banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: le labyrinthe du minotaure (pv: yoshida kei, cyanne, lily Ivanes)  (Lu 920 fois)
Astérion
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 12, 2011, 12:25:30 »

Encore une nuit de pleine lune et encore une nuit à ne suivre que sa pauvre routine.
Le minotaure jeta la tête d’un rat qui rebondit à quelque pas de lui avant d’essuyer les quelques filet de sang qui dégoulinait de sa lèvres inférieur. Il regarda fixement le reste du cadavre qu’il venait de régurgiter avec dédain et puis grommela.

Il reprit sa marches traînant sa hache au sol, encore une nuit où il ne ferait que marché et marché sans cesse afin de pouvoir enfin retrouver la maudite sortit de ce labyrinthe. Il mit mollement sa main béante sur la surface, dont il en fit glisser ses doigts Durant sa marche et en recueillit quelques poussière. Il en avait assez que de ne voir ses milliers de mur blanc à chaque journée de sa vie. Il continua son avancé sans entrain, elle était loin cette belle époque où il était craint par le royaume.
Oh, oui... cette douce époque où à chaque année des victimes lui était offert. Soudain il eu un spasme, le colosse s’arrêta sec adossé à l’un de ses murs qu’il détestait tant. Sous le poids du choc le minotaure crispa ses doigts et contenait sa respiration qui accélérait de plus en plus vite. Son Cœur battait  à un  rythme fou et il le sentait dans tout ses veines. Il avait chaud, très chaud, des sueur lui perlèrent du front et puis du corps avant de sentir quelque secousse lui donné le vertige. Des bribes de mémoire lui revire, des souvenir tendre, des souvenir de sa belle époque.

Le géant ne pouvais plus du tout se retenir et du s’adonner à ce que la nature pouvait lui offrir de mieux. Enfin, il aurait voulu. Il passa une main sous son pagne et sentit quelque chose de dur et se mit légèrement à masser tout en se remémorant de son passé. Il se souvenu de bien des choses qu’il avait commis sans regret et ce mit à serré de plus en plus fort tout en entament des geste de va et vient. Ce ne prit à peine que quelques seconde avant que le sexe dure du géant ce soulève. La respiration du minotaure devint plus roque. Oh, que oui l’époque où il courait après toutes ses femelles qu’il pouvait mettre une à la suite de l’autre lui manquait. Les courses folle après ses jeunes fruit bien  mûre et probablement toute juteuse qui l’attendait, leur peur et leur pauvre résistance qui ne manquait pas à chaque coup de faire augmenter, en pleine puissance, sa libido...oh! et ses crie, ses petites lamentations et leurs frisons...la chair humaine lui manquait il avait besoin de s’amuser il le sentait de plus en plus fort à chaque nuit, à moins qu’il ne sentait pas juste sa. Oui il sentait une autre odeur, une odeur de phéromone femelle? Ce ne devais être que son imagination! La bête poussa un crie féroce alors qu’un petit liquide blanchâtre sortit un tout petit peu au bout de sa verge bien dur. Hélas ce n’était pas suffisant pour Astérion qui n’était qu’à peine essoufflé, car son sexe était toujours bien solidifier pointant fièrement vers le ciel. À ce nivaux la pagne ne servait plus à grand chose qu’a pendre légèrement d’un coté et à le gêner.

 Il regarda sa verge qui en redemandait plus et grommela à nouveaux, il ne pouvais plus supporter cela, après des décennie... Il humecta à nouveaux l’air, l’odeur était toujours présente, une lueur d’espoir traversa ses yeux. Il serras d’une de ses main sa hache de combat et la mit sur son épaule, l’énergie du temps refit surface. Illusion ou non si son flair ne le trompait pas il n’allait pas s’en privé oh que non sa verge toujours debout dépassant sa pagne sans difficulté le démontrait bien il suivrait sans problème cette odeur et cela peu importe où sa ramènerai. Le pourquoi du comment quelqu’une se trouverait ici il s’en fichait . Aujourd’hui il mettrait la patte sur des femelles ou même juste une lui suffirait.
« Dernière édition: Juillet 15, 2011, 09:40:19 par Astérion » Journalisée

Yoshida Kei
-

Messages: 41



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juillet 13, 2011, 06:18:29 »

(Le titre du sujet n'ayant pas de "PV", je présume que c'est sujet libre? Sinon, j'effacerai mon post. ^^)

---

Le noble ricana en faisant traîner l'esclave par ses gardes, Kei redoutait ce qui l'attendait. La surprise n'allait forcément pas être bonne et ses instincts lui disaient qu'elle n'allait pas subir une simple humiliation, comme toutes ses fois où on l'avait forcée à se vautrer dans la boue avant de se faire prendre par des animaux de ferme. Le noble en avait eu marre de la terranide porcine et elle se doutait bien que, où qu'il l'amène, elle n'en repartirait jamais. Comme d'habitude, elle n'avait, pour seuls vêtements, que des haillons sales qui couvraient à peine ses courbes, c'était même étonnant qu'elle aie quelque chose sur le dos. Le petit groupe arriva finalement au lieu prévu, devant le noble et son escorte s'étendait un labyrinthe sombre et silencieux. Kei comprit ce que son maître du moment avait en tête et elle écarquilla les yeux de terreur. Elle allait passer le reste de ses jours à errer dans ce labyrinthe, jusqu'à ce que la faim ou la soif l'emporte! Elle supplia aussitôt son maître à genoux.

-Pitié, maître, je ferai ce que vous voudrez!

Elle jeta un regard implorant à l'arrogant noble, qui n'en n'avait cure. il détourna le regard vers ses deux soldats.

-Messieurs, balancez-là, on reviendra dans quelques jours pour voir si son gros cul de porc est toujours aussi rond!

Kei supplia de plus belle alors que le noble et les deux gardes éclatèrent de rire. Elle fût jetée sans ménagement dans le labyrinthe, où elle atterrit durement sur la pierre en lâchant un cri de douleur. Elle se releva en gémissant, levant le regard vers son maître.

-Pitié, ne me laissez pas ici! .... Maître! ....

Kei tomba à genoux, les yeux embués de larmes, alors que le noble étira un rictus avant de lui tourner le dos. La route se terminait pour la buta, une route peu glorieuse, celle de l'esclavage. Depuis sa naissance elle n'avait vécue que pour servir les autres, n'émettant aucune plainte face aux abus des divers maîtres qu'elle avait servit, elle avait toujours été docile ... et voilà qu'on la laissait à une mort certaine, sans aucune raison. Elle ne pouvait qu'errer entre ces murs en espérant déboucher sur une sortie ... Kei se levant, n'arrivant pas à retenir ses larmes, elle était préparée aux abus et aux humiliation ... mais pas à ce genre de torture. Cet endroit était un labyrinthe, s'il y avait bien une sortie, elle n'arriverait jamais à la trouver, sauf par un heureux hasard. Et si ça se trouve, une créature vivait dans ce labyrinthe, une créature qui mettrait fin à ses jours de façon violente et brutale. La terranide erra, déprimée et apeurée ... elle n'avait aucun espoir de s'en sortir.
Journalisée
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 16, 2011, 02:09:58 »

ce matin je me réveille, non pas parce que j'ai entendu le réveille, mais parce que je ne l'ai pas entendu.
je regarde l'heure, il est 10h00.

OH non, je suis en retard au collège...

n'y une, n'y deux, je saute du lit et file sous la douche, je me lave, me brosse les dents, me coiffe avant de sortir de la salle de bain précipitamment, ma serviette autour de la taille.
j'ouvre mes tiroirs, prenant un soutient gorge et une petite culotte blanche que j'enfile avant de me diriger vers mon armoire et de prendre ma tenu d'écolière réglementaire, une petite jupe bleu et un haut blanc, pas le temps de choisir quelques choses à la mode.
je forme deux couette à mes cheveux que je fait tenir par des élastiques, avant de prendre mon sac de cours et de descendre à la cuisine.
je prend des biscuit en sachet que je met dans mon sac et quelques fruit pour la route jusqu'au collège.
je sort ensuite de chez moi et marche rapidement vers le collège, je cours presque pour arriver le plus vite possible tout en mangeant quelques biscuits.
j'arrive à l'embranchement, soit je passe par les petit quartiers, soit je reste sur les grand axes, mais passer par les petit quartiers me raccourcie le chemin.
passant par ceux ci, je croisent quelques personnes qui parte au travailles s'en doute, puis prenant une petite ruelle, ne voyant personne, je commence vraiment à courir, quand je sent comme un vide sous mes pieds, je me sent chuter, je n'ai pas le temps de crier que j’atterris lourdement sur un sol humide et rocheux avant de tomber dans les pommes...
Journalisée

Astérion
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juillet 17, 2011, 11:51:19 »

HJ: viola maintenant le troisième jour délibérez je me donne le tour de jouez, voyons voir plus tard si un jour Cyanne nous rejoindras. Néanmoins èwé place à la partie Mesdemoiselles !

-------------------------------

Ses narines ne cessais de faire un vacarme terrible, identique au cri des taureaux furax de voir devant lui agiter le drapeau rouge d’un toréador.  Plus il avançait, plus il avait l’impression de s’approcher. Par contre cette odeur était plutôt étrange, non pas désagréable, mais étrange; celle-ci semblait s’être mélangée un peu à la senteur du sel, comme on le retrouvait chez un porc ?! Enfin tant qu’il ne tombait pas sur un vulgaire animal, certes il pourrait s’en contenter comme repas plus fructueux que des rats, mais son pauvre et fidèle compagnons de toujours serais bien déçue. Lui aussi demandait à se nourrir du sexe.

C’est durant sa course folle entre tout ses mur blanc que ses ce dressais; une oreille vers droite et puis vers la gauche et vice versa jusqu’à ce qu’elle ce stoppa net sur un son. NON! Non, pas seulement un son quelconque, mais une phrase certes à peine audible, mais ce ne serais sûrement pas un animal quelconque qui jubilerait ses quelques mots. Il crut percevoir entre elle les supplices de pitié envers… un maître ?! Un maître, eh bien dit-donc ce dit-il  pour être un maître il en deviendrait un et avec aucun avant goût pour la pitié, hélas.

La verge bien haute et encore plus dur il se dirigea fièrement de ses gros pas de sabots en direction de ses cries. C’est lorsqu’il cru entrevoir une silhouette ce dessiner entre les murs que l’animale ne ce fit pas prier. Frottant l’un de ses pieds durement au sol la bête sans ni même réfléchir, en tout instinct, fonça comme un fauve sur la forme indistincte de l’ombre. Oh ! oui ! Ce dit-il lorsqu’il plus mieux voir, cette forme était bien féminine et de plus elle semblait être bien généreuse. Probablement qu’il avait été repéré depuis une bonne minutes, car déjà la futur victime semblait vouloir fuir. C’est alors que le barbare empoigna sa grande hache et avec un grand élan le planta droit au sol face à celle-ci afin de lui bloqué route. Au même moment s’en crier la bête surgie du ciel en un bon avant d’atterrir sur…sur… sur il ne savait trop quoi en fait ?!

Maintenant qu’il était couché au dessus d’elle l’empoignant férocement au sol par le coup il pouvait enfin voir tout les détailles de cette personne. Jamais il n’avait cru voir dans ses souvenirs une tel genre de dame. Il se dit pendant un instant qu’il n’avait pas eu connaissance d’un tel groin et puis de telle oreilles, il se serait cru pendant un instant comme le petit chaperon rouge fessant la rencontre du grand méchant loup. Enfin, sa aurait été le cas si il aurait connu se compte.

Il prit une grande bouffé d’air, maintenant sa lui expliquait cette odeur un peu saline. Quoi qu’après cette cours réflexion il ne s’en plein pas il dévisagea de long en large la femme porcine, elle restait après tout une femme. Après tout avec ses forme bien ronde, il glissa son autre main griffu sur l’un de ses sein tout en poussant un peu son haillon et puis ce mit à légèrement pincer le bout du teuton tout en la regardant d’un air prédateur directement dans ses yeux. Oui, elle restait néanmoins une femme et il ne voulait que ça. Sans ni même demandé sa permission le minotaure se pencha légèrement et ainsi donc sa troisième le suivi avec ce nichant en plein milieux de la généreuse poitrine  qu'il se mit à massé. Et puis il entama des geste de va et vient tout en lançant de féroce grognement. Même si elle n'était pas humaine elle gardait un certain charme et il adorait particulièrement s’y prendre brutement pour ne pas laisser le temps de comprendre et sentir la peur de ses victimes. Ce qui ne se doutais pas par contre c’est que non loin ce trouvait une autre demoiselle qui lui rendrait s’en doute accidentellement visite et qui rendrait la chasse des plus intéressant.

----------------
Hj : désolé mesdemoiselles je sais que je commence dur, mais il en est ainsi dans la nature de cette animale que vous devrez calmer, mais rendez la chasse intéressant =p si vous pouviez réussir à me fuir et même de temps à autre à me frapper sa rendra la partit plus longue et intéressante =p
« Dernière édition: Juillet 18, 2011, 12:30:20 par Astérion » Journalisée

Yoshida Kei
-

Messages: 41



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Juillet 19, 2011, 03:22:50 »

Kei s'était résignée à se balader dans ce labyrinthe sombre et effrayant, à la recherche d'une autre sortie. L'entrée par laquelle elle avait été jetée n'avait aucune aspérité et Kei n'était déjà pas une bonne grimpeuse en partant. Traverser le donjon était l'unique solution qu'il restait, peut-être y avait-il une autre sortie. L'endroit était loin d'être rassurant, c'était sombre, sale et la terranide avait cru entendre des bruits bestiaux, signe évident qu'elle n'était pas seule dans ce labyrinthe effrayant. La porcine avançait en tremblotant, tournant la tête dans tous les sens, complètement apeurée. Elle n'osait pas imaginer ce qu'il lui arriverait si cette bête lui tombait dessus. Elle allait sans aucun doute finir en jambon servant à nourrir une bête sauvage qui passait ses jours dans ce labyrinthe maudit, à n'avoir rien à se mettre sous la dent que les quelques victimes qui étaient jetées dans ce trou, tout comme Kei venait de subir.

Après deux détours, Kei crû entendre une sorte de respiration .... puis quelque chose de dur frotter le sol. Elle se tourna vers la source du bruit .... et vit un énorme terranide à tête de taureau lui foncer droit dessus!


-Non .. nooon!!!

Kei s'empressa de prendre la fuite, les larmes aux yeux sous la peur. Elle s'arrêta brusquement avec un petit cri lorsque la grosse hache du monstre se planta au sol devant elle. Elle eût à peine le temps de tourner le regard que la bête l'agrippa et la cloua au sol avec une force surhumain. Les doigts de la Buta enserrèrent le poignet de la bête, qui l'étouffait avec sa poigne d'acier. Kei poussa des gémissements effrayés, alors que le monstre lui tripota un sein, allant jusqu'à tirer sur un téton en lui arrachant un petit cri. Le monstre glissa son énorme verge entre les généreuses montagnes de la porcines, les écrasant contre le phallus avant de se frotter contre elles. Kei n'osait plus bouger, le minotaure n'avait pas l'intention de la dévorer ... pour le moment ... quoique, le taureau étant un animal herbivore, il n'allait peut-être se faire un reps avec la grosse truie qu'il avait entre les pattes. Kei sentait que cette chose allait être un autre maître qui la garderait pour satisfaire le moindre de ses fantasmes, à la différence que c'était là un maître brutal et bestial, avec une certaine marge de différence comparé aux nobles à qui elle avait souvent eu affaire. Keri n'osa pas bouger, laissant la verge frotter contre ses gros seins. Et ce n'était sans nul doute qu'un début.
Journalisée
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juillet 19, 2011, 06:49:56 »

je ne sais pas combien de temps je suis resté inconsciente avant que je ne me réveille, peut être juste quelques minutes, peut être plusieurs heures, je ne sais pas.
ce que je sais en revanche c'est que j'ai mal aux genoux, aux mains et que je patauge dans une eau croupis vue l'odeur qu'elle dégage.
j'ouvre les yeux petit à petit, l'endroit ou je me trouve est très sombre, je frictionne mes mains et mes genoux avant de doucement me relever, essayant de me remémorer ce qui c'est passé avant que je n’atterrisse ici.
je me rappel que je me suis réveillé en retard, que je me suis vite habillé, avant de partir en direction du collège, que je suis passer par les petite rue pour y arriver plus vite et plus rien.
est ce que c'est possible que quelqu'un met enlevé et mis ici?
je ne peut pas savoir.
tout le devant de mon uniforme d'écolière est trempé ainsi que ma petite jupe, mais par chance j'ai encore mon sac de cours.
j'essaie de distinguer l’endroit ou je me trouve avançant à tâtons en tendant un bras devant moi, jusqu'au moment ou je touche de ma main un mur, on dirais des pierres.
une chose me reviens alors en mémoire, j'ai une petite lampe de poche dans mon sac de cours, quand je l'avais mise, je m'étais dit qu'un jour j'en aurais peut être besoin et voilà ce jour.
fouillant dans la poche de devant, je sent mes paquet de gâteaux et en dessous ma lampe de poche, je l'allume et explore l'endroit ou je me trouve tout d'abord en faisant le tour de moi même.
effectivement mon toucher était bon, les murs son en pierre, je me trouve dans un couloir don je ne vois le font n'y d'un coté, n'y de l'autre, le plafond est assez haut et lui aussi en pierre, t'en qu'au sol  il est  lui aussi en pierre et joncher de mosaïque, l'endroit est très humide et l'air y est frais.
je ne sais par ou aller, j'hésite pendant de longue minutes avant de me décider, après tout rester au même endroit ne m'aidera pas à rentrer chez moi.
je marche pendant de longue minutes avant d'entendre un bruit sourd  venant de derrière les mu, suivie de légère vibrations au sol.
je m'arrête et écoute attentivement pendant quelques secondes, je n'entends rien et décide de continuer.
arrivant à un T, je prend à droite, cette endroit à l'air gigantesque, de temps à autre de constate que des torches sont accrocher au mur, mais bien trop espacées les une des autres pour éclairer suffisamment cette endroit.
Journalisée

Astérion
-

Messages: 31



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Juillet 20, 2011, 09:45:33 »

Oh, dieux que ça lui fessait un bien fou ! l’animale rugit de satisfaction. Toute fois il n’était pas tout à fait satisfait. Malgré le fait qu’il pouvait enfin ce soulager d’une autre façon il n’arrivait pas à atteindre le bout de ses satisfactions. Son désirs n’était plus là et il le sentais au bout de sa verge qui crachait à peine de son doux nectar blanc sur le visage de la porcine qui semblait être habitué à ce genre de supplice.

C’était si simple, trop simple en fait. L’animale ne voulait pas en finir comme ça. Après une décennie  il ne voulais pas se contenter que de ce faire une femelle il avait besoin de chasse. Tout en y repensant la bête continua ses gestes de plus belle et se mit à grogner plus fort sous chaque pulsion de son corps éjaculant une grande quantité de sperme sur le corps de la pauvre esclave. Toute fois il étais loin d’être au bout de ses peines, il rouvrit ses yeux doré sur le corps de la jeune femme qui semblait en sueur et tout essoufflé. Il admiras quelque instant ses courbes tout en poussant délicatement sa gigantesque arme vers sa bouche l’invitant ainsi donc à s’y abreuver.

Certe il avait probablement laisser évacuer beaucoup de sperme, mais ce n’était toujours pas assez pour un colosse de sa taille. Tout ce fessant plus docile la bête passa l’une de ses mains sur la joue de celle-ci tout en continuant d’admirer de ses yeux doré son corps. Malgré le fait qu’elle n’avait pas la taille d’une guêpe elle était plutôt bien proportionner il faut dire.

Sa verge bien toujours bien pointé sur ses réflexion contre ses lèvres  pulpeuse se demandait toujours ce qu’il pourrait encore bien faire d’elle. 

Tout en y pensant il sentit de léger frison traverse son corps, ce qui lui fit morde sa lèvre inférieur laissant ainsi gliser entre celle-ci un mince filet de sang qu’il vennait de percer de ses grande dents. Étonnament contre tout attente sa verge devennait de plus en plus dur, il sentit en lui à nouveaux sa flame se réanimer. Il était loin de s’être tout vider ce qu’il vennait de faire et meme plutôt ce qu’il était en train de faire n’était qu’un échauffement.
 
Astérion maintenant debout força avec l’une de ses gigantesque main sa nouvelle proie à se mettre à genoux et ainsi il maintenu sa tête qu’il appuya légèrement déçu la forçant définitivement à lui dévorer son sexe. Son geste n’était pas trop rapide et il fessait bien attention à ce que la porcine ne puisse pas s'étouffer  avec sa jolie baguette jusqu’au fond de sa gorge et de son autre main calcina à nouveaux sa soyeuse chevelure. Lorsqu’il vit que celle si savais ce qui lui restait à faire il la lâcha et soutenu son propre corps contre les parois froide et rocheuse afin de se permettre de petit geste de basin qui accompagna les douces lèvre bien pulpeuse de celle.  lorsqu’il lui remplit enfin sa bouche il pouffa de bonheur.

Toujours debout la il regarda fièrement verge bien enseveli de son doux nectar blanc et fixa gaiement celle-ci lui forçant Presque d’avaler avec une petite tape dans dos. Tout en laçant un rire béant  il se mit à sentir une autre odeur. Une odeur plus humaine. Curieux la bête ne prêta plus attention a la porcine, ne sacahant même as si elle avais avalé ou craché au finale et se mit suivre lentement son flair. Il n’avait pas bien peur pour l’autre, ce n’était pas dans un tel labyrinthe qu’elle arriverait à le semer et la chasse deviendrais enfin amusante.

Plus loin alors qu’il allais emprunter un autre corridor il sentit un choc douloureux. Même il allait jusqu'à dire... TRÈS DOULOUREUX! Il avais sentis quelque chose percuter très fortement sa verge c’est ainsi donc que sans ni même le savoir la bête s’était retrouver crisper au sol la main sur sa troisième jambe, afin de calmer la douleur, face à une jeune demoiselle. Mais ç ail avait trop mal pour le remarquer tout de suite.

-----------------------------------------------
HJ : j’ai imaginé que tu tes mit à courir vers la fin au bout du corridor si sa te va pas je corrige, hehe Kei à toi de décider si tu fuis ou si tu suis discrètement par curiosité.
Journalisée

Yoshida Kei
-

Messages: 41



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juillet 21, 2011, 10:17:18 »

La gigantesque verge glissa contre les gros seins de la terranide, procurant toujours un peu plus de plaisir à son propriétaire. Kei ne pouvait que se soumettre, entrouvrant les lèvres lorsque le gland s'en rapprochait, que pouvait-elle faire d'autre? Avec de la chance, si elle satisfaisait le puissant homme-boeuf, il ne lui ferait peut-être pas de mal. Elle resta donc couchée sur le dos, ses seins pressés contre la troisième jambe, qui relâcha une petite quantité de semence. Quelque chose semblait clocher, puisqu'une créature de cette taille envoyait en général assez de sperme pour y noyer quelqu'un. Mais le minotaure ne resta pas inactif longtemps, ses mouvements reprirent de plus belle et, bientôt, Kei se retrouva couverte de semence épaisse, collante et salée. Ensuite, il approcha sa virilité des lèvres de Kei, qui ouvrit docilement la bouche pour lécher le gland, le monstre passant doucement sa main sur l'une des ses joues rondes.

La créature força la terranide apeurée à se redresser afin d'être en position agenouillée et la suite fût des plus prévisible. L'immense sexe s'enfourna dans la bouche de Kei, qui n'eût d'autres choix que de laisser ses expériences passées lui servir à faire une fellation agréable pour l'homme-boeuf. C'est donc dans un petit gruinement qu'elle fît glisser ses lèvres et sa langue sur la virilité. Ce qui surpris la Buta le plus c'est que le Minotaure semblait faire attention, malgré que la fellation était forcée. Kei s'attendait à ce qu'il pousse à répétition jusqu'à la faire suffoquer mais il n'en n'était rien, il bougea simplement le bassin en la laissant faire. Kei prit donc la verge bien assez grande pour ses deux main, l'engloutissant comme elle pouvait, comme ses anciens maîtres aimaient qu'elle le fasse. À en juger par la réaction du gros terranides, elle s'y prenait bien, ce fût confirmer lorsqu'un flot de sperme se déversa dans la bouche et la gorge de Kei, qui avala ce qu'elle pu mais inévitablement, une bonne quantité de semence coula de sa bouche, qui ne pouvait pas tout contenir. La porcine releva les yeux, observant la réaction de la créature. À l'évidence, le minotaure était satisfait et avait eu ce qu'il voulait. Le gros terranide bovin se mit ensuite à renifler l'air avant de s'éloigner sans plus s'occuper de l'esclave, qui était un peu confuse. Elle avait beau avoir servit d'objet à cet homme-boeuf mais il avait déjà eu plus de considération que la plupart de ses anciens maîtres, qui lui enfonçaient leur engin dans la gorge sans prévenir, la faisant souvent tousser ... Par curiosité, Kei se releva et suivit le minotaure, il y avait sans doute quelqu'un d'autre dans ce labyrinthe, sinon il aurait normalement continué à vider ses burnes sur elle.
Journalisée
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Juillet 24, 2011, 02:45:38 »

je continue de marcher prudemment dans ce couloir humide qui tourne à droite, puis à gauche et encore à gauche, arrivant parfois à des intersections, devant choisir une direction avant de continuer, tout les couloirs se ressemble.
je me demande encore ou je suis, il n'y à que des couloirs sans fin ici, mais y a-t-il une sortie?
c'est obligé qu'il y en est une, il faut juste la trouver.
arrivant à une nouvelle intersection, je m'arrête un moment, écoutant d'une oreille attentive, j'entends mais très faiblement comme des râles rauque venant du couloir sur ma droite, braquant ma lampe dans celui ci je n'en vois pas la fond, sa m'inquiète un peut, mais c'est peut être quelqu'un qui à besoin d'aide et qui pourrais m'aider à sortir d'ici.
d'un pas lent, je m'engage alors dans ce couloir, plus je progresse dans celui ci et plus les sons deviens audible.
mon cœur s'accélère, mais je continue, ce sont bien des Râles rauques que j'entends accompagné de gloussements qui résonne dans ces murs.
mais c'est quand j'entends un long râle rauques résonner dans ce couloir que je sursaute au point d'en avoir des frissons alors que j'ai l'impression que les sons viennent de derrières moi.
des bruit de pas viennent dans ma direction, toute paniqué je commence à courir, torche à la main, le faisceau lumineux ballait le couloir, celui ci tourne à gauche, mais c'est juste avant de prendre ce virage que je me retourne, dirigeant ma lampe torche derrière moi, que je percute violemment quelques choses qui se trouve juste après ce virage.
heureusement, mon sac à dos amortie le choc, je tombe tout de même brutalement à plat ventre dans un petit cris de terreur, lâchant ma lampe torche au passage.

AAAAAAH... qu'est ce que... ooouuuff...

une choses vraiment lourde tombe à coté de moi, le sol en tremble, je redresse ma tête cherchant ma lampe torche, celle ci roule à coté de moi éclairant le mur, jusqu'à éclairer une tête de bœuf, terrifié aucun son de sort de ma bouche, je reste pétrifié au sol quelques secondes détaillant cette tête bovine, celle ci serre les dents, les yeux crispés, percé de plusieurs gros anneaux.
la lampe continue de rouler et éclaire son corps, grand, musclé, poilue et massif.
un minotaure, c'est le troisième que je vois dans ma vie et le seule endroit ou il peut à en avoir c'est sur terra.
je suis donc sur terra, mais comment?
je n'ai pas trop le temps de réfléchir, j'attrape rapidement ma lampe torche d'une main avant de me relever et de continuer à parcourir le couloir, après tout je ne connais pas ces intentions, étant coucher au sol j'ai le temps de partir avant qu'il ne me remarque.
mais quelques pas plus loin, je me fige à nouveau, alors que j'éclaire une autre créature, non sans pousser un nouveau cris d’effroi en la voyant, je constate bien vite qu'elle n'est pas hostile, c'est une femme à la chevelure rouge, des oreilles et un nez étrange, entièrement nue, je remarque sa poitrine opulente, elle à l'air terrorisé elle aussi, sont corps luisant d'un liquide visqueux.
je m'approche d'elle d'un pas lent avant de prendre sa main et de lui dire.

viens... suis moi... il ne faut pas rester là...

je commence alors à courir dans ce couloir tout en éclairant de mon autre main qui tiens ma lampe, la fille au cheveux rouge me suis, je la tiens par la main, nous prenons des virages, parcourant le plus vite possible ces couloirs infinis, mon but étant pour l’instant de nous distancer le plus possible de cette créature.
nous courons pendant un bonne quinzaines de minutes avant de nous arrêter, nous reprenons notre souffle avant de lui demander.

tu parle ma langue?
tu sais ou nous sommes et comment nous pouvons sortir d'ici?


tout en éclairant mon visage de ma lampe torche.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox