Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Whitney Dahmer

Pages: [1] 2 3
1
Centre-ville de Seikusu / Re : Une égérie de choix. [White Rabbit]
« le: février 11, 2019, 03:37:45 pm »
La rockstar attendait dans sa chambre, les rideaux étaient fermés, il faisait noir. Il était en caleçon noir sous un long peignoir bleu marine. Comme à son habitude, il bouquinait un peu, des livres parlant de religion, de politique, d'ésotérisme, bref, des sujets dont les fondements étaient de la même nature selon lui. Ce soir-là, c'était un livre d'ésotérisme et plus précisément sur la Kabbale, un outil issu du judaïsme visant à apporter des  réponses à des questions existentielles telles que l'origine de l'univers, le rôle de l'homme et son avenir. La Kabbale se sert de la figure de l'arbre de vie pour représenter symboliquement les lois de l'univers. C'était le genre de sujet qui intéressait fortement Dahmer. Il resta plongé dans sa lecture jusqu'à être perturbé par quelque chose. Il détourna les yeux de sa page et regarda autour de lui, découvrant une étrange vapeur rosâtre qui se répandait dans la pièce, dans tout l'appartement même. Il se doutait bien de l'origine de cette vapeur, c'était encore un coup de sa précieuse égérie. Elle semblait posséder des pouvoirs mystérieux. Dahmer ne se doutait pas d'à quel point ils étaient importants. Il posa son livre sur sa table de chevet, tourna la tête en direction de sa porte de chambre et y découvrit White Rabbit qui se tenait face à lui, droite et toute en sensualité -sa tenue y contribuait davantage-. Il l'observa marcher dans sa direction, sans bouger, et se laissa plaquer sur le lit une fois qu'elle était montée sur lui. Les paroles de cette dernière confirmèrent ce à quoi Dahmer pensait, et son baiser également : cette situation l'excitait beaucoup. Il se laissa embrasser, sans y mettre du sien, posa ses mains sur les épaules de White Rabbit et la repoussa légèrement. Il se rappelait qu'ils étaient toujours dans un rapport de force, et cette fois-ci, la domination aurait une dimension sexuelle, le rockeur avait compris qu'il aurait du mal à maintenir son invitée, d'autant plus que ses pouvoirs pourraient jouer en sa défaveur.

« D'accord White Rabbit, puisque tu veux jouer, nous allons jouer. »

Dahmer voyait cette situation comme un jeu. Au fond de lui, il espérait bien être surpris par les pouvoirs de White Rabbit, afin de varier un peu ses relations sexuelles. Il avait confiance en elle, il ne l'avait choisie pour rien, il savait qu'elle était capable de grandes choses. Il alla poser ses mains sur les cuissardes blanches de la jeune femme et les fit glisser jusqu'à ses fesses qu'il pressa légèrement, la regardant d'un air aguicheur. Il déplaça son doigt jusqu'aux lèvres de White Rabbit et le rentra doucement dans sa bouche.

« Ce doigt représente le parcours que ma langue ainsi qu'une autre partie de mon corps va effectuer ce soir. »

Il sortit le doigt de sa bouche et le fit glisser tout le long du corps de White Rabbit en passant par son cou, ses seins (et plus précisément, à l'endroit de son téton), son ventre et ses hanches, ses cuisses, ses fesses, et un tour entre ses fesses jusqu'à son entrejambe, endroit où il exerça une légère pression.

« Partageons nos corps, je veux connaître le moindre recoin de ton intimité ma belle. »

Il se redressa d'un coup et plaqua la jeune femme sur le lit en la maintenant par les poignets. Il approcha ses lèvres des siennes et dit sensuellement :

« Notre petit jeu va pouvoir commencer. J'espère que tu es prête, je vais te baiser comme jamais. »

Il lui mordit les lèvres avant de l'embrasser intensément et langoureusement, prenant un malin plaisir à mêler sa langue à la sienne. Il l'embrassa jusqu'à ce que chacun éprouve des difficultés à respirer.

2
Dahmer était allongé sur le lit de sa chambre d'hôtel, portant un simple caleçon, le calme régnait dans la pièce. Il était en train de lire un livre parlant de sciences occultes et de religion, une source d'inspiration pour de futures chansons. Il était arrivé il y a quelques heures, il s'agissait d'un hôtel appartenant à un grand studio de l'industrie musicale, un hôtel mis à la disposition des artistes. Chacun des membres des Spooky Kids avaient leur propre chambre, Dahmer se trouvait au troisième étage. La raison de sa venue était liée à une autre artiste, une dénommée "Novaa", que le rockeur avait rencontré quelques temps auparavant lors d'un festival. Elle ne faisait pas de rock, se concentrant essentiellement sur de la J-Pop avec un mélange d'électro et de rap, mais Dahmer trouvait qu'elle avait une réelle attitude de rockstar -côté qu'il appréciait beaucoup- au vu de ses passages à la télévision et de la discussion qu'il avait pu tenir avec elle lors de la soirée du festival, mettant en évidence son fort caractère. La naissance d'une idée de projet en collaboration ne tarda pas à arriver. C'était donc d'après ce contexte que Dahmer et le reste du groupe se retrouvèrent en ces lieux la veille. C'était la première fois qu'ils mettaient un pied dans cette ville. Cette collaboration mènerait certainement à un mélange des genres entre le rock et le hip hop, mélange encore plus prononcé que ce qu'ils faisaient parfois avec le claviériste du groupe et également ancien rappeur. Cette perspective intéressait particulièrement la rockstar, aimant faire des choses différentes tout en conservant l'origine de son art histoire de ne pas sombrer dans la monotonie.
Après un certain temps de lecture, Dahmer jeta à oeil à l'horloge lui faisant face sur le mur opposé : il était midi, bientôt l'heure de se déplacer au studio pour rencontrer sa future partenaire. Il se leva du lit et se dirigea vers la salle de bain pour se débarbouiller un coup. Il se maquilla légèrement, mettant du rouge-à-lèvres et du fard à paupières sur son visage ainsi qu'une lentille blanche sur son oeil gauche. Il se coiffa, enfila une chemise noire dont il retroussa les manches jusqu'aux coudes ainsi qu'un pantalon de la même couleur. Il sortit de la pièce, alla chercher ses gants en cuir qu'il mit à leur tour et quitta sa chambre d'hôtel munit de sa guitare acoustique, prêt à revoir Novaa dans le style dans lequel il se sent le mieux. Il prit bien soin de fermer à clé la porte de sa chambre.
Il monta dans l'ascenseur et descendit au rez-de-chaussée, se dirigeant vers la sortie de l'hôtel en passant par la réception.

« Mes gars sont déjà sortis ? »

«Non monsieur.»

Dahmer soupira, se disant qu'ils avaient encore consommé trop de drogues la nuit dernière et qu'ils étaient dans l'incapacité de se lever. Qu'importe. Ça ne l'aurait pas non plus dérangé de prendre quelques substances divers et variées mais, l'inspiration qui fusait en lui à l'approche de sa rencontre avec Novaa le dispensait d'en consommer. Il se foutait pas mal que ses collègues manqueraient peut-être à l'appel, en la situation actuelle, il n'avait pas besoin d'eux. Il alluma une cigarette en sortant de l'hôtel et marcha jusqu'au studio qui était situé juste à côté de ce dernier. Il laissa tomber son mégot au sol, l'écrasa avec son talon et entra dans le bâtiment. C'était un énorme immeuble, d'une ampleur sans précédent. Il devait y avoir des dizaines et des dizaines de studio d'enregistrement. Plusieurs personnes marchaient dans les couloirs et s'arrêtaient lorsqu'ils croisaient Dahmer qui allait droit vers le studio qu'on lui avait assigné, sans doute impressionnés et surpris par sa présence en ces lieux.
Au bout d'un moment, il croisa un gars ayant plus ou moins la même corpulence que lui mais étant son exact opposé en ce qui concerne l'apparence : un blond tout de blanc vêtu. Dahmer le connaissait bien, c'était Paul Preckle, plus connu sous son nom de scène "Pogo". Il faisait lui aussi du rock'n'roll et une chose est sûre, ils n'étaient pas du tout en bon terme. Preckle avait du mal à accepter le fait que Dahmer l'avait dépassé au point de vue de la notoriété, considérant son travail comme une purge et considérant qu'il lui avait tout volé. Dahmer afficha un sourire moqueur lorsque leurs yeux se croisèrent.

« Tiens donc, Pauly, ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vu. Je pensais qu'on accueillait que les grandes stars ici ! »

« Ben visiblement non, je t'aurais pas croisé ici sinon. »

Les deux hommes continuèrent de marcher jusqu'à se croiser, entrechoquant leurs épaules. Ils s'observèrent un moment avant de reprendre leur chemin.

« Salue Franckie de ma part et dis lui que je lui dédierai un morceau dans mon prochain album, "Fuck Franckie", haha. »

"Franckie", Franck Severa était l'ancien manager du groupe de Dahmer. Il les avait abandonné en leur volant une belle somme d'argent et était à présent le manager de Paul. Il avait vraisemblablement misé sur la mauvaise personne. Dahmer arriva finalement à son studio et entra. D'énormes tables de mixage étaient présentes à l'intérieur de celui-ci, plein d'instruments différents étaient stockés et mis à la disposition des artistes. Son studio privé à son appartement était déjà pas mal riche en instruments, mais rien de comparable à celui-là. La rockstar avait plusieurs dizaines de minutes de retard mais vit qu'il n'y avait personne. Forcément, ça devait arriver. Il se posa sur l'un des sièges et joua quelques accords sur sa guitare acoustique, attendant avec impatience la venue de Novaa.

3
Centre-ville de Seikusu / Re : Une égérie de choix. [White Rabbit]
« le: février 04, 2019, 10:24:20 pm »
« Oh, tu as peur du noir ? »
 
Cette question n'attendait pas de réponse, Dahmer se doutait du sous-entendu qui se cachait derrière cette phrase. La situation l'amusait toujours plus de seconde en seconde, atteignant l'apogée lorsque White Rabbit déclencha d'elle même l'installation audio de son salon, libérant une musique rock dans toute la pièce. Cette musique confirmait les pensées de Dahmer : cette femme avait du goût. Ils avaient tous les deux du goût, et leur collaboration serait très certainement grandiose. Sans s'en rendre compte, il sentait que son coeur s'emballait. Il écoutait la chanson et discutait avec son invitée tout en retirant les bijoux qui se trouvaient sur ses mains et en retirant également le vernis noir posé sur ses ongles. Il posa sa coupe de champagne sur la table basse, se leva du canapé, ôtant les faux-cils placés sur son oeil droit, et se dirigea vers son studio d'enregistrement et de mixage en emmenant White Rabbit avec lui. Il la fit rentrer à l'intérieur ce qui lui permit de découvrir une pièce totalement insonorisée, une véritable bulle extérieure au reste du monde. Des disques d'or et de platine étaient fixés aux murs et plusieurs guitares étaient appuyées sur ces derniers. Un carnet était posé sur une petite table. Dahmer le saisit et le consulta, parcourant les pages remplies de textes et de brouillons. Il s'arrêta sur une page comportant une liste, une liste de titres visiblement, dont certains étaient barrés. Il s'empara d'un stylo et rajouta trois titres en quelques gestes de poignet. Il finit par dévoiler le contenu de la page à sa charmante égérie.
 
« Bound Souls
1. Devil With The Scabbed Horns
1. Rabbit With The Scabbed Ears
2. Rock Me Baby
3. King Of Nothing
4. From Another World
5. Deep Misanthropy
6. Cri$i$
7. D Is For Dirty
7. B Is For Bunny
8. Black Nails
9. Dope Fiend At Home
10. D. I. E.
11. White Pow(d)er
11. White Killer
12. Bound Souls
»

Il s'agissait là de la tracklist du nouvel album des Spooky Kids, "Bound Souls". La moitié des titres avait déjà été enregistrée et mixée, d'autres morceaux n'en étaient encore qu'à l'état de démo. Dahmer venait de modifier trois titres, une réécriture de ces derniers était nécessaire. Avec l'inspiration que lui apportait White Rabbit, ce n'était pas un problème. Il se munit d'une télécommande et se tourna vers la jeune femme.
 
« Cet album va commencer fort. "Rabbit With The Scabbed Ears", voilà pour l'entrée en matière. Un riff bien lourd. »
 
Il passa la démo de la musique en question qui devait être réenregistrée avec des instruments plus "clairs" et mixée de manière plus propre. La musique retentit dans toute la pièce, cette mélodie était bien plus sombre et pesante que ce qu'il avait fait jusqu'à présent. Lorsque cette dernière se calma après le premier gros riff, Dahmer se mit à chanter doucement, d'une voix à la fois sensuelle et malsaine. Il changea les paroles instinctivement en s'approchant de White Rabbit doucement.
 
« She is the rabbit with the scabbed ears - hard-drug face... she wanna powder her nose... »
 
Il se glissa derrière elle, glissant ses mains le long de ses hanches et continuait de chanter doucement à son oreille, humant le parfum qui se dégageait d'elle. Comme ça arrivait rarement, la rockstar était au naturel, pas de maquillage, ni de teinture ou de lunettes. Un désir inconscient voulait que White Rabbit puisse le voir tel qu’il est réellement sans tous ces artifices - il faut dire qu’il était plutôt bel homme -. Il ôta ses mains des hanches de son invitée lorsque la démo de la musique s’arrêta avant le second gros riff et alla remettre le carnet d’idées à sa place. Il venait de présenter à la jeune femme les bribes de la future tournée. Dahmer jeta un oeil à l’horloge du studio.

« Il se fait tard et nous devons être en forme pour bosser sur le projet demain. Si tu veux prendre une douche, il y a tout ce dont tu as besoin dans la salle de bain. »

Ils sortirent du studio et Dahmer pointa du doigt l’endroit où se trouvait la salle de bain.

«  Je t’attends dans le lit pour te rassurer alors, ma belle. »

4
La réponse d'Eirin confirmait ses doutes, elle avait bel et bien des soucis d'identité. Dahmer continuait à l'écouter, il la laissait parler, il savait qu'au bout d'un moment elle lui dira ce qu'elle lui cache. Quand cette chose sera dévoilée, il contait bien aider la jeune fille à gérer la situation, et il avait déjà une petite idée du moyen pour y parvenir. Cette fois-ci, elle lui parla d'âme, cette discussion prenait une tournure intéressante, s'engageant à présent dans le domaine de la métaphysique. C'était un sujet de discussion intéressant qui ne laissait place qu'à la subjectivité, il fallait avoir une bien grande arrogance pour en parler en affirmant apporter un jugement objectif. À nouveau, Dahmer réfléchit un court instant avant de répondre.

« Oui, j'y crois. »

Après cette brève réponse, il alla ouvrir le tiroir d'un meuble à côté de son salon -le même sur lequel il prit le miroir- et fouilla dedans jusqu'à trouver une photo qu'il présenta à Eirin. Cette photo montrait Dahmer, plus jeune, lorsqu'il était à l'aube de l'adolescence, dans son jardin en compagnie de son chien. Il était tout fin, voire maigre, son visage incarnait l'innocence et son regard était très léger, un regard associant le fait d'être dominé plutôt que celui d'être dominant. Il avait beaucoup changé depuis cette époque, beaucoup plus grand, avait pris en carrure, ses bras, ses mains et ses doigts sont à présent couverts de tatouages relevant du blasphème pour certaines personnes, son hygiène de vie n'était pas des plus recommandables étant donné la quantité d'alcool et de drogues qu'il consommait. On ne peut pas croire que ce soit lui sur la photo. Il montrait cette image à Eirin pour justifier la réponse à sa question.

« Mon âme avait bien trop d'ambition pour se permettre de rester dans ce corps de perdant, dans ce corps sensible à la moindre peur. Au final, elle a pris le dessus sur ce dernier, il le fallait, c'était une condition nécessaire à la poursuite de son existence. Je ne serais plus de ce monde je pense si je n'avais pas effectué ce changement. Le ver, l'asticot a mué en homme. »

Il rangea la photo à la même place et referma le tiroir. Ça devait être la première fois dans sa vie qu'il montra cette photo à quelqu'un.

« Ça peut sembler bizarre que quelqu'un comme moi, toujours en train de rejeter la religion et l'idée du sacré, pense que l'âme existe et se dissocie du corps. Mais tu sais Eirin, je n'ai jamais détesté le "seul vrai Dieu", s'il existe, mais plutôt celui des personnes que je déteste. Mais l'idée de choquer me plait, ça fait souvent ressortir les véritables apparences. »

Il revint s'asseoir à côté de la jeune fille. Il avait avec elle des discussions qu'il entretenait avec les autres membres du groupe lors de soirées de répétition autour de quelques verres d'alcool et de quelques prises de drogues. Il lui avait expliqué sa façon de voir les choses. Maintenant, c'était à elle de s'expliquer, c'était à elle de libérer son âme, elle aurait beaucoup de choses à dire, Dahmer en était certain.

« Maintenant Eirin, j'attends ta réponse : ton âme est-elle en phase avec ton corps ? Deux options se présentent à toi. La première, les deux sont en harmonie, dans ce cas tout va bien. Et la deuxième, si ce n'est pas le cas, il va falloir adapter ce corps à ton esprit, sinon... le suicide sera l'option pour libérer ton âme. »

5
Centre-ville de Seikusu / Re : Soirée Pizza [PV Camélia Y.]
« le: janvier 21, 2019, 07:22:41 pm »
« Oh oui, je suis prêt Camélia. »

Dahmer contempla la tenue que portait Camélia pendant un bon moment, il l'observa des pieds à la tête, aimant particulièrement la robe portée par cette dernière qui mettait bien son corps -et ses formes- en valeur. Ses talons noirs lui faisaient des jambes sublimes. Dahmer la fit entrer dans son salon et prit les pizzas pour les déposer sur la table basse. Il invita la livreuse à s'asseoir sur son canapé, se dirigea vers la cuisine et revint près d'elle accompagné de deux coupes de champagne pleines. Il donna une coupe à Camélia avant de trinquer un coup. Il but une gorgée de champagne et posa son verre sur la table basse. Il regarda encore une fois la tenue de son invitée et regarda ensuite la sienne, il était en peignoir et en pantoufles. Il comptait arranger ça. Il glissa une main sur la hanche de la jeune fille, et approchant sensuellement ses lèvres des siennes, la fixant dans les yeux :

« Laisse-moi cinq minutes beauté, je vais me changer en vitesse. »

Il se précipita vers la salle de bain pour modifier sa tenue et ressortit comme prévu cinq minutes plus tard. Il était lui aussi habillé tout en noir : chemise, pantalon et chaussures compris. Une chaîne en argent passait sous le col de sa chemise et il s'était remis du vernis bordeaux aux ongles de la main. Quelques bagues étaient placées sur plusieurs doigts. Il revint s'asseoir à côté de Camélia.

« Alors, comment vas-tu ces temps-ci ? »

Il ouvrit les boîtes à pizzas, découvrant qu'elle avait bien respecté sa requête : il y avait plein de belles choses sur celles-ci. Il laissa Camélia se servir en première et prit une part ensuite. La pizza était exquise. Il écoutait la jeune femme en mangeant. Il la connaissait depuis un moment, il fut d'ailleurs très surpris lors de leur première rencontre lorsque la livraison prit une tournure inattendue. Il s'était toujours posé des questions quant à ces évènements. Ça n'était pas étonnant si elle était déjà fan de lui mais... il sentait qu'autre chose se cachait derrière, et il comptait bien découvrir quoi. Mine de rien, il s'était attaché à cette fille, une certaine complicité s'était créée entre eux. Elle n'était pas juste un bouche-trou qui venait occupait ses soirées d'ennui comme pourrait l'être d'autres femmes, il appréciait réellement passer du temps en sa compagnie, à parler de différentes choses, de leurs passions, envies du moment, Camélia lui parlait de sa vie, Dahmer lui parlait de musique, ils avaient toujours des choses à se dire. À force, il avait compris que son sourire chaleureux cachait quelque chose de très sombre.

« Elles sont très bonnes ces pizzas. Tu as fait un bon choix. »

Il avait fini son verre de champagne.

6
Le temple Shinto / Re : Rencontre d'un autre monde [Nikki]
« le: janvier 21, 2019, 12:18:14 am »
« Prends moi ! »

Dahmer était amusé par l'engouement de la Déesse lors de leur petite partie de jambe en l'air. Il pensait que les Dieux avaient une vertu qui ne pouvait fléchir, un comportement qui ne changeait pas. Ici, Nikki voulait juste prendre son pied, comme n'importe quelle femme qu'il avait rencontré jusqu'alors. C'était une lourde tâche qu'il avait à accomplir : combler les désirs d'une divinité.

« Avec plaisir Déesse... »

Il frotta son sexe contre celui de Nikki avant d'entrer doucement en elle, la plaquant toujours sur le lit, et commença ses va-et-viens. L'intérieur de son vagin était égal à celui de sa bouche : extrêmement confortable, Dahmer n'avait jamais ressenti ça. Il continua ses mouvements en malaxant la poitrine de la Déesse.

« Comment je m'en sors Nikki ? »

7
Dahmer ouvrit son frigo pour y sortir une bouteille de jus de fruit et remplit un verre, conformément au souhait de son invitée. Il trouvait qu'elle était bien vite à l'aise et n'avait pas l'air intimidée pour un sou, c'était rare lorsque des fans le rencontraient et ça l'amusait. Il mit une paille dans le verre, une tranche de citron sur le rebord de ce dernier et apporta la boisson à la jeune fille. Il s'assit à côté d'elle dans le canapé en fumant toujours sa pipe tranquillement. Il écoutait attentivement ce qu'elle racontait. Il sentit rapidement qu'il y avait quelque chose qu'elle essayait de cacher à travers ses doutes et ses questionnements mais il ne voulait pas rebondir dessus maintenant, c'était encore trop tôt, ils venaient à peine de se rencontrer. Il souffla une nouvelle fois la fumée de sa pipe avant de répondre à Eirin.

« C'est une question assez complexe que tu me poses là, Eirin. Ce que j'ai déclaré à l'interview de tout à l'heure ne vaut que pour un cas en particulier, dans ce monde, il y a de réelles personnes qui sont au plus bas, n'ayant plus rien à perdre et donc n'hésitent pas à mettre fin à leur vie d'eux mêmes. Enfin, ils pensent qu'ils n'ont plus rien à perdre jusqu'à ce que quelqu'un intervienne pour les empêcher de passer à l'acte. Dès cet instant, je considère que celui qui choisit d'interrompre le suicide de quelqu'un d'autre détient entre ses mains la suite de la vie de cet individu. Son acte s'accompagne de grandes responsabilités. Il ne faut pas chercher à sauver quelqu'un pour se donner bonne conscience. Par cet acte de sauvetage, tu décides de donner de l'importance à sa vie misérable, tu penses qu'il y a encore des choses qui sont présentes pour lui permettre de remonter la pente... alors à toi d'exploiter ces choses-là pour éviter d'avoir été l'auteur du prolongement de la souffrance de quelqu'un. »

Dahmer tira une dernière fois sur sa pipe, tout le contenu avait été consommé. Il la posa sur sa table basse. Il avait donné beaucoup d'explications, ce n'était pas son genre, sûrement à cause des substances qu'il venait de fumer qui pouvaient modifier ses discours et sa façon de parler. Il fixa Eirin un long moment, sans dire un mot. Il semblait sonder l'intérieur de son esprit. Il afficha finalement un sourire en coin.

