banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Danse torride d'une reine de glace [PV]  (Lu 213 fois)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 03, 2018, 08:17:25 »

La pièce où se déroule la scène est grande, vaste et uniquement éclairée par de nombreux spots suspendus un peu partout. L'établissement en question avait beau être d'un certain standing vu la qualité de la décoration et du mobilier, aucun siège n'était vide. Quatre hommes étaient assis ensemble à une des tables près d'une scène qui attirait les regards de toutes les personnes présente.

« Alors, Solis-sensei ? Qu'en pensez-vous ? »
« J'avoue être surpris. Agréablement surpris même. »


Les quatre hommes étaient visiblement des enseignants ou des membres de la direction du lycée Mishima, un endroit qui fait parler régulièrement de lui dans les médias. Ils n'étaient visiblement pas en sortie scolaire. Pas que l'idée n'en déplaise à certains professeurs aux penchants particuliers qui ne seraient pas contre voir leurs jeunes élèves se dandiner sur scène en tenue légère. Tandis que d'autres se contentent probablement de le faire en privée dans une salle de classe vide après les heures de classe.

« Cela fait plusieurs semaines que vous me parlez de cet endroit. Vous y venez souvent ? »
« Moi ? Non, mais Tanaka-sensei... Au moins trois à quatre fois par semaine. »
« Vraiment ? Je ne vous imaginait pas si coquin. »
« Cessez donc de lui dire des bêtises, Inui-sensei. Je ne viens qu'une à deux fois par semaine. »
« C'est déjà deux fois de trop pour votre femme. »

Tous : « Ah ah ah ah ! »

L'ambiance est détendue entre les professeurs qui ont décidés de se retrouver ici pour la première fois tous ensemble afin de décompressé, loin du lycée, des élèves. Ou encore des parents d'élèves qui aiment se plaindre pour tout et n'importe quoi. Sans oublier la presse et les forces de l'ordre qui mènent régulièrement des enquêtes sur leur lieu de travail.

« Vous parlez beaucoup d'une femme en particulier, elle sera là ce soir ? »
« Oh oui, Tanaka-sensei ne rate jamais une de ses prestations. »
« Pfff, vous étiez le premier à vous jeter dans la foule pour récupérer son soutien-gorge l'autre jour. »
« Aaah, c'était donc de là que venait votre hématome ? »
« Oui, même si il a prétexté un vulgaire accident domestique. »
« Il a eu un accident, techniquement... Surtout avec sa femme quand il a dû lui expliquer la chose. »

Tous : « Ah ah ah ah ! »

Les visites régulières au Dahlia Noir n'avaient rien de secret au sein de l'équipe pédagogique. Et ce petit plaisir n'était pas réservé aux hommes. Certaines femmes aiment se rendre dans ce genre de centre de loisirs pour adultes car les charmes féminins les attirent autant que les masculins. Peut-être même plus pour certaines d'entre elles. Il parait même qu'une surveillante de Mishima travaille comme strip-teaseuse à ses heures.

Une bouteille d'alcool hors de prix à moitié vide et quatre verres pleins indiquaient que la soirée était déjà bien arrosée pour les hommes qui discutaient et rigolaient tranquillement en attendant visiblement une danseuse précise.
Bien sûr, toutes les femmes qui travaillent au Dahlia Noir sont toutes belles à damner et tous les hommes feraient des pieds et des mains pour passer ne serait-ce qu'un instant avec elles en privé à l'abri de tous les regards pour faire des folies de leur corps. Des choses bien plus salaces qu'une danse privée... Une danse à l'horizontal.

Sur scène se trouvait actuellement une jeune femme blonde généreusement avantagée par mère nature. Son costume ressemblait à celui d'une archère elfe. Les fausses oreilles, la longue robe verte moulante et même l'arme étaient de sortie. Son costume était bien entendu plus coquin et montrait une grande partie de son corps comparé aux dessins animés japonais qui sont déjà très révélateur dans ce domaine.

Elle n'était cependant pas seule, une autre femme l'accompagnait en jouant le rôle d'une femme lapin. Son costume ressemblait pourtant plus à ceux que l'on voit généralement dans les costumes de Las Vegas que dans les films ou animes d'heroic fantasy. Elle avait les cheveux gris, sûrement une perruque, et des formes plus petites mais fermes et toniques.

La foule semblait aimer leur spectacle au fur et à mesure qu'elles s'affrontaient en s'enlevant leurs habits sur une chorégraphie visiblement travaillée et pratiquée depuis longtemps car elles ne montraient aucune hésitation dans leurs gestes.


« Elf-chan et Bunny-chan sont deux personnages récurrent. Elles ont leur public. »
« Je vois ça. C'est impressionnant. »
« Mais attendez de voir le prochain numéro. Vous nous en direz des nouvelles. »


Alors que l'enseignant prononçait ces paroles, une voix se fit entendre dans un micro. Un homme était monté sur scène pour rejoindre les deux femmes qui saluaient leur public à moitié nue.

"Cher public, un tonnerre d'applaudissements pour nos superbes Elf-chan et Bunny-chan ! Nous savons à quel point vous les aimez ! Ne sont-elles pas adorables ? Je ne veux pas vous gâcher le plaisir, mais sachez qu'elles feront un tout nouveau numéro le week-end prochain, alors soyez-là !"

« Oooh, ça va être à son tour. »
« Enfin, j'ai l'impression d'attendre depuis des heures. »


Les trois habitués qui accompagnaient Solis semblaient attendre la prochaine danseuse comme un messie. Leurs yeux étaient rivés sur la scène, se moquant de ce qu'il se passait dans le reste de la salle. Un éléphant aurait pu la traverser qu'ils n'auraient pas bougé de leur chaise. Après avoir annoncé la fin du numéro des deux danseuses, l'homme au micro allait passer à la star du soir.
Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Novembre 04, 2018, 07:33:02 »

- Oulah, ils sont bien excités ce soir !
- Bof, pas plus que d'habitude...

"Elf chan" et "Bunny chan" avaient quitté la scène sous un tonnerre d'applaudissements, de sifflements et de hurlements d'excitation, réintégrant la loge pour prendre une pause bien méritée.

Quasiment tous les soirs, la salle du Dahlia Noir était pleine à craquer, fréquentée par le même type de clientèle : salary-men accompagnés de leur patron, militaires venant de la base aérienne de Nakigawa, étudiants venus s'encanailler, yakuzas, noctambules de toutes sortes... Les deux filles avaient bien échauffé la salle. Elles étaient en quelque sorte le hors-d’œuvre, car le plat de résistance n'allait pas tarder et il promettait d'être savoureux.

Le speaker remercia le public pour avoir apprécié la prestation des deux strip-teaseuses avant d'annoncer la suite du programme :

- Gentlemen, voici celle que vous attendiez tous ce soir, celle pour qui vous vous êtes déplacés, celle qui hante vos rêves, la reine de la nuit, la déesse de l'effeuillage, la perle du Dahlia Noir, j'ai nommé Voodoooooooo !!!!

Le lourd rideau rouge s'écarta et de la fumée jaillit de tubes placés de part et d'autre de la scène, masquant aux regards ce qui se trouvait au-delà. Soudain, une silhouette féminine s'avança, lentement. D'abord imprécise elle devint plus nette et les spectateurs purent voir surgir "la perle du Dahlia Noir" toute vêtue de cuir noir, avec des cuissardes finissant en talons aiguilles, un string, un soutien-gorge qui peinait à contenir (ou qui contenait à peine ?) son opulente poitrine, une petite veste qui semblait avoir été faite pour un enfant de dix ans et une casquette de biker.

Quand elle apparut, la clientèle, attablée comme debout, manifesta son enthousiasme de manière fort expressive, les Américains surtout, poussant des hurlements que n'aurait pas désavoué le loup de Tex Avery.

Elle commença à danser sur scène au son d'une musique techno, se déhanchant vigoureusement, ouvrant de temps à autre sa veste pour offrir aux mâles émerveillés la vision de ses seins emprisonnés dans le soutien-gorge et qui menaçaient à tout instant de déborder...

Tout en continuant à se trémousser, elle descendit les quelques marches qui menaient à la salle et commença à évoluer au milieu des tables, sous les regards mi-admiratifs mi-concupiscents des clients qui, tout à leur excitation, n'oubliaient pas la règle d'or de toute boite de strip-tease : on ne touche qu'avec les yeux.

A un moment donné, elle s'arrêta devant une table où se trouvaient quatre hommes correctement vêtus et, tout en continuant à danser, commença à enlever avec une lenteur calculée la veste de cuir qu'elle balança ensuite sur la scène...
« Dernière édition: Novembre 04, 2018, 08:29:48 par Voodoo » Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Novembre 04, 2018, 09:40:47 »

La soirée débutait enfin pour les quatre hommes lorsque la grande star du Dahlia Noir, Voodoo, entra sur scène. La jeune femme avait des arguments... de sacrés arguments, pour expliquer son titre. Elle offrait un spectacle de toute beauté sur scène et ses fans le lui rendaient bien en l'applaudissant ou en la sifflant. Il y avait clairement plus d'hommes que de femme dans la salle, mais ses dernières n'étaient pas en reste. L'excitation était palpable dans la salle chez les deux sexes.

« Uwooooo ! La voilà ! »
« Je... Voodoo-chaaannn ! »
« En effet, je comprends mieux. »


Les quatre hommes profitaient du spectacle sans en perdre une seule miette. Un seul d'entre eux observait en silence alors que ses trois comparses hurlaient à plein poumon leur admiration pour la jeune créature au corps parfait qui se dandinait sur scène pour leur seul plaisir. Le dernier, Arlan, observait Voodoo calmement car il ne savait pas trop comment réagir. La logique aurait voulu qu'il fasse comme les autres en se lançant dans des encouragements ou des commentaires salaces. Sauf qu'il n'aime pas se faire remarquer de manière générale. Cela ne l'empêchait pas de trouver sa danseuse extrêmement attirante.

Après une minute passée sur scène, la plantureuse danseuse exotique quitta le podium pour rejoindre directement son public sans s'arrêter pour autant de se déhancher.

« Elle vient vers nous ! »
« Mon dieu ! Mon dieu ! Mon dieu ! »
« Voodoo-chan ! Je t'aime ! Epouse-moi ! »
« Vous êtes déjà marié, Tanaka-sensei ! »
« Je divorce... Ou je l'épouse aussi ! »


« Dernière édition: Novembre 04, 2018, 10:20:24 par Arlan Solis » Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Novembre 07, 2018, 09:57:16 »

Sur les quatre clients devant lesquels elle s'était arrêtée pour enlever sa veste de manière sensuelle, trois étaient excités comme des puces (la routine ordinaire mais parfois ce n'était pas joli-joli à voir), mais le quatrième était calme, ne hurlant ou ne gesticulant pas, se contentant de regarder Vooodoo. Cette dernière remarqua toutefois la petite lueur d'intérêt ou d'excitation dans ses yeux, signe qu'il appréciait ce qu'il avait devant lui.

Ce type de client était ce qu'elle préférait le plus : une personne capable de savourer la vision (et quelle vision !) qu'il avait sous les yeux tout en affichant un air imperturbable. D'ailleurs, qu'est ce qu'il faisait là ? La jeune femme trouvait qu'il avait une certaine classe et que sa présence en ces lieux avait quelque chose d'incongru : elle l'imaginait plus dans un piano-bar élégant et raffiné, tranquillement assis à une table, en train de déguster un grand cru de France.

Nul doute que ce devaient être ses trois compères qui l'avaient plus ou moins entrainé à venir au Dahlia Noir. D'ailleurs, leurs visages ne lui étaient pas inconnus.

Donc, tout en continuant son show devant les quatre mâles, à savoir ballotement de seins à quelques centimètres du visage de l'un d'entre eux, remuement de la croupe devant les deux autres et pour finir pose de fesses sur les cuisses du quatrième (le "calme", une sorte de "cadeau de la maison" qu'elle n'accordait pas à tout le monde).

Elle ne s'attarda guère plus d'une dizaine de secondes et passa à une autre table, souriant intérieurement des propositions de mariage qu'on lui lançait. Combien de fois lui avait-on déjà balancé cette phrase ? Elle n'avait pas compté mais cela devait bien se chiffrer en centaines...

Elle retourna sur la scène et commença à délacer lentement son soutien-gorge, provoquant un regain de concert de cris, de hurlement et de sifflements parmi la clientèle. Une fois qu'elle eut fait glisser les bretelles, elle maintint la pièce de cuir contre ses seins avec ses bras, restant ainsi une bonne minute ainsi, tout en continuant à danser, à se déhancher, à agiter la croupe.

Puis elle jeta le soutien-gorge à travers la salle, dévoilant ainsi son opulente poitrine ce qui provoqua une véritable crise d'hystérie. Où le sous-vêtement avait-il atterri au fait ? Sur la tête du jeune homme calme sur lequel elle s'était assis. Fruit du hasard ou geste calculé ? Difficile à dire...
« Dernière édition: Novembre 07, 2018, 11:14:41 par Voodoo » Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Novembre 07, 2018, 02:09:32 »

Sous les compliments et demandes de mariage, la sublime jeune femme s'approcha de la table des quatre hommes qui n'en demandaient pas tant. En particulier Tanaka-sensei qui était aux bords de l'AVC.

« Voodoo, je veux t'épouser et ma femme deviendra ma maîtresse ! »
« Attendez donc que votre femme entende ça. »
« Ah ah, il n'aura plus rien pour faire plaisir aux femmes si ça arrive. »


Le petit groupe s'amuse en plaisant alors que la strip-teaseuse n'est plus qu'à quelques pas d'eux. Voir les énormes seins de la jeune femme remuer sous ses yeux fut assez pour achever Tanaka-sensei qui s'écroula sur sa chaise avec des étoiles dans les yeux et de la bave qui lui coulait au creux des lèvres. Il avait beaucoup venir la voir régulièrement faire son numéro, l'effet qu'elle lui faisait était toujours aussi grand. Voir des jeunes femmes en petite tenue se trémousser de façon lascive devant vous est toujours terriblement excitant en soit. Sauf que Voodoo était différente, elle dégageait quelque chose de différent des autres femmes.

Alors que ses trois compères avaient eu droit à un sacré traitement de sa part, Voodoo s'approcha de Solis pour y déposer son délicieux popotin sur ses cuisses. Malgré son air calme et posé en apparence, lui non plus n'était pas insensible aux charmes de cette divine créature aux formes défiant les lois de la nature. Des rapports sexuels il en avait déjà eu avec plusieurs femmes par le passé. Dont certaines avaient également une poitrine généreuse capable de prodiguer certains plaisirs aux hommes hors de portée des petites poitrines. Pourtant il eu du mal à contenir son érection sous son boxer pendant le spectacle. Le regard de la jeune femme était aussi tentant que la poitrine qui ne se trouvait qu'à quelques centimètres de ses mains, de sa bouche... Il se serait bien jeté dessus si il le pouvait, la prenant sur cette table après avoir envoyé valdingué la bouteille et les verres qui l'aurait gêné dans son entreprise.

Avant que le spectacle ne commence, les autres enseignants lui avaient parlé des danses privées qui sont disponibles à ceux qui sont prêt à payer pour en profiter. Et à l'instant où Voodoo entra sur scène, il était tombé sous le charme. Il prit alors un stylo pour écrire quelques mots sur la serviette intacte qui trônait à côté de son verre d'alcool désormais vide. Son but était de trouver un moment pour s'approcher d'elle afin de lui glisser ce mot. Heureusement celle-ci lui avait mâché le travail en venant visiter sa table. Accompagné de deux billets de 10.000 yens, il glissa son mot dans la botte de la jeune femme quelques secondes avant qu'elle ne change de table pour continuer à chauffer d'autres clients qui n'attendaient que ça.

Après une à deux bonnes minutes, signifiant la fin de son numéro, la tentatrice remonta lentement sur scène en prenant tout son temps pour exciter la foule. Ce fut sous des cris encore plus énergiques et bruyants qu'elle commença à délacer le soutien-gorge qui contenait avec une certaine difficulté cette poitrine parfaite. Laissant ses bras menus contenir cette énorme et savoureuse masse de chair aguicher le public qui n'en avait pas forcément besoin vu le niveau d'excitation qui régnait chez les hommes et les femmes du public. On aurait pu penser que seuls les hommes seraient attirés par Voodoo, mais ce serait faire une énorme erreur. Certaines femmes se mordaient les lèvres, les mains sous leur pantalon ou jupe en la regardant faire sans en perdre une miette.

Puis, d'un geste, elle jeta son soutien gorge en cuir dans le public sous les acclamations de ce dernier. La foule avait l'habitude de se disputer ses sous-vêtements... Excepté que celui-ci s'envola pour retomber directement en travers du visage de Solis. On aurait pu s'attendre à ce que l'homme se trouve incapable de voir quoique ce soit en recevant le soutien-gorge d'une femme à la poitrine aussi volumineuse. Mais celui qu'elle portait ne cachait pas grand chose et aurait pu, du coup, être porté par n'importe quelle femme. Par réflexe ou envie de lui prouver que son geste lui fit plaisir, Arlan prit le sous-vêtement avec sa main droite et se mis à le renifler en inspirant très fort à une seule reprise avant de le ranger sans sa poche sous les regards admiratifs et jalousés.

« Heureusement que Tanaka-sensei est encore dans les vapes, sinon il vous aurait sauté à la gorge ! »
« Vous pouvez d'ailleurs le lui offrir si vous avez besoin de quoi que ce soit. »
« C'est tentant mais je préfère le conserver. »
« Fufufu, vous êtes un sacré coquin au fond. »


Riant aux éclats entre eux, les trois hommes encore conscients allaient profiter de la fin du spectacle avec délectation dans cette grande salle dont l'attention n'était rivée que sur une personne.
Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Novembre 08, 2018, 06:52:14 »

Une fois le spectacle fini, Voodoo alla dans sa loge afin de se détendre un peu avant d'aller voir son client. Le geste de l'homme devant qui elle s'était trémoussé avant de s'assoir sur ses genoux ne lui avait pas échappé et une fois le rideau rouge tombé, elle avait sorti les deux billets de 10 000 yens et le petit mot qui allait avec : il voulait un show privé avec elle dans la pièce n° 2. Il n'avait pas précisé quelle tenue il voulait qu'elle porte pour cette occasion : soit il n'était pas au courant de cette pratique soit il lui laissait choisir.

Tout en fumant une cigarette, elle se mit à réfléchir : ce type était distingué, maître de soi et plutôt calme, il apprécierait peut être un peu de "sauvagerie" pour son show... Elle se leva et alla dans la penderie où se trouvaient les différents costumes qu'elle utilisait pour ses prestations et trouva celui qui conviendrait à son client.

Cinq minutes plus tard, après avoir enfilé la tenue et mis une couche de maquillage, Voodoo entra dans le petit salon privé. Chacun d'entre eux comportait un confortable canapé en cuir, un petit guéridon, et une petite scène munie d'une barre de pole-dance.

- Bonsoir ! fit-elle d'une voix sucrée à son client. Elle était vêtue d'un pagne en motif peau de léopard et d'un soutien-gorge de la même couleur. Elle portait aux pieds une paire de sandales de cuir et elle avait ramené ses cheveux de manière à faire un chignon. Ainsi accoutrée, elle ressemblait à une guerrière exotique d'heroic-fantasy. Il ne manquait plus qu'une épée ou une grosse hache pour parfaire le tableau.
Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Novembre 09, 2018, 12:15:43 »

Le spectacle fut mémorable pour toutes les personnes présentes dans la salle. Certains hommes avaient fini avec la bite dépassant de leurs pantalons alors que pour ce qui était des femmes, de petites flaques étaient visible sous leur chaise. Le sexe est monnaie courante, voir une activité normale, dans la grande ville de Seikusu. Mais là... parvenir à procurer des orgasmes à des personnes sans avoir à les toucher rendait la réalisation de cet exploit surnaturel.
Malgré son calme extérieur, Solis aussi eu un début d'érection lorsqu'elle s'était épanchée sur lui. Il ignorait par contre si la plantureuse jeune femme l'avait remarqué car il avait retenue celle-ci autant que possible pour ne pas passer pour un homme facile et trop rapidement excitable. Malgré son nombre assez correct de conquêtes, aucune femme n'était parvenue à le chauffer aussi vite que Voodoo.

Après avoir quitté ses collègues qui étaient encore un peu trop énergiques, l'enseignant se fit aborder par une des serveuses en petite tenue qui lui indiqua de se rendre dans le salon privé N°2. La bouteille qu'il avait partagé avec ses collègues étant toujours à moitié pleine, il s'en saisit pour suivre la jeune femme qui le guida en remuant son joli petit derrière. Peut-être par habitude vu que les jeunes femmes là-bas sont payées pour éveiller le désir chez les clients.

Avant de pouvoir entrer dans le salon, une montagne de muscles le palpa pour s’assurer qu'il n'avait pas d'arme sur lui. Le genre de procédure qui doit forcément poussé des hommes un peu éméché à se lancer dans des commentaires ou plaisanteries douteuses et graveleuses. Excepté que Solis n'est pas du genre à faire de l'humour avec des inconnus, surtout dans ce domaine. Heureusement que son début d'érection s'était calmé, cela aurait rendu la scène gênante. Désormais devant la pièce, il écarta le rideau à l'entrée d'un revers de la main avant de découvrir l'endroit. Contre toute attente, le salon privé était assez spacieux pour accueillir au moins quatre ou cinq personnes.

Une fois à l'intérieur, il déposa la bouteille d'alcool sur le guéridon même si il n'y avait aucun verre à portée de vue. Alors qu'il était en quête de ne serait-ce qu'un morceau de verre travaillé pour accueillir ce courage liquide, des bruits de bas se firent entendre dans son dos. La belle jeune femme à la peau d'ébène était là, sous ses yeux, portant un costume de guerrière amazone. Cela semblait si naturel de la voir dedans.

« Bons-... Ouah ! Le combat risque d'être inégal car l'homme à l'entrée a vérifier que je n'avais pas d'arme sur moi. Sauf si il s'agit d'un stratagème calculé. »

Pourtant peu adepte de la plaisanterie, il ne savait pas trop quoi dire d'autre. Son seul but était d'éviter de tomber dans la surenchère gratuite sur sa beauté que tout le monde doit vanter. Le ton employé sur le moment n'était ni malsain, ni pervers, juste neutre.
Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Novembre 09, 2018, 03:56:35 »

Bons... Ouah ! Le combat risque d'être inégal car l'homme à l'entrée a vérifié que je n'avais pas d'arme sur moi. Sauf s'il s'agit d'un stratagème calculé. fut la réponse de l'homme quand Voodoo, après être entrée dans le salon privé, lui souhaita le bonsoir.
- Eh ben, c'est pas banal comme préambule ! fit-elle d'une voix mi-amusée mi-perplexe, haussant un sourcil.

En fait elle avait mis une bonne dizaine de secondes avant de lui répondre, le temps de comprendre les propos de son client, de les assimiler.

Voodoo s'avança vers lui, tout sourire, l'obligeant à s'assoir sur le canapé en cuir, puis, après avoir mis une musique d'ambiance appropriée, se mit à califourchon sur lui, lui offrant le spectacle imprenable sur ses seins qui menaçaient à tout instant de sortir à l'air libre tant son soutien-gorge avait peine à les contenir.

- C'est vrai que face à ces deux obus, tu dois te sentir tout nu... fit-elle en ondulant du bassin. Sous son pagne, elle portait une culotte de soie rouge et à un moment donné, son entrecuisse vint frôler, à travers le tissu de son pantalon, son membre en érection : hum... pas si désarmé que ça au final...

Elle enleva le haut d'un mouvement lent, dévoilant ainsi ses appas plus qu'appétissants au regard émerveillé de l'homme. Sous la lumière tamisée du salon la peau de ses seins brillait d'un doux éclat en certains endroits tandis que dans d'autres elle créait des ombres douces et émouvantes.

- Tu t'appelles comment mon joli ? demanda-t-elle tout en saisissant les mains de l'homme qu'elle posa sur sa poitrine. Sans être interdite, cette pratique était plus ou moins tolérée, du moment qu'on ne franchisse pas certaines limites. Et puis c'était le meilleur moyen de faire cracher au client plus d'argent. Si une fille du Dahlia Noir désirait coucher avec l'un d'entre eux, elle le faisait en-dehors des heures de service ; pour ce qui était de se faire payer pour une partie de jambes en l'air, c'était une toute autre histoire...

Toujours est-il que Priscilla sentit ses tétons se raidir au contact des doigts de l'homme sur ses seins. Ce qui était plutôt bon signe. Pour lui.
Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Novembre 09, 2018, 04:44:21 »

Debout à l'arrivée de la belle créature qui venait de le rejoindre, il ne le restera cependant pas très longtemps. Désarçonné par le charme débordant de cette dernière, il se mit à reculer alors que celle-ci s'approchait de lui, l'envoyant littéralement les fesses sur le canapé. Solis avait toujours eu l'habitude de mener la danse dans ses rapports intimes, sauf quand il laissait volontairement sa partenaire diriger. Voodoo n'était pas intimidante à première vue. Sa prestance était pourtant impossible à nier.

Décontenancé par la vitesse à laquelle allaient les choses, le voilà déjà le nez face aux sublimes montagnes de chair de la jeune femme. Une opulente poitrine qui pourrait lui sauter au visage sans crier gare si jamais il détournait son attention un seul instant ou s'il clignait des yeux. Beaucoup d'hommes aiment les grosses poitrines et Solis fait partie de ceux-là. Excepté que cette partie de l'anatomie d'une femme ne lui avait fait autant d'effet par le passé. Il était redevenu un puceau fasse à sa première petite amie ou une femme désireuse de le titiller.

« Effectivement... Et je n'ai aucune honte à l'admettre. » fut sa réponse lorsqu'elle lui demanda si il ne se sentait pas nu ou impuissant face aux armes d'excitation massive qu'elle lui suspendait au visage. Son érection était d'ailleurs de retour et elle ne se gêna pas pour le lui faire remarquer. Elle n'était pas encore complète, bien qu'assez pour attirer l'attention de Voodoo qui semblait s'en amuser.

Solis faisait tout pour ne pas se créer ses propres scénarios dans son esprit et sentir l'excitation le dominer quand elle brisa son entreprise d'un simple geste. Sans la moindre hésitation, la danseuse exotique se saisit des mains de son client pour les poser sur son opulente poitrine qu'il le pouvait pas saisir entièrement. « Eh bien... Je pense que tu peux m'appeler par mon prénom vu la façon dont cette danse évolue. C'est Arlan, belle créature. » répondit l'enseignant, le souffle un peu lourd, quand Voodoo lui demanda son nom. Il aurait pu mentir, inventer un prénom ou un pseudonyme. Sauf qu'il s'en sentait incapable... Incapable de lui résister.

Alors qu'il pouvait sentir les tétons de la tentatrice sous les paumes de ses mains alors qu'il effectuait une légère pression sur sa poitrine, il tenta de pincer son téton droit avec son index et son pouce avant de tirer lentement dessus. Son envie était plus de jauger sa réaction que de lui provoquer une quelconque douleur.

« Pardon, je ne sais pas ce qui m'a pris ! Tu es si envoutante que ma main a agit toute seule. Je ne sais pas si ce genre de contact est autorisé car c'est ma première fois dans une boite de strip-tease. Et je tiens pas à te manquer de respect en m'imposant. »
Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Novembre 09, 2018, 06:44:47 »

- Enchantée Arlan ! lui susurra-t-elle à l'oreille, moi c'est Voodoo mais tu le sais déjà n'est-ce pas ?

Bien entendu c'était son nom de scène. Priscilla Kitaen n'était pas son vrai nom non plus : c'était une identité qu'elle s'était créée quand elle s'était échappée du centre militaire de recherches afin de brouiller les pistes (elle aurait été stupide de donner son véritable patronyme : Vanina Kolokova).

Elle poussa un petit cri de surprise quand il lui pinça l'un de ses tétons. Elle lui donna une petite tape dans la main assorti d'un "doucement vilain garçon !" sur un ton de fausse réprimande. Elle se leva, se retourna, enleva le pagne et se cambra, de manière à offrir sa croupe à Arlan. Elle tortilla des fesses durant de longues secondes, suivant le rythme de la musique qui, étrangement, lui faisait penser à une danseuse ayant un serpent sur les épaules.

Puis elle se rassit de nouveau sur les cuisses de l'homme mais de manière à ce que son dos soit collé à son torse, lui prit de nouveau les mains et les promena sur son ventre plat, ses cuisses fermes. Elle sentait toujours l'excitation de son client pointer à travers le tissu et elle ne se privait pas de se frotter contre elle, poussant de temps à autre des petits gémissements rauques.

- Tu fais quoi dans la vie ? lui demanda-t-elle au bout d'un moment.
Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Novembre 09, 2018, 07:46:46 »

Son geste ne fut finalement pas si grave que cela car la danseuse le réprimanda sans grande conviction. Son ton taquin lui laissait pensé qu'elle n'aurait pas été contre le fait qu'il poursuive son geste au lieu de l'interrompre. Un homme voit souvent ce qui lui plaît lorsqu'il est question de charme après tout, sans que cela ne soit forcément vrai.

Alors qu'il observait chaque mouvement de Voodoo avec une attention qui lui était méconnaissable, il laissa échapper un « Aarrrrgh, seigneur ! » en voyant ce derrière rebondit remuer rien que pour lui à quelques centimètres de ses yeux et de ses mains qui avaient goûtés un court instant à sa douce peau caramel. Ses mouvements étaient parfaits, hypnotiques, bien au-delà de la simple danseuse qui ne cherche qu'à exciter le client vulgairement. Ne pas considérer une strip-teaseuse comme étant vulgaire est parfois impossible pour certaines personnes. Des personnes qui n'ont jamais croisé le chemin de cette plantureuse femme.

Les jambes serrées pour accueillir un nouvel assaut de la jeune femme, son agréable calvaire était loin d'être terminé. Il pouvait découvrir le ventre plat et les cuisses qui mettaient en valeur ses longues jambes. Il ne se faisait d'ailleurs pas priver pour faire ensuite glisser le bout de ses doigts en partant du plus loin possible en approchant sa tête de celle de Voodoo pour pouvoir lui souffler sur l'oreille avant de repartir en arrière et faire remonter ses doigts jusqu'à son ventre une nouvelle fois. Doucement, sensuellement, en y mettant plusieurs secondes.

Sa verge était sans défense face aux caresses de ces deux surfaces parfaitement arrondies et dodues qui l'agressait sans relâche depuis plusieurs secondes. Elle n'avait aucun autre choix que de se dresser un peu plus à chaque mouvement même si elle résistait autant que possible pour ne pas s'ériger entièrement. Les gémissements de Voodoo n'aidaient en rien ses tentatives de résistance.

Quand elle demanda à l'homme son métier, là encore, il se trouva incapable de lui mentir. « Je suis enseignant au lycée et l'université depuis quelques mois. Et heureusement que tu n'es pas une de mes élèves, car je serais incapable de mener mes propres cours à bien. » Tout en poursuivant ses douces caresses sur les formes généreuses de sa partenaire du moment. Légèrement emporté par la situation, il fit glisser ses mains un peu plus loin sur les cuisses jusqu'à titiller légèrement la partie qui rejoint les fesses de Voodoo sans aller trop loin. Il jouait avec le feu, sans trop s'en approcher.

Il attrapa alors la bouteille d'alcool qui était à portée de main sur le guéridon et de mit à boire une longue gorgée au goulot. Coincé derrière Voodoo, il n'avait pas d'autre choix que de faire passer son bras devant celle-ci et de coller sa tête à la sienne, profitant de cette occasion pour humer le parfum de son shampoing.
« Dernière édition: Novembre 10, 2018, 09:51:04 par Arlan Solis » Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 977


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Novembre 12, 2018, 01:05:16 »

- Je suis enseignant au lycée et l'université depuis quelques mois. Et heureusement que tu n'es pas une de mes élèves, car je serais incapable de mener mes propres cours à bien.

Voodoo ne répondit pas tout de suite. La dernière phrase de son client avait ravivé en elle certains de ses souvenirs, quand elle était au lycée, à Miami. Elle avait 18 ans et cette année là, elle avait eu un prof de littérature ayant la bonne quarantaine à qui elle avait tapé dans l’œil (il n'était pas le seul d'ailleurs). Elle n'était pas très bonne dans cette matière et avait des notes médiocres, aussi l'avait-elle convoqué dans son bureau pour lui en parler ; la jeune adolescente n'était pas dupe et avait compris que son professeur avait autre chose en tête... A vrai dire l'enseignant ne lui déplaisait pas, bien au contraire : il avait un côté gauche, maladroit et un peu timide qu'elle avait trouvé touchant, lui rappelant un peu son père.
Donc une fois en face d'elle, il avait commencé à lui parler de ses résultats scolaires, sans grande conviction. Vanina, voyant que l'autre ne se décidait pas à "entrer dans le vif du sujet" choisit de prendre les devants : elle lui sauta dessus, déboutonna son pantalon, lui tailla une pipe puis le chevaucha allègrement...

Comme par miracle, les notes de la jeune fille s'améliorèrent grandement. Ils s'étaient revus quatre fois durant l'année scolaire, changeant d'endroit pour se livrer à leurs ébats, le bureau d'un professeur n'étant pas vraiment le lieu idéal pour ce genre d'activités.

Arlan prit la bouteille d'alcool et la porta à ses lèvres. Une fois qu'il eut fini, elle la lui pris des mains et en but une gorgée. Il n'en était resté qu'un fond mais en un sens c'était pas plus mal : l'alcool était fort et lui brûlait le palais.

- Écoute, lui dit-elle au bout d'une bonne dizaine de minutes de trémoussement, de déhanchement et d'autres mots qui finissaient en "ment", relatifs au strip-tease, tout en commençant à se rhabiller, mon service est fini. Comme demain je bosse pas, je te propose qu'on aille boire un verre à l'extérieur. T'en dis quoi ?

Elle aimait bien partager un verre après une prestation : ça permettait de changer la donne dans la relation client-strip-teaseuse.
Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
Arlan Solis
Humain(e)
-

Messages: 91



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Novembre 12, 2018, 07:30:03 »

La jeune femme qui collait ses formes arrondies sur son entrejambe ne se gêna pas pour saisir la bouteille au passage afin de le copier. Une décision qu'elle regretta visiblement à en juger par le léger frisson qui suivit son geste. Cela ne la dérangea pourtant pas de reprendre sa danse en le titillant de diverses façons et positions pendant dix longues minutes et dont il ne perdit pas une seule miette. La jeune femme savait captiver son public et le garder éveillé en permanence, jusqu'à la dernière seconde.

La plus grande surprise fut l'invitation venant de la sublime Voodoo d'aller boire un verre avec lui dans un bar. Invitation qu'il accepta sans même hésiter un seul instant.

« Avec grand plaisir. Je ne refuse jamais de passer une soirée en bonne compagnie. Il y a justement un petit bar/restaurant qui ne paie pas de mine et que j'ai toujours voulu essayer. Je t'attends à l'entrée et nous prendrons ma voiture. »

Toujours bien excité par la danse de son rencard enchanteur du soir, l'enseignant eu du mal à marcher droit au début. Même la danse terminée, il ne rata pas une occasion de reluquer le derrière parfait de Voodoo dont il n'hésiterait pas à faire des misères si cette dernière le lui permettrait plus tard dans la soirée.

Après avoir patienté plusieurs minutes à quelques pas de l'entrée, près du parking, pour éviter que les collègues ou le patron de la danseuse se remarque quoi que ce soit, celle-ci le rejoint. Ils montèrent dans la voiture et se partirent en direction du petit bar/restaurant pour finir leur soirée. Ou une partie de celle-ci...

« Accompagner des clients en dehors du travail est quelque chose que tu fais régulièrement ? J'ai une petite faim, alors je t'invite si jamais tu veux te mettre quelque chose sous la dent. Ils font de tout, des nouilles aux saucisses juteuses. »

Ne s'attendant pas à avoir de la compagnie en venant dans cette boîte de strip-tease, Solis avait laissé sa serviette sur le tapis du siège passager. Et ouverte, laissant apparaître la présence d'un caméscope. L'objet contenait plusieurs vidéos qu'il avait enregistré quelques jours plus tôt de lui avec une autre enseignante de Mishima et de Pepper Calgary qu'il avait rencontré quelques semaines plus tôt.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox