Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

[TERRA] Nexus

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS Petites indécences entre amis
Inscrivez-vous

[TERRA] Nexus

1683 0

Le Grand Jeu

Administrateur

  • -
  • Messages: 129


  • Fiche

    Description
    Posteur de messages officiels.

[TERRA] Nexus

mardi 04 juin 2019, 20:04:30

Nexus

« Qui tient la mer tient le commerce du monde ;
Qui tient le commerce tient la richesse ;
Qui tient la richesse du monde tient le monde lui-même »

- Sir Walter Raleigh

  • Introduction

« Nexus-la-Grande », l’appelle-t-on parfois. D’aucuns l’idéalisent, d’autres la conspuent, mais tous en ont, au moins une fois, entendu parler. Nexus est au cœur du monde, carrefour commercial central, emmagasinant entre ses mains toutes les richesses du monde. Première puissance économique mondiale, elle est un colosse établi sur Terra depuis des millénaires, et, pour autant que la mémoire puisse s’en souvenir, a toujours exercé sur le monde un rayonnement culturel considérable. Elle est le phare qui guide les voyageurs égarés sur les mers, une monarchie éclairée dont l’idéal est toutefois à tempérer. La guerre contre Ashnard a exacerbé les failles de Nexus, révélé les craquelures et la pourriture qui se dissimule dans les recoins de son vernis doré.

  • Géopolitique Nexusienne

À l’inverse de son grand rival, l’Empire d’Ashnard, Nexus est une puissance hégémonique maritime et commerciale. Comprenez par là qu’elle ne cherche pas à dominer militairement les autres États, ou à dépasser ses frontières. Nexus s’estime bien assez grande comme ça, et considère que s’étaler davantage la rendrait impossible à gouverner. Plutôt que de diriger par la force, et en opprimant les autres peuples, elle les gouverne à distance, par le biais de l’économie, en s’assurant que les autres États soient obligés de passer par elle, et en pouvant ainsi imposer ses normes. En ce sens, Nexus est une digne représentante de la « soft power », une technique d’influence internationale qui exclue l’approche militaire et brutale, au profit du rayonnement culturel, économique, social...

Militairement parlant, Nexus se dissocie également d’Ashnard en ce qu’elle a, depuis des années, mis l’accent sur sa marine. Puissance économique et maritime, Nexus a besoin d’une marine forte pour protéger ses caravanes marchandes, et, d’un point de vue géopolitique, les Nexusiens sont favorables à un contrôle du monde qui passe par les mers et par l’eau. Le contrôle de la mer est en effet le postulat nécessaire pour contrôler les échanges commerciaux, qui passent en grande partie par la mer, ne serait-ce que parce que la terre est très dangereuse, en raison des monstres et des guerres qui la peuplent. La marine de Nexus est donc très performante, et est à l’origine de la domination nexusienne.

Pour autant, Nexus a dû, depuis quelques années, se doter également d’une infanterie, pour pouvoir contrer l’influence des Ashnardiens. Elle s’est ainsi posée en ultime rempart des hordes impériales, usant et abusant de la propagande pour diaboliser l’ennemi, et angéliser sa position, en se faisant passer pour le gardien de la vertu, du droit, de la justice, là où Ashnard est dépeinte comme un Empire démoniaque, tyrannique, et monstrueux.

L’influence de Nexus est considérable dans le monde entier. Elle a réussi à devenir un carrefour incontournable des échanges mondiaux, de sorte que son effondrement provoquerait une crise économique mondiale sans précédent.

  • Système politique

Nexus est une monarchie avec un système féodal. Comme dans tout système féodal, le pouvoir est exercé par l’aristocratie, qui s’organise en seigneuries et en domaines, et contrôle la population. Toutefois, au sommet du pouvoir, on trouve la monarchie. L’histoire politique de Nexus est tout à fait comparable à celle de la France, avec une centralisation croissante du pouvoir, et la volonté des monarques d’étendre leur autorité aux autres pouvoirs étatiques, notamment les nobles et les religieux. Actuellement, le pouvoir royal a su s’imposer à l’ensemble de Nexus, de sorte que le domaine royal se superpose à celui de Nexus, et que la loi de Nexus s’impose aux différents droits coutumiers issus de telle ou telle seigneurie.

Depuis toujours, Nexus n’a connu qu’une seule dynastie royale, celle des Ivory. Bien qu’un changement de dynastie ne soit pas prohibé par les ordonnances royales et les normes, il va de soi qu’un monarque qui ne serait pas issu des Ivory souffrirait d’un manque de légitimité populaire. Au surplus, les monarques nexusiens bénéficient de l’aide de l’Ordre Immaculé, car l’Ordre les reconnaît comme légitimes, en ce qu’ils représentent l’autorité de Dieu sur Terra.

Une grosse particularité de Nexus, par rapport au système féodal classique, est la présence d’une cité-État de taille considérable. C’est un élément de modernité qui a amené le pouvoir royal à devoir se moderniser dans son fonctionnement, afin de pouvoir gérer une telle concentration de population. Mais, pour autant, l’organisation féodale du royaume est toujours de mise.

Le pouvoir royal est exercé, non seulement par le souverain, mais aussi par l’intermédiaire du Conseil royal. Actuellement, c’est d’ailleurs le Conseil royal qui prévaut sur la Reine, celle-ci étant encore trop jeune pour gouverner. Le Conseil royal comprend des conseillers issus des différents classes sociales de Nexus, et est censé diriger au nom de l’intérêt souverain du peuple. Dans les faits, beaucoup de conseillers sont soupçonnés de corruption, et ont tendance à faire privilégier des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général de la Nation.

  • Histoire

L’Histoire de Nexus est riche. Il s’agit d’un royaume très ancien, à tel point qu’on associe Nexus à l’âge des Hommes, et que les historiens considèrent que l’Âge des Hommes a commencé le jour où Nexus a vu le jour. Pour autant qu’on s’en rappelle, Nexus a toujours été un royaume puissant et influent, qui a connu nombre de guerres et de conflits, et a toujours réussi à s’en tirer, et à s’enrichir.

La grande force de Nexus est qu’elle se trouve dans des terres très fertiles. Elle est près d’immenses forêts, lui fournissant du bois, au centre de grandes plaines permettant d’y faire pousser toutes les cultures possibles, de s’adonner à l’élevage, dispose de richesses maritimes considérables, et a accès à des gisements de matières premières importantes. Tous ces éléments ont permis à Nexus de s’ériger au cours des siècles, et, suite à ces multiples victoires militaires, les autres royaumes lui ont mangé dans la main, préférant négocier avec Nexus, que l’affronter en vain. Nexus dispose ainsi de multiples alliances politiques et autres traités avec différents royaumes.

Nexus n’a toujours connu qu’une seule dynastie royale : les Ivory. Ils tiennent Nexus depuis des millénaires, mais, récemment, la famille royale a été massacrée en grande partie. Nexus s’en est retrouvée presque décapitée, ce qui a engendré une crise politique dont on en ressent encore les remous. La Reine actuelle, Elena Ivory, est sous tutelle, le pouvoir étant entre les mains du Conseil de Régence, évolution du Conseil Royal, dont les inspirations sont floues. Le royaume connaît une vague croissante de corruption et de contestation sociale aux issues incertaines.

Enfin, Nexus a connu historiquement, du fait de son regroupement de population, d’importantes épidémies. Ces maladies ont contraint la royauté à considérablement investir dans la construction d’égouts pour permettre l’évacuation des eaux usées, des déchets, et assurer une meilleure hygiène. Nexus n’est pas pour autant à l’abri de nouvelles épidémies, mais a pu considérablement endiguer ce problème.

  • Géographie

Nexus est principalement une vaste cité-État, gigantesque, qui a émergé au fur et à mesure que les différentes villes la composant se sont regroupées. Toutefois, Nexus ne se limite pas qu’à sa cité-État, et ses terres s’étendent au-delà, incluant des forêts, des montagnes, et des colonies maritimes.

La cité-État est très grande, se dote d’un très grand port, et est dominée par l’immense Palais d’Ivoire, la forteresse royale, château aux murs d’albâtre qui réfléchissent la lumière du soleil à l’aube, et éclairent ainsi toute la ville. La cité est, quant à elle, divisée en de multiples quartiers, et s’organise autour de forteresses urbaines, des sortes de châteaux-forts locaux, qui font office de sièges administratifs, de prisons, et abritent les quartiers de la Milice.

Il existe une grande diversité économique et sociale dans Nexus, et les quartiers vont ainsi de riches arrondissements avec de grands manoirs et d’agréables rues pavées et élargies à des bas-fonds sinistres, où les rues sont encore en boue, et où les miséreux s’agglutinent, vivant sous la coupe réglée de gangs et de réseaux criminels plus ou moins influents. La corruption règne dans les bas-fonds, et certains quartiers tendent de plus en plus à devenir de véritables zones de non-droit.

Les zones les plus riches de Nexus sont les multiples marchés, notamment la Grande Place du Marché, une grande place circulaire de Nexus, qui abrite la traditionnelle foire marchande de Nexus, la plus grande foire du monde. On y trouve de tout, tout simplement.

Cité touristique par excellence, Nexus abrite quantité d’auberges, parmi lesquelles l’auberge du Coucher de Lune est invariablement la plus connue. Cette grande auberge brasse, en elle-même, toutes les différences culturelles et sociales du royaume.

Enfin, et suite au conflit contre Ashnard, Nexus a durablement fortifié ses défenses. Le long de sa frontière, les Nexusiens ont érigé des forteresses redoutables, véritables superforts qui servent à repousser les Ashnardiens, reliés entre eux et soutenus par un maillage de forteresses, de fortins, et de cités, le tout formant une impressionnante zone militaire, avec, ici et là, de grosses murailles.

  • Économie

Adepte de théories mercantilistes et libérales, Nexus est fondée sur la liberté, et sur la croyance que le marché a vocation à s’autoréguler, et que le rôle de l’État doit être atténué. Naturellement, en fonction des différents souverains, cette vision a connu des évolutions, certains Ivory étant davantage favorables à un protectionnisme étatique que d’autres. La doctrine majoritaire a néanmoins été de favoriser l’initiative privée.

Aujourd’hui, l’économie nexusienne est dominée par de grandes guildes marchandes qui ont su profiter de la mondialisation des échanges commerciaux pour continuer à s’enrichir. Ces guildes, qui assurent également des fonctions bancaires, ont ainsi la mainmise sur Nexus, et ce contrôle est fort. L’esclavage étant toléré, il est fréquent que, pour pouvoir honorer leurs dettes, certains Nexusiens s’asservissent auprès de leurs créanciers. Le Conseil royal n’a fait qu’encourager l’autonomie du marché.

Nexus connaît ainsi un problème important de distribution des richesses et d’inégalités sociales, phénomènes qui ont été aggravés par la guerre. Le conflit avec Ashnard a conduit la ville à devoir accueillir beaucoup de réfugiés, qui s’entassent dans les bas-fonds, et qui appauvrissent Nexus. L’économie nexusienne est ainsi gangrénée par différents facteurs, qui rendent la situation potentiellement explosive, et font courir chez les plus alarmistes un risque de guerre civile.

  • La société Nexusienne

Nexus est un État féodal, ce qui signifie que sa population se divise en plusieurs classes sociales :

Noblesse.
Au sommet du pouvoir, on trouve les nobles. Noblesse de robe et noblesse d’épée, on trouve aussi bien les nobles dans les coursives du Palais d’Ivoire que dans les châteaux-forts, brandissant leurs armes pour se battre. Les nobles de la capitale ont généralement perdu l’habitude de se battre, et forment un troupeau de courtisans dont la loyauté est sujette à discussion. La population a tendance à se méfier d’eux, et quelques raccourcis abusifs et simplistes assimilent les nobles de la capitale à des traîtres corrompus œuvrant pour leurs propres intérêts et ceux de leurs partisans, et les nobles des campagnes à des vassaux loyalistes fidèles aux Ivory;

Armée.
L’armée est liée à la noblesse, dans la mesure où les chefs militaires sont avant tout des nobles (du moins, surtout pour les armées seigneuriales). L’armée royale de Nexus comprend plusieurs corps : la Marine, la Milice urbaine (qui assure des fonctions de police), et l’infanterie. L’armée nexusienne n’a pas le même poids dans le pays que l’armée impériale. Tous les soldats ont juré de servir la Couronne, et, si les nobles peuvent avoir des armées privées, ils ont l’obligation de servir la Couronne. Les guerres privées sont toujours possibles, mais sont strictement encadrées. L’armée reste l’un des plus puissants soutiens de la Couronne, et on dénote plusieurs académies militaires, qui ont pour tâche de former des chefs d’armée. L’armée royale cherche ainsi à se professionnaliser et à se structurer davantage que dans le passé, en ayant des chefs militaires compétents, et en formant ses soldats ;

Prêtres.
La religion n’est pas à négliger à Nexus, surtout suite aux invasions ashnardiennes, qui ont renforcé l’influence de l’Ordre Immaculé. Le pouvoir royal s’appuie sur le pouvoir religieux. L’alliance du sabre et du goupillon a permis d’instaurer l’autorité des Ivory, qui sont perçus comme les garants, non seulement du pouvoir temporel, mais aussi du pouvoir religieux. L’Ordre Immaculé dispose ainsi de représentants au sein du Conseil royal, et cherche activement à instaurer à Nexus un culte exclusif, en diabolisant les autres cultes. Avec la paupérisation de la ville, la hausse de la corruption, les prêtres sont un contrepouvoir redoutable, et l’Ordre Immaculé tend à devenir de plus en plus extrémiste dans sa lutte contre les autres cultes, et dans sa volonté de s’imposer dans la direction des affaires publics ;

Bourgeoisie.
Relevant a priori du peuple, les bourgeois sont en réalité en train de symboliser la mutation de la société nexusienne, et de devenir une nouvelle forme d’aristocratie. Les bourgeois sont honnis par le peuple, et on y trouve, pêle-mêle, le simple commerçant et le riche maître d’une puissante corporation commerciale. Les bourgeois se sont organisés entre eux, formant des guildes et des corporations, et influent auprès du pouvoir pour restreindre la liberté d’établissement, et faire en sorte qu’un commerçant ne puisse pas ouvrir sa boutique sans être rattachée à une corporation. Les marchands et les négociants constituant l’arme diplomatique première de Nexus, ils disposent d’une relation privilégiée, et non moins complexe, avec la Couronne ;

Peuple.
Le « peuple » est un terme informel désignant aussi bien les serfs que les ouvriers et les dockers travaillant dans la ville, ou encore les réfugiés ou les immigrés ayant fui la guerre, ou pensant trouver fortune à Nexus. Officiellement, les bourgeois font d’ailleurs partie du peuple, mais constituent en réalité une caste à part, une classe sociale montante. Le peuple, au contraire, tend de plus en plus à s’appauvrir. Le « peuple » n’est toutefois qu’une notion très vague et floue, car Nexus est une société fondée sur le brassage social et le multiculturalisme. On trouve ainsi, au sein du « peuple », la petite bourgeoisie (les marchands qui ont du mal à rentrer dans leurs frais et mettent la clef sous la porte), les elfes et les nains qui vivent dans des quartiers qui leur sont souvent propres, les ouvriers, les mineurs, les dockers... Autrement dit, une foule de catégories sociologiques qui ne forment pas un ensemble unifié ;

Esclaves.
Les esclaves de Nexus sont, là aussi, différents de ceux qu’on trouve majoritairement à Ashnard. S’il y a, parmi les esclaves de Nexus, beaucoup de Terranides, bon nombre d’esclaves sont des gens qui ont choisi de devenir eux-mêmes des esclaves, ou ont été condamnés judiciairement à devenir esclaves pour rembourser leurs dettes. Ces « esclaves économiques » constituent la majeure partie des esclaves de Nexus, et sont, au demeurant, l’une des grandes raisons justifiant la survivance de l’esclavage : la possibilité, pour les créanciers, de pouvoir recouvrir leurs créances en faisant de leurs débiteurs des travailleurs qui ne toucheront pas de salaires, mais travailleront directement pour leurs maîtres, ou, à défaut, seront revendus. Les esclaves tendent ainsi à croître à Nexus, en raison de la crise économique qui traverse le pays.

  • Religion

Nexus est une société multiculturelle, et n’a pas de religion d’État. À ce titre, la cité-État tolère beaucoup de cultes, mais, dans les faits, Nexus dispose d’une liberté religieuse moindre qu’à Ashnard. En effet, Nexus est marquée par l’influence de l’Ordre Immaculé. L’Ordre a souvent aidé les Nexusiens en permettant de stabiliser certaines régions, ou d’apaiser les tensions sociales. L’Ordre Immaculé est donc puissante à Nexus, et, avec la décimation de la famille royale, l’Ordre a pu en profiter pour raffermir davantage son influence.

Sa volonté est aujourd’hui d’être déclarée religion d’État, de sorte que l’Ordre pourra déclarer païen et hérétique tous les autres cultes qui sont, pour l’heure, encore tolérés. L’Inquisition exerce une influence croissante à Nexus, surtout depuis la guerre, où les Nexusiens, craignant des vagues de possession démoniaque, se sont rués dans les églises.

Puissant, l’Ordre Immaculé soutient aussi le pouvoir royal, la doctrine officielle étant de considérer que les Ivory sont les représentants de Dieu sur Terra, et que s’attaquer à eux, c’est s’attaquer à Dieu.

  • Justice

Le droit nexusien bénéficie d’un fort rayonnement culturel. C’est un droit féodal assez développé dont la finalité est d’instaurer un droit national, qui prévaut sur la multitude des droits coutumiers locaux. En effet, système féodal, Nexus connaît une variété de systèmes juridiques différents, chaque seigneurie disposant de son propre droit. Il s’agit généralement d’un droit coutumier, fondé sur la jurisprudence et les décisions antérieures. Pour lutter contre ce système, la royauté a développé un droit écrit, afin de chercher à harmoniser la justice, et, surtout, à limiter les pouvoirs seigneuriaux, et à lutter contre les droits seigneuriaux abusifs, tels le droit de première noces, ou les taxes injustifiées.

À ce titre, Nexus a donc développé un système juridique royal, qui constitue autant une juridiction de premier que de second degré. Autrement dit, au sein de la cité-État, les juges exercent tous le droit royal, mais, hors des murs de la capitale, c’est le droit coutumier de chaque province qui continue à s’appliquer. Normalement, les différents vassaux sont censés appliquer le droit royal, mais les serfs ont droit de faire appel devant des juridictions composées de juges royaux.

Au-delà de ce système, en réalité, la justice nexusienne est de plus en plus bafouée, surtout au sein de la cité-État, où, sous l’effet de la corruption, de multiples quartiers n’appliquent plus les règles royales. Il s’agit essentiellement des bas-fonds de Nexus, où la corruption est particulièrement élevée.

À l’échelle internationale, l’œuvre juridique de Nexus a inspiré beaucoup de sociétés contemporaines, car tout système féodal voit la confrontation entre le pouvoir royal et les autres pouvoirs. En cherchant à limiter les cas de recours à la guerre privée, et en développant un droit national, Nexus a bénéficié d’un rayonnement qu’elle utilise abondamment aujourd’hui à des fins propagandistes, en se faisant passer pour la garante de l’ordre et de la raison contre l’Empire ashnardien, vilipendé comme un Empire où tous les abus seraient possibles.

  • Lieux notables

Pour conclure, voici une liste, non-exhaustive, des différents lieux importants à Nexus, ceux où le péon est susceptible de faire un tour, ou qui, à tout le moins, méritent une attention particulière.

LE PALAIS D’IVOIRE
Aussi vieux que Nexus elle-même, le Palais d’Ivoire est la forteresse royale. Bâti au cœur de Nexus, le Palais d’Ivoire est juché au sommet d’une immense falaise, et, depuis ses hautes tours d’albâtre, on peut y voir la ville s’étaler à perte de vue, au milieu de multiples falaises, ainsi que la mer, qui file à l’horizon. Le Palais d’Ivoire a une histoire aussi riche et complexe que Nexus elle-même. Le fort comprend de multiples passages secrets, dont la plupart ont été scellés et condamnés, et certaines légendes avancent même que le Palais aurait été construit à partir d’un ancien fort, qui se serait enfoncé dans la falaise.

Le Palais est en tout cas un grand ensemble, siège administratif du pouvoir, et accessible, pour certaines parties, au public. Ses tours blanches sont très particulières, car, quand le soleil se lève, elles réfléchissent ses rayons, et les diffusent dans toute la ville. Le spectacle est assez impressionnant, et, comme vous vous en doutez, le Palais peut largement être vu depuis la mer, où , le matin, il prend l’apparence d’un château de conte de fées.

L’AUBERGE DU COUCHER DE LUNE
L’auberge du Coucher de Lune est l’auberge la plus populaire de Nexus. Elle est une véritable ville dans la ville, et il faudrait plutôt parler d’elle au pluriel. En effet, le Coiucher de Lune est un grand bâtiment abritant plusieurs auberges, en fonction des préférences et des goûts de chacun. On préfère ainsi parler de « salon » pour désigner chacune des pièces du Coucher de Lune. Allant de la simple auberge bon enfant à des cabarets, on trouve de tout au Coucher de Lune. Représentations d’artistes, tournois de jeux, les sous-sols du Coucher de Lune abritent également des tripots et des salles de jeux. Le Coucher de Lune est un microcosme brassant toutes les ethnies sociales de Nexus.

Située au cœur de Nexus, l’auberge est une étape touristique indispensable pour tout voyageur voulant connaître Nexus. Il n’est pour autant guère recommandé de trop vouloir s’y attarder, car les activités qui se déroulent à l’auberge ne sont pas toutes légales, et on murmure que le Coucher de Lune s’adonne à de sombres pratiques dans ses sous-sols.

LES BAS-FONDS
Historiquement des quartiers populaires, où les artistes aimaient se perdre et où les filles faciles vous souriaient généreusement depuis la devanture de leurs portes, les bas-fonds désignent, désormais, de multiples quartiers marqués par la crise économique. Les touristes devraient y réfléchir à deux fois avant de s’y aventurer. Dans la plupart de ces quartiers, on peut se faire dessouder pour quelques piécettes. Les gangs et les trafics font la loi, avec la complicité des pouvoirs publics, qui ne sont pas assez bien équipés, ou suffisamment motivés, pour faire régner l’ordre et la loi. La criminalité a toujours existé à Nexus, mais elle n’a fait que s’amplifier ces dernières années, et les bas-fonds de Nexus en sont la démonstration la plus parlante.

Ces quartiers sont dangereux, non seulement en raison des brigands qui y vivent, mais aussi en raison des monstres qui sont susceptibles de vous attaquer. Il existe d’ailleurs une corrélation entre les deux. S’encombrant peu d’hygiène publique, les bandits qui tuent leurs rivaux abandonnent souvent les cadavres dans les caves, dans les égouts, voire au fond de ruelles sinueuses, et les morts ont tendance à attirer les monstres. Et encore, même sans ça, les criminels qui utilisent les égouts et les souterrains de Nexus pour faire de la contrebande permettent aussi aux monstres vivant dans les profondeurs de s’enfuir en hauteur.

Officiellement, les « bas-fonds » n’existent pas. Ce terme informel ne figurera jamais dans un rapport officiel, mais, comme il faut appeler un chat un chat, tous les Nexusiens, entre eux, parleront de ces quartiers par l’appellation qui leur convient le mieux : des bas-fonds.

Remarque finale importante, tous les quartiers populaires ne sont pas devenus des bas-fonds, et, inversement, il existe aussi certains arrondissements qu’on inclue dans les bas-fonds qui n’en sont pas, notamment certains quartiers à forte population ouvrière, qui ont également souffert de la crise.

LA PLACE PUBLIQUE
La « Place Publique » est l’un des noms officiels qu’on donne à la « Grande Place du Marché ». Il existe en effet de multiples places publiques à Nexus, mais la Place est bien connue des Nexusiens. C’est ici que, chaque Dimanche, la Foire de Nexus se réunit, et également là que, plus rarement, les grandes foires s’établissent. On trouve de tout à la Place du Marché, presque de tout. C’est le plus grand marché mondial, et tous les négociants du monde veulent s’y faire une place. En réalité, la seule chose que vous ne trouverez pas, du moins dans les stands officiels, concerne la haute technologie tekhane, puisque prohibé à la vente à Nexus. Cette notable exception mise à part, vous pourrez trouver vêtements, joailleries, nourritures en tout genre, esclaves exotiques, meubles, gemmes magiques, épées, artefacts, armures... Et arnaques en série.

LE MONDE SOUTERRAIN
La cité-État de Nexus se dresse, non seulement sur la surface, mais aussi en-dessous. Et, sous Nexus, c’est un véritable monde souterrain qui se dresse, une seconde ville, où la loi n’a plus cours. On trouve principalement les réseaux d’égouts, qui sont utilisés par les contrebandiers pour acheminer des marchandises sur le sol nexusien, ainsi que les patrouilles de gardes venant les traquer... Et, surtout, les monstres, qui viennent depuis la mer, et passent par les égouts, se nourrissant des déchets de la ville, et parfois des quelques humains suicidaires qui passent les voir. Pour ces raisons, l’accès aux égouts est interdite au public, et les portes qui permettent d’y accéder sont verrouillées... Sauf pour celles situées dans les bas-fonds, où ile st fréquent qu’elles soient forcées.

Outre les égouts, les souterrains de Nexus abritent aussi un ensemble de grottes et de catacombes, ainsi que des cryptes ancestrales. Là encore, ces endroits sont dangereux, car les cryptes abritent des monstres, voire des sectes maléfiques adorant quelques divinités infernales et s’adonnant au sacrifice humain. Enfin, certaines rumeurs font état de groupements de gens qui ont fui dans les souterrains pour tenter d’y mener une vie meilleure, mais il ne s’agit probablement que de rumeurs, non ?

LES PROVINCES DE NEXUS
Au-delà de la cité-État, Nexus comprend de multiples provinces et seigneuries très traditionnelles. Ces provinces sont organisées autour d’un château-fort central, qui abrite le domaine du seigneur local, et selon des hiérarchies féodales classiques. On trouve ainsi de grands duchés qui découpent Nexus en plusieurs secteurs, puis des baronnies, des comtés, jusqu’aux villes, chaque circonscription administrative ayant un seigneur à sa tête.

LES COLONIES MARITIMES
Les colonies maritimes sont un ensemble d’îles conquises par Nexus, qui peuvent être, soit peuplées, soit abandonnées, soit militaires. Ces colonies résultent de l’expansion maritime de Nexus, et du besoin de sécuriser la côte. Les colonies sont assez nombreuses, très éparpillées, et, pour en assurer la protection, Nexus a construit, ici et là, des arsenaux et des forts maritimes, qui permettent à sa marine de se déployer rapidement, essentiellement pour lutter contre les pirates, les vagues de monstres, ou les navires impériaux qui viennent attaquer les côtes.

LA FRONTIÈRE
La frontière de Nexus est une zone militaire fortifiée importante, surtout depuis le conflit avec Ashnard. Nexus a déployé des moyens financiers considérables pour protéger l’entrée sur son territoire, et la frontière dé »signe désormais un ensemble de forteresses, le tout formant un maillage territorial destiné à pouvoir repousser les invasions impériales. C’est une zone très grande, et l’un des grands projets défensifs actuels à Nexus est de construire une grande muraille qui recouvrirait toute la frontière. Pour l’heure, il n’y a que des portions de murs, et il existe encore, notamment dans les zones montagneuses ou forestières, de grandes ouvertures. Néanmoins, Nexus a placé des forteresses à peu près partout, de sorte que son armée puisse rapidement se déployer pour repousser des envahisseurs indésirables.

  • Pour aller plus loin

Envie d'en savoir plus sur Nexus ? Voici quelques compléments de script qui pourront susciter votre intérêt :

Castlequisianni, cité-marchande indépendante entretenant d'étroits liens avec Nexus ;
Aspects géopolitiques de Nexus, pour un complément d'information sur la cité-État ;
Relations internationales de Nexus, pour un complément d'informations sur les relations entre Nexus et les autres puissances du globe.
Empire de Vapeur, description d'un État économiquement allié à Nexus.



Spoiler (cliquer pour montrer/cacher)
« Modifié: mercredi 18 décembre 2019, 23:40:08 par Keira Metz »


Répondre
Tags :