Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs] | Terminé

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry
Inscrivez-vous

Héraclès

Créature

Une journée de repos aujourd'hui. Une paye vient de tomber, et arrive dans ma vie comme une bouffée d'oxygène. Ca n'empêche pas que j'me sens un peu seul. Sortir avec les collègues du boulot? Nan, pas d'humeur, même si leur compagnie est agréable. Pas envie non plus de regarder la télé, ni de geeker, ni même regarder un film insignifiant ou me perdre sur internet.

J'pourrai me payer un bon resto alors ? Hm, nan, un truc que j'finirais par regretter. Et c'est pas le moment de tout liquider. Alors pendant de longues minutes, j'reste allongé dans le creux de mon lit qui a prit le plie de mon poids pour regarder le plafond. On fait le point, et cette solitude continue de ronger mon être. Faute de pas pouvoir trouver quelqu'un, un peu de compagnie me ferai le plus grand bien.

Et puis, j'repense à cette petite renarde. Ouais. J'ai vraiment pris mon pied la dernière fois. Cette chaleur, pis ses soins ont été très agréables. Même si à la réflexion j'me suis trouvé assez dur, Etyhs a su "encaisser" mes ardeurs et mes pulsions. Et là, ça fais un petit moment que ça traine dans mon calbute. De toute manière, elle sera trop traumatisé pour refuser. Je n'ai qu'à la payer ? J'ai de l'argent maintenant. Et comme ça, elle ne pourra pas refuser également.

Et j'ai besoin d'une bonne dose d'œstrogène pour calmer cette solitude. 

Alors j'm'habille, d'un pantalon cargo marron et d'un t-shirt noir moulant, pis quitte mon studio pour m'envoler vers le Renard Blanc, cette boutique qui m'a sortit d'un sacré pétrin et m'a offert également une vraie consolation. Le meilleur endroit finalement? Aha. Volant entre les bâtiments, j'trouve sans mal le chantier à proximité qui maintenant est terminé depuis ma dernière venue. Un gosse a faillit crever si je n'avais pas fais quelque chose. Genou et poing au sol, j'atterri devant l'entrée dans un fracas sismique qui fait vibrer la porte.

J'repense à la première fois où j'ai tout envoyé valdinguer. Cette fois, on va y aller mollo. Alors j'ouvre délicatement le battant alors que la cloche fait sonner mon entrée. Un regard perdu dans tout ces cailloux tapent à l'œil et qui mine de rien cachent bien leur jeu. Un pas à l'intérieur, je cherche ses petites oreilles qui me démangent de salir. J'préfère me ramener sans m'annoncer, juste pour voir la surprise dans son visage. L'excitation fait tambouriner mon cœur dans mon torse solide et j'sens comme un creux dans le bas-ventre qui m'annonce enfin le moment de passer "a table".

Une autre fournée.

Mon regard se porte sur le comptoir, et se ferme dans des œillères quand j'vois une autre créature. J'pensais que c'était Etyhs pendant une seconde, mais non. Elle lui ressemble traits pour traits... A la différence que les yeux sont d'une autre couleur. J'avance d'un pas lourd dans sa direction, intrigué, mais emballé par de sombres idées. Impossible de lui donner un âge exact, mais elle a l'air d'avoir la candeur d'une adolescente. Ma voix grave résonne dans la pièce quand j'pose lourdement mes coudes sur le comptoir, pour la faire sortir de la lecture de son magazine.

- T'es qui ? Que j'demande directement. Etyhs a de la famille ?

Voyez-vous ça...
« Modifié: samedi 24 avril 2021, 23:13:41 par Héraclès »

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 1 jeudi 21 janvier 2021, 22:14:28

Comme je n'avais pas de cours durant cet après-midi, enfin si mais ils me faisaient tellement chier, tellement je savais déjà tout par coeur comme d'habitude, je me suis donc libéré pour venir une fois de plus dépanner ma superbe mère adorable, à sa boutique. Ce n'était pas que son travail soit intellectuellement ouf pour moi, mais c'était le fait de pouvoir l'aider. De tout simplement lui faire plaisir, quand elle avait besoin de moi ou mon frère, à cause de ses livraisons qu'elle doit parfois effectuer de loin. Et puis j'avais l'étrange sensation que mon aura mystique et mystérieuse, arrivait à faire booster ses ventes! Il faut dire que ses clients doivent se bousculer un peu pour mes beaux yeux aussi, quand je suis là...

Assise au comptoir pendant que ma chère mère se trouvait dans la réserve un peu avant de partir faire sa livraison, je lève les yeux en regardant la porte, lorsque j'entends une vibration provenir de l'entrée... Une seconde après, je replongeais comme si de rien n'était dans un magasine terrien, que ma mère avait laissé trainer sur son comptoir. Ce n'était pas très passionnant pour moi et mes connaissances cognitives naturellement développées, mais c'était toujours ça pour tuer un peu l'ennui, à défaut de squatter encore sur "Kinder" pour y voir l'autre débile avec ses gros boobs...

Oreilles redressées, j'entends la clochette de la porte d'entrée de la boutique teinter. Lorsque je regarde la personne entrer, je vois ni plus ni moins qu'un géant débarquer... Un mec baraqué et aussi grand que ceux qu'on pourrait voir dans ces films d'actions de merde, bon pour se toucher la nouille et surtout, éteindre son cerveau. Par contre, ce type était vraiment impressionnant. Il était tellement massif, qu'on pourrait croire à un monstre tout droit venu d'ailleurs.
En me voyant, la grosse masse géante avec sans aucun doute un QI assez limité, se dirige dans ma direction, tout en posant ses coudes sur le comptoir. Chacun de ses bras devaient bien faire presque la taille de mon propre tronc! La vache!

Mais alors que je le regarde, prête à l'entendre me demander des renseignement sur cette boutique formidable, le type me demande de manière sans gêne, presque grossière sur les bords, qui j'étais et si ma mère avant de la famille. Résignée, je comprenais une seconde après, qu'il devait sans doute la chercher pour aller payer son service. Son service sexuel... C'était un peu dégradant je trouvais... Je n'aimais vraiment pas et je trouvais que ma mère méritait beaucoup mieux, que d'aller faire ça pour devoir arrondir ses fins de mois difficiles...

- Alors déjà, je ne sais pas qui vous êtes non plus! Mais moi, je ne vous le demande pas "cher monsieur". Et si vous cherchez ma mère... Enfin si vous cherchez la patronne, elle n'est pas là. Elle reviendra plus tard... En attendant qu'est ce que je peux faire pour vous, à part ça? Vous cherchez sans doute les meilleurs ustensiles de la ville de la lithothérapie, je présume? Et bien dans ce cas ne cherchez plus, vous êtes pile au bon endroit!

Je répondais poliment à ce type qui ressemblait à une machine de guerre montée sur patte, mais sans non plus aller laisser passer comme si de rien n'était, contrairement à ma mère... Encore un bourru vulgaire qui manquait sacrément de classe et d'éducation. Nul doute que l'apparence physique de ce type, était au moins l'équivalent de ma toute grandeur intérieure. Donc en conclusion, il pouvait bien me craindre...
« Modifié: mercredi 27 janvier 2021, 00:04:28 par Setyhs Inoru »

Héraclès

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 2 samedi 23 janvier 2021, 10:06:10

J'tangue la tête délicatement alors que j'écoute ses paroles. Marrant, j'pourrais presque entendre une espèce de condescendance dans sa manière de parler. Une qui n'a pas sa langue dans poche on dirait. Elle me plait bien. Il n'empêche que j'ai quand même une réponse à mes interrogations : c'est sa fille. Et pour le coup, chapeau, rien à redire elle a fait du sacré boulot. Un boulot qui mérite d'être goûter pour voir si c'est aussi bon à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Par contre elle est bien différente que sa maternelle. Peut-être l'euphorie de l'adolescence. J'sais pas, ma crise d'adolescence j'l'ai pas trop vécu d'après mes vieux. Ma seule émancipation était de découvrir mes origines, au-delà de ça... J'suis plutôt le mec tranquille. Enfin, ça dépend des moments, et celui-là n'en fera pas partie. J'm'avance légèrement pour sentir son odeur m'enivrer la tête et mon esprit alors qu'un silence s'étire sans que je que lui donne de réponses, gardant le visage impassible à toute forme d'émotions.

Mais un sourire carnassier va vite déformer mes traits. Mon cœur tambourine d'excitation alors que mes respirations sont bruyantes. Confirmant qu'elle m'excite autant que sa mère, avec évidemment le désir de découverte.

- Tu feras l'affaire.

Sans prévenir, mon bras passe par dessus sa crinière pour la saisir par le col avant de l'extirper de son comptoir comme un charognard capturant un bébé animal dans son terrier. J'me remets en mémoire la fameuse pièce ou Etyhs a dégustée avant elle sans problème et dans un coup de talon que j'ouvre la porte pour l'envoyer au sol d'une nonchalance extrême.

- J'vais pas passer par quatre chemin, j'vais te prendre, maintenant.

Ma poigne de fer dans ses cheveux d'argent, j'l'a traîne jusqu'au lit, sans doute le seul support confortable qui lui fera traverser ce moment le plus agréablement possible, quelque part, c'est pas mon objectif. Non, j'veux jouir. J'veux me vider, et c'est ça, le plus important. La manipulant comme une petite poupée de quelques grammes j'l'a retourne en gagnant coup sur coup chaque bras de fer qu'elle tente de faire contre moi. J'enfonce sa tête dans le matelas pour mieux tendre sa petite croupe devant mon bassin avant de lui arracher ses vêtements en y laissant des marques de violences ecchymosées sur sa peau opalescente et fragile.

Les haillons au sol, une énorme gifle vient secouer ses petites fesses. Juste pour le plaisir de voir les vagues agiter son fessier qui libère des fragrances au saisissant parfum féminin. Une marque rouge qui tire vers le violet au bout de quelques secondes marque sa chair une fois de plus. Mon t-shirt en sueur finit juste à côté de son visage étouffé contre le matelas alors que j'défais mon pantalon pour caresser ma colonne de chair contre sa petite raie, décalottant paresseusement mon mandrin dans une érection quand même imminente alors qu'il libère un miasme chaleureux et odorant dans la pièce. J'ai pas envie de passer par la procédure classique, j'veux détruire sa vulve, maintenant. Pliant sa colonne pour la cambrer à ma convenance, j'avance ma hampe dans un grand coup de bassin pour poignarder son sexe.

Mais sa petite fente est minuscule. La frustration commence à monter quand j'glisse à plusieurs reprise contre son anus, puis son bas-ventre, des fois de trop qui me font grogner, un roulement sonore qui vibre dans mon torse, sonnant comme une menace casi mortelle aux oreilles de ma proie. Mon gland bute de nouveau couplé à mes agacements bruyants alors que j'entends une voix dans mon dos à la sortie de la pièce... Le bras toujours contre ma proie, Etyhs débarque pour ne pas arranger les choses...

On va pas venir m'emmerder longtemps en tout cas.
« Modifié: samedi 23 janvier 2021, 21:30:22 par Héraclès »

Etyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 3 mardi 26 janvier 2021, 23:43:54

Prête à effectuer une livraison de l'autre côté de la ville, je profitais de la présence de ma fille pour aller dans la réserve, avant de partir. Mais alors que j'étais occupée à vérifier les stocks des ustensiles qui me servirait à y entreposer discrètement ma magie blanche, j'entendais quelqu'un entrer. Confiante, je laisse donc seule gérer ma fille à ses aises.
Mais alors voilà que tout juste quelques instants après, j'entends ma fille qui crie! Immédiatement saisie, lâchant mon cahier de comptes par terre, je me lève. Je n'ai pas encore quitté la pièce que je vois aussitôt dans l'entrebâillement, quelqu'un que j'espérais ne jamais revoir! Mains devant la bouche, effrayée de constater le retour de sa présence dans ma boutique, je reconnaissais immédiatement le garçon qui m'avait violé, il y a de cela bien plusieurs mois...

Effrayée, choquée de retrouver ce monstre chez moi, je le voyais commencer à trainer ma fille par le col. Incapable de pouvoir évidemment se défendre contre lui, elle criait. Elle tentait de se débattre, alors qu'il l'emmenait... vers l'arrière du magasin! Il était en train de l'emmener dans la pièce où j'y avais entreposé mon mobilier! Et c'était exactement ici que ce garçon affreux, m'avait prise de force! Il m'avait violée ce jour là, alors qu'il était arrivé à ma boutique dans un sale état. En bonne âme comme toujours, je l'avais aidé. Je l'avais soigné. J'ai même eu la gentillesse d'ignorer tous les dégâts qu'il avait occasionné, en renversant un étalage entier des mes cristaux magiques en arrivant. Mais ça ne l'a pas empêché à la fin, de me sauter dessus, pour autant. De faire avec moi ses petites affaires, alors qu'il m'a faite horriblement souffrir! Par peur, je n'avais rien dis... J'avais laissé faire et je me suis tais...

- Setyhs...

Murmrant son nom, j'étais appuyée contre le mur. Je tremblais d'effroi. J'avais un frisson d'horreur qui me prenait le dos, alors que j'entendais ma fille qui n'arrêtait pas de crier... Mon regard perdu au sol, bougeant la tête de gauche à droite comme un chien battu, mes oreilles se redressent lorsque je l'entends déchirer ses vêtements! Il... il était en train de répéter exactement le même processus, qu'avec moi... Si je ne faisais rien, il allait la traumatiser physiquement et psychologiquement, pour le restant de sa vie entière!

Respirant alors un grand coup, essayant de pas repenser à mon passé rempli de souffrance, je sors de la réserve. J'étais à présent dans la pièce principal de la boutique. Celle où étaient entreposés tous les ustensiles aux éclats brillants que je vendais...
Je sursaute lorsque je l'entends alors lui envoyer une énorme claque, alors qu'elle criait une fois de plus. J'entendais bien que Setyhs était terrorisée! Qu'elle suppliait que je vienne à son aide... Et si je ne faisais rien maintenant, ce cinglé allait la violer...
Le coeur tambourinant à toute vitesse, j'essayais de prendre sur moi. De prendre sur ma lâcheté évidente! Si jamais je ne faisais rien, je m'en voudrais pour le restant de mes jours! Je ne pouvais me permettre de laisser un homme, un monstre, détruire les personnes que j'aime! Et surtout qu'il s'agissait de mes enfants!...
Reprenant doucement de la force et du courage, en imaginant avec dégout tous les sévices qu'il lui ferait sans aucun état d'âme, je parvenais dans la pièce annexe... En arrivant, j'étais immédiatement prise d'un haut le coeur, en voyant le sale type essayer de pénétrer ma fille! J'étais prise d'un dégout répugnant...

- Arrêtez!... Arrêtez ça tout de suite! Vous n'avez pas le droit de violer ma fille! Vous.... vous ne croyez pas que vous ne m'avez pas déjà fais assez de mal comme ça? A cause de vous je... j'ai mis plus d'un mois à pouvoir remarcher correctement! Je ne vous laisserai pas faire la même chose avec ma fille aussi! Je...

Tentant de restreindre ma peur, je poursuis en le menaçant d'appeler la police...

- Vous sortez tout de suite où j'appelle la police! Comment osez-vous toucher à ma fille de la sorte? Elle est encore toute jeune! Ca ne vous a pas suffit comme ça de vous en prendre à moi? Espèce de sale monstre!
« Modifié: lundi 01 février 2021, 17:25:24 par Etyhs Inoru »

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 4 mercredi 27 janvier 2021, 00:52:37

A peine je lui demande ce qu'il veut, qu'il se met à me sourire comme un idiot. Soupirant d'agacement, je change aussi vite d'expression, lorsqu'il passe sa grosse main pour venir la planter dans mon col. D'un seul coup, il me soulève alors de toute sa force et me fait passer par dessus de le comptoir...

- Non mais oh! Ca va pas bien la tête! Tu te calmes ou je...

Très surprise par le mouvement qu'il venait d'avoir envers ma personne sublime et délicate, je reste d'abord figée, lorsqu'il me menace de me... violer? Est-ce que j'ai bien entendu?... Puis juste après, il m'attrape alors par cheveux. De stupéfaction, j'en devenais terrorisée!

- Qu'est-ce que vous faites? Mais lâchez-moi! Lâchez-moi tout de suite espèce de taré! Au secours!!! Maman!!!

Tête baissée en avant comme une moins que rien, choquée par ce qui était en tain de m'arriver, ce taré me tire par les cheveux comme une pauvre chose et m'emmène jusque dans la pièce d'à côté. Juste celle où il y avait tout le mobilier qui servait à ma mère...
L'horrible gros tas me pousse alors sur le lit. N'ayant pas le temps de me retourner, il se jette presque sur moi et comme un malade, commence à déchirer mes vêtements. Mes beaux vêtements!

- Non!!! Putain arrêtes! Espèce de cinglé! Connard!...

Luttant de toutes mes forces pour me débattre, il m'envoie une énorme gifle sur les fesses, sitôt il terminait d'arracher mes vêtements comme un animal en rute. Sa gifle me faisait tellement mal, que je n'arrivais plus à faire sortir le moindre son de ma bouche, le temps d'un instant... Sans rien voir venir, je suis alors projetée vers l'avant et maintenue à quatre pattes sur le matelas par ce taré. Tête sur le matelas, je me mets à trembler comme une feuille et à sangloter, lorsque je l'entends défaire son pantalon! En un instant il m'avait trainé dans la boue et moi, j'étais en train de me mettre à chialer comme une merde...

- Non! Nooon!!! Mais arrêtes! Arrêtes espèce de connard dégueulasse! Putain de gros porc! Je...

Je continuais de crier et d'essayer tant bien que mal de me débattre, lorsque ce malade se mettait à coller sa queue dégueulasse contre ma chatte. Je sentais son gland venir se frotter contre ma vulve! Je me sentais tellement au bord de l'écoeurement, que dans ma tête j'avais l'impression que ça ne pouvait pas être réel...
Et malheureusement, lorsque je me retrouve en panique, je suis incapable d'utiliser correctement mes pouvoirs...
C'est alors que je sens sa bite qui pue le chacal, glisser sur ma raie alors qu'il essayait de me pénétrer... Et directement il s'amuse à remettre ça, alors que j'étais toujours incapable de bouger...

Immobile comme un jouet et en train chialer de peur, je récupère malgré tout espoir lorsqu'enfin, j'entends ma mère qui arrive après un temps incroyablement long. Pendant qu'elle lui criait après, je l'entendais dire des choses qui me révulsait. Mais j'étais tellement en panique, que je n'arrivais pas à saisir correctement le sens de tous ses mots. J'avais le coeur qui battait très vite! Je me sentais être aussi raide qu'un tronc d'arbre. Mais surtout, je voulais juste que ça s'arrête! Que ça s'arrête maintenant et que je me réveille ensuite dans mon lit douillet, en constatant que j'avais tout simplement fais le pire cauchemar de merde de toute ma vie...
« Modifié: lundi 01 février 2021, 19:23:03 par Setyhs Inoru »

Héraclès

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 5 dimanche 31 janvier 2021, 18:38:20

Dans cet état, je ne fais absolument pas attention à ce qui m'entoure, je peux facilement détruire la moitié du quartier si j'perds un peu trop le contrôle. Alors, imaginez, essayer de donner de l'attention aux supplications et aux insultes de ma proie est bien la dernière chose qui me travaille l'esprit. Mon focus était droit dans son orifice, jubilant nerveusement à l'idée de pouvoir me soulager en elle.

Mais la mère du terrier vient interrompre mon repas.

Face à moi, tremblant comme une feuille morte, mes yeux ont prit une teinte dorée, la pupille dilatée et les narines pliées alors que ma respiration résonne comme un fauve sauvage, dont le roulement sonore dans le torse sonne comme un gorille en rut. J'étire un sourire lorsqu'elle me rappelle la dernière fois qu'on s'est vu, mon gourdin la transpercé de part en part, j'suis d'ailleurs étonné qu'elle tienne encore debout. Mais ce sourire amusé va disparaître à l'entente de sa menace aussi pathétique qu'elle. Mon grognement devient plus bruyant avant de regarder une nouvelle fois la petite renarde bloquée sous mon bras comme un lapin coincé par un tronc échoué au sol.

Délicatement, je lui caresse les joues moites par les larmes, une scène bien plus malaisante qu'agréable évidemment.

- Tu vois, c'était toi que je cherchais. Mais, dès que j'ai vu ta fille, j'ai pas su résister. J'ai tellement envie de baiser en plus...

Mais ce regard presque attendrissant va devenir sinistre lorsqu'il revient sur Etyhs. Attrapant la hanche ma victime pour tenter de la pénétrer, mes coups de bassins défonçant son antre comme une charge de dix hommes qui ne parviennent pas à déformer sa vulve trop petite, pour le moment.

- Si j'entends un simple bruit douteux autour de ta boutique, je lui disloque la tête comme une simple bière qu'on décapsule. Alors, à moins que tu ne possèdes de la vaseline pour mieux baiser ta progéniture... Dégages. Elle sera toujours ta fille après ça, si elle est morte, beaucoup moins. Que je termine d'une voix grave et cruelle.

Dans une ultime tentative, j'écrase doucement mon gland contre ses lèvres qui s'écartent et se déforment en prenant la forme de ce bélier qui défonce son antre, avant de distendre sa fente inhumainement, au seuil du déchirement.

L'extrémité de mon phallus vite écrasée dans cet orifice poisseux, elle va libérer du pré-foutre malgré elle dans une décharge de bien-être exaltant, libérant le premier râle de plaisir. Une pré-semence gluante, épaisse et bouillante comme un coulis de lave qui vient embraser son intimité. Mais ce n'était que le début. Le dos rond, la surplombant d'avantage, l'empalement se poursuit en labourant et fracassant ses parois intimes en cognant le fond de son couloir vaginal sans retenir les hurlements de douleur de la petite renarde. Des supplices qui sonnent comme une douce mélodie pourtant...

Ses muscles intimes chambardés, ma gourmandise avide continue de vouloir aller plus loin, et vient enfin écraser le gland de ma queue contre les parois séparant son vagin de son utérus - perforé aussitôt - formant une bosse obscène au niveau de son bas-ventre. Mes énormes burnes arrivent dans un fracas de viandes pour frapper en unisson ses lèvres rougit et déformées par mes ardeurs. Toujours trop étriqué, je me retire lentement dans un appel d'air bruyant, avant de revenir dans un renfoncement, sur un coup de reins sec pour l'emplir de nouveau de moi, dans un nouveau glapissement de plaisir. Mon corps se raidit toujours autant, en voulant toujours plus dans une frénésie inarrêtable. Creusant sa viande toujours plus, un bestiau qui oublie toute conscience et toute réflexion, obnubilé par la seule envie de s'accoupler. 

Oubliant sa propre mère et ses sanglots.
« Modifié: dimanche 31 janvier 2021, 18:47:05 par Héraclès »

Etyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 6 mardi 02 février 2021, 19:14:07

Ma trachée et mes poumons se resserrent intensément, dès que je commençais à lui crier dessus. Mon coeur dans ma poitrine me faisait mal! Mes oreilles ainsi que mes deux queues kitsunes se raidissaient à un point tel, que j'avais l'impression qu'elles devenaient des lames de chair qui me transperçaient! Et pendant que je menaçais cet horrible crapule, il me provoquait... Encore il... il s'amusait de ma souffrance et surtout celle de ma fille, qui restait entièrement prisonnière. Entièrement à sa merci... Prise par un début de malaise, alors que les pupilles de mes yeux commençaient à trembler et à se dilater, mon sang se glace aussitôt qu'il menace de tuer ma fille, la chair de mon sang, si jamais je prévenais la police... Lorsqu'il accentuait encore plus ses propos odieux et répugnants, en parlant de l'aider pour mieux prendre ma fille, mon estomac commençait à se retourner. En état de choc, main posée devant la bouche, horrifiée d'entendre de tels propos inhumains, je le voyais ensuite continuer d'essayer de violer ma fille, comme si de rien n'était. Comme si ma présence et mes appels n'étaient rien de plus qu'un cri microscopique qui se perdait dans l'immensité de l'espace tout entier. Du vide indifférent...

- Arrêtez! Arrêteeeeeeeez!!!

Mon visage se déformait, alors que je lui criais dessus de tout mon désespoir... Mais cette... ordure s'en fichait complétement! Il continuait sous mon regard effrayé et rebuté, d'essayer pénétrer ma fille Setyhs qui criait et qui pleurait...
Prise d'effroi comme jamais je ne l'avais été auparavant, je sursaute ensuite lorsque Setyhs émet une plainte encore plus violente que les autres. Petit à petit, son bourreau, notre bourreau à toutes les deux que je laissais faire, était en train d'accomplir sa besace sans la moindre émotion... Sans la moindre petite once de culpabilité...
Comme momentanément déconnectée du temps et par ce qui m'entoure, je suis alors prise d'un nouveau vertige encore plus violent que le premier. Le temps que je récupère l'équilibre alors que mes oreilles sifflaient, je me voyais appuyée contre le mur. Je sanglotais. Je pleurais. je ne parvenais plus à agir, car je n'en avais plus la force... J'étais... J'étais devenue perdue...
Alors que je vois avec impuissance cette abomination parvenir à pénétrer ma fille qui n'arrêtait plus de m'appeler, je reculais... Un pas... deux pas... Lorsque je me retrouvais dans l'encadrure de la porte, je la claque aussi sec sans même réfléchir. Sitôt refermée, je me bouchais les oreilles et je fermais les yeux! Je ne voulais plus entendre! Je ne voulais plus voir! Je voulais que ça s'arrête!...

- Assseeeeeeez!!! Assseeeeeeeeez!!!

En train de péter les plombs. Prise d'une crise de panique qui se glissait sur toute la longueur de mon corps et jusque dans mes veines, je sortais de ma boutique en courant! Je courais et je courais, ignorant entièrement mon environnement. Mais surtout, je fuyais! Je me disais qu'en partant, que tout allait s'arrêter. Que le temps lui-même allait s'arrêter et se figer. Que tout n'allait devenir plus que blancheur et éternité...
Arrivée au pied d'un arbre, alors que mes larmes continuaient de couler comme des torrents aux gouts de sang, je ressentais mon estomac finir de se retourner. Penchée en avant, je finissais par vomir. Par terre, je voyais s'écraser tout le contenu liquéfié par mon estomac que je rendais. Mais dans ma tête, c'était surtout de moi-même que je vomissais J'étais indigne! J'étais une mère lâche et incapable de pouvoir protéger ses propres enfants... Je ne méritais pas de vivre et ils ne me le pardonneraient jamais...

Lorsque je termine de rendre, je passe alors ma main sur ma bouche ouverte. Pupilles dilatée, prise d'un continuel égarement sournois qui ne me quittait plus, je m'asseyais alors sur un banc qui se trouvait juste à côté. De loin, je regardais mon magasin qui se trouvait être juste en face. Je regardais ce qui représentait pour moi, le commencement de ma nouvelle vie. Avec celles de mes enfants que j'avais tant eu la joie de retrouver en chair et en os, après toute ma misérable vie pathétique à les attendre...
Tout en tremblant de froid, je continuais de rester assise sur le banc. Je ne bougeais plus et surtout j'attendais... J'attendais que cet ignoble pervers aussi répugnant que ma propre lâcheté s'en aille. Qu'il sorte de ma boutique après en avoir terminé...

- Ne t'en fais pas Setyhs... Maman est là... Une fois que ce sera terminé, je viendrai te consoler... Je te prendrai dans mes bras et je te chanterai une chanson... Je t'aiderai à vivre et à faire face, comme moi j'ai appris à le faire... Mais ne t'en fais pas car je suis là! Parce que rien ne pourra jamais briser nos liens... Tu entends? Jamais!... Hahahahaha!...

Dans un état second, alors que je m'imaginais espérer pouvoir rassurer ma fille une fois qu'il aurait terminé de la violer, je riais... Je riais de douleur et de désespoir. Et avec souffrance, alors que je réalisais peu à peu l'amplitude de mon incapacité et de mon échec vertigineux, je repartais de nouveau dans un sanglot profond et bruyant. Encore une fois, je venais d'échouer...

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 7 mardi 02 février 2021, 19:17:38

- Maman!!! Mamaaaaaaan!!! Aides-moi maman!

Alors que je crie pour qu'elle m'aide, je ne l'entendais plus... De là d'où j'étais, je ne la voyais pas... Je me suis donc mise à crier à pleins poumons, prise par l'horreur lorsque la brute s'était mise juste avant de la menacer d'aller me tuer, si jamais elle appelait les flics... Seulement quoiqu'il se passe, je ressentais le malade essayer de me pénétrer. J'étais en train de me faire violer et j'étais incapable d'agir! J'avais beau tenter de bouger et de gémir, il était beaucoup trop fort pour moi! Mais surtout, je ne comprenais pas pourquoi ma mère ne réagissait plus, après qu'il l'ait menacée. Pourquoi restait-elle silencieuse?

- Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!

Prise par l'effet de surprise, mon visage se déforme dans un rictus de souffrance abominable, alors que je ressens sa bite dégueulasse venir me déchirer l'intérieur. Tout va alors très vite et le temps que je réalise, la putain de douleur qui me sort depuis la chatte, se disperse et se propage jusque dans les entrailles de mon bas ventre!... C'était horrible! Je n'avais jamais eu aussi mal de toute ma vie en étant pénétrée... Comme prête à m'évanouir et vomir mes tripes, je ressentais quelque chose de désagréablement chaud et humide... Ce connard était en moi! Il était en moi! Et je réalisais jusqu'à quel point il me faisait mal et qu'il allait me déchirer!

Angoissée et paniquée comme je ne l'avais jamais été auparavant, je me remets à hurler douloureusement dans un rictus qui déforme une fois de plus mon visage, lorsque je ressens la bite du gros porc qui me dégoutait, s'enfoncer encore plus en moi! Encore... Il était en train de me détruire! Il allait réduire en bouillie ma chatte et tout ce qu'il y avait autour, c'était maintenant certain! Mentalement, je ne me voyais pas survivre face à cette barbarie immonde! Ce type allait me défoncer toute la chair de mes entrailles avec mes boyaux. Et lorsqu'il partirait ensuite, je me viderais mon sang. Mais surtout, je me demandais toujours ce que foutais ma mère. Pourquoi ne venait-elle pas m'aider, alors que j'avais plus que jamais besoin d'elle? Merde!...

- Haaaaaaa!!!... Connard!!! Espèce de Connard!!!...

Yeux écarquillés, bouche ouverte, je me mets à baver de souffrance, alors qu'il se retire et retourne encore plus profondément en moi! Cette fois ce n'était plus de la torture que je subissais, c'était carrément du lynchage!... La douleur était tellement forte, que je criais de rage, tellement il était en train de me pulvériser!...
Mais alors que ne je pouvais rien faire, que je pensais pourtant avoir atteint le fond du gouffre de mon calvaire, j'entends la porte qui claque. Puis derrière, ma mère qui crie... Stupéfaite, choquée, comme momentanément déconnectée du temps présent, je réalise alors que ma mère s'était... barrée? Elle s'était barrée en me laissant entre les mains de cet ignoble pervers qui allait rire de ma souffrance et me violer à mort comme un vulgaire jouet sexuel???

- Nooooon!!! Maman reviens! Pourquoi tu t'en vas? Maman???... Mamaaaaaaaaaaaaan!!!

Horrifiée par l'impensable, je me mets à crier à pleins poumons en puisant dans mes dernières réserves, après ma mère! Je lui suppliais de revenir! Je me disais que ce n'était pas possible! Qu'elle ne pouvait pas m'avoir abandonné... Pas sa propre fille...
Prise de lourdeur, j'écrase une fois encore mon front contre le matelas, alors qu'une partie de mon mental semble soudainement comme se briser en éclat. Anéantie par l'impensable, je pleurais toutes les larmes de mon corps dans un désespoir aussi noir que sans fin. J'allais mourir violée et j'allais crever comme une chienne et comme une merde, dans mon sang et mes excréments. Quelle fin minable...

- Erk!... Erk!!!...

Prise alors de tremblements, suivi d'un malaise terrifiant qui accompagne la souffrance qui n'arrêtait plus de me torturer l'entre-jambe à cause de ce pervers répugnant, je commence à gerber. J'étais en train de tourner de l'oeil face à ce trop plein. J'allais rendre le contenu de toute ma bouillie et de ma bile, qui allaient entacher et détremper les draps qui étaient juste sous moi...
« Modifié: samedi 27 février 2021, 15:51:18 par Setyhs Inoru »

Héraclès

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 8 samedi 06 février 2021, 02:13:24

C'est ça, dégages.

Enfin correctement installé dans cette levrette qui enserre ma queue contre son gré, j'y relève pourtant une amoureuse étreinte, dont mon gland prend un plaisir immense à se sentir étranglé de la sorte. Ces insultes me font juste rire, me concentrant uniquement sur mon plaisir, à savoir, le long et délicieux sentier de l'orgasme. Un sentier que je vais prendre amoureusement en prenant mon temps. Oui, ça sera extrêmement long. Les supplications s'arrêtent alors que j'entends des retours dans sa gorge, comme l'arrivée de vomis et ça va pas louper.

- Mais t'es vraiment une crade. Tu cherches à me dégouter, c'est ça ? Raté.

Mais il fallait bien la sanctionner. Alors commence une série de fessées bien violentes qui bousculent sont p'tit cul dans des secousses cinglantes, les vagues traversant son corps comme une tempête au milieu d'un océan. Laissant sa peau changer de couleur alors que j'continue de la sanctionner en poursuivant ma levrette qui la poignarde constamment de l'intérieur. Ses traits déchirés par la douleur, il est maintenant temps de parler.

- Tu es la fille d'une pute, petite renarde. Alors il faut te baiser comme telle. Je vais te remplir comme une outre et tu vas couiner pour ça.

Ainsi reprend mon rodéo vulgaire et obscène, assiégeant le bas de sa colonne avec la délicatesse d'un éléphant. Attrapant sa crinière, je tire son visage vers le mien, yeux dans les yeux, alors que son corps fait un "U"  et creuse son dos un maximum, pour pouvoir lui cracher dessus au visage comme n'importe qu'elle pute qui mérite se traitement. L'autre main continuera d'empoigner son postérieur ecchymosé baignant dans les giclures de mon liquide-séminal coulant en abondance, dans des filets gras et visqueux contre sa petite raie.

Pendant un long moment.

Un rythme d'horloge fracasse ses hanches, mon gland gonflant à l'intérieur progressivement, mes râles et mes soupirs sonnent la jouissance et le plaisir profitant de cette position inlassablement. Mais peut-être que changer me fera plus de bien ? Alors sans prévenir je range ma queue bien au fond en elle, avant de passer un bras sous son ventre déformer par membre, littéralement empalé, que je quitte le lit avec elle pour rejoindre la table. Extirpant ma queue dans un déluge de fluides au sol je la balance comme une mal-propre contre la table avant de saisir ses deux jambes pour éviter qu'elle s'échappe, et ainsi la retourner dans un missionnaire mes beaux yeux d'obsédé.

- J'vais bien voir ma queue te bourriner comme ça.

Et la pénétration ne prévient pas non plus. Commençant a faire couiner la table, j'avise avec un œil spectateur, son abdomen se bosseler à chacun de mes passages, mon phallus toujours pris en étau par les limites physiques de la petite créature, malheureusement beaucoup trop bon, mon sperme frappe au porte de mon urètre comme un volcan qui entre en éruption.

Alors mes accélérations deviennent plus barbares et primitifs, grognant comme un animal à la recherche de cette explosion de sperme imminente. La première salve d'une longue série.

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 9 samedi 27 février 2021, 17:06:56

Au bord du malaise et de faire carrément une syncope imminente, j'ai la respiration qui se coupe sans même crier gare, lorsque je me prends sur le cul toute une séries de frappes violentes. Complétement désorientée, comme si mon âme avait en partie quitté mon corps, de nouvelles vagues de douleurs qui se propagent depuis mes fesses à chacun des coups de ce tordu, me parviennent jusqu'à la tronche!

- Arrêêête! Pitié arrêête!

Anéantie par la situation, j'en étais pathétiquement arrivée à supplier cet idiot pour qu'il cesse... Mais il s'en fichait. Il continuait et en plus, je devais encaisser sa bite qui me déchirait sans cesse. Et bien sûr ce sale con ne se gêne pas pour encore et encore continuer de m'insulter. De profiter de ma vulnérabilité et de la torture physique et morale sans le moindre petit scrupule.
Et inlassablement, je me faisais défoncer par ce malade, alors que je sentais la gerbe qui commençait de plus en plus à monter. Je continue ensuite de me faire humilier gratuitement, lorsqu'il m'attrape par les cheveux en tirant dessus encore une fois comme un enragé... Avec mon dos qui se creuse et sa bite de gros porc obscène qui n'arrête pas de me faire pression dans l'entre-jambe, ce salopard me crache en plus au visage. Pour lui, je n'étais plus que la fille d'une pute... Elle-même une pute en souffrance, dont cet animal grossier n'avait que faire de ma condition...

J'étais tellement à bout de subir tout ce déchainement de violence à répétitions, que je manquais même de force pour pouvoir chialer. J'avais la tête qui tournait. Le corps aussi chaud que la braise et des douleurs atroces, qui se répartissaient partout. Et mon estomac qui semblait comme s'être bloqué. Je vivais un cauchemar éveillé dont je ne sortirais jamais. Même lorsque ce type aura terminé de profiter de moi...

- Non... Non...

Tout en émettant pitoyablement des sortes de râles étouffés, je continue de me faire sauvagement pénétrer. Les pressions qui semblent ne jamais vouloir se terminer, continuent. Et avec elles, toujours ces horribles bruits dégueulasses qui sortent de mon sexe...
Quelques instants encore, l'enfoiré qui n'en a que faire de moi et de savoir si je peux au moins encaisser son truc énorme et répugnant, s'arrête. Avec impuissance, je ressens son bras passer sous mon bas ventre. Soulevée et emportée comme une chose minable, les yeux rouges et détrempés, il se retire de moi lorsque je suis redressée.
Je me fais ensuite pousser sur la table, avant d'être immédiatement rattrapée. Allongée dos contre celle-ci, éternelle spectatrice et victime de mon propre viole, je vois mes jambes se faire maintenir en l'air. Le monstre avec sa carrure digne d'un gorille, vient une fois encore piétiner toute ma dignité réduite à néant, en me la remettant instantanément...
Avec toutes ces visions d'horreur et le changement de posture, la gerbe qui était restée bloquée un moment au fond de mon estomac, termine de monter. Et pendant que je me faisais une fois de plus attraper, secouer sur place en subissant ses assauts qui continuent de me fatiguer et de me faire mal, je me "déconnecte" momentanément de tout, pour vomir.

- Eeeerk!... Eeeeeerk!

Le liquide nauséabond et aussi puant que sa bite sort de ma bouche, alors que ma tête est penchée sur le côté. La gerbe se répand et une partie se met à couler par terre...
« Modifié: jeudi 01 avril 2021, 17:37:06 par Setyhs Inoru »

Héraclès

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 10 lundi 22 mars 2021, 17:34:36

La table tient le coup, je m'arrange pour que mes cuisses ne percutent pas le bord pour la garder près de moi. Même si, je pourrais très bien la porter et l'utiliser comme une petite vaginette pour défourailler sa chatte qui ne peut pas refuser mon intrusion, ma violente pénétration. Un labourage extrême qui s'impose fatidiquement et sans négociation. Mon regard n'en reste pas moins très sombre. Elle m'insultait, et maintenant elle me supplie, mais j'ignore tout simplement pour me concentrer sur une seule chose.

Purger ce qui m'anime.

La pistonnant avec force, j'ai pu voir l'étincelle dans ses yeux qui préviennent de quelque chose, et le vomit revient de nouveau. Une grimace un peu écœurée une nouvelle fois, je suis bien content d'être difficile pour débander, et bien trop excité pour m'arrêter de suite. L'odeur est vraiment horrible, piquante pour le nez, concentrée, fermentée, et ruisselant vers l'extérieur pour choir odieusement au sol dans un clapotement immonde.

Mais encore une fois, je vais l'ignorer. Mieux que ça, je vais continuer. Mieux que ça, je vais jouir sur elle pour la punir de cette attitude. Une logique ? Qui a dit qu'il y avait une logique ? Je fixe les règles ici. L'agitant horizontalement pour donner de la force à mes à-coups, je lâche ses jambes flottantes pour mieux m'accrocher à ses hanches et accentuer la pénétration, traduit par des claquements assourdissants qui marque sa peau d'un rouge vif. Malgré ce ramonage en puissante, les parois de son vagin restent bien serrées et l'étreinte toujours aussi agréable. Ma présemence pollue ses ovaires, ses entrailles, éclabousse entre ses cuisses et gicle dans un rythme d'horloge sur son bas-ventre.

- Raaah, putain c'est bon. Encore, encore...

Le regard embué par le plaisir, je me cantonne à observer avec perversité la course de mon sexe chambarder son antre, le voir grossir encore, les veines plus qu'apparentes. Ma bouche s'ouvre, mes mouvements se font plus pressés alors que l'orgasme toque à la porte.

- Comme...tu...as...été vilaine, je...

L'accélération monte encore d'un palier, mes phalanges enfoncées dans sa peau pour qu'elle ne me glisse pas des mains, mes mouvements ressemblent à celui d'un gorille en rut, pulsé par ses plus sombres instincts, expirant des râles, des essoufflements saccadés et le coup de tonnerre de la jouissance traverse mon gland. Un rugissement remplit la pièce et j'juge bon de sortir ma queue à ce moment pour l'engluer de la tête aux pieds dans une déferlante de foutre bouillante et puante, visqueuse et épaisse. Les jets de spermes deviennent moins importants sur les dernières pulsations, mes bourses rétractées, mais pas moins pleine. J'me permets même de presser mon gland devant son visage maculé de l'odieux liquide viril et sale.

- T'auras une bonne raison de vomir après ça.

Son vagin montre un trou béant, mais j'me dis qu'il faudrait profiter de tout ses orifices... Parce que, j'ai encore envie de me vider, et elle est encore vivante pour continuer.

Reprenons ?

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 11 jeudi 01 avril 2021, 18:36:15

Le cauchemar se répète! Sauf que ça à l'air d'être encore bien pire que la première fois! C'était encore plus crade et immonde, que ce que j'avais prit ce soir là dans ces chiottes dégueulasses remplies de pisse et de merde, dans cette boite nuit! Le barman m'avait prise et défoncée sans le moindre ménagement. A la différence que j'avais peut-être ce soir là un peu déconné et qu'au moins, le mec ressemblait à quelque chose. Pas comme cet ogre répugnant, qui me viole sans aucune raison! Ca m'a au bout d'un moment suffit pour gerber. Sans compter que ma mère s'est faite elle aussi violée par ce type...

- Arrêêêêêête! Aaah! Aaaaah!...

Après avoir évacué, je me mets à péter complétement un câble! Je crie, je hurle, j'essaie de bouger pour me sortir des griffes de cette pourriture! Mais je ne pouvais toujours rien faire. Je ne pouvais même pas compter sur mes pouvoirs pour m'en sortir. J'étais incapable de les utiliser dans les moments critiques! C'était la déchéance totale!

Je tressaute en plus à chaque fois que mon corps reçoit de force de ce fou furieux qui ne trouve rien de mieux à faire, que se coincer dans mes entrailles! Je ressens sa bite venir me cogner à l'intérieur et elle me fait terriblement mal!... Je n'ai aucun mot pour décrire tout ce qui se passe... Aucune pensée pour pouvoir essayer de comprendre quel sens logique m'a emmenée à me retrouver ici, chez ma mère qui n'est plus là et qui m'a laissée toute seule entre les pattes de cette chose répugnante! Tout ce que je sais, c'est que je suis en train de me faire défoncer sur cette table, par une brute qui va bientôt...

Rien que d'imaginer la suite, me redonne encore la nausée. Mais je cesse immédiatement de penser encore à quoi que ce soit, quand il accélère et vient me faire mal au niveau des hanches qu'il agrippe aussi férocement qu'il laboure mon vagin qu'il a plié en deux depuis longtemps. Cet animal grossier et pervers se met à crier, lorsqu'il parvient tristement à ses fins. Horrifiée et dégoutée, le mec sort sa queue dégueulasse au dernier moment, pour venir m'asperger de partout! Son foutre pourri se balance en plusieurs jets répugnants, dont une partie vient se coller sur ma gueule, en terminant de presser sa bite dessus. L'humiliation était maintenant vraiment... totale...

Après avoir terminé son oeuvre monstrueuse, je ferme les yeux. J'étais tellement épuisée que j'avais l'impression d'avoir été piétinée par un troupeau d'éléphants. J'avais mal de partout et ma chatte devait être dans un état déplorable... Par chance, il semble me laisser respirer un court instant...

Peut-être que...

Essayant de saisir un début d'opportunité, je me redresse pour mordre le premier truc de lui que je vois. Mais avant qu'il ne puisse réagir, je tente désespérément d'utiliser un de mes pouvoirs d'illusion...

- Je vais te crever connard!...

Face à l'urgence de la situation et surtout face au malade que j'avais à faire, j'utilise mon pouvoir d'illusion le plus dangereux. Je crée une sensation de mort. Même si j'avais peu de chances de réussir, j'essayais de lui donner l'impression qu'il allait crever sur place dans d'atroces souffrances. Malaise, douleurs, étouffements... Tous les trucs les plus horribles regroupés ensemble.

Mais la fatigue et la douleur qui m'attaque, me fait trébucher et tomber au sol alors que je profite de l'opportunité pour essayer de m'enfuir. Lorsque je m'écrase sur le parquet, je recule de lui comme un vulgaire asticot qui se traine  par terre, en m'aidant de mes deux bras.
« Modifié: samedi 24 avril 2021, 18:39:03 par Setyhs Inoru »

Héraclès

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 12 lundi 19 avril 2021, 13:14:11

Quelques secondes. Le temps de profiter de l'orgasme qui m'électrocute encore un peu, soulagé du poids de la frustration comme un toxico qui savoure sa dose. L'impression d'être dans un nuage. Cette sensation n'avait aucun prix. Quitte à bousiller encore cette Kitsune pour mieux l'apprécier.

Et on dirait bien qu'elle n'a pas dit son dernier mot.

Je sens ses dents me pincer la main sous mon regard perplexe. Ca chatouille, un frisson parcourt mon corps mais évidemment pas de sang. Je suis venue ici en prenant un boulet de démolition, elle pensait à quoi au juste, me faire mal ?! C'est pathétique. Les narines pliées, le regard dur et les traits déformés par la colère je commence à fermer le poing dans sa direction.

- T'as essayé de faire quoi au juste ?! Tu vas voir que... *KOF* *KOF* *KOF*

Merde qu'est-ce qui m'arrive, mon corps s'affaiblit, les genoux touchent le sol alors que je tiens ma gorge qui est privée d'air. Ma force vitale s'échappe, j'vois trouble...Un pouvoir ? C'est elle ? Avant de commencer à agoniser, je concentre le mien au maximum avant de libérer une aura verte qui me dégage de cette prison illusoire. Avant de me redresser en grondant comme un fauve enragé.

- Toi... Que je grogne.

Je marche lourdement dans sa direction alors qu'elle rampe comme un misérable insecte à l'agonie, puis j'enfonce le talon de mon pied dans sa colonne pour mieux faire rouler ses vertèbres fragiles. Que je peux briser en mille morceaux d'une simple pression. Je la laisse hurler, s'étouffer également alors qu'elle se trouve prise en sandwich entre le sol et mon talon qui la piétine sans ménagement.

- T'es plus coriace que ta mère, je te l'avoues.

Ma main vient entourer son crâne, en écrasant ses oreilles pour la soulever à mon niveau, deux orbes verts illuminent mon regard qui la pourfend de part en part comme la dernière chose qu'elle verra. La colère coulait dans mes veines. De l'autre main viendra lui asséner une gifle à lui ecchymoser la joue, le revers reviendra aussitôt bleuter l'autre. Celle qui tenait son crâne va simplement glisser sur ses cheveux et la suspendre comme du gibier chassé. C'est tout ce qu'elle est.

- Donc, je serais encore plus méchant. Tu mérites une humiliation exemplaire.

Je lâche l'étreinte pour la laisser s'échouer lamentablement dos au sol. Directement en califourchon sur elle, mes genoux s'effondrent sur l'intérieur de ses coudes pour laisser choir ma queue veineuse, dégoulinant de filet épais de foutre puante sur tout son visage et commencer par mes doigts calleux et râblés d'écarter sa bouche, d'une main, avant de saisir mon membre de l'autre en pointant l'orifice dessus.

- Les moins que rien, les misérables, les serpillères, les filles de putes, les sacs à foutre, je leur pisse dessus...

Sans prévenir, le jet chaud et jaunâtre, presque acide, échappant sa fumée et son odeur irritante et piquante fait une courbe à haute pression dans son gosier que j'écarte avec une poigne en marbre.

- Haaan... Que je souffle, apaisé de sentir ma vessie se vider dans sa bouche. 

Le regard embué par le bien-être je constate doucement qu'elle perd connaissance à presque se noyer dans ma pisse abondante qui dégouline partout sur sa gueule et presque jaunir sa chevelure. Son corps inerte, mais sa respiration encore régulière en toussant mon urine bouillante qui laisse échapper sa vapeur dans la pièce, je me relève pour la retourner comme une crêpe, et la tenir comme une simple poupée gonflable.

- J'ai pas encore fini, crois moi...

Je m'approche du lit et cherche son anus que je prends même pas la peine de lubrifier pour y poser mon nœud énorme sur les bords et écarter son rectum dans un passage en force barbare. Ma main enroule ses deux queues de renard autour de son poing alors que je lui tire les cheveux de l'autre pour garder la cambrure comme un marionnettiste qui s'amuse à garder une posture à sa figurine. Je me range à l'intérieur dans un coup de bassin sec et rapide pour commencer à l'enculer dans cet étau de chair et brulant qui fait tendre mon frein pour des salves gluant de pre-sperme.

- Tiens, prends ça, je vais te briser et te jeter comme une capote usagée. Han...Han... HAN !

Le temps défile, et dans la pièce on peut encore m'entendre lui défoncer sauvagement le cul sans ménagement dans un clapotement visqueux, la chair claquée par mes violences, mais seulement mes gémissements font vibrer les murs. Dans ce corps inconscient. Bientôt, l'éjaculation fulgurante vient remplir son rectum tout en la badigeonnant de ce fluide toujours aussi gras et fumant. Rythmé par des gifles incessantes sur son postérieur, en étirant ses queues comme de simples élastiques, tout en tirant ses cheveux comme un acharné. L'esprit aveuglé par la soif et l'addiction de me vider toujours plus en elle.

Le visage transcendé par la folie.

Lui retournant le corps, dans un ultime élan j'écarte ses cuisses pour l'écraser de ma masse et la clouer dans un missionnaire, toujours aussi infatigable et lui assener des coups de reins qui vient transpercer son utérus comme une joute lancée à pleine vitesse. Et dans un dernier rugissement et une éternité plus tard, j'incinère ses ovaires dans une déferlante de semence brulante qui vient balayer tout son antre comme un raz-de-marée de lave après l'éruption final d'un volcan apocalyptique.

J'entends mon téléphone sonner, disant qu'il restait très peu de batterie. Le soleil vient de se coucher, et le regard sombre je récupère mes affaires et laisse le corps inerte dans ce lit imbibé de flaques et fluides tous aussi odieux et sales les uns que les autres. Un soupir d'aise, le regard absent, je quitte la pièce, sans regarder le champ de bataille que j'ai laissé derrière moi.

Le corps engourdi, mais surtout...

...Libéré. Mais à quel prix ?

Une question que j'ai horreur de me poser, en tout cas...

A bientôt, mes vide-couilles.

Setyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 13 samedi 24 avril 2021, 20:14:56

J'ai mal! Mon coeur me tambourine dans les tempes qui menacent d'exploser sur place, à tout instant. J'ai la tête qui tourne et je commence à voir des points étoiles...  Mon pauvre corps souillé par cette merde immonde,  se retrouve à devoir se trainer lamentablement par terre dans une lenteur horrible. Mais je ne pensais plus qu'à vivre! Car Je ne voulais pas mourir! Je ne voulais pas que ma vie s'arrête tristement comme ça! Ce monde aussi petit et insignifiant soit-il, représentait pour moi une nouvelle vie. Une nouvelle planète avec un nouveau futur pour vivre tous les trois ensemble avec mon frère et notre mère que nous avions si longtemps espérés! Unis tous les trois!... Mais la vérité c'est que je suis seule... Je ne peux plus que compter que sur moi-même pour pouvoir me sortir vivante d'ici et d'espérer fuir, si je ne voulais pas finir réduite en brochette par propres mains de ce malade. De ce gros porc avec sa tronche de cauchemar sur pattes!

Par chance, mon illusion semble fonctionner. Le dégénéré commence à s'étouffer et je le vois se mettre à flancher au sol. Je suis prise d'un élan d'espoir, lorsque je le vois croire à sa propre mort. Et si son cerveau parvient à rester suffisamment longtemps dans cet état, son coeur peut vraiment finir par s'arrêter!

- Ouais! Tu vas crever connard! Tu vas crever comme une merde dans d'affreuses souffrances, t'entends?

Doucement, je continue de me trainer jusque vers la porte, sans quitter mon regard impitoyable sur cet enculé. Mais mes oreilles s'affaissent et je suis prise par un frisson d'effroi, lorsque je le vois faire apparaitre une étrange aura verte tout autour de lui, avant de se relever.

- Qu'est-ce que tu as...? Non! Merde! Merde!...

Mes derniers espoirs de me sortir vivante d'ici s'envolent, lorsque je le vois terminer de se remettre debout. Terrorisée de croiser encore le même regard de tueur psychopathe fou qu'il avait pour moi, juste avant que je me libère de cette face de rat, j'essaie d'utiliser mes dernières forces pour continuer de ramper vers la sortie. Vers la lamentable issue de mon salut... jusqu'à ce que je sois prise d'une violente douleur dans le dos qui me fait immédiatement crier!

- Ah! Aaaaah!!! Aaaaaah!!!

Je finis de paniquer et de péter complétement un câble. Je me mets à crier, en utilisant les dernières forces qui me restent. J'étais plaquée au sol et je ne pouvais plus bouger. Et pendant que je tremble sur place et que mon coeur redouble de battements encore plus violets, je me fais agripper le crâne et soulevée du sol. J'étais lancée dans une panique incontrôlable, alors que je le voyais me regarder cruellement comme un démon sortit des enfers! Quelque chose en lui avait changé mais pour moi, ce n'était plus que devenu un détail. Je me balançais comme une merde sous sa main que j'essayais de faire se relâcher en vain de ma tête. Mais j'étais devenue trop faible et je ne contrôlais plus rien de mes mouvements. Et pendant que je lui servais de balançoire, le timbré aux yeux d'aliens me colle une baffe à m'arracher des dents, avant de m'en renvoyer gratuitement une autre sur l'autre joue. Pendant que les douleurs continuent de s'accumuler sur mon corps qui tombe de plus en plus en morceaux comme on brise un verre fait de porcelaine, je me retrouve pendue par la seule masse de mes cheveux.

- Arrête! Arrête!...

Je me mets alors à pleurer. Je manquais d'air sous la panique et mes sanglots étaient entre-coupés par des larmes, qui commençaient à rouler sur mes joues qui venaient se mélanger avec le foutre gluant et répugnant de ce mec. Mais le psychopathe me lâche et je retombe au sol. il vient alors douloureusement m'écraser les coudes avec ses énormes genoux, pour m'empêcher de bouger. Nouveau cri, nouvelles souffrances, nouvel effroi. Me voilà ensuite encore avec sa queue dégueulasse, qu'il vient foutre dans ma bouche que j'essaie de mordre. Mais le connard avait tout calculé, en venant m'écarter la mâchoire. Coincée, m'attendant à recevoir de force sa putain de grosse saloperie dans la bouche pour subir une pipe forcée, le mec m'insulte. Spectatrice de ma propre lamentable déchéance, j'entendais des mots qui faisait mal à ma fierté qu'il avait piétiné, brisé depuis qu'il avait commencé à me violer. Et alors que je crie, ce dégénéré de merde me... pisse dessus! Avec la tête relevée, je me retrouve à devoir être forcée de boire sa putain de pisse! Comme si ça ne suffisait déjà pas, ce fils de pute m'arrose la bouche, pendant que je suis en train de me noyer misérablement en même temps dans son urine. Je pensais avoir déjà touché le fond dans ma fierté, je me rend alors douloureusement compte que je pouvais encore tomber plus bas! Tomber... dans les abysses où ne vivent que les merdes les plus répugnantes au monde comme lui!

- Touss! Touss!... Kof!!! Kof!!! Touss!!!...

Pendant que je tousse et que je continue d'avaler de force sa putain de pisse immonde, j'en ressens le gout horriblement dégueulasse et acide. Durant les prochaines secondes de cette interminable déchirante torture, les points lumineux que je voyais devant mes yeux s'accentuent encore. Ils grandissent encore et encore. Jusqu'à ce qu'il finissent par fusionner tous ensemble, pendant que j'avais l'impression que mon âme sortait de mon corps. Lorsque je ne vois plus qu'une intense coloration lumineuse sous les yeux, tout devient noir d'un coup...

Etyhs Inoru

Créature

Re : Une autre fournée, une autre Kitsune [PV Setyhs]

Réponse 14 samedi 24 avril 2021, 22:13:37

Au bout d'un moment, alors que j'ai arrêté de compter les larmes que je versais, je vois le monstre sortir de ma boutique. Prise de dégout, je me relève du banc avec difficulté. Je retraverse péniblement la rue, comme si j'avais subitement vieilli d'un nombre incalculable d'années. En état de choc, je retourne dans le magasin. Dans la boutique elle-même, rien de semblait avoir été saccagé ou renversé comme la dernière fois. Dans un état second, je continue vers la pièce d'à côté. La fameuse chambre où je recevais les clients qui souhaitaient obtenir de moi une faveur sexuelle. Et c'est exactement dans cette même pièce, que j'ai lâchement abandonné ma fille que j'ai laissé entre les mains de ce pervers. Je suis indigne et je ne mérite pas le titre de mère! J'ai tous fais pour que nous nous retrouvions. Que nous vivions ensemble tous les trois heureux et voilà que mes travers parviennent à avoir de très lourdes répercussions sur eux...

- Setyhs!!!

Lorsque je rentre dans la pièce, je crie immédiatement le nom de ma fille en la voyant sur le lit. La peur au ventre, je me précipite vers elle et je constate avec soulagement qu'elle n'est ni gravement blessée ni... Lorsque je réalise la réalité de sa situation et jusqu'où j'ai porté ma responsabilité, je me remets à pleurer. Mais je cesse aussitôt de me lamenter sur mon propre sort, pour faire briller mes mains d'une lueur blanche. Leur douce chaleur finit par rencontrer sa peau, son visage tuméfié que je caresse doucement. Pendant que je caresse la chair de ma chair, ses blessures se referment progressivement, y compris au niveau de son entre-jambe... Même si elle y gardera encore des douleurs pendant un certain temps tout comme moi...

Lorsqu'elle apparait être apaisée dans son inconscience, je la regarde en lui caressant les cheveux et les joues. Je me sentais terriblement coupable de l'avoir abandonnée. Je ne saurais dire si elle pourrait me pardonner, mais je me devais peut-être de leur conter à elle et Tetyhs, un peu plus de mon histoire et de ma vie. De leur conter malheureusement les souffrances et les multiples viols que j'ai chaque dus subir durant plus de la moitié de mon existence. D'avoir été rejeté et vendue par une famille qui me détestait, pour la simple raison que j'existais.

- Pardon! Pardon Setyhs! Pardon Tetyhs! Je sais que je ne mérite pas votre amour! J'ai été égoiste en réapparaissant ce jour là devant vous. J'ai voulu que nous soyons tous réunis, alors que je ne suis pas même pas capable de vous protéger. Mais... c'est en pensant à vous chaque jour de ma vie, que je suis parvenue à surmonter toutes les épreuves que j'ai dut subir! J'aimerai tellement pouvoir vous aider! J'aimerai tellement vous montrer que malgré mes erreurs, que rien ne pourra jamais briser l'amour que je vous porte à tous les deux! Je vous aime depuis le premier jour où vous êtes apparus dans mon ventre! Unis tous les deux. Ensemble et en même temps.

Je prends ensuite Setyhs dans mes bras et tout en la berçant doucement, je me remets à pleurer. J'avais la terrible sensation que même l'amour que je leur portais, ne pourrais jamais avoir raison de mon impuissance. Contre la fatalité de ma propre faiblesse, que mes horribles bourreaux ont forgés avec le temps... Mais sachez que je vous aime! Je vous aimerai jusqu'à la fin de mes jours! Quoiqu'il puisse arriver!...


Répondre
Tags : viol humiliation