Nos partenaires :

Planete Sonic Faire un don à l'assoc MLDK Reose Hybride Yuri-Academia
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Sujets - Mélinda Warren

Pages: [1] 2 3 ... 8
1
Au sein du lycée Mishima, Mélinda Warren était une sorte de célébrité locale. Quiconque se serait plongé dans son dossier aurait vite compris qu’il y avait quelque chose de profondément anormal chez cette adolescente à la beauté virginale... Comme le fait qu’elle était au lycée depuis de nombreuses années sans prendre une ride. Mélinda avait eu le temps de faire son trou, usant de séduction et de corruption (ses armes préférées) pour obtenir le soutien de l’administration locale, et usant plus rarement de la menace, de l’intimidation, du chantage, face à des fonctionnaires un peu trop récalcitrants et un peu trop désireux de savoir ce que cette femme était. De cette manière, personne ne songeait à se demander pourquoi Mélinda Warren était encore élève du lycée après de nombreuses années, ni pourquoi son dossier scolaire comprenait tant d’irrégularités. Officiellement, Mélinda Warren avait, aux yeux de l’administration scolaire, des parents assez absents, qui ne se rendaient presque jamais aux réunions parents/profs, et qui, en réalité, étaient des esclaves de Mélinda. D’ailleurs, la vampire disposait même de personnes très proches parmi les enseignants... Comme Sochiya-sensei, qui était à l’origine une esclave de Mélinda, et qu’elle avait utilisé pour l’amener à exercer le métier de professeur au sein du lycée.

Sochiya-sensei lui servait de couverture pour les quelques clubs parascolaires que Mélinda entretenait. Parmi ces clubs, il existait un club d’ésotérisme qui était une couverture. Le club avait officiellement pour but de se renseigner sur les forces mystiques locales, sur les légendes et les superstitions, une sorte de club découverte qui s’insérait plutôt bien dans un pays comme le Japon, qui était resté très superstitieux. Le club disposait ainsi d’un petit salon dans le lycée avec quelques bibliothèques abritant des livres fictifs, comme le Malleus Maleficarum, ou encore le Necronomicon... Et quelques grimoires qui, eux, étaient en revanche véritablement magiques. Car, sous ses allures de club hippie, Mélinda utilisait surtout ce club pour « sacrifier » des élèves vierges, ou très innocents, afin d’invoquer des succubes. Les sacrifiés ne craignaient en soi rien, si ce n’est de finir ensuite esclaves de Mélinda, et dépucelés par une succube, ce qui, somme toute, restait un bien modique prix à payer, et qui tenait d’ailleurs généralement plus du fantasme que de la punition.

Ce soir, Mélinda présidait une nouvelle réunion du club. Les séances d’invocation avaient toutefois lieu, pour plus de mysticisme, et pour moins de curiosité, dans la cave du lycée. Leur « sacrifié » était, ce soir, un jeune androgyne qui était récemment arrivé au lycée. D’ailleurs, l’individu avait reçu à la base un uniforme scolaire féminin, car, en voyant sa photographie et ses mensurations, le prestataire s’était trompé. Mélinda avait vu en lui une cible idéale, et avait chargé l’une de ses esclaves, Hotaru Shidare, de se rapprocher de lui.

« Il manifeste un intérêt certain pour l’occultisme, Maîtresse, lui avait expliqué Shidare. Bien plus que pour ma poitrine » avait-elle ensuite noté, non sans une certaine pointe d’amertume.

Autant dire qu’il n’avait pas été difficile de l’appâter en lui proposant de rejoindre le club. Et, là, en fin de journée, le club attendait donc. Les cultistes portaient de longues bures noires dissimulant leurs formes, mais, sous ces tenues de prélats, ils étaient, soit tout nus, soit portaient des tenues d’un érotisme très prononcé. Une tenue inutile pour le rituel, mais autant donner à ce rituel une touche de mysticisme, non ? En tout cas, au milieu de la salle, on avait tracé à la craie et à la chaux un pentagramme complexe, des bougies étant posées à des endroits très précis.

Une certaine énergie magique résiduelle émanait de cette construction magique, qui n’attendait désormais plus que son « sacrifice »... Soit l’arrivée du jeune Doli.

2
Dictature d'Ashnard / Vente privée [Aleksandra Letukiene]
« le: décembre 27, 2018, 10:34:16 pm »
« Mes chères amies, la vente peut commencer ! »

Les multiples enchérisseurs acquiescèrent doucement tandis que la vente privée commençait dans le somptueux manoir de Maria Cabbia. La belle femme était une comtesse ashnardienne influente dans la capitale, qui aimait participer aux discussions de salon et se faisait bien voir des décideurs politiques. Elle laissait ainsi le soin à son mari d’administrer leur comté, passant l’essentiel de son temps à la capitale, ce qui était tout à fait du goût de son mari. Il était de notoriété publique que les Cabbia ne s’étaient mariés que pour union politique, et se trompaient régulièrement. Mélinda était bien placée pour le savoir, car Lady Cabbia était une cliente assidue de son harem. Elle avait décidé d’organiser une vente d’esclaves privée. La vente avait donc lieu dans le manoir familial des Cabbia, au sein de la capitale, une superbe villa antique avec des colonnes en marbre, plusieurs jardins, des écuries, des fontaines... Les Cabbia étaient de richissimes propriétaires terriens, car leur comté comprenait des carrières de pierre et de profondes mines exploitées par des familles naines. Ils étaient également de fins négociateurs, car habitués sur leurs terres à parlementer avec les syndicats nains. Cette vente privée n’avait que pour but de se faire bien voir, et s’organisait d’ailleurs autour d’une fête qui, comme le voulait les traditions antiques, durait plusieurs jours, mélangeant beuveries, jeux, et beaucoup de sexe.

Mélinda avait participé à l’organisation de cette fête en réquisitionnant plusieurs de ses esclaves, qui faisaient office d’hôtesses, de danseuses, ou de distractions sexuelles. Après tout, que serait une fête à Ashnard sans son lot de sexe ? Mais, pour l’heure, la vampire était dans sa loge, et étudiait les différents lots qui se présentaient. Elle buvait un verre d’un délicieux vin rouge, en compagnie de sa merveilleuse femme, Vanillia Warren. Assise à côté d’elle, Vanillia donnait ses commentaires sur les lots.

« Tu sais que, si nous n’achetons pas un lot, Maria va bouder ?
 -  Oui, oui, j’attends juste le bon lot... »

La vampire sourit brièvement, et les lots continuèrent à défiler. Mélinda décida d’acquérir un premier esclave, très musclé, qui se présenta nu, avec une belle queue, et répondant au nom de Gregor. Elle ne comptait pas surenchérir davantage... Quand un nouveau lot arriva.

« ...Je vous présente Aleksandra, une ravissante maid formée par Lady Cordanno. Une jeune femme pudique comme on les aime, aux proportions parfaites, surtout mammaires... Elle est évidemment très obéissante, et a une affinité particulière avec les vampires, dont le sang est d’excellente qualité. »

Mélinda sourit brièvement. Cette esclave était faite pour elle !

« On la prend ?
 -  Ce serait dommage de passer à côté d’une si jolie paire... »

Mélinda était bien d’accord, et commença donc à enchérir...

3
« Il est quand même étonnant qu’elle ait rejoint un lycée public... »

Sur un banc du campus scolaire, regroupant aussi bien les locaux du lycée que l’université, Mélinda observait les informations qu’elle avait pu récupérer sure cette brillante et arrogante élève qui était dans son viseur, Lola Anon. La jeune vampire avait fait du campus Mishima son terrain de chasse depuis des années, s’en servant pour récupérer des adolescents afin d’en faire ses esclaves. À force, elle avait aussi ses contacts au sein de l’administration locale, ce qui lui permettait d’obtenir les dossiers scolaires des élèves. En soi, Mélinda devait agir assez vite, car elle avait d’autres concurrents au sein du campus, d’autres individus cherchant aussi à avoir leurs propres esclaves, comme les Morimoto. Les Morimoto représentaient l’une des plus puissantes familles de Seikusu, une famille ancestrale qui avait d’ailleurs participé à la construction de ce complexe scolaire après la guerre.

Mélinda savait que les Morimoto dirigeaient le club social de Mishima, un club très populaire qui leur servait à faire des esclaves. Leona Morimoto, qui était aussi une lycéenne, était la Présidente du club social, une magnifique blonde très autoritaire, et la rivale de Mélinda. Il ne faisait aucun doute que la petite Anon allait être dans son collimateur. Lola Anon était en effet la fille du clan Anon, un clan qui dirigeait une puissante firme spécialisée dans la haute technologie. Une famille très riche, donc, car leur compagnie était une superpuissance, rivalisant avec des géants du secteur comme Stark Industries ou IBM. La petite Lola avait donc rejoint il y a quelques temps le lycée, et Mélinda était très curieuse de l’avoir. La vampire n’était pas une fan de la technologie, mais avoir une multimilliardaire à ses bottes n’était pas sans lui déplaire.

Elle s’était donc débrouillée pour être la tutrice de Lola. Lola ayant rejoint le lycée en cours d’année, l’administration prévoyait pour chaque élève en cours d’année d’avoir un autre élève comme tuteur, afin de lui permettre de rattraper son retard, et de s’intégrer dans le lycée. Mélinda était donc devenue la tutrice de Lola, un excellent moyen d’en faire sa petite chienne.

« Alors, comment comptez-vous agir, Maîtresse ? »

Mélinda était à Seikusu depuis des années. Elle disposait d’un grand manoir de type victorien dans les hauteurs de la ville, mais elle avait aussi eu l’occasion d’étendre son influence bien au-delà du lycée. En fait, les esclaves qu’elle détenait pouvaient tout à fait sortir du manoir, et mener leur vie. Ces personnes décrochaient des boulots, fondaient des familles, sans jamais renier leur servitude. De cette manière, sur le long terme, Mélinda continuait à croître, et à devenir de plus en plus influente. Alors, pour soumettre une femme comme Lola, elle décida donc de se livrer à une belle démonstration.

« Je l’ai invité ce soir à 17h au café. Je me suis débrouillée pour qu’il ne soit rempli que des nôtres.
 -  Oh... »

La vampire avait acheté un maid café, qui faisait accessoirement office de club de prostitution. C’était une couverture idéale pour ses activités illégales, et elle comptait bien y inviter Lola. Ce serait la meilleure manière de la soumettre ! D’ailleurs, elle l’avait déjà invité ce matin, en la croisant dans les couloirs. Cette femme lui avait d’ailleurs parlé avec un certain toupet, comme si elle ne voyait guère l’intérêt d’avoir une tutrice... Ce qui avait renforcé sérieusement l’envie de Mélinda de dompter cette petite femme ! Elle s’était donc débrouillée pour que la clientèle du café en soit composée à 17h que de ses esclaves !

Autant dire que Lola allait avoir ce soir une sacrée surprise...

4
Dictature d'Ashnard / Vampirisation démoniaque [Edessa]
« le: novembre 19, 2018, 11:08:29 pm »
Aujourd’hui n’était pas un jour comme les autres. C’était un jour qui était même très particulier, et le plus important qui puisse être pour la magnifique Edessa. La succube de Mélinda était une femme que Mélinda avait recueilli il y a de cela plus d’une vingtaine d’années. Si elle n’avait jamais réussi à découvrir ses géniteurs, elle soupçonnait fortement des origines métisses, probablement une humaine ayant abandonné sa fille sous son porche, une servante engrossée par un noble démoniaque ashnardien. Un scénario classique. Toujours est-il que Mélinda s’était toujours prise d’affection pour Edessa, qui était depuis lors considérée comme sa fille adoptive. D’ailleurs, sur l’état civil d’Edessa, Mélinda avait refusé de lui attribuer un nom générique attribué aux bâtards, et elle s’appelait donc, officiellement, « Edessa Warren ».

Aujourd’hui était donc le jour célébrant l’anniversaire d’Edessa.

Il y a 23 ans, on avait toqué à la porte de service du manoir de Mélinda, laissant un beau petit bébé dans un couffin. Il y a 23 ans, cette magnifique créature était entrée dans sa vie. Mélinda avait annulé et décalé tous ses rendez-vous pour célébrer cela. En quelques mois, la vie de la vampire avait bien changé. Elle était depuis lors mariée à Vanillia Warren, et était désormais à la tête d’un clan vampirique connaissant une croissance fulgurante. Elle avait même retrouvé sa mère vampirique, Asshaï Warren. La puissante Matriarche avait d’ailleurs fait la connaissance d’Edessa, qui avait réussi à la dominer sexuellement, faisant découvrir à Asshaï les joies de la soumission. Edessa était l’une des rares femmes au monde qui était autorisée à dominer sexuellement Mélinda, et qui savait que sa Mère adorait ça.

C’était d’ailleurs Asshaï qui avait demandé à Mélinda ce que celle-ci attendait pour vampiriser Edessa. Mélinda lui avait avoué qu’elle hésitait un peu, car les transformations vampiriques de démons étaient assez particulières. Asshaï en avait été agacée, et avait expliqué à Mélinda que ça n’avait rien d’impossible, car le sang démoniaque ne s’opposait pas au sang vampire comme le faisait la lycanthropie, et ce d’autant qu’Edessa était une métisse. Asshaï avait partagé avec Mélinda de sombres rituels, très anciens, en expliquant à sa fille vampirique qu’il fallait juste utiliser un rituel pour que la transformation se passe bien. Mélinda avait passé les semaines suivantes à peaufiner ce rituel, qui, s’agissant d’une succube, impliquait... Beaucoup de sexe. L’idée était, en substance, d’épuiser le côté démoniaque du démon, et, chez Edessa, il s’agissait de sexe.

Elle avait donc décidé de planifier pour l’anniversaire d’Edessa un programme très particulier. Edessa était une femme très particulière, la « première prostituée » du harem, ramenant quantité d’argent. De fait, en générant des clones, elle se débrouillait pour être toujours présente, travaillant ainsi continuellement, même quand son corps principal dormait. Mélinda avait du mal à s’imaginer la vie qu’Edessa menait, car, somme toute, elle avait à chaque instant du plaisir sexuel, ce qui avait aussi pour conséquence de la rendre particulièrement redoutable avec la magie rose.

Mélinda avait célébré l’anniversaire d’Edessa de manière très classique, avec un gros gâteau d’anniversaire, beaucoup de sucreries, et de multiples cadeaux. Les esclaves avaient offert à Edessa des vêtements, même si aucune tenue n’était aussi sexy que sa redoutable robe, des vibromasseurs, tandis que Mélinda avait opté pour des cadeaux plus sentimentaux. Elle lui avait présenté un grand tableau les montrant toutes les deux, Edessa posée sur les genoux de Mélinda quand elle était encore une petite fille. Mélinda conservait encore les dessins qu’Edessa avait faites quand elle était petite, et en avait d’ailleurs montré plusieurs à Edessa. On la voyait dessiner Mélinda au milieu d’un grand cœur, ce qui avait ému la jeune succube.

« Mais j’ai un cadeau bien plus précieux à t’offrir, Edessa... »

Espiègle, Mélinda avait maintenu le silence, gardant le suspens, laissant la jeune succube réfléchir. Puis, au fur et à mesure que le goûter avançait, Mélinda avait décidé de passer à la suite, en offrant à Edessa sa première surprise. Elle avait commencé par attacher autour des yeux de la femme un bandeau noir, puis Edessa l’avait ensuite suivi dans l’un des plus beaux salons du harem : le Salon d’Aphrodite. Un grand salon circulaire avec des colonnes en marbre tout autour, régulièrement utilisé par Mélinda pour les orgies. Le Salon abritait une tapisserie magique au plafond, qui vibrait en harmonie avec les pulsions sexuelles sur place. Le Salon abritait un énorme lit central, capable d’abriter une vingtaine de personnes, un lit fait sur place, monté sur une estrade.

Mélinda portait son habituelle robe dorée à motifs verts, et referma doucement la porte derrière elles, puis caressa de la main le fessier d’Edessa. Elle sentait la fébrilité de son esclave, et elle-même commençait à mouiller sur place, tant sa chère fille l’excitait. Elle palpa donc son fessier d’une main, jouant malicieusement avec le nœud papillon, tirant dessus, mais sans encore le retirer, et posa l’autre main sur le bandeau, le serrant entre ses doigts, avant de l’embrasser tendrement sur la joue.

« Tu es prête, ma belle ? Voici ta première... »

Elle tira alors sur le bandeau, et, quand Edessa ouvrit les yeux, elle put voir devant elle...

« ...SURPRISE ! »

Devant Edessa, il y avait une dizaine de clones de Mélinda, l’attendant sur le lit. Certaines étaient nues, d’autres portaient des tenues plus moulantes en latex.

Voilà le premier cadeau d’Edessa : de multiples Mélinda rien que pour elle !

5
One Shot / Le Quinzième Anniversaire [PV]
« le: juillet 24, 2018, 02:19:12 am »
Pour le jeune Matsu, ce jour devait sans doute être le plus important de sa vie. Le jeune homme avait passé toute sa vie dans l’attente de ce moment, celui où il allait enfin offrir ce qu’il avait de plus précieux à sa Maîtresse : sa virginité ! Le jeune Matsu célébrait aujourd’hui ses quinze ans, et, pour cela, son cadeau d’anniversaire avait lieu dans la chambre de Mélinda Warren, où il allait pouvoir perdre sa virginité en lui faisant l’amour. Il avait, bien sûr, reçu une série de câlins et de gâteaux auparavant, mais il fallait bien admettre que c’était là le plus beau cadeau qu’on puisse offrir. Matsu avait grandi ici, dans ce harem. Il avait été éduqué au sexe, l’apprenant de façon théorique, tout en apprenant aussi à lire, à écrire, à compter... Mélinda avait tenu Matsu entre ses mains lorsque le jeune neko était encore un petit bébé. Il était né d’une esclave du harem, qui était tombée enceinte en forniquant avec un client. Une situation classique, et Matsu avait été très bien éduqué. Pour le jeune homme, ce moment était donc sacré, d’autant que Matsu était un neko très mignon.

Sa mère, Katya, le tenait en laisse. Un collier autour du cou, Matsu montait à quatre pattes les marches menant à la chambre royale. Mélinda avait plusieurs chambres au sein du harem, et la chambre royale était la meilleure, une véritable suite luxueuse, avec un immense lit rouge. Près de Matsu, les autres esclaves du harem, formant ensemble une grande communauté, l’applaudissaient et le félicitaient, manifestement impatients de le voir à l’œuvre.

« Je suis tellement heureuse pour toi, mon chéri... Ta première fois, avec notre Maîtresse ! »

Katya lui ébouriffa les cheveux, et l’embrassa tendrement sur les lèvres. Inutile de dire qu’au sein du harem, l’inceste était une relation tout à fait normale. Katya lui sourit encore. Elle avait appris à Matsu comment se masturber, elle lui avait montré comment fonctionnait l’amour, et lui avait maintes fois raconté combien le sexe avec leur Maîtresse allait être magnifique. Ils se retrouvèrent ainsi devant la porte close, et Katya toqua à cette dernière, avant de regarder Matsu.

« Tu y vas tout seul, mon beau... »

À l’intérieur, il y avait donc un grand lit, et c’était là que Mélinda se tenait. Assise sur le rebord, dans sa longue robe dorée, ses beaux pieds étaient mis à nu, et elle sourit lentement en voyant son beau Matsu entrer.

« Bonsoir, Matsu, glissa-t-elle d’une voix sensuelle. Je suis très heureuse de te voir, mon beau... Tu as passé une bonne journée ? »

Seul avec sa Maîtresse... C’était un moment rarissime, qui confirmait toute l’importance de cette journée.

6
Centre-ville de Seikusu / Servitude [Elizabeth Ostwick]
« le: juillet 09, 2018, 01:40:52 am »
C’était une singulière annonce qui avait fleuri dans le journal de l’école de Mishima. Une annonce que les petits protégés de Mélinda Warren avaient vu, et lui avaient reporté. Une annonce inattendue évoquant la recherche d’une « tutrice particulière » pour tous corps d’enseignements. Au sein de Mishima, lycée très particulier, il fallait savoir lire entre les lignes. Le tutorat, qui existait bel et bien, était souvent une excuse officielle dissimulant la volonté de certains élèves d’être asservis. Au lycée, au-delà du rapport élèves/professeurs, il y avait aussi une multitude de clans, de clubs, de grandes familles influentes, qui avaient la mainmise, non seulement sur les élèves, mais aussi sur certains professeurs et membres du personnel administratif. Mishima était un lycée très particulier, car il était le terrain de chasse de plusieurs esclavagistes comme Mélinda Warren. La vampire, qui se faisait passer pour une lycéenne à Mishima, habitait à Seikusu dans un grand manoir de style victorien bâti dans les hauteurs de la ville. Aussi riche que belle, elle était toujours en quête de nouveaux esclaves pour enrichir son harem. Quand elle avait vu l’annonce, elle s’était renseignée sur l’élève.

Elizabeth Ostwick... Son dossier scolaire mentionnait qu’elle était, comme une bonne partie d’élèves, une « étrangère », sans renseignements sur le pays natal. Autrement dit, une femme qui venait de Terra, et qui, grâce à la complicité de l’administration du lycée, disposait d’un dossier scolaire en bonne et due forme. Une lycéenne avec un corps incroyablement bien proportionné, des seins monstrueusement épais, et qui cherchait donc une Maîtresse.

« Très bien... Je vais répondre à son annonce. »

La jeune Elizabeth avait reçu dans son casier scolaire un petit papier, l’invitant à appeler un numéro de téléphone. Parallèlement, Mélinda avait mené son enquête, et avait découvert qu’Elizabeth se rendait à divers clubs échangistes et axés sadomasochisme au sein de la ville. Des activités théoriquement illégales pour son âge, mais, vu son corps, elle ne devait avoir aucune difficulté à se faire passer pour une adulte. Elle avait également assisté à des démonstrations de kinbaku, cet art particulier des cordes japonaises. Tout cela amenait donc Mélinda à lui proposer un rendez-vous en personne dans l’un des clubs qu’Elizabeth fréquentait.

Le club organisait, outre des spectacles au rez-de-chaussée, des séances particulières aux étages, dans des chambres. Des célibataires et des couples s’y rendaient particulièrement, soit pour entretenir une relation adultérine, soit pour coucher avec des hôtesses. Tout était axé BDSM, et Mélinda avait proposé de passer une nuit avec elle. Un « test », tout simplement, pour vérifier si cette Elizabeth était une fanfaronne, ou si elle voulait vraiment devenir une esclave. Elle avait reçu sur son téléphone portable un code à montrer au club pour organiser la soirée.

Et, le soir venu, Elizabeth vint. Les videurs obéirent aux instructions reçues, et mirent un bandeau autour des yeux d’Elizabeth, après lui avoir demandé de se changer dans un vestiaire à l’étage. Elizabeth avait ainsi troqué ses vêtements pour un sling bikini noir, et, toujours les yeux bandés, avait ensuite été guidée rapidement dans une chambre.

Une chambre avec un grand lit rouge en forme de cœur, et divers instruments pour le sadomasochisme : chevalet, croix de Saint-André, pilori, et des placards abritant un nombre très élevé de sex toys... Elizabeth fut agenouillée au sol, les mains jointes derrière son crâne, et les agents sortirent ensuite, refermant la porte derrière eux. Quelques secondes passèrent ensuite avant qu’Elizabeth ne surprenne, sur le sol, le bruit de talons, et le crissement du latex, tandis qu’une femme, visiblement, marchait doucement vers elle.

« Elizabeth Ostwick... Tes seins sont encore plus gros que ce que les photos montrent. C’est très impressionnant, ma belle... Et, puisque tu as accepté mon invitation, j’en déduis que ton offre n’était pas de la pure vantardise. »

C’était une voix forte, mais aussi chaleureuse, sensuelle, qui se rapprochait d’elle. Finalement, une paire de mains gantées se posa sur son visage, et, d’un coup sec, Mélinda retira le bandeau obstruant la vision d’Elizabeth. Celle-ci put ainsi voir, devant elle, sa belle Maîtresse, dans une tenue adaptée pour leur soirée. Elle lui sourit doucement, avant de se présenter :

« Je suis ta Maîtresse pour ce soir, Elizabeth... Au moins. Es-tu prête à devenir une bonne chienne, ma beauté ? »

7
Dictature d'Ashnard / Celkhanes en action ! [Sora Sokoku]
« le: juillet 07, 2018, 11:57:06 am »
Régulièrement, Mélinda recevait chez elle, dans le plus grand secret, une invitée très particulière. Une femme mal vue, qui était considérée officiellement comme une terroriste : la Colonelle Sora Sokoku, de Caelestis. Un beau jour, la Celkhane avait eu la chance d’emprunter malencontreusement un Portail interdimensionnel qui l’avait amené dans sa piscine sur Terre. Depuis lors, les deux femmes, pourtant ennemies jurés, avaient fini par sympathiser. Sora lui avait expliqué que Caelestis ne cherchait pas tant à lutter contre l’esclavage que contre les mauvais traitements induits par l’esclavage. En découvrant l’intérieur du harem de Mélinda, elle avait vu en elle une alliée efficace, car Mélinda appartenait à ces esclavagistes modernes se voyant davantage comme des protecteurs que comme des bourreaux. Avec l’aide de Caelestis, Mélinda avait pu ébranler certains grands esclavagistes, fournissant à la femme des informations précieuses pour qu’elle organise ses raids. Les dernières informations de la vampire avaient ainsi permis à Caelestis d’organiser un raid sur une carrière exploitant à outrance des esclaves, les faisant mourir en les harassant sous l’effort. Bien entendu, l’aide de Mélinda n’était jamais totalement désintéressée, car elle se débrouillait ensuite pour permettre au clan de récupérer les marchés abandonnés. C’était donc un excellent marché.

Et, au passage, la vampire célébrait cette alliance de la manière la plus habituelle qui soit, en copulant furieusement avec Sora. Ce soir, à la lueur des chandelles, c’était d’ailleurs ce qui se passait. La queue de Mélinda s’était plantée entre les cuisses moulantes de Sora. La femme portait sa séduisante combinaison moulante, et Mélinda prenait donc son pied à la labourer. En toute circonstance, elles faisaient toujours l’amour. Après tout, Sora appartenait à une nation ennemie, et Mélinda avait déjà eu fort à faire avec les commandos celkhans. Elle n’avait pas oublié cette teigne de Suki, et espérait d’ailleurs bien un jour la revoir, par le biais de Sora. En tout cas, il était important qu’elles fassent l’amour, et Mélinda n’arrêtait de la besogner que quand Sora jouissait. Ainsi, la vampire estimait qu’elles se rapprochaient. Le sexe ne permettait pas d’avoir une confiance sans faille en l’autre, mais on ne jouissait pas avec quelqu’un qu’on haïssait.

« Haaa... Sora... »

Toute nue, Mélinda la prenait sur son grand lit, sentant les mains gantées de la Celkhane caresser ses cheveux et ses fesses, un doigt s’enfonçant dans son fondement. Sora soupirait aussi. La Celkhane avait toujours eu un faible pour les femmes hermaphrodites, et Mélinda aimait bien la satisfaire là-dessus. Les deux femmes s’envoyaient donc énergiquement en l’air, jusqu’à ce que le corps de Sora ne se mette à craquer. Dans un grand soupir, la Celkhane eut un orgasme, et Mélinda, qui retenait le sien, se relâcha à son tour, remplissant le corps de la femme de son foutre, avant de s’affaler contre elle pendant quelques instants, la tête contre les opulents seins de la Celkhane.

Finalement, au bout de quelques instants, Mélinda se redressa, et déposa un bref baiser sur les lèvres de la femme.

« Je n’aurais jamais cru m’envoyer autant en l’air avec une Celkhane, Sora... Mais tu n’es pas juste là pour me permettre de satisfaire mes fantasmes fétichistes, ma belle. »

Mélinda se redressa alors, et tendit la main vers sa table de chevet, saisissant un manuscrit qui s’y trouvait. Elle invita ensuite Sora à se redresser, et s’assit contre elle, sentant ainsi les seins de Sora dans son dos. On aurait presque pu croire que Sora était la mère de Mélinda, se couchant avec elle pour lui raconter une histoire. À force de côtoyer la vampire, Sora avait sans doute dû s’habituer à ce que le sexe soit très présent quand on discutait avec la vampire. Mélinda aurait pu adopter une approche plus sérieuse et plus professionnelle, mais elle estimait que le sexe restait sa meilleure arme contre les Celkhanes.

« Bon, alors... Tu ne seras pas venue que pour coucher avec moi, ma belle... Comme tu le sais, le message que les tiens ont transmis au Conseil Impérial a été jeté à la poubelle, mais Emhyr a tout de même tenu compte de cette information. »

Il y a quelques semaines, Caelestis avait écrit au Conseil Impérial, transmettant aux autorités impériales un rapport sur un trafic esclavagiste assez important entre Ashnard et Nexus. Un trafic portant sur des enfants, qui étaient capturés par des Ashnardiens, et vendus à des ennemis de l’Empire, où ils subissaient des tourments peu communs. Caelestis avait demandé à l’Empire d’intervenir. Cette missive n’avait eu droit à aucune suite, et n’avait même pas été inscrite à l’ordre du jour des sessions ordinaires du Conseil. Pour autant, elle n’avait pas totalement disparu, car elle avait été récupérée par les agents d’Emhyr var Emreis, un Conseiller Impérial extrêmement influent au sein du Conseil, considéré par beaucoup comme le deuxième Empereur de l’Empire.

Emhyr s’intéressait à des enquêtes faisant état de disparitions d’enfants dans des orphelinats. Des enfants de soldats morts au combat, principalement, et dont le but était, à terme, de devenir, eux aussi, des soldats. Les services d’Emhyr avaient regroupé ces enquêtes au vu de leurs points communs, et Emhyr avait incorporé à ce dossier les renseignements celkhans. La Flamme-Blanche, ainsi qu’on le surnommait, était ensuite allé voir l’une de ses agentes, la démone Samara, pour lui parler de cette affaire, et Samara avait ensuite retransmis l’information à Mélinda. Samara était en effet l’une des rares personnes qui savait que Mélinda entretenait une liaison avec une Celkhane haut placée. Une situation qui aurait pu valoir à Mélinda la cour martiale, mais qui, dans le milieu de l’espionnage, faisait d’elle une source de renseignements importante.

« Les enfants capturés viennent tous d’orphelinats liés aux Emreis ou à leurs alliés. Emhyr pense que ce réseau est couvert par des autorités haut placées, sans doute même par un Conseiller Impérial. Pour cette raison, il lui est difficile d’intervenir, ou même d’employer ses propres troupes. En revanche, venant des Celkhanes... »

Mélinda tourna encore les pages du rapport que Samara lui avait retransmis. Elle s’arrêta sur un extrait de plan cadastral, montrant une ferme un peu reculée.

« Les agents d’Emhyr pensent que cette ferme est l’un des points-relais pour les enfants qui sont capturés. C’est donc là que toi et tes petites furies sexy en latex devraient se rendre. »

C’était le début d’une opération qui se profilait...

8
Personnages prédéfinis / [LIBRE] Claudia Warren, vampire amazone
« le: février 19, 2018, 11:57:13 pm »
CLAUDIA WARREN


 (Cliquez sur l'image pour afficher la version complète)


État Civil

  • Nom proposé : Claudia Warren (le prénom peut être changé)
  • Titre proposé : Vampire – Amazone – Sorcière ;
  • Âge : 25 ans (elle les fait, non ?)
  • Sexe : Femme ;
  • Orientation sexuelle souhaitée : Lesbienne ou Bisexuelle ;
  • Expérience sexuelle souhaitée : pas du tout vierge ;
  • Groupe : Guerrière.




Éléments biographiques

  • Caractère proposé : Claudia est une fière Amazone, ce qui entraîne tout ce qu’on attend d’une Amazone. Néanmoins, elle est aussi paradoxalement tombée amoureuse de Mélinda, et est donc partagée entre le respect qu’elle doit à la Horde et ce qu’elle ressent pour celle qu’elle a considéré comme sa Maîtresse, et dont elle est maintenant la fille vampirique ;
  • Biographie : Claudia est née au sein de la redoutable Horde des Amazones, et a développé assez tôt des pouvoirs magiques, faisant d’elle une Chamane. Elle a néanmoins axé ses pouvoirs autour du combat, et a donc rejoint la caste des Guerrières. Forte et indépendante, elle s’est spécialisée dans des missions d’infiltration, et a fini par participer à une mission difficile, au cœur de la capitale impériale, consistant à assassiner un haut dignitaire impérial. Malheureusement, Claudia a été capturée, et a fini dans le Colisée d’Ashnard. Véritable teigneuse, elle a été rachetée par Mélinda Warren.
  • Autant dire que les relations initiales entre Claudia et Mélinda ne furent guère paisibles, mais se sont peu à peu apaisées. Claudia a fini par voir en Mélinda une femme qui, malgré sa petite taille, a réussi à devenir une puissante Matriarche, puisque dirigeante d’un clan vampirique, et par la respecter. Surtout, Mélinda a permis de l’aider dans sa mission en lui expliquant que le haut-dignitaire traqué par l’Empire était un traître. Grâce à elle, Claudia a pu accomplir sa mission, et revenir à la Horde. De manière surprenante, Mélinda l’a laissé repartir libre. Claudia n’a cependant jamais pu oublier Mélinda par la suite, et est finalement revenue la voir au sein de la capitale ;
  • Depuis lors, Mélinda a fait de Claudia sa « fille » en la transformant en vampire. Cette transformation a amplifié les pouvoirs magiques de Claudia, qui suit désormais une formation spéciale pour apprendre à les maîtriser et à les perfectionner.




Pouvoirs & Capacités

  • Pouvoirs vampiriques couplés aux talents de combat d’une Amazone, ça fait du dégât.




Relation(s) proposée(s)

  • Mélinda Warren. Mélinda Warren est la mère vampirique de Claudia. À ce titre, les deux femmes entretiennent une relation particulière, d’autant que Claudia a toujours du mal à s’avouer ses sentiments envers elle,
  • Les Amazones. Étant à la base une Amazone, Claudia n’a jamais oublié d’où elle venait, et revient fréquemment auprès de la Horde,
  • Samara. Samara aide Claudia à maîtriser ses pouvoirs vampiriques,
  • Rayne. Rayne est une vampire indépendante (une Dhampir, plus précisément). Claudia et elle pourraient tout à fait se retrouver en mission ensemble



Contact

Last but not least, si ce personnage prédéfini vous intéresse, je vous encourage à m'adresser un MP sur mon compte principal, Alice Korvander. Je répondrais à toutes les questions que vous pourriez vous poser concernant ce personnage.

9
Dictature d'Ashnard / La Matriarche Warren [Asshaï Warren]
« le: février 05, 2018, 02:03:58 am »
Il y a quelques jours, un véritable cataclysme était tombé sur la tête de Mélinda. Elle avait appris que sa mère vampirique était toujours vivante ! Vampirique, en effet, car Mélinda n’était pas née vampire. Humaine, elle avait été transformée en vampire, et n’avait jamais retrouvé trace de celle qui avait procédé à la métamorphose. De fait, elle avait même fini par oublier sa trace. Certes, Mélinda avait mené des recherches, mais celles-ci n’avaient pas abouti. Les temps ayant justifié sa métamorphose étaient confus. L’Empire était alors en pleine guerre civile, de nombreux barons et clans se rebellant contre l’autorité de l’Empereur de l’époque, Ram Aballah… « Le Roi Cramoisi ». Un Empereur dément, qui avait finalement été déchu de son trône. À l’époque, le père de Mélinda, Adam Warren, était l’un des derniers soutiens du Roi, et Mélinda avait été utilisée comme un pion par les rebelles pour pouvoir tuer son père, et mettre fin à la lignée des Warren. Mais, contre toute attente, elle avait réussi à s’en sortir, et à finir par créer un clan vampirique.
 
Depuis lors, elle avait appris que sa mère n’était autre que la Reine du « Cercle-De-Fer », une richissime région minière de l’Empire d’Ashnard. La redoutable Asshaï, aussi belle que cruelle, et qui avait invité Mélinda. Asshaï s’était avérée terriblement sensuelle, et avait expliqué bien des choses à sa fille… Notamment qu’elle était prête à former avec elle une famille, et à rejoindre son clan. Mais sa mère lui avait aussi expliqué qu’elle était une grande magicienne, et avait commencé à former Mélinda. La vampire étant toutefois encore très inexpérimentée en la matière, et Asshaï avait décidé d’en profiter pour revenir à la capitale impériale.
 
Encore assez mystérieuse, Asshaï ne semblait pas avoir révélé tout ce qu’elle savait, mais Mélinda était quand même assez fière de pouvoir lui présenter l’étendue de son patrimoine. Vanillia, elle, avait dû retourner auprès de ses terres viticoles, et Mélinda avait donc décidé de partir seule avec sa mère.
 
Elles avaient utilisé une caravane, mais Asshaï, malgré son grand âge, s’avérait au moins aussi perverse que Mélinda, usant volontiers de sa magie sur sa fille pour la frustrer, et jouer avec elle, ou avec les autres.
 
« Nous y sommes, Maman… »
 
La caravane s’engageait en effet dans le désert entourant la grande capitale impériale. Une immense cité entourée par un grand mur concentrique, avec plusieurs corps de garde, chacun ouvrant sur de grands boulevards impériaux qui menaient jusqu’au Palais Impérial, structure colosse et gargantuesque.
 
« Le harem se trouve le long de l’un des boulevards, je pense que tu devrais t’y plaire… »
 
La vampire lui sourit encore. Mélinda portait son habituelle robe dorée, et se retenait en réalité de ne pas sauter à nouveau sur sa mer. Le voyage avait été loin d’être calme, et le dos de Mélinda portait encore les traces des marques et des griffures, y compris sur ses fesses…
 
« Il y a longtemps que tu n’étais pas revenue à la capitale, non ? Je suis sûre que ton retour ne passera pas inaperçu… »

10
Centre-ville de Seikusu / Neko très spéciale [Okony - Athénaïs]
« le: décembre 18, 2017, 01:55:17 am »
« Elle est tellement mignonne ! »

Shii se pinça les lèvres en observant la jeune créature qui dormait au milieu du lit. C’était une magnifique poupée, une délicieuse femme aux cheveux roux et au corps maigre. Une neko, vu ses oreilles pointues et sa longue queue caudale, une neko qui s’était retrouvée sur la propriété du manoir de Maîtresse Mélinda, et qui était tombée dans les pommes en approchant. Les filles qui l’avaient vu avaient cru qu’elle était en compagnie de quelqu’un, mais, comme personne ne venait, elles avaient été la présenter à Maîtresse. Mélinda, qui n’avait jamais vu cette neko, avait rapidement constaté qu’elle était encore en vie, mais tout simplement fatiguée, et avait ordonné qu’on la nettoie, qu’on l’habille, et qu’on la couche dans une chambre.

