banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Maid sisterhood [PV]  (Lu 387 fois)
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 818

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« le: Mars 08, 2017, 11:53:05 »

Solène était une de ses filles étrangères, au lycée Mishima. Une européenne d’apparence, qui sans doute avait des parents s’étant installé dans la paisible et douce Seikusu. Beaucoup d’étrangers vivaient dans cette ville et Solène faisait partie de ceux-là. Scolarisée au lycée Mishima, elle n’était pas vraiment le genre de fille à se faire remarquer. Elle se pliait au règlement, et se fondait assez bien dans la masse. Néanmoins, ce n’était pas parcequ’elle était du genre commun et sans intérêt qu’elle ne cachait rien pour autant. Solène cachait quelque chose, en vérité. Un petit secret qu’elle faisait tout pour étouffer. Mais malgré ses efforts, ce secret finit par être découvert par quelqu’un.

Un jeune garçon qui, comme elle, était un peu spécial. Il s’appelait Aoki … Avant cela, lui et Solène firent connaissance et se rapprochèrent un peu. Les deux jeunes gens, au fil des mois, passèrent leur pause déjeuner à deux, jusqu’à ce qu’ils finissent par faire des soirées ensemble. Ce fut précisément au moment où le secret de l’un et de l’autre fut percé à jour. Solène était un garçon, en réalité, qui s’habillait et se comportait comme une demoiselle. Aoki, de son côté, était un peu pareil mais assumait sa masculinité, contrairement à son camarade. Tout ceci pour dire qu’au fil du temps, les deux garçons sympathisèrent et firent pas mal de soirée entre filles ; l’occasion pour eux de laisser libre court à leur réelle nature.

Toutefois, Aoki finit un jour par venir auprès de Solène avec une proposition. Aoki travaillait dans un Maid Cafe, établissement typiquement Nippon. Tout naturellement il vint un jour à proposer à Solène de tenter l’aventure, histoire de non seulement gagner des précieux sous mais aussi de tout simplement mettre un peu de piment dans sa vie. Solène n’ayant aucun problème à se vêtir de façon féminine, il accepta ce job volontiers. Et puis, tant qu’il pouvait être à proximité de son camarade, tout allait bien … D’ailleurs, on lui annonça que ça serait Aoki qui le superviserait durant sa période d’essai. Une bonne nouvelle pour Solène, qui était dès lors sur le point de commencer son premier jour … Il sortait des vestiaires, habillé de sa tenue de maid, mettant son frêle et harmonieux corps en valeur.

« Ça me va plutôt bien, tu trouves pas ? » Demanda-t-il en gloussant malicieusement à Aoki.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Furette
Humain(e)
-

Messages: 58



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mars 09, 2017, 09:01:48 »

Furette n'avait pas été choqué de découvrir la vérité sur Solène et cela était même amusant, ayant put constater sa féminité très recherchée. Furette aimait bien sortir le soir avec sa camarade en femme, faisant des tours aux discothèques, allant dans les karaokés. Il s’amusait beaucoup avec Solène et à deux il était bien plus sûr de sortir la nuit en femme, que tout seul, ça il l'avait lu dans beaucoup d'articles. Il avait prit le temps de bien observer Solène et se dit que travailler dans son maid-café serait certainement enrichissant. si Solène voulait travailler sa féminité, rien en valait le terrain et le travail était un autre territoire que le lycée. Aussi avait-il fait sa proposition.  

Le lycée vint à l'accompagner jusqu'à son lieu de travail, présentant Solène à la gérante. Il s'agissait d'une femme clairement étrangère et était assez bien doté, avec un côté musculeux qui évitait aux clients de croire qu'ici il n'y avait pas de personne pouvant les dégager des lieux.  La femme se mit à écouter Furette et vint à observer Solène.

- Ho ... Je vois. Furette, comme tu me l'as amené, c'est à toi de t'en occuper. Mademoiselle, tu seras à l'essai pendant un mois.

La gérante vint à approcher de Solène, ce dernier devant paraître petit devant la femme de grande taille. La gérante se mit à poser ses mains puissante sur les épaules du nouveau venu.

- On est comme une famille ici, donc prend tes marques et n'hésite pas à poser des questions. Je suis sur que tu seras une très belle serveuse.

Furette vint à accompagner Solène dans les vestiaires, il n'y avait aucune séparation entre homme et femme, mais il y avait des petites cabines d'essayage, pour les plus timide et pudique.  Furette observait la tenue de Solène, alors qu'il était en train de se changer.

- Cela te va à ravir. Si tu as besoin de retouche ou que l'on ajoute des trucs, n'hésite pas à demander aux autres ou à moi-même.  

Furette avait une tenue de maid très sobre, en apparence. Le kimono noir tombait jusqu'aux chevilles, laissant voir des bas blancs, mettant un peu de volume à ses jambes, cette tenue n'en restait pas moins moulante quand il bougeait, mettant bien en avant son fessier. Une poitrine volumineuse était visible, utilisant de faux seins qui lui avait coûté un bras  et il avait troqué ses cheveux noire par une longue chevelure rousse, ses yeux ayant à présent une couleur vert pomme.  Il finit son déguisement quand une femme se mit à entre. Furette fit un salut traditionnel des plus réussi, inclinant gracieusement le buste. La femme se mit à sourire.

- Aujourd'hui c'est Oroshi à ce que je vois. Salut la nouvelle. Ha ... la gérante souhaiterait qu'avec la nouvelle vous fassiez l'inventaire.

Furette vint à parler d'une voix féminine et mature.

- Merci de nous communiquer l'information Usagi-san. Tu me suis Sol ?

Doucement il emmenait Solène dans l'arrière boutique, pour faire le dit inventaire. Furette viint à parler, toujours avec cette voix de femme mature. Il était sur un escabeau, avec un bloc note, notant les réserves qu'il restait.  Son kimono était bien serré et limitait beaucoup les mouvement, aimant sentir les vêtements devenir une petite prison, mais ça Solène avait dû s'en rendre compte.

- Il faudrait te trouver un surnom, on travaille rarement avec notre vrai prénom, cela évite beaucoup d'ennui, surtout pour le lycée. On a beaucoup de temps à nous, l'inventaire prend normalement quatre heures, mais d'ici trente minutes, avec ton aide, cela sera vite fait.  

Furette s'était vite rôdé au métier et espérait que Solène puisse aussi prendre son pied dans ce travail.  
« Dernière édition: Mars 09, 2017, 09:12:10 par Furette » Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 818

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #2 le: Mars 11, 2017, 02:40:07 »

Apparemment la tenue de Solène convenait bien à Furette, et c’était donc le principal. Solène était heureuse de la situation et même si ses joues rougirent un peu à cause de cette tenue serrée, elle était prête à faire le travail. Apparemment elle allait devoir faire un inventaire de l’arrière-boutique avec son ami, ce qui n’était pas plus mal pour un premier boulot. Ce qui lui plut le plus était, évidemment, le fait que Furette était désormais la personne qui la superviserait durant sa période d’essai. Ainsi donc Solène et Furette sortirent des vestiaires, après qu’une certaine Usagi leur avait informé qu’ils devaient faire l’inventaire. C’était Furette qui menait le binôme, Solène étant bien peu bavard et impressionné.

Le duo finit donc dans l’arrière-boutique. Le nouveau-venu était lui aussi équipé d’un bloc-notes et de quoi écrire, et lui aussi était serré dans son kimono. Si serré que cela commença même à l’exciter, quelque part … Mais, ce n’était ni le lieu ni le moment. Furette lui expliqua qu’il allait devoir trouver un surnom, car dans l’établissement, on n’utilisait pas les vrais noms des employés. Astucieux pour ne pas se faire prendre une fois au lycée. Mais Solène n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait prendre. L’inventaire prenait normalement quatre heures mais on lui indiqua qu’en une demi-heure, ça sera plié. Tant mieux ! Cela dit, ça lui donnera peut-être le temps de trouver un surnom, avec ce surplus d’heures. « Je t’avouerai que pour le moment, je n’ai aucune idée. » Lui dit le jeune garçon, de sa voix douce et féminine.

Solène aida son ami à faire l’inventaire, et effectivement, au bout d’une demi-heure les deux garçons avaient fini. Solène était content de son premier boulot, et sourit assez largement à Furette. « On a encore trois-heures et demi devant nous … Ca nous donne le temps de nous trouver un surnom ! » Lui dit-il, sous forme de petite plaisanterie.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Furette
Humain(e)
-

Messages: 58



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mars 12, 2017, 08:06:00 »

Furette se mit à sourire en entendant Solène dire qu’il n’avait pas de surnom en tête. Il ne pouviat le blâmer pour ça, trouver un surnom était difficile de base, surtout dans un domaine comme un maid-café, où le surnom ne devait pas faire trop pute, sans quoi la réputation de la porteuse allait en pâtir. Furette avait choisi deux, Orichi pour lorsqu’il portait le déguisement mature, donnant plus de prestance à l’apparence et Furette pour les autres, car cela donnait un aspect enfantin, laissant planer une forme d’innocence dans le caractère et il ne pouvait cacher aimer les furets.  Il vint à donner des astuces et des conseils à Solène pendant l’inventaire, afin qu’il puisse faire tout rapidement. Ce n’était pas des trucs innovant, comme simplement compter les articles avec l’index et non en les sortants du rayon, ou encore, simplement mettre dans le fond les produits qui semblaient défectueux.   Une fois ceci effectué, il entendit la remarque de Solène. 

- Commençons par le surnom, ensuite nous pourrons nous occuper du reste l’esprit plus serein. Cela parait compliqué aux premiers abords, mais au final l’inspiration peut venir d’un peu partout. Cela peut être une plante ou un animal que tu aimes beaucoup. Contrairement à ce que l’on dit les noms tirés de la nature sont assez apprécié par les clients. Mais tu peux aussi choisir simplement un prénom féminin que tu aimes. Le plus complexe est que cela ne doit pas faire trop  … fille de joie, tu comprends ?

Furette ne donnait pas plus d’information. Choisir un pseudo pour le travail devait être un choix personnel et ne pas être trop influencé par les autres. C’était comme un second prénom que l’on porte quand on travail, d’où l’importance que cela soit quelques chose que l’on apprécie.  Il était cependant à l’écoute de possible question, pour aider Solène à trouver un pseudo. Connaissant un peu Solène, il estimait que cela ne prendrait pas bien longtemps, vivre avec un prénom de fille tout le temps était déjà un avantage, selon le jeune homme. Il ne pouvait se permettre de juger, utilisant son pseudo que pour le travail et jouant sur l’ambiguïté de son apparence, sans pour autant pencher vers un sexe ou un genre en particulier.
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 818

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #4 le: Mars 19, 2017, 04:13:49 »

Se trouver un surnom ou pseudonyme n’était effectivement pas chose aisée. Du moins le faire sur le feu. Solène aidait à faire l’inventaire mais songeait en même temps à ce qu’il pouvait bien choisir. Son ami semblait en posséder deux, puisqu’il avait deux facettes au sein du même établissement. Pour le moment Solène s’en contenterait d’un seul, ce serait déjà un bon pas en avant dans son nouveau job. Furette lui donna quelques indications, par exemple qu’il pouvait tirer son surnom du nom d’une plante, d’un animal. Voire prendre tout simplement un prénom féminin. Tant que le surnom ne donnait pas l’impression d’être un pseudonyme d’une fille de joie, ça collerait. Le jeune garçon comprit et hocha de la tête, tentant ainsi de réfléchir à ça pendant qu’il travaillait en même temps.

Mais ce petit temps de réflexion ne fut pas non plus très long. Le petit nouveau du maid café finit par sortir quelques idées, les proposant à son ami pour voir ce qu’il en pensait, lui. « J’adore Cannelle. J’aime son goût et son nom, alors pourquoi pas ? Sinon … Hmm … Rose, fraise … T’en dis quoi, toi ? » Demanda-t-il de sa douce voix, à Furette. Solène savait qu’il ne voulait pas l’influencer, mais il aimerait avoir son avis et, pourquoi pas, des suggestions. Furette avait beaucoup d’imagination et ses idées plaisaient toujours à Solène. Ce n’était pas pour rien qu’ils s’entendaient bien, d’ailleurs. Le garçon marqua un silence puis regarda son acolyte lui répondre et hocha de la tête, prenant en compte ses dires.

Un petit silence se fit après, puis il pencha son regard à nouveau vers lui. Le fait que son kimono était serré l’intriguait, car ça limitait ses mouvements et ça ne devait pas être très pratique. C’était curieux … Mais étrangement, intéressant. « Tu n’es pas trop serré là-dedans ? Ça ne doit pas être très pratique … Pourquoi ? » Demanda-t-il, l’air tout innocent, tout en se doutant de la réponse à suivre.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Furette
Humain(e)
-

Messages: 58



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mars 20, 2017, 05:08:40 »

Le jeune homme se mit à écouter les propositions de Solène, venant à mûrement réfléchir à sa réponse. Comme il l’avait dit choisir un pseudo n’était pas une chose faire à la légère.  Il se mit à peser le pour et le contre de toutes les propositions, avant de venir à répondre avec franchise.  Il ne voulait pas froisser Solène en disant qu’il y avait déjà une Rose chez les maids et un mec aux cheveux roux qui se nommait Ichigo, un peu rebelle en apparence, mais très sympathique, surtout pour dégager les enquiquineurs à coup de pompe.

- Je pense que Cannelle serait un bon choix.  Cela donne un petit côté occidental qui ira avec ton apparence.

Furette se dégageait tout de suite de toute intervention pour choisir un pseudo, même s’il était déjà bien content d’avoir son avis à donner. Il vint à observer e regard sur sa tenue et écoutait les questionnements, chose qu’il répondit en premier par un petit rire amusé, venant à faire un demi-tour avec grace, chose difficile sans avoir un minimum d’entrainement.

- J’adore sentir mon corps comprimé, entravé dans ses mouvements, d’autant que je me suis basé sur des descriptions aussi bien sur internet que dans les livres pour concevoir Orochi. En effet cela n’est pas pratique quand on doit laver le sol, mais cela oblige le buste à rester bien droit, que cela soit pour se baisser et ramasser une chose au sol ou simplement saluer.

Pour démontrer la chose, Le jeune homme se mit à plier doucement des jambes pour poser délicatement ses genoux au sol et venir toucher le sol de sa main droite. Prenant une posture clairement soumise.

- Comme ça.  Le plus difficile c’est de rester bien droit, les faux seins n’étant pas léger, mais nécessaire pour jouer ce rôle mature. Cela change de Furette et cela plait beaucoup aux jeunes adolescent un peu trop complexé envers leurs mères ou le grand-père qui aime bien la jeunesse, mais pas trop jeune non plus.

Furette restant dans cette posture, son fessier s’appuyant sur ses talons, ses cuisses sur ses mollets, cette posture se nommait le seiza et était dure à maintenir sur une longue durée.

- Si tu as d’autres questions n’hésite pas à me les poser, je me ferais un plaisir d’y répondre.

 
Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 818

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #6 le: Mars 29, 2017, 06:49:42 »

Solène regardait et écoutant son ami répondre à sa question quant à l’entravement de ses mouvements. C’était une curiosité aux yeux du garçon, qui fut assez impressionné de voir Furette – ou Orochi – prendre une telle posture dans une tenue aussi serrée. Et pourtant ce garçon le fit et maintenu sa position qui pourtant de base était assez dure à maintenir. Solène comprit alors c’était dure de rester bien droit, et en quoi, effectivement sa fausse poitrine n’aidait pas. Mais néanmoins elle était nécessaire pour jouer ce rôle, celui d’une femme mature et adaptée pour un certain pan de la clientèle. « Eh bien, je … Je suis impressionné ! » Dit alors Solène, les joues légèrement rougies. Voir Orochi ainsi assis était effectivement impressionnant et donnait envie au garçon de se hisser à son niveau. C’était quelque part fascinant et motivant de voir autant d’assurance, autant de savoir-faire … Orochi était un garçon mais pourtant une grâce et une élégance typiquement féminine se dégageait de lui de la plus suave des manières.

Mais, Solène avait les joues rougies. Et toute cette ambiance, ces vêtements serrées, lui donnaient malheureusement des petites idées. Et face à l’invitation à poser des questions, il ne pouvait résister bien longtemps. Malicieusement le garçon tenta de s’asseoir de la même manière qu’Orochi, adoptant le seiza, en face de lui. Puis, il lui sourit avec malice. « J’ai bien autre chose à dire mais, ce n’est pas une question ... » Déclara-t-il alors, tout sourire. Il hésita un moment mais finit par soupirer et se lança, ne sachant pas comment son ami allait le prendre. « On a passé pas mal de soirée ensemble, tous les deux. Et … Je les ai toute adorés, ces soirées. Il n’y avait qu’à ce moment que je me sentais réellement moi. Réellement bien … Mais … Il y a quelque chose qui me manquait à chaque fois. » Dit-il dans un premier temps.

« Toi. » Déclara-t-il, les joues toutes rouges tentant alors de cacher son sourire et sa nervosité. Néanmoins, Solène, pour appuyer ses dires et sa déclaration, leva doucement sa main pour la poser sur celle de son ami, finissant par le regarder dans les yeux d’un regard tout tendre. « Je suis heureux de travailler avec toi, Aoki … » Dit-il, faisant exprès de l’appeler par son vrai nom pour signifier qu’il s’adressait bien au garçon et non à sa façade. Solène finit par craquer et s’avança doucement, déposant un petit et affectif baiser sur la joue d’Orochi, avant de reculer et de rougir jusqu’à ressembler à une tomate.
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Furette
Humain(e)
-

Messages: 58



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Avril 11, 2017, 04:05:22 »

Furette se mit à sourire en entendant Solène dire être impressionné. Le jeune homme n’avait pas appris tout cela en un jour, il avait fallu bon nombres d’heures d’exercices, dès fois même sous le regard de la gérante, qui était une femme très critique, donc une personne adaptée à juger un rôle. Il se rappeler le nombre de fois où cette posture qu’il prenait était un gage, quand il n’arrivait pas à atteindre ses objectifs. Cette féminité, cette aura, il l’avait acquis non par la volonté d’être une femme, mais des heures d’entrainement pour y ressembler.  Il se mit à pencher la tête sur le côté quand Solène allait dire quelques chose qui n’était pas une question, il se doutait, vu l’hésitation et un léger tic, que ce n’était pas quelques chose de facile à parler.

Il se rappelait que Solène avait été aussi  … timide, quand il avait essayé d’avoir un premier contact avec lui.  Furette savait que cela était d’autant plus difficile, que son ami se mettait à faire de très très longue phrase, lui qui préférait d’habitude faire au plus court et au plus clair. Ce ne fut qu’au « toit » qu’il comprit tous les enjeux de cette phrase. Une déclaration ? Ce n’était pas la première fois qu’il en recevait et cela ne serait sans doute pas la dernière. Cependant, il savait qu’il avait entretenue une  plus longue relation avec Solène, qu’avec quiconque. Refuser serait donc très douloureux et il ne pouvait cacher qu’il aimait bien sortir à deux et passer de bonne soirée. Du point de vue de Furette, cela serait aller un peu plus loin, mais pour se faire, il comptait lui aussi faire prendre de franchise.

- Je comprends tes sentiments et ne les renies pas. Tu n’as certainement pas observé ici, mais j’attire les regards, les désirs. Il arrive aussi que j’accepte des rendez-vous après mon travail, que je passe des nuits avec des clients et des clientes. Aussi, si tu souhaites quand même continuer d’être avec moi, il te faudra accepter que d’autres puissent profiter de moi. Sache cependant, que je ferais mon maximum pour te combler quand je serais là. Est-ce que cela te convient ?

Furette savait que partager l’amour n’était pas dans la nature humaine et qu’il s’agissait d’une chose que bon nombre refusait. Mais il croyait que Solène était capable de faire cet effort et le jeune homme n’allait pas revenir sur sa parole, quand on parle d’amour on ne peut mentir et là est la chose la plus complexe dans la relation humaine.

Journalisée



Merci à Luce Igaharim Felykraemoth pour le kit.
Vanessa White
Humain(e)
-

Messages: 818

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
Agente du S.H.I.E.L.D
« Répondre #8 le: Avril 21, 2017, 01:27:01 »

Solène avait du mal à aller de l’avant et exprimer ses sentiments clairement. Il était un garçon timide par nature et à cela se rajoutait toujours un fond d’anxiété à l’idée de se faire juger. Après tout, il était censé être un mâle et pourtant, il faisait tout pour être du beau sexe. Dans une société comme la nôtre les railleries, la moquerie voire la discrimination étaient très faciles à faire. Solène était donc constamment chamboulé par sa nature de femboy, même s’il l’assumait pleinement. Tout ceci pour dire qu’il avait du mal à exprimer ses sentiments, mais il parvint tout de même à faire l’effort pour une personne qui comptait à ses yeux ; Aoki. Ce garçon qui venait de lui trouver un petit job dans son maid café et qui, comme lui, aimait se déguiser chez le beau sexe.

Le garçon venait de lui déclarer sa flamme – en quelques sortes – et visiblement, l’intéressé le prit bien. Cependant sa réplique fut déconcertante, mais Solène finit par la comprendre bien vite. Aoki travaillait ici aussi, et il fallait être aveugle pour ne pas voir la dimension sexuelle des lieux. En d’autres termes, le garçon qu’il aimait ne pourra pas lui être entièrement à lui tant qu’il travaillerait ici, mais cela ne l’empêcherait pas d’être à lui dès qu’il le peut. Solène comprit cela et quelque part il était dans le même panier, maintenant qu’il travaillait ici. « Oui, je comprends Aoki … Même si … Il n’y a pas que ton corps qui m’attire. » Répondit Solène, expliquant donc que le corps venait après. Solène avait de vrais sentiments pour Aoki et par conséquent, il ne s’arrêtait pas à la chair. Mais il fallait rester honnête et se dire que le physique, le sexe, avait une part d’importance dans l’affaire malgré tout.

Solène hocha la tête, puis s’enterra dans un silence, les joues toutes rouges. La porte était fermée, il n’y avait que lui et son ami ici, dans l’arrière-boutique. Son regard bleuté se releva vers le siens, alors qu’un petit et candide sourire s’imprima sur ses lèvres. Soudainement il bondit sur Furette, tout amusé et joueur, le plaquant doucement au sol. Ses mains se posèrent sur ses poignets, et ses jambes se placèrent de part et d’autre de ses hanches, afin de le bloquer. « Il nous reste bien quelques heures devant nous, n’est-ce pas ? Ça te laisse du temps pour me combler … » Dit-il en gloussant, se pinçant la lèvre. Son regard ne décrocha du siens, alors qu’il se pencha doucement et déposa un délicieux baiser sur la pointe du nez de Furette. Solène en déposa un deuxième sur sa joue, plus passionné, puis un dernier à la frontière de ses lèvres. Il maintenu son visage proche du sien mais attendait surtout son verdict, sa réaction. Pendant ce temps, Solène bougea doucement et sensuellement son bassin pour frotter, pour effleurer son entrejambe à celle d’Aoki … Rien que pour attiser le désir chez lui !
Journalisée

Compte principal.

Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox