Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Soirée endiablée ~ Pv ~

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry
Inscrivez-vous

Kathelyne Carret

Humain(e)

Soirée endiablée ~ Pv ~

mardi 19 janvier 2021, 22:40:08

~ Ce soir un client a réservé pour avoir une fille du club, j’ai décidé de t’envoyer !

Je suis encore dans mon lit quand mon patron m’a passé un coup de fil, c’était normalement mon jour de congé, je ne devrais pas aller au travail. Et voilà ce qui me tombe dessus.

~ J’ai dis que je ne vou…

~ Tu n’as pas le choix ! Si tu ne viens pas, tu n’auras pas ta paie ce mois-ci et j’ai le droit de faire ça s'est écrit dans le contrat que t’as signé !

Plus un bruit de ma part, mon patron peut juste entendre mon souffle retentir contre le téléphone.

~ Je prends ça pour un oui, 18h ce soir ! Prépare-toi bien !

Il raccroche directement, me laissant dans un profond malaise, je lâche mon téléphone qui vient s’ouvrir en deux quand il touche le sol, alors que je cache sous ma couette. Il vient de me pourrir ma journée, je n’ai plus envie de bouger. Je vais mettre de longues minutes pour réussir à retrouver le sommeil et quand je vais me lever je n’ai même pas l’envie de manger regarder le contenu de mon frigo avec dégoût.

Je vais juste me mettre en culotte sur mon canapé pour regarder la télé, je vais passer ma journée à zapper tout en soupirant. Mon patron me déteste, il fait tout pour ruiner ma vie quoi qu’il arrive… Il pense seulement à s’en mettre plein les poches en attirant tous les pervers du coin.

Bizarrement ma journée va passer très vite, comme pour me rappeler que je n’ai pas le choix d’y aller, la boule au ventre je me dirige dans ma salle de bain pour prendre une douche et me préparer. Je porte des vêtements relativement simple, un jean noir moulant, une chemise à carreau ouverte légèrement sur le devant. Rien de plus. Je n’ai pas besoin de m’habiller comme une star pour aller travailler dans ce trou. Je prends un sac à main, les clés de voiture et je prends la direction du bar, je ne prends jamais les transports pour m’y rendre j’ai trop peur de tomber sur des gens bizarres le soir. Ou des frotteurs… C’est plus tranquille comme ça.

Après de longues minutes coincées dans les bouchons, j’arrive enfin sur le parking, je passe par la porte des employées saluant les autres filles que je croise tout en me dirigeant vers les vestiaires. Je viens rapidement enfiler ma combinaison noire, moulant ma poitrine et dévoilant mes fesses rebondies. En bas de mon dos une petite queue blanche et sur mes oreilles je passe un bandeau avec des oreilles. Aux pieds des hauts talons noirs vernis. Une tenue très simple qui fait pourtant fantasmer de nombreux hommes. Je sors du vestiaire et je tombe sur mon patron sourire aux lèvres en me voyant.

~ A l’heure ! Je suis content de te voir ici ! J’ai préparé la pièce au-dessus juste pour toi, on va te l’envoyer tu peux déjà aller t’y préparer avec du champagne offert par la maison ça fera bonne impression ! Et n'oublie pas Kathy le client est Roi, je ne veux pas qu’il vienne ce soir en pleurant que tu ne veux pas faire quelque chose…

Il s’approche de moi, posant sa poigne sur ma mâchoire, l’écrasant tout en serrant mes joues.

~ Sinon tu vas le payer très cher ! De différentes façons, je peux te le promettre…

Il vient me lâcher tout en me mettant une claque sur la joue, tournant les talons pour se diriger dans son bureau. Je souffle un coup, pour me diriger à l’étage du bar, tout en marmonnant.

~ Tu vas le payer cher… Monsieur, je menace toutes les employées… C’est n’importe quoi.

Je monte les marches me tenant à la rampe, à l’étage c’est un peu plus chic, on trouve des banquettes et des barres de pôle dance et juste derrière, une chambre que l’on peut privatiser pour des soirées endiablées. Je rentre à l’intérieur allumant la lumière tamisée, on y trouve un mini bar avec différentes bouteilles et des petites collations sur le dessus, un peu plus loin un large canapé avec une table basse en verre devant. Bien sûr au fond, se trouvait un lit, accroché au plafond un miroir pour pouvoir regarder les ébats en même temps… Il y avait aussi une armoire qui contenait différentes tenues et des jouets pour adultes. De quoi passer des nuits très chaudes ! Enfin, une petite porte donnait sur une minuscule salle de bain pour faire un brin de toilette avant de partir.

Je me dirige directement vers le bar pour sortir la bouteille de champagne que je pose dans un seau de glaçon, je regarde un petit réveil qui se trouve derrière le bar… 18h05, mon client ne devrait pas tarder à arriver… Je me met à angoisser. Je n’ai pas le choix de faire quelque chose ce soir, si je ne veux pas de problème. Alors j’espère qu’il voudra simplement jouer avec ma poitrine ou à la rigueur une fellation… S’il vous plaît pas plus...

Héraclès

Créature

Re : Soirée endiablée ~ Pv ~

Réponse 1 mercredi 20 janvier 2021, 01:07:32

La veille.

- Alors Héraclès, une copine ?
- Non.
- Tu vas pas me dire que t'amuses pas de temps en temps, non?
- Non plus les gars...

Fou rire général alors que c'est la pause gamelle sur le chantier. J'suis le plus jeune, en plus nouveau. Autant dire que niveau bizutage j'suis servis. J'dois être aussi le plus grand et le plus épais, peut-être ce qui m'a permit de rentrer dans l'équipe si facilement. Il fallait terminer la construction d'un bâtiment pour une future entreprise et j'suis affecté à la charpenterie. Des poutres en métal que j'prends aucun mal à déplacer et qui fait gagner un temps monstre sur le boulot, mais aussi sur le carburant des machines.

Mais même avec tout ce curriculum, ils viennent quand même m'emmerder. Un rite de passage, sans doute.

- Je connais un club. Ajoute Taku, un trentenaire, réputé pour être un pilier de bar et connait rumeurs sur rumeurs.
- J'fréquente pas les boites, encore moins les clubs.
- Tu viens boire avec nous au bar d'en face, menteur.
- C'est avec vous, pas pour faire mumuse avec un joli minois.
- Tu devrais arrêter de penser au boulot et te détendre un peu...

J'transpire la frustration, c'est un fait. J'pousse un énorme soupir, et capitule enfin.

- Allez, accouches.
- Prends cette carte et réserves toi une petite donzelle. Elle sera à toi pendant tout un créneau.

Deuxième marrade général. J'fronce les sourcils en me relevant, tenant un parpaing d'une main.

- Wowow ! On se calme Hercule !
- Si c'est du foutage de gueule, je te fous dans une boite.

Troisième marrade.

- Héra, on sait reconnaître un bon gars quand on en remarque un.

Soupir.

- Allez, respire un peu. Ca te fera du bien. Même pour faire la causette. Fais toi beau, hein.
- Noté, merci.

Aujourd'hui.


Peut-être 15 minutes que j'suis immobile devant le miroir de ma salle de bain. La glace est crade, le lavabo bouché et du linge sale tapisse la pièce. J'ai sur moi des vêtements qui sortent tout juste du pressing; une chemise blanche qui menace d'exploser si j'me baisse un peu trop, un pantalon à pince noir, et des chaussures de villes que j'ai pas mis depuis le bal de fin d'année de mon lycée, il y a déjà quelques piges de cela. Impossible de me coiffer. Alors j'me dis qu'en me parfumant, ça compensera cette crinière hirsute, invincible contre toute les paires de ciseaux du monde. Ce parfum pourra aussi masquer l'odeur un peu trop sportive et masculine, un musque viril qui peut piquer le nez si j'transpire un peu trop.

Sur la route, j'me suis acheter un pshit pour l'haleine, pour faire disparaitre les relents de charcuterie avalés ce midi. Menthe fraîche. J'ai pas envie d'aller là-bas, mais mon corps le réclame. Pour éviter de détruire ma tenue en vol, j'joue la valeur sûre en marchant. Ouais, c'est à des bornes de chez moi, mais c'est pas un problème quand votre corps peut courir plus d'une centaine de kilomètre sans sourciller.

J'ai le trac. Mais c'est peut-être normal. Allez, Héra, c'est une professionnelle, laisses-toi guider. Ca ira tout seul. Après, mes pulsions feront le reste. L'enseigne se précise enfin, et j'pénètre l'enceinte de l'établissement. C'est classe, on me réceptionne, j'essaie d'étirer une grimace qui ressemble à un sourire et on m'explique que j'dois rejoindre l'étage. La musique donne le ton, des notes suaves et sensuelles dans un esprit dépravé alors que des odeurs féminines bouleversent mes sens. Un regard sur mon téléphone pour voir que j'suis à la bourre, alors j'me grouille.

L'intérieur est vraiment cosy, un vrai nid qui permet de s'amuser comme pour consommer. Pis j'arrive au comptoir. Ma bouche s'ouvre, et j'cligne des yeux pendant de longues secondes. Une chevelure d'argent, un teint opalescent de porcelaine qui reflète les lumières du club, alors que sa tenue sublime ses rondeurs dans des proportions d'une extrême insolence. Ses traits fins et délicats sont serties de rubis à la place des prunelles.

Un fantasme sur pattes, si on relève en plus cette paire d'oreilles sur la tête. Y'a le pompon aussi ?

Et mieux que ça. Elle est grande. Elle m'arrive au menton, facile. Des mensurations parfaites pour mon gabarit. Comment ils ont fait pour deviner ? J'retrousse mes manches, dévoilant mes avant-bras râblés avant de la rejoindre, le regard glissant de haut en bas sur elle indéfiniment. Comment on dit bonjour dans ce contexte ?

- Lut. J'suis la réservation de 18h, navré pour le retard.

On tend la main, on tend pas la main ? Bref, j'regarde la pièce pour m'imprégner du lieu.

- Classe, ici.

Allez, j'suis pas un sauvage. Enfin, pas pour le moment.

- J'suis Héraclès. Et bien joué, j'aime bien le champagne.

Non, j'm'en tape. Mais c'est histoire de détendre l'atmosphère sans rendre ce moment aussi weird qu'invraisemblable.

Kathelyne Carret

Humain(e)

Re : Soirée endiablée ~ Pv ~

Réponse 2 mercredi 20 janvier 2021, 21:49:22

La porte s’ouvre laissant place à mon client, un très grand gaillard, bien bâti ! Franchement, je m’attendais à un petit vieux, ou encore un homme grassouillet qui n’arrive pas à trouver de petites copines et qui meurt d’envie de se décharger sur la première fois qu’il croise. Je me demande même pourquoi il vient ici ! Certes, il ne respecte pas les critères de beauté dans ce pays, mais les filles aiment les étrangers, il devrait trouver facilement chaussure à son pied… Peut-être trop timide pour faire le premier pas… Quand je l’entends parler, je me dis qu’il doit y avoir de ça et surtout que c’est la première fois qu’il met les pieds dans ce genre d’établissement ! C’est ma chance… Je ne connais pas les explications qu’il a eu au téléphone lors de sa réservation, mais il se peut que j’évite le pire ce soir. Un sourire vient même éclairer mon visage.

~ Bonjour, ce n’est pas grave pour le retard, ne vous en faites pas, nous ne sommes pas à quelques minutes !

Il n’avait rien à débarrasser, pas de manteau, ni de sac alors je m’approche devant lui pour faire une petite courbette en avant pour le saluer. Je le vois hésiter à me tendre la main, preuve une nouvelle fois qu’il ne fréquente jamais les bars dans ce genre… Un habitué m’aurait sûrement sauté dessus pour m’embrasser, tout en passant sur ma poitrine ! Les clients avec des bonnes manières et qui veulent discuter sont vraiment très rares.

~ Oui c’est très agréable n’hésitez pas à vous mettre à l’aise ou à faire un tour des lieux !

Ca allait être rapide, mais s’il voulait détester le matelas du lit, ouvrir les placards… Bref, faire ce qu’il veut ! En attendant, je me dirige vers le bar, mes talons claquent sur le sol, mes fesses remuent en rythme.

~ C’est très bien, c’est la maison qui offre la première bouteille ! Pour vous souhaiter la bienvenue ! Je vous propose d’aller faire connaissance autour d’un verre sur le canapé.

Ma stratégie pour ce soir, parler ! Comme il a l’air assez timide et de ne pas savoir s’y prendre, si j’arrive à occuper le temps de parole ça devrait passer crème. Désolé, pour toi mon mignon, mais je n’ai clairement pas envie d’être ici pour vendre mon corps à un inconnu, si tu ne sais pas t’assumer ce n'est pas mon problème, soit content, tu pourras poser les yeux sur moi au moins.

J’apporte la bouteille avec le sceau sur la table vers le canapé, retournant chercher des verres derrière le comptoir, je suis obligée de me pencher en avant pour les récupérer… Vraiment, tout est prévu pour aguicher les clients. Juste mes fesses galbées dépassent de derrière le bar ma petite queue de lapin vibrant en bas de mon dos, alors que je fouille pour prendre deux belles coupes, ainsi qu’un torchon blanc pour pouvoir essuyer la bouteille.

~ J’ai oublié de me présenter… !

Je reviens vers le canapé pour me mettre à genoux devant la table, me tenant droite, le buste légèrement en avant, ma poitrine ressortant à outrance. Une habitude que j’ai prise depuis que je suis ici, c’est naturel chez moi.

~ Kathelyne… Mais si vous voulez vous pouvez m’appeler Kathy !

Globalement, il pouvait me donner tous les noms qu’il voulait, du plus mignon au plus humiliant. Le client est roi ici, pourtant j’en profite pour poser mes règles discrètement. S’il voulait, il pouvait même me donner l’ordre de l’appeler Maître, Monsieur, Daddy… Cela dépendait des fantasmes des uns et des autres, mais tant qu’il ne disait rien ça sera Héraclès. Déjà je continue de le vouvoyer c’est pas mal.

Toujours à genoux, je fais sauter le bouchon de champagne en direction du lit, et je penche la bouteille pour que l’alcool coule directement dans un verre. L’humidité des glaçons qui se trouvent sur la bouteille coule le long de mes mains et de mes bras nus, des gouttelettes tombant sur mes cuisses que je viens essuyer d’un coup de torchon quand j’ai fini le service. Je me saisis des deux verres pour en apporter un à mon client, restant sur les genoux, me laissant légèrement tomber sur le côté, allongeant mon corps. Mes longues jambes partant sous la table, alors que je me retiens de ma main libre.

~ Santé !

Je lève mon verre dans la direction de Héraclès pour trinquer, avant d’apporter mes lèvres pulpeuses sur le contenant, prenant quelques gorgées.

~ Si je ne me trompe pas, c’est la première fois que vous venez dans notre établissement ? J’espère que tout est à votre goût pour le moment !

L’opération discussion vient de commencer ! Je ne vais pas le lâcher de la soirée, je suis sûr que je vais trouver autant de sujet que je le veux pour preuve.

~ Si vous avez faim dites le moi j’irais chercher une petite collation.

Un client habitué aurait demandé de boire le champagne entre mes seins, où que je serve de table de dégustation, j’espère qu’il allait continuer à se montrer aussi coincé, c’était vraiment bénéfique pour moi. Surtout, que je restais bien par terre, gardant mes distances avec lui ! Dévoilant mon corps, sans pour autant le coller, le toucher. On touche seulement avec les yeux… Pour le moment.

Héraclès

Créature

Re : Soirée endiablée ~ Pv ~

Réponse 3 vendredi 22 janvier 2021, 01:19:47

J'ressens comme des picotements à travers tout le corps, ma mâchoire se serre. Alors que son odeur m'enivre. J'réponds à sa courbette d'un léger signe de tête. Voyant bien le professionnalisme de la petite, j'vois qu'elle est vraiment toute disposée pour me faire passer un bon moment. Reste à savoir comment maintenant. J'me suis pas vraiment renseigné sur les services proposés par les donzelles de ce genre.

Mais dans mon cas, j'vois juste un petit lapin avec des fesses si dodues qu'elle rebondissent allègrement aux chocs de ses talons. Ma tête tangue d'un côté pour mieux détailler cet alléchant spectacle.

Première pulsion.

- Ouais, le canapé. Avec plaisir.

J'me secoue la tête avant de masser mes tempes. Mon immense deltoïde craque lorsque j'roule l'épaule pour essayer de me détendre, mais il ne fait que révéler à quel point j'suis tendu. En attendant, j'commence à tester le matelas en enfonçant mon poing au milieu, regarder la barre de pole-dance, avant de chercher une place sur le canapé comme on me l'a intimé. Elle revient poser notre boisson, révélant une paire de mamelons qui risque de faire exploser sa tenue si elle respire un peu fort. Mes yeux s'écarquillent, j'me mords les lèvres inconsciemment, j'ai des auréoles sous les aisselles, le creux des reins et le sillon de mes pectoraux.

Son fessier charnu se laisse encore apercevoir, pointé vers le haut alors qu'elle cherche ses coupes. Soit elle me fait confiance, soit elle est inconsciente.

Deuxième pulsion. J'ai chaud dans le bas-ventre maintenant. Bordel... Docilement, elle revient, genoux au sol dans une posture qui me fais déglutir à plusieurs reprises alors que mes yeux louchent sur ce buste constamment. Comme un appel... Un appel. Vite, de l'air.

- Enchanté, Kathy.

Le bouchon saute dans le plumard et elle nous sert. Non, j'regardais pas les coupes. Non, j'regardais pas la bouteille. J'regardais ses cuisses nues humidifiées par les glaçons, dont la moiteur de la peau reflétait la lumière de la pièce. Long soupir pour faire soupape.

Troisième pulsion. J'sens mon caleçon coller.

Mon verre vient délicatement trinquer contre le sien, ne sachant pas si j'avais perdu le contrôle de ma force qui pourrait pulvériser le verre et les os de son bras, avant de siffler le verre d'un trait. J'ai quand même eu le temps de voir ses lèvres embrasser la coupe imaginant très vite ce qu'elles pourraient me faire...

Quatrième pulsion. Maintenant j'sais pourquoi j'suis là.

- Ouais, ma première fois. Que j'réponds sèchement.

Ma lucidité prend la tangente, conduisant à dilater mes pupilles comme un prédateur sexuel qui bloque sur une lapine. L'une de mes pommettes sautille nerveusement alors que mes narines se plient. Deuxième et très long soupir alors que j'me ressers. Un autre cul-sec, de toute façon, mon foie est beaucoup efficace contre l'alcool pour essayer d'être bourré. Les joies d'être presque invincible à n'importe quoi... Et puis sa question m'amène à une réponse évidente.

- Ouais, j'ai faim. Très faim.

J'me relève, appréciant mes muscles respirer après m'être recroquevillé sur moi-même sur ce canapé en allant vers la sortie de la pièce. Ignorant pour l'instant mon hôte. Je m'assure que la porte soit complètement fermée avant d'arracher la poignée pour condamner le battant. D'une seule main, j'broie la pièce de métal avant de la faire rouler en boule vers l'une des femmes les plus désirable qui existe. J'déboutonne doucement ma chemise, alors que le musc viril de mon corps remplit la pièce d'une odeur entêtante.

La chemise au sol, j'marche lourdement dans sa direction, le regard dur, impitoyable, avide et concupiscent.

- T'as l'air super cool, Kathy. Tu fais correctement ton job. Tu dois certainement le savoir. Tu dois savoir aussi que, t'es pas là pour jouer au scrabble. Tu dois me satisfaire.

J'continue de marcher dans sa direction dans un vacarme presque sismique, m'arrêtant à son niveau alors que je la surplombe de toute ma masse.

- Et j'ai besoin de te souiller de long en large pour être satisfait.

Une main lourde et calleuse plonge derrière sa nuque avant de la traîner vers le lit. Le bras de fer est bien sûr inutile, ne sentant même pas son poids hormis ma poigne en marbre qui maintient sa colonne sur un fil. J'm'assois sur le lit avant de l'allonger sur mes genoux dans une position humiliante et punitive de fessée, mon bras l'entourant comme un immense serpent emprisonnant sa proie à la taille. Ses grosses fesses grasses pointées vers le haut, j'prends une grand inspiration en posant mon nez dessus. Putain, cette paire de fesses, quelle incroyable paire de fesses. Moelleuse, douce, grasse.

- A commencer par ces fesses qui me donnent plus qu'envie.

J'tire le body vers le haut pour qu'il s'enfonce entre ses lèvres intimes et me dévoiler le sillon de ses fesses rebondit avant d'y asséner une fessée puissante. J'tiens pas compte de son hurlement. Juste pour le plaisir de les voir bouger. Ca devient rouge vif, puis rose, avant de devenir bleue. Evidemment, j'recommence, encore et encore, assistant d'un regard comblé cette paire de fesse bouger indéfiniment à mes violences. Une énorme proéminence déforme mon pantalon pour pousser le ventre de ma partenaire qui reçoit mon châtiment. Le corps toujours bloqué dans une étreinte inébranlable.

- C'est pas tout le monde qui me fait bander aussi facilement, bravo.

J'me relève, la tenant à la hanche comme un sac de patate pour l'envoyer choir dans le lit. Mon bras vient s'enraciner dans le milieu de sa colonne pour la faire cambrer sous mes yeux alors que l'autre main déchire son vêtement comme un petit paquet cadeau et ainsi enfouir ma tête entre ses fesses pour mieux agresser ses lèvres intimes avec une imposante langue qui vient presser son clitoris et chambarder les bords de son antre. Par moment, j'remonte toute la raie jusqu'à titiller son anus dans un odieux et vulgaire balai langoureux. Mon regard devient littéralement embué par la plaisir, poussant des râles barbares, buvant goulument cette sécrétion vaginale au parfum entêtant d'œstrogène. L'esprit embrumé par l'envie de la démonter.

De gré, ou de force.
« Modifié: vendredi 22 janvier 2021, 01:37:59 par Héraclès »

Kathelyne Carret

Humain(e)

Re : Soirée endiablée ~ Pv ~

Réponse 4 mercredi 24 mars 2021, 12:47:31

Je partais gagnante ! Cet homme avait tellement l’air renfermé, pas sur de lui, c’était limite beaucoup trop facile. Il n’allait jamais oser me toucher sans que je lui dise, c’était triste pour lui… Il allait dépenser de l’argent juste pour parler de la pluie et du beau temps, que voulez-vous c’est comme ça ! À un moment, il faut savoir ce que l’on veut dans la vie. Sourire aux lèvres, je le regarde, sans vraiment le regarder, jubilant intérieurement de la situation, jusqu’au moment où il me répond qu’il à faim très faim;

~ Restez assis je vais aller chercher de quoi manger !

Je n’ai même pas le temps de me redresser, que mon client est déjà debout se dirigeant vers la porte… C’est quoi qu’il n’a pas compris dans ce que je venais de dire… Je soupire, me mettant sur les genoux et m'appuie à la table pour me lever, il me tourne le dos donc ça ne servait à rien de mettre les formes pour se lever tout en restant sexy.

~ Vous pouvez aller… PUTAIN, MAIS QU’EST CE QUE TU FOU !

Je m’arrête net, le voyant fermer la porte et surtout arracher la poignée, roulant en boule le morceau de métal entre ses doigts pour le jeter vers moi… Quel homme était capable de faire ça ? Ce n’est pas possible. Il est musclé certes, mais de là à broyer du métal. Je me redresse de tout mon long, avalant ma salive bruyamment. Finalement, ce n’était pas si gagné que ça. Je dois reprendre les choses en main rapidement, alors que la situation dégénère trop rapidement. Mais comment...

~ Vous n’avez pas le droit de casser le matériel qui se trouve ici ! Vous allez devoir rembourser ! Et je peux vous assurer que ce n’est pas donné, mon Patron ne va pas laisser ce genre de manière avec une de ces filles !!

Je le regarde déboutonner sa chemise alors qu’il se met à marcher vers moi. Je ne dois pas reculer, je ne dois pas lui montrer que j’ai peur de lui sinon il va en profiter. Je dois me montrer sur de moi, comme je le fais depuis le début.

~ Je dois en parler à mon Patron ! Je suis désolée de vous dire que la prestation vient d’être annulée, je suis dans mon droit de refuser tout…

Je m’arrête net de parler quand il parle de me souiller de long en large… Comment on pouvait changer de comportement aussi rapidement, ce n’est clairement pas possible. C’était un agneau quand il est arrivé ici et maintenant, c’est un taureau en rute prêt à me chevaucher aussi longtemps qu’il le pourra. Je dois sortir d’ici rapidement, me jeter par la fenêtre ? Oui, c’est la seule solution comme il a arraché la poignée de la porte… Sauf que je n’ai pas le temps de bouger, qu’il m’attrape par la nuque pour me traîner vers le lit. Je pose mes mains sur les siennes, pour essayer de me défaire de sa prise, tout en me laissant tomber de tout mon poids… Ça ne change rien à la situation. Il me tire comme une brindille à lui.

~ J’ai dit que la prestation était annulée, vous n’avez pas le droit de continuer comme ça ! BORDEL ! Lâche moi tout de suite !

La peur parcourt tout mon corps, toujours comme une vulgaire poupée, il vient à me poser sur ses genoux comme une enfant quand on arrive vers le lit. Mon buste retombe le long de ses jambes, j’ai la tête en bas, alors que mes fesses rebondies pointent dans sa direction. Je me trémousse de plus en plus, il ne fallait pas être devin pour savoir ce qui allait m’arriver à ce moment. Je bouge mes jambes de haut en bas, pour essayer de me libérer de son emprise… Impossible !

~ ARRÊTE CAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!

Son énorme vient claquer contre mon cul, je me mets à hurler, relevant la tête en même temps. Ma lourde poitrine en profite pour s’échapper de mon haut pour venir pendre dans le vide, claquant contre les jambes de cet homme, surhumain. Alors que les fessées, se mettent à s’enchaîner toujours aussi puissantes. Mes cris résonnent dans la pièce, j’ai du mal à reprendre mon souffle, je manque de m’étouffer plusieurs fois, alors que ma salive coule le long de mon menton.

~ AHHHHH STOPPPPPPPP AHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!

De temps en temps, un mot vient se glisser entre mes râles de douleur, des larmes perlent au coin de mes yeux sous la violence des assauts. Jusqu’au moment où il arrête enfin, ce n’est pas un soulagement, non… Mes fesses me font si mal, la douleur remonte jusqu’à mon dos.

~ S’il te plaît laisse moi… Je suis prête à aller te chercher une autre fille si tu le veux…

Bien sûr que non, je voulais juste partir de cet endroit et fuir pour ne pas qu’il me retrouve… Alors que je sens son sexe déformer son pantalon pour appuyer contre mon ventre, comme d’habitude pas le temps de bouger ou autre qu’il me jete sur le lit a plat ventre. Sa grosse main vient appuyer au milieu de mon dos, pour ne pas que je bouge ou que j'essaye de changer de position. Mon body se tend de plus en plus entre mes fesses, au point de lâcher prise, dévoilant totalement mon intimité rose et la raie de mes fesses.

~ S’il vous plaît Monsieur…

Je passe du tutoiement ou vouvoiement, en fonction de mes sautes d’humeur, de la peur et de la panique qui prennent possession de mon corps. Alors que son souffle chaud vient claquer comme un fouet contre ma petite chatte, suivi de sa longue langue… Butant contre mon clitoris, se délectant de mes lèvres et remontant jusqu’à mon anus serré. Je respire de plus en plus fort, essayant toujours de me tortiller sur le lit, j’attrape un coussin que je lance en arrière. Une piètre attaque pour se défendre… Je fais quand même la même chose avec les autres que je trouve.

Je peux sentir mon corps réagir petit à petit, mon intimité se mettant à se réchauffer, se montrer plus sensible et à mouiller de plus en plus souvent les coups de langue. Même si je ne veux pas aller plus loin, ce n’est qu’un moyen de se défendre de ce qui va arriver… Enfin, je crois. C’est la première fois que je fais ce genre de chose, je ne sais pas comment mon corps doit réagir à tout ça.

J’arrive enfin à trouver un appuie sur mes genoux, réussissant à redresser le bas de mon corps… Ce n’était pas forcément le meilleur des choix, car à présent je me retrouve les fesses en l’air juste devant lui. Cul bien tendu dans sa direction… Mais c’était surtout, pour faire passer mes mains le long de mon corps et réussir à les faire venir vers mon intimité pour la cacher, pour essayer de le repousser comme je le pouvais encore une fois. Mes fins doigts glissent sur mon antre couverte de salive et de mon nectar.

~ Ce… Ce n’est pas compris dans votre prestation… C’était juste une fellation… Et… Et…

Je ne sais pas quoi dire, j’essaie encore de trouver une solution pour qu’il me lâche et ça se remarque car je ne sais même pas quoi ajouter… Je ne trouve pas les mots. La fille qui assurait était bien loin à présent… C’était moi à présent le petit agneau qui allait se faire souiller.


Héraclès

Créature

Re : Soirée endiablée ~ Pv ~

Réponse 5 samedi 27 mars 2021, 00:38:34

Supplications après supplications, mon esprit pourtant s'en détache pour se perdre dans la délectation de la goutter, de la boire, de la renifler, et de profiter de la chair comme un simple animal en rut. En réalité, j'étais beaucoup plus concentré sur la réaction de son corps à mes assauts, et les bonnes surprises s'enchaînent. Aspirant ses lèvres grossièrement et avec la délicatesse d'un bourrin, je malmène ses lèvres ainsi que son clitoris en l'a suçant comme un vulgaire bonbon. Les sécrétions en deviennent abondantes et dans un claquement de lèvres odieusement bruyant je relève la tête.

- Tu mouilles. Tu mouilles beaucoup. T'aime ça ? On va dire que oui.

Les coussins rebondissent vers moi laborieusement dans une riposte désespérante. Mais visiblement il fallait enterrer ses espoirs pour de bon. Parce qu'il y a du lapin ce soir au menu. Une autre claque punitive vient gifler son fessier pour rebondir dans un bouing-bouing si sexy...

- C'est moi qui décide, le client est Roi.

Que ça soit pour cette porte ou bien pour cette lapine, j'allongerai les sous comme il se doit. En attendant, elle se redresse et m'offre une vue imprenable qui méritait de contempler ça pendant quelques secondes, même si j'pourrai aisément le reluquer pendant des heures. Mais l'heure était de baiser, se vider, se détendre, souiller et abuser de ce plaisir un maximum. Ses cris m'excitaient énormément, pourtant il ne dévoilait pas un certain plaisir. Une main protectrice essaie de se glisser entre ma bouche inquisitrice et sa vulve, elle ne fera que déraper et presque m'induire en erreur.

- Attention, on pourrait supposer que tu te touches par simple plaisir. J'avoue, c'est excitant.

Mon pantalon risque d'exploser d'ailleurs. Le bras verrouillé sur son dos, l'autre main viendra défaire mon pantalon pendant que j'retire à l'aide des pieds mes chaussures. La chaleur de mon entre-jambe libère un miasme à l'effigie d'un cadre olfactif digne des vestiaires d'une équipe de rugby, brulant, et dégueulant par intermittence un pré-sperme épais, bouillant et visqueux qui commence déjà à engluer la raie de ses fesses et ruisseler jusqu'à son vagin.

Mon sourire s'étire davantage à l'idée d'une potentielle fellation.

- Tu devais me sucer ? Tu comptais me cacher ça, j'me trompe ? Ouais, une menteuse. Et une vicieuse, quand on regarde ta chatte trempée. Ca mérite une correction, j'trouve.

Je la retourne comme une marionnette articulée avant d'imposer mes genoux au matelas qui se déforme sous mes 180 kilos, les burnes pendantes, duveteuse et collante, glissant sur son ventre, avant de buter contre sa large poitrine. Ma queue veineuse et gluante se fraye un chemin dans cette immense poitrine, et une énorme expiration de plaisir lance un souffle chaud qui lui décolle les cheveux. Mes mains tiennent en cage ses épaules pour la maintenir et ma queue assez grosse pour dépasser le buste et se poser contre son menton.

- Suce. Ou tu risque de finir comme cette poignée de porte.

Une main se détache, j'me pose légèrement sur elle pour continuer à la maintenir et impose un gros doigt dans sa chatte humide avantd'avancer d'un coup sec du bassin mon mandrin qui écarte ses mâchoires afin d'assurer un câlin buccal qui m'arrache un grognement de plaisir. Le frein odorant tendu sur sa langue, il tire par salves un pre-sperme qui lui enrubanne la bouche, le reste de ma hampe qui ne peut pas y pénétrer se retrouve étreint par sa poitrine grasse et opulente. Le paradis sur terre.

Ainsi commence un rodéo à lui poignarder la gorge, tandis que mon majeur épais et malicieux écarte les parois de son sexe pour mieux la baiser comme si un pénis le ferait. La paume de ma main claque comme des coups des reins, et les bruits de succions ajoutent de l'excitation supplémentaire, qui fait davantage gonfler mon gland à l'intérieur, grossissant à vue d'œil.

J'vais passer une merveilleuse soirée. Seul, ou pas. Quoi qu'il arrive.
« Modifié: samedi 27 mars 2021, 00:49:05 par Héraclès »


Répondre
Tags :