Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Anouvanh

Avatar

  • -
  • Messages: 42


  • FicheChalant

    Description
    Anouvanh est une jeune succube qui commence dans le "métier". Elle n'a aucunes limites en matière de sexe ♥ Elle souhaite juste vous satisfaire ♥

La Liche et sa Chienne [PV]

août 31, 2019, 06:05:29 pm

Anouvanh était une succube qui aimait bien prendre du bon temps avec ses clients, des personnes qui en avaient besoin pour différentes raisons. Elle évitait le plus souvent les relations avec les démons ou autre forme démoniaque... Pour la jeune femme, ça n’en valait pas la peine. Les démons n’avaient qu'à tendre la main pour avoir un nombre incalculable de femmes, d’hommes ou autres... Et oui certains aimaient les relations qui sortaient un peu plus de la norme. Donc pour Anouvanh il n'était pas question d’avoir des relations avec ce genre de personne non. Ce n’était clairement pas des personnes dans le besoin. Et elle n’y gagnait rien...

Malgré cela, régulièrement, elle entendait parler de puissant être qui vivait ici-bas. Il se tirait la bourre pour savoir qui était le plus fort, Anouvanh ne jouait clairement pas dans la même cour. Dans son manoir que sa mère lui avait laissé, il n’y avait qu’elle. Même pas une pauvre servante pour faire le ménage... Rien... Heureusement, qu’elle avait beaucoup de client et qu’elle sortait de chez elle, c’était un coup à faire une dépression à force. Et si personne ne l’appelait, elle sortait dans les Enfers à la chasse aux informations. C’est important de se tenir au courant, on ne sait jamais ce qui peut arriver, une guerre est vite arrivée...

Et c’était il y a une semaine, en écoutant une conversation, elle entendit que le grimoire de sa mère avait été retrouvé et qu’une liche l’avait dans son donjon. Le grimoire de sa mère avait été volé il y a bien longtemps, celui-ci retraçait toute l’histoire de sa famille, mais aussi de nombreux sortilèges de magie rose principalement. Un ouvrage qu’Anouvanh aimerait bien récupérer. Elle savait bien que la Liche allait lui demander quelque chose en échange... La succube n’avait rien de bien à échanger, vivant simplement... Et surtout elle n’avait pas envie d’ouvrir les cuisses pour cette chose. Donc la seule solution était d’y aller sans en avoir l’autorisation et en se montrant la plus discrète possible.

Voilà donc le jour j, Anouvanh était prête, elle avait récolté plusieurs informations sur le maître des lieux, la disposition du donjon, les différentes salles, les occupants... Bref, un bon nombre d’informations, mais elle savait que cela restait quand même approximatif et qu’il fallait faire attention. La jeune succube se téléporta au plus près du donjon, en faisant attention que sa magie ne soit pas détectée, puis elle continua à pied. Traversant rapidement des Terres désolées, une forêt de ronces et d’autres environnements... Arrivant enfin derrière le donjon, elle n’allait quand même pas passer par la grande porte... Elle allait passer par les douves qui se trouvaient sur l’arrière. Anouvanh se glissa dans l’eau faisant le moins de remous possible évitant ainsi de faire du bruit... Ne dévoilant pas sa présence... Et le plus important, ne pas réveiller l’immonde créature qui se logeait ici... Un espèce de chien de garde pour les milieux aquatique. Anouvanh nagea à la surface jusqu’à atteindre le mur du Donjon, avant de plonger, on lui avait parlé d’une large fissure dans le mur... Fallait-il la trouver alors qu’elle n’y voyait pas grand-chose dans cette eau trouble. Pourtant, elle tomba dessus rapidement, elle continua de nager pendant un bon moment, reprendre son souffle n’était pas un problème. Elle arriva ensuite dans une salle abandonnée du donjon...

Pas le temps de se sécher et surtout pas possible, elle ne devait pas utiliser sa magie ici c’était dangereux... Elle devait essayer maintenant de trouver des repères et de trouver vite la fameuse salle où se trouvait le grimoire de sa mère. Sachant qu’il devait y avoir des salles piégées... Il fallait faire très attention dans les choix qu’elle faisait... Anouvanh se mit donc en route, se collant au mur, à chaque fois qu’elle arrivait à côté d’une salle, elle écoutait si des gens se trouvaient à l’intérieur. Et c’était souvent le cas... A entendre l’intonation de la voix, cela ressemblait à des trolls, des gobelins, des créatures des sous-sols... Horrible. La jeune femme n’avait pas envie d’avoir à faire à eux, donc elle passait rapidement son chemin. Elle trouva ensuite des salles vides, des salles de tortures, des salles d’armes... Ainsi de suite. Et c’est seulement après une bonne heure qu’elle arriva enfin dans une salle au trésor !

“Hé ben...” Souffla la succube... Elle ne pensait jamais y arriver.

C’était le moment de chercher le grimoire de sa mère, elle évitait de toucher trop de choses. Des objets pouvaient contenir des sortilèges à ne pas prendre à la légère. Elle ouvrait simplement les tiroirs des commodes qui se trouvaient là. Ou si elle n’avait pas vraiment le choix poussait délicatement le reste. La pièce était énorme et il y avait beaucoup de cachettes, des recoins... Cela faisait déjà trente minutes qu’elle se trouvait à l’intérieur quand elle entendit des bruits de pas venir dans sa direction... Anouvanh se précipita derrière un large miroir, se mettant derrière, priant pour ne pas être découverte.

Allister L. Acererak

Créature

Re : La Liche et sa Chienne [PV]

Réponse 1 août 31, 2019, 06:06:43 pm

L'image qu'on se fait d'un donjon est relativement simple, basique. Un endroit froid, particulièrement silencieux, où ne règne que mort et désolation. Dans un certain sens, les sous-terrains et la grande tour servant de base d'opération à Allister remplissaient la plupart des clichés. Sauf le son. Ce n'était pas un terrible silence qui régnait dans ces lieux, mais un véritable concert. Des bruits familiers, grouillants. Les claquements et grincements des os des squelettes qui marchaient avec un rythme presque militaire, les grognements des ogres et des trolls, semblables à des rires damnés, et accompagnés des hurlements d'hommes et de femmes subissant milles et un supplices. Si personne ne revenait vivant de la Tombe de Vecna, cela ne voulait pas dire qu'ils y mourraient si vite une fois à l'intérieur. La plupart étaient torturés, crachant leurs informations au rythme des scalpels et des créatures cauchemardesque, avant d'enfin trouver le repos en servant de repas ou de simple sac à foutre pour les créatures qui vivaient dans l'endroit.

Après tout, Allister était une liche. Et aux côtés des morts-vivants créés de sa main, d'autres créatures, mauvaises, chaotiques, cherchaient à trouver un petit coin où passer leurs haines et leurs violences. Par chance, le Sorcier était demandeur de main d'oeuvre. Créer un royaume et le diriger n'était pas une simple affaire, et ce n'était pas avec les frêles humains qu'il pourrait travailler. Ils ne servaient à rien : de simple sacs de frappes, de simples mères pondeuses, alignés contre un sol froid à attendre d'être fourré, quand elles ne servaient pas de simples chiottes vivantes pour les gobelins.

Parmi cette cacophonie mélodieuse siégeait alors le Maître. Sur son trône de pierre et d'os, Allister veillait. Les lumières magiques remplissant ses globes oculaires vides étaient absentes, son crâne posé mollement contre son poing. La Liche, ainsi, veillait. Magicienne de renom, elle scannait le bâtiment. Une lecture d'aura, magique, ou non. Il devinait ainsi les passages, les arrivées, les sorties, les voyages. Jusqu'à finalement capter une présence...

Quelque chose était parvenu à rentrer dans les sous-sols.

Ce qu'Anouvanh ne savait pas était que les informations donnés étaient contrôlés. Son Métamorphe, et garde de la salle des coffres à ses heures perdues, prenait souvent l'apparence d'une vieille dame ou d'un vieil aventurier, racontant les histoires de la Tombe et des soit-disant chemins cachés pour y rentrer. Au vu de la réputation de l'endroit, c'était un des rares moyens d'encourager de jeunes âmes prêtes à tenter leurs chances, et d'ainsi remplir de nouveau les rangs de ses esclaves humains. Mais cette fois-ci, ce n'était pas une humaine qui marchait dans les salles boueuses et poussiéreuses.

« Maître, il semblerait que- »
« Je sais. »

Sa voix était forte, brute, rauque. Il venait d'arrêter une jeune servante, habillée d'un simple voile blanc, légèrement transparent. On pouvait ainsi voir ses délicieuses formes, surmonté d'un visage d'ange au sourire mutin. Malgré tout, ce corps de rêve était zébré de multiples cicatrices, et sa peau semblait avoir perdu légèrement de son éclat. Une morte, ramenée à la vie, qui servait avec passion le Sorcier.

D'un coup, les points d'un rouge sanglant illuminèrent les orbites de la liche, et dans un craquement d'os, un rictus se dessina sur son crâne. Il se leva finalement, avant de tendre la main, faisant apparaître son bâton. Une boule de verre flottait au-dessus de l'arme, et soudainement, une image de la pauvre petite Anouvanh devint visible sous les yeux de Sorcier et de sa servante.

« Cette idiote n'est pas humaine. Je vais m'occuper moi-même de son cas. Prépares néanmoins les trolls et gobelins, ils auront les restes. »

Comme simple réponse, la Servante s'abaissa, saluant son maître qui disparut d'un coup dans une lumière magique.


***


La salle où se trouvait la démone était l'une des nombreuses "salles du trésor" des sous-terrains. Elles étaient là pour encourager les Héros à continuer, tout étant particulièrement bien calculé. En réalité, la plupart des objets ici étaient créés par magie, et disparaissaient une fois en dehors du donjon. Malgré tout, certaines récompenses étaient réelles, de quoi appâter n'importe qui à s'enfoncer encore un peu dans l'endroit. La salle était... tout sauf propre. Poussiéreuse, de nombreuses araignées à droite à gauche, et comme simple bruit le concert raconté plus haut. Des ricanements, des bruits étranges, et même parfois des cris.

Curieux et joueur, la Liche se téléporta ainsi à l'extérieur de la pièce, avant de marcher vers l'entrée. Ses pieds squelettiques raclaient presque le sol à chacun de ses lourds pas, sa robe de mage soulevant des nids de poussière à chacun de ses pas. Allister, d'habitude toujours plongé dans l'ennui, trouvait dans cette apparition un peu de nouveauté. Et il comptait en profiter.

Il entra alors, la porte grinçant lentement à mesure que la pièce se dévoilait à la Liche. Malheureusement pour la Démone, la vision d'aura du Sorcier lui donnait déjà la position de la belle. Derrière une armoire, à tenter de se cacher, discrète. D'aussi près, il pouvait même déterminer la race de l'intruse : une démone. Une démone... Oh. Il en avait certains à son service, des créatures intéressantes.

« C'est bien la première fois qu'un être tel que toi pénètre dans mon domaine pour me voler. Approche, je veux voir à quoi tu ressemble. »

Allister n'aimait pas tourner autour du pot. Il avait des projets pour la démone, et tout commençait par une inspection de la marchandise. Aucune réponse... Bien-sûr. Un souffle s'échappa du rictus de la Liche, avant que ce dernier ne claque des doigts. Soudainement, l'armoire fut envoyée au loin, et Anouvanh pouvait sentir comme une force la faire s'approcher de son agresseur. De la télékinésie, dont il usait pour enfin porter la jeune femme à son regard.

Et elle était... appétissante. Encore plus, de près. On aurait presque dit une jolie elfe, plutôt qu'une démone. Une succube, peut-être ? Sûrement. C'était parfait. Exactement ce dont avait besoin la Liche. Claquant des doigts, des chaînes sortirent du sol, attrapant les bras de sa nouvelle salope pour les bloquer dans son dos. Les liens se serrèrent, forçant la pauvre à se mettre à genoux devant son nouveau maître.

Anouvanh pouvait ainsi voir, totalement, le sorcier. Une immense liche, plus de deux mètres de haut, large, puissante. Des bras squelettiques, aux longs doigts fourchus tels des griffes, et un faciès d'os presque démoniaque. Dans ces orbites, deux flammèches crépitantes. Comme un homme observe une bête qu'il s'apprête à acheter, il glissa ses doigts contre le menton de la démone. L'inspectant, avec toujours ce même sourire, cette déformation absurde de son crâne singulier.

« Je ne sais pas pourquoi tu t'es risquée à venir ici, mais tu ne vas pas être déçue du voyage. Je te souhaite la bienvenue à la Tombe de Vecna, et crois moi, tu peux déjà considérer cet endroit comme ta nouvelle demeure... ou ta prison. Mais ne t'inquiètes pas, tu vas finir par apprécier ton séjour. »

Un rire sourd et caverneux s'échappa alors de la Liche, alors que ce dernier observait les délicieuses formes de sa nouvelle esclave. Certes, la pauvre pouvait tenter de se débattre, mais Allister n'était pas qu'une simple liche, qu'un simple sorcier. De tout son être se dégageait cette aura, ce charisme surhumain. Si elle était capable de voir la magie, la quantité, la puissance qu'il détenait, elle aurait devant ses yeux un véritable puits sans fond d'énergie sombre, de magie occulte.

Anouvanh

Avatar

  • -
  • Messages: 42


  • FicheChalant

    Description
    Anouvanh est une jeune succube qui commence dans le "métier". Elle n'a aucunes limites en matière de sexe ♥ Elle souhaite juste vous satisfaire ♥

Re : La Liche et sa Chienne [PV]

Réponse 2 août 31, 2019, 06:07:38 pm

Anouvanh était silencieuse à l’abri des regards, ne se doutant pas que sa position était déjà grillée à 1 000 %… Le Maître des lieux savait exactement son emplacement, il savait également qu’elle se trouvait dans son donjon depuis son arrivé. La jeune succube c'était fait roulée dès le début, dès qu'elle avait essayé de récolter des informations... Jamais cela lui serait venue à l'idée que les informateurs n'étaient pas fiable, elle pensait avoir quelques coups d'avance au moins pour retrouver le grimoire de sa mère et partir à l'arrache. Et la voilà derrière une armoire se cachant comme une proie en fuite, mettant sa main devant son visage pour diminuer sa respiration.

Dans la pièce, Anouvanh sentait une énorme force... Il ne fallait pas être un démon très expérimenté pour découvrir ça... Elle savait qu'elle faisait face au maître des lieux. Face était un grand mot puisque pour le moment, elle faisait la morte. La Liche se mit alors à prendre la parole. Sa grosse voix résonna dans la pièce, arrivant aux oreilles de la succube, celle-ci se mit à frissonner... De peur... Non bien sûr que non, elle n'allait pas bouger d'un pouce et ne rien dire. Encore un peu d'espoir de sa part, cela pouvait être une sorte d'intimidation. Il pouvait faire ça dans toutes les salles et tourner les talons ensuite... Oui possible... Anouvanh essayait de se convaincre comme elle le pouvait, mais au fond d'elle, elle savait que ce n'était pas le cas. Et cela se confirma quand l'armoire qui la cachait s'envola s'écrasant plus loin. Surprise, un cri s'échappa de sa bouche, elle n'eut pas le temps de faire le moindre geste qu'une force l'attrapa pour la faire bouger.

"Non... Non..." Anouvanh essaya quand même de résister, son visage se crispa, voulant faire face à la Liche... Impossible ! Son corps se rapprochait de plus en plus de son adversaire. Une fois assez proche, des chaines venaient de sortir du sol pour lui attraper les bras pour les bloquer dans son dos. Elle pouvait sentir les liens se tendres pour la forcer à se mettre à genoux. Ses jambes fléchissaient petit à petit, elles tremblaient essayant encore de résister. Une jambe tomba ! Rapidement la deuxième. Et ses deux genoux claquèrent le sol. On aurait dit une vulgaire mouche face à la Liche qui était immense, imposante. Anouvanh était qu'une simple succube, aux proportions plutôt médiocre comparé à d'autres personnes de sa race. Ne demandant jamais rien à personne, elle n'avait pas pour habitude de se battre et connaissait très peu de sort pour se défendre.

La Liche approcha ses doigts d'Anouvanh, elle recula son visage, ne voulant pas se faire toucher. Malgré cela, elle essayait de ne pas perdre du regard son adversaire, cela signifierait être vaincue et elle ne voulait pas.

"Ce n'est pas t'es affaires de pourquoi je suis venue ici..." Anouvanh n'avait pas envie de parler du grimoire de sa mère. Pourtant, elle aurait pu et peut-être par acte de bonté la Liche lui aurait donné... Non encore des rêves bien loin de la part de la succube.

La Liche continua son discours souhaitant la bienvenue à Anouvanh dans sa nouvelle demeure ou prison. Au choix ! Cela allait surement dépendre de la réaction que la jeune succube allait voir... Et son choix allait vite être prit. Anouvanh, racla le fond de sa gorge, avant de cracher aux pieds de la Liche. Elle aurait bien voulu lui cracher au visage, mais il était un peu trop haut quand même...

"Va te faire foutre !" Et la jeune succube finit par ses mots, d'une grande poésie nous pouvons le remarquer.

Au sol et malgré la puissance que la Liche pouvait dégager, Anouvanh se concentra pour essayer de se défendre. Des meubles se mirent à voler dans la pièce, pour aller s'abattre sur son adversaire... Mais pas un seul des projectiles arriva à atteindre sa cible... C'était vraiment médiocre... Pitoyable ! Anouvanh savait qu'il y avait une grande différence de force, mais elle espérait au moins pouvoir faire diversion, pour se libérer de ses liens et trouver un moyen de fuir ou d'essayer de sa cacher... Même si la première fois cela avait loupé.

"PUTAIN..." Grogna alors la jeune succube, se mettant de nouveau à tirer sur ses liens. Se trémoussant de droite à gauche ensuite, ses cheveux venaient lui cacher son visage. Ses seins ballotaient sous son t-shirt encore légèrement humide lui collant au corps, on pouvait facilement remarquer qu'elle ne portait pas de soutien-gorge vu comment ses tétons pointaient. Mais également qu'elle avait deux piercings puisque des petites boules se dessinaient sous le tissu. Autour de ses bras se trouvaient des bracelets en or, qu'elle avait pour habitude de porter. Pour le bas elle portait un mini-short qui lui arrivait à mi-cuisses puis des grandes cuissardes plates en cuirs qui lui montait au-dessus des genoux. Ce n'était pas vraiment une tenue pour parcourir des donjons... Mais pour une succube c'était plutôt agréable.

Allister L. Acererak

Créature

Re : La Liche et sa Chienne [PV]

Réponse 3 août 31, 2019, 06:08:30 pm


La pitié, Allister ne connaissait pas. Ou plutôt, il ne connaissait plus. Quitter son enveloppe charnelle, obtenir cette apparence cauchemardesque et grotesque, fut une épreuve tout aussi rude pour son corps que pour son esprit. Les émotions qui jaillissaient auparavant n'étaient plus, la Liche n'agissant que par simple imitation de ce qu'il était autrefois. Même si on âme était toujours là, visible sous la forme d'une boule d'énergie semblable à un cristal sous sa robe, au centre de son torse, elle n'embrumait plus sa psyché des pensées futiles des hommes. L'amour, l'amitié, la peur. Des simples mots désormais, qui n'agissaient que comme déclencheur d'un rictus sur le faciès défiguré de l'ancien sorcier humain. Mais la démone ne semblait de toute manière pas là pour jouer la carte de la petite femme en détresse, et même s'il sentait la peur envahir ses entrailles, il sentait aussi cette pointe de fureur propre aux siens. Elle n'était pas décidée à se laisser faire, ou en tout cas à offrir à son nouveau maître la 'joie' de le voir soumise. C'était tant mieux, Allister était là pour s'amuser, la voir déjà lui lécher les pompes le décevrait énormément.

Elle devait résister, pour sa joie, pour sa satisfaction. Son sourire osseux s'étira alors plus lorsqu'elle cracha vulgairement sur le sol, tentant, part tous les moyens possibles, de montrer à son agresseur qu'elle ne comptait pas se laisser faire.

« Oh que si. C'est mon affaire, si tu cherches à me voler, démone. »

Malgré son amusement et la situation, la voix d'Allister restait parfaitement calme. On sentait une pointe de curiosité néanmoins, même si la froideur et le ton sec était tel que ces mots semblaient être lancés comme des lames prêtes à transpercer le corps de sa pauvre victime. Elle tenta même d'utiliser sa propre magie, lançant des meubles sur la Liche qui n'eût même pas à lever la main : sa propre télékinésie, surpassant clairement la sienne, arrêtant les meubles pour les poser sur le sol.

« Tenter d'utiliser de la magie sur une Liche... Vraiment ? Tu es une petite insolente pour tenter de jouer sur le même terrain que ton nouveau maître. Je vais devoir t'apprendre où es ta place : à mes pieds. »

Tenant toujours son menton entre ses longs doigts fourchus, le regard de la Liche se posa sur les formes délicieuses de Anouvanh. Des lourds seins, tressautant sous sa peur, aux tétons tendus et percés. Des hanches larges, comme si elle ne demandait qu'à être fourrée, à servir de pondeuse. Il pouvait, grâce à ça, tout autant deviner un cul dodu et bombé. Cette salope était un véritable appel au stupre, une succube très certainement. Les deux flammèches allumant ses orbites s'éveillèrent d'autant plus, l'envie de souiller ce corps de toute les manières possibles refaisant naître en Allister une excitation qu'il pensait disparu.

Le sexe n'était, normalement, pas quelque chose dont il était énormément fan. Mais elle, son insolence, son corps, tout lui donnait envie de la détruire. Mentalement, physiquement, de la rendre tellement accro à la chose qu'elle ne pourrait le nommer que par un seul mot : Maître.

Dans un bruit de craquement osseux épouvantable, l'homme ouvrit alors la bouche. S'échappant de celle-ci, une légère fumée bleue : sous les yeux étonnés de la belle, une longue et épaisse langue transparente et azurée commença à sortir. Animale, étrange et singulière, la Liche venait de créer un véritable membre de magie pur. N'ayant aucun membre de chair et de sang, il usait de sa magie de création pour contrebalancer la chose. Perversement, comme si la belle lui appartenait déjà corps et âme, la langue vint caresser sa joue, son cou. Comme l'organe buccal humain, elle était chaude, humide, laissant une salive étrange et chaude contre la peau de sa victime. Et alors, il vint vers ses lèvres, avant de littéralement s'y enfoncer.

Il violait sa petite bouche, prenant l'espace, avant de soudainement se coller pour l'embrasser avec perversion. Il prenait possession de sa bouche, et elle ne pouvait s'y soustraire : mordre ne ferait rien. En même temps, il attrapa alors ses lourds seins, les torturant de ses doigts fourchus, avant de déchirer son maigre haut. Révélant sa poitrine à l'air libre, il attrapa ses tétons meurtris et percés pour jouer avec, tirant, les faisant rouler sous ses doigts. Il était habile, le squelette...

« Je sens que toute la tombe va adorer ton corps, ma belle. Il ne demande que ça, après tout... »

Le mâle retira finalement son énorme langue, reliée encore à celle de la succube par un épais filet de salive. De là, tel un serpent, la langue glissa le long de son corps pour venir jouer avec ses seins, et surtout son pauvre téton. Elle semblait si longue, infinie.

« Cela fait longtemps que je ne me suis pas amusé avec une femelle... Je compte bien en profiter, et voir ce qu'une petite succube comme toi a dans le ventre. »

Anouvanh

Avatar

  • -
  • Messages: 42


  • FicheChalant

    Description
    Anouvanh est une jeune succube qui commence dans le "métier". Elle n'a aucunes limites en matière de sexe ♥ Elle souhaite juste vous satisfaire ♥

Re : La Liche et sa Chienne [PV]

Réponse 4 août 31, 2019, 06:09:30 pm

La Liche ne se prenait pas pour de la merde, mais c'était parfaitement compréhensible face à Anouvanh. Mais de là à lui dire que ça allait être son nouveau Maître et que la place de la succube était à ses pieds... La démone ne pouvait pas le supporter... Voilà une des facettes des démons qu'elle ne pouvait pas encadrer. Ils ne se prenaient pas pour une sous-race, jamais ils ne se remettaient en question. Au fond, Anouvanh était un peu pareil car elle n'allait jamais se laisser faire, quoi qu'il arrive. Dans cette situation, elle n'allait pas se faire traiter comme une petite chienne qui allait dire oui à tout... Encore heureux ! La succube avait peur, certes, mais de là à se mettre à pleurer et à écarter les cuisses c'était pas pour maintenant. Si la Liche voulait quelque chose, elle allait devoir la prendre de force, car Anouvanh ne sera jamais à ses pieds.

La succube pouvait sentir les yeux de la Liche... Enfin si on pouvait appeler ça des yeux car bon... On ne savait pas trop ce que c'était finalement comme tout son corps. Horrible. Bref, elle sentait les yeux de cette chose se poser sur tout son corps, la reluquant comme une vulgaire pièce de viande qu'on pouvait choisir à la boucherie. Cette partie-là, bien bonne par contre celle-là bof bof... Mais dans le cas d'Anouvanh toutes les pièces étaient bonnes à prendre. Comme une succube se doit d'être, parfaite ! Une femme qui donne envie de lui faire tous les vices... Et Anouvanh avait ce corps un appel à la baise, un appel au viol dans ce cas.

Alors qu'Anouvanh essayait de défier du regard la Liche et de toujours tirer sur les chaînes. Une forme azurée sortie de la bouche de son bourreau... Une langue ? Oui cela ressemblait à une langue... Sauf qu'elle était beaucoup plus longue que celle d'un homme normalement constitué. La succube recula la tête voyant ce truc s'approcher d'elle, impossible d'aller bien loin. Le membre chaud arriva sur sa joue, glissant ensuite sur son cou.... Laissant une trainée de salive sur sa douche peau... Il remonta ensuite pour s'engouffrer dans sa bouche. Anouvanh ferma les lèvres, serra les dents... Impossible de résister sa bouche s'ouvrir pour laisser passer la langue de la Liche. Elle essaya ensuite de faire barrage avec sa propre langue, de serrer les dents. Mais le membre ne s'arrêtait pas, ne reculait pas, continuant de s'enfoncer, de prendre la moindre place. Et alors que la créature violait sa bouche, il s'amusait avec sa poitrine, déchirant son haut laissant ses seins à l'air libre pour facilement les pressés, les tirer...

"HMMMMMMF !!" Anouvanh gigotait dans tous les sens, essayait de parler, de crier, de lui dire d'arrêter, mais avec cette langue dans sa bouche juste un son étouffé sortait de la succube. Dans ses yeux on pouvait facilement voir de la colère, une envie de tuer la Liche, de la torturer tout doucement à petit feu ! Ses yeux rouges de base, brillaient de mille feux ! Ah si elle était plus forte... Anouvanh s'en voulait tellement de pas avoir suivi un entraînement, de pas avoir développer ses pouvoirs et de la s'être coulé douce pendant de très longues années. Elle aurait pu se défendre à ce moment ! Elle aurait pu lui trancher la langue. En parlant de sa langue, la Liche finit par s'enlever de la bouche d'Anouvanh, la succube cracha de nouveau voulant enlever toute trace de ce passage dans sa bouche.

"Toute..." Encore un cracha. "La tombe..." Voilà qui n'annonçait rien de bon... Combien de personne se trouvait dans son donjon ? Et surtout qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir comme créature ? Des ogres, des squelettes, des gobelins... Et quoi encore, nous étions sur des terres démoniaques... Il y avait des créatures qui ne ressemblaient à rien, inconnues... Seulement dégoutante, ne goutant que rarement la chaire, ne pouvant contenir les différentes pulsions qui les traversaient. Des sueurs froides voilà ce qu'Anouvanh avait à ce moment. Sa respiration venait d'accélérer brutalement. Elle essayait de se relever avec encore plus de détermination ses genoux claquaient sur le sol de la pièce à chaque fois qu'elle tentait quelque chose. Et à force de bouger comme ça, il n'y avait pas que ses genoux qui claquaient... Ses seins également... S'entrechoquaient entre eux. Bougeant de haut en bas, de droite à gauche, tombant lourdement avant de remonter... Anouvanh ne sentait même pas cette langue gluante qui passait dessus. Trop peur, trop de pensés qui se bousculait dans sa tête...

"Ferme ta gueule putain ! Ferme ta saloperie de gueule !!!" Et avec l'autre-là qui en remettait à chaque fois une couche. Anouvanh n'arrivait pas à avoir les idées claires... Voir ce qu'elle avait dans le ventre ? C'est une succube elle avait l'habitude de se faire prendre pendant des heures et des heures... Par des humains à la base... Son corps pouvait endurer plein de chose mais à ce point ? La Liche semblait déjà avoir tout un programme pour la petite succube.

Allister L. Acererak

Créature

Re : La Liche et sa Chienne [PV]

Réponse 5 août 31, 2019, 06:09:54 pm


Si la pauvre petite démone ne connaissait que les membres humains, elle allait déchanter. Ici, pas une seule trace d'humanité : des créatures cauchemardesques, des monstres des contes et légendes, des morts-vivants prêts à dévorer votre chair... l'endroit était une véritable ménagerie, une arche de Noé occulte. C'était bien le but d'Allister, de toute manière : créer un royaume où ces semblables pourraient vivre comme ils le désirent. Dans un sens, ce futur paradis était aussi construit pour la jeune démone : les êtres de ce plan étaient tout autant conviés que les autres à cette grande table... Quand ils n'essayaient pas de voler de précieux trésors. Et malheureusement, c'était le cas de cette petite pute au corps de rêve. Malheureusement pour elle. L'idée était simple : la briser, la défoncer, et la faire couiner comme la dernière des trainées, avant de terminer son éducation à l'aide de la troupe de monstres qui attendaient à l'extérieur. Derrière la porte, à écouter, voir par l'interstice, attendant leurs heures, leurs queues déjà levées, frémissantes d'impatience.

Avec plaisir, la Liche torturait ses seins de son épaisse langue. Il passait entre, les serrant, avant de venir jouer avec ses mamelons. L'orgasme semblait sans fin, s'échappant dans un bruit pervers et humide de la bouche squelettique de son nouveau maître. Mais cette salope cherchait encore à se débattre, à cracher verbalement sur le Sorcier qui ne répondait qu'en des rires sombres et rauques. Elle ne valait rien : ce n'était qu'une vulgaire succube sans pouvoirs. Une femme faible et fragile qui s'était endormie sur ses lauriers à force de traiter avec des hommes faibles, tombant si facilement sous le joug de quelqu'un ne jouant pas dans la même cour.

« Tu parles beaucoup.... trop. Je pense que je vais devoir te faire taire, et occuper cette petite bouche. »

Un autre rire sombre, et le voilà à ouvrir sa robe. C'est ainsi que devant les yeux de sa démone, il commença à créer sa verge. Une queue épaisse, large, une hambe parcourue de veines qui transportait le mana à travers le chibre. Le tout se terminait en un gros gland chaud, gorgé de magie, qui pointait vulgairement vers le visage d'Anouvanh. Et en dessous, comme pour terminer l'oeuvre d'art, ses bourses lourdes et rondes. D'un mouvement, il plaqua l'épaisse queue contre le faciès d'ange de sa chienne, dans un bruit pervers. Même si ce n'était qu'une création magique, le membre avait cette odeur âcre et sale du mâle en rut. Une odeur forte, qui démontrait de l'envie de sexe de son propriétaire. Et surtout : cette queue était inhumaine. Si large, si grande, si imposante. Bien au delà de tout ce qu'elle avait connu auparavant.

Comme pour montrer sa suprématie, sa domination, il vint bifler sa salope avec un regard pétillant. Le bruit de sa chaire chaude claquant son visage résonnait dans la pièce, avant qu'il ne vienne poser son gland contre ses lèvres, tout en saisissant sa tête.

« Maintenant, suce. »

Un ordre froid, brutal, qui fut accompagné d'un puissant coup de rein. Allister enfonça alors sa queue dans la bouche de sa chienne, sans même lui laisser le temps de répondre, de reculer, de respirer. Son chibre brûlant viola littéralement sa gorge, écartant tout sur son passage. Une bosse était même visible, dévorant le cou d'Anouvanh, à mesure où il s'empalait en elle. Elle pouvait sentir son goût fort, son odeur entêtante. Elle n'était ici qu'un simple trou à plaisir, le mâle prenant sa gueule comme il sautait ses amantes.

Il resta ainsi quelques secondes, avant de doucement retirer son chibre recouvert de salive... et recommencer, enchaînant les gorges profondes.

« Ta bouche est vraiment faite pour ça... »

Un nouveau rire, alors qu'il continuait, inlassablement. C'était une démone : elle n'avait pas besoin de respirer, ou en tout cas il le pensait. S'il l'empêchait de respirer, il s'en moquait. Si elle vomissait, il s'en moquait. Actuellement, elle était réduite à une simple tache : sucer, et servir de vide couille.

Pendant qu'il baisait vulgairement sa gueule, sa langue, elle, s'activa. Quittant ses lourds seins, l'organe buccal se glissa alors sous son bas, venant titiller sa petite chatte. Il se frottait contre son clitoris, contre ses lèvres intimes... Oui, il comptait la rendre folle. Lui faire perdre l'esprit. Que la seule chose qui reste soit son désir de faire jouir son maître, et qu'elle devienne la plus soumise de ses chiennes.

Il avait le temps. Tout son temps. Personne ne pourrait venir la sauver, elle était ici enfermée au fin fond d'un donjon. Elle ne pouvait rien faire d'autre que d'accepter, ou bien de continuer à se battre. Mais plus elle cherchera à monter, plus dure sera la chute.


Répondre
Tags :