles. Si au début de mon malheur, je laissais trainer un peu les échéances, maintenant, j'y faisais vraiment attention. D'attendre trop avait déjà failli me coûter la vie, je connaissais bien la montée des symptômes et craignait le moment où j'allais me retrouver à agoniser, recroquevillée dans la souffrance de ma malédiction.

C'était presque le cas ce soir là. Pourquoi est-ce que j'avais attendu? Pas par paresse ni par fatigue, encore moins par désintérêt, ma vie était bien mon premier centre d'intérêt ... Je ne m'expliquai pas ce raté. J'avais chaud, j'avais froid, mon ventre me faisait si mal que j'avais envie de crier. Je me retenais. J'étais sortie en panique, fonçant au quartier de la Toussaint à bord d'un taxi. Le chauffeur m'avait maté d'un drôle d'air et je m'étais demandé si je n'allais pas lui faire un sort. Non ... il sentait fort et même si je ne pouvais pas me permettre d'être trop exigeante, c'était beaucoup trop demandé.

J'avais vu mon reflet dans la vitre de la voiture, j'avais des cernes sous les yeux et je ressemblais à une junkie en manque. Je m'étais enfuie du taxi sans même récupérer ma monnaie. Il ... me ... fallait ... un ...HOMME!

J'en accostais un puis un autre. Ils devaient me prendre pour une pute du coin --- La honte! Mais le désespoir me rendait coriace et je déambulais sur le trottoir en quête d'un truc consommable. Les minutes passaient et mes critères de sélection s'amenuisaient, fondant comme neige au soleil. J'en arrivais  presque au point où j'aurais pu accepter un vieux momifié. Ma respiration était saccadée et ma petite poitrine semblait vouloir jaillir de mon croptop trop court. Heureusement que je portais mes sneakers parce qu'en talon, je me serais foulée une cheville.

Ah!!! Lui là-bas! Il a l'air pas mal! Mon legging en denim ne m'empêche pas de courir et je vais me jeter sur un inconnu quand une main se pose sur mon épaule, par derrière. Je ne hurle pas, je ne m'évanouis pas de frayeur. Non, au contraire, ce contact m'apaise. C'est comme enfiler un préservatif à un mec avant de ... Euhh ... enfin ... un truc comme ça.

Mes sens atteignent un degré de sensibilité presque inhumains. L'inconnu sent bon et le timbre de sa voix est chaud. Je passe de chienne en chasse à l'état de chienne en chaleur en une fraction de seconde. je le gratifie du sourire qui signifie qu'il a touché le jackpot. Mes symptômes se tassent un peu, comme le calme avant la tempête. J'ai l'impression que ma voix sonne comme celle d'une actrice porno quand je lui réponds.

"Oui, et je crois que je l'ai trouvé."

Je m'accorde deux minutes pour les préliminaires d'usage. L'identité, tout ça je m'en fous.

"Tu n'es pas malade au moins?"

Ca, je ne peux pas le deviner mais ce que je sais, curieusement, c'est quand on me ment. Je prie pour qu'il ne mente pas. Mon regard glisse sur ... l'objet de ma nécessité.



**********************



Claire s'agite dans son sommeil. Elle transpire bien que sa fenêtre soit ouverte. En réalité, elle n'a aucune raison d'être inquiète puisque sa dernière prise date d'il y a deux jours ...

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 2 samedi 08 juin 2024, 09:52:05

Il était sûr que cette jeune femme n’était pas son état normal. Trop éveillée pour être un zombie, mais avec des cernes qui auraient pu la faire passer pour, pensais-je quand je la voyais se retourner vers moi. Non. Pire qu’un zombie. Une camée en quête de daupe, en fait. Ça collait bien mieux. Pauvre idiote. Il n’y avait qu’une seule drogue au monde qui valait le coup.
Et c’était le redbull.
Ben oui, toujours épuisé que j’étais, c’était normal que je sois un grand consommateur de boissons énergétiques. A force, c’était nécessaire. Je lui fis un sourire avant de finalement voir son regard qi se braquait sur moi, faisait un aller-retour entre le haut et le bas, évaluant la marchandise. Enfin, j’avais l’impression d’être un morceau de bœuf Kobe, en vitrine chez le boucher…
Elle était bizarre. Les états dans lequel les gens pouvaient être en rêve, et là, elle était clairement dans un état second.
Je voyais bien qu’elle se tapait presque une crise de manque. Manque de quelle merde je ne savais pas. Mais… avec son regard, son insistance à me fixer sous la taille, son haut qui laissait voir même la fine rondeur du sein dépassant légèrement de sous le mini haut… il n’aurait manqué que la minijupe à ras le terrain de jeu. Quoique dans ce quartier pas toujours mal famé, c’eut été sans doute le prélude à une nécessaire agression ? possible… mais le choix était amusant, et mettait en valeur sa silhouette, un peu menue, surtout élancée.
Je m'accorde deux minutes pour les préliminaires d'usage. L'identité, tout ça je m'en fous.

« Ce serait plutôt à moi de poser la question, non ? »

Vue la tronche, oui.

« Mais je suis sain, si c’est ce que tu cherches à savoir… »

Je souris et je comprenais parfaitement où ce rêve voulait aller. Alors doucement, je lui prenais le menton.

« Dis-moi ce que tu veux et le prix. »

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 3 samedi 08 juin 2024, 14:52:45

L'espace d'un instant, je me demande si l'inconnu ne va pas fuir finalement. Il a le visage du type qui craint de se faire planter une seringue dans l'œil par une toxico en fin de vie. Mais le contact prolongé de sa main sur ma peau me redonne un peu de décence. Mon corps réagit positivement à sa présence; c'est là tout le problème de ma malédiction. J'ai besoin d'un mec pour aller mieux. Mes cernes s'éclaircissent, je ressemble beaucoup moins à un chien battu et je me redresse, plus vivante et vivace que trente secondes plus tôt.

Je lui prend le poignet, c'est ma prise, je ne la lâcherai pas. Il ne ment pas donc il va passer un très bon moment. Il ne le sait pas mais son jackpot du mois ... c'est moi!

Et en plus, j'ai de la chance. Il sent bon, il est beau et bien foutu même si sa coupe mériterait quelque chose de plus sophistiqué (merci mon regard professionnel...).  La distance qui nous sépare passe à presque rien quand je fais un pas vers lui. Il me tiens par le menton; encore un peu et on s'embrasse passionnément comme dans un film qui doit bien finir.

Si moi je suis saine? Et bien après 104 partenaires (compte commencé au début de ma malédiction), je suis ravie d'annoncer que je suis ultra saine. Je n'en suis pas sûre mais je bénéficie peut être d'une immunité qui va de paire avec mon problème.

"Le prix? Mais ..."

Ah oui, évidemment. Monsieur me prend pour ce que je ne suis pas et c'est complètement compréhensible. Maintenant, ça surprend un peu. D'habitude, les gars sont trop heureux et ne perdent pas de temps, ou encore font exprès de ne rien demander. C'est rapide, sympa, et ils se barrent. Pour ceux qui tentent de s'accrocher, j'esquive avec un sourire, un petit au revoir de la main et je disparais aussi vite que possible. On parle assez peu en fait, l'essentiel passant par une copulation furieuse et intense. Là, on me pose une question inhabituelle. Ce que je veux et pour quelle somme. Pourquoi pas? Je dois changer ma machine à laver en plus. Combien demande une pute dans ce coin? Je balance une somme au hasard, consistante mais pas effrayante.

Allez beau gosse! on y va!

"J'ai besoin ..." ... de ta semence pour vivre mais il est hors de question de sortir une horreur pareille.

"... de passer un bon moment."

Autour de nous, pas grand chose. Une ruelle ferait l'affaire mais il semble que tout le monde se soit donné le mot pour descendre dans la rue maintenant que j'ai trouvé quelqu'un.

"Tu habites dans le coin?" Pas convaincante la pute. Normalement, une travailleuse de la rue devrait avoir tout prévu. AH! Si, là! Ce hall d'immeuble semble être accessible, on pourrait trouver un endroit.

"Où là si tu veux." Je montre l'endroit de mon index tendu.

Viiiiiiiiiiite !!!!

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 4 dimanche 09 juin 2024, 09:31:01

Elle me saisit le poignet, comme si elle ne voulait pas me laisser partir. Je jetais quand même un œil à son autre main, très rapidement, juste pour être sur qu’elle n’y portait pas une arme. Parce que soyons clairs, il y avait un secret que je chérissais plus que tout : le rêve et la réglait étaient pour moi deux mondes que j’explorais. L’un n’était pas moins tangible que l’autre. Et du coup. Logique. On pouvait me blesser réellement en rêve. Bien sûr, il ne suffisait pas de rêver de moi et de se blesser. Mais il s’agissait de rêver et que je sois là. Et là, oui, on pouvait me blesser. Un peu comme si on mettait du verre pilé dans votre assiette, par exemple. Voilà, vous avez l’idée.
Elle sembla hésiter mais finit par annoncer un prix et je haussais les épaules. Le prix importait peu ici. Mais… étant donné mes gouts sur ce rêve, j’avais tendance à penser qu’elle aurait dû mettre un tarif plus élevé…

Je connaissais les rêves, et je savais aussi que la réponse qu’elle me donna comme étant son besoin de passer un moment ne me convainquit pas. Surtout avec un tarif avoué juste avant. Bien sur que ce n’était pas crédible.  Je plongeais mes yeux dans les siens. Ils étaient jolis, expressifs aussi me semblait-il. Je lui souris et je me contentais de nier de la tête quand elle parla de chez moi. Idem quand elle parla de l’immeuble, et je fis quelque chose de clairement déplacé aux yeux de tous. Je venais glisser une main sous le crop, laissant sortir une jolie petite poire que je pelotais sans la lâcher des yeux, pinçant même la petite pointe de chair. ^plusieurs personnes s’arrêtèrent tantôt choqués tantôt voyeurs.
Moi je guettais une réaction de sa part. qui me donnerait des indices.

« La ruelle là-bas suffira. De toute façon, vu comment tu racoles aussi visiblement et aussi franchement, tu n’es pas à ça près. »

Sourire un peu plus cruel en disant cela, avant de finalement m’écarter d’elle. Sans prendre la peine de redescendre le crop sur la rondeur désormais visible de tous, et surtout de n’importe qui. Je lui mettais une main sur les fesses et je lui donnais même une petite claque sur la croupe.

« Allons-y. »

Bon, je n’avais pas d’indice sur l’amertume. Donc je tentais une petite perche. Je me penchais à son oreille et je lui susurrai.

« Tu es forcée, n’est-ce pas ? Tu n’en as pas envie mais tu n’as pas le choix… le tarif n’est qu’un ajout… »

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 5 dimanche 09 juin 2024, 19:33:33

Je frémis. Après le menton, il veut tâter la marchandise, là, comme ça, publiquement, à la vue de tous et sans aucune forme de gêne. Moi, au contraire, si on pouvait me donner une pioche, je creuserais pour m'auto-enterrer tellement j'ai la boule au ventre. Il est dur cet homme là. L'expression de son visage et son regard perçant me plombent un peu. J'étais presque euphorique d'avoir trouvé ma solution mais là, je me dis que le choix est peut être une erreur. Je me mords la lèvre inférieure quand il me pelote, en jetant des coups d'œil aux passants qui nous matent. Il ne manquerait plus qu'un ou plusieurs s'invitent ... Malheureusement, je ne stocke pas et dois recommencer mon manège chaque semaine.

J'ai besoin de lui. Sa présence domine la mienne alors que d'habitude je mène la danse, vite fait bien fait. Des tordus, j'en ai croisé et j'ai toujours réussi à m'en sortir. Je ne définirai pas encore ce gars comme tordu (on a rien fait encore) mais quelque chose me dit que ça risque d'être moins plaisant que les autres fois. Enfin non, désolée ... plaisant n'est pas le bon terme. Je ne m'éclate pas à baiser à tout va avec tout ce que Seikusu compte comme population mâle. Je n'en tire pas de plaisir, juste de la semence (j'arrive pas à dire le vrai mot...) pour tenir une semaine de plus. Je sais, je souhaite, j'espère que tout s'arrangera un jour et je ne suis pas prête de sauter d'un pont pour mettre un terme à ces conneries.

Je racole? C'est marrant comme la vérité apparait crue dite ainsi. Oui, c'est bien ça, exactement. P.U.T.E.  En deux ans, j'ai obtenu mon master en racolage mention "divine". Je pourrai donner des conférences sur l'art de l'amour de la rue... En tout cas, il n'est pas difficile et la perspective d'un coït entre une poubelle et un tas de cartons se profile ... Espérons juste que ce ne soit pas déjà habité. Je hoche la tête, c'est toi le patron. Je fais un pas avant de me figer.

"Comment tu le sais?"

C'est sorti de seul et je regrette aussitôt. Donner le minimum d'info sur soi, c'est vital. Aussi j'efface mon erreur en le prenant par la main et en l'entrainant dans la ruelle. Y'a des types plus loin, au fond, mais qui ne semblent pas prêter attention à nous. Mon esprit turbine. Comment l'a t'il deviné l'autre?

Je trouve un recoin qui pourrait faire l'affaire et je ne perds pas de temps, désireuse d'expédier le bordel et oubliant un instant ce que j'ai pensé précédemment. Je m'accroupis et m'adosse au mur de briques de la façade d'un immeuble décrépi, les fesses sur mes talons, les cuisses écartées pour qu'il s'approche de moi. Faire sauter se ceinture prend deux secondes, le bouton du pantalon et la braguette deux de plus. Je me dépêche, focalisée sur ce qui va me sauter au visage.
« Modifié: lundi 10 juin 2024, 10:28:35 par Claire »

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 6 dimanche 09 juin 2024, 21:45:29

Elle ne se déroba pas. Craignait-elle que je refuse et la laisse désespérée si elle ne m’accordait pas ce que je voulais ? C’était la chose la plus simple que l’on puisse imaginer sur le sujet. Je lui fis un sourire entendu et puisque nous avions choisi la ruelle, eh bien soit, direction la ruelle pour lui offrir ce qu’elle voulait. Quelle générosité de man part, n’est-ce pas ? Je voulais connaitre le fin mot de l’histoire et pour cette raison, si je devais un peu la pousser et la bousculer, eh bien soit, je le ferai. Tout simplement. Je regardais la brunette alors que je lui disais que je savais. Je ne savais pas mais ça la forçait à avouer qu’il y avait bien une chose… mais devant sa réponse, je me contentais de hausser les épaules et de lui donner une petite tape sur ses jolies petites fesses musclées.

Nous fûmes bien vite dans la ruelle où le principal allait se faire et elle se mettait déjà à genou par terre pour attaquer son travail, se jetant presque dessus… et je la regardais faire, en leggins toujours, cuisses amplement écartées, et déjà ma ceinture qui se faisait la malle, aussi sec. Il y avait une sacrée forme d’impatience, il fallait bien le reconnaitre. Je la regardais faire, et je ne l’interrompais pas avant que mon sexe ne soit à nu. Alors, je venais fermement glisser mes doigts dans ses cheveux relativement courts et je la retenais fermement mais sans violence.

« Attends deux secondes. Si je paye, je dois bien pouvoir voir un eu la marchandise plus en détail, n’est-ce pas ? Alors dessape toi un peu que je mate… »

Je lui fis un sourire avant de rajouter.

« Et oui, je sais. Tu veux ajouter ou nuancer quelque chose ? »

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 7 lundi 10 juin 2024, 10:30:19

Ah oui, l'argent. Il est logique que j'aurais dû le demander avant de commencer. J'ai vraiment l'esprit dérangé. Il va falloir que je me fasse une "to do list" en rentrant à la maison si jamais ce genre de situation devait se reproduire. Donc, dans l'ordre:la chasse, la cible, le prix, l'endroit, l'argent et ... le  reste. Mais maintenant que j'ai commencé, je ne vais pas cesser. Le type est là devant moi et j'ai bien cru à un moment qu'il allait partir, doutant de ma bonne ... foi? Sa demande est normale, il en veut pour son argent. Et dans un monde où la majorité des personnes comptent au centime près, c'est totalement compréhensible. Moi, quand j'achète des fruits, je veux les voir avant que le marchand ne les mette dans le sac.

Je m’interrompt pour acquiescer. Posant mes genoux au sol, je me cambre et m'arque pour retirer mon top trop serré. Je me débats un peu mais y arrive et le pose sur un truc pas trop sale à côté de moi. Un bref coup d’œil à droite, vers le fond de la ruelle, m'assure que le groupe de types n'a pas bougé et c'est tant mieux. Je pourrais être vraiment inquiète mais je n'ai pas vraiment le choix ... Toujours ce choix qui ne m'en laisse pas et me condamne aux pires déviances qu'une femme puisse accepter.

Voilà! Ça lui plait? Je suis agenouillée devant lui et m'expose comme il le demande. Je n'avais déjà pas grand chose sur moi mais si il s'attendait à de l'actrice porno toute en formes, alors il sera déçu. Moi je suis plutôt fine. Pas longiligne hein! Vraiment fine mais avec des hanches un peu plus larges que ma taille et une petite poitrine que certains arrivent à utiliser pour des trucs réservés normalement aux vaches à lait. Disons juste que personne ne risque de mourir étouffé entre mes seins ... C'est dit!

A mon tour maintenant d'exiger que ... Ah mais non, ça pourrait se faire si nous étions un couple tout mignon et amoureux mais c'est quelque chose qui m'est interdit. Quel homme saint d'esprit voudrait se coltiner une nénette qui se tape un gars différent par semaine?

Je laisse échapper un petit soupir résigné. Dans un autre contexte, celui-là aurait pu faire l'affaire. Je l'ai déjà dit, il est beau malgré son air un peu indéfinissable. En tout cas, il est aussi bien foutu question virilité. Son sexe devant mon visage est lui aussi beau. Hum ... c'est pas vraiment le bon terme mais comme j'en ai déjà vu passer un paquet, je peux dire que celui-ci est à mettre dans le haut du panier.

"Ça te va? On peut commencer?"

Je n'attends pas vraiment son retour et je le prends entre mes doigts. Je tremble, prise d'un gros frisson. Ça me fait toujours ça au premier contact, comme si ma malédiction anticipait la suite et me faisait savoir que ce que je m'apprêtais à faire était bien. Une main ne suffira pas. J'y mets les deux pour le masturber et très vite, il se réveille et durcit, s'allongeant alors qu'il se gonfle de sang. Impressionnée? Pas vraiment, je les cumule. Trop honte de penser ça ...

En tout cas je sais y faire, j'ai pu m'entrainer ... je le serre autant que je le caresse, creusant la paume de ma main pour y accueillir son gland et l'y comprimé pendant que je l'astique tout du long. Il est chaud, palpite, tout chanceux qu'il est.

Et puis une fois qu'il est complètement érigé, je me penche pour le prendre en bouche. J'évite le coup de langue et les bisous préliminaires pour le pomper activement, espérant qu'il ait dans l'idée de me relever pour me prendre assez rapidement. Maintenant, on me l'a déjà dit, mes lèvres c'est du satin et ma bouche, un nid douillet. Flatteur hein ...
« Modifié: mardi 11 juin 2024, 11:23:15 par Claire »

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 8 lundi 10 juin 2024, 20:00:08

L’impatience était quelque chose de palpable chez elle, si bien que quand elle se dévêtit, elle ne me laissa même pas le temps de l’admirer. Elle se jeta dessus sans même attendre la réponse, sans grande délicatesse, sans patience, gobant comme une morfale ou une morte de faim. C’était… impressionnant de la voir comme ça. Vraiment une junkie qui avait besoin de sa dose… cela me faisait rire. Elle était vraiment dans un triste état. Ses masturbations sur mon sexe n’avaient pas duré… elle ne pouvait pas tenir plus longtemps alors que sa bouche se refermait sur le gland, et qu’elle se l’enfournait comme si c’était sa vie qui était en jeu.
Au fond, c’était peut-être ça…
Pourtant, je saisissais sa chevelure encore une fois et je la forçais à cesser. Ou plutôt, je la laissais assez près pour qu’elle puisse effleurer le frein du bout de la langue, rien de plus…

« Gloutonne va… tu ne m’as même pas laissé le temps de vraiment t’admirer… il faut savoir savourer… non ? »

Je l’écartais un peu rudement pour venir empoigner sa jolie petite paire de poires… pas très prononcées, ces belles mamelles, mais ce n’était pas grave. J’étais sûr qu’en les maltraitant elles seraient utilisables…. Et puis je reconnaissais qu’elle donnait envie de mordre dedans, un peu… je pinçais et tirais un peu sur ses mamelons qui étaient déjà bien durs et bien érigés. Voilà qui faisait d’elle une bien jolie jeune femme…
Fermement je la plaquais au mur, venant saisir sa gorge sans trop serrer et venir glisser une main contre son ventre.

« Voyons voir dans quel état tu es, ma jolie petite suceuse… »

Je m’approchais d’elle, et je venais mordiller son oreille, mon sexe venant doucement heurter son nombril. Puis, je lui susurrais alors, dans le creux de l’oreille.

« Montre moi le pire de toi, et je te jure que je t’offrirai ce que tu cherches… et je ferai même plus que ça, je t’aiderai à ne plus en avoir besoin… »

J’espérai la heurter suffisamment pour qu’elle se confie…

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 9 mardi 11 juin 2024, 11:22:50

Hey! Attends là, tu fais quoi! J'essaye instinctivement de retourner à ma prise mais mon coup de langue parvient à peine à l'effleurer. L'homme me tient par les cheveux, fermement. Ça sent la domination à plein nez, ou le facefuck brutal, en fonction de son envie, pas de la mienne. J'ai en bouche son goût, son amertume toute masculine teintée des effluves de la journée. Non pas que ça me déplaise mais pour moi, c'est comme si j'avais croqué dans une petite part du gâteau en chocolat et qu'on me l'enlevait aussitôt. Il m'avait transmis une infime partie de lui-même et mon corps réagissait déjà à cet afflux d'imprégnation. Mes joues se colorent légèrement et mon teint devient un peu moins crayeux. Mon regard regagne en vivacité et j'arrive à ne plus suffoquer.

L'homme m'a relevé et adossé au mur qui ceint la ruelle. Brrrr c'est froid! Ma peau se couvre brièvement de chair de poule et mes tétons s'érigent bon gré mal gré. Je ne kiffe pas. Je subis, c'est tout. Maintenant, je n'ai pas à être passionnelle, amoureuse ou emballée. Ce sera un coup d'un soir et terminé. Je ne vais montrer aucune forme d'intérêt pour son corps racé ou sa gueule d'ange déchu.

Ok, il veut me peloter. Je tourne la tête pendant qu'il s'amuse. Si il faut en passer par là, je le laisserai même m'insulter s'il le voulait. Notre ... rencontre ... prend la tournure d'un mauvais porno à petit budget. D'ailleurs, sa réplique suivante va complètement dans ce sens. Jolie petite suceuse. Le premier adjectif m'aurait suffit en soi mais bon, un petit sacrifice de moralité vaut bien ma survie non?

Après, il se fait câlin. Arghh il ne manquait plus que ça. J'ai trouvé un lover pervers maniaquo-pornographique! On peut pas aller à l'essentiel là?

Il est évident qu'il joue avec moi. Il a le sentiment de puissance de celui qui a payé et qui peut presque tout exigé. L'ancienne Claire, la normale, lui aurait arraché les couilles et les lui auraient fait bouffé. La nouvelle Claire, elle, correspond malheureusement à tout ce qu'il vient d'énoncer... Aussi j'obtempère et pire encore j'entre dans son jeu. Je me hisse sur la pointe de mes pieds pour insérer ma langue dans son oreille et susurrer.

"Je ne suis pas qu'une jolie petite suceuse. J'ai d'autres qualités qui vont te plaire."

Arrgh! A vomir! Ma pureté déjà bien entachée termine de fondre dans une marre de honte. Je gigote pour passer mes mains entre nous et entame une traite de son sexe contre mon ventre. Son gland vient se loger dans le creux de ma poitrine alors que je m’affaisse un peu. Je deviens plus énergique et ondule contre son corps.

Le pire de moi? C'est quoi le pire de moi? Ce n'est pas suffisant là? Qu'est ce que je dois faire pour qu'il tire son coup et termine? En plus, il continue dans son délire, parallèle au mien. Ce que je cherche? Ben ... une tortue humanoïde qui transforme les filles sympas en nymphomanes incontrôlables tiens! Ça te va comme réponse, ça te fais plus bander? Jamais j'en parlerai à un client! A un inconnu je veux dire ... Sinon, faire un peu plus sale, c'est envisageable. Je remue pour qu'il retire sa main de ma culotte. Il aura pu constater que les chutes du Niagara existent aussi au Japon ... Ce n'est pas la manifestation de mon plaisir; juste mon corps qui me rappelle que c'est l'heure de baiser.

A nouveau je fléchis sur mes jambes et c'est reparti pour un tour avec l'option crachat en plus. Là, il faut qu'il accroche alors je lui prodigue une fellation d'anthologie. Ça s'entend, c'est visqueux, je n'y met pas les dents mais je ne suis pas tendre. Au pire, il gicle assez vite et je fonce trouver un autre type pour la suite.
« Modifié: mardi 11 juin 2024, 15:19:55 par Claire »

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 10 mardi 11 juin 2024, 13:41:52

Elle semblait surprise de me voir l’empêcher de continuer… pourtant, elle devait s’y attendre ? Je voulais un peu plus examiner la marchandise, après tout, non ? je ricanais un peu en voyant son air tant surpris et presque quoi…. Déçu ? Peut-être. Mais bon, elle ne luttait pas top et s’amusait sans doute bien à m’offrir ce que je voulais, se laissant même peloter alors qu’elle finissait même par jouer à la réciproque, avec sa langue dans mon oreille – chose qui n’était pas super agréable de mon point de vue - et ses propos me firent sourire. Elle éludait, encore, mais ce n’était pas grave. J’eus un air goguenard. Pas qu’une jolie petite suceuse, n’est-ce pas ? eh bien elle pouvait rêver ce qu’elle voulait, n’est-ce pas ? donc rien d’étonnant à ce qu’elle soit douée selon ses désirs.
Elle était bouillonnante d’impatience et moi je me régalais de cette situation, son sexe dégoulinait d’impatience, son corps se trémoussait, ses mains venant même me masturber fermement pour ne me laisser me dédire maintenant que je l’avais coincée. Je la regardais et je la laissais agir, alors, la laissais même se glisser de nouveau à genoux pour revenir sucer.
Pour le moment, elle me montrait que ce n’était qu’une jolie petite suceuse. Quoique jolie petite bouffeuse serait pus vrai quand elle se montra d’un coup plus vorace. Plus rude ; ce n’était plus une pipe, soyons clairs, et elle me fit frémir alors qu’elle envoyait du bois, clairement. Comme si elle voulait me faire jouir le plus vite possible…

« Jolie profondeur… »

Je me moquais un peu d’elle, certes. Mais bon. Je regardais la jeune femme avec un air amusé, alors qu’elle continuait sa fellation dont l’obscénité était consommée. Le bruit visqueux à chaque fois qu’elle envoyait mon sexe dans sa gorge.

« C’est comme si tu voulais qu’ils t’entendent… »

Je lui désignais de la tête le groupe plus loin. Elle avait une vulgarité obscène à faire cela. Son maquillage avait commencé à légèrement couler sur ses pommettes. Les choses allaient bon train et sans prévenir, je venais saisir de nouveau ses cheveux, sans l’écarter cette fois, pas pour venir cogner son nez contre mon pubis, et la bloquant comme ça, la laissant se débattre, étouffer, avant de la relâcher pour lui laisser reprendre sons souffle après de longues secondes.

« Sacré bonne bouche que tu as là… t’es une vraie petite merveille… je comprends pourquoi on t’a refilé ça… »

Alors certes, elle ne réagissait jamais à mes tentatives, mais je finirai bien par avoir ce que je voulais… et, souriaient, je rajoutais.

« Ah tiens, regarde, tu as un admirateur… »

Un des mecs du fond lui jetais des regards réguliers. Comme s’il était surpris, ou qu’il hésitait à prévenir les autres…

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 11 mardi 11 juin 2024, 15:22:01

T'es pas l'premier. C'est ce que j'aurais pu lui sortir mais ce n'était pas utile. Je l'aurais fait si nous étions partis pour établir une relation, afin que les choses soient bien claires entre nous. Là, il commente simplement un fait avéré. C'est vrai que j'envoie pas mal et les centimètres avalés s'allongent alors que les secondes passent. Je ne vais pas me jeter des fleurs mais je sais y faire, depuis le temps. Les premières fois, il y eu des surprises, souvent désagréables. Normal! A la base, une gorge, c'est fait pour laisser passer ou de l'air, ou de l'eau ou de la nourriture mastiquée. En aucun cas ce n'était prévu à la création pour accueillir la fierté de ces messieurs. Mais à force de persévérance et de travail, j'y suis arrivée. Je coince encore sur les machins de plus de 25 centimètres mais j'estime être dans l'élite des ... voilà quoi.

Lui, il n'y est pas aux 25 centimètres donc ma performance pourrait lui paraitre incroyable. J'ai juste besoin de déglutir un peu quand il passe le sas d'accès de ma gorge pour lui permettre d'aller plus loin. Ça passe, ça prend de la place, ça imprime sa marque dans mon cou parce que fatalement, quand on met un engin pareil dans un endroit aussi serré, ça se voit de l'extérieur ... Je ne vais pas vous faire un dessin.

Je pense que j'ai gagné. Il prend l'initiative et sans que cela change grand chose pour moi, c'est lui qui décide du rythme et de la profondeur. Il doit aimer la spéléologie car ...

"BBBLLLLLLLEWWW"

... c'est gore. Je tousse, verrouillée à son pubis; et même si j'encaisse, je hoquète et très vite, manque d'air. Il maintient la pression un peu plus, tentant de recracher, et son morceau, et la salive qui remplit chaque espace libre de ma bouche. Je tape sur ses cuisses, plusieurs fois, et enfin il me relâche.

Me plaindre? Je vois dans son regard qu'il adorerait. Je ne veux pas me le mettre à dos mais je ne suis pas soumise non plus. Je renifle, m'essuie les lèvres du dos de la main, et respire un bon coup. Généralement, quand ça commence comme ça, ma petite gueule d'ange prend chère. Si on peut alterner, un coup lui, un coup moi, ça m'arrange. Je m'apprête à retourner au taf quand sa remarque me pétrifie.

"Quoi? Où ça?"

Je me redresse pour voir de qui il parle et ma tête apparait au-dessus du couvercle de la poubelle à notre droite ... un peu comme dans ces documentaires animaliers dans lesquels un suricate sort toujours de nul part, aux aguets, les yeux ronds et poussant un jappement interrogateur. Je vois le type et mon tourmenteur devient soudainement mon meilleur pote.

"Tu crois qu'il va venir?"

Parce que s'il vient, ses potes suivent...
Je masturbe mon cher inconnu en observant l'éventuel intrus, preuve que mon anxiété est bien réelle. Un gangbang, c'est cher payé pour moi, et en plus ça ne compte que pour un!

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 12 mardi 11 juin 2024, 20:56:37

La jeune femme avait un peu de mal à tout garder dans le museau semblait-il, car après plusieurs longues secondes, je sentis les hauts le cœur et je sentais l’étroitesse de cette jolie gorge émettant de bruits obscènes alors qu’elle était bien remplie, de mon sexe ou de salive. ? et je savais qu’à trop tarder à me retirer, c’était le coup de dent qui allait arriver. Alors forcément que ressortir de sa bouche était une nécessité. Après, était-ce un mal… disons qu’elle avait clairement de quoi donner envie de recommencer, malgré les larmes qu’elle avait aux yeux, les joues rouges… en bref, malgré cette sensation d’étouffement, entre autres…
Je la regardais alors qu’elle se débarrassait de la salive en trop et qu’elle récupérait un peu. L’instant avait été superbe et il me tardait de recommencer. Mais autre chose attira notre attention, le « voyeur » qui hésitait…
Et dire que la belle jeune femme était en train de paniquer à l’idée qu’on la voit, cela semblait un peu abusif, non ? on aurait dit un suricate à lever la tête, comme ça… je ne pus m’empêcher de trouver ça drôle, bien que je le masque un peu. Mais mes yeux devaient parler pour moi…

Et même si elle reprenait une masturbation manuelle assez soutenue, elle semblait ne plus être aussi à l’aise…

« Je ne sais pas, tu veux qu’il vienne ? »

La question était rhétorique, bien évidemment. Mais quoi de plus normal, dans le fond, que m’en amuser. Elle n’avait pas eu l’air très coopérative….

« Il va peut-être attendre son tour et payer pour un plan à plusieurs, tu pourras monter tes taros. Aux vues de la pipe, ils sont clairement sous cotés… »

Pourquoi est-ce qu’elle craindrait ça ?

« Mais si tu sais me convaincre sans te remettre à user de tes talents divins de pipe, à te montrer plus accommodante, on ira ailleurs, si tu crains d’avoir affaire à un groupe… tout peut se négocier, n’est-ce pas ? »

Je me permettais un petit air amusé plus franc.

« Et je ne parle pas de renégociation de tes tarifs bien sûr, ma chérie… »

Claire

Humain(e)

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 13 mercredi 12 juin 2024, 11:23:56

C'est lunaire ce qui se passe là. La petite escapade rapide de la semaine risque de se muer en un truc tordu dont je n'ai pas envie. Je rappelle que là, je ne m'éclate pas. Je ne suis pas avec mon petit copain à batifoler et partager des molécules d'amours. Non, je suis avec un homme que je ne connais pas et qui va profiter de l'opportunité qu'il a puisque je ne peux pas me défiler.

"Non, surement pas!"

L'idée d'un plan à six me donne la nausée. Et même l'argument de l'argent facile ne me fait pas dévier d'un millimètre du fait que non, on ne me prendra pas en sandwich. Donc étant donné que mon partenaire semble porter sur le partage et la générosité, je me lève et me dandine pour remettre mon top. Là, pour le voyeur, plus de fausses perceptions. Mon mouvement prouve bien que je taillais une pipe publiquement. Il crie un truc que je ne comprends pas et ceux restés au fond de la ruelle lui répondent.

"On s'en va!"

Je renifle, prend mon homme par la main et le tire hors de l'endroit pour rejoindre la rue principale en toute hâte. On pourrait avoir l'air mignons tous les deux si je n'avais pas le visage un peu marqué par ma dernière prestation. Sans trop savoir où je vais, je fonce sur le trottoir en trimballant mon fardeau. J'entends qu'on m'appelle et je presse le pas, le groupe semble avoir pris la décision de s'inviter dans mon univers. Je cherche, je zieute, il me faut un échappatoire pour terminer ma mission du soir.

Là!! Un hôtel bas de gamme mais qui doit appartenir à un ponte du quartier car deux costauds veillent à l'entrée. Ça sent le proxénétisme à plein nez mais au moins j'y serai tranquille. Je ne demande pas l'avis de mon beau brun qui curieusement me suit, marqué de son sourire qui signifie un peu tout et n'importe quoi. Il faut que ça cesse. J'ai assez tergiversé, j'ai assez perdu de temps.

Je m'engouffre dans le hall de l'établissement sous le regard vigilant des deux cerbères. Pour eux, rien de plus normal qu'une pute trainant son client dans l'antre de la luxure.

"Une chambre! Pour une heure, pas plus!"

Je m'adresse au vieux fatigué derrière son comptoir. Il me tend une clé à deux à l'heure et j'ai envie de le secouer. Je paye. Je m'en fous. Pour mon client, ça doit sembler irréel, rien n'a de sens. Il peut poser toutes les questions qu'il veut, je passe une soirée de merde donc je la prends en main et je rentre chez moi. Le temps que l'on monte un escalier étroit et poussiéreux, que j'ouvre une porte en bois grinçante, et enfin je découvre le petit nid d'amour qui nous est offert. Le lit est une antiquité mais les draps ont l'air propres. Un cabinet de toilettes offre le minimum mais c'est bien plus qu'il n'en faut.

Je me tourne vers mon inconnu et le déshabille frénétiquement. S'il bronche, je suis tellement nerveuse que je pourrais le balancer par la fenêtre. Mes alarmes internes sont au rouge. D'un mouvement sec, je rabaisse son pantalon sur ses chevilles, trucide son boxer, et le pousse sur le lit. On continue sur le thème passionnel de la poésie romantique version gonzo 2024. Je fais l'effort d'enlever mon haut pour lui, me débarrasse de mon legging et de ma culotte, et lui grimpe dessus. S'il veut encore observer la marchandise, faudra attendre. Je le ramène à la vie entre mes doigts et quand il est prêt ...

"aaAAAAHHH!!!"

... je m'empale sur lui sans prévenir.

"Ah enfin!!"

Un éclair fulgurant de vitalité m'envahit, se traduisant par un beau sourire rassuré. Je ne mourrai pas aujourd'hui! Bien sûr, je me suis fait mal puisque j'ai sauté les étapes préparation et lubrification de la région ... Mais on dira que c'est un mal pour un bien hein ... Je prends appuie sur son torse et ondule en rythme, montrant enfin que je peux aussi avoir l'air normale. Si je gémis, c'est uniquement car je sens le poids de la malédiction se dissiper tout doucement. Je suis passée près du drame ce soir.

Hayao Tachibana

Créature

Re : Trouver la paix [Pv]

Réponse 14 mercredi 12 juin 2024, 13:39:55

Apparemment l’idée de se faire passer dessus par un groupe l’effrayait suffisamment pour prendre les choses en main. Avais-je trop titillé ? Peut-être… je brulais de curiosité et je me disais qu’une telle curiosité ne serait pas forcément assouvie. C’était drôlement frustrant. Je levais les yeux au ciel, en la suivant, me laissant entrainer après avoir rangé mon sexe moi-même puisque son crop semblait plus important. Non mais vraiment, le service qualité n’était pas fou…. Je me plaindrai au SAV…
La bonne blague.

Nous étions clairement suivis et je me contentais de me dire que s’ils avaient été réels, ils n’auraient probablement eu aucun mal à la bloquer. Comme tout le reste, mais les choses se passaient étonnamment bien pour elle sur le trajet. Quel dommage…
Mais puisqu’elle savait où aller, alors je la suivais. Je ne risquais pas grand-chose. Je regardais la jeune femme avec un sourire en coin alors qu’elle me guidait, faisant fi des « poursuivants », jusqu’à un truc un peu miteux, clairement un love hôtel bas de gamme où tu payais à l’heure quoi… et elle payait pour une seulement, comme pour s’assurer que ça n’irait pas au-delà… ben voyons mon colon. Une heure pour lui faire ce que je souhaitais. Ça pouvait être aussi long que court.

Les lieux n’étaient pas fous mais ils avaient l’air propre. Par principe je savais qu’ils l’étaient. Ou qu’ils le seraient même s’ils n’avaient pas semblé l’être. Je me respectais moi-même… et toujours sur a lancée, miss chatte-en-feu, parce que vu son état, ce surnom lui allait particulièrement bien, se dépêcha de me mettre ce qu’il fallait à l’air et de se dessaper pour limite se jeter sur moi, sur le lit, pour le sa mettre au fond, heureusement que c’était un rêve, car c’était sans capote… et taper dans le fond d’une pute dans un hôtel miteux, sans capote, c’était une belle connerie…

« Eh ben… à croire que tu n’attendais que cela… »

Elle gémissait fort joliment, il fallait le reconnaitre, et même elle, elle reprenait des couleurs, elle semblait en meilleur santé, maintenant que j’y pensais, le visage plus coloré, les yeux plus vifs et moins creusés que quand je l’avais vue dans la rue tout à l’heure, avant même d’aller dans la ruelle…
Non… ce n’était quand même pas…
Oh comme ça allait être amusant…

« Vraiment en manque… »

Je ricanais, alors que je donnais une jolie claque sur chacune de ses fesses en même temps, mes mains restant alors en place un moment avant de remonter le long de ses reins. Je soupirai, reconnaissant qu’elle savait y faire, même comme ça, entre les contractions et les ondulations… quelle belle petite salope que voilà… je frissonnais avec jeu, attirant son corps contre le mien, comme pour de la tendresse.
Mes mains remontèrent encore, dans son corps, à sa nuque, à ses cheveux, avant de redescendre. Je venais saisir ses deux jolies petites poires et je jouais avec, avant de commencer à en mordiller la pointe de l’un de ses seins, jouant avec de mes lèvres, de ma langue, de mes dents…

« Une heure donc ? on va bien s’amuser… »

Je pinçais l’autre mamelon entre mes ongles sans prévenir, avant de lui dire, doucement.

« J’espère que tu te sens prête à encaisser… car je vais profiter de chaque seconde comme j’en aurai envie… »

Je faisais de nouveau glisser mes mains dans son dos jusqu’à ses fesses que je griffais doucement, avant de venir lui titiller l’arrière du bout du doigt, bien amusé de voir comment elle y réagirait. Vu comment elle se comportait jusque-là, elle devait aussi être chevronnée par-là, non ?

« Montre-moi comme ça te fait du bien, ma belle… sinon, tu auras fait tout cela pour rien… »

Alors, je commençais à la pousser à se sentir, lentement, revenir à l’état dans lequel je l’avais rencontrée.


Répondre
Tags :