« Tu n'as pas l'air de te sentir parfaitement bien dans ta peau. »

Il se leva et alla chercher un petit miroir posé sur un meuble près de son salon pour se regarder dedans.

« Moi aussi avant je ne l'étais pas. Puis je l'ai rencontrée... la métamorphose, la transformation physique. Ça en a choqué plus d'un lorsque je me suis montré avec ce style extravagant, ce maquillage qui faisait que j'étais méconnaissable. Mais ça m'a aidé à forger mon identité, celui que j'étais réellement. »

Il se retourna vers Eirin, plaçant le miroir face à elle pour qu'elle s'observe. Il voulait voir sa réaction qui en dirait long sur ce qu'elle ressentait intérieurement. Il avait chez lui tout le matériel qu'il fallait pour l'y aider. Comme lui, et selon l'un des concepts de ses albums, elle passera de l'état de "Ver" à l'état d' "Homme" pour finir par devenir le "Destructeur". Cette jeune fille lui ressemblait beaucoup lorsqu'il avait le même âge.

« Est-ce que le reflet que tu vois dans le miroir te correspond ? Est-ce toi ? Réfléchis bien à cette question. »

Dahmer avait l'impression qu'il pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert et il savait pertinemment que c'était ce qu'elle était venue chercher.

8
Prélude / Re : Joy the (horny) officer
« le: janvier 20, 2019, 11:12:22 pm »
Bienvenue ! J'ai bien envie de me faire arrêter...

9
Blabla / Re : J'offre mon corps à....dix
« le: janvier 20, 2019, 11:09:14 pm »
Huit moi aussi... wait je ne l'ai jamais suivi

10
Le soleil se couchait, Dahmer était rentré dans son appartement de luxe, fatigué de sa journée. Son premier réflexe lorsqu'il mit un pied dans son chez lui fut d'aller se démaquiller, de retirer ses bijoux et de prendre une douche pour se sentir bien frais pour la nuit. Il se sécha les cheveux et le corps, coiffant sa tignasse rouge sur le côté, et enfila un peignoir bleu foncé ainsi que des grosses pantoufles roses. Il ouvrit un tiroir contenant plein de lunettes de soleil différentes et prit une paire dont les verres étaient rouges et en forme de coeur qu'il mit sur son nez aussitôt. Il alla dans son salon, alluma la télé sur une chaîne diffusant les informations, sortit une pipe en bois et un petit sachet contenant du cannabis et les posa sur la table basse de son salon. Il s'assit sur le canapé et prépara sa pipe, effritant le cannabis et le mettant dedans, avant d'allumer le tout et de commencer à fumer posément. Dahmer aimait beaucoup ces moments de détente du soir. Les infos passées, il prit la télécommande de la télé et changea de chaîne continuellement, ne trouvant rien d'intéressant à regarder à la télé. Il finit par entendre une sonnerie. Il se leva du canapé et se dirigea vers le boîtier permettant de laisser entrer des gens dans l'immeuble en ayant une idée de la personne qui venait de sonner. Cette idée se confirma lorsqu'il regarda à travers l'écran et reconnut la jeune fille qu'il avait croisé lors du festival de Wildstock à qui il avait donné ses coordonnées. Elle n'avait pas perdu de temps. Il appuya sur le bouton pour ouvrir le portail, la porte de l'immeuble et appuya ensuite sur le bouton du haut-parleur.

« Ascenseur à gauche, c'est mon ascenseur privé, monte au quatrième étage. »

Il déverrouilla l'ascenseur pour la laisser monter, impatient de faire connaissance avec elle. Il l'attendait en peignoir à sa porte vitrée, toujours en fumant sa pipe, maintenant extrêmement détendu. Il la vit sortir de l'ascenseur à travers ses lunettes en forme de coeur et lui laissa le temps de découvrir l'intérieur de son appartement : des murs recouverts de tableaux d'art abstrait, des guitares acoustiques et électriques posées un peu partout, des bijoux hors de prix exposés sur les meubles et un studio d'enregistrement et de mixage juste à côté de son salon. Il cracha la fumée de sa pipe.

« Bienvenue dans ma peu modeste demeure. »

Il l'emmena dans son salon, lui proposant de s'installer dans son canapé.

« Un petit creux ? Une petite soif ? Que puis-je te servir mh... quel est ton nom ? »

Il se dirigea vers la cuisine, prêt à répondre à la demande de son invitée. Plus le temps passait, plus il avait une bonne impression de cette jeune fille, sentant bien qu'il y avait quelque chose de différent chez elle.

11
Les Spooky Kids étaient en haut d'une estrade, assis à une large table, faisant face aux journalistes et à leurs fans. Dahmer s'était remis un peu de rouge-à-lèvres mauve et affichait toujours son style très extravagant. Il était en train de fumer une cigarette, totalement à l'aise sur sa chaise, attendant des questions venant des journalistes et du public. Le groupe intimidait pas mal, il y eut un long silence avant qu'un gars de la presse ne se décide à leur demander quelque chose. C'était une question que beaucoup se posaient :

« N'avez-vous peur de rien ? Partout dans le monde, il y a des tas de gens qui ne vous portent pas dans leur cœur. Comment réagissez-vous face à ce nombre d'ennemis ? »

Ridgway, le bassiste, rigola doucement. Dahmer souffla la fumée de cigarette qu'il avait dans la bouche en levant la tête avant de répondre.

« Si nous n'avions peur de rien, ce groupe n'aurait jamais vu le jour. C'est justement ces peurs qui sont enfouies au plus profond de notre être qui ont fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Nous sommes la peur. Et c'est également pour cette raison que tant de gens nous détestent, nous incarnons la partie du monde qu'ils refusent de voir et d'affronter, restant dans leur univers paisible qui n'est qu'un imaginaire qu'ils se sont créés. Pendant que nous sommes en train de faire de la musique, des concerts, nos dirigeants se balancent des bombes sur la gueule, mais nous sommes les monstres. Retenez bien que cette image de monstre me va parfaitement, c'est exactement le but de ma musique. »

Il tira une dernière fois sur la fin de sa cigarette, laissant tomber le mégot par terre et le piétina avec son talon. Il fut applaudit pour sa réponse. À partir de ce moment-là, les questions commencèrent à s'enchaîner, aussi bien du côté des journalistes que du côté des fans. Au cours de l'interview, le leader des Spooky Kids sortit un petit papier de la poche de son manteau pour y écrire quelque chose. Des questions concernant le suicide de certaines personnes étant survenu suite à l'écoute de la musique des Spooky Kids avaient été amenées, questions auxquelles Dahmer répondit de manière brève :

« Si des gens ont été assez stupides pour se suicider à cause de la musique, ce n'est pas mon problème. Mon art demande un minimum d'intelligence. »

La conférence dura pendant une heure et demi. À la fin de celle-ci, le groupe fut pris en photo par la presse et les fans eurent également l'occasion de prendre quelques clichés. Ils descendirent ensuite de l'estrade et se dirigèrent vers la sortie du festival en marchant sur un long tapis rouge le long de barrières derrière lesquelles les fans les acclamaient, leur tendant la main pour les toucher. Ils serrèrent la main de ceux étant le plus avancé. Dahmer s'arrêta devant une fille aux cheveux bruns et aux yeux de la même couleur qui semblait différente du reste de la foule. Il la fixa un instant avant de lui sourire. Il l'avait déjà remarquée lors de la conférence : il l'avait vue essayer de se placer le plus en avant possible au point de monter sur la barrière de sécurité. Il lui dit doucement :

« J'aime bien ton style. »

Il lui serra la main en lui glissant entre les doigts le petit papier sur lequel il avait écrit quelque chose durant l'interview. Sur ce papier, il y avait ses coordonnées à savoir, son nom, son adresse ainsi que son numéro de téléphone. Il avait une très bonne impression quant à cette fille. Le groupe sortit enfin du festival après une journée qui n'avait pas été de tout repos mais qui leur avait permis encore une fois de faire parler d'eux. Ils se séparèrent tous les quatre, montant chacun dans leur véhicule privé pour rentrer chez eux. Dahmer comptait bien revoir la jeune fille à qui il avait confié ses informations personnelles.

12
Centre-ville de Seikusu / Soirée Pizza [PV Camélia Y.]
« le: janvier 18, 2019, 05:26:46 pm »
Dahmer était assis dans son canapé, en peignoir rouge foncé, portant de grosses pantoufles noires. Ses jambes étaient croisées sur sa table basse, la rockstar regardait une émission de télé réalité dont l'intérêt du concept lui échappait, un verre de vin à la main. Il avait passé la journée à faire des répétitions avec le reste du groupe pour de nouveaux morceaux. L'un de ses morceaux concerne le monde de la télévision. Pour Dahmer, la télé a réussi à créer son propre univers, son propre imaginaire. C'était un monde à part reflétant une partie unique de la réalité, celle qui arrangeait bien toutes les élites dominantes et camées de ces médias. Il se leva de son siège, se saisit d'un crayon et écrit une simple phrase sur son petit carnet à idées : « TV fucked by plastic queens ». Cela serait peut-être le titre d'une future chanson. Il se dirigea ensuite vers la cuisine de son appartement de luxe pour y poser son verre de vin maintenant vide. Il revint dans le salon, jetant un coup d'oeil à son apparence à travers un miroir posé sur un meuble. La teinture de ses cheveux était presque partie, dévoilant ses cheveux brun foncé naturels, il ne portait pas de lentilles colorées, uniquement des faux cils noirs sur l'oeil gauche et du rouge-à-lèvres sur la bouche. Il se rassit dans son canapé, sortit son téléphone portable et se laissa perdre sur le net, écoutant d'une oreille distraite les conneries prononcées dans cette émission télé. Dahmer s'ennuyait beaucoup ce soir-là. Au bout d'un moment, il décida d'aller chercher un numéro spécial dans ses contacts, celle d'une livreuse qu'il commençait à bien connaître, Camélia. Il l'appela et, au bout de quelques bips sonores, entendit qu'elle décrocha.

« Allô, Camélia ? C'est moi, ta rockstar préférée. J'aimerais passer commande, amène-moi les pizzas les plus chères de ton restaurant. Prends-en aussi pour toi. On va se faire une petite soirée tranquille tous les deux. »

Il raccrocha et retourna se perdre sur Internet en attendant sa commande. L'argent n'était pas un problème pour lui et ça n'a jamais été ce qui l'intéresse le plus. L'important pour lui, c'était le plaisir qui en découlait, à comprendre, l'acquisition de guitares, de tableaux, de vêtements, de bijoux et de maquillage. Il eut un appel de Wagner, son claviériste et également rappeur.

« Ouais, Wag' ? »
« Hey, je travaille sur un petit freestyle pour le prochain album, ça serait intéressant de tenter un réel mélange entre le rock et le hip hop. Je t'ai envoyé quelques beats, va les écouter et essaye d'accorder ta guitare en fonction d'eux si ça te plait. »
« Je vais écouter ça. »
« À plus frérot ! »

Dahmer se dirigea vers le studio qui se trouvait juste à côté de son salon, un studio d'enregistrement et de mixage. Plein de guitares -acoustiques et électriques- se trouvaient dans cette pièce. La rockstar alluma son ordinateur et se mit à écouter l'instru que Wagner lui avait envoyée. Elle n'était pas mauvaise, elle était même plutôt entraînante. Après l'écoute de cette dernière, Dahmer se saisit directement d'une guitare acoustique et joua par-dessus le morceau, mettant le tout en harmonie et appuyant bien là où il le fallait. Il pensait que cette partition irait très bien avec les paroles de « TV fucked by plastic queens » et ferait certainement office de single pour le prochain album. Il continua à jouer mais fut bientôt interrompu par une sonnerie qui retentit près de son entrée. Il sortit du studio et se dirigea vers celle-ci, pouvant voir à travers une caméra que la livreuse était arrivée et attendait à l'entrée de l'immeuble. Il déverrouilla la porte et appuya sur un autre bouton pour parler dans le haut-parleur :

« Ascenseur à gauche, quatrième étage. Enfin, tu dois bien connaître maintenant. »

Il appuya sur un autre bouton pour ouvrir son ascenseur privé à Camélia avant d'ouvrir la porte vitrée de son appartement pour lui permettre de rentrer à l'intérieur lors de son arrivée.

« Pile à l'heure ! »

13
Centre-ville de Seikusu / Initiation particulière. [PV Eirin Suzuki]
« le: janvier 18, 2019, 12:06:41 am »
Les Spooky Kids étaient à WildStock, festival de musique de Seikusu, grand festival accueillant des groupes venant de tous les horizons et de tous les genres. Il était séparé en plusieurs parties, chaque partie correspondant à un style musical : la partie hip-hop, rock'n'roll, pop, jazz, électro,...
Ce festival avait commencé il y a quelques jours et touchait à sa fin. C'était l'occasion pour les fans de rencontrer leurs idoles, assister à leurs conférences pour s'entretenir avec eux ainsi qu'assister à leurs concerts. Les médias du domaine musical s'étaient empressés de venir y participer, c'était du pain béni pour eux niveau actualité. Aujourd'hui donc, c'était au tour des Spooky Kids d'être de la partie. Dahmer, Ridgway, Lopez, Wagner, tout le groupe était présent. Leur concert avait été programmé l'après-midi, à 14h00. Plusieurs journalistes les avaient interviewés le matin, ils avaient ensuite enchaîné avec une conférence au cours de laquelle une fan était montée sur leur estrade seins nus, directement virée par la sécurité. Leur présence était particulièrement attendue. Ils ont profité de cet entretien pour annoncer qu'un nouvel album était en préparation et qu'un premier morceau serait joué l'après-midi même lors du concert. Cela avait suscité un grand engouement. Wagner, le claviériste du groupe et également leur influence hip hop, avait rejoint un rappeur qu'il connaissait de longue date, une connaissance datant du temps où il ne faisait pas encore partie des Spooky Kids et où il faisait du rap dans les quartiers populaires de New York, afin de faire une solide prestation à deux. Les membres du groupe attendaient leur tour dans les loges qui leur avait été attribuées. Dahmer remettait du vernis noir sur ses ongles et ajustait ses bijoux.

Enfin, l'heure tant attendue sonna. Ils montèrent sur scène à 14h20, laissant les fans s'impatienter un peu. Ils reçurent une grande ovation lorsqu'ils se montrèrent face au public. Le show allait pouvoir commencer. Dahmer avait modifié son style spécialement pour cet événement : ses cheveux étaient coiffés sur le côté, la partie droite étant colorée en bordeaux, il portait de grandes lunettes aux verres roses qui dissimulaient la lentille bleu pâle qui était apposée sur son œil gauche, sa lèvre inférieure était recouverte d'un rouge-à-lèvres mauve, un long manteau en fourrure noire recouvrait son corps, un grillz en argent était posé sur ses dents et des bagues ornaient chacun de ses doigts.
La tracklist du show était composée de sept chansons, la première étant un morceau qui allait apparaître sur son nouvel album :

« Horrible People
Cocain And Abel
Shoot The G.
Call Me God
I Am Just A Worm
Suicide Queen
Eros Is Sore
»

« Horrible People » commençait doucement, introduit par la basse de Ridgway, suivit par quelques coups de batterie de Lopez et dont la mélodie commençait à être donnée par le jeu de clavier de Wagner. Au bout de quelques instants, le rythme de ces instrument s'accéléra, menés par la guitare électrique de Dahmer pour aboutir à un riff bien lourd. Ce dernier prit le micro et commença à chanter, d'une voix rauque :

« And I don't want you and I don't need you
Don't bother to resist or I'll beat ya
»

Le public se chauffait peu à peu, semblant être de plus en plus satisfait de ce nouveau titre au fur et à mesure qu'il se dévoilait, finissant par un jeu de guitare et de basse absolument assourdissant. Les spectateurs étaient à bloc, ça y est, le groupe avait réussi à captiver son public. Les morceaux s'enchaînèrent, créant toujours plus d'engouement. Cependant, fait assez étonnant, il n'y eut pas autant de provocation que d'habitude lors du show. Pour Dahmer, ce n'était pas le bon moment pour faire ça, il préférait réserver ces moments de folie pour le soir, lorsque le public est encore plus emballé. Enfin, il faut dire que leur musique suffisait à mettre en valeur le côté provocateur, amenant le public à souhaiter la mort des représentants du gouvernement lors de la chanson « Shoot The G. », les spectateurs mimant la forme d'un pistolet avec leurs doigts et scandant la phrase « Kill'em all » en bougeant au rythme de la musique. À la fin du concert, Dahmer versa le contenu d'une bouteille d'alcool d'un prix inimaginable sur la scène avant de balancer une allumette dedans, créant un mur de feu derrière lequel le groupe disparut en remerciant les fans pour se diriger vers leurs loges. La journée n'était pas finie, il leur restait encore une interview à donner.

14
Centre-ville de Seikusu / Re : Une égérie de choix. [White Rabbit]
« le: janvier 16, 2019, 11:50:34 am »
Dahmer se laissa faire lorsque White Rabbit l'enlaça et se colla à lui, sentant son opulente poitrine sur son torse. Il ne réagissait pas, ayant juste un sourire en coin car la situation l'amusait. Il fut surpris au moment où elle le poussa et où il se retrouva sur un fauteuil l'instant d'après. Il commençait à comprendre que la bunny girl n'avait pas que des talents de show, il y avait quelque chose d'autre derrière. Il s'assit confortablement dans le fond du fauteuil et attendit les réponses de sa nouvelle égérie. Lorsqu'elle lui parla de la situation avec sa sœur concernant leur appartement, il comprit vite où elle voulait en venir. Il sentit que la lapine s'appuyait sur ses épaules et sentit que l'atmosphère changeait, une ambiance très sensuelle régnait dans la pièce pour le plus grand plaisir de Dahmer. Mais ce dernier savait que la relation qu'ils avaient commencé à créer relevait surtout d'un rapport de forces. Leurs caractères sont plus ou moins les mêmes, cette collaboration serait une sorte de jeu pour voir qui prendra le dessus sur l'autre. Sur ce terrain, la rockstar refusait de perdre. Il voulait garder le contrôle, d'où la condition qu'il lui avait fixée dès le début en montant la rejoindre sur la scène. La dernière phrase qu'elle prononça était on ne peut plus explicite. Dahmer sourit une nouvelle fois.

« Aller, viens chez moi. Nous allons faire de belles choses ensemble ! Quant au loyer, ce n'est pas un problème. Considère que l'argent que tu vas nous apporter grâce à ton talent sera la petite compensation pour l'hébergement, haha. »

Il se leva du fauteuil. Il posa délicatement ses doigts sous le menton de White Rabbit pour relever sa tête afin de la fixer droit dans les yeux.

« Suis-moi, ma belle. »

Il quitta la salle en compagnie de la bunny girl et se dirigea vers son appartement. Il se situait dans le centre-ville et pouvait être considéré comme un appartement de luxe. Sur le chemin, il parlait avec son invitée de diverses choses afin de savoir ce qui l'intéressait dans la vie. Ses réponses étaient très intéressantes. Au bout de quelques dizaines de minutes de marche, il arriva face à son logement, ouvrit la porte et se dirigea vers un ascenseur privé le menant directement chez lui. Ils montèrent jusqu'au quatrième étage et, en sortant de l'ascenseur, ils étaient face à une grande porte vitrée que Dahmer ouvrit. Il fit entrer White Rabbit, lui présentant son chez lui.

« Bienvenue ! »

Il y avait un salon avec un grand canapé, une table basse et une télévision. Des bouteilles d'alcool ouvertes et diverses pilules étaient posées sur la table basse, il y avait même quelques traces de poudre blanche. C'était la pièce centrale. Sur la gauche, il y avait sa chambre et la salle de bain, et sur la droite, il y avait une cuisine et un studio d'enregistrement et de mixage. Des tableaux d'art abstrait couvraient les murs, et des guitares de tout type se trouvaient un peu partout dans l'appartement. Dahmer alla chercher un sac poubelle pour balancer tout ce qui se trouvait sur la table basse dedans. C'était la première fois depuis longtemps qu'il n'allait pas consommer l'une de ses substances en rentrant chez lui, certainement grâce à la présence de White Rabbit. Il balaya tout ça d'un geste du bras, faisant tout glisser dans le sac qu'il ferma immédiatement.

« Je ne sais pas s'il y a des affaires que tu dois aller chercher chez ta sœur, en tout cas, il y a tout ici. »

Il se dirigea vers la cuisine et sortit deux coupes ainsi qu'une bouteille de champagne, proposant à la bunny girl si elle voulait un petit verre.

« Je sais être gentleman quand il le faut, alors, je te laisse mon lit, j'irai dans le canapé. À moins que tu insistes pour que je dorme avec toi car le noir t'effraie, haha ! Mais souviens-toi, il ne se passera rien tant que tu ne m'auras pas rendu un certain service. »

Le soleil se couchait, il comptait parler de l'organisation pour l'album à son invitée le lendemain. Il voulait lui laisser le temps de se familiariser avec son nouveau lieu de vie.

15
Le temple Shinto / Re : Rencontre d'un autre monde [Nikki]
« le: janvier 09, 2019, 07:42:28 pm »
«De quel fils parles-tu ? De celui que l'on surnomme Dionysos ?»

À son tour, Dahmer embrassa le cou de Nikki, puis ses seins, puis son ventre pour arriver à hauteur de ses cuisses. Il écarta ces dernières et prit bien le temps de reluquer l'entrejambe de la Déesse. Il pensa qu'il était très esthétique et très attirant. Il enroula ses bras autour des cuisses de Nikki et les embrassa, approchant sa bouche du vagin de la jeune femme.

«Zeus, Dionysos, Hadès, et tous les autres Dieux de l'Olympe, je les attends. Ils ne m'empêcheront pas de m'amuser avec toi, Nikki. Je suis Whitney Dahmer, sur Terre le surnommé "God of Fuck", je ne laisserai aucun Dieu interférer dans mes envies, ni dans mes décisions.»

Sur ces paroles démontrant encore une fois l'assurance de la rockstar, Dahmer commença à lécher l'entrejambe de Nikki, prenant bien le temps de s'occuper de ses lèvres. Il les écarta avec deux doigts pour légèrement entrer sa langue à l'intérieur et la faire bouger. Il la remonta ensuite jusqu'à son clitoris qu'il lécha à son tour avant de le sucer avidement. Toutes ces actions, il les entreprenait en caressant les cuisses de la Déesse. Il s'arrêta un moment pour poser sa tête sur son entrejambe, joue contre son sexe. Il ferma les yeux.

«On se sent tellement bien ici, je pourrais m'endormir...»

Il releva la tête au bout d'un certain temps et se remit à la tâche, dégustant la cyprine qui coulait jusque sur les draps, glissant sa langue au plus bas possible, presque entre ses fesses, avant de tout remonter et de sucer à nouveau son clitoris.

Pages: [1] 2 3