Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Un bon coup ? Non une belle plante ! [Akita Celebrindal]

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Sydney Hutchins

Humain(e)

«Dis voir, Syd, ça te dit une sortie aux bornes d’arcanes ?»

La voix la sortit de son état second, elle qui était allongé sur son bureau dans la classe, avec comme unique coussin son sac à dos alors qu’elle regardait son téléphone. Un bref regard dans la direction de la voix, se fut pour voir «deux potes de classes», l’un étant un partenaire de sport là où le second, elle s’entendait bien à parler «grosses mécaniques». C’était fou, elle s’entendait mieux avec les garçons qu’avec les filles, et avec cette dernière génération, c’était encore plus flagrant : les garçons manqués n’étaient plus nécessairement classé comme cas sociaux.

Sa première réponse fut un bâillement.

«Trop crevée. Hier j’ai fini tard.»
«Tu as fait quoi ce coup ci ?»
«Livreuse de pizzas, je suis tombée sur un client récalcitrant pour payé.»

Un petit flash-back s’imposait, où justement elle s’était faite passé pour une livreuse de pizza. Sauf que le lieu en question, c’était un entrepôt abandonné dans le quartier industriel, en plein moment où il y avait un deal pour trafic d’armes d’origine non terrienne. Sydney aime les vieux entrepôts désinfectés : la police arrive à la fin juste pour prendre des photos en attendant que les brancardiers ramassent les morceaux. Autant dire qu’elle ait venu pour livrer des tartes, et transformer les gens en pizza et le tout par la porte avec un carton de pizza mais vide. Donc non : de son point de vue elle ne mentait pas !

Pour en revenir au présent, qu’est ce que Sydney pouvait bien regarder sur son téléphone pour refuser une sortie jeu. Heureusement qu’ils n’avaient pas jeté un œil, elle était en plein fixe sur un salon de «rencontre express», à regarder ce qui pouvait intéresser. Dans le jargon de jeune, un plan cul sans chichi, sans prise de tête. Oui, elle s’était défoulée la veille, un peu trop à son goût, quitte à dépenser de la mana à gogo, et ce inutilement. Juste par caprice. Ca été rentable, si elle devait parler comme les jeunes, elle vous dira looter quelques armes d’origine inconnu mais pas si inconnu pour elle, et quelques gemmes, visiblement le moyen de paiement. Ils faisaient chier ses contrebandiers, ils ne pouvaient pas utiliser la monnaie de singe ?!? Elle allait encore perdre un temps fou à revendre ça en lousdé !

Non en fait, ce qui l’interessait, c’était ce ragot à Seikusu, un de plus, qui parlait d’un «super bon coup» qui traînait dans les sous bois de la ville. Bon visiblement, les infos, c’était au compte goût, mais à ce qu’elle avait compris, c’était un lieu de rencontre pour vicieuses et vicieux pour s’envoyer en l’air et ça sentait le lieu de réunion entre échangistes. Parfois on revenait bredouille, parfois on faisait une rencontre surprenante, parfois on tombait sur un apollon grande gueule un poil trop précoce. Bref la loterie Sydney ne se faisait pas trop d’illusion : on était à Seikusu, endroits où nombre de failles déconnaient pas mal. Ça sentait un peu le surnaturel aussi. Mais bon, à lire, pas de trace de secte à la con, ou s’y approchant et au pire, si ça ne lui plaisait pas, elle ferait son job ! Après tout, ce n’était pas interdit qu’un étranger aille tirer sa chique !

Prenant ses affaires et après un rapide passage chez elle, prendra le métro pour arriver à ce bois vers 20 heures, moment où il commençait à faire nuit. Bon, à suivre les indications du salon de discussion, c’était un peu la loterie, et ne se planta pas tant que ça sur son idée de base. Cette rumeur qu’une «force inconnue» y rôde, et que l’on ressortait toute chose, avait eu les conséquences espérées : c’était devenu le lieu pour célibataire en mal de sensation. Les deux femmes mature à se faire aborder par un groupe de jeunes, roucoulé pour les uns, et bécassées pour les autres, donnaient des idées sur ce qui allait se «splash». En tout cas, elle s'enfonça dans la forêt, le peu de luminosité des étoiles, étant caché par le feuillage. Elle aurait pu embarquer ses lunettes à vision thermique, mais ça risquait de faire un peu tâche, surtout pour l'objectif de la soirée : s'envoyer en l'air. Au pire, elle rebroussera chemin, et se trouvera un mec mignon, même si par expérience les plus mignons c''était souvent les moins bons.

«C’est le pied gauche... Ce n’est pas celui qui porte bonheur ? Tant mieux parce que chercher une aiguille dans une meule de foin, ce n'est pas trop mon truc... »

Au moins, ce n’est pas une merde, juste qu’elle venait de marcher sur un préservatif usagé. La maîtresse des lieux doit être heureuse : les couples qui roucoulent, ça ne laisse jamais les lieux propres !
« Modifié: mardi 13 juillet 2021, 23:14:22 par Sydney Hutchins »

Akita Celebrindal

Créature

Re : Un bon coup ? Non une belle plante ! [Akita Celebrindal]

Réponse 1 dimanche 11 juillet 2021, 22:25:00

L’endroit était parfait pour se cacher, un coin de sous-bois, loin de la civilisation, loin de ces êtres de chairs qui se nomment humains ou terriens, pour certains d’entre eux. Cet écrin de verdure est devenu un refuge pour Akita, personne pour l’ennuyer, pour la chercher, une cachette parfait pour un être végétal au milieu des végétaux. Les habitants de cet endroit, n’ont jamais fait la différence entre elle et une simple plante. Leur faible technologie, leur arrogance et parfois même leur bêtise la mettent à l’abri de beaucoup d’ennuis. Mais l’endroit est devenu de plus en plus souillé, pollué et de plus visité. Au départ, ils étaient peu rares, celles et ceux qui osaient s’aventurer dans les bois, plus par jeu ou par bravade que par chasse. La dame-plante a, plus d’une fois, fait peur à quelques maladroits qui s’approchaient trop près d’elle. Un arbre qui bouge n’est qu’un arbre pousser par le vent pour quiconque.

Mais là d’où vient le problème est ailleurs, quelques-uns se sont enfoncés dans le sous-bois pour satisfaire un besoin naturel ou une envie soudaine. En pleine nuit ! Seul ! La femme-plante voulait être discrète, mais ces étranges êtres de chair sont devenus des proies, à partir du moment où elles étaient seules et dans un certain périmètre. Akita les enivre de son parfum, les saoule de ses fruits et les violent, avant de les rejeter dans les frondaisons, dévêtues, à moitié conscientes et le corps recouvert de leurs propres sécrétions et de celles de la plante. Au début, cela aurait pu passer pour une bonne idée. Mais étrangement beaucoup plus d’humains se sont mis à venir la nuit. Et plus le nombre de proies capturés augmente et plus le sous-bois est visité. Cet endroit qui était un refuge devient, peu à peu, une prison. Mais une plante comme Akita s’en est rendu compte. Elle ne peut pas fuir le jour à cause de ses visiteurs indésirables et ne peut pas fuir la nuit, hors du sous-bois, sans prendre le risque d’être vu.

D’ailleurs, un nouveau visiteur se présente et approche doucement du périmètre de la plante. Un visiteur, ou plutôt une visiteuse. Une bien étrange visiteuse d’ailleurs. Bien que les êtres de chairs qui sont venus aient une odeur très semblables, celle de la nouvelle venue est légèrement différente. Une odeur qu’Akita a déjà senti, une odeur de mort. Mais ce qui la rassure, cette odeur de mort ne vient pas d’êtres végétaux. Néanmoins, la verte dame reste sur ses gardes et répand dans l’air le pollen d’une de ses fleurs. Cet élément flottant dans l’air va déclencher la même réaction que pour les précédents, à savoir une envie de plaisir dont il est difficile de résister. Néanmoins, cette fois, Akita décide d’utiliser plus de fleurs que d’habitude, afin de libérer plus encore de pollen et ses vrilles, feuilles et épines se montrent prêtes à toute éventualité.

Sydney Hutchins

Humain(e)

Re : Un bon coup ? Non une belle plante ! [Akita Celebrindal]

Réponse 2 mardi 13 juillet 2021, 23:47:15

Note à elle-même: penser à investir dans des lunettes à vision nocturne, parce que le téléphone portable pour éclairer dans de la broussaille, ça craignait pas mal. La preuve parlait d’elle même puisqu’elle venait de se manger une branche. Se remémorer le catalogue d’armement de Tekhos en guise de livre de chevet fauché la veille et penser aux jolis lunettes civiles classe mais passe-partout aurait de quoi rendre un télépathe septique sur ses pouvoirs. A défaut d’en être une, Syd avait tendance à leur faire perdre des neurones avec sa façon de raisonner...

Mais au bout d’un moment, il y avait un semblant de chemin : la végétation avait pris le dessus mais à en juger avec les quelques pierres pavés, il avait existé il fut un temps. Elle le suivit, c’était toujours mieux que de se remanger une autre branche, et cette fois-ci penser à investir dans une tronçonneuse.

Par contre, elle toussa là où elle n’aurait pas dû tousser, mettant instinctivement sa main sur ses voix respiratoires, là où la seconde venait de mettre la main sur son couteau suisse dans sa poche. Odeur de fleurs, à savoir laquelle, elle n’était pas fleuriste mais aux dernières nouvelles, Syd n’était certainement pas dans un champs. Pas de sentiment agressif de sa part mais c’était clairement anormal, pour un réflexe qu’il ne l’était pas non plus. Ici on parlait d’une fille suffisamment malade pour se planter la cuisse pour garder les idées clairs.

Pour le moment, cette idée passa aux oubliettes, et préféra continuer sa route, mais les idées claires, elle s’était rendu compte qu’elles ne l’étaient plus tant que ça. Chaleur aux ventres, visiblement de l’aphrodisiaque ou ce genre de chose. Normal avec la bonne grosse bouffée qu’elle venait d’annihiler.

Une vingtaine de mètres qu’elle commença à trouver une éternité, son regard cherchant un endroit plat pour souffler un peu. Si elle avait été dans un bâtiment, Sydney aurait pu accuser un petit vicieux d’avoir coller du gaz aphrodisiaque dans les ventilations. Là, c’était en pleine air, c’était clairement plus puissant que du gaz de ses tarées de Tekhos. Parce que là, c’était limite si les vingts derniers mètres, elle pensait plus à se masturber là où elle pensait cinq minutes avant à son magasine !


Répondre
Tags :