banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Dévouement maternel [Momoko Hanna]  (Lu 118 fois)
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6309

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« le: Octobre 02, 2017, 01:06:10 »

Masao Hanna se réveilla pour une nouvelle journée ordinaire, après une nuit particulièrement agréable. Après tout, sa mère lui avait enfin acheté un nouveau sommier, bien plus confortable que l’ancien, plus ferme, plus moelleux, et plus grand aussi. Il se réveilla seul, et sourit légèrement, avant de regarder autour de lui. La porte était entrouverte, et une délicieuse odeur s’échappait de la cuisine de leur petite maison. Sa mère était en train de travailler, comme chaque jour. Elle savait que son fils avait faim le matin, et se dévouait corps et âme à son bonheur. De quoi lui faire oublier la mort de son petit-frère... Et le nouveau lit l’aidait beaucoup, en tout cas.

Alors qu’il émergeait, Masao attrapa son téléphone portable, et vit qu’il avait reçu plusieurs messages. Il sourit alors, en organisant, comme à chaque matin, le planning de la journée de sa mère. Celle-ci n’était bonne qu’à faire plaisir à son fils, qu’à le satisfaire, qu’à vivre pour lui. Elle était incapable de se trouver un travail. Avant le divorce, elle avait un emploi, bien sûr, mais, pendant le divorce, et suite au décès de son fils, sa mère avait été licenciée. Depuis lors, trouver un emploi, pour une mère de famille quadragénaire, divorcée au Japon, n’était vraiment pas facile. Alors, forcément, au bout d’un moment, l’argent commençait à manquer, et ce surtout que sa mère, malgré tout l’amour que Masao lui portait, n’était guère une lumière. Mais Masao avait veillé à lui trouver un emploi durable, en rapport avec la seule qualité dans laquelle elle excellait : forniquer.

On aurait pu dire que c’était, pour Masao, une manière de se venger de cette mère faible, qui avait laissé son frère mourir... Mais il y avait autre chose aussi. Une sorte de complexe œdipien très fort. Masao n’avait jamais aimé son père, un autre bon-à-rien, qui avait maintenant sombré dans l’alcool, ne versait aucune pension alimentaire. Il avait toujours estimé qu’il était indigne de sa mère, indigne de son corps de rêve, ce corps qui faisait fantasmer tous ses amis. Masao avait donc trouvé un moyen de gérer le corps de la femme, et, depuis lors, sa vie allait nettement mieux. Sa mère était littéralement son esclave, se soumettant au moindre de ses désirs, et il prenait un plaisir terrible à l’humilier. En réalité, c’était même sa principale passion : trouver chaque jour des activités plus perverses les unes que les autres pour sa salope de mère.

Cette dernière finit par revenir, portant un plateau-repas contenant son petit-déjeuner, un chocolat chaud avec du pain chaud et du beurre, ainsi que deux croissants au beurre... Le tout dans un séduisant tablier de cuisine rose pastel, l’une des nombreuses tenues que Masao lui avait acheté.

« Ah, enfin ! soupira Masao. Je commençais à avoir faim, salope ! »

Comme toujours, Masao s’adressait à sa mère en l’insultant, en la rabaissant, en ne cessant de l’humilier.

« Je regardais les vidéos de ta performance hier, ce gang-bang dans le gymnase avec l’équipe de football... Tu t’es surpassée, ma chienne ! Tu as de plus en plus de fans sur ta page Instagram, et tellement de clients potentiels que je devrais presque embaucher une secrétaire pour gérer tout ça ! »

Masao la regarda alors.

« Mais, avant ça... Ton Maître veut te dire bonjour ! »

Le rituel était toujours le même : elle posait le plateau-repas à côté, et filait ensuite sous la couverture, afin de s’occuper de l’érection matinale de son fils. Ils baisaient toujours le matin. Pour être honnête, Masao était un amant redoutable, infatigable, qui couchait régulièrement avec sa mère. Il suffisait de la voir, si bonne, si belle, pour ne pas pouvoir se retenir longtemps. Alors, chaque matin, elle se devait au moins de le sucer.

Son « Maître », ce n’était ni plus, ni moins, que sa queue en érection, qui attendait les lèvres de sa chienne...
« Dernière édition: Décembre 08, 2017, 08:28:24 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Momoko Hanna
Humain(e)
-

Messages: 5



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Décembre 08, 2017, 02:18:15 »

Momoko se levait très tôt le matin pour préparer le petit déjeuné de son fils. Ce matin c'était un peu plus dur que les autres matins, en effet, elle avait eu une soirée chargée la veille. Masuo lui avait programmé une soirée dans le gymnase du lycée avec l'équipe de football. Tous les joueurs sans exception lui étaient passé dessus, plusieurs fois, la souillant par tous les trous de son corps. Elle ne pouvait plus, mais elle devait continuer pour gagner des sous pour faire plaisir à son très cher fils. En rentrant le soir, alors qu'elle ne pouvait presque plus marcher tellement on l'avait défoncé, elle déposait l'argent dans la chambre de son fils qui s'occupait de la gestion, puis elle partait prendre une bonne douche avant de passer une courte nuit.

Au réveil, elle devait déjà se préparer pour son fils, Momoko prenait une magnifique petite tenue, aujourd'hui c'était un séduisant tablier de cuisine rose pastel, elle ne mettait rien en dessous, Masuo ne voulait pas. La jeune femme se coiffais, se faisait belle pour son tendre et cher avant de descendre directement dans la cuisine pour lui préparer le petit déjeuné.

Elle prenait soin de son fils, il devait prendre des forces, donc avec soin elle lui préparait un petit déj' complet et surtout fait mains chaque matin. C'était elle qui faisaient les croissants, les petits pains au chocolat, le pain... Bref, elle essayait d'en faire au max pour que Masuo commence sa journée en forme. Aujourd'hui elle était un peu à la bourre, la soirée de hier l'avait bien fatiguée et elle avait pris un peu de retard. Elle se pressait faisant chauffer le four à plein régime, mélangeant de l'autre côté le chocolat et le lait chaud dans une belle tasse. Elle dressait le plateau-repas rapidement, avant de monter une dernière petite chose, elle remit son tablier en place, elle monta vers la chambre de Masuo.

Momoko ouvrit la porte doucement la poussant avec ses fesses avant de se retourner pour proposer le plateau repas à son fils. Mais celui-ci n'était pas de bonne humeur... Il avait remarqué que sa maman était en retard.

"Je suis désolé chéri... Cela ne se reproduira pas !"

Malgré les insultes, la femme glissait des mots doux à son fils lui prouvant qu'elle l'aimait plus que tous au monde. Que c'est son petit-fils d'amour !

"Ah, je suis contente que cela te fasse plaisir ! Avec l'argent que nous avons gagné hier soir tu vas pouvoir t'acheter ce que tu veux."

Momoko connaissait l'existence de la page Instagram, elle avait vu ses photos, c'était son fils qui gérait le compte, faut dire qu'elle n'était pas trop douée pour tout ce qui était informatique. Et Masuo gérait mieux son planning qu'elle, il avait les contacts pour ! Alors, elle avait simplement à suivre les ordres et tout allait bien se passer. Elle se rendait au rendez-vous programmé et si elle avait du temps libre Momoko s'occupait de la maison pour que tout soit propre et faisait la cuisine.

"Bien sûr je me dois de pas faire attendre Mon Maître plus longtemps !"

Momoko déposa le plateau-repas sur le lit juste à côté de son fils pour qu'il n'est pas à bouger pour manger. Puis elle se dirige vers le bout du lit, soulevant la couette pour se glisser en dessous. A quatre pattes, elle se déplaçait sur le lit, le haut de son corps était caché sous la couette alors que ses fesses ressortaient tendues vers le plafond. Son Maître était très en forme comme tous les matins, elle commença par lui dire bonjour en l'embrassant l'engouement, avant de l'avaler dans sa bouche. Elle commençait doucement, le mettant en appétit, on pouvait juste pour la couverture descendre et monter au rythme de la maman.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6309

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #2 le: Décembre 09, 2017, 03:30:58 »

Masao était extrêmement proche de sa mère depuis que son frère avait accidentellement perdu la vie. Un rapprochement qui avait fini par avoir des effets pervers, car, inconsciemment, Masao avait toujours tenu sa mère pour responsable de cette mort... Il lui en voulait donc autant qu’il avait paradoxalement besoin d’elle. Surmonter la mort de son frère avait été une épreuve très difficile, et sa mère l’avait longuement câliné et réconforté. Pour autant que Masao s’en souvienne, c’était comme ça que leur relation avait commencé. Ils avaient fini par dormir ensemble. Des sommeils innocents au début, dont le but était d’éloigner les cauchemars de l’homme, mais, au fur et à mesure que Masao grandissait, les cauchemars de la mort de son frère étaient remplacés par des rêves résultant de sa puberté naissante, où il voyait sa mère en train de l’embrasser, de le sucer, elle et ses nichons énormes...

Le cercle vicieux était maintenant arrivé à son terme. Masao n’avait plus appelé sa mère « Maman » depuis plusieurs années. Elle n’assumait pas le rôle de mère, mais était une esclave, l’esclave de sa queue, et, comme chaque matin, sa queue se réveillait durement en pensant à elle. Et, paradoxalement, il était à la fois très excité que sa mère se soit fait passer dessus pour toute l’équipe de football, et jaloux pour les mêmes raisons. Pourtant, c’était bien Masao qui lui avait ordonné de faire ça, et voir les vidéos n’avait pas manqué de le faire sévèrement bander. Rien n’était logique, mais, dans la relation perverse qui les unissait, ça n’avait, somme toute, rien de bien surprenant.

« Vas-y, suce-moi, sale pute... »

Momoko obtempéra, et un frisson parcourut l’homme quand il sentit les délicieuses lèvres de sa mère sur son membre. Le « Maître » était heureux de la voir, ravi. Masao avait une vitalité sexuelle exceptionnelle, qui résultait sans doute du fait que sa mère l’avait formé, sexuellement parlant. La première fois que Masao avait eu une érection, c’était sa mère qui l’avait masturbé, et ainsi de suite. Elle le masturbait même pendant son sommeil, et, à force, la queue de Masao avait fini par devenir bien dure, et lui très endurant.

« Hmmmm, ouais... Vraiment, y a rien de mieux pour se réveiller qu’une petite pipe ! Allez, fourre-là au fond de ta gorge, je sais qu’elle te manquait ! »

La main de Masao se serra sur les cheveux de la femme, plaquant la tête de la femme, optant pour une longue gorge profonde. Sa mère aussi avait fini par devenir, sexuellement parlant, d’une efficacité surhumaine. Elle pouvait tenir une gorge profonde pendant longtemps, et, pendant qu’elle le suçait, lui mangeait tranquillement. Il avalait ses tartines jambes écartées, voyant la couverture remuer, et sa queue avait enflé, jusqu’à devenir longue et élancée, dure et tendue, assoiffée...

Et, quand Masao eût fini son plateau-repas, il le jeta au sol, et tira sur la couverture, dévoilant le corps de sa mère, et rompit la fellation. Bien sûr, il aurait pu jouir dans sa bouche, mais il était maintenant très excité, et se redressa.

« À quatre pattes, ce matin, on opte pour le circuit complet, ma salope ! »

Parfois, il se contentait juste de jouir dans sa bouche, mais là... Masao était tout simplement trop excité depuis cette soirée.

« Tu as adoré te faire baiser par eux, hein ? Tu souriais comme la Reine des putes à la fin, une vraie chienne en manque de bites ! Sentir ces mecs jouir sur toi, te pisser dessus, te défoncer le cul... Je suis sûr que ta rondelle ne s’est pas encore totalement refermée. Je n’arrive pas à croire que tu puisses être une telle pute, Mamako... »

Dès que la femme se mit en position, Masao se glissa dans son dos, et s’empressa de la sodomiser, pinçant ses fesses, et les giflant. Masao était dominateur, brutal, injurieux, jaloux, violent... Et un amant terrifiant ! Sa queue heurta violemment les fesses de Mamako, la prenant sans la moindre préparation, et il s’empressa d’attraper ses cheveux d’une main, tirant dessus pour soulever le corps de Mamako, et, surtout, la faire hurler. Car, plus que tout le reste, Masao adorait faire hurler cette femme !

C’était sa salope, après tout...
Journalisée

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox