Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Patapon, le potit con... || PV

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

Jessie Rocket

Humain(e)

Patapon, le potit con... || PV

jeudi 19 août 2021, 20:58:11

Un mois que je préparais ce coup en solitaire, un mois que tout était étudié pour que je puisse me rendre en toute sécurité dans une villa des plus importante. En ancien membre du gouvernement qui avait pris sa retraite paisiblement en dehors des bruits sourds de la ville, une villa à la campagne plantée au-dessus d'une colline. Un client fortuné m'avait contacté pour que je m'introduise chez cet homme pour récupérer des papiers importants. Je ne savais pas ce qu'ils contenaient, mais j'avais le numéro de dossier pour pouvoir le retrouver plus facilement…

Ce soir, c'était le grand soir ! Le ministre et sa famille n'étaient pas là conviés à une petite fiesta de la haute, j'avais passé l'énorme grillage qui entourait la maison, déjoué l'attention des gardes et pour finir pirater la sécurité pour éteindre les alarmes et les différentes caméras. Une promenade de santé… Qui avait pris déjà deux heures juste pour rentrer dans la villa, heureusement que le contrat était bien payé et que je ne faisais pas ça tous les jours.

À l'intérieur, je me concentre pour me souvenir de la direction du sous-sol à l'intérieur de celui-ci, une pièce secrète qui me débouche sur un laboratoire haut de gamme…

|| A la retraite… Salopard…

J'enfile une paire de gants pour commencer à fouiller les armoires, les tiroirs des bureaux tout ce que je trouve. J'ouvre des dossiers pour les feuilleter, lisant en diagonale le contenu.

|| Des portails menant vers une autre planète… Ouverture aléatoire dans le centre-ville… Expérience n°54B-... Ouverture d'un portail artificiel décès du cobaye…

À partir de là tout se ressemble… Je comprends facilement que ce ministère essaie de créer son propre portail et qu'il teste sa folie sur des pauvres gens. Mon client veut juste récupérer un dossier d'une des tentatives pour prouver cette dégénérescence. L'argent monte à la tête des gens, comment est-ce possible de croire qu'un autre univers existe, qu'il est possible de voyager entre les dimensions.

En pleine réflexion et toujours en train de chercher ce fichu dossier, j'entends un bruit derrière moi… Un tintement… Je m'immobilise instantanément, approchant une main à ma ceinture pour me retourner tenant un revolver chargé.

|| Putain… C'est toi…

La montée en pression avait été brutale, même pour une professionnelle ! Mais je baisse mon arme, me mettant à sourire.

|| C'est quoi ton petit nom ?

|| Miaouuuu…

Devant moi un petit chat noir avec des tâches blanches sur le corps, je m'approche doucement pour lui caresser l'arrière des oreilles et les joues.

|| Alors… C'est quoi ton nom…

Mes doigts glissent le long de son cou pour attraper la médaille de son collier, il n'y a rien d'écrit, juste une étrange pierre bleue avec des reflets violets qui semblent bouger. Je m'approche un peu plus, tout en frottant la pierre quand je sens une forte énergie s'en échapper. Une lumière vive m'aveugle alors que je ne sens plus mon corps…

Mon corps avait totalement disparu de la pièce, laissant des dossiers voler dans tous les sens. Devant le chat un carnet d'ouvert.

|| Expérience N°87ZZA-F
|| Cobaye 345C
|| Nom courant : Patapon
|| Nous avons réalisé un mini-portail totalement stable, il est possible de le transporter où bon nous semble… Il mène en direction de Terra - Frontière de Tekhos.


|| Miaouuuu…

>> Terra - Tekhos

La lumière vive laisse place à l'obscurité, avant de voir scintiller des étoiles… Non des lumières, des néons, une fourmilière d'immeuble juste à quelques kilomètres de moi. Je me frotte les yeux, pour être sur…

|| Où je suis ?

Devant moi la fourmilière et derrière un désert à perte de vue, je passe ma main sur ma cagoule pour la retirer. Je transpire, je sens un léger mal de crâne arriver alors que j'ai la nausée. Je laisse tomber mon sac sur le sol, soulevant un nuage de poussière dans cette obscurité. Je ne comprends pas ce qu'il m'arrive, j'ai dû mal à encaisser ce qui venait de se produire : un voyage temporel. Je dois m'asseoir sous peine de faire rapidement un malaise…

Je me laisse tomber lourdement sur le sol, ouvrant mon sac pour chercher ma bouteille d'eau que je verse de moitié sur mon visage.

|| Putain… Je vais crever…

Ma veste noire vient se coller contre ma peau avec l'humidité, alors que mon pantalon moulant est recouvert de poussière et de sable collant. Je dois reprendre mes esprits et essayer de comprendre ce qu'il se passe...
« Modifié: vendredi 20 août 2021, 14:01:34 par Jessie Rocket »

Iggy Stardust

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 1 vendredi 03 septembre 2021, 13:24:26

Nouveaux contrats, nouvelles emmerdes. Clope au bec, Iggy voyageait seul en une nuit noire pour cette mission. Son compagnon et cochet habituel s’était désisté, pas trop intéressé à l’idée de risquer une confrontation avec une colonie formienne. En effet, si les ordres du mercenaire ne concernaient en rien ces aliens répugnants, toujours était-il qu’il lui faudrait contourner une de ces ruches pour rejoindre le village côtier où il se rendait.

Pour s’y rendre, le soldat avait emmené son plus hardi cheval, Sauvage, ainsi son revolver favori et une petite lanterne électronique de technologie Tekhane qui tenait à sa ceinture. Lui n’avait pas réellement besoin de lumière, mais son cheval aurait eu bien du mal à avancer sans rien voir devant lui, lorsque tomberait la nuit. De plus, cette lanterne possédait des propriétés chimiques qui repoussaient les formiens. Enfin, parfois…

Iggy était habitué aux créatures spatiales informes et agressives. Il avait combattu maintes et maintes fois plusieurs espèces assez proches des formiens, dans sa dimension d’origine. Et quoiqu’il n’ait pas accès à son ancien équipement pour faire face aux créatures Terranes elles-mêmes, il avait pourtant triomphé de maints affrontements avec ces derniers. Cela ne l’effrayait pas. La mort non plus, d’ailleurs.

Las de tout, peut-être même presque de la vie elle-même, Iggy se sentait à l’aise dans ce désert. C’était là qu’il était arrivé sur Terra, du sang plein le casque, les muscles synthétiques en feu et ses os de métal résonnant sous le choc. Il n’avait de compte à rendre à personne, seul avec son grand cheval couleur crème, arpentant les étendues ensablées sous le regard de la lune et des étoiles.

« Qu’est-ce que… » Le soldat fronça les sourcils, observant au loin. Dans son ancienne dimension, Iggy avait subi des opérations destinées à faire de lui un soldat parfait. Ses ligaments étaient d’un alliage extensible et résistants, ses os étaient de titane et d’autres matériaux plus solides les uns que les autres. Aussi, et surtout, son œil droit lui permettait de voir dans le noir, par une technologie infrarouge. « Ne bouge pas, Sauvage. »

Sauvage était le cheval d’Iggy depuis bien longtemps maintenant. Il avait un tempérament calme, agréable. Et si cette femme que le mercenaire voyait en plein désert était un piège d’une quelconque sorte, le soldat ne comptait pas à ce que son seul moyen d’échapper à la situation puisse se faire attaquer. Le pas lent et assuré, Iggy descendit de son destrier, pour s’approcher de Jessie.

« Vous êtes-vous perdue ? » Demanda le bon samaritain, éclairé par sa fameuse lanterne Tekhane. Il portait une chemise moulante blanche, un pantalon de lin de la même couleur et de lourdes bottes noires. A sa ceinture brune trônait le holster bien sécurisé de son arme et il était également enroulé dans un long châle qui faisait office d’écharpe et de cape, le protégeant du froid glacial qui prenait le désert en pleine nuit. « Tekhos est encore loin… » Venez-vous d’une autre dimension, vous aussi ? Voilà qui aurait été une question bien idiote à poser, mais fort à propos vu le lieu improbable de leur rencontre. De plus, la tenue de cette inconnue semblait relativement normale pour une Tekhane.

Il savait à quel point les femmes de ce pays haïssaient les hommes. Aussi ne prenait-il pas le risque de la toucher ou de trop s’approcher. Iggy laissait à Jessie le loisir de trouver ses repères, de bien pouvoir analyser l’apparence et la tenue de cet inconnu qui prétendait vouloir l’aider. Nulle parole ou pas de trop, de la part du mercenaire, qui observait les alentours avec attention.

« Vous n’avez pas de véhicule ? » Il avait l’air surpris. Impensable que quelqu’un puisse marcher jusqu’ici. A pieds, de cet exact endroit, Iggy avait mis des heures pour rejoindre la bordure de Tekhos. « Mon cheval est encore en forme, je peux vous emmener jusque dans la ville la plus proche, si vous le souhaitez. »

Jessie Rocket

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 2 lundi 06 septembre 2021, 00:44:55

Sur le sol, le voyage temporel m'avait complètement retourné les tripes, j'avais l'impression que j'allais calancher d'un moment ou d'un autre. Ça ne m'empêchait pas de voir arriver une silhouette et d'entendre les sabots d'un cheval remuer le sable, j'aurais bien voulu me mettre debout, mais je pense que j'allais simplement tomber directement… J'approche juste mon sac, glissant ma bouteille à l'intérieur et gardant mes mains dedans.

|| Sauvage… J’espère que c'est ton canasson que tu appelles comme ça !

Je le regarde descendre et s'approcher de moi, me demandant si j'étais perdue… Vraiment ? Non, non, je fais une petite pause perdue au milieu du trou du cul du monde, j'aime me rouler dans le sable à mes heures perdues, j'ai entendu que c'était bon pour la peau. Sans déconner ! Il avait d'autres questions idiotes du genre ? J'allais ouvrir la bouche pour lui cracher ma haine quand il me parle de…

|| Tekhos ? C'est quoi ça ?

J'étais où bordel ? Rien n'allait dans cette histoire… Comment j'avais fait pour me retrouver là ? Il me parlait d'un endroit dont je n'avais jamais entendu parler… Ni une ville, ni un village, ni une entreprise… Ça ne me disait rien du tout ! Et c'était quoi les fringues qu'il portait ?

|| Dis moi où je suis ?

Ça commençait vraiment à m'énerver ! Si bien que je prenais même pas le temps de répondre à ses questions sur le sujet du véhicule et le reste. Dans mon sac, je viens trouver mon téléphone portable que j'allume, pas de réseau… Avec la plus grande concentration, je me redresse enfin, gardant mon sac proche de moi une main en dessous et une main en dessus. Un clic léger vient s’en dégager, enlevant la sécurité de mon arme à feu que je sors directement de mon sac pour la pointer vers l’homme en face de moi.

|| Réponds rapidement à mes questions ! Où je suis actuellement ? Comment je me suis retrouvé ici ? Tu travailles pour qui ? C’est quoi ce bordel, une nouvelle drogue, de la réalité-augmentée… Je ne sais pas bordel, un piège ? Si ce n'est pas ça, dit moi comment je fais pour rejoindre le centre-ville, je prendrais ton poney pour y aller et si t'es pas con, je te laisse la vie sauve !

J’agite l’arme devant son visage, c’était juste pour le menacer en réalité, je n’avais jamais tiré sur personne, mais niveau intimidation ça fonctionnait assez bien normalement.

|| Ne pense même pas à sortir l’arme à ta ceinture !

Je soufflais fort, comme si je venais de faire le marathon le plus long de ma vie ! J’avais vraiment du mal à me remettre… Des gouttes de sueur coulaient sur mes tempes, j’étais encore plus blanche que d’habitude, je pense sincèrement que j’avais besoin de sucre ou d’un truc à manger pour me remettre. Mais ce n’était pas le moment ! Déjà, les informations, puis partir sur le poney !

Iggy Stardust

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 3 mardi 07 septembre 2021, 14:48:56

Les paroles de Jessie confirmaient les minces soupçons d’Iggy. Il se revoyait en elle lors de son arrivée sur cette étrange planète. Au début, il avait tenté de regagner son monde, avant de bien vite réaliser qu’il n’était non pas dans une autre galaxie, mais bien dans une autre dimension à part entière. Cela faisait un choc.

Le monde d’Iggy était à un état d’avancement technologique si poussé que même Tekhos faisait pâle figure à côté. Et celui de Jessie n’en était qu’à ses balbutiements, un nourrisson sans aucune idée de son avenir. Mais ici, pas de fusil à plasma ou de mecha surdimensionnés, non. Simplement quelques armes à feu rudimentaires et de la magie.

Où se trouvait-elle ? Encore aurait-il fallu qu’Iggy sache d’où elle venait. Mais à en juger par ses paroles, son accoutrement et l’arme qu’elle brandissait désormais devant lui, elle devait venir d’un autre monde. Comme lui. Le mercenaire leva les mains en l’air, avenant. Il ne savait pas encore de quoi elle était capable.

« Tu es dans le désert Tekhan. Mais je pense que ça ne t’avance pas plus, je me trompe ? »

Dit-il, souriant légèrement. Il désigna les formes au loin, les lumières d’une ville qui ne connaissait pas le sommeil. Combien de kilomètres, d’heures, y avait-il jusqu’à cette ville démesurée ? Surement une longue chevauchée. Sauvage, ressentant la tension de la scène, tapotait légèrement le sol de ses sabots, soulevant du sable.

« Tu n’es pas dans ton monde, je pense pouvoir l’affirmer. »

Il haussa les épaules, ses mains toujours levées nonchalamment, à croire qu’il n’y avait même pas une arme pointée sur lui. Il n’avait pas peur d’une arme à feu aussi primitive. Ses os étaient d’un alliage de titane, ses muscles renforcés par une technologie d’une autre époque. Peut-être un tir dans l’œil ou dans l’entrejambe l’aurait-il mis hors commission. Mais en dehors de ces endroits, il n’était pas en danger. Restait à prier que cette femme en émoi ne sache pas si bien tirer.

« Désolé de te l’apprendre, mais il n’y a pas de moyen de retourner chez toi… » Iggy marqua une pause un instant, avant de reprendre ses propos. « Pas de moyen que je connaisse ou dont j’aie entendu parler, en tous cas. Tu es sur une autre planète, dirais-je même dans une autre dimension. Et non, je ne me fous pas de toi. »

Lorsqu’on lui avait expliqué l’endroit où il se trouvait pour la première fois, lui aussi avait pensé qu’on se payait sa tête. Il avait fallu qu’il constate de ses propres yeux l’existence de la magie pour accepter sa situation. Alors, peut-être en serait-il de même pour Jessie ? Iggy ne pratiquait pas la magie, il avait pourtant essayé, mais son cerveau trop concret et son manque d’imagination l’empêchaient de réaliser quelconque sort avancé. Et pas certain que faire jaillir une minuscule flamme de ses doigts suffise à convaincre cette inconnue.

« Te laisser Sauvage ? Il fait déjà des histoires quand je le chevauche, et je l’ai depuis des années maintenant. » Iggy ne put s’empêcher de rire un instant. « Qui plus est, si je finis en plein milieu du désert sans ma monture, je suis bon pour crever ici. Tu n’as qu’à me tirer une balle entre les deux yeux maintenant, qu’on n’en parle plus. »

Son expression était aussi sérieuse qu’on les faisait. Calmement, il observait la jeune femme, ne manquant pas de voir qu’elle transpirait, d’entendre sa respiration via ses sens décuplés par la technologie de son monde. Bientôt, elle greloterait, frappée par les vents glaciaux du désert en pleine nuit. Iggy lui-même en ressentirait la violence, sans son châle. Car s’il était autant de métal que de chair et d’os, le mercenaire restait un humain.

« Dans le sac sur la selle de mon cheval, il y a quelques tissus. Tu devrais te couvrir. » Il soupira, baissant ses bras sans pour autant venir chercher son arme. « Ecoute, j’aimerais sortir d’ici vivant et j’aimerais que tu sortes d’ici vivante aussi, d’accord ? Alors calme-toi et laisse-moi t’emmener jusqu’à la ville la plus proche. Tu peux garder ton arme sur mon dos tout le trajet, si ça te rassure. »

Jessie Rocket

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 4 mardi 07 septembre 2021, 19:58:41

Raisonnable, l'homme leva les mains en l’air ne cherchant pas à m’arrêter dans cette folie passagère, il me répond assez vite sur le lieu où je me trouve. Le désert de Tekhan… Il se fout de ma gueule où quoi, ce lieu n’existait pas sur Terre du moins. Et c’est là qu’il enchaîne rapidement, que je ne me trouvais pas dans mon monde.

|| Pas dans mon monde…

Mes lèvres remontent affichant un petit sourire, en mode : vas-y continue de te foutre de moi et tu vas l’avoir ta balle entre les deux yeux. Pourtant, quelque chose me retenait d’appuyer sur la cachette. Les notes que j’avais eues le temps de lire quand j’étais dans le laboratoire… À cet instant, j’arrivais à m’en rappeler, ce fou essayait de construire un portail vers une autre dimension, des personnes étaient mortes pour tester l’ambition d’un homme qui se comparait à Dieu. Ça ne pouvait pas être possible, cela ressemblait à de la science-fiction…

Je pousse de longue inspiration, passant ma main libre sur mon front pour essuyer la sueur qui continue de couler… Tout en l’écoutant me dire qu’il était impossible de rentrer chez moi, enfin que pour le moment il ne l’avait pas trouvé. Les portails ? Si toute cette histoire était vraie, il devait bien y avoir un moyen de construire ce genre de chose comme dans cette série-là… Stargate !

D’une oreille moins attentive, j’écoutais le reste qui me semblait un peu moins important… Le poney, les tissus… Il faut dire que je ne connaissais rien au désert et que l’idée de mourir de froid était loin de me traverser l’esprit à ce moment. Je relève alors mon arme vers ma tête, tapotant la crosse contre ma tempe comme si j'étais en pleine réflexion sur le moment.

|| J’ai vraiment du mal à croire tout ce que tu me racontes…

Et pas qu’un peu la pilule était dure à avaler, ces histoires de portail, de dimension, ce savant-fou qui envoyait des gens à la mort ou sur des autres planètes ? Je ne sais même pas… Et pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’avais bien pu faire pour me retrouver ici…

|| Le chat !

À ce moment, je me vois toucher cette pierre qui semblait onduler devant mes yeux, cette lumière qui me coupe la vue… Et une nouvelle nausée me fait pencher en avant, ouvrant la bouche pour cracher de la bile. Crédibilité zéro, pistolet à moitié sur les genoux, je n’arrivais presque plus à le viser. Cette sensation atroce me reprenait à peine, j'avais eu le malheur de l’imaginer… Je me redresse pour essayer de faire bonne figure…

|| Ouais tu vas m'emmener à la ville la plus proche et sur le trajet, tu pourras m'expliquer plus en détail où je suis…

Les us et coutumes, nous allons dire ! S'il fallait éviter de mettre les pieds à des endroits, se rapprocher de certaines personnes, qui dirigeaient le pays… S'il y avait un pays déjà… Je suis sûr que quelqu'un ici devait savoir quelque chose sur les portails, un mec riche comme le mec chez qui je faisais le braquage. Ce mec devant moi, je n'allais pas le tuer, c'était une source d'information très précieuse pour le moment, je devais en tirer le maximum. Et après… On verra.

|| Allez à cheval !

Je bouge mon flingue dans la direction du poney pour lui faire signe de monter et ensuite je le suivrais… J’ai jamais monté ce genre de bestiole, j'allais en profiter pour regarder comment faire. Pendant ce temps l'adrénaline encore bien présente, je ne sentais pas la température de mon corps chuter en flèche… Les signaux n'arrivaient pas à mon cerveau, comme les légers grelottements, la chair de poule, la rigidité de mon doigt sur la gâchette… Un peu comme quand on boit par un temps glacial, notre corps est en hypothermie alors qu'on pense avoir chaud. Dans mon cas, c'était la même chose depuis que j'étais arrivée ici… La chute allait être brutale surtout que je ne pensais plus aux vêtements qu'il m'avait proposés.

Iggy Stardust

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 5 vendredi 08 octobre 2021, 21:17:49

Iggy n’était pas arrivé sur Terra en calèche, c’était le moins que l’on puisse dire. Il s’était réveillé dans sa combinaison de pilote, le casque brisé et les tempes couvertes de sang. Il s’était même demandé si un être humain « normal » aurait survécu à ce genre d’arrivée, bien qu’au fond il ne sache pas vraiment s’il s’était écrasé ou si ses blessures étaient le fruit du combat qui l’avait mené jusqu’ici.

Mais pour Jessie, somme toute relativement intacte, cela ressemblait plutôt à un féroce mal de mer, qui n’avait pas l’air de vouloir partir. Iggy ne l’admettrait pas, de peur de froisser la folle furieuse avec un pistolet braqué sur lui, mais il était curieux de savoir comment elle se sentait, et si elle se souvenait de ce qui l’avait ramenée ici. Ces questions sauraient attendre, pour l’heure, il fallait survivre.

« Je ne vais pas insister pour que tu te couvres. Mais si tu tombes inconsciente à cause du froid je ne veux pas me retrouver dans ce foutu désert avec un corps sur les bras. »

Iggy savait alterner entre un ton sérieux et un ton plus nonchalant. Il savait parler de façon à délier les langues, à inspirer la confiance, comme il savait se montrer net et ferme pour diriger toute une équipe. Et lorsqu’il représentait les dangers du Désert Tekhan, il ne plaisantait très clairement pas. Voilà qu’il allait avoir autre chose à expliquer, maintenant.

« Prends ça. » Ordonna-t’il presque, fouillant lentement dans la sacoche de son cheval afin de ne pas brusquer Jessie. « Il y a des… Créatures dans ce désert. Elles sentent la mort et la nourriture qui se perd entre les dunes. »

Il jeta un grand et épais châle de laine blanche sur la croupe de Sauvage, laissant à la jeune femme le loisir de s’emmitoufler dans le confortable carré de tissu. Iggy ne mentait pas. Non loin d’ici se trouvait une des fourmilières Formiennes, un repaire de monstres spatiaux qui s’attaquaient à la moindre proie. La nuit était leur terrain de chasse, et mieux valait les éviter.

Comprenant qu’elle n’était pas très familière avec l’art de monter à cheval, Iggy aida rapidement Jessie à monter sur la deuxième place de la selle, contrainte de s’accrocher au dos musclé du soldat depuis l’arrière. Sauvage était fier, fort et massif, quoique paradoxalement peureux face au danger. Il était plus grand et large que les chevaux « normaux » dont Jessie aurait pu avoir croisé le chemin sur Terra.

« Tekhos est une ville avancée, par rapport à l’ensemble du monde ici. C’est un endroit dominé par les femmes et leurs corporations. Un paradis capitaliste et un enfer pour la populace. » Expliqua le soldat en donnant le départ à son destrier, qui ne semblait que trop heureux de pouvoir foutre le camp. « Ailleurs, l’architecture est archaïque, ancienne. La technologique est limitée car beaucoup préfèrent utiliser la magie pour leurs tâches quotidiennes. »

Le mot était lancé. « Magie ». Voilà qui voulait dire tant et si peu à la fois. Mais il ne s’agissait pas là de sortir un lapin d’un chapeau ou de faire quelques tours de cartes. Non, la magie rythmait la vie de tous. Apothicaires, shaman, druides et autres magiciens étaient légion en ce monde, travaillant pour la plupart au sein d’une société qui s’était formée autour de leurs capacités.

Iggy suivait un chemin spécifique, ne chevauchant pas en ligne droite mais suivant des détours très précis. A aucun moment ne devait-il se retrouver par inadvertance en territoire Formien. Sans doute n’était-ce pas une bonne idée de parler de ce genre de créature à une femme déjà désorientée et sous le choc, mais il fallait qu’elle comprenne à quel point sa coopération était importante, pour le moment.

« Tekhos est en guerre avec une race venue de l’espace, des monstres nommés Formiens. Certains ressemblent à des humains, d’autres à des insectes géants et affamés. » Le mercenaire regardait droit devant lui, concentré sur la route à suivre. « Et ils habitent dans certaines parties de ce désert. S’ils nous tombaient dessus, ils nous boufferaient probablement vivants. S’ils ne décident pas de nous foutre leur progéniture dans le bide. »

D’une fiction spatiale à une autre, Jessie devait réaliser que si c’était un canular, il y avait une sacrée réflexion derrière. Mais la triste réalité était bien là. C’était sa nouvelle vie, et elle devait désormais trouver un moyen de, sinon rentrer chez elle, au moins survivre dans un monde qui faisait passer la Terre pour une cour de récréation.

Jessie Rocket

Humain(e)

Re : Patapon, le potit con... || PV

Réponse 6 dimanche 24 avril 2022, 21:52:33

|| Je vais pas calancher aussi facilement.

Le froid du désert, c’était bien la dernière des choses à quoi je pensais et pourtant je devrais, ce mec avait raison, je pouvais y passer rapidement surtout avec les vêtements humides que je portais. Me verser la moitié de ma bouteille d’eau sur la gueule n’était pas la meilleure des idées, mon haut était toujours collé contre ma peau, idem pour mon pantalon. Mais l’adrénaline encore bien présente et l’envie de découvrir où je me trouvais prenaient le dessus sur tout le reste qui m’entourait. Sauf que l’homme insista une nouvelle fois, haussant le ton tout en se tournant vers la sacoche de son cheval pour y sortir un châle de laine.

|| Ouais, ouais, je vais y penser sur le chemin, on doit y aller s’il y a vraiment des créatures dans le coin.

Je bouge mon arme vers la gauche pour faire signe d’y aller, il monte le premier, je le garde en visé pour éviter qu’il se casse avec le cheval en me plantant là le temps qu’il m’aide à grimper sur la selle du canasson. Je mets du temps à trouver une position confortable sur ce truc, me trémoussant de droite à gauche manquant de glisser devant me rattraper à l’aide de cet inconnu. Je serre les dents pour éviter d’insulter la terre entière à ce moment, j’avais déjà la gerbe m’ajouter ce truc était de la torture. Je désamorce mon arme pour simplement la poser entre mes cuisses, je viens attraper le châle pour simplement le poser sur mes épaules. Finalement, je viens à l’écouter, même si la sensation de mes vêtements humides commence à me peser. Et enfin, je viens me tenir comme il faut, une main sur l’épaule de l’homme pendant que l’autre se pose sur sa hanche, je me rapproche au maximum pour suivre les mouvements du cheval.

Le chemin commença et les langues se mirent à se délier.

|| Un monde dominé par les femmes…

Je ne peux pas m’empêcher de pousser un ricanement ! La domination n’est jamais bonne dans tous les cas, que ce soient les hommes, les femmes, les riches, les pauvres, telles ou telles nations. Dans la vie, il ne faut pas une dominance pour faire avancer les choses, mais c’est quand même drôle d’entendre que les femmes ont réussi à faire quelque chose. Je ne peux pas savourer longtemps cette vision des choses, car un mot vient tout perturber.

|| La magie !

Cette fois je me retiens pour ne pas éclater de rire sur le cheval, mais merde c’est trop dur ! Je penche la tête en avant l'aplatir contre son épaule afin de me contenir. Il pense vraiment que je vais croire à ce genre de chose, sérieusement ? Il n’y a rien de magique dans le monde, ce n’est que des illusions construites de toute pièce pour troubler notre cerveau ou simplement de la science qui aux yeux des plus faibles passe pour de la magie. Je le pensais plus intelligent pour croire à des conneries de la sorte.

Et c’est pas fini, il commence à me raconter des histoires avec des monstres qui prennent la forme d’insectes géants prêts à nous bouffer ou à planter des oeufs dans notre bide. Je reste la tête contre son épaule, il peut me sentir trembler me contenant pour ne pas rire aux éclats.

|| Il faut arrêter de regarder des films de science-fiction…

La saga Alien, je pensais direct à ça, les monstres de l’espace qui viennent envahir le monde. Ils venaient greffer des oeufs dans le ventre des humains pour se reproduire et les bouffer. Il faut faire la différence entre la fiction et la réalité, ou arrêter la drogue. Car à ce niveau ça va trop loin.

J’arrive enfin à me calmer, levant la tête pour la poser sur l’épaule du cavalier, regardant un peu l’étendue de sable qui se trouvait devant nous. Comment il arrivait à se repérer dans ce désert, il n’y avait pas un seul repère pour avancer comme il faut et lui contrôlait son cheval si facilement.

|| Franchement, tu crois vraiment que je vais croire à tout ça… Des monstres, de la magie, tu vas rajouter qu’il y a des dragons dans le coin ? Je sais pas ce que tu cherches à faire, mais je ne suis pas naïve au point de croire à des conneries comme ça.

Un frisson remonte dans mon dos, je tire sur les extrémités du châle pour le coller un peu plus contre moi sans lâcher le cavalier. Je suis bien contente de l’avoir finalement, il a bien fait d’insister pour que je le prenne. Maintenant que je suis plus calme, je peux sentir la morsure du froid contre ma peau, mes vêtements qui sont glacés irrite ma peau. Vivement qu’il arrive à sécher… Où qu’on sorte d’ici.

|| Pour me convaincre, j’aime bien voir les choses en face !

Ce qui n’arrivera jamais, car de toute façon je sais qu’il raconte des conneries. Je trouverais plus d’informations dans la prochaine ville, vivre seul ne doit pas aider à garder toute sa tête. Le pauvre doit être fou à force de voyager avec son cheval.

|| On va voyager toute la nuit ? C’est pas dangereux avec les… Moooooonstrrrrrres ?

Je me moque un peu, ricanant au creux de son oreille. En réalité, maintenant que je sens la fraîcheur du désert, j’ai bien envie de me mettre à l’abri dans une grotte avec un bon feu voir manger quelque chose après ce que j’avais craché avant mon estomac à besoin de se remettre en forme. Et cavaler trois heures de nuit dans un désert sans voir l’ombre d’une silhouette… Voilà quoi.



Répondre
Tags :