La jeune Shii était donc chargée de la surveiller, et la lycéenne avait rougi en voyant que les filles avaient enfilé à la neko une tenue de maid ! Quand elle leur avait demandé pourquoi, elles s’étaient contentées de hausser les épaules, expliquant qu’une neko en robe de maid, c’était quand même très sexy. Shii portait sur elle une chemise très relevée, faisant office de débardeur, et dont la texture rappelait son sailor fuku,  ainsi qu’une fine culotte blanche, et des collants noirs. C’était presque une tenue pour aller dormir, vu que, dehors, il faisait nuit.

Shii se pencha encore vers l’étrange neko, prenant sa température, et déposa un petit baiser sur sa tête.

« Tu es comme toutes les nekos, tu as le sommeil lourd, toi… Mais je me demande bien qui tu es, et comment tu t’es retrouvée ici… »

Située dans les hauteurs de Seikusu, près de la forêt, le manoir de Mélinda était très impressionnant, un style victorien qui  était très impressionnant. La neko était dans l’une des chambres du manoir, une très belle pièce moderne, avec une grande télévision en écran plat, plusieurs armoires, de la tapisserie, et une grande fenêtre. Il y avait également quelques peluches sur le lit, notamment une peluche de Pikachu, et d’autres animaux affectueux.

Tout ce que Shii attendait, maintenant, c’état que cette petite poupée se réveille…

11
Centre-ville de Seikusu / Ton Idole [Emilia Deneville]
« le: décembre 09, 2017, 03:37:48 pm »
« Une Soirée avec ton Idole »... On aurait pu croire que c’était là le nom d’un programme de téléréalité, mais il s’agissait, en réalité, d’un concours organisé par une agence de mannequinat très populaire à Seikusu, et dont la jeunesse était l’une des cibles marketing. Ce concours était un bon moyen de mobiliser les fans en promouvant l’une de leurs vedettes, une mannequine à la beauté redoutable qui était la tête d’affiche de cette agence : Emilia Deneville. Une succulente Française qui avait rempli plusieurs portfolios, et était contactée, à en croire les informations fournies par l’agence, par de grandes marques de vêtement pour s’afficher avec leurs tenues dans des galas luxueux. Emilia Deneville avait tout pour plaire, et le concours, lancé depuis le site Internet de l’agence, avait rencontré un certain succès. Les critères de sélection étaient plutôt floues, et tous les candidats s’étaient essayés à des séances de shooting. La gagnante avait été choisie pour passer une soirée dans le grand et luxueux appartement d’Emilia.

Ce soir, cette gagnante était amenée par un taxi. Elle portait un jean, un chandail, et rien ne laissait entendre qu’elle puisse être autre chose qu’une simple lycéenne émoustillée à l’idée de rencontrer son idole. Rien, si ce n’est la profonde assurance de ses yeux verts, qui contrastait furieusement avec l’idée qu’on pouvait se faire d’une jeune fille nerveuse. Très sûre d’elle, Mélinda Warren avait de grands espoirs pour ce soir, et emmenait avec elle un attaché-case comprenant toutes ses armes. Outre des photographies d’Emilia, Mélinda avait aussi emmené un texte très intéressant, récupéré sur Internet.

« C’est ici, jeune fille » annonça le chauffeur du taxi, payé par l’agence, en rejoignant le parking souterrain de l’immeuble.

Originaire d’Ashnard, Mélinda n’y connaissait rien en informatique, mais, à Seikusu, elle avait asservi plusieurs hommes et femmes qui faisaient partie du club informatique, de véritables nerds. Grâce à eux, elle avait découvert le secret d’Emilia, à savoir que, derrière son assurance et son arrogance, elle écrivait sur Internet des fanfictions très particulières. Mélinda en avait récupéré une, qui racontait les calvaires d’une lycéenne, soumise et dominée par son professeur, qui l’humiliait sexuellement, et racontait combien la jeune esclave aimait ça. En s’attaquant à une mannequine célèbre, Mélinda sortait un peu de son cercle de confiance, qui se limitait aux individus travaillant dans le lycée Mishima, mais il fallait parfois savoir prendre des risques.

Mélinda remercia poliment le chauffeur, et sortit donc. Elle avait reçu toutes les informations par l’agence, y compris le numéro d’appartement d’Emilia. Cette dernière vivait dans l’une des plus riches immeubles de la ville, un gratte-ciel qui dominait, depuis les hauteurs, toute la baie de Seikusu, permettant d’avoir une vue plongeante sur tout le reste. Mélinda grimpa dans l’ascenseur, qui suintait le luxe, et monta vers l’étage d’Emilia, tout en ressassant son plan dans son esprit.

*Certes, c’est risqué, mais je sais que ça va marcher...*

Parmi les modalités de ce concours, il y avait une pré-sélection organisée par l’agence, qui sélectionnait dix profils, en les montrant ensuite à Emilia, à charge pour elle de choisir laquelle aurait la chance de passer sa soirée avec elle. Elle savait donc déjà à quoi s’attendre, au moins visuellement parlant.

L’ascenseur délivra Mélinda au bon étage, et elle s’avança. Sans sa longue robe dorée, la vampire n’avait pas ce ton solennel qui forçait naturellement le respect. Elle ressemblait juste à une adolescente... Une adolescente particulièrement belle avec ses agréables joues, ses yeux d’un vert perçant, et son visage poupon. En matière de beauté, Mélinda ne craignait personne, et elle espérait bien que, par-dessus tous les autres, c’était ce critère qui avait amené Emilia à la choisir... Car ce serait le mieux pour elle.

*Allez... En piste !*

Elle appuya sur la sonnette, et resta debout devant la porte, les mains serrées sur son petit dossier, ce dernier plaqué contre son ventre...

12
One Shot / Désir de soumission [PV]
« le: décembre 04, 2017, 01:20:28 am »
L’un des passe-temps favoris de Mélinda à Seikusu, et surtout au lycée Mishima, c’était de trouver de nouveaux esclaves. Hommes ou femmes, Mélinda ne faisait pas de discrimination, et elle disposait, à cet égard, d’un solide réseau d’informateurs. Elle était plutôt bien implantée dans la ville, maintenant, et disposait de relations dans les cercles informatiques. Dès qu’elle avait une piste, elle bondissait dessus. Jusqu’à présent, sa stratégie avait toujours fonctionné, à tel point que, au-delà des élèves, elle avait également asservi plusieurs membres du corps enseignant ou de l’administration. Parfois, Mélinda était tombée sur un os. Par exemple, quand elle avait tenté de soumettre la professeur de biologie, Pamela L. Isley, elle s’était retrouvée ligotée dans son bureau pendant les deux heures du déjeuner, et avait été longuement pénétrée par de multiples tentacules, avant que la femme ne la libère. Mélinda avait compris qu’elle ne pourrait pas faire d’Isley-senseï une esclave, mais elles s’étaient quittés bon ami. De temps en temps, Mélinda venait se soumettre avec elle, heureuse de trouver une femme capable de soulager certains fantasmes inavoués de Mélinda.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui, une nouvelle journée de travail se finissait au lycée Mishima, et Mélinda attendait sa nouvelle proie. En l’état, c’était un sacré morceau : Alice Veinberg. Un magnifique minois, et la fille unique des Veinberg, de riches Allemands. Ils avaient quitté leur pays lors de la réunification allemande, probablement en craignant de voir une hausse de l’imposition pour permettre à l’Allemagne de l’Est de retrouver un niveau de fortune décent. Les Veinberg étaient ainsi de riches Allemands, qui avaient fait fortune lors de l’industrialisation de l’Allemagne, et qui avaient développé une activité parallèle au Japon. Ils s’étaient implantés à Seikusu, et Alice Veinberg s’était retrouvée inscrite au lycée Mishima. Elle était riche, et émanait d’une famille très traditionnelle. Les Veinberg étaient de fervents Chrétiens, des catholiques convaincus.

Et, aujourd’hui, Mélinda avait jeté son dévolu sur elle. Dans un bureau, elle observait son dossier scolaire, ainsi que les informations obtenues par ses esclaves, à savoir des achats que la jeune fille avait fait très discrètement sur Internet, en utilisant un pseudonyme, et en les récupérant à un point-relais. Un luxe de précautions pour éviter que sa famille ne voit les articles. Malheureusement pour Alice, Mélinda avait réussi à les obtenir.

En l’occurrence, Alice Veinberg avait acheté un important lot de magazines érotiques, des hentaïs autour de différents thèmes : viol forcé, orgies, tentacles hentais... L’un des éléments communs, comme dans beaucoup de magazines, c’était des femmes soumises, violées, dominées, généralement par des Futanaris ou par des tentacules. Alice Veinberg n’avait rien trouvé de mieux, pour s’assurer que personne ne les trouve, de les dissimuler dans son casier. Un très mauvais choix ! Mais Mélinda avait été très prudente, et, plutôt que de s’impliquer en personne, elle avait décidé de faire un petit jeu à Alice.

« Elle ne devrait plus tarder, Maîtresse... »

Face à elle, il y avait Hiroko Takashiro. Takashiro-senseï avait grandi à Seikusu, et, quand elle était élève à Mishima, elle avait participé, avec plusieurs amies, à une invocation dans les caves du lycée. Takashiro-senseï avait été l’amante d’un redoutable démon tentaculaire, qui l’avait longuement violé. Terrorisée, Takashiro-senseï avait fini sous le choc, mais n’avait jamais pu oublier cette séance. Mélinda avait fait d’elle son esclave dévouée, et c’était donc Takashiro-senseï qu’elle avait envoyé. La prof’ avait surpris Alice ce matin, et lui avait demandé de venir la voir ce soir. En outre, Mélinda avait récupéré dans la collection de Veinberg plusieurs magazines, et comptait bien passer aux choses sérieuses ce soir, convaincue qu’Alice Veinberg était un fruit mûr qui ne demandait qu’à être cueilli.

Pour l’occasion, Mélinda avait troqué son uniforme scolaire pour sa robe dorée, et attendait donc, lorsqu’on toqua à la porte. Takashiro-senseï se pinça les lèvres, et se redressa. Elle ouvrit ensuite la porte de son bureau.

« Bonsoir, Veinberg-san ! Je t’en prie, rentre... »

Alice Veinberg n’avait pas encore vu Mélinda, et, quand elle la vit, Hiroko avait déjà fermé la porte derrière elle.

« Coucou, Alice ! Tu me reconnais, j’espère... Regarde, je crois que ceci est à toi... »

Elle lui lança un magazine, comprenant une histoire où un groupe de lycéennes se faisait violer en forêt par des tentacules jaillissant d’un monstre végétal. Le livre tomba aux pieds d’Alice, s’ouvrant sur une redoutable pénétration, où des tentacules s’enfonçaient dans tous les pores d’une femme.

« Tu as de drôles de lectures, Alice... Je me demande de ce que tes parents diraient s’ils savaient ça... »

Le choc devait être de taille pour Alice Veinberg, elle qui s’attendait à un entretien avec une prof’, et se retrouvait face à une camarade de classe, qui avait percé à jour son plus grand secret...

13
La calèche traversait laborieusement le canyon escarpé, filant le long de montagnes austères et redoutables. Il était très déconseillé de quitter les sentiers sécurisés. Wyverns, manticores, kikimorrhes jaillissant des grottes, hantaient cette région. Jadis dominés par les nains, le Cercle-De-Fer, comme on les appelait, étaient désormais une région ashnardienne de premier plan sur les questions économiques. Un endroit dangereux, mais très prolifique, car, à l’intérieur du Cercle, on trouvait quantité de carrières, de gisements de matières premières et précieuses. Cristaux de mana, nickel, pierre, fer... Chaque jour, des charretiers convoyaient des tonnes et des tonnes de blocs de pierre, qui servaient à fortifier les solides châteaux impériaux, ou à renouveler les stocks de munitions pour les catapultes ou les trébuchets. Les lingots de fer, eux, servaient à forger les armes et les armures de l’Empire. Le Cercle-De-Fer était donc un endroit très riche, bénéficiant de redoutables gardes, des hommes musclés en armure épaisse, qui protégeaient la région contre les monstres, notamment les putréfacteurs et les goules qui jaillissaient des profondeurs des grottes pour s’en prendre aux mineurs.

Le Cercle disposait toujours de puissantes compagnies naines, et, pour le peu que Mélinda en savait, le Cercle disposait d’un syndicat de nain influent. La fameuse Banque Vivaldi, spécialisée dans la protection économique des nains, disposait d’une agence ici. Pour autant, la région n’était pas sous le contrôle des nains, mais sous celui d’une puissante vampire. Une vampire indépendante, vieille de plusieurs millénaires, et qui régnait sur ces terres d’une main de fer. On disait notamment qu’elle avait réinstauré le droit de cuissage. De grands clans vampiriques la courtisaient régulièrement, comme le clan Dowell, mais, à l’instar du duc de Castlevania, cette vampire restait inflexible.

Mélinda revenait justement d’un voyage à Castlevania, où elle avait, contre toute attente, réussi à obtenir du duc son allégeance à son clan*. Une situation inédite, car le duc avait toujours refusé de s’affilier à des clans. Mélinda avait même appris, par l’intermédiaire de Samara, que cette alliance avait été discutée lors d’une session du Conseil Impérial. Castlevania était en effet un énorme château, solide et puissant, qui avait toujours conservé son indépendance vis-à-vis des clans. Mélinda n’avait toujours pas spécialement compris les motivations du duc, mais elle soupçonnait qu’il y avait un lien entre cette allégeance et l’étonnant message qu’elle avait reçu... Et qui émanait de la « Reine du Cercle-De-Fer ».

« Enfin, nous avons ramené tes barriques, ma chérie, ce sera un précieux cadeau pour les nains. »

L’invitation concernait Mélinda et sa femme, Vanillia. Pour l’occasion, Vanillia avait affrété plusieurs chariots abritant son vin, afin de l’offrir aux nains du Cercle, en signe de paix. Mélinda était assez nerveuse et excitée, car on racontait quantité de choses sur cette vampire, notamment qu’elle était une experte en magie rouge, la magie du sang, magie dont les vampires avaient une affinité naturelle.

Finalement, leur convoi atteignit l’autre côté du dédale, et Mélinda put voir une énorme ville, bâtie au centre du Cercle, entourée par des remparts hauts cerclés de solides tours. Des démons volants, ressemblant à de grosses gargouilles vertes, volaient en hauteur, et, tout le long du Cercle, Mélinda pouvait voir des fortins, des hameaux locaux, abritant les installations des mines. Une très vaste vallée industrielle, avec, en son centre, un château colossal, qui se dressait fièrement.

« Eh ben... Nous jouons dans la cour des grands, amour. »

Plusieurs cavaliers escortaient le convoi, les dirigeant vers la cité, qui avait conservé son appellation naine, Khazid Urbaz. Mélinda se retourna vers Vanillia, et lui sourit, avant de l’embrasser sur les lèvres.

« Je suis sûre que tout se passera bien, mais... Personne ne connaît les motivations politiques de la Reine-De-Fer, comme on l’appelle. Elle s’exprime publiquement peu. »

Mélinda était, pour le coup, très loin de se douter de la vérité... Elle était bien loin de se douter que la puissante Reine, la Reine Asshaï, partageait avec elle un lien très intime...



* : Cf. RP « Entretien avec un vampire ».

14
Plus disponibles / [PRIS] Lyra Warren
« le: octobre 19, 2017, 10:15:41 pm »
LYRA WARREN

Citer
AVERTISSEMENT : ce personnage a été pris.

Sa fiche est consultable ici : http://hentai.forum-rpg.net/index.php?topic=20417.0.


 (Cliquez sur l'image pour afficher la version complète)


État Civil

  • Nom proposé : Lyra Warren ==> Le prénom peut être changé, mais Lyra restera une Warren ;
  • Titre proposé : Vampire
  • Âge : Plusieurs siècles d’existence, au moins un millénaire
  • Sexe : Femme ;
  • Orientation sexuelle souhaitée : Bisexuelle ;
  • Expérience sexuelle souhaitée : pas vierge du tout ;
  • Groupe : Comtesse.




Éléments biographiques

  • Caractère proposé : Lyra Warren est une femme très puissante et très orgueilleuse, mais qui souffre d’un mal propre à certains vampires très âgés : l’ennui et la solitude. Même le sexe ne la stimule plus autant qu’auparavant, alors même qu’elle est très perverse par nature. Très calme, elle peut parfois faire preuve à de redoutables crises de colère, et sait se montrer d’une incroyable cruauté quand il le faut. Lyra va pour autant retrouver peu à peu la joie de vivre en retrouvant l’une de ses filles, Mélinda Warren. Il est à noter que Lyra souffre de troubles de la mémoire, et a du mal à se souvenir de son lointain passé ;

  • Biographie : Lyra Warren dirige un puissant comté impérial, et dispose, pour cela, d’un grand château. Elle règne d’une main de maître sur ces terres, et a un statut quasi-divin pour les gens qui vivent sur place. Il y a bien eu des tentatives de révolte dans le passé, mais Lyra les a tous écroulés. Elle est considérée comme l’une des plus puissantes vampires de l’Empire, mais conserve un rôle neutre auquel elle tient beaucoup, et qui fait qu’elle a pu échapper à la plupart des grands conflits impériaux... Tout en donnant parfois quelques aides discrètes et appuyées. Lyra a notamment instauré le droit de première nuit chez elle, et se montre très cruelle envers les femmes qui ne lui offrent pas sa virginité, puisqu’elle les asservit, et en fait ses esclaves ;

  • Le dernier acte de Lyra a été d’accepter la rencontre avec plusieurs rebelles impériaux à l’époque de la Guerre Civile contre le Roi Cramoisi. Les rebelles avaient emmené avec eux une jeune fille, l’héritière du légendaire clan Warren, et lui demandèrent de transformer cette fille en vampire. L’idée des rebelles était d’impliquer Lyra dans la guerre, car Lyra avait toujours convoité les terres du clan Warren, et détestait le père de Mélinda, Adam Warren. Lyra accepta ce marché, et offrit son sang à la jeune fille, faisant d’elle une vampire.
  • Mélinda Warren disparut alors de l’esprit de Lyra, mais, récemment, elle a entendu parler, par le biais de l’une de ses filles, du clan de Mélinda. Mais, surtout, Lyra sait que les Warren n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, et que le Roi Cramoisi, qu’on pensait morts, est toujours en vie. Et, sans qu’elle ne parvienne vraiment à se l’expliquer, Lyra sait que le Roi Cramoisi est dangereux, et que, d’une manière ou d’une autre, ce clan pourra lui être utile.




Pouvoirs & Capacités

  • Lyra Warren est une vampire extrêmement puissante, qui excelle dans l’art magique propre aux gens de son espèce, la magie rouge, qui consiste à manipuler le sang. À ce titre, elle dispose de puissants sortilèges, est une guerrière redoutable, capable de se soigner presque instantanément des blessures qu’elle reçoit, et peut manipuler les gens, faire bouillonner leur sang, etc... ;
  • Lyra est aussi une grande alchimiste, et, si elle apprécie tant les vierges, c’est parce qu’elle utilise le sang virginal, émanant de l’hymen, comme base alchimique pour de puissants élixirs.



Relation(s) proposée(s)

  • Mélinda Warren. Mélinda est la fille vampirique de Lyra. C’est donc avec Mélinda que les relations de Lyra auront principalement lieu. Lyra, en retrouvant sa fille, parviendra à goûter à une nouvelle vie, tout en cherchant à retrouver les souvenirs de son passé, passé qui est intimement lié à celui des Warren ;
  • Samara. Pour retrouver ses souvenirs, Lyra pourra faire appel à la puissante Samara, une Archimage talentueuse, ce qui l’amènera à plonger dans les souvenirs confus et troublés de son vaste passé ;
  • B.B. Corps. Ici, Lyra n’a pas affaire à des alliées, mais à des ennemies, qui sont envoyées chez elle pour de biens obscures raisons, mais également liées à son passé.




Annexes





Contact

Last but not least, si ce personnage prédéfini vous intéresse, je vous encourage à m'adresser un MP sur mon compte principal, Alice Korvander. Je répondrais à toutes les questions que vous pourriez vous poser concernant ce personnage.

15
Dictature d'Ashnard / Apprivoisement [Shayna]
« le: septembre 18, 2017, 01:40:36 am »
« Alors, la voilà... Elle est très sauvage, il vaut mieux être prudentes... »

La cage était posée en plein milieu du salon, avec un drap noir dessus. Les hommes qui l’avaient apporté avaient été très vigilants, et s’étaient assurés que le somnifère marchait bien. La personne située dedans dormait de fait toujours, mais Mélinda sentait, à ses battements sanguins, que la bête était en train de se réveiller. Inhabituellement nerveuse, Mélinda se frictionnait maladroitement les mains, consciente que la personne située dans cette cage pouvait la dévorer, et que ce qu’elle comptait faire serait très difficile, pour ne pas dire impossible. En fait, les dresseurs qu’elle avait consulté lui avaient dit que le mieux à faire était d’euthanasier cette bête, qui n’avait plus rien d’humain, même si elle était une Terranide. Mais Mélinda s’y était refusée, consciente que réussir l’impossible, c’était un peu son credo.

C’était une belle pièce, avec un grand lustre au plafond. Un salon de repos, qui servait généralement à organiser des orgies dans le harem Warren. Mélinda avait toutefois écarté tous les meubles, et regarda lentement la femme qui l’accompagnait. La belle Edessa, sa succube préférée, était un atout majeur dans la stratégie qu’elle comptait utiliser pour apprivoiser la créature située dans la cage, et qui, peu à peu, émergeait. Une créature qui avait un collier autour du cou avec une chaîne en fer, compte tenu de ses épaisses griffes.

Elle avait été récupérée dans une grande jungle exotique au sud, lors d’un rude safari, et avait fait bien des dégâts. Elle avait provoqué la mort de plusieurs personnes avant d’être finalement capturée, et ramenée en grande pompe au sein de la capitale. Le safari ayant été organisé par le clan Warren, Mélinda avait donc récupéré cette belle créature. Quand elle dormait, elle était si belle que Mélinda s’était convaincue de ne pas la tuer.

*C’est une Terranide, ce qui signifie qu’elle a des capacités de réflexion avancées, comme n’importe quel humain... Il y a donc un mince espoir que je puisse l’apprivoiser.*

Très mince, toutefois, mais elle ne se voyait vraiment pas la tuer si rapidement, sans même essayer quoi que ce soit.

« Bon... Il est temps de la réveiller. Ne t’inquiète pas, Edessa, je ne risque rien. »

Mélinda se rapprocha de la cage, entendant la bête gronder derrière le rideau noir qu’on avait tiré sur la cape. Elle attrapa un pan du rideau, et hésita quelques secondes.

*J’en ai éduqué des pires que cette sauvage...*

C’est ce qu’elle se dit pour s’encourager... Puis Mélinda tira sur le rideau...

Et la bête se révéla à elles !

Pages: [1] 2 3 ... 8