Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Axle Mercury

Dieu

  • -
  • Messages: 10


  • FicheChalant

    Description
    Messager des Dieux en pleine reconversion.

Le parfum de la gomme brûlée [Huntress]

mars 26, 2020, 06:56:51 am

Seikusu, 02h44.

A cette heure, les gens qui rôdent dans les rues ne sont guère les plus fréquentables. Et pourtant la ville ne se drape pas dans l'obscurité. Au contraire, elle brille de mille feux. Les panneaux publicitaires, les lampadaires, les néons des enseignes révèlent un monde de couleurs que les gens trop honnêtes ne connaissent pas. Des promesses de plaisirs interdits, de l'alcool qui coule à flots, et une bonne dose d'adrénaline pour qui sait où la chercher. Et bien sûr, un paquet de blé à se faire.

Par delà les clameurs de la petite foule de spectateurs sur le trottoir, on entendait les grondements rageurs des moteurs. C'étaient des bêtes en cages qui ne demandaient qu'à ce qu'on les laisse partir. Elles voulaient avaler le bitume et montrer ce qu'elles avaient dans le ventre. Une course de rue était sur le point de commencer.
Huit coureurs, dont je faisais partie. Et en tant que nouveau venu, autant dire que je ne partais pas favori. Et que je gagnerais gros, si je passais la ligne le premier. J'étais sûrement le seul ce soir à avoir parié sur ma pomme. J'étais au volant d'une Dodge Viper GTS de 1997. Clairement pas la plus rapide, mais j'étais assez confiant quant à mes talents de pilote. Le favori s'appelait Mason, un américain qui roulait dans une Audi R8. Il y avait aussi Cherry, une japonaise qui roulait au nom des organisateurs, dans une Mazda RX-9, et un français qui se faisait appeler La Vermine. De ce que j'avais entendu, celui-là était taré. Il conduisait une Peugeot RCZ et n'hésitait pas à envoyer ses adversaires au tas. Même si le tas en question était une supérette toujours ouverte. Les autres étaient comme moi, des challengers. Une Honda Raybrig NSX, une Chevrolet Corvette, une Mercedes AMG, et une putain de Ferrari F8 Tributo. Bien sûr, leurs caisses, tout comme la mienne, avaient eu droit à tout un paquet de modifications pas super légales. Je me demandais combien coûtaient de tels bébés, et même s'ils les avaient bel et bien achetés. J'avais dû aller jusqu'à Tokyo pour aller tirer cette bagnole chez un collectionneur, et le garagiste m'avait coûté un bras rien que pour la peinture, les nouvelles plaques et la pose de la nitro. Une partie de mes gains de la soirée devait m'aider à régler l'ardoise, et voilà que je me retrouvais à courir avec un français complètement givré.

On avait dû mémoriser le tracé, mais la piste serait balisée par des gens couverts de colliers et bracelets fluos postés sur chaque trottoir. La Grid Girl s'avançait devant nos huit monstres de métal rugissant. Si leurs tenues étaient déjà sexy et moulantes dans les grands prix officiels, on jouait sur un tout autre niveau dans le milieu de la course clandestine. A la regarder, j'eus du mal à déterminer si elle portait des vêtements, ou si elle avait juste été envoyée sur le terrain avec sa lingerie fine. Elle portait des oreilles de Neko sur la tête, vachement bien faites, sûrement un fétiche des organisateurs.
Il me fallut un effort de volonté pour détacher mon regard et regarder droit devant, gardant juste ses mouvements du coin de l’œil pour savoir quand passer la première. J'allais devoir me faufiler et les empêcher de prendre trop de vitesse dans la première ligne droite, pour commencer. Tout en évitant soigneusement La Vermine. La performance du conducteur primait sur la puissance moteur, et je comptais bien leur apprendre à la dure. La Grid Girl levait les bras dans une pose voluptueuse.

OphIoS! Fais péter l'Eurobeat!

Mon smartphone se connecta directement à la radio de la voiture, et se mit à cracher les décibels au moment où la fille-chat abaissait les bras. Ma main tira sur le frein à main et passa sur le levier de vitesse avec autant de légèreté qu'un aquilon. Mes pieds entamaient la danse des rapports alors que les lumières des phares et des immeubles commençaient à défiler devant mes yeux grands ouverts.


Répondre
Tags :