banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Choc des civilisations [Kyst & Cata]  (Lu 253 fois)
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« le: Juin 11, 2018, 06:19:40 »

Choc des civilisations


C'était une journée ensoleillée sur la baie de Tokyo. Depuis Seikusu, Catalina Taylor avait rejoint des amis sur un grand yacht luxueux. Direction : le large ! Là où les garde-côtes ne viendraient pas fouiner pour les empêcher de boire, de se baigner ou de consommer et faire ce qu'ils voulaient. A quoi bon être riche si on ne pouvait pas se soustraire à toutes ces contraintes barbantes que le petit peuple acceptait en courbant l'échine de sa naissance à sa mort ?
Le bateau avait tranquillement croisé à travers la baie jusqu'à sa sortie, allumant à pleine puissance ses moteurs bruyants pour arriver au plus vite vers les eaux internationales. Malgré la taille de l'engin, qui faisait la taille d'une maison et trois ponts, totalement dédié au confort et aux loisirs, il traça sur les flots à une vitesse telle que les vagues éclataient à son passage et ses hélices laissaient une traîne d'écume tumultueuse derrière lui. Sur les coups de midi, le capitaine coupa enfin les moteurs pour prévenir ses passagers qu'ils étaient à destination, et que la fête pouvait commencer. C'était une journée fantastique, sans un nuage à l'horizon si on excluait une drôle de tache de nuages orageux pas si loin d'eux. Il faisait beau et chaud, les cocktails et la baignade s'imposaient avant de s'adonner à la danse et au farniente. Les hauts de maillot ne tarderaient pas à tomber, et qui sait ce que la soirée réserverait ?


Ailleurs ...

Les hommes finissaient de ramener la voile. Les rameurs ahanaient en tentant de maintenir le bateau loin de la cote et sur sa quille. Pour échapper à deux galères nexusiennes, Lamnard avait dû se résigner au pire des choix une fois la route du fleuve coupée. Ils avaient poussé droit vers la tempête qui se formait au loin. Leur navire bien conçu et taillé pour toutes les eaux avaient tenu le coup, tandis qu'ils avaient vu une galère se renverser et éclater dans une tornade de planches, de cordes et d'hommes terrifiés, l'autre renonçant et faisant demi-tour. Elle s'échouerait peut-être sur les récifs, ou bien elle rentrerait à bon port pour parler de la tempête et de la disparition de Kystrejfter. Il serait à nouveau tranquille pour quelques semaines ou mois.
S'il survivait ...

Il entendit le bois commencer à craqueler, sentit le pont principal tanguer, menacer de se disloquer tandis que le mat prenait des angles incongrus. Il allait mourir ici.


La Terre ...

Ce fut soudain et brutal. Les nuages noirs d'orage s'épaissirent brutalement, semblèrent dégueuler de l'océan lui-même tandis qu'un torrent de pluie s'abattait à la verticale sur toute la zone. Des éclairs, du tonnerre. Les riches dilettants s'éclipsèrent à l'intérieur, surpris, à la fois amusés et médusés par le phénomène. On n'y voyait goutte, mais bien heureusement cela s'arrêta rapidement, en quelques dizaines de secondes à peine. Le calme revint, les rires et les soupirs se firent entendre.

En tout cas, jusqu'à ce qu'apparaissent les silhouettes d'un mât et d'une figure de proue en bois. Elle figurait un dragon et semblait fumer comme un animal mythique. C'était le clou du spectacle ! Certains passagers s'avancèrent en chuchottant.

C'est là que les grappins apparurent, mordirent la coque du bateau pour s'y accrocher.

Sur le pont principal, Kystrejfter haranguait les troupes.

" J'ignore bien ce qu'est ce navire et ce qu'il fiche ici, mais là où il y a des riches il y a des esclaves à libérer et de l'or à prendre ! A l'abordage ! "

Les pirates débarquèrent. Et quels pirates ! Ils étaient vêtus de tenues de cuir moyen-âgeuses, de fourures, armés d'épées ou de haches d'acier. Il y avait des hommes, des femmes, aux styles étranges. Mais aussi un Orc ; un Orc ?! Et un homme-panthère.

Catalina pouvait assister à tout ça depuis un point relativement sûr à l'écart, tandis que ses amis se faisaient renverser et piétiner par cette marée tout droit sortie d'un nanar à budget hollywoodien.
Cette journée était vraiment une sacrée journée !
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #1 le: Août 04, 2018, 04:14:25 »

« Allez, viens, tu verras, on seras bien ! »

Bon, ce n'était peut-être pas les mots exacts employés, mais c'était l'idée. Et c'est pour ça que la brunette s'était finalement laissée convaincre.

Et c'est ainsi qu'elle se retrouvait à bronzer, alanguie sur un transat, débarrassée du maillot de bain qui avait été de rigueur jusqu'à ce que les eaux internationales soient atteintes. Elle s'étira, comme un chat, profitant de la caresse du soleil sur sa peau nue. Sur ses seins ronds, son ventre plat, ses cuisses fuselées. Elle s'était mise à l'écart, pour l'instant peu intéressée par le sexe débridée que ses amis lui avaient pourtant vanté. Une petite enceinte bluetooth diffusait les quelques musiques qu'elle avait téléchargées sur son téléphone. Il y avait un peu de tout, comme style, du plus classique au plus funk. Et, étrangement, c'est un morceau style "musique de film pirate" qui se jouait quand le ciel déversa sa rage -humide, sonore et éblouissante- sur les insouciants touristes.

Surprise, la brunette resta sous la pluie, sur son transat encore chaud, observant d'un regard curieux la rage des éléments. L'eau ruisselait sur son corps nu, tendant rapidement la pointe de ses seins avec le contraste de sa peau brûlante et du liquide frais. Et tout s'arrêta aussi soudainement que ça avait commencé, les nuages se dispersant, le soleil revenant éclairer le bâtiment immobile. Les passagers, réfugiés à l'intérieur, sortirent à nouveau sur les ponts, riant, insouciants.

La veuve se rallongea, fermant à nouveau les yeux. La musique sortait toujours de la petite enceinte, le téléphone et l'appareil étant à l'abris du soleil dans la case d'une petite table. La pluie ne s'y était pas engouffrée. Mais les cris des autres passagers la poussa à se redresser à nouveau. Derrière ses lunettes de soleil, elle aperçut un autre navire. Une réplique de film ? Un navire pirate ? Elle ne savait pas. Elle ne comprenait pas. Les hommes qui en sortaient étaient aussi dignes de figurer dans des films d'aventure. Leur tenues, leurs armes, leur allure en général... Les hommes, et les femmes ! L'ancienne tueuse à gage en vit quelques unes, à l'apparence aussi aventurière que les hommes. Et... Elle fronça les sourcils. Le maquillage de celui-ci était diablement bien réussi. On aurait dit un Orc. Oh, et un... Euh... Un homme panthère ?

Secouant la tête, éberluée, Catalina remarqua soudain les cris des autres passagers par-dessus sa musique. Elle constata l'aspect féroce des assaillants. Et un doute s’immisça dans son esprit. Ce n'était pas une attraction prévue pour amuser les touristes ? Après tout, le prix était exorbitant, pour venir jusque-là. La brune aurait pu juré que ceci n'était qu'une animation destinée aux sales gosses riches qu'ils étaient. Mais était-ce bien vrai ?

Une pointe d'inquiétude lui serra le cœur. Elle rattacha son haut de bikini, remit le bas, et attacha en un chignon rapide sa crinière brune, ruisselante après la pluie. Elle s'approcha de la barrière qui isolait son petit coin. Elle voulait prévenir ses amis, leur dire de se mettre à l'abris, mais elle était trop loin. Et puis, peut-être qu'elle se trompait. Que c'était un spectacle.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #2 le: Août 07, 2018, 04:54:51 »

La bande de pirates d'outre-monde déferla dans le navire de plaisance comme une vague. En face, il n'y avait presque aucune résistance. Ceux qui se recroquevillaient étaient bousculés et piétinés, ceux qui s'interposaient faisaient la connaissance de l'acier et se vidaient de leur sang et de leurs tripes au sol. Ceux qui restaient immobiles étaient saisis et promptement menottés avec de grosses entraves semblant sortir d'un film sur l'Inquisition espagnole.

L'équipage du yacht était incapable de se dresser contre eux. Une paire d'agents de sécurité en short et uniforme tentèrent bien de s'interposer avec matraques et bombes lacrymogènes de faible intensité. En les voyant, un des meurtriers s'arrêta. Les voyant sans armure, ni acier, il songeait qu'ils étaient les esclaves des maîtres du navire.

" Frères ! Brisez vos chaînes et rejoignez-nous ! "

Les deux Japonais s'adressèrent un coup d'oeil interloqué, puis fondirent sur lui en donnant de la lacrymo et de la matraque. Le pirate toussa et cria, mais ne fut pas incapacité pour autant. Il saisit l'avant-bras de l'un d'eux et le brisa comme une branche, tandis qu'un camarade venait à son secours et plongeait son vouge dans le flanc du second.

Le reste de l'équipage, considérant son salaire comme étant bien peu pour traiter une telle agression, avait déjà fui avec le hors-bord sous le regard de fêtards médusés. Ils étaient seuls face au massacre. De son point d'observation, Catalina pouvait voir toute la scène avec horreur. Ce n'était clairement pas du spectacle. Pour une mystérieuse raison, tout cela se passait vraiment, et ils ne tarderaient pas à gagner l'étage supérieur après avoir pris soin du pont intérieur et de son baisodrome, une salle de danse et de jeux où chaque couchette et cabine était la scène de plaisirs libertins en couple ou à plusieurs.

Lamnard gagna l'étrange cale pour découvrir, décontenancé, la scène orgiaque n'ayant rien à faire dans un espace normalement voué aux réserves et aux rames. Pour tout dire, les fêtards étaient tout autant surpris par l'apparition du grand blond et de sa bande. Croyant un instant à une animation surprise sur le thème médiéval, certains les invitèrent à se joindre à la fête. Dépités, Kystrejfter et ses compagnons avancèrent vers les divers groupes enlacés et imbriqués et poursuivirent leur oeuvre morbide.
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #3 le: Août 07, 2018, 10:07:26 »

Observant le spectacle en contrebas, Catalina semblait tétanisée. Incapable de bouger, incapable de s'enfuir. Fascinée. Effrayée. Elle ignorait si c'était un spectacle, au début, et se rendit finalement compte que, non, ça ne devait pas en être un. Ou alors, ses compagnons lui avaient bien cachés qu'ils jouaient les figurants qui se prenaient une hache sur la tête. Ses doigts se crispèrent sur la rambarde, au point que ses jointures blanchirent. L'équipage fuyait, après que deux agents de sécurités aient vainement tenté de s'interposer.

Le cœur battant la chamade, la brune ne pouvait cependant détacher son regard de ce spectacle effrayant. Et le téléphone continuait toujours sa mélopée épique, inconscient du drame, de la tension qu'il rajoutait à la scène. Les cris parvenaient à percer un peu le son émit par l'enceinte, et le moteur du hors-bord qui s'éloignait tira finalement la veuve de sa contemplation morbide.

Affolée, elle attrapa un châle léger pour en draper ses épaules, et saisit la lanière de ses escarpins aux talons vertigineux. Elle s'empressa de gagner l'intérieur du navire, se souvenant d'un canot de sauvetage rangé contre le bastingage, au cas où. Elle avait peu d'espoir concernant les amis qui l'avaient emmenée ici, mais elle voulait aussi essayer de faire son possible pour les tirer de là. Elle avait juste oublié que pour accéder à ce pont isolé, elle avait dû passer par ce qui avait été surnommé le baisodrome lorsqu'ils avaient fait la visite du navire avant de partir.

Elle se figea net en voyant les pirates, ses prunelles glacées effleurant leurs silhouettes brutales, leurs équipements médiévaux. Des doigts épais se refermèrent sur son poignet droit, et elle cria, surprise. Un mouvement réflexe la poussa à brandir un escarpin par la pointe de la semelle, talon vers l'avant, et à l'abattre sur le bras qui la retenait prisonnière.

L'homme fut sans doute aussi surpris que la veuve, et la lâcha en grondant. Sans perdre de temps, elle rebroussa chemin, glissant parfois sur le sol lisse et trempé (sang, eau, alcool). Elle regagna son pont privé, relativement à l'abri, et verrouilla la fragile porte qui menait à l'intérieur du bâtiment. Elle évalua ses options. Elle pouvait essayer de passer par-dessus la rambarde, et de risquer de se briser une jambe en atterrissant sur le pont inférieur. Elle pouvait escalader, et tenter d'aller plonger dans l'eau depuis le sommet du navire. Mais c'était tout aussi risqué.

Des coups contre la porte à galandage la firent sursauter, un nouveau cri surgissant de sa gorge serrée. Elle bougea le transat, s'efforçant de barrer le passage aux intrus dès lors que le fragile montant en aggloméré aurait été brisé par la force ou par l'acier, et renversa la petite table à ses côtés pour l'ajouter à son barrage de fortune. Le téléphone glissa, jouant toujours sa musique, et elle essaya de le retenir, se demandant si elle captait pour appeler les secours.

Il se coinça sous la rambarde, prêt à passer par-dessus bord et à aller s'écraser en-dessous, tandis que l'enceinte roulait, que l'ancienne tueuse à gage glissa dessus et s'étala de tout son long, sur le dos, à l'opposé du téléphone. Proche de la porte qui céda et de son barrage de fortune. Elle agrippa alors sa chaussure, qu'elle n'avait pas lâché, et la brandit comme une arme.

« Reculez ! Ou... Ou je vous tue ! Lança-t-elle d'une voix proche de l'hystérie. »
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #4 le: Août 08, 2018, 12:57:38 »

Lamnard avait détourné un petit groupe du massacre quand il entendit le récit curieux de cette femme qui avait échappé à Babouk. Elle serait apparue, en petite tenue comme les autres, sans arme ni armure, et serait parvenue à lui échapper en le blessant par magie. Le grand blond avait roulé des yeux en se disant qu'il s'agissait sûrement plutôt d'une arme dissimulée, mais il s'était fait un devoir de partir à sa recherche et tirer les choses au clair. Les ponts du navire étaient maintenant couverts de sang, d'eau et l'alcool de la proue à la poupe, à l'intérieur comme sur le pont principal. Ce mélange de fluides mêlés au verre brisé et à quelques viscères transformait les lieux en une scène d'horreur, digne d'un slasher abominable. Restait un pont qui n'avait pas été visité, le pont supérieur. Sur le yacht aux parois fines, le fatras causé par la tentative de barricade de Catalina attira le groupe directement à sa porte.

Le fragile entrevêchement de PVC et d'aluminium ne fit pas long feu face à des brigands habitués à de lourdes portes de bois renforcées et des herses qu'il fallait déloger en cassant la pierre. Le transat et la table ne firent guère plus d'effet, l'ensemble étant pratiquement projeté dans les airs par les ruées des dégageurs. Deux, trois, quatre puis six pirates à l'allure féroce s'introduisirent dans la cabine, rendant les yeux brutalement bien étroits, la perspective d'une chute mortelle plus douce, et la panique vraiment palpable. Pourtant, par un simple ordre, ils se retirèrent sans dire un mot et laissèrent Catalina seule face à Kystrejfter. Bien sûr, elle ne pouvait pas le connaître et lui ne savait rien d'elle, sinon qu'elle avait probablement blessé un homme avec cette curieuse chaussure. Pour cette raison, il ne la prit pas à la légère.

Il s'avança d'un pas mesuré vers elle alors qu'elle continuait de brandir l'objet de façon menaçante. A bien l'observer, l'escarpin ressemblait plus à un poinçon qu'à une chaussure ; peut-être était-ce vraiment une arme ? Lamnard ne prit pas de risque. Subitement, il fit siffler une de ses haches, frappant le poignet de la veuve avec la partie métallique du manche, contre le plat des lames. ZzzzzCLOK ! La pointe de douleur fit lâcher son arme à la beauté aux cheveux noirs, et, sans perdre son temps après lancé une hache en contrebas, le capitaine aux cheveux blonds la saisit à la gorge, la souleva de terre comme un banal sac de patates et la plaqua au sol.

" Tais-toi ! Où sont les esclaves ? Où est ton trésor ? "

Nul doute qu'elle était la propriétaire du navire. Sa ligne et sa beauté fantasmagoriques n'empêchaient pas de deviner sa mâturité (d'après des standards médiévaux ...), et elle ne pouvait être qu'une femme d'une grande richesse et d'un haut statut pour avoir accès à pareils effets et ne pas avoir souffert du travail. Il comptait bien la faire parler.
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #5 le: Août 08, 2018, 01:24:25 »

Bon sang, la chute sur le pont inférieur paraissait tout à coup attrayante, songeait la veuve en observant les six colosses qui envahirent l'espace devant elle. Elle déglutit, les yeux écarquillés, le souffle court, serrant les doigts autour de l'escarpin. Pour un peu, elle s'évanouirait. Mais elle n'est pas si fragile. Et, bien qu'apeurée, terrifiée même, elle avait assez de cran pour éviter de tourner de l’œil et de se foutre encore plus dans les emmerdes. Au moins était-elle encore vivante, libre, et armée !

Un grand blond, celui qui semblait mener le groupe, donna un ordre. Les autres guerriers se retirèrent, le laissant en tête à tête avec l'ancienne tueuse à gage. Mais elle ne se sentit pas plus rassurée pour autant. Et elle avait bien raison. Elle ne le vit pas venir, ce coup sur son poignet. Le sifflement de la hache lui fit craindre le pire. Mais, heureusement, elle n'était pas mutilée. Un petit cri de douleur franchit toutefois la barrière de ses lèvres tandis que la chaussure quittait l'étreinte de ses doigts.

Il était trop vif. Trop fort. Sans qu'elle ne puisse réagir, après avoir été désarmée, elle se retrouva à nouveau prise au dépourvue, et son dos retrouva le plaisir de cogner contre le sol. Encore mieux ! Sa gorge était désormais prisonnière d'une poigne de fer. Son souffle était court. Et le guerrier blond pouvait certainement sentir son pouls rapide, affolé. Pourtant, alors qu'il parlait, elle semblait se ressaisir. Ce n'était pas la première fois qu'elle était aussi démunie. Et puis, eh ! C'était une tueuse, elle avait aussi du sang sur les mains. Elle ne craignait pas (trop) la souffrance ou la mort.

Elle ne réussit pas à calmer son souffle ou son cœur paniqué. Mais elle put toutefois prendre une expression neutre, voire hautaine, en poussant même l'audace à relever le menton d'un air dédaigneux. Ses prunelles observaient l'homme avec prudence, remarquant ses yeux clairs, ses muscles puissants. Elle déglutit à nouveau, puis souffla quelques mots d'un ton insolent. Elle n'avait rien à perdre, si ce n'est sa vie, après tout. Et si ça devait finir ainsi... Alors soit.

« Faudrait savoir. Je me tais ou je répond ? »

Elle voulu pousser le vice jusqu'à ricaner, mais c'est un petit gémissement pitoyable qui quitta ses lèvres. Ses mains agrippèrent le bras qui la tenait, alors qu'elle tentait de se redresser.

« Pour le trésor, tu peux toujours courir. Pour les esclaves... De quoi tu parles, mec ? »

Elle tente, dans un style peut-être peu approprié, de garder une certaine contenance. Son esprit, lui, réfléchit à toute allure. Des esclaves, vraiment ? De quel siècle venait-il ? De quel monde, peut-être, songea-t-elle en se rappelant Terra. Si cette dernière idée se révélait être exacte, alors elle aurait sûrement l'explication à son étrange tenue, à ce style de pirate qui collait parfaitement avec la musique qui s'élevait encore d'un coin du pont.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #6 le: Août 08, 2018, 01:43:54 »

Contrairement à ce qu'aiment vous faire croire les films d'action, les affrontements prennent souvent fin très vite, et les poings et les armes blanches faisaient plus sûrement des victimes que les armes à feu. Catalina, en ancienne tueuse à gages, savait qu'elle aurait déjà dû mourir. Si Lamnard la gardait en vie, elle savait que c'était pour une raison, car il aurait aussi bien pu lui donner quelques pressions sèches sur la trachée et la laisser s'asphyxier. Mais pour le moment, ses motivations étaient quelque peu obscures pour elle ; et Lamnard ne manqua pas de le réaliser. Sa remarque sur les esclaves le fit hésiter. Elle avait beau tout faire pour l'énerver, l'incitant peut-être à la tuer sous le coup de la colère afin de ne pas avoir à vivre à travers les supplices qu'il pourrait lui infliger, elle semblait pourtant sincère dans ses propos.

Le silence planant brièvement ramena jusqu'à leurs oreilles la musique finissant de jouer sur l'enceinte connectée. Le pirate tourna sa tête dans la direction du bruit et vit le curieux objet d'où elle provenait. Il le considéra, curiosité mystérieuse au milieu d'un navire si incongru et fait de matériaux si fragiles. Jusque là, il n'avait pas vraiment considéré la possibilité d'avoir été ailleurs qu'au large des terres nexusiennes. S'il avait dérivé suffisamment dans cette tempête d'une rare violence, peut-être se retrouvait-il dans les eaux tekhanes ? C'était plutôt une mauvaise chose pour lui. Il redoutait les navires nucléaires et les fusées des étoiles des matriarches. Et s'il était en train d'en agresser une ?

Il était frappé par le doute. Sans aucun doute, Catalina pouvait le voir grâce à sa perspicacité. Il ne la relâcha pas pour autant. Refermant son emprise sur sa gorge, il la redressa et la poussa jusqu'à un angle de la cabine, la faisant suffoquer et la traînant sans attention. Elle était peut-être en train de se moquer de lui. Il ne devait pas se faire avoir, il devait comprendre pour prendre les décisions qui s'imposaient.

" Où sommes-nous ? A qui est ce navire ? Et qui es-tu, toi ? "
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #7 le: Août 08, 2018, 12:26:41 »

L'hypothèse que ce barbare venait de Terra n'était plus si étrange, en y réfléchissant bien. Elle n'y avait pas été souvent, elle n'en avait pas découvert beaucoup, mais du peu qu'elle avait glané, un pirate de cette trempe n'y aurait pas été déplacé. Et, même s'il la menaçait, même si ses hommes avaient fait un carnage parmi les touristes du navire, elle ne parvenait pas à vraiment lui en vouloir. En quelques mots, elle avait plus ou moins compris ce qu'il faisait sur les eaux terranes. C'était un pirate à la recherche de trésor, certes, mais s'il avait mentionné les esclaves, alors elle pensait que c'était pour les libérer. Il n'était donc pas foncièrement mauvais, n'est-ce pas ?

Bon, pour l'instant, rien n'était moins sûr. Elle n'était pas libérée de son emprise pour autant, et ce n'est pas avec sa force dérisoire qu'elle allait le pousser à la lâcher. Heureusement qu'elle s'accrochait à son bras, d'ailleurs, ou le déplacement aurait été plus éprouvant pour sa gorge déjà malmenée. Elle inspirait avec difficulté, et ses prunelles glacées brillèrent un peu plus, légèrement larmoyantes.

« Eaux... Internationales, réussit-elle à souffler, arquant son corps à peine couvert par le bikini et le châle transparent. Compagnie... Maritime... Privée, poursuivit-elle. »

Elle lâcha un petit gémissement douloureux alors qu'elle tentait de bouger, de se libérer de son étreinte. Ses mains remontèrent le long du bras qui la maintenait, venant griffer son biceps, son torse, dans un pitoyable essai pour le forcer à la relâcher.

« Catalina... Taylor. Et... Et toi ? Se présenta-t-elle finalement, après avoir pesé le pour et le contre. »

S'il était de Terra, son nom n'aurait aucune importance. Si c'était un mec qui s'amusait à se déguiser en pirate et à braquer les riches, en revanche, ça devrait lui évoquer une grande fortune. Elle le fixa d'un air de défi, alors même qu'elle n'était pas vraiment en position pour le faire. Elle n'était peut-être pas de taille à se mesurer physiquement à lui, mais il ne fallait pas oublier qu'elle connaissait également des moyens de tuer. Plus subtils, plus féminins. Mais tout aussi mortels.

Elle connaissait aussi des manières de distraire, se rappela-t-elle. Son corps était un atout non-négligeable. Elle sourit faiblement, s'agrippant toujours comme elle le pouvait au barbare, et creusa les reins comme pour se libérer, bombant le torse, exposant sa poitrine à peine couverte.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #8 le: Août 09, 2018, 02:37:14 »

La jolie veuve avait beau se démener, Lamnard ne comprenait pas grand chose à son charabia. International ? C'était quoi, déjà, national ? Il n'en avait fichtrement pas la moindre idée. Il faut dire que Terra, en bon territoire moyen-âgeux, était assez globalement loin de saisir encore le concept de nation. Et quant à la compagnie privée, la seule chose qui lui vint en tête était qu'il s'agissait peut-être d'un groupe armé réservant ses services à un commanditaire. Autrement dit, le tableau qu'il pouvait se faire de la situation était on ne peut plus évasif et erroné par rapport à ce qu'elle était. Quant à son nom, pas la moindre étincelle dans le regard du grand blond, qui continuait de fixer son visage alors qu'elle s'évertuait à faire ressortir ses seins en se cambrant comme elle le pouvait. Le problème, c'était que Lamnard n'était pas spécialement le type débile prompt à tout oublier pour une paire de cuisses ouvertes. C'était un peu pour ça, aussi, qu'il était le chef.

" Kystrejfter. Mais ce nom ne doit rien t'évoquer à toi non plus. "

En effet, pas un signe non plus chez Catalina. C'était pourtant le surnom par lequel on le connaissait dans un espace croissant sur Terra. Il était synonyme d'affaires détruites, de lignées anéanties, de bandes d'affranchis en révolte et d'une menace permanente flottant sur toute communauté un peu riche et esclavagiste installée à moins d'un kilomètre d'un cours d'eau vaguement navigable. A ce stade, Catalina aurait déjà dû deviner qui il était ; mais elle n'en avait pas la moindre idée. Cela lui en disait beaucoup.

Il n'était plus sur Terra.

Il avait entendu des histoires, bien sûr ; des êtres capables de naviguer entre les mondes, des failles invisibles ouvrant un chemin vers un ailleurs si différent de ce qu'il connaissait ... Il avait songé que ces histoires étaient au mieux de grossières inventions destinées à capter l'attention et le cuivre des manants. Mais à présent ... Il leva le visage au ciel et considéra la voûte bleue légèrement étrangère, la façon dont l'eau semblait légèrement différente de celle qu'il avait l'habitude de traverser, et toutes ces choses bizarres qui éliminaient Tekhos comme origine de ce curieux batiment.

Il relâchait la pression sur la gorge de la Terrienne tandis qu'il songeait à ce monde et à ce qu'il représentait, à la perspective que cela apportait à son existence. Il ne faisait plus attention à sa captive.
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #9 le: Août 10, 2018, 02:28:43 »

« Ky- Quoi ? »

Non, effectivement, le nom ne lui évoquait rien non plus. Elle n'était même pas sûre de l'avoir bien retenu. De pouvoir le prononcer. Fronçant les sourcils, la brune se mordit la lèvre, agacée de voir qu'il ne jetait même pas un œil à ses appâts féminins. Pour une fois qu'un méchant ne tombe pas dans le panneau...

Mais était-ce bien un méchant ? De prime abord, on pourrait dire que oui. Mais, son hypothèse se révélant juste, Catalina essayait de relativiser ça. Terra... N'était pas comme la Terre. Du peu qu'elle en avait vu, le système était différent. Un peu médiéval, de ce qu'elle en savait. Alors oui, c'était un pirate. Mais était-ce un pirate "hors-la-loi-mais-gentil-parce-que-la-loi-est-pourrie" ? Ou un pirate "hors-la-loi-qui-pille-qui-viole-qui-tue-sans-remords" ? Elle ne le savait pas. Elle restait donc méfiante. Paniquée, aussi. Son cœur battait la chamade. Elle avait beau essayer de prendre de grandes et profondes inspirations, pour se calmer, ça ne marchait pas.

L'étreinte finit par se desserrer, autour de son cou. Les prunelles glacées de la brune scrutaient l'expression du barbare. Il n'avait pas l'air de s'en être rendu compte. Pour un peu, il aurait pu oublier qu'il la tenait en son pouvoir. Elle en profita. Délicatement, elle retira les ongles d'une de ses mains du bras masculin. Elle risqua un coup d’œil autour d'elle. Derrière lui. Et elle aperçu son escarpin abandonné. Retrouvant du courage, elle inspira profondément. Et elle agit.

Vivement, remonta un genou vicieux entre son corps et celui du mâle. Elle attrapa un doigt, autour de son cou, et tira vers l'arrière, jusqu'à ce qu'elle puisse s'extraire de sa poigne détendue. Et elle plongea, malgré les débris de la porte, du transat et de la petite table. Elle lança sa main droite vers l'escarpin, cherchant à s'en saisir, à retrouver une maigre protection face au pirate.

« Je ne sais pas d'où vous venez. Mais on est plus au moyen-âge, ici. Les esclaves, les trésors à dérober, ça se passe différemment. Vous ne trouverez rien qui vous plaira, sur ce navire, gronda-t-elle, haletante, alors que son plongeon sur le pont lui avait coupé le souffle. »

Et qu'elle était à nouveau allongée par terre avec un viking séduis- Non ! Avec un pirate qui aurait pu lui briser le cou d'une seule pression. Elle grogna, la douleur de sa chute l'empêchant de se retourner pour le moment, de se redresser, mais elle serra la main sur son escarpin, le ramenant contre elle pour ne pas s'en faire délester à nouveau.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #10 le: Août 10, 2018, 03:58:56 »

Lamnard dit Kystrejfter était-il un gentil ? Cela dépendait à qui vous pouviez le demander, cela dépendait de qui vous étiez aussi. Il y a toujours un double tranchant aux engagements comme l'abolitionnisme. C'était une affaire de confrontation parfois mortelle, et il fallait parfois savoir être monstrueux dans ces circonstances. Etait-il un méchant ? Certains vous diraient le contraire. Combien de vies sauvées, de liens délivrés grâce à l'action du Nordique et de ses compagnons de lutte ? C'était le paradoxe de tout révolutionnaire : pour parvenir à mener son action reconstructrice, il devait d'abord détruire, éliminer, briser. Lamnard n'était pas un méchant, non, probablement pas, mais sûrement pas un gentil non plus. Les historiens se chargeraient de régler le débat, peut-être, dans plus de mille ans.

En attendant, il devait faire face à des questions urgentes, incluant la douleur cinglante à son entrejambe et ce qu'il allait bien pouvoir faire de sa prisonnière. Jusqu'il y a à peu près cinq secondes, il réfléchissait à simplement tenter de raisonner et à trouver une solution réciproquement profitable au problème que posaitcette translation involontaire vers un monde étrange, et le bain de sang qui s'était suivi. Maintenant, il voyait rouge. Il se tourna juste à temps pour voir la femme plonger par-dessus la rambarde de la cabine. C'était loin d'être une manoeuvre très avisée, encore qu'elle aurait pu aller se meurtrir les pieds dans le fatras de plastique et l'aluminium encombrant la seule autre sortie possible. Tandis qu'elle s'étalait presque à plat ventre en contrebas, le blond se redressa et, serrant les dents, ignora les piques de douleur dans ses bourses et s'élança à sa suite.

Sautant la rambarde, il atterrit lourdement sur ses pieds en contrebas, enfonçant partiellement le sol peu résistant du pont, juste là, devant Catalina, encore étalée, sonnée, à terre. Une rage violente dansait dans les yeux du guerrier terranien tandis qu'il attrapait Cata par la sangle de son bikini dans sa nuque. En tirant, il fit lâcher le cordon retenant le haut dans son dos, et le corsage remonta sous son menton, lui écrasant la gorge et lui coupant la respiration avant de lui giffler le visage, comme poiur la sermonner de s'être mise en pareil péril. Frustré, le guerrier pirate jeta le petit bout de tissu au loin et l'attrapa par ses beaux cheveux noirs, la tirant sur le pont sans scrupule tandis qu'elle cherchait encore son souffle. Il la traina jusqu'au bord du yacht, et l'attrapa par le cou à nouveau pour la soulever d'un bras contre la rambarde. Il allait la projeter par-dessus bord, un peu à regrets vu le plaisir qu'il aurait aussi pu tirer d'elle, quand ...

Ses yeux s'égarant enfin vers sa poitrine dévoilée, ferme et galbée, tranchant avec sa taille fine et bien assortie à ses lignes musclées, il découvrit l'arme étrange dissimulée entre ceux-ci. Il eut un moment d'hésitation.
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #11 le: Août 10, 2018, 12:03:17 »

Elle avait les yeux fermé. Le souffle coupé. Ce n'était vraiment pas une bonne idée d'avoir ainsi plongé. Mais, au moins, elle était de nouveau armée. Si tant est qu'elle puisse s'en servir contre le pirate. Ses doigts s'étaient recourbés sur l'escarpin, comme s'il était sa dernière chance de survie. Le son de l'homme la rejoignant fut très audible. Le pont trembla, même, sous le poids de la détermination du guerrier. De sa rage. Catalina eut l'impression que son cœur allait sortir hors de sa poitrine. QU'il allait jaillir, déchirant ses côtes, tant il battait fort. Elle était une ancienne tueuse, oui. Mais, putain, elle les prenait en traître, ses victimes. Elle était sournoise. Elle profitait de leur état somnolent après l'orgasme. Elle ne se jetait pas tête la première dans une bagarre de rue.

Cherchant à reprendre son souffle, à se retourner sur le dos pour pouvoir se défendre, la brune gémit. Elle serrait si fort les doigts contre la chaussure que ses jointures étaient blanches. Mais elle ne parvenait pas à trouver la force en elle pour bouger. Et l'homme fut sur elle. Un hoquet lui échappa, quand il s'attaqua à son haut de maillot de bain. Ce dernier, peu résistant, absolument pas fait pour protéger son porteur comme une armure, céda rapidement. Et la veuve ne put rien faire d'autre que de serrer les dents, avant que sa crinière soit la nouvelle cible, que sa gorge revienne profiter de l'étreinte brutale du viking. Cherchant son souffle, sous les doigts d'acier de son tourmenteur, elle s'agita. Une main resta contre elle, plaquant l'escarpin au talon meurtrier entre ses seins. L'autre s'accrocha à nouveau au bras masculin, cherchant à soulager la pression, alors que son corps venait se plaquer violemment contre le bastingage. Il allait la passer par-dessus bord !

Bon, en soi, ça ne la dérangeait pas trop. Elle savait nager. Elle savait flotter. Mais les côtes les plus proches étaient trop loin pour qu'elle puisse les atteindre à la nage. Elle mourrait d'épuisement avant d'y arriver. Son regard dériva sur les flots, tapis de saphir en contrebas, avant de revenir sur le barbare. Qu'elle surprit à regarder sa poitrine. Déglutissant difficilement avec la main qui broyait sa trachée, Catalina resserra l'étreinte sur la chaussure, levant le bras, s'apprêtant à l'abattre sur l'homme. Elle s'arrêta. Il la tenait contre le bord. Il pouvait très bien la pousser alors qu'elle le frappait.

Grondant sa frustration, fébrilement accrochée au bras de Kyste- Kystje- Bref. Fébrilement accrochée au bras du pirate, la veuve laissa son bras retomber le long de son corps. Sans lâcher la chaussure. Mais elle préféra venir entourer la taille de l'homme avec ses jambes, nouant ses chevilles dans son dos, espérant que ce serait suffisant pour ne pas tomber s'il cherchait à la pousser. Elle serra les cuisses autour de lui, se plaquant contre son bassin, contre ses bijoux malmenés un peu plus tôt.

« Ne me lâchez pas... Je vous en prie, souffla-t-elle laborieusement, l'étreinte de ses doigts se relâchant finalement sur l'escarpin. »

Ce dernier tomba au sol avec un bruit mat, et la brune profita de sa main libre pour s'accrocher désespérément au bras qui la maintenait, cherchant à desserrer la pression autour de sa gorge, tout en s'accrochant à lui.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #12 le: Août 11, 2018, 01:43:30 »

   Lamnard s'attendait vraiment à être poignardé, ou plutôt escarpiné. Cette curieuse arme-chaussure s'était révélée somme toute redoutable entre les mains de la beauté aux cheveux noirs, mais elle n'en avait rien fait. Le pirate craignait vraiment de se faire planter dans l'oeil, ou dans une tempe, et de souffrir d'une blessure potentiellement mortelle. Cependant, de façon inattendue, Catalina avait fini par décider de ne plus lutter. Elle implora la clémence de son séquestrateur, craignant certainement, avec justesse, qu'elle ne survirait pas à un séjour prolongé dans les eaux somme toute froides du Pacifique Nord dans cette tenue. La question de pouvoir nager si loin ne se posait même pas vraiment en bikini. La question était plutôt : combien de temps avant l'hypothermie ? Ses jambes vigoureuses serrées autour de son bassin, leurs entrejambes collées, elle démontrait en outre une flexibilité et une énergie qui éveillaient l'intérêt du grand blond tandis que leurs sexes pouvaient se sentir l'un et l'autre à travers leurs tenues fines.

   Très bien, il ne la lâcherait pas vers une noyade certaine. Mais il devait bien se dégager d'elle. Il chercha à écarter ses jambes avec une main, mais c'était peine perdue, car elle avait bien trop de force pour un seul bras. Il songea à dégager le bras saisissant sa gorge, mais il craignait encore une contre-attaque surprise comme le coup du genou. S’écartant de la rambarde et du bord du navire, il lutta un instant avec elle. Soufflant sans dire un mot, les deux individus restèrent vissés l’un à l’autre brièvement, mais le poing libre du pirate finit par s’élever et s’abattre sur le foie de la veuve, lui arrachant un cri de douleur étouffé et la forçant à se relâcher sous le choc, s’écrasant sur le pont en se tordant de douleur. Lamnard soupira de soulagement tout en examinant la peau rougie de ses flancs, et fut rejoint sur ces entrefaites par plusieurs membres de son équipage, à la tête desquels un homme élégant et barbu aux poils noirs.

« Ô mon capitaine ! Une prise facile, quoi qu’un peu bizarre. On ne serait pas tombé sur des mégères de Tekhos quand même ? »

« Non, c’est moins grave ; et bien pire. Quels sont les comptes ? »

« Trois blessés chez nous, beaucoup de morts et de bobos chez eux. L’affréteur du bateau et sa godiche sont prisonniers pour rançon. »

« Tu es sûr que c’est lui ? »

« Il n’arrête pas de nous répéter qu’il est le patron sur son rafiot, et qu’il va tous nous faire … euh … gazer ? »

« Je vois … Garde-les au frais dans nos cales. Ils pourraient se révéler utiles. Pas de rançon, malheureusement. Je vous expliquerai. »

« Et elle, on en fait quoi ? Tu veux que je m’en charge ? » proposait-il en se léchant les lèvres en la fixant.

« Non, Claude. Qu’on me l’enferme dans un de ces lupanars clos, dans la cale. Je n’ai pas décidé son sort. »

« C’est toi le chef, chef. Au fait ! Olgiar te cherche. Il me dit qu’il a un truc génial à te faire voir. Je l’ai rarement vu aussi excité, le Nain. »

   Lamnard hocha la tête et redressa Catalina, toujours en simple bas de bikini, en l’attrapant par la nuque, avant de la projeter dans les bras tout aussi fermes et curieusement sécurisants de ce Claude. L’homme en chemise de lin et pantalon de cuir la conduisit à travers le baisodrome, encore inondé de sang et d’alcools sur lesquelles elle glissa et trébucha plus d’une fois. Le reste des agresseurs étaient en train de dégager les cadavres des lieux, mutilés et méconnaissables. En arrivant aux cabines, elle put entendre son ami en train de crier, put tenter de l’appeler, mais elle fut balancée dans une cabine vide, enfermée, et les deux autres survivants se firent presque tout de suite embarquer, leurs cris s’éteignant bientôt.
Journalisée

Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 591


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #13 le: Août 11, 2018, 12:43:15 »

Craignant qu'il ne la pousse par-dessus bord, malgré son apparente résignation, la brunette s'accrochait férocement au viking. Comme on dit, entre deux maux... Et pour l'instant, le guerrier lui apparaissait comme le moindre mal comparé à un bain glacé et un risque d'hypothermie élevé. Elle se cramponnait à lui, résistant à ses tentatives pour la faire lâcher prise. Et puis, au final, lutter contre lui s'avérait plutôt... Pas désagréable. Les dents serrées, se concentrant pour garder ses prises, elle fut cependant prise de court lorsqu'il la frappa.

« Ah ! S'exclama-t-elle, relâchant toute pression de ses jambes et de ses bras dans un réflexe pour se recroqueviller. »

Chutant brusquement, brutalement, sur le pont, la belle se roula presque en boule, haletante, ses dents serrées laissant s'échapper des petits gémissements plaintifs. Concentrée sur sa douleur, elle ne chercha pas à se redresser, à courir vers le canot gonflable. Mais elle capta des bribes de la conversation qu'ils avaient au-dessus d'elle. Tekhos, ça ne lui disait rien. Mais c'était sûrement une contrée du monde dont ils venaient. Le compte des morts et blessés, par contre, la tétanisa. Elle se demanda un instant si le coup de talon donné à l'un des pirates comptait comme une blessure, mais secoua vite la tête, tentant de se redresser pendant qu'ils discutait encore.

Relevant la tête, elle dévisagea le nouveau venu au travers les boucles brunes qui couvraient son visage. Il n'était pas vilain, à l'instar de son capitaine. Elle croisa son regard, déglutissant en le voyant se lécher les lèvres, et se raidit en entendant ce qu'ils disaient. Par "lupanar clos", il voulait sûrement dire l'une des cabines privées du "baisodrome" du navire. Un petit gémissement lui échappa de nouveau alors que le capitaine la saisissait par la nuque. Suivit d'un petit hoquet alors qu'elle était projetée contre le brun Claude. Ce dernier la rattrapa, et l'entraîna aussitôt vers l'intérieur du vaisseau.

La veuve grogna en se cognant contre des débris, en glissant sur le sang et l'alcool répandu au sol, s'accrochant presque désespérément au bras de son geôlier pour ne pas s'étaler par terre. Et c'est bien à contrecœur qu'elle se laissa coller contre lui. Il l'aidait à tenir debout, mais il allait quand même l'emprisonner. D'ailleurs, elle recommença à paniquer en approchant des cabines. La voix d'un ami lui fit tourner la tête, et elle freina des quatre fers (enfin, autant qu'elle le pouvait) pour essayer de se dégager, d'aller le rejoindre.

« Non, laissez-moi, je vous en prie, supplia-t-elle devant la poigne intraitable de Claude. Ne leur faites pas de mal. Pas plus... Je ferais ce que vous voulez, j'vous en prie ! »

Mais ses suppliques étaient vaines, et elle se retrouva bientôt enfermée. Les cris se turent, et il n'y avait plus que le bruit des marins qui traînaient les cadavres pour les enlever.

A genoux sur le sol, l'ancienne tueuse à gage reprenait son souffle, le cœur serré. Ses prunelles glacées observèrent autour d'elle. Elle n'y voyait pas grand chose, dans l'obscurité de la cabine. Elle tâtonna, se relevant doucement, et s'approcha de la porte. Ses doigts fins ne tardèrent pas à trouver l'interrupteur, et elle éclaira sa prison en appuyant dessus. Ils n'avaient pas détruit le générateur, c'était déjà ça. Elle modula la lumière, qui se tamisa progressivement, pour ne pas que la lueur se remarque tout de suite sous la porte, depuis l'extérieur.

D'un air un peu dégoûté, elle retira les draps de la couchette. Ils étaient pleins de sang, mais pas que. Des traces blanchâtres, gluantes, maculaient certaines parties. Elle n'avait aucun doute sur leur provenance.

Elle fourra les draps dans un coin de la petite cabine, et se pencha, cherchant sous le lit quelque chose qui pourrait lui servir d'arme. Au cas où. Mais il n'y avait rien. Elle balaya des yeux l'intégralité de la cabine, s'attardant à peine sur un coffre encastré et camouflé dans le décor. Elle n'avait pas fait la visite. Elle ignorait donc les "petits jouets" qu'il recelait. Un soupir de dépit quitta ses lèvres.

Un peignoir, aussi léger que son châle l'avait été, aussi transparent, était accroché sur une patère. Elle l'observa un instant, et haussa les épaules. Ce serait toujours ça de pris. Elle s'en couvrit donc, serrant la ceinture au niveau de sa taille, et se retourna vers la porte. Elle poussa, frappa, essayant de l'ouvrir. La porte n'aurait pas résisté à un assaut des pirates, mais elle demeurait, de façon frustrante, imperméable aux tentatives de Catalina.

« Mais bordel, laissez-moi sortir ! Finit-elle par crier. Je vous en prie ! »
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Lamnard Kystrejfter
Humain(e)
-

Messages: 295


Chegnar Guevaring


Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien esclave nexusien, c'est un orateur et un mystique, fort et agile, qui a pris les armes contre ses maîtres et suit depuis la voie d'un homme libre.
Un temps résident de Son'Da, il a quitté la ville pour mener sa lutte personnelle contre les esclavagistes, écumant côtes et cours d'eau par bâteau.
« Répondre #14 le: Août 13, 2018, 01:35:08 »

   Kystrejfter finit par revenir. Il n’avait été occupé qu’un instant, mais pour Catalina, qui devait s’interroger sur son sort et angoisser dans sa cabine emplie d’odeurs de sexe, le temps avait dû paraître bien long, et même interminable. Quand Claude tira son épée hors du cadre de la porte pour la débloquer, le son dut éveiller en elle autant de terreur que d’espoir. C’était une situation très complexe émotionnellement, qui avait produit certains des traités de psychologie les plus marquants et défié les limites du raisonnement humain. En ancienne tueuse, Catalina devait sûrement avoir une tolérance élevée à la pression et à la peur, mais elle avait déjà été sérieusement éprouvée aujourd’hui. Pour autant qu’elle le sache, tout le monde sauf deux autres et elle étaient mort à bord ; enfin, les deux autres, elle, et les types partis avec le hors-bord. A bien y réfléchir, ces types étaient sans doute leur dernier espoir. Quand ils seraient arrivés à bon port, ils préviendraient la police, les autorités enverraient une frégate, et ces sales pirates terraniens armés de bric et de broc se feraient limer l’anus par du 20mm.

   Mais pour ça, il fallait attendre, et survivre. Catalina avait tenté la résistance, sans la moindre réussite. Le charme n’avait guère eu d’effet, mais … C’était peut-être mieux que rien après tout. Parviendrait-elle à s’acheter du temps avec de la pitié et des yeux doux ? Lamnard lui donnerait l’occasion de trancher rapidement.

   Le capitaine pirate, grand, cheveux blonds, bouc tressé, tatouages tribaux et pantalon de cuir, entra sans armes. Il avait retenu les talents de combattante de Catalina et ne souhaitait pas lui donner l’occasion de le surprendre une fois de plus ; même si cela eut été une peine de mort assurée pour elle, pour sûr … Ça voulait probablement vouloir dire aussi qu’il ne venait pas la tuer ? Il aurait pu la tuer avec ses mains, cela ne faisait plus de doute entre eux, mais une arme était une solution plus rapide, plus sûre et plus civilisée par certains côtés. Effectivement, il aurait emmené une arme s’il avait dû la tuer ici et maintenant ; et il lui aurait donné l’occasion de la voir en face et de ne pas trop en souffrir. Il aurait probablement tranché sa rate ou ouvert ses reins, ou coupé la trachée et planté sa carotide, des méthodes très rapides pour vider une personne de son sang en peu de temps. Il était d’ailleurs notable de remarquer que, malgré son peu de protections, le Nordique portait sa ceinture cloutée haut ; justement pour protéger ses reins et son aine.

   Une fois arrivé dans la pièce, l’espace relativement étroit se fit presque claustrophobique, mais il ne laissa guère à Catalina le temps de s’inquiéter et de douter excessivement. Il se mit à parler presque immédiatement.

« D’après mon second, avec du carburant celkhan et son expertise nous pourrons réquisitionner ce bâtiment. En échange, nous libérons ton ami et sa compagne. »

   Des espèces de pirates moyen-âgeux s’emparant d’un yacht hors de prix du XXIe siècle ?! Oui, c’était possible sur Terra, où les écarts technologiques étaient élevés et les options nombreuses pour qui se donnait les moyens d’obtenir ce qu’il voulait. Une bonne partie du trésor des raids risquait de passer dans la réfection et la mise en service de ce navire, mais il était rapide, plus solide qu’on l’imaginait et capable de subir des renforcements, et autrement plus pratique pour un pirate qu’un drakkar, aussi grand soit-il. Le Nain avait convaincu son capitaine dès qu’il avait parlé des possibilités de cette machinerie complexe. « Rien d’inédit au monde, mais plus besoin de craindre la flotte nexusienne, » avait-il dit immédiatement ; pas grand-chose, mais tout ce qu’il fallait dire.

« Tu te demandes peut-être ce qu’on va faire de toi. Et bien, n’étant pas esclavagiste, je me vois mal t’arracher à ton monde pour te garder prisonnière ; mais tu n’as rien de valeur pour moi, et je suis aussi un homme d’affaires. »

   Prononçant ces mots, il avait avancé vers elle, la forçant à la retraite au fond de la cabine, contre le mur puis contre le lit, où elle trébucha et se retrouva assise, se demandant sûrement si ses espoirs avaient été trop rapides, s’il venait lui expliquer qu’il allait organiser son exécution publique. Le guerrier avança une grande main vers la belle brune et la plongea dans ses cheveux noirs à l’odeur fruitée. Il soupira en sentant leur texture soyeuse entre ses doigts et la déshabilla du regard dans le même temps. Inutile de deviner le mouvement de son entrejambe dans ses braies pour savoir à quoi il pensait. Il ne pensait pas à une exécution. Il pensait à son corps vif et galbé et à ses soins sans commune mesure en son monde, et il pensait aux plaisirs que ce corps pouvait prodiguer.

« Quoi qu’il en soit, il y a une solution pour tout problème, » murmura-t-il comme pour s’assurer que son propos était bien compris par la veuve.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox