banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Oreilles de lapine et Cornes de succube [Shiro Ishimi]  (Lu 1984 fois)
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« le: Juillet 03, 2015, 12:25:50 »

Tessia agita la poêle contenant ses nouilles sautée d'un air satisfait. Tout se passait pour le mieux. Le trajet en minibus avait eu des allures d'excursion scolaire qui avait beaucoup plus aux filles. Celles-ci avaient commencé à échanger sur leurs diverses situations familiales et scolaires mais la conversation avait très rapidement tourné autour du sujet principal de la soirée : le sexe. De là, les soumises de Tessia avaient avoué sans trop de gêne avoir déjà poussé assez loin leurs jeux, parlant avec enphase de nuits de sexe dans toutes les positions et à plusieurs, les pouvoirs de Tessia leur ayant même permit de tester la sensation d'avoir elles-mêmes un membre masculin pour se pénétrer entre elles ou leur maîtresse. En-dehors de Sakura qui précisa bien que sa petite chatte était vierge et qu'elle souhaitait qu'elle le reste, Rin et Ayako parlèrent longuement de leurs préférences en matière de sexe, seulement interrompues à un moment donné par la jeune Iku qui semblait ne plus vraiment tenir en place et qui avait commencé à peloter la lunatique Kaede dont ce furent les gémissements qui alertèrent le reste de l'assemblée.

Shiro du intervenir pour y remettre un peu d'ordre et demander à tout le monde de parler d'autre chose jusqu'à ce qu'elles soient arrivées pour éviter de continuer à provoquer la jeune fille à tendance nymphomane. Le sujet dévia alors sur les jeux vidéo, les séries télé et les films.

L'arrêt par l'appartement de Shiro se passa sans encombre et les Futon furent embarqués en moins de temps qu'il n'en fallait pour dire "ouf", surtout grâce au fait que plusieurs jeunes filles peuvent porter plus de futon que l'infirmière et ses patientes seules. Ayako suggéra d'un air malicieux de charger l'institutrice "comme une mule" puisqu'elle était beaucoup plus forte qu'elle ne le semblait. La question fut réglée par Tessia qui, si elle prit bien un futon sous chaque bras, n'en profita pas moins pour mettre une fessée retentissante à sa soumise qui poussa un mélange entre un cri de surprise et un gémissement de plaisir qui lança l'hilarité générale.

L'arrêt au magasin fut un peu plus compliqué, chacune des filles souhaitant manger quelque-chose de différent, sauf les jumelles dont Sakura se fiait souvent aux goûts de Rin en matière de plats. Shiro et Tessia se consultèrent et finirent par tomber d'accords sur l'idée de faire un peu de tout, l’infirmière et la prof devant malgré tout insister sur l'importance des légumes dans les plats que les jeunes demoiselles réclamaient. Shiro dût même éclaircir à Ayako que "non, les champignons sur une pizza ne sont pas des légumes".

Au final, les deux dames passèrent à la caisse avec un panier très bien garni et l'une des caissières sourit en leur demandant si toutes ces jeunes filles étaient à elles. Mais avant que les adultes n'aient pu répliquer, les filles se regardèrent entre elles et chacun des deux groupes se colla contre sa responsable en l'appelant "maman" avec des gros sourires taquin qui firent rosir les deux femmes. Sitôt sorties du magasin, Tessia s'assura avec Rin que la caissière ne conserverait pas de souvenirs de l'incident et celle-ci la rassura à ce sujet. Le magasin entier aurait quelques soucis de vidéo-surveillance pour ce jour-là et les personnes présentes n'auraient que des souvenirs trop flous pour se rappeler précisément de quelque chose.

Le retour à l'appartement de Tessia fut plus rapide et le débarquement fut promptement organisé. les sacs de course furent amenés en premier, les futons suivant ensuite. La succube en profita pour présenter l'IA gérant la maison aux patientes de Shiro et à l'infirmière elle-même. Cortana les salua toutes joyeusement, expliquant que dans la maison elle gérait la domotique, à savoir des choses simples comme programmer les machines à laver le linge, lancer le lave-vaisselle, faire couler un bain ou descendre et fermer les stores des différents pièces. Beaucoup de fonctions de l'appartement étaient automatisée pour permettre à l'assistante informatique d’interagir avec sur simple demande vocale.

L'une des chose qui surprit beaucoup les nouvelles venues fut de voir les trois soumises de Tessia, une fois leurs chaussures déposées à l'entrée, ouvrir un petit boîtier dans l'armoire à vestes et en sortir trois colliers de cuir noir doublés de soie avec leurs noms dessus et s'aider mutuellement pour se les passer autour du cou. Les colliers se fermaient avec des fermoirs en acier classique et comportaient un anneau sous le menton, sans doute pour y attacher l'une des laisses qu'elles entraperçurent dans la même armoire à l'entrée.

L'appartement surprit également les nouvelles venues. Tessia l'avait pris très grand, limitant le nombre de pièces à seulement trois, mais chacune prenait beaucoup de place. Le salon à lui tout seul était énorme et une fois les meubles repoussés contre les murs, les futons peinèrent à en occuper tout l'espace même en les étalant au maximum. Des couvertures et des coussins furent rajouté un peu partout et les deux femmes sentirent que l'ambiance atteignait un pic quand les demoiselles regardèrent le salon transformée ainsi en lit géant. Elles anticipaient sans doute tout ce qui allait suivre ensuite.

Tessia rabattit tout le monde à la cuisine pour l'aider à préparer les plats, ce qui, avec toutes ces petites mains, ne prit au final pas grand temps de préparation. Tessia se mit ensuite au fourneau et envoya toutes les jeunes filles à la douche et au bain. Donnant pour consignes à ses soumises de donner des peignoirs à tout le monde. Quand les six demoiselles reviendraient, elle ne porteraient plus que des tenues-éponges refermée par de simples cordons et seraient nues en-dessous.

La porte de la salle de bain se referma et l'institutrice poussa un soupir.

- Par l'enfer... Autant j'adore les enfants, autant je pense qu'avoir une famille nombreuse doit être pire que certain de nos supplices en bas ! Plaisanta-t-elle.

Elle se tourna ensuite vers Shiro avec un sourire amusée.

- Quoique, si c'est vous la personne à qui faire les enfants, je me laisserait bien tenter... J'ai un très joli tablier de cuisine "topless" dans l'armoire, ça ne vous dit pas de l'essayer Shiro ? Suggéra-t-elle en dévorant du regard les courbes de l'infirmière qui portait toujours son serre-tête de lapine.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #1 le: Juillet 16, 2015, 06:25:50 »

Dans la poêle, les légumes frémissent avec les nouilles, mijotées par une certaine enseignante succube du nom de Tessia, qui prépare à manger pour huit personnes. Et à côté d'elle se trouve celle qui la regarde avec admiration, envie et appétit : la charmante et très sexy Shiro, qui s'apprête à participer à la plus forte orgie entre filles qu'elle ait jamais vue (le record précédent était à cinq filles).

Après la partie de sexe endiablée à l'infirmerie, le groupe formée par Tessia, Shiro, Rin, Sakura, Ayako, Akeno, Kaede et Iku avaient réussi à quitter l'école et à monter dans le bus scolaire sans alerter personne. Le début du trajet se fit dans une ambiance un peu trop luxurieuse à cause de la discussion sur les différents jeux et pratiques sexuelles de chacune des adolescentes. Là où les patientes de Shiro n'avaient eu que des expériences relativement classiques et légères à cause de leurs manques d'expérience et d'endurance, les soumises de Tessia avaient vécu des choses qui dépassaient même l'entendement, comme de se faire l'amour entre elles avec de vrais pénis, crées par la magie de leur maîtresse démoniaque. Même si c'était compréhensible qu'elles parlent de ça, puisque ça allait être le thème principal de la soirée, quand Iku se mit à perdre la tête et à peloter Kaede pour évacuer le trop-plein de désir qui grandissait en elle, l'infirmière dut mettre un frein à la conversation et leur demander de changer de sujet pour ne pas s'inciter à se sauter dessus tout de suite. Il fallait qu'elles gardent leurs forces, la nuit allait être longue.

Le premier arrêt fut à l'appartement de Shiro, pour récupérer les matelas qu'elle gardait dans son appartement. Ils étaient tous rangés à la cave, hormis celui qu'elle utilisait pour son lit. Certaines des filles firent remarquer que les matelas étaient assez poussiéreux, ce qui venait simplement du fait que la jeune femme n'avait pas reçu plus de deux femmes à la fois dans son appartement depuis qu'elle était adolescente, quand elle avait encore des flots colossaux d'hormones de croissance qui filaient dans ses veines et qui lui mettaient la tête à l'envers en permanence. Grâce au nombre important de mains en action, la récupération des matelas fut rapide, et l'événement le plus marquant fut la fessée retentissante qu'Ayako se reçut de la part de Tessia pour avoir suggéré que l'enseignante devrait être la plus chargée puisqu'elle était la plus forte. Shiro et Iku eurent une même pensée en la voyant faire et en entendant le cri mêlé de douleur et de surprise de la jeune fille.

*Ce soir, ce sera moi.*

Juste avant de partir, l'infirmière prit un moment pour changer de sous-vêtements, les autres étant un peu trop souillés.

Le second arrêt fut dans un magasin pour acheter de quoi manger pour la soirée. Le plus dur fut de tomber d'accord sur le menu : chacune des filles voulait manger quelque chose de différent, sauf les deux sœurs qui avaient des goûts à peu près semblables et Shiro qui voulait juste être sure d'avoir assez à manger pour tenir toute la nuit. Finalement, tout le monde tomba d'accord sur un menu varié, avec une insistance de la part des adultes sur l'importance des légumes dans le repas de ce soir.

Une fois à la caisse, avec des paniers bien garnis, Shiro fut prise au dépourvu lorsque la caissière si toutes ces adolescentes étaient leurs enfants. Avant même qu'elle n'ait pu réagir, ses patientes vinrent se blottir contre elle en l'appelant ''maman''. Tessia eut droit au même traitement de la part de ses soumises. Ce fut quelque peu gênant, mais pas désagréable. Néanmoins, une fois sortie, l'infirmière dut réprimander ses ''filles'' pour s'être faites remarquer. Heureusement que Tessia et Rin avaient pu rattraper le coup, sinon c'était la catastrophe assurée.

Le dernier arrêt fut l'appartement de Tessia. Grâce à une bonne organisation, les sacs de courses et les matelas furent déchargés en un rien de temps. Après cela, les surprises s'enchaînèrent pour Shiro et ses patientes : d'abord, il y eut les présentations avec Cortana, l'IA de l'appartement, qui gérait tous les programmes nécessaires à l'exécution des tâches reliés par réseau, comme la commande des stores ou de la machine à laver ; ensuite, ce fut de voir les soumises de Tessia, juste après avoir déposé leurs chaussures dans l'entrée, enfiler trois colliers en cuir doublés de soie, avec un fermoir en acier et un anneau au niveau du cou, et avec leurs noms dessus. Encore un symbole de leur soumission envers leur maîtresse ; enfin, ce fut la taille de l'appartement qui les surprit : bien qu'il n'y ait que trois pièces, chacune prenait beaucoup de place. Même avec les meubles poussés le plus près possible des murs, les matelas déposés au sol ne purent prendre tout l'espace disponible. Malgré tout, bien groupés ensemble et avec quelques oreillers et couvertures en plus, ils formèrent un terrain parfait pour l'orgie à venir.

Après avoir aidé à préparer les plats pour le dîner, toutes les adolescentes furent envoyées à la salle de bain par Tessia, avec pour instruction de ne revenir que lorsqu'elles seraient bien propres et en portant des peignoirs. Ainsi, elles seraient prêtes pour les ébats. L'infirmière mit Iku en garde de ne pas se laisser aller juste parce que toutes ses camarades vont être nues et humides.

Les patientes de Shiro suivirent les soumises de Tessia, laissant l'infirmière et la prof seules dans la cuisine.

Chacune poussa un soupir de soulagement. Autant ce sont des filles adorables, autant les avoir avec soi partout où il a fallu aller a été un peu difficile. Malgré tout, Shiro ne pense pas qu'une famille nombreuse soit comparable aux supplices de l'Enfer.

« Vous dites ça sur le ton de la plaisanterie, mais avoir un enfant avec vous me ferait bien envie. Un enfant né de l'union d'une succube et d'une E.S.P.er serait sans doute un enfant merveilleux. Et ce serait encore mieux si c'était une fille car, quand elle atteindrait l'âge des floraisons, nous pourrions la guider, l'éduquer et l'aimer encore plus dans cette étape si sensible pour tant de jeunes filles.
Pour ce qui est du tablier, évidemment que je vais le mettre. Ce serait idiot de ne pas profiter de plaisirs simples d'adultes pendant que les enfants sont en train de se laver. »


Shiro prend le tablier que Tessia lui donne, enlève sa blouse et son soutien gorge devant ses yeux, sans aucune gêne, et enfile le vêtement de cuisine. Il couvre tout ce qui est en dessous de sa poitrine et au dessus de ses fesses, mais laisse tout le reste bien en vue, surtout ses voluptueux seins.

« Dites, vous n'en auriez pas un autre pour vous ? Comme ça, nous pourrons toutes les deux apprécier la vue du corps de l'autre. Il faut en profiter pendant que les petites boules d'hormones sont sous la douche. »
« Dernière édition: Juillet 16, 2015, 07:48:43 par Shiro Ishimi » Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #2 le: Juillet 23, 2015, 02:27:49 »

- Bien sûr que j'en ai un aussi, gloussa la succube en tendant sa cuillère à l'infirmière pour ouvrir un placard dont elle tira un autre tablier.

Elle le posa sur la table de la cuisine pendant qu'elle retirait son chemisier bleu et fit également tomber son soutien-gorge pour ensuite enfiler le tablier qui mettait en avant sa poitrine peut-être un poil moins opulente que celle de Shiro.

- Alors comme ça, vous ne verriez pas d'inconvénient à tomber enceinte de moi ? Gloussa La succube en s'approchant pour rependre la cuillère à l'infirmière et recommencer à touiller ses plats. L'idée est intéressante je dois l'admettre. J'ai déjà une fille mais je l'ai conçue dans le cadre d'un pacte et suis liée par magie à devoir attendre ses seize ans pour pouvoir la rencontrer pour la première fois. Mais j'ai la même mauvaise nouvelle pour vous que pour la femme qui m'a demandé de lui faire un enfant. Les succubes peuvent s'accoupler avec presque toutes les créatures sexuées, mais à moins que vous ne soyez une ESPer d'une puissance inouïe, une ange majeure, une démone majeure ou certaines de ces créatures débordant de puissance magique, les succubes ne donnent que des succubes comme enfants. Bon, au moins ça garanti des filles. Mais vous vous sentiriez en élever une depuis sa naissance ? S'encquis-t-elle. Même si nous sommes d'accords sur le fait de pratiquer ouvertement l'inceste avec elle, il faudra attendre au minimum ses floraisons pour cela. Et encore, je pencherais plutôt pour attendre qu'elle ait la majorité sexuelle avant de l'initier à plus que des câlins innocents...

Tessia sursauta quand de l'une de ses casserole où chauffait une sauce à feu vif, fut propulsée par l'éclatement d'une bulle une goute de sauce directement sur son sein gauche, plus précisément à quelques millimètres à peine de son téton.

- Huuuu ! Mille diables que c'est chaud ! Grommela-t-elle en attrapant un chiffon.

Elle resta immobile une seconde avant de reposer le torchon et de se tourner vers l'infirmière un petit sourire pervers sur les lèvres.

- Shiro ma chérie, tu peux me donner ton avis sur l'assaisonnement de ce plat ? Demanda-t-elle en désignant la sauce qui dégoulinait lentement sur son sein.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #3 le: Juillet 25, 2015, 12:39:34 »

Tessia répond à Shiro en gloussant.

Bien sûr que j'en ai un aussi.

L'infirmière prend la cuillère que l'enseignante lui tend et la regarde ensuite sortir un autre tablier topless, enlever son chemisier et son soutien-gorge pour enfiler le vêtement de cuisine et revenir ensuite vers elle. Elle lui rend sa cuillère et se met ensuite à lorgner, sans même prendre la peine de se faire discrète, sur la poitrine de la cuisinière, mise en avant par le tablier qu'elle porte. Elle se retient de ne pas la peloter tout de suite, mais c'est extrêmement difficile pour elle.

La discussion revient sur l'idée que Tessia et Shiro aient un enfant ensemble. L'infirmière écoute l'enseignante lui parler de la fille qu'elle a eu avec une autre femme, mais qu'elle ne pourra pas rencontrer avant que cette dernière ait seize ans. Elle lui explique ensuite que, bien que les succubes puissent s'accoupler avec pratiquement toutes les créatures sexuées, elles ne peuvent donner que des enfants succubes. Au moins, ça garantit d'avoir une fille. Enfin, elle précise qu'il faudra attendre sa majorité sexuelle avant de lui faire découvrir les joies du plaisir physique.

« J'espère que, quand vous rencontrez votre fille, vous me la présenterez. J'aimerais beaucoup voir le fruit de vos entrailles.
Pour ce qui est de notre possible enfant, je ne vois aucun problème à élever une succube. Peu importe de quel monde où de quelle espèce un enfant est issu, tant qu'il est aimé et encadré par ses deux parents, tout ira bien. Et je ne vois pas comment un enfant pourrait être plus aimé qu'en nous ayant comme parents. Pour ce qui est du sexe, il est bien entendu hors de question de la toucher avant qu'elle n'ait atteint un âge suffisamment avancé. Pour avoir travaillé dans une école primaire à mes débuts, je peux vous dire que les filles sont nettement moins attirantes et amatrices de caresses quand elles sont petites. »


Tout à coup, une bulle de sauce éclate dans l'une des casseroles et projette une goutte brûlante de sauce sur le sein gauche de Tessia, à quelques millimètres à peine de son téton. En grommelant, l'enseignante va chercher un torchon pour enlever cette goutte de sa poitrine, mais une fois le torchon en main, elle finit par le reposer et se tourne vers Shiro en lui demandant son avis sur l'assaisonnement.

L'infirmière se demande, pendant un instant, si tout ça est réellement un accident : il y a moins de deux minutes, elle voulait malaxer ses seins et, maintenant, elle a l'occasion d'en lécher un. Cette démone est une incitatrice aux plaisirs diaboliques... et Shiro adore ça.

Sans hésiter longtemps, elle approche sa langue de la poitrine de l'enseignante et récupère la goutte de sauce qui dégouline le long de son sein.

« Hum... Il manque quelque chose... Ah, je sais. »

La jeune femme colle sa bouche sur le téton gauche de Tessia et se met à aspirer voracement. Hélas, rien ne sort de cette sublime poitrine. L'infirmière se retire, déçue mais néanmoins pas surprise.

« Ah, dommage... Mais bon, ça ne coûtait rien d'essayer... »

Shiro voulait vérifier si, par hasard, la nature de succube de Tessia ne lui donnait pas des seins gorgés de lait en permanence. Étant assez ignorante sur ces créatures, elle profite de la moindre occasion pour en apprendre un peu plus.

« Plus sérieusement, je trouve la sauce un peu trop douce. Il faudrait peut-être rajouter quelques épices. En plus, ça chauffera le corps des demoiselles. Elles en auront besoin pour pouvoir tenir la route avec nous. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #4 le: Juillet 29, 2015, 12:24:13 »

Tessia regarda Shiro lécher la sauce sur son sein avec un petit sourire amusé. C'était tellement simple de pousser cette infirmière au sexe qu'au final, elle ne faisait qu'à peine la pousser qu'au final elle se précipitait d'elle-même. Un vrai bonheur, un amour de petite vicieuse comme elle les aimait. Sans compter qu'elle restait ferme dans sa proposition d'avoir un enfant ensemble. Outre le côté jouissif de sa conception, elle se surprit à envier l'idée d'être mère depuis le début. D'accoucher et de se relever la nuit pour donner le sein à son enfant...

En pensant à donner le sein, Shiro profita de sa poitrine offerte pour tenter de téter un lait qui n'était pas là.

« Ah, dommage... Mais bon, ça ne coûtait rien d'essayer... » Soupira l'infirmière aux oreille de lapine avant de reprenrde au sujet de la sauce. « Plus sérieusement, je trouve la sauce un peu trop douce. Il faudrait peut-être rajouter quelques épices. En plus, ça chauffera le corps des demoiselles. Elles en auront besoin pour pouvoir tenir la route avec nous. »

L'institutrice gloussa, mais hocha la tête. Juste avant de coller une pichenette sur le front à Shiro.

- Vilaine fille, si tu veux du lait, il faut le demander correctement, la sermonna-t-elle d'un ton rieur tout en sortant les épices pour corriger le goût de sa sauce. Mais c'est un peu mal parti pour vous Shiro, en général, je n'allaite que mes petites chiennes parce que tout le lait que je créé par magie rose est un puissant aphrodisiaque. Si j'avait réellement été enceinte, peut-être produirais-je du lait maternel classique, mais je ne l'ai jamais été. Je n'ai jamais porté d'enfant. Mais il faut dire qu'avec ma manie de me cacher dans mon réceptacle charnel, j'ignore comment le fœtus y réagirait.

Elle s'occupa un peu de ses plats avant de reprendre.

- Au fait Shiro, avons-nous cessé de jouer ? Je me demande si vous êtes encore la jolie chienne en chaleur que j'ai eue dans votre bureau ou si vous êtes redevenue une adulte responsable pour veiller sur vos patientes en ma présence, avoua la succube sans plus guère faire de détours. Vous aviez dit vouloir vous soumettre uniquement pour une fois, mais si le jeu est fini, oserais-je demander s'il vous a plus ? Ce que vous en avez pensé et si vous seriez intéressée à recommencer ? Questionna la démone en reposant sa cuillère.

Elle écouta la réponse de l'infirmière quand la porte de de la salle de bain se rouvrit sur une Rin encore un peu humide, vêtue d'un simple peignoir laissant entrevoir ses courbes et ses formes, portant un linge de bain sur les épaules.

- Iku est la dernière sous la douche et les autres sont en train de sortir du bain, informa-t-elle les deux femmes en matant leurs poitrines sans la moindre forme de gêne. Vous avez commencées sans nous ou c'était juste pour nous émoustiller à la sortie ? Demanda-t-elle en faisant un geste du menton en direction de leurs seins.

- Un simple petit tablier pour le plaisir de nos yeux, répondit Tessia en faisant signe à l’adolescente d'approcher. Je vais t'expliquer ce qu'il faut faire pour terminer les plats, ensuite Shiro et moi iront nous laver.

Elle passa encore quelques minutes à donner ses instructions à Rin pendant que Kaede et Akeno sortaient à leur tour en peignoir de la salle de bain, suivies peu de temps après par Sakura et enfin Ayako qui sorti en tirant Iku par l'oreille, celle-ci s’excusant que c'était "trop tentant".

- Peut-être, mais on avait dit "pas avant la fin du repas" ! Gronda la capitaine du club de tir à l'arc. Et tu m'a quand même mise un doigt ! S'exclama-t-elle, faisant pouffer l'assemblée.

Suite à cela, Tessia poussa Shiro dans la salle de bain.

- À l'eau Shiro ! Il est temps de te faire propre pour la suite ! Sourit l'institutrice en se glissant avec elle dans la grande pièce.

Carrelée jusqu'à mis-hauteur de dalles couleur crème, la salle de bain offrait un véritable terrain de jeu avec son énorme baignoire prévue pour cinq personnes, sa douche séparée au fond, son grand lavabo avec miroir pour se remaquiller et se faire belle, ses armoires en bois clair venant rehausser la chaleur du lieu. On se serait cru dans une suite d'hôtel cinq étoile, ce qui était exactement l'effet que recherchait Tessia quand elle avait fait aménager cette pièce. L'endroit semblait tou ce qu'il y a de plus normal si l'on omettait quelques patères et autres anneaux fixés ici et là pour permettre de fournir des points d'appuis auxquels attacher les soumises de la démone pour jouer avec à loisir sous la douche ou dans le bain. Tessia verrouilla le loquet de la salle de bain derrière elle.

- Évitons les petites voyeuses, j'ai envie de faire la surprise de mon corps nu à vos patiente et je suis assez pour que mes deux soumises qui n'ont pas encore pu contempler le vôtre le découvrent au dernier moment.

Ce disant elle commença à se déshabiller cette fois intégralement pour se préparer.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #5 le: Août 01, 2015, 01:00:55 »

Shiro attend un instant, puis Tessia se met à glousser...

« Qu'est ce qu'il y a de si drôle ? »

...avant de lui mettre une pichenette sur le front.

« Aie. »

- Vilaine fille, si tu veux du lait, il faut le demander correctement

« D'accord. »

Ni une ni deux, l'infirmière prend sa partenaire au mot. Elle vient se coller contre son bras et parle d'une voix enfantine.

« Maman Tessia, je peux avoir du lait, s'il te plaît ? »

Les deux femmes se mettent à rire. Shiro se détache de Tessia pour que cette dernière puisse aller prendre les épices pour relever le goût de sa sauce. Ensuite, elle l'écoute expliquer que, n'ayant jamais été enceinte, le seul lait qu'elle produisait était crée par sa magie, et elle n'en donnait qu'à ses petites chiennes parce qu'il était aphrodisiaque. L'infirmière n'en est que plus attirée.

La succube en chaîne ensuite sur une question qui lui semble importante.

- Au fait Shiro, avons-nous cessé de jouer ? Je me demande si vous êtes encore la jolie chienne en chaleur que j'ai eue dans votre bureau ou si vous êtes redevenue une adulte responsable pour veiller sur vos patientes en ma présence. Vous aviez dit vouloir vous soumettre uniquement pour une fois, mais si le jeu est fini, oserais-je demander s'il vous a plus ? Ce que vous en avez pensé et si vous seriez intéressée à recommencer ?

« Je peux très bien être une adulte responsable et une horrible cochonne en même temps. Demandez à Iku.
Pour ce qui est du jeu... certes, j'ai adoré ça, surtout le moment où vous avez coupé mes sens pour enflammer ma peau. C'était tellement intense. J'aimerais recommencer... Mais le problème, c'est que je n'ai pas eu beaucoup d'occasions de vous satisfaire durant ce même jeu. Si nous recommençons ce soir, j'aimerais avoir un rôle plus impliqué pour que nous puissions chacune profiter de ce que l'autre a à nous offrir. Et aussi, je veux goûter à la peau de Sakura et Ayako. »


Dans les yeux de la femme pétille un éclat d'envie qui montre bien qu'elle est prête à sauter sur la première fille à sa portée dès que l'instant sera venu.

Juste après ça, Rin sort de la salle de bain, vêtu d'un peignoir laissant tout entrevoir et avec un linge de bain sur les épaules. Elle fait une petite remarque sur le fait que sa maîtresse et sa nouvelle infirmière ont les seins à l'air, tout en les matant sans aucune gêne.

« Exactement. Un petit plaisir pour les yeux. »

La jeune fille suit Tessia, qui lui donne ses instructions. Shiro, quant à elle, attend que les autres filles sortent de la salle de bain. Akeno et Kaede sont les suivantes. La première remarque les seins nus de son infirmière, la deuxième n'y prête pas vraiment attention. Elle n'est attentive que lorsqu'elle est physiquement impliquée.

« J'avais déjà fait la blague comme quoi vous étiez si débridée que vous ne pouviez pas rester habillée plus de douze heures de suite. Mais là, c'est la réalité : vous vous baladez en topless alors que, il y a encore six heures de ça, vous deviez être sur l'un des lits de l'infirmerie, à coucher avec Tessia-Senseï. »

Répondant à la pique, Shiro s'approche de sa patiente et prend son menton entre ses doigts.

« Et alors ? Tu n'aimes pas ce que tu vois, mon petit cône glacé ? »

La pauvre petite se met à rougir fortement.

« Ce... Ce n'est pas... ce que j'ai dit... »

L'infirmière sait bien que, derrière cette carapace d'intransigeance et de méfiance qu'Akeno affiche, se cache un petit cœur qui s'emballe bien vite à la moindre marque d'affection. En particulier quand il s'agit de la personne qui lui a prise sa virginité. Elle se contente donc de lui faire un bisou sur la joue.

« Bientôt, tu auras l'occasion d'en voir plus. Et d'en sentir plus. »

Shiro est soudainement interrompue lorsque, juste derrière Sakura, sort Ayako qui tire Iku par l'oreille. D'après les dires de la capitaine du club de tir-à-l'arc, la jeune fille lui a ''mise un doigt'' alors qu'elle avait clairement reçu la consigne, de la part de l'infirmière, de ne pas faire quoi que ce soit avant la fin du repas. Autant dire que cette dernière n'est pas très joyeuse.

« Iku, qu'est ce que tu as encore fait ? »

« Je suis vraiment désolée maîtresse Shiro. Mais en voyant tous ces magnifiques corps nus et humides autour de moi, j'ai fini par craquer. Qu'est ce que vous auriez fait à ma place ? »

Sans doute la même chose. Mais si elle l'avoue, Shiro perd toute autorité sur Iku. Il faut trouver un moyen de la punir. Et tout à coup, c'est l'illumination.

« Bon, je vais aller me laver avec Tessia. Iku, pourquoi tu n'en profiterais pas pour parler avec tes nouvelles amies de Riri, le lapin en peluche avec lequel tu dors depuis que tu as l'âge de quatre mois ? »

La jeune fille se fige sur place. Sa maîtresse avait vu ce lapin lors de sa première visite chez elle, et depuis elle s'en sert à chaque fois que sa patiente fait une bêtise.

« Ca c'est méchant, maîtresse. »

« Je sais. »

Shiro se fait pousser dans la salle de bains par Tessia, pleinement satisfaite de son coup. Soit Iku se prend la honte pendant les prochaines minutes, soit elle entame une conversation intéressante. Dans tous les cas, ça l'empêchera de penser au sexe.

L'infirmière reste un instant en admiration devant le côté impressionnant de la salle de bains de Tessia : d'une taille qui semble disproportionnée, le sol carrelé, une immense baignoire, une douche séparée et ayant sûrement assez de place pour deux personnes, un grand lavabo avec miroir pour se faire belle, et des armoires en bois clair pour rehausser la chaleur du lieu. Sans oublier, bien évidemment, les anneaux fixés aux murs, probablement destinés à attacher les soumises de l'enseignante pour leur faire l'amour dans la salle de bain.

La succube verrouille la porte, voulant éviter les éventuelles voyeuses. Shiro approuve l'idée. Mieux vaut garder la surprise jusqu'à la fin. Puis, suivant le mouvement de Tessia, elle retire tous ses vêtements jusqu'à finir complètement nue.

Ce n'est pas la première fois qu'elle voit le corps nu de la succube. Mais à cet instant précis, il lui paraît encore plus beau. Peut-être à cause de la chaleur et de l'humidité de la pièce, mais cela n'empêche que Tessia reste une femme à la beauté surprenante. Et Shiro ne peut pas s'empêcher de venir vers elle pour lui arracher un baiser.

« Vous ai-je déjà dit à quel point je vous trouve sublime ? »

Sur ces mots, l'infirmière va ensuite s'asseoir dans la baignoire, remplie d'une nouvelle eau par Cortana sur ordre de la maîtresse de maison. Elle s'y enfonce lentement, appréciant le passage de son corps dans l'eau chaude. Elle se sent revigorée par cette chaleur, et encore plus lorsque sa succube adorée vient la rejoindre.

« C'est si bon de prendre un bain. »

Les deux femmes restent un moment dans l'eau, puis en sortent pour aller s'asseoir sur deux de ces tabourets japonais traditionnels qu'on trouve habituellement dans les bains publics et les sources thermales.

Shiro prend le gel douche la première, mais s'arrête en chemin. Une idée vient de germer dans sa tête.

« Tessia... pourrais-je vous demander de me laver le dos ? Ensuite, si vous voulez, je ferai la même chose avec vous. »

L'enseignante accepte avec joie. Elle vient se mettre dans le dos de Shiro et commence à le nettoyer avec le gel douche. Il s'écoule quelques secondes avant que l'infirmière ne brise à nouveau le silence.

« Euh.. Dites moi... Tessia... Étant donné tout ce que nous avons déjà fait... et ce que nous nous apprêtons à faire... je me suis dit... que l'on pourrait... se tutoyer. Si vous êtes d'accord bien sûr. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #6 le: Août 09, 2015, 07:54:53 »

La succube réfléchit à la réponse de l'infirmière pendant qu'elle se déshabillait, à son regret de n'avoir pas pu la satisfaire. Elle eut envie de sourire en songeant à quel point ça pouvait paraître ridicule et censé à la fois. Elle était dominante, en tant que telle, elle cherchait surtout à donner du plaisir. C'était sa manière de faire. Elle se faisait plaisir en en donnant aux autres, même si parfois ça pouvait paraître un marché de dupes, c'en était un qui lui plaisait. Mais elle comprenait aussi le point de vue à Shiro. Elle faisait partie de ces femmes qui estiment que le plaisir doit être partagé aussi bien physiquement que mentalement. Elle respectait ce point de vue.

Alors qu'elle songe à cela, l'infirmière vient soudain se presser contre elle, nue également, pour lui prendre un baiser.

« Vous ai-je déjà dit à quel point je vous trouve sublime ? » Demanda-t-elle d'une voix chargée de désir.

- Il me semble que oui, une fois ou deux... Répondit la succube d'un ton taquin en lui caressant la tête comme à une petite fille.

Juste après, Shiro se glissa dans le bain, suivie de près par Tessia qui s'y prélassa avec délectation. Elle adorait le contact de l'eau chaude sur les muscles de son vaisseau charnel, rien de tel pour les détendre et pouvoir ensuite mieux en profiter. Elles restèrent dans l'eau quelques minutes avant que Shiro ne sorte et dégote les petits tabourets dont Tessia s'étai munie à l'insistance de ses élèves qui préféraient souvent cette manière de se laver à la japonaise alors que Tessia avait appréhendé le monde des humains comme une européenne. Elle n'en était clairement pas fan, surtout avec sa taille immense pour les japonais, mais Shiro semblait tellement vouloir s'en servir que la succube céda à son caprice avec un petit sourire en coin.

Elle sorti de la baignoire et la rejoignit, devant se plier en deux pour pouvoir s'asseoir sur le tabouret minuscule. Heureusement qu'elle était particulièrement souple, sinon elle n’aurait pu imaginer faire une telle chose. Ensuite Shiro prit l'initiative de lui demander de lui laver le dos. La démone haussa un sourcil.

- Ma foi, je ne vais pas me priver d'une nouvelle occasion de caresser votre corps, gloussa-t-elle avec un petit air malicieux.

La succube saisit le savon que l'infirmière lui tendait et entreprit de lui savonner le dos, préférant se mettre à genoux pour cela. Puis Shiro lui demanda d'une manière relativement timide si elles pouvaient se tutoyer. La succcube resta un moment songeuse, puis elle pressa sa poitrine contre le dos de l'infrimière et passa ses bras autour de ses épaules pour lui murmurer à l'oreille :

- Moi ça ne me dérange pas Shiro, dit-elle en ponctuant sa phrase d'un baiser sur sa joue. Mais je crois que la véritable question que tu me poses est plutôt : est-ce que je demeure ta maîtresse ou est-ce que je deviens simplement ton amante ? Peut-être que je me trompe aussi, mais à ce sujet, laisse-moi te dire une chose. Mes jeux, aussi prenant puissent-ils être, ont toujours une fin. Je ne souhaite pas avoir des gens autour de moi qui m’appellent "maîtresse" au sens sexuel du terme jusque sur mon lieu de travail. Nous avons tous nos vies privées et comme leur nom l'indique, elle s'arrête quand le jeu se termine. Même si l'une de mes soumises venait à avoir le fantasme de faire des choses en publiques, je ne dirais pas non, mais m'assurerais qu'une fois le jeu fini, elle puisse reprendre sa vie avec le minimum d'interaction extérieur pour la troubler. Aujourd'hui, avec internet, ça devient de plus en plus compliqué, mais il existe toujours des solutions. Alors Shiro, quand nous ne jouons plus, bien sûr que tu peux me tutoyer et me traiter comme l'une de tes amies. Mais si j'entends le mot "maîtresse" sortir de tes jolies lèvres, ce sera à moi de décider si j’accepte le jeu ou non. De même pour toi si tu estimes que le moment est mal choisi. Donc oui, tu peux me tutoyer.

Sur ce, elle reprit le savonnage du dos de Shiro et la rinça avant de livrer son dos aux expertes mains de l'infirmière. Bien que les doigts de celle-ci dérapèrent quelques fois sur l'une ou l'autre partie sensible n'ayant rien à voir avec le dos, L'infirmière sut se tenir pour ne pas pousser les deux femmes au vice et répondit à la conversation avec ses mots.

Une fois lavée et rincées sous la douche, Les deux femmes se séchèrent et enfilèrent des peignoirs avant de brosser leur cheveux et de les attacher dans le cas de Tessia pour éviter qu'il ne se promènent en tous sens. Ensiute elles sortirent pour trouver les enfant en train de finir de dresser la table qui débordait littéralement de plats en tous genre. Il y avait aussi bien de la cuisine asiatique typique nippone que quelques plats européens et d'autres plus internationaux. Le tout faisait un patchwork assez dépaysant, mais les petits estomacs autour de la table commençaient à gronder comme des fauves affamés.

Tessia s'assit à sa place, au bout de la table et Shiro s'assit à l'autre bout, puis le repas commença. Les baguettes et les fourchettes commencèrent à aller et les conversations reprirent de bon train, mais on sentait la tension sous-jacente. Bientôt, très bientôt il serait le temps de passer au salon, de faire tomber les peignoirs et ensuite...

La succube constata que plusieurs jeunes demoiselles avaient régulièrement les yeux dans le flou et tendance à changer de position sur leurs chaises pour trouver un position plus confortable, mais elle sentait facilement que la table tout entière était en train de laisser quelques gouttes de cyprine sur son mobilier en anticipant la suite. Il fallait parfois en rappeler une ou l'autre de son rêve éveillé.

- J'ai une mauvaise nouvelle, dit la succube au bout d'un moment en voyant certaines demoiselles qui reposaient leurs bols et couverts. Il y a trop de vaisselle pour la laisser pour moi toute seule. Avant de passer au salon, il faudrait m'aider...

Elle n'eut pas besoin de le redire deux fois. Sakura se porta volontaire pour laver et à sa grosse surprise, Akeno se proposa pour l'aider. Rin suivit peu après, essuyant la vaisselle avec l'aide d'Iku tandis qu'Ayako et Kaede commencèrent à débarrasser pendant que la succube terminait de manger. Au final, la succube se retrouva avec une table propre et sa vaisselle rangée avant d'avoir terminé son verre de vin.

- C'est fou comme la motivation peut pousser les jeunes filles en avant, gloussa-t-elle en regardant les demoiselles manger leurs glaces qu'elles avaient pour la plupart choisies sur des bâtons ou dans des cornets, évitant ainsi de la vaisselle supplémentaire et garantissant des petites bouches avec des goûts sucrés pour la suite. Finalement, Tessia se leva, imitée par Shiro et le silence retomba autour de la table.

Avec un sourire amusée, Tessia fit signe à Shiro qui donna le signal du départ. Les petites se précipitèrent dans le salon et posèrent leurs peignoirs sans autre dans le panier que Tessia avait posé à l'entrée pour ça. Shiro et Tessia furent les dernières et Tessia laissa Shiro retirer le sien en premier, s'attirant les regards de convoitise d'Ayako et Sakura tout autant que les airs d'adoration de ses patientes. Tessia fit tomber le sien juste après et regarda les réactions des patientes de Shiro, n'étant pas déçue par celles de ses soumises qui, malgré tout, portaient encore leurs colliers.

- Mesdemoiselles, je vous propose une chose pour commencer. Comme nous ne nous connaissons pas encore toutes très bien, Je propose que chacune rappelle son prénom aux autres et donne une petite idée de ce qu'elle aime bien faire et de ce qu'elle ne souhaite pas faire. Ainsi, nous éviterons des petits soucis pour la suite. Rin, si tu veux bien ?

Rin hocha la tête et s'avança, aussi nue que les autres avec un sourire.

- Bonjour, je suis Rin, la sœur jumelle de Sakura. J'aime un peu de tout, sexe oral, vaginal, anal. J'aime beaucoup être un peu restreinte, alors me faire porter une paire de menottes ou m'attacher un peu m'excitera beaucoup, mais je ne suis pas fan des punitions corporelles. Alors avant de vous imaginer que je veux me faire attacher pour me faire fesser, ce n'est pas vraiment ça. Je suis horriblement chatouilleuse, mais je ne sais pas dire si j'aime ou déteste ça. Alors avant de tenter, s'il vous plaît, demandez.

Rin revint et Tessia fit signe à Sakura de venir devant. Celle-ci rougit jusqu'aux oreilles en prenant la parole d'une petite voix.

- Je... Enchantée de vous rencontrer, je suis Sakura, la sœur jumelle de Rin. Je... J'aime bien le sexe oral, mais je préfère... largement l'anal... Couina-t-elle en devenant rouge comme une pivoine. Je... Vous pouvez toucher mon... Intimité, mais ne mettez rien dedans de plus gros que vos doigts, s'il vous plaît. Je tiens à rester vierge... pour mon mariage... Par contre, si vous voulez me donner des fessées ou des gifles, ça ne me dérange pas. J'aime bien aussi être restreinte... Assez sévèrement... Et me faire traiter de tous les noms aussi... Et la levrette est ma position préférée... Et... Et me forcer... À faire... Des choses... Avec ma sœur... Termina-t-elle tandis que ses joues semblaient vouloir se caraméliser d'elles-même.

Rin la prit par la main et la tira en arrière, celle-ci lui adressant un regard reconnaissant qui signifiait bien pour tous les autres que la relation entre ces deux-là était loin d'être innocente. Ayako s'avança la dernière du groupe à Tessia.

- Moi c'est Ayako ! Je suis pas compliquée, sexe oral, anal, vaginal, je fais tout ! J'aime quand on prend son temps et que l'orgasme met du temps à venir... Je n'ai rien contre une petite paire de menottes, mais les cordes c'est pas trop mon trip, même chose pour les coups, par contre si vous en voulez, j'ai une bonne endurance pour donner des fessées. Même chose si vous voulez que ce soit moi qui vous attache et vous fasse me lécher les pieds. Et si vous voulez faire un truc à plusieurs, c'est ce que je préfère ! Surtout si Maîtresse Tessia vous donne des bites, j'adore la double-pénétration ! Dit-elle sans vraiment se gêner.

Tessia avança en dernière de sa petite troupe.

- Bon, moi c'est Tessia Alexanders, comme nous sommes dans un cadre informel, je vous autorise l'usage de mon prénom, mais si j'en attrape une qui s'y essaie à l'école, je serais obligée de la corriger, alors pas de bêtises d'accords ? Précisa-t-elle avec un petit sourire coquin. Sinon, en tant que démone du sexe, je fais presque tout et je dois avoir plus ou moins tout fait. Je mettrais le bémol que je refuse tout acte dangereux pour la santé physique ou psychologique de chacune d'entre vous. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez sans autre me dire vos fantasmes, vous êtes presque sûre que je dirais oui. Je peux vous faire l'amour avec mon corps d'humaine ou mon corps de démone, ma spécialité c'est de dominer celles qui le souhaitent, mais comme je ne connais aucune d'entre vous très bien, je ne ferais que du soft. Mais si l'une d'entre vous pense pouvoir me dompter, je me prête volontiers à l'expérience... Termina-t-elle en faisant passer un regard de luxure ardente sur l'assemblée, un large sourire tentateur sur les lèvres qu'elle caressa d'un long doigt agile.

La balle était maintenant dans le camp de Shiro et de ses petites qui firent chacunes leur présentation. À la fin, la démone reprit la parole.

- Bien, pour commencer souplement, je propose que nous fassions des groupes de deux pour débuter, de préférence avec des personnes que nous ne connaissons pas. Je commencerais en demandant à toi, charmante petit Iku, si tu veux bien me confier ton jolis petit corps ?

- Je suis volontaire pour commencer avec miss lapine ! S'exclama Ayako.

- Ha... Je voulais demander à madame Ishimi aussi... Soupira Sakura en baissant les yeux, l'air déçue.

- Heu... Bon dans ce cas, Kaede, tu veux qu'on joue ensemble ? Proposa Ayako, ce qui fit relever des yeux reconnaissant à Sakura qui se tourna vers Shiro avec un air timide.

- Vous voulez bien vous occuper de moi miss Ishimi ? Demanda-t-elle avec un sourire timide et les joues rouges.

Étant les dernières, Rin se tourna vers Akeno.

- Tu veux faire un truc spécial ? Je me sens d'humeur à me laisser faire..., dit-elle avant de s'approcher pour lui souffler plus bas avec un sourire pervers : Maîtresse Akeno...
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #7 le: Août 13, 2015, 12:01:45 »

En réponse à la question de Shiro, Tessia fait tout un discours à propos de l'importance de garder une limite bien tracée entre le jeu de « maîtresse - esclave » et le quotidien. De tout ça, l'infirmière retient une partie essentielle.

- ...Donc oui, tu peux me tutoyer.

« Merci. Ça me fait plaisir de l'entendre. »

Après que l'enseignante ait fini de lui savonner le dos, Shiro échange sa place avec la sienne pour lui laver le dos. Ses mains dérapent une ou deux fois sur des zones sensibles du corps de son amante, mais elle parvient malgré tout à se tenir. Pour s'aider, elle décide de discuter un peu.

« Tu as raison quant au fait de séparer nos jeux et notre vie. C'est vrai que, si mes patientes passaient leur temps à se comporter avec moi comme elles se comportent quand je les tripote, ma vie ne serait pas facile. Mais je pense aussi que nous ne devons pas mettre de limites trop strictes. Sans quoi, nous risquons de nous éloigner progressivement l'une de l'autre. Et ce sera encore pire si jamais on décide de faire un bébé : le quotidien nous enlisera peu à peu jusqu'à ce qu'il détruise notre libido. C'est pour quoi je propose que, si notre histoire prend de l'ampleur, il faudra toujours que l'une de nous accepte de prendre l'initiative et déclenche le jeu. De préférence dans des conditions qui amèneront l'autre à dire oui. »

Après ça, Shiro et Tessia passent ensemble sous la douche afin de ne pas perdre de temps. Chacune arrive à se retenir de se jeter sur l'autre, malgré le corps nu et ruisselant qui s'offre à elle. Après quoi, elles se sèchent, se brossent les cheveux et enfilent des peignoirs avant d'aller rejoindre leurs petites boules d'hormones, qui attendent avec impatience le moment où elles pourront enfin enlever leurs vêtements et se rendre dans le salon pour se faire du bien entre elles.

Sur la table, dont le dressage a été terminé par les adolescentes, se trouve tout un tas de plats, du plus local au plus étranger. Entendant leurs estomacs gronder, la petite troupe décide qu'il est temps de dîner. Shiro s'assoit à un bout de la table, Tessia à l'autre, et les filles s'arrangent comme elles ont envie. Le repas commence. Les fourchettes et les baguettes piquent dans tous les sens, les conversations vont bon train, et les adultes s'assurent que les enfants (en particulier Iku) ne profitent pas de la tension ambiante pour faire repartir le sujet du sexe. Cependant, elles ont plus l'air de s'intéresser à leurs assiettes, où même au vide que certaines fixent bêtement. Quoique, dans le cas de Kaede, difficile de dire si elle rêvasse ou si elle pense à la suite de la soirée.

Une fois que tous les plats sont engloutis, Tessia casse un peu l'ambiance en annonçant qu'il va lui falloir de l'aide. Shiro s'attend à voir les filles soupirer et râler mais, à sa grande surprise, elles s'empressent de se mettre au travail. Akeno et Sakura lavent, Rin et Iku essuient, Ayako et Kaede débarassent.

Étonnant comment le sexe peut motiver les gens.

Avant même que l'enseignante n'ait pu finir son verre de vin, la vaisselle était lavée et les filles mangeaient des glaces pour se rajouter un goût sucré dans la bouche. Après quoi, elle se lève, et l'infirmière l'imite. Toutes les autres retiennent leur souffle. Ca y est, la meilleure partie de la soirée va enfin commencer.

Avec la permission de Tessia, Shiro va donner le signal de départ.

« Attention... 3, 2, 1... Partez ! »

Les adolescentes se dépêchent de rejoindre le salon, enlevant et posant leurs peignoirs dans le panier prévu à cet effet. Pour le coup, même Kaede est réactive. Chacune prend plaisir à perdre son regard sur les courbes de celles qu'elle ne connaît pas encore, mais quand les adultes se déshabillent à leur tour, tous les yeux se tournent vers elles. Les patientes apprécient le spectacle offert par Tessia, les soumises profitent de la vue du corps nu de Shiro.

Le groupe se met en cercle au centre de la pièce. Pour bien commencer la soirée, la succube propose que chacun fasse une petite présentation : son nom, ce qu'il aime et ce qu'il n'aime pas. Elle et ses soumises sont les premières à y passer, puis c'est au tour de Shiro et de ses patientes.

« Bonjour tout le monde. Moi c'est Akeno. Ce que j'aime, c'est le sexe oral et vaginal. En revanche, pas de sexe anal. La seule personne qui a le droit de me mettre des choses dans les fesses, c'est Shiro. J'aime me sentir lécher de partout, et j'aime quand on me recouvre de liquides, que ce soit de la salive... ou autre chose. J'aime aussi qu'on me passe un glaçon sur le corps. Me sentir refroidir, ça me permet de me réchauffer encore plus. Je suis aussi douée comme maîtresse que comme soumise, et j'aime autant l'un que l'autre. De plus, je n'ai rien contre une bonne fessée, mais je n'aime pas trop me sentir restreinte, donc on évite les cordes et les menottes. »

Akeno fait ensuite signe à Kaede, qui met deux ou trois secondes à régair.

« Hein... Oh pardon... Salut. Je suis Kaede. Comme vous avez sûrement pu vous en rendre compte, je suis un peu lunatique. Mais je vous rassure, quand il s'agit de sexe, je suis concentrée. Ce que j'aime, ce sont les rapports simples, sans fioritures. Mais ce soir, j'ai décidé de faire une petite exception. Ce soir, je suis ouverte aux attaches et à la soumission. Mais si vous voulez que je vous commande, alors ne vous attendez pas à des choses monumentales. Je dois aussi vous dire que... j'adore... lécher... les pieds... et qu'on lèche... les miens... Alors si ça vous intéresse... En revanche, je ne suis pas trop fan de fessés, je trouve que ça fait trop enfantin. En plus, ça me rappelle quand ma mère me punissait pour avoir pris son maquillage... Bref ! J'aimerais aussi, si Tessia-Senseï veut bien nous doter de bites... pénétrer... certaines d'entre vous... et me... faire bourrer... par tous les trous... »

Kaede retourne à sa place, rouge comme une tomate d'avoir avoué ses fantasmes. Iku prend sa place.

« Hey hey ! Et voici Iku ! J'aime à peu près tout : oral, vaginal, anal... Je suis une grande fan de soumission : j'aime les cordes, les bâillons, les menottes, les plumes, les cravaches... En fait, je suis comme une poupée : je me laisse manipuler par ma partenaire, je fais ce qu'on me dit et je le fais bien. Le seul endroit où j'aime me prendre des coups, c'est sur les fesses. C'est là qu'on frappe la petite poupée en lui disant qu'elle a été vilaine. Oh oui, si vilaine... Enfin, si vous voulez me mettre des doigts, des godes, ou même de vraies bites, allez y mais prévenez moi avant. Enfin, sachez que je me débrouille très bien avec ma langue. Imaginez là passer sur vos seins, agacer vos tétons, titiller votre clitoris, passer sur votre vulve gonflée, gober votre gland jusqu'à ce que vous expulsiez votre... hhhmmm... »

Iku est retirée de force de sa place par Shiro, qui ne veut pas que tout le monde se jette sur elle trop vite. Cette fille a la manie de déclencher la luxure à chaque fois qu'elle ouvre la bouche. Elle la confie aux bons soins d'Akeno, puis va se mettre en place pour se présenter.

« Bon bon... Je suis Shiro Ishimi. Comme l'a dit précédemment Tessia, nous sommes dans un cadre informel, donc vous pouvez m'appeler par mon prénom. Mais que je n'attrape pas l'une d'entre vous à le faire au lycée. Bien que je n'ai pas autant d'années d'expérience que notre hôte, je sais quand même y faire avec les jeunes filles. Je suis amatrice de tous les genres, que je sois dominante ou dominée, libre ou attachée. Quand j'ai une jeune fille dans mes bras, j'aime la sentir s'abandonner à moi et lui donner du plaisir sans qu'elle ait à m'en donner en même temps. J'aime souffler sur l'incendie de ses désirs et faire bouillir son corps d'envie jusqu'à ce qu'elle soit toute à moi. Et vous allez voir que, quand vous m'entendrez parler, vous en aurez envie vous aussi. Si vous voulez me soumettre, vous pouvez toujours essayer. Attention cependant : si je vois une seule d'entre vous faire quelque chose de dangereux ou de non-consenti, j'arrête la soirée et tout le monde ira se coucher frustrée et énervée. N'oubliez pas que je suis infirmière, je vois quand quelque chose ne va pas. Pour terminer, j'aimerais vous demander un service à toutes : à la fin de la soirée, peu importe quand ce sera, je veux avoir un moment privilégié avec Tessia. Vous pourrez nous regarder et faire ce que vous voulez de votre côté, mais interdiction de vous en mêler. Ce sera juste elle et moi. »

Ayant fini, Shiro retourne à sa place. La succube en profite pour reprendre la parole et suggère de faire des groupes de deux pour commencer : Iku avec Tessia, Ayako avec Kaede, Sakura avec Shiro et Rin avec Akeno.

« Oui, oui, oui ! Je vais pouvoir coucher avec une démone du sexe. Oui ! »

« D'accord. »

« Bien sur. Allez, approche. »

« Très bien... esclave Rin. »

Chacune a trouvé sa partenaire. La fête va enfin commencer.



SHIRO

Shiro prend Sakura dans ses bras. Avec son petit sourire timide et ses joues rouges, la jeune fille a su taper dans le cœur de l'infirmière dès le début. Comme elle a envie de commencer fort, elle en appelle immédiatement à sa voix d'E.S.P.er tandis qu'elle regarde sa partenaire dans les yeux.

« Quand je regarde ton joli visage, j'ai envie de te manger toute crue. Mais comme je l'ai dit plus tôt, je préfère faire en sorte que ton corps devienne une fournaise avant de t'attaquer. Maintenant, ouvre la bouche, Sakura. »

L'adolescente obéit, et sa langue se fait alors aspirer par la bouche de Shiro, qui lui offre n baiser passionné et sulfureux, qui la met immédiatement sur le grill du désir. Au bout d'une minute, elle finit par la relâcher, haletante et le visage encore plus rouge. Elle décide d'en rajouter une couche grâce à ses pouvoirs.

« Oui Sakura, je vais bien m'occuper de toi. Ensuite, je te jetterais en pâture à ta sœur Rin, qui te prendra encore plus fort pendant qu'Akeno et moi, nous vous observerons tout en nous masturbant. Et enfin, on viendra pour vous achever et vous faire grimper aux rideaux comme jamais auparavant. On pourra même se mettre à trois contre toi, si tu veux.
Maintenant dis moi : préfères tu que je commence par te faire des caresses, où veux-tu tout de suite te faire attacher et fesser ? Si tu préfères la deuxième option, alors tu vas devoir faire quelque chose de vilain pour que j'ai envie de te punir. »




AKENO

Akeno n'a que peu essayé la domination. Elle ne l'a fait qu'avec Iku, et à peu de reprises. Cependant, Rin l'a déjà appelée « maîtresse », pas question de la décevoir. Décidée à jouer le jeu, elle s'approche de sa partenaire et prend son menton dans sa main, affichant un sourire diabolique.

« Tu veux que je sois ta maîtresse ? Alors va me chercher deux paires de menottes. »

La soumise obéit sans discuter, et va chercher deux paires de menottes avec une doublure en fourrure pour éviter les blessures aux poignets. Suite à quoi, sa maîtresse lui attache les poignets dans le dos et les chevilles entre elles. A présent, sa partenaire n'est plus capable de se débattre ou de s'échapper.

Akeno fait coucher Rin sur le dos et se met au-dessus d'elle, caressant son visage avec une main et ses hanches de l'autre, ce qui fait doucement rire la jeune fille restreinte.

« Tu as dit que tu n'étais pas sûre d'aimer les chatouilles. Alors je te le demande : Rin, me laisseras tu te chatouiller jusqu'à ce que tu en jouisses ? »

Eh oui, elle est au courant. Tout comme elle sait comment faire plaisir à une fille attachée sans passer par la case « chatouilles ».



KAEDE

Comme elle l'a dit plus tôt, Kaede aime les choses simples. C'est pourquoi, quand elle s'approche d'Ayako, elle choisit de déposer un simple baiser rapide sur ses lèvres comme premier contact.

« Fortes, mais sucrées quand même. Rien d'étonnant de la part d'une sportive comme toi. »

Ce baiser est alors suivi d'un autre baiser, plus énergique et avec la langue, qui fait couiner les deux filles. Mais au bout d'un moment, Ayako se rend compte que quelque chose ne va pas, alors elle détache ses lèvres de Kaede.

« Oh, excuse moi. J'ai eu un petit moment d'absence. Je réfélchissais à ce qu'on pourrait faire. »

Son visage se met à rougir. Elle a bien une idée, mais elle la trouve horriblement embarrassante.

« Dis moi... Ayako... tu accepterais... de m'attacher... et de me laisser... te lécher... les pieds... »

La pauvre petite n'ose même plus regarder sa partenaire dans les yeux.



IKU

Iku se colle contre Tessia, appuyant sa tête contre ses seins pendant que cette dernière lui caresse le dos.

« Oh, allons maîtresse Tessia, n'ayez pas peur de me peloter les fesses. La moitié des personnes présentes ici l'a déjà fait. »

La jeune fille ne doute de rien, mais cela ne semble pas rebuter Tessia. Au contraire, elle a l'air contente d'avoir une forte tête avec elle, qu'elle pourra punir jusqu'à en faire une gentille fille. Mais c'est pas gagné.

« Dites, maîtresse Tessia, vous vous souvenez de ce que vous aviez dit à propos de la dernière qui serait nue au salon quand l'orgie commencerait ? »

...la dernière toute nue au salon aurait un gage.

« Eh oui. Et comme c'est vous qui avez été la dernière, c'est à vous de subir le gage. Et comme c'est moi la première à être entre vos mains expertes, c'est moi qui vais choisir le gage. Hum, voyons... »

Laisser Iku choisir un gage pendant une orgie, c'est comme laisser deux chimpanzés de sexe opposé dans une pièce chauffée : tout peut arriver, et surtout les choses les plus animales.

« Ah, j'ai trouvé. »

Elle regarde sa nouvelle maîtresse avec un éclat plus fort dans la lueur perverse de ses yeux.

« Votre gage ce sera que, tant que vous faîtes l'amour avec moi, vous devrez le faire sous votre vraie forme de succube, et pas dans ce faux corps humain.
Sinon, pour commencer... vous voulez bien me montrer un peu de magie rose ? »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #8 le: Août 14, 2015, 12:57:34 »


TESSIA / IKU

La succube regarda la jeune fille qui se décrivait elle-même quelques secondes plus tôt comme une petite poupée à qui l'on pouvait faire presque tout la pousser à lui peloter les fesses et elle ne peut s'empêcher de glousser d'amusement. Puis la petite lui rappela ce qu'elle-même avait dit à propose du gage. Cela ne l'étonnait guère, elle savait que les demoiselles allaient sauter sur l'occasion de la dernière déshabillée, c'était pour cette raison qu'elle avait fait le nécessaire pour être celle qui y aurait droit, aussi pour protéger un peu Salura qui, en plus de ne pas être la plus rapide des filles qu'elle ait vue, était du genre à accepter presque n'importe quoi, même parfois des choses qui ne lui plaisaient pas. Alors elle se contente de sourire d'un air taquin.

- Tu as raison petite Iku... Et... Quel sera mon... Gage... Pour avoir été si... Lente ? Demanda la succube en tortillant son corps d'humaine de manière provocante.

Elle écouta la jeune fille réclamer qu'elle soit dans sa vraie forme pour jouer avec elle et le sourire de Tessia s'élargit à cette idée. Elle voulait faire l'amour avec sa forme originelle ? Mais quelle merveilleuse idée !

- Tu voulais de la magie Iku ? S'amusa Tessia en s'asseyant confortablement dans son fauteuil.

L'instant d'après, sa tête tourna sur le côté et les épaisses volutes noires enveloppèrent son véhicule charnel avant que la vraie forme de Tessia ne déploie ses immenses ailes de peau et n'émerge de la brume, ses yeux rouges en amande et ses cornes en kératine sur le bord du crâne pendant que sa longue queue blindée de chitine se déroulait dans son sillage. Elles l'avaient déjà vue, et Iku savait que Tessia était gigantesque, ce qu'elle avait moins eu le temps de remarquer était toute la tentation et l'érotisme que pouvait déployer ce corps de quasi-géante pour elle.

- Maintenant que ton petit fantasme est accomplis Iku, il va être temps de... Te... Punir... Sourit Tessia en commençant à enrouler sa queue caudale autour des jambes de la jeune fille. Il faut vraiment être une petite lubrique pour demander à une succube de te faire l'amour avec sa vraie forme. Crois-moi, je vais te punir... Et tu en redemandera petit cochonne... gloussa Tessia en finissant d'emprisonner les jambes de la lycéenne pour ensuite la soulever comme si elle ne pesait rien pour la mettre la tête en bas. Bonjour jolie petite friandise... Sourit Tessia d'un air carnassier en hissant la demoiselle pour que sa tête soit à la même hauteur que la sienne.

Puis la démone passa sa mains dans ses cheveux qu'elle saisit avant de forcer sa bouche contre celle plutôt accueillante d'Iku. Elle l'embrassa profondément une bonne minute avant de se retirer et de lui caresser le nez avec un doigt joueur. Puis elle fit doucement descendre la petite lycéenne pour plaquer sa tête entre ses cuisses.

- Maintenant lèche petit cochonne... Et ne t'arrête sous aucun prétexte... Dit la succube en se passant un doigt sur la langue, une jolie petit fleur rose sous le nez...




RIN / AKENO

Rin sourit en voyant qu'Akeno semblait disposée à prendre les choses en mains et ne se fit pas prier pour obéir.

- Oui Maîtresse Akeno ! Acquiesça-t-elle avant de disparaître dans la chambre de Tessia un bref instant et de revenir avec deux paire de menottes recouverte de fourrure que la jeune lycéenne s'empressa de verrouiller autour de ses poignets et de ses chevilles.

Rin se retrouva ensuite allongée avec Akeno sur le ventre qui lui demanda ensuite si elle voulait bien se laisser chatouiller.

- Maîtresse Akeno veut me faire hurler de rire ? Gloussa la lycéenne sans défenses. Je m'en doutais un peu maîtresse. Mais pour tout vous avouer, si vous me chatouillez juste comme ça à froid, à part me faire crier et convulser, je ne pourrais pas jouir. Il faut que je sois déjà chaude avant. Et si je peux me permettre un conseil, au orgasme au préalable est le meilleur moyen de s'assurer que je jouisse sous vos chatouilles. Mais... Fort heureusement pour nous, j'ai été très vilaine ces derniers jours... Sourit Rin d'un air espiègle. Je mérite bien une petite punition maîtresse, non ? Demanda la jeune lycéenne alors que le pendentif qu'elle portait sous son collier se mette à luire avant de faire apparaître dans un léger éclat de lumière ardent un gode vibrant, une laisse, une cravache, un plug anal et une longue plume rouge et horriblement duveteuse qui la fit tressaillir quand elle tomba sur son ventre. Si ma maîtresse veut bien me punir un peu avant de ma chatouiller... Minauda la lycéenne brune avec un regard gourmand sur sa Maîtresse.




SAKURA / SHIRO

La jeune Sakura rougit fortement d'être si bien accueillie par l'infirmière du Lycée qu'elle avait toujours trouvée si belle sans jamais oser le lui dire ni même consulter. Si elle avait su...

Elle se senti prise dans les bras de Shiro et ne fut que trop contente de presser son corps nu contre celui de la femme aux oreilles de lapine. Elle la serra contre elle, enroulant ses bras autour de sa taille et poussant sa jolie tête aux cheveux violets contre la belle poitrine de l'infirmière. Elle senti immédiatement ses réticence voler en éclat dès que Shiro ouvrit la bouche et que sa voix la pénétra comme une drogue aussi douce que vicieuse. La transformer en fournaise ? Elle ne demandait que ça ! Mais elle ne l'avouerait jamais elle-même.

Elle obéit immédiatement et ouvrit la bouche tout de suite dès que la demande lui fut formulée. Elle savoura ensuite on long baiser qui la fit se trémousser comme une goutte d'eau sur une plaque brûlante. Elle adorait déjà ce que Shiro lui faisait. Puis le baiser ce rompit et l'infirmière reprit la parole. Sakura crut presque défaillir en entendant le programme. C'était d'une perversité qui la réjouissait autant qu'elle la faisait mourir de honte. En plus, elle lui donna un choix entre avoir de douces caresse ou bien être attachée et fessée. Mais avant, il faudrait qu'elle fasse une bêtise pour pouvoir être punie.

Une bêtise, elle ? Plus facile à dire qu'à faire... Elle aurait trop honte de faire une bêtise, ou alors rien qu'une petite... Mais quoi ? Sakura hésita une longue minute avant de prendre la parole d'un ton un peu piteux.

- Je suis désolée Madame Ishimi... Je n'ai pas d'idée de bêtise en tête... Je dois être une fille trop sage... Alors je vais choisir les caresses... Mais vous m'attacherez quand même pour me donner des fessées après ? Demanda-t-elle en rougissant comme une tomate.

Prenant la jolie demoiselle en pitié, Shiro lui sussura qu'elle pourrait être très vilaine en se masturbant sans demander la permission contre sa jambe. Sakura, rouge de honte, hocha la tête et écarta un peu ses cuisses pour commencer à frotter son intimité avec des petits couinements contre la jambe de l'infirmière qui senti très vite son liquide intime commencer à couler sur celle-ci.

Elle laissa Sakura monter dans son plaisir doucement avant de l'interrompre pour la frustrer un peu et lui réclamer des cordes parce qu'elle avait été très vilaine. Sakura ne fut que trop heureuse de les lui apporter et de se laisser ficeler. Shiro s'assit ensuite sur le canapé et Sakura se coucha en travers de ses genoux avec un sourire épanoui, relevant bien ses fesses pour l'infirmière.

- Je... Peux compter les fessées si vous voulez... Proposa-t-elle d'une petite voix timide.




AYAKO / KAEDE

Ayako laissa Kaede l'embrasser à une, puis deux reprise, avant de se rendre compte que son caractère lunatique l'avait reprise et qu'elle s'était perdue dans ses pensées alors qu'elle l'embrassait. Ayako se sentit un peu vexée d'un tel oubli. C'était un peu comme lui dire "tu n'est pas assez intéressante pour que je reste concentrée sur toi". Alors quand Kaede suggéra qu'elle l'attache et lui fasse lécher ses pieds, Ayako ne se le fit pas dire deux fois.

- À genoux, vilaine Kaede ! Ordonna-t-elle en posant les mains sur les épaules de la jeune fille.

Celle-ci obtempéra et Ayako en profita à son tour.

- Maintenant fait la belle !

Elle observa la réaction d'un œil critique et corrigea un peu la position de Kaede pour qu'elle ressemble plus à une petite chienne.

- Bien, maintenant laisse pendre ta langue hors de ta bouche et ne bouge plus, je reviens.

Ayako s'absenta une petite minute dans la chambre de Tessia pour en revenir elle aussi avec une corde, mais également un collier en cuir lui aussi doublé de soie, mais sans nom dessus et une laisse.

Elle passe gentiment le collier autour du cou à Kaede, lui recommandant de signaler immédiatement la moindre gêne causée par le frottement du collier et le boucla à l'aide de son petit fermoir en acier avant de prendre les cordes pour faire un motif en étoile à cinq branche se croisant sur la poitrine de Kaede et de lui ligoter les mains dans le dos. Elle termina enfin par clipper la laisse au cou de Kaede et se redressa, la longe de cuir dans la main.

- Maintenant Kaede, tu es ma petite chienne ! Et en tant que telle, tu dois aboyer à la fin de toutes tes phrases, tu as compris ?

Elle semblait avoir réussi à garder l'attention de Kaede qui répondit affirmativement, ajoutant son aboiement à la fin de sa réponse.

- Bien ! Maintenant, lèche-moi les pieds petite chienne ! Dit le jeune fille en s'asseyant dans un autre fauteuil pour lever la jambe et la tendre à sa soumise.

Elle regarda Kaede s'approcher et frisonna d'anticipation à l'idée de la suite.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #9 le: Août 15, 2015, 07:00:33 »

SHIRO

Sakura passe une bonne minute à réfléchir. Pendant cet temps, Shiro lui fait quelques caresses gentilles pour la chauffer un peu sans trop la secouer pour autant. Il est important de ne pas brûler les étapes pour que le plaisir soit au rendez-vous. Puis, au bout d'une minute, la jeune fille répond qu'elle n'a pas d'idée de bêtise, qu'elle est sans doute trop sage pour ça, et préfère opter pour les caresses. Cependant, l'infirmière voit bien qu'elle voulait se faire fesser dès le début. Triste pour cette jeune âme en manque de châtiment, elle décide de lui susurrer une idée avec sa voix d'E.S.P.er.

« Tu sais, Sakura, ça pourrait être très vilain de ta part de frotter ton sexe contre ma jambe sans me demander la permission. »

Saisissant cette chance au vol, Sakura hoche timidement la tête avant d'écarter ses jambes pour pouvoir placer son mont de vénus sur la cuisse de Shiro et se met à se masturber en poussant des petits couinements. L'infirmière observe sa partenaire avec un regard plus que lubrique, et sent le liquide intime de la lycéenne dégouliner sur sa jambe à mesure qu'elle fait ses va-et-vient sur elle.

La jeune femme attend et observe en silence cette adolescente se faire plaisir grâce à sa cuisse, jusqu'à ce qu'elle décide de l'arrêter pour la frustrer un peu dans son plaisir, et aussi pour pouvoir lui parler avec sa fameuse voix.

« Tu as été une très vilaine fille, Sakura. Va me chercher des cordes, je vais m'occuper de ton cas. »

Ravie de pouvoir enfin être punie, la jeune fille se dépêche d'aller chercher des cordes et de les ramener à son infirmière. Cette dernière lui attache les mains dans le dos pour qu'elle ne puisse pas se débattre, puis va s'asseoir sur le canapé avant de faire signe à sa victime de la rejoindre. Cette dernière se couche en travers de ses genoux, relève ses fesses pour les rendre faciles d'accès aux mains de son bourreau, et propose de compter les fessées. La jeune femme la prend au mot avec sa voix lubrique.

« Bonne idée. Ce sera une autre punition pour t'apprendre à te comporter comme une méchante fille. Et si jamais tu oublies d'en compter une, alors je t'en mettrai une de plus pour t'apprendre. »

Shiro applique sa main sur les fesses nues de Sakura, qui commence déjà à trembler. Elle les caresse, les presse, les palpe, les pince de temps en temps, apprécie la fermeté et la souplesse de ce fessier rose et rebondi, avant de finalement abattre sa main dans une grande claque qui résonne dans toute la pièce. Si les autres filles n'étaient pas concentrées sur ce qu'elles faisaient, elles auraient sûrement tourné les yeux pour voir ce qui se passait. Quant à la vilaine fille punie, elle pousse un glapissement mêlé de plaisir et de douleur avant de prononcer le « une » tant attendu.

L'infirmière enchaîne les fessées, tantôt douces et précédées de caresses, tantôt rudes et puissantes, laissant un délai discontinu entre chaque claque. La jeune fille gémit, sanglote, rappelle à quel point elle est vilaine et en redemande sans jamais oublier de compter les coups un à un. La jeune femme est intéressée à l'idée de voir jusqu'où sa partenaire va tenir son engagement avant de craquer sous le poids de la douleur. Elle veut aussi voir si cette petite peut jouir parce qu'elle reçoit une punition. Déjà, son intimité laisse tomber de la cyprine au compte-gouttes.



AKENO

Apparemment, Rin s'attendait à ce qu'Akeno lui demande si elle pouvait la chatouiller. Mais elle ajoute que, sans être chauffée au préalable, elle ne pourra pas jouir de rire. Elle laisse également entendre qu'elle a été très vilaine ces derniers jours et que, si elle se fait punir, elle sera ensuite prête à être chatouillée. Sa partenaire, enthousiasmée par cette idée, s'apprête à lui demander où trouver les instruments nécessaires quand elle voit le pendentif de sa prisonnière s'illuminer et faire apparaître dans un éclat de lumière tout ce dont elle a besoin. Cependant, elle n'a pas l'intention de rendre les choses si faciles, elle veut s'amuser un peu d'abord.

« Je ne sais pas trop, Rin... Qu'est ce qui pourrait justifier que je te punisse après tout ? Je ne sais pas ce que tu as fait pour le mériter. »

Alors la lycéenne brune s'entreprend de lui raconter certaines des choses qu'elle a fait, dont une qu'elle a fait avec sa sœur Sakura. Après avoir entendu ça, la lycéenne aux cheveux roses se sent encore plus encline à laisser parler sa perversion.

« Oh Rin, ça c'est vraiment très vilain. Je ne peux pas te laisser impunie après ce que tu as fait. »

Akeno prend les objets qui sont apparus sur le ventre de Rin, met la laisse et la plume de côté et allume le gode dans une de ses mains, le lèche bien pour le couvrir de salive et exciter un peu sa proie, puis l'enfonce dans son intimité qui commence à mouiller. Le mélange de salive et de cyprine permet au gode de rentrer sans trop de difficulté. Après quoi, elle prend le plug anal dans une main et attrape la chaîne reliant les menottes des chevilles de sa soumise avec l'autre. Ainsi, elle lui soulève les jambes en l'air jusqu'à laisser visible sa croupe et son petit trou, dans lequel elle enfonce le plug. Elle laisse ensuite sa partenaire dans cette position, les chevilles près de la tête.

« Maintenant, je vais te faire regretter ton comportement. »

Et voilà Rin couchée sur le dos, les jambes en l'air et les fesses bien en vue, avec un gode vibrant dans son minou et un plug dans ses fesses qui la font déjà gémir. Akeno prend la cravache et passe le bout du cuir sur les fesses de sa soumise, qui couine en appréhendant ce qui va lui arriver.

« Un gode et un plug ne suffisent pas pour châtier une vilaine fille comme toi. Alors je vais en plus te punir comme on punit une petite fille prise en faute : je vais te fesser, et tu vas m'en remercier. »

La lycéenne n'a pas l'habitude de tenir ce genre de rôle dans l'intimité, mais elle commence à se prendre au jeu et à y trouver un certain plaisir. Elle laisse même échapper un gémissement de sa bouche lorsqu'elle abat la cravache sur les fesses de sa partenaire.

Entre le gode, le plug et la fessée, il y a fort à parier que Rin ne va pas tenir longtemps. Et ensuite, Akeno pourra la chatouiller.



KAEDE

A peine a-t-elle suggérée son idée que Kaede se retrouve à genoux devant Ayako, les mains sur ses épaules. Son ton n'est pas des plus amical, mais la jeune fille à lunettes suppose que c'est juste pour rentrer dans son rôle. Après quoi, sa partenaire lui demande de faire la belle, ce qu'elle fait. Après quelques corrections de sa position, la sportive lui ordonne de laisser sa langue pendre hors de sa bouche et de ne pas bouger jusqu'à ce qu'elle revienne. Pendant son absence, la lunatique se demande si sa nouvelle maîtresse suit juste un rôle ou si elle n'est pas vraiment vexée que l'esprit de sa nouvelle soumise se soit égarée pendant qu'elle l'embrassait. Ça pouvait être perçu comme de l'indifférence. Mais elle n'a pas le temps de trop y songer, car Ayako revient rapidement avec de la corde, un collier en cuir semblable à celui qu'elle porte mais sans nom dessus et une laisse en cuir. Elle commence par attacher le collier au cou de Kaede, en prenant garde de ne pas la gêner à cause du frottement du cuir sur sa peau, puis utilise les cordes pour lui attacher les mains dans le dos et former un pentagramme sur sa poitrine. Pour terminer, elle attache la laisse à son collier et se redresse devant sa soumise, attachée et tenue en laisse.

- Maintenant Kaede, tu es ma petite chienne ! Et en tant que telle, tu dois aboyer à la fin de toutes tes phrases, tu as compris ?

« Oui Ayako, j'ai bien compris. Waf. »

La jeune fille va ensuite s'asseoir dans un canapé et tire sur la laisse pour amener sa petite chienne jusqu'à elle. Elle lui présente sa jambe et lui ordonne de lécher son pied.

« Tout de suite. Waf. »

Pendant longtemps, Kaede a refoulé son penchant fétichiste, trop honteuse pour oser l'avouer ou le pratiquer. Malgré tout, elle s'est documentée sur le sujet (ah, que ne peut-on pas trouver sur internet) et va maintenant pouvoir le pratiquer. Tout ce qu'elle espère, c'est qu'elle satisfera sa partenaire au mieux.

L'adolescente à lunettes s'approche du pied qui lui est tendu mais, au dernier moment, elle recule pour relever la tête et parler à Ayako.

« Ayako, je m'excuse de t'avoir ignorée pendant qu'on s'embrassait. Waf. Je sais que j'ai pu te faire de la peine, et j'en suis désolée. Waf. A partir de maintenant, je vais me concentrer uniquement sur toi pour être sûre de te faire du bien. Waf. »

Après quoi, elle approche son visage du pied de sa maîtresse.

Kaede commence par déposer de petits baisers sur la plante et le dos du pied, espérant amadouer Ayako par la douceur, puis sort enfin sa langue pour lécher le pied de sa maîtresse, de la plante jusqu'aux orteils avec une lenteur et une volupté qui tiendrait presque du supplice tellement c'est bon. Elle fait passer sa langue partout, glisse entre ses orteils, et va même jusqu'à suçoter les plus petits.

Ayako gémit doucement en réponse au plaisir qu'elle ressent, mais Kaede, de son côté, se sent plus coupable qu'autre chose. En effet, cet acte si humiliant la rend si joyeuse qu'elle sent son intimité se mettre à mouiller et des gouttes commencer à tomber. La pauvre est rouge de honte et n'ose même plus regarder sa partenaire dans les yeux.



IKU

Le souhait d'Iku est exaucé par Tessia, qui quitte son corps d'humaine pour réapparaître, dans un nuage de volutes noires, sous sa forme originelle de succube, déployant ses ailes et sa queue de tout leur long. La lycéenne, ayant déjà vu Tessia sous cette forme, savait qu'elle serait dépassée en terme de taille, elle qui a seulement la taille moyenne des filles de son âge, mais elle ne s'attendait pas à ce qu'elle découvre du charme de l'enseignante sous cette forme : une aura de tentation et d'érotisme, qui attire Iku comme un papillon est attiré par la lumière d'une lampe. Elle voudrait pouvoir parler, mais l'enseignante la devance.

- Maintenant que ton petit fantasme est accomplis Iku, il va être temps de... Te... Punir...

Trop surprise par cette déclaration, l'adolescente ne remarque même pas que la queue de succube de sa partenaire se glisse sous elle et s'enroule autour de ses jambes.

« Quoi ? Mais pourquoi, qu'est ce que j'ai fait ? »

- Il faut vraiment être une petite lubrique pour demander à une succube de te faire l'amour avec sa vraie forme. Crois-moi, je vais te punir... Et tu en redemandera petit cochonne...

« C'est promis ? Vous allez me fesser, me lécher, me faire couiner comme la sale cochonne que je suis, me couvrir de cyprine et de sperme et me bourrer mes trous jusqu'à ce que je... Ouah ! »

Sans qu'elle s'en soit rendue compte, Iku se fait piéger les jambes par la queue caudale de Tessia, qui la soulève ensuite comme si c'était une plume et la pend la tête en bas comme un gibier de chasse. Loin d'être gênée, la prisonnière se laisse pendre sans essayer de se débattre ou de se couvrir avec ses mains.

- Bonjour jolie petite friandise...

« Si vous vouliez me faire jouer au cochon pendu, il aurait fallu me laisser ma jupe et ma culotte. Sinon, ce n'est pas amusant, il n'y a rien à montrer. »

Iku a toujours une réplique bien sentie en réserve, quelque soit la situation. Cependant, elle se retrouve bien impuissante quand Tessia l'amène jusqu'au niveau de son visage, lui saisit les cheveux et l'oblige à l'embrasser. Malgré tout, cette impuissance la rend encore plus excitée, et elle décharge toute son envie dans ce baiser puissant, où sa langue bataille de toutes ses forces avec celle de sa maîtresse. Elle sait qu'elle ne peut pas lutter contre une démone du sexe, mais elle compte bien montrer qu'elle a plus d'un tour dans son sac.

Environ une minute après, leurs lèvres se séparent et Iku se fait caresser le nez du bout du doigt avant de finir la tête entre les jambes de Tessia, avec l'ordre de lécher sans s'arrêter.

« A vos ordres, maîtresse Tessia. »

Et la jeune fille se met à faire un cunnilingus à la succube. Ne pouvant pas utiliser ses mains et ayant les jambes enserrés par la queue caudale de sa maîtresse, elle ne peut compter que sur son orifice buccal, qui est sans aucun doute la partie de son corps qu'elle maîtrise le mieux pour donner du plaisir. Elle ne cherche pas à aller dans la croissance, elle attaque directement avec voracité et sauvagerie le sexe de sa partenaire, qu'elle dévore à pleine bouche.

La langue d'Iku passe sur cette vulve déjà mouillée avec un talent inné. Elle lèche encore et encore, sans se fatiguer, presse le clitoris de Tessia, rentre à l'intérieur de son sexe comme une pelle dans de la terre molle et récupère toute la cyprine qui en dégouline. Elle est bien décidée à faire hurler sa maîtresse, même si pour l'instant, cette dernière se contente de gémir. Néanmoins, elle est contente de savoir qu'elle arrive à faire du bien à une créature née pour le sexe et qui a probablement vu passer bien d'autres femmes avant elle.

Pendant qu'elle est occupée à satisfaire Tessia, Iku sent soudain la queue de cette dernière se mettre à bouger et la pointe s'approcher de ses fesses. Elle ne touche pas à son anus, elle se contente de passer sur ces deux bosses de chair dans une caresse qui pourrait être très douce si cette queue n'était pas couverte de chitine. La jeune fille n'y prête rapidement plus attention et se consacre à nouveau pleinement à son cunni pour faire jouir sa maîtresse.

La tâche se révèle longue et difficile mais, au terme de quatre minutes de léchouilles, la langue de la lycéenne parvient finalement à faire jouir la succube, qui libère un puissant jet de cyprine sur le visage et dans la bouche de sa soumise, qui avale tout ce qu'elle peut récupérer du liquide.

Sa cyprine a meilleur goût que celle de maîtresse Shiro... C'est peut-être à cause de sa nature démoniaque.

Une fois l'éjaculation féminine de Tessia finie, Iku se remet à la lécher. Après tout, elle lui a bien dit de n'arrêter sous aucun prétexte. Donc, tant qu'elle n'aura pas entendu de la bouche de la démone qu'il faut qu'elle arrête, elle continuera. Dusse-t-elle se faire une crampe à la langue.
« Dernière édition: Août 17, 2015, 05:28:19 par Shiro Ishimi » Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #10 le: Septembre 11, 2015, 01:11:36 »


TESSIA / IKU

Cette petite demoiselle était décidément bien plus perverse que la succube ne le pensait. Elle la songeait presque plus provocante que réellement aussi motivée par le sexe, mais elle devait bien admettre s'être trompée. Cette petite avait tout de ce qu'on surnommait les sex-addicts, autrement dit, les personnes accros au sexe.

Elle se rendit compte qu'en plus d'être à la fois délicieusement provocante et joueuse, l'étudiante n'était en plus pas manchote avec sa langue. La démone se prit même à songer qu'elle devait avoir une prédisposition naturelle pour le sexe oral. Rien de tel qu'un bon cunnilingus pour vous rendre compte d'un certain nombre d'aptitudes de vos amantes. Tessia se laissa aisément emmener par les longs coups de langue de la petite demoiselle vers les sommets du plaisir, se contentant pour le moment de caresser son petit derrière bien rond. Elle soupirait et gémissait, maintenant la jeune fille tête en bas contre son intimité. Elle amena même sa queue blindée à caresser doucement les fesses de la petite Iku.

La succube avait déjà passé toute la partie en infirmerie sans s'autoriser le moindre orgasme, alors elle s'en autorisa un pour commencer avec la jeune fille et se laissa jouir au bout de plusieurs minutes de ce traitement oral, aspergeant de sa jouissance féminine la tête encore nichée au creux de ses cuisses. Et elle fut très satisfaite que la petite Iku ne cherche pas à se dérober à son cadeau de cyprine et continue à la lécher conformément à ses instructions.

Elle n'est pas assez désobéissante pour que je puisse la punir trop… Dommage… Songea la succube en s'intéressant au petit cul de la lycéenne.

Sa queue la caressa encore une fois ou deux avant de s'allonger plus loin dans le dos de la petite. Tessia utilisa ensuite ses propriétés très proches de celle d'un fouet pour la faire claquer dans le dos de la petite, sans pourtant chercher à la toucher. Le but n'était pas de lui faire mal ou même de l'effleurer, le but était simplement de lui faire entendre le bruit, de lui faire peur… Bref, de la préparer mentalement à la suite. Ce qui ne manqua pas car la jeune fille glapit de surprise et essaya de tourner la tête pour voir ce qui avait fait ce bruit, mais sans s'arrêter de lécher la démone, c'était tout simplement mission impossible.

- Perverse petit Iku, il est l'heure de ta punition je pense… Sourit la démone en caressant du plat de sa main ses jolies fesses bien fermes.

Elle passa et repassa ses mains sur celles-ci, pour l'instant les caressant, avant de commencer doucement à alterner caresses et pincements sur sa peau rose qui vira tranquillement au rouge par endroit, faisant couiner la petite tête coincée entre ses jambes.

La démone continua, soupirant d'aise avant de donner à la jeune demoiselle sa première fessée sur sa peau rougie. Elle n'était pas très forte, ni très impressionnante, mais elle suffit à lancer le jeu. Dès lors, alternant d'une main à l'autre, Tessia commença à fesser la jolie jeune demoiselle en maintenant une cadence. Cette partie visait uniquement à "chauffer" la peau de la petite, la rendant à la fois plus sensible, mais moins douloureuse pour la suite.

Quand enfin son petit derrière fut bien rouge, la succube décolla d'elle la petite demoiselle et la retourna à l'endroit, s'assurant de pratiquer suffisamment lentement pour que le reflux de sang depuis la tête ne lui fasse pas tourner de l'œil, même si elle ne pouvait rien contre les légers vertiges qui prirent la tête de la petite quand elle revint à l'endroit.

- Dis-moi Iku, Shiro t'a-t-elle déjà fait essayer le fouet ? Demanda la succube avec un air joueur sur la figure. Me laisseras-tu jouer de ma queue comme tel sur ton petit corps ?

Elle écouta la réponse et sourit à la question de la jeune fille.

- Pourquoi je te pose la question ? Sache que dans ce genre de jeux, la confiance est primordiale, et que même si c'est toi qui est en position de faiblesse, je ne suis pas ici pour te torturer, mais bien pour te faire prendre ton pied. Sur un mot de toi, tout s'arrête. Alors si tu sens que je commence à dépasser les limites de ce que tu peux tolérer, donne-moi maintenant un mot de sécurité qui signifie "on arrête tout" si tu t'en sers. Tu peux aussi m'en donner un autre qui signifie "ça va encore, mais il faut calmer le jeu" si tu veux… Comme c'est la première fois que je joue avec toi, ces mots sont importants. Je ne connais pas encore tes limites et même avec mes millénaires je ne suis pas à l'abri d'une erreur d'appréciation. Alors si tu veux continuer à jouer, j'attends mes mots de sécurité. Et de grâce, choisit quelque chose qui ne peut pas être mis dans une phrase normalement dans ce genre d'activité. Un truc qui n'a rien à voir avec le sexe, comme une couleur par exemple, serait bien.




RIN / AKENO

Rin sourit à la question. Sa maîtresse du moment voulait savoir ce qu'elle avait fait de répréhensible pour mériter d'être punie ? Elle allait être servie.

- Il y a deux jours, pendant le cours de chimie, on était en groupe par deux avec ma sœur jumelle. Pour la taquiner un peu, je lui ai fait pousser une verge et je l'ai masturbée pendant toutes les explications de l'expérience. Ensuite, pendant le travail pratique, j'ai fait semblant de faire tomber un truc pour lui faire une fellation sous la table. Personne ne nous a vu, mais elle était délicieusement toute crispée et rouge comme une pivoine pendant que je la suçais et qu'elle essayait de se concentrer pour l'expérience. Finalement elle a joui dans ma bouche et je lui ai remis son sexe normalement. Ou encore hier, pendant la pause, avec Sakura, ont a pris Ayako en double-pénétration dans les toilettes des filles pendant qu'elle était menotté et avait sa culotte dans la bouche en guise de bâillon. On lui a mis des plugs à la fin pour faire tenir notre sperme à l'intérieur d'elle pour le reste de la journée et elle a fini les cours sans culotte. C'est suffisant ou je vous raconte ce qu'on a fait pendant la piscine ce matin Sakura et moi ? Demanda Rin avec un sourire tout sauf innocent.

Sa jeune maîtresse se laissa un peu plus aller après cette confession et lui accorda qu'elle avait été vilaine. Elle prit le gode vibrant sur son ventre et passa une longue minute à le lécher bien en face d'elle, faisant mouiller d'anticipation la jeune brune. Elle gémit longuement quand ensuite elle le lui enfonça dans sa petite chatte de perverse, celui-ci vibrant doucement, la faisant trembler de plaisir. Ça pouvait sembler un très gros jouet de prime abord, mais Rin avait eu presque un ans pour s'habituer à des sextoys toujours plus gros, notamment en portant souvent un plug pendant des périodes prolongées ou des boules de geisha.

Akeno souleva ensuite ses jambes au moyen de la chaînette de ses menottes de chevilles pour dégager sa croupe et enfonça ensuite à sec le plug anal, ce qui fit couiner un peu la jeune fille. Elle nota pour elle-même la petite faute pour la signaler plus tard. Toujours lubrifier les jouets avant utilisation.

Akeno maintint sa prise sur les chevilles de Rin, les maintenant en l'air pendant que celle-ci tremblait sur le sol, des frissons de plaisir remontant de son entrejambe. Sa Maîtresse du moment lui tint un petit monologue sur la punition qu'elle méritait et caressa doucement ses fesses avec la cravache. Rin tressaillit mais sourit.

- Oui Maîtresse Akeno… Hnnnnnn… Merci Maîtresse Akeno d'être si ferme avec une petite salope comme moi… Soupira la brune en tremblant du plaisir que lui procuraient déjà les jouets dans ses trous.

Puis s'abatit le premier coup de cravache sur ses fesses rebondie et elle poussa un glapissement de douleur mêlé de plaisir.

- Huuu… Un… Merci… Maîtresse Akeno… Gémit péniblement Rin.

La cravache tourna et lui caressa encore un peu les fesses avant de s'abattre une fois encore et à nouveau Rin gémit plus fort.

- Hoooo ! D… Deux… Merci Maîtresse Akeno…

Le manège continua, Rin gémissant toujours plus fort, ses cris n'attirant pas vraiment l'attention au milieu des autres bruits régnant au salon.

- Haaannn ! Six !! Merci Maîtresse Akeno ! Contiua de compter Rin, ses yeux presque révulsé tandis que son corps s'agitait petit à petit de spasmes de plaisir.

- HUUUUUUU !! Neuf… Haaa… Haaa… Merci… Maîtresse… Haaa… Akeno… Dit Rin alors que ses tremblements forçaient sa jeuen maîtresse à maintenir difficilement sa prise sur les menottes de ses chevilles qui tremblaient comme des feuilles, ses pieds se tortillant et se crispant au bout.

Puis vint l'apogée et Rin ne put plus contenir son plaisir. Elle jouit et un court jet de liquide claire s'expulsa vivement de son intimité, noyant très brièvement le gode vibrant sous sa cyprine tandis qu'elle se tendait une ultime fois comme une corde d'arc avant de retomber mollement et sans force sur le futon.

- HAAAAAAAANNNNNNNNN !!! … Trei… Treize… Mer… Merci… Maîtresse… Akeno…

Son orgasme avait été aussi intense que foudroyant, elle semblait à bout de souffle et de forces, respirant lourdement, son corps légèrement transpirant. Pour la jeune Akeno, il était compréhensible que ça la fasse hésiter en voyant la jeune demoiselle aussi épuisée que si elle venait de courir un marathon. Mais Rin avait de la réserve.

- Huufff… Huufff… Pour… Les chatouilles… Mes points sensibles… Plante des pieds… Aisselles… Sous les seins… Le creux des reins… Sous et à l'intérieur des cuisses et intimement un peu aussi…

Akeno sembla hésiter un peu et Rin lui fit un pâle sourire.

- Tout va bien Maîtresse Akeno… J'ai juste des orgasmes un peu usants… Mais dans deux minutes, je serais de nouveau d'attaque.

Finalement rassurée, la jeune fille mit en place Rin et après l'avoir laissé souffler un peu, prit la plume et entamma le vrai clavaire.

Et Rin se mit à rire à gorge déployée. Tremblante, se tortillant et se débattant malgré elle pour céhapper aux horribles chatouilles de l'adolsente qui dut se déabttre aussi un peu pour la maintenir en place et pouvoir continuer à la chatouiller.

- HIHIHIHIHIHI ! NOOOONNNN ! PITIIIIIÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉÉ !!! Hurla de rire la brune. Ses cris faisant tressaillir sa jumelle. HAHAHAHAHAHA !!! AU SECOOOUUUURRRRSSSSSSS !!!

Mais personne ne vint à son aide et elle eu beau se débattre et crier, elle ne pourrait tenir longtemps à ce rythme.




SAKURA / SHIRO

- Haaaa ! Une ! S'exclama Sakura en souriant béatement.

Elle était dans son élément, elle se faisait fesser par une jolie femme. Alors tout allait bien. Sakura tourna un peu la tête pour voir que sa jumelle subissait plus ou moins le même traitement de la part d'Akeno et ça la fit mouiller plus encore, alors que la seconde fessée tombait sur ses fesses avec un claquement sonore.

- Hoooo !! Deux ! Gémit-elle.

Puis Shiro enchaîna les fessée à rythme irrégulier pour l'empêcher de se préparer à les recevoir, la douleur se propageant avec le plaisir depuis son fondement.

- Huuu… Neuf… Soupira Sakura avant de commencer à trembler légèrement sur les genoux de Shiro.

- HAAA !! Quatorze ! S'exclama-t-elle au moment où ses tremblement se firent vraiment plus marqués.

À dix-sept, Sakura manqua le coche et prit une deuxième fessée pour la punir, ce qui lui fit énoncer le chiffre avec peine. Mais à vingt-et-un, Shiro eut beau donner trois fois la même fessée, Sakura se révéla incapable de compter plus loin ses fessées, son corps tremblant de douleur et perclus de courbature d'avoir tant tiré sur lui. Elle n'avait pas joui, pourtant elle semblait dans un état presque second. Pour l'infirmière, le diagnostic fut simple. Sakura sécrétait beaucoup d'endorphine, la molécule naturelle s'apparentant à la morphine, l'anti-douleur par excellence utilisé en médecine. Et elle avait simplement été shootée par son propre corps qui tentait de lutter contre la douleur induite par les crampes et les fessées à répétition. Autrement dit, la petite faisait un "trip" qui ne dura pas longtemps, mais qui força quand même l'infirmière à stopper ses fessées car, dans cet état, Sakura ne ressentait de toute façon plus la douleur. Ce qui expliquait sûrement son côté maso.

Au bout d'une paire de petites minutes, Sakura émergea avec un sourire comblé et regarda amoureusement sa tortionnaire.

- C'était fa-bu-leux… Soupira-t-elle en se tortillant pour se pelotonner contre son infirmière adorée.

Celle-ci lui reprocha quand même de ne pas l'avoir prévenue pour le fait de partir ainsi en "trip" quand la douleur devenait trop forte.

Sakura sourit et ouvrit la bouche pour répondre quand elle s'interrompit, penchant la tête sur le côté d'un air interrogatif. Puis son sourire s'aggrandit et elle prit la parole.

- Maîtresse Tessia vient de me gronder… Rougit-elle. Et elle dit que je ne suis bonne qu'à être votre vache à lait Maîtresse Shiro…

Sakura couina alors et rejeta sa tête en arrière tandis que sous les yeux de l'infirmière ses seins se mirent à gonfler légèrement et se tendre.

- Haaaa…. Haaaa… Maîtresse Tessia… Vous souhaite…. Bon appétit… Et précise que ce lait… Est aphrodisaque…

Sakura remonta la tête vers Shiro et rougit comme une pivoine.

- Vous voulez bien me traire maîtresse Shiro ? Demanda-t-elle tout bas ses joues prenant de plus en plus la couleur de l'écarlate. Avoir les seins aussi plein, ça fait vraiment mal… Et est-ce que… je pourrais en avoir un peu aussi ?




AYAKO / KAEDE

Ayako soupira dans son fauteuil, regardant avec plaisir sa petite soumise lécher son pied avec volupté. Elle s'était excusée de son comportement et la jeune capitaine du club de tir à l'arc se senti quand même heureuse qu'elle l'ait fait. Mais elle devait garder à l'esprit que là et maintenant, c'était elle qui commandait.

La jeune fille poussa un peu plus son pied contre le visage de la soumise et repris la parole d'une voix méprisante.

- Alors, on a honte petite chienne ? Demanda-t-elle dans le clair but de l'humilier. C'est vrai que quand on est une salope en chaleur qui aime lécher des pieds, on la ramène moins, hein ? Et regarde-moi quand je te parle, trainée…

Ayako attendit que Kaede rouvre les yeux pour pousser ses orteils contre sa bouche.

- Suce jolie petite chienne, et dis-moi combien tu aimes me lécher les pieds… Insista Ayako avec un air sadique. Si tu fais bien ton boulot, tu auras droit à une surprise…

Elle la laissa encore couvrir ses pieds d'attentions plusieurs longues minutes avant de le retirer pour s'en servir afin de lui relever la tête en plaquant ses orteils sous son menton.

- Pas mal, pour une salope dans ton genre… Commenta-t-elle. Je crois que tu as mérité une récompense…

Ayako se tortilla un peu sur son fauteuil et sous les yeux surpris de Kaede, fit sortir une belle verge humide de la cyprine de sa propriétaire sous son nez.

- Maintenant implore-moi pour avoir le droit de sucer ma merveilleuse queue… Si tu te montres assez convaincante, je te laisserais me tailler une pipe. Et ensuite, je te prendrais à quatre pattes, comme la chienne que tu es.

Ayako écouta la supplique avant de finalement hocher la tête et d'aggriper sans forcer les cheveux de Kaede pour forcer sa tête contre son pénis tout humide et encore mou.

- Lèche-bien et ensuite suce-moi, petite chienne en chaleur… Commanda l'implacable jeune fille.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #11 le: Septembre 16, 2015, 12:12:49 »

SHIRO

Sakura est contente, ça ne fait aucun doute pour Shiro. Elle est totalement à l'aise en se faisant fesser par l'infirmière et elle n'oublie pas de compter un seul coup en ajoutant un gémissement avant chaque compte. La jeune femme jubile d'avoir trouvée une partenaire si obéissante et si friande de fessées. Bien qu'Iku soit une parfaite masochiste, elle a souvent tendance à désobéir quand elle est un peu trop emballée. Par exemple, quand elle était dans la salle de bains et qu'elle avait mis un doigt à Ayako. Ici, la victime est à la fois contente de son sort et sait contrôler son plaisir pour ne pas faire n'importe quoi. Dommage que cette jeune fille soit déjà prise par Tessia, sinon elle aurait fait une patiente régulière de premier choix.

Au bout de la quatorzième fessée, Shiro sent que Sakura tremble sur ses genoux. Elle est peut-être déjà à ses limites ? Mais puisqu'elle n'a pas dit en avoir assez, l'infirmière continue de la punir. Au dix-septième coup, la jeune fille oublie de compter et son bourreau lui met immédiatement une deuxième fessée, qu'elle n'oublie pas de compter cette fois. Elle refait le même coup encore deux fois puis, au bout du vingt-et-unième coup, elle arrête de compter même après deux fessées de rappel. Là, la jeune femme est inquiète.

« Sakura ? Ça va ? »

Elle fait se redresser sa partenaire, qu'elle sent tendue et tremblante à cause de la douleur, et s'étonne de voir qu'elle a les yeux complètement vitreux et qu'elle semble être ailleurs. Elle secoue sa main devant ses yeux, espérant obtenir une réaction, mais toujours rien. Sakura présente les mêmes symptômes que si elle était... droguée ? Mais elle n'a rien pris depuis le début de la soirée et, si elle s'était droguée avant, Shiro et Tessia l'auraient remarqué. L'infirmière met son cerveau en mode ''analyse médicale'' et reconstitue la chaîne des événements ainsi que les symptômes, pour finalement arriver à la seule conclusion qui lui semble logique.

Chez certaines personnes, qui ont généralement une tolérance à la douleur plutôt faible, il arrive que l'endorphine, l'hormone sécrétée par le corps pour lutter contre la douleur, soit diffusée en très grande quantité, jusqu'à ce que la personne soit shootée par son propre organisme. Et ce ce qui arrive à Sakura : son endorphine est en train de la faire planer.

Deux minutes plus tard, elle finit par redescendre sur Terre. Ses premiers mots sont pour complimenter son infirmière adorée avant de se pelotonner contre elle comme si elle était une grosse peluche. Mais Shiro n'est pas très contente.

« Tu aurais pu me prévenir que tu pouvais partir en vrille en cas de douleur trop intense. »

Sakura ouvre la bouche pour répondre quand elle décide de s'arrêter et de se tourner vers sa maîtresse Tessia. Pas un mot n'est prononcé, mais quand la jeune fille fait à nouveau face à sa maîtresse actuelle, elle a le sourire aux lèvres.

Dans l'instant qui suit, Shiro observe avec stupeur les seins de sa soumise se gonfler et tendre pendant que cette dernière gémit tout en lui expliquant que sa poitrine est maintenant remplie de lait aphrodisiaque. Et quand elle relève la tête, elle vient demander très gentiment si sa maîtresse peut la traire parce que ses seins lui font mal, et demande aussi si elle pourra en avoir un peu. Shiro est tellement attendrie par sa petite voix et son visage rouge proche de l'écarlate qu'elle ne se sent pas capable de lui refuser quoi que ce soit.

« Oui ma belle, je vais te soulager. Et tu auras droit à du lait, mais pas qu'un peu. Je veux que tu sois aussi chaude et tressaillante qu'une goutte d'eau sur une plaque de cuisson. »

L'infirmière a longtemps rêvé de pouvoir tirer le lait d'une adolescente, mais son ancienne vision de la réalité lui faisait comprendre qu'une adolescente avec du lait était une adolescente enceinte, ce qui n'était pas bon. Mais maintenant, grâce aux pouvoirs de succube de Tessia, elle allait avoir droit à son lait, qui plus est un lait aphrodisiaque.

Sans se faire prier plus longtemps, elle colle sa bouche au téton gauche de Sakura et se met à sucer si fort que le doux liquide ne tarde pas à couler. La jeune fille gémit de plaisir en se faisant vider les seins, la jeune femme gémit de plaisir pour le goût sucré du lait et la chaleur qu'il répand en elle. Son bas-ventre est en train de prendre feu, et c'est une sensation si bonne qu'elle ne se lasse pas de pomper. En plus, elle éprouve un certain amusement à voir comment les choses ont tourné : elle est censé être la maîtresse, mais elle est en train d'agir comme une soumise, tétant la mamelle de celle qui la nourrit. Et c'est assez drôle à vivre.

Au grand dam de Shiro, le sein se vide trop vite à son goût. Cependant, son intimité s'est transformée en brasier et ses tétons pointent tellement qu'elle croit sentir l'air les frôler. Il est temps maintenant de donner à sa soumise sa part de bon lait.

« Prépare toi à ouvrir la bouche. »

L'infirmière prend le téton droit entre ses lèvres, aspire jusqu'à ce que sa bouche soit pleine de lait, puis approche son visage de Sakura. La jeune fille ouvre la bouche et la jeune femme l'embrasse dans un délicieux baiser lacté, par lequel elle déverse le lait qu'elle amène et force sa partenaire à tout avaler. Elle répète l'opération environ une dizaine de fois, rendant chaque baiser plus torride que le précédent, jusqu'à ce que le deuxième sein soit lui aussi vide. Elles se retrouvent toutes les deux en chaleur, prêtes à se jeter sur la première venue. Mais puisque c'est Shiro qui mène la danse, c'est elle qui prend l'initiative : elle fait allonger sa soumise sur le canapé, puis se met au-dessus d'elle et lui bloque les poignets avec ses mains. Son regard est empli de perversion et d'une sorte d'animalité presque attirante.

« Maintenant que j'ai bien bu, il faut que je mange. Et j'ai décidé que c'est toi que j'allais manger. Mais crois moi, tu vas adorer ça. »



AKENO

Akeno se débrouille bien dans son rôle de maîtresse. Rin est très obéissante et, même avec les chevilles près du visage, un gode dans la chatte et un plug dans le derrière, elle arrive à remercier sa maîtresse après chaque fessée qu'elle reçoit. La jeune fille aux cheveux roses garde quand même un œil sur sa soumise, au cas où elle aurait surestimé ses limites. Tout ce temps passé avec Shiro l'a rendue extrêmement sensible aux souffrances physiques d'autrui.

Les premières fessées se passent sans problème. Puis, à partir de six, la victime commence à s'agiter, les yeux fuyants. Au bout de neuf, sa maîtresse à du mal à la retenir à cause des spasmes qui la secouent. Mais alors qu'elle pense à arrêter, l'orgasme arrive enfin, au bout de treize coups. Rin expulse un petit jet de cyprine qui nettoie bien le gode, puis retombe toute molle sur le futon. Un dernier remerciement et Akeno lui retire le gode, ainsi que le plug. C'est là qu'elle se rend compte que ce dernier n'a pas été lubrifié avant d'être utilisé.

Ah, la gaffe !

Une telle erreur n'a rien de critique, mais l'insertion n'a pas du être agréable pour sa soumise. D'ailleurs, la pauvre ne semble pas être en état de poursuivre immédiatement.

« Rin, est ce que ça va ? »

En réponse, elle donne tous les endroits où elle est sensible aux chatouilles. Akeno hésite à attaquer maintenant, mais Rin la rassure en lui disant qu'elle a juste des orgasmes fatigants, mais qu'elle sera bientôt prête à reprendre. Akeno la laisse donc se reposer un peu avant de se mettre en place pour les chatouilles.

Elle décide d'attaquer sa victime point par point, en commençant par les pieds et en remontant peu à peu jusqu'en haut de son corps. Pour la première partie, elle se met sur le ventre de Rin puis se penche en avant et passe un bras autour de ses cuisses pour les bloquer. Si jamais elle se mit à gigoter, mieux vaut éviter un coup de genou dans l'estomac. Elle approche ensuite lentement la plume des pieds de sa victime, lui laissant le temps de se préparer pour son supplice... puis se met à la chatouiller. Immédiatement, Akeno est impressionnée par les rires qu'elle entend ainsi que de voir comment sa partenaire se débat. Et histoire d'en rajouter, elle utilise sa main libre et vient la chatouiller sous ses cuisses, en glissant parfois jusqu'à sa fente intime. Avec deux points sensibles attaquées en même temps, c'est la débandade pour la pauvre petite chatouillée. Comme quoi elle ne mentait pas sur sa sensibilité.

Après deux bonnes minutes, Akeno laisse ces deux points d'attaque pour changer de position : elle s'assied au niveau des seins de Rin, hors de portée de ses jambes, et dirige la plume vers ses reins tandis que son autre main va lui caresser la peau juste sous ses seins. Encore une fois, sa victime se tortille comme un asticot et rit beaucoup, mais rien ne pourra lui permettre d'échapper à son calvaire. Elle sera chatouillée jusqu'à en jouir, sa maîtresse s'en est fait la promesse.

Quand elle cesse de s'en prendre à cette zone, Rin est au bord de l'explosion. Il est temps de l'achever. Akeno se déplace encore et vient s'asseoir sur ses avant-bras pour l'empêcher de les remuer. Elle entame alors la phase finale : la plume sous l'aisselle droite, sa main libre sous l'aisselle gauche et, avant que la soumise ne se mette à rire à gorge déployée, sa maîtresse l'oblige à l'embrasser et à faire jouer leurs langues ensemble. Ses fous rires sont étouffées et ne peuvent plus être entendus que par elle et celle qui l'embrasse. C'est une drôle de sensation pour Akeno d'embrasser une fille morte de rire, mais ce n'est pas désagréable.

Rin finit enfin par se lâcher et libère un nouveau flot de cyprine, mais plus important que le précédent, qui laisse une tache sur le matelas. Après ça, elle s'étale de tout son long, visiblement épuisée, avec encore de légers sursauts dus à sa crise de rire. Akeno se relève et s'allonge à côté d'elle, lui souriant.

« Tu as été une bonne soumise Rin. Maintenant, que dirais tu d'inverser les rôles ? »

L'adolescente n'a pas l'air pas contre, mais elle voudrait peut-être savoir ce qu'elle pourrait lui faire.

« En tant que soumise, j'aime qu'on me passe des glaçons sur le corps. S'il y en a ici, tu verras l'effet que ça me fait, surtout sur mes zones érogènes. Puisque tu es capable de te faire apparaître une bite, j'aurais aussi une autre suggestion : je pourrais m'occuper de ton pénis jusqu'à ce que tu déverses toute ta crème sur mon sale corps de chienne. Et bien sur, je n'ai rien contre une bonne fessée ou des godes dans la chatte.
Mais ce ne sont que des suggestions, c'est à toi de décider... »


Elle l'embrasse rapidement sur la joue.

« ...maîtresse Rin. »



KAEDE

Après avoir présenté ses excuses, Kaede espère qu'Ayako sera plus amicale, mais ce n'est pas le cas. Elle l'oblige à ouvrir les yeux et à la regarder, son langage devient de moins en moins fleuri au fil des minutes, mais la jeune fille à lunettes ne le prend pas personnellement. Elle sait bien que ce n'est qu'un jeu, que sa maîtresse se montre méchante parce qu'elle a besoin de se faire respecter et de rappeler que c'est elle qui commande. Et elle lui obéit parce que c'est son rôle en tant que petite chienne de faire tout ce qu'on lui demande.

Kaede couvre les pieds d'Ayako d'attentions, léchant partout du talon à la plante et suçotant les plus petits orteils, déposant des baisers légers comme des papillons sur tous les endroits qu'elle peut atteindre, le tout sans oublier de complimenter sa maîtresse.

« Vous avez vraiment des pieds splendides maîtresse Ayako. Waf. C'est un honneur pour une sale chienne comme moi de pouvoir les lécher. Waf. »

Finalement, au terme de ses efforts, Kaede voit la capitaine du club de tir à l'arc retirer son pied et la faire redresser sa tête. Elle dit à sa soumise qu'elle a mérité une récompense et, sous ses yeux captivés, la jeune fille à lunettes voit une verge humide sortir du vagin de sa maîtresse. Il lui est ensuite ordonné de supplier pour avoir le droit de sucer cette merveilleuse queue.

« Une vilaine fille comme moi ne devrait pas avoir le droit de toucher votre pénis. Waf. Néanmoins, si vous me donnez l'autorisation de sucer votre belle queue, je vous promets de vous faire très plaisir. Waf. Je vous soulagerai de toute cette semence qui remplit vos boules. Waf. »

En réponse à sa supplique, Ayako hoche la tête. Kaede se laisse amener jusqu'à son pénis encore mou, avec l'ordre de le lécher pour le durcir avant de le sucer.

« Oui maîtresse Ayako. Waf. »

La jeune fille à lunettes lèche le membre de la futa jusqu'à ce qu'il se dresse bien haut et soit assez dur pour rester droit. Après quoi elle le met dans sa bouche et l'enfonce le plus loin possible jusqu'à faire une gorge profonde. Et quand elle débute ses mouvements tout en léchant le membre de tout son long, en insistant bien sur le gland, sa maîtresse ne peut que reconnaître son talent à faire des pipes. Un talent qu'elle a gagné à force d'efforts et d'entraînement.

Depuis qu'elle est assez grande pour savoir ce qu'est le sexe, Kaede a exploré ses fantasmes jusque dans leurs plus profonds recoins, mais elle n'avait jamais osé les réaliser avant sa rencontre avec Shiro. En perdant sa virginité, elle avait aussi perdu ses anciennes inhibitions et avait envie de passer du simple fantasme à la réalité. Par chance, elle pouvait s'entraîner sur Iku autant qu'elle le voulait. Et de toute son exploration, aucune sensation provoquée par la réalisation de ses fantasmes ne lui avait fait plus d'effet que de se mettre un membre long et dur dans la bouche. Bien qu'ayant exclusivement expérimenté sur des godes car elle n'avait jamais eu de relation avec un garçon, elle savait comment faire pour s'occuper d'un vrai pénis car elle avait étudié la morphologie du membre dans des livres de biologie. Combiné à son expertise pour le sexe oral, elle avait vite appris à bien sucer un pénis. Mais maintenant, il fallait voir ce que ça allait donner en vrai.

Trois minutes après le début de la pipe, Ayako gémit plus fort pour signaler qu'elle va jouir. Kaede ne décolle pas sa tête car elle veut sentir le fluide poisseux de sa maîtresse lui remplir la bouche. Malheureusement, il y en a bien plus que ce qu'elle supposait, et elle ne peut pas tout avaler sans risquer de s'étouffer. Les derniers jets finissent sur son visage. Elle se met ensuite à genoux devant la futa, le regard tout penaud comme un chien demandant une caresse.

« Est ce que ma maîtresse est contente de moi ? Waf. »

Un mot gentil. C'est tout ce qu'elle espère.



IKU

Même avec le visage coincé entre les cuisses de Tessia, Iku peut sentir la queue de la succube bouger près d'elle sans la toucher. Et d'un seul coup, elle l'entend claquer dans le vide. Elle glapit de surprise et a envie de tourner la tête pour voir ce qui se passe, mais elle ne peut pas faire ça tout en continuant son cunni, alors elle y renonce. C'est là que sa maîtresse lui dit qu'il est temps de la punir. Et même si elle ne peut pas parler, l'adolescente jubile intérieurement.

Tessia commence par lui caresser doucement les fesses avant de se mettre à les pincer en certains endroits, dont elle peut sentir la peau chauffer et devenir rouge, ce qui la fait couiner d'excitation. Cependant, elle ne s'arrête pas pour autant de faire ce qu'on lui a demandé. Même quand les coups commencent à pleuvoir sur son petit derrière, elle ne cesse jamais de s'activer avec sa langue, bien que ce soit dur de lécher tout en gémissant.

Tessia fesse Iku avec un rythme régulier, à tel point que la soumise peut même prévoir quand va tomber le prochain coup. Cette punition n'a rien d'impressionnante et la jeune fille se demande pourquoi une démone du sexe se montre aussi ramollie. Néanmoins, elle sent bien la peau de son petit cul virer au rouge et devenir toute chaude.

Soudain, Iku sent la queue de sa maîtresse la relever pour la remettre la tête en haut. Elle sent le sang redescendre de sa tête pour retourner dans son corps, ce qui lui donne de légers vertiges. Heureusement que Tessia s'y est prise lentement, sinon elle aurait pu tourner de l'œil.

- Dis-moi Iku, Shiro t'a-t-elle déjà fait essayer le fouet ? Me laisseras-tu jouer de ma queue comme tel sur ton petit corps ?

« Non, je n'ai jamais essayé le fouet, mais j'avoue que c'est tentant. Mais pourquoi me poser la question ? Après tout, en tant que maîtresse, c'est à vous de décider. »

- Pourquoi je te pose la question ? Sache que dans ce genre de jeux, la confiance est primordiale, et que même si c'est toi qui est en position de faiblesse, je ne suis pas ici pour te torturer, mais bien pour te faire prendre ton pied. Sur un mot de toi, tout s'arrête. Alors si tu sens que je commence à dépasser les limites de ce que tu peux tolérer, donne-moi maintenant un mot de sécurité qui signifie "on arrête tout" si tu t'en sers. Tu peux aussi m'en donner un autre qui signifie "ça va encore, mais il faut calmer le jeu" si tu veux… Comme c'est la première fois que je joue avec toi, ces mots sont importants. Je ne connais pas encore tes limites et même avec mes millénaires je ne suis pas à l'abri d'une erreur d'appréciation. Alors si tu veux continuer à jouer, j'attends mes mots de sécurité. Et de grâce, choisit quelque chose qui ne peut pas être mis dans une phrase normalement dans ce genre d'activité. Un truc qui n'a rien à voir avec le sexe, comme une couleur par exemple, serait bien.

La jeune fille réfléchit un peu, et trouve vite des couleurs pour le code.

« Je propose ''Violet'' pour dire ''Un peu plus fort, s'il vous plaît'', en hommage à maîtresse Shiro, ''Rouge'' signifiera ''Un peu moins fort, s'il vous plaît'' et ''Noir'' sera pour dire ''On arrête''. Et si je ne dis aucun de ces mots, c'est que tout va bien. »

Une fois le code établi, la jeune soumise vient se pelotonner à sa maîtresse démoniaque et frotte sa tête entre ses seins.

« Ai-je le droit d'être punie maintenant ? »

Elle sent la queue de Tessia s'approcher de ses petites fesses, les piquer et les frotter. La chitine sur sa peau sensible la fait couiner d'excitation. Puis, d'un seul coup, la queue s'abat sur sa fesse droite. La soumise sursaute et gémit fortement. Le coup est bien plus brutal qu'elle ne l'imaginait.

« Aahh... Rouge... Rouge... »

Le coup suivant se fait avec un peu moins de force, si bien qu'il en est supportable pour Iku. Et à mesure que les coups s'enchaînent, elle sent le plaisir commencer à monter en elle. Tressaillant à chaque coup de queue, elle utilise parfois le code pour bien rester au niveau idéal de force. L'excitation se répand en elle comme une délicieuse noyade. Elle ne pensait pas pouvoir autant apprécier le fouet, mais son derrière lui montre qu'elle se trompait lourdement.

Au final, tous ces coups finissent par la rendre folle de plaisir : son corps gigote dans tous les sens, ses gémissements se transforment en cris et ses mains griffent la peau de Tessia. Quand l'orgasme arrive enfin, c'en est presque une déception pour elle, parce que cela veut dire qu'elle ne va plus être fouettée. Néanmoins, l'expulsion importante de mouille et le soulagement ressenti compense cette déception. Elle s'effondre alors contre le corps de la succube, complètement ramollie.

« Ah... Ah... C'était... génial... mais... je crois... que mes... pauvres fesses... ne supporteront... pas... une autre... punition... »

C'est bien la première fois, de mémoire de Shiro et de ses patientes, qu'Iku demande de son plein gré à ne plus être punie. Heureusement, le reste de son corps est encore en état de recevoir les attentions de sa maîtresse. Une fois qu'elle a repris son souffle, elle pose à nouveau sa tête sur les seins de Tessia pour les utiliser comme oreiller.

« Maîtresse Tessia... vous voulez bien me montrer un autre tour de magie rose ? »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #12 le: Septembre 29, 2015, 03:09:16 »


TESSIA / IKU

Une fois le code de couleur fixé, Tessia sourit doucement à la petit Iku qui vint se pelotonner contre elle, la tête la première entre ses seins.

« Ai-je le droit d'être punie maintenant ? »

- Bien sûr ma chérie, dit la succube en prenant les bras de la jeune lycéenne pour les passer autour de sa nuque. Allez, on monte sur la pointe des pieds et on cambre son joli petit cul tout rouge...

La petite Iku s'étant exécutée, Tessia entrepris de lui fouetter les fesses avec une force raltivement basse qui fit couiner la jeune fille de surprise et de douleur.

« Aahh... Rouge... Rouge... » Gémit-elle, utilisant le code que c'était trop fort.

Tessia hocha la tête et baissa un peu la puissance de son coup suivant, le faisant claquer moins fort sur le derrière de la jeune fille qui cette fois, se contenta de gémir, le plaisir se faisant doucement entendre dans sa voix. Dès lors, Tessia enchaîna à rythme irrégulier ses coups de queues sur les fesses de la patiente de Shiro, les zébrant de marques rouges prononcées, la faisant tressaillir à chaque coup et la sentant y prendre malgré tout un grand plaisir. La petit Iku soupira parfois l'un ou l'autre code de couleur, faisant sourire la succube les rares fois où la couleur violette fut prononcée par sa petite victime.

Elle prend plaisir à donner à la petite masochiste une correction qui de l'extérieure peut paraître effrayante, mais qui pour la victime est une lente noyade dans un enfer agréable et jouissif. Tessia sait très bien ce qu'il se passe dans ce petit corps qui gigote contre le sien. Les claquement répétés sur ses fesses sont en train à chaque fois de faire vibrer l'eau contenue dans le corps de la petite humaine et celle-ci propage ensuite ses vibrations vers ses organes génitaux, faisant vibrer celui-ci et le stimulant par la même occasion. Le plaisir et la douleur étant deux centres très proches dans le cerveau, les deux signaux finissent par s'y mêler pour former un amalgame de douleur et de plaisir indissociable l'un de l'autre.

La succube sent la jeune fille griffer sa peau en se retenant à elle, gémissant, couinant et criant son plaisir et sa souffrance, jusqu'au moment où finalement elle jouit de trop de sensations si intenses. Elle retomba ensuite contre le corps de Tessia qui la rattrapa avant qu'elle ne retombe au sol, gloussant de la voir dans cet état.

« Ah... Ah... C'était... génial... mais... je crois... que mes... pauvres fesses... ne supporteront... pas... une autre... punition... »

- Crois-moi ma chérie, si mes pouvoirs étaient plus hauts, je pourrais continuer à te fouetter et et faire jouir comme ça pendant des jours... s'amusa la démone en caressant la tête de la petite demoiselle.

Celle-ci remit sa tête sur la poitrine de Tessia pour s'y reposer.

« Maîtresse Tessia... vous voulez bien me montrer un autre tour de magie rose ? »

La succube y réfléchit un peu, se demandant ce qu'elle pourrait faire subir à la petite lycéenne. Puis elle eut une idée qui l'amusa.

- Bien sûr... Je vais même te faire une petite surprise...

Tessia prit doucement les poignets de la petite Iku pour les passer dans le dos de celle-ci et fit apparaître une paire de menottes à fourrure verouillée autour des poignets de la lycéenne. Puis, elle descendit doucement ses mains sur les fesses meurtries de la petite lycéenne. Et usant de ses pouvoirs, elle effaça consciencieusement les marques rouges et remit presque à neuf la peau du petit cul rond d'Iku. Le presque étant qu'elle avait toujours le derrière sensible, mais dans quelques heures elle ne le sentirait plus. Puis, la succube souleva Iku pour la coucher sur le canapé qu'elle occupait et se leva en face d'elle, gigantesque créature démoniaque aux ailes de cuir et à la silhouette découpée de blindage de kératine. La succube posa ensuite la main sur son pubis et une lueur rosâtre envahi son bas-ventre dont sorti lentement et avec un bruit humide, un long pénis qui pointa en direction de la jeune fille. Tessia sourit puis s'assit pour placer son nouveau membre entre les seins d'Iku, déposant son gland sur la bouche de celle-ci.

- Voici ton tour de magie. Remontre-moi comme tu es douée avec ta langue petite chose perverse... Sourit la démone.






RIN / AKENO

Rin avait une nouvelle fois joui de rire dans la même journée. Ça commençait à faire beaucoup de crises de rire pour son pauvre petit cœur. Sa maîtresse temporaire, Akeno, l'avait chatouillée sans pitié, partant du bas jusqu'en haut, la torturant en la forçant à rire jusqu'au moment où elle avait finalement joui, expulsant son plaisir dans un énorme cri de rire et de jouissance. Puis elle s'était effondrée, hors d'haleine. Mon dieu, que ça a avait été bon !

Elle soupira en sentant la jeune fille s'allonger à ses côtés, se demandant comment sa maîtresse allait la déguster ensuite.

« Tu as été une bonne soumise Rin. Maintenant, que dirais tu d'inverser les rôles ? »

Rin hausse les sourcils d'un air surprise. Elle ne s'attendait pas à ce que sa camarade de lycée lui propose de switcher les rôles. Et aussi, elle avait bien sûr tenté quelques fois avec Tessia d'être du côté dominante, mais elle se sentait très mal à l'aise de devoir traiter sa maîtresse si mal et même si la succube s'était assurée que les séances où Rin avait testé la domination soient malgré tout réussies, Rin restait incertaine et mal à l'aise au sujet de sa capacité à dominer. Elle enviait la facilité d'Ayako de considérer ça comme un simple jeu et de pouvoir simplement se laisser aller. Mais pour Rin, dominer quelqu'un n'était pas anodin. Il fallait de la confiance dans les deux sens et de l'expertise. Et même si Rin avait un peu d'expertise, elle préférait de loin se laisser aller entre les mains des autres que de prendre la responsabilité du jeu. Tout simplement parce qu'elle était terrifiée à l'idée de faire une bêtise ou de casser l'ambiance sans le vouloir.

Elle leva un regard interrogateur en direction de Tessia, mais celle-ci était très occupée à profiter d'une fellation de son membre masculin par la gourmande petite Iku. Incertaine, la brune se tourna vers Akeno.

- Qu'est-ce que tu voudrais que je te fasse exactement ? Demanda-t-elle d'un ton dubitatif.

« En tant que soumise, j'aime qu'on me passe des glaçons sur le corps. S'il y en a ici, tu verras l'effet que ça me fait, surtout sur mes zones érogènes. Puisque tu es capable de te faire apparaître une bite, j'aurais aussi une autre suggestion : je pourrais m'occuper de ton pénis jusqu'à ce que tu déverses toute ta crème sur mon sale corps de chienne. Et bien sur, je n'ai rien contre une bonne fessée ou des godes dans la chatte. Mais ce ne sont que des suggestions, c'est à toi de décider... »

Rin réfléchit quelques secondes. Des jeux avec des glaçons ? Il y avait bien de la glace dans le frigo. Donc elle pouvait en obtenir facilement. Un sexe masculin ? Ça aussi elle pouvait avoir un facilement avec ses pouvoirs.

Puis elle senti la jeune Akeno lui faire un bisou sur la joue.

« ...Maîtresse Rin. »

La jeune fille tressaillit et se senti toute chose. Contrairement à Tessia qu'elle avait toujours considérée comme supérieure à elle dans presque tous les domaines, Akeno était moins... Impressionnante ? Grandiose ? Rin n'était pas sûre du terme, mais elle se senti moins mal à l'aise à l'idée de soumettre une demoiselle de son âge que sa maîtresse démoniaque.

- Bon, ok... Mais une maîtresse menottée, ce n'est pas très pratique... Fit remarquer Rin avec un petit rire en secouant les chaînes de ses menottes.

Akeno s'empressa de reprendre la clé de celles-ci et de détacher Rin qui se massa les poignets afin de contrôler que tout allait bien, mais les menottes n'avaient pas été trop serrées. Elle se releva et considéra la jeune fille à genoux sur le matelas.

Oui... Je pense que je peux le faire... Pensa la brune en lui souriant doucement.

- Bon... Alors ma petite esclave... On va commencer par définir nos mots de sécurités avant toute chose... Lui indiqua Rin d'une voix suave tout en s'asseyant sur ses talons devant elle, ses coudes reposant sur ses genoux.

Sans surprise, Akeno sorti exactement les mêmes couleurs qu'Iku, ce qui allait faciliter la compréhension  d'un peu tout le monde ici. Rin hocha la tête après l'avoir écoutée et posa sa main sur les cheveux d'Akeno qu'elle caressa doucement.

- Bien... Maintenant que tu es ma petite esclave lubrique, je crois qu'il est temps que je commence à me servir de toi...

La jeune fille tâtonna de sa main libre pour récupérer le gode vibrant qu'elle avait donné plus tôt à celle qui était maintenant son ex-maîtresse. Elle le prit en main et sourit en le léchant longuement devant la patiente de Shiro.

- Hmmm... Tu le veux ça, hein ? Lui demanda-t-elle d'un ton joueur. Comment est-ce qu'on demande les choses quand on est une esclave bien élevée ? Demanda Rin sans se départir de son air joueur.

Elle écouta la réponse qui lui était faite. La jugeant satisfaisante et surtout bien assez salope et soumise à son goût, Rin repoussa sa jeune esclave pour qu'elle s'allonge sur le futon qu'elle avait déjà tâché.

- C'est bien, tu es une bonne esclave Akeno. Maintenant tu vas écarter les cuisses bien gentiment pour moi...

Rin la regarda s'exécuter avec un sourir, puis elle activa la fonction vibrante du gode. Elle n'allait pas le rentrer comme ça, ce serait trop barabre. Le gode était en train de sécher de sa propre cyprine et elle ignorait si Akeno mouillait assez pour le moment. Alors elle devait s'assurer d'une lubrification correcte des deux parties. C'est pourquoi Rin se pencha sur l'entrejambe de la patiente de shiro et commença à caresser doucement son intimité avec le gode tout trémoussant et vibrant, insistant longuement sur son clitoris et l'entrée de son vagin pour qu'elle mouille assez pour lubrifier sa fente et au passage que le surplus vienne préparer ce qui allait bientôt se trouver en elle.

Cinq minutes de cette douce torture plus tard, Rin estima que le gode était assez lubrifié pour Akeno qui elle-même dégoulinait sur le futon.

- Qui est la petite salope qui va avoir un gros jouet dans son orifice préféré ? Demanda Rin d'un air joueuse avant de pousser délicatement le jouet dans l'intimité de sa petite esclave.

Rin se rendait bien compte que le jouet pouvait être gros, surtout car elle avait pris l'habitude d'être bien remplie quand elle jouait avec Tessia. Aussi s'y prit elle lentement pour le faire entrer. Poussant un petit bout avant de le retirer légèrement en arrière puis de le repousser un peu plus loin et de continuer en scrutant consciencieusement le visage d'Akeno afin de s'assurer que c'était bien du plaisir qu'elle ressentait. Elle poussa ainsi le gode autant qu'elle l'osa, laissant dépasser un bout hors de l'intimité d'Akéno. Elle lui sourit ensuite très tendrement et caressa sa joue tout en laissant le jouet continuer à vibrer et se tortiller allègrement dans l'intimité de la jeune fille.

- Tu es une bonne petite esclave très courageuse ma chérie, lui souffla Rin d'une voix chaude. Maintenant tu vas te mettre à quatre pattes et je vais m'asseoir sur ton dos. Tu va m'emmener au frigo pour que je puisse y prendre tes glaçons.

Ce disant, Rin prit la cravache et se releva également, attendant que la patiente de Shiro s'exécute tout en jouant avec l'outil entre ses mains.

Ce n'est pas si compliqué au final... Songea-t-elle en attendant que sa petite esclave s'exécute.




SAKURA / SHIRO

Sakura se laissa traire en gémissant de plaisir. Non seulement elle trouvait très agréable de se faire tirer son lait, mais en plus la sensation de soulagement sur son sein était tout aussi agréable.

- Hoooooo... Hmmmmm... Merci Maîtresse Shiro... Haaaaa... J'espère que mon lait est assez bon pour vous... Pardon d'avoir été si vilaine avec vous... couina et gémit la jeune fille.

Elle se trémoussa, toujours attachée, sur les genoux de sa partenaire tout en gémissant de bonheur, son excitation la faisant dégouliner sur les cuisses de l'infirmière. Et Shiro téta, et téta, et tira sur son sein tant et plus que celui-ci reprit une taille normale. Et Sakura était déjà excitée et chaude comme une petite chatte en chaleur. Puis l'infirmière attaque son second sein et commença à partager ce délice lacté avec elle en l'embrassant. Sakura se mit à gémir de plus belle, embrassant passionnément Shiro alors que son propre lait la mettait au supplice, boutant le feu à ses orifices déjà brûlants et incendiant son ventre de passions. Elle se mit à haleter fortement et commença à transpirer tant son corps était chaud, comme si elle avait une subite poussée de fièvre.

« Maintenant que j'ai bien bu, il faut que je mange. Et j'ai décidé que c'est toi que j'allais manger. Mais crois moi, tu vas adorer ça. »

- Ho oui maîtresse Shiro... Mangez-moi... Soupira lascivement l'adolescente. Je suis toute à vous... Pitiez... Faites de moi tout ce que vous voulez... Demanda la timide jeune fille, en sentant le moindre déplacement d'air sur sa vulve gonflée de plaisir ou ses seins hyper-sensible après leur traite.

Elle ne fut pas déçue, l'infirmière dévora son corps, le couvrant de baisers et de caresses. Mais Sakura était si excitée que dès que l'infirmière rejoignit sa première zone érogène, elle jouit presque instantanément dès les premiers coups de langue. Mais Shiro continua à la mettre au supplice, lui infligeant encore deux orgasmes terrifiants de force par ses simples caresses et baisers. Puis l'infirmière décida que c'était son tour d'en profiter et vint s'asseoir sur le buste de sa petite victime, présentant sa propre intimité dégoulinante en face de la bouche de Sakura avant de lui ordonner de nettoyer ce qu'elle avait si lubriquement provoqué avec son lait de petite salope.

- Oui Maîtresse Shiro... Sakura est une vilaine salope... Sakura s'excuse d'être si lubrique... Elle va tout nettoyer...

Ce disant, La jeune fille releva la tête et sorti sa langue pour laper avidement la vulve gonflée de l'infirmière et passa soigneusement celle-ci partout, récoltant la moindre goutte de cyprine mélangée de sueur. Glissant longuement sur le bouton de plaisir de l'infirmière, elle finit par laper avidement l'entrée de son jardin secret qui s'inonda de jouissance féminine dès qu'elle fit mine d'y glisser sa langue tant Shiro était excitée. Mais Sakura continua quand-même pour offrir un cunnilingus d'anthologie à sa maîtresse temporaire et la faire grimper aux rideaux du plaisir. Shiro avait goûté suffisamment d'aphrodisiaque dans un seul sein de Sakura pour rendre toute chose une classe entière de jeunes filles. Alors avec sa libido déjà vaillante en temps normal, il serait surprenant que l'infirmière ne déborde pas sous peu pour réclamer plus de plaisir pour elle-même.




AYAKO / KAEDE

Ayako sourit en sentant la jolie Kaede lui tailler une divine pipe. Pour une fille qui prétendait n'avoir jamais rien fait avec un garçon, elle s'y prenait drôlement bien. Elle gémit doucement et tressaillit dans son siège pendant que la tête aux cheveux roses de la jeune lunatique allait et venait le long de son membre dressé, la prenant en gorge profonde aisément.

Elle a déjà sucé avant, c'est pas possible autrement. Peut-être ses copines avec des godes-ceinture ?

Mais Ayako n'en avait cure. Elle sentait cette jolie petit timide lui faire une fellation absolument royale, alors elle en profitait au maximum. Elle en profita si bien qu'elle senti qu'elle allait bientôt rendre sa crème après seulement quelques minutes de ce traitement. Elle commença à frémir plus fort, mais Kaede ne bougea pas de position initiale, continuant à la sucer sans s'arrêter.

Finalement, Ayako serra les dents et joui dans un grognement étouffé de plaisir, inondant la bouche de sa petite chienne au point que celle-ci dût se retirer et prendre les derniers jets sur la figure. Elle reprit doucement son souffle pendant que Kaede s'agenouilla en face d'elle, l'air un peu gênée.

« Est ce que ma maîtresse est contente de moi ? Waf. »

Ayako laissa durer un instant de silence avant de sourire à sa camarade de lycée.

- Ho oui, tu as été merveilleuse ! Dit-elle en agenouillant à son tour.

Puis sans prévenir, elle prit délicatement le menton de Kaede et la regarda d'un air très tendre.

- Ma pauvre, tu es toute sale... Attends...

Ayako se pencha en avant et sorti sa langue pour commencer à lécher sa propre semence sr la figure à Kaede, prenant son temps pour bien la nettoyer avant de finalement l'embrasser dans un long et lent baisé gluant. Elle le rompit quand elle n'eut plus d'air, mais continua à fixer intensément sa petite Kaede.

- Tu a été une très bonne petite chienne. Je t'adore ma chérie... Dit Kaede avant de faire un bisou au coin de sa bouche puis de profiter que la jeune fille était attachée et sans défense pour descendre sa tête et commencer à embrasser ses seins. Elle les couvrit de baiser, évitant les auréole et les tétons pour le moment avant de finalement les lécher puis les suçoter. Elle continua encore une longue minute avant de glisser une main jusqu'à l'intimité de Kaede et commencer à titiller ses lèvres intime et son bouton de plaisir.

- Jolie chienne... Je vais te faire jouir comme tu n'a jamais connu ma douce Kaede... Ma petite chienne lubrique... Souffla Ayako aux oreilles de la jeune fille attachée tout en contrôlant que ses doigts étaient bien humide des humeurs de sa victime.

Satisfaite, elle coucha Kaede sur le flanc avant de la faire rouler sur le ventre, toujours attaché, puis elle se coucha sur elle, glissant sa tête dans le creux de con cou.

- Tiens ma chérie, une jolie récompense pour toi... Murmura Ayako à Kaede en la pénétrant très lentement dans son intimité humide.

Tout comme Rin plus tôt, Ayako poussa sa verge par petit coups, revenant toujours un peu en arrière pour que la chatte de sa partenaire puisse s'habituer aisément à la grosseur de son sexe. Puis quand elle fut au fond, elle laissa passer un instant de pause où elle resta immmobile, embrassant la jolie lycéenne dans le cou. Enfin, elle commença à faire de doux vas-et-viens et commencer ainsi à faire l'amour à Kaede avec tendresse mais aussi passion.

- Haaannnn... C'est bon ma petite chienne.... Hnnnnnn... Hoooo... Comme j'aime ta chatte !
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Shiro Ishimi
E.S.P.er
-

Messages: 270


Ne vous en faîtes pas, ça ne fera pas mal


Voir le profil
FicheChalant
Description
Shiro Ishimi est une infirmière lesbienne. E.S.P.er de naissance, elle peut réduire les inhibitions d'une personne. Elle travaille au lycée Mishima.
« Répondre #13 le: Octobre 05, 2015, 07:18:11 »

SHIRO

- Ho oui maîtresse Shiro... Mangez-moi... Je suis toute à vous... Pitiez... Faites de moi tout ce que vous voulez...

Shiro ne se fait pas prier pour répondre à la demande de Sakura, et se jette voracement sur ses lèvres pour l'embrasser avec passion et sauvagerie. Tout ce lait aphrodisiaque l'a rendue affamée de sexe, et la jeune fille va en faire les frais. Quand l'infirmière se sépare de sa bouche, c'est pour aller attaquer son cou à coups de baisers, de léchouilles et de petites morsures, pendant que ses mains glissent jusqu'aux hanches de sa victime pour les caresser sensuellement. Mais dès qu'elle a commencé à s'attaquer à la peau fine de son petit cou, la jeune femme entend la lycéenne pousser un fort gémissement qu'elle reconnaît clairement comme celui d'un orgasme. Il semble que tout le lait qu'ait ingurgité Sakura l'ait rendu extrêmement sensible aux caresses sur ses zones érogènes. Inutile de dire que Shiro est très enthousiaste en le comprenant. Elle va faire la joie de cette jeune créature en très peu d'effort, et lui faire enchaîner les orgasmes jusqu'à ce qu'elle soit littéralement à sec.

Après son cou, l'infirmière fait glisser sa langue jusqu'aux seins de sa victime. Avec quelques coups de langue sur ces deux globes, elle arrive à faire jouir sa partenaire encore deux fois. Et pourtant, la jeune fille est toujours aussi chaude, de même que la jeune femme. Voir cette petite se lâcher trois fois en si peu de temps l'a rendue très fébrile : elle meurt de chaud comme si elle avait la grippe, ses seins sont si lourds qu'elle les croirait remplis de cailloux, et sa vulve ressemble à un torrent de cyprine. Elle se dit alors qu'il est temps pour elle de profiter un peu des talents de la lycéenne. Elle vient donc s'asseoir sur son buste et lui présente son intimité imberbe et humide.

« Regarde ce que tu provoques en moi Sakura. J'espère que tu vas réparer ça et me nettoyer... ma petite cochonne lubrique... »

Après s'être excusée d'être aussi vilaine, Sakura se lance à l'assaut du sexe de Shiro, qu'elle lèche allègrement pour en récolter la moindre goutte de mouille ou de sueur. Ses gestes rendent la jeune femme encore plus humide, et son liquide intime se déverse comme une cascade semblant ne pas avoir de fin. Elle peut sentir la petite langue rose de la jeune fille jouer avec sa fente, avec son clitoris, puis entrer en elle pour lui donner encore plus de plaisir. Tout ça est si bon, oh oui si bon !

« Aaahhh... Oh Sakura... Aaahhh... »

En un rien de temps, Shiro atteint l'orgasme et.. oh surprise ! Sa mouille est éjectée dans une puissante éjaculation féminine, tel un geyser de cyprine qui prendrait sa source dans son intimité ruisselante. Le visage de Sakura est entièrement recouvert du précieux liquide. Ce qui est étrange, c'est que l'infirmière n'a jamais été une femme fontaine, et que le volume de liquide expulsé n'a rien de normal, c'est au-delà de toutes les limites médicales qu'elle connaît. Du coup, elle en conclut que c'est un effet secondaire du lait qu'elle a ingéré. Mais alors, pourquoi sa partenaire n'a pas elle aussi eu des orgasmes aussi violents ? Peut-être une meilleure tolérance ?

Chassant ses questions de son esprit, la jeune femme se concentre à nouveau pleinement sur son envie de sexe toujours aussi forte. Et elle croit savoir comment la satisfaire au mieux. Elle s'écarte donc du corps de la lycéenne et vient placer sa vulve contre la sienne, formant ainsi la position des ciseaux, idéale pour les plaisirs saphiques.

« Hum, petite Sakura... prépare toi à grimper aux rideaux... »

Shiro remue son bassin sans prendre le temps de s'échauffer, elle va directement au rythme normal pour l'acte sexuel parce qu'elle et Sakura sont déjà bien échauffées et qu'elle a trop envie de jouir pour attendre. En seulement quelques minutes de ce traitement, la jeune femme fait fonctionner son corps en automatique, son cerveau ayant rendu l'âme depuis le cunni d'il y a peu, et la jeune fille a le visage tellement révulsé qu'il est impossible de dire si elle est toujours consciente de ce qui se passe.

Les deux partenaires jouissent une fois, puis une autre, et une autre... Ce n'est qu'au quatrième orgasme d'affilé qu'elles s'accordent enfin une pause. Shiro est à bout de forces : l'adrénaline diffusée dans son corps sous l'effet de l'excitation a été totalement diluée, son corps est perclus de courbatures de la tête aux pieds et ses parties intimes sont en feu, sauf que ça n'a rien d'agréable. Il lui paraît impossible de reprendre avant un bon moment sans aide magique de sa chère succube.



AKENO

Akeno s'attend à ce que sa proposition fasse plaisir à Rin, mais cette dernière semble hésiter bien qu'elle ait frémi de la possibilité de jouer le rôle de la dominante. Pourtant, au terme d'une petite réflexion, elle décide d'accepter et demande à sa nouvelle soumise de la détacher.

« Tout de suite maîtresse. »

Akeno se dépêche de prendre la clé et de libérer Rin de ses menottes, puis elle se met à genoux devant elle, attendant ses instructions. La première est de définir les mots de sécurité pour éviter que les choses ne dérapent.

« Eh bien... Je suggère ''Violet'' pour y aller plus fort, ''Rouge'' pour y aller moins fort et ''Noir'' pour arrêter. »

La jeune fille a choisi les mots de sécurité qu'elle a entendu de la bouche d'Iku un peu plus tôt. Pourquoi s'embêter à en trouver d'autres quand il est si simple d'en utiliser des déjà existants ? Suite à son choix, la jeune magicienne vient lui caresser les cheveux en lui disant qu'elle va commencer à s'amuser avec elle. Sans la quitter des yeux, elle prend le gode au sol qui était avant ça dans son intimité de soumise. A présent qu'elle est la maîtresse, elle a la joie de narguer la dominée en le léchant devant ses yeux. La lycéenne aux cheveux roses en tremble d'envie.

- Hmmm... Tu le veux ça, hein ?Comment est-ce qu'on demande les choses quand on est une esclave bien élevée ?

« Maîtresse Rin, votre petite soumise vous supplie de bien vouloir lui accorder le plaisir de sentir ce gros jouet remuer dans son intimité de vilaine fille lubrique. »

- C'est bien, tu es une bonne esclave Akeno. Maintenant tu vas écarter les cuisses bien gentiment pour moi...

Akeno ne se fait pas prier et écarte bien grand pour bien dévoiler son intimité épilée et un peu mouillée. Rin ne met pas le jouet en elle tout de suite, elle commence par le mettre en mode vibrant et se penche vers l'entrejambe de sa soumise pou caresser son intimité avec, insistant sur son clitoris pour qu'elle mouille bien. La lycéenne aux cheveux roses remue sur place tout en couinant. Ce petit plaisir simple est à la fois grisant et frustrant, ce qui en fait le prélude parfait. Cette douce torture dure pendant cinq minutes, cinq minutes de pur plaisir, puis la maîtresse décide qu'il est temps de la pénétrer.

- Qui est la petite salope qui va avoir un gros jouet dans son orifice préféré ?

Portée par la voix joueuse et l'excitation du moment de voir sa maîtresse lui parler comme à une enfant, la soumise décide de lui répondre de la façon qui lui semble le plus appropriée, avec une mine ravie sur le visage.

« Moi ! Moi ! »

Akeno sent le gode rentrer lentement en elle ; il avance, recule un peu, puis avance à nouveau, partie par partie, jusqu'à ce qu'il soit complètement au fond d'elle, hormis un petit bout qui reste dehors. La lycéenne se tortille comme un lombric sans interruption pendant toute l'introduction du jouet en elle, et continue même après, tandis qu'il remue dans son intimité. Rin vient lui caresser la joue et profiter de la joie de voir sa petite soumise remuer dans tous les sens. Elle lui donne un nouvel ordre : se mettre à quatre pattes et l'amener jusqu'au frigo pour qu'elle y puisse y prendre des glaçons. La jeune fille aux cheveux roses ne peut que se sentir plus heureuse en imaginant ce qui va lui arriver et se dépêche de se mettre en position de monture. Sa maîtresse monte sur son dos, et elle découvre alors que cette dernière pèse bien moins lourd que ce à quoi elle s'attendait. Le chemin sera peut-être long, mais elle atteindra le frigo.

Akeno avance à quatre pattes avec un peu de difficulté, mais a les meilleures motivations du monde : savoir qu'elle va avoir des glaçons sur son corps, et des petits coups de cravaches sur ses fesses qui l'excitent tout particulièrement. Elle laisse derrière elle une trace de cyprine en ligne continue, signe de sa forte excitation, et de petites flaques qui correspondent aux moments ou elle a reçu ses petites fessées de motivation. En à peu près trois minutes, elle atteint la cuisine et sa maîtresse va prendre les glaçons dans le frigo. Le trajet retour prend un peu plus de temps, en partie parce qu'Akeno est toute fébrile à cause du jouet qui se tortille dans son sexe et parce qu'elle aime recevoir des coups de cravache sur son petit cul. Une fois arrivée à destination, elle attend que sa maîtresse descende de son dos pour s'étaler de tout son long sur le futon. La pauvre est à bout de forces.

« Aahh... maîtresse... je n'en... peux plus... je vais... je vais... AAAAHHHH ! »

Le gode finit par avoir raison de la résistance de la lycéenne, qui se laisse aller à la jouissance avant de vraiment se détendre de tout son long et de s'étaler sur le dos. C'est seulement après que Rin vient lui demander ce qu'elle doit faire avec les glaçons pour que ça soit agréable.

« Aahh... Il faut... les passer... sur mon... kyah... corps... hum... lentement... ne pas... les laisser... trop longtemps... oh... au même endroit... »

Maintenant, il faut espérer que la jeune fille sache s'y prendre correctement. Pour sa part, Akeno a totalement confiance en sa maîtresse. Jusqu'à maintenant elle ne lui a fait que du bien. Pourquoi ça changerait ?



KAEDE

Tout individu arborant un sexe masculin, que ce soit un homme ou une futa, sait apprécier une bonne pipe. Et s'il y avait des titres honorifiques dans cette pratique sexuelle, alors Kaede serait sûrement nommée ''senseï'' de part sa maîtrise. Et même Ayako peut le reconnaître : après un moment de silence, elle sourit à sa camarde de lycée et s'agenouille devant elle en lui disant qu'elle a été merveilleuse. Après ça, elle lui prend le menton et la regarde tendrement tandis qu'elle lui lèche le visage pour enlever tout le sperme qui s'y trouve avant de l'embrasser pour partager ce même sperme avec sa petite soumise. Cette dernière en profite pour avaler ce qu'il reste de semence en bonne petite chienne. Quand le baiser se rompt, elle manque de souffle et ne peut pas parler pour remercier sa maîtresse.

Dans la seconde qui suit, Kaede voit Ayako lui faire un bisou au coin de sa bouche puis s'attaquer à ses seins. La jeune fille à lunettes gémit de plaisir en sentant la langue de sa partenaire agacer ses tétons pendant une longue minute jusqu'à ce qu'elle gémisse plus à cause de la main qu'elle sent sur son intimité. Sa maîtresse semble avoir l'intention de s'occuper de sa petite chienne plus intimement. La lycéenne se laisse coucher sur le flanc, puis sur le dos, et frémit quand elle sent la capitaine du club de tir à l'arc s'allonger sur son dos. Elle peut sentir son souffle dans le creux de son cou et sa verge près de ses lèvres intimes.

Kaede tremble de plus en plus à mesure que le pénis d'Ayako s'enfonce en elle, lentement, sans brusquer, comme une amante amoureuse le ferait, sans compter les baisers dans son cou.

« Oouuhh... maîtresse... votre sexe... est si gros... waf... »

La dominante fait de lents va-et-viens dans l'intimité de sa soumise, et cette dernière en gémit et couine de joie comme si elle était un vrai chien. Au début, cette pénétration lui fait du bien mais sans plus. Mais à mesure que les choses progressent et que les secondes passent, ses instincts primaires et son goût pour la multi-pénétration se réveillent. Son anus se dilate comme par magie et elle ouvre grand la bouche sans même s'en rendre compte. En revanche, sa maîtresse s'en est rendue compte et ses doigts se glissent dans les trous ouverts pour faire grimper sa soumise au septième ciel bien plus vite. Sentir ces doigts s'agiter dans ses fesses et dans sa bouche font totalement déconnecter le cerveau de la lycéenne à lunettes ; ses yeux se révulsent et sa bouche produit une quantité impressionnante de salive, qui recouvre les doigts de la capitaine de club. Toute cette activité dans tous ces trous lui donnent l'impression de planer sous l'effet du plaisir.

Quand l'orgasme arrive enfin, Kaede se tortille beaucoup et convulse comme un poisson hors de l'eau, mais ne relâche que très peu de cyprine, le passage est bloqué par l'impressionnante virilité d'Ayako. Cependant, cette dernière n'a pas encore joui. Trop secouée par la jouissance, la lycéenne à lunettes ne peut rien faire pour s'opposer à sa partenaire. Peu importe par où elle veut la prendre, la maîtresse ne rencontrera aucune résistance de sa petite soumise.



IKU

Après un temps de réflexion, Tessia présente un autre tour de magie rose à Iku : elle passe ses poignets dans son dos et fait apparaître une paire de menottes en fourrure pour les lui attacher. Ensuite, elle pose ses mains sur les fesses rouges et meurtries de la lycéenne et, en faisant usage de ses pouvoirs, en fait disparaître les marques rouges. Le petit cul rebondi de la soumise est comme neuf, du moins en apparence. Pour Iku, rien n'a l'air d'avoir changé puisque la douleur n'est pas partie. Cependant, après avoir jeté un coup d’œil derrière son épaule, le peu de champ de vision qu'elle a sur son arrière-train lui permet de bien voir que sa peau est redevenue beige.

« Oh maîtresse ! Merci de m'avoir soignée. J'ai hâte de ne plus avoir mal pour pouvoir à nouveau sentir vos mains malmener mon petit cul-cul. »

Après ça, Tessia se lève du canapé et couche sa soumise à sa place avent de se mettre face à elle. La jeune fille est impressionnée par la taille massive de sa maîtresse, par ses ailes de cuir et sa queue blindée qui évoque en elle des souvenirs lubriques. Elle la regarde ensuite avec intérêt porter une main à son entrejambe, qui émet alors une lumière rose, et voit avec stupeur un pénis long, dur et humide sortir de la fente de la succube avec les testicules roses qui vont avec. La créature place son nouvel appareil génital entre les seins de son esclave, le gland enfoncé dans sa bouche et lui ordonne de lécher. Bien entendu, la lycéenne aux cheveux roses ne peut qu'obéir et acquiesce.

Quand il s'agit d'utiliser sa langue, Iku est bien plus douée quand il s'agit de faire des cunni. Les fellations, c'est le domaine de Kaede. Cependant, Tessia lui a donné un ordre, elle doit donc faire ce qui lui a été demandé. Elle penche son corps en avant pour atteindre la verge avec sa bouche, puis se met à la lécher de tout son long avec sa langue comme si c'était une glace. Elle n'est peut-être pas aussi douée avec un pénis qu'avec une vulve, mais ce n'est pas pour autant qu'elle est incapable de se débrouiller. Bien que n'ayant eu à ce jour que des relations homosexuelles, la jeune fille a pu s'entraîner avec ses amies en suçant des godes-ceintures et se créer ainsi une petite maîtrise de la fellation.

Après avoir bien léché le membre de tout son long, Iku se décide enfin à le mettre dans sa petite bouche pour lécher et aspirer le gland du mieux qu'elle peut. Et Tessia a l'air d'apprécier, puisqu'elle tremble d'excitation sur place et répète qu'elle aime ce que sa soumise lui fait. Cette dernière se contente de répondre en agissant, en suçant toujours mieux le long et dur membre qui s'agite autour de sa langue. Pour elle, chaque secousse de ce joli bout de viande est un synonyme de plaisir, et le plaisir de sa maîtresse fera ensuite le sien. Peut-être même lui accordera-t-elle une autre fessée quand son petit cul ne lui fera plus mal.

Cela prend du temps mais, au terme d'efforts constants, Iku arrive à faire jouir Tessia, qui ordonne à sa petite soumise de garder tout le sperme en bouche. L'action est difficile pour la jeune fille car le pénis de la succube libère beaucoup de sa semence, et elle est obligée d'en avaler une petite gorgée pour ne pas s'étouffer.

Alors c'est ça le goût du sperme ? Hum... Je préfère la cyprine.

Difficile de dire ce que la démone du sexe va faire de sa ''victime'' avec toute cette crème dans sa bouche.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Tessia
Avatar
-

Messages: 955


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
FicheChalant
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« Répondre #14 le: Janvier 18, 2016, 03:16:16 »


TESSIA / IKU

La succube avait laissé la lycéenne la sucer jusqu'à ce qu'elle en jouisse avec délectation. Elle était douée, même si elle avait connu plus dégourdies. Il lui semblait que la jeune fille à Lunettes, Kaede, s'était montrée plus inventive dans sa manière de sucer Ayako. Il faudrait qu'elle teste les fellations de cette lycéenne aussi songea la démone.

Sans se retenir, elle jouit dans la bouche de la jeune Iku, y déversant une grosse quantité de foutre chaud et crémeux.

- Garde tout en bouche ma jolie petite salope… Commanda Tessia en regardant la lycéenne peiner à recevoir tout ce sperme dans sa petite cavité buccale.

Elle s'amusa de voir celle-ci avaler de discrètes petites gorgées pour compenser ce que sa bouche ne pouvait contenir. Elle se demanda quel goût la jeune fille allait lui trouver et si elle apprécierait ça.

- Bien… Tu es une bonne petite chienne Iku… S'amusa Tessia en se reculant sur le corps de la lycéenne pour se pencher ensuite sur elle.

Elle amena son visage suffisamment près de celui de la petite soumise pour que celle-ci puisse sentir son haleine chargée de luxure.

- Hmmmm… Toute cette crème… Petite gourmande va. On partage ? Demanda Tessia d'une voix joueuse avant de commencer à embrasser Iku, goûtant sa propre semence tout en se lançant dans un baiser profond et passionné avec la lycéenne surexcitée.

Tout en faisant cela, la succube écarta doucement les cuisses de la jeune fille et se mit à agacer sa vulve de ses doigts agiles. Elle était déjà trempée, mais elle se mit en devoir de la rendre encore plus humide. Titillant son clitoris et caressant ses lèvres intimes. La succube fit même tourner un doigt sur l'anus de la demoiselle pour la laisser dans l'expectative de quel trou elle prendrait en premier.

Puis la succube cessa le baiser après de longues minutes d'embrassades, laissant la jeune fille haletante entre ses bras. Tessia avait plus ou moins avalé le sperme contenu dans la petite bouche d'Iku, et laissé celle-ci avaler le reste quand elle avait finalement manqué d'air afin qu'elle puisse respirer par la bouche elle aussi.

- Tu es à moi… Gloussa la succube en commençant alors à pousser son énorme gland contre la petite vulve de la lycéenne. Je vais te déformer et faire de toi un ornement à phallus plutôt fantaisiste… Lui souffla la succube en usant alors de magie pour rendre plus facile la pénétration en détendant un peu les tissus du vagin de sa victime.

Mais la succube, sous sa forme naturelle, avait un chibre énorme, surtout avec ses deux mètres vingt de haut et le fait qu'elle était membrée en conséquence, et bien membrée. Elle poussa, petit à petit, faisant de cours mouvements ver l'avant avant de revenir un peu en arrière et de repousser à nouveau vers l'avant.

Sa victime senti son intérieur se tendre à se rompre. La succube usa de ses pouvoirs pour qu'elle y éprouve du plaisir, mais n'atténua pas entièrement la douleur. Ikus subissait l'invasion vaginale la plus colossale de sa vie. Son ventre se distendait d'ailleurs sous cette pénétration extrême. Et pourtant, la petite criait de plaisir et l'encourageait à continuer, la suppliant presque d'y aller plus fort.

Quand enfin la succube fut au fond du vagin de sa victime,, sa queue étant encore pour au moins dix centimètres à l'air libre, touchant le col de l'utérus de cette dernière, elle commença alors à faire des mouvements de vas-et viens. Et entre ses mains, la pauvre petite Iku hurla de plus belle et jouit prématurément de tant de douleur et de plaisir combiné. Mais Tessia n'allait pas s'arrêter là. Elle continua, à baiser le petit corps qui lui était offert jusqu'au moment où elle eut sa propre jouissance, éjaculant si fort et si copieusement dans l'utérus de sa victime que des filets de foutre s'évadèrent du vagin de la petite lycéenne. La succube savait que la petite aux cheveux rose avait joui plusieurs fois. Après tout, elle l'avait baisée de plus en plus fort pendant presque quarante minutes sans interruption.

- Maintenant tu es à moi… Lui souffla encore une fois la succube d'une voix suave. Je ferais de toi tout ce qu'il me plaira, te transformerait en pute assoiffée de sexe, te ferais récurer mes sols et te traiterais pire qu'une chienne en échange de défoncer parfois tes orifices… Lui murmura Tessia en la retournant sur le ventre pour ensuite commencer à caresser l'anus de la petite demoiselle avec son énorme gland. Alors, tu la veux toujours cette grosse queue petite salope ?




RIN / AKENO

Rin ponctua le trajet jusqu'au frigo de Tessia de petits coups de cravache sur la croupe d'Akeno une fois qu'elle eut remarqué qu'elle semblait apprécier cela. Avec le gode vibrant dans son intimité, la lycéenne semblait aux anges. S'emparant d'un bac de glaçons dans le congélateur, elle remonta ensuite en selle sur le dos de sa soumise pour la laisser la ramener jusqu'au salon où elle s'effondra peu de temps après et joui dans un petit cri des plus excitant.

Au moins de ce côté-là, ça semble plutôt bien aller, se réjouit la jeune magicienne en se penchant à côté de sa collègue lycéenne.

- Bon, je n'ai jamais joué avec de la glace, alors comment s'y prends-t-on sur toi ? S'enquit Rin sans cacher son inexpérience avec cette pratique.

« Aahh... Il faut... les passer... sur mon... kyah... corps... hum... lentement... ne pas... les laisser... trop longtemps... oh... au même endroit... » Répondit Akeno en haletant doucement.

Rin hocha la tête. Mais avant cela, elle avait envie de pimenter un peu plus le jeu. Elle écarta doucement les bras de sa victime et invoqua ensuite des anneaux d'ombre autour de ses poignets pour la retenir ainsi. Elle fit de même pour ses chevilles. Elle regarda ensuite la lycéenne attachée au sol, bras et jambes en croix sur le futon avant de se pencher pour extraire le gode encore vibrant de l'intimité d'Akeno. Elle lui souffla avec un sourire pervers :

- Tu m'a chatouillée sans pitié ma chérie… Je sens que je vais jouer avec toi un petit moment en guise de revanche… Lui souffla-t-elle avant de faire apparaître une paire de gants de cuir noir qu'elle enfila pour pouvoir manipuler les glaçons sans avoir froid aux doigts.

Elle prit ensuite un seul glaçon entre deux doigts et elle le promena lentement sur le corps d'Akeno, cherchant doucement ses zones érogènes. Elle se laissa guider par les réactions de la jeune soumise jusqu'à ce qu'elle ait plus ou moins "cartographié" les zones sensibles de son corps. Puis Rin vint se mettre à genoux, les jambes de chaque côté de la figure d'AKeno.

- Je vais commencer. Si tu apprécies, lèche-moi. Si tu t'arrêtes, je saurais que quelque-chose cloche, expliqua Rin avant de délicatement poser son intimité encore légèrement luisant sur la bouche et le nez de la soumise.

Puis elle prit un glaçon dans chaque main et commença le lent ballet du froid sur le corps de la soumise.

Rin s'appliqua de son mieux, prenant le temps de passer les glaçons sur les seins, les tétons, sous les seins, sur les flancs, les aisselles, l'intérieur des cuisses, le ventre et autour de l'intimité d'Akeno, savourant ses réactions et ses coups de langue enthousiaste sur son intimité quand elle atteignait avec ce qu'il fallait de douceur un point sensible avec ses glaçons. Puis la jeune magicienne décida d'augmenter le challenge au bout de dix minutes de jeux. Elle laisse ce qu'il restait de ses deux glaçons fondre dans le nombril de la soumise et reposa ses main au sol de chaque côté du corp de celle-ci. Elle invoqua ses pouvoirs et fit se soulever six glaçons par télékinésie. Puis elle entreprit de les faire passer tous en même temps sur le corps sans défense de la pauvre Akeno. Plongée dans l'utilisation de ses pouvoirs, elle senti beaucoup moins la gâterie de la soumise, mais en profita pour saisir à nouveau le gode vibrant et titiller l'entrée du vagin de la jeune fille. Puis elle le poussa à l'intérieur et réactiva la fonction vibrante, très fière de parvenir à jouer avec six glaçons sur le corps de sa soumise tout en la pénétrant avec le gode vibrant. Sûr qu'elle n'allait pas tarder à jouir comme une petite folle.




SAKURA / SHIRO

« Aaahhh... Oh Sakura... Aaahhh... » Gémit l'infirmière pendant que Sakura s'activait sur son intimité.

Il ne fallut pas longtemps pour que Shiro jouisse copieusement à la figure de la jeune fille aux cheveux violets. Souriant doucement, Sakura recommença à lécher de plus belle pour s'abreuver de la douce cyprine de la jolie infirmière aux oreilles de lapin.

Mais c'ézait sans compter les plans de l'infirmière. Profitant que Sakura est toujours attachée avec les mains dans le dos, elle la repousse dans le canapé et écarte ses jambes pour ensuite placer les siennes dans la position des ciseaux.

« Hum, petite Sakura... prépare toi à grimper aux rideaux... »

- Oui maîtresse Shiro... Haleta Sakura déjà toute excitée.

Shiro surexcitée par le lait pahrodisiaque qu'elle a bu à la poitrine de la jeune fille commence tout de suite au rythme d'un coït ordinaire et ne s'attarde plus guère en préliminaires. Les deux femmes jouissent plusieurs fois d'affilée et Sakura manque de perdre connaissance sous tant de jouissance. Elle s'écroule dans les coussins à bout de souffle au quatrième orgasme, cherchant à retrouver son souffle, n'ayant plus la force de remercier sa maîtresse infirmière.

Vaincue par la fatigue, Sakura commence à papillonner des yeux, essayant bravement de lutter contre le sommeil qui menace de la saisir. Mais elle est trop exténuée et sombre après quelques minutes d'inactivité, encore nue et toute attachée sur le canapé.




AYAKO / KAEDE

Ayako tombe doucement amoureuse de sa partenaire. Elle fait une chienne sublime, à la fois timide et lubrique à souhait, elle adore l'entendre gémir et soupirer de plaisir. Elle se mit à lui faire l'amour à un rythme allant crescendo. Puis elle réalisa que la petite chienne avait commencé à laisser sa bouche ouverte et que même son anus semblait s'être en partie ouvert. Souriant d'une oreille à l'autre, Ayako en profita pour introduire plusieurs doigts dans chaque orifice de la jeune fille, jouant ainsi à l'intérieur tandis qu'elle continuait de lui ramoner posément sa petite vulve de chienne en chaleur.

- Mais c'est qu'elle aime ça ma jolie chienne... S'amusa Ayako en lui donnant plusieurs baisers dans le cou. Tu aimerais qu'on soit plusieurs pour te faire des cochonneries, hein petite chienne ? Demanda-t-elle en lui donnant de plus amples coups de reins.

Ayako continua à fourrer sa petite chienne encore de longues minutes, la laissant jouir au mois une fois, avant de sortir son gros chibre et de retirer ses doigts. Elle se tourna ensuite vers un des capteurs de Cortana et murmura dedans. Peut après, Tessia gloussa pendant qu'elle-même hésitait à entrer dans le cul de la petite Iku et hocha la tête. Peu après, le corps humain de Tessia se releva du siège, une lueur bleue au fond des yeux. Sans un mot elle se dévêtit et alla rejoindre Ayako qui avait doucement redressé Kaede.

- Bonjour jeune Kaede, sourit le corps de Tessia avec la voix de Cortana, l'assistance informatique de la maison. C'est un plaisir pour moi de pouvoir vous faire plaisir aussi.

L'IA c'était dotée à l'avance d'un chibre masculin et vint l'ajuster contre l'entrée du vagin de la jeune fille avant de le rentrer tout doucement, assise les jambes croisées avec Ayako. Ayako pour sa part visa l'anus de sa petit chienne et entra en même temps que Cortana, son membre déjà dégoulinant de cyprine glissant avec aisance à l'intérieur de son colon étroit.

Les deux femmes commencèrent à se synchroniser pour offrir à Kaede une vrai double-pénétration. Et une double-pénétration avec des membres masculin digne de figurer dans le livre des records, même si aucun n'aurait décroché la première place.

Tessia se tourna d'ailleurs vers Shiro et lui sourit au passage.

- Shiro ma puce, si tu as fini avec Sakura, tu veux bien que je te dote d'un membre masculin et aller fourrer un peu la bouche de Kaede ? Demanda la succube du même ton qu'elle lui demanderais de faire les courses.
Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox