banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Rencontre entre prêtre et prêtresse. (PV Elynie Reviade)  (Lu 124 fois)
Thaïs
Humain(e)
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
Description
Humain sans magie, béni par une divinité. Il est hermaphrodite et a la fonction de prêtre sur l'île de Zelki. Actuellement émissaire pour son peuple sur le continent et les autres îles peuplant Terra.
« le: Février 27, 2017, 04:27:39 »

Les rayons du soleil levant eurent tôt fais de me réveiller en éclairant mes yeux fermés par le sommeil. Cela avait interrompus un rêve étrange que j'avais fais. C'était peut-être parce que j'approchais des terres portant le nom Sylvandell, connus pour de nombreuses choses dont ses dragons. J'eus comme réponse des rires lorsque j'avais posé la question de ce qu'était un dragon.

Le continent m'avait déjà dévoilé des choses déplaisantes. Une partie des peuples l'habitant trouvait normal que de soumettre comme des animaux, voir pire, des êtres qui n'étaient pas comme eux. J'avais en effet vu des descendant des créatures, nommés terranides, vendu comme de simples objets. Heureusement j'avais ouïe dire qu'il existait des lieux où cette pratique était interdite, prouvant que ce n'était pas un point que nous aurions à accepter obligatoirement en cas de relations diplomatiques. Je me doutais que cela sera aussi un point sensible à éviter. Je me devais néanmoins d'accepter ce traitement car elle était inscrite dans leurs cultures, ce qui mettrait un peu de temps au vu de mes propres valeurs.
D'un autre côté j'avais commencé à découvrir d'autres cultures, toutes riches en enseignements et en connaissances. Je savais que ce n'était que le début.
Mon style vestimentaire avait intrigué et j'eus quelques mésaventures avec des voleurs qui se crurent malin en me volant ma bourse de runes, la pensant sans doute pleine d'or. Ces derniers eurent soit droit à un petit coup de mon bâton pour les faire tomber sans grande gravité ou alors de me voir venir dans leurs petites planques de fortune grâce à la rune guide dans le contenant. Je ne leurs en voulait pas vraiment car ils ne faisaient que de leur mieux pour survivre, faute de soutient des autres.

Une fois ces réminiscences faites je me leva, la fine couverture glissant et révélant mon corps. Nous avions pour habitude de nous vêtir différemment lors du coucher ou ne pas porter de vêtements si nous ne pouvions ou voulions faire ainsi. Dans mon cas je n'avais que ma tenue de voyage et il aurait été dommage de la porter plus que nécessaire, faute de pouvoir acheter des habits convenables. Je descendis remercier le tavernier qui m'offrit un peu de pain légèrement durcit par le temps pour mon voyage. Ce geste aurait pu paraitre impoli, mais je n'avais pas payer pour ce dernier et il me serait utile, quand à lui c'était des denrées qui était jeter en moins faute de pouvoir les vendre.  


Je me remis en route sous les rayons du soleil qui était dans un ciel sans nuage, c'était un bon signe. La chaleur grimpa doucement, mais celle-ci ne me gênais en rien, contrairement au froid. J'entonnais doucement un chant de mon peuple dans une langue particulière. Le rôle de cette mélodie était de protéger ceux qui sortaient en mer, mais aussi ceux qui allaient faire de longs trajets. Sans magie elle n'était qu'une simple mélodie. Pour éviter que mes runes ne s'activent inutilement à certains mots ou sons de cette langue, inconnue pour des étrangers, j'usa de la rune de silence. Je ne produisis plus de bruit pour l'extérieur, notamment pour les possibles prédateurs. Cela ne m'empêcha pas d'en croiser certains qui, poussés par la faim, avaient montrés une ténacité effrayante me poussant à ôter la vie à ces derniers. Je ne pouvais hélas pas utiliser leurs carcasses pour de la viande, faute d'objets adaptés. Nous avions le respect des animaux en ne gaspillant pas leurs morts, or là c'était un gâchis selon notre culture. Je pris le temps de respecter mes devoirs envers les défunts, même les bêtes y avaient droits après tout. J'espérais qu'ils nourriraient les autres, animaux ou humanoïdes.

La première nuit tomba depuis la reprise de mon voyage, mais la fatigue n'était pas présente alors je continua ma route à la faveur des étoiles, m'accordant les pauses nécessaires. Sans le savoir j'entra dans la nation qui avait attiré mon intention et continua ma route tranquillement.

Ce fut sous les rayon du soleil que je découvris le vrai aspect de la nation ayant un visage différent sur certains point de celle que j'avais quitté la veille. Je me permis une pause plus longue pour admirer le paysage et je vis des formes dans le ciel. Était-ce des dragons ? J'étais hélas trop loin pour le dire, mais j'avais le même regard qu'un enfant ayant découvert un trésor, preuve que l'on peut être assez âgé et garder un peu de ce qui fait de nous des enfants. Mais il était temps de se remettre en marche pour atteindre un village avant la nuit suivante.

Le terrain plus montagneux rendit mon avancé plus lente tout en blessant mes pieds qui étaient nus. Mon peuple possédait normalement une corne pour les protéger sauf les serviteurs des dieux qui se déplaçaient peu en dehors du village, une autre faiblesse corporelle issue de notre rôle.
Une demi-journée fut nécessaire pour atteindre le premier lieu grouillant de vie humanoïde, mes pieds avaient bien supportés la torture que je leur avaient infligés. Je n'allais pas les soigner tout de suite au cas où je devais à nouveau les blesser dans ce village. Les runes ne sont pas à usage illimité et je ne devais en user quand cas de nécessité. Je me mis en recherche d'un gîte, mais hélas j'eus porte close, soit par ma manque de fortune, soit pour un élément que je ne comprenais pas. Néanmoins j'appris par des enfants, qui avaient été intrigués par moi, que l'Église d'Argent pouvait m'héberger. Lorsque je posa la question de ce qu'était cette Église j'eus droit à des yeux ronds et vis qu'ils se demandaient quoi répondre. Mon manque de connaissance était-il aussi désarçonnant ? En tout cas le soleil commençait à descendre, je n'avais pas grand chose à perdre de demander et tout service sera rendu, être logé gratuitement en était un grand.

-On va te montrer. Dit l'un d'eux avant de me prendre la main et m'entrainer.

La scène faisait d'ailleurs sourire les habitants, voir un grand gaillard comme moi obligé de me courber pour me faire guider, car je remarquais qu'ici aussi j'étais plus grand que la moyenne. Je me laissais amener vers une immense bâtisse. Il y avait-il un réel intérêt pour faire un lieu comme ça ? Peut-être que cela servait de point de repère. Remarque j'avais découvert les portes à mon arrivé alors cela devait être une chose que j'ignorais encore. Le lieu était joliment décoré et j'étais admiratif de part la pierre qui avait été utilisé. Chez nous aussi les lieux de cultes sont en pierre, mais j'ignorais encore la nature du lieu duquel j'approchais.

Devant le lieu les enfants appelèrent les personnes dans l'église alors que j'étais totalement perdu par ce qu'il se passait. Ils savaient bien mieux que moi ce qu'ils faisaient et je devais paraitre un grand idiot. Lorsque la porte commença s'ouvrirent les enfant se dispersèrent comme des oiseaux effrayés par le bruit, mais ils riaient de bons coeur. Il restait juste une petite fille qui nous avait rejoins en cours de route et cachait une petite fleur, sans doute pour l'offrir à quelqu'un.
« Dernière édition: Février 28, 2017, 12:08:58 par Thaïs » Journalisée
Elynie Reviade
Avatar
-

Messages: 29



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mars 04, 2017, 10:58:39 »

Il y avait parfois de drôle de surprises à Sylvandell, un événements peu commun, de petites fêtes, des situations qui permettaient à toutes et à tous de s'offrir un peu de plaisir et de continuer de vivre dans cette harmonie ambiante, sous le couvert d'un œil sage, celui des dragons qui étaient tant et tant appréciés par la populations. L'événement de ces derniers instants avaient été une formidable migration, la présence de dragons ayant globalement augmentés ces derniers temps dans les territoires Sylvandins, et cette venue ayant été vue comme un bon présage, beaucoup de village avaient témoignés de leur joie en se permettant de petits banquets, de doux moments en familles ou entre amis, qui permettaient à chacun de renouer avec les cousins des bourgades adjacentes, ou de profiter d'un brin de compagnie en étant convié à une table qui normalement ne leur était pas commune. Le tout produisait finalement ces grands instants de joies entre les différents membres de la société du pays, et chacun y trouvait normalement son compte, se plaignant parfois d'un brin de festivités un peu plus longues que prévues, ou d'un fauteur de trouble qui venait créer quelques houleuses situations en un temps de réjouissances et de paix, mais rien de plus notable. Finalement, la période était des plus singulières, mais portait ce petit aspect traditionnel qui venait offrir un air parfaitement rafraîchissant chez les habitants, et leurs enfants, qui en profitaient d'ailleurs pour courir dans tout les sens, et aller quérir par moment un peu d'attentions auprès des églises, prompt alors à conter, et à expliquer aux plus jeunes pourquoi la présence des dragons pouvaient tant être louée dans le pays.

Enfin, quand l'un de ceux-ci ne grommelle pas toute la journée à cause des piaillements admiratifs d'une foule de marmots plus ou moins enthousiaste à la vue de l'une de ces incroyables bêtes en plein repos !

Kin'Dareb n'était pas le plus grand de ses congénères draconiques, ni le plus fort, il fallait en être certain, mais pour autant il était clair que le jeune drake d'argent avait un caractère bien à lui, un caractère qui avait même le don de passablement épuisé sa sœur, qui se trouvait elle à s'occuper toute la journée des enfants curieux du voisinage, tandis que les adultes s'occupaient des fêtes prévues dans les prochains jours à grand renforts de coups de marteaux et de banderoles. L'imposant écailleux ne faisait pas le moindre effort, soufflait sur les marmots qui l'approchaient de trop près pour les faire basculer en arrière, rouler au loin dans des éclats de rires qui finissaient par ne leur donner que plus envie de taquiner le mâle au demeurant paresseux, et comme si cela ne suffisait pas, les gamins excités retournaient dés lors auprès de la prêtresse pour finalement lui provoquer encore plus de soucis tant ils étaient incapable de trouver la moindre ressource de calme pour l'écouter patiemment dans ses histoires. Finalement, sans que cela ne soit réellement épuisant pour Elynie, elle finissait quand même la journée sur les rotules, et ce depuis trois jours, car entre les bêtises de ces garnements, le ménage qu'elle se devait de faire une fois ceux-ci partit, et le fait que son frangin soit aussi peu loquace avec elle parce que de mauvaise humeur, elle commençait lentement à trouver le temps de plus en plus long pour elle, commençant à espérer même que la journée prochaine soit plus détendante, moins éprouvante. Et elle ne se doutait certainement pas de ce qui allait se passer, pas le moins du monde !

Pas le moindre enfant ne vint ce matin-ci, ce qui fut au moins un lourd soulagement pour la demoiselle qui n'eut alors qu'à se laisser le loisir de se combler de prières et de bien simples principes religieux, celle-ci trouvant quand même le temps de grogner sur son frère qui prouvait encore une fois qu'il n'était vraiment pas prompt à la moindre action, la mettant non seulement en colère, mais lui laissant presque l'envie de l'obliger à sortir pour une raison obscure afin qu'il se dégourdisse au moins un peu les jambes. Ce fut bien sur une chose qu'elle ne se permit pas, ne voulant offusquer son compagnon de vie par un propos un peu acerbe, et se doutant surtout du fait qu'il n'en aurait guère un ressenti d'absolue nécessité, mais rien que le fait de l'imaginer lui fit assez de bien pour qu'elle se permette de se détendre, et de se focaliser sur les tâches les plus importantes de son devoir, la menant notamment à remettre en état les archives de son temple, puis de rester à la prière avec une pleine sérénité, prenant de l'avance étant donné qu'elle se doutait bien que les enfants du quartier en tarderont pas à venir la voir, l'après-midi commençant à trouver un point de départ. Perdue d'ailleurs dans ses douces pensées, dans ses croyances d'un calme serein, elle ne vit guère le temps passer, oubliant les lents ronflements de son frangin, ainsi que les quelques pieuses allers et venues des croyants du dogme d'argent, pour finalement se plonger toute entière dans un état profond de quiétude, la laissant presque rayonner, telle l'élue de ses divinités, en pleine communication avec son âme. Du moins jusqu'à ce qu'un léger raffut la tire de son état :

Au dehors, les cris amusés d'enfants lui parvinrent, clair, et elle rouvrit légèrement les yeux en remarquant que Kin venait d'ouvrir l'une des grandes portes de l'église, et était actuellement en train de grogner après avoir passer son large cou au travers de l'ouverture, rouspétant comme un vieux bougre sur les marmots qui partaient dés lors dans tout les sens, comme si le jeu avait été satisfaisant. Marmonnant quelques tristes aveux, Elynie se leva donc tranquillement de son banc, et commença à s'approcher de la porte en se frottant un peu les yeux, la luminosité extérieur lui faisant légèrement mal après avoir passée tant de temps les yeux clos. Sa démarche était lente, elle ne se pressait pas, et ne produisant même pas de bruit sur le grand carrelage de la chapelle, vêtue seulement de ses bas pour ne pas attaquer les lieux de vains talons à la sonorité peu agréable, se doutant du coup que bien peu de personnes seraient en mesure d'entendre son approche, sans compter les grondements de Kin qui continuait d'exprimer avec un certain manque de courtoisie qu'il en avait marre de se faire taquiner par les enfants du coin tout les jours. Muette, elle se glissa du coup sous le corps de son frère, n'aillant aucun mal à trouver une faille dans sa haute forme pour pouvoir approcher de l'ouverture de la porte, et quitta donc la protection des lieux pour finalement sortir en plein soleil, le vent caressant son visage avec légèreté, faisant voler les mèches les plus fines de ses cheveux. Une véritable apparition de pureté, juste en dessous du cou du dragon, et qui tourna doucement la tête avant de remarquer le duo qui se trouvait là, à attendre, devant un drake d'argent aux airs renfrognés.

« Bonjour à vous. Pardonnez moi de ne pas être arrivée plus tôt, et pardonnez donc à Kin son air renfrogné. Que peux donc faire l’Église d'argent pour ses concitoyens ? »

Concitoyen était un bien grand mot, car si elle connaissait très bien la jeune fille qui se trouvait devant elle, timide, silencieuse, et apparemment en train de dissimuler quelque chose dans son dos, elle n'avait pour ainsi dire jamais vu le … le … la ?... disons la personne qui l'accompagnait, aux airs indéfinissable, et sur laquelle elle posa un regard un peu confus, mais surtout curieux, non sans jamais ne perdre le doux et éclatant sourire qui s'était affiché sur ses lèvres lors de ses salutations. Il ou elle ne semblait clairement pas des environs d'ailleurs, elle avait bien vue des gens en provenance d'Ashnard, ou même de plus loin, mais elle pouvait assurée qu'elle n'avait pour autant jamais vu de tels habits, ni même une nature à se promener ainsi sans la moindre chausse. Non, en revanche elle remarquait bien le genre d'austérité, de simplicité que présentait la toge de l'homme, car même ainsi doté de motifs colorés, de formes étranges, elle pouvait s'assurer de la coupe droite et simple de la tenue, et de sa relative légèreté, lui rappelant les propres tenues que son clergé pouvait utiliser pour vêtir ses membres les plus communs. Était-elle en face d'un autre membre de la prêtrise ? De quelle religion en ce cas, car cela ne lui semblait pas le moindre familier ! Enfin, ses questionnements internes trouvèrent un terme quand la petite demoiselle se rapprocha un peu, et lui tendit ce qu'elle avait cachée jusqu'ici, à savoir une bien belle fleur, dont Elynie ignorait la provenance, mais appréciait le geste, s'abaissant doucement, sa jupe lui remontant un peu sur les cuisses alors qu'elle tend la main pour la récupérer.

« C'est pour moi ? Merci mon ange, cela me fait chaud au cœur. Est-ce que tu me présenterais aussi ton compagnon, je suppose qu'il y a une raison à sa venue, n'est-ce pas ? »

Et pendant ce temps là, Kin hume légèrement l'air, percevant les douces odeurs de la magie runique, et tournant lentement son regard de topaze sur la forme étrangement haute du voyageur inconnu.
Journalisée
Thaïs
Humain(e)
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
Description
Humain sans magie, béni par une divinité. Il est hermaphrodite et a la fonction de prêtre sur l'île de Zelki. Actuellement émissaire pour son peuple sur le continent et les autres îles peuplant Terra.
« Répondre #2 le: Mars 05, 2017, 05:41:13 »

Le jeune prêtre se demandait qui allait bien apparaître, s'attendant clairement à ce qu'un être humanoïde apparaisse pour les accueillir. À la place ce fut un être qui ressemblait à la description des dragons qui avait été faite, celui-ci faisait pivoter la porte assez facilement. Thais ne put s'empêcher d'être surprit, puis de contempler la créature magique qui semblait assez peu content au vu de son attitude et les grognements qu'il faisait, néanmoins le prêtre se montra respectueux en saluant la créature qui avait un regard empli d'intelligence. Ce dernier point ne faisait qu'imposer un respect plus grand de la part de l'humain qui respectait déjà naturellement les créatures en général. Le supposé dragon continuait à agir comme un être qu'on aurait dérangé alors qu'il aurait voulu un peu de paix. Thaïs remerciait intérieurement Shanteï de lui avoir apprit à lire et comprendre une partie des attitudes animales, dont l'être humain n'était pas dépourvu. En tout cas l'hermaphrodite ne regarda pas trop la créature, ceci pouvant être très désagréable et irrespectueux, il aurait voulu la toucher, mais ne ferait cela qu'avec l'accord de la créature.

La jeune fille se rassura un peu en saisissant un pan de la tenue du prêtre, consciente que le drake n'était pas très content, et cela détourna l'attention de l'humain qui lui adressa un doux sourire. Les enfants étaient des êtres qui pouvaient être très fatiguant, mais aussi très attendrissant. Il ne vit pas la jeune femme arriva et leva un regard curieux vers la source de la voix qui souhaitait le bonjour au groupe de deux personnes qu'ils formaient avec la petite.

Thaïs resta muet, car la jeune femme était d'une beauté qu'il n'avait pas croisé jusque là, elle surpassait de loin les plus belles femmes de son île, au point que le prêtre se demandait si elle n'était pas une déesse. Il était captivé par l'apparence de la femme dont les yeux avait la couleur de l'eau, qui renforçait l'aura apaisante qui émanait ce qui semblait être une prêtresse. Cette couleur d'yeux n'existait pas sur son île et c'était la première fois qu'il rencontrait une personne en étant pourvu. Il fit le lien avec celle du regard du supposé dragon.  Sa curiosité en était titillé, mais il n'était pas venu initialement pour la satisfaire. Le jeune fille qui était resté fit son cadeau, un geste qu'il avait eu droit également et qui marquait souvent un lien assez fort avec le peuple.

La petite tourna la tête vers l'étranger qui répondit pas un petit geste de la tête, l'invitant ainsi à parler à sa place.

-C-c'est un étranger, il n'a pas trouvé d'endroit pour dormir et on l'a emmené i-ici. Il vient de loin, une île je crois. C-c'est bien cela monsieur ?


Le prêtre sentait le regard de la créature qui pouvait venir de plusieurs choses, soit un simple regard tout à fait anodin, soit elle devait être intriguée par quelque chose. L'humain adressa un sourire de remerciement à la petite et décida de compléter ses dire, car s'il avait raconté d'où il venait il n'avait pas tout dévoilé.

-C'est bien cela, merci beaucoup. Je m’appelle Thaïs et viens en effet d'une île assez reculé du continent. Je suis un prêtre en voyage, parcourant le continent pour en apprendre plus sur le monde à l'entour de notre modeste peuple. J'espère que mon statut ne pose pas de problème, de même que ma méconnaissance de la croyance ici, je n'attend également nulle traitement de faveur. Je peux bien sûr rendre l'immense service que vous me feriez en travaillant le temps qu'il faudra. Expliqua t-il d'une voix légèrement chantante.

Thaïs semblait faire preuve d'une honnêteté naïve en annonçant son statut ainsi qu'une partie du but de son voyage. Des personnes avec de mauvaises intentions auraient pus en profiter pour abuser du jeune hermaphrodite, mais il était convaincu qu'à défaut d'être une prêtresse la femme était pleine de bonnes intentions à son égard. Il amena sa main libre, l'autre tenant son bâton, à hauteur de cœur et s'inclina respectueusement. Il était aisé de le prendre pour un sauvage à cause de son lieu d'origine et le prêtre se devait de prouver que son peuple était civilisé. Le prêtre savait l'importance de son rôle.

Sa proposition de travailler comme remboursement n'était pas des mots en l'air, ayant conscience que le gîte avait un prix sur le continent. Le prêtre avait conscience que ses capacités étaient plus au moins limités, mais si l'église avait besoin de son aide en retour il la lui fournirait dans la limite du possible.
« Dernière édition: Mars 05, 2017, 05:57:34 par Thaïs » Journalisée
Elynie Reviade
Avatar
-

Messages: 29



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mars 09, 2017, 03:14:58 »

La jeune femme blonde se trouvant désormais devant l'étranger, et la fillette qui l'accompagnait, était d'un calme serein, et pour être tout à fait honnête, sa longue séance de pieuses prières n'y étaient pas pour rien, étant donné que celles-ci lui avaient permise de passer un peu au dessus du comportement des plus désagréables de son frangin. Alors oui, certes, c'était aussi lui qui l'avait tirée de son état de pleine concentration par ses grognements acerbes envers les marmots taquins qui se trouvaient devant la porte, mais elle ne lui en tenait pas rigueur, parce que de toutes manières, elle doutait qu'il ne puisse avoir désormais quoi que ce soit en cette journée qui vienne influencer son humeur, maintenant qu'elle avait put pleinement communiquer avec son âme, et les esprits supérieurs régissant l’Église d'argent. Alors elle les observait avec calme, ces deux invités, dont l'un la troublait un peu de part son androgénie, mais surtout le fait qu'aussi élégant pouvait-il paraître, il la dépassait de plus de trois tête, ne manquant pas de lui rappeler à quelle point elle pouvait être petite dés qu'il s'agissait de se comparer aux peuplades extérieurs, ou même celle de Sylvandell. Elle n'en porta pourtant pas outrage, et se contenta de garder un œil tendre sur la jeune fille à qui elle venait de poser sa question, celle-ci répondant avec beaucoup de respect, et un brin de timidité, donnant presque envie à la prêtresse d'écaille de la serrer contre sa poitrine. Bien sur, elle n'en fit rien, elle se devait d'agir comme une représentante de l’Église, mais rien ne l'empêchait pour autant d'avoir en tête cette douce image où elle viendrait cajoler la jeune fille pour la rassurée.. Enfin, déjà devait-elle écouter sa réponse !

« C-c'est un étranger, il n'a pas trouvé d'endroit pour dormir et on l'a emmené i-ici. Il vient de loin, une île je crois. C-c'est bien cela monsieur ? »

Un voyageur donc ? Décidément, elle avait le chic pour accueillir les étrangers désoeuvrés ces derniers temps, mais elle espérait sincèrement que les choses ne finissent pas comme lors de son dernier acte de bonté envers un homme venu de loin, sa dernière nuit de ce genre ayant été un véritable festival de situations plus ou moins saine pour son mental, et où elle avait bien manquée perdre la vie de nombreuses fois. Et cela en omettant de faire remarquer que Kin avait eut le plus grand mal à soigner ses blessures, corrompues par les lames dangereuses des cultes interdits du chaos. Enfin, elle cessa de se rappeler ces mauvais événements, et se redressa désormais pour observer l'homme qui, en manque de gîte, s'était fait guider jusqu'aux portes de son église afin de pouvoir quérir son aide, et c'est avec un charmant sourire qu'elle répondit jusqu'ici, bien qu'elle pusse remarquer que celui-ci comptait bien s'exprimer sur ce que venait de lui détailler la jeune demoiselle de Sylvandell, dont le léger bégaiement gêné n'avait été qu'une autre forme d'invitation pour Elynie de l'emprisonner entre ses bras. En tout cas il était... beau. Elle ne pouvait pas dire le contraire, autant le précédent voyageur lui avait paru un peu bourru, malgré son évidente tendance à vouloir porter secours à autrui, chose qu'elle se devait bien de lui honorer tant cela lui avait permit d'éviter quelques désagréments, mais celui-ci, cet homme des mers à la tenue étrangement chaude au niveau des couleurs, et au visage ciselé dans un aspect indécis sur son genre réel, elle le trouvait charmant, tout simplement.

Kin bien sur ne semblait pas le moins du monde de cet avis, et l'observait avec un appuis marqué, incapable de le laisser un seul instant quitter son regard jaune, s'assurant même qu'il ne puisse tenter de dissimuler le moindre aspect de son être à sa méticuleuse observation. Que voulez-vous, le dragon avait eut l'occasion de faire une erreur il y a de cela quelques lunes, et il ne comptait pas la reproduire, protéger sa sœur étant, de toutes manières son seule et unique devoir, et celui-ci lui échoyait à lui, et seulement lui !

« C'est bien cela, merci beaucoup. Je m’appelle Thaïs et viens en effet d'une île assez reculé du continent. Je suis un prêtre en voyage, parcourant le continent pour en apprendre plus sur le monde à l'entour de notre modeste peuple. J'espère que mon statut ne pose pas de problème, de même que ma méconnaissance de la croyance ici, je n'attend également nulle traitement de faveur. Je peux bien sûr rendre l'immense service que vous me feriez en travaillant le temps qu'il faudra.
 -  Hum, je ne sais guère. »

Elle fait en effet mine de réfléchir, levant les yeux vers le ciel avec une légère moue, comme si elle était en train de peser le pour et le contre de cette rencontre, de cet accueil qu'elle pourrait lui offrir, et pour être parfaitement honnête, son jeu est sûrement assez saisissant pour que le jeune homme s'y trompe, et vienne croire qu'elle est en train de lui annoncée de manière bien peu directe qu'elle ne peut accepter sa présence à l'intérieur de l'église ! Mais bien sur, rien de cela n'est vrai, elle serait tout simplement aux anges de pouvoir aider son prochain, surtout qu'il semble être un confrère de croyance, et que même si elle connaît les règles autour de la foi en Sylvandell, à savoir que le peuple est extrêmement croyant, et que seul les religions s'accordant avec la royauté peuvent être acceptée en ses terres, elle ne peut que témoigner un vif intérêt envers le dogme, les rites, et les pensées qui doivent sûrement accompagner ce géant aux cheveux bleus profonds ! Elle tient toutefois son petit jeu de comédie pendant quelques secondes, suffisamment pour qu'elle sente un léger trouble naître chez l'homme qui se trouve en face d'elle, puis se met à rire légèrement, un rire cristallin qu'elle tente bien malgré elle d'étouffer, de manière à s'assurer de ne pas le vexer outre mesure en passant pour une femme moqueuse, puis se reprend après une grande respiration, et se tourne pleinement vers lui avec l'air le plus accueillant du monde. Et ses lèvres se descellent alors pour lui exprimer un peu toute la mesure de son naturel des plus altruiste, lui confirmant aussi par là le tout de sa bonté, et de celui de son culte :

« Je vous fais tourner en bourrique, toutes mes excuses. L’Église d'Argent accueille toute personne dans le besoin d'un gîte et d'un couvert, sans que la moindre rétribution ne soit demandée. Voyez cela comme un moyen d'offrir, même au voyageur intrépide, la protection des drakes d'Argent. Je me présentes, je suis Elynie Reviade, prêtresse d'écaille, et donc représentante de notre Église. Juste derrière moi se trouve mon frère, Kin'Dareb. Vous aurez remarquez que nous ne possédons guère les même attributs, mais ne vous en étonnez pas trop, d'accord ? »

Répondant à son salut, elle s'incline légèrement tout en prenant du bout des des doigts les coins de sa jupe, la relevant doucement dans son mouvement sans trop faire attention à quel point elle révélait le haut de ses cuisses dans sa manière de faire. Il était vrai qu'elle et Kin était passablement différent. Non seulement le dragon ne possédait ni la confiance aveugle que la jeune femme ressentait envers n'importe qui, ni l'amabilité singulière que celle-ci véhiculait par le moindre de ses propos, y préférant normalement un caractère qui allait particulièrement en contradiction avec celui d'Elynie, méfiance et prudence, ainsi qu'un don naturel pour ausculter lentement mais sûrement l'âme de ceux qui prétendait simplement chercher un toit. Par exemple, Elynie, bien loin d'avoir jouer d'autre chose que d'un accueil chaleureux, n'avait pas du tout capter chez ce futur compagnon de soirée la singularité de son être, cette magie étrange, un peu distordue, qui par contre n'avait pas du tout échappée à l'oeil acéré de Kin'Dareb, son front lourd munie de cette lame d'un scintillement presque aveuglant s'étant tourné depuis le début de la discussion pour que finalement la pointe de son occiput frontal soit clairement adressé à l'étranger. Rien de plus qu'une petite manière de prévenir qu'il l'avait à l’œil, sûrement, mais pour autant le dragon en manquait pas de manière, ni de bonne volonté, et partageait le but de son espèce, à savoir protéger autrui contre le chaos, la famine, la guerre, et autres fléaux dont l'humain était bien souvent sujet, aussi se permit-il simplement un grondement, de manière à saluer l'homme, et disparut lentement derrière les portes de l'église, libérant le passage pour sa sœur et son invité.

« Je vous invites donc à rentrer, afin déjà de pouvoir vous asseoir, vous devez être fourbu de vos pérégrinations. Et toi ma jolie demoiselle, vas donc rejoindre tes parents, les festivités ne vont pas tarder, il faut que tu les accompagne dans les prochains jours, d'accord ?
 -  O-Oui madame. A... A tout bientôt, je pourrais revenir ?
 -  Bien sur petite ange. Allez files maintenant. »

Et la prêtresse lui fit simplement au revoir de la main quand elle s'éloigna, une doux sourire sur le visage, avant de se tourner vers son invité … et de lui faire signe, élégamment, de la suivre à l'intérieur de la haute chapelle.
Journalisée
Thaïs
Humain(e)
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
Description
Humain sans magie, béni par une divinité. Il est hermaphrodite et a la fonction de prêtre sur l'île de Zelki. Actuellement émissaire pour son peuple sur le continent et les autres îles peuplant Terra.
« Répondre #4 le: Mars 10, 2017, 08:34:11 »

Thais sentait que la créature avait un regard plus attentif sur lui. Cela était un peu dérangeant car s'était comme si le dragon cherchait à desceller quelque chose de spécifique en lui, sans doute la nature de sa marque divine. De tout évidence les deux êtres qui étaient apparus aux portes semblaient lié par quelque chose et le magnifique animal semblait sur ses gardes.

La réaction de la charmante femme fit penser à la solution de la nuit à la belle étoile, car il semblait que l'offre ainsi proposé par les enfants ne semblait pas aussi aisé à obtenir. Peut-être était-ce parce qu'il avait d'autres croyances ? Ou alors on lui demanderait quelque chose en retour. Le prêtre ne se permettait pas de lire l'attitude de la supposée prêtresse devant lui, par respect, mais aussi car le regard du dragon occupait un peu plus son esprit.

Heureusement il s'avéra que ce n'était qu'un petit jeu de la part de la jeune femme,ce qui fut rassurant. Elle se présenta et le prêtre fut assez peu étonné d'apprendre qu'elle était la personne qui symbolisait l'Église d'Argent. Il aurait été dommage qu'une personne aussi belle n'ai pas ce rôle. Sa révérence révéla un peu plus de ses jambes, si ce genre de tenue existait sur son île il était très rare de les voir chez les membres de la classe des prêtres. Thaïs était très peu couvert en comparaison, mais cela était grâce à sa marque. Apprendre que le dénommé Kin'Dareb était son frère était étonnant. Dans son village il y avait eu par le passé des humains lié à des créatures magiques, via des liens familiaux, mais cela n'avait eu lieu qu'à la fondation de son peuple. Cela expliquait pas mal de petites choses, comme le regard insistant du dragon qui devenait de de plus en plus dérangeant ou son air asse protecteur envers l'autre membre de sa famille. Le prêtre attendit gentiment que le drake donne son avis, ce qui fut fait par un grognement et la libération du passage. Thaïs se doutait que son séjour serait sous le regard du dragon, à moins qu'il ne se trompe, ce qui pouvait arriver. L'hermaphrodite assista à la petite scène avec la jeune fille, puis lorsque la prêtresse l'invita à rentré il fut partager sur ce qu'il devait faire et  il hocha de la tête. Il y avait d'autres divinités ici alors sa magie ne seraient peut-être pas toléré dans un lieu de culte aussi il se devait de faire attention.

-J'ai des runes dans ma sacoche si besoin je peux vous les remettre, chose que je comprendrais tout à fait. Je ne suis cependant pas...mage...je crois que c'est le terme qui est utilisé, aussi ne soyez pas étonnée si je ne réagis pas face à des objets magiques,si vous en possédez.

Il n'allait pas user de magie pour prendre soin de ses pieds, abimés par le voyage, afin de ne pas rendre sa présence inconfortable pour les entités présence dans l'immense bâtisse. Il suivait bien gentiment la prêtresse et à l'entrée il marqua un temps d'arrêt pour saluer intérieurement les êtres divins qui étaient liés à cette structure. Si on observait Thaïs on pouvait voir qu'il avait un respect dans son geste, en temps que prêtre s'était pour lui la moindre des choses. Il se devait de ne pas tricher aussi, conscient qu'il salirait le lieu pour sa première entré, il allait fouler son sol sans avoir utilisé la magie de la rune d'eau. Bien sûr si on lui demandait de faire une ablution de ses pieds il le ferait, étant un simple invité et devant se plier aux règles du lieu

Il avait une grande curiosité sur tout ce qui composait ce lieu de culte. Comment était-il construit ? Il y avait-il des représentations des êtres vénérés ? Il y avait-il l'utilisation de métaux et autres pierres précieuses ou était-ce un lieu fait en toute simplicité ? Ses question se posait aussi sur la présence de livres ou non, car durant son voyage il n'avait pas vu beaucoup d'ouvrage en vente et souvent ces derniers étaient si usés que lire revenait de l'exploit, pour un étranger. Bref Thaïs, bien que respectueux, avait sa curiosité habituelle.
« Dernière édition: Mars 10, 2017, 08:41:07 par Thaïs » Journalisée
Elynie Reviade
Avatar
-

Messages: 29



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mars 13, 2017, 11:49:42 »

Elle voyait bien que le jeune homme n'était pas vraiment à l'aise, d'autant plus qu'Elynie ne pouvait pas passer outre le fait que son frère semblait particulièrement intrigué, méfiant même qui plus est, et qu'ainsi il ne l'aidait sûrement pas à trouver la détente nécessaire pour lui permettre de ne pas se faire avoir par la moindre des taquineries de la plus jeune prêtresse, celui-ci étant tombé droit dans le panneau quand elle l'avait fait marcher sur la possibilité de l'accueillir. Elle le trouverait presque mignon à ce degré là, un peu maladroit, crédule, mais elle imaginait bien que si l'homme était un insulaire, comme la fillette en avait fait la remarque, il ne devait que peu être habitué aux comportements extérieurs à son village, le menant foncièrement à se faire mené par le bout du nez, même par une jeune femme qui n'est normalement pas vraiment dans la posture de la provocatrice, mais plutôt dans celle de son invité, à se faire berner. C'était agréable un tel changement, et elle l'appréciait déjà rien que pour cela, aussi quand elle l'invita à passer la nuit, ce fut non seulement par le fait qu'elle n'irait jamais ne pas octroyer à un nécessiteux l'abri dont il a besoin, mais aussi parce que, fondamentalement, elle le trouvait d'une bien plaisante compagnie, et imaginait qu'elle ne saurait trouver que plaisir à passer un peu de temps avec lui. Kin fut un peu plus mitigé, mais comme à chaque fois, il ne pouvait tout simplement pas aller à l'encontre des avis de sa sœur, si bien qu'il libéra en effet le passage en grognant, retournant se lover dans la salle principale afin de prolonger son repos, laissant à la prêtresse d'écailles le soin de s'occuper de leur invité.

Elle en profita d'ailleurs pour continuer de détailler son future compagnon de soirée, essayant de reconnaître les quelques menues détails qu'elle saurait quérir, et qui auraient put faire toute la terrible attention de Kin, car si elle le connaît prudent, elle sait aussi que le dragon n'est en rien un être gratuit dans ses attentions, et qu'il y a toujours une raison à ses comportements, que celui-ci soit parfois un peu mal jugé ou non. Mais là, pour le coup, elle était bien en mal de trouver d'elle-même ce qui avait put causer pareille observation, le jeune homme n'ayant apparemment sur lui pas le moindre équipement d'origine militaire, ni outil tranchant, ni éléments contondants, et encore moins de grimoires aux natures ésotériques, mais pas non plus quoi que ce soit dans ses mouvements, sa démarches, ou ses gestes nerveux de particularités qui pourrait la mener sur une piste. Là, comme ça, elle a juste l'impression d'être en compagnie d'un damoiseau tout ce qu'il y a de plus classique, dont la vie est en effet menée par une conception du monde l'amenant à une certaine prêtrise, sa toge étant parfaite pour laisser indiquer la nature de sa profession, et dont la jeunesse le présente comme quelqu'un qui a encore bien des choses à découvrir. Était-ce le fait qu'il était peu âgé qui s'était joué de la jalousie d'un frère, craignant que sa sœur finisse entre les mains d'un homme dont les intentions pouvaient se faire plus intime que prévue. Oh mon dieu, elle en rougirait de penser cela, mais surtout, alors qu'elle se questionnait intérieurement, le fameux Thaïs eut tout don de lui offrir la réponse, sans la faire languir, présentant sa sacoche et s'exprimait avec une légère inquiétude, bien éloignée des pensées vives de la jeune femme à l'aspect rayonnant.

« J'ai des runes dans ma sacoche si besoin je peux vous les remettre, chose que je comprendrais tout à fait. Je ne suis cependant pas...mage...je crois que c'est le terme qui est utilisé, aussi ne soyez pas étonnée si je ne réagis pas face à des objets magiques,si vous en possédez. »

D'accord. Pas étonnant que Kin avait réagit, la magie runique n'était pas vraiment commune, l'usage de runes pour des sorts spécifiques existait bien sur, mais il était tout de même peu fréquent, et seuls les mages les plus compétents en faisaient usage, plutôt que de créer des sorts tout-fait via les cours qu'ils recevaient par leurs maîtres, ou dans quelques-unes des grandes académies du pays. Le fait qu'il lui demande si cela était acceptable dans l'église était toutefois quelque chose qui lui fit franchement plaisir, peu de personnes se posaient la question de ce qui était acceptable dans un lieu de culte, et bien loin de le repousser dans son comportement des plus respectueux, elle répondit tout d'abord avec une expression de pur bonheur, enchanté qu'un jeune homme ai parfois plus de réflexions sur son comportement que les nombreux adultes qui parfois venaient prier dans son domaine, puis vint faire quelques pas vers l'entrée sans pour autant s'exprimer verbalement sur ce qu'il venait de lui dire, avant de lui montrer les portes menant à la partie principale de son chez-soi, à savoir les hautes arcades de la chapelle d'argent. Toutefois, bien sur, elle ne pouvait se contenter de rester muette à ses termes, aussi, alors qu'elle attendait patiemment qu'il se mette en marche pour la rejoindre, elle fut patiente jusqu'à ce qu'il entame son premier pas, instant où elle se permet enfin de lui répondre à l'oral avec un ton plein de chaleur et de douceur, pour enfin lui dire ce qu'elle en pensait, et à quel point cette sacoche, dans le fond, n'avait nulles raisons de quitter ses hanches, se trouvant très bien où elle était :

« Nous n'avons absolument aucuns soucis avec la magie, n'ai craintes, dans le fond il n'y a pas le moindre problème à ce que tu en fasses usage, même dans la chapelle, mais assures-toi juste d'user de force qui ne vont en rien créer de problèmes. Point de feu, de choc, ou de dégâts, et rien ne saura être problématique. Enfin ... »

Il était à sa portée, et elle le poussa à l'intérieur.

« Bienvenue dans ton chez toi pour la soirée, voici le cœur de notre domaine, accessible à tous, la chapelle d'argent ! »

Et, vive, elle passe devant lieu, sautillant un peu dans ses mouvements pour se planter au milieu de la pièce, jambes serrées, bras écartées, et sourire radieux sur le visage, ses paumes ouvertes comme pour lui montrer un peu la splendeur des lieux. Pour être tout à fait honnête toutefois, le culte d'argent n'as pas du tout les même fonds que le culte autour des dragons d'ors, qui est la croyance officielle en Sylvandell, et si on ne peux pas ôter à l'église d'argent une certain présence, une importance quasi capitale dans les mœurs, et dans son besoin qu'ont les fidèles à prendre soin de ceux qui sont dans le besoin, il en revient quand même que les lieux ne font pas vraiment preuve de la même splendeur, même si ils restent savamment travaillés. Il n'y a, dans le fond, que peu de décorations, le tout restant particulièrement pieux, propre aux besoin de prières et de communions avec les dragons propre à cette croyance, et finalement l'élément le plus choquant à l'intérieur de la chapelle se trouve être Kin, qui dort devant un autel qui fait quasiment le double de la taille déjà surprenante du drake argenté, où se trouve, tailler dans le bois, une représentation stupéfiante des dragons tant adorés du pays dans un spectacle d'harmonie, de protections, et d'amour. Autre spécificité remarquable, mais le long des murs de la pièce se trouvent de nombreux bustes, représentant toujours une femme, accompagné d'un dragon, chacun possédant ses particularités en termes d'outil représentés en compagnie du visage féminin. Pour le coup, le jeune homme ne peut le savoir, n'ayant encore connaissance des mœurs de l'église d'argent, mais il s'agit de toutes les prédécesseures d'Elynie, chacune désormais entourées d'une montagne de cire et de cierges.

« J'espère que les lieux te plairont, je suppose que ce doit être bien différent de ton chez-toi. Mais pardon, je ne t'invites même pas à t’asseoir finalement, trouves toi une place, et si tu as des questions, je suis tout ouïe. »
Journalisée
Thaïs
Humain(e)
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
Description
Humain sans magie, béni par une divinité. Il est hermaphrodite et a la fonction de prêtre sur l'île de Zelki. Actuellement émissaire pour son peuple sur le continent et les autres îles peuplant Terra.
« Répondre #6 le: Mars 18, 2017, 07:07:17 »

Il fut à la fois troublent et rassurant pour Thaïs que d'apprendre que la jeune femme ne sentait pas la magie. Il en déduisit que son frère n'avait pas ce soucis et le prêtre comprit alors un peu mieux encore la réaction du frangin reptilien.
Avoir reçu l'autorisation de garder et, sous conditions, d'utiliser ses runes retira un peu le poids qu'il avait sur les épaules. Le jeune homme fut surprit de se voir légèrement poussé par la prêtresse, qui repassa devant lui avec une énergie et une attitude qui lui rappela quelqu'un d'autre, mais Thaïs se garda bien de le dire. Après tout il ne connaissait pas assez Elynie pour lui en parler pour le moment. En tout cas il fallait avouer que la prêtresse semblait avoir beaucoup pour plaire.

Le prêtre n'avait pas à regarder pour sentir l'énergie qui habitait ce lieu. À défaut de sentir la magie il était naturellement sensible à certaines choses qui se trouvaient dans les lieux de culte ou dit sacré. Il lui aurait été bien difficile d'expliquer comment, ni quoi, mais entrer dans ce genre de lieux lui mettait comme un léger poid sur les épaules, lui rappelant sont rôle.

Le lieux était superbe à ses yeux, il faut avouer que la plupart des temples se trouvaient dans des grotte et autres lieux naturelles. Ses yeux se portèrent naturellement vers l'autel. Même de loin, il pouvait sentir que cet objet avait été conçu avec un soin particulier et cela n'avait pas forcément à voir avec l'esthétique de l'objet. Certaines statues grossières pouvant comme émettre quelque chose de particulier alors que des oeuvres d'art semblaient en être dépourvus. C'était une sensation que le prêtre ne pouvait pas exprimer verbalement, une sorte d'intuition. Puis son regard se porta sur les bustes, puis vint vers Elynie et Kin, avant de revenir sur l’alignement d'objets. Le nombre de bougie étonna Thaïs car elles étaient très rarement utilisées sur son île, sauf au décès du chef de village pour guider son âme. C'était étrange et il n'avait pas vu une telle chose avant, ce qui titilla sa curiosité.

-Excusez mon ignorance, mais ces personnes, qui sont-elles ? Elles semblent importantes.

On pouvait sentir que le prêtre n'oublia pas son respect, même envers de possible défunts. Il attendit patiemment la réponse et s'il s'agissait bien de défunts alors il songera à aller trouver de quoi acheter une bougie pour le jour où il reviendra honorer leurs mémoires. S'il s'agissait de déesses alors le prêtre ira saluer chaque bustes comme il se doit, quitte à demander à Elynie comment faire dans l'Église d'argent. Manquer de respect envers les dieux dans leur demeure était une chose que Tha¨s voudrait éviter car la colère divine pourrait être très dure envers lui.

Le prêtre se sentit si ignorant, mais ce n'était pas un mal, juste la preuve qu'il avait encore beaucoup à apprendre. D'ailleurs il se permit enfin de poser quelques questions qu'il avait eu en tête depuis que Elynie s'était présenté comme une prêtresse.

-Est-ce qu'il y a des gestes, non agressifs, à éviter ou certains comportements ? Venant d'une petite îles nous nous permettons sans doute certaines choses qui peuvent gêner et je n'aimerais pas vous mettre vous et votre frère dans l'embarras.

Thaïs avait vite intégré la relation entre Elynie et Kin, aussi il aurait été impolis de l'ignorer, juste parce qu'il n'avait pas de traits humains. L'esprit du prêtre était assez ouvert et c'est ce qui lui permettait de penser ainsi. Il aurait aussi été mauvais diplomatiquement parlant s'il donnait une mauvaise image de son peuple à ce qui semblait être la religion locale.
Journalisée
Elynie Reviade
Avatar
-

Messages: 29



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mars 21, 2017, 02:09:57 »

Décidément ce jeune damoiseau était charmant. Enfin, point dans le sens où elle agirait comme une vieille perverse qui observe les doux traits d'un jeune homme avec la lubricité suffisante pour passer pour une prédatrice incorrigible, mais bien dans le sens où elle lui trouve un peu de cette innocence délicate, de cette candeur, de cette amabilité et de cette douceur de vivre qui lui donne enfin l'impression de croiser quelqu'un qui mériterait pleinement d'être accueillie dans l'église d'argent, pas temps par devoir, mais par responsabilité de ne pas laisser si tendre sympathisant dans un lieu de danger et de corruption. Si encore cela existe, car elle n'a jamais eut comme croyance de se dire que quiconque pouvait se trouver fondamentalement mauvais en ce monde. Mais oui, elle l'apprécie, autant dans son comportement que dans ses inquiétudes, autant dans ses délicates intentions que dans ses respectueux instincts, finalement plus elle l'observe, et plus elle est certaine d'être en la présence d'un véritable confrère, qui n'est peut-être pas dans la même croyance qu'elle, mais qui peut comprendre, agréer, et clairement se trouver sensible aux valeurs et devoirs de l’Église d'argent. Bon bien sur, il n'a pas du tout les attributs qui le rendrait apte à un poste tel que le sien, mais c'est vrai que si elle pouvait souhaiter une sorte de prêtre pour son église, elle aurait tôt fait de se conformer à l'image de ce jeune homme pur, immaculé dans sa nature de porteur de bonne parole, et dont autant les traits que les mots sont les signes du plus grand des intérêts vis-à-vis du divin. Un peu plus, et elle pourrait presque croire à la venue d'un messager !

Enfin, un peu de calme de sa part était nécessaire, et se maîtrisant un peu sur l'appréciation qu'elle avait de ce charmant jeune homme, elle le laissa observer les lieux avec tout l'intérêt dont il était capable, restant fixée au milieu de la pièce, toute fière bien malgré elle de voir qu'un étranger pouvait se faire surprendre par son humble demeure, et espérant d'ailleurs que celle-ci ne soit pas trop sombre, afin que l'homme profite pleinement de la vision des lieux. Au moins le grand avantage était qu'avec les cierge, les chandeliers, et les quelques lanternes à souffle qui avaient été installées, elle savait qu'elle pouvait clairement offrir la luminosité suffisante, mais le problème actuellement était que la moitié des sources lumineuses étaient éteintes, faute de son gros flemmard de frangin qui n'avait pas prit la peine de les allumer, ou surtout de les raviver durant sa pleine prière de plus tôt. Normalement elle aurait ronchonné envers son camarade de vie, mais elle ne se sentait pas vraiment le droit d'accomplir de telles remontrances devant leur invité, aussi se contint-elle un court instant, et commença silencieusement à imaginer ce qu'elle pourrait faire pour se venger du manque claire d'implication de son lézard de frère, sans pourtant que son esprit dénué de malignité ne lui permette de trouver la moindre idée tangible. Tant pis, elle préféra du coup abandonner cette recherche bien trop peu utile et se reconcentra sur le jeune prêtre, qui n'avait pas encore fais un seul pas de plus dans les lieux, apparemment intéressé tout particulièrement par les bustes qui se trouvaient le longs des murs, jusqu'à même qu'il se permette une petite questions, toujours sur ce ton presque craintif tant il était empli de respect :

« Excusez mon ignorance, mais ces personnes, qui sont-elles ? Elles semblent importantes.
 -  Oh il s'agit de celles qui furent prêtresses d'écailles avant moi. Je suis la dernière, et Razetta, que vous voyez au fond, à gauche, était celle qui m'a précédée. Elle est partie il y a de cela … cinquante-huit années je crois, l'église est restée vide de direction pendant un moment, mais vu que les prêtresses d'écailles et leurs compagnons naissent dans deux œufs qui apparaissent sans que nous n'en connaissions les raisons, il arrive parfois que de longues périodes s'écoulent sans que l’Église d'argent ne trouve de réels successeurs à sa pensée. »

C'était d'ailleurs le plus grand soucis de l’Église, car les périodes de vide avaient vite tendance à devenir désastreuse pour ceux et celle qui cherchait vraiment à faire de cette croyance une pensée religieuse sérieuse. Le problème principal n'était d'ailleurs pas simplement le fait que les prêtresses d'écailles apparaissaient de manière assez rare, mais surtout qu'il était tout bonnement impossible pour les plus pieux de maintenir le contrôle sur ceux qui était plus souvent en proie au doute, et chaque mort, suivant ensuite les période de creux sans direction, étant bien souvent pour les plus jeunes une occasion de dire que leur foi se tournait vers une protection qui ne pouvait réellement leur prouver le besoin d'un soutien, ceux-ci finissant dés lors par rejoindre la croyance principale de Sylvandell, celle de l'église d'Or. Alors, bien sur, elle ne pouvait leur en vouloir, mais pour elle qui faisait tant d'efforts depuis son apparition pour remettre en état l’Église, et s'assurer de faire pleinement renaître la croyance des drakes d'argents pour le royaume, elle avait parfois un peu mal au cœur en se disant que les effectifs cléricaux se rapportant à sa foi avait incroyablement baissé depuis la mort de Razetta, qui pourtant n'avait été que bonté et douceur pour le peuple. Parfois, c'était un peu épuisant, et même décourageant, mais elle savait qu'elle ne pouvait se permettre de se laisser aller à l'abandon, et que plus que tout, elle était celle qui se devait de lutter pour le bien être de ses gens, mais aussi de tout ceux qui prenaient le soin de passer par Sylvandell, au cour de voyages, ou de simples échanges commerciaux. Alors elle s'armait de courage, et essayait de ne jamais faire transparaître son trouble.

« Est-ce qu'il y a des gestes, non agressifs, à éviter ou certains comportements ? Venant d'une petite îles nous nous permettons sans doute certaines choses qui peuvent gêner et je n'aimerais pas vous mettre vous et votre frère dans l'embarras.
 - Hum ? Oh non, nous sommes ouverts à toutes les cultures, dites vous juste que nous n'acceptons ni la douleur, ni la peine, ni l'agressivité. Nous sommes ici dans un but de protection, de soin, d'attentions faites à son prochain. »

Elle se déplaça un peu en sa direction et vint se poster devant lui, mains sur les hanches, fronçant un peu les sourcils avant de finalement lui offrir une moue un peu boudeuse, un peu ronchonne, et de se permettre en revanche un petit propos, simple, mais qui aurait le don, elle l'espérait, de le faire réagir, parce que pour l'instant elle le trouvait bien rigide !

« Mais en revanche arrête de t'inquiéter, et installe-toi bon sang ! Tu reste au beau milieu sans même t'asseoir, ce n'est pas bon, surtout que je ne doutes pas que tu as du marcher un long moment avant d'arriver à la capitale, je me trompe ? Allez, arrête de rester planté comme un piquet et détends-toi ! »

Elle aurait put le pousser, le forcer à se diriger en direction d'un des bancs de prière, ou une des chaises qui se trouve à proximité, mais il ne fallait pas non plus qu'elle accompagne le moindre de ses pas, ce n’était pas une bonne chose. En revanche, elle se décala un petit peu pour qu'il puisse la dépasser et rentrer un peu plus profondément entre les hauts murs de l’Église, espérant secrètement qu'il arrive à se détendre, parce que c'est vrai que toutes les considérations qu'il avait sur le fait de ne pas gaffer étaient juste en train de lui bouffer tout son naturel, et qu'à force de se faire du mourron sur le moindre de ses comportements, il semblaient juste être incapable de trouver un peu de satisfaction à avoir un toit, ou tout simplement à échanger avec Elynie, qui préférait quand même quand la discussion ne se portait pas toujours sur des sujets liés à son culte. Surtout que bon, il se trouvait être un voyageur, elle imaginait bien qu'en tant que tel, il n'avait absolument aucune idée des différentes mœurs du pays, aussi serait-elle bien en mal de le juger sur un comportement incorrect alors qu'il n'en avait pas la connaissance. Plus encore, il pourrait bien le faire qu'il en serait pardonné, et qu'il découvrirait ainsi les détails du comportement Sylvandin par l'apprentissage, et non par une description de plusieurs heures de chacun des petits éléments qui fait la vie dans ce lieu de montagnes et de plaines. Enfin bon, elle voulait en somme qu'il se détende, qu'il ne la voit plus comme la grande dirigeante, mais comme une hôte, et espérait en son for intérieur qu'il allait cesser ses vaines tentatives de se faire le plus respectueux possible et commençait à agir comme un être humain normal. C'était fou, il avait tellement de qualités qu'il en perdait, finalement, en qualité !
Journalisée
Thaïs
Humain(e)
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
Description
Humain sans magie, béni par une divinité. Il est hermaphrodite et a la fonction de prêtre sur l'île de Zelki. Actuellement émissaire pour son peuple sur le continent et les autres îles peuplant Terra.
« Répondre #8 le: Mars 24, 2017, 08:59:27 »

La réponse fut rassurante à entendre car Thaïs était un peu trop tendu par la crainte de faire une erreur qui couterait l'image diplomatique de son peuple, il était une sorte de représentant après tout et toutes ses actions seraient imputé à la population de l'ïle de Zelki. Il aurait préféra que le chef de village soit à sa place, car il aurait bien plus d'aisance à gérer cette situation, mais le prêtre savait que cela était impossible. Le patriarche ne pouvait quitter l'ile sans que cela ai des conséquences sur la sécurité du peuple.

Que la prêtresse se planta devant lui avec une mine boudeuse, qui lui rappela une certaine personne sur son île. Cela fit cligner d'incompréhension les paupière du prêtre jusqu'à ce qu'elle donne la raison de son attitude. Elle avait tout à fait raison de faire ce petit reproche au vu des missions de son culte. Thaïs eu quand même un moment de blanc car cela faisait très longtemps qu'il n'avait pas eu le droit à cela de part sa bénédiction divine et c'était souvent Finnel, la haute prêtresse, qui se chargeait de cela. Cela était autant troublant qu'amusant de voir que se genre de caractère se retrouvait ici aussi, les deux pourraient bien s'entendre entre-elles. Thaïs se promit de raconter cela à Finnel à son retour.

Thaïs se gratta un peu la joue avec un sourire gêné, étant conscient qu'il en faisait peut-être un peu trop par crainte de déranger les divinités de ce lieu. Un petit défaut qu'il avait face aux divins étrangers dont il ne voulait pas s’attirer les foudres, oubliant des fois que les divins peuvent être clément face à un étranger au culte. Son attitude fut un peu plus détendu et se dirigea vers le premier endroit au s'asseoir pour s'y poser calmement.

-Je suis désolé, j'ai tendance à ne pas risquer la colère des autres divinités et de leurs prêtres et prêtresses, ne sachant généralement pas comment ils réagiraient. J'ai en effet bien marché et mes pieds ont bien droit à du repos pour m'avoir portés aussi loin malgré les blessures. Je dois d'ailleurs m'en occuper.

Thaïs se permit de regarder l'état de ses derniers, couverts de petites blessures peu profondes mais nombreuses. La rune de guérison allait être nécessaire pour ne pas risquer la maladie et il faudrait au moins l'utilisation d'une formule courte prononcer. Il ouvrit son sac et la prêtresse pouvait y voir sans soucis de tout petits rangements, juste de quoi faire tenir de petits dés à jouer. L'hermaphrodite sortit l'un d'eux sans la moindre hésitation, sachant où était rangé chacune. Le guérison étant  toujours un peu plus délicat que les autres types de sorts il ferma les yeux quelques secondes pour bien visualiser l'endroit à guérir.

-yUyE ♪ Entonna t-il.

Ce mot résonna mélodieusement, mais fit comme vibrer l'air en une onde à chaque note, qui était à la fois douce et relativement forte, et la rune se mit à briller. Cela impacta un peu plus l'incantateur dont le corps avait vibré à la même fréquence. Cela endommageait légèrement le corps, mais uniquement si l'utilisation de runes était trop consécutif, et cela fatiguait aussi ce dernier par cette agression inévitable. Toute magie avait son lot de règles et de restrictions. De plus l'effet de la magie pouvait être annulé maintenant qu'il était si loin de son île. En effet il avait remarqué qu'une pierre nommé obsidienne pouvait contrer l'art magique de son peuple, si celui-ci s'aventurait sur le continent. Étrangement seul les êtres vivants pouvaient sentir la vibration, même les flammes des bougies n'avaient pas vacillé.

Une étrange brume turquoise sortie du sol et vint envelopper les pieds du prêtre qui se mirent à guérir à vue d’œil, quelques secondes plus tard ses pieds semblaient n'avoir jamais été dehors. Puis la brume disparut tranquillement
Ce sort se manifestait différemment selon les lieux où il était utilisé, mais son efficacité ne changeait pas. Si ce genre de magie était nouvelle Thaïs se doutait que cela pourrait attiser la curiosité des êtres présents. Combien de fois avait-il droit à une avalanche de questions, de regards curieux ou inquiets ? Le prêtre rangea calmement la rune utilisé et regarda Kin pour voir comment il avait réagit, avant de reporter son regard sur Elynie.

-Je suppose que je peux vous tutoyer si vous me demandez de me détendre ?

C'était une petite question, agrémenté d'un sourire assez radieux,  pour confirmer une chose. Tutoyer serait aussi beaucoup plus facile pour se détendre, mais aussi pour parler et le prêtre avait beaucoup de questions en tête. Peut-être qu'Elynie en aurait aussi.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox