banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Nouvelle adoption FURETTE  (Lu 283 fois)
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« le: Mars 10, 2017, 05:44:24 »

Sortant d'une ruelle, Eris épousseta sa robe de soie en silence et sourit tandis qu'elle empruntait une autre rue tandis qu'un chien sortait de la ruelle, qui avait l'air plutôt satisfait de soi-même après une bonne séance de chevauchage d'humaine, surtout une humaine aussi magnifique qu'Eris. D'un mouvement de la main, Eris nettoya son organisme des traces du passage du canidé en empruntant une autre route, se mêlant aux passants de la rue. Le simple fait de se mêler aux gens de ce monde était, en quelque sorte, calmant pour Eris, elle qui était si habituée aux jeux politiques habituels qui étaient devenus depuis quelque temps plus difficile et tendus pour une quelconque raison qu'Eris l'ignorait. Les bals se faisaient légion et il était connu dans le milieu des nobles que les bals étaient une bonne occasion pour nouer des liens et faire quelques affaires alléchantes.
 
Mais Eris étant d'une très haute et noble naissance, elle était donc victime de nombreux complots et machinations, harcelées de courriers de prétendants et d'invitation pour des banquets et de nombreux autres événements de ce genre. Et Eris avait commencé à se montrer agacée de ce genre de chose, au point ou parfois, son sourire se faisait forcer alors qu'elle était, d'habitude, si souriante en permanence. Et la Terre lui offrait un grand confort. Les passants la voyaient comme une citoyenne ordinaire avec des vêtements tant qu'elle maintenait un sort d'illusion, ce qui était facile. Décidant qu'elle avait soif, Eris entra dans un café maid plutôt populaire semblerait-il. Elle s'installa à une table éloignée qui donnait une vue sur un magnifique paysage de la ville. Elle entendit quelqu'un s'approcher de sa table et ses yeux se posèrent sur un visage plutôt androgyne... Qu'elle trouvait très jolie.

-Il ou elle ? Dit-elle en premier lieu avec un sourire. En apparence normale, elle avait toujours ses cheveux noirs, mais des yeux d'une beauté magnifique, d'un bleu infernale, bien que le reste ne changeât guère, portant néanmoins en apparence une tenue de travail de femme d'affaire: mini-jupe serrée, talons hauts, chemise noir serrée aussi, mettant bien en valeur ses seins. Et ensuite... Je vais prendre un café glacé avec un de vos desserts, une tarte aux citrons.

Penchant sa tête de coté avec un sourire, Eris sourit et dit ensuite :

-Avec votre sourire, évidemment. Vous êtes si... Magnifique. 
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mars 10, 2017, 08:47:01 »

Furette avait reçu un appel de la gérante. Aujourd’hui il y avait double paie. La raison était que les chiffres avaient été très bons et qu’elle pouvait se permettre de  donne un surplus aux employés, ce qui était aussi une méthode pour les garder et les rendre plus productif. Pour Furette il s’agissait du bon jour pour faire des heures supplémentaires.  Il fut capable de simuler un état de fébrilité et parti vers l’infirmerie où il dû jouer des pieds et des mains pour qu’il puisse rejoindre sa chambre. Une fois ceci fait, il prit la sortie de derrière, afin de ne pas se faire prendre, se dirigeant vers son lieu de travail. La gérante vint à l’accueillir, avec un sourire forcé.

- Furette. Tu n’es pas censé être cours ? 

Le jeune homme se mit à avoir un sourire et un rire idiot, la gérante était décidément très bien renseigné sur ses employé, scolarisé notamment. Elle se mit à soupirer, en se tenant le front.

- Ne joue pas trop avec le feu, on ne s’habitue jamais aux brulures. 

Après un petit sermon, Furette se mit à se changer dans les vestiaires. Cette fois il vint à porter une tenue qu’il ne sortait pas souvent, préférant paraître plus âgé, mais tenir ce genre de rôle allait être un peu difficile. Il prit donc la perruque violette, faisant deux couettes avec des rubans rouge. Il mit des lentilles jaunes, pour faire ressortir son regard et centrer le regard sur son visage et non sur une poitrine inexistante.  La tenue de maid était cette fois assez courte, tombant à mi-cuisse. Il prit soin de choisir les collants noirs et des escarpins rouge. Un très très léger maquillage pour ressortir les cils, un rouge à lèvre discret et le tour était joué. On aurait dit une jeune adolescente qui se voulait plus mature qu’elle ne l’était et le personnage que Furette avait conçu était justement du genre petite sœur gentille, mais qui pouvait avoir de petite saute d’humeur très mignonne, avec un côté très expressif. 

Une fois prêt, il sortit du vestiaire et se mit à faire quelques client, jusqu’à tomber sur Eris. Furette savait de son expérience que les personnes bien habillées pouvaient avoir un gros porte-monnaie et que les pourboires étaient assez lourd comparés à d’autres clients. Aussi prit-il la décision de s’occuper de cette charmante femme. Il ne pouvait nier qu’Eris avait son charme. Il vint à user d’une voix tendancieuse, n’étant pas trop féminin et masculine, afin de tester un peu la cliente. La première question d’Eris posait les bases, une curiosité visiblement sur la « serveuse, répondant avec une grande aisance, ce n’était pas la première fois qu’il était questionné sur son sexe.

- Je ne peux répondre à votre question, maîtresse. Cependant, je peux vous laisser imaginer selon votre préférence.  Donc un café glacé et une tarte au citron, c’est noté maîtresse.


Furette se mit à prendre un air embarrassé devant le compliment, cela allait avec le personnage qu’il incarnait actuellement.

- Vous me faites trop de louange, maîtresse, vous êtes bien plus belle que moi.


Sur ses mots, il tourne les talons et va déposer la commande, laissant à Eris tout le plaisir de voir Furette de dos et sa maîtrise des talons, ainsi que sa manière un peu enfantine de répondre aux taquineries des autres employés. Ils savaient que Furette dans ce rôle était marrant et en profitait un peu.

Apparence de Furette : https://danbooru.donmai.us/data/sample/__original_drawn_by_pas_paxiti__sample-846b5d8b3cc51343e89c0360c51b826e.jpg
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mars 11, 2017, 05:48:57 »

Le sourire d’Eris se fit plus large. Elle observait les traits de l'individu patiemment alors que celui-ci ou celle-ci lui répondit qu'il n'était pas autorisée à révéler ce genre d'informations. C'était compréhensible, Eris savait que certains cafés avaient des politiques bien à elles concernant la vie privée de leurs employées ou du droit des clients et des gens qui y travaillent. Au moins, ce monde traitait à présent une bonne partie de la population en gens égaux tandis que le sien, malgré des civilisations avancées et de la magie pour faire une bonne partie des travaux, des gens se faisaient encore esclaves, trimant dans d'horribles conditions sous la direction de tyrans. C'était navrant pour elle de savoir que des gens souffraient... C'était ce qu'Ellipsis lui avait inculqué quand elle était encore mariée avec lui : Que vaut notre liberté quand celles d'autres n'est même pas encore assurée ?

Il aurait surement apprécier ce monde ou le gouvernement était démocratique, ou le peuple avait des libertés, des droits, des voix qu'ils pouvaient utiliser pour exprimer leurs opinions. Il avait toujours été un excellent chef de guerre et un grand combattant pour la liberté, disant souvent que c'était dans le sang que la liberté s'écrivait. Mais dans ce monde, il suffisait d'un peu d'encres et voilà... Liberté. Acquiesçant ensuite à ses propos, oh que oui, elle allait imaginer des choses, la jeune femme attendit ensuite sa commande tout en observant l'individu avec un petit sourire amusé. Sa manière de parler était agréable et amusante à écouter, qui plus est très mignonne. Quand elle revint avec sa commande, Eris fut ravie et lui sourit doucement.

-C'était rapide, et vous êtes des plus polies. Merci.

Sans même compter combien elle donnait d'argent, elle donna toute une laisse de billet qui était bien au-dessus de la somme de la facture qui était à venir. Des milliers de dollars plus hauts que le prix initial de sa commande. Les Langnar s'étant implémentés ici dans le but de se diversifier, nombre d'entre elles ont pu créer des entreprises maintenant prospères, notamment pharmaceutiques et militaires, ce qui rapportait beaucoup notamment, ainsi qu'une industrie de vêtements. Ce qui rapportait encore plus, notamment pour les robes.   

Avec toujours ce sourire, Eris eut une idée en tête, et demanda :

-Dite-moi... Est-ce au moins possible d'avoir votre numéro de téléphone ? J'aimerais bien vous donner un pourboire... Personnelle. Avec un petit extra, au passage. Je n'aimerais pas que vous soyez solitaire ce soir, voyez-vous ?
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mars 11, 2017, 06:44:33 »

 Furette se mit à servir d’autres clients, le temps que la commande d’Eris soit disponible. Il jouait bien le rôle de la petite sœur pour ceux et celles désirant avoir ce genre de serveuse, cela lui donnait une très bonne réputation aux yeux de la clientèle. Il s’adaptait selon les demandes des clients, même s’il était tout à fait capable de dire non, quand les demandes allaient trop loin, par rapport au règlement. Quand la commande de la jeune femme fut prête, Furette saisi le plateau, jouant subtilement et avec maîtrise des hanches pour que le plateau ne bouge pas trop.  Furette se rappelait encore de ses début et des nombreuses heures à maîtriser ce type de déplacement pour ne pas que le verre tremble trop.  Maintenant il était rôdé à l’exercice.

Le lycéen se mit à sourire devant les compliments, allant répondre quand la liasse de billet fut sorti, venant à le décontenancé. C’était bien la première fois qu’il y avait autant de d’argent de sortie d’un coup, même en pourboire. Il était un peu embêté sur le coup quand la gérante vint à remarquer le regard de Furette, elle se mit à venir, entendant bien malgré elle la demande. Elle observait la liasse et vint à saisir le plateau.

- Excusez-moi de vous déranger, je ne fais que passer. Si vous le permettez, je vais prendre le plateau et votre pouboire. Furette, continue, je m’occupe de mettre l’argent de côté pour toi, d'accord ? 

Furette vint à acquiescer. Entre les mains de la gérante, la somme pouvait circuler derrière le comptoir sans attirer les regards. On voyait bien que la gérante était un peu mère poule, mais pas trop étouffante. Il revint à ses chevaux en venant à avoir un petit rire, se caressant son avant-bras gauche pour se calmer un peu et reprendre.

- C’est tout à fait possible, ce qui se passe après le service ne regarde que les personnes. 


Furette se mit à marquer un de ses numéros de téléphones, il en avait plusieurs et différenciait selon le type de personne, ayant visiblement comprit la nature de la demande. Il le griffonnait sur une page de son carnet, attirant un peu les regards, un groupe de fille murmurant à une table voisine, mais pas assez bas pour être inaudible, disant qu’Eris était chanceuse. Elles partaient immédiatement dans une supposition que Furette était lesbienne et aimait les femmes plus mature que lui, ce qui le fit sourire intérieurement.  Il acceptait principalement car il avait le temps et que cette femme avait déjà une idée en tête.

- Je finis le service vers 22h. Vous pourrez m’appeler ou m’envoyer un message à partir de cette heure.
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Mars 11, 2017, 11:57:32 »

Alors cette fois, son sourire s'élargit de nouveau, mais d'amusement en voyant le visage confus et surpris de la maid quand elle lui avait tendu les liasses épaisses de billets. Oh qu'est-ce qu'elle aimait voir ce visage quand Eris faisait quelque chose d'imprévisible, de surprenant, de voir dans le regard des gens l'incompréhension ou l'interrogation, se demandant quoi faire tandis qu'Eris avait prononcée telles paroles ou telles choses. Elle était la Vipère, et même si elle n'était pas dans un monde politique en ce moment, elle se faisait plaisir à taquiner les gens qui venaient lui parler. Et elle se prenait un malin plaisir à vouloir cette jeune fille ou ce jeune homme.

Une autre femme vint vers Eris et s'excusant du dérangement, lui dit qu'elle allait prendre le plateau et la somme d'argent en toute discrétion. Ce qui était relativement facile vu l'attention qu'elle attirait, sentant le regard de jeunes filles et de jeunes hommes dans sa direction. Sachant que dans ce monde les adolescentes étaient bien plus ouvertes sexuellement concernant leurs sexualités, certaines restaient toujours pures et celles-ci, à l'évidence, était comme Mira Crone, des liseuses de manga érotiques, des sortes de livres contenants des images avec une histoire érotique dans le fond, avec ou sans sentiment. La plupart du temps, c'était sans.
 
Ce qu'elle proposait à Furette était bien subtile, accompagnée d'un beau et fin sourire. Pourtant, ce n'était pas animé d'un sentiment de romance, mais de désir, d'envie. Elle avait une bonne idée en tête et espérait que celui où celle-ci allait accepter son offre. L'objet de ses désirs accepta enfin sa proposition, disant que ce qui se passait après le travail ne regardait aucunement personne et qu'elle pourrait l'appeler après vingt-deux heures.

-Oui, évidemment... Je ne vais pas manquer l'occasion. On va bien s'amuser, toi et moi.
 
Sur ces mots, Eris sourit tandis que Furette se faisait appeler ailleurs et qu'elle commença à manger et boire ce qu'elle avait commandée, en silence, tout en jetant des regards entendeurs avec Furette.

*

La porte d'une chambre d'hôtel s'ouvrit soudainement tandis que deux silhouettes faisaient irruption. Les lèvres d'Eris étaient collés à celle de Furette, voracement dévorante, levant une cuisse autour de lui pour resserrer un peu sa prise, fermant avec un sort discret la porte derrière eux.
 
-A-Ah... Oui... Murmura-t-elle entre deux baisers avant de se diriger avec lui dans la chambre qu'elle avait louée en arrivant sur la Terre, il y a quelque jours de cela. Une autre porte s'ouvrit tandis qu'elle l'avait mené là-bas, dévoilant une chambre des plus luxueuses avec un lit à baldaquin. Mais pas le lit, pas pour tout de suite. Elle ouvrit ensuite une autre porte et se déshabilla rapidement, révélant son corps nu aux courbes de rêves et aux formes paradisiaques, un cul bien bombé, des cuisses bien galbées et un ventre parfaitement plat avec de gros seins. Récitant mentalement un autre sort, Eris augmenta la libido du jeune homme ainsi que son endurance et son avidité envers la dame. Elle déshabilla ensuite le jeune homme et rapidement, activa l'eau chaude de la douche pour continuer cette session de baisers bien chauds et langoureux.

Se mettant à genou, elle parcourra son torse de baiser, puis son ventre, et enfin, attrapa son membre qui était plutôt bien garni avant de se mettre à le sucer avidement, l'eau coulant sur le corps des deux amants, la bouche d'Eris s'occupant de faire plaisir au jeune homme. Levant ses yeux bleus vers le jeune homme tout en le sucant, elle afficha un beau sourire sensuelle.
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mars 12, 2017, 08:45:13 »

Un immense sourire se mit à se dessiner sur le visage de Furette, on aurait pu croire voir une enfant qui a reçu de l’affection d’une mère, mais ce n’était qu’un moyen de montrer que le jeune homme était content. Il n’était pas dupe sur la nature de la demande, après avoir déballé autant d’argent. La gérante l’avait aussi compris, mais comme Furette l’avait dit, ce qui se passait en dehors de l’établissement ne la regardait pas, elle était respectueuse de la vie externe de ses employés, même si cela était baigné dans la luxure.

Furette ne vit pas les heures passer, devant jouer des pieds et des mains pour se faufiler et servir les clients, laissant à Eris le plaisir de voir que le jeune homme était décidément très habile avec des talons. Le lycéen dû jouer de temps à autre la petite sœur frustrée pour faire plaisir à des clients réguliers. Vers la fin du service il vint à regarder son portable, ayant reçu un message de la demoiselle. Il vint à répondre qu’il sortirait par l’entrée de service d’ici dix minutes, le temps de retirer la tenue de maid et porter une jolie robe noire, assez moulante. Il n’y avait pas de soucis concernant une possible bosse, Furette avait appris le tucking ou l’art de dissimuler le service trois pièce et donner un rendu assez semblable à un sexe féminin, mais ce n’était qu’un tour de passe-passe comme un autre.  Il mit simplement un string noire et des talons rouge, venant à porter dessus ses épaules un petit haut en coton.  Les autres femmes se mirent à glousser en demandant s’il avait un rendez-vous galant. Ce qu’il répondit par un petit sourire en mettant des boucles d’oreilles rouge, afin que le rouge ne soit dominant qu’au niveau de son tronc, mettant en valeur la finesse de son corps.  Une fois prêt il se mit à sortir, un petit sac à main à l’épaule droit.  L’ensemble donnait la sensation d’une adolescente assez mature dans sa tête ou d’une femme mature avec un corps un peu jeune.  C’est ainsi qu’il se mit à suivre sa partenaire, jusqu’à un hôtel, venant à saluer aimablement la personne à l’accueil. 

Il pouvait sentir tout le désir de cette femme à son égard et ne pouvait qu’y répondre, ne serait-ce que par respect. Il était certain qu’elle aimait bien contrôler la situation, sinon elle n’aurait pas pris les devants dès la porte de la chambre franchit. Furette jouait un peu avec elle, se laissant guider, mais offrant un peu de résistance, pour la pousser gentiment à être un peu plus dominante. Il vint à observer l’aspect magnifique et exotique d’Eris. Dans son esprit elle était semblable à un serpent dont le venin n’était pas du poison, mais aphrodisiaque, le genre d’animal à emprisonner sa proie et ne la lâcher qu’une fois reput de plaisir. Il vint à faire glisser sa tenue sensuellement, faisant presque un strip-tease, mais plus vite, car la belle semblait vouloir aller plus rapidement vers la chose. Il vint à garder sa perruque et ses lentilles de couleurs, cela ne semblait pas dérange Eris et il se dit que si cela ne dérangeait pas, il n’allait pas se priver de les garder.  Il sut immédiatement comment il allait réagir.  Elle avait un charme dévastateur, mais Furette était aussi sous l’effet de sortilège qui, bien qu’efficace, ne le rendait que bien plus soumis à Eris, imaginant des choses salaces.

La perruque se mit à devenir plus lourde sous l’eau chaude, collant à sa peau. Il répondait aux baisers, caressant le corps de sa partenaire avec méthode pour l’exciter, dessinant de ses doigts des arabesques. Vint une situation dont il avait peu l’habitude, celle d’être dans une posture dominante. Il se mit à gémir alors que son membre subissait toute l’expertise de la femme, il rougissait des joues, son visage très féminin rendant cette expression encore plus mignonne. Les sortilèges de la femme basanée entraient à présent en jeu, la sensibilité du membre restant sensible, mais ralentissant grandement le moment où il allait jouir, tout en conservant le plaisir ressentit, le mélange était détonnant sur Furette plissait des yeux, gémissait, bougeait légèrement des hanches, son fessier tapant un peu l’une des parois de la douches quand il se reculait.  Le fait d’être coincé dans un coin n’aidait pas le  jeune homme à calmer le plaisir et l’appel de la luxure, bien au contraire. 

Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Mars 12, 2017, 11:08:23 »

Le sourire d'Eris s'élargit un peu plus tandis qu'elle aspirait avec avidité la queue du jeune androgyne tandis qu'elle posait ses mains sur ses hanches tout en continuant de lui faire plaisir, appréciant le contact visuelle entre eux deux. Elle avait même le loisir d'admirer du rouge sur ses joues qui accentuait son côté mignon et affectueux. Cela motiva davantage Eris à continuer sa succion, d'autant plus que le fait de l'entendre gémir de manière si sensuelle ne faisait qu'augmenter la libido et le désir charnelle envers le jeune homme. Avec une certaine vitesse, tout en conservant un bon rythme, Eris lui fit une fellation du siècle qu'il n'était clairement pas prêt d'oublier, encore moins de ne pas en vouloir davantage. La jeune femme délaissa une main pour qu'elle vînt se poser sur les bourses du jeune homme pour les palper doucement.

Retirant le membre de sa bouche, elle embrassa le gland plusieurs fois avant de lécher de la base jusqu'au contour du pénis avant de se mettre à lécher et a suçoter une des couilles du jeune homme tout en continuant de le regarder et de le branler de son autre main, souriant de manière sensuelle. Elle reprit ensuite le membre en bouche, une main continuant de s'occuper de ses deux belles boules d'amour. Enfin, après un excellent deux minutes, le garçon semblait sur le point de jouir. Accélérant soudainement, elle reçut enfin son beau cadeau épais et crémeux dans sa bouche, qu'elle avala rapidement. Se levant et délaissant sa bite toujours en érection, elle l'embrassa passionnément et pinça une de ses fesses.   

Prenant sa main, elle l'attira hors de la douche qui s'éteignit automatiquement, le duo toujours le corps mouillée. S'amusant a augmenter davantage son désir pour elle, Eris sourit et allait se coucher sur le lit quand soudainement, Furette la retourna et la fit pencher contre une petite table non loin et d'un coup, la pénétra.

-AH ! 

Un petit gémissement de plaisir s'échappa d'elle tandis qu'elle se fit prendre par-derrière de manière assez énergique, la table se secouant en dessous d'elle.
 
-AAAAAAAAH ! AAAAH ! OUI ! OUI !

Le manège dura une bonne dizaine de minute dans laquelle Eris criait et gémissait de plaisir, faisant tomber au passage quelques décorations qui se trouvait sur le meuble. Puis il se retira d'elle et Eris, l'embrassant a pleine bouche, l'attira enfin contre le lit avec un sourire, l'allongeant sur le dos avant de l'insérer en elle, gémissante, à califourchon.
 
La nuit allait être longue !

*

Eris était assise le lendemain sur une chaise non loin du lit qui était quelque peu en désordre après toute l'action d'hier, observant le corps endormi du jeune homme avec un grand sourire. Bien qu'il eût eu son petit instant dominateur, elle s'était bien amusée avec sa soumission. Il allait être tout simplement parfait. Sentant qu'il se réveillait, elle sourit davantage et quand il posa ses yeux sur la dame, elle gloussa
.
-Salut. Ça va ?

Elle n'avait rien de l'apparence qu'elle avait empruntée hier soir. Ses cheveux étaient un brin plus longs, elle portait sa robe de danseuse du ventre de soie presque transparente et ses yeux étaient d'un violet profond mais clair, que même des lentilles sophistiquées ne pourraient imiter. Et un service a thé volait à ses côtés en plus.

-S'il te plaît, ne crie surtout pas. Ce serait dommage que de te faire perdre la voix avec un sort, non ?

Elle sourit de nouveau, doucereusement, penchant sa tête vers la droite. 
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mars 13, 2017, 12:20:07 »

Furette se laissait doucement palpé, laissant l’effervescence du moment totalement le dominer, les sortilèges de la belle femme se mettant à ligoter de plus en plus fermement la pensée de l’humain. Il était rare pour le jeune homme d’avoir une posture dominante et de subir une bonne fellation, ce qui rendait ce moment bien plus mémorable. Il vint à jouir, poussant un râle très mignon, réagissant au pincement sur une de ses fesses, suivant la belle hors de la douche. L’avantage d’avoir un corps imberbe, c’est que l’eau coulait bien plus vite et la peau était plus rapidement sèche, surtout au vue de l’état de Furette. La magie n’aidait en rien à améliorer cet  état.

L’usage de cette magie vint à pousser Furette à agir tout à fait autrement que ce qu’il aurait fait en temps normal. C’est en partie pour cela que la magie est maléfique, elle peut changer l’esprit humain contre sa volonté et poussé à commettre des actes que l’esprit humain condamnerait. Pour Furette la dominance n’était pas son genre, préférant de loin la soumission, cependant la magie l’avait poussé à se conduire autrement, à agir comme tout mâle le ferait. Heureusement, la magie avait ses limites et Furette vint à se retirer, se sentant faible, à cause de son comportement qui avait grandement mangé ses ressources. Il vint donc à revenir à une façon d’être plus en adéquation avec ce qu’il ait, laissant Eris prendre le dessus et l’utiliser comme bon lui semblait.

Furette ne se rappel plus combien de fois il a jouit, ce fut certainement une des nuits les plus épuisantes qu’il ait connu, dormant par la suite comme une souche, récupérant du mieux qu’il pouvait. Ce ne fut qu’au petit matin qu’il put immerger de sa torpeur, venant à observer la personne qui se présentait devant elle. S’il vu le service de thé en suspension et remarquer qu’Eris était un peu différente, son cerveau n’avait pas encore fait le rapprochement. Il était encore à moitié endormit et comme Eris n’avait aucun geste dangereux, son cerveau n’était pas en alerte.  Il vint à rassembler les morceaux du puzzle quand il était question de sort de mutisme.  D’une petite voix endormie.  

- Ha Ha … la magie ce sont des petits tours et puis crier ça abîme les cordes vocales.

Doucement, il se mit à se frotter les yeux pour se réveiller un peu plus vite.
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mars 14, 2017, 03:39:34 »

La jeune femme eut un langoureux sourire en le voyant se réveiller. La nuit avait été bien trop longue pour le jeune homme semblerait-il, mais Eris avait particulièrement adoré chaque fois que son visage s'était contorsionnée en une grimace de plaisir, de jouissance, chaque tressaillement de son membre en elle quand l'orgasme approchait aussi rapidement qu'un dragon volait pour attraper un mouton ou une chèvre, affamée comme jamais. Elle était une véritable dragonne en terme de sexe. Colossale, presque insatiable, endurante et surtout dominante. Malgré son penchant pour être la dominée, elle savait dominer, guider, ordonner. Autrement, elle ne serait pas la célèbre Vipère des Sables. Elle qui cherchait à avoir toujours un avantage, à avoir ce qu'elle désirait.   

Et elle désirait toujours ce jeune homme qui ne semblait pas assez réveillé pour remarquer qu'un service a thé faite en porcelaine, mais aux dessins visiblement non-terriens était en train de voler.   

-En effet, elle peut permettre de faire des petits tours. Passer a travers un mur de manière immatérielle, prendre l'apparence de quelqu'un ou faire bander un jeune homme pour qu'il ait une bite aussi dure que de l'acier. Tu sembles avoir besoin d'eau... Laisse-moi t'en chercher. 

Tranquillement, un verre d'eau passa a travers un mur et Eris le prit dans sa main, se levant et souriante, s'avançant vers le jeune homme et le lui tendit.

-Mon nom est Eris Langnar. Le tien ?
 
Elle sourit de nouveau et doucement, l'image d'elle se brouilla...

… Pour prendre l'apparence du jeune homme parfaitement. A part ses yeux violets qui brillaient sous l'action de la magie d'illusion. 
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Mars 14, 2017, 09:35:38 »

Le jeune homme ne faisait pas beaucoup attentions aux motifs sur la porcelaine,  et même cela aurait pu être justifié par l’esprit inventif du vendeur. Après tout la fantaisie était quelque chose qui se vendait bien auprès des jeunes et des personnes aimant ce genre de chose. Furette vint à écouter ce que la magicienne disait, mais ne parvint pas à tout entendre, pensant qu’elle cherchait à le taquiner au levé du lit, alors qu’il n’avait pas encore totalement émergé.   Il se mit à se relever, étant en position assise, les jambes étendu sous le drap, sa perruque était sur le côté du lit, ayant tout de même pris soin de ne pas dormir avec des lentilles, ce qui aurait été très dangereux. Il saisit le verre d’eau, venant à le boire, mais Eris se transformait pendant qu’il déglutissait, le faisant boire de travers et tousser.

- Qu’est-ce que ?!

Furette se mit à observer Eris qui avait pris son apparence, relevant la couleur des yeux. Instinctivement, il se mit à se pincer la joue gauche, constatant la douleur et donc résumant que ce qu’il voyait devant lui n’était pas un rêve … ou un cauchemar. Il prit encore un léger temps avant de répondre à la question que la demoiselle avait posé précédemment. 

- Furette. C’est le pseudo que j’utilise en dehors de ma vie « normale ».

Il avait moins envie de donner sa vraie identité à une personne ou créature pouvant prendre son apparence. Il réfléchissait rapidement quel genre de chose pouvait faire ça.

- Vous êtes un doppleganger ? Un succube ?

Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Mars 15, 2017, 04:44:49 »

Elle ne put retenir un gloussement quand celui-ci cracha son eau par surprise, imitant aussi parfaitement l'intonation du beau brun qui toussotait et essayait de bien respirer. Que c'était plaisant de voir tant de surprise dans un seul regard et dans une seule voix. Mais c'était encore meilleur quand elle prévoyait un coup en politique dans le plan de Terra. Chaque sphère devait redouter la présence d'une telle joueuse et d'une telle perle rare. Que faire en sa présence ? Peu le savait. Peu résistait aux charmes des femmes Langnar ou a la virilité des véritables hommes nés Langnar. La ou les femmes possédaient un corps magnifique, les hommes possédaient la carrure d'un dieu de la guerre et l'esprit était aussi affutée qu'une épée. Peu savait vraiment quel moyen prendre contre de telles beautés ou de telles virilités.
 
Mais Eris se disait toujours ceci aux proches qui arrivait a la connaitre, à acquérir son amitié : Une Vipère aura beau avoir de magnifiques écailles, cela ne retire pas sa nature fourbe et vicieuse et joueuse.
 
Tel une Vipère, elle regardait de haut sa proie devant elle, du nom de Furette. Souriante, elle chantonna la réponse :

-Je ne suis ni l'une ni l'autre, car j'aurais sinon des attributs d'humanoïdes... Je ne suis qu'une simple humaine dotée de talents. Par exemple...

Elle sourit et tout d'un coup, Furette se retrouva avec un vagin au lieu de son membre masculin. Elle ricana doucement et le ramena à sa nature originelle. Elle prouva ensuite un autre don, changeant la couleur aussi la pigmentation de la peau de Furette pour la couleur bleue.

-Voilà un Schtroumpf !
 
Ricanant, elle décida d'arrêter de le torturer et le fit de nouveau retourner à la normale. Eris se leva et s'approcha, sa longue robe de soie presque transparente voletant derrière elle a son passage quand elle reprit son apparence originelle.

-Vois-tu, je viens d'un autre monde, comme tu pourrais le remarquer... Je n'ai guère ressemblance avec une humaine ordinaire. Je viens de Terra, un plan ou la magie et les chevaliers existent, ou de nombreuses autres choses existent aussi. Vampire, Succubes, Doppelganger, démons, loup-garou... Je suis Eris Langnar, de la maison Langnar, héritière de la maison Langnar, Vipère des sables et Succube du Désert. Magicienne émérite et aux talents incroyables, je suis venu ici pour m'éloigner de la politique et des complots un moment... Et je t'ai trouvé. Je t'ai désirée. Je continue de te désirer toujours.

Elle posa sa main sur sa joue et sourit, la lui caressant, avant de s'asseoir sur le lit, son autre main se glissant vers son entrejambe, attrapant sa queue avec douceur.

-Et je veux faire de toi... Une personne de mon harem personnelle.

Elle embrassa ensuite langoureusement son cou tandis que la paume de sa main palmait doucement sa queue qui commençait déjà a vouloir s'exciter de nouveau...
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Mars 15, 2017, 11:14:43 »

Furette écoutait doucement la réponse de la terrane, Eris marquant un point non négligeable en venant à parler des attributs humanoïde. Il se mit à hausser un sourcil en entendant parler de talent. Il sentit à ce moment un changement au niveau de son entrejambe, venant à rapidement supposer ce que la belle femme avait fait, le faisant légèrement rougir. Il avait beau se travestir, un changement de sexe par magie était quelques choses qu’il ne pouvait concevoir, faisant empourprer légèrement ses joues.  Il lançait un regard peu amusé devant le rire d’Eris, sentant le retour à la normale, avant que sa peau ne vienne à changer de couleur.  Furette sentit son poil s’hérisser, il pouvait être un jouet pour des personnes normales, mais pas un cobaye pour des trucs … surnaturels.

Il observait cette couleur de peau, qui se mit à disparaître aussi vite qu’elle était apparu. Il ne comprenait pas tout le mécanisme qui se cachait derrière la magie, ses variantes, ses intensités et ses effets sur du court ou du long terme.  S’en suivit une explication qui venait à prolonger cette partie mystique qui appartenait à Eris. Le jeune humain vint à saisir doucement son crâne, essayant de tout rassembler, cela était beaucoup de chose qui venait d’un coup, surtout pour un simple terrien.   Il ne put s’empêcher d’avoir un fou rire sous la demande d’Eris.  Il se mit à bloquer cette main qui voulait l’exciter, montrant une maigre force, mais la volonté était là.

- Et vous allez faire quoi si je refuse ? Me faire oublier votre rencontre ?  Si j’accepte, vous allez m’emmener sur cette Terra ? J’ai lu assez de doujin pour savoir que généralement on ne sort pas des harems, surtout avec des femmes très belles et dotées de pouvoir. 


Furette regardait Eris droit dans les yeux.

- Je peux accepter sous certaine condition. Primo si je dois devenir un jouet de votre harem, il vous faudra m’assurer un niveau de vie acceptable. Deusio, j’aurais le droit d’en apprendre plus sur cette Terra et tersio, je ne vous serais pas exclusivement réservé, si un membre du harem ou une personne souhaite me voir, je devrais pouvoir accéder aux demandes.

La dernière demande paraissait idiote aux premiers abords, mais cela lui donnait une porte de sortie, qu’il pouvait entrouvrir dans de bonnes conditions.
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Mars 16, 2017, 03:56:52 »

Eris sentit soudainement une poigne sur sa main et entendit la voix de Furette claironner en un rire, ce qui la fit doucement sourire de nouveau. Il semblerait qu'il n'avait pas du tout apprécier les petits tours de magie de tout à l'heure et a en juger par sa voie, Furette ne semblait pas aimer aussi l'idée du harem et encore moins d'en faire partie. Allons donc, alors qu'elle s'est montrée toujours gentille envers lui... Ce n'était que provocation s'il tenait la main d'Eris fermement, bien qu'avec une certaine faiblesse. Il n'avait pas tellement de muscle sur lui, cela aurait enlevé de son charme en même temps. Et Eris aimait bien son corps. Faisant fi de ce qu'elle faisait, il dit qu'il avait assez lu de doujin pour savoir ce qui arrivait quand des choses de ce genre se passaient, encore plus avec de jolies jeunes femmes. Elle accepta le compliment, mais se sentit quelque peu offensée, un tantinet à vrai dire, de la comparer à des esclavagistes.

Elle éclata en une série de gloussement gracieux qui dura une dizaine de secondes, et remarquant toujours que sa prise ne lâchait pas, elle dit :

-Oh, mais tu penses que je suis vraiment de ces femmes dominatrices dans ces ridicules doujins ? Ma foi, c'est... M'insulter, en quelque sorte. Et il n'est pas si intelligent de vouloir faire ce genre de chose, surtout que je peux te transformer en grenouille, ou pire, contrôler le moindre tes faits et gestes chaque jour. Détruire ta réputation, ma foi... Une heure me suffirait. Et parce que je voudrais voir lentement ton désespoir s'emparer de toi, de voir en direct ce que je ferais a ton pauvre corps...

Eris sourit doucereusement.

-Mais je ne suis pas assez méchante pour le faire. Si j'avais voulu te faire du mal, Furette, je l'aurais fait de la même manière que les Vampires le font généralement. Pendant l'acte, il leur arrive de sucer le sang de leur victime... Peu à peu... Et une fois assez affaibli, il les viole et une fois assouvies, leur tranche la gorge ou pire, t'envoie dans leur temple vampirique pour que l'on use de toi comme l'on ferait d'une vache : pour les nourrir.
 
Eris continua de sourire, un éclat mystérieux dans ses yeux...

-Je vais donc te dire ce que je réserve aux gens a mon harem. Oui, primo, tu auras de bonnes conditions de vie. L'on te nourrira comme tu le souhaites, buveras ce que tu désireras, fera ce que tu voudras tant que les lois ne seront pas brisés. Meurtre, vol, destruction de réputation, etc. Et si tu désires quitter le harem, je te donnerais un domaine avec des serviteurs ou des servantes pour que l'on s'occupe de toi jusqu’à la fin de tes jours. Et oui, tu en apprendras plus sur Terra, je ne suis quand même un monstre, Furette. Je t'apprendrais les usages de la cours et du peuple, ainsi que les choses que tu souhaiterais apprendre. Histoire, géographie, territoires, etc. Et enfin, le dernier... Évidemment que tu auras le droit de voir qui tu veux et d'accéder aux demandes que tu peux satisfaire. Bien que je sois ta maîtresse, tu pourras faire ce que tu veux avec les autres. Si tu désires te faire enculer par un homme, soit, tu le feras. Désireux de te faire chevaucher par une femme autre que moi, soit, tu le feras. Même moi, j'ai baisé avec un minotaure... Ce serait hypocrite sinon.

Elle gloussa de nouveau et le regarda dans ses yeux.

-Qui plus est, tu auras le droit aux avantages de ma Maison, puissante et influente. Si tu portes une chevalière que je t'offrirai, non seulement, tu seras protégée des lois dans de nombreuses contrées, mais tu auras aussi droit à des escortes magiques de garde et d'invocations.
 

Elle pencha la tête de coté.

-Mais ça, c'est si seulement tu acceptes. Et non, je ne t'effacerais pas la mémoire, Furette. Sauf si tu le désires. 
Journalisée
Furette
Humain(e)
-

Messages: 38



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Mars 20, 2017, 04:25:24 »

Furette se mit à écouter la réponse qu’Eris allait formuler face à ses conditions. Cela pouvait paraître assez brutal comme exigence, mais cela garantissait le peu de liberté qu’il pouvait soutirer. La demoiselle semblait s’offusquer, ce qui fit sourire intérieurement le jeune homme, il n’y avait rien de plus magnifique qu’une femme qui était offusquée. Il se mit à frémir en entendant le fait d’être transformé en grenouille, être manipulé comme une vulgaire marionnette Se faire détruire sa réputation était un peu problématique, même si sa réputation n’était pas grandiose, comparé à d’autres élèves de son lycée, comme une dénommé Mélinda Warren.  Il entendit parler des vampires, venant à un peu blêmir, se demandant d’un coup si les vampires ça existaient. Encore la magie, cela restait assez facile à appréhender, encore une créature folklorique, ce n’était pas du même gabarit.  Il ne put s’empêcher de déglutir en entendant les temples vampiriques.

Il fut d’autant plus attentif quand Eris se mit à décrire son harem. Il restait des interdits, bien évidemment, ce que Furette comprenait. Il fut surprit d’entendre la femme dire qu’il aurait un terrains avec des serviteurs, ce qui était une offre dont il ne saisissait pas vraiment toute les implications et l’importance, n’étant qu’un simple humain du bas peuple, peu habitué à la richesse presque nobiliaire. Il se mit à essayer d’écouter la suite, mais toute cette abondance davantage lui donnait un peu le tournis. Une formation dans les habitus des nobles, ce qui n’était pas rien, là où sur Terre, cela était presque un secret. Il vint à découvrir qu’Eris était aussi une femme perverse, il faut l’être pour se faire monter par un minotaure.

L’histoire de la chevalière fut le clou du spectacle, pensant immédiatement aux quelques légendes sur les artefacts, mais une chose était certaine.  Eris était une femme très généreuse, tellement généreuse que cela en devenait suspect, il n’y avait eu mention d’aucune réelle contrainte. Pour un terrien, cela était vraiment trop suspicieux et n’hésita pas une seule seconde pour en faire part. 

-Tout cela semble trop beau, mais qu’aurais-je comme contrepartie de ses avantages. Vous devez connaître un peu la société humaine, rien n’est réellement gratuit et servir de gigolo ou de catin n’est pas réellement une contrainte pour moi. Je ne cache pas que tout me pousse à accepter, mais cet oubli des contraintes me reste tout de même un minimum suspicieux.   
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Eris Langnar
Humain(e)
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mars 21, 2017, 03:13:17 »

Les bras croisés dans ce cas-la, Eris attendit pendant un moment en regardant dans les yeux de Furette qui semblait plutôt réfléchir et réagir aux propos de la jeune femme, ce qui la fit de nouveau sourire. Habitué au monde réel, il n'avait jamais vraiment cru donc aux légendes concernant les monstres de Terra. Elle ne lui en voulait pas vraiment. Et qui plus est, lui, jeune homme au corps fragile, elle devinait que facilement, s'il se trouvait en Terra, les créatures auraient rapidement raison de lui en un rien de temps. Un Vampire n'aurait qu'a claquer des doigts et des hordes d'animaux ensorcelés comme des chiens enragés ou des chauve-souris assoiffés de chair qui l'auraient déchiquetés comme une vulgaire poupée.

De bien macabres images que venaient apparaitre dans l'esprit d'Eris, qui ne démontra rien d'autre que son éternel sourire enjôleur sur son visage. Elle se prenait plaisir à imaginer des situations en tant que dominatrice, en tant que femme qui portait les pantalons, en présence de Furette, même si c'était plutôt glauque de sa part. Il semblait du type peu enclin aux actions en tant que dominateur ou en tant que maître. Mine de rien, avec sa carrure, il ne pouvait pas faire forcément grand-chose. Petits bras, petites jambes, mine efféminée... Il avait le portrait parfait d'une femme sans défense.

La jeune femme ricana doucement ensuite. Décidément, Furette se montrait encore récalcitrant, mais Eris ne pouvait que comprendre.
 
-Ma foi, Furette, tout ce que tu aurais à faire est bien simple. Si l'on demande un garçon de ton type alors que j'aurais des invités dans mon palais, tu n'auras qu'à pourvoir ses besoins... Physiques ou bien mentaux. Physique, notamment, par ton cul et ta queue. Mine de rien, tu t'attirerais facilement l'œil des jeunes filles de mon palais et l'œil avili et pervers de guerriers en ruts. Et parfois, tu devras m'accompagner lors de longues et ennuyeuses réunions, bals, cérémonies en tous genre... Même religieux. Non ne t'inquiète, on ne fait pas un culte aux dieux mauvais dans le coin où j'habite. Ce genre de chose ne se passe que généralement dans les recoins les plus reculés de Terra. Les Vampires et les différents monstres en font souvent l'objet de déité. Mais aucun ne te touchera... Avec cet anneau.

Eris ouvrit la paume d'une main et y apparut un anneau en argent pur et de belle facture. Sur le dessus était apposée deux émeraudes et entre les émeraudes se tenaient un emblème familial d'Eris, un serpent se tenant dressé, comme prêt à mordre. Facilement reconnaissable dans le monde, le serpent étant souvent affilié a la famille des Langnar, taillée finement et presque sans imperfection par des artisans gnomes. Elle la fit léviter au doigt de Furette qui s'y glissa sans problème.

-La chevalière dont je parlais... Magnifique n'est-ce pas ? Tu ne trouveras jamais pareille bijoux sur Terre, travaillée avec tant de finesse. Vois-tu, si tu fermais les yeux et que tu te concentrais uniquement sur cet objet, tu y détecterais une grande puissance magique. Elle te servira en cas de défense... Comme pour te protéger politiquement. Beaucoup te laisseront tranquille, car ils ont entendu bien des choses de moi. Notamment que la morsure d'une Vipère est des plus... Mortelles.

Souriante, elle pencha la tête de coté.

-Tu veux l'essayer ? Pense a quelque chose et elle t'apparaîtra devant toi grâce a l'énorme réserve magique stockée en la bague. Bien que magique, elle ne te rend pas mage pour autant, mais tout objet magique est utilisable par tout le monde. Alors assure-toi de ne pas la perdre... Et rassure-toi, si tu rencontres quelqu'un portant le même anneau que toi, ne t’inquiète pas. Ton anneau dira si oui ou non c'est un ami ou un imposteur essayant d'avoir mes bonnes grâces. Tu n'es pas le seul que j'aime bien... Meme si tu es sacrément mignon et sexy.
 
Eris lui fit un clin d'œil.

Allait-il essayer l'anneau ?
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox