banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Un pari qui tourne... très mal. [PV Gabriel Valmy]  (Lu 1320 fois)
Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« le: Avril 30, 2015, 02:43:29 »

je suis dans une ruelle du centre ville à genoux, à l’abri des regards indiscrets, dans mon uniforme réglementaire du collège, seulement dix-huit autres paires d’œils sont sur ma personne et elles ne sont pas discrètes du tout, ce sont celles de toute l'équipe de foot du collège, ils ont tous entre 15 et 17 ans, et ils sont tous en train de me déshabiller du regard.
Vous allez encore me demander comment je me suis retrouvé dans cette situation. C'est simple, il y a de ça quelques jours, alors que j'étais en cours de sport et que l'équipe de foot s'entrainait, l'un d'eux est venue me parler, me demandant si j'allais venir les supporter pour le prochain mach. Je lui est répondu sèchement que je ne viendrais les voir seulement s'ils gagnaient le prochain match, il m'a alors proposé un pari. les gains étaient simple, s'ils perdaient le prochain match, il ne me demanderais plus de venir les supporter, par contre s'ils gagnaient je devais les détendre d'une certaine façon. Sur de moi, j'ai accepté son pari sachant que depuis le début de la saison, ils n'avaient remporté aucun match et j'étais persuadé qu'ils allaient perdre.

C'est le lundi matin que j'ai appris qu'il avait gagné ce week-end, à cette nouvelle j'étais quelques peux décomposé, je savais qu'ils viendraient prendre leurs gains, mais je ne les ai pas vue de la journée. Ce n'est qu'en  fin de journée qu'il me sont tomber tous dessus alors que j'étais sur le retour pour rentrer chez moi, ils m'ont tous amené  dans une petite ruelle du centre ville, m'encerclant  je ne pouvais pas m'échapper.
C'est alors que celui avec qui j'ai fait le pari se met à parler.

Alors Lili, tu as oublier le pari que l'on à fait. tu dois t'occuper de nous soulager.

Il me dit alors qu'il se touche l'entre jambe.

Comment vous voulez que je vous soulage? En vous offrant le gouté?

Je lui répond alors que je suis presque sur de ce qu'il va me demander de faire.

Ouais c'est presque ça, sauf que c'est toi le gouté... Tu vas être notre gouté à tous

Attendez les gars vous ne pensez tout de même pas que je vais... Non c'est hors de question.

Comment ça c'est hors de question? Tu as parié, et tu as perdu, tu veux que je raconte à tout le monde que tu ne respecte pas tes paris? Ont veux que tu t'occupe de nous avec ta bouche, c'est tout.

Réfléchissant quelques secondes, je lui réponds.

Juste avec ma bouche alors... Rien d'autre?...

Ouais, juste avec ta belle bouche

Roulant des yeux, je fini par leurs répondre.

D'accord mais vous n'en parlez à personne.

ouais c'est promis on en parlera à personne, t’inquiète.

C'est comme ça que je me retrouve à genoux alors que les trois garçons devant moi ont déjà sortie leurs paquet de leurs emballage, déjà très excité et tendu d'envie, je commence à en prendre un en bouche, suçant juste le gland alors que je masturbe délicatement les deux autres qui se rapproche avec chacune de mes mains
Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #1 le: Avril 30, 2015, 12:23:10 »

Elle se trompait sur un point, il n’y avait pas dix huit paires d’yeux qui étaient braqués sur elle.- Il y en avait dix neuf. Un autre homme se tenait à l’écrt, observant la situation au travers de la forêt de membres qui s’offraient à la vue de la lycéenne. Et bien, se dit Gabriel, voilà une salope drôlement gourmande, vous ne trouvez pas ? Il sourit à cette idée alors qu’il la regardait faire, timidement, suçant  un gland, masturbant deux autres queues dans un rythme lent mais qui était clairement maitrisé, il en savait quelque chose… voilà qui était un joli gang bang d’organisé. Et il n’aurait sans doute jamais pu y assister s’ils avaient été plus discrets… il n’y a rien de moins discrets qu’une vingtaine e mecs à la testostérone débordante qui emmenaient une jeune fille dans une ruelle…. En général, c’est à ce moment là que vous vous dites qu’il y a anguille sous roche.

Il les avait suivi et donc, il avait pu suivre l’échange rapide qui avait précédé, et il avait appris de belles choses… la jeune femme, qui apparemment s’appelaitLili avait perdu un pari et avait accepté d’en subi les conséquences, elle devait sucer tous ces membres pour être débarrassée de son pari…et du coup, le spectacle était intéressant, cette jeune femme, cette jeune fille plutôt, lili, semblait un brin frêle, fine et menue, mais mignonne tout de même. Et elle semblait bien occupée avec un membre dans chaque main et une queue dans la bouche, enfin, le bout d’une queue, car bon, il ne fallait rien exagérer…

Comme mu par un instinct de jeu, il prit son téléphone, alluma la caméra et commença à filmer la scène… la qualité n’était pas bonne, mais ob voyait bien qui faisait quoi : une jeune fille qui se tapait une petite vingtaine de personnes, sans enthousiasme sans doute, mais avec application. D’ailleurs un des garçonle fit remarquer, quoiqu’en des termes un peu moins courtois…

« Et ben alors, Lili ? Vu comment tu as pris les choses en main je m’attendais à ce que tu suces mieux que ça… je suis sur que tu peux en prendre plus en bouche que juste mon gland ! »

Et comme pour l'encourager à se montrer plus volontaire, il lui bloqua la tête de ses mains pour  commencer à accélérer les vas et viens… pas de quoi faire des gorges profondes, hein, mais au moins de quoi la faire gober davantage que juste le bout. IL avait un air extatique sur le visage pendant cet acte. Il dfit ainsi plusieurs mouvements avant qu'un autre prenne la tête de lili pour l'approcher de sa queue, qu'elle ne les fasse pas un par un… autour d'elle, le cercle s'était resserré et du coup, Gabriel ne voyait plus grand-chose. Il poussa tout bas un juron silencieux.

D'une certaine manière, elle avait de la chance, en effet, elle pouvait être heureuse si la plus grosse du lot peinait à dépasser la quinzaine de centimètres pour, tout au plus, trois ou quatre centimètres d'épaisseur. Pas de quoi fouetter un asticot… plutôt de quoi flatter l'égo de gabriel qui culminait, en bandant bien, à sans doute à peine moins d'une trentaine de centimètres pour huit de diamètre, environ. Il sourit et se massa l'entrejambe en continuant de filmer.

« Oh putain, tu suces bien Lili… j'ai bien fait de venir ! »

Et comme si c'était là une forme de signal avant-coureur, il se déversa dans la bouche avec ravissement. Petit puceau deviendra grand, ricana silencieusement Gabriel en sortant lui même son engin, raidi par la vision pour se masturber sans rien dire, dans son coin, filmant a jeune femme à qui on mantenait la tête pour enchaîner  les queues, parfois en allant jusqu'à faire claquer les bourses contre son menton. Parfois, elle suçait à son rythme et parfois, les plus vieux lui baisaient la bouche avec virulence, lui laissant à peine le temps de respirer.

Parfois, certains émettaient dex commentaires, du genre « la salope », ou « prends ça sale chienne », bref, rien de bien flatteur. Il souriat en fiman, s'appochanta ssez pour qu'il puisse tout entendre et quand cela prit fin, il était content. Il avait son nom et son prénom… il s'en fut non sans un regard pour elle, le visage sur lequel prelait encore de la semence, des marques blanchatres dans les cheveux, même sa tenue, surtout au niveau du col ou des manches était souillée…

*
*   *

Il lui avait fallu une bonne semaine our tout mettre en place comme il le souhaitait. Disposant du nom et du prénom de la jeune fille il avait pu trouver son adresse et lui envoyer une lourde enveloppe kraft. Que contenait cette lurde enveloppe ? Tout simplement des photos de la scène, une vingtaine et joint avec, une petite lettre.

Bonjour Lili,
Tu rentres surement des cours, et vue ton expérience, je doute que tu aies des problèmes en cours de langue. Mais trêve de jeux de mots. J'étais préset dans la ruelle quand toi et tes amis vous êtes donnés la peine de vous auser oralement…. Quelle enfilage… c'était à croire que tu étais une vraie chienne en manque de foutre, et que tu avais un troupeau à traire… toi au milieu d'une fortet de queues, je dois avouer que ça m'a fait bander comme un âne et je n'ai pu m'empêcher de me masturber. Tu étais si bandante à sucer ainsi…
Mais j'ai une question pour toi. Que dirais ta famille si elle tombait, par inadvertance, sur les clichés ci-joint ? Je crains qu'ils ne soient blessés par cette chienne en chaleur que tu es en réalité,  et je ne parle même pas de ta réputation au lycée… ce serait compliqué de continuer à travailler pour toi, non ? Tujurs sollicitée pour se vider les couilles… je crois que tu devrais revenir dans cette ruelle où tout s'est passé. Ainsi, nous pourrons « discuter » de la suite à donner à tout cela…
Pour venir, je pense que tu te dutes que les sous-vêtements sont inutiles et que bien sur, il sera facile pour moi de riposter si tu oses en parler à quelqu'un… tu ne veux pas les impliquer, n'est-ce pas ? Alors rendez-vous à 21h00 dans cette ruelle.

Je te souhaites une bonne fin de journée

Monsieur G[/i]

PS : Je te conseille de trouver une excuse pour qu'on ne te pose pas de question quant au lieu où tu auras passé la nuit...[/i]

Il était là, d'ailleurs, à 21h00 précie, un ou deux sacs de course posé sur une poubelle fermée. Il était adossé à un mur et attendait de voir si elle allait venir… une faible lumière due à un unique lampadaire éclairait les lieux. Il allait bien s'amuser.
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mai 02, 2015, 12:05:18 »

J'ai à peine commencé depuis quelques minutes à sucer le gland de l'un et masturber deux autres verges avec mes mains, que celui que je suce commence à sortir des commentaire.

« Et ben alors, Lili ? Vu comment tu as pris les choses en main je m’attendais à ce que tu suces mieux que ça… je suis sur que tu peux en prendre plus en bouche que juste mon gland ! »

Je ne peux rien dire puisque j'ai la bouche prise, mais même si je voulais, je ne pourrais pas puisqu'il viens placer ces mains sur ma tête et commence à enfoncer sa queue plus profondément dans ma bouche, la faisant aller et venir entre mes douces lèvres, son gland venant parfois taper ma glotte me provoquant des haut le cœur. Il m'impose son rythme, d'abord lent, puis accélérant peut à peut, je ne veux pas leurs montrer que je suis expérimenté dans ce domaine, Même si des fois je le sens pousser plus fors son membre dans ma bouche essayant peux être de rentrer dans ma gorge, je ne lui ferais pas ce plaisir.
En ouvrant quelques fois les yeux, je vois les autres de l'équipe se rapprocher de moi leurs queues à la mains, se mettant en cercle autour de moi, attendant chacun leurs tour de passer dans ma bouche ou entre mes mains.
Celui que je suce se remet à parler alors que ma langue s'active sur son pieux à l'intérieur de ma bouche.

« Oh putain, tu suces bien Lili… j'ai bien fait de venir ! »

C'est sans doute la première fois qu'il se fait sucer, je sent son membre pulser avant d'éjaculer dans ma bouche, je ne peux même pas me dégager, ce petit pervers n'a même pas la politesse de se retirer, il me bloque la tête et remplie en partie la bouche de son sperme chaud. Quand il se retire, je fait une mine dégouté avant de recracher son foutre, celui-ci dégoulinant sur mon menton et venant souiller le haut de mon uniforme.
Il c'est a peine retiré qu'une autre pair de mains passe derrière ma tête et m’attire vers un autre membre tendu en l'occurrence un que je masturbais juste avant, lui s'amuse à déformer mes joues avec son dard, alors qu'un autre sexe arrive dans ma main libéré.
Les queues s'enchaine dans ma bouche, et au fur et à mesure que le temps passe malgré la situation contraignante de satisfaire toute cette équipe de foot avec ma bouche, je sent mon bas ventre se réchauffer, l’excitation monter en moi et bientôt ma culotte se tremper de mouille.
Ils y a ceux qui savent ce qui veulent m'imposant leurs rythmes éjaculant soit dans ma bouche, soit sur mon visage, sur mes cheveux, ou sur mon uniforme, mes mains deviennent vite gluante de liquide séminale de ces jeunes garçon surexcité, et ils y à ceux qui me laisse faire ne se concentrant que sur leurs plaisir pour le pas éjaculer tout de suite en sentant à peine la chaleur de mes douces lèvres sur leurs bites.
tout ce spectacles dur quand même un moment quand le dernier me jouis au visage en entendant pour la unième fois.

RRRAAAAAaaaaaah prend ça sale chienne!!!

Ces petit salops partent sans même se soucier de moi, je n'espère qu'une choses, c'est qu'ils tiennent leurs langues, de mon coté j'ai respecté ma par du pari. Mon visage, mes cheveux et mon uniforme sont souillé par le mélange de leurs foutre gluant, heureusement pour moi je ne suis pas loin de chez moi, je ne croise personne et une fois rentré, je me lave pendant une heure sous la douche.

Une semaine se passe, une semaine de cours ou ceux de l'équipe de foot ne loupait pas une occasion de me sortir des gestes ou de propos salaces sans que je n'y répondent, ne voulant pas les pousser à aller plus loin. Ce n'est que le vendredi soir à 17h00 alors que je prend le courrier dans la boite au lettre que je trouve une lourde enveloppe qui m'est destiné, intrigué je rentre chez moi et ouvre cette enveloppe.
C'est en voyant des photos de moi en train de sucer et masturber les garçons de l'équipe de foot, que le monde c'est écroulé autour de moi, mes jambes se mette à trembler avant qu'elle ne cède sous mon poids tombant sur les fesses, je ne pensais pas qu'ils allaient prendre des photos, je met d’abords ça sur le dos de l'équipe de foot avant de lire la lettre jointe aux photos.

Bonjour Lili,
Tu rentres surement des cours, et vue ton expérience, je doute que tu aies des problèmes en cours de langue. Mais trêve de jeux de mots. J'étais présent dans la ruelle quand toi et tes amis vous êtes donnés la peine de vous amuser oralement…. Quelle enfilage… c'était à croire que tu étais une vraie chienne en manque de foutre, et que tu avais un troupeau à traire… toi au milieu d'une foret de queues, je dois avouer que ça m'a fait bander comme un âne et je n'ai pu m'empêcher de me masturber. Tu étais si bandante à sucer ainsi…
Mais j'ai une question pour toi. Que dirais ta famille si elle tombait, par inadvertance, sur les clichés ci-joint ? Je crains qu'ils ne soient blessés par cette chienne en chaleur que tu es en réalité,  et je ne parle même pas de ta réputation au lycée… ce serait compliqué de continuer à travailler pour toi, non ? Toujours sollicitée pour se vider les couilles… je crois que tu devrais revenir dans cette ruelle où tout s'est passé. Ainsi, nous pourrons « discuter » de la suite à donner à tout cela…
Pour venir, je pense que tu te doutes que les sous-vêtements sont inutiles et que bien sur, il sera facile pour moi de riposter si tu oses en parler à quelqu'un… tu ne veux pas les impliquer, n'est-ce pas ? Alors rendez-vous à 21h00 dans cette ruelle.

Je te souhaites une bonne fin de journée


Qui est la personne qui m'envoie ça, ce n'est pas un de l'équipe de foot, mais qui alors? Je n'ai qu'une chose à faire c'est d'aller à se rendez-vous, pour rencontrer cette personne, qui veux me faire chanter. Rien que de penser que mes parents ou que le lycée soit au courant me glace le sang, ma vie serais fichue, des souvenirs d'y il a quelques temps ressurgissent alors que cette homme noir m'avait obligé à coucher avec mon prof de musique et mon prof de math avec le sourire alors qu'ils me prenaient comme ils le voulaient et qu'il fallait que je fasse semblant d'aimer, un vrai cauchemars alors que c'était pour sauver Kira.
Cette nouvelle me trotte tellement dans la tête que je ne vois pas le temps passer qu'il est déjà 20h30, je remet tout dans l’enveloppe et je vais la planquer dans ma chambre, je laisse ensuite un mot sur mon oreiller disant que je vais dormir chez Kira, avant de sortir de chez moi et m'avancer en direction de cette fameuse ruelle ou tout à commencé, toujours habiller de mon uniforme d'écolière sous-vêtement inclue, après tout je n'était pas obliger d’obéir à une lettre, je veux surtout savoir qui est la personne derrière tout ça.
Arrivant dans cette fameuse ruelle, je m'avance en marchant quelques peut nerveuse quand même avant de lancer.

Il y a quelqu'un? Je suis venu comme convenue... Alors montrez vous maintenant!
Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mai 02, 2015, 11:36:30 »

La ruelle était simbre, déserte même, mais qu'espériez vous ? Qu'il voudrait la lrenontrer dans un lieu public plein de monde ? Pas le premier soir, voyons…Gabriel avait des projets pour la nuit, et moins il y aurait de monde, mieux ce serait… il ne put s'empêcher de sourire et pianota sur son portable un peu, revoyant des morceaux de ce qu'il avait pris en cliché une semaine plus tôt… ilé tait toujors occupé à cela quand il entendit les pas dans la ruelle. Il éteignit son portable et le rangea, avant de finalement sourire, restant dans l'ombre, en silence, sans rien dire… il attendait qu'elle soit là, sous la bfaible lueur du seul lampadaire encore actif, mais qui ne le serait plus très longtemps.

Elle l'invectiva, comme pour lui ordonner de son montrer. Il ne le fit pas. Il trouvait le côté mystérieux autrement plus intéressant que d'entrer la lumière déclientete qu'offrait le lieu. Il ne bougea pas mais il ricana en guise de réponse, une réponse bien maigre sans doute par arpport à ce qu'elle pouvait attendre de lui sans doute, mais qu'importait cela, il s'en fichait, il s'en fichait royalement même ! Nouveau sourire, léger regard sur sn corps encore en tenue du lycée. L'unifore ui allait bien. Il prit enfin la parole.

« Bonsoir lili. Ce n'est pas ainsi que ça marche… je suis ravi que tu aie vu mes clichés, j'ai l'oeil pour capturer la bonne image, n'est-ce pas ? Une image à la fois belle et choquante, parfait pour internet… j'imagine déjà les titres :  « prostitution au lycée mishima » ou encore « l'enseignement qui se dégrade et se dévergonde » avec toi, une queue dans chaque main et une autre dans ta joli petite bouche comme photio d'annonce… ce serait superbe, n'est-ce pas ? »

Il se tut quelques instants pour reprendre sur un ton un brin moins amusé, et plus sérieux. Il avait doné le ton de la rencontre, non ? Il voulait le respect, la politresse, la déférence… tout simplement ! Ce qu'elle devait à un adulte, d'abord, puis en plus ce qu'elle devait à quelqu'un qui pouvait la faire plonger, elle et sa famille bien sur, dans la tourmente… il sourit et regarda la jeune fille avant de s'approcher d'elle et de lui lancer, en entrant dans la lumière d'un pas non chalant.

« Voyons voir si tu as pris mes menaces au sérieux petite catin... »

Et sans rien demandé ni autyre sa main fusa pour soulever la jupe de la jeune fille, découvrant un sous vêtement… il eut un regard de travers à celle-ci avanty de  lui plaquer une main sur le sein, sentant le piercing mammaire… à bien y reponser, il avait aussi senti un anneau similaire à son intimité… la gifle partit toute seule, comme si c'éait un réflexe… et si vous connaissez gabriel vous savez que c'est un peu le cas… il la fusilla du regard.

« J'avais donné des ordres j crois, non ? Alors montre moi ce que je voulais voir ! Tout de suite. »

Il prendrait de nouveaux clichés d'elle qui se dévoilait et qui viendraient compléter la suite de la collection… il était sur qu'il y avait de l'argent à se faire… et bien plus de choses encore ! Alors pourquoi s'en empêcehr. Et le problème pour elle c'était qu'elle avant tout intérêt à obéir, non ?  Il lui sourit et se recula dégainant son téléphone pour lui dire sur un ton sec.

« J'attends. Fous-toi à poil. »

Il sourit avant de cinclure.

« Ensuite tu me feras ce que tu faisais çà tous ces gamins.. tu va svoir, c'(est autrement plus prenant ! »

En même temps c'était passer du simple au double, presque, avec ses trente centimètres bien épais... mais le ton était donné, non ?Il donnait des ordres et elle obéissait où il y aurait des conséquences...
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Mai 02, 2015, 06:38:35 »

Aucune réponse ne me viens en retour, je décide alors d'avancer doucement dans cette ruelle très sombre seule un lampadaire éclaire celle-ci, je m'avance non sans une certaine appréhension, après tout ce qui met déjà arrivé voilà que ça continue.
Arrivant sous la faible lumière du lampadaire, une vois qui me glace le sang se fait enfin entendre.

« Bonsoir lili. Ce n'est pas ainsi que ça marche… je suis ravi que tu es vu mes clichés, j'ai l’œil pour capturer la bonne image, n'est-ce pas ? Une image à la fois belle et choquante, parfait pour internet… j'imagine déjà les titres :  « prostitution au lycée Mishima » ou encore « l'enseignement qui se dégrade et se dévergonde » avec toi, une queue dans chaque main et une autre dans ta joli petite bouche comme photo d'annonce… ce serait superbe, n'est-ce pas ? »


Il y a de l’ironie dans cette voie, ce qu'il me dit me fait peur tout de même, si il met ces clichés sur internet ma vie et celle de ma famille sera foutu.

Vous n'oseriez pas faire ça? vous ruineriez ma vie et celles de mes proches en divulguant ces clichés.

Un long silence s’installe pendant de longue secondes, ce qui fait monter mon inquiétude, quand l'homme sort enfin de l'ombre, il s'approche de moi avant de me lancer.

« Voyons voir si tu as pris mes menaces au sérieux petite catin... »

Je n'ai pas le temps de voir à quoi il ressemble que Sans aucune gène il soulève ma jupe et viens placer une main caleuse sur ma culotte au niveau de mon pubis, j'ai un mouvement de recule mais déjà son autre main viens sur un de mes seins, il le pétri sans douceur par dessus mon haut et mon soutient gorge, je tente de le repousser avec mes mains.

Qu'est ce que vous... AAAAAaaaaaaaah!!!

Je n'ai pas le temps de réagir qu'une violente gifle me brule la joue, celle-ci me rappel ceux qu'il y avait marquer sur la lettre.
"Je pense que tu te doutes que les sous-vêtements sont inutiles" voilà pourquoi je viens de recevoir cette claque monumental qui me brule la joue, mes mains dessus pour en apaiser la douleur, je peux regarder mon tourmenteur qui se recule de quelques pas.
C'est un homme grand , blond à la carrure assez carré, en jean et teeshirt, mais surtout musclé, je l'ai sentie quand il ma donner cette gifle.
Les yeux au bord des larmes, je vois qu'il me regard d'un air méchant alors qu'il me dit.

« J'avais donné des ordres je crois, non ? Alors montre moi ce que je voulais voir ! Tout de suite. »

L'ordre est donner d'un ton sec, et cette homme n'a apparemment aucun scrupule à frapper un femme pour se faire obéir, il s'éloigne encore de quelques pas, je n'ai pas le choix c'est soit enlever mes sous-vêtement, soit il diffuse les photos, je met un certain temps avant de réagir à son ordre, encore quelques peut sonner par sa gifle, mais lui semble impatient alors que je le vois sortir de sa poche son téléphone portable et qu'il le braque vers moi.

« J'attends. Fous-toi à poil. »

Le ton est encore plus sec, il sais ce qu'il veux et il veux que je m’exécute à la secondes. Ne voulant pas me prendre un autre gifle voir pire me faire tabasser par cette brute, résigné, je commence doucement à enlever mon haut d'écolière, dévoilant mon ventre plat, les fines épaules et mon soutient gorge, mettant le haut sur le couvercle du containers, une courant d'air frais passe dans la ruelle me donnant la chair de poule, à moins que ce ne soit le stress de ce manège.
Je continue déboutonnant les bouton de ma jupe alors qu'il me lance toujours sur le même ton.

« Ensuite tu me feras ce que tu faisais à tous ces gamins.. tu vas voir, c'est autrement plus prenant ! »


J'ai quelques secondes d'absence en entendant ça, il ne veux pas seulement me voir toute nue, mais il veux aussi profiter de mon corps, du moins de ma bouche. j'espère au fond de moi que c'est tout ce qu'il veux. Alors que je fait glisser ma jupe le long de mes jambes, j'entends le déclics des photos qu'il est en train de prendre, ce qui rends la situation encore plus humiliante, je fait tout pour ne pas le regarder, je dégrafe mon soutient gorge et le retire d'une main alors que de mon autre bras je viens cacher ma poitrine percer d'anneaux.
Il ne me reste plus que ma culotte que je retire d'une main, cachant mon pubis avec alors que je fait glisser celle-ci en gesticulant tombant jusqu'à mes pieds.
Mais tout ceci ne sert à rien alors que mon tourmenteur se rapproche avec son appareil en main et me dit.

Ce n'est pas la peine de faire la sainte... Allé ma petite pute montre nous tout... ou tu t'en prend une autre!!!

Encore une fois je n'ai pas le choix, les larme emplissant mes yeux, je retire mes mains, dévoilant à ces yeux et à son objectif mes seins percer et mon pubis épilé de prés dont mon clitoris est percer d'un anneau lui aussi.

Et bien qu'est ce que l'on à ma ma petite chienne? Des piercings au tétons et au clito? Il ne te manque plus que le collier...

je sent ces doigts venir faire bouger l'anneau de mon sein droit et celui à mon clitoris quand il me dit ça, j'ai de petit mouvement de recul quand il me touche, je me sent mal alors qu'il continue de prendre des photos.

Non... S'il vous plais... Ne me touchez pas...

Comment ça? Je te touche si je veux petite pute, c'est moi qui donne les ordres je te le rappelle!!! D'ailleurs tu as déjà oublier les ordre que je t'ai donnés? Allé à genoux! Viens déballer ton cadeau et t'occuper de moi ma petite chiennasse!!!

Je comprend vite qu'il ne supporte pas qu'on le fasse patienté, que l'on discute ces ordres et qu'il ne faut pas oublier ce qu'il demande. une de ces grande mains viens se caler sur mon épaule et appuis vers le bas pour que je me mette à genoux, ce que je fait sans résister, ces propos son si rabaissant et humiliant que ça me met mal à l'aise, surtout dans cette ruelle en pleine ville ou n'importe qui pourrais passer ou même l'entendre.
Alors qu'il s’accoude au containers, je comprend qu'il attends que je m'exécute, de la ou je suis à genoux mon visage au niveau de son entre jambe il ressemble à un géant.
Je viens déboutonner son jean, et je remarque que quelques choses d'assez gros déforme déjà celui-ci, comme s'il y avait un morceau de métal dans sa poche, mais il n'y a rien dans sa poche, dézippant sa braguette, je passe mais main sous son boxer et son jean avant de les baisser.
J'ai pendant quelques secondes le souffle couper alors que la surprise est de taille, le sexe de cette homme est surdimensionné, faisant la taille de mon avant bras et l'épaisseur de mon point fermé, je reste bouche bée et les yeux écarquiller devant un tel membre tendu et veiné sur toute sa longueur. Je comprend ce qu'il voulait dire par "plus prenant", c'est sur que ce n'est pas les petit calibres de la semaine dernière.
Prenant un clicher de ma mine surprise à coté de son énorme queue, il me lance.

Alors elle te plais? Elle n'est que pour toi alors occupe toi en bien...

Un peut paniquer par la taille de se membre, non pas que je n'ai jamais vue un membre aussi gros, mais la personne à qui elle appartient n'est pas un tendre, et j'ai peur de la suite.

Je... Je doit vraiment... Heu...


Sans en rajouter, je rapproche mes douce lèvres de se gland énorme, je donne quelques baissé dessus, mes mains venant soutenir la base de ce braquemart alors que mes doigts d'une de mes mains commence à doucement caresser ces lourd testicules.
Peut à peut, j'ouvre mes lèvres et commence à faire rentrer autant que possible ce gland dans ma petite bouche, mais je n'y arrive pas, bavant abondamment  dessus, ma bave ruisselant le long de son mat de chair et de mon menton, n'arrivant pas à le prendre entièrement en bouche, je viens alors donner de grand cou de langue bien baveuse sur son bâton de chair, laissant au passage une épaisse couche de bave gluante, alors qu'une de mes main avec laquelle je ne peut même pas faire le tour tellement son épaisseur est importante, je commence à lentement le masturber, mes lèvre et ma langue revenant s'occuper de son gland proéminent, aspirant, léchant et suçant son gland dans des bruits lubrique qui résonne dans la ruelle.
Bruit qui pourrait très bien rameuté d'autres personnes malsaines s'ils les entendaient


Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 03, 2015, 12:48:31 »

Elle sembla hésiter avant de finalement obéir . Oui, elle comprenait son intérêtd ans cette histoire n,'est-ce pas ? Lili evait obéir ou en subir les conséquences… ça lui apprendrait à jouer les salopes publiques… non, ce n'était pas le bon terme, les garages à bite plutôt. Il sourit et regarda la jeune femme avant de finalement sourire et regarder la jeune femme d'un air souriant alors qu'elle obéissait, se couvrant de ses bras. Comme elle pouvait. Étant assez menue, elle y arrivait plutôt bien. Mais voilà la voir dans un élan de pudeur à ce moment là le rendait un rien aigre. Il leva les yeux au ciel et lui lança, sur tun ton peu sec :

Ce n'est pas la peine de faire la sainte... Allez ma petite pute montre nous tout... ou tu t'en prend une autre! »

Finalement elle obtempéra sous le flash du téléphone , alors qu'il mitraillait de photo sa nudité, ses seins percés d'un anneau chacuné tait très joli et il ne put s'empêcher de s'amuser à venir en saisir un pour hjouer avec, légèrement, malgré ses protestatsions. Il était ravi de la situation alors même qu'elle ne semblait pas consentente, les yeux embués de larmes, c'était le bon moment pour un commentaire, non ?

Et bien qu'est ce que l'on à ma ma petite chienne? Des piercings au tétons et au clito? Il ne te manque plus que le collier...

La syuite lui lut beaucoup moins, elle disait njon, qu'elle n'esère pas la moindre clémence à son égard. Entre la sauterie de la semaine dernière et les piercing qu'il voyait maintenant il ne voyait qu'une seule chose à faire d'elle, jouer avec cette petite chienne sans la moindre réserve et ce, même si elle ne voyulait pas qu'il la touche, même si sa volo,té allait contre celle du grand blond… mais c'était fortement déconseillé que de kui désobéir… d'aillmeurs n'était-elle pas en train de le faire, désobéir ? Il lui lança yun regard noir…

Comment ça? Je te touche si je veux petite pute, c'est moi qui donne les ordres je te le rappelle!!! D'ailleurs tu as déjà oublier les ordre que je t'ai donnés? Allé à genoux! Viens déballer ton cadeau et t'occuper de moi ma petite chiennasse!!!

Enfin la compréhension semblait se faire dans son regrd.. elle semblait comprendre que quand il lui avait parlé de tailler une pipe, il ne plaisantait pas et qu'elle avait intérêt à se magner le fion alorq que lui même s'installait un rien plus confortablement, appuyé contre iunc onteneur… il lui sourit alors qu'il la regardait se mettre à genoux, obéir, comme la brave petite vheioienq uy'elle était. Il avait ebau l'appeler ainsi, lili n'était pas une pute. Une pute était rémunérée. Lili étrait une chienne, elle faisait mine de ne pas vouloir, elle feignait l'humiliation et les larmes pour  dissimuler le plaisir évident qu'elle savait qu'elle allait prendre…

Il ne put s'mpeĉher de sourire devant sa « fausse » réticence, non sans un nouveau commentaire un brin graveleux.

Alors elle te plais? Elle n'est que pour toi alors occupe toi en bien...

Elle semblait un peu paniqué e avant de finalement demander si elle devait vraiment.. il se ciontenta d'un siogne positif de la têt. Oui, il voualit qu'elle se déboite la machoire  en cherchant à le prendre en bouche si c'était nécessairze… il ne put s'empêcher un sourire alors qu'elle léchait et suçait  le bout dui gland avec des bruits qu'il trouvait presque exagéré, chose qu'il lui fit comprendr een l'écartant de sa queue en lui tenant les cheveux, fermement pour lui sourire et lui lancer, non sans une pointe de jeu.

« Gaffe à ce que tu fais comme bruit, jke suis sur que tu serais désolée d'êytre sur intérenty et dans le journal parce que tu est pas foutue de sucer comme il fauit… non, pardon, ce n'est pas ça… arce que tu ne veux pas sucer comme il faut… alors gobe et commence le vrai boulot... »

Il lui maintenant la tête grâce oà l'étau implacable qu'il exxerçait sur ses cheveux alors qu'il veait friotter son gland contre les lèvre s de cette petite chienne., comme un ordre muet ?. Devant sa réticencen, il lui boucha le nez jusqu'à ce qu'elle soit forcfée de respirer et ouvre la bouche pour forcer de passage de sa machoire de son cghivbre et de se loger dans sa bouche sans aucun ménagement. Yune fois dedans, il attendit qu'elle prenne le relai, la lâchant, profitant pour prendre quelques phiotos de la pipe avec un grand sourire. Sur les lèvres ;

« Tu vois, ce n'est pas difficile de se montrer chienne. D'ailleurs j'ai un cadeau pour toi... »

Il disait cela pendant que lili obéissait bon gré mal gré, essayant de jouer de sa langue sur son gros chibre en partie entré dans sa bouche. Il avait posé sur ocnteneur un sac de courses duquel il retira un colmlier en cuir noir, neuf, un collier d'animalerie q qu'il lui passa autour du cou et le lui referma dans la foulée avant de lui sourire et de lui lancer sur un ton moqueur.

« Tu  vois, j'avais tout prévu… tu es une petite chienne bien salope. Ma petite chienne… allez, applique toi davantage pour me remercier... »

Oui, une manière de lui dire qu'il comptait sur elle pour envoyer le paté dans la qualité… et ce serait infinment préférabkle pour elle, aucun doute là dessus. Il sourite et lui caressea lma tête avant de la lui maintenir et de forcer, centimètre par centimètrre pour s'enfoncer toujours plus lioin dans sa bouche… pourvui qu'elle ait déjà fait des gorges profondes… b oarf, au pire il l'initierait ! Il s'neonfçan el e plus loin possible d'un copup, par la suiten, y restant jusqu'à ce qu'il voit lili commencer à se débattre, les yeux aalrmioyant, almors seulement il quitta sa bgouche, la laissant tousser et tousser encore pendant qu'il admirait le joli fini de bave qui reliait ili à ce tte que, come une prometsse, une promesse que beaucou de fluide allait encore couler auoursd'hui !

« Allez, gobe encore et on recommence… »

Tropis fois il la poussa jusqju'à  atteinde la limite avant l'asphyxie… sans se gêner face à d'éventuels scrupules alors qu'il s'attendait à ce qu'elle recommence…

« Alors, ma petite chienne lili, tu aimes le goût de ton maîtrere ?  Attends que je te giocle dans la bouche… à moins que je ne m'amuser à te refaire la façade… oh, je verrai, allz, maintenant je veux que tu la gobe jusqu'au bout, je veux zentir ton menton contre mes couilles, ma salopes… et je veux que tu te doigtes en même temps !  Trois doigts, pas moins, en écartant bien les cuisses je devrai pouvoir admirer le spectacle... »

à elle de jouer...
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 13, 2015, 04:55:28 »

Pensent que mes bruit de sussions et de léchage allait l'exciter, ce fut l'effet inverse alors que je venait juste de commencer, je sent sa main m'empoigner fermement ma chevelure à l'arrière de mon crane avant de me tirer la tête vers l'arrière.
Le regard pleins de détresse je fixe ces yeux alors qu'il me lance.

« Gaffe à ce que tu fais comme bruit, je suis sur que tu serais désolée d'être sur internet et dans le journal parce que tu es pas foutu de sucer comme il faut… non, pardon, ce n'est pas ça… parce que tu ne veux pas sucer comme il faut… alors gobe et commence le vrai boulot... »

Apparemment les bruit que je fait ne lui plaisent pas du tout, et il me le dit directement, il me demande de le gober, mais je ne sais même pas si je vais pouvoir. Tout en maintenant toujours fermement l'arrière de ma tête, il approche sa verge de mes lèvres m'indiquant ce que je doit faire mais j'hésite encore, pourtant je ne devrais pas.
S'en doute parce que je ne vais pas assez vite, son autre mains viens me pincer le nez me coupant toute respiration par celui ci, j'ouvre alors la bouche et sans douceur il enfonce brusquement son membre jusqu'au fond de ma bouche, son gland venant taper ma glotte.
Sur le coup, j'écarquille les yeux et de nouvelles larmes coules sur mes joues, son introduction ma forcer à ouvrir la bouche vraiment en grand, je suis à la limite de la rupture, du moins les muscles de ma mâchoire me tire à m'en faire mal, poussant un gémissement plaintif quand il viens buter au font de ma bouche.
Ne bougeant plus, il retire ces mains, je lève les yeux vers lui alors qu'il prend des photos de moi avec son énorme queue dans la bouche avant de me dire.

« Tu vois, ce n'est pas difficile de se montrer chienne. D'ailleurs j'ai un cadeau pour toi... »

Ce salop en profite parce qu'il sait que je ne peux rien dire, qu'il peux faire pressions sur moi, et il continue d’agrandir sa collection de preuves dégradante contre moi. Ma mâchoire s’étant quelques peux habituer à cette intrus dans ma bouche, je commence à faire de petit vas et viens avec ma tête sur celui ci alors que ma langue caresse son méat et son gland.
Fermant les yeux quelques instant, je sent que l'on me met quelques chose autour du cou, j'ouvre à nouveau les yeux, j'amène mes mains à cette chose et constate au touché que c'est un collier en cuir avec des anneaux métalliques, mon regard affoler reviens sur mon maitre chanteur qui me regard tout sourire au lèvres avant de me lancer à nouveau.

« Tu  vois, j'avais tout prévu… tu es une petite chienne bien salope. Ma petite chienne… allez, applique toi davantage pour me remercier... »

Ce pervers me prend pour son animal de compagnie à me mettre un collier autour du cou? Je continue de le sucer du mieux que je peux au vue de la grosseur de son braquemart, je creuse mes joues, aspire fortement en accélèrent progressivement les aller et venue de mes lèvres sur son barreau de chair, amenant son gland buter ma glotte à chaque fois en poussant de petit gémissement, mais ça n'a pas l'air de le satisfaire, il en veux plus.
Alors que sa main viens caresser ma chevelure, je sent part la suite celle-ci maintenir ma tête alors qu'il avance son bassin, pensent qu'il voulait m'imposer le rythme je lève les yeux vers lui et le laisse faire, le sourire au lèvres, il investie entièrement ma bouche venant taper ma glotte, mais une fois atteint, je le sent continuer de forcer.
Le regard paniqué, j'amène mes mains sur ces cuisses et essais de le repousser, mais il n'y à rien à faire, tout en me regardant paniquer le sourire toujours au lèvres il continue de forcer, je pousse des gémissement plaintif, mais très vite ceux-ci sont étouffé alors que son gland imposant commence à investir ma gorge, je le sent s'enfoncer centimètre par centimètre, j'ai mal alors que ma gorge est distendu de force, j'ai des renvois qui remonte mon œsophage mais qui ne peuvent pas sortir c'est horrible, malgré mon regard en larmes l'implorant d'arrêter il continue de forcer, le manque d'air commence à se faire sentir, mon regard se trouble, je tape de mes mains sur ces cuisses, mes yeux commence à se révulser, quand d'un coup il se retire, me laissant enfin respirer, l'air qui rentre dans mes poumons me rassure, alors que je tousse et recrache toute la bave accumuler , de long filet de baves relie d'ailleurs mes lèvres à cette queue couverte de bave gluante.
Le fait de ne plus avoir cette queue dans ma bouche soulage ma mâchoire, du revers de la main j’essuie la bave qui à dégouliné sur mon menton.

« Allez, gobe encore et on recommence… »

"tousse"   Attendez... "tousse" Je doit... Il faut que je reprenne... blurrppp...

je n'ai pas le temps de me remettre de cette assaut qu'il me remet sa trique en bouche et qu'il reviens à l'assaut de ma gorge, j'ai juste le temps de remplir mes poumons d'air qu'il s'enfonce brutalement  dans ma gorge pour revenir se placer à l'endroit ou il en était rester et il continue de forcer le passage telle un bélier écartant sur son passage les douces mais étroites membranes canneler de ma gorge, gagnant du terrain au fil des secondes, je vois son bas ventre se rapproche de moi malgré ma vision flouté par mes larmes.

Il se retire une nouvelle fois, je tousse encore et recrache le surplus de bave que j'ai dans la bouche et dans la gorge, celle-ci me fait mal d'ailleurs, mais il n'a pas l'air de se soucier de ce que je ressent, puis encore une fois il réinvestie ma bouche et ma gorge brutalement et il pousse à nouveau, il pousse, il pousse encore, il veux me la faire avaler en entier et il y est presque, mes lèvres ne sont plus qu'à deux trois centimètres de son bas ventre, mais il faut qu'il me laisse respiré, ce qu'il fait, mais il sais que le prochain coup il va y arriver.

Mais pour pousser le visse plus loin , il m'explique que je vais devoir le faire toute seule, je ne sais même pas si je vais être capable de mettre son machin énorme dans la gorge toute seule alors l'avaler toute entière...

« Alors, ma petite chienne lili, tu aimes le goût de ton maître ?  Attends que je te gicle dans la bouche… à moins que je ne m'amuse à te refaire la façade… oh, je verrai, aller, maintenant je veux que tu la gobe jusqu'au bout, je veux sentir ton menton contre mes couilles, ma salopes… et je veux que tu te doigtes en même temps !  Trois doigts, pas moins, en écartant bien les cuisses je devrai pouvoir admirer le spectacle... »

Il me demande en plus de me doigter, quel pervers... je ne sais pas si j'arriverais à faire les deux en même temps, mais bon il ne faut pas le désappointer.

Vous me dégouté... et vous êtes dégoutant sale pervers...   

sur ces mots, ne pouvant pas aller contre sa volonté, je récupère de la bave sous mon menton avec ma main gauche et amène celle-ci à mon entrejambe alors que j'écarte largement les cuisses comme il me la demander pour qu'il puisse tout voir, j’enduis mes lèvres intimes de bave et je commence à insérer un doigt sans m'en rendre compte cette fellation forcer avait excité mon petit abricot et celui-ci était déjà tout moite à l'intérieur, j'enfonce alors un deuxième puis un troisième doigt facilement avant de les mouvoir en de lent vas et viens tout en poussant de petit gémissement.
Je ferme les yeux et me penche alors sur son chibre, que je prend à la base de ma main droite pour le guider jusqu'à mes lèvres, j'ouvre grand la bouche et gobe seulement son gland pour commencer, que je suce avec attention, passant ma langue dessus, aspirant et creusant mes joues pendant une longue minute, avant de commencer à faire de lent vas et viens de mes lèvres sur cette queue, de plus en plus ample, poussant de petit gémissement du à mes doigt dans mon vagin,l’amplitude de ma tête augmente encore un peut plus à chaque minutes amenant peut à peut sa queue dans ma gorge, jusque là inexistant des gloussement sorte de ma gorge alors que son barreau de chair vas et viens dans ma gorge de plus en plus profondément, ma mâchoire me fait moins mal, mais ma gorge n'est pas encore suffisamment habituer à cette imposante intrusion, d'ailleurs mon maitre chanteur doit bien sentir l'étroitesse de ma gorge cannelé.
au fur et à mesure que je fait coulisse ce gros morceau de viande dans ma gorge, sans m'en rendre compte mon nez viens s'écraser sur le bas ventre et les poils pubiens de mon agresseur, mon mentons viens quand à lui à la rencontre des lourdes, chaude et imposante bourses de ce maitre chanteur, sans le vouloir j'ai réussis son épreuve avalant entièrement cette queue monstrueuse dans ma gorge, je fait plusieurs aller et retour en venant bien écraser mon nez contre sont bas ventre avant de m'arrêter quelques instants pour reprendre mon souffle, le regard en larmes, des larmes d'effort dégoulinant du mes joues, je lui lance.

Vous êtes satisfait j'espère?...

Le temps de reprendre mon souffle, je viens léchouiller et suçoter ces bourses pleines.

 

Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #7 le: Octobre 08, 2015, 09:09:51 »

Les états d’âmes de la lycéenne, il s’en foutait !  Qu’elle s’étouffe à le sucer bien profondément n’était pas dans son intérêt certes, mais il était là pour se faire plaisir et surtout,  profiter de la salacité, de la lubricité que la jeune fille avait pu manifester en  compagnie de cette véritable forêt de queues qu’elle avait eu à sucer il n’y avait pas si longtemps… elle avait su se montrer plus que douée et il la revoyait encore en train de retirer le sperme qui lui avait maculé les lèvres, le visage… rien qu’à ce souvenir, il triquait encore plus, si c’était possible !

Bon et sinon, comment elle s’en sortait ? Pas si mal que ça compte tenu de la monstruosité qu’elle devait se forcer à avaler, d’abord avec son aide, quitte à résister, et ensuite, de manière bien moins pratique pour elle : elle n’avait aucune aide, elle devait se démerder toute seule, et c’était là que les choses commençaient à devenir intéressantes ! Elle devait désormais s‘appliquer à le faire toute seule… il voulait de nouveau sentir ses lèvres le long de sa verge, son gland violer le sanctuaire de sa gorge, il avait adoré passer en force et maintenant, il comptait adorer le fait qu’elle s’empale toute seule là-dessus…

Son commentaire sur le fait qu’il n’était qu’un sal pervers, qu’il était dégoûtant le fit ricaner. Il ne dit rien, attendant le meilleur moment pour parler ou pour agir… pour le moment, il voulait voir ce qu’elle valait vraiment avec sa bouche. Il avait hâte de voir à quel point elle allait s’investir… à quel point elle allait se retrouver capable de gober sa queue épaisse… il plongea son regard sur elle, attendant qu’elle le fasse et attendant de la voir se fouiller  les cuisses…

Il avait estimé que trois doigts était un bon score, et une bonne préparation. Pourquoi ? Parce qu’il ne se limiterait pas à jouer de manière soft et simple avec elle… il oserait tout ou presque !  il lui fit un clin d’œil lubrique alors qu’il la regardait commencer… elle était très bien, très docile, très soumise… il lui mit une petite tape sur la tête avant de finalement la voir commencer à se doigter en enfonçant la queue aussi loin que possible, petit à petit, se montrant plus appliquée qu’il ne l’avait espéré, alors que les doigts prenaient un à un possession de son intimité… au final, elle arriver à tout faire…. Et plus encore, elle couinait doucement. Elle aimait ça en fait, n’est-ce pas ? Il ricana.

« Putain, j’’adore quand tu te montres une petite salope aussi appliquée… au fond tu n’es que ça, une petite chienne bien salope et bien chaude, non ? Allez, plus loin… » [/b][/i]

Il attendait qu’elle le fasse, jusqu’à sentir son nez contre son pubis poilu, jusqu’à sentir le choc de son menton contre la peau de ses bourses bien pleines de ce qu’il lui réservait dans la gueule. Il lui fit un léger sourire en coin, savourant chaque centimètre gagné, chaque millimètre qu’elle gobait en plus ! Il soupirait de plaisir et adorait ce qu’elle lui faisait, quitte à s’étouffer, quitte à se déboiter la mâchoire !

« Bravo, brave fille, tu es une bonne chienne !  Tu auras droit à une récompense après ! » [/b][/i]

Il lui sourit avant de la regarder s’occuper des bourses, savourant le fait qu’elle ne s’arrête pas. Qu’elle prenne ce genre de petites initiatives, non sans demander si ça lui convenait. Pour peu, il aurait cru qu’elle avait déjà été dressée par quelqu’un avant qu’il ne lui tombe dessus… ou alors c’était exactement ça… il ne put néanmoins s’empêcher de lui faire une petite remarque, l’éloignant de son appareil génital avant de lui mettre une petite tape sur la mâchoire. 0 peine de quoi rosir, et encore !

« Vous êtes satisfait j’espère, Monsieur… je tiens au respect que tu me dois… et vu comment tu as obéi et vu comment tu t’es appliquée jusqu’à présent, je suis sûr que l’on t’a déjà appris à obéir bien gentiment et à témoigner le respect dû à tes supérieurs, non ? » [/b][/i]

Il lui fit un léger sourire avant de la saisir par le collier pour la forcer à se lever et sans lui donner le temps de réagir, il glissa sa main entre ses cuisses entrant dans le fameux abricot sans douceur avec deux doigts  pour la trifouiller un peu. Difficile de ne pas remarquer sa moiteur, n’est-ce pas ? Il joua un peu au passage avec l’anneau qui ornait sa fleur, tirant même un peu dessus avant de reprendre sa parole, un éclat joueur dans le regard.

« Raconte-moi un peu… qu’est-ce que tu as pris de plus gros dans tes trous… je veux dire, dans ton cul et dans ta chatte ? Raconte-moi un peu, que je décide de la suite des évènements… dans tous les cas, je sais désormais une chose : tu vas adorer… déjà que tu as adoré te faire déboiter la gueule… je te jure que tu vas crier, tellement tu vas adorer te faire complètement déformer les trous !  Et ensuite, je suis sûr que tu me remercieras et me supplieras de recommencer, n’est-ce pas ? La nuit est longue et il va bien falloir t’occuper… » [/b][/i]

Il lui fit un nouveau clin d’œil salace, attendant ses réponses. Ayant hâte, un peu, il se demandait à quel point elle avait pu être salope...

« En fait, c’est surtout pour savoir à quel point tu es salope que je veux cette réponse, mais c’est aussi pour voir un peu ce que tu es capable d’endurer… histoire de voir ce que je vais pouvoir faire de toi… une chose est sûre, tu t’en souviendras…. » [/b][/i]

Il lui  caressa la joue, y essuyant les larmes.
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 27, 2015, 12:48:51 »

Léchant et suçotant encore ces lourdes et chaude bourses, faisant coller ces poils pubiens sur celle-ci à l'aide de ma bave, il viens me donner un petite tape sur la tête avant de me sortir.

« Bravo, brave fille, tu es une bonne chienne !  Tu auras droit à une récompense après ! »

Je me demande à quoi correspond une récompense pour cette homme qui m'oblige à faire ce qu'il demande, peux être le fait de pouvoir refuser une de ces demande? J'en doute.
Je continue remontant ma langue sur son barreau de chair tout en le regardant, il me sourie et rajoute.

« Vous êtes satisfait j’espère, Monsieur… je tiens au respect que tu me dois… et vu comment tu as obéi et vu comment tu t’es appliquée jusqu’à présent, je suis sûr que l’on t’a déjà appris à obéir bien gentiment et à témoigner le respect dû à tes supérieurs, non ? »

Tout en revenant sucer ces bourses, je fait non de la tête, c'est alors qu'il tire sur le collier pour me relever ce que je fait sans résistance, mes doigts quittant mon antre ruisselant, je sent alors ces doigts venir remplacer les miens passant sur mon mont de venus soigneusement épiler avant d'y enfourner sans ménagement deux doigts à l'intérieur de ma petite chatte et de fouiller en profondeur mes douce et chaude membranes, je pousse un hoquet de surprise suivie d'un gémissement de plaisir alors que ces doigts bougent en moi, je me prend même à onduler un peut du bassin sous ces caresses alors qu'il joue en même temps avec mon anneau clitoridien, me mordant même la lèvre inférieur alors qu'il vas jusqu'à s'amuser à tirer un peut sur ce fameux anneau, mes mains viennent enserrer son avant bras comme pour lui demander d'arrêter, avant de poursuivre.

« Raconte-moi un peu… qu’est-ce que tu as pris de plus gros dans tes trous… je veux dire, dans ton cul et dans ta chatte ? Raconte-moi un peu, que je décide de la suite des évènements… dans tous les cas, je sais désormais une chose : tu vas adorer… déjà que tu as adoré te faire déboiter la gueule… je te jure que tu vas crier, tellement tu vas adorer te faire complètement déformer les trous !  Et ensuite, je suis sûr que tu me remercieras et me supplieras de recommencer, n’est-ce pas ? La nuit est longue et il va bien falloir t’occuper… »

Je lève un sourcils en écoutant ces questions, est ce que je devais vraiment lui dire la vérité? Non, je ne pense pas que ce soit une bonne idée, mais il ne devait en aucun cas se douter que je lui raconte des mensonges, je me vois mal lui dire le nombres de queues que j'ai put prendre pendant cette dernière année, entre les sexes de formiens, celles des créature du plan de Terra, sans compter aussi les créatures des enfers, toutes plus grosses et plus longue et de formes tellement différentes que je ne pourrais pas toute m'en rappeler.
Je préfère ne pas trop lui en dire, on vas dire rester modeste pour éviter de lui donner des idées trop hard que je risquerais de regretter par a suite.

Vous savez, je n'ai pas eu beaucoup d'expérience... MMMmmmmmh... J'ai eu quelques petit copains qui m'ont... AAAaaaaah... Apprit quelques technique pour faire plaisir... OOUUuuuuufffmmm... Aux hommes, mais ils n'étaient pas aussi bien équipé que vous... AAAAAAaaaaaaaah... Le plus long devais faire ça de long...

Avec mes mains je lui montre une distance de vingt centimètres à peut près.

Et le plus gros devais faire à peut près ça... AAAAAaaaaaah...

avec ma main droite, je lui montre un cercle avec mes doigts qui doit faire dans les quatre à cinq centimètres de diamètres.

« En fait, c’est surtout pour savoir à quel point tu es salope que je veux cette réponse, mais c’est aussi pour voir un peu ce que tu es capable d’endurer… histoire de voir ce que je vais pouvoir faire de toi… une chose est sûre, tu t’en souviendras…. »

Ils ne m'ont prise que par devant, je n'ai jamais été prise par derrière et je n'aurais pas accepté, je ne suis pas comme vous dite, je ne suis pas une chienne... N'y une salope...

Je rajoute à mes réponses des larmes de stresses et d’angoisses pour valoriser mon mensonge pour qu'il le gobe.







Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #9 le: Janvier 13, 2016, 07:26:35 »

Elle se débattait fort peu par rapport à ce qu’il aurait pu imaginer…. Elle semblait déjà résignée à obéir…. Les pressions sur son bras ne firent pas arrêter Gabriel, même si c’était complètement débile selon lui de tenter d’agir de la sorte… ou d’agir d’une autre sorte qui allait contre Gabriel, bien sûr !  Il lui fit un petit sourire qui montrait qu’elle était bien tombée… il lui caressa doucement les cheveux de ses doigts bien mouillés par le nectar de la lycéenne ! il comptait encore jouer longtemps avec elle !  Il lui caressa à nouveau, mais cette fois, la joue, avec une extrême douceur…

« Je vois… je te plains ma pauvre… tes amants étaient bien mal membrés…. Est-ce que c’est l’un d’eux qui t’a appris à prendre en gorge une queue ? Car tu as encore plein de progrès à faire…. Nous travaillerons ça ! et beaucoup d’autres choses encore, comme ton élasticité, l’écartement de tes trous, et bien d’autres encore ! J’ai bien envie de voir tout ça…. Et comment tu me trouve au niveau taille du gourdin ? »

Il espérait être flatté, vous vous en doutez-bien ! au fond, sa bouche était plutôt efficace, trouvait-il, il ne lui manquait pas grande chose…. Enfin, si, peut être in piercing sur la langue, pour quand elle suce… ça serait sans doute bien plus sympathique, il la forcerait peut-être à se rajouter ça …. Il verrait quand ils en arriveraient là… il hésita un court instant avant de finalement regarder de manière plus précise la jeune femme….

« Et donc tu es vierge du cul ? On va changer ça, ne t’en fais pas ! Et tu finiras peut-être même par subir un vrai gang bang, voir un fist, ou, si tu es assez souple du cul, un double fist… je t’offrirais des godes pour que tu t’entraines de ton côté…. Tu verras, avec le temps tu comprendras très vite à quel point tu peux te montrer salope et chienne, car si tu ne l’es pas, tu finiras par le devenir…. Je ne me fais aucune illusion là-dessus… »

Il lui sourit et la saisi par les cheveux, sans tirer, juste histoire de lui incliner la tête selon le bon angle, histoire qu’elle le regarde droit dans les yeux alors qu’il la ceinturait pour finalement attendre comme ça, calé contre elle, sa queue à l’air, contre le ventre plat de la lycéenne… il attendit un peu avant de finalement regarder davantage la jeune femme  et lui saisit un anneau mammaire et jouer un peu dessus avant de la plaquer contre le mur et lui saisir les cuisses pour la soulever en les écartant avec l’objectif évident de ‘empaler sans douceur sur son braquemart. Mais pas par devant…. Ses mains avaient reculé sur ses fesses pour les écarter alors qu’il lui tenait les miches écartées, elle était face à lui, et de cette manière, elle ne devrait pas être en mesure de lui cacher le moment où elle se sentirait écartelée pour la première fois !

« Pendant que je t’encule, je veux entendre toutes les idées les plus perverses qui te viennent à l’idée, et les surnoms sexuels que tu mériterais de recevoir…. Plus c’est dégradant, plus à ça sera apprécié… la violence des pénétrations dépendra de tes réponses… enfin…. Pour les suivantes… »

Lui laissant le dos contre la paroi en béton (pas crépie, heureusement), il l’empalant, faisant en sorte de ne pas trop la déchirer…. Il avait été moins violent que ce que l’on pourrait imaginer, ou moins qu’elle aurait pu envisager…. Il ne voulait pas la porter après… il haussa les épaules et la laissa ainsi, enfoncée sur son braquemart, attendant la première réponse pour envoyer un autre coup de rein, variable en intensité selon si la réponse lui plaisait ou pas…

Spoiler  
Si tu le sens, et que tu veux avancer un peu dans la réponse, hésite pas à essayer de supposer si les réponses lui plaisent ou pas, je te fais confiance Clin d'oeil
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 24, 2016, 08:23:17 »

Je vois sur le visage de se monstre un sourire se dessiner alors qu'il viens caresser des doigts avec lesquels il m'a tripoter à l'instant venir passer sa main dans ma chevelure puis viens caresser tendrement ma joue laissant sur celle ci une trace de mouille, je fait un moue de dégout alors qu'il me dit.

« Je vois… Je te plains ma pauvre… Tes amants étaient bien mal membrés…. Est-ce que c’est l’un d’eux qui t’a appris à prendre en gorge une queue ? Car tu as encore plein de progrès à faire…. Nous travaillerons ça ! Et beaucoup d’autres choses encore, comme ton élasticité, l’écartement de tes trous, et bien d’autres encore ! J’ai bien envie de voir tout ça…. Et comment tu me trouve au niveau taille du gourdin ? »

Je fait un mouvement approbatif de la tête pour répondre à sa question de gorge profonde avant de répondre à la dernière.

Votre... gourdin est très impressionnant...

Bien entendu j'ai vue et sentie au fond de moi des membres plus gros, plus long que le siens au cour de la dernière année, mais ça ne veux pas dire qu'il n'est pas très bien gâté par la nature, et vue la psychologie du personnage mieux vaut le flatter que de le froisser.
Il continue son discours et me dit.

« Et donc tu es vierge du cul ? On va changer ça, ne t’en fais pas ! Et tu finiras peut-être même par subir un vrai gang bang, voir un fist, ou, si tu es assez souple du cul, un double fist… je t’offrirais des godes pour que tu t’entraines de ton côté…. Tu verras, avec le temps tu comprendras très vite à quel point tu peux te montrer salope et chienne, car si tu ne l’es pas, tu finiras par le devenir…. Je ne me fais aucune illusion là-dessus… »

Quand j'entends ce qu'il me dit, j'ai pleins de frissons qui remonte le long de mon dos, alors que des images de mes anciennes aventures me reviennent en mémoire quand il parle de gangbang, les souvenirs de l'auberge de la débauche, de mes profs au lycée, de ma maitresse Ishtar qui à été la première et la seule à me fister pour me faire découvrir le plaisir anal.
Tout ces souvenir qui me reviennent en mémoire commence à m'exciter, j'espère que ce monstre ne s'en apercevra pas, je sent alors sa main passer dans ma chevelure et me rapprocher de lui sans me brusquer, je me laisse faire alors que j'ouvre les yeux il à toujours le sourire au lèvres, je le regarde dans les yeux, on dirais que c'est ce qu'il veux, il me plaque contre lui, je sent son épée de chair brulant contre mon ventre, il pulse d'excitation,il décolle un peux son torse et viens jouer avec un de mes anneaux mammaire, ça à l'air de lui plaire de jouer avec, mais il ne joue pas longtemps puisqu'il me plaque dos au mur lisse, il me bloque contre celui-ci, avant de m'attraper une jambe puis l'autre pour me soulever d'avantage à sa hauteur, je commence à avoir une certaine appréhension alors que je sent ses mains venir sur mes fesses et écarter largement celle-ci, il ne vas quand même pas osé me sodomisé sans préparation alors que je lui est dit que je ne m'était jamais fait prendre par la? J'ai la confirmation de sa folie alors qu'il me dit.

« Pendant que je t’encule, je veux entendre toutes les idées les plus perverses qui te viennent à l’idée, et les surnoms sexuels que tu mériterais de recevoir…. Plus c’est dégradant, plus ça sera apprécié… la violence des pénétrations dépendra de tes réponses… enfin…. Pour les suivantes… »

Je le regarde avec de grand yeux effrayer alors que je sent son gland imposant se poser contre ma rosette.

Non!vous n'allez pas faire ça? je vous ai dit que je n'aAAAAAAAAAAAAAAAAAHHH...

je pousse un hurlement de douleur alors qu'il pousse son imposante bite dans mon petit trou intimes, il a du mal à y pénétrer mais force tout de même, de mon coté j'ai le souffle coupé pendant de longue secondes, mais à force de persévérance, mes sphincters cèdes et laisse entrer son imposant bélier de chair qui s'empresse d'investir les lieux, je hurle pendant encore un moment alors que je me sent pleine et écartelé, mon anus se contracte fortement autour de cette épaisse intrusion.

AAAAAAaaaaaah... NNNNOOONNNN... RRRRAAAAAAAMMMMMMHHHhhh... SAAAAAAAaalopard...

Je tente de le repousser avec les mains, mais il ne fait que s'écarter de moi, laissant sa grosse queue dans mon cul, je suis empaler sur celle-ci par mon propre poids alors que mon dos est toujours contre le mur, j'ai le cul en feu la douleur est intense, je fait la grimace et des larmes coule depuis qu'il à commencer à me pénétré, peut à peut je m'empale toute seule jusqu'à la garde, j'ai l'impression de le sentir vibrer en moi, à bout de souffle, je lui dit.

Retirer là, ça fait trop mal... Pitié...

Comme seule réponse, il me donne un brutal coup de rein qui me fait décoller de plusieurs dizaine de centimètres avant que je me ré-ampale violemment de mon propre poids sur son membre imposant, me faisant hurler de plus belle sans parler de ma douleur anal.

AAAAAAAAAAaaaaaaaaiiie... MMMmmmmmmmhh... D'ac... D'accord... Stop... J'ai compris...

Mais il me refait décoller une nouvelle fois, me donnant un brusque coup de reins, me faisant encore mal et hurler une nouvelle fois.
Je fini par capituler et fait ce qu'il m'a demandé avant de me sodomisé.

Ch... Chienne, chiennasse, cochonne, salope, sac à foutre, vide couille... heu...


Une lente pénétration suivie les surnoms qui était sortie de ma tête, une pénétration plus agréable, mais tout de même encore douloureuse en vue de l'épaisseur de se mandrin. Qu'est ce que se fou avait encore en tête.

 

Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
FicheChalant
« Répondre #11 le: Janvier 26, 2016, 02:16:20 »

Flatterie ou pas on pouvait dire qu’il l’avait déboitée, qu’il venait de lui ruiner le cul. Pour une première sodomie, il n’y était pas allé de main morte… d’un autre côté, il y avait deux types de méthode pour débuter : tout sdoucement pour s’habituer au fur et à mesure ou un coup sec où la douleur était bien plus brutale mais s’en allait aussi plus aisément… il lui sourit et se retint de recommencer immédiatement, histoire qu’elle s’habitue de la grosse intrusion… il lui caressa avec douceur la joue en attendant sa réponse ou une réaction de sa part. Il lui avait posé des questions, n’est-ce pas ? Alors pourquoi n’y répondait-elle ^pas ! Il lui sourit et regarda la jeune femme alors qu’elle était fichée jusqu’à la garde sur sa queue bien gonflée…

« Alors, j’attends ! »[/b][/color]


Elle hurla de cesser de la retirer de son fondement, mais comme toute réponse, Gabriel lui laboura le derrière, et il recommença à chaque fois qu’elle protestait ou disait autre chose que ce qu’il attendait… il adorait sentir les parois anales si serrées sur son membre… putain, un cul bien serré, il n’y avait rien qui puisse être meilleur, songeait-il alors qu’avec une deuxième vague de propos il lui labourait de nouveau le cul…

Il ne se mit à se montrer dà peu près doux que quand elle changea pour opter pour les noms d’oiseaux qu’on pouvait lui donner, mais… mais il restait tellement déçu… il aurait tellement aimé que cela se passe différemment… il regarda la jeune femme avec un sourire alors qu’elle finissait, les lentes pénétrations ne semblant plus vraiment la gêner puisqu’elle ne criait plus… ce n’était pas aussi bon pour Gabriel, amis bon, la violence pouvait revenir… maintenant par exemple… il la souleva et la retira presque avant de la relâcher sur son pieu pour avoir le plaisir de se ntir à quel point il lui déboitait la boite à merde…

« Tu as oublié les consignes ? Allez, vas-y, raconte-moi les trucs les plus lubriques et pervers que tu voudrais subir, les pénétrations seront plus douces si tu obéis… et essaye de trouver des surnoms plus originaux ! Et attention, car je peux encore te détruire le cul ! » [/b][/color]
Journalisée

Lili Ivanes
Humain(e)
-

Messages: 649



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Janvier 29, 2016, 07:58:00 »

Les lentes pénétrations apaise peut à peut la douleur, de petit gémissement sortant de ma gorge, alors que je reprend mon souffle, mon tourmenteur me laisse quelques secondes de répit jusqu'au moment ou je sent ces bras puissant me soulever, retirant ce membre imposant jusqu'à la collerette de son gland massif et me laisser retomber lourdement et brutalement sur son dard jusqu'à la garde, la chute me fit peur et contracter tout mes muscles ainsi que celui de mon anus qui enserra fortement de membre de ce fou alors que j'ai l'impression qu'il me déchire en deux dans une douleur horrible, je hurle d’effrois.

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah... AAAAAAAaaaaaaahhh...

« Tu as oublié les consignes ? Allez, vas-y, raconte-moi les trucs les plus lubriques et pervers que tu voudrais subir, les pénétrations seront plus douces si tu obéis… et essaye de trouver des surnoms plus originaux ! Et attention, car je peux encore te détruire le cul ! »

MMMMmmmmmh... je... je ne sais pas... ça fait trop mal...

Il me redonne encore trois coups de reins sec qui me font hurler de plus belle de douleur et d'un certain plaisir qui commence à naitre.

AAAAAAAAAAHH... AAAAAAAAAAAH... GGGNNNNMMMMMAAAAAAAH... D'accord... D’accord... Ralentissez par pitié... Je vais vous le dire... Je... aaaaah... J'ai un fantasme que je... MMMMmmmh... Que je n'ai jamais dit à personne... Je fantasme de me faire prendre par plusieurs hommes... mais que des noirs... GNNnnnnaaah... Et pas des gentil fils à papa... Quand je me l'imagine... Je vois un gang ou autre un groupe... qui me coince dans un coins ou... Me suive jusqu'à chez moi et m'utilise comme bon leurs semble... de vrai brutes qui savent ce qu'il veulent...


Sur ces aveux, les pénétrations de mon maitre chanteur son plus lente, la douleur étant pratiquement disparue de mon anus.

OOOUUUH... ooouuuuuh... Pour ceux qui est des surnoms, vous pourriez m'appeler sac à verge, aspirateur à foutre, petite catin ou petite pute, garage à bite...
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox