banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Looking for Lili.  (Lu 591 fois)
Maxence Masden
-

Messages: 141


Flic et Lycan


Voir le profil
FicheChalant
« le: Septembre 06, 2010, 01:09:33 »

Maxence regarda une dernière fois le dossier de Lili Evans, puis il sortie de sa voiture en soupirant, s'adossa un instant à la portière et s'alluma une cigarette. La sonnerie de fin de cours  allait sonner dans quelques instants.
 
- Tu vas aller nous interroger cette fille. Selon nos informations, elle serait capable de créer des passerelles entre ici et Terra quand bon lui semble, lui avait dit le directeur de la section des affaires spéciales. On n'a encore aucune preuve, mais on croit qu'elle a pu créer un de ces passages qui a permit l'entrée du criminel qui a violé et tué cette fille pendant que tu était en congé. Selon les traces s'était un Lycan, et on a eu aucune entrée durant la période présumée de l'agression dans nos portails sous surveillances, et si cette idiote a laisser une porte ouverte à tout vent, je veux le savoir !

Un boulot à la con, doublement. Premièrement parce que ce boulot allait l'obliger à trainer au milieu de collégiens libidineux qui ne cherchent qu'à faire chier tout ce qui symbolise de prés ou de loin l'autorité.
Secundo, parce que le criminel responsable du viol et du meurtre, le Lycan, c'etait lui. Il était tombé sur elle la première nuit de pleine lune après avoir été mordu par « l'Amoureux ». Personne n'en savait rien, et il avait depuis prit ses précautions. Aussi allait-t-il devoir baratiner cette gamine qui n'avait de toute façon probablement rien à voir avec tout ça; faire son boulot, faire son rapport, et classer l'enquête. Ensuite il irait s'en jeter un double au bar le plus proche et se coucherais tôt. Depuis ses propres missions sur Terra, ses instincts animaux se faisaient de plus en plus intenables.

Il vint se poser devant devant le portail, main dans les poches, et attendit, scrutant chaque jeune fille qui sortait, les solitaires, les petites pouffiasses riant par paquets de deux ou trois. Certaines lui rendait son regards, de façon appuyé, parfois provocante, le plus souvent curieuse.

- Hey Daron, t'as pas une clope pour ouam ?

Une voix qui avait du mal à muer, suivit de rires étouffés, volontairement provocants. Il tourna la tête vers un groupe de quatre ados tout en casquette, jogging, jean dix tailles trop grand, à se balancer des sourires de connivence. Trois avec cette foutue mini-crête a gerber partout qui était venu à la mode depuis quelques années maintenant. Le quatrième avait le crane rasé court, parodiant la coupe militaire.
Maxence fit non de la tête, disant qu'il l'avait taxé à un collègue.

- hey, S'cuse moi, t'attends ton fils ?

- Ça fait longtemps que j'ai abandonné l'idée de faire des mômes, répondit Maxence en soufflant sa fumée de cigarette.

- Hey hey, pourquoi ? T'as pas de couilles ?

- Hahaha, trop fort !

La question fut accompagné d'éclats de rires passant du grave à l'aiguë dans le même souffle d'air.

- J'ai simplement pas envie de faire la même connerie que vos parents.


Sa réponse fut accompagnée d'un grand "hooOOOoooo" uniforme de la par des trois autres jeunes restés en retrait.

- Hey tu dis quoi là tu parles pas de mes parents espèce de bâtard !

- Ce que je dis, c'est que j'ai pas envie de voir la gueule d'un mongoloïde chaque soir au diner en me disant qu'il m'est sorti de la queue.

Les quatre gamins s'étaient redressés.

- Houaaaaaa, comment y t'parles ! Vazy fumes le, ho !

Le petit caïd du groupe sorti de sa poche un couteau de cuisine, probablement volé à maman.

- Ho, tu veux qu' j'te plante ?

- Franchement, oui.

Le gamin se retourna alors vers ses potes, un grand sourire de vainqueur aux lèvres, et se retourna brusquement, lanca un coup un lame vers Maxence...
...Qui enfonça la pointe en cuir de sa chaussure dans le tibia de l'adolescent, dans un son sourd et puissant très satisfaisant. Le petit caïd lâcha alors son jouet pour se tenir la jambe des mains, à cloche pied. Maxence l'attrapa par la nuque et lui écrasa le visage contre les barreaux du portail. Il entendu le nez se briser, le lâcha et regarda son corps s'effondrer au sol.
 
- Sale petit enfant de putain, tu sais ce que sa coute d'agresser un flic ? Hein ? HEIN ? Hurla-t-il en sortant sa plaque, qu'il brandit successivement au dit « enfant de salaud » au sol » et aux trois autres, qui n'ajoutèrent mot et préférèrent décamper.

Voilà, c'était ça le problème avec les jeunes connards d'aujourd'hui. Tu pouvais être sur qu'il y aurait un mot de trop sortant de leur boite à merde. Nom de Dieu, Toujours, TOUJOURS ils devaient faire leur intéressant ! C'est dans ces moments là qu'il appréciait que sa fille soit morte, et qu'elle n'ait pas à côtoyer des mecs de ce genre, pendant que lui se rongerait les ongles au bureau.
Les souvenirs de sa famille disparue, son idée fixe que le monde était devenue une gigantesque benne à ordure, et son instinct qui enflait dans sa tête. Tout se mélangeait, et faisait monter ne lui une fureur croissante.

- LILI EVANS ! Hurla-t-il aux élèves qui s'étaient figés devant lui. LILI EVANS, BORDEL !
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Septembre 13, 2010, 08:13:00 »

la journée avait été longue, très longue, heureusement les cours était bientôt fini, plus que quelques minutes avant de pouvoir m'échapper et aller à mes occupations.
c'est surtout ce dernier cours de math qui me dérangé, avec monsieur Paget qui n'arrête pas de me lancer des regards pervers depuis le début du cours et passe l'heure à passer et repasser devant mon bureau faisant exprès de faire tomber un stylo ou une feuille pour la ramasser et en profiter pour regarder mon string noir ou me toucher les jambes en ramassant l'objet qu'il viens de faire tomber.
je regrette aujourd'hui d'avoir mis une mini jupe blanche, je sent aussi son regard sur ma poitrine qu'il n'arrête pas de regarder quand il est relevé, mais heureusement mon petit débardeur blanc la cache.

ce que je regrette surtout c'est de lui avoir donner une fausse image de moi et qu'il fantasme maintenant sur moi, quand enfin la cloche sonne la fin des cours, je range mes affaire et sort de la classe.

sortant de l'établissement je me dirigeais vers le portail quand je vis au loins un petit rassemblement.
qu'est ce qui se passe encore?
le temps que j'arrive au portail en marchant tranquillement, l'attroupement c'était accumulé, je n'arrivais pas à voir ce qui se passé, la plupart des autres élèves était avec leurs téléphone portable en main et filmaient ce qui se passé.
je fait le tour de cette attroupement pour essayer de voir ce qui se passe, mais rien à faire.

quand au bout d'un moment j'entends quelqu'un gueuler mon prénom et mon nom écorché.
je ne m'appelle pas Evans...
alors que le spectacle doit être fini, l'attroupement se disperse, rangeant chacun leurs portable, je n'aurais pas vue ce qui se passé, je vois alors cet homme, il ne fait pas partie de l'établissement, les cheveux gris assez grand, d'age mur, regardant dans toute les directions en criant mon prénom et mon nom écorché, brandissant quelques choses qu'il à en main que je n'arrive pas à voir.

je m'approche doucement et lui dit.

Ivanes...

l'homme me cherche du regard en m'entendant et se retourne.

c'est Ivanes, Lili Ivanes... pas Evans

maintenant qu'il c'est retourné, je peut voir son regard, ces yeux vert, clope en bouche, il me dévisage du regard, je détourne le regard et rajoute.

je suis Lili Ivanes.
qu'est ce que vous voulez monsieur?
Journalisée

Maxence Masden
-

Messages: 141


Flic et Lycan


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 13, 2010, 08:54:32 »

Maxence fut surprit. Il se retourna et regarda férocement la jeune fille qui lui parlait.
La jeune fille de la photo.
Il entendant son cœur battre à coups sourds dans ses oreilles. une large veine palpitait dans son cou, depuis la pointe droite de sa mâchoire et allant se perdre dans le col de sa chemise.
le Loup, Terra, et maintenant ces petits cons. Il perdait son sang-froid.
Rectification, il l'avait déjà perdu. Il sentait une pression derrière ses yeux, et ses tempes le lançait furieusement. Par flashs, il se voyait cogner les petits abrutis, voir les visages se crisper sur les larmes et la douleur, ses jointures entrer en contact avec les côtes au travers une fine pellicule de peau et des muscles qui cédaient sous ses coups.
Les mordre.
La mordre. La gifler et venir croquer la peau pâle de cette épaule dénudée...

Il se retourna, inspirant a plusieurs reprises. Narines, bouche, narines bouche, comme la psy l'avait conseillé.
Et surtout, compter jusqu'à dix avant de répondre.
Un, Deux, trois...

Il fouilla dans sa poche, sortit la photo. Au dos, une écriture frénétique, Lili Evans, qu'il avait griffonné dans la voiture.
Il la mis sous le nez de la jeune fille.

- Ok, c'est pas ton nom. Mais ça, c'est toi. Un point sur deux, j'engueulerais le type des archives qui lit trop Harry Potter alors.

Il se souvenait de ces soirs où il lisait ces livres à sa fille, allongée sur son lit. La mère d'Harry était le personnage préféré d'Emily. Elle disait qu'elle ressemblait à sa maman. Et Maxence eu beau préciser que Billie était blonde, et pas rousse, Emily s'obstinait à appeler sa mère « Billie Evans ».

Les mâchoires de Maxence se contractaient. Il en voulait à son esprit d'avoir fait ce lapsus. Il en voulait à Emily. A sa femme.
A cette gamine qui avait ravivé leur souvenir malgré elle. Cette idiote aux cuisses dénudées qui devait surement se trouver irrésistible. 

- Bien.. Mademoiselle  I-V-A-N-E-S... Donc, ça c'est toi. Et ça, c'est une plaque de flic, tu confirmes ? Et lui, là, dit il en se pointant d'un pouce tremblant d'impatience à l'idée de foutre le camp, c'est le propriétaire de la dite plaque. Le propriétaire de la plaque à des questions à poser à la fille de la photo.  Est ce que tu penses qu'ils peuvent discuter tranquillement dans la voiture du flic, ou bien préférera-t-elle se faire interroger devant ses amis et le corps inconscient d'un rat de chiottes parfumé au Biactol ?

Le mini-caïd remua légèrement au sol en poussant un grognement de douleur, comme s'il acquiesçait à sa description.
Maxence, quand à lui, retournait sans attendre à sa voiture. Qu'elle le suive ou pas, lui n'en pouvait plus de rester dans le coin. Ses doigts tressautèrent quand il jeta sa cigarette au loin, et il dit s'immobiliser un long moment et tenir son briquet à deux main pour allumer la suivante.
Des mômes avaient prit la scène avec leur portable. Il aurait des emmerdes probablement. Surement. Il s'en foutait. Il pataugeait dans les emmerdes depuis l'affaire Costello. Le Lycanthropie n'avait rien arrangé. Il était Border-line, avait dit ses collègues dans son dos.
Il se souvient des bandes plastiques jaunes et noir, marquées « do not cross » qui barraient le chemin de son appartement et l'accès aux corps de sa femme et de sa fille.
Ces limites, ils les avaient traversé, elles étaient depuis longtemps derrière lui.
Il n'avait plus rien à perdre.
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Septembre 23, 2010, 09:17:20 »

il me regarde un long moment, alors que mon regard reviens sur lui, je le vois fouiller avec nervosité dans sa poche avant de sortir une photo, il la regarde, la retourne et me lance que ce n'est pas mon nom et me demande ensuite si c'est bien moi sur la photo, je la regarde attentivement, effectivement c'est bien moi, prise en photo au abord du jardin public.

oui c'est moi... mais...

je n'ai pas le temps de poser ma question qu'il lance comme quoi il engueulerait le type des archives qui lit trop harry potter, je ne comprend pour ou il veut en venir.
cette homme est vraiment très bizarre.

bon qu'est ce que vous me voulez?

je lui demande impatiente de rentrer chez moi et de rejoindre Ishtar, il me redemande alors si c'est bien moi en épeulant convenablement mon nom et me montre sa plaque de police en me demandant de confirmer.

oui c'est bien moi et c'est une plaque de police...

puis toujours en me fixant de ces grand yeux il se pointe lui même du doigt et me lance que c'est le propriétaire de la dite plaque et il m'explique d'une manière tout à fait enfantine qu'il à des questions à me poser, continuant en me demande si je suis disposer à le suivre jusqu'à sa voiture ou si je préfère me faire interroger devant les autres élèves.
malgré sa plaque on pourrait douter que c'est un policier vue sa nervosité, sa manière de parler et les goute de sueur qui perle sur son visage, mais si la police est venue jusqu'à la sortie du lycée pour m'interroger ce n'est pas pour quelques choses de bénin.
je ne préfère pas que les autres élèves soit au courant de quelques choses sur moi ou ma famille, déjà que je n'ai pas la cote dans l'établissement, je préfère rester discrète.

très bien monsieur allons parler dans votre voiture... 

je vis alors cette homme jeter sa cigarette et s'en rallumer une juste derrière, obliger de tenir son briquet à deux main pour allumer sa cigarette tellement que ces mains tremble, je ne sais pas ce qu'il à mais il à besoin de se faire soigner je pense.
je le suis alors jusqu'à sa voiture, non sans être inquiète des questions qu'il vas me poser.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox