banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Terra c'est quoi ? {PV}  (Lu 533 fois)
Mei-Ling Zhou
E.S.P.er
-

Messages: 11



Voir le profil
FicheChalant
« le: Juin 14, 2016, 04:21:21 »

Terra une planète que Mei ne connaissait pas. Les scientifiques qui se trouvaient dans le laboratoire où elle se trouvait lui en avait parlé rapidement. Apparemment il existait des personnes avec des pouvoirs magiques, des humains avec des attributs d’animaux, des elfes, des anges, des démons et encore diverses créatures qui ne sont pas sur la Terre. Mei était complètement perdue surtout qu’elle se retrouvait toute seule dehors.

Peu de temps avant, la jeune fille était encore prisonnière dans un laboratoire ou des scientifiques faisaient des expériences sur elle. Par chance, elle avait réussi à reprendre son arme, à les tuer et à sortir de là. Mais elle était encore sous le choc de ce qu’elle venait de faire. Et surtout, elle se retrouvait maintenant toute seule dans un univers qu’elle ne connaissait pas. Sans argent, sans nourriture, avec des vêtements pour résister à des énormes chaleurs, sans logement… Bref, c’était vraiment la grosse merde ! L’immense merde ! La seule chose qui réconfortait Mei était qu’elle avait un pistolet trop BADASS pour pouvoir se défendre en cas de problème. Car elle se doutait bien qu’elle n’avait pas tué tous les scientifiques… Qu’il devait bien y avoir des caméras de surveillance… Et qu’elle allait être recherché un jour ou l’autre.

Enfin Mei, décida déjà de partir loin de se fichu laboratoire. Celui-ci était isolé comme-ci on essayait de cacher quelque chose. Mais au loin l’ancienne scientifique pouvait voir des énormes bâtiments comme une immense Métropole. Elle décida donc de marcher dans cette direction, c’est là-bas qu’elle devrait trouver de quoi manger, se loger et se changer. Voilà ce qu’elle allait chercher dans un premier temps. Ensuite, elle cherchera comment rentrer sur sa planète. Mais chaque chose en son temps.

Mei marcha pendant des heures pour arriver finalement dans cette Métropole, elle n’en croyait pas ses yeux, la technologie était partout. Tant que c’était de l’énergie verte ça allait pensa telle… Sinon ce n’était pas très bon pour l’environnement et c’était pour cela qu’il y avait un réchauffement climatique. Est-ce-que c’était le bon moment de penser à cela ? Non. Mais la jeune femme ne pouvait pas s’en empêcher c’était un espèce de toc.

La chinoise, déambulait dans les rues, regardant un peu partout autour d’elle. C’était bien beau d’être arrivé ici, mais maintenant elle allait faire quoi. Elle essaya d’adresser la parole à des passants pour demander de l’aide, mais elle se fit très vite remballé comme une moins que rien. L’hospitalité n’était pas très présente dans cette ville. Mais l’immense merde où se trouvait Mei devenait de plus en plus grosse. N’arrivant pas à trouver de l’aide, la jeune fille passa la nuit dans une ruelle à dormir par terre, elle n’avait même pas trouvé un vieux morceau de carton.

Le lendemain, tout recommença comme la veille. Des gens par contre lui donnèrent un peu d’argent, genre elle faisait pitié. Mei n’allait pas cracher dessus, elle put s’acheter un peu de nourriture et une boisson… Mais bon ce n’était pas vraiment la joie. Les jours passaient est c’était toujours la même chose. Mei était contrainte à mendier dans les rues pour se faire un peu d’argent. Elle essayait d’en dépenser le moins pour pouvoir avec le reste se payer des informations par exemple. Enfin elle ne savait même pas à qui demander des informations… Elle n’avait pas avancé depuis les cinq jours qu’elle était dans la rue.

La nuit allait bientôt tomber… Mei était couché contre un mur. Son ventre criait famine, alors qu’il ne lui restait plus qu’une pomme à manger. Elle ne voulait pas y toucher et la garder pour le lendemain. Sa combinaison lui donnait beaucoup trop chaud, mais n’aillant que ça elle ne pouvait pas faire autrement que de la garder car en dessous elle ne portait rien. Cette chaleur lui donnait soif, mais elle devait économiser son eau. C’était pas du tout la joie pour le moment…
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 215



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juin 15, 2016, 01:33:38 »

« ...Annoncé comme un film polémique, The Robot Within, qui traite de la question de la cybernétique et de la robotique, rencontre un succès important au box-office... »

La radio défilait dans l’habitacle de la voiture, tandis que Pezzini, seule à bord, poursuivait sa patrouille. La procédure impliquait d’être normalement deux lors des patrouilles, mais la coéquipière de Pez’, Nathalie Lamb, était occupée pour la soirée... Et, de fait, si Sarah roulait, ce soir, c’est parce qu’elle n’avait rien à faire. Elle n’était pas en service, mais se promenait dans un quartier dit sensible, le long de l’un des affluents du fleuve qui traversait Tekhos Metropolis. Elle utilisait donc sa voiture de service, et, à défaut de passer sa soirée devant la télévision, ou à boire, autant la rendre utile.

Ce quartier n’était pas un ghetto de mâles, mais ce n’était pas pour autant qu’il était sûr. Il y avait plusieurs gangs qui s’y trouvaient, et ce quartier, le Iron Light District, était connu pour être la plaque tournante de différents trafics tekhans : prostitution, implants cybernétiques, stupéfiants... L’avantage du Iron Light est qu’il se trouvait un peu en bordure de la ville, près de la zone industrielle, et les cartels et autres réseaux venant des Badlands y trouvaient ici leurs partenaires pour refourguer leurs saloperies dans les rues de la ville. Le Iron Light restait néanmoins un quartier sympathique, esthétiquement parlant, avec de grandes places, plusieurs centres commerciaux... Ce n’était pas le sentiment de désolation urbaine qu’il y avait dans les ghettos de la ville, où la population mâle était opprimée et discriminée.

En roulant, Pez’ vit rapidement plusieurs prostituées occupées à faire du racolage, dans des tenues moulantes et brillantes en latex. Sarah ne s’arrêta pas, et reprit sa ronde, qui l’amena près de l’une des places du district... Et elle sentit alors le Witchblade vibrer. L’artefact magique, qui prenait la forme d’une montre grâce à elle, ressentait quelque chose.

*Merde...*

Sarah arrêta sa voiture, et sortit. Elle avait appris, avec le temps, à se fier aux intuitions émanant du Witchblade, à défaut de pouvoir réellement comprendre cet artefact. Elle s’avança rapidement, convaincue d’un danger imminent...



Ils étaient cinq ou six, et avaient fondu sur la jeune femme, alors qu’elle se reposait dans une ruelle, essayant de se protéger du froid nocturne en se collant contre un mur. L’Iron Light District comprenait, outre de belles avenues éclairées, de multiples ruelles, issues de son passé historique. Des endroits qui faisaient parfois office de coupe-gorge, et les types qui s’approchaient arboraient fièrement, sur leurs corps, les tatouages de leur gang, le Jackass’ Heads. Les Heads, ainsi qu’on appelait les membres de ce gang, s’approchèrent donc de la femme.

« Eh ben, eh ben... C’est quoi, ce joli lot qu’on nous offre ? Tu t’es perdue, ma poulette ? »

Les Heads s’approchèrent d’elle, observant la jeune femme sous toutes ses formes, surtout ses gros seins.

« C’est pas une pute, je te l’avais bien dit ! »

En errant toute la journée dans la zone, la jeune femme avait été repérée par l’un des membres du gang, et ils avaient décidé de venir la voir à la tombée de la nuit.

Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’une si belle poulette venait se pointer sous leur nez...
« Dernière édition: Septembre 15, 2017, 01:14:53 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mei-Ling Zhou
E.S.P.er
-

Messages: 11



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 11, 2017, 03:24:36 »

Le ventre de Mei criait famine et sa gorge était totalement sèche, elle se disait que dormir était une bonne solution pour oublier tout ce qui était en train de se passer. La jeune fille, se mit allongée sur son carton prête à dormir quand un groupe s'avança alors vers elle. Ils étaient six autour d'elle à la regarder quand un des membres du groupe décida de prendre la parole. Lui demandant si elle c'était perdu… Ils l'encerclèrent ensuite, la regardant sous toutes les coutures. Mei c'était recroquevillée dans un coin. Quand un signala que la jeune fille n'était pas une pute…

« Encore heureux que je ne suis pas une pute ! »


C'était sortie tout seule de sa bouche… Sur un ton agressif… En même temps comment ces hommes avaient-ils pu la prendre pour une pute. Les putes ne portaient pas une si grosse veste et ne dormaient pas sur un morceau de carton aussi pourri que ça. Ces mecs n'avaient pas l'air très brillant. Mais ils faisaient assez peur à la jeune fille, surtout qu'elle ne pouvait pas s'échapper comme ils l’encerclaient.

« Je vais très bien et je ne suis pas perdue, maintenant vous pouvez partir et me laisser tranquille. »

Mei savait très bien qu'ils n'allaient pas la laisser s'en aller comme ça, elle se redressa alors leur faisant face, la peur au ventre. Et elle essaya de forcer le passage pour s'en aller. La jeune fille tapa dans l'épaule d'un des hommes pour essayer de passer… Mais ce n'était pas vraiment la bonne solution. Deux hommes l'attrapèrent par sa veste pour venir la plaquer contre le mur où elle c'était couchée juste avant.

« Tu crois pas que tu vas partir comme ça ma poulette ! Nous n'avons pas encore fait connaissance… »

L'homme passa alors sa main sur son visage, lui attrapant la mâchoire pour la secouer un peu.

« Ouais on voudrait faire connaissance un peu plus en profondeur tu vois ! »

Un autre regarda alors sa poitrine sans complexe, se léchant la lèvre inférieure avec sa langue.

« Pis tu n'es peut-être pas une pute, mais tu pourrais le devenir en travaillant pour nous ! Ça te dirais pas ? »

Mei essaya alors de se débattre, mais très vite elle fut mobilisée.

« NON !! Lâchez-moi !!! Au secours !! »

La jeune fille se mit à crier alors que les hommes la regardaient en rigolant. Un s'approcha pour lui donner un coup dans le ventre, la faisant taire sur le chant.

« Bon maintenant tu vas te calmer et tu vas nous montrer ce qui se cache sous ta jolie veste... »

L'homme tira sur la fermeture éclaire d'un coup, dévoilant la généreuse poitrine de Mei.

« Ohhhh !! Qu'elle surprise ! Tu ne porte même pas de soutien-gorge ! Tu serais peut-être finalement une pute. Mais en tout cas tu as une sacrée paire de nibards ! Oh ouais ! Beaucoup d'hommes seront prêt à payer pour se faire plaisir avec ça tu peux me croire. Mais avant nous allons tester aussi, on voudrait pas fournir de la mauvaise qualité à nos clients tu comprends au moins ? »

Mei se remit à crier pour appeler à l'aide, alors que l'homme qui venait de prendre la parole se mit à lui peloter la poitrine sans aucune délicatesse.
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 215



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Septembre 18, 2017, 01:02:56 »

La Witchblade réagissait souvent aux impulsions et aux perturbations magiques. Et, avec le temps, Sarah apprenait de plus en plus à se fier aux messages de son gantelet. De fait, la Witchblade l’avait très souvent sauvé de bien des situations tendue set délicates. En possession de l’artefact, elle gara sa voiture sur un parking sinistre, et en sortit, armée de son pistolet. Elle circulait dans l’Iron Light District, quartier dangereux, mal famé, et où les policières ne faisaient pas long feu. Il y avait ici des violeurs, des proxénètes, des gangs, et quantité de junkies vivant dans des bâtiments abandonnés et délabrés. Sarah suivait les signaux de la Witchblade, rejoignant une ruelle, tenant dans ses deux mains son arme de service, un pistolet Dakini, à la poigne souple et efficace.

Elle avança dans des ruelles poisseuses et sinistres, voyant, ici et là, des canalisations, des gouttières, des poubelles et des meubles abandonnés, ainsi que de la végétation sauvage, poussant aléatoirement à travers les interstices des dalles et les trous sur le sol.

*Quel quartier sinistre !*

Pez’ approchait d’un angle, à quelques mètres seulement de l’interférence. Elle se dissimula contre le mur, et bondit brusquement, pistolet en avant… Pour braquer le vide.

*Que… ? Personne !*

L’endroit était tout simplement désert, avec quelques cartons sur le sol. Sarah se rapprocha lentement, observant la zone. Il y avait eu des gens ici, et ce que le gantelet avait senti, c’était… Une Faille ! Une Faille dimensionnelle était brièvement apparue, relâchant quelqu’un. Pez’ regarda encore autour d’elle, et vit rapidement, sur un mur, un graffiti qu’elle identifia. On y voyait une tête ensanglantée qui tirait la langue, les yeux en forme de croix.

Un symbole qu’elle reconnaissait, et qui signifiait qu’elle était sur le territoire du Jackass’ Heads. Les Heads formaient un gang de rue, dont le siège était un club de strip-tease abandonné à proximité, le Red Corner. La police savait que le Red Corner servait de zone de passe pour les putes et les toxicos du quartier. Un endroit mal famé, reconverti en siège des Heads, avec la complicité silencieuse et bienveillante de la police, qui pouvait ainsi les surveiller plus facilement.

Sarah s’avança à travers les ruelles, se dirigeant vers le Red Corner.



« Debout, Miss Gros-Nichons ! »

Un seau d’eau lui éclaboussa le visage, la faisant gémir et se réveiller. Pour pouvoir s’occuper plus longuement de leur proie, les Heads avaient assommé la femme à l’aide d’une matraque électrique, et l’avaient ensuite traîné dans l’une des caves du Red Corner. Ils étaient encore plus nombreux, ricanant lentement. Un bandeau avait été mis autour des yeux de la femme, avec un gag-ball sur les lèvres, et on lui retira le bandeau après quelques secondes.

La jeune femme put ainsi constater qu’elle était entièrement nue, à l’exception d’une paire de longs gants bleus et de collants de la même couleur. Ses gros seins, son ventre, son pubis parfaitement épilé (qu’ils avaient épilé le cas échéant), s’offrait devant les projecteurs d’une caméra montée sur un trépied juste devant elle. Des chaînes la retenaient par les poignets en hauteur, écartant ses bras l’un de l’autre.

Sans ses lunettes, Mei n’y voyait rien, mais un homme se rapprocha, et les lui mit sur son nez.

« Ça lui va mieux, les lunettes !
 -  Merde, elle est tellement sex’, c’est dingue…
 -  ’Jamais vu une tess’pu’ pareille. »

Ils étaient une bonne douzaine, ricanant, grognant, portant des implants cybernétiques qui luisaient sur leurs corps nu, voire des prothèses cybernétiques à la place d’une jambe, d’un bras… Et des tatouages sur le corps. Certains étaient d’anciens soldats, des fantassins qui avaient survécu à la guerre contre les Formiens, et avaient été mortellement blessés. On leur avait donné des prothèses, avant de les renvoyer à la vie civile.

Des mains massèrent ses seins lentement, pinçant et tirant sur ses tétons.

« On va te baiser, ma salope… Toi et tes putains de lunettes, ton corps de chienne en chaleur et en manque de bites… glissa un homme dans son dos, frottant sa queue contre ses fesses. Merde, ma chérie, on va tellement te baiser ! »

Un sort vraiment peu enviable… Un homme tira sur les chaînes la retenant, forçant Mei à se pencher en avant, les bras toujours maintenus en l’air, mais ses jambes écartées, mettant en avant sa vulve, que l’homme caressa avec son sexe en ricanant, avant de gifler ses fesses, tapant le magnifique cul de la femme.

Autour de la caméra, des drones se mirent en place, afin de mieux filmer la scène, zoomant sur le bassin de Mei, sur sa chatte… La jeune femme ignorait que, pendant qu’elle dormait, on l’avait drogué, lui injectant une drogue spéciale, formée à partir de sang de succube, et qui avait pour effet d’exciter fortement les femmes qui en prenaient.

Une véritable drogue du viol qui était redoutable… Et qui amena l’homme à la pénétrer ensuite, la bourrant d’un coup sec en grognant longuement.

« Ouaaaiisss… Sa-Salope !! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mei-Ling Zhou
E.S.P.er
-

Messages: 11



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Septembre 25, 2017, 03:49:30 »

"HMMMMM..."

Le réveil était difficile, trempée elle secoua la tête de gauche à droite, Mei compris très vite qu'elle ne pouvait pas bouger et qu'elle ne pouvait pas parler à cause d'une boule dans sa bouche. Elle retrouva assez vite la vue... Enfin, on lui enleva son bandeau, mais elle ne voyait pas grand-chose sans ses lunettes. Elle apercevait quelques visages qui bougeaient autour d'elle. Mei baissa la tête remarquant qu'elle portait seulement des collants et une paire de longs gants... Elle essaya de nouveau de bouger et c'est à ce moment qu'elle aperçut les chaines qui la retenait. Un homme arriva, elle recula sa tête, mais ne pouvant s'échapper elle dut se laisser faire... Il venait juste lui remettre ses lunettes. Maintenant, Mei pouvait voir toute ce qui se trouvait autour d'elle.

Dans un premier temps, elle regarda son corps si on lui avait fait quelque chose. Rien ! Enfin... Il lui avait enlevé tous ses poils. Plus aucuns poils n'étaient présents dévoilant totalement son intimité à la vue des hommes présents, mais également à la caméra ?

Pourquoi, une caméra était-elle présente ? C'était assez simple de deviné... Mei se retrouvait là nue, attachée, ne pouvait pas parler à cause du gag-ball, au milieu de plusieurs hommes. Ils n’allaient certainement pas jouer au scrabble...

Elle mourrait de peur, mais pas que, elle sentait son entre jambe mouiller, ses tétons pointaient terriblement lui faisant presque mal. Mais la douleur partie en soulagement quand des mains vinrent les pincer et les tirer. C'est ça qu'elle voulait qu'on s'occupe d'elle. Mei était exciter... Pas un peu, pas beaucoup... Mais terriblement ! Elle n'avait jamais ressenti ça. Elle pourrait se faire du bien avec la première chose qui passait devant d'elle, avec le premier homme, avec la première femme. Et pour l'heure elle avait une douzaine d'homme pour le faire. Si elle pouvait parler, elle les aurait suppliés de la prendre.

Mei savait que tout cela n'était pas normal, que jamais elle c'était sentie dans cet état. Mais, elle ne pouvait pas y échapper, c'était beaucoup plus fort qu'elle.

"Hmmmmmmm Hmmmmmm"

Si bien que quand un des hommes lui dit qu'il allait la baiser, elle se mit à gémir comme pour lui dire oui va y fait le !!

A cause des chaînes, Mei fut forcée de se pencher en avant, les bras tendus dans les aires, ses fesses bien en arrière et les jambes écartées. Elle sursauta quand elle vie les drones planer vers elle... C'était des nouvelles caméras. Est-ce que c'était du direct ? Mei n'en savait rien. Mais elle n'avait pas envie que tout cela soit filmé de la sorte. C'était un viol... Elle le savait, ce n'était pas possible qu'elle veuille autant se faire baiser. On lui avait fait quelque chose. Mais, à chaque fois que quelqu'un effleurait son corps elle ne pouvait s'empêcher de gémir à travers la boule qui se trouvait dans sa bouche.

Elle en avait besoin... Elle avait besoin qu'on la bourre un bon coup... Ou plusieurs bons coups ! Ce sexe qui caressait sa chatte la rendait folle ! Elle donnait des petits coups de bassin voulant se faire pénétrer... Et le moment arriva enfin !!

"HMMMMMM !!! HMMMMM !!!!"


Mei poussa des longs soupires de plaisir et de libération. Enfin sa petite chatte se faisait prendre, elle brûlait d'envie, depuis qu'elle c'était réveillé. Voilà qui était tellement bon !!! Il venait seulement de la pénétrer d'un coup sec, Mei se mit à bouger son bassin pour faire des petits va et viens sur ce membre de chair. Ses énormes seins ballotaient dans le vide au rythme de ses mouvements. Son cul claquait doucement contre le bas ventre de l'homme qui l'avait bourré. Elle en voulait encore plus ! Ne pouvant se retenir de faire toute ces choses malsaines dont elle n'avait pas l'habitude. Mei n'avait eu que très peu de relation dans sa vie. Si bien que malgré la douleur de la pénétration elle se montrait comme une chienne qui en voulait toujours plus.
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 215



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Octobre 02, 2017, 01:07:38 »

La drogue du viol était terriblement efficace à Tekhos. Après tout, les Tekhanes étant, de base, de grandes perverses, la drogue produisait souvent des effets... Particulièrement inattendus. C’était toujours un régal, pour ces hommes, rejetés, humiliés, honnis par la caste féminine, que de pouvoir se venger en les baisant sauvagement. Mais, là, la drogue était... Vraiment trop efficace ! Habituellement, la Tekhane rageait, pestait, refusait vertement ce plaisir qui la traversait, et, ce qui était alors jouissif, c’était de la baiser, tout en sachant qu’elle avait horreur de ce qu’elle vivait. Mais là, la jeune femme réagissait... Très différemment. Les ravisseurs ne lurent aucune opposition dans son regard. Sa résistance s’écroula comme un deux face à un flush royal, et, tout ce quez la femme souhaitait, c’était qu’on la baise. Surpris, donc, les hommes surent toutefois rapidement s’adapter à  cette situation. Des sourires pervers et des regards libidineux se formèrent sur leur visage, puis ils s’approchèrent ensuite.

Très rapidement, un homme la pénétra, en s’allongeant sous elle, et en posant ses mains sur les hanches de la femme. Sans aucune hésitation, la femme le pénétra, avant de gémir, se tortillant sur place, l’homme écarquillant les yeux en sentant la chatte de la femme avaler son sexe. Il crispa ses mains sur elle, et, très rapidement, Mei sentit des mains s’approcher de ses poignets, venant les libérer, tandis que d’autres doigts lui ôtaient sons gag-ball. Les caméras continuèrent à la filmer, elle, cette singulière forme, aux formes bien trop amples et bien trop généreuses pour être une vraie Tekhane, mais qui n’en restait pas moins aussi furieusement excitante que dix Tekhanes réunies.

« Hmmm... Pu-Putain, ouaaaiisss... !! »

Sous le charme, l’homme laissait cette femme danser, tout en la regardant fréquemment, charmé, conquis, subjugué. Et, rapidement, les autres arrivèrent. Un homme se mit devant elle, et posa ses deux mains sur la tête de la femme, l’incitant à avaler son sexe avec sa bouche, pendant qu’un autre, se glissant dans son dos, approchait sa queue de ses fesses.

« Là, là, une salope pareille, ça a un gros appétit...
 -  Merde, merde, ce qu’elle est bonne, cette sale pute... !! »

Oh, ça, on pouvait le dire, ces braves pervers étaient comblés... Et  il en était visiblement autant pour Mei, qui, si elle voulait prendre son pied, allait être royalement servie !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Mei-Ling Zhou
E.S.P.er
-

Messages: 11



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Décembre 08, 2017, 02:25:10 »

Mei, n'en pouvait plus, quand elle sentie l'homme se mettre en dessous d'elle, sa queue pointant vers sa chatte, elle courba son bassin en avant. Son intimité avala le sexe de l'homme alors qu'il lui tenait les hanches. Un long gémissement de plaisir traversa son gag-ball, enfin, enfin, elle se faisait prendre. Sa chatte en feu, Mei en pouvait plus, cette queue en elle lui faisait le plus grand bien, même si elle n'arrivait toujours pas à comprendre pourquoi elle avait tellement envie de se faire prendre de la sorte. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais là elle n'en pouvait vraiment plus.

Des hommes vinrent détacher ses poignets et lui enlever le gag-ball de sa bouche.

"OUIIIII !! OUIIII !!!"

Enfin la jeune femme avait retrouvé la parole, de la salive coulait le long de sa bouche. Elle pouvait maintenant crier son plaisir de se faire prendre. Maintenant, qu'elle avait le terrain libre, Mei ondulait sur cette queue qui la transperçait. Elle n'arrivait plus à se contrôler, mouillant comme une folle. La jeune femme avait même réussi à oublier le bruit des caméras qui tournaient autour d'elle.

Alors qu'elle prenait un plaisir fou, un homme appuya sur sa tête la faisant basculer en avant, la dirigeant vers son sexe. Mei ouvrit grand la bouche pour venir avaler ce membre de chair, et de nouveau pousser des gémissements étouffés. Quand elle avalait la queue de cet homme, elle se relevait de l'autre qui se trouvait en dessous d'elle. Et quand elle retirait cette queue de sa bouche, elle s'empalait sur la queue qui prenait sa chatte.

"HMMMM... HMMMMMMMM !"

En reculant, elle pouvait sentir un autre homme se poster dans son dos, elle venait de taper son membre avec son cul. Mei ne pouvait pas tourner la tête, elle s'arrêta donc de bouger un instant, faisant juste glisser son cul contre le gland de l'homme. Personne ne l'avait jamais pris par ici ! C'était un passage encore inexploré, elle frémissait de se faire prendre ainsi. Elle ne savait pas si c'était de la peur ou de l'envie ! Sur le visage de Mei, la peur avait quand même pris le dessus de se faire prendre par cet endroit. On pouvait voir ses yeux regarder à droite à gauche essayant de voir ce qui se passait dans son dos. Elle avança de nouveau son bassin en avant, s'empalant sur l'homme en dessous d'elle.

Mei essaya de s'écarter, mais celui qui se tenait devant lui attrapa les cheveux pour ne pas qu'elle parte. La peur prenait petit à petit possession de son corps, juste à cause d'une sodomie. Elle ne savait plus où elle en était entre la peur et l'envie de se faire prendre. Des gémissements sortaient de sa bouche alternante entre le plaisir de ces queues en elle et des grognements pour la libérer à chaque fois qu'elle pouvait sentir l'homme dans son dos lui toucher les fesses.
Journalisée
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 215



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Décembre 09, 2017, 03:22:54 »

Devant l’efficacité de la drogue, les Heads avaient relâché Mei-Ling. Ils avaient rarement vu une femme comme ça, et jamais dans les magazines et les publicités tekhanes. Mei-Ling était grosse par rapport aux standards tekhans, et, pourtant, face à elle, ils bandaient comme jamais. Tout le gang était en train de se réunir, ameuté par les cris et par les soupirs de la femme. Était-elle toujours captive ? La drogue avait bien agi, mais, généralement, elle rendait les femmes assez passives, les dévorant par un désir qu’elles ne connaissaient que trop bien. Mei-Ling se contrôlait encore. On pouvait mettre ça sur son poids, qui l’aidait à davantage éliminer la drogue, mais, en ce moment, les Heads avaient en tête une autre raison. Mei-Ling dansait sur la queue d’un homme, s’empalant dessus, répandant sa mouille, et gémit quand un autre s’approcha de ses fesses. Qu’elle ait peur ou non, l’homme ne le remarqua pas.

Ses mains moites s’avancèrent, et se posèrent sur chacun des seins de la femme, les malaxant, avant de pincer et de tirer sur els tétons.

« Allez, couine, hurle, salope, hurle pour nous !
 -  Elle est si bonne, putain...
 -  Tu filmes, hein ? Merde, dis-moi que tu filmes !
 -  On va pas la vendre, on va la garder pour nous, hein, les mecs ? Qui voudrait d’un gros boudin sur le marché ?! »

Le « gros boudin », en tout cas, était véritablement au cœur de toutes les attentions. L’homme dans son dos disposait d’un œil cybernétique qui analysait les battements cardiaques, et en déduisait un « taux de plaisir » applicable à chaque femme. Il avait senti celui de Mei-Ling diminuer en sentant son sexe approcher de ses fesses, et pinça donc ses tétons. Ses doigts étaient également recouverts d’implants cybernétiques, et des éclairs en jaillirent, des arcs électriques frappant doucement les seins de Mei-Ling, la stimulant, faisant remonter son désir.

Pour l’homme, c’était le signal attendu, et il s’empressa de la pénétrer, s’enfonçant sans ménagement dans son cul, et soupira en sentant l’étroitesse de sa rondelle. La chair intime de la femme comprimait douloureusement sa verge, et il grogna donc. Les hurlements de Mei-Ling, quant à eux, ne manquèrent pas d’attirer encore d’autres hommes.

« Putain, cette salope si est si bonne... »



Sarah fut surprise de ne voir aucun garde autour de l’entrepôt des Heads. Il y avait quelques caméras de sécurité, mais qui n’étaient pas difficiles à éviter, d’autant plus que la moitié d’entre elles ne devaient pas fonctionner. Remontant rapidement une ruelle encombrée de poubelles renversées, de détritus, et même de carcasses de voitures, elle aperçut un balcon en-hauteur. Un homme se tenait là il y a encore quelques instants, avant d’avoir précipitamment quitté son poste, délaissant le magazine qu’il lisait.

*Curieux...*

Attendaient-ils une grosse livraison ? Pez’ se rapprocha rapidement en tout cas. Elle regarda encore autour d’elle, et rangea son arme derrière sa ceinture, puis s’approcha du mur. Il y avait bien une porte à l’arrière, mais elle était blindée et fermée. Sarah se concentra un peu, et sa main se transforma, se recouvrant d’une armature métallique, et, surtout, de doigts tranchants. Elle la planta alors dans le mur, et s’en servit pour bondir dans les airs, rejoignant ainsi la terrasse d’observation. Là, Pez’ récupéra rapidement son arme, et s’avança, légèrement accroupie.

Elle perçut rapidement des basses, et s’approcha. Un bref coup d’œil lui permit de voir une terrasse où plusieurs hommes hurlaient de joie, tandis qu’une puissante musique psychédélique s’échappait du centre de l’entrepôt. Une musique assourdissante, avec des projecteurs rouges et bleus.

*Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?!*

Sarah s’approcha prudemment, et se dissimula derrière un pilier. Les Heads étaient tous fascinés par une scène, et, en regardant mieux, Sarah vit que plusieurs avaient déboutonné leurs pantalons, et se masturbaient à l’air, sifflant de joie. Elle continua à se rapprocher, jusqu’à pouvoir voir ce qui se passait en bas, et...

*Mon Dieu...*

Une femme se trouvait entourée par cinq hommes, au beau milieu de la salle, sous le regard libidineux d’une vingtaine d’hommes, se relayant pour une tournante gigantesque. L’un avait enfoncé sa queue dans la bouche de la femme, deux autres se masturbaient à ses mains, et les deux autres la baisaient par ses trous intimes.

Mei-Ling était bien occupée !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox