banniere
 
  Nouvelles:
La nouvelle Gazette est en ligne !
Bonne lecture !



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Education sexuelle et relation ambigue [Pv Myumi]  (Lu 74 fois)
Akasaka Aiko
Humain(e)
-

Messages: 10


Princesse Imperiale héritière


Voir le profil
Fiche
« le: Octobre 11, 2018, 05:00:24 »

Depuis qu'elle avait intégrée Mishima, Aiko était vraiment épanouie. Et si le corps enseignant et administratif de l'établissement était bien entendu au courant de ses origines, ce n'était pas le cas de la majorité des élèves. En effet, peu d'entre eux s’intéressaient vraiment à la vie politique du pays, préférant se concentrer sur leurs devoirs et leurs passions respectives. En fait, à bien y réfléchir, il n'y avait vraiment que les membre du club d'histoire national (oui, ce club existe vraiment) qui avaient faillit s’évanouir lorsqu'elle s'était présentée lors de son premier jour.

Et pourtant, la présence d'une princesse impériale au sein de l'établissement avait provoqué quelques petites modifications dans le quotidiens des élèves. En outre, la sécurité de l'établissement avait été renforcé et les élèves avaient reçus une carte scolaire intégrant une puce électronique, afin de s'assurer qu'ils étaient bel et bien inscrits à ce lycée. Pour ne pas inquiété ces derniers, on leur avait dit que cette organisation avait été mise en place pour leur propre sécurité, en raison de l'augmentation du nombre de disparitions en ville et d'attentats. En réalité, ces derniers étaient toujours stables et n'était dû qu'à la présence d'Aiko dans l'enceinte du lycée, le temps de son cursus scolaire.

Ainsi, la princesse s'était faite quelques amis qui pour la plupart ignoraient donc ses origines ou pensaient qu'elle était juste issue d'une famille fortunée. En cours, les enseignants avaient juste pour ordre de l’appeler avec le suffixe "San" et de réserver le "Hime" seulement lors d'entretiens privés, pour éviter aux élèves de se poser trop de questions. Enfin, cet ordre venait surtout du conseil d'administration de Mishima, et plus haut, de ses parents eux mêmes. Quoi qu'il en soi, Aiko s'était donc plutôt bien intégrée à la vie scolaire du lycée... Peut être trop même...

Car Aiko avait prise une certaine habitude, quelques semaines après son arrivée à Mishima. Perverse comme elle l'était devenue au fil des années, elle avait en effet commencée à pratiquer l’exhibitionnisme dans l’établissement. Elle attendait généralement la fin de la journée, lorsque les élèves quittaient l'établissement pour rentrer chez eux ou au dortoirs, avant de commencer à se déshabiller dans sa salle, comme elle le fit ce même soir, la veille du weekend.

Comme à chaque fois, Aiko se doigta quelques minutes, avant de se masturber doucement sur le coin de son pupitre. Cette situation l'excitait toujours terriblement. Faire des choses salles, souiller la table sur laquelle elle travaillait, cela la rendait vraiment toute chose. Et après son orgasme, c'est l'intimité toute dégoulinante de mouille qu'elle sortie de sa salle de classe, marchant tranquillement dans les couloirs, passant près des salles vides... Pour la jeune fille, il n'y avait rien de plus excitant.

Toutefois, après vingt bonnes minutes à traverser la moitié du lycée, Aiko fini par arriver près d'une salle de classe qui, contrairement aux autres, n'était pas vide. La porte était à peine entrouverte et, s'approchant doucement, la princesse s’accroupit devant, se caressant l'intimité en observant ce qui se déroulait à l’intérieur: une activité ô combien plaisante, qui affirmait à elle seule les rumeurs qui courraient sur Mishima...
« Dernière édition: Octobre 15, 2018, 01:00:04 par Akasaka Aiko » Journalisée

Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 166



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Octobre 15, 2018, 12:56:23 »

« Se-Senseï, haaaa... !! »

Shii poussa un nouveau cri de plaisir et de douleur quand le gode de Myumi s’enfonça dans son fessier. Ses mains se crispèrent sur le rebord du bureau, et Shii hurla encore, fermant les yeux. Son sailor fuku était légèrement défait, délesté de sa jupe, et elle sentait Myumi la pénétrer rudement. Celle-ci portait une séduisante tenue érotique noire en latex, et continuait à prendre la jeune femme. Ses mains caressaient ses fesses, malaxant sa chair, faisant doucement crisser sa combinaison. Shii hurla encore, et la jeune fille qui les observait, une ganguro du nom de Maria Sucker, gloussa doucement.

Maria s’assit sur le bureau, à côté de Shii, et caressa son visage avec sa main, ses doigts glissant tendrement sur ses cheveux. La ganguro était une élève de Mishima très particulière, car elle était inscrite sur les registres, mais affiliée à aucune classe. En réalité, Maria était une prostituée locale, recrutée par le conseil d’administration pour satisfaire quelques élèves. Une élève de l’ombre, qui permettait à l’administration d’avoir un aperçu des réseaux occultes du lycée.

« Allez, là, tu adores ça, Shii-chan, hein ? Bande bien les fesses, et peut-être qu’Ichtora-sensei te laissera jouer avec sa grosse queue !
 -  Hmmmm... Haaaa... !! »

Shii était une excellente candidate pour les jeux délicieusement pervers de Myumi. La senseï aimait beaucoup Shii, qui, outre être une esclave dévouée de Mélinda, était aussi une élève très douée, très brillante. Myumi la récompensait de son brillant devoir de mathématiques, où elle avait fini première de la classe, et avait pour cela invité Maria. Shii et la ganguro avaient déjà eu l’occasion, par l’intermédiaire de Mélinda, de s’envoyer en l’air ensemble. Maria avait ainsi compris que Shii était une jeune femme qu’il fallait forcer pour avoir ce qu’elle voulait, et il était donc normal que Myumi l’invite dans la classe.

La jeune femme la bourrait donc, la prenant tendrement, accélérant progressivement le rythme. Elle soupirait longuement, et entendit alors la porte s’entrouvrir. Fort heureusement, Shii portait sur ses yeux un bandeau noir. Si Maria ne reconnut pas Aiko-hime, Shii était bien trop cultivée pour ne pas la reconnaître rapidement. Le hasard avait fort heureusement voulu que Shii n’avait encore jamais rencontré Aiko-hime, et le conseil d’administration faisait tout pour dissimuler autant que possible sa présence. Mishima était un lycée à la réputation sulfureuse, et, si la presse apprenait qu’une Princesse japonaise se trouvait ici...

« Oh, hmmm... Shii-chan, je crois que tes cris de petite pute... Ont attiré du monde ici !
 -  H-Hein, haaaa... Co... Haaaaannn... !! »

Myumi gifla le cul de Shii, qui couina encore, puis la professeur, ralentissant légèrement le mouvement, sourit à Aiko-hime. Elle ne lui dit toutefois rien, car la jeune fille restait encore dehors... Mais lui fit signe de la main d’entrer. Après tout, les ordres étaient de ne pas la brusquer, et, même si Myumi avait tendance à être une femme sulfureuse, elle respectait toujours les instructions qu’on lui donnait.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Akasaka Aiko
Humain(e)
-

Messages: 10


Princesse Imperiale héritière


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Octobre 15, 2018, 04:34:19 »

La scène que la jeune fille avait sous les yeux était terriblement excitante. Elle pouvait observer en effet une des enseignantes donner de sa personne dans une sorte de cours sexuel particulier avec une élève, que la princesse n'avait malheureusement pas encore eu la chance de croiser jusqu'à maintenant. Celle-ci était sauvagement prise en levrette sur un pupitre par Ichtora-Senseï, sa prof de Maths, équipée d'un gros gode ceinturé, qu'elle imaginait bien s'enfoncer et vibrer également dans son vagin. Elles étaient toutefois accompagnées d'une autre fille, qui ne portait pas l'uniforme du lycée. Impossible pour elle, donc, de savoir si elle était scolarisée ou non à Mishima.

Aiko n'était sans doute pas aussi discrète qu'elle le pensait. Sans doute à cause des bruits humides de ses doigts entrant et sortant frénétiquement de son intimité inondée de mouille, Ichtora-Senseï la remarqua assez vite et lui fit signe d'entrer. Rougissant furieusement de s'être fait griller aussi vite, la princesse repris toutefois contenance, avant de se redresser et ouvrir plus largement la porte. Malgré sa grande perversité, et le fait qu'elle soit entièrement nue et les cuisses détrempées, Aiko n'en restait pas moins bien éduquée et s'inclina en signe d'excuse.

- Veillez me pardonner pour cette intrusion, Ichtora-Senseï. J'ai entendu du bruit durant ma petite promenade et la curiosité à été plus forte que la prudence.

Ceci dit, elle entra dans la salle en refermant derrière elle, se rapprochant ensuite du trio. Aiko s'assit ensuite sur le pupitre d'à côté, les cuisses bien écartées, avant de reprendre sa masturbation intensive sous l'œil de la Senseï et de l'ado inconnue, la lycéenne ayant les yeux bandés et ne pouvant donc la voir. Très vite, son jus intime se remit à goutter entre ses cuisses, s'étalant sur la surface de bois jusqu'à former une petite flaque, qui elle même finit par s'écraser au sol en tombant depuis le bord. Durant plusieurs minutes, la jeune fille continua de se donner du plaisir ainsi, son autre main occupée avec un de ses seins et ses gémissements se mêlant à ceux de la lycéenne, très heureuse de s'offrir ainsi en spectacle devant un public.

Puis finalement, l'orgasme vint la frapper, et la princesse, prise de légers spasmes de plaisir, envoya quelque jets de sa chaudes cyprine sur le visage de la lycéenne prise en levrette, qui avait à ce moment là le visage tourné vers elle sans pouvoir la voir. Aiko regarda alors l'autre fille avec un ravissant sourire, mais qui ne cachait en rien ses envies lubriques.

- Dis... Pourrais-tu t'occuper un peu de moi s'il te plait ? J'aimerais sentir autre chose que mes propres doigts à l'intérieur de ma petite chatte en feu...
Journalisée

Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 166



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Octobre 16, 2018, 08:21:07 »

Aiko-hime n’était pas une élève comme les autres. En fait, il était tout à fait juste de dire qu’elle était une sorte de VIP… Ou de VVIP, pour « very very important person ». Dire qu’elle était précieuse était un euphémisme, car elle était une Princesse impériale, appartenant à la famille de l’illustre Empereur du Japon, Akihito. Pourquoi cette femme s’était retrouvée ici, à Mishima, plutôt qu’à un juku ? La question avait été posée au sein du Conseil d’administration du lycée. C’était le choix personnel d’Aiko-hime de venir ici, et la famille l’avait respecté. Initialement, il avait été envisagé que tout cela ne soit qu’une manœuvre d’Aiko-hime pour se rapprocher de la famille Morimoto, une très influente famille japonaise, proche de la famille impériale, mais il n’en avait rien été.
 
L’explication était ensuite tombée d’elle-même, et se confirmait ce soir… Aiko-hime était une jeune femme pleine de vie ! Une jeune adolescente qui souffrait visiblement de sa vie cloisonnée et ultra-conformiste, et aspirait à des fantasmes lubriques et terriblement osés, impliquant l’exhibitionnisme, et un penchant naturel pour l’hédonisme et la perversité.
 
Aiko-hime s’excusa pour son intrusion, et, en l’entendant, Shii, qui se contorsionnait sur place, couina lentement :
 
« Qui… Qui est là ? »
 
Cette insolence donna lieu à une puissante gifle sur le cul de Shii, qui couina, et Myumi donna un coup de reins supplémentaire, son solide gode se perdant en elle. Myumi portait au demeurant un strap-on très particulier, une conception de sa mère inspirée des modèles tekhans, avec plusieurs petites capsules attachées à l’appareil, permettant de relâcher, avec l’aide de capteurs, des filaments de sperme quand la porteuse atteignait l’orgasme.
 
Pour autant, Myumi se retourna vers Aiko-hime, et lui sourit tendrement :
 
« Entre, Aiko-chan, viens, ma chérie… »
 
Fort heureusement, Shii, qui était probablement l’une des rares élèves du lycée à pouvoir déterminer l’identité réelle d’Aiko (que Myumi se garderait bien en public d’appeler par le suffixe « -|i]hime[/i] » !), avait les yeux bandés. Maria, quant à elle, sourit, sans savoir à qui elles avaient affaires, croyant juste voir une autre des élèves particulières de Ichtora-sensei.
 
Aiko-hime rejoignit donc le bureau, d’une démarche fluette, mais non moins pesante, trahissant l’excitation fébrile qu’elle ressentit. Myumi retourna alors bourrer le corps de Shii, faisant de nouveau hurler la femme, tandis que la jeune lycéenne s’installa sur le bureau, face à Shii, et entreprit de se masturber énergiquement.
 
« Tu as vraiment l’air en manque, dis-moi, ma pauvre… » gloussa Myumi.
 
Shii se tortilla sur place.
 
« Mais… Maîtresse, je…
 -  Chut, rebelle ! Quelle insolence, vraiment! Je n’ose croire que Warren-sama t’a formé si mal que ça pour que tu viennes m’interrompre tout le temps ! » répliqua-t-elle, égrenant chaque reproche d’une grosse claque, faisant à chaque fois hurler Shii.
 
Et, quand elle hurlait, Shii avait une délicieuse voix fluette, une petite voix timide et lubrique. Elle couinait longuement, mouillant frénétiquement, et Myumi continua à la prendre, jusqu’à ce qu’AIko-hime ne finisse par jouir. Son jus fusa sur la tête de Shii, et elle se retourna ensuite vers Maria, qui lui sourit tendrement.
 
De la tête, Myumi accepta, et la ganguro se rapprocha, venant caresser le visage d’Aiko, puis l’embrassa sur les lèvres. Maria avait de délicieuses lèvres sucrées, au goût de fraise.
 
« Toi… J’ignore qui tu es, mais… Je t’aime déjà beaucoup, ma belle.
 -  C’est une nouvelle élève, hmmm… Avec de gros besoins affectifs, haaa… »
 
Une nouvelle qui ne manqua pas de faire insolemment sourire Maria, qui retourna l’embrasser, et glissa deux doigts entre ses cuisses, venant la masturber, son autre main empoignant les cheveux soyeux d’Aiko. Elle l’embrassa longuement, fourrant sa langue dans sa bouche, pressant son corps chaud et aux formes amples contre le sien, puis retira ses doigts de son sexe, afin d’amener Aiko à pivoter sur place.
 
Sa main se déplaça ainsi pour se glisser sous les cuisses de la femme, et elle aida ainsi la jeune Princesse à enrouler ses jambes autour des hanches de la femme, tout en posant sa main sur les fesses d’Aiko, une main trempée et dégoulinante de cyprine qui malaxa le cul de la jeune fille.
 
« Une nouvelle très prometteuse, en tout cas… Je suis Maria Sucker, ma chérie… Mon rôle, au lycée, c’est de soulager les jeunes talents comme toi de leurs frustrations sexuelles. Tu peux me voir comme une prostituée affectée au soulagement des troubles hormonaux des lycéens, ça me correspond tout à fait ! »
 
Et Maria revendiquait ce statut avec fierté !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox