banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La Traque [Garo]  (Lu 1101 fois)
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #30 le: Mars 25, 2018, 09:03:17 »

*Il faut que je le retrouve…
Pour quelle raison ? Vu dans quel état tu as fini lors de votre dernière confrontation, ce n’est vraiment pas prudent, Sarah. Si j’étais toi, je chercherais plutôt à foutre le camp d’ici fissa !
Il est lié à cette attaque terroriste… Une panne générale du réseau électrique qui dure si longtemps, ce n’est pas normal, et même lui n’est pas en mesure de faire une telle attaque. J’ai un très mauvais pressentiment.
Je maintiens que c’est risqué. L’endroit est en pleine explosion, et les Escadrons Noirs ne te feront pas de cadeau, Sarah !
*

Sarah écoutait silencieusement sa voix intérieure, sans pour autant donner suite. Elle pouvait se montrer très têtue, et l’enquête n’était toujours pas finie. GWC avait joué à la roulette russe, cantonnant la police au rôle d’observatrice pendant qu’elle déployait sa GeoArmy pour malmener leur sujet prétendument en fuite. La théorie du chaos avait trouvé à s’appliquer, et ce qui devait être un exercice en terrain réel avait dégénéré en plein chaos. Leur sujet était en fuite, Starlight, leur super-combattante invincible, était partie, et la GeoArmy était également en plein désarroi. Dans ce chaos global, le premier réflexe de n’importe quelle personne sensée aurait été de partir… Mais ce n’était pas l’opinion de Sarah.

Il se passait quelque chose de grave ici, de suffisamment grave pour plonger la ville dans le chaos, et elle devait retrouver la seule piste qu’elle avait. Sortant de l’immeuble, Sarah laissa les Royal Bears au combat avec les Black Squadrons, et remit son heaume. Pezzini savait que le Witchblade était un artefact très puissant, et entreprit d’utiliser les fonctionnalités avancées de son armure, notamment des capacités d’analyse renforcées. Indéniablement, l’artefact n’était pas conçu pour une utilisation passive, et était autant une arme défensive qu’offensive. C’est par ce biais que sa visière repéra, le long du mur, une trace ensanglantée. Auvu de leur précédent affrontement, le Witchblade avait déjà eu le sang de Garo sur lui, et avait eu l’occasion de l’analyser, et de le stocker. C’est ainsi que Pezzini repéra sa proie.

*Parfait… Il est blessé, donc il va laisser des traces.*

Poursuivre sa cible au milieu de ce chaos ambiant n’était pas aisé. Les locaux continuaient à affronter les Escadrons Noirs, et Sarah quitta la ruelle, suivant les pistes de son ennemi, évitant autant que possible les escarmouches. Pour cela, le Witchblade se camouflait, sa couleur argentée devenant plus sombre, adaptant les tonalités ambiantes. Prudente, Pez’ finit par grimper le long d’une gouttière, et rejoignit un toit. Là aussi, les choses n’étaient pas calmes, car il était fréquent que des casseurs se rendent sur les toits depuis des escaliers de service, et ne jettent des explosifs ou des bombes incendiaires.

Depuis le toit, Sarah put néanmoins voir le cœur de la ville, les immenses hyper-ciel, gratte-ciel colossaux qui s’enfonçaient jusqu’au ciel. Et, là, elle vit que le courant était revenu dans ces bâtiments.

*Tout se remet en marche…*

Raison de plus pour se presser ! Reprenant sa traque, Pezzini s’avança, et rejoignit le cœur du ghetto : la Forteresse. On appelait ainsi dans la police ce conglomérat de bâtiments, de containers, de cours et de ruelles. La Forteresse était le cœur du Red Corner District, le siège du criminel le plus influent des lieux : le « Red King ». La police ignorait encore son identité, le Red King n’agissant que par le biais de lieutenants. Il contrôlait tous les gangs du ghetto, allant des Red Boobs aux Royal Bears, organisant régulièrement entre les différents chefs de gang des réunions.  On appelait ça le « Conclave », et c’était à cette occasion que le Red King, toujours par l’intermédiaire de ses seconds, administrait les gangs, et sermonnait ceux qui ne remplissaient pas leurs objectifs économiques.

La Forteresse était un lieu hautement défendu, avec un épais mur, et de nombreux gardes. En ce moment, c’était probablement le seul lieu du ghetto qui soit à même de repousser les Black Squadrons, et c’était sûrement ici que les Escadrons Noirs convergeaient, profitant du chaos ambiant pour détruire cette place forte du crime organisé.

*Le Red King s’est sûrement montré trop gourmand…*

Beaucoup de théories circulaient au sein de la police sur le fait que les pouvoirs publics laissaient ce genre d’individus en place. Mine de rien, la présence du Red King, si elle permettait de structurer les activités criminelles du ghetto, permettait aussi de les réguler. D’ailleurs, certains au bureau affirmaient que le Red King n’existait pas vraiment, et que, si la police n’enquêtait pas trop sur lui, c’était précisément pour éviter d’apprendre qu’il était soutenu par les autorités légales.

Sarah se tenait depuis un toit, et vit que les forces locales étaient sur le pied de guerre, mettant des barrages, et chargeant de puissantes armes.

*Et il est passé par là…*

Pezzini pouvait remonter la trace de son adversaire, et bondit en avant, rejoignant le toit d’un container. Elle inspecta les environs, jusqu’à trouver les traces de sa cible, remontant le long d’un mur, et bondit encore, rejoignant sans difficulté le balcon. L’homme avait discrètement ouvert la porte, et Sarah rentra à l’intérieur. Elle regarda lentement autour d’elle, sans voir quoi que ce soit, et se déplaça prudemment, avant d’entendre le bruit de l’écoulement de l’eau.

*Hum…*

Sarah hésita sur ce qu’il fallait faire. L’affronter ? C’était prendre le risque d’attirer sur eux toute une armée. Plusieurs bougies permettaient d’éclairer les lieux, et elle finit par rétracter son armure, tout en cherchant dans les coins. Sarah récupéra finalement un pistolet dans un meuble, le chargea, ôta le cran de sûreté, puis se rendit dans la salle de bains, rapidement, en pointant son arme sur le visage de l’homme.

« Je vous déconseille de faire quelque chose de stupide ! » lança-t-elle rapidement.

Ton sec et dur, mais Sarah ne fit pas feu.

« On peut dire que vous m’aurez donné du mal… »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #31 le: Mars 26, 2018, 11:55:20 »

La mousse recouvrait petit à petit l’eau trouble stagnant au fond de la douche alors que Garo nettoyait son corps de la couche de saletés et de sang qui le recouvrait. C’était un travail lent et laborieux car le jeune homme se tenait d’une main contre la paroi de la douche, et passait le savon sur son corps martyrisé de l’autre. A intervalles réguliers il devait également faire des pauses et se faire violence pour ne pas s’écrouler. Mais il avait bientôt terminé : grâce à ses capacités extraordinaires de récupération, ses blessures avaient cessé de saigner, à l’exception de la profonde plaie à sa main droite. Il n’avait plus qu’à finir de se rincer, bander sa main et enfin il pourrait aller s’allonger. Il n’aurait probablement pas beaucoup de temps mais s’il pouvait se reposer une heure, rien qu’une petite heure ..

« Je vous déconseille de faire quelque chose de stupide ! »

Garo se crispa soudainement. Sa main se referma sur le morceau de savon, menaçant de le faire éclater. Merde, il n’avait rien entendu venir ! Le fugitif tourna lentement la tête par dessus son épaule et fut surpris de voir la policière, qu’il avait laissé au garage des Royal Bears, dans son dos. Comment avait-elle fait pour arriver à le suivre ? Étrangement, son armure ne recouvrait plus qu’une partie de son corps : apparemment elle ne le considérait plus comme une menaçe, ce qui l’irrita profondément, mais il fut plus écoeurer encore de voir qu’elle le tenait en joue avec une vulgaire arme à feu. Cela lui donna envie de vomir.

« On peut dire que vous m’aurez donné du mal… »

Garo eut un rictus moqueur. Sans se retourner, il coupa l’eau de la douche et il se redressa avant de répondre à la jeune femme d’une voix rauque :

Ha ? Et tu comptes ouvrir le feu dans ce.. nid de frelons ?.. Finir deux fois inconscientes ne t’a pas suffit ? … Tu as vraiment envie qu’ils finissent le boulot .. cette fois ?

Mais le rictus de Garo se transforma soudain en une violente grimace alors qu’une souffrance terrible explosait dans sa poitrine. Si les saignements avaient presque tous cessés, ses blessures étaient graves : son corps ravagé comptait de multiples fractures et des lésions internes importantes à certains de ses organes. Il avait également perdu beaucoup de sang... Garo se détourna aussitôt, les dents serrés, pour que la jeune femme ne voit pas son visage ravagé par la douleur : il haïssait montrer une telle faiblesse, c’en était trop pour son orgueil ! Il aurait tout donné pour que la policière disparaisse et n’assiste pas à ce spectacle ! Le jeune homme laissa tomber le savon qu’il tenait encore et s’appuya à deux mains contre la paroi humide, respirant avec difficulté, luttant contre la fièvre et la douleur, et mit plusieurs secondes avant de reprendre un semblant de contenance. Il lança ironiquement, à la jeune femme qui se tenait toujours derrière lui :

Tch !.. Si pressée de m’affronter à nouveau ?.. Quand j’ai dit que la prochaine fois .. ça serait toi et moi, seul .. Je ne pensais pas aussi tôt, hé !

Mais même aux oreilles de Garo, ses paroles sonnèrent faux. C’était celles d’un être acculé qui ne voyait aucun moyen de s’en sortir et qui ne pouvait qu’essayer de gagner du temps. Le jeune homme s’assombrit : il tenait à peine debout, était-il capable d’éviter une balle dans son état ? Il en doutait. Mais ce n’était pas sa seule incertitude : il ne savait toujours pas si la policière faisait partie de la GEFT, ni quelles étaient ses intentions.. Garo ferma les yeux un instant, poussa un grognement, puis daigna enfin se retourner vers la jeune femme, exposant son corps meurtri et nu, ruisselant encore d’eau. Se tenant toujours d’une main contre la paroi de la douche, il demanda durement, du ton de ceux qui n’ont plus rien à perdre :

Qui es tu ?.. Et que veux-tu ?
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #32 le: Avril 03, 2018, 01:08:44 »

Sarah constata rapidement que son adversaire avait du mal à tenir debout. Finalement, il n’était donc pas immortel... Le doute était permis, à force ! Pezzini l’avait traqué d’un bout à l’autre du Red Corner, avait frôlé la mort deux ou trois fois, défié des gangs sauvages et meurtriers, et avait même affronté les Black Squadrons ! Elle se retrouvait maintenant au cœur de la Forteresse, tandis qu’une nouvelle lutte, particulièrement âpre, s’annonçait dans cet endroit. Sarah avait tout intérêt à ne pas être là quand le courant finirait par revenir ! Mais, pour l’heure, elle était intriguée par cet homme. Il était clairement lié à tout ce qui venait d’arriver ici, même si elle ignorait encore dans quelles proportions... Elle savait qu’elle avait l’air un peu ridicule avec son arme à feu, et qu’un combat entre eux ne serait sûrement pas une bonne idée, tant pour lui que pour elle. Cependant, son adversaire n’était clairement plus en état de se battre. Il avait de multiples plaies sur le corps, et semblait à bout de souffle.

*Touche-le...* glissa une voix dans sa tête.

Pezzini fronça les sourcils, et continua à le tenir en joue avec son arme, un réflexe un peu superflu. L’homme n’était clairement pas hostile, et elle s’écarta prudemment, arrivant sur le palier de la salle de bains, louchant brièvement sur ses formes... Et rougit brièvement devant son corps musclé et bardé de coupures. Une vue qui la stimulait, mais elle savait qu’elle était, en ce sens, influencée par le Witchblade. L’armure était dangereuse, jouant sur ses pulsions, mais elle ferma les yeux, luttant contre ce sentiment confus qui naissait en elle, et lui répondit ensuite :

« Je suis Sarah Pezzini, policière de Tekhos... Et vous, vous êtes un criminel en fuite, et je... »

Elle vit soudain son pistolet s’illuminer, se recouvrant de fins tissus argentés. Sarah fronça les sourcils, en constatant que le Witchblade n’en faisait encore qu’à sa tête, et relâcha le pistolet. L’arme à feu tomba sur le sol, et Pezzini cligna des yeux.

*TOUCHE-LE !*

Sa main s’illumina alors, et elle se déplaça alors, réagissant à l’ordre impérieux de la voix en elle. Sa paume se recouvrit d’une texture argentée, et elle la posa sur le torse de Garo. L’homme était bien trop blessé et fatigué pour pouvoir la repousser, mais, alors qu’il aurait pu s’attendre à une attaque, une saine et douce chaleur envahit son corps. Le Witchblade prouvait encore ses capacités multiples, allant de capacités offensives à des capacités de soutien. C’était tout simplement de la magie blanche, et elle soignait Garo.

La lueur blanche s’échappant de sa main s’agrandit encore, devenant de plus en plus éblouissante... Et, quand Sarah retira enfin sa main, toutes les blessures de Garo avaient disparu.

*Pourquoi ? Pourquoi j’ai fait ça ?!
Il n’est pas ton ennemi, Pezzini... Et je refuse de laisser un adversaire de valeur blessé devant moi.
Il a failli me tuer !
C’est bien la preuve que tu manques d’entraînement...*

Sarah observa l’homme silencieusement, fronçant les sourcils, et sortit de ses pensées.

« Maintenant, à votre tour. Si vous ne voulez pas que je vous passe par la fenêtre, dites-moi qui vous êtes, pourquoi le GEFT vous poursuit... Et comment vous avez fait pour créer ce black-out général. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #33 le: Avril 06, 2018, 11:58:46 »

À la seule lueur des bougies et à travers sa vision ensanglantée, Garo discernait bien mal la jeune femme, mais elle semblait inexplicablement confuse. Ce sentiment se vit confirmer par les paroles hésitantes de la dénommée Sarah, quand soudain elle s’interrompit au beau milieu de sa phrase et lâcha son pistolet qui s’était brusquement illuminé !

Respirant toujours aussi difficilement, le jeune homme haussa un sourcil. Il ne comprenait rien à ce qui se déroulait sous ses yeux ! Etait-ce la fièvre qui le faisait délirer ? Sans prévenir, la policière se dirigea droit sur lui et leva une main qui brillait à son tour d’une lumière éclatante. Garo se raidit, mais elle avait déjà posé sa main sur son torse avant que son corps meurtri n’ait eu le temps de bouger !

*Merde !*

Alors que le jeune homme croyait sa dernière heure arrivée, une douce chaleur se propagea dans la totalité de son corps et la lumière s’intensifia jusqu’à l’aveugler totalement : pendant quelques instants son univers ne fut plus qu’un paradis paisible d’une blancheur immaculée !
 
Puis la lueur déclina et Garo rouvrit les yeux, sans savoir s’il s’était écoulé des secondes ou des heures. Stupéfié, il réalisa que la douleur et la fièvre avaient disparu. Sa vision était également redevenue aussi claire et perçante qu’auparavant.

Qu’est ce que.. ?

Les yeux écarquillés, il leva ses bras devant lui et constata que non seulement les tuméfactions qui recouvraient ses membres avaient disparu, mais que ses terribles blessures aux mains étaient également complètement guéries !

« Maintenant, à votre tour. Si vous ne voulez pas que je vous passe par la fenêtre, dites-moi qui vous êtes, pourquoi le GEFT vous poursuit... Et comment vous avez fait pour créer ce black-out général. »

Le jeune homme sursauta presque lorsque la voix de la policière résonna - il en avait oublié sa présence - mais très vite son sourire carnassier habituel réapparut sur son visage. Il ne savait ni comment ni pourquoi mais Sarah l’avait complètement soigné : il ne s’était pas senti aussi bien depuis des lustres !
La jeune femme avait des questions, et elle faisait mine d’être prête à tout pour avoir des réponses, mais si cela avait été vraiment le cas, elle n’aurait pas pris la peine de le guérir.. Le sourire de Garo s’agrandit. Il ne savait pas ce qu’elle cachait mais il sentait l’excitation monter en lui : ce qui allait suivre s’annonçait très intéressant !

Toujours debout nu dans la douche, le jeune homme fit face à la policière et lui répondit d’un air moqueur :

Me faire passer par la fenêtre ? Mais tu l’as déjà fait : j’ai encore des traces de ce que tu m’as infligé juste après.

Garo effleura de ses doigts les fines cicatrices rosées barrant son torse, qui témoignaient du moment où Sarah l’avait passionnément griffé après avoir atterri sur lui. Le jeune homme sortit de la douche en poussant un petit ricanement et rajouta, alors qu’il passait à côté d’elle :

D’ailleurs tu me tutoyais à ce moment là. Tu te rappelles ?

Le fugitif s’empara d’une première serviette qu’il enroula autour de sa taille, et se servit d’une seconde pour essuyer le haut de son corps, puis ses cheveux qu’il frictionna vigoureusement. Tournant ostensiblement le dos à la jeune femme, il s’arrêta devant le miroir de la salle de bains, essuya la buée qui le recouvrait et s’étonna de l’image que lui renvoya son reflet :

Impressionnant ..

Il examina son visage, notamment son oeil qui était complètement ensanglanté peu de temps auparavant, mais à l’exception de quelques cicatrices imperceptibles, il ne restait nul trace de ses blessures : elles avaient bel et bien complètement disparues !
Derrière lui, Sarah s’impatientait. Il poussa un soupir amusé avant de daigner lui répondre :

Alors tu ne sais vraiment pas ce que je suis, hein ?

Le jeune homme s’appuya à l’aide de ses deux mains sur le lavabo et contempla à nouveau son reflet. Il continua alors d’un ton qui se voulait amuser, presque enjouer, mais un grincement dans sa voix trahissait une haine viscérale enfouie au plus profond de son être :

Je suis un des … jouets de la GeoWeapon Corp. Un de leur petit monstre élevé en laboratoire pour satisfaire leurs desseins militaires. Ce soir, je me suis échappé.. ou plutôt elles m’ont laissé m’échapper, afin de tester mes aptitudes en conditions réelles, avant de me ramener au Centre.

Sarah put voir la mâchoire du jeune homme se crisper dans le miroir : il détestait qu’elles se soient ainsi jouées de lui, le traitant comme un vulgaire cobaye. Il inspira profondément pour reprendre contenance et se retourna vers la policière en s’appuyant contre le lavabo, les bras croisés. Il ne put s'empêcher de détailler longuement l'intrigante armure qui recouvrait partiellement les courbes de la jeune femme, avant de reprendre, son sourire carnassier à nouveau aux lèvres :

Mais tout ne s’est pas passé exactement comme ces garces l’avaient prévu : après que je me sois occupé de Butterfly, Starlight m’est tombée dessus. Et … disons que j’étais entrain de passer un mauvais moment, quand bam ! Blackout ! Et oui, désolé de te décevoir mais je n’en suis pas la cause. J’aurais bien aimé : même Starlight s’est roulée par terre en pleurnichant ! Mais tu devrais en connaître l’auteur, non ? Son visage est apparu sur tous les écrans de Tekhos : un mec encapuchonné aux yeux bleus, qui se fait appeler le Prophète..

Garo ricana une nouvelle fois, observant avec attention les réactions de la jeune femme.

Un autre jouet qui s’est échappé dans la nature on dirait, tu ne crois pas ?
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #34 le: Avril 09, 2018, 01:13:56 »

*J’ignorais que le Witchblade pouvait faire ça...
Il y a encore tellement de choses que tu ignores sur nous, Sarah Pezzini.*

Elle était assez confuse, mais Garo allait mieux... Sans effet secondaire notable. Lui-même semblait surpris, décontenancé. Pourquoi le soigner ? La question était sincère, et Pez’ n’arrivait pas vraiment à se l’expliquer. C’était... C’était comme si le Witchblade lui avait enjoint de le faire ! Elle s’écarta de lui, laissant l’homme récupérer une serviette de bains, et regretta presque qu’il arrache à ses yeux la vue de son corps. Garo s’observa ensuite dans le miroir, essuyant la buée située dessus, pour pouvoir constater qu’il était guéri. Oh, il avait encore ses cicatrices ici et là, mais, pour toutes les blessures légères, les ecchymoses, les boursouflures, les croûtes, il était indéniablement soigné ! Sarah ignorait totalement comment elle avait fait ça, et ne savait pas davantage si elle pourrait le refaire. Sa surprise était de taille, car elle avait honnêtement toujours vu le WItchblade comme une arme entièrement offensive, pas comme un artefact doté de capacités curatrices...

Face à Garo, elle écouta donc ce dernier lui expliquer qu’il était un cobaye, sorti tout droit des laboratoires de GeoWeapon Corp. Il avait cru s’être évadé, mais son évasion n’avait servi qu’à tester ses capacités en situation réelle dans le ghetot, et le GEFT avait finalement été envoyé pour le ramener. Apprendre que l’homme avait réussi à battre Butterfly ne manqua pas d’impressionner Sarah. Elle savait de quoi le GEFT était capable pour les avoir souvent vues à l’œuvre, et c’était précisément parce qu’elle se méfiait de ces femmes que Pezzini hésitait à déployer le Witchblade. Le GEFT était une véritable d’unité d’élite surnaturelle. Sarah se rappelait encore de leurs interventions musclées, et où la police avait pour seule rôle de maintenir les lieux, et de contenir la foule.

Garo était ensuite tombé sur Starlight, et, sans surprise, n’avait pas pu en mener une seule contre elle. Cette femme surnaturelle était une véritable terreur, surpuissante... Face à elle, Garo n’avait eu aucune chance, mais avait été sauvé par un deus ex machina imprévu, celui à l’origine de ce black out...

*Le Prophète ?!*

Pez’ réfléchit silencieusement... Mais ce nom ne lui disait absolument rien. Finalement, Garo lui renvoya la balle, et elle hocha lentement la tête :

« Je vous crois... J’ignore qui est ce Prophète, mais je sais que les femmes de GeoWeapon Corp. jouent avec des forces qui les dépassent. Enfin, il n’y a pas que GWC, malheureusement... Mais, en ce qui me concerne, je ne viens pas de là. »

Encore une fois, Pezzini, d’habitude si méfiante, s’étonnait à se confier autant à un individu, surtout quelqu’un qu’elle avait tenté de tuer il y a de cela quelques minutes.

*Je ne comprends pas...
Peut-être que, fondamentalement, tu ne ressens aucune hostilité envers lui, parce que tu sais qu’il n’est pas mauvais ?*

Sarah soupira lentement, et reprit donc :

« J’ai failli mourir, une fois. Une opération difficile... Et ce truc s’est greffé à moi. C’est... C’est le Witchblade, un artefact légendaire extrêmement puissant. J’ignore pourquoi il s’est greffé à moi, ce qu’il me veut, mais... Quand je le porte, j’ai du mal à y voir clair. Et... Je ne sais pas trop pourquoi, mais... Je crois qu’il vous apprécie. »

Pezzini soupira encore. Elle se pinça les lèvres, se frictionnant nerveusement les épaules.

« Écoutez, je regrette de vous avoir attaqué. Je n’ai pas envie que le GEFT vous remette la main dessus, mais... Je ne crois pas que nous soyons en sécurité ici. »

Et, surtout, elle ressentait toujours cette étonnante attraction chimique envers lui... Ce qui ne manquait pas de la perturber.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #35 le: Avril 12, 2018, 09:14:16 »

Musique d’ambiance

Garo haussa un sourcil lorsque Sarah avoua ne pas connaître l’homme qui se faisait appeler le prophète :

Haaa ? Tu dois être la seule à ne pas avoir entendu son petit discours proclamant la fin de la société Tekhanne, hé hé hé.

La jeune femme crut bon de préciser qu’elle ne faisait pas partie de la GeoWeapon Corp. A vrai dire le fugitif se fichait bien de son appartenance supposée à telle ou telle faction, mais cela semblait important pour la policière. Elle était par ailleurs hésitante, confuse, sans raison apparente. Elle évitait son regard en se mordant les lèvres, et s’occupait les mains comme elle pouvait. Garo fronça les sourcils, suspicieux : où était donc passé la superbe assurance qu’elle avait arboré lors de leur affrontement sur les toits ? Pourquoi s’était-elle lancée à sa poursuite ?  Pourquoi l’avait-elle soigné ?

Sarah lui apporta alors quelques éléments de réponse lorsqu’elle commença à se livrer comme s’ils étaient de vieilles connaissances. Elle désigna son gantelet et tenta de lui en expliquer sa nature. Le fugitif cligna des yeux plusieurs fois quand elle sous-entendit que cet artefact avait une conscience, mais lorsqu’elle ajouta qu’il l’influençait également - et qu’il semblait apprécier Garo - les pièces du puzzle commencèrent à se mettre en place dans l’esprit du jeune homme !

Alors que Sarah semblait de plus en plus nerveuse, le sourire du fugitif s’agrandit de façon féroce, dévoilant des dents d’une blancheur immaculée. Il n’écouta pas la jeune femme lorsqu’elle s’excusa de l’avoir attaqué, pas davantage lorsqu’elle l’informa de façon indirecte de son désir de l’aider. Non, il était bien trop occupé à s’avancer vers elle !
Sans prévenir, il saisit la main de la policière porteuse du gantelet et la leva devant ses yeux avant d’admirer l’artefact comme s’il admirait le plus beau des joyaux.

Haaaa, je comprends mieux pourquoi tu étais si différente sur les toits !

Garo la repoussa brusquement contre un des murs de la salle de bain. Plaquant le gantelet que portait la jeune femme contre la paroi encore humide, il posa sa main libre non loin de la tête de la jeune femme, l’enfermant entre ses bras. La serviette qui avait servi à sécher ses cheveux glissa de ses épaules et tomba par terre, ne laissant plus que celle attachée à sa taille. Son regard glissait continuellement entre l’artefact et la jeune femme, à tel point que, lorsqu’il reprit d’une voix rauque, il était difficile de savoir à qui il s’adressait vraiment :

Mon évasion, le chaos dans les rues, tu n’en avais rien à faire... Tu voulais seulement te battre contre moi ! Et tu as adoré ça ! Te laisser guider par tes instincts, mettre ta vie en jeu, sentir l’adrénaline coulait dans tes veines et tes muscles embrasés par l’effort, donner tout ce que tu as pour finalement parvenir à me mettre à terre ! Et à cet instant précis, tu as été saisi d’une extase que rien d’autre ne peut t’apporter, avoue-le !

Une lueur démente dansait dans les yeux de Garo alors que son regard aussi flamboyant qu’inquiétant plongea dans les yeux couleurs noisette de Sarah. Plus rien d’autre n’importait : ni les émeutes qui secouaient le quartier, ni le piège que représentait l’immeuble où il se trouvaient, ni la GEFT lancée à ses trousses, ni même une possible réaction violente de la jeune femme en réponse à ses actes.

Mais tu m’as combattu alors que j’étais blessé, affaibli, épuisé.. C’est pour ça que tu m’as soigné, n’est ce pas ? Tu en veux plus même si tu ne veux pas te l’avouer ! Et si je te disais que chaque combat me rend plus fort ? Imagine alors après une nuit d’affrontement sans discontinuer contre les pires gangs du Ghetto et l’élite de la GeoWeapon Corp ! Même moi j’ignore l’étendu de ma nouvelle puissance mais je la sens couler en moi, se déverser dans l’ensemble de mon corps ! Sens !

Il saisit la main libre de Sarah et la plaqua contre son torse : elle put alors ressentir son coeur qui bondissait puissamment dans sa poitrine, ses tremblements d’excitation, sa peau frissonnant d’une énergie presque électrique ! Garo approcha dangereusement son visage de celui de Sarah, leur souffle se mélangeant suavement, et il remarqua avec une grande satisfaction que le trouble de la jeune femme atteignait son paroxysme mais le monstre de laboratoire ignorait qu’il se méprenait largement sur son origine !

Alors que vas tu faire maintenant ? Nier ce que tu ressens et te cacher sous ton masque de policière ? Ou bien accepter ce que tu es et t’emparer de ce que tu désires le plus ? Montre moi ton vrai visage !

Dans cette atmosphère chaude et humide, seulement éclairée par les pâles lueurs des quelques bougies parsemant la pièce, il était si facile de perdre la tête..
« Dernière édition: Avril 12, 2018, 09:23:50 par Garo » Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #36 le: Avril 23, 2018, 01:00:27 »

Sarah était effectivement confuse, gênée. Elle n’arrivait pas à comprendre que le Witchblade voulait, ni pourquoi elle agissait ainsi. Clignant des yeux, elle se pinça doucement les lèvres, et sentit le corps de l’homme se serrer contre le sien. Habituellement sur la défensive, Pezzini se sentait, en ce moment, inhabituellement faible et affaiblie. Son corps était pourtant puissant, et l’artefact était encore présent sur elle. Garo la narguait, lui expliquant qu’elle se souciait bien des dégâts collatéraux, de l’arrêter, mais qu’elle était surtout excitée par l’idée d’avoir un tel adversaire.

« Non, ce... Ce n’est pas ça, je... »

Mais elle-même n’en était guère convaincue. Pez’ était de base une femme assez énergique, colérique. Elle ne respectait jamais le règlement, avait toujours tendance à en faire trop, et, sous l’influence du Witchblade, son tempérament naturel ne se calmait pas. Garo pouvait-il avoir raison ? N’arrivait-elle pas à se contrôler à ce point ? Comment expliquer autrement qu’elle l’ait soigné ? Est-ce que c’était le Witchblade qui agissait, ou elle-même qui se cherchait tout simplement des excuses ? Ah, que de confusion !

Elle secoua la tête, posant ses mains métalliques sur son torse, cherchant à le repousser, coincée entre lui et la cabine de la douche.

« A-Arrêtez ça, Garo, ce... C’est ridicule ! »

Sarah pouvait pourtant le repousser sans peine, mais, étrangement, toutes ses forces semblaient l’avoir abandonné. Elle le regarda encore, lèvres entrouvertes, ses mains s’appuyant encore sur son torse musclé. Le fait est qu’à Tekhos, les hommes étaient très rares, et, si Sarah était bien bisexuelle, elle devait bien admettre que, physiquement, l’homme était plutôt pas mal... De quoi la faire hésiter ? C’était indéniablement le cas ! Mais elle refusait de l’admettre, ce qui, en soi, était pourtant la plus belle manière de l’avouer !

Elle regarda autour d’elle, cherchant à fuir le regard démentiel de l’homme, et, quand il lui demanda ce qu’elle allait faire, elle fronça les sourcils, et sembla retrouver un peu de poil de la bête... Notamment en repoussant Garo. Il heurta le lavabo, et elle conversa les sourcils froncés, en croisant les bras :

« Ne prenez pas vos désirs pour des réalités ! Je vous rappelle que nous sommes dans un endroit dangereux, et je n’ai pas le temps pour ces petits jeux. Je... Je ne sais pas quoi faire de vous, mais... Vous restez encore un criminel en fuite, et moi chargée de vous appréhender. »

Elle se raccrochait à la loi, à son insigne, à son devoir... Comme pour mieux tenter de fuir l’inexplicable attirance qu’elle ressentait, et qui amena d’ailleurs ses joues à prendre de belles couleurs rouges...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #37 le: Avril 27, 2018, 11:31:49 »

Garo heurta violemment le lavabo, renversant au passage quelques flacons divers et variés. Un instant il crut que la jeune femme avait enfin cédé à ses pulsions : il attendit son attaque, son sourire mauvais aux lèvres, mais à son grand désarroi, elle n’en fit rien. Sa frustration en fut d’autant plus grande lorsque Sarah sembla le prendre de haut : le jeune homme resta abasourdi quand elle déclama un bref discours condescendant. Petits jeux ? Criminel en fuite ? N’avait-elle rien compris à ce qu’il était ? Et à l’identité de celles qui le pourchassaient ? Le prenait-elle pour une vulgaire crapule ?
Son sourire disparut instantanément et un veine palpitante apparut sur son front alors qu’il siffla entre ses dents serrées, tout en la foudroyant du regard :

Tu te fous de moi ?.. 



Pendant une fraction de seconde, Garo faillit perdre le contrôle. Il sentit un courant électrique parcourir son corps et l’ensemble de ses muscles se tendre, prêt à bondir et à déverser toute la violence dont il était capable ! Son envie de sang brouilla même sa vision pendant un bref instant !
Mais la tension retomba aussi vite qu’elle était montée, évacuée dans un soupir, car le fugitif avait déjà réalisé que la flic avait simplement endossé à nouveau son rôle bancal de justicière afin de masquer tant bien que mal ses inquiétudes et ses hésitations. Encore une fois, il était loin de se de douter que c’était son attirance pour lui qui la troublait. Il se contenta alors de secouer la tête, passablement agacé :

Tch ! … Je perds mon temps...

Garo se décolla du lavabo contre lequel il se tenait et se dirigea vers les vêtements qu’il avait emprunté peu avant sa douche. Il fit tomber la serviette qui lui enserrait la taille sans se soucier le moins du monde de la présence de Sarah : il semblait avoir perdu tout intérêt pour la jeune femme mais s’adressa néanmoins à elle, sans la regarder, tout en s’habillant.

Et si tu arrives à m’appréhender, tu crois quoi ? Que j’aurais un procès équitable ? Que si je suis condamné je finirais dans une prison comme un citoyen lambda de Tekhos ? Non, je n’existe pas, je ne suis pas considéré comme un être vivant, au mieux comme un objet, comme une arme.

Après avoir revêtu un jean usé doté d’un lourde ceinture en cuir, il mit des baskets à ses pieds et en attacha les lacets.

La GeoWeapon Corp va me jeter dans une cage, me lobotomiser et tenter une nouvelle fois de faire de moi son jouet par tous les moyens possibles et imaginables : drogues, électrochocs, tortures, implants, matraquage mental...   

Garo termina par enfiler un haut noir moulant et regarda ce que donnait sa tenue dans le miroir, avant de s’adresser au reflet de la jeune femme :

Mais elles n’ont pas compris.. Non .. elles ne comprendront jamais : elles n’arriveront pas à leurs fins. Jamais elles n’arriveront à me mater, jamais je ne serais leur esclave. Tu sais pourquoi ?

Le fugitif se retourna et se planta devant Sarah, plongeant ses yeux dans les siens, et termina d’un ton menaçant ;

Parce que je suis Garo le Monstre ! Rappelle-t’en avant de te mettre en travers de ma route.

Pas une once d’ironie, pas le moindre trace de sarcasme dans ses paroles, Garo pensait chaque mot qu’il avait prononcé : c’était sa Vérité, sa vision inaltérable de son identité, il était un monstre, et il comptait vivre comme tel. Après avoir affronté du regard la jeune femme, le fugitif se détourna et quitta la salle de bains.
Il en avait marre de cet endroit, il en avait marre du Ghetto, il en avait marre de Tekhos : il devait partir le plus rapidement possible, et profiter du chaos ambiant pour disparaître.
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #38 le: Avril 30, 2018, 11:53:28 »

Oui, bien sûr, elle savait ce qui lui arriverait le jour où il finirait entre les mains des Tekhanes. Il n’aurait pas le droit à un procès équitable, il disparaîtrait, et personne n’entendrait parler de lui. Mais que pouvait-elle faire d’autre ? C’était son devoir. Elle avait juré en venant à Tekhos, et elle devait bien croire en la loi. Sarah ferma les yeux, en se rappelant, dans sa tête, la fameuse confrontation entre Antigone et Créon. Elle, la femme voulant dignement enterrer les morts, et lui, Créon, le Roi, le lui interdisant, car la loi de la cité l’interdisait. L’opposition fondamentale entre la morale et la loi, entre la justice et sa construction sociétale, la loi. Ce n’était pas juste d’appréhender Garo, mais c’était illégal de ne pas le faire. Un sacré dilemme pour Pezzini, qui se pinça les lèvres. L’homme ne se faisait aucune illusion, et elle non plus.

*M’as-tu déclaré auprès de tes supérieures, Pezzini ? Pourquoi te rattaches-tu encore au respect de ton insigne, de ton badge ? En quoi as-tu vraiment prêté serment ? Défendre des normes législatives idiotes ? Ou une idée, un concept qui vous transcende ?*

Sarah se pinça les lèvres, rougissant sur place. Elle avait honte d’elle-même, et Garo était prêt à partir. Il se dirigea d’ailleurs vers la porte, et Sarah se racla la gorge.

« Vous croyez pouvoir fuir si facilement ? D’une manière ou d’une autre, vous êtes impliqués dans ce chaos généralisé. L’armée ne va pas vous lâcher si rapidement, et, même si votre géopuce a été arrachée, je doute que GeoWeapon Corp. n’ait pas d’autres moyens de vous rattraper. »

Autrement dit, elle était prête à l’aider. Un subit retournement de situation. Elle savait que ce Garo n’était pas très stable, mais elle ne pouvait pas le laisser retomber entre les mains des scientifiques de la mégacorporation, qui étaient d’ailleurs sûrement responsables de ses troubles mentaux. Elle sortit donc à son tour de la salle de bains, et remonta le couloir, s’approchant d’une porte... Quan dune puissante détonation se fit entendre. Sarah s’arrêta sur le palier, et se précipita vers une fenêtre. Un champignon de fumée s’échappait d’un entrepôt latéral, et elle vit, de l’autre côté du fleuve, les lumières s’allumer le long des gratte-ciel.

*Le courant est revenu dans le centre-ville... Mais pas ici.*

Une autre explosion retentit, et de la poussière tomba du plafond.

« Les Black Squadrons attaquent la Forteresse. On ne peut pas rester là, Garo, ça devient... »

Une autre bombe frappa au-dessus de leur étage, pulvérisant la façade, et fit s’effondrer plusieurs poutres. Le plafond s’ouvrit au-dessus de Sarah, et elle se retrouva ensevelie sous les décombres, pendant que toute la pièce fut arrachée sur place. Seul le couloir resta en place. Garo put voir Sarah disparaître dans les débris, tandis que des missiles partaient également de la Forteresse, explosant plusieurs des blindés des Black Squadrons. Ils bombardaient à distance la Forteresse, à l’aide de rangées de lance-missiles montés sur des camions blindés, les protégeant des gangsters qui venaient les attaquer.

Très clairement, les autorités profitaient du chaos ambiant pour déstabiliser les organisations criminelles de la région, rappelant ainsi à tous que même les ghettos ne pouvaient échapper éternellement à l’autorité tekhane... Et Garo et Pezzini se retrouvaient au milieu de cette scène de guerre urbaine.
« Dernière édition: Mai 05, 2018, 08:28:07 par Sarah Pezzini » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #39 le: Mai 05, 2018, 07:10:24 »

Vous croyez pouvoir fuir si facilement ? D’une manière ou d’une autre, vous êtes impliqués dans ce chaos généralisé. L’armée ne va pas vous lâcher si rapidement, et, même si votre géopuce a été arraché, je doute que GeoWeapon Corp. n’ait pas d’autres moyens de vous rattraper.

Garo s’arrêta à ces paroles, avant de reprendre sa marche en poussant un grognement. Il ne savait pas si c’était à cause de l’artefact, mais l’attitude de Sarah envers lui n’avait de cesse de changer brutalement : après l’avoir attaqué, l’avoir menacé à plusieurs reprises de l’arrêter, voilà maintenant qu’elle semblait ... vouloir l’aider ? Non, c’était ridicule, jamais personne ne s’était inquiété pour lui, et ce n’était certainement pas aujourd’hui que ça allait commencer ! Alors pourquoi un début de doute commençait à germer dans l’esprit du fugitif ? Etait-ce l’air profondément confus de la jeune femme qui lui faisait cet effet ?

Quand il entendit les pas de Sarah s’approchaient derrière lui, il se retourna, profondément agacé, mais l’absolue certitude dans le ton de sa voix semblait quelque peu ébranler :  

Tch ! Et qu’est ce que ça peut te faire si j’arrive à m’échapper ou pas ? N’étais tu pas sur le point de me coffrer ? Si t’as changé d’avis, pourquoi n’irais tu pas plutôt aider tes petites copines à mater les émeutiers plutôt que de me casser les ..

Garo fut interrompu quand une explosion se fit entendre non loin de la tour. Sarah se précipita à une fenêtre avant que le jeune homme n’ait eu le temps de réagir. Il n’était pas arrivé à l’encadrement de la porte de la pièce où se tenait la policière qu’une seconde explosion fit trembler le bâtiment. Il regarda autour de lui, essayant de comprendre ce qui se passait.

Que .. ?

Les Black Squadrons attaquent la Forteresse. On ne peut pas rester là, Garo, ça devient...

La déflagration qui suivit manqua de le jeter à terre. Les yeux écarquillés par la surprise, le jeune homme vit Sarah disparaître devant lui, emporté par l’effondrement de la pièce où elle se trouvait. Garo se jeta en arrière, manquant de peu de chuter à son tour, et quand la poussière fut retombée, il constata que la façade en béton armée de l’immeuble avait été éventrée sur plusieurs étages.. Il avait désormais une vue imprenable sur le quartier en proie aux flammes ! Au dehors, l’assaut de la forteresse avait commencé par un barrage d’artillerie tel que le Ghetto n’en avait jamais connu ! Le jeune homme était certain dès le début des troubles que la réponse des Tekhannes serait violente mais de là à penser que cela dégénérerait en une guerre ouverte !..

Garo s’avança jusqu’au bord du gouffre nouvellement créé et ne vit qu’un grand tas de décombre deux étages plus bas, là où aurait dû se trouver Sarah.. Le jeune homme resta abasourdi quelque secondes avant de secouer la tête :

Tch .. ça règle la question ..

Il tourna les talons et s’apprêta à détaler, réfléchissant au meilleur moyen de passer le cordon des Black Squadrons, mais finalement s’arrêta au bout de deux pas, sans vraiment savoir pourquoi :

.. Qu’est ce que je fous ?

Son regard alterna entre le tas de débris en dessous de lui, et la porte d’entrée de l’appartement où il se trouvait, représentant une sortie possible à ce merdier. Depuis le début il comptait s’enfuir seul, par ses propres moyens et il n’avait jamais été question d’autre chose. Alors pourquoi hésitait-il ? Cette femme ne lui avait apporté que des ennuis depuis qu’il l’avait rencontré ! Même ses espoirs d’affronter un adversaire à sa taille avaient été déçus : il aurait dû la laisser aux mains des Red Boobs ..
Et pourtant, elle avait soigné toutes ses blessures sans en donner la raison .. Dans quel but ? Même influencé par un artefact, quelle Tekhanne aurait fait ça ? S’il partait maintenant, il n’aurait jamais de réponses à ses questions ..

Et merde !

Alors que les échanges de tirs s’intensifiaient, Garo se laissa tomber deux étages plus bas et, sans attendre, commença à fouiller les décombres. Il ne savait pas vraiment où se trouvait la jeune femme, ni si elle était encore en vie, alors il se contenta de dégager le plus rapidement possible les morceaux de béton en les jetant au loin, indifférent aux explosions qui risquaient de le déchiqueter ou aux balles qui ricochaient sur les parois grises du bâtiment. Mais la jeune femme n’apparaissait toujours pas..
Alors qu’il usait de toute la force qu’il possédait pour déplacer une énorme poutre métallique, il siffla entre ses dents serrées par l’effort :

Je ne t’autorise pas à crever d’une façon aussi pitoyable la flic ! Tu m’entends ? Tu es ma proie ! Si tu dois mourir, ça sera de ma main !

Au dehors, les Black Squadrons s'apprêtaient à donner l’assaut d’une minute à l’autre ..
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #40 le: Mai 06, 2018, 10:33:31 »

Avant de quitter la Terre, Sarah avait entendu parler des raids policiers dans les favelas brésiliennes. Les opérations des Black Squadrons n’avaient rien à envier à ces vastes opérations paramilitaires impliquant des milliers de policiers, des blindés, et nécessitant de s’attaquer à de véritables forteresses entièrement entre les mains des cartels, des narcotrafiquants, disposant de pléthore de guerriers et de gangsters prêts à mourir pour eux. Les guerres de gang à Harlem faisaient bien piètre allure, et c’était le cas ici, à Tekhos, dans les ghettos. La Forteresse était un assemblage de bric-et-de broc, plusieurs bâtiments regroupés ensemble, avec des passerelles de fortune. Les fondations étaient instables, faute d’entretien. Il y avait beaucoup de rouille, et les fondations en bois des bâtiments anciens des ghettos étaient attaquées par de multiples champignons lignivores. Sarah songeait à tout cela en étant enterrée sous des kilos de béton, de rochers, et de poutres brisées.

Lentement, son cerveau se reconnectait, et elle posa ses mains sur le rocher qui écrasait ses seins, l’étouffant à moitié. Encore une fois, elle ne devait la vie sauve qu’au Witchblade. Un immeuble avait beau lui être tombé dessus, son armure avait tenu l’impact. Elle gisait au sol, et entendit des bruits, tout en essayant vainement de repousser le caillou.

*Putain, c’est trop lourd !*

Sarah essaya encore, et couina sur place.

*Merde, j’étouffe !
Toujours à geindre… C’est une habitude chez toi, Sarah Pezzini.*

Pezzini cligna des yeux, essayant de repérer cette voix moqueuse, et vit ensuite une main argentée, comme la sienne, se saisir du caillou, et l’enlever d’un coup sec.

Elle se retrouva devant une autre femme, et fronça les sourcils en la voyant, en la dévisageant.

« Qui… Qui es-tu ?
 -  Quelle question… Je suis toi, Pezzini, et tu es moi.
 -  Tu… Tu es le Witchblade ?! »

La femme à la peau sombre se mit à rire, gloussant délicieusement, et secoua la tête.

« Oui et non… »

Elle leva les mains, et, dans l’obscurité ambiante, Sarah vit des flammes s’élever. Des champs de coton, avec une ferme américaine traditionnelle, et des hurlements, les ricanements de cow-boys portant des costumes gris montés sur des chevaux.

« J’ai été beaucoup de choses, Sarah Pezzini. Une esclave contrainte de travailler dans les champs de cotons de l’Arkansas pendant le principal de ma vie. J’ai été l’esclave et la victime d’un propriétaire terrien violent et pervers, qui me battait et me violait, tandis que sa femme, une vieille mégère aigrie, m’humiliait en me torturant encore… »

Les flammes brûlaient, haut et fort, et Pez’ vit des corps pendus à de solides branches d’arbres, ainsi que des rivières de sang.

« J’ai été une libératrice, une révolutionnaire… Ou une terroriste extrémiste, une sale nègre dont la révolte a été soutenue par les forces de l’Union, avant qu’eux-mêmes ne me pendent, quand les Confédérés se sont rendus… »

Sarah l’écoutait sans rien dire, intimidée, mais sentant indéniablement un profond lien entre elle et cette femme. Elle ne connaissait pas encore son nom, mais elle voyait son histoire. Elle la voyait pleurer quand elle était petite, humiliée, fouettée. Elle avait été laissée pour morte dans une fosse commune, et avait trouvé le Witchblade à une époque confuse, une époque où, devant la menace des troupes de l’Union, et les révoltes négrières, les Confédérés avaient incendié la ferme. Ils avaient regroupé les Noirs dans une grange, et avaient incendié cette dernière. Ils seraient morts si elle n’était pas revenue les sauver.

« Ce n’est pas un hasard si le Witchblade t’a choisi, Sarah. De tout temps, les porteuses n’ont eu de cesse de défier les lois des hommes… Tu vis dans un monde où les rapports sexuels sont inversés, mais ça ne change rien à la situation, Sarah. Tu vaux plus que ce que tu crois.
 -  Je…
 -  Tue s destine à assurer l’équilibre, à defender des valeurs morales supérieures à celles de la loi. Tu es bien placée pour savoir que la loi n’est que le reflet de l’état d’esprit d’une société, que la loi transcrit sur le papier les mentalités de fonctionnement. La loi est faite par les hommes, elle ne peut donc garantir la parfaite justice, l’équilibre… Mais toi, Sarah Pezzini, tu portes en toi un instrument supérieur, un instrument conçu pour faire respecter des valeurs universelles et fondamentales.
 -  Dis m’en plus sur le Witchblade ! »

Sarah vit alors le décor évoluer à nouveau. Les deux femmes se retrouvèrent sur un champ de roses rouges, avec une étendue d’eau au loin, sur laquelle le soleil se réfléchissait… Et, surtout, derrière elles, elle vit la silhouette d’une immense construction noire, une tour sombre qui était si haute qu’elle se perdait dans les nuages.

« Plus tard, Sarah Pezzini. Plus tard, ma sœur, tu comprendras que le Witchblade ne t’a pas ramené sur Terra sans raison…
 -  C’est moi qui suis venue ici pour… »

L’ancienne porteuse se mit à glousser, et prit alors Sarah dans ses bras, avant de l’embrasser sur la joue.

« Aie foi en toi, Sarah. C’est la seule chose qui importe. »


La vision se termina quand Sarah vit un rai de lumière l’aveugler. Elle posa alors ses mains sur le rocher, et grogna, puisant dans ses forces. Le Witchblade évolua autour de ses doigts, et modifia la structure du rocher, l’affaiblissant. Elle grogna alors, en sentant ses muscles l’élancer douloureusement, et, quand elle le retira enfin, elle vit le corps de Garo au-dessus d’elle, soulevant une poutre métallique.

« Garo… » soupira-t-elle doucement.

Elle cligna des yeux, et se redressa lentement. De la poussière et des débris glissèrent le long de son armure, et elle chassa de son esprit la curieuse vision qu’elle avait eu tout à l’heure, afin de se concentrer sur l’essentiel.

« Il faut qu’on parte d’ici, je… »

Des balles s’abattirent alors autour d’eux.

« C’est cette tueuse en armure !
 -  Des espions ! Tuez-les !! »

Sarah était encore fatiguée, et les tirs venaient d’en haut. Elle regarda rapidement autour d’elle, et trouva, au milieu des débris, une double porte métallique.

« Par là, vite ! »

Toutefois, ils n’avaient aucune chance d’y aller sans se faire trouer comme des gruyères… Quand la voix de la femme qu’elle avait vue tantôt revint en elle :

*Utilise-le !*

Sarah réagit alors à une impulsion subite, et leva la main. De sa paume argentée, une sphère lumineuse jaillit, et provoqua une puissante explosion lumineuse, aveuglant leurs ennemis.

« Merde, une flash bang !! »

De quoi leur offrir quelques précieuses secondes, le temps pour Sarah de courir rapidement, et rejoindre la double porte, qu’elle ouvrit d’un puissant coup de pied, les amenant dans un couloir. Elle observa ensuite pensivement sa paume, se demandant comment elle avait bien pu faire ça… Puis releva la tête vers Garo. Son heaume s’était retiré, dévoilant son visage, avec sa longue chevelure brune.

« Merci… »

Elle ne savait pas trop pourquoi l’homme, contre toute attente, avait choisi de venir la sauver. Peut-être pour bénéficier de ses pouvoirs, mais Pez’ se demandait s’il n’y avait pas autre chose… Quelque chose qu’elle ne s’expliquait pas encore, ou, pour être plus exact, qu’elle ne voulait pas s’expliquer.

En tout cas, ils étaient ensemble dans cette galère !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #41 le: Mai 08, 2018, 07:18:02 »

Enfin, Sarah apparut sous les débris. Garo rejeta la lourde poutrelle métallique sur le côté tandis que la policière parvenait à s’extraire avec difficulté de son tombeau de béton. Cette dernière crut bon de préciser qu’il valait mieux qu’il dégage de là, et le fugitif était sur le point de lâcher un “Sans blague ?” sarcastique, quand des coups de feu déchirèrent l’air. Le jeune homme se jeta instinctivement sur le côté et se mit à l’abri des tirs du mieux qu’il pu. Alors qu’il se demandait comment ils allaient pouvoir se débarrasser des tireurs qui étaient en position très avantageuse, Sarah désigna une sortie avant d’aveugler leurs assaillants à l’aide de son armure. Après un instant de stupéfaction, il suivit la jeune femme qui enfonça la porte leur barrant la route avec facilité et ils s'échappèrent par un couloir. Mais ils étaient encore loin d’être tiré d’affaire ..

Merci…

Surpris, Garo se retourna vers la policière qui avait l’air encore sonné de sa chute. “Merci” ? N’avait elle pas encore compris à qui elle avait à faire où avait-elle pris un nouveau coup sur le crâne ? Agacé, le jeune homme s’avança soudainement sur elle et tapota de son index sur l’armure de la jeune femme, au niveau de son sternum.

Hey, ne te fais pas d’illusion: je ne t’ai pas sauvé pour tes beaux yeux ! Si tu es là c’est parce que tu peux m’être utile pour m’enfuir de cette saleté de métropole. Mais si jamais tu me fais un coup foireux, tu regretteras amèrement de ne pas être restée coincée sous ton tas de béton !

Ce n’était là qu’une demi-vérité : si cela avait été quelqu’un d’autre que la policière, Garo l’aurait certainement laissé sous les décombres mais, sans s’en rendre compte, il avait créé une sorte de lien avec elle, et, de façon inconsciente, il ne voulait pas le rompre.
Sarah n’eut pas le temps de répondre à ses paroles agressives, qu’une porte s’ouvrit à la volée, laissant se déverser un groupe de brigands armés jusqu’aux dents.

Ils sont là !
Tch ! Encore des cafards..

En un éclair, le fugitif fut sur eux, écartant les fusils d’assauts des deux premiers hommes avant qu’ils n’aient eu le temps de les pointer sur les intrus. Garo eut le temps de détailler leurs yeux écarquillés et esquissa un sourire : il était temps de tester ses nouvelles capacités !
Le combat ne dura qu’une fraction de seconde. Non seulement ces hommes ne valaient pas mieux que les Red Boobs aux corps à corps, mais le prototype était au meilleur de sa forme : Garo envoya dormir les deux premiers brigands de deux coups de poings bien placés, projeta un troisième en arrière d’un coup de pied au ventre et sauta au milieu du dernier groupe debout en s’appuyant sur les murs et le plafond. Ses coups étaient rapides, précis, efficaces .. il désarmait ces hommes avec facilité, visait leurs points vitaux et retournait leur force contre eux. Des coups de feu partirent mais aucune des balles tirées ne présentèrent la moindre menace pour la policière ou le fugitif, se contentant de venir se loger dans le sol ou le plafond..
Quand Garo en eut terminé, une demi-douzaine de corps encombrait le couloir et, pour l’un deux, seul l’arrière train et les jambes dépassaient d’un des murs à travers lequel il avait été projeté. Le jeune homme qui n’avait pas laissé échappé une seule goutte de sueur regarda sa main droite qu’il referma en un poing et son sourire s’agrandit alors que des explosions continuaient à secouer l’immeuble à intervalles réguliers :

Pas mal !

Sarah et Garo reprirent leur course, essayant de se sortir au plus vite de ce traquenard. Plusieurs fois ils changèrent de direction à cause d’une passerelle détruite, d’un incendie ou pour éviter des affrontements trop intenses, À plusieurs reprises ils échangèrent véhément sur la conduite à tenir, mais la menace de prendre une balle perdue - ou pire, un missile - les incitait à se mettre rapidement d’accord.
Ils tombèrent sur des petits groupes de brigands, mais à chaque fois le fugitif s’en occupa en un clin d’oeil, semblant ne pas vouloir en laisser une miette à la policière, ou peut être voulait-il simplement s’assurer personnellement que rien ne les arrête.

Finalement, les deux membres de ce duo incongru avaient descendu une grande partie des étages de la tour et s’approchaient du point de sortie qu’ils avaient estimé le plus sûr. Sur le chemin, ils évitèrent également plusieurs escouades des Black Squadrons qui investissaient le bâtiment sans faire dans la demi-mesure, tirant sur tout ce qui bougeait, mais qui rencontraient une très forte résistance de la part des occupants, peut être plus importante que prévue, transformant le QG de la pègre en enfer sur terre.
Néanmoins, parvenus au troisième étage du bâtiment, quelque chose interpella Garo : l’étage était complètement silencieux, plongé dans une obscurité quasi malsaine et une forte odeur métallique se faisait ressentir dans l’air.


Instinctivement, Sarah et Garo avancèrent plus prudemment, comment pressentant un danger invisible, Et danger il y avait : au détour d’un couloir, Garo marcha dans ce qui semblait être une flaque d’eau, mais à sa consistance poisseuse il sut que ce n’était pas le genre de liquide que l’on buvait ..
Une large flaque écarlate s’étendait à leurs pieds, accompagnée d’une trainée qui disparaissait dans l’obscurité. Une goutte tomba sur le visage de Garo et il leva les yeux : il n’y avait pas du sang uniquement sur le sol, il avait également éclaboussé les murs et le plafond. Mais il n’y avait pas le moindre corps ! Cependant, le fugitif nota ce qui ressemblait à des marques de griffes à plusieurs endroits..

Qu’est ce qui s’est passé ici ?

Soudain, des bruits de pas se firent entendre, courant dans leur direction. La silhouette d’un junkie se dessina dans la pénombre, et rien qu’à son souffle on devinait aisément la terreur qui l’habitait. Il cria en les apercevant :              

Aidez moi ! Aidez moi par pitié !!!


Musique d’ambiance

Mais avant qu’il ne sorte de l’ombre, une masse énorme se jeta sur lui dans un rugissement synthétique et l’inconnu hurla, mais seulement pendant un bref instant : un craquement horrible se fit entendre suivit du bruit poisseux d’un liquide qu’on répand. Et le silence retomba brutalement, seulement entrecoupé par des grincements métalliques et les respirations fortes de Sarah et Garo. Prudemment, Garo se mit en garde, incertain de ce qui se dressait devant eux, quand enfin la “chose” sortit de l’ombre : un molosse de métal qui lui arrivait au torse, équipé de pattes blindées armées de griffes acérées et d’une énorme gueule dénués de yeux mais garnies de crocs en aciers. Le jeune homme siffla entre ses dents :

C’est quoi ce truc ? Un des toutous des Black Squadrons ?

Pour toute réponse, le sol explosa sous ses pieds et il en vit surgir une mâchoire béante ! Garo eut tout le juste le temps de retirer sa jambe gauche avant qu’elle ne se fasse arracher, quand un troisième molosse traversa le mur à sa droite la gueule grande ouverte ! Le fugitif jeta sa tête de côté pour ne pas se faire décapiter mais le molosse le percuta de plein fouet et le projeta à travers le mur opposé !

Garo roula sur lui même et se réceptionna les deux mains sur le sol d’une large pièce pratiquement vide, tandis que le molosse  surgissait par la brèche qu’il avait lui même créé. Il avait perdu de vu Sarah mais à ce moment précis, c’était chacun pour soi ! Avec aisance, le jeune homme évita l’attaque du molosse en sautant par dessus, mais quel ne fut pas sa surprise quand il vit ce même molosse prendre appui sur le mur dans son dos pour se projeter dans les airs et tenter de le happer en plein vol !

Bordel de .. !

Garo tournoya dans les airs et envoya son plus puissant coup de pieds dans la gueule du molosse, un coup assez puissant pour tuer le plus costaud des hommes, mais contre un tel adversaire il n’eut pratiquement aucun effet et un éclair de douleur traversa sa jambe ! Le jeune homme se réceptionna au sol en grimaçant :

Shit, ce truc est un vrai tank sur pattes !

Cependant avant qu’il n’ait eut le temps de réfléchir à une stratégie, un autre grondement le fit se retourner : un deuxième molosse fondait sur lui ! Et le premier en profita pour bondir en même temps. Ces salopards combattaient en meute ! Et non seulement ils utilisaient leurs mâchoires pour broyer et arracher des membres à leurs adversaires, mais également leurs pattes pour déchiqueter leurs adversaires !
Face à de telles machines de guerre, puissantes, rapides et agiles, Garo était sur la défensive, évitant toutes leurs attaques mais incapable de reprendre l’initiative

Tch !

Un des molosses venait de lui érafler le flanc d’un coup de griffe et le second avait manqué de lui arracher un bras. Il fallait trouver une solution et vite ! Garo parcourut d’un rapide regard la pièce à la recherche de quelque chose qui pourrait l’aider, mais cette seconde d’inattention manqua de lui être fatale : l’un des molosses, qui l’avait pourtant manqué, lui envoya un formidable coup de sa queue métallique ! Le fugitif le reçu de plein fouet, fut projeté à travers une autre cloison et vint s’écraser contre un mur métallique qui donnait sur l’extérieur, renversant au passage des caisses qui contenaient des barres en ferrailles vraisemblablement destinées aux renforcements de la tour.

Garo se redressa en grognant et cracha dédaigneusement du sang sur le côté, alors que les deux molosses fonçaient sur lui :

Je commence à en avoir marre de vous les clébards !

Les deux robots attaquèrent à nouveau de concert, et le jeune homme se contenta à nouveau d’éviter leurs attaques, dans l’attente du moment précis où l’un d’eux lancerait un nouveau coup de queue ! Le moment se présenta enfin : la queue fouetta l’air, mais Garo l’intercepta en plein vol de ses deux mains, et, bandant tous ses muscles, tournoya sur lui même en soulevant le molosse du sol ! Lors du premier tour, il percuta l’autre molosse pour le tenir à l’écart, et lors du second il projeta le molosse à travers la paroi ! Après une chute de trois étages, le robot de guerre alla s’écraser sur un des véhicules des Black Squadrons provoquant une importante explosion et ajoutant encore un peu plus de chaos à cette guerre urbaine.

Garo se retourna alors vers le molosse restant, un air féroce sur son visage :

Un de moins. A ton tour !

Le molosse se jeta sur lui, mais avec la perte de l’avantage numérique et le fait que le jeune homme avait analysé tous ses schémas d’attaques, il n’arrivait désormais plus à le toucher ! Tout en évitant les coups de griffes et les coups de mâchoire, Garo ramassa deux barres de fer qui trainaient par terre, et lorsqu’une ouverture se présenta, les enfonça dans une faiblesse du robot dans un grand fracas métallique. Il ramassa alors d’autres barres, et à nouveau attendit une attaque pour infliger au molosse de lourds dégâts, tel un matador torturant un taureau.
Après quelques minutes, le robot chien se retrouva transpercer d’une douzaine de barres métalliques au niveau des articulations et des parties non blindées, et avait désormais toutes les peines du monde pour bouger. Garo profita alors d’une ultime attaque pour transpercer cette horreur de part en part, l’achevant de bon pour cette fois : la carcasse d’acier s’effondra par terre et se désactiva dans un chuintement électronique.

Le jeune homme soupira et essuya le sang qui coulait de sa bouche. Il restait à retrouver Sarah qui devait être au prise avec au moins un molosse ..
« Dernière édition: Mai 08, 2018, 07:23:54 par Garo » Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #42 le: Mai 13, 2018, 09:05:00 »

« Le Witchblade n’est pas qu’un simple artefact magique, Sarah Pezzini. Tu ignores l’étendue du pouvoir que tu tiens entre les mains... »

Elle repoussa l’un des bandits contre le mur, tout en entendant encore, dans sa tête, la voix de l’ancienne porteuse. Elle était là, diffuse, et, curieusement, ne la perturbait pas plus que ça. Elle repoussa donc son ennemi, et, sur sa gauche, un autre s’élança avec elle, tenant un pied-de-biche dans la main. Elle pivota vers lui, et leva le bras. Son armure s’épaissit à hauteur de l’avant-bras, et le pied-de-biche s’écrasa dessus. Sarah le frappa ensuite au torse avec son autre main, l’envoyant valdinguer sur une dizaine de mètres. Un autre pointa un pistolet vers elle dans son dos, mais un tentacule métallique jaillit brusquement de son dos, et frappa l’homme au torse, l’envoyant valser au sol, agissant comme une sorte de fouet argenté.

Ils étaient plus nombreux qu’eux, mais Sarah n’avait rien à craindre. Non seulement le Witchblade la protégeait, mais Garo était également une redoutable machine à tuer. Il disposait d’une force surhumaine, et elle le vit balancer un homme dans le mur, défonçant le placo. Elle l’observa silencieusement, et ils partirent ensuite. Toute la Forteresse était en plein chaos. Il y avait des fusillades partout, des explosions, des batailles... Depuis des terrasses et des balcons, des criminels armés de lance-grenades, de Cocktails Molotov, lançaient leurs explosifs sur les véhicules et sur les Black Squadrons. Ces derniers répliquaient avec violence, les mitraillant. Les corps s’amoncelaient, et tout le quartier était en train d’exploser.

Même à hauteur des pièces d’artillerie, des bandes entières arrivaient. Les Escadrons Noirs avaient beau avoir l’avantage de la formation, de l’entraînement, et de l’équipement, ils avaient une infériorité numérique criante, et d’autres bandits attaquaient dans le dos des Escadrons Noirs, prenant en tenaille les escouades les plus avancées. Loin de là, Sarah et Garo étaient deux petites souris filant dans le ventre d’une baleine immense. C’était un grand complexe labyrinthique, avec une série de couloirs étroits et de portes fermées. Qui sait ce qui avait bien pu se passer ici ? Sarah bondit sur deux ennemis qui arrivèrent depuis l’une de ces portes, les renversant à terre, et jeta un œil curieux. Elle vit une petite pièce avec une grille menant aux égouts, et des traces de sang sur les murs, ainsi qu’une chaise en bois avec des sangles.

*Une salle d’interrogatoire...*

Il y avait sûrement aussi d’autres pièces servant à droguer des femmes, à faire des esclaves, ou à stocker du matériel de contrebande. L’endroit était très vaste, une succession de petits couloirs étroits. Le duo continua sa course, pour débarquer devant une demi-douzaine de tueurs armés de pistolets et de fusils d’assaut.

« C’est les freaks !
 -  Butez ces fils de putes ! »

Sarah repoussa Garo sur le côté, tandis qu’une pluie de balles jaillit. Le Witchblade se durcit encore, et une série de piques jaillirent tout autour de son corps, la faisant ressembler à un hérisson.

« Ce truc est invulnérable, on ne peut pas l’arrêter !
 -  Si, ça... Ça arrêterait n’importe quoi. »

Un homme récupéra un lance-grenades, et lui tira dessus. La grenade explosa contre le torse de Sarah, et l’envoya rouler au sol. Elle se retourna, et partit avec Garo, ouvrant violemment une porte qui leur donna accès à un escalier de service. Pezzini se mit à grimper rapidement, en compagnie de Garo, toujours au milieu de la mêlée.

« C’est un Artefact Primordial, Sarah. Il a été forgé par l’énergie primaire issue du Big Bang. À mon époque, l’astrophysique n’était pas aussi développée qu’à la tienne, Sarah. Je suppose que tu as dû entendre parler des quatre interactions élémentaires ? À l’origine du Cosmos, les quatre forces fondamentales étaient unifiées. Vous appelez ça l’ère de Planck. L’énergie qui a forgé le Witchblade vient de cette période historique. Tu ignores la puissance de ce que tu tiens, Sarah. Ta destinée n’est pas d’arrêter de petits délinquants notoires dans les bas-fonds de Tekhos Metropolis... »

La Forteresse était un ensemble labyrinthique, avec, en son centre, une tour centrale. Cette tour était bien trop résistante pour que les bombardements des Black Squadrons ne l’ébranle sérieusement. Le maître des lieux trônait au sommet, et les bombes des Escadrons Noirs n’avaient fait qu’endommager les structures alentours. Sarah et Garo suivaient un chemin laborieux visant à sortir, et arrivèrent au troisième étage. Il y avait de grandes baies vitrées, et Sarah aperçut le reste de la métropole, brillant de mille feux.

« Le courant est revenu... »

Elle aperçut alors plusieurs hélicoptères qui traversaient le fleuve, leurs projecteurs éclairant la Forteresse, puis des missiles jaillirent ensuite, et explosèrent contre le bâtiment central. Le sol trembla, et Sarah se rétablit, sentant de la poussière tomber sur elle.

« Il faut vraiment qu’on se tire de là ! »

Un important contingent policier et paramilitaire devait être en approche pour sécuriser le ghetto, et détruire la Forteresse. Le duo s’élança donc à travers une porte, les amenant dans un couloir plongé dans la pénombre. Sarah marcha devant, et, encore une fois, le Witchblade fit parler de son efficacité. Son armure se mit à luire, et s’illumina comme une lampe électrique. La policière sentit ensuite une étrange odeur d’ozone agresser ses narines, et fronça les sourcils.

« Tu sens ça, Garo ? »

Elle continua à marcher, et aperçut de profondes griffures contre le mur, ainsi qu’une flaque d’hémoglobine sur le sol... Du sang frais. Des bruits de pas se firent ensuite attendre, et Sarah tourna la tête, avisant alors un homme, paniqué... Et l’armure de Sarah illumina alors, sur leur gauche, une gueule édentée métallique béante.

« At... ! »

La policière n’eut pas le temps d’achever sa phrase qu’un énorme chien métallique planta ses crocs dans le corps de l’homme. Du sang fusa, et éclaboussa le torse de Sarah, tandis que le chien repartit dans l’ombre.

« GARO !! »

Ils n’eurent pas à attendre très longtemps avant que le monstre métallique ne sorte de l’ombre, sa gueule ensanglantée éclairée par l’armure de Sarah. Surprise, elle ne sut quoi répondre à Garo. Elle n’avait jamais vu de tels trucs, et soupçonnait encore une nouvelle création robotique de la part d’une quelconque mégacorporation tekhane. La bête métallique les observa silencieusement quand les évènements se précipitèrent. Le sol se mit à trembler, et Sarah vit des lézardes sur ce dernier, à hauteur de Garo. Encore une fois, elle essaya de le prévenir... Mais le premier molosse la chargea alors, tel un buffle survitaminé.

Le coup souleva Sarah, et l’envoya rouler au fond du couloir. La bête poussa un hurlement mécanique en bondissant vers les jambes de Sarah. Une fois n’est pas coutume, l’armure se défendit, et des pointes jaillirent de ses jambes, frappant la gueule du monstre, repoussant ce dernier. Sarah se redressa ensuite, en position défensive, et vit la bête grogner sur place. Garo était aux prises avec deux molosses, et le premier les séparait tous les deux.

*Je dois trouver le moyen de me séparer de ce monstre...*

Tandis qu’elle y songeait, le chien chargea encore, et Sarah se mit à courir, remontant le long du couloir, puis partit sur la droite, évitant de justesse la charge du chien, qui défonça le mur au passage. Pas de quoi le ralentir, et le chien infernal repartit d’ailleurs à la charge, tandis que Sarah rejoignit une sorte de salon de repos... Un endroit infesté de fumée, avec des coussins, un écran géant, des tables basses avec des cadavres de pizzas, des mégots et des joints écrasés... Ainsi que de nombreux cadavres déchiquetés et éviscérés. Les chiens s’étaient fait plaisir, et Sarah sentit la bête dans son dos. Elle bondit alors en hauteur, évitant la morsure du monstre, et se posa sur son torse.

« Ce n’est pas qu’une simple armure, ni une simple arme. Le Witchblade interagit avec la réalité même. Pendant des mois, tu as rejeté son pouvoir, terrorisée par tout ce que cela impliquait. Laisse-le venir en toi, Sarah... »

Le chien se débattait furieusement, grognant sur place, et manqua renverser Sarah, qui s’appuya à l’espèce de disque situé au sommet de son torse. Elle y planta ses griffes, et vit alors que la couleur du disque changeait, devenant plus argentée.

*Je peux modifier la réalité...*

Pensant à ce que l’ancienne porteuse venait de lui dire, elle se concentra donc, fermant les yeux.

*J’ignore comment ça marche !*

Elle ne connaissait pas le mode d’emploi du Witchblade, elle !

« Crois-tu qu’un vieux shaman m’a expliqué comment l’artefact fonctionnait quand j’étais au milieu des champs de cocon ? Je ne savais même pas lire, Sarah Pezzini... Ton intelligence t’induit en erreur. Croyais-tu que la première femme à avoir porté le Witchblade connaissait les étoiles et leur fonctionnement ? Tu raisonnes par la logique, mais la magie se fie de la logique. Ne te sers pas de ta tête ! »

C’était facile à dire. En tout cas, le chien continuait à se débattre, et les jambes de Sarah passèrent sur le côté. Les dents du monstre claquaient près de son corps, et elle se concentra alors...[/i]

...

Garo revint finalement, et dut rapidement noter la zone dévastée. Plusieurs trous béants régnaient dans les murs, de profondes marques de griffes sur le sol, et un mur avait même été éventré en deux. Mais où était la carcasse du molosse ? Alors qu’il avançait vers le milieu du salon, des grondements métalliques se firent entendre de la droite. Un couloir sombre, sinueux, avant que la bête n’apparaisse brusquement... Chevauchée par Sarah.

La couleur grisâtre du molosse était devenue plus argentée, comme si le Witchblade venait de la recouvrir.

« Eh bien, Garo... Qu’est-ce qui vous a pris si longtemps ? » ironisa Sarah.

Chevauchant le chien métallique, Sarah avait finalement réussi à le contrôler, inversant ses protocoles, et la bête gronda devant l’homme, mais sans l’attaquer, obéissant respectueusement à sa porteuse.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Garo
Créature
-

Messages: 25



Voir le profil
Fiche
« Répondre #43 le: Mai 17, 2018, 04:53:58 »

Un silence angoissant était retombé dans ce lieu de mort, contrastant de façon saisissante avec les bruits sourds de la bataille qui se déroulait au dehors. À intervalles réguliers le bâtiment tout entier vibrait, et les quelques rares lampes encore en état se balançaient au bout de fils électriques dénudés, projetant des ombres inquiétantes sur les murs abimés et ensanglantés. Garo était revenu sur ses pas mais nul trace de Sarah. Que s’était-il passé ? Elle ne s’était quand même pas fait avoir, si ?

Il suivit les marques de griffures au sol juste à ce qui semblait être une salle de repos ou plutôt ce qu’il en restait : la pièce ne devait déjà pas être très reluisante avant, mais avec des morceaux de cadavres déchiquetés dispersés un peu partout cela ressemblait désormais à une antichambre de l’enfer ! Il en fallait plus pour impressionner le fugitif, mais il vérifia tout de même du regard si un des membres arrachés n’appartenait pas à la policière ..

Soudain, un grincement métallique le fit se retourner. Le jeune homme se mit aussitôt en garde, prêt à affronter le nouveau molosse qui sortait de l’ombre, mais quel ne fut pas sa surprise de voir que la Tekhanne le chevauchait tel un vulgaire destrier ! Garo resta bouche bée un moment avant que les paroles sarcastiques de Sarah ne lui fasse reprendre ses esprits. Il répliqua sèchement :

Tch ! J’avais autre chose à faire qu’essayer de dresser un de ces clébards. Qu’est ce que tu comptes en faire ? Monter un spectacle de cirque ?

Garo n’écouta que d’une oreille la réponse de jeune femme mais répondit au grondement du robot quadrupède en montrant ses dents et en grognant dans une mimique carnassière et comique, avant de se remettre en route :

Assez perdu de temps, il faut descendre jusqu’au premier niveau et ..

Soudain une déflagration ébranla la zone où ils se trouvaient ! Le fugitif fut projeté contre un mur tandis que plusieurs cloisons explosèrent littéralement et qu’un nuage de poussière et de débris emplit aussitôt l’atmosphère. Garo se releva en toussant, une main devant le visage pour se protéger, mais ne comprenait pas ce qu’il venait de se passer. La brume grisâtre ne s’était pas encore dispersée que le jeune homme nota qu’ils entendaient désormais clairement les bruits de la bataille qui se déroulait à l’extérieur, mais ce n’est que lorsque la carlingue apparut à seulement quelques mètres devant eux qu’il réalisa : un hélicoptère d’assaut Tekhan venait de s’écraser sur le bâtiment !

Ben merde alors ..

Le cockpit avait été criblé de balles et le sang qui recouvrait les vitres ne laissait aucun doute sur l’état des occupants. Apparemment les Tekhannes avaient sous-estimé les défenses de la forteresse ! Un nouveau tremblement se fit sentir lorsque la carcasse commença à glisser en arrière avant de basculer lentement dans le vide. Comme hypnotisé, Garo s’avança jusqu’au bord du bâtiment et suivit la chute de l’appareil jusqu’à l’impact final alors que l’air vivifiant de la nuit et l’odeur des incendies le frappaient de plein fouet. Au dehors la situation n’avait fait que s’aggraver : de nouveaux éléments imprévisibles s’étaient joints à la bataille et des renforts arrivaient de toute part pour renforcer les deux camps. Ce qui devait être une opération de “pacification” s’était transformé en guerre totale, et ils se retrouvaient au milieu de ce bordel, à la merci des missiles et des balles perdues.. Le fugitif siffla entre ses dents, à destination de Sarah :

Tu as raison, il faut qu’on se tire d’ici..

Garo s’accroupit et observa la scène qui se déroulait sous ses yeux : les traits lumineux fendant les volutes de fumées dégagées par les véhicules incendiés et les bâtiments dévastés témoignaient des armes lourdes utilisées de par et d’autre. Les hélicoptères de combat étaient encore là, mais avaient pris leur distance, sûrement secoués par la perte d’un des leurs. A intervalles réguliers, des explosions retentissaient, secouant l’air. En bas, on distinguait le cordon de sécurité des Black Squadrons mais ces derniers se retrouvaient attaquer à la fois par l’intérieur et par l’extérieur, ce qu’ils n’avaient pas l’air d’avoir prévu. Si seulement il pouvait trouver une faiblesse dans leur dispositif..

Là !

Le jeune homme avait soudainement pointé du doigt plusieurs véhicules des Black Squadrons regroupés en un cercle défensif : ils se trouvaient entre deux des zones du dispositif attaquées par des gangs extérieurs et formaient un point d’appui aux troupes engagées au combat, permettant l’envoi de renfort là où il y en avait besoin, le rapatriement des blessés et l’approvisionnement en munitions. Il y avait surement des officiers dans le lot également. En faisant sauter ce verrou, tout le dispositif allait être ébranlé et cela leur donnerait une fenêtre de quelques secondes pour s’esquiver durant la confusion occasionnée.

Balance ton toutou sur cet escadron ! On passera au travers dès que le clébard les aura attaqué. Ils ne nous verront même pas !

Garo ne se préoccupait absolument pas de demander son avis à la policière, ni même de savoir si elle était capable de faire ça. C’était dans sa nature de loup solitaire.
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 256



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #44 le: Mai 21, 2018, 02:26:59 »

Quand Garo manifesta son dédain à l’encontre de la performance de Sarah, au risque d’irriter un peu cette dernière, le molosse grogna furieusement.

« Chut, du calme, mon beau... Vous devriez vous méfier, Garo, je crois qu’il n’aime pas qu’on se moque de sa maîtresse » plaisanta Sarah.

En réalité, elle ne savait même pas comment elle avait réussi ça. Elle était incapable de comprendre le fonctionnement de cette machine, son programme informatique, et n’avait rien d’une pirate. Silencieuse, elle y réfléchit donc. Le Witchblade lui avait permis de faire ça, sans même qu’elle ne comprenne comment elle avait fait. Était-ce possible ? Son regard se posa sur sa propre main, recouverte de cette texture argentée, rendant ses ongles tranchants. Elle serra le poing à plusieurs reprises, signe qu’elle réfléchissait activement.

*Est-ce qu’un enfant comprend le fonctionnement du corps humain ? Moi-même, est-ce que je sais pourquoi je peux plier mes articulations pour m’agenouiller ? Quand j’allume mon ordinateur, quand j’envoie un SMS, est-ce que je suis consciente de tout le cheminement technologique cela induit ?*

Le Witchblade semblait fonctionner comme ça, comme s’il avait une compréhension intuitive de ces mécanismes développés, et les manipulait, indépendamment du degré de connaissance de son utilisatrice. C’était une mécanique incroyable, mais Sarah soupçonnait que le chien métallique était maintenant relié à elle. Comment expliquer autrement son grognement ? Il était l’expression de ce bref et fugace sentiment que Sarah avait ressenti suite à la remarque de Garo. Clairement, il allait falloir qu’elle comprenne un jour de quoi le Witchblade était capable. Initialement, elle était venue à Tekhos pour trouver un moyen de s’en débarrasser, mais, avec le recul, elle avait fini par comprendre qu’elle ne se débarrasserait pas si facilement de cet artefact, et que ce n’était peut-être pas souhaitable. En tout cas, sans ce dernier, elle serait déjà morte au moins une douzaine de fois.

La situation ne tarda pas à se compliquer de nouveau, les arrachant à leurs réflexions. Dehors, la bataille continuait à faire rage, et les forces locales avaient réussi à remettre en marche des générateurs de secours. Des tourelles défensives se réveillèrent alors. Le seigneur de la Forteresse avait réussi à récupérer des batteries de défense antiaériennes depuis les forts abandonnés des Badlands. Ces engins étaient initialement pensés pour repousser les dragons et les démons aériens ashnardiens. Ils s’enclenchèrent alors, et touchèrent un hélicoptère, abattant le pilote. L’appareil se mit à tournoyer, devenu fou, et s’écrasa contre la façade du Donjon, près de Sarah et de Garo.

« Ah ! »

L’explosion renversa Sarah, qui chuta de son chien. Elle se redressa lentement, et s’approcha du trou provoqué par la chute de l’hélicoptère. Comme Garo, elle vit que la cour principale de la Forteresse était en plein siège. À l’aide de plusieurs véhicules blindés, les Black Squadrons avaient percé le mur d’enceinte, et affrontaient une cohorte de miliciens. Il y avait de tout. Des tueurs depuis des balcons et des terrasses, des hommes armés d’armes blanches se ruant comme des dingues sur les Escadrons Noirs... Et même des individus fanatiques, torses nus, avec des implants, le crâne chauve et le corps tatoué, qui, tels des kamikazes, attaquaient les Escadrons Noirs en étant remplis d’explosifs. Plusieurs camions étaient d’ailleurs détruits, ou en feu, leurs carcasses formant comme d’immenses torches.

« Quel enfer... »

Garo suggéra de foncer dans le tas, en utilisant le chien comme diversion.

« Tu veux t’élancer au milieu des Black Squadrons ? C’est... »

Des bruits de pas se firent entendre dans leur dos. Des renforts ennemis approchaient, compliquant leur temps de réflexion. Garo voulait remonter à travers les lignes ennemies. Ce plan semblait tout simplement suicidaire, et Sarah finit par secouer la tête.

« On se tire ! »

Elle bondit alors depuis l’ouverture dans le mur, et atterrit en contrebas. Des bandits se retournèrent à son approche, et Sarah fondit sur eux, les balayant sans difficulté. Une explosion retentit alors sur sa gauche, la déstabilisant légèrement, la déflagration la rendant atone pendant quelques secondes... Puis un homme armé d’une matraque électrique s’approcha, et la frappa au visage. Sarah tomba à terre, et vit la matraque se lever encore... Puis son molosse métallique atterrit brusquement, et planta ses crocs édentés dans le corps du malandrin, le déchiquetant sur place. Le sang jaillit sur l’armure de Sarah, qui vit ensuite le chien se ruer vers les ennemis.

Devant l’efficacité de cette diversion, Sarah se mit à courir vers l’entrée pratiquée par les Black Squadrons. Garo l’accompagnait, mais l’armure l’avertit soudain d’une menace venant de cette entrée... Ce qui l’amena à bondir sur Garo pendant leur course, le clouant au sol, permettant ainsi aux deux d’éviter de justesse une rafale de balles émanant d’une sulfateuse.

« Pas par là ! »

Le passage qu’ils envisageaient de prendre venait d’être bouché par un redoutabel exosquelette, une solide armure de combat accompagnée de plusieurs soldats, et qui était doté d’une puissante arme à trois canons à hauteur du bras. De la fumée suintait encore des canons. Pez’ regarda autour d’elle, et aperçut une ruelle étroite, qui filait entre deux des dépendances du Donjon.

Sans attendre, elle s’y précipita, les balles la poursuivant. Son chien métallique, de son côté, continua à semer le chaos, avant que plusieurs missiles ne percent son blindage. Son corps s’écroula sur le sol, mais au moins permit-il au duo de rejoindre cette étroite ruelle. Sarah courait rapidement, et fila sur une autre ruelle à gauche, s’arrêtant devant une impasse.

« Laisse-moi faire... »

Elle posa sa main sur le mur, et ferma les yeux, se concentrant... Les briques rouges changèrent alors de couleur, devenant plus argentées, et le poison commença à se répandre, à s’étaler tout autour des doigts de Sarah. Elle changea la forme des briques, d’une partie du mur, jusqu’à former une ouverture. Une partie du mur tomba en poussière, permettant de donner sur une autre ruelle, à l’extérieur du cœur de la Forteresse.

« Par ici... Mais soyons prudents, je ne veux pas attirer ces exosquelettes. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox