banniere
 
  Nouvelles:
LGJ accueille un nouvel Administrateur ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Let's dance, all night long (Connor)  (Lu 2910 fois)
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #30 le: Février 18, 2018, 08:32:37 »

Elle n’était pas bien bavarde. Elle se contentait de gémir et de murmurer. Helel n’était pas dupe, et si elle cherchait à se laisser porter par les évènements, elle n’y arriverait pas. Il lui ferait affronter les vices qu’elle avait dévoilé, s’y abandonner complètement. Comme la sale pute qu’elle était. D’ailleurs, Catalina se montrait bien plus honnête avec son nouveau maître, lorsqu’il passait sa grosse queue couverte de salive sur son beau visage.

C’était tellement bon. Elle était belle, moelleuse et confortable. Ses seins, son cul, son petit ventre et même ses cheveux, ils étaient si doux. A côté, le Grand-duc était une grosse brute sans finesse, complètement sculpté et ciselé dans la pierre. Quand il l’écrasait, Catalina pouvait sentir les muscles de son amant, sa rigidité s’étaler contre son corps moelleux. Helel adorait ça, il adorait détruire et souiller cette perfection de son foutre, de sa salive, de sa pisse bien chaude.

« Adorable. » Dit-il, l’embrassant lorsqu’elle reconnut n’être rien qu’une esclave, lorsqu’elle comprit enfin qu’elle n’était bonne à rien. Bonne à rien à part se faire baiser, se faire fourrer comme une dinde. Mais le beau diable était un maître généreux. Il lui offrit un somptueux baiser pour la récompenser, la faisant saliver encore plus que lorsqu’il avait baisé sa gueule, ouvrant bien grand la bouche pour lécher sa langue, goûter ses lèvres toutes douces. Il était foutrement bruyant, il lui montrait qu’elle était délicieuse. « Aaaaaah ! » Soupira-t-il de satisfaction, rompant le baiser dans un filet épais de salive, qui reliait leurs deux bouches.

Mais elle n’était pas sortie d’affaire pour autant. Car le maître avait été très clair : si elle ne le poussait pas jusqu’à la jouissance, ou jusqu’à ce qu’il vide sa vessie, elle mourrait. Le collier continuait de se resserrer, une lente et longue sentence de mort. Helel le ressentait aussi, aussi bien que si c’était sa propre main qui serrait le fragile petit cou de l’humaine. La respiration devenait difficile, la tête commençait à tourner.

Puis, l’adrénaline montait. Alors que la mort approchait, Helel pouvait sentir sa petite pute s’activer plus fort encore sur sa queue. Elle s’enfonçait si profondément dans sa gorge étouffée, qu’il avait l’impression de baiser une chatte, tandis qu’il lui giflait le menton de ses grosses couilles. Il vint même lui appuyer sur le crâne à deux mains, comme le sadique qu’il était, se demandant si elle mourrait étouffée ou étranglée, en premier.

« Hahaha. Tu es pathétique. » Minauda-t-il, sans pour autant se retenir de trembler légèrement du bassin en grognant de plaisir. Oh putain, qu’il adorait ça. Sentir des petites mains s’affairer sur son gros sexe, étaler de la salive visqueuse sur son chibre dur, son chibre dont les veines pulsaient de désir. Il décida d’accompagner le geste de Catalina en se masturbant lui aussi, posant ses doigts sur une main de l’humaine, et la guidant, l’obligeant à serrer bien fort. « Mhhhh, Tu sens ça ? C’est ta faute si je suis aussi dur. Tu es vraiment une sale pute. Tu mériterais de t’étouffer à mort pour mon plaisir. Pas vrai ? »

Il tremblait, il se sentait si proche de l’orgasme. Elle devait le sentir aussi, elle qui était suspendue à cette queue, ce sexe qui était sa salvation. Pourtant, Helel ne jouissait pas, alors qu’elle perdait pieds. Il lui souriait même, trop heureux de la voir mourir à petit feu. Il voulait voir le mascara couler de nouveau sur ses joues, lire une nouvelle fois la souffrance sur son visage de femme, qui virait au rouge. Magnifique portrait que celui-là. Presque autant que le corps de l’armoire à glace, qui ondulait sensuellement, ses muscles roulant pour Catalina.

« Attention ma chérie, tu es toute rouge. »
Remarqua-t-il en donnant de puissants coups de bassin. Putain, qu’il adorait ce bruit de salive qui faisait reluire son sexe. Ce bruit moite et sale, ce son qui puait le sexe et le désir. Mais mieux encore, c’étaient les hoquetements désespérés de l’autre truie qui le faisaient gémir de plaisir. Allait-il la laisser mourir comme cela ? Cela semblait être le cas. Il la fixait droit dans les yeux, souriant, elle allait en crever. « Dépêche-toi, grosse pute. » Chantonna-t-il, moqueur. « Ou tu vas en crever. »
Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #31 le: Mars 10, 2018, 07:27:15 »

Perdue. Elle était complètement, irrémédiablement, perdue. Noyée dans cette luxure qui s’emparait de son corps, qui mettait un terme aux chuchotements rageurs de son esprit, de sa conscience. Absorbée par ce désir brut qui pulsait au creux de ses reins, provoquant de lancinants et douloureux élancements en bouillonnant dans ses veines. Elle était contrainte par ses vices plus que par le démon. Elle était une pècheresse et elle s’y complaisait, suçant avec ardeur, avalant cette masse rigide qui pourfendait sa gorge.

Le souffle lui manquait. La peur de mourir dansait au fond de ses prunelles, presque entièrement camouflée cependant par cette flamme de plaisir qui y brûlait, qui dilatait ses pupilles, qui masquait presque entièrement le bleu glacé de son regard. Le souffle lui manquait toujours un peu plus, à mesure que le collier resserrait inexorablement son étreinte mortelle. Elle griffait presque la queue de son maître, tant elle mettait de l’ardeur à l’avaler, à le lustrer de sa langue, de ses lèvres rougies. La panique se mêlait au stupre. L’orgasme enflait entre ses reins à mesure que l’approche de la mort se faisait sentir.

Le sang affluait à son visage, elle le savait. Elle s’en doutait. La confirmation du démon n’était qu’une provocation. Mais Catalina resserra encore les lèvres autour du sexe monstrueux qu’elle cajolait. Après tout, son souffle lui manquait de plus en plus. Alors qu’est-ce qu’une bribe d’air en plus ? Décidée à le faire se vider en elle, de n’importe quelle manière, la brune l’avala à nouveau, plus loin, s’étouffant d’elle-même. Le collier qui serrait sa trachée la rendait étroite, certes, mais il n’empêchait pas le gland turgescent de venir écarteler de force les parois de sa gorge maltraitée. Elle ne voulait pas mourir. Mais elle venait de comprendre les adeptes de l’asphyxie érotique.

Son corps était en feu, en nage. Les larmes coulaient de ses yeux assombris, dilatés par le plaisir autant que la peur ou la souffrance. Oui, le collier se faisait douloureux autour de sa gorge sensible. Elle aurait sûrement une marque, qu’elle y laisse la vie ou pas. Et pourtant, paradoxalement, elle ne s’était jamais sentie aussi vivante, aussi électrisée. Le plaisir brut vrillait ses entrailles, choquait ses nerfs à vifs. Il envahissait son corps à la manière d’un raz-de-marée, d’un tsunami. Un cyclone de luxure ravagea sa frêle silhouette humaine.

Ses yeux se révulsaient alors qu’elle étouffait un cri contre la queue veinée du Grand-Duc. L’orgasme la prenait par surprise, alors qu’elle était aux portes de la mort. Elle ne savait plus si elle avait réussi le défi. Elle ne savait plus qui elle était, ni où elle était. Elle n’était que brumes de plaisir intense. Elle n’était que brasier ardent. Son corps s’arquait sous celui d’Helel alors que la lave incandescente de sa félicité noyait son monde. Que faisait-elle, déjà, avant de se tordre de délice ? Qui était-elle ? Était-elle morte ? Elle ne sentait plus ses membres gourds. Elle ne sentait plus le collier qui serrait sa trachée à l’en étouffer. Elle ne sentait même plus le chibre puissant qui devait envahir sa bouche, gonfler sa gorge, l’étouffant conjointement avec l’artefact cerclé autour de son cou. Elle avait l’impression d’être hors de son corps, un simple esprit qui savourait avec délectation la grâce de l’orgasme. Ou de la mort ?
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #32 le: Mars 11, 2018, 03:33:44 »

Le démon ne ralentissait pas. Il ne se faisait pas plus doux ou plus patient, à mesure que son amante étouffait sur sa queue. Au contraire, la fureur qui animait ses coups de bassin, s’accentuait. Ses couilles claquaient contre le menton de la petite salope, s’y écrasaient, s’y nichaient tandis que sa hampe emplissait la bouche et la gorge de Catalina. Comme si ce n’était pas assez, il y ajoutait même sa grosse main, appuyant sur le crâne de l’humaine, enfonçant davantage sa queue bien dure dans ce trou bien chaud.

« Mhhh, tellement bon ! » Souffla-t-il en donnant de francs coups de butoir au plus profond de la petite gorge offerte, jetant le visage en arrière et se mordillant la lèvre. Il regardait parfois Catalina, cependant, prenant un plaisir malsain à voir son beau visage d’ange parcouru de traces noires. Elle pleurait, son visage rouge tirant presque sur le bleu, son maquillage lui coulant sur la gueule. « Dommage que tu doives crever. » Dit-il.

Après tout, il ne semblait pas jouir. Il était proche, cependant. Elle pouvait le sentir, tant ses coups impétueux se faisaient pressés, ses couilles se soulevaient alors qu’il lui empalait la gorge. A ce niveau, le collier n’aurait pas pu se resserrer davantage. C’était l’affaire de quelques secondes, tout au plus. Et voilà qu’elle jouissait, comme une pauvre pute.

Aux portes de la mort, elle trouvait l’orgasme en se faisant violenter la gorge, baiser la gueule. C’était si beau, si tentant. Il considéra longuement de la laisser mourir, baiser quelques secondes sa gorge inanimée pour jouir, trop tard. C’aurait été une fin magnifique. Mais heureusement pour Catalina, son maître comptait la faire souffrir encore un petit moment. Elle n’était pas au bout de son calvaire.

« Mhhh, tu as de la chance, à défaut de jouir, j’ai vraiment envie de pisser. » Grogna le fauve, extrayant sa queue de la bouche de sa victime, d’un douloureux mouvement de recul. Elle en aurait probablement gerbé, si la mort n’avait pas été une autre de ses préoccupations. « Haaaaaaan… » Quel plaisir, de vider sa vessie sur un beau visage, de nettoyer le maquillage de cette pute, d’une grosse rasade de pisse.

Le collier, en réponse, se mit à se desserrer, progressivement. L’air revenait à l’humaine, et le sang affluait de nouveau à son cerveau. Petit à petit, sa conscience lui revenait, et toute l’horreur de la situation aussi. Mais qu’en était-il du plaisir sans pareil, et de l’aspect salvateur qu’avait cette humiliante pratique ? Helel pissait sans vergogne sur la gueule, dans la bouche de Catalina, à croire qu’il ne l’avait pas fait depuis des jours. Et pourtant, elle devait l’en remercier. Il l’avait fait jouir, il l’avait sauvée.

« Remercie-moi… De te pisser à la gueule. » Soupira-t-il, appuyant sur son gros gland encore bandé, pour faire tomber les dernières gouttes sur le visage de Catalina, contre ses petites lèvres sur lesquelles il s’empressa de frotter son gland brulant. « J’ai été clément avec toi. Tu ne m’as pas fait jouir. » Son ton était sévère, feignant la déception. Il était évident qu’il avait passé son temps à se retenir, mais Catalina aurait été bien malavisée de souligner ce fait.

Ce n’était pas fini pour la petite humaine, et la lourde main qui revint lui appuyer sur le crâne en était le signe évocateur. Son amant voulait jouir. Son bourreau n’avait pas fini de la tourmenter, de la rabaisser plus bas que terre, sans oublier, à chaque fois, de lui rappeler à quel point elle aimait cela. Il la gifla de sa queue, une fois, deux fois, violemment.

« Empale-toi la gueule dessus. Dépêche-toi ! » Ce fut sa main qui la gifla, cette fois. « Bonne à rien que tu es ! » Il ne lui laissait même pas le temps de prendre son sexe en bouche. Il le faisait exprès, ne parvenant pas à cacher un sourire de prédateur alors qu’il lui mettait une grande claque du revers de la main. « Tu es vraiment inutile, heureusement que tu as de gros pis et un bon gros cul. » Négligemment, il la jeta sur le lit, son sexe pointant à l’orée du sien. Il se mit à se frotter longuement contre son intimité, désireux de savoir si elle s’empalerait contre lui, malgré la façon dont il la maltraitait.
Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #33 le: Mars 25, 2018, 05:08:34 »

Le corps encore tremblant de son orgasme, la brune était presqu’au bord de l’inconscience. Au bord de la mort. Les portes dorées du paradis s’ouvriraient-elles pour elle ? Sûrement pas. Elle était une pécheresse, se livrant à la luxure avec un démon. Jamais le paradis ne l’accueillerait en son sein. Celles de l’enfer, alors ? Plus probablement. Est-ce que ça voudrait dire qu’elle pourrait de nouveau se vautrer dans la luxure avec le Grand-Duc après sa mort ? Non, sans doute pas. L’enfer devait torturer les âmes pécheresses. Alors serait-ce l’abstinence, son tourment éternel ?

Elle n’aurait cependant pas l’occasion de le savoir tout de suite. Son maître eut pitié d’elle. Ou il avait vraiment envie de vider sa vessie. Quoi qu’il en soit, la veuve hoqueta alors que le collier se desserrait. Elle n’avait pas tout de suite senti le liquide chaud qui arrosait son visage. Mais en inspirant une grande goulée d’air, elle avala également quelques gorgées de l’or liquide qui l’aspergeait. Elle garda les yeux fermés, ouvrant la bouche en grand alors que l’air revenait gonfler ses poumons. Son corps tremblait encore. Son esprit avait capitulé pour de bon. Chaque goutte d’urine tombant sur son visage, sur sa langue tendue, la faisait frissonner. Elle était encore sensible. Si sensible.

« M-Merci…, souffle-t-elle docilement, levant un regard encore larmoyant vers le démon. »

Elle n’a plus la force, la volonté, de lui résister. Et puis, c’est tellement bon de lui obéir, de se soumettre. Catalina est irrémédiablement perdue. Pour de bon. Son âme à jamais entachée par cette soumission volontaire, par cette obéissance servile pour ne pas mourir.  Par ce plaisir qu’elle prend aux tortures délicieuses d’Helel.

« Pardonnez-moi… Maître. Je suis indigne de votre clémence, lâche-t-elle en baissant les yeux. »

Elle se sent véritablement contrite de n’avoir la vie sauve qu’à la clémence du démon. Elle se sentait redevable, malgré les humiliations subies. Elle n’a pas été assez performante pour lui. Son esprit brisé pliait sous les ordres d’Helel. Il se reformait sous sa houlette. Sous ses actes de clémence, ou de cruauté.

Elle haleta alors que l’épais chibre venait frapper sa joue par deux fois. Un petit hoquet de plaisir lui échappa. La jeune femme était incapable de penser clairement et son corps avide de stupre prenait le relai. Elle tenta alors de venir le reprendre entre ses lèvres gonflées, martyrisées, selon ses ordres, mais il ne lui en laisse pas l’occasion. Peut-être qu’elle s’y prend mal ? Oui, c’est sûrement ça. Et il la gifle alors pour le lui signaler.

« Pardon, pardon, murmure-t-elle, contrite. Merci de me corriger, ajoute-t-elle ensuite. »

Sans qu’elle ne parvienne à exécuter les ordres, la brunette se retrouva soudain sur le lit. Helel se retrouva sur elle, à nouveau, et elle pouvait le sentir se frotter contre sa fleur détrempée. Malgré la douleur, l’humiliation et la menace de mort, elle mouillait. Son excitation était même amplifiée par son orgasme récent, et ses reins ondulèrent de leur propre chef pour se frotter plus encore au sexe qui se bornait à rester sur le seuil de sa féminité. Elle gémit sourdement, cherchant à retrouver cette sensation délicieuse qu’il provoquait en l’emplissant, en l’empalant sur sa rigidité virile. Son dos se creusa dans un effort désespéré de l’enfouir en son sein. Ses cuisses largement écartées se resserrèrent autour de lui jusqu’à ce qu’elle puisse s’arquer un peu plus, jusqu’à ce qu’elle l’enserre finalement entre ses muscles intimes ruisselants.

« Merci, maître, chuchota-t-elle dans un soupir, se contractant de plus belle pour l’enfouir plus profondément. »

Malgré les brimades, elle en voulait toujours plus. Elle se sentait presque redevable envers lui pour l’avoir maltraitée. Elle était brisée, sous ses assauts, et se reconstruisait selon son comportement, selon ce qu’il attendait d’elle, sa chienne. Son jouet. Elle serait heureuse de le servir s’il l’aidait à s’améliorer, comme il le faisait depuis le début. Elle serait comblée de sa brutalité. Elle se complairait dans son nouveau statut, dans sa nouvelle conception de sa vie.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #34 le: Mars 27, 2018, 09:53:00 »

Catalina n’avait pas encore abandonné son âme à Helel. C’était en partie pourquoi ce dernier ne comptait pas la tuer, pas maintenant. Il attendrait, il la ferait chanter, lui promettant la jouissance si elle lui abandonnait son esprit, en plus de son corps. Bien sûr, il ne se privait pas pour la faire souffrir, lui inspirer la crainte et la torturer comme un sadique.

« Pathétique petite salope. » Grogna le beau diable, d’un ton plus chargé de désir sexuel que de colère. Il aimait la gifler, la maltraiter en la jetant contre le lit comme une fragile poupée de chair. Il voulait la sentir aussi terrorisée qu’excitée, qu’elle se demande en permanence si son prochain orgasme serait le dernier. « J’aime tellement les culs de pouffiasses et les hanches de pondeuses comme les tiennes ! » Dit-il en saisissant l’objet de ses désirs. « Ooooh ouaaaais ! »

Elle avait compris, elle n’avait pas résisté. Pitoyable jusqu’au bout, elle s’était elle-même empalée sur ce membre qui lui avait fait connaître tant de douleur que de plaisir. Helel lui saisit le crâne, l’écrasant avec force contre le matelas moelleux. Il était au-dessus d’elle, sur les pieds, cuisses contre les mollets et genoux fléchis, de sorte à ce que seule son aine s’écrase contre le bon gros cul de Catalina.

« Tu es une bonne chienne, pas vrai ? Tu mourrais sans hésiter si ça pouvait faire jouir ton maître ? » Il se mit alors à l’étrangler puissamment, obligeant la petite humaine à présenter son cou, tandis qu’il passait un bras autour de sa gorge par l’arrière, serrant ses veines. « Putain, tu es de plus en plus serrée… » Délicieux, magnifique. Il en tremblait du bassin, toujours complètement obsédé par son corps voluptueux, toujours aussi heureux de blesser une si parfaite jeune femme. « Je vais te coller un petit démon dans le ventre, compris sale pute ? » Il donna un puissant coup de reins, faisant balloter Catalina. « Puis je laisserai tous les autres dégueulasses des enfers te baiser à mort. »

De sa main libre, Helel la giflait, donnant de puissantes claques sur son visage, et sur sa poitrine légèrement surélevée, tant il l’obligeait à arquer son dos, en l’étranglant par derrière. Ses gros doigts rêches lui agrippaient un sein, pinçant et tirant sur le mamelon, avant de gifler l’orbe bien rempli. Il avait hâte que ces pis soient bien remplis de lait. Mais avant ça, il devait lui donner le sien. Sa grosse crème bien épaisse de mâle.

« Où est passé ton petit air prétentieux, ma chérie ? Tes petites manières de chiennasse? » Demanda-t-il en lui donnant un violent coup de bassin, comme s’il cherchait à lui casser le dos en deux. Et vu l’animal, ce n’était pas impossible qu’il ait eu ce but. « C’était tellement bon, de te limer la chatte pendant que tu te débattais. » Il parlait doucement, la voix rauque, le bassin tremblant de plaisir. Ce sadisme, cette violence, c’était ce qui lui plaisait. Oh, bien sûr il adorait voir une femme pleine d’assurance comme Catalina couiner de douleur en miaulant de plaisir. Mais comme il avait aimé rabaissé cette sale truie ! Rien que d’y penser, il se mit à jouir, abondamment. « Haaaan ! C’est bien chauuud, c’est beaucoup trop bon, pas vrai ? » Mhhhh, elle en débordait… Et pourtant.

Orgasme sur orgasme, le démon se mit à donner de grands coups de bassin, remuant son foutre dans les entrailles de Catalina, dans un bruit moite. Il laissa un peu de répit à sa victime, rouge des gifles qu’il lui avait assénées un peu partout sur le corps. Lui agrippant les cheveux, il vint y poser sa queue, jouissant encore quelques giclées dessus, et s’y essuyant.

« Sextoy. » Gronda le fauve, tapant violemment la gueule de Catalina de son gros sexe encore bien dur et chaud. Comme si elle ne pesait rien, il la retourna sur le dos, la tête à l’envers, dans le vide après le bord du lit. Il lui attrapa la bouche, y infiltrant ses gros doigts pour l’obliger à ouvrir bien grand la gueule. « Prête à mourir noyée, ma chérie ? » Il n’arrêtait pas. Chaque fois qu’il se faisait plaisir en la faisant souffrir, il lui agitait cette menace sous le nez, laissant à l’humaine la terreur de deviner s’il mentait ou non. « Mhhhh, aaaaaah… » Soupira-t-il, enfonçant brutalement sa queue dans la gorge, en parfaite position pour commencer à lui baiser la gueule. Ses deux grosses mains vinrent se refermer sur le petit cou de l’humaine, et il se mit à se branler avec sa gorge, tout en la baisant comme une chatte. « Je vais pisser dedans, comme j’aurais dû pisser dans ta chatte de pétasse. » Il s’extirpa d’entre ses lèvres, impatient d’entendre sa réponse, de savoir où elle en était entre peur et désir, puis se renfonça, ne gardant qu’une main sur sa gorge alors que l’autre venait lui caresser agressivement l’entrejambe.
Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #35 le: Juillet 15, 2018, 02:42:08 »

Ce déferlement de sensations, d'émotions, c'était presque trop pour la vulnérable humaine qu'elle était. Douleur. Plaisir. Humiliation. Menaces. Plaisir encore. Douleur, toujours. Jouissance extrême. Elle se pliait aux désirs du démon avec joie, s'enfonçant elle-même dans sa situation dégradante. Son amour du sexe se mêlait avec sa volonté de lui faire plaisir. La veuve gémissait. Pleurait. Hurlait. Elle se contorsionnait, sous les coups puissants d'Helel. Elle soufflait son nom. Elle le suppliait de la prendre encore. Plus fort. Elle disait Amen à chacune de ses demandes.

La succession presque ininterrompue de coups, d'orgasmes, de moqueries, ça la rendait folle. Elle le sentait qui l'écartelait de l'intérieur. Qui la remplissait, encore et encore, à tel point que ses cuisses en était poisseuses. La marque de ses gifles rougissait sa peau pâle. Son souffle était court, alors que l'oxygène manquait, puis revenait. Haletante, elle était pourtant heureuse de ce traitement.

Le changement de position, la tête à pendre hors du lit, fut presque salvateur pour les articulations, pour les os martyrisés de la brunette. Mais elle n'eut pas le temps de reprendre son souffle. De lécher cette semence qui collait contre sa peau sensible. Elle ouvrit grand la bouche, sous l'impulsion des doigts brutaux, inquisiteurs, ses yeux larmoyants après tant de strangulation, de douleur, de plaisir. Mais le désir ne l'avait pas quitté. Et si les menaces de mourir, étouffée par la queue du démon -ou noyée dans son sperme abondant, si chaud, si crémeux- étaient effrayantes, elles étaient aussi excitantes.

Elle gémit, le son se heurtant contre la masse virile qui venait d'investir sa gorge, et ses mains glissèrent sur son corps souple, malmené, effleurant la pointe érigée de ses seins, remontant vers le Grand Duc, s'agrippant à ses cuisses, comme pour appuyer ses déhanchements. Sa gorge, serrée autour du chibre grâce à une étreinte féroce, se contractait, cherchant à lui apporter du plaisir, même si elle sentait sa conscience vaciller lorsque son corps approchait de ses limites. Et quelles limites.

Elle aspira de grandes goulées d'air quand il se retira, murmurant son assentiment d'une voix brisée, rauque. Elle avait envie de le sentir la maltraiter encore. L'humilier. Elle en avait presque besoin ? Possible.

« Oui, oui, je vous en prie, Maî-, commença-t-elle, avant que sa voix se s'étouffe à nouveau contre l'imposante présence de son sexe. »

Elle ondulait sur le lit, avide. Affamée de stupre. D'humiliation. Désirant pleinement continuer à flirter avec les limites de sa conscience, de son endurance. Avec la mort. Elle écarta rapidement ses cuisses en sentant Helel venir l'y flatter. Agressivement, mais elle ne s'en souciait pas. Plus. Elle le voulait. Ses reins se portèrent vivement à la rencontre de sa main. Ce qui en disait long sur son état. Elle n'était plus la riche veuve un peu nymphomane. Elle n'était plus qu'un jouet entre ses doigts, entre ses mains. Exactement comme il l'avait dit. Un sex-toy.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #36 le: Août 04, 2018, 02:58:44 »

Helel les aimait soumises, prêtes à mourir pour lui offrir un quantum de plaisir. Elles n’étaient que des objets pour lui, de simples jouets. Et il en avait déjà cassé tellement. Catalina avait quelque chose d’autre cependant. Peut-être était-ce son corps inhumainement parfait, oui, ou bien peut-être était-ce cette dévotion que le beau diable lisait dans son regard. Il pouvait l’humilier tellement plus encore.

Il utilisait sa sale gorge de trainée pour nettoyer sa queue divine, faisant l’immense honneur à Catalina de l’utiliser comme un mouchoir à foutre. Lorsqu’il eut fini, il extirpa sa queue molle et pourtant ô combien massive d’entre les lèvres endolories de l’humaine. Il avait le sexe bien luisant de salive, poisseux de la gorge qu’il avait baisé, encore et encore.

« Tes énormes seins ne sont pas encore pleins de lait. » Constata Helel, l’air déçu. Il attrapa un de ces obus éhontés, entre ses gros doigts rêches qui ne connaissaient ni douceur ni patience. Maltraitant un mamelon, il tira dessus, et s’y pencha pour téter comme un nourrisson à la recherche de lait, giflant le sein à pleine main, comme pour le punir de ne pas lui donner ce qu’il voulait. « Tu veux porter l’enfant de ton maître, pas vrai, esclave ? Tu veux encore de ma crème bien chaude entre tes cuisses… Profond dans ta petite chatte. »

Helel fit alors passer sa main devant le visage de Catalina, la soulageant de tous les fluides qui l’avaient souillée, usant de magie. Peut-être avait-elle un peu moins mal aux lèvres, mais le feu qui brûlait en elle n’avait rien d’éteint. Le beau diable prit alors ses distances et, passant une main sur son torse, constata qu’il transpirait légèrement. Intolérable.

« Marche. Marche à quatre pattes comme la chienne que tu es. » Ordonna-t-il en posant ses mains sur les côtés de son bassin, l’air impérieux. « Le cul bien haut, la gueule près du sol. Que tes grosses fesses de catin soient bien en valeur. Il n’y a que ton corps qui compte pour moi. » Oui, que ton corps, l’étroitesse de ton entrejambe, ta gorge, ton cul. C’était ce à quoi pensait Helel, incapable d’empêcher l’excitation des souvenirs de lui arracher une nouvelle érection. Il était un démon, il aurait véritablement pu baiser Catalina jusqu’à ce qu’elle en crève de plaisir. Mais pas maintenant, patience… « Viens laver mon corps avec ta langue, c’est ta faute. Lèche, chienne. »

Il lui agrippa les cheveux lorsqu’elle fut arrivée près de lui, la guidant dans son ouvrage. Qu’elle commence par son aine musculeuse. Il lui enfouit la gueule dans ses grosses boules, qu’elle « vénère l’endroit qui allait lui donner une descendance ». Helel refusa à sa soumise le droit de le sucer, cependant, la guidant avec force jusqu’à ses abdos. Qu’elle mordille, lèche, embrasse, peu importait. Il voulait être ruisselant de sa salive, propre et vénéré comme un dieu vivant mérite de l’être. D’une main, il lui faisait une queue de cheval, et la guidait.

« Gentille fille. » La complimentait-il, doux comme du miel lorsqu’elle s’appliquait à ne louper aucune aspérité de ses pectoraux, aucune parcelle de sa peau. Pour une femme qui avait connu le sexe, le foutre d’un démon, son odeur, son goût, devenait un nectar presque vital. Helel était confiant d’avoir assez souillé Catalina de sa violence pour qu’elle vive le fait de le laver à la langue comme un petit orgasme gustatif. « Tu te régales, ma beauté ? » Demanda-t-il alors qu’elle arrivait aux lèvres de son maître. Il acquiesça, comme pour lui signifier qu’elle avait le droit de l’embrasser. Pendant ce temps, il glissa son énorme sexe entre ses cuisses, le frottant contre ses lèvres intimes avec insistance.
Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #37 le: Août 06, 2018, 08:55:08 »

Elle respira à nouveau, à grande goulée, quand il se retira. Et pourtant, le sentir quitter la chaleur de ses lèvres, de sa gorge maltraitée, provoqua une certaine frustration, une certaine déception, pour la brune. Haletante, elle gémit, creusant le dos sur le lit pour mieux lui offrir ses seins, qu'il rougit en les malmenant de ses doigts, de sa bouche, de ses mains.

« Oui... Oui ! S'écria-t-elle, gémissant toujours. Oh oui, Maître... »

Qu'importe ce qu'il proposait, elle dirait Amen. Elle était clairement sous son joug, brisée, soumise, totalement malléable. Son désir était si fort, si envahissant, qu'elle ne parvenait pas à réfléchir, à se remettre, à tenter de surmonter cette addiction naissante qui la poussait à plaire au démon. A son maître.

Elle se redressa à son ordre, son souffle toujours court, et glissa à bas du lit. Ses genoux touchèrent le sol en premier, vites suivis de ses mains. Et elle se cambra. Elle s'appuya sur ses avants-bras, relevant ses fesses bien haut, exposant sa croupe en ondulant, en avançant avec grâce, féline. Comme une chatte en chaleur, peut-être. Sûrement.

Se redressant quand il glissa une main dans sa crinière, qu'il l'agrippa presque durement, Catalina soupira d'aise. Elle tenta de happer son sexe entre ses lèvres, à nouveau, mais il ne semblait pas de cette avis. Aussi lécha-t-elle avec application ses bourses, suçotant la peau sensible, gonflée, prenant soin de ces bijoux comme si c'étaient les plus précieux du monde. Et c'était le cas, pour elle, à cet instant. Et elle fut tout aussi soigneuse en remontant, sous l'impulsion d'Helel. Elle léchait, elle embrassait, elle adorait chaque parcelle de sa peau, le lavant de la transpiration, fermant les yeux en soupirant de plaisir. Ses mains s'agrippèrent à ses hanches, alors qu'elle se redressait sur les genoux, puis sur ses pieds, à mesure qu'elle progressait.

Plaquant son corps souple contre celui du Grand-Duc, écrasant sa poitrine contre son torse puissant, elle se frottait à lui alors que sa langue le caressait, que ses dents le goûtait, que ses lèvres le chérissait. Si elle était catholique, de base, même si pas pratiquante, Helel était devenu son Dieu, à présent. Pour l'instant. Il était son maître, il avait droit de vie et de mort sur elle. Il pouvait en disposer comme il le désirait. Elle lui en serait toujours reconnaissante, qu'il manque de l'étouffer ou de la casser en deux.

Elle faillit fondre en entendant son compliment, gémissant, languissante, se frottant de plus belle. Elle embrassa son cou avec ferveur, continuant à remonter, ses mains venant s'accrocher dans son dos, ressentant la puissance de ses muscles avec un petit mouvement de bassin contre lui, enserrant finalement son sexe entre ses cuisses brûlantes.

« Vous êtes délicieux, maître... Souffla la veuve, contre les lèvres si tentantes de son tortionnaire. »

Elle n'attendit pas, après son acquiescement, pour venir mordiller ses lèvres, y intercaler les siennes, caresser leur texture de la pointe de la langue. Elle l'embrassait avec dévotion. Elle glissa sa langue entre ses lèvres, frottant son buste contre lui, serrant les cuisses autour de la virilité qu'il glissait entre elles, contre sa fleur. Elle était trempée. Prête, et plus que ça. Elle ondulait contre lui, cherchant son accord pour venir s'empaler, cherchant le plaisir que sa présence en elle déclenchait, sans cesser de lui faire comprendre son adoration au travers du baiser passionné qu'elle lui offrait.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #38 le: Août 08, 2018, 02:14:41 »

Le mépris et la violence n’avaient pas quitté l’esprit d’Helel. Il savait cependant récompenser l’obéissance, et son nouveau jouet se montrait enfin docile. Aussi décida-t-il de la récompenser, de toute la tendresse dont il était capable. Le beau diable contenait ses pulsions, le désir profond d’étouffer cette pute, cette moins que rien qui faisait glisser ses seins contre son torse.

Il lui caressait les cheveux avec une grande délicatesse. Il était si immense que Catalina aurait pu finir brisée en deux en un seul instant. Et pourtant le géant qui lui servait d’amant ne faisait que la choyer avec affection, penché sur elle pour qu’elle puisse goûter sa bouche. Helel agrippait les fesses bien rebondies de sa petite pute, avant de remonter contre son dos, de la presser un peu plus contre lui.

« Ouvre bien grand, ma superbe petite chienne. » Ordonna-t-il d’une voix calme et mielleuse, caressant les lèvres pulpeuses de Catalina du bout des doigts. Il passa son index et son majeur contre la lèvre inférieure, jusqu’à la langue, et cracha dans la bouche toute chaude de son esclave. Puis, il lui ferma la gueule, caressant son beau visage de ses mains qui n’auraient eu aucun mal à la tuer. « Gentille fille. » Répéta-t-il.

Collant Catalina bien fort contre lui, l’étreignant contre son corps encore plus brulant que le sien, il vint déposer un doux baiser sur son front. Et ses lèvres descendirent, contre le petit nez de l’humaine, sur sa bouche, contre sa langue… A l’inverse cependant de ces baisers attentionnés et langoureux, il y avait le mouvement puissant du bassin d’Helel.

Oh, là, il ne mentait pas le moins du monde. Il y allait fort, donnait de grands coups de son bassin musculeux, entièrement contracté. La pauvre petite humaine tremblait, ses cuisses vibraient contre celles du colosse, servant également de fourreau à son sexe chaud comme une braise. Helel limait les lèvres intimes de Catalina comme s’il ne pouvait se contrôler, comme une bête en rut.

« Ma queue est toute trempée… A cause de ta petite chatte… » Souffla-t-il entre deux grognements d’aise, coulissant encore mieux dans l’écrin de ces cuisses moelleuses, maintenant que Catalina avait couvert son sexe du témoignage de son désir. Le beau diable n’en pouvait plus, y allant désormais si fort qu’il faisait trembler la petite humaine toute entière. Doucement, il la poussa jusque sur le lit, l’y allongeant comme s’il allait lui faire l’amour pour la première fois. « Regarde un peu ce que tu as fait. » Lui susurra-t-il à l’oreille, avant de se redresser.

Sa queue était absolument luisante, et glissait tellement bien contre la petite chatte de Catalina. Il frottait la hampe de cette trique veinée contre l’intimité de son esclave en n’oubliant aucun recoin. Pour peu qu’il ait bougé le bassin un peu trop fort, il aurait probablement enfoncé son sexe dans ce fourreau absolument souillé de mouille. Helel attrapa les cuisses moelleuses de son amante, enfonçant ses doigts dans la chair, écartant et repoussant les jambes. L’angle parfait, profond et étouffant.

« Ferme les jambes. » Dit-il en posant ses mains sur le lit, à côté des épaules de l’humaine. Puis, il s’allongea sur elle, l’écrasant dans un étau de confort, alors que ses bras venaient l’enserrer. Son gland pointait contre l’entrée, menaçant de tout simplement écraser l’intimité de Catalina, venir la remplir d’une seule traite, presser en elle au plus profond. « Embrasse-moi. » La sentence tomba alors, lourde et inéluctable. Il y eut un gros bruit de claquement, alors que l’aine musculeuse d’Helel rencontrait le bassin de Catalina.

Puis, il se mit à frotter, ondulant sensuellement. Pas trop vite, ni trop fort. Juste d’agréables et frustrants mouvements des hanches. Qu’elle sente bien à quel point il était énorme, à quel point il l’étouffait alors qu’il se l’appropriait complètement, la remplissant littéralement. Il l’embrassait avec fougue, comme s’il l’aimait pour autre chose que le fait qu’elle soit sa chienne. « Qu’est-ce que tu désires, plus que tout, ma chérie ? » Murmura-t-il, se redressant légèrement pour pouvoir la regarder droit dans les yeux.

Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #39 le: Août 09, 2018, 09:29:53 »

La pauvre petite humaine, frêle et fragile, se sentait véritablement honorée de pouvoir ainsi nettoyer le corps de son amant démoniaque. De pouvoir le toucher, le caresser, de coller son corps voluptueux contre le sien, si musclé, si puissant. Elle frémissait, elle se coulait contre lui, enserrant sa chair mâle entre ses cuisses avec un plaisir non dissimulé. Elle se livrait sans résistance, l'embrassant avec passion, comme s'il était le Maître de son univers. Et elle le pensait, à cet instant. Le contraste avec la veuve réticente de la veille était flagrant. Elle était tombée dans ses filets, elle s'y était empêtrée tant et si bien qu'elle le croyait son sauveur, venu la délivrer. Elle n'opposait plus aucune résistance.

Elle obéissait, docile petite chienne, ouvrant sa bouche en grand, frissonnante, soupirant d'aise. Elle gémit doucement alors qu'il crachait sur sa langue, refermant ensuite sagement la mâchoire. Elle avait l'impression d'être récipiendaire d'un fluide divin, et elle s'accrocha de plus belle au Grand-Duc en avalant sa salive. Il était si tendre avec elle, si attentionné. Comment avait-elle pu songer à vouloir le tuer, la veille ? C'était incompréhensible. Elle gémit de plus belle, ondulant contre lui, contre le sexe raidi qui se lubrifiait rapidement entre ses cuisses. Elle se cramponnait à son Maître, éperdue, pantelante, heureuse de la chance qu'elle avait qu'il s'intéresse ainsi à elle.

S'allongeant doucement contre le lit, elle soupirait.

« Oh oui, mon Maître. Laissez-moi me faire pardonner... Laissez-moi.. Mh... Ah ! »

Elle gémit, s'étranglant à moitié, appréciant le contact contre sa fleur, ondulant de plus belle, affamée, repentante. Fermant les yeux alors qu'il s'appropriait ses cuisses, qu'il la positionnait comme il le désirait, elle soupirait sa dévotion, creusant légèrement le dos, mettant en valeur sa poitrine généreuse. Et il vint la recouvrir, la faisant gémir un peu plus, avide qu'elle était de son contact.

Elle resserra ses cuisses à son ordre, croisant les chevilles, ouvrant à demi les yeux pour l'observer avec un désir omniprésent dans son regard. Et elle l'embrassa de plus belle, étouffant contre ses lèvres son petit cri de satisfaction à le sentir la posséder pleinement. Ses dents mordillèrent la lippe inférieure d'Helel, sa langue venait rencontrer la sienne, dévouée, affamée.

Catalina se sentait protégée, entre ses bras forts. Elle se sentait à sa place, humble et soumise. Privilégiée. Embrasée par les ondulations du démon, par la sensation divine de sa présence qui écartait ses chairs, qui s'y nichait avec autorité, impérieux et dominateur. Elle était captivée. Heureuse. Comblée.

« Je... Mh... Je veux vous plaire, Maître. Je veux vous soulager... Aaah... Portez vos enfants, si vous m'en jugez méritante... Ah oui, mh... Je ne vis que pour vous ! »

Sa voix était rauque d'avoir trop crié, trop supplié, trop gémit. Mais elle était pleine de passion. Elle était sincère et vibrante de ferveur.

« Vous êtes trop bon, avec moi, Maître. Oooh... Je ferais... Ce que vous voudrez si vous m'en trouvez digne... »

Et ses reins tentent de venir à sa rencontre, cherchant la satisfaction, cherchant la plénitude qu'il lui apportait.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2707



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #40 le: Août 13, 2018, 12:40:37 »

Catalina était étouffée, couverte par la forme, par la forme massive de son cruel amant, qui n’avait aucune retenue, qui adorait la serrer dans ses bras musclés en lui donnant de bon gros coups de reins. Difficile, par moments, de savoir si c’était l’ombre d’un amant affectueux et tendre, ou d’un animal sauvage affamé. Peut-être était-ce les deux à la fois.

« Ah, vraiment taillée pour ma queue. » Grogna Helel, donnant un puissant coup de ses hanches musculeuses, son pubis écrasant les lèvres intimes de la petite humaine. Il était tout au fond, remplissant bien sa chatte de sa largeur torride. Si elle avait failli fondre sous ses compliments, alors peut-être fondrait-elle belle et bien sous la chaleur de son amant. « Oooh, remue les hanches ma chérie, viens chercher la grosse queue de ton homme. »

Il lui dévorait la bouche, le cou, salivant contre elle, la faisant baver comme doit le faire une chienne. Toujours à mi-chemin entre l’embrassade d’un amoureux et l’étreinte mortelle de l’ennemi, Helel faisait glisser ses muscles contre le petit ventre et la poitrine outrageuse de Catalina. Comme une brindille, elle tremblait et virevoltait sous ses ondulations sensuelles, ses coups de burin qui partaient depuis le bassin musculeux du démon.

Rien qu’aux claquements moites de leurs corps, on pouvait ressentir à quel point Helel était profond, ancré dans le petit minou tout chaud de son amante. Il s’amusait grandement à lui racler la chatte de son gland massif, trop pour qu’elle ait un jour pu connaître pareille douleur avec un autre homme. Mais c’était une douleur qui lui rappelait qu’elle était en vie, une douleur que son maître lui infligeait par amour. La meilleure des douleurs.

« Ça vient, mon amour, ça vient… »
Soupira-t-il, alors que son bassin accélérait. Le rythme méthodique du beau diable avait volé en éclat, remplacé par des coups de plus en plus rapide. Il avait envie de jouir, comme un besoin incontrôlable. Il l’entendait dire « oui » à tout ce qu’il lui disait, probablement plus portée par la volonté de plaire à ce maître cruel qu’à un véritable désir profond. Mais c’était suffisant. « Mhhhh, je vais te faire déborder la chatte, ma chérie… » Soupira-t-il, dans une ultime poussée du bassin.

Il se redressa pour pouvoir s’enfoncer le plus possible, à l’angle parfait, son aine musculeuse frottant le bassin de Catalina alors qu’il jouissait encore et encore. Il plissa même les yeux, pissant son foutre crémeux dans la chatte de son esclave, de son amante, poussant vraiment aussi fort qu’il le pouvait en elle. Des grognements rauques ponctuèrent son orgasme bruyant, alors que le buffle s’étalait de nouveau sur Catalina, continuant à donner de légers coups de bassin.

Elle débordait déjà, totalement remplie par les quantités inhumaines de foutre que produisait le démon, probablement déjà engrossée depuis longtemps. Mais ce n’était qu’un orgasme symbolique pour Helel. Maintenant, elle lui appartenait corps et âme, une femme séduisante, intelligente et vivace, réduite à l’état de simple jouet, tout juste bonne à se plier aux désirs d’un maître sadique. Le beau diable déposa un doux baiser sur les lèvres de la jeune femme.

« Bonne petite esclave. Avec tes pis et tes grosses hanches, tu n’auras aucun mal à porter l’enfant de ton maître, n’est-ce pas ? » Dit-il en s’extirpant bien lentement des lèvres intimes qu’il avait tant violentée. « Gentille fille… » Murmura le démon, glissant contre le buste de sa soumise pour venir lui téter un sein avec insistance, pleinement satisfait. Quelle énorme poitrine absolument indécente. Elle méritait ce qui lui arrivait, avec un corps pareil. Et quel meilleur bourreau qu’Helel en personne ? « Bien, bien suis-moi, maintenant. » Grogna le monstre en se redressant, tendant une main inhabituellement attentionnée à la soumise, pour qu’elle puisse se relever. Il ne permettrait pas que l’on soit violent avec elle, pendant les quelques semaines à venir.

Doucement, il la guida vers la salle de bain où elle avait été soigneusement nettoyée, avant son récent réveil. Et de là, il la dévêtit, faisant de même pour lui. Nus, ils entrèrent dans la douche sous l’initiative du beau diable, qui désigna ensuite une éponge douce et quelques produits contenus dans des flacons de cristal.

« Lave-moi. »
Ordonna-t-il, claquant des doigts pour faire tomber l’eau du pommeau de douche.
Journalisée

(´・ω・`)
Catalina Taylor
Catin Taquine <3
Modérateur
-
*****
Messages: 553


Croqueuse de diamants


Voir le profil
FicheChalant
Description
Riche veuve, par treize fois, qui s'est exilée à Seïkusu et qui investit dans différents secteurs d'économie de la ville.
Peu farouche quand elle trouve quelqu'un à son goût, mais secrète quant à son passé.
« Répondre #41 le: Août 15, 2018, 04:08:51 »

La respiration sifflante, entrecoupée de gémissements, Catalina ondulait sous le poids d'Helel. Ses reins venaient à sa rencontre, ses mains le caressaient. Elle se soumettait de bon cœur à sa domination, tour à tour brutale ou tendre. Elle gémissait, criait de sa voix cassée. C'était si bon. Elle perdait la tête. La raison, l'esprit. Elle était à lui, tout simplement. Elle était accroc à ses caresses brusques, à son étreinte puissante, à sa queue qui raclait ses chairs maltraitées, qui frottait tant et si bien contre les nerfs près de sa matrice que c'en était douloureux. Et si bon ! Elle n'en était pas honteuse, comme elle aurait pu l'être au départ. Elle en était heureuse. Elle lui procurait du plaisir, autant qu'il lui en donnait. Il était son mâle, son Dieu, peut-être même. Son Dieu maléfique, démoniaque. C'était de toute manière son destin, non ? Un peu plus tôt que prévu, mais elle n'y aurait certainement pas échappé. Elle n'était pas une croyante pratiquante, mais elle croyait. Et avec ses actions, son passé, son âme appartenait déjà à l'Enfer. A son Maître.

« Oh oui, remplissez-moi... Aah ! »

Le sentir l'inonder encore une fois de sa semence, ressentir les jets fournis qui remplissait ses entrailles de leur chaleur brûlante, ça la rendait folle. Elle se contractait autour de lui, comme pour qu'il ne se dégage pas trop tôt. Son plaisir la submergeait et l'orgasme vint la rafler une fois de plus. Elle se cambrait, les muscles raidis, électrisés. La douleur et la satisfaction de ses sens se mêlaient. Ses ongles griffèrent les hanches du Grand Duc alors qu'elle cherchait à se retenir, à ne pas perdre totalement pied tandis qu'il se vidait en elle. Tandis qu'elle le remerciait de ses muscles échauffés, de son être lascif, offert. Elle se relâcha doucement, alors qu'il revenait contre son corps. Elle souriait, pleine de volupté. La veuve était conquise, soumise. Presque amoureuse, dans un sens. Accroc.

« Non, effectivement, Maître, lui répondit-elle dans un souffle. »

Son corps se pliait à ses caprices, intolérablement endurant, interminablement maltraité et poussé à ses limites, et pourtant, aussi étrange que ça paraisse, toujours accueillant, toujours réceptif. Elle ne voulait que ça, lui obéir, lui plaire. Si elle devait donner naissance à sa progéniture démoniaque, et bien l'ancienne tueuse à gage l'acceptait de bon cœur. L'appelait de ses vœux, même. Elle était à lui.

Attrapant sa main avec gratitude, elle se leva, quittant le lit imprégné de leur sueur, de leurs fluides divers, pour le rejoindre, pour le suivre avec docilité. Son pas était chaloupé, alors que ses muscles protestaient un peu. Ses cuisses luisaient. De son plaisir à elle, en partie, mais surtout de cette étonnante quantité de sperme qu'il avait relâché en elle. Qui, malgré ses efforts, coulaient lentement entre ses cuisses. Un peu anesthésiée, sonnée par les orgasmes qui s'étaient succédés, la brunette l'observa pendant qu'il enlevait sa petite tenue qui couvrait encore son corps. Elle se mordillait la lèvre, et soupirait doucement en appréciant le sentir aussi attentionné.

La douche allait faire du bien, c'était certain. Mais s'occuper de son Maître était encore mieux. Elle hocha la tête, docile, en soufflant son obéissance. Et tandis que l'eau commençait à couler, à ruisseler sur leurs deux corps enfiévrés, elle se saisit de l'éponge, ouvrant les flacons pour les sentir, pour en choisir un. Enfin, elle s'approcha, ses doigts caressaient le corps musclé d'Helel, tandis qu'elle lui tournait autour. Qu'elle s'immobilisait dans son dos. Qu'elle s'agenouillait, et qu'elle commençait à passer ses mains, à passer l'éponge, contre sa peau. Ses pieds, d'abord, puis ses mollets. Elle était douce, soumise, attentionnée. Ses gestes étaient empreints de tendresse, alors qu'elle frottait la peau, qu'elle remontait vers ses cuisses. L'éponge laissait une traînée de mousse parfumée, malgré l'eau qui ruisselait.

Elle le lavait avec soin, avec dévotion. Ses doigts précédaient l'éponge, parfois, ou la suivait de près. Elle profitait de chaque caresse, s'imprégnant de son odeur, de sa chaleur. Elle remontait doucement, passant sur ses fesses musclées, venant embrasser la peau de son dos en massant les muscles puissants qui y roulaient. L'éponge glissa finalement sur ses épaules, descendant le long de ses bras, alors qu'elle le contournait une nouvelle fois, revenant face à lui. Et elle fit l'autre bras, ensuite, partant de sa main, remontant jusqu'à la seconde épaule. Ses lèvres couraient contre son torse, embrassant chaque parcelle de sa peau, suivie par l'éponge. Elle ne tarde pas à s'agenouiller de nouveau, alors qu'elle délaisse les abdos ciselés du démon. Sa main libre encercle le sexe tant apprécié, et elle l'aspire une nouvelle fois, gourmande, le suçant quelques instants, avant de laisser l'éponge courir contre sa longueur, contre sa peau satinée. Elle lève les yeux, terminant de le nettoyer, d'enlever la sueur et les fluides, un sourire flottant sur ses lèvres rougies.
Journalisée

Compte en banque blindé.
RPs & Idées.

Evangile selon Sainte Cata 28:11 : "Venez à moi, vous tous qui avez envie de RP, on va s'enjailler grave j'm'en bats les couilles j'vous prends tous"
Evangile selon Sainte Cata 28:12 : "Vous trouverez du repos pour vos âmes en mon sein, à condition que vous soyez un mâle bien membré et prêts à me casser le bassin"

"Elle attire les bites comme le miel attire les abeilles" - Destin.

<3 <3

Tags:
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox