banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Afterlife 2.0 [PV : Miranda Forge]  (Lu 755 fois)
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« le: Juin 12, 2018, 01:48:11 »

Tekhos Metropolis, il y a quelques mois

« Aucun signe de progression, votre état semble se maintenir mais, nous émettons encore des réserves sur ... » Tenta d’expliquer la docteur ayant à charge l’une des personnalités les plus importantes de toute la nation ; la Grande Sénatrice. Jenny Moriarty dirigeait la mégalopole et ses ramifications depuis déjà de nombreuses années. Pendant tout ce temps, ô combien jamais les traces d’usure du métier, de l’âge ou de la vie ne s’étaient attachées à elle, la marquant d’un voile de grâce et de beauté presque éternelle. Pourtant, la femme restait une humaine, une simple et fragile humaine avec ses forces, mais aussi ses faiblesses.

La sénatrice était anxieuse, le teint blafard et la bouche sèche. La pression n’avait fait que s’agrandir ces derniers mois ; la presse s’en était mêlée, tout le corps politique avait été saisi de l’affaire. Cela faisait des mois que le cauchemar avait commencé à proliférer non pas dans son corps, mais dans sa vie entière. Un cauchemar d’abord interne et physique, ayant causé l’apparition d’un cancer particulier et rare chez la Grande Sénatrice, subtilisant jour après jour ses forces. Forcément, il eut un moment où cela eut quelques répercussions physiques, visibles, au point où elle ne put plus s’en cacher. Vautours médiatiques, ennemis politiques de longue date et autre s’étaient rejoint à la fête, au bal de l’hypocrisie cinglante visant alors Jenny et son probable avenir.

Malgré les sommes astronomiques dépensées en recherche et en médecine, Jenny ne parvint guère à obtenir un résultat. Son cancer avançait et gagnait du terrain chaque jour en elle. Si elle parvenait encore à tenir en apparence la forme, bientôt, elle ne le pourrait plus. Tout n’était alors qu’une question de temps. « Combien de temps, docteur ? » Avait rétorqué Jenny, d’une voix ferme mais resignée. Le temps qui lui restait devait servir, à entièreté, à guérir sa maladie coute que coute. Cependant Tekhos était belle et bien la capitale de la science, mais pas du miracle. Alors même que les cures de nanites de Novac ne pouvaient rien faire, tout espoir semblait perdu ; Jenny Moriarty allait s’éteindre, dans un avenir proche.

Ou pas ? Jenny était prête à payer le prix fort pour sauvegarder sa vie. En ce sens, elle avait donc envisagé toutes les solutions, même les plus irréalistes et chères. Il n’y en avait plus qu’une seule et, à présent que plus rien ne pouvait marcher, il ne lui restait alors que celle-ci. Lourde, très lourde de conséquences allait-elle être, mais c’était la seule solution.

Tekhos Metropolis, il y a quelques semaines

« La conscience est un processus infiniment complexe, Grande Sénatrice. Mais heureusement les recherches à ce sujet progressent, grâce à vos financements notamment, ce dont notre institut vous en remercie très chaleureusement ! » Déclara la professeure Kaldwin. Hologramme devant elle, ses doigts s’agitèrent pour modéliser un cerveau, fait de millier de points lumineux interconnectés par des filaments moins lumineux. « La conscience est la somme de plusieurs états de conscience, qui correspondent à différentes fréquences d’ondes – cérébrales. Notre état de conscience varie tout le temps ; il passe de l’éveil active, au sommeil lent puis paradoxal, et encore d’autre. Ce sont tous ces états qui font qu’on est conscient, qu’on est soi et pas autre. » Ajouta-t-elle, regardant l’hologramme. Les yeux de Jenny brillaient autant d’impatience que de fascination.

Ses investissements massifs de ces dernières années n’étaient donc pas en vain. L’institut Dufausse, du nom de sa fondatrice originale, était un institut de recherche en neurosciences, spécialisée dans l’étude et la compréhension du cerveau. Jenny avait massivement investi afin que l’institut développe ses recherches sur la conscience, car ... La compréhension de celle-ci était une étape clé dans son dernier ressort pour sauvegarder sa vie. Elle écoutait donc très attentivement le discours qui lui était tenu, les yeux rivés sur l’hologramme.

« Nous avons toutes les raisons de penser que c’est en maitrisant la manipulation de ces ondes – de ces fréquences – ainsi que toutes les régions du cerveau étant impliquées que nous pourrons parvenir à nos objectifs. Comme nous vous l’avons expliqué à notre dernière entrevue, notre institut a d’ores et déjà mené des tests. Nous sommes à présent sur le point de passer à l’étape supérieure, celle du test à échelle humaine ... Mais, cela ne veut pas dire que nous désirons mettre votre vie en danger, Grande Sénatrice. » Finit-elle par conclure. Jenny se râcla la gorge, affirmant pour seule réponse que son sort était déjà condamné quoiqu’il arrive. Ces tests tombaient donc fortuitement. Cette technologie de pointe allait permettre, tout simplement, l’accomplissement de tout ce projet, qui nécessitait malheureusement un dernier acteur et non des moindres ...

Tekhos Metropolis – QG de GeoWeapon Corp – Aujourd’hui

Un grand moment allait se décider en ce jour. Pour une des rares fois, une grande femme allait en rencontrer une autre dans un lieu d’exception ... Le bureau privé de Miranda Forge. Il y a quelques jours, des échanges téléphoniques, des mails et des correspondances épistolaires avaient eu lieu entre la Grande Sénatrice, l’Institut Dufausse et GWC au travers sa noble dirigeante. En ce jour, voilà que Jenny et Laure – directrice de l’institut – s’entretenaient à huit clos avec Miranda Forge. « Comprenez, madame Forge, que toute cette affaire est de la plus haute confidentialité qu’il soit. Pour le bon déroulement des opérations, nul autre que les personnes ici présentes et les intervenants lors de l’opération, devront être au courant. » Déclara fermement la Grande Sénatrice.

Assise sur un confortable fauteuil, jambes élégamment croisées et faisant face à la somptueuse héritière des Forge, la sénatrice poursuivie. « Comme nous l’avons longuement débattu lors de tous nos échanges, il semblerait que tout soit prêt. L’Institut Dufausse se dit prête, il ne nous manque plus que confirmation de votre part sur vos ... Androïdes supérieurs représentants l’état-de-l’art en la matière. Vous êtes la dernière pièce de ce grand puzzle, Forge. Et à titre personnel ... Je compte sur vous. » Conclut Jenny, laissant la parole à Laure qui gratifia l’impressionnante Miranda Forge d’un délicat sourire. « Nos protocoles ont été mis à jour et selon nos toutes dernières analyses et tests, le transcodage d’ondes vers une matrice purement informatisée serait possible mais, présenterait des risques considérables, comme la perte d’information, de corruption de données ... Il s’agit en réalité de tous les défauts inhérents à la manipulation d’onde et au traitement numérique de celles-ci. Sauf qu'en sus, il ne s'agit pas seulement d'une transcription, mais d'un véritable transfert car il faut conserver les ondes ! » Ajouta Laure, laissant enfin le mot à la patronne de GWC.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juin 12, 2018, 07:49:12 »

Le Projet Rebirth était assurément l’un des projets les plus secrets de la firme, et plus particulièrement de Miranda Forge. Officiellement, Rebirth était un projet développé en partenariat avec un institut spécialisé dans les recherches sur l’activité cérébrale et le stockage de la conscience, l’Institut Dufausse. Toujours officiellement, le but de l’Institut, financé par des fonds publics, était de développer des technologies permettant d’analyser en profondeur le cerveau humain à l’aide de l’informatique, notamment en réalisant des scanners extrêmement pointus permettant de cartographier le cerveau, l’idée était ainsi de développer la recherche, et de lutter contre les maladies cérébrales, neurodégénératives, ainsi que contre les cellules formiennes, dans le but d’aider à la réhabilitation des anciens prisonniers de guerre formiens. Tout cela était vrai, tout cela était exact. L’Institut Dufausse faisait effectivement des recherches très pointues sur le cerveau... Mais, avant tout, ses recherches étaient intuiti personae, tournées spécifiquement vers une personne, tout comme Rebirth.

La Grande Sénatrice en personne.

Celle-ci était victime d’un redoutable cancer, et même les Gen-7 de Novac n’avaient pas réussi à l’endiguer. Après tout, la Baronne de Novac avait elle-même dit que les nanomachines ne permettaient pas de vaincre le cancer, mais simplement d’en repousser les effets en détruisant les cellules cancéreuses. Las, celui de Jenny faisait partie de ces quelques cas où les nanomachines ne fonctionnaient pas. Ils permirent juste d’endiguer la progression du cancer. Les ennemis politiques de Jenny s’étaient déchaînés, exigeant sa démission immédiate, et la tenue de nouvelles élections. Même si le Sénat faisait officiellement corps derrière la Grande Sénatrice, Miranda savait que beaucoup de sénatrices y voyaient là l’occasion de prendre sa place.

Mais Jenny n’avait pas abandonné, et avait, dans le plus grand secret, demandé à Miranda une faveur personnelle. Le Projet Rebirth était déjà dans les tiroirs, et Miranda avait réussi à le faire voter par le conseil d’administration, en masquant l’identité du premier cobaye du projet. L’idée, somme toute, était très simple. Rebirth visait à créer des corps humains de rechange, des créatures synthétiques afin d’y stocker des consciences. C’était un travail de longue haleine en partenariat avec l’Institut Dufausse.

« Oui, Docteur Kaldwin, j’ai bien lu votre rapport. Vous avez donc réussi à stocker la conscience ? »

La blonde au regard sévère acquiesça. Jambes croisées, elle avait sorti un long cigare, et tirait dessus, tout en expliquant que les tests avaient été concluants. Son scanner permettait d’enregistrer toutes les activités cérébrales, toutes les données, et de les transférer sur un serveur. Il fallait de puissantes machines pour faire cela, mais les tests avaient fonctionné.

« Nous disposons de plusieurs corps prêts, Jenny. Il est évident que personne n’est au courant. Le conseil d’administration connaît l’existence de ce projet, mais ignore que c’est à toi que le projet est principalement destiné.
 -  Nous pouvons donc le faire ? Stocker la conscience de la Grande Sénatrice dans une machine, puis la transférer ensuite dans un nouveau corps ? »

Miranda hocha la tête, acquiesçant doucement.

« Si cela marche, Jenny, nous allons créer un clone de toi... À partir de ton propre cerveau, de tes propres souvenirs. Il y aura donc deux Jenny.
 -  Tout à fait. On ne peut pas transférer une âme au sens stricto sensu, mais en faire une sauvegarde, pour la dupliquer dans un autre corps. C’est ce que mon scanner permet de faire, mais il ne fonctionne que sur la personne de Jenny. »

Il faudrait encore des années pour pouvoir appliquer le scanner à tous les types d’activités cérébrales. Le Docteur Keldwin avait spécifiquement calibré et configuré son scanner sur celui de la Grande Sénatrice. Miranda sourit finalement.

« Il ne te reste plus qu’à choisir ton nouveau corps, Jenny... Celui dans lequel tu vas renaître. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juin 12, 2018, 03:11:15 »

Tout le but de l’institut était, surtout avec le concours de la sénatrice, de trouver une solution à un problème que l’on retrouvait dès qu’on parlait de sauvegarde de conscience. Etait-ce un pur transfert, ou un clonage ? Le but était d’éviter le dernier cas ; car justement l’idée n’était pas seulement de préserver la mémoire du sujet mais bel et bien de le sauver lui, d’où l’importance capitale de trouver un moyen de préserver sa conscience et la déplacer d’un corps à l’autre. Jenny ne croyait pas aux concepts tel que l’âme ou l’esprit, pour elle, il n’y avait derrière cela qu’une seule explication. Le cerveau.

Face aux derniers dires de madame Forge et du professeur Kaldwin, Jenny avait légèrement froncé ses sourcils. Voyant cela, la scientifique tint à immédiatement intervenir pour rassurer son sujet. « Bien sûr, je parle de duplication de toutes les parties du cerveau n’étant pas impliquées directement dans le processus de la conscience. Si tel était le cas, ça ne serait pas vous qui vous éveillerait dans un nouveau corps, mais une simple copie. Nous en convenons toutes, l’intérêt est quasi nul. » Expliqua-t-elle, avant de revenir à madame Forge. « C’est là notre principal challenge, madame. Nous avons mis au point une technologie de pointe mais encore expérimentale. Depuis de nombreuses semaines, la Grande Sénatrice s’est prêtée à plusieurs opérations très complexes sur son cerveau, ce qui nous a permis de non seulement le cartographier en parti, mais aussi, d’implanter notre interface. » Dit-elle, se raclant la gorge.

Ce qu’elle était en train d’expliquer était à la fois simple et compliqué. Au fil des semaines et même des mois, les neurochirurgiens de l’institut avaient progressivement implanté cette interface directement sur le cerveau de Jenny ; cette interface était censée se substituer à toutes les parties du cerveau impliquées dans la conscience. Dans la mesure où toutes les ondes et les connexions permettant la conscience seraient sur ces implants, la conscience de la femme n’était donc plus supportée par son cerveau mais par cette interface ... Et c’était cet implant qui allait ensuite être extrait et installé dans le corps de l’androïde, afin de garantir le transfert de conscience. « De cette façon, madame, nous pensons régler le problème de la copie. Car somme toute, nous ne faisons qu’extraire la conscience de la Grande Sénatrice avant de l’installer dans son nouveau corps. » Conclut-elle.

En revanche, si on pouvait résumer ce transfert à l’extraction physique de la conscience – donc en outrepassant la copie, car il s’agit de l’original – tout le reste allait être sujet à la copie, et donc à la corruption. Il y aurait donc en théorie deux Jenny mais la première étant atrophiée d’une partie de son cerveau, elle sera morte. Tout cela était très délicat, très dangereux et surtout expérimental. Toutes les chances étaient du côté de l’échec ... Mais si une telle entreprise réussissait, alors la science ferait un grand bond en avant. Jenny revint à Miranda, au sujet du choix de son nouveau corps. C’était étrange de se dire qu’on allait pouvoir choisir son visage et son corps mais, l’idée séduisait Jenny. Cependant, pour des raisons de confidentialité et pour les besoins de son plan, Jenny du demander à Laure de la laisser seule un moment avec la patronne de GWC. Obtempérant, la sénatrice et la femme d’affaire se retrouvèrent seules.

« Ce choix va directement influer sur la suite des opérations. Comme je te l’ai expliqué ... Quand je me réveillerai dans ce nouveau corps, nous allons devoir tout reprendre à zéro. Jenny sera officiellement morte et de nouvelles élections auront lieu. Des sénatrices vont partir – amenées de force vers la porte de sortie – et ça sera le moment pour nous d’entrer en scène. La dynastie Forge ayant une voix des plus importantes lors des élections des sénatrices, ça sera le moment pour toi d’introduire une jeune recrue à l’avenir prometteur ... » Expliqua Jenny. Le but de toute cette manœuvre était de parvenir à se faire réélire même en étant une toute nouvelle personne. La tâche allait être dure, ardue et parsemée dans d’embûche mais, était nécessaire.

Jenny soupira avant de sourire doucement à Miranda. « Quant au corps en lui-même, je crois t’avoir chargé de l’imaginer entièrement par tes soins. Tu sais que j’ai pleine confiance en tes ... Goûts, en matière de femme. Si ce corps plait à la plus charismatique femme de tout Tekhos, comment ne pourrait-il pas me plaire à moi ? » Dit-elle avec un petit air complice, demandant donc à voir les différents corps qu’avait conçu Miranda. En vérité, le choix de Jenny allait probablement s’arrêter sur celui de Miranda. Elles avaient des goûts très souvent similaire, il n’y avait donc aucune raison que cette fois-ci échappe à la règle.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juin 12, 2018, 10:13:47 »

La machine à utiliser serait très particulière. Miranda avait visité la salle d’opération. Il y aurait deux fauteuils spéciaux, reliés autour d’une grosse machine. Jenny serait posée sur l’un des fauteuils, reliée à l’appareil par une série d’implants et de capteurs. Sa conscience passerait de son corps à celui de son » clone ». Pour réaliser cela, l’Institut Dufausse s’était longuement renseigné sur les catatoniques, les grands comas, menant des expériences et des comparaisons pour identifier les parties du cerveau transférables... En résumé. Même Miranda était larguée, mais elle savait que l’Institut Dufausse s’était secrètement aidée des recherches cérébrales que les Tekhanes avaient pu trouver dans le Dogan de Tekhos... Un autre élément ultraconfidentiel. Bien sûr, l’Institut Dufausse avait aussi un sacré crédit, car ce qu’ils faisaient était exceptionnel, tout simplement. Laure Keldwin était sûre de son coup, et Miranda acquiesça donc.

Finalement, elle et la Grande Sénatrice se retrouvèrent seules, et Jenny lui expliqua qu’elle comptait sur elle pour redevenir la Grande Sénatrice ensuite... En sachant qu’elle renaîtrait sous la forme d’une parfaite inconnue.

« Je suis une femme très riche, Jenny, très influente... Mais je ne suis pas magicienne. »

Miranda lui énonçait clairement les choses, car elle avait longuement eu l’occasion de réfléchir aux conséquences du Plan Rebirth. Elle avait développé toute une stratégie destinée à permettre à Jenny de revenir au pouvoir.

« Tu es une Grande Sénatrice populaire. Ta mort provoquera un deuil national, mais ne provoquera pas un boulevard. Ne te fais pas d’illusions, Jenny. Même moi, je ne peux pas faire élire une parfaite inconnue à la tête de Tekhos. En revanche, ce que je peux faire... C’est préparer le terrain. »

Restant volontiers mystérieuse, Miranda présenta à Jenny une série de clichés.

« J’ai conçu ton nouveau corps moi-même. »

Elle lui montra une photo de ce nouveau corps.

« Tu n’imagines pas combien de millions la fabrication de ce corps a coûté. Depuis des mois, ton nouveau corps subit une croissance accélérée dans une cuve du Dôme. Elle est... Vivante, pour ainsi dire. Mais elle n’a aucune conscience. Nous l’avons baptisé, pour le moment, Linda. »

Linda avait subi une croissance accélérée, avant d’être ralentie. C’était un étonnant androïde, car fait à la fois de tissus organiques et synthétiques. Un cas exceptionnel, très rare, qui avait en outre été fabriqué avec l’ADN de Jenny, précisément pour éviter un phénomène de rejet lors de la transplantation. De fait, Miranda avait préparé le terrain, en implantant dans l’esprit de Linda, ou dans ce qui pouvait faire office de substrat d’esprit, des souvenirs et des réflexes liés à la Grande Sénatrice. C’était une expérience de longue haleine.

Mais qu’avait donc Miranda an tête ?

« Je t’ai déjà conçu tout un dossier, toute une existence... Quand Jenny mourra, des Notaires diffuseront un testament d’elle faisant état de l’existence de sa fille méconnue, Linda... Il ne tiendra ensuite qu’à nous deux de convaincre les gens d’élire la digne héritière de Jenny Moriarty. Mais je t’avertis que ce ne sera pas une partie de plaisir, les Sénatrices enquêteront sur toi, et chercheront à comprendre ce d’où vient cette fille. »

Autant dire que Miranda avait veillé à tous les détails pour créer une vie entièrement fictive, en remontant jusqu’à la maternelle. Linda était une réfugiée tekhane ayant fui une ville en guerre, sans parents, pupille de l’État. Un profil parfait, et il serait difficile de faire des recherches sur place, vu que la ville d’où Linda était originaire n’existait tout simplement plus.

« Ce corps te plaît ? »
« Dernière édition: Juillet 14, 2018, 06:03:25 par Miranda Forge » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juin 14, 2018, 06:13:18 »

Préparer le terrain, là était tout le but du plan. Du moins dans sa phase première ; Jenny était la mieux placée pour savoir qu’on ne pouvait pas faire élire un parfait inconnu. Tout l’art de cette réflexion et de cet échafaudage résidait dans le fait de trouver un moyen de parvenir à la même situation politique, avec pourtant un nouveau visage aux commandes. Une tâche dantesque et qui semblait même pour Miranda très dure. C’était compréhensible voire normal. Si Jenny n’appréciait pas quelque part le challenge et le défi, jamais elle n’aurait entrepris cela. Un deuil national aurait largement suffi ... Au lieu de cela, la femme avait désiré prolonger sa vie, outrepasser son cancer et sa mort certaine afin de s’octroyer une seconde chance.

Une seconde chance certes, mais qui n’allait pas l’écarter du pouvoir pour autant. Bien que dans l’immédiat ce qui importait était justement, l’accès à cette seconde chance. Miranda présenta donc le corps qu’elle avait conçu et le moins que l’on pouvait dire était ... Qu’il faisait jeune. Jenny resta silencieuse tout en l’observant, de devant et de derrière. C’était donc à cela qu’elle allait ressembler ? Très intéressant. Tout en sachant que cette apparence avait été pensé par Miranda, la sénatrice était donc rassurée car de cette manière, elle savait que son corps allait séduire et jouer en sa faveur.

Vint ensuite une très intéressante explication sur les origines de cette fameuse Linda ; l’identité future de Jenny une fois le transfert effectué. Linda serait donc une sorte de fille cachée de la Grande Sénatrice, avec un parcours et une histoire bien différente et unique. C’était un moyen astucieux d’introduire cette femme. En jouant sur son lien avec la Grande Sénatrice défunte, il y avait une mince chance de la faire élire en tant que successeur. Bien que ce n’était guère la mentalité Tekhane – moins axée sur les pratiques féodales qu’ailleurs – le coup était à jouer. Mais évidemment la partie allait être très dure à jouer. Jenny soupira, regardant sans relâche les images de ce fabuleux corps.

« Comment ne me plairait-il pas ? Retrouver mes vingt ans va me faire un certain effet mais, je pense très vite m’y accommoder. Si j’avais eu une fille, avec pareille beauté en plus, je n’aurais probablement eu aucun problème à la voir me succéder. » Dit-elle avec un léger sourire, satisfaite de son futur corps. Restait à voir comment se sentira-t-elle une fois dedans. « Peux-tu m’en dire plus sur Linda ? Je veux dire, physiquement ... Comment l’as-tu conçu ? C’est un androïde, ou autre chose ? » Finit-elle par demander, intriguée de savoir comment Miranda avait fait pour créer un corps aussi réaliste.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Juin 15, 2018, 01:19:40 »

Miranda sourit doucement.

« La vallée dérangeante, hein ? Plus on développe des androïdes proches des êtres humains, et plus leurs imperfections nous sautent aux yeux. Pourtant, Linda, comme tu le vois, a été créée... Ex nihilo. Nos graphistes ont pu s’aider, pour leurs croquis, de modèles préexistants, mais ce corps que tu vois est née in vitro, dans le cadre du Projet Virtual Mankind. »

Le Projet Virtual Mankind, ou Projet-VK, était un projet entrepris il y a de nombreuses années, et visant à développer des androïdes. Initialement, il s’agissait juste de développer des androïdes sexuels, qui porteraient en eux des banques de sperme pour lutter contre les problèmes de fécondité qui, depuis quelques années, gangrénaient de plus en plus profondément la société tekhane. Et, avec l’arrivée des Formiens, le Projet-VK avait connu une évolution militaire, visant à créer des androïdes féminins, pour diverses applications. Il y avait par exemple le sous projet VK-Trap, consistant à créer des androïdes destinés à se faire capturer par les Formiens, et qui libéraient ensuite des explosifs ou des poisons, ou disposaient de capteurs permettant aux Tekhanes d’en apprendre plus sur l’intérieur des Ruches. VK-Trap avait d’ailleurs plutôt marché en permettant d’aider la recherche militaire sur le fonctionnement interne des Ruches.

Toutefois, avec le Projet-VK, il avait toujours été difficile de sortir de ce concept propre à la robotique, qu’on appelait « vallée dérangeante ». Les hangars du GéoDôme étaient remplis de modèles défectueux, des androïdes dont les quelques infimes déformations ou, au contraire, absences de déformations, les rendaient insupportables à regarder.

« Si nous nous étions inspirés d’un modèle existant, quelqu’un l’aurait sûrement remarqué. Crois-moi, j’ai confié aux EVA le soin d’identifier une femme qui ressemblerait à Linda, et je n’ai rien trouvé. Ce corps a été spécialement conçu en labo’. C’est un mélange de synthétique et d’ADN. Il y a le tien, bien sûr, et celui d’un donneur anonyme, récupéré dans nos banques. »

Miranda se tourna ensuite vers un petit appareil sphérique sur son bureau, et appuya dessus, déclenchant une interface holographique. Elle lança alors une vidéo, montrant la naissance de Linda. On pouvait voir une cuve translucide comprenant un liquide vert, avec, au centre, une sphère métallique argentée.

« L’embryon a grossi dans cette sphère... »

Miranda avait avec elle tout un dossier médical, et montra ensuite d’autres vidéos, montrant la Linda enfant. Elle était assise dans un fauteuil, un casque de réalité virtuelle sur le visage, et apprenait de force beaucoup de notions : l’algèbre, la langue, l’Histoire...

« Elle est capable de parler, mais Linda ne parlera jamais... Tant que ton esprit ne rentrera pas dedans. Il a fallu apprendre à ce corps tous les réflexes sensoriels et cognitifs. Le toucher, le goût, le sexe... Linda est ma plus belle création. Nous avions développé d’autres modèles pour toi, mais je me suis particulièrement attachée à celle-ci... Car je savais qu’elle te plairait. »

Comme quoi, Miranda ne s’était pas trompée sur Jenny et sur ses goûts.

« Mais il y a plus, Jenny. »

Miranda abattait ses cartes les unes après les autres, telle la femme d’affaires expérimentée qu’elle était.

« En fait, je t’envierai presque. Tu vas renaître sous un corps nouveau, qui ne vieillira pas grâce à ses particularités synthétiques et régénératrices grâce aux nanomachines... Mais tu disposeras aussi de capacités améliorées. Comme tu le sais, GeoWeapon Corp. a fait de gros progrès en matière génétique, et sur tout ce qui est des mutagènes. Dans cette sphère, il n’y a pas que tes gènes et ceux d’un mâle. Nous y avons aussi inclus... Quelques ajouts. »

Elle rajouta ensuite :

« Régénération automatique des cellules, mais tu disposeras aussi d’une force surnaturelle, d’une endurance exceptionnelle... Et d’une forte affinité à la magie. Et tout cela est intégré dans la biographie de Linda Moriarty. »

Miranda poursuivit :

« Être la fille de Jenny Moriarty ne suffira pas, tu sais. Au contraire, même. Tu es populaire, Jenny, mais, après le deuil, les autres Sénatrices n’hésiteront pas à taper là où ça fait mal. Les Formiens n’ont pas été vaincus, ils s’améliorent, nous n’avons toujours pas contrôlé le reste de Terra, et la Reine des Lames est de plus en plus forte. Si tu veux gagner, il faudra que Linda fasse mieux que Jenny. Tes super-pouvoirs viendront de là, de ton envie de tout faire pour le pays. »

Comme Jenny pouvait le voir, Miranda avait longuement et soigneusement réfléchi. C’est ce qui rendait les Forge si redoutables. Avec eux, ils n’avaient pas juste deux ou trois coups d’avance, mais plutôt une dizaine, envisageant toutes les hypothèses possibles.

« Il va falloir que Jenny et Linda vivent conjointement pendant un certain temps. Si Linda apparaît juste après le décès de Jenny, tu passeras pour une opportuniste. Mais, si tu es déjà une figure publique, déjà populaire, et sans lien alors avec la Grande Sénatrice, le jour où le public apprendra que la populaire Linda est en fait la fille de Jenny Moriarty... »

La victoire ne ferait pas un pli.

Mais comment rendre Linda populaire ? Comment faire coexister les deux ? Là encore, Jneny n’eut même pas à poser la première question, car Miranda la sortit :

« J’intégrerai Linda dans le GeoWeapon Task Force. Je ferais de Linda une super-héroïne, puis, ensuite, une Grande Sénatrice. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juin 17, 2018, 02:50:07 »

Miranda dévoilait son plan petit à petit et le moins que l’on pouvait dire, était qu’il était ... Assez complet. La patronne de GWC avait visiblement pris le temps de bien réfléchir à la question. Jenny pensait connaitre cette femme suffisamment pour deviner que jamais elle ne s’investirait trop pour autrui mais là, elle était agréablement surprise. Cependant plus elle abattait ses cartes, plus au fond d’elle, Jenny se demandait pourquoi Miranda semblait avoir prit cette affaire autant à cœur. Après tout, elle avait certainement dépensé une fortune colossale en recherche et développement sur le Projet-VK, Rebirth, Trap.

Elle présenta l’androïde dans lequel Jenny allait vivre et l’intéressée fut très impressionnée. Non seulement la simple nature synthétique du corps allait permettre à la sénatrice de vivre très longtemps, mais aussi, le corps avait été façonné de telle façon pour le rendre encore plus attractif. Jenny fut surprise d’entendre que GWC avait fait en sorte que Linda soit considérée comme une super-héroïne ; endurance accrue, force accrue, affinité avec la magie et certainement d’autres choses que Miranda n’avait pas encore dit. L’avenir de Jenny semblait donc très prometteur, une fois qu’elle sera devenue Linda. Mais, que cachait tout cela ?

Quand Miranda expliqua la partie politique de son plan, Jenny y trouva écho avec sa propre histoire, sa propre vie. Pour devenir Grande Sénatrice, la femme avait fait preuve de nombreux faits d’armes, et était l’ancienne générale des armées. Une brillante carrière militaire, qui fut stoppé pour cause de blessures irréparables. Une véritable héroïne de guerre, qui avait donc accédé au pouvoir après, profitant de sa notoriété et sa popularité. Etait-ce donc ce que voulait faire Miranda ? Réitérer le même procédé, à savoir rendre Linda populaire par des faits d’armes pour ensuite la placer au pouvoir ? « Tel mère tel fille, je dois dire. » Commenta Jenny face à tout cela. Elle marqua un silence puis revint à Miranda.

« Tu sembles avoir échafaudé tout un programme pour Linda. Tu m’en vois impressionnée mais, je ne peux m’empêcher de penser que tu ne vas pas octroyer des supers pouvoirs à autrui sans prendre des mesures de sécurité, hm ? » Dit-elle en premier lieu. « Je suis bien entendu très heureuse et flattée que Miranda Forge m’aide dans cette entreprise, mais outre l’aspect financier, je me suis toujours demandé quel serait ton intérêt personnel à aider la Grande Sénatrice. » Finit-elle par dire, ne faisait là que faire parler sa petite paranoïa de sénatrice. En politique il fallait se méfier de tout et tout le monde. Miranda n’était pas une ennemie, voire aux yeux de Jenny, elle était une alliée. Mais voilà, on ne pouvait retirer cela à Jenny.

« Enfin, quoiqu’il en soit ... Je suis heureuse et honorée de pouvoir entreprendre tout cela avec toi. Je t’en serai à vie reconnaissante, si je survis au transfert bien sûr. Il est certain que tes efforts seront très largement récompensés ... » Conclut-elle, affirmant par là qu’elle comptait donner beaucoup à Miranda si toute cette opération réussissait.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juin 17, 2018, 05:46:07 »

Officiellement, Tekhos était une démocratie. Les Sénatrices étaient élues par les Tekhanes. Dans les faits, seule une personne naïve pouvait croire que le vote était totalement libre. Il y avait énormément d’influence de la part des différentes Sénatrices, et, dans les faits, les mégacorporations faisaient la loi. C’était elles qui contrôlaient les organes de presse, les médias, les canaux de diffusion, et, bien qu’étant « officiellement » neutres, les mégacorporations soutenaient telle ou telle candidate. Programmes publicitaires valorisants, débats comparant les différents programmes en insistant sur les points fors de tel ou tel programme... Une campagne électorale était un grand jeu de manipulation publique, et, en la matière, GWC n’avait rien à envier au reste. Miranda Forge était une femme très populaire, qui savait comment jouer avec les médias, ayant elle-même dépensé des millions de crédits pour sa propre personne.

Jenny était sans aucun doute impressionnée par le vaste plan de Miranda, mais fallait-il s’attendre à autre chose ? Miranda Forge ne serait pas la PDG d’une mégacorporation si elle ne raisonnait pas ainsi. C’était similaire à toutes les autres mégacorporations. Miranda appartenait à une caste rare, une sorte de super-élite, et son intelligence justifiait, au moins en partie, son salaire colossal. Quoi qu’il en soit, l’étendue de son plan ne manqua pas de surprendre Jenny, qui lui demanda quel était son intérêt là-dedans.

Un peu surprise, Miranda laissa planer quelques secondes, avant de lui répondre :

« Je pense que c’est évident, Jenny. C’est le même que pour toutes celles qui soutiennent les candidates. Je veux obtenir une quasi-exclusivité sur les contrats de marchés publics, tout simplement. »

Avec le développement de la guerre, les marchés publics étaient devenus très juteux, portant sur bien des domaines : construction de bases, d’usines, fabrication d’armes, d’armures, de munitions, d’exosquelettes... L’armée passait de multiples contrats en la matière, et, même au-delà de l’armée, le développement de l’ultralibéralisme conduisait aussi les mégacorporations à passer des contrats dans d’autres domaines : développement de milices de sécurité privées, recyclage des ordures urbaines, développement des réseaux d’assainissement en eau potable, etc... Il y avait quantité de marchés, et le Sénat était, en la matière, l’organisme central. C’était le Sénat qui validait les projets militaires et les traduisait en offres publiques.

Miranda voulait juste que la Grande Sénatrice valide les candidatures de GWC sur différentes offres. Rien de bien méchant...

*Du moins, c’est tout ce que je peux te dire, ma chérie.*

Le reste, Miranda le conservait pour elle.

Elle attrapa l’une des mains de Jenny, et déposa un baiser dessus.

« Je pense qu’Hegeria pourra aider Linda à maîtriser ses pouvoirs magiques... Tu lui as parlé de tout ça, je suppose ? »

Miranda était assez proche du couple. En fait, elle était la seule à savoir qu’Hegeria disposait d’une équipe d’élite chargée d’assurer la protection de Jenny : l’Hellwhore Squadron. Mais Miranda avait toujours soupçonné Jenny de connaître l’existence de cette escouade... D’une manière ou d’une autre, il était en tout cas évident qu’Hegeria allait jouer un rôle dans ce projet.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Juin 20, 2018, 03:36:51 »

Le jeu politique à Tekhos était similaire à celui de bien d’autres Etats, pour peu qu’on ait conscience de leur existence. Les citoyennes Tekhanes élisaient les Sénatrices, qui à leur tour, élisaient la Grande Sénatrice. C’était ainsi que Jenny était devenue la cheffe des sénatrices, en se faisant élire à majorité par celles-ci. Cependant il ne s’agissait pas d’un vote complètement neutre et basé sur des critères purement objectifs. Intérêts privés, affinités ou vieilles rancœurs, voilà ce qui déterminait l’issu d’un vote. En étant une ancienne militaire, qui plus était l’ancienne grande générale, Jenny avait démarré d’un bon pied ; elle était populaire !

Mais les choses allaient être différents, maintenant. Linda était méconnue du grand publique et il allait falloir la rendre aussi populaire que sa mère. Miranda avait déjà un plan prévu et le fait qu’elle l’ait fait inquiétait un peu Jenny. La réponse fut simple pourtant ; la femme d’affaire espérait en retour un favoritisme politique vis-à-vis de son empire. Favoritisme sur les contrats d’intérêts publics, ce qui incluait ... Un vaste, très vaste champ d’application. Armée, services publics, transports, énergie, etc. Bien sûr Jenny appréciait fortement Miranda et la voyait comme une alliée, elle n’en était pas dupe pour autant ; accorder autant de pouvoir à GWC pourrait être néfaste.

Si tout était centralisé sur une seule entreprise, alors il n’y aurait tout simplement plus de véritable pouvoir à Tekhos. GWC serait le pouvoir, vu qu’elle fait tout. C’était pour cette raison que la sénatrice avait tout fait pour éviter ce monopole, en accordant de nombreux contrats à GWC tout en tâchant de faire jouer la concurrence afin d’éviter cette situation. Jenny était une femme aimant sa nation et désirant la voir prospérer ... Mais pour cela, il fallait qu’elle garde du pouvoir. Ce que lui demandait Miranda était donc de lui laisser plus d’espace pour son empire et ainsi renforcer à nouveau sa position déjà très dominante à Tekhos.

Mais avait-elle le choix ? Avait-elle vraiment la possibilité de refuser, à ce stade. Jenny esquissa un fin sourire et acquiesça, comprenant la contrepartie demandée. Cependant la discussion dériva sur Hegeria, son épouse. Miranda évoqua le rôle qu’elle allait jouer dans cette affaire et demanda donc si elle était au courant. « Hegeria est la seule personne au courant, à part toi et l’institut. » Répondit-elle. Le baiser sur sa main la fit délicatement rougir ; après tout, ce n’était un secret pour personne que Miranda était une femme très attirante et belle. Une femme qui, au-delà de sa beauté physique, dégageait un puissant charisme, qui se traduisait pour beaucoup par une grande attirance.

Jenny avait beau être mariée, les mœurs Tekhanes restaient ce qu’elles étaient ... Et Miranda ne l’avait jamais laissé indifférente. « Dois-je également deviner que tu as prévu d’inaugurer mon nouveau corps, quand tout sera fini ? » Finit-elle par demander, d’un ton légèrement joueur. Il lui paraissait inconcevable que Miranda n’ait pas pensé un seul instant à cela. Après cela, Jenny soupira puis se leva. Elle était réellement tentée par l’idée de s’offrir une dernière fois à Miranda, là, sur son bureau. Mais les forces lui manquaient et cela ne serait sans doute pas aussi agréable qu’avant. Elle allait devoir attendre, dans le meilleur des cas, de devenir Linda avant de pouvoir reprendre l’une de ses activités favorites.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Juin 20, 2018, 07:24:40 »

L’affaire était donc entendue. Bien sûr, Miranda avait conscience des risques que Jenny prenait. Elle était de fait très au courant de la situation économique tekhane, un peu similaire, sur le fond, à celle de Nexus. Il y avait une concentration économique de plus en plus notable avec le développement d’immenses entreprises. Celles-ci exerçaient un terrible monopole, et, bien que concurrentes, Miranda était bien placée pour savoir qu’il existait bien des domaines où les mégacorporations, avec la complicité silencieuse de prétendues autorités de régulation, s’entendaient entre elles. Dès le moment où le Sénat avait été amené à déréguler autant que possible,  les mégacorporations avaient pris le pouvoir. Toutes les anciennes lois protectrices, visant à diminuer le pouvoir des organismes privés, avaient peu à peu été abrogées. La loi interdisant à une banque d’exercer à la fois une activité de dépôt et une activité d’investissement, ou celle interdisant à une banque d’exercer une activité commerciale, avaient permis de nettes avancées. De la même manière, le développement de la guerre avait conduit à une dérégulation nécessaire des pouvoirs publics sur les activités régaliennes. Éducation, santé, sécurité… Même la justice n’était pas épargnée.

En effet, les juridictions sont tellement engorgées que les mégacorporations traitent les litiges entre eux, ou avec leurs clients, par le biais de transactions, ou dans des juridictions arbitrales prévues par des accords et des conventions entre firmes. Par ce biais, GWC traite en moyenne plus de 90% de son contentieux en interne, par le biais de services de médiation, et dispose, pour les 10% restants, de ses propres avocats. Dans de telles circonstances, Miranda pouvait tout à fait comprendre le souhait de Jenny d’éviter que GWC, qui était déjà une mégacorporation redoutable, ne devienne un ogre invincible.

*Rassure-toi, ma belle, je sais que tout ça ne passera pas…*

La Grande Sénatrice n’avait, finalement, qu’un pouvoir très résiduel au sein du Sénat. Si elle disposait d’un droit de veto, il ne pouvait s’exercer que dans des conditions très strictes, et ne permet en aucun cas de se substituer au vote du Sénat, sauf si le Sénat accorde les pouvoirs exceptionnels à la Grande Sénatrice. Pour le reste, aucune Sénatrice n’accepterait des marchés trop voyants. La corruption et le lobbying avaient beau être fréquents au sein du Sénat, il fallait encore que tout cela conserve une apparence de normalité.

Que cherchait donc vraiment Miranda ? Beaucoup, en réalité… Mais il lui était impossible d’en dire plus à Jenny. Fort heureusement, la Grande Sénatrice lui faisait confiance. Une confiance bien placée, vu que leurs intérêts étaient communs… Mais Miranda Forge restait une Forge.

Jenny finit par lui avouer qu’Hegeria était au courant de ce plan, et était la seule à le savoir, à part elle…

« …Et le Docteur Kaldwin », rappela en souriant doucement Miranda.

Il y avait intérêt à ne pas oublier celle-là, mais Miranda y viendrait plus tard…

Pour l’heure, Jenny revint sur un autre sujet, inévitable : l’inauguration de ce nouveau corps. Miranda sourit encore, et hocha la tête, avant de voir Jenny se lever, et s’appuyer sur le bureau. Son cancer, pendant longtemps en stabilité, s’était subitement accélérée ces dernières semaines. Jenny avait arrêté la chimiothérapie pour ne pas déformer son corps, et avait tout misé dans ce projet de transplantation.

« Eh bien, c’est évidemment un point auquel j’ai pensé, Jenny… Les stimulations réalisées sur le corps de Linda sont très concluantes, je te rassure. Nous avons beaucoup travaillé là-dessus, afin de favoriser la douceur de sa peau, le gommage de toute imperfection, et la sensibilité de ses zones érogènes. Je suis en revanche assez sceptique sur sa fertilité, vu sa nature… Linda est en fait une sorte de Gynoïde. »

Miranda se redressa à son tour, et se rapprocha de la femme, sa main venant caresser son visage.

« Un corps bien différent de celui que tu as encore, tu sais… »

Le ton se faisait plus sensuel, plus doux, et Miranda alla même embrasser la femme sur les lèvres, pendant quelques secondes. Sa main se déplaça pour s’appuyer sur ses hanches.

« Tu sais que tu vivras pendant un moment avec une Jenny toujours en vie ? Une copie qui aura ton apparence… Une copie qui ne se doutera pas que la vraie Jenny s’est réincarnée… Tout ça ressemble à un mauvais scénario de science-fiction, ma chérie. »

Et elle l’embrassa encore. Comme toujours, Miranda aimait sentir le corps musclé et solide de la Grande Sénatrice contre le sien…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Juin 28, 2018, 07:03:47 »

Une entreprise extrêmement risquée et couteuse. Jenny risquait sa vie ; jamais une telle expérience n’avait été réalisée auparavant. Un mélange d’excitation et de peur se créait en la sénatrice qui savait d’une part qu’il n’y avait autre solution mais qui, d’autre part, savait tous les dangers liés à cela. C’était en fait un sentiment très valorisant et gratifiant. Celui d’être une pionnière, de marcher en territoire inconnu et hostile, pour la toute première fois. Jenny, si l’expérience réussissait, allait devenir immortelle, et dépasser sa condition humaine. Elle serait la toute première transhumaine au sens strict du terme. Une humaine, une femme augmentée et améliorée intégralement grâce à la technologie.

Savoir également que Miranda allait chapeauter toute cette opération était rassurant. Jenny savait qu’elle était une Forge, donc une femme redoutable et envers qui il fallait se méfier un minimum. Mais elle la savait aussi un appui fort, une alliée. C’était une louve en affaire, qui comme beaucoup de monde à Tekhos enviait le pouvoir. Cependant Jenny aussi en était une et on pouvait considérer qu’à force, les deux femmes faisaient partie de la même meute. Tant que leurs intérêts seraient communs, leur entente serait parfaite. Néanmoins, bien au-delà de toutes ces considérations politiques et économiques, Jenny éprouvait, au fond, un réel sentiment de proximité envers Miranda.

Que ce soit par respect à son nom si mythique et adulé à Tekhos, ou bien simplement par le fait qu’elle était une femme comme les appréciait Jenny. Dans tous les cas le résultat était là ; c’était grâce à Miranda que Jenny avait une chance de s’en sortir. Elle s’était donc levée, s’appuyant sur le bureau quand la maitresse des lieux en fit de même, avant de venir caresser son visage du bout de ses doigts. Jenny en ressentit de beaux frissons, qu’elle n’avait pas éprouvé depuis déjà de nombreux mois ... Un fin sourire naquit sur ses lèvres alors qu’elle savoura ce délicat baiser que lui offrit Miranda. Ses lèvres avaient toujours ce goût si subtil et irrésistible. Jenny se souvenait de chaque baiser qu’elle avait échangé avec cette femme, tellement ceux-ci ne laissaient pas indifférents.

La sénatrice se laissa doucement emporter par cette attention, pressant tendrement ses lèvres contre celles de Miranda avant que l’échange ne se termina de lui-même. Son corps se frotta au sien, ses formes épousant celles de l’héritière des Forge. Jenny se disait parfois que si les choses avaient été différentes, si elle n’avait jamais connu sa bien-aimée Hegeria, il aurait été probable qu’elle remue ciel et terre pour obtenir la main de Miranda. Mais, au final, chaque chose avait été bien faite ... « J’essaie de me focaliser sur l’avenir prometteur qui nous attend, très chère. » Répondit-elle, embrassant encore une fois sa ravissante amante. Jenny se frotta doucement contre Miranda, afin de lui faire mieux sentir la solidité de son corps d’ancienne militaire.

Mais en retour, elle caressa doucement ses épaules et ses bras, raffolant de cette douce peau satinée. Finalement elle se pencha pour venir déposer un sensuel baiser dans son cou puis, d’un geste élégant et assez romantique, vint saisir doucement une de ses mains pour la porter à ses lèvres. « Je devrai me méfier davantage de l’eau qui dort. Rien n’est fait par pure charité, je le sais bien ... Mais pour autant, je n’ai jamais senti pareil honneur que de faire cette expérience avec toi, Miranda. » Lui avoua-t-elle, plantant un délicat baiser sur sa main, avant de la libérer. Il était indéniable que Miranda n’était pas n’importe qui aux yeux de Jenny et que malgré la situation, cette femme restait spéciale à ses yeux. Assez spéciale pour lui faire confiance au point de lui confier sa vie ! Ainsi, la Grande Sénatrice sourit de nouveau puis lentement, avec une certaine délicatesse dans son geste, replongea son visage puis scella ses lèvres aux siennes dans un nouveau baiser. Sa bouche se colla tendrement à la sienne, ses lèvres cajolant très doucement les siennes alors que sa langue vint sensuellement danser avec sa comparse, cherchant affection et saveur auprès de celle-ci. Un moment très doux et solennel, dont l'aspect intime était renforcé par le fait que Jenny clôtura ses paupières pour mieux se laisser transporter ...
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Juin 28, 2018, 10:36:38 »

Évidemment, Jenny n’était pas totalement idiote, et savait que Miranda ne lui disait pas tout. Mais pouvait-on le lui reprocher ? C’était Miranda Forge, après tout, et Jenny ne pouvait pas non plus prétendre avoir systématiquement été honnête avec elle. C’était comme ça que les choses fonctionnaient à ce niveau. Pour autant, Miranda était sincère avec elle. En d’autres circonstances, les deux femmes auraient sans aucun doute pu être des amantes. D’ailleurs, elles l’étaient déjà, dans une certaine mesure. Jenny se confiait à elle, et elles faisaient régulièrement l’amour. Le fait que Jenny lui fasse confiance pour lui confier sa vie, son existence même, en était la plus belle preuve. C’était une magnifique expérience transhumaniste qui les attendait, une première, y compris pour Miranda et, de manière générale, pour la science tekhane en général.

Elles s’embrassèrent donc, tendrement, longuement, sensuellement. Lorsque Jenny fit mine de rompre le baiser, Miranda le reprit, blottissant son corps contre le sien. Plus frêle que l’ancienne soldate, Miranda frissonnait en sentant sa vigueur, son énergie... Se séparer de ce superbe corps allait tout de même lui faire mal au cœur, même si elle savait que Jenny renaîtrait de ses cendres.

« Hmmm... Oh, Jenny... »

Miranda lui sourit tendrement ensuite, et, une fois le baiser terminé, déplaça ses mains le long du torse de la femme, les posant ensuite sur ses mains, qu’elle se mit à malaxer tendrement. Si gros, si doux, si fermes... La PDG se pinça encore les lèvres, et tira alors, ouvrant la fermeture Éclair de la tenue de la femme. Lentement, celle-ci s’ouvrit, révélant le bas de son ventre, puis son nombril. Miranda se pinça ensuite doucement les lèvres. Faute d’une chimiothérapie, le corps de Jenny était encore tout à fait potable, et le resterait d’ailleurs encore pendant plusieurs semaines.

« Il va falloir que nous passions beaucoup de temps ensemble, afin de te synchroniser, de te préparer... Mais aussi pour que je me prépare à dire au revoir à ce magnifique corps de guerrière, Jenny. »

Hegeria serait bien évidemment la bienvenue. Miranda n’avait jamais eu aucun secret avec elle, ou presque. Hegeria faisait partie des rares personnes à connaître l’existence du Dogan, ou encore le véritable héritage des Forge sur la Tour Sombre, le Roi Cramoisi, et l’Héritage de Maerlyn. L’une des activités d’Hegeria avec Miranda était d’ailleurs de superviser un groupe d’enquête spécifiquement sur ces questions. Même si Miranda était relativement sceptique vis-à-vis de cet héritage, elle était tout de même suffisamment intriguée pour s’y renseigner sérieusement. Mais, pour l’heure, elle songeait surtout au corps de Jenny, et se déplaça un peu, venant frotter le bureau, positionnant ainsi Jenny devant elle.

« Qu’est-ce que tu attends, Jenny ? Tu sais combien je raffole de ces moments où tu me défonces avec ta queue, non ? »

Jenny ne pouvait tout de même pas imaginer conclure un accord avec Miranda sans l’arroser, sexuellement parlant...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Juillet 05, 2018, 10:42:49 »

La relation entre Miranda et Jenny était singulière sur quelques points. Si sur l’apparence il s’agissait de deux femmes partageants des intérêts communs mais aussi quelques affinités plus privées, il s’avérait qu’en profondeur il y avait une sorte de magnétisme, de petite attraction assez subtile et légère pour créer, dans de bonnes circonstances, cette complicité si sensuelle entre elles. En d’autres termes, la Grande Sénatrice voyait au fond en Miranda quelque chose de plus qu’une alliée, sans toutefois parvenir au niveau d’Hegeria. Il s’agissait là de restes, de résidus de ce qui fut autrefois, il y a bien longtemps, une attraction bien plus forte et tangible entre les deux femmes.

Tout cela pour expliquer ce petit jeu de séduction auquel les deux femmes s’adonnaient en ce moment, dans ce bureau. Jenny et Miranda se livrèrent à un savoureux baiser, humide et passionné, jusqu’à ce que la puissante femme d’affaire décide de passer à l’étape supérieure. Jenny n’avait pas beaucoup de temps à consacrer à son entourage mais, en voyant le corps de sa splendide amie, en la voyant caresser son torse et sa poitrine, en la voyant la regarder de son air sulfureux, elle regrettait alors de ne pas avoir accordé plus de temps à cette femme. Tout en la regardant d’un air complice, mais en restant silencieuse, Jenny la laissa dézipper sa tenue. Le rouge monta doucement à ses joues à mesure que la belle Forge continua son jeu.

Chaque caresse, chaque seconde où ses délicates mains massèrent sa poitrine firent ressentir de délicieuses sensations à Jenny, qui en soupira très doucement, de manière à peine audible. Ses fines lèvres s’entrouvrirent alors qu’une savoureuse chaleur s’empara d’elle, au même moment que ses seins se mirent à lui faire mal. Elle aussi, passait de manière nonchalante ses mains sur les bras de son amante, caressant sa peau si douce et parfaite. Elle aussi se laissait aller au désir qu’elle ressentait envers cette femme et qui ne cessait de croitre de seconde en seconde. Finalement Miranda se posa contre son propre bureau et invita Jenny pour la suite des opérations. Un fin sourire orna les lèvres de l’intéressée qui dès lors, acheva de dézipper sa tenue jusqu’à son pantalon.

Sans un mot, tout en la fixant dans les yeux, la sénatrice décida d’offrir à la vue de Miranda son corps d’ancienne militaire, finement bâti par des années de bons et loyaux services. La femme à la tête Tekhos se retrouva nue, complètement démunie de toute forme de vêtement, devant la plus puissante femme d’affaire de son pays. « Me croirai-tu si je te disais ... Que c’est en partie pour toi que j’ai refusé que mon corps soit déformé par les médicaments ? » Lui avoua-t-elle, la laissant réfléchir à cela pendant qu’elle saisit un petit comprimé de couleur rose, l’ingurgitant juste après. Il ne fallut que quelques secondes avant qu’elle ne se crispe un peu, pour voir une veineuse et lourde verge jaillir d’entre ses cuisses, gommant sa féminité temporairement au moment où elle accoucha ensuite d’une belle bourse.

Jenny posa ensuite ses mains sur les épaules de son amante puis la poussa contre son bureau, la forçant à s’allonger. Puis, elle reporta son attention sur sa jupe qu’elle retroussa lentement, mais d’un geste ferme, digne d’une ancienne combattante aguerrie. Pour occuper sa sublime partenaire, Jenny se lova contre son corps, son opulente poitrine se pressant contre la sienne, puis approcha son visage de manière très proche du sien. Sa queue commença à effleurer, à frotter contre la douce féminité de Miranda alors que Jenny piqua ses lèvres par les siennes. « Hmm, Miranda ... » Lui susurra-t-elle d’une voix très basse et sensuelle avant de l’embrasser à nouveau. Une main se posa sur son épaule tandis que l’autre se glissa sur son sein, se mettant à le masser tendrement et fermement. Jenny faisait languir sa ravissante amante un peu, profitant de ce moment pour rattraper un peu le temps perdu. Son baiser était fort, appuyé et chargé en passion. Son désir pour Miranda explosait et après de longues minutes à monopoliser sa bouche si parfaite, Jenny se redressa.

La sénatrice caressa le corps de Miranda, éprouvant la texture si unique et agréable de sa peau sous ses doigts, qui filaient de sa poitrine vers son ventre, puis ses cuisses. Cuisses qu’elle finit par saisir avec force, les soulevant doucement pour faciliter l’accès à l’intimité de Miranda. Sa queue tressauta alors qu’elle en frotta le bout contre les chairs intimes de la femme d’affaire, pour finalement s’introduire en elle. « Hmmm ! » Rugit alors Jenny, entrouvrant ses lèvres puis se les pinçant, alors qu’elle termina d’enfoncer toute sa lourde queue en Miranda. Enfin, seulement après cela, elle commença ses vas et viens ... Mais d’ores et déjà, même à ce rythme lent, chaque coup de butoir était ferme, sec et vif, laissant présager un rythme qui n’allait faire que s’accélérer et se durcir !
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 300



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Juillet 06, 2018, 01:16:26 »

Jenny lui avoua qu’elle avait abandonné le traitement en grande partie pour ne pas détériorer son condition physique.

« C’est un pari risqué, ça, tu sais, ma chérie... Ma solution est encore très expérimentale. »

Elle arrivait tout de même à s’en sentir un peu flattée. Très souvent, Miranda se faisait la réflexion qu’il aurait fallu de bien peu de choses pour qu’elles se marient. Miranda et Jenny se connaissaient depuis très longtemps. Miranda l’avait aidé à obtenir ce poste, en développant une très forte campagne virale promotionnelle sur elle, et en décrédibilisant les autres Sénatrices. À cette occasion, oui, elles se seraient épousées... Si cela n’avait pas posé problème. La Grande Sénatrice potentielle mariée à la PDG d’une mégacorporation... Les autres mégacorporations seraient tombées sur Jenny pour la briser, pour soulever ce conflit d’intérêts, auraient saisi la justice. D’ailleurs, à l’époque, beaucoup de médias diffusaient ces rumeurs. Pour s’en sortir, Miranda avait été jusqu’à orchestrer publiquement la révélation, par Jenny, de plusieurs scandales et quelques casseroles liées à GeoWeapon Corp. Des à-côtés qui avaient donné lieu à quelques affaires judiciaires et encorné l’image de la mégacorporation, ainsi que son chiffre d’affaires. Jenny avait ainsi pu retourner les rumeurs sur sa collusion avec GWC en passant pour une Grande Sénatrice incorruptible, qui n’avait pas hésité à attaquer en justice la mégacorporation. Un choix qui avait amené à sacrifier pendant des années leur idylle. Sans cela, elles se seraient certainement mariées.

Le fait est que Miranda avait toujours été très proche du couple Moriarty, à tel point qu’elle se demandait parfois si on ne pouvait pas parler d’une relation à trois. La preuve en était que c’était à elle que Jenny s’était adressée pour lui confier son cancer, et aussi envers elle qu’elle avait l’habitude de se doter d’une verge. Avec son corps musclé, Jenny était toujours un régal. Elle avala donc une pilule, et, tout en caressant doucement le corps de Miranda, ses doigts filant dessus, elle la pénétra sèchement. Miranda couina en se retrouvant étalée sur le bureau, son bras renversant un pot rempli de stylos et de fournitures de bureau, les étalant sur le bureau en verre, et sentit la queue de la femme s’enfoncer en elle. Elles allaient baiser habillées, une de leurs spécialités. Avant un conseil sénatorial, dans un couloir, contre un mur, sur le bureau... Miranda et Jenny étaient spécialistes des quickies, mais aussi de longues nuits d’amour.

« Hmmm... Haaaa... !! »

Jenny était toujours aussi énergique dans ses coups de reins, dans ses pénétrations, dans l’intensité de ses coups. Miranda sentait ses mains fermes s’appuyer sur son corps, et, tout en laissant cette dernière la prendre, remonta ses mains, caressant son corps.

« Tu... Hmmm... Il va encore falloir plusieurs mois pour faire le transfert, ma chérie... Haaaa... Pendant ce temps, je crois que... Hmmm... Que je t’amènerai dans une maison de repos... Haaaa... Pour que tu profites pleinement de... Mmmhmmm... De tes derniers mois dans ce corps, haaa... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jenny Moriarty
Humain(e)
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juillet 10, 2018, 09:08:11 »

Une maison de repos ? Miranda était bien touchante, à vouloir garder Jenny pour elle pendant ces derniers mois. Cependant Jenny ne pouvait un seul instant concevoir de rester domiciliée quelque part, à juste se reposer. Certes elle devinait la nature exacte du dit repos – à savoir une cure de sexe et débauche – mais elle ne se voyait clairement pas se retirer aussi simplement de la vie politique. Pas de cette façon. En vérité, elle se voyait se battre jusqu’au bout. Bien entendu elle savait qu’arriver à un certain point elle sera obligée de se retirer. Mise en retrait par rapport aux médias, puis par rapport à la scène politique avant de finir ses jours.

Alors qu’elle était en train de labourer Miranda de toutes ses forces, son bassin remuant très fortement en avant et en arrière, elle songeait. Quelque part, elle avait envie de passer ces derniers mois rien qu’avec Hegeria et Miranda ... Plus particulièrement Miranda, car les choses avaient fait qu’elles avaient presque perdu le contact au fil des années. C’était exagéré mais, les deux femmes se manquaient beaucoup et même si cela pouvait ne pas paraitre correct envers son épouse, Jenny savait à l’avance que si l’expérience réussissait, elle ferait tout pour se faire pardonner ensuite. En attendant elle se concentra sur le moment présent et enfonça donc sa trique toujours plus rapidement et sèchement.

« Mmhh ... Moi en repos ? Haaa ... Hmm – Je ne vais jamais ... Mmm ... Tenir ! » Dit-elle, la voix entrecoupée par l’effort. Jenny se sentait de plus en plus excitée par Miranda et le fait de lui faire à nouveau l’amour réveillait en elle de puissantes, de très puissantes pulsions à son égard. La sénatrice décida de mieux se positionner en venant soulever les jambes de la sublime femme pour les faire reposer chacune sur ses épaules ; de cette façon, elle avait un bien meilleur angle. Raffermissant sa poigne sur les généreuses cuisses de Miranda, Jenny se remit à la labourer mais cette fois-ci avec bien plus d’ampleur ! « HMM ! » Rugit-elle alors qu’elle continuait son rodéo, s’enfonçant inlassablement. Sa trique surchauffait et lui procurait un bien fou. Un bien qu’elle n’avait pas ressenti depuis un certain temps.

Un plaisir immense qui irradiait tout son corps, qui la transperçait de part en part, la poussant à rugir, à râler, à laisser exprimer tout son bonheur et son extase. La féminité de Miranda pompait bien avidement sa queue joufflue et cela pendant de longues et nombreuses minutes, si bien que la sénatrice commençait à suer à force. « Mmmhh ... Haaa c’est si BON ! Haaa – Haaaaaaan Miranda ! » Gémit-elle lourdement, avant d’accélérer subitement. Jenny se concentra puis se mit à mettre toute sa force dans ses coups ; sa trique s’enfonça très profondément en Miranda, à un tel point que ses lourds testicules se faisaient presser contre elle à chaque coup. Le bruitage était bien plus sec et vif, comme si elle était en train de la fouetter. Jenny avait fermement empoigné les cuisses de Miranda pour mieux prendre appui et était en train de la pénétrer avec force, beaucoup de force et de vitesse.

Au bout d’une autre série de longues et nombreuses minutes, la sénatrice ne put retenir plus longtemps sa première cartouche. Miranda parvint à venir à bout d’elle au moment où elle se relâcha complètement, connaissant alors un furieux et puissant orgasme qui la fit éjaculer de toutes ses forces en elle. Un torrent de foutre qui se déversa dans cette intime fente féminine alors que Jenny rugit puissamment, les yeux un peu révulsés et un large sourire satisfait aux lèvres. Mais alors même qu’elle était en train de juter, la sénatrice continua inlassablement ses vas et viens, persistant à sauter Miranda encore et encore malgré son orgasme, malgré sa trique qui commençait réellement à faire mal ... Elle se rendait compte à quel point cette femme lui faisait effet ! S’en était trop, beaucoup trop pour se contenter d’un simple contact entre entrejambes. Jenny gémit puis soudainement, profitant qu’elle était bien bâtie, dégagea les belles jambes de son amante pour venir étaler son buste contre le sien, plaquant, écrasant Miranda contre son bureau.

Puis elle colla ses lèvres aux siennes comme une furie et l’embrassa follement, frénétiquement, profanant sa bouche furieusement pour la tirer de force dans un baiser très endiablé. Un baiser terriblement humide et passionné, qui était rapide, soutenu et très fort. Plus Jenny était collée, lovée contre Miranda, mieux elle se sentait ... Autant dire que ce baiser était donc une parfaite solution pour combler son manque de contact physique ! Ainsi donc, elle l’embrassa tout en continuant de la labourer et ses mouvements provoquèrent des frottements très agréables entre leurs poitrines respectives, qui étaient pressées l’une contre l’autre.

À force de la pénétrer aussi brutalement et puissamment, à force de l’embrasser jusqu’à perte de souffle pour mieux y retourner ensuite, Jenny fut frappée d’un second orgasme, encore plus fougueux et fort que le précédent. Sentant sa queue vider une seconde cartouche de foutre, la sénatrice se crispa et dans un dernier coup de butoir, abattit son bassin de toutes ses forces pour rester enfoncée au maximum tandis qu’elle était alors en train de remplir les entrailles de son amante de sa délicieuse crème ...
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox