banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Afterlife 2.0 [PV : Miranda Forge]  (Lu 1104 fois)
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #15 le: Juillet 11, 2018, 08:23:31 »

Avec une partenaire comme Jenny, il fallait s’attendre à une séance particulièrement sauvage, intensive, et très exigeante. La Grande Sénatrice était ainsi, et ça, Miranda était très bien placée pour le savoir. Elles faisaient après tout régulièrement l’amour, parfois toute la nuit, parfois rapidement, comme à l’occasion d’une réunion de tel ou tel conseil d’administration. Jenny la prenait contre le mur, ou Miranda le faisait… Entre elles, il y avait bien plus qu’une simple relation d’amitié. Une relation très fusionnelle, tendant, en soi, vers une forme d’amour. En tout cas, il n’aurait pas été faux de parler d’un sentiment amoureux. Elles étaient tout simplement deux fauves, deux diablesses passionnées qui se faisaient face. On aurait pu gloser pendant des heures sur la répartition des pouvoirs à Tekhos. Qui, de Jenny Moriarty, ou de la Grande Sénatrice, était la femme la plus influente ? Une question assurément insoluble, qu’il était loisible de se poser, mais qui n’avait que peu d’intérêt. Jamais Jenny n’aurait agi contre les intérêts de GWC, et, inversement, jamais Miranda ne souhaitait agir contre les intérêts de sa propre nation.
 
Cette relation forte se concrétisait en ce moment par les coups de reins très impressionnants que Miranda recevait de la part de Jenny. Une énergie démentielle, qui malmenait son corps, l’opprimait, la faisant longuement couiner. Elle se dandinait sur place, ses mains moites serrant les poignets de son amante. Elle voulait que Jenny meure de sa belle mort. Comme elle l’avait exposé, Jenny et Linda coïncideraient ensemble, coexisteraient, et Miranda voulait que Jenny ait une belle retraite, dans une maison de repos, entourée de sublimes créatures qui lui feraient l’amour tous les jours. Il ne pouvait y avoir plus belle mort, et c’était bien le minimum que Jenny méritait.
 
Mais, pour l’heure, il était surtout difficile de formuler des idées concrètes, vu les coups de pilon que la Grande Sénatrice lui infligeait.
 
« Je… Jenny, haaaa… Haaaaaannn… !! »

Impossible de parler, surtout quand son amante s’amusa à soulever ses jambes, les posant en appui sur ses épaules, ce qui lui permit d’avoir le champ large, et de donner des coups de reins encore plus appuyés. Miranda gémit encore, sentant l’épaisse virilité de la femme s’enfoncer douloureusement en elle, remontant en elle, tant et si bien qu’elle sentait même les bourses de Jenny claquer contre ses fesses. Avant, arrière, avant, arrière… Jenny en soulevait le bureau, la tête de Miranda ballottant sur la table, jusqu’à ce qu’un magnifique orgasme ne traverse le corps de Jenny. Celle-ci se cambra sur place, et Miranda se pinça fortement les lèvres en la sentant s’abandonner au plaisir suprême, à la jouissance !
 
Jenny hurla rageusement, violemment, laissant s’exprimer toute sa passion… Et continua encore ! Miranda déglutit sur place, sentant les coups de reins s’accentuer. L’orgasme n’avait nullement fait dégrossir la queue massive de Jenny, qui se laissa alors tomber en avant. Le verre du bureau plia sous ce corps massif, et la femme l’embrassa goulûment, sa queue baignant dans un mélange de foutre et de mouille.
 
« MMmmhmmm… !! »
 
Miranda sentit Jenny s’écraser sur elle, jouissant une ultime fois dans son corps. Un nouvel orgasme, intense, qui la traversa de part en part… Elle s’affala sur le bureau, sans bouger, en sentant Jenny se répandre dans ses entrailles. Elle-même avait généreusement joui, à plusieurs reprises, et sentit avec plaisir le sperme de Jenny filer en elle.

« Oh... Oh bon sang, tu... Haaaa... Tu jutes toujours autant, ma belle... »

Jenny resta collée à elle, et Miranda l’embrassa tendrement une nouvelle fois, avant de se blottir contre elle.

« Je te promets que je te baiserai bien fort, quand tu seras Linda... Mon amour. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Juillet 11, 2018, 10:21:04 »

Il était clair comme de l’eau de roche que ce n’était pas n’importe quel type de sentiment qui liait Jenny et Miranda. Les mœurs étaient, à Tekhos, bien différentes de partout ailleurs dans le monde. D’extérieur on pouvait croire à de l’adultère pur et dur mais en vérité, dans un pays où on affichait des actrices pornographiques sur des panneaux géants en plein centre-ville, où tout était très sexualisé et débridé, c’était normal. Bien entendu cela n’empêchait guère certaines Tekhanes d’êtres plus fidèles que d’autre, voire pour les plus extrêmes, refuser de voir leur partenaire s’acoquiner avec d’autres ... Mais ce n’était pas le cas de Jenny.

Elle avait un passé avec Miranda, un passé fort et qui avait de l’importance. Là, sur ce bureau, elle se remémorait pourquoi elle avait autant cette femme dans sa peau ; la patronne de GWC était une véritable tigresse, une boule de feu incandescente et systématiquement en train de brûler. Blottie contre elle, la sénatrice venait de jouir en elle et était à présent en train de succomber à ses lèvres, à les sceller avec les siennes, à l’embrasser encore et encore. Bouche contre bouche, langues entremêlées, les deux femmes s’embrassaient joyeusement et tendrement pendant de longues minutes. Une certaine affection très intime et personnelle se dégageait de la scène, de ce baiser qui était aussi voluptueux que délicat.

Les derniers mots de son amante firent d’ailleurs bien rougir Jenny, qui pourtant en avait perdu l’habitude. Peu de personne pouvaient se targuer de pouvoir faire rougir la Grande Sénatrice, et Miranda en faisait partie. Mon amour ... Deux mots que d’ordinaire, seule une personne bien précise pouvait les dire à Jenny ; Hegeria. Seule elle et elle seule pouvait le dire ... Mais, il y avait visiblement une exception. Encore une fois, si Miranda pouvait se permettre de dire cela sans causer de malaise ni de rejet auprès de Jenny, c’était bien grâce à leur grande proximité et à la nature de leurs sentiments, qui trouvaient racines dans leur passé commun. Un délicat sourire naquit sur les lèvres de la sénatrice qui se recula un peu, avant de doucement déposer un baiser sur la joue de sa ravissante amante. « J’exigerai des rendez-vous quotidiens rien que pour ça, très chère. Linda et toi seraient bien plus proches et intimes que nous le sommes actuellement. » Lui dit-elle, avant d’approcher ses lèvres de son oreille.

« Je t’en fais l’intime promesse ... Mon cœur. » Lui susurra-t-elle à l’oreille, d’une voix particulièrement douce, tranchant avec le sérieux habituel de sa voix autoritaire. Une intonation qu’elle ne prenait qu’avec les personnes les plus proches, les plus importantes et chères à ses yeux. Ce qu’était indéniablement Miranda. Elle laissa écouler quelques instants, peu encline à laisser ce moment intime avec Miranda cesser. Mais finalement elle se redressa, laissant le verre du bureau se redresser également. « Nos ébats m’ont sacrément manqué. Cette seconde chance – si tout cela réussi – me permettra de corriger bien des choses dans ma vie. Dont notre relation ... » Finit-elle par avouer, bien décidée à faire les bons choix et à remettre pratiquement tout en question dans sa vie.

Devenir Linda sera dur. C’était une nouvelle vie ; plus qu’un changement de corps, il s’agissait là d’un potentiel changement de vie total, même si à terme, elle redeviendra Grande Sénatrice. Mais fondamentalement Linda ne sera pas Jenny, ni physiquement, ni mentalement ... Et cela provoquait beaucoup, beaucoup de remises en question chez Jenny.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #17 le: Juillet 12, 2018, 12:42:00 »

Il existait quelque chose de particulier entre elles. Quelque chose qui allait au-delà de la simple relation d’affaires, ou même d’une relation de pure amitié teintée de sexe. Après tout, Miranda ne s’était jamais véritablement confiée qu’à quelques très rares personnes en ce monde. Il y avait Hannah, par exemple, mais aussi… Jenny. Elle connaissait l’existence du Dogan, l’existence du Forge, et, surtout, Miranda lui avait parlé de son héritage, du fait que sa famille avait fait partie pendant des éons d’une très ancienne organisation secrète, les Héritiers de Maerlyn. Pour l’heure, il n’existait aucune autre confidente plus placée que Jenny. Elle savait même que Kara était la fille biologique de Miranda, son héritière… C’est dire l’importance que Miranda vouait à cette relation. Une relation intéressée, évidemment, mais aussi, en un sens, sincère, authentique… Une relation qui ne se limitait pas qu’à l’influence mutuelle que l’une pouvait avoir avec l’autre.
 
Miranda sourit quand Jenny indiqua que, sous Linda, elle exigerait des « rendez-vous quotidiens », avant de conclure en disant que cette seconde vie lui permettrait de changer bien des choses. Miranda acquiesça doucement, rougissant également très légèrement au contact de la femme. Tandis que Jenny s’écartait, Miranda sourit furtivement en voyant une rayure le long du verre. Sa main caressa doucement cette plaie, distraitement, avant qu’elle ne réponde :
 
« Je vais devoir à nouveau remplacer mon bureau… »
 
Il était assez habituel que, chez Miranda, des meubles se brisent. Elle s’étira doucement, et se déplaça lentement, attrapant un petit cadre sur son bureau, contenant en son sein une photographie récente de Kara.
 
« J’approche de la fin de mon règne, Jenny. Il en va ainsi chez les Forge. Kara est une fille extrêmement douée, et très ambitieuse. D’ici quelques mois, elle comprendra qui elle est vraiment, et la mentor que je suis deviendra alors une gêne. »
 
Il en allait ainsi chez les Forge. Cette famille n’était pas l’une des familles les plus influentes de Tekhos sans raison. L’héritière des Forge grandissait sans connaître sa destinée. Ainsi, elle ne grandissait pas avec le sentiment que l’héritage des Forge lui était destiné, mais le gagnait par son talent, par son mérite… Et par l’aide implicite et silencieuse de sa mère biologique. Miranda avait veillé sur Kara depuis sa naissance, veillant à ce que son chemin soit tracé. Kara avait rejoint la firme après de brillantes études de droit, et était maintenant l’assistante personnelle de Miranda. Jenny était la seule personne au monde, à l’exception d’Hannah, à savoir que Kara était la fille biologique de Miranda. Tôt ou tard, Kara, qui avait accès à l’immense banque de données de la firme, percerait également le mystère. Jenny, qui avait eu l’occasion de coucher avec Kara, avait effectivement vu en elle le caractère de lionne indomptable des Forge.
 
Miranda savait qu’elle serait une gêne, et elle l’acceptait. C’était dans l’ordre naturel des choses. Kara était plus brillante qu’elle, et il lui appartiendrait de diriger l’empire.
 
« Je ne veux pas être un poids pour ma fille. Autant te dire que, d’ici quelques années, je coulerai une retraite dorée, probablement sur une île paradisiaque, entourée de divines créatures. »
 
À quelques années près, Linda aurait pu être le compagnon de route de Kara, en réalité, mais Miranda voulait se la réserver pour elle.
 
« Je veux offrir à Kara le meilleur environnement possible… Mais je veux aussi mener une retraite paisible et heureuse, et je ne vois personne mieux que toi pour cela, Jenny. »
 
C’était dit ! Mais il restait encore le cas épineux d’Hegeria, la femme de Jenny… Néanmoins, si Miranda s’avançait autant, on pouvait supposer qu’elle avait également envisagé ce cas de problème…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Juillet 13, 2018, 01:33:54 »

Le moins que l’on pouvait dire était que les nouvelles déclarations de Miranda ne manquèrent pas d’interpeller Jenny à plusieurs reprises, pour plusieurs raisons. En premier lieu il y avait bien entendu cette histoire de succession à la tête de GWC par Kara Forge, la fille biologique de Miranda. La sénatrice était l’une des rares personne à connaitre la vérité sur l’identité de cette femme, cela prouvant d’ailleurs son importance aux yeux de Miranda. Cependant, même si Jenny ne contestait nullement le talent de Kara, surtout après avoir passé un peu temps en sa compagnie, la sénatrice était tout simplement réticente à l’idée qu’une firme aussi puissante et influente que GWC soit léguée à une jeune comme Kara.

Cela allait d’ailleurs plus loin que cela. Elle se doutait que chaque génération de Forge était considérée la meilleure en son temps, avant que la suivante n’arrive et change les choses. Néanmoins, il y avait chez Miranda quelque chose de spécial ... Une empreinte, une signature, un talent unique et inégalé pour les affaires que même Kara, aux yeux de Jenny, ne possédait guère. Elle pouvait être plus talentueuse que sa mère sur bien des domaines, mais elle n’était pas sa mère. Miranda était irremplaçable selon Jenny. D’autant que cela étonnait beaucoup la sénatrice d’entendre sa comparse parler de retraite, de mise à l’écart, d’île paradisiaque ...

« Je ne connais que superficiellement les us et coutumes de ta famille Miranda, mais cela ne m’empêchera pas de te dire que tu es irremplaçable. Ta fille aura beau être un petit prodige ... Elle n’aura jamais le même charisme que sa mère. Et cela compte beaucoup, le charisme ... » Expliqua-t-elle. Evidemment, Jenny était opposée à l’idée de voir partir l’actuelle patronne de GWC à la retraite, même si cela n’allait avoir lieu que dans quelques années. En fait, Jenny avait du mal à voir Miranda partir tout court. Soupirant longuement, la sénatrice ne put qu’être très surprise d’entendre les mots qui suivirent juste après.

Miranda désirait une retraite heureuse en sa compagnie ? Que voulait-elle dire par là exactement ... À ces mots la sénatrice se tut, fixant Miranda dans les yeux, tentant de s’assurer qu’il s’agissait bien de ce à quoi elle pensait. « J’en serai ô combien flattée Miranda. Tu es très chère à mes yeux, mais ... Cela ne serait pas en accord avec mes engagements auprès de mon épouse. » Dit-elle simplement, même si sa voix paraissait à moitié convaincue. En effet ; l’idée de rester auprès de Miranda était si excitante, si envoutante et enivrante qu’elle désirait profondément y croire. Mais la réalité la rattrapait ... Elle était une femme mariée, avec les responsabilités d’une Grande Sénatrice. Cette simple pensée suffit à lui revenir à l’esprit tous ses souvenirs en compagnie de Miranda. Et cela ne fit que lui montrer la vie qu’elle aurait eu si le mariage avait eu lieu, si son idylle avec cette sublime femme avait bel et bien perduré.

Cela remettait bien en perspective sa vie et même ses sentiments. Elle ne devrait pas penser ainsi. Hegeria était son épouse, et l’amour de sa vie ... Mais Miranda était également une femme importante, qui était tout sauf une simple amie. Jenny se sentait coupable, quelque part, de sentir qu’en vérité son cœur était en train de se partager – à nouveau – entre Hegeria et Miranda. Elle soupira, puis s’approcha de la femme pour venir poser une main sur sa joue et l’autre sur sa hanche, la caressant doucement. « Mais ce qui est sûr est que nous partagerons jusqu’au bout ce qui nous lie toutes les deux depuis le début. Rien ni personne ne pourra nous retirer cela ... Mais je ne peux rien te promettre face à la demande que tu me fais, ma chérie. » Finit-elle par dire, la regardant intensément dans les yeux. Cependant cela ne l’empêcha guère d’être prise d’une vague d’émotion qui faillit bien la déstabiliser si elle ne s’était pas penchée en avant, à temps, pour venir lentement et amoureusement sceller ses lèvres à celles de Miranda, lui offrant un énième baiser.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #19 le: Juillet 13, 2018, 12:41:07 »

Ce n’était pas quelque chose que Jenny voulait entendre, mais il fallait pourtant l’envisager. La retraite ! Miranda y était préparée, en réalité, dans le sens où elle l’avait très sérieusement envisagé. C’était la voie des Forge. Kara était comme elle, une femme forte, ambitieuse, une tigresse. Et il n’y avait pas de place au sommet pour deux prédatrices. GWC n’avait jamais fonctionné sur le modèle de la cogestion. Jenny en était troublée, et alla se blottir contre Miranda, l’embrassant, comme si elle voulait croire que rien n’était éternel. Miranda, elle, répondit doucement à son baiser, puis lui sourit affectueusement :
 
« Je dirige cette compagnie depuis une vingtaine d’années, ma belle. J’ai pris de plein fouet la guerre avec les Formiens, et j’en ai profité pour faire élever la compagnie familiale dans la stratosphère. J’ai le plus long règne d’une Forge à la tête de l’entreprise, mais j’ai 47 ans. Kara est encore loin d’être prête, mais elle le sera d’ici quelques années. Et, si je m’accroche au pouvoir, elle fera ce que toute Forge digne de ce nom ferait… »
 
Miranda n’acheva pas sa phrase, mais celle-ci était lourde de sous-entendus. Meurtre, kidnapping, mise à la retraite forcée… Miranda avait connu cela avec sa propre mère. Elle avait voulu s’accrocher, et la jeune fille avait dû la menacer, passer aux choses sérieuses, pour que celle-ci démissionne.
 
« Je veux partir en bons termes avec ma fille, Jenny.  Qui sait ? Peut-être acceptera-t-elle de m’avoir comme consultante une fois arrivée au sommet, mais je refuse de me livrer à une guerre de succession puérile avec elle, et à risquer qu’elle m’interne à l’asile en m’accusant de démence. C’est comme ça que les Forge fonctionnent, la prochaine génération a toujours su améliorer la précédente. »
 
Jenny, qui connaissait l’histoire des Forge, savait que c’était là une hypothèse envisageable. Et, quitte à choisir, Miranda préférait une retraite d’opulence plutôt qu’avec une camisole de force dans une cellule capitonnée. Miranda sourit à nouveau à Jenny, et l’embrassa en retour.
 
« Mais nous n’y sommes pas encore, ma belle. Pour l’heure, je reste la patronne à bord. »
 
Comme quoi, la Grande Sénatrice pouvait se montrer relativement émotive à son égard. Miranda savait que le cœur de Jenny oscillait entre elle et Hegeria, et elle savait aussi que, si Jenny était mariée à Hegeria, ce ne serait pas le cas de Linda. Quelles conclusions en tirer ? Miranda aurait pu éviter la question, mais ce serait mal la connaître. Elle avait toujours affronté frontalement les problèmes, bien décidée à ne rien laisser lui barrer la route.
 
Miranda se déplaça donc, et retourna s’asseoir sur son fauteuil, en croisant les jambes.
 
« Maintenant, il faut évoquer Hegeria, Jenny. C’est inévitable. »
 
La PDG laissa planer quelques secondes, avant de poursuivre :
 
« Comme tu le sais, la magie n’est guère populaire à Tekhos. Et, même si Hegeria n’est pas une figure publique, ses accointances avec la magie ne sont pas si difficiles que ça à trouver. Après la mort de Jenny, les chiens se lâcheront sur elle. Tes rivales au Sénat, qui disposent eux aussi de leurs propres réseaux d’informateurs, s’en prendront à Hegeria. Et je ne crois pas que ta femme soit très intéressée par ces querelles médiatiques… »
 
Hegeria était même une très puissante sorcière, qui avait séjourné en Enfer. Rien à voir avec une simple amatrice.
 
« Je ne souhaite pas que ta femme soit un poids. Je te rappelle que Linda sera une grande inconnue. Si Linda se marie avec Hegeria, les autres t’accuseront d’être la marionnette d’Hegeria. On l’accusera de te contrôler magiquement, de se servir d’une jeune femme pour se maintenir au pouvoir. Hegeria a su se faire beaucoup d’ennemis en veillant dans l’ombre à la protection de ton beau petit cul. »
 
Miranda prouvait encore une fois son sens affiné de la stratégie. Elle n’avait laissé apparemment aucun angle mort de côté, et avait sérieusement envisagé toutes les questions de ce projet Afterlife.
 
« Bref, Hegeria doit rester dans l’ombre. D’autant qu’il existe des menaces bien plus sérieuses à Tekhos que les autres Sénatrices… »
 
Pour l’heure, le réseau d’Hegeria était savamment entretenu par cette dernière pour que personne ne remonte jusqu’à elle… Mais, à Tekhos, rien ne disparaissait jamais vraiment. Avec la mort de Jenny, les cadavres enterrés dans les placards allaient rejaillir, les dossiers abandonnés revenir sur le devant de la scène médiatique.
 
Et, au-delà de ça, Miranda trouvait que ce serait du pur gâchis que d’utiliser les immenses talents d’Hegeria pour une vulgaire bataille médiatique quand il existait des menaces autrement plus sérieuses à gérer…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Juillet 14, 2018, 05:44:07 »

Voir une de ses plus puissantes alliées partir à la retraite était une vision terrifiante, pour Jenny. Pas seulement pour le simple fait qu’elle allait perdre un appui – même si c’était partiellement faux – mais aussi et surtout car cela ne lui faisait tout bonnement pas plaisir de voir Miranda se retirer, aussi simplement que cela. Néanmoins elle voyait bien que son amie avait pris sa décision, qu’elle ne souhaitait guère entrer dans une querelle voire une guerre avec sa propre fille. C’était ainsi que ça fonctionnait dans sa famille, et après tout, qui était Jenny pour dire quelque chose ? Elle qui n’avait jamais vraiment eut de famille, de dynastie comme celle de Miranda. Elle qui avait du tout bâtir seule, pour la plupart du temps.

Jenny soupira. Oui, Miranda prenait de l’âge, même si cela ne se voyait pas. Elle aussi d’ailleurs vieillissait, à la seule différence qu’elle s’apprêtait à connaitre un rajeunissement ... Si cela réussissait. Jenny allait potentiellement devenir éternellement jeune. Cette simple idée lui en donnait des frissons et la mettait aussi mal à l’aise ; elle ne devrait pas se réjouir de subir une telle opération, avec de tels risques. Mais la sénatrice ressentait, quelque part, de l’excitation et de l’entrain à l’idée de devenir quelque chose de supérieur à un humain. C’était si étrange, si honteux à avouer, qu’elle chassait vite fait ce genre d’idées de son esprit.

Elle en revint à Miranda quand celle-ci évoqua un sujet très épineux. Hegeria. Jenny se racla la gorge, sachant désormais que le plus dur restait à venir. Comment gérer la situation en prenant en compte sa chère épouse ? La magie était une bête noire à Tekhos et heureusement son épouse, bien que sorcière, était protégée par son statut d’épouse de la Grande Sénatrice. Mais que se passera-t-il une fois que celle-ci rendra l’âme ? Exactement ce que Miranda détailla ; les médias et les autres puissances de Tekhos s’abattront sur elle. Jenny ne pouvait laisser faire une telle chose ; même après sa présumée mort, elle désirait protéger celle avec qui elle a partagé une bonne partie de sa vie.

Quoiqu’il en soit, ce que disait Miranda était pertinent et vrai. Jenny ne pourrait se remarier à Hegeria quand elle deviendra Linda ; cela ne ferait qu’empirer la situation et mettre Hegeria en danger. Mais que faire, alors ? Jenny devait elle réaliser l’ultime sacrifice et ... Laisser Hegeria veuve ? D’autant que la patronne de GWC laissait sous-entendre que cette sorcière pourrait être plus utile ailleurs, que dans une lutte médiatique. Tout cela était compliqué, très compliqué. La sénatrice ne savait pas quoi faire, ou plutôt, ne se sentait pas prête à faire la seule chose qui était bon de faire. Un comble pour la cheffe d’un Etat comme Tekhos ... « Je sais ce qu’il serait le mieux à faire pour protéger Hegeria ... Mais je ne suis pas sûre d’avoir le courage de le faire. Je ... Je ne peux pas l’oublier ainsi. Me maintenir à l’écart d’elle, faire en sorte que Linda ne soit jamais impliquée vis-à-vis d’elle est la seule chose à faire ... Mais ... Mais je ne sais pas si j’y parviendrai. » Finit-elle par dire.

Changer de corps, subir une lourde procédure, ce n’était rien en réalité. Le véritable sacrifice, la véritable épreuve était belle et bien de tirer un trait sur une partie d’elle-même, de sa vie ; Hegeria. Tout cela afin de la protéger, de la couvrir. Sauf que Jenny avait beau être une militaire, avec une volonté de fer à toute épreuve, quand on s’attaquait à ce qu’elle chérissait le plus au monde, elle devenait une toute autre personne. « Je n’y arriverai pas, Miranda. Tu me demande l’impossible ... Je ne pourrai pas me maintenir délibérément à l’écart d’Hegeria, ça sera trop dur. » S’exclama Jenny, bien qu’elle redoutait la solution. C’était inacceptable, c’était un prix trop fort pour elle ... Bien qu’elle savait qu’au fond, c’était la seule et unique chose à faire. Changer de corps ? Non. Rebâtir sa carrière ? Non plus ...

Il s’agissait, en réalité, d’oublier une partie de ce qu’elle fut autrefois ... Et cela, était un prix excessivement élevé. En ayant ainsi répondu à Miranda, elle venait indirectement de lui laisser les commandes, de lui laisser la possibilité de faire ce qu’il devait être fait, sans pour autant devoir le dire clairement.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #21 le: Juillet 15, 2018, 12:19:29 »

Comme Jenny le savait, Miranda et Hegeria se connaissaient. Avec les appuis et l’influence de GeoWeapon Corp., Miranda avait fourni à Hegeria des données très utiles pour lui permettre d’implanter son réseau. Toutes les manœuvres et les stratégies d’Hegeria étaient tournées vers un seul objectif, une seule finalité : protéger Jenny. C’est quand les deux femmes s’étaient rencontrées que Miranda avait évoqué avec Hegeria l’héritage des Forge. Depuis des générations, les Forge avaient fait partie d’une organisation occulte, l’Héritage de Maerlyn, une organisation qui se réunissait de temps en temps dans des lieux plus spécifiques de Terra. D’après les informations contenues dans les archives des Forge, l’Héritage avait regroupé des personnalités influentes, bien trop influentes pour laisser cela de côté : les Deschain de l’ancien royaume de Gilead, les Ivory, les Emreis d’Ashnard… Des grands noms sur la scène politique internationale, qui se regroupaient pour évoquer une menace commune, dont les racines remontaient aux Grands Anciens : le Roi Cramoisi.

Miranda avait eu l’occasion d’en parler un peu à Jenny, mais c’était surtout Hegeria qui avait pris la menace plus au sérieux. Qui sait ? Peut-être avait-elle déjà eu l’occasion d’entendre parler de la Monarchie, par exemple auprès de la Déesse Sha, ou lors de son séjour en Enfer… Quoi qu’il en soit, Hegeria avait enquêté sur cette menace, et enquêtait d’ailleurs toujours dessus. Miranda laissa donc Jenny expliquer qu’elle n’était tout simplement pas en mesure de renoncer à Hegeria.

« J’en prends note. Il faudra donc trouver une autre solution. »

Avait-elle un autre plan en tête ? Ce serait faire injure à Miranda que de prétendre l’inverse, mais elle n’avait préféré évoquer que la meilleure solution. Pour le reste, il valait mieux que Jenny ne sache pas ce que Miranda ait en tête, non seulement parce que cela aurait pu la troubler, mais également faire échouer la procédure. Le fait est qu’en travaillant sur le transfert cérébral, le Professeur Kaldwin avait dû cartographier avec minutie le cerveau, et ses différentes zones. La mémoire était une chose très complexe dans le corps humain, impliquant, non seulement le cerveau, mais aussi, en ce qui concerne la mémoire sensorielle, les différents organes du corps humain.

Pour le dire autrement, il fallait retenir que le cerveau humain se composait de quatre grandes zones, et que chacune de ces zones, à un degré plus ou moins divers, influait sur la mémoire :


Sur ces quatre zones :

  • Le tronc cérébral est à la terminaison de la moelle épinière, de sorte qu’il contient des zones de base chargées de gérer les comportements de base, comme le vomissement, la respiration, la localisation des sons…

  • Le cervelet est le siège de la mémoire procédurale, celle chargée des mouvements moteurs, des réflexes, mais aussi, selon certaines théories, serait responsable de la régulation émotionnelle et des comportements intellectuels. Une zone du cerveau qui était encore très mystérieuse, puisque, tout en ne formant que 10% du cerveau, le cervelet disposait d’autant de cellules que tout le reste du cerveau ;

  • Le système limbique est au cœur de la mémoire, en abritant l’hippocampe, contenant la mémoire à court terme, mais se chargeant aussi de la transmission de la mémoire. Les expériences cliniques réalisées sur des patients ayant subi des pertes de l’hippocampe montraient qu’ils étaient toujours capables de se souvenir de leur passé, mais étaient en revanche incapables de se souvenir de faits postérieurs à leur accident, tout simplement parce que leur hippocampe ne fonctionnait plus.

  • Le cortex, comprenant l’hémisphère droit et l’hémisphère gauche. C’est la plus grande partie du cerveau, se structurant en de multiples lobes, abritant la mémoire à long terme dans différents lobes.



Plus précisément, concernant la mémoire à long terme, celle-ci était répartie dans de multiples parties du cerveau.

C’est tout ce que Miranda avait retenu sur le fonctionnement de la mémoire. Y toucher restait extrêmement dangereux, et présentait des risques de lésions irrémédiables et sérieuses. Les recherches de Kaldwin étaient très avancées sur la question, mais même elle n’arrivait pas à situer avec une extrême précision les zones stockant la mémoire à long terme. Autrement dit, il existait un risque sérieux que jouer avec la mémoire à long terme de Jenny ne pose problème, et n’entraîne de graves conséquences.

*Voilà pourquoi je préfère éviter de recourir à ce genre d’options, mais, si tu ne me laisses pas le choix, ma chérie…*

Miranda songea à autre chose en revenant à elle :

« Pour le moment, tu as le temps de trouver une solution. Il va falloir que nous nous livrions à des analyses avec Linda et toi, donc nous avons encore quelques semaines avant d’envisager sérieusement le transfert. Je ne compte pas l’autoriser tant que les simulations informatiques ne donnent pas un taux de réussite de 100%. »

Elle voulait prendre le moins de risques possibles, quitte à retarder l’opération de plusieurs jours.

« Est-ce que tu veux voir Linda, d’ailleurs ? » demanda-t-elle finalement.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Juillet 15, 2018, 03:40:25 »

Evidemment il n’y avait pas de solution simple à ce problème. Néanmoins Jenny espérait que le génie de Miranda ait quand même trouvé réponse, quitte à ne pas lui dire. Pour protéger Hegeria, mais aussi pour assurer sa propre survie, Jenny était donc prête à tout. Même si la patronne de GWC lui assura qu’elle avait encore du temps pour trouver un remède, Jenny savait pertinemment qu’elle-même ne pourrait faire grand-chose. Elle avait beau retourné le problème des milliers de fois dans sa tête, elle n’en voyait aucune issue naturelle.

Cependant elle appréciait fortement les précautions prises par Miranda. Celle-ci déclara que la procédure n’aura lieu que lorsque les simulations donneront un résultat avec 100% de réussite. Voilà qui rassurait la sénatrice, qui savait qu’elle était entre de très bonnes mains. Miranda semblait ne pas plaisanter du tout avec la santé et la survie de Jenny, ce qui quelque part confirmait qu’elle se souciait bel et bien d’elle. Mais, outre toutes ces considérations personnelles, il y avait aussi une question de simple sécurité. Et de précautions à prendre afin d’éviter de gâcher des millions de crédits.

Poursuivant, Miranda finit même par demander à la sénatrice si elle désirait voir, de ses propres yeux, son futur corps. Ce fut avec une certaine excitation maitrisée que Jenny hocha la tête, naturellement enjouée à l’idée de voir ce à quoi elle va ressembler. Elle avait déjà vu une photo mais, ça ne valait surement pas le fait de le voir en vrai. « Bien sûr. » Répondit-elle tout simplement. Il se pouvait qu’il y ait de légères différences entre la photo et le réel. C’était en tout cas très excitant ... En bonne partie grâce au fait que Linda était particulièrement belle.

Jenny se doutait que Miranda avait minutieusement étudié ce corps pour qu’il réponde au moindre de ses propres critères. Linda était, en quelques sortes, une des potentielles représentation de l’idéal féminin selon cette grande patronne. Mais selon Jenny ? En général ce qui plaisait et séduisait Miranda le faisait aussi pour la sénatrice. En d’autres termes elle n’avait aucun doute que Linda plaise autant à sa créatrice qu’à sa future occupante. « Rassures-moi sur quelque chose ... Tu as parlé d’embryon, d’apprentissage accéléré par réalité virtuelle. Linda n’est pas vivante, si ? Je pensais que c’était une machine, une androïde mais, est-ce autre chose en fin de compte ? » Demanda-t-elle, repensant alors à ces détails qui la troublait.

Linda était, à ses yeux, une machine. Ni plus ni moins. Une androïde très perfectionnée et en avance sur son temps, mais une androïde quand même. Fait de tissus synthétiques et de composants bioélectroniques. Mais si ce n’était pas le cas ? Jenny n’était pas autant séduite par l’idée de ... Supplanter la vie de quelqu’un d’autre par la sienne. D’où sa question pour savoir si en fin de compte, Linda était en vie, ou pas.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #23 le: Juillet 16, 2018, 01:34:37 »

Miranda savait ce qu’elle allait devoir faire avec Jenny, désormais. Comme elle l’avait dit, Hegeria ne devait pas devenir un problème. Fort heureusement, Hegeria était plus rationnelle que Jenny, et Miranda allait sûrement devoir, plus tard, s’entretenir avec elle. Avec Hegeria, elle n’avait encore jamais creusé la question, mais ce n’était pas le genre de Miranda de se défausser, de se voiler la face. Jenny, sortant un peu de la confusion, accepta de voir son nouveau corps. Miranda se redressa alors, et se déplaça lentement. Les deux femmes se trouvaient au sein du cœur du GéoDôme, le véritable siège de GWC. Une immense île artificielle comprenant de multiples départements, niveaux souterrains, sous-niveaux et sous-départements... Miranda rejoignit rapidement le système de tramway personnalisé du GeoDôme. Il n’y avait qu’elles à bord, et elle se rendit vers une section spéciale du GeoDôme, réservée uniquement à certaines personnes de l’Institut Dufausse.

Tout en voyageant le long du tramway, Jenny demanda alors à Miranda si Linda était un androïde... Ou non. Miranda sourit doucement.

« Oui et non. Je n’allais tout de même pas te réincarner dans le corps d’un cyborg. Il y a... Il y a trop de risques, Jenny. N’oublie pas que la mémoire fonctionne aussi de manière sensorielle, et, si ton esprit se réincarne dans celui d’une machine, il y a à craindre que tu en perdes le contrôle, ou que tu perdes certaines de tes facultés intellectuelles. Et puis... Un robot ne peut pas devenir Grande Sénatrice. »

Linda n’était donc pas un robot. Ce point était clair, et Miranda ne laissa aucun doute là-dessus.

« Tu connais le concept des Homoncules, Jenny ? C’est un concept alchimiste, à la base, qui a donné lieu à d’importantes études nexusiennes. Une idée consistant à créer un corps artificiel, généralement à partir d’un premier corps, comme un cadavre. Un corps qui dispose de tous les organes d’un être vivant... Mais aucun esprit. Aucune âme. Une coquille vide, mais vivante, qui peut manger, dormir, par intraveineuse. »

Un corps dénué de la moindre conscience. Un concept bioéthique sans aucun doute assez effrayant, mais il ne fallait pas oublier que Tekhos était une société ultralibérale, où les règles bioéthiques avaient été battues en brèche après l’invasion formienne.

« C’est grâce à Hegeria, en partie, que nous avons pu créer ton corps. Un savant mélange de magie, d’alchimie, et de nanoscience. Nous avons donc créé un corps, et il faut faire rentrer ton âme dedans. »

Les Homoncules existaient, mais ils étaient très rares. Le réseau d’Hegeria avait permis à Miranda d’apprendre que la Déesse Sha avait une Homoncule près d’elle, Luxuria. Le tramway s’arrêta finalement devant une plateforme suspendue dans le vide. Aucun garde, rien d’autre qu’une solide porte blindée.

Miranda regarda Jenny, et glissa sa main dans le creux de la sienne.

« Nous y voilà. Le laboratoire Dufausse. »

Les deux femmes s’approchèrent de la porte, et, rapidement, un scanner se lança, puis la porte s’ouvrit. Une antichambre à passer, avec d’autres scans, puis la deuxième porte s’ouvrit, donnant sur une grande pièce centrale, avec un étage, et de multiples bureaux. Au centre de la pièce, il y avait une curieuse structure avec deux lits se faisant face, et un corps était allongé sur l’un des lits. C’était Linda, toute nue et endormie, avec des câbles sur son crâne et des capteurs reliés à de multiples ordinateurs.

« Le voilà, Jenny... Ton nouveau corps. Tu peux le caresser, si tu veux. »

Miranda lui sourit tendrement, en la laissant s’approcher...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Juillet 16, 2018, 09:54:15 »

Ce fut ainsi que les deux femmes entreprirent de se rendre dans un autre laboratoire, situé au GeoDome. Il s’agissait d’une section assez particulière car elle abritait également les équipes de l’Institut Dufausse, qui étaient à l’origine de la technologie permettant de sauvegarder et transférer la conscience de Jenny. Miranda et la sénatrice se mirent donc en route et ce fut sur le chemin que la patronne de GWC répondit à la question. À bord du tramway, Miranda expliqua donc la nature exacte de Linda et indiqua qu’il ne s’agissait pas d’un robot. C’était donc ... Autre chose. Miranda avait donc réussi l’impossible et avait créé un corps de toutes pièces ?

C’était ce qu’elle sous-entendait. La partie sur les Homoncules fut assez intéressante et donna suffisamment d’indications à Jenny pour comprendre de quoi il en retournait. Ainsi, Linda était un être biologique, organique mais aussi technologique de par la présence de nanomachines en elle. Dans l’esprit de la sénatrice, elle allait devenir une sorte de Gynoïde, de robot si évolué et si perfectionné qu’on ne pourrait distinguer – à moins de l’ouvrir – qu’il s’agissait d’un être synthétique. Le mot était en réalité tout trouvé ; Synthétique ... Mais visiblement ce n’était pas le cas. Miranda avait décidé d’explorer des pistes plus exotiques et surprenantes.

Jenny fut également rassurée d’entendre que Linda n’avait, belle et bien, aucune conscience. Ceci clôtura donc la réponse de Miranda qui fut très satisfaisante et rassura la sénatrice. Les deux femmes arrivèrent ensuite au laboratoire et, il était bien inutile de préciser que Jenny eut quelques rougeurs aux joues en sentant la main de Miranda venir saisir la sienne. Un léger coup d’œil suffit à lui faire naitre un sourire sur les lèvres, avant qu’elle n’avance main dans la main avec Miranda vers le sas d’entrée du laboratoire. Une fois passé, Jenny eut tout le loisir de scruter l’immense salle dans laquelle elle se trouvait.

Les fonds qu’elle avait débloqué n’étaient donc pas parti en vain ! C’était ... Impressionnant. Tant de machinerie, de technologie, ça ne pouvait qu’être bluffant. Cependant l’attention fut rapidement déportée vers le centre de la pièce où séjournaient deux lits, se faisant face. Le premier vide, et le second était occupé par la convoitise de Jenny ; son futur corps. Linda. Entrouvrant ses lèvres, elle entendit Miranda lui dire d’avancer et lui proposer même de caresser ce corps. C’était évidemment étrange, de voir un corps très réaliste et inanimé ainsi. C’était encore plus étrange de ressentir le désir de le toucher, de le sentir ... Peut-être que Jenny cherchait, au fond, à avoir un aperçu de ce qu’elle ressentirait une fois dedans.

Sans dire un mot, respect le solennel de la situation, la sénatrice s’avança puis posa très doucement une main sur le bras de Linda. Le contact fut agréable, plutôt chaud. La peau était d’une texture incroyablement réaliste, c’était à se demander si ce n’était pas de la vraie peau en fait. Clignant des yeux à plusieurs reprises, Jenny se laissa un peu aller et glissa sa main le long de ce bras, remontant lentement et soigneusement jusqu’à l’épaule. « Elle est magnifique ... » Commenta-t-elle, les yeux rivés sur le visage de Linda. Sa main finit par se faufiler sur la joue, alors que son pouce caressa doucement la peau. Jenny était troublée. Très troublée, et cela pouvait à présent se voir sur son visage.

« Elle n’est pas simplement mon nouveau corps. Elle est ... » Dit-elle, son attention happée par la vue de Linda et de son visage. « Elle est une personne. Ma nouvelle personne. » Dit-elle alors, d’une voix semblant troublée. Cependant elle se ressaisit et secoua un peu sa tête, finissant par se tourner vers Miranda alors qu’elle quitta la joue de Linda. « Je me demande sincèrement comment tu as bien pu faire pour obtenir un pareil résultat mais, on dirait réellement ... Un véritable corps humain. C’est très impressionnant. » Finit-elle par dire. Jenny laissa passer un petit silence, avant de regarder Miranda d’un air particulier. « Comment la trouve-tu, toi ? Explique-moi pourquoi tu lui as donné cette apparence. » Demanda-t-elle, intriguée. Miranda avait conçu elle-même l’apparence de Linda ; dans la mesure où elle serait la fille de Jenny, il était donc normal qu’elle lui ressemble un peu. Mais Jenny désirait savoir, réellement, pourquoi et comment Miranda a déterminé cette apparence ... En d’autres termes, elle commençait à apprécier l’idée que Linda soit en réalité la matérialisation de la femme idéale selon Miranda ... Et elle en serait alors extrêmement honorée de pouvoir l’incarner !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #25 le: Juillet 17, 2018, 07:26:46 »

Jenny ne voyait que la partie émergée de l’iceberg. L’étonnante machine installée par l’Institut Dufausse s’étalait en profondeur, avec un ensemble impressionnant de câbles, mais, surtout, une multitude de processeurs, de serveurs, et de disques durs. Miranda n’avait pas encore donné à Jenny les chiffres pour lui permettre de réaliser l’immensité de cette expérience scientifique exceptionnelle, une expérience qui n’aurait jamais pu se tenir sans la manne financière de GeoWeapon Corp… Et qui resterait à jamais confidentielle. Miranda laissa Jenny observer silencieusement son nouveau corps. On aurait pu croire que Linda était endormie, et la Grande Sénatrice la palpa, impressionnée, émue… Puis posa à Miranda une série de questions.
 
La PDG se déplaça lentement, observant à son tour Linda, avant de lui répondre :
 
« Pour commencer, ce n’est pas de la peau synthétique. Je te l’ai dit, nous avons créé un être humain ex nihilo. »
 
Miranda se rapprocha d’un terminal, et appuya dessus, déclenchant un enregistrement. Une cuve translucide apparut, montrant un fœtus.
 
« Voilà ce que nous avons créé… Un fœtus à partir de ton ADN, mais sans aucune reproduction. Un corps dénué d’âme… Une Homoncule. Linda a subi une croissance accélérée. Je t’avoue que j’ai un peu du mal à dire précisément ce qu’elle est. À ce stade, on ne peut pas parler d’androïde, ni d’être humain… Mais ce que tu vois n’est pas un trucage, c’est un véritable corps, que nous entraînons tous les jours pour que sa mémoire corporelle épouse tes réflexes, et qu’il n’y ait pas de phénomène de rejet lors du transfert. »
 
Des entraînements réflexes, qui auraient pu donner l’impression qu’une âme habitait ce corps… Mais Linda n’était qu’un réceptacle vide.
 
« Pour le reste… Je n’ai pas pu modeler ce corps en étant totalement libre, il devait te ressembler au niveau de la taille, de la morphologie, de la corpulence… Les ajouts cosmétiques ont été assez modérés, mais je voulais m’assurer qu’elle soit belle, oui. »
 
C’était tout de même le minimum pour une Tekhane !
 
« Mais ça, c’est la partie facile, Jenny… T’es-tu jamais demandée combien de données il faudrait pour stocker l’intégralité d’un cerveau, hum ? Regarde… »
 
Miranda déclencha une commande, et le sol, ainsi que les murs et le plafond, disparurent progressivement, les cloisons s’écartant pour révéler des parois de verre… Puis des lumières s’allumèrent, révélant que le laboratoire se trouvait dans un immense ensemble informatique.
 
« Ce que tu vois là, Jenny, ce sont des banques de données… Des superordinateurs en batterie dont le seul et unique objectif est de te stocker… Toi. »
 
Il y avait de quoi avoir le tournis.
 
« Vois-tu, le cerveau humain est un organe merveilleux et effrayant. Les recherches de l’Institut Dufausse estiment que la capacité de stockage du cerveau est équivalente à au moins un péta octet de données À titre de comparaison, il s’agit de l’intégralité de toutes les données informatiques circulant sur Internet. Et c’est ça, ces données, que nos machines vont devoir stocker le temps de réaliser le transfert. »
 
Inutile de dire qu’il allait y avoir un pic énergétique phénoménal, et que cela illustrait aussi le caractère très expérimental et avant-gardiste de cette opération.
 
« Tu vois… Rien n’est encore gagné. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Juillet 21, 2018, 12:47:42 »

Tous ces moyens déployés dans le seul but de pouvoir préserver l’existence d’une seule personne. La Grande Sénatrice ... Quelque part, c’était un acte extrêmement égocentrique. Mais Jenny n’avait jamais prétendu ne pas être suralimentée en orgueil et vantardise. Le pouvoir, elle le détenait et elle le désirait. Même au-delà d’une simple question de conservation du pouvoir Tekhan ... Il y avait là une réelle obsession à rester en vie, à ne pas partir, à rester encore et encore. C’était le désir de vivre éternellement. Et Jenny était sur le point de l’obtenir. Tout ceci semblait si surréaliste, si improbable. Tout était voué à l’échec. Cependant Jenny était convaincue que c’était la meilleure solution.

Ainsi donc elle ne pouvait qu’être impressionnée par ce qu’elle voyait. Tant de machineries, de serveurs de données, de câbles et autres installations high-tech. Miranda répondit à ses questions et ajouta même des détails sur la quantité colossale de données que représentait cette opération. Stocker l’équivalent en données informatique d’un cerveau humain était une tâche dantesque, rien que les chiffres pouvaient donner le vertige. Jenny en avait conscience. Elle savait que toute cette opération était couteuse, difficile et avant-gardiste. Mais, une belle partie des fonds provenaient d’elle et, par conséquent, elle estimait avoir une part de contribution dans cette manœuvre.

Elle n’était pas simple bénéficiaire. Quoiqu’il en soit elle était impressionnée. La Grande Sénatrice se tourna vers Miranda puis s’essaya à commenter. « Tekhos est une nation d’innovation et de progrès. Ce sont ces cas insurmontables et surhumains qui nous permettent de repousser les limites de notre savoir. Si la manœuvre réussit, nous aurons alors fait un grand bond en avant. » Dit-elle, préférant donc se concentrer sur tous les bénéfices que rapporterait ces recherches si elles étaient fructueuses. Que dire de plus, à présent ? L’opération n’allait avoir lieu que dans quelques semaines voire mois. Tant que la patronne de GWC n’aura pas donné son feu vert, rien n’allait se passer. Cependant le cancer de Jenny rampait et progressait.

Le temps viendrait tôt ou tard à leur manquer.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #27 le: Juillet 21, 2018, 07:08:50 »

Miranda avait montré à Jenny le cœur de l’installation, le Laboratoire. Là, dans le ventre de la bête, elles firent encore l’amour. Ensuite, les jours passèrent. Jenny venait au moins une fois par jour afin d’accomplir des tests. L’Institut Dufausse poursuivait les tests, et Miranda avait confié à Jenny les différentes données qu’elle avait réuni sur son nouveau corps, afin qu’elle en prenne connaissance. Le transfert était imminent, et le temps jouait contre elles. Suivant leur plan, Jenny annonça lors d’une réunion du Sénat souffrir d’un cancer, et l’exposa ensuite publiquement lors d’une grande conférence. La nouvelle électrisa tout le pays, d’un bout à l’autre. Les médias ne parlèrent que de ça, et Jenny confirma qu’elle allait, conformément aux règles applicables, se retirer, et rendre son poste de Grande Sénatrice. Des élections anticipées allaient être organisées d’ici quelques mois, et, pendant ce temps, une régente allait être nommée au sein du Sénat pour assurer la transition. Le poste serait très certainement dévolu à la Sénatrice Padmé Kaorin, qui serait d’ailleurs la plus grande rivale de Linda, et ce d’autant que Padmé exerçait des fonctions au sein de GeoWeapon Corp...

Jenny annonça sa retraite politique, expliquant vouloir profiter de ses derniers mois en paix. Des documentaires retraçant son parcours, des biopics, circulèrent ensuite sur tous les écrans, vantant les talents et le parcours très réussi de Jenny Moriarty. Tout se déroulait pour le moment comme Miranda l’avait anticipé, mais Jenny, au lieu de partir, s’enferma en réalité dans le Laboratoire. Les tests s’accélèrent, s’intensifièrent considérablement. Miranda y assistait le plus souvent possible, et, finalement... Le Jour J arriva.



« Haaaa... »

Jenny jouit une dernière fois dans le corps de Miranda. Son sperme s’enfonça dans son ventre, et la PDG soupira doucement, s’affalant contre le corps de la femme. Jenny était dans une chemise d’infirmière, dans une salle médicale, attendant l’arrivée des infirmières pour l’emmener au bloc opératoire, afin de mener à bien le transfert. Mais Miranda était évidemment venue la voir avant, et se colla à elle, savourant le corps de la femme.

« Nous y sommes, Jenny.. C’est la dernière ligne droite. »

D’ici quelques heures, Jenny serait Linda. Miranda voulait croire le plus possible dans les chances de succès de cette opération, même si elle en connaissait les risques. Le cancer de Jenny s’aggravait encore dans son corps, et il n’était désormais plus possible de retarder encore l’opération.

« Je suppose que tu dois être anxieuse, Jenny. Mais tout se passera bien, j’en suis intimement convaincue. »

Elle lui sourit encore, et l’embrassa une nouvelle fois.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 79



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Juillet 22, 2018, 06:46:40 »

Les jours et les semaines suivantes furent riches. Après la visite de Jenny auprès du laboratoire de GWC, les choses s’étaient quelques peu accélérées. Si GWC continuait à peaufiner et ajuster leur technologie pour être prêt le jour J, du point de vue médiatique la sénatrice mit en marche le plan. En effet quelques semaines plus tard voilà qu’une annonce publique et très médiatisée fut conduite afin d’annoncer à toute la population Tekhane le cancer de leur dirigeante. Ce fut une étape cruciale car cette annonce était le point de départ dans la longue et périlleuse course qui attendait autant Jenny que Miranda.

L’annonce eut l’effet d’une bombe ; les médias s’emparèrent de l’affaire autant pour poser tout un tas de question, autant pour d’ores et déjà émettre des pronostics sur l’avenir Tekhan. C’est-à-dire le successeur de Jenny. Qui prendrait sa place ? Si on fit l’éloge de la Grande Sénatrice vient des reportages et des documentaires retraçant sa vie, l’espace publique était aussi occupé par les autres sénatrices qui subtilement, s’avançaient déjà sur l’échiquier politique dans l’espoir de récupérer le précieux poste. Tout cela rappelait les années passées à Jenny. Ces années de campagne où elle avait dû passer par là. Les élections, le jeu politique, la manipulation ... Des souvenirs qui allaient lui êtres de grands secours plus tard.

Mais la principale sujette, Jenny, était malheureusement préoccupée ailleurs. Son cancer avançait et entrait rapidement en phase terminal. Le temps lui était compté. Elle se retrancha finalement dans le laboratoire de GWC afin d’y subir, pendant ses dernières semaines de vie, toute une batterie de test afin d’augmenter les chances de succès de l’opération. Qui sait ce que cela donnerait ?

* * *
« Hmm ... » Gémissait l’ex Grande Sénatrice alors qu’elle venait, pour une dernière fois, de jouir dans le corps de son amante. Miranda était donc là, à ses côtés, pour lui offrir un dernier rodéo, une dernière danse sulfureuse avant le grand moment. C’était assez étrange de se dire qu’au lieu qu’Hegeria soit ici, cela soit son tout premier amour ... Mais qu’importait. Sa vie était sur le point de s’éteindre. L’opération avait des chances de succès mais, également une grande part d’échec. Jenny était cependant préparée mentalement à passer l’arme à gauche en cas de non-succès. Evidemment la meilleure option était la réussite et elle tâchait de garder cet objectif en vue.

Avec Miranda blottie contre elle, les deux femmes partagèrent de tendres câlins et caresses, avant qu’elles ne s’embrassent tendrement, langoureusement. La langue de Jenny chercha celle de son amante dans un baiser sulfureux mais quelque part, romantique. Miranda tenta de rassurer Jenny sur le bon déroulement de la procédure et cela fit naitre un doux sourire aux lèvres de la patiente. « J’en suis également convaincue. Mais sache une chose ... Dans tous les cas de figure, je suis prête à accepter l’issue. Ces derniers moments ont été durs, mais aussi agréables. » Confia-t-elle, posant une main sur la joue de son amante, se mettant à lentement la caresser. « Et t’avoir à mes côtés fut un véritable plaisir. » Finit-elle par dire.

Cependant Jenny songeait au cas de figure le plus dramatique. Celui où elle ne survivrait pas à l’opération. Devait-elle alors envisager de se libérer de ses poids, de ses derniers regrets qu’elle portait en elle, vis-à-vis de Miranda ? Elle aurait tant aimé lui dire qu’au fond son amour envers elle ne s’était jamais éteint, qu’elle continuait de l’aimer malgré tout ce qui s’était déroulé. Mais ... Jenny était une militaire, une femme fière et malheureusement, peu encline à laisser ses sentiments s’échapper. C’était une occasion de se libérer mais, elle n’eut pas le courage de le faire. Néanmoins, cela ne l'empêcha guère de vouloir faire une dernière demande à Miranda. Une demande très particulière et qui l'amusait !

« Je vais te demander quelque chose, ma belle. Si je me réveil, si je deviens belle et bien Linda, alors ... Je veux que la première chose qu'elle voit soit toi. Je veux que son premier visage vu soit le tiens. Et, tu vas peut-être trouvé cela étrange ou ridicule mais, j'ai toujours eu un petit fantasme ... » Dit-elle en la regardant avec insistance, malgré un sourire amusé. « Je veux que tu la réveil avec un baiser ! » Finit-elle par dire, réellement amusée par la nature de sa propre demande, espérant donc que Miranda y cède.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 304



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #29 le: Juillet 22, 2018, 09:15:06 »

Hegeria ne serait pas présente. Miranda avait profité de ces dernières semaines pour régler également le problème de la veuve encombrante. Publiquement, Hegeria s’était retirée après l’annonce du cancer de sa femme, et, aux yeux des médias, la femme de Jenny s’était retirée avec elle dans une maison médicalisée sur une île tekhane. Il pouvait être troublant, pour Jenny, de voir que sa femme n’était pas là, mais c’était conforme à la vision de Miranda. Comme elle l’avait à maintes occasions répété à Jenny, elle ne comptait pas lancer la dernière phrase de son plan avant d’être sûre que tout se déroule exactement comme prévu. Or, Hegeria était, depuis le début, une donnée de l’équation, une inconnue dont elle s’était occupée... À sa manière. Inutile d’en dire plus à Jenny, Miranda s’était juste contentée de lui dire que sa femme allait bien. Jenny avait pu profiter d’Hegeria ces derniers jours,, et c’était bien là tout ce que Miranda pouvait leur offrir.

Maintenant, il n’était plus possible de reculer. Jenny était dans une chambre d’hôpital, au sein du Laboratoire Dufausse. D’ici quelques minutes, les infirmières viendraient la chercher, et la prépareraient à l’extraction cérébrale. Une opération très complexe, qui nécessitait bien que Miranda se rapproche, et veuille sur elle. Les deux femmes s’embrassèrent encore, et, avant que Miranda ne s’éclipse, Jenny lui fit une ultime demande... Qui ne manqua pas d’arracher sur ses lèvres un léger sourire.

« Je vois... Le baiser d’une petite Princesse pour la réveiller de ses cauchemars, hein ? Je devrais pouvoir faire ça, oui... »

La PDG l’embrassa une ultime fois, puis la porte s’ouvrit sur deux infirmières. Miranda salua une dernière fois Jenny, puis fila, et rejoignit la salle de contrôle. Les infirmières embarquèrent Jenny sur une civière, et firent rapidement une perfusion, puis rejoignirent la salle centrale. Jenny se retrouva devant l’appareil qu’elle avait vu il y a quelques semaines. Linda était là, le corps immergé dans une cuve, flottant dans un liquide translucide verdâtre ressemblant à du formol. Kaldwin était là, menant l’opération.

« Déshabillez-là, et mettez-là dans le caisson ! »

Un produit anesthésiant commençait à circuler dans les veines de la femme. Elle se retrouva ensuite portée sur une surface moelleuse, dans un sarcophage de verre : une cuve. Des diodes s’allumèrent à l’intérieur, et Kaldwin glissa ses mains gainées de latex à l’intérieur, attrapant une sorte de gros casque qu’elle posa sur la tête de la femme.

« Détendez-vous, Madame, détendez-vous... »

Mais il n’était pas sûr que Jenny soit en mesure de l’entendre. Le casque se posa sur son visage, et des ventouses se posèrent sur son crâne. Plusieurs voyants clignotèrent, et Kaldwin releva la tête en regardant la salle de contrôle. Laure, la Directrice de l’Institut Dufausse, leva le pouce pour signaler que tout se passait bien. À côté d’elle, Miranda voyait une série d’écrans avec des diagrammes, des graphiques. Dans un premier temps, Laure commença par régler les électroencéphalogrammes de Linda et Jenny sur une même fréquence, puis la machine s’enclencha ensuite. Des lampes s’allumèrent dessus, et un bourdonnement se fit entendre.

La porte s’était refermée sur la cuve de Jenny, et celle-ci était désormais endormie. Un liquide verdâtre jaillit dans la cuve, la recouvrant totalement.

« Les relevés sont positifs... Leur rythme cardiaque se stabilise.
 -  La consommation électrique de l’installation est stable, aucun problème à signaler. »

Miranda observait la scène silencieusement. Il fallait attendre que les deux esprits se synchronisent, ce qui prit bien un bon quart d’heure.

« Bon... Vérifiez l’état des générateurs, on va commencer le transfert. »

Miranda acquiesça doucement, puis lança la procédure, en donnant son mot de passe sur un ordinateur, avec un scanner rétinien et digital. Plusieurs lampes s’éteignirent ensuite... Et le transfert commença.

Il allait durer des heures. Miranda en avait profité pour se changer, afin d’accueillir au mieux Linda à son réveil.

Elle portait ainsi une robe rouge en latex avec une longue paire de gants noirs moulants et des collants en latex, également noirs.

Tout ce qu’il fallait, maintenant, c’est espérer que le transfert se déroule sans anicroche...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox