banniere
 
  Nouvelles:
LGJ accueille un nouvel Administrateur ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Bulimiarexia [Connor]  (Lu 437 fois)
Cendres
Créature
-

Messages: 9



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 19, 2015, 01:05:41 »

La silhouette encapuchonnée s'effondra lentement. Ses ongles pleins de terre cessèrent de gratter les parois du trou dans lequel elle était tombée. Le vide qu'elle ressentait soudain dans sa poitrine s'étendit rapidement à l'intérieur de son corps tout entier. Les sensations disparurent, en même temps que les sentiments - à part un seul, trop aimable pour se volatiliser : un déchirant sentiment de vide, seule chose à pouvoir meubler un corps sans âme, et ce jusqu'à la fin de sa vie. Une intense sensation de lassitude, de mélancolie, comme lorsque l'on perdait quelque chose de cher à nos yeux.
En l’occurrence, ici, c'était sa propre âme, qui tournoyait entre les doigts de celle qui l'avait battu à plates coutures. Assise sur le bord du piège, la gardienne des lieux ne regardait même plus sa victime, trop occupée à admirer le volute de fumée qui roulait entre ses doigts. Une âme pouvait avoir différentes formes et couleurs, mais quand elle était, comme ici, fraîchement sortie d'un corps, elle était plutôt immatérielle.
Sans plus de cérémonie, Cendres la fit sauter de sa main, pour la faire directement atterrir dans sa bouche, comme l'on gobe une cacahuète. Après déglutition, elle se tapota le ventre, la langue pendante et un sourire sur les lèvres.

Les gémissements de la silhouette finirent par attirer l'attention de la morte-vivante, qui baissa son regard.


- Ah. Ouais. Heh... pardon. Je t'avais oublié.

Oubli réparé, de façon rapide et efficace. La silhouette eut à peine le temps de sentir quelque chose lui traverser la boîte crânienne de part en part. Mort subite, et toujours plus préférable à ce qui l'attendait si elle était partie d'ici vivante.
Cendres plongea dans le trou pour récupérer le corps et son arme, qu'elle essuya sur la pelouse qui peinait à pousser entre deux chemins de terre. Elle l'observa ensuite, son unique œil plissé pour mieux voir dans la pénombre. Il faisait vraiment noir, pour elle qui était habituée aux lueurs environnantes des rues qui bordaient les cimetières dans les plus hauts quartiers. Ici, il n'y avait même pas quelques lampadaires. Rien d'étonnant à ce que ses pièges fonctionnent mieux qu'à l'habitude, du coup.

Une fois que la zombie fut sûre du bon état de l'os dans sa main, elle haussa le cadavre sur son épaule et se mit à marcher en sifflotant.
...Bah ouais, ce n'était pas comme si elle avait une cabane pleine à craquer d'ammos au fond du cimetière. Le système D, c'était tout ce qui lui restait pour se défendre contre les envahisseurs.
Et puis... il fallait admettre qu'un os, c'était plus résistant qu'il n'y paraissait. Et ça avait l'avantage de ne pas être difficile à trouver, par ici. 

Cendres s'arrêta ensuite devant un autre trou, quelques rangées de tombes plus loin, et y jeta le corps avec une certaine nonchalance. Il alla rejoindre une dizaine d'autres cadavres qui avaient connu le même sort. La pêche avait été plutôt bonne, ce soir.

Et, vu le son qui brisa le silence quelques instants plus tard – le temps d'un bâillement, pour être plus précis, et d'un étirage de dos ponctué de craquements sinistres qui auraient été inquiétants chez un humain normal – cette pêche était loin d'être finie.


- ?

La créature se tourna vers le côté Est du cimetière, un sourcil levé. Ce n'était pas tellement le bruit qui la surprenait, mais plutôt le fait qu'il vienne de par là. Le portail pour entrer se trouvait à l'opposé de cette direction, et les barrières plutôt hausses et rehaussées de pics pointus du territoire dissuadaient rapidement de passer par une autre entrée. Rien n'était correctement fermé, en plus. Les crétins qui entraient passaient donc tous par le portail et finissaient par rencontrer des obstacles sur le chemin, sans avoir le temps d'arriver à l'Est.
En conclusion, soit elle avait affaire à un truc capable de quitter la terre... soit elle avait affaire à quelqu'un d'encore plus crétin que les autres. Ce qui n'était pas peu dire, car pour entrer dans un cimetière à la nuit tombée, il fallait déjà en avoir une sacrée couche.

Le bruit continuait, et Cendres, tibia en main, s'avança avec curiosité vers sa source. C'était un bruit étrange, que la zombie reconnut rapidement. C'était le bruit d'os qui s'entrechoquaient, et l'explication se fit une place dans sa tête aussi vite que l'auraient fait des asticots en plein mois de juillet.
A l'Est du cimetière, il y avait sa fosse personnelle, celle dans laquelle elle engrangeait son ammo – une fosse pleine d'os, de toutes tailles et de toutes sortes.


En arrivant devant et en jetant un coup d’œil dedans, la zombie se passa finalement une main devant la figure, franchement amusée par le spectacle. Elle observa la silhouette qui se débattait au fond de ce tas d'ossements humains, et la prévint presque aussitôt d'un ton nonchalant :

- Si tu continues à gigoter comme ça, tu vas glisser dans le fond et tu t'étoufferas. (de la même façon qu'avec sa précédente cible, elle s'assit lentement au bord du trou) Non pas que je m'en plaigne, ça rendra mon travail plus simple. Mais je dis ça pour toi.

La morte-vivante sentit un autre bâillement la prendre, et elle ne l'étouffa même pas.

- ...Vous me faites de la peine, tous. Mais surtout toi, en fait. Parce que pour tomber dans ma fosse de munitions... il faut le faire, quand même.

Un ricanement sortit de sa gorge, s'associant à la musique des os en mouvement.
Déjà dans l'optique d'un nouveau repas, sa main se leva lentement...
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox