Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Expérience charnelle. - Pv

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Vera D.

E.S.P.er

Expérience charnelle. - Pv

mardi 02 août 2022, 12:08:49

Ce soir-là j’étais dans un bar en filature, on m’avait contacté pour retrouver un jeune garçon qui avait fugué il y a quelques semaines. Ce n’était pas une histoire bizarre à base de trafic d’enfant, de bande organisée ou autres. Le jeune homme d’après mes indices avait décidé de partir à cause d’une histoire d’amour ! Les parents ne voulaient pas qu’ils sortent avec une étrangère, pour vivre sa vie, il avait volé de l’argent pour traverser tout le Japon. Dommage pour lui il n’avait pas assez et pour le moment il restait bloqué dans une grande ville, à essayer de faire des petits boulots. J’avais globalement fini mon enquête, j’allais dire à la famille la vérité pour sa disparition, mais mon travail allait s'arrêter là je ne voulais pas le suivre jusqu’à sa copine. Je ne voulais pas le voir rentrer chez lui. Ce n’était plus mon problème.

Je finis mon verre, j’avais déjà payé ma consommation et je sors du bar dans la nuit folle de la ville. Les couleurs des néons, des lampadaires cachent les étoiles du ciel, à tous les coins de rue on peut entendre des rires, des cris de joie, parfois de la musique quand on tend bien l’oreille. Je pourrais encore en profiter un peu, mais la fatigue me gagne l’accumulation de mes deux jobs aspire mon énergie rapidement. Je vais juste rentrer à l’hôtel pour passer une bonne nuit de sommeil.

Les mains dans les poches de ma veste je marche la tête basse, mes lunettes tombant un peu sur mon nez et mes cheveux venant entourer mon visage. Comme une ombre je nage entre les gens sans me faire remarquer, avant d’emprunter une petite rue sur le côté qui me permet de gagner une bonne quinzaine de minutes sur mon trajet… D’habitude je la prends en plein jour et de nuit, je dois bien avouer que ce n’est pas la même… Les lumières arrivent à peine à éclairer mon chemin, il y a des poubelles sur les côtés, un silence de mort règne là. Je presse le pas car je ne me sens pas des plus rassurées quand c’est le trou noir…

X temps plus tard.

J’ai du mal à ouvrir les yeux, je ne me sens pas au top de ma forme, je suis allongée dans un lit avec comme l’impression d’avoir une gueule de bois. Je me tortille sous le drap qui est posé sur mon corps pour me couvrir, je remonte mes mains vers mes yeux pour me les frotter tapant dans mes lunettes.

● Merde…

C’est rare que je dorme avec, j’évite pour ne pas les casser.

Avec le dos de ma main je les remonte sur le dessus de ma tête pour ne pas les abîmer, je n’arrive toujours pas à réagir comme il faut, me tournant simplement sur le côté. Mes idées sont confuses, je n’arrive même pas à me rappeler ce que j’ai faits avant, toute l’histoire avec cette filature, le bar etc… Je n’ai plus de souvenirs. Le trou noir total, des jours envolés sans que j’arrive à faire le point.

Je ne réagis même pas à la personne qui est à côté de moi allongée elle aussi dans le même lit que moi, ne sentant pas encore sa présence… Tout ce que je sais, c’est que je suis en sous-vêtements car je sens le drap directement en contact avec ma peau… Mais ce n’est pas les miens, on m’a mis des bas plus sexy que je ne porte pas d’habitude préférant être plutôt à l’aise.

En réalité, je suis dans une salle qui ressemble à une chambre, un homme dort à mes côtés dans le même lit que moi. Il n’y a qu’une porte pour sortir d’ici à côté de celle-ci une table basse avec une enveloppe contenant un mot qui va expliquer la situation.

☼ Bravo, vous avez été sélectionné pour une expérience sociale. Pour sortir d’ici, vous devez effectuer les différentes missions qu’on vous propose. La première est de choisir une tenue pour votre partenaire dans l'armoire qui se trouve à votre droite. À bientôt pour des nouvelles missions. ☼

Ce n’était que le début de notre aventure.
« Modifié: mardi 02 août 2022, 12:16:08 par Vera D. »

Grayle le pérégrin

Humain(e)

Re : Expérience charnelle. - Pv

Réponse 1 mardi 02 août 2022, 15:38:03

Bienheureux dans son lit, l'immortel dormait paisiblement.

Ses songes, jamais agités mais toujours vivaces, étaient inhabituellement confus. Il se souvenait de la verdure, des cerisiers en fleurs, vaguement rosés dans ses souvenirs. Ou était-il ? Dehors ? Ah oui. Il campait à la belle étoile, dans la campagne, admirant le ciel étoilé, jusqu'à ce que les étoiles disparaissent. Et depuis... le néant. Il fronce les sourcils, ne comprenant pas pourquoi ses songes se transforment en néant.

Sentant une agitation près de lui, il se réveille doucement. Il baille à s'en décrocher la machoire, lui qui n'a pas réellement un besoin vital de sommeil. Il se retourne lentement, devinant une forme féminine à ses côtés, aux cheveux courts et encore, comme lui, émergeant péniblement d'un lourd et long sommeil. Le cerveau du mâle ne s'interroge pas plus que ça.Il se rapproche naturellement d'elle. Sa peau est douce, son corps est chaud. Elle sent bon. Un frisson parcourt son corps. Il a envie d'elle, mais la fatigue est toujours présente.

En pilote automatique, il murmure un "Bonjour chérie" et se redresse un peu pour embrasser maladroitement et chastement son front à travers ses cheveux, avant de se retourner et de reprendre son somme. Pourquoi s'inquiéter ? Il est dans un lit avec une femme. Ils ont du se rencontrer, folâtrer un peu, et il se retrouve tout simplement chez elle, profitant d'un repos bien mérité avant que survienne l'embaras habituel des amants n'ayant au final pas grand chose à se dire, ou il apprend qu'elle a en fait un copain, un mari, voir des enfants, qui sont d'ailleurs dans la chambre à côté, et qu'il devrait vite partir.

Tout va bien !

Puis, lentement, son cerveau commença à se poser des questions. Comment elle s'appelle cette fille ? Aucune idée. Tu l'a rencontrée où ? Aucune idée. Cet endroit te dit quelque chose ? Rien du tout.  C'est quoi notre dernier souvenir ? On campait.

Peu à peu, l'idée que quelque chose n'allait pas fit chemin dans son esprit. Et, quelques secondes à peine après avoir embrassé sa " chérie ", il se redressa, parfaitement réveillé, ses yeux bleus exorbités.

- Un instant, on est où et vous êtes qui ?! Il répéta ses questions plusieurs fois, passa d'une langue à l'autre, français, anglais, espagnol, puis japonais, voyant qu'elle réagissait à ce dernier.

Il regarde la jeune femme : elle est jeune, bien plus jeune que lui, probablement encore une adolescente... et elle le regarde avec un air aussi interdit que lui, qui signifie un très clair " j'en sais rien " à sa question. Il sort du lit. Il ne porte qu'un caleçon -même pas le sien d'ailleurs- relativement fin et complètement déformé, qui ne cache rien du désir vivace qu'il a éprouvé il y a quelques instants.


D'un œil alerte, il regarde autour d'eux. La pièce est sombre, il ne voit pas de fenêtre ou de rideau. Mais surtout, il n'y a rien d'autre qu'un lit, une table, et une armoire. Son expérience lui chuchote que ce n'est pas une pièce normale ou on vit. Il se dirige vers la porte, flairant l'embrouille. Verrouillée, et salement. Il sent la lourdeur de la porte, et ce n'est clairement pas un truc qu'il pourra forcer.

Malgré l'étrangeté de leur situation, il ne paniqua pas. Comme toujours, le pérégrin était d'un calme olympien. Quand on avait assisté à un big crush et vécu 20 ans sur une planète sauvage remplie de dinosaures, être coincé dans une chambre avec une ado était loin d'être la pire chose qui lui soit arrivé.

- Merde, c'est quoi ce délire ? D'un coup d’œil, il avise la lettre, posée bien en évidence, sur la table. Il l'ouvre, et lit la phrase, silencieusement, haussant et fronçant chaque sourcil au fur et à mesure, avant de regarder, cette fois avec plus d'attention, sa partenaire.

- Hey, euh... mince, il ne connaissait pas son nom. Tu t'appelle comment ? Moi, c'est Grayle. Il lui balança la lettre. Je crois qu'on a beaucoup de choses à se dire.

Vera D.

E.S.P.er

Re : Expérience charnelle. - Pv

Réponse 2 mardi 02 août 2022, 18:05:29

Je n’arrive vraiment pas à me réveiller, j’ai l’impression de sentir un poids sur ma poitrine, alors que mes neurones n’arrivent pas à se mettre en action. Le démarreur est comme cassé, à moins qu’il lui faut simplement un peu de stimulation… Et c’est cette voix qui va me donner un électrochoc. Je réalise subitement qu’un homme est allongé à côté de moi, qu’il vient de se réveiller pour m’appeler chérie tout en me déposant un baiser sur le front.

● Je… Je…

Arrête de parler à voix haute, pauvre andouille, ce n’est pas le moment de raconter toute ta vie avec un inconnu à côté. J’écarquille les yeux, mes lunettes noires venant tomber sur mon nez en même temps et je ne peux m’empêcher de regarder l’inconnu à côté de moi. Qu’est ce que j’ai fais ? Non qu’est ce qu’il m’a fait ! Ce n’est pas mon genre d’aller avec un inconnu et d’avoir un coup d’un soir, ce n’est pas possible… Est-ce qu’il m’aurait drogué pour profiter de moi ? C’est pour ça que j’ai autant de mal à me lever ? Non… Je vais déjà beaucoup mieux maintenant. Mon cerveau est une vraie turbine qui ne veut plus s’arrêter, alors que je n’arrive pas à décrocher mon regard de l’homme… Et surtout que je n’ose pas bouger pour le moment, avant d’avoir un plan bien ficelé pour me… Trop tard ! L’homme se retourne d’un coup en me regardant, avec la surprise je manque de m’étouffer me redressant tout en toussant.

Il me parle en plusieurs langues quand j’arrive enfin à le comprendre.

● Vous qui êtes-vous ! Qu’est-ce que vous faites ici !

On a l’air aussi perdu l’un que l’autre, c’est clair ! Il sort du lit en seulement vêtu d’un caleçon, alors que je peux voir une érection en dessous…

● Non ce n’est pas possible… Dans une situation comme ça, alors que vous savez même pas qui je suis… Ce n’est pas croyable !

Je me lève à mon tour du lit, je porte un ensemble en dentelle rouge pâle, les bonnets du soutien-gorge sont totalement transparents laissant voir mes tétons en dessous et ne parlons pas du bas un string qui est dans le même style. Je viens attraper rapidement le drap pour m’enrouler dedans, j’ai quelques complexes avec mon corps. Une fille de 16 ans avec des attributs aussi voyants ce n’est pas courant et j’ai encore du mal à les affirmer, surtout face à quelqu’un que je ne connais pas du tout.

Pendant que je m’enroule dans le drap, il en profite pour analyser la pièce, essayant d’ouvrir la porte sans y parvenir, analysant les quelques meubles de la pièce, pour attraper une lettre et l’ouvrir.

● C’est fermé ? La clé est-elle dans l’enveloppe ?

Je le vois sortir un bout de papier, j’ai ma réponse.

● C’est écrit quoi ?

Je dois attendre qu’il me lance la lettre pour y avoir accès, je déplie le papier tout en répondant à sa question.

● Moi c’est Vera !

Je m’assure que mes lunettes sont bien en place avant de commencer à lire la lettre en silence, mon visage doit sombrer au fur et à mesure que j’avance… À la fin, je viens passer la paume de ma main sur mon front, réfléchissant à tout ce bordel…

● Je n’ai jamais accepté ce genre d’expérience sociale !

Je crois… Car je ne me souviens plus de grand-chose des derniers jours.

● Pis c’est quoi ces missions ? Il y en a combien ? Il va se passer quoi si on refuse de les réaliser, rester enfermé ici toute notre vie !

Je montais un peu le ton, car cette situation me cassait fortement les noix. Enfin si j’en avais, ça arriverait. Personne n’a le droit de nous retenir dans une pièce, je n’ai rien signé et si c’était le cas je n’étais pas maître de mon corps.

Je me lève à mon tour pour aller vers l'armoire, toujours enroulée dans mon drap j’ouvre les portes laissant apparaître des rideaux noirs, avec une nouvelle enveloppe, je l’attrape pour en lire le contenu à voix haute. 

● Vous irez en même temps chacun de votre côté, pour que votre partenaire ne puisse pas influencer votre choix et qu’il ne puisse pas voir les autres vêtements ! Pas de triche, on sera au courant… Smiley qui tire la langue… Il se croit drôle en plus !

J’attends Grayle pour savoir quand il sera prêt pour qu’on puisse ouvrir les rideaux ensemble, j’en avais marre de garder ce drap. Sur les rideaux un symbole d’homme indiquait la place de Grayle et l’autre la mienne.

Derrière se trouvaient deux salles séparées par un mur pour qu’on ne puisse pas voir ce que l’autre va choisir, c’était des mini-dressings comportant des vêtements de tous les jours autant d’hiver que d’été et également des tenus plus au moins sexy, allant des uniformes scolaires d'infirmière, aux petites oreilles de chats à des choses très provocatrices en latex ou en cuir… Il y en avait pour tous les goûts et on allait devoir faire un choix pour l’autre, en fonction de notre moral, de nos envies plus ou moins catholiques.

● On fait le point après si tu veux ? Car pour le moment j’ai encore du mal à vraiment comprendre ce bordel…

J’avais oublié qu’il voulait qu’on parle, en même temps je n’avais pas arrêté de poser des questions dans le vent… Me retrouver seule un instant allait me faire un peu de bien je pense, j’avais juste besoin qu’il arrive pour qu’on puisse rentrer derrière les rideaux.

Grayle le pérégrin

Humain(e)

Re : Expérience charnelle. - Pv

Réponse 3 jeudi 04 août 2022, 01:52:08

Grayle fut un peu rassuré que sa compagne d'infortune, en plus d'être une bien jolie fille, aux formes opulentes et agréables, ne semblait pas être une timbrée. Et surtout, qui sentait bon... Oh, elle était stressée et parlait toute seule, mais au moins, il n'était pas enfermé avec une psychopathe ou une conne. Il y avait pire comme partenaire, et ils allaient devoir faire avec.

- Ok, faisons le point après. Je t'avoue que je ne sais pas vraiment ce qui se passe, mais il y a au moins deux choses à savoir. La première, c'est qu'on a pas l'air d'être dans un salon de torture ou autre. Il pointa les poignets et le cou de Vera, ainsi que les siens. On a pas été torturés, ni même ligotés, je ne vois ni ne sens de trace de coup. S'ils voulaient nous prendre nos organes, ou nous tuer, ils l'auraient fait.

Il fronce des sourcils, regardant Vera de haut en bas et de bas en haut.

- Et tu me dit rien. On se connait pas, donc on a sans doute été choisi au hasard. Ça veut dire, par des gens qui ont de l'influence.
Il regarde autour d'eux.

- Je serais pas surpris qu'il y ait des caméras ou des micros partout. A mon avis, on a juste affaire à des riches en plein powertrip. Il la regarda avec sérieux, parlant d'une voix douce et charmeuse.

- Je ne te ferais pas de mal, promis. Si on obéit à leur demandes, tout se passera bien... je pense.

Sur ces belles paroles, ils entrèrent chacun de leur côté dans la pièce. Grayle commença par élever la voix, essayant d'appeler Vera, mais n'entendit aucun retour de sa part. Il frappa sur les murs. Rien de creux, aucun écho. Il fronça les sourcils.

Il s'en voulait un peu, car il avait menti à Vera. Il lui avait caché une chose.

Il regarda sa main, l'ouvrant et la fermant.

Son sac n'apparaissait pas.

Clairement, il y avait de la magie là dessous. En temps normal, Grayle aurait pu faire apparaître son sac magique, en sortir les objets nécessaires pour sortir d'ici, et ils se seraient retrouvés libres en deux temps trois mouvements.

Il mit cette pensée de côté, pour se concentrer sur le choix qui s'offrait à lui. Il mit immédiatement de côté les tenues en latex et oreille de chat. Véra, aussi sexy qu'elle soit, surtout dans ces sous-vêtements, n'apprécieraient pas, et il avait quand même besoin de la mettre de son côté.

Il avait accès à un choix assez vaste... notamment des sous-vêtements plus simples, plus chastes, si l'on puis dire. La vision de l'opulente adolescente dans sa tenue transparente lui arracha un sourire et un frisson de désir.

- Bah, elle a déjà des sous-vêtements et ils sont très biens. Elle les gardera.

Maintenant, les vêtements... il se rendit compte qu'il n'avait aucune idée de mensurations de Véra. 32 ? 34 ? 36 ? Merde c'était quoi les normes au Japon ? Un pantalon serait trop risqué. Alors, il décida d'opter pour une jupe, noire, qui descendait légèrement au-dessus des genoux, fendue sur le côté. Et le haut ?

Il y avait de tout, dont des pulls. Il avisa un gros pull coll-roulé orange. Et souria.

- Pff, ca ne lui irait pas du tout.

Avec les jupes, rien n'était mieux que les chemises. Il avisa une belle chemise blanche en soie, très légèrement transparente. Etait-elle à la bonne taille ? Aucune idée, il en prit une de taille moyenne. Ce qu'il ne savait pas, c'est que leurs hôtes n'avaient laissés que des vêtements légèrement trop courts pour la belle adolescente, qui allait vite se retrouver serrée dans son chemiser et sa jupe un peu trop courte.

Pour le reste, il prit des chaussettes montantes blanches.

Il l'imagina ainsi. Des vêtements plutôt corrects, et qui donneraient un certain sex-appeal à sa belle partenaire pour laquelle, il devait bien l'avouer, les brefs instants passés à ses côtés faisaient tourner son imagination à toute vitesse.

Une fois ses vêtements choisis, il sorti de la pièce, se demandant ce qu'elle avait choisi pour lui, et ce qu'elle penserait de ses choix...


Répondre
Tags :