Le Grand Jeu - Forum RPG Hentai

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des œuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible.
Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans.

En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Vous acceptez également le traitement automatisé de données et mentions légales de notre hébergeur.

Voir les derniers messages - Karuta Roromiya

Nos partenaires :

Planete Sonic Reose Hybride Yuri-Academia L'Empire d'Argos Astrya Hybride Industry Iles Mystérieuses THIRDS
Inscrivez-vous

Voir les derniers messages

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - Karuta Roromiya

Pages: [1] 2 3 ... 8
1
Karuta venait de recevoir son cadeau de la part d'Evangeline. Elle pouvait désormais se transformer à volonté entre humaine, neko et chatte, et elle avait hâte d'utiliser ses nouveaux pouvoirs pour servir sa maîtresse. Cette dernière lui demanda de commencer par expérimenter ses nouvelles capacités en testant ses sensations avec ses trois corps. Elle pouvait se toucher elle-même ou expérimenter ses sens sur sa maîtresse. Elle lui assura être là pour son plaisir, ce qui ravit la jeune fille au-delà de toute raison.

« Gggrrrooouuu... merci infiniment, maîtresse. »

Karuta décida de commencer par expérimenter avec son corps humain afin de le prendre comme point de référence. En fermant les yeux et en se concentrant un peu, elle parvint à faire disparaître ses oreilles et sa queue de neko et à redonner à ses yeux leur apparence normale. Toujours sur les genoux d'Evangeline, elle se caressa dans les zones sensibles de son corps et aux endroits où ses parties de neko étaient apparues. Elle fit bien attention aux sensations qui parcouraient son corps, à la façon dont sa peau réagissait à ses caresses, pour bien les mémoriser. Ainsi, elle voyait comment elle était dans son état normal.

Après ça, la maid se transforma de nouveau en neko et revint se caresser aux mêmes endroits. Elle réalisa vite que son toucher était devenu plus sensible, surtout au niveau de ses zones érogènes et de ses nouvelles parties de neko. Les mêmes caresses lui procuraient plus de plaisir, à tel point qu'elle commença même à venir se masturber pour profiter de ce nouveau plaisir. Une de ses mains caressait son clitoris entre ses jambes pendant que son autre main touchait ses oreilles pointues et sa queue velue. Mais elle ne se laissa pas emporter pour autant. Après ce petit moment de plaisir, elle commença à expérimenter ses autres sens, notamment son odorat en venant renifler le parfum délicat qui se dégageait d'Evangeline. Elle vint coller son nez près de son cou, humant cette bonne odeur qui la rendait si heureuse.

« Hhhmmm... vous sentez bon, maîtresse. »

Après ça, Karuta décida d'expérimenter ce qu'elle ressentait en tant que chatte. Cette transformation fut la plus difficile. Après avoir fermé les yeux et réussi à visualiser le résultat, elle sentit son corps changer dans des proportions drastiques. Après avoir grandement rétréci, son dos se courba pour l'obliger à se tenir à quatre pattes. Ses bras et ses jambes perdirent certains de leurs os et articulations pour prendre une forme féline. Son crâne s'écrasa avant de se reformer pour les nouveaux traits de son visage félin. Et pour finir, tout son corps se recouvrit d'un pelage rose comme ses cheveux.

Une mignonne petite chatte se retrouva aux pieds d'Evangeline, et vint aussitôt se frotter à ses jambes.

« Mmrraaww... »

Karuta était encore consciente d'elle-même, mais elle ne pouvait plus parler pour communiquer, et elle sentait que ses instincts félins étaient bien plus forts. En revanche, si elle voulait voir où en était sa sensibilité, elle allait forcément avoir besoin d'aide. Elle sauta sur les genoux de sa maîtresse et se coucha dessus en ronronnant.

« Nnnyyyaaa. »

J'espère qu'elle va comprendre que j'ai envie qu'elle me caresse.

2
La magie d'Evangeline circulait dans le corps de Karuta. Cette dernière, très désorientée, ne sentit pas immédiatement les changements qui se produisaient sur son corps. Ses oreilles humaines disparurent, pour laisser la place à deux adorable oreilles de chat qui apparurent un peu plus haut sur sa tête. Au-dessus de ses fesses, une queue féline au pelage de la même couleur que ses cheveux se mit à pousser. Et pour finir, ses yeux changèrent de forme pour devenir des yeux de chat.

« Aaahhh... aahh... oouuhh... nnnyyyuuu ! »

La maid se mit à miauler sans même s'en rendre compte. Quand sa maîtresse eut fini d'utiliser sa magie sur elle, elle se sentait encore secouée mais déjà plus en forme. Elle commença par observer son corps, à la recherche de changements, et finalement elle vit la queue caudale qui avait poussé dans son dos. Ce qui était étrange, c'était qu'elle ne la sentait pas encore, pourtant elle bougeait, et quand elle la touchait, elle sentait les poils sous ses doigts. Après ça, elle alla se caresser ses nouvelles oreilles, et là encore, elle ne les sentait que quand elle les touchait.

« Mmrraaww... maîtresse... nnyyaa... c'est... mmyyuu... incroyable. »

Karuta ne pouvait pas s'empêcher de miauler au milieu de ses phrases. C'était devenu naturel pour elle. Et quand Evangeline lui proposa de venir se reposer sur ses genoux, elle ne se fit pas prier.

« Nnnyyyaaa... merci maîtresse. »

La nouvelle neko s'installa de son mieux sur les genoux de sa maîtresse, essayant de se mettre le plus confortablement possible en écoutant ses nouveaux réflexes félins. Dès que ses nouvelles oreilles ou sa nouvelle queue caudale touchait la robe d'Evangeline, elle frémissait en ronronnant. C'était comme si tout son corps était devenu plus sensible, et elle trouvait ça agréable.

« Mmmrrraaawww... »

Une fois installée, Karuta profita des caresses d'Evangeline, qui semblait très contente d'avoir un aussi joli chaton sur ses genoux. La maid réalisa peu à peu qu'il n'y avait pas que son toucher qui était plus développé. Elle entendait aussi mieux, et la lumière était devenue plus vive pour ses yeux. Du coup, elle préférait garder les yeux fermés pour le moment.

« Gggrrrooouuu... maîtresse... comment votre nouvelle neko... peut-elle vous servir ? »

3
Avant de recevoir son cadeau, Karuta eut droit à une dernière mise en garde de la part d'Evangeline. Si elle allait jusqu'au bout, elle serait liée magiquement à elle, comme l'une de ses créations, lui permettant de ressentir plus de choses d'elle mais aussi de communiquer avec son esprit.

« Alors vous aurez accès... à toutes mes pensées ? »

Cette idée pouvait faire un peu peur, d'autant que la maid pensait souvent à sa maîtresse, et pas toujours pour des pensées innocentes. Mais elle ne pouvait pas refuser ce cadeau.

« Pouvoir être liée à vous... de façon encore plus proche... mmrraaww... est un merveilleux cadeau. »

Karuta regarda Echo s'approcher d'Evangeline, et fut surprise en la voyant se transformer. Son corps se sépara en trois objets : un masque, un sceptre et un collier. Evangeline lui expliqua qu'elle allait se servir du sceptre pour la transformer, et qu'elle devait maintenant se déshabiller.

« Bien maîtresse. »

La jeune fille n'eut qu'à tirer sur les nœuds de son bikini, et les deux pièces tombèrent sur le sol, laissant son corps complètement nu, ne cherchant même pas à se couvrir avec ses bras. Après ça, elle avança vers sa maîtresse, qui se mit à agiter son sceptre et à prononcer des paroles dans une langue qu'elle ne comprenait pas. Très vite, elle commença à avoir des vertiges et sa vision se troubla.

« Aaahhh... maîtresse, je... je ne me sens pas... très bien. »

Mais Evangeline lui assura que tout était normal, qu'elle devait se laisser porter et que tout irait bien. Karuta ne pouvait que lui faire confiance, alors elle ferma les yeux et se laissa porter. Tout irait bien, sa maîtresse le lui avait promis.

4
Evangeline avait accepté le choix de Karuta. Cette dernière reçut pour consigne de retourner à son travail, puis de venir retrouver sa maîtresse à deux heures, dans le petit salon, avec une tenue facile à retirer.

« Bien maîtresse. Encore merci d'avoir accepté ma demande. »

La maid quitta la pièce après une révérence à sa maîtresse, et même si son visage ne laissait rien transparaître, elle était toute joyeuse au fond d'elle. Non seulement parce qu'elle allait recevoir un cadeau de la part d'Evangeline, mais en plus parce que ce cadeau allait lui permettre de la servir encore mieux. Et dans sa tête, il n'y avait rien de plus important.

Karuta passa encore une heure à arpenter les couloirs du manoir pour faire la poussière et nettoyer les meubles, puis vint l'heure du déjeuner. Comme chaque jour, elle prit son plateau et alla s'asseoir à table avec d'autres maids, en pensant qu'elle allait échanger des banalités avec elles comme d'habitude. Mais cette fois, les autres maids avaient eu vent du cadeau que leur amie allait recevoir, et elles l'assaillirent de toutes sortes de questions et de commentaires. Certaines étaient très bienveillantes, d'autres cachaient de la jalousie, mais la jeune fille resta très modeste et très sobre dans ses réponses. Pour elle, ce cadeau était avant tout un geste de sa maîtresse envers elle, et elle était décidée à travailler encore plus dur pour montrer à quel point elle était reconnaissante. Mais elle ne pouvait pas nier qu'elle était aussi excitée à l'idée qu'elle allait bientôt pouvoir se transformer en terranide.

Une fois son déjeuner terminé, Karuta continua encore un peu ses tâches ménagères, puis elle retourna dans sa chambre pour se changer. Evangeline lui avait demandé de venir avec une tenue facile à retirer, et elle passa presque vingt minutes à la choisir. Une fois décidée, elle se dépêcha de rejoindre le petit salon où sa maîtresse l'attendait, ainsi qu'Echo, sa seconde. Après avoir frappé à la porte, elle entra. Elle portait une petite robe blanche qu'elle retira aussitôt pour dévoiler ce qu'elle pensait être une tenue facile à retirer : un bikini turquoise attaché grâce à des nœuds. Il suffisait de tirer sur ces derniers pour le faire immédiatement tomber de son corps.

« Rebonjour maîtresse Evangeline. Me voici, comme vous l'avez demandé. »

La maid trépignait déjà d'impatience à l'idée de recevoir son nouveau pouvoir.

5
Karuta sourit en voyant Evangeline sourire devant son choix. Elle était même tellement contente qu'elle décida de faire un cadeau à son petit chaton. Elle pouvait lui demander n'importe quel objet et elle le lui donnerait. Elle pouvait aussi apprendre un nouveau talent ou acquérir un nouveau pouvoir. En clair, elle n'avait qu'à demander.

« Vraiment ? Ce que je veux ? »

Cela offrait tant de possibilités. Mais tout ce à quoi Karuta pouvait penser, c'était qu'elle voulait être une meilleure servante pour sa maîtresse. Elle s'imagina un uniforme magique, capable de la rendre plus rapide et plus endurante pour pouvoir s'acquitter des tâches ménagères plus vite et plus longtemps. Elle pourrait aussi demander le pouvoir de déplacer la poussière par la pensée, afin de ne plus perdre de temps à épousseter son plumeau.

Puis elle se demanda si elle ne préférait pas devenir un meilleur chaton pour sa maîtresse. Le dressage d'Angel lui avait appris à se comporter comme tel, mais ce n'était que de la mise en scène. Elle n'avait pas de fourrure, pas d'oreilles pointues, pas de queue caudale. Elle pourrait demander à avoir tout ça. Ainsi, elle serait plus proche de devenir un vrai chaton.

« C'est si dur de choisir maîtresse... »

Evangeline voulait lui faire un cadeau, mais Karuta avait si peur de faire le mauvais choix. Devait-elle être une meilleure servante ? Un meilleur chaton ? Elle avait l'impression que, quoi qu'elle choisisse, elle finirait par regretter ce qu'elle n'avait pas obtenu. Mais ç’aurait été impoli de refuser l'offre de sa maîtresse. Elle ne voulait pas être déçue, mais elle voulait encore moins que sa maîtresse retire son offre si elle n'était pas capable de lui répondre, ou pire encore, qu'elle la punisse pour n'avoir pas su choisir. Alors finalement, elle prit une décision.

« Maîtresse... j'aimerais avoir le pouvoir... de me transformer en terranide chat. Avec des oreilles pointues... une queue caudale... et de la fourrure. Je veux être un meilleur chaton. »

Ça y est, elle avait fait son choix.

6
Blabla / Re : Horloge parlante
« le: dimanche 17 janvier 2021, 20:38:25 »
Tiens, depuis quand on a une émote Kappa ?  :kappa:

20h38

7
D'après Angel, il était important que Karuta ait conscience que sa maîtresse ne pouvait pas être tout le temps avec elle, mais cela ne devait pas l'empêcher de jouer les petites chattes en manque de câlin. L'important c'était d'essayer.

« D'accord, je le ferai. »

Après avoir compris la demande d'Evangeline, Angel se mit le gode dans la chatte sans discuter. Si les ordres venaient de sa maîtresse, il n'y avait pas à réfléchir. L'objet en elle n'était pas trop gênant, elle pouvait continuer son dressage sans problème.

« Oh, il y a aussi une autre consigne. Après avoir choisi à qui donner le gode, je dois ramener cette personne à maîtresse Evangeline. Donc il faut que vous veniez avec moi Angel. »

Encore une fois, puisqu'il s'agissait d'un ordre d'Evangeline, Angel ne pouvait pas refuser. Après avoir donné quelques consignes à la blonde qu'elle était en train de dresser, Karuta ouvrit la marche en direction du bureau de leur maîtresse. C'était bientôt l'heure de son déjeuner, mais elle devait encore être en train de travailler. En chemin, elle croisa plusieurs domestiques qui se demandèrent pourquoi elle n'était pas à la cuisine comme elle était censée l'être.

« Je dois voir maîtresse Evangeline pour un autre travail. J'arrive dès que j'ai fini. »

Évidemment, s'il s'agissait d'un travail pour leur maîtresse, personne n'oserait contester.

Une fois devant la porte du bureau, Karuta frappa.

« Maîtresse ? C'est Karuta. Je peux entrer ? »

La maid entra une fois qu'on lui en donna la permission, et elle s'inclina devant sa maîtresse.

« Maîtresse Evangeline, j'ai suivi vos consignes. J'ai choisi de donner le gode à Angel, et maintenant je vous l'amène. »

Elle n'attendait plus maintenant que de voir ce que la femme allait décider. Avait-elle prévu un autre défi pour son chaton ?

8
Karuta faisait une belle démonstration de la formation qu'elle avait reçue d'Angel sur cette jeune demoiselle, visiblement en pleine formation. La dresseuse félicita la maid pour sa réussite, la présentant comme l'une des filles ayant le plus vite réussi à séduire leur maîtresse, une vraie petite chatte sur tous les plans. Karuta se sentit émoustillée par la fierté, puis Angel lui demanda de parler de sa nouvelle vie au manoir, et sans retenue.

« Mmmhhh... d'accord. Eh bien... honnêtement, tout me ravit. Chaque fois que maîtresse Evangeline me voit, elle me couvre de câlins et me récompense pour mes actions de chaton. Je me frotte à ses jambes, je miaule, je ronronne, tout ce qu'elle veut. Et grâce au dressage d'Angel, c'est vraiment devenu une seconde nature chez moi. J'arrive à passer des tâches ménagères à mon rôle de chaton en un clin d'oeil.
En fait, la seule chose qui m’embête un peu c'est... »


La maid hésita à se confier, craignant que sa maîtresse ne vienne la disputer ensuite, mais la dresseuse lui répéta encore une fois qu'elle ne craignait rien ici, alors elle osa en parler.

« J'ai toujours envie d'être avec maîtresse Evangeline... d'être son gentil chaton... qu'elle joue avec moi, qu'elle me caresse... mmmrrraaawww... qu'elle me fasse l'amour. Mais je sais que ça n'est pas possible. Elle a beaucoup de travail, et d'autres esclaves qui veulent passer du temps avec elle, et moi je dois accomplir mes tâches ménagères. Et pourtant... quand je ne suis pas avec elle je me sens... creuse. »

Les lamentations de Karuta étaient loin d'être dénuées d'intérêt. Evangeline avait passé tellement de temps à l'éduquer et à prendre soin d'elle qu'elle avait créé un lien très fort entre elle et sa servante. Un lien si fort que la jeune fille se sentait perdue dès que sa maîtresse s’éloignait d'elle. Mais comme elle l'avait dit, elle comprenait qu'elle ne pouvait pas toujours être avec elle et elle l'acceptait.

Après avoir bien léché le corps de la jeune fille, la servante remarqua qu'Angel tenait toujours le gode dans sa main. Intriguée, elle lui posa directement la question.

« Angel, pourquoi tu n'as pas mis le gode ? Il y a un problème ? »

La dresseuse la regarda, étonnée, ne comprenant pas de quoi elle parlait.

« C'est ce que je t'ai dit en arrivant : maîtresse Evangeline m'a mis ce gode dans la chatte hier, et ce matin elle m'a dit que je pouvais le donner à une autre femme dans le manoir pour qu'elle se le mette dans la chatte à son tour. Tu n'avais pas compris ? »

9
Juste après son arrivée, Karuta commença à jouer les chatons pour le plaisir d'Angel, qui la regardait avec convoitise. Elle oublia bien vite qu'elle était venu ici pour lui offrir son gode, et elle préféra savourer les caresses qu'elle recevait sous le menton. Du moins jusqu'à ce que la dresseuse lui demande ce qui l'amenait ici.

« Mmmrrraaawww... ah oui c'est vrai. »

La maid se remit debout, souleva sa robe et lui montra le gode logé en elle.

« Maîtresse a dit que je pouvais donner ce gode... à qui je voulais. Et... nnnyyyaaa... c'est toi que j'ai choisi. »

Angel semblait intéressée par la proposition. Elle enleva le jouet sexuel logé dans l'antre de Karuta, et en attendant de voir ce qu'elle allait en faire, elle demanda au chaton d'aller montrer deux-trois tours à une jeune fille qui était en période de dressage.

« Mmyyuu... j'y vais tout de suite. »

La maid grimpa sur le lit et se plaça au-dessus de la nouvelle élève.

« Bonjour. Moi c'est Karuta. J'ai été à ta place il y a peu de temps. Si tu es sage et bien obéissante, alors ta formation ira vite. Angel est très gentille tant que tu fais ce qu'elle dit. Regarde ce qu'elle m'a appris. »

Elle colla son visage contre celui de la jeune fille et se mit à frotter sa joue contre la sienne en ronronnant. Elle pouvait même sentir que le corps de la maid frémissait comme le ferait celui d'un vrai chat en train de ronronner. Et histoire d'en rajouter, elle lui lécha aussi le nez.

« Les chattes aiment lécher leurs maîtresses... peu importe où elles le demandent. Que ce soit le visage... ou autre chose. »

Karuta commença à descendre peu à peu le long du corps de l'élève en passant sa langue un peu partout. Son cou, sa poitrine, ses hanches, son nombril... Elle s'attarda tout particulièrement sur son clitoris, lui arrachant quelques soupirs et gémissements de plaisir, mais pas au point de la faire jouir. Elle passa ensuite rapidement le long de ses jambes jusqu'à arriver à ses pieds.

« Maîtresse adore quand je lui lèche les pieds. »

Effectivement, Karuta avait avait l’habitude de venir lécher les pieds de sa maîtresse chaque fois que cette dernière la saluait le matin et qu'elle voulait de l'affection de la part de son petit chaton. La maid fit démonstration de ses talents sur le corps de la jeune fille, qui soupirait doucement en sentant sa langue caresser sa voûte plantaire et passer entre ses orteils.

Karuta faisait vraiment honneur à sa formation.

10
Karuta traversa le manoir pour se rendre dans les sous-sols, là où se trouvait le donjon de dressage du manoir. En passant, elle put entendre plusieurs cris et gémissements plaintifs derrière certaines portes, et cela lui donna la chair de poule, alors elle se dépêcha de se rendre là où elle voulait aller. Une fois arrivée devant la porte qui menait au donjon de dressage, elle se retrouva face à une poupée qui montait la garde.

« Tiens. Ne serait-ce pas le petit chaton Karuta ? Tu es revenue pour plus de dressage ? Pourtant j’aurais cru que tu avais eu ton compte la dernière. »

« Non… nnyyuu… je viens voir Angel. J’ai quelque chose… pour elle. »

« Ah oui ? Et qu’est-ce que c’est ? »

La maid souleva le bas de sa tenue pour montrer sa culotte, ainsi que le gode toujours logé en elle, ce qui fit bien rire la poupée.

« Ha ha. On peut dire que tu es devenue une sacrée perverse. Tu travailles avec des sextoys dans la chatte maintenant ? »

« Oui… ggrroouu… c’est maîtresse Evangeline qui me l’a mis. C’est un entraînement. Mais elle a dit que j’avais le droit… oouuhh… de le mettre à quelqu’un d’autre. Et j’ai choisi Angel. »

« Oh. Ça va lui faire une sacrée surprise. OK, je vais te laisser entrer. Mais d’abord… »

La poupée posa ses mains sur la poitrine de la jeune fille et la malaxa un peu. Evangeline avait décrété que personne au manoir ne pouvait coucher avec Karuta sans son accord, mais elle avait quand même autorisé qu’on la pelote et qu’on la caresse. Après deux bonnes minutes à se faire tripoter les seins, la maid fut finalement relâchée.

« C’est bon, tu peux y aller. Amuse-toi bien. »

La jeune fille entra dans le donjon et suivit les instructions de la poupée à l’entrée pour trouver la chambre où était Angel. Elle frappa à la porte et entra après qu’on l’y ait autorisé.

« Bonjour Angel. »

La dresseuse ne lui répondit pas, elle lui fit juste signe de faire la belle, et elle obtempéra aussitôt. Une fois en position, elle regarda la dresseuse approcher et elle ronronna quand elle vint la caresser sous le menton. Elle avait beau avoir fini son dressage depuis des mois, Angel continuait à avoir une sorte d’autorité naturelle sur elle.

« Mmmrrraaawww… »

Tout à coup, lui mettre son gode dans la chatte ne semblait plus si important.

11
Karuta fut ravie d'entendre Evangeline lui dire qu'elle était satisfaite de la façon dont elle avait gérée la présence de ce jouet dans son corps. Elle envisageait de lui imposer ce genre de choses plus souvent à l'avenir.

« Nnnyyyuuu... ce sera un plaisir... maîtresse. »

La maîtresse des lieux avait eu une autre idée amusante entre-temps : plutôt que de le garder 24h comme elle en avait reçu l'ordre, la maid avait maintenant le droit de l'imposer à quelqu'un d'autre. Elle pouvait choisir qui elle voulait dans le manoir, serviteur ou non, et lui mettre dans n'importe lequel de ses orifices avant de l'envoyer vers sa maîtresse.

« Vraiment ? Aaahhh... qui je veux ? »

La première idée qui lui vint en tête fut évidemment Evangeline, mais ce serait un manque de respect total envers elle. Ses filles Marie et Marion ? Ça pourrait être amusant, mais encore une fois, ce serait un manque de respect. En plus, elle était sûre qu'elles chercheraient à se venger par la suite. Rosa ? Elle avait l’habitude de ce genre de choses, ce ne serait pas très intéressant.

« Merci maîtresse. Je... aaahhh... je vais y réfléchir. »

Karuta reprit le travail. Elle apporta la nourriture et l'eau dans plusieurs cages d'animaux et les regarda manger avec plaisir. Après ça, elle en sortit plusieurs qui avaient le droit d'aller faire leurs besoins dehors et d'en profiter pour prendre un peu l'air, et elle joua avec eux. Comme de vrais chiens, ils aimaient courir dehors et aller chercher ce qu'on leur lançait. Quant à ceux qui n'avaient pas le droit de sortir, elle dût nettoyer leurs cages. C'était bien là la partie de ce travail dans les écuries qu'elle aimait le moins.

Deux heures plus tard, il était temps pour Karuta de prendre son service à la cuisine. Il fallait préparer la salle à manger pour le déjeuner d'Evangeline et de ses filles, et il fallait aussi du monde pour faire le service. Karuta allait faire les deux. Mais avant de se rendre là-bas, la jeune fille voulut faire un crochet. En effet, à force de travailler dans l'enclos des hommes-animaux, elle avait fini par décider à qui elle voulait faire porter ce gode : la dresseuse qui s'était occupée de son entraînement pour qu'elle devienne un parfait petit chaton. Ça lui était venu à l'esprit comme une évidence. Elle voulait lui mettre son gode dans la chatte.

Et elle pensait savoir où la trouver à cette heure-ci : dans le donjon de dressage.

12
Evangeline salua Karuta et lui demanda si elle se sentait fatiguée après que ses filles aient pris une bonne partie de son temps hier.

« Oh non maîtresse, ça va. Je me sens... hhhmmm... bien. »

Elle lui demanda ensuite si elle avait bien suivi la consigne qu'elle lui avait donné, et si elle avait toujours le gode en elle.

« Bien sûr maîtresse. Jamais je n'oserai... aahh... désobéir à vos ordres. Tenez, regardez. »

La maid souleva le bas de sa tenue, baissa sa culotte et montra le gode à sa maîtresse, qu'on voyait bien logé dans son antre intime.

« Je ne l'ai enlevé qu'une fois... hier soir... aaahhh... quand vos filles m'ont fait mettre... un gode-ceinture. Sinon... je l'ai toujours gardé... oohh... même pour dormir... ou me laver. »

Elle se sentait fière d'avoir réussi à tenir pendant une demi-journée avec ce sextoy logé en elle. Certes elle avait passé une bonne partie de ce temps à dormir, mais elle se sentait quand même fière d'avoir réussi à suivre une consigne que Rosa lui avait décrite comme difficile pour une débutante.

« Et je peux vous assurer... hhhmmm... que ça ne m'a pas empêché... de bien travailler. »

Du moins, de son point de vue. Karuta se rhabilla et continua de regarder Evangeline, attendant de voir si elle allait lui donner un ordre ou si elle était juste passée pour vérifier qu'elle avait bien respecté la consigne qui lui avait été donnée.

13
Après avoir donné tout ce qu'elle avait pour satisfaire ses maîtresses, Karuta était fatiguée. Heureusement, Marie et Marion étaient compréhensives et n'allaient pas pousser leur chaton plus loin qu'elle ne le pouvait. Marie la fit descendre de son corps, Marion lui retira son gode-ceinture et le rangea, puis elles lui renfilèrent le gode qu'elle avait dans la chatte pendant son service et lui remirent sa culotte avant d'embrasser ses jolies fesses, ce qui la fit un peu frissonner.

« Mmrraaww... »

Karuta quitta la chambre des jumelles et se dirigea vers sa chambre à l'étage des servantes pour y retrouver son lit. En chemin, elle croisa d'autres servantes qui s'attelaient à leurs tâches quotidiennes, et qui étaient encore loin de l'heure du coucher. Mais en même temps, elles, elles n'avaient pas dû faire l’amour aux filles d'Evangeline pendant une heure. En arrivant dans sa chambre, la maid retira sa tenue et la rangea rapidement avant de s'étaler sur son lit. Trop fatiguée pour enfiler son pyjama, elle allait dormir en petite culotte, avec toujours le gode enfoncé dans sa chatte. Sa maîtresse lui avait dit qu'elle n'avait pas le droit de le retirer jusqu'à demain, donc elle supposait qu'elle devait dormir avec. A force, elle n'y faisait plus vraiment attention, et l'excitation ainsi que les orgasmes répétées ne firent que la fatiguer encore plus, jusqu'à ce qu'elle s'endorme profondément.

« Aaahhh... »

Le lendemain, Karuta fut réveillée par Echo, l'assistante personnelle d'Evangeline, qui lui informa qu'il était l'heure pour elle de se lever et de se préparer pour son service.

« Hhhmmm... »

La jeune fille avait bien dormi. Elle se leva doucement de son lit, prête à attaquer une nouvelle journée au service de sa maîtresse, mais elle sentit quelque chose de bizarre. Elle regarda vers son entrejambe et réalisa que les draps de son lit étaient mouillées. Elle paniqua pendant un court instant avant de réaliser qu'il s'agissait de cyprine. Elle avait probablement joui toute la nuit avec le gode toujours en place dans son antre.

« Je... je suis désolée. »

Echo lui assura que ce n'était pas grave, c'était la preuve qu'elle avait bien suivi les ordres d'Evangeline et qu'elle n'avait pas retiré le gode sans sa permission. Cela lui donna un sentiment de fierté. L'assistante de sa maîtresse lui dit qu'elle enverrait quelqu'un s'occuper des draps, que la seule chose qu'elle devait faire pour l'instant était de se préparer pour le travail.

« Bien... hhhmmm... maîtresse Echo. »

Karuta commença sa routine du matin. D'abord, un bon bain en compagnie des autres servantes, dont certaines s'amusaient de voir la jeune fille avec ce jouet sexuel dans son intimité ruisselante. Ensuite, elle enfila les sous-vêtements qu'on lui avait préparés, ainsi que sa tenue de maid. Elle se brossa les cheveux, se mit un peu de maquillage et demanda aux autres filles de vérifier que tout était bien. Ensuite, elle se rendit dans la salle commune pour prendre son petit-déjeuner, de quoi lui donner de l'énergie pour toute la journée.

« Merci pour le repas. »

Aujourd'hui, Karuta devait aller s'occuper des esclaves réduits à vivre comme des animaux. En arrivant dans leur lieu d'habitation, elle se rappela son passage ici. Sa maîtresse l'avait confiée à des dresseuses qui lui avaient appris à se comporter comme un vrai chat. Ça n'avait pas toujours été facile, mais au moins elle avait eu droit à un dressage doux, contrairement à certaines personnes ici, qui n'avaient même plus conscience de leur humanité et qui se prenaient vraiment comme des animaux. La maid commença par se rendre dans la zone des chiens, où les esclaves animaux l’accueillirent en aboyant joyeusement.

« Bonjour tout le monde. Je parie que vous avez très faim, hein ? »

La servante distribua à chacun sa gamelle de nourriture et d'eau. Une fois qu'ils auraient fini de manger et de boire, certains auraient besoin d'être promenés pour faire leurs besoins.

Alors qu'elle travaillait, Karuta vit tout à coup Evangeline arriver. Elle s'inclina devant elle.

« Bonjour maîtresse Evangeline. »

14
Prise en sandwich entre Marie et Marion, Karuta s'amusait beaucoup. Son anus devait encore s'habituer à la sensation d'avoir un gode logé dedans, mais elle aimait cette sensation. Ses maîtresses l'interrogèrent d'ailleurs sur ce qu'elle préférait : faire l'amour aux jumelles avec un gode, ou bien se faire prendre par les deux en même temps.

« Eh bien... nnyyuu... si je devais choisir... ggghhh... je préférerais... me faire prendre... entre vous deux. Mais... aaahhh... je suis votre esclave alors... je ferai juste... ce que vous m'ordonnerez. »

Si elles avaient posé la question, c'était qu'elles s'intéressaient à ce que la maid pensait, mais cette dernière n'oubliait pas sa place pour autant. Elle était là pour servir et combler les désirs de ses maîtresses, ses propres envies passaient après. Mais d'après les filles d'Evangeline, le petit chat commençait à être pris en affection par sa maîtresse.

« Nnnyyyuuu... c'est vrai ? »

Cette nouvelle dessina un joli sourire sur le visage de la jeune fille, et elle se sentit envahie d'une énergie nouvelle. Une énergie qu'elle consacra à sauter sa jeune maîtresse.

A mesure que Karuta pénétrait Marie, sa sœur sentait l'orgasme venir. La maid se sentit poussée par derrière, et se retrouva allongée sur le corps de son amante tandis que Marion était à moitié penchée sur elle. Elle vint lui dire à l'oreille que la fin était proche et qu'elle devait mettre ses dernières forces dans la bataille.

« Aaahhh... oui maîtresse. »

La jeune fille rassembla son énergie et se lança dans un ultime assaut dans l'antre intime de sa maîtresse. Allant et venant à toute vitesse, essayant de taper aussi profondément que possible pour lui donner un maximum de plaisir, elle se donna à fond pour satisfaire les jumelles. Et finalement, ses efforts portèrent leurs fruits quand elle entendit Marie pousser un long couinement de délice.

« Nnnyyyuuu... j'ai... réussi ? »

Marion vint lui murmurer à l'oreille que sa jumelle avait joui et qu'elle avait rempli sa mission. Dès qu'elle entendit ça, Karuta s'écroula sur le corps de sa jeune maîtresse, incapable de se retenir plus longtemps. A mesure que l'adrénaline descendait, la fatigue gagnait du terrain. Elle était encore inexpérimentée et se fatiguait facilement, à tel point qu'elle ne se rendait même pas compte de l'offense que pourrait être une maid s'étalant sur le corps de sa maîtresse. Il fallait espérer que les jumelles ne seraient pas trop sévères avec leur chaton. Et si elles la laissaient comme ça, elle pourrait bien s'endormir.

15
En acceptant l'aide de Marion, Karuta savait qu'elle allait avoir droit à plus que des conseils sur la bonne façon de baiser sa sœur, mais elle ne s'attendait pas à ce qui allait suivre.

Marion la laissa commencer en douceur, et la maid se mit à pénétrer l'intimité de Marie. Encore une fois, elle sentit le gode logé en elle bouger au rythme de ses vas-et-viens, lui donnant beaucoup de plaisir. Mais cette fois, pas question qu'elle s'arrête avant d'avoir fait jouir sa maîtresse. Du moins, c'était ce qu'elle pensait avant que l'autre jumelle ne revienne se mettre dans son dos. La jeune fille sentit sa robe être soulevée, et une chose dure vint caresser ses fesses. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre ce que c'était, et ce qui allait lui arriver.

« Nnnyyyuuu... »

Quand Marion commença à faire entrer son gode-ceinture dans son anus, Karuta sentit tous les muscles de son corps se tendre. Elle n'était pas habituée à ce genre de pratique, et sa rondelle encore vierge se dilata énormément sous le passage du sexe en plastique de sa maîtresse. Cette dernière prit son temps et fit de son mieux pour rendre la chose aussi agréable que possible. Et une fois logée au fond d'elle, elle lui demanda de bouger avec elle pour faire jouir Marie.

« Aaahhh... bien... maîtresse. »

La maid se remit à bouger avec sa maîtresse, enfonçant profondément son gode dans l'intimité de Marie, se régalant des sensations dans sa chatte et des couinements de plaisir de la demoiselle qu'elle baisait. Au début, avoir un sexe dans le cul ne la mettait pas à l'aise, mais plus le temps passait, plus les sensations s'unissaient en elle pour donner un sentiment complet de plaisir.

« Aagghh... hhhmmm... nnnyyyuuu ! »

Karuta se laissa peu à peu emporter par toute l'excitation qui la gagnait, et elle la laissa s'exprimer à travers l'intensité de ses pénétrations. Toujours en suivant le rythme donné par Marion, elle allait et venait dans l'antre humide de Marie, tapant aussi profondément qu'elle le pouvait avec son faux sexe pour donner un maximum de plaisir à son amante. Son endurance était mise à rude épreuve pour qu'elle ne jouisse pas trop vite et qu'elle puisse donner à sa jeune maîtresse le plus de plaisir possible. Elle ne savait pas si elle serait capable de retenir son orgasme avant d'en donner un à Marie, mais une chose était sûre : elle n'arrêterait pas de la sauter tant qu'elle n'aurait pas réussi à la faire jouir. Elle espérait juste que tous ces efforts n'allaient pas la faire tomber dans les pommes.

Pages: [1] 2 3 ... 8