banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La Maîtresse des Catalino [Pauline & Camille Catalino]  (Lu 619 fois)
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3357



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« le: Février 06, 2017, 12:53:23 »

*Elle est par là, je sens son groupe sanguin...*

Ce n’était pas le genre de choses qu’on pouvait cacher à Mélinda. Elle avançait dans l’un des couloirs des dortoirs du lycée, un vaste ensemble, fait de plusieurs bâtiments. Les dortoirs du campus abritaient autant les dortoirs du lycée, que ceux de l’université. Il s’agissait donc d’une grande zone, mais c’était bien ici qu’elle se trouvait. Mélinda le savait, non seulement parce que le signal GPS renvoyait ici, mais aussi parce que, en entrant dans le bâtiment, elle avait senti son groupe sanguin.

*Pauline...*

Pauline n’était pas rentrée au manoir hier soir, et, après plusieurs appels téléphoniques restés infructueux, Mélinda avait décidé de la retrouver. Elle était son esclave, et, en tant que telle, elle lui offrait sa soumission, sa fidélité, en échange de la protection de sa Maîtresse. C’était ainsi que les choses fonctionnaient au harem. Or, Pauline avait disparu, alors qu’elle n’aurait pas dû disparaître. Qu’elle puisse passer des soirées dans sa maison d’origine, Mélinda pouvait le comprendre, mais, hier soir, elle devait rentrer au manoir. En conséquence, Mélinda avait utilisé le système de géolocalisation du téléphone portable de Pauline, car, dans son manoir, elle avait enregistré tous les numéros de téléphone de ses esclaves, afin de pouvoir les tracer.

C’est ainsi que, ce matin, en constatant que Pauline n’était toujours pas rentrée, elle avait lancé la recherche. Cetrte dernière l’avait amené ici, dans les dortoirs du lycée, et elle s’avançait le long des couloirs. Avec sa belle robe dorée, elle était aisément reconnaissable, jurant avec la plupart des lycéens et des étudiants situés ici. Fort heureusement, comme nous étions le Samedi matin, beaucoup dormaient encore, de telle sorte que Mélinda, en renfilant l’air, croisa peu de gêneurs.

*Est-ce qu’elle s’est envoyée en l’air avec une autre lycéenne ? Mais pourquoi ne pas m’avoir prévenu, dans ce cas-là ? Je lui ai pourtant expressément dit de TOUJOURS m’informer de ce genre de choses...*

Mélinda n’avait pas le sentiment d’être particulièrement autoritaire envers ses esclaves, car elle laissait une grande marge de liberté. En contrepartie, elle avait néanmoins quelques règles strictes, au premier rang desquels on trouvait l’obligation de la prévenir en cas d’absence momentanée ou imprévue. Bien sûr, qu’elle surprenne Pauline au lit avec plusieurs hommes était la meilleure possibilité... Car il était aussi possible qu’il lui soit arrivé malheur, ce qui expliquait aussi pourquoi elle se pressait, et était nerveuse.

Les bruits de pas de Mélinda claquaient à travers le sol, et elle s’arrêta finalement devant une porte.

*C’est ici...*

Mélinda posa sa main sur la poignée de la porte. Elle ne sentait qu’un seul groupe sanguin, précipité, nerveux. Celui de Pauline... La porte était fermée, et Mélinda grogna un peu, puis usa de sa force surnaturelle vampirique, et fractura la serrure. La porte s’ouvrit sans ménagement, et elle entra dans un petit studio, avec un lit défait. Il n’y avait personne dans la salle principale, et elle regarda le grand placard près du lit. Les volets étaient partiellement abaissés, laissant quelques rais de lumière filtrer dans la pièce. En s’avançant vers le placard, Mélinda vit des affaires sur le sol.

Le sang de Pauline battait à vive allure, signe qu’elle était toujours vivante, et, fort heureusement encore, la Maîtresse ne voyait aucune trace de sang, aucun signe d’une éventuelle bataille. Elle s’approcha donc de la porte du placard, et posa sa main sur la poignée... Puis l’ouvrit d’un coup sec...

...Et écarquilla les yeux sous la stupeur devant le spectacle atypique lqui l’attendait.

Elle entendait les soupirs de la jeune fille, et les ronronnements de deux vibromasseurs plantés dans le vagin et dans son anus. Des cordes la retenaient par les poignets et par les chevilles, l’immobilisant totalement. Un gag ball sur ses lèvres l’empêchait de hurler, et une forte odeur de sueur, de sexe, et de mouille, s’échappa du placard. C’était un grand placard mural,e t Pauline était là, nue, avec un cache noir sur les yeux, et des pinces qui vibraient sur chacun de ses tétons.

Vu l’odeur, Pauline devait être là depuis plusieurs heures. Mélinda l’observa sans rien dire, un peu confuse.

Finalement, sa main s’avança, et elle attrapa le bâillon autour des yeux, et le retira rapidement, puis fléchit les genoux, et attrapa le gag ball après quelques secondes, son regard croisant celui de Pauline.

« Mais qu’est-ce qui s’est passée, ma chérie ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Février 06, 2017, 05:01:30 »

Pauline payait très cher sa tentative de fuite. Habituellement l'adolescente était enfermée dans le placard avec de quoi manger et boire en attendant que Camille revienne pour s'amuser avec elle. Mais Line avait eu le malheur de manquer son évasion la veille au soir. Line regrettait amèrement d'avoir retrouvé son cousin, ou plutôt sa cousine. La disparition de son pénis n'avait pas contribué à le rendre plus sympathique, bien au contraire. Elle se souvenait encore très précisément du jour où Camille avait forcé sa jeune cousine de onze ans à se déshabiller. Ce pervers découvrait de nouvelles choses et pensait peut-être pouvoir s'amuser avec elle, mais à cet âge elle n'avait rien d'une femme. Ses seins avaient bien commencé à pousser, mais leur petite taille n'inspira que du mépris et de la moquerie au jeune garçon. Il s'était donc contenté de la photographier et de lui pincer fortement les tétons avant de se débarrasser de ses habits.

Pauline avait d'abord pensé que sa cousine avait totalement changée et qu'elle était maintenant une nouvelle personne, bien plus gentille et surtout moins vicieuse. Comment avait-elle fait pour se tromper à se point ? Ses nombreuses années d'esclavages ne lui avaient-elle rien apprises ? Pauline était entrain de lécher les pieds de sa cousine quand elle se rendit compte que cette dernière s'était endormie. Elle avait donc tenté de partir discrètement pour retrouver sa vraie maîtresse, mais le grincement des charnières de la porte avaient été fatales pour l'adolescente. Camille l'attrapa, la frappa, la déshabilla, puis l'attacha dans l'armoire. Son supplice aurait pu s'arrêter là, mais c'était sans compter sur l'esprit dérangé de Camille qui la fourra à l'aide de godes avant de la bâillonner et de lui masquer la vue avec un dernier accessoire.

La nuit fut très éprouvante et la vibration des godes dans ses orifices la firent jouir à de nombreuses reprises, la rendant complètement folle. Ce n'est que le lendemain que l'armoire s'ouvrit. Line fut soulagée de voir sa maîtresse, mais se dit également qu'elle allait être sévèrement punie. Elle s'était faite capturée bêtement et elle allait certainement le payer, cependant sa punition attendrait certainement qu'elles retournent dans le manoir. Mélinda retira le bâillon de la bouche de Pauline avant de regarder son esclave dans les yeux.

- Mais qu’est-ce qui s’est passée, ma chérie ?

- Maîtresse... Je n'en peux plus, libérez-moi... Faites vite, Camille va revenir... Ma cousine est une malade. Elle m'a obligé à faire tout ce qu'elle voulait, et quand j'ai tenté de m'enfuir, voilà ce qu'elle m'a fait, déclara Line.

L'esclave raconta en détails tout ce qui lui était arrivé et aussi tout ce qu'elle savait sur sa cousine. Même si elle savait qu'elle allait être sévèrement punie, elle espérait que Mélinda s'en prendrait également à Camille. La vampire libéra Pauline de ses nombreuses entraves et cette dernière s'écroula dans la petite flaque de cyprine qui s'était formée au fil des heures pendant la nuit. Line savait que sa cousine n'allait pas tarder à revenir dans la chambre, et elle savait aussi qu'elle était maintenant en sécurité avec sa maîtresse. Line la remercia  en s'approchant à quatre pattes pour embrasser ses chaussures. Il était important qu'elle démontre à Mélinda qu'elle n'était pas ici par choix et que c'est elle qu'elle désirait comme maîtresse et elle seule.

- Je suis tellement désolée maîtresse. Tout ce temps sans vous.... Ça a été très dur tout ce temps loin de vous. Je vous promet de faire bien plus attention à l'avenir.


Line frotta sa joue contre les jambes de Mélinda car elle était très heureuse de la retrouver. Elle eut même un petit sourire de satisfaction en reconnaissant le bruit des pas de Camille dans le couloir. Elle n'allait pas tarder à arriver et à subir la colère de sa maîtresse. En tout cas c'est ce qu'espérait Pauline.

« Dernière édition: Octobre 15, 2017, 04:32:48 par Pauline Catalino » Journalisée

Camille Catalino
Humain(e)
-

Messages: 42



Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien petit malfrat, depuis qu'il a violé une fée, Camille a été puni de revivre son adolescence en temps que demoiselle... Apprendra-t-il de ses erreurs ? Sera-t-elle une adorable demoiselle ?
« Répondre #2 le: Février 06, 2017, 05:33:35 »

Quel belle journée ! Les oiseaux brillent, le soleil chante… Euh… Je crois que je me suis emmêlée les pinceaux quelques part ! Bref… Camille se levai tranquillement. Le samedi, c’était un chouette jour : elle n’avait pas cours, et était donc tranquille. Donc, elle se leva, s’étira longuement, et s’approcha de son placard… Elle prit alors quelques vêtements, abandonna son pyjama, et s’habilla complètement. Contrairement à certains, elle avait encore le droit à des vêtements. Certains ? Et bien, elle ouvrit un placard, et contempla son œuvre. Une jeune demoiselle, attachée solidement, ne pouvant pas s’enfuir, avec ses seins, son anus, et sa chatte martyrisée par quelques jouets sexuelles qu’elle avait récupérée. Quel plaisir de voir cette demoiselle ainsi… Camille pensait qu’elle pourrait la libérer… Mais non.

Pauline. Son adorable cousine. Et son moyen de ne pas sombrer dans la folie, et… Devenir une fille. Elle avait eu disons… Quelques ennuis, et s’était même retrouvée plus d’une fois dans des situations où elle se retrouvait littéralement… Littéralement une soumise pour d’autres filles. C’était arrivée, et elle ne voulait pas que cela arrive. Elle était un garçon. Elle… Il était un violeur ! Un homme qui avait fait peur à des tas de femmes… Grâce à Pauline, elle avait cette petite pute, qu’elle pouvait martyrisé, et ainsi, avoir un lien avec son passé. Elle pouvait se venger de ce qui lui arrivait, considérant maintenant, que Pauline était… Etait son dernier lien avec son passé. Un passé qu’elle avait peur de voir disparaître. Elle ne voulait pas devenir une fille soumise… Ou pire, une fille comme Pauline. Et pourtant, c’était ce qui allait lui arriver. Mais chut.

Cependant, Pauline avait tentée de la trahir, et voilà pourquoi elle subissait ses tourments. Camille avait besoin de Pauline, pour se sentir encore homme, viril et dominateur, car en vrai, son corps, son envie, ses désirs lui criaient qu’elle ne voulait pas ça. Qu’elle voulait être punie pour ses actes, qu’elle voulait qu’on la châtie de ses crimes. Mais grâce à Pauline, elle pouvait se dire qu’elle était encore Camille Catalino, celui qui avait réussi à violer une fée. Bref, laissant sa cousine dans le placard, la cadette des Catalino décida d’aller manger son petit déjeuner, et peut-être travailler un peu à la bibliothèque. Ce n’était pas forcément très nécessaire, mais elle s’était taillée une réputation de bonne élève, d’efficace en cours… Et elle en profitait pas mal.


Sa matinée se passa tranquillement. Franchement, rien à détailler. Si, quand même… Elle croisa quelques uns des bullies qui la maryrisaient… Quelqu’unes de ses autres victimes, mais qui avaient un bien meilleur sort que Pauline, il faut bien l’avouer… Oui, car Pauline… Pauline, c’était Pauline. Pauline, elle avait le droit à une place d’honneur. Après tout, c’était quand même sa cousine, et sa cousine méritait un traitement de faveur, par rapport aux autres. D’ailleurs, regardant l’heure, elle devinait qu’elle devait retourner la voir. Cela faisait presque 12 heures qu’elle était dans le placard, elle méritait d’être libérer. En théorie, elle devrait ainsi avoir compris la leçon. Peut-être même que ça y est, elle serait suffisamment brisée, pour qu’elle soit enfin, entièrement à elle…  Elle l’espérait… Mais cependant, une surprise l’attendait… L’attendait au tournant du couloir, vu que quand elle y pénétra…

« Que… ? »

SA… SA PORTE ?! Attendez, c’était pas possible ça !? La porte avait été littéralement… Littéralement… Que… WHAT ?! La fameuse jeune Catalino, la cadette des deux cousines, ne comprenait pas. Comment sa porte aurait put être arrachée ? C’était pas possible, il y avait un Ours qui avait décidé de venir pour manger Pauline ? Alors, premièrement, elle doutait qu’il y avait beaucoup d’Ours à Seikusu, et deuxièmement, l’ours n’aurait pas pu sentir la fameuse… Puis, qu’est-ce qu’elle racontait ! Cela ne pouvait pas être un ours ! C’était complètement stupide ! Donc, ainsi, enjambant la porte arrachée dans son couloir, elle entra alors dans sa chambre, et qu’elle ne fut pas sa surprise d’apercevoir une femme, vêtu d’une très élégante robe dorée, installée sur son lit… Elle déclara alors :

« Eh, t’es dans ma chambre ! T’as défoncé ma porte ? Mais t’es une malade ?! »

Ce fut un choc… Mais quelle ne fut pas le choc, quand elle apperçu… Pauline. Pauline libre, entrain de lécher les pieds de cette femme. Qu’elle lèche les pieds d’une femme n’étonnait pas Camille : Camille considérait Pauline comme une pute. Cela, elle avait bien compris… Mais comment cette femme avait pu… Découvrir son secret ? Elle avait bien fait en sorte de tout faire pour que personne ne le sache… Là, la peur était grande en Camille. Elle ouvrait en grand ses deux yeux bleus, et tremblait de tout son frèle corps… Elle était foutue. Si Pauline annonçait ce qu’elle avait fait, elle… Elle… Elle ne savait même pas ce qui lui arriverait, mais elle savait qu’elle aurait des énormes ennuis. Et elle avait tout sauf envie de cela. Que faire… Que faire… Pour le moment, son cerveau lui chuchottait : Rien. En effet, elle restait debout, planté comme un piquet, devant sa cousine et sa future maîtresse. Mais chut, elle ne le savait pas encore.
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3357



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Février 13, 2017, 01:32:14 »

*Camille ?*

Surprise, Mélinda dut mettre plusieurs secondes avant de comprendre, et sentit une pointe de colère remonter le long de son corps, étreignant son cœur. Quelqu’un avait osé marcher sur ses plates-bandes, quelqu’un avait osé séquestrer SON esclave, négligeant ainsi ce qui, aux yeux de Mélinda, constituait l’une des règles les plus fondamentales qui soit : on ne touche pas à un esclave sans autorisation de son Maître ou de sa Maîtresse. Pauline lui appartenait, maintenant. En tout. Son corps, son âme, son esprit, ses pensées, ses désirs, tout était entre les mains de Mélinda. La vampire était donc en colère, énervée, non pas contre Pauline, mais contre cette Camille, et surtout contre elle-même. On avait osé la torturer sexuellement, et Mélinda avait réagi bien tardivement.

Camille, donc, appartenait visiblement à la famille de Pauline. Tandis que Mélinda la détachait et lui retirait les godes, laissant ainsi s’échapper davantage de mouille, elle écoutait les explications de son esclave. Camille était sa cousine, que Pauline présenta sommairement comme une « malade ». Elle avait vainement essayé de s’échapper, et présenta ses plus plates excuses à Mélinda en baisant ses chaussures, à savoir des bottes cuissardes à talon.

Mélinda, elle, alla poser ses fesses sur le lit, tout en regardant Pauline la lécher, implorant sa pitié. Sa main caressa alors les cheveux de sa belle esclave. Cela faisait maintenant une ou deux semaines que Pauline était son esclave, depuis que Mélinda l’avait plus ou moins violé dans une salle de cours. Depuis cette date, Pauline s’était très bien intégrée à sa communauté. Et, comme chaque membre de cette dernière, Mélinda veillait au grain, afin de la protéger au mieux contre les menaces extérieures... Ce que cette Camille, indéniablement, était.

En soi, le traitement subi par Pauline, au fond, ne la gênait pas outre mesure, et Mélinda trouvait même ça plutôt inspirant... Mais Camille avait transgressé les règles, bafoué l’autorité de Mélinda, et ça, la vampire ne pouvait tout simplement pas le tolérer.

« Hum... Pourtant, tu connais la procédure. Si tu as vu une fenêtre pour t’enfuir, il aurait fallu m’appeler. Nous t’avons mis une application d’urgence sur ton téléphone. Il suffisait de la lancer, et j’aurais immédiatement su où tu te trouvais. Autrement dit... Tu as préféré agir par toi-même, au lieu de demander de l’aide à ta Maîtresse. »

D’aucuns pouvaient la trouver sévère, à sermonner ainsi la petite Pauline, alors même qu’elle avait été séquestrée. Mais, pour comprendre Mélinda, il fallait surtout se dire que, ce qui l’irritait surtout, ; c’était le fait qu’on ait usé de Pauline sans son autorisation. Le fait est que Pauline était une femme très soumise, de telle sorte qu’il était facile de la commander, et d’abuser d’elle, car la soumission était inscrite dans ses gènes, marquée au fer rouge dans ses veines. On venait encore d’en faire la démonstration avec cette cousine perverse.

Mélinda en était là de ses réflexions quand elle perçut un groupe sanguin.

« Ah, ta cousine revient... »

Elle s’arrêta pendant quelques instants devant la porte, visiblement surprise en voyant qu’on avait fracturé la serrure, et rentra ensuite. Il y eut un moment de flottement. Mélinda l’observa sans rien dire, un léger sourire sur le coin des lèvres, son regard vert venant croiser le sien. Camille sembla figée sur place.

*Elles se ressemblent énormément, en effet, c’est impressionnant...*

Plus que des cousines, on aurait tout à fait pu les prendre pour des sœurs. Camille était toujours dans un état catatonique, ce qui amena finalement Mélinda à se redresser, s’extirpant du lit.

« Bonjour, Camille... Je ne sais pas si Pauline a eu l’occasion de te parler de moi. Je m’appelle Mélinda, et je suis sa Maîtresse. »
Mélinda tendit sa main, et caressa à nouveau les cheveux de Pauline.

« Et ce que tu as fait à ma Pauline... Depuis quand crois-tu pouvoir disposer ainsi de mes propriétés ? Pauline est mienne, c’est moi qui décide quand la torturer, ou qui la torturer. N’est-ce pas, ma petite chose ? »

Avant d’agir, la vampire voulait tâter un peu le terrain, savoir comment Camille allait réagir... Car Mélinda n’excluait pas de rapprocher la fratrie des Catalino sous son aile.

En fait, cette idée la tentait même beaucoup.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Pauline Catalino
Humain(e)
-

Messages: 222



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Octobre 15, 2017, 04:31:36 »

Pauline était en sécurité maintenant. Sa maîtresse avait réussi à la retrouver et c'était bien là le principal. Voir le visage décomposé de sa salope de cousine lui donna autant de plaisir qu'un orgasme avec Noémie, si ce n'est plus encore. L'adolescente avait décidé que Mélinda serait sa maîtresse, et il n'y avait pas de discussions possibles à ce sujet. Elle voulut le faire comprendre à sa cousine, alors elle se mit à genoux à côté de cette qui devait diriger sa vie. Elle frotta son visage contre la cuisse de la vampire avec satisfaction avant de regarder sa cousine avec colère.

- Mélinda est ma maîtresse ! Je lui ai voué mon corps et mon esprit ! Elle seule peut me faire ce qui lui chante. Pas toi ! cracha l'adolescente en lançant un regard plein de haine à celle qui l'avait attachée et fourrée avec de nombreux accessoires.


Elle avait encore les cuisses humides et avait surtout du mal à tenir debout. C'est pour cela qu'elle restait à genoux. Même Mélinda n'avait pas abusé de son corps avec une telle intensité. Ce qui était certain, c'est que Camille allait payer cher ce qu'elle avait fait. Pauline serait certainement aussi sanctionnée car elle aurait pu tenter de contacter sa maîtresse avant de se retrouver dans une situation impossible, mais ce n'était pas grave. Elle avait fauté et elle savait qu'elle mériterait ce qui lui arriverait.

- Maîtresse, pourquoi ne pas faire subir ce que j'ai subis à Camille ? Elle ne mérite que ça ! Je suis sure que ça la calmerait de se retrouver dans le placard avec le cul et la chatte bien rempli ! D'ailleurs je veux bien vous aider en fixant les pinces sur ses tétons !

L'adolescente se voyait déjà malmener les tétons de sa salope de cousine. Une chose était sure, l'esclave ne voulait plus voir Camille avant longtemps. Elle voulait se venger et que leurs chemins ne se croisent plus. Elle avait déjà été humiliée dans sa jeunesse quand elle avait été déshabillée et que ses vêtements avaient été jetés par la fenêtre, mais là, c'était l'humiliation de trop. Seule Mélinda pouvait la punir en l'enfermant dans un placard ! Pauline décida de narguer sa cousine et se mit à quatre pattes avant de lui tourner le dos. Elle recommença à lécher les bottes à talons de sa maîtresse tut en remuant les fesses pour que sa cousine puisse regarder son anus et son vagin en sachant parfaitement qu'elle ne pourrait plus jamais y toucher. Ne voyant pas la réaction de sa cousine, l'adolescente finit par se lever et posa une des mains de sa maîtresse sur un de ses seins puis lança un regard à Camille.

- Tu ne peux plus me toucher hihi... lança l'adolescente avec un grand sourire.
Journalisée

Camille Catalino
Humain(e)
-

Messages: 42



Voir le profil
FicheChalant
Description
Ancien petit malfrat, depuis qu'il a violé une fée, Camille a été puni de revivre son adolescence en temps que demoiselle... Apprendra-t-il de ses erreurs ? Sera-t-elle une adorable demoiselle ?
« Répondre #5 le: Octobre 15, 2017, 05:22:36 »

Qu’est-ce qu’était cette enfer… Elle arrivait même pas à croire ce qui était en train de se passer. Voilà qu’en l’espace de quelques instants, et bien, elle se retrouvait à tout perdre. Elle était… Elle était la chef de Pauline, elle était sa cousine… Son aînée (Enfin, elle l’était, maintenant, elle était un poil plus jeune qu’elle), et donc… C’était à elle.. Mais non, elle avait une femme, qu’elle ne connaissait pas, dans sa chambre, dans son espace personnel, intime. Elle s’était introduit chez elle, dans son espace, et voilà qu’elle dégradait ses objets, et qu’elle volait ses affaires. C’était… Elle ne savait même pas qui s’était ! Comment pouvait-elle l’accepter ? Comment pouvait-elle ne serait-ce que se mettre dans cette position, où voilà, elle était dans une situation où autrui tentait de prendre ce qui lui appartenait… ? Elle écouta heureusement bien attentivement les déclarations qui suivirent, lui permettant de savoir à qui elle avait à faire.

« Bonjour, Camille... Je ne sais pas si Pauline a eu l’occasion de te parler de moi. Je m’appelle Mélinda, et je suis sa Maîtresse. »

« Que… Je… Je ne vous connaissais pas... »


Ce n’était pas de la faute de Pauline… D’ailleurs, il était même possible que Pauline lui ait, à un moment, parlé de la vampire… Mais Camille, elle, n’en n’avait jamais entendu parler. Après, était-ce car elle n’avait pas écouté sa cousine ? C’était plus que probable, même. Après tout, Camille ne connaissait pas grand-chose de la vie de Pauline… Car celle-ci ne devait PAS avoir de vie, autre qu’elle, elle, et encore elle ! Sa vie, maintenant, c’était satisfaire sa cousine… Et c’était largement suffisant ! Pourquoi elle en demanderait plus, après tout ! Après tout, sa vie était très bien ! Oui, d’accord, elle avait été un peu « méchante » pendant la nuit. Elle devait bien l’avouer… Mais quand même ! Cependant…

« Et ce que tu as fait à ma Pauline... Depuis quand crois-tu pouvoir disposer ainsi de mes propriétés ? Pauline est mienne, c’est moi qui décide quand la torturer, ou qui la torturer. N’est-ce pas, ma petite chose ? »
- Mélinda est ma maîtresse ! Je lui ai voué mon corps et mon esprit ! Elle seule peut me faire ce qui lui chante. Pas toi ! 


Donc… « sa propriété »… Comment ? Pourquoi ? Qu’avait fait cette femme pour qu’elle préfère aller chez elle, plutôt que rester avec elle ? Sa cousine ! Sa propre cousine ! Et… Et le pire, c’est qu’elle acceptait ?! Comment ça ?! Pourquoi ?! Pourquoi Melinda aurait elle ce droit ? Après tout, elles n’avaient aucun lien, alors qu’elle et Pauline, elles étaient cousine. C’était pas normal qu’elle se considère comme sa servante, alors qu’elle avait Camille. Elle devait avoir mal compris, ce n’était pas possible. C’était un cauchemar, elle voulait se réveiller. C’était elle qui dominait… Non, elle ne dominait plus… Elle n’était même pas une dominante… Rah ! Pourquoi elle pensait à cela ? Elle était la dominante ! Non. Elle ne l’était pas ! Son esprit se battait, ce qui fit qu’elle suivi avec quelques difficultés ce qui fut déclaré juste après par Pauline :

- Maîtresse, pourquoi ne pas faire subir ce que j'ai subis à Camille ? Elle ne mérite que ça ! Je suis sure que ça la calmerait de se retrouver dans le placard avec le cul et la chatte bien rempli ! D'ailleurs je veux bien vous aider en fixant les pinces sur ses tétons !

« Non ! »


Elle recula vivement, sans quitter la salle. Elle ne comptait pas partir, mais hors de question de finir, comme ce qu’elle avait fait subir à Pauline. C’était pas ELLE qui finissait la dedans. C’était Pauline ! C’était elle la soumise ! Et le pire… C’est que pendant un bref instant, elle s’imagina à cette place, au coté de sa cousine… Et… Et cela l’excita. Sans se contrôler, elle mouilla légèrement. Encore un effet du sort qu’elle avait subit par la fée, qui n’hésitait pas justement à profiter du corps de la fameuse Camille. C’était une demoiselle, et elle devait se préparer à vivre justement ce qu’elle allait vivre… Bref, ainsi, on sentait presque une contradiction entre le corps de Camille, et ce qu’elle disait. Bref, quoiqu’il en soit, elle était dans une situation complexe, mais… Elle se concentrait surtout sur sa jalousie, de voir Pauline, comme ça, obéissante et docile envers Melinda, chose qu’elle n’avait pas réussi… Le pire fut sans doute quand la fameuse Pauline décida de narguer son interlocutrice :

- Tu ne peux plus me toucher hihi...

« Je… D’accord… Tu… Tu me trahis… Tu… Je…  »


Elle balbutiait… Mais ce n’était pas des balbutiements de peurs… Non, c’était des balbutiements de colère. Elle se faisait trahir. Elle se faisait trahir par cette petite ingrate… On pouvait voir que Camille imaginait beaucoup de choses qui n’avaient aucun sens. Je veux dire… Après tout, Pauline ne devait rien à Camille, au contraire ! Et pourtant, notre fameuse Camille estimait, comme ça, qu’elle lui devait tout ! Mais le problème, ce n’était pas Pauline. Elle aurait tout le temps plus tard de punir Pauline. Non, elle devait se concentrer sur celle qui tentait de récupérer SA cousine. Ainsi, elle se tourna bien vers Mélinda, et déclara :

« TOI ! Melinda ! Pau… Pauline est ma cousine ! Tu n’as aucun lien avec elle ! Je... »

Elle avait du mal à construire ses phrases. Encore de l’ironie. Dire que Camille n’avait JAMAIS rien eu à faire, auparavant, des liens de sang… Voilà que maintenant, elle estimait que c’était le principal dans une relation… Oui, visiblement, Camille n’avait aucun problème avec l’inceste. Après tout, elle estimait que Pauline était une esclave, aussi bien dans le sens servile que dans le sens sexuelle, et cela… Et cela, elle devait le faire comprendre.

« C’EST MA COUSINE ! CE SONT MES LIENS DE SANG ! Tu… TU N’AS PAS LE DROIT DE ME LA VOLER ! ELLE M’APPARTIENT ! »

Et là, elle explosa ! Elle déclara cela, en pointant du doigt tantôt Pauline, tantôt Melinda… Oh calme ! Comment pouvait-elle céder aussi rapidement ? Et bien, tout simplement… Car elle avait besoin de Pauline. Elle ne voulait pas devenir une petite soumise obéissante, mais elle avait l’impression qu’elle le voulait au fond d’elle. Enfaite, c’est que Pauline était à ses yeux, sa bouée de sauvetage. À ses yeux, il fallait qu’elle contrôle Pauline, pour prouver qu’elle était encore la forte, la plus forte… Sauf qu’au fond d’elle, tout ce qu’elle faisait subir à Pauline, et bien… La nuit, elle rêvait qu’elle remplaçait Pauline. Et cela, cela devenait de plus en plus présent, de plus en plus envahissant… Bref, elle avait besoin de SA Pauline. Et elle ne pouvait pas accepter qu’autrui mette la main dessus. Sauf que c’était trop tard. Elle avait tenté de prendre quelque chose qui appartenait déjà à Melinda… Et en plus Pauline avait déjà dis son choix… Mais qui sait, peut-être que Melinda avait un choix, peut-être qu’elle sentait qu’au fond… Camille voulait elle aussi, ce que subissait Pauline.
Journalisée

Ceci est un double compte de Cassandre Harmington. Si vous êtes intéressés pour un RP ou pour demander quelques choses par MP, veuillez l'envoyer sur le compte principal. Merci =D !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3357



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #6 le: Octobre 16, 2017, 12:30:41 »

Pauline s’inclina devant Mélinda, et lui lécha les bottes, tout en se moquant ouvertement de Camille, en lui expliquant que Mélinda était sa seule Maîtresse, pas elle. La vampire, elle, était toujours un peu décontenancée, observant les deux femmes sans rien dire. Ses lèvres étaient légèrement entrouvertes, comme pour exprimer sa surprise. Pauline avait donc une cousine ? Et, visiblement, une cousine qui aimait la dominer... Mais, pendant que les deux filles parlaient, Mélinda nota les hausses sanguines dans le corps de Camille... Notamment à hauteur de ses cuisses. Difficile de se méprendre... La petite mouillait ! Elle le nia en hurlant, surtout quand Pauline, pour continuer à la narguer, demanda à ce qu’on lui fasse subir ce que Camille venait de lui infliger. C’est précisément à ce moment que Mélinda perçut l’excitation sanguine chez la femme, et esquissa un léger sourire.

Mélinda regarda brièvement Pauline, et s’apprêtait à lui répondre, quand Camille s’énerva soudain, haussant la voix, au risque que des voisins viennent les surprendre. La vampire eut rapidement la conviction qu’elle ne pouvait pas punir Camille aussi comme il le fallait. Il y avait des risques qu’on les entende, ou qu’un voisin n’ouvre la porte ne demandant un pot de confiture, ou quelque chose d’autre.

La vampire n’eut rien à dire. Dans le dos de Camille, une ombre massive apparut brusquement, et une main se posa brusquement sur sa bouche, l’empêchant de parler.

« Elle t’appartient ? » rigola-t-elle.

Mélinda se redressa alors, et se rapprocha d’elle. Un homme aux bras musclés retenait Camille... Pauline le connaissait plutôt bien, car c’était le grand-frère de Mélinda, le beau et redoutable Bran Warren. Torse nu, il immobilisait la femme, exhibant ses tatouages le long de ses bras. Mélinda se rapprocha alors lentement d’elle, et caressa les hanches de Camille, remontant jusqu’à son visage, ses longs doigts filant le long de sa peau.

« Pauline a eu une Maîtresse avant moi... Mais moi, je ne ferais pas l’erreur de la laisser filer dans la nature. Pauline est mienne, maintenant. Et... Toi, tu as beau le nier, mais... »

La main de Mélinda descendit alors sous la jupe de Camille, et elle caressa sa culotte, sentant le corps de la femme se tortiller sur place.

« Hihi... Tu es une catin comme ta cousine, Camille... J’ignore ce que vous avez fait dans le passé, mais je vois maintenant très bien ton futur... »

Un sourire mielleux dessina les lèvres de la vampire, qui se pencha alors, et fit comprendre à Camille ce à qui elle avait vraiment affaire... En montrant ses canines pointues. Elle les planta ensuite dans le cou de la femme, et vint sucer son sang, lui faisant ainsi comprendre qu’elle pouvait tout à fait la tuer. Mélinda ferma les yeux, et continua à absorber son sang goulûment, pendant plusieurs instants... Jusqu’à ce que Camille n’ait tout simplement plus assez d’énergie, et ne s’effondre au sol.

« Voilà... On va l’amener chez nous, Pauline, et, pendant ce temps, ma chérie, tu vas me dire tout ce que j’ai besoin de savoir sur ta cousine... »



Plus tard, Camille se réveillerait dans l’un des cachots du manoir, attachée par des chaînes en hauteur, et maintenue à quatre pattes, ses bras écartés l’une de l’autre, et ses fesses bien brandies en arrière. Mélinda la réveillerait d’ailleurs à sa manière, en faisant claquer une cravache sur ses fesses.

Bran n’était pas là, il n’y avait qu’elle et Pauline.

« Bien réveillée, Camille ? Tu as dormi plusieurs heures, mais, désormais, tu es prête... D’ici la fin de la journée, j’aurais, outre ma chienne de Pauline, une petite chatte, toi, Camille... Une chatte et une chienne à mes pieds, n’est-ce pas un magnifique plan ? »

Mélinda gloussa même.

« Tu es prête à passer aux choses sérieuses, petite ? » demanda-t-elle sur un ton doux et mielleux, en se mettant devant Camille, fléchissant les genoux, en lui souriant tendrement.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox