banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Lapines câlines. [pv]  (Lu 2394 fois)
Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« le: Avril 17, 2014, 10:08:23 »

« Jackall ? » Il faisait nuit dans la grande maison des deux partenaires. Anouk s’en fichait elle voyait dans le noir. Pourtant elle avançait doucement, se tenant aux murs. La lapine avait passé sa journée dans son lit à dormir. Il fallait bien qu’elle se repose de la veille qui avait été bien dure. Elle n’avait pas vue son fidèle de la journée… Il lui manquait terriblement. Anouk déambulait en culotte dans la maison. Mais il n’y avait aucune trace de son tendre. « Il a du aller chercher à manger… » De la chaire humaine comme à son habitude.

Doucement elle alla se poser sur le canapé du salon. S’affalant dessus ! Sur la table on pouvait encore trouver les restes de la veille. De la nourriture recouvrait le sol, sur la table on retrouvait des verres certains encore pleins, le liquide qu’ils contenaient variaient du rose fluo au noir le plus profond. Encore des mélanges. Les cadavres s’empilaient sur le côté. Nous pouvions encore trouver des seringues, des traces de longues lignes blanches et des cello’ vides… Il n’y avait plus rien, même pas une dernière petite pilule à prendre, un dernier buvard. Rien ! « Bordel… »

La lapine se redressa alors pour mieux chercher sur la table. Mais elle avait bien vue, il ne restait plus rien du tout à part un peu d’herbe. Juste de l’herbe… Anouk n’allait pas avoir le choix, elle devait sortir pour aller se ravitailler. Elle était toute molle, son corps était lourd. Lourd de ce qu’elle avait prit avant. Anouk se leva titubant légèrement. Elle alla s’habiller. Anouk savait très bien qu’elle allait se rendre vers les bas fonds de Nexus. Et qu’il fallait être prudent et discrète. Mais ce n’était pas vraiment son genre. Il faisait chaud, ce soir là. La petite lapine mit donc une robe noire qui lui arrivait au dessus des genoux. Rendant un contraste magnifique avec sa peau blanche. Puis elle s’accrocha comme à son habitude des bracelets, colliers et autres décorations en perle.

Anouk prit du temps pour se préparer. Comme à son habitude… Mais au bout d’un moment elle fut enfin prête. Sac dans une main, pétard coincé entre ses lèvres rouges la lapine partie vers les bas fonds. Anouk était connu dans les environs, c’était souvent elle venait acheter sa drogue ici. Il était rare qu’elle se face emmerder, car Jackall était aussi connu. Et bon un terranide requin de 2m30… Il ne fallait pas trop le faire chier et ne pas faire chier la lapine part la même occasion. Directement Anouk chercha son fournisseur habituel. L’échange se passa à son habitude très bien. Anouk cacha tout dans son sac avant de partie se mettre assise sur un banc un peu plus loin au calme de toute agitation.

Sa faisait un moment qu’elle avait finit son joint, et maintenant qu’elle avait se qu’elle voulait, Anouk allait enfin pouvoir passer à autre chose. Sa main plongea dans son sac. « Venez mes tous beaux ! » Des comprimés, ornés de différent motif. De l’ecsta’ histoire de se réveiller un peu. Anouk apporta sa main à sa bouche et avala les comprimés. Deux, elle savait que la came des bas fonds n'étaient pas très bonnes. Et qu'il n'était pas rare de tomber sur de la mauvaise qualité surtout venant de la part de son fournisseur. Sa faisait un bon mois qu'elle n'en n'avait pas prit.Assise sur son banc, il ne restait plus cas attendre. Et comment passer le temps ? Il suffisait de tricoter ! Anouk sortie alors de son sac une pelote de laine, des aiguilles et se mit alors à tricoter comme une petite vieille sur son banc, il ne manquait plus que les lunettes sur le bout du nez.

Le temps défilait. ¾ heure venait de passer. Le cœur d’Anouk accélérait doucement. Un large sourire était affiché sur son visage. C’est partie doucement l’ecstasy commençait à faire son petit bout de chemin sur la lapine. Bientôt elle allait avoir une sensation d’énergie et de forme, suivit de bien d’autre effet.

Et c’est alors qu’une silhouette apparut au loin. Anouk releva la tête sourire aux lèvres, alors que ses mains continuaient de bouger comme une machine. La lapine n’était qu’au début de son trip, ses dents claquaient entre elles, grinçaient, alors que son regard ne lâchait pas cette personne. Qui apparaissait dans la ruelle en face. Elle n’avait pas encore cette sensation d’amour que l’ecsta’ avait pour habitude de procurer. Et Anouk se souvenait toujours qu’elle était dans les bas fonds de Nexus qu’il fallait faire attention même si elle était connue. D’habitude jamais personne ne venait dans ce coin, elle était toujours toute seule. Un soir qui changeait des autres. Anouk resta silencieuse à l’exception de ses dents qui continuaient de grincer, restant attentive pour savoir qu’il était cette mystérieuse personne…
« Dernière édition: Avril 17, 2014, 11:15:59 par Anouk » Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Avril 18, 2014, 02:34:58 »

Contre un mur, un homme était en train de prendre une prostituée. C’était une belle femme, bien en chair, avec une robe rouge et de longs cheveux, qui se faisait prendre contre un mur dans la cour intérieur d’un harem sinistre des bas-fonds. Depuis un toit, White Rabbit observait ce couple en mangeant une pomme. Quel spectacle fascinant ! Elle observait l’activité de ce harem depuis un petit moment. Il appartenait à un criminel notoire, un petit bourgeois qui, pour arrondir ses fins de mois, versait dans la contrebande, la prostitution, et le racket auprès des habitants de ces quartiers désœuvrés. Balthazar Mangrove était son nom. Un esclavagiste qui passait son temps à boire, et qui était actuellement en train de coucher avec une pute, de se persuader qu’il la faisait jouir, alors que tout ce que la femme risquait était de lui vomir à la figure, à force de sentir son haleine imbibée d’alcool à la figure. Elle avait toujours simulé avec Balthazar, ce qui, honnêtement, n’était pas très difficile, vu qu’il était toujours bourré.

White Rabbit finit par se relever, et s’arracher à ce simulacre. Les hommes de Balthazar étaient vraiment de piètres amants, et les voir ainsi... Ce n’était tout simplement pas rigolo ! Or, pour White Rabbit, le divertissement était la principale activité qui vaille le coup. Elle se déplaça donc, filant de toit en toit, ombre furtive, cherchant un autre sujet d’amusement pour passer la soirée. Terra était généralement un endroit plus divertissant que la Terre, et c’était bien pour ça que la femme s’y rendait de temps en temps, privilégiant largement ce monde à celui dont elle était originaire, si carrée, si réglée, si... Si banal, tout simplement ! Nexus était un vivier de population, et on pouvait y trouver tout un tas de choses fascinantes ! La Lapine se déplaçait de toit en toit jusqu’à sentir une curieuse présence.

*Qu’est-ce que... ?!*

La femme s’arrêta, et se concentra, repérant l’origine de ce curieux signal : à proximité, dans une ruelle. Il était tout proche, et elle se déplaça rapidement, jusqu’à repérer... Une élégante Terranide dans une robe noire, allongée sur el sol, dans une petite ruelle sinueuse.

*Hum...*

Comme tant d’autres, elle avait acheté de la drogue appartenant à Balthazar, un truc qui faisait planer. Et elle planait, littéralement. White Rabbit le sentait à travers ses liens magiques, à travers la manière dont la femme était en train de réagir. Une belle petite Usagi qui planait, qui était en train de vivre un trip grâce à la dope de Balthazar, comme tant d’autres dans ce quartier sinistre. La drogue, c’était comme ouvrir une parenthèse dans sa vie minable, comme un moyen de s’évader. White Rabbit aurait pu en prendre, mais elle se méfiait de produits capables d’altérer sa concentration, et donc de perturber sa magie.

La femme descendit lentement au sol, s’avançant tout aussi lentement vers la femme, d’une démarche sensuelle. La créature avait des yeux rouges, et, tout en étant en train de planer, White Rabbit la vie tourner son regard vers elle, l’observant en grinçant des dents. White Rabbit s’en moquait bien. Les Usagis avaient la réputation d’être des Terranides joueurs, insaisissables, et, en l’état, c’était tout ce dont White Rabbit avait besoin. Elle s’avançait donc, nullement inquiète, tandis que, dans sa main, un petit flacon contenant une substance violette venait d’apparaître.

« Si tu veux vraiment planer, ma belle, j’ai ce qu’il te faut... Que dirais-tu d’un petit échantillon ? »

White Rabbit aspergea le flacon, qui contenait un spray, sur le visage de la femme. Elle agit rapidement, mais, comme l’Usagi était droguée, ses réflexes étaient plus lents. Une poussière violette fila dans sa bouche et dans ses narines, et White Rabbit lui souffla alors un baiser, avant de glousser, et de se mettre à courir.

« Jouons ensemble ! »

Les murs se mirent alors à changer de formes, comme si les immeubles ondulaient, et le ciel lui-même sembla se teinter de couleurs bariolées... Du moins, aux yeux de l’Usagi. La potion de la Lapine était un hallucinogène très puissant, et un fil d’or se dressa devant l’Usagi, afin de l’inciter à suivre White Rabbit. Comme pour inciter l’Usagi à la suivre, on pouvait entendre, comme un écho se répétant à l’infini, les gloussements de la magicienne.

C’était une manière comme une autre de l’inciter à la suivre, après tout.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #2 le: Avril 22, 2014, 09:28:52 »

Anouk restait silencieuse ses doigts continuaient de bouger tout seul. Un large sourire aux lèvres. La silhouette qui était dans la pénombre commençait à se dessiner. Ce qu’elle remarqua directement était ses longues oreilles perchées sur sa tête. Tout comme elle ! Enfin en regardant un peu mieux, ce n’était pas de vraies oreilles justes des pâles imitations. Nein ! De quoi Anouk laissa échapper un petit rire, moqueur. Enfin Anouk la regarda de haut en bas, dans sa magnifique tenue de bunny girl…

De quoi en faire rougir plus d’un. Et plus d’une. Machinalement la lapine passa sa langue sur sa lèvre inférieure. Anouk restait quand même concentrée alors que la chaleur dans son corps continuait doucement à monter, que sa bouche se faisait sèche. Quand l’inconnu prit la parole. Vraiment elle avait ce qui lui fallait. Intéressant. Anouk arrêta de tricoter, se redressant de son banc pour venir en face de la jeune fille, tenant toujours ses aiguilles en main.

« Un échantillon… » Mais elle n’eu le temps de rien dire de plus. La fausse lapine lui envoya un produit sur le visage. Anouk, tendit la main essayant de repousser l’humaine qui se trouvait en face. Mais c’était trop tard, une poussière violette arriva sur son visage. Rentrant dans sa bouche et son nez. Bordel. Anouk se pencha sur le côté pour tousser, se frottant le nez, passant ses mains sur son visage. Jamais elle n’avait vu de drogue qui avait cette couleur. Qu’est ce que c’était encore ?

« Dit moi c’est quoi ? » Grogna Anouk, qui se frottait toujours le visage, ayant lâchée ses aiguilles à ses pieds. Elle finit par redresser la tête, les yeux légèrement plissés pour voir la fausse lapine lui envoyer un baiser, tout en ricanant pour filer dans la ruelle. Garce !

« Tu veux vraiment jouer ! » Se mit à ricaner la lapine, se passant de nouveau la langue sur ses lèvres. « J’espère que tu cours vite ma douce ! » A cet instant Anouk ouvrit en grand ses yeux rouges. Mais elle bascula légèrement en arrière pour se remettre assise sur le banc. Bordel, tous bougeaient autour d’elle. Les immeubles ondulaient…

« J’ondule je suis une fougère ! » Anouk se mit alors à éclater de rire sur son banc, tout en se tortillant de gauche à droite comme les immeubles qui se trouvaient en face d’elle. Ce n’était pas le moment de se faire des histoires. Vraiment pas. Elle devait jouer… Rattraper la fausse lapine ! Dans un petit cri, Anouk essaya de se calmer, baissant la tête tout en reprenant sa respiration et à ce moment elle vit un magnifique fil d’or… Un fil !

« Joli petit fil… Que fais-tu là ? Et toi ! Arrête de ricaner comme ça je vais venir te chercher !! » Anouk se redressa alors s’adressant à l’écho, basculant un peu sur le côté, titubant. Mais son attention repassa ensuite sur le fil. Avec ce fil elle pourrait faire une magnifique couverture, une écharpe… Non non ! Un pull ou encore des gants pour cet hiver. Oui des jolis gants avec des pompons au bout. Et des petites perles partout. Partout, partout !! Oui c’est ça !

Anouk tendit alors la main vers le fil pour essayer de l’attraper. Mais sa main passa à travers… La lapine essaya une nouvelle fois et la même chose se reproduisit. « Damned… Donne-moi ton fil ! Je le veux !!! » De quoi donner encore plus de motivation à la lapine pour attraper la jeune femme. Certes sa n’allait pas être très facile. Sachant qu’Anouk avait bien du mal à avancer dans ce décor penché ! La petite terranide se mit à courir après le fil, s’enfonça dans les bas-fonds de Nexus tout en ricanent devant toutes les hallucinations qui se produisaient sous ses yeux.

« Où es-tu fausse lapine ? » Anouk courrait toujours après le fil. Et toutes ces hallucinations ne s’arrêtaient pas un instant. Bon dieu, cet échantillon faisait un véritable effet. Largement mieux que la drogue de Balthazar… Raison de plus de retrouver cette femme. En plus de disposer d’un physique de rêve, d’un fil en or que Anouk adorerait avoir, elle possédait de quoi la faire planer. Anouk se devait de l’attraper…
Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Avril 23, 2014, 12:21:42 »

Dans le ciel, des aurores boréales dansaient. La Terranide mystérieuse et droguée venait d’entrer dans le merveilleux monde de White Rabbit. La poudre qu’elle lui avait balancé était un hallucinogène très efficace, et la femme s’avançait à travers les rues de Nexus, suivant le fil d’or qui serpentait sur le sol. Les rires de White Rabbit se turent assez rapidement, mais on pouvait entendre, en arrière-fond, par moment, les accents sonores d’une espèce de musique de cirque. Les accents venaient de loin, mais, plus Anouk suivait le fil doré, et plus elle devait les entendre... Comme s’il y avait une fête à proximité.

« Oh, Madame Witsy, dépêchez-vous donc ! résonna soudain une voix dans le dos de la femme.
 -  Oui, oui, Monsieur Scorpouïk, c’est l’heure du thé ! Et puis, n’oublions pas le dessert...
 -  Et le gâteau ! » s’exclamèrent en chœur Monsieur Scorpuïk et Madame Witsy.

Deux lapins dépassèrent Anouk, sans prêter aucune attention à la Terranide. Ils étaient petits, mais Monsieur Scorpouïk portait une redingote noire, un monocle, tandis que Madame Witsy avait une sorte de robe rose qui glissait le long de son petit corps. Les deux lapins bondissaient de concert, et, même si la Terranide avait tenté de les arrêter, elle en aurait été incapable. Si elle avait essayé de passer par d’autres rues que celle avec le fil d’or, elle serait revenue exactement à cette rue. Elle aurait tout simplement fait un tour sans en avoir conscience. Était-elle réellement en train de se déplacer ? Qu’est-ce qui était réel ? Qu’est-ce qui ne l’était pas ? Mais il fallait avancer, c’était la seule chose dont on pouvait être sûre. Comme Alice, Anouk avait traversé le miroir, et était en train de suivre le Lapin blanc. Voyait-elle l’horloge invisible qui dansait dans le ciel ? D’autres lapins surgissaient parfois par moments. L’un d’entre eux avait un chapeau melon, un parapluie sous le bras, un costume avec une cravate, et regarda une énorme montre à gousset.

« Le thé, le thé ! En retard pour le thé, en retard ! »

Ce n’était plus Nexus. Les maisons y ressemblaient, mais l’architecture n’y était plus. Alors que la Terranide avançait, elle débarqua devant un escalier en pierre qui descendait jusqu’à une sorte de place centrale éclairée par des lampadaires électriques... Le genre de choses qu’on ne trouvait pas à Nexus. Il y avait une grande table avec une multitude d’animaux : on retrouvait Monsieur Scorpuïk et Madame Witsy, mais il y avait aussi Lord Peggy, un honorable cochon, le chief justice Brelland, un mouton. C’était une ferme des animaux, avec des théières et des tasses de thé, autour d’une longue table avec une nappe blanche finement dressée et des chandeliers.

Un museau heurta soudain les fesses d’Anouk, et un cheval s’ébroua, visiblement furieux. C’était Mister Dawnes, et il releva le museau.

« Allons, que faites-vous là, plantée comme une statue de cire ? Voulez-vous donc être en retard à la fête ? C’est l’heure du thé ! Et il y aura un gâteau, et... Hééééééééééé !! se mit-il à hennir. Pressons donc ! Allez, allez, pressons, pressons ! Si le temps est une boule, alors il en faut pas attendre, ou vous risqueriez de glisser ! »

Et Mister Dawnes se mit à pousser la femme. Par ailleurs, la musique de cirque venait de se taire, alors qu’on pouvait entendre les convives, en contrebas, appeler le service. Mister Dawnes s’empressa de les rejoindre, et s’assit sur ses fesses, relevant ses jambes avant en tapant entre ses fers à cheval.

Le fil doré, lui, menait tout droit sur une chaise, et il n’y avait visiblement aucune autre sortie de la place.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #4 le: Avril 30, 2014, 08:05:26 »

Anouk avançait. Suivant le fil. Joli fil qu’elle n’arrivait toujours pas à attraper. Quand une musique résonna. Une musique de cirque. « J’aime pas ça ! J’n’aime pas les clowns, ils ne me font jamais rire ! Méchants, méchants clowns ! » Mais malgré cela elle continuait à avancer, espérant que les clowns ne seront pas là à son arrivée. Quand derrière, elle entendit des voix.

Deux lapins venaient de la dépasser. Bondissant, tout mignons. Ils parlaient même, tout comme elle. Ils avançaient plus vite qu’elle. « Attendez-moi !! Comment je fais pour attraper le fil ? » Anouk pressa un peu plus le bas, mais il n’y avait rien à faire les lapins partaient de plus en plus loin.

« Non, je voulais savoir où vous avez trouvez cette belle robe rose !! Je suis sur à ma taille, elle me ferrait un cul d’enfer. Ne partez pas ! » Les paroles de la petite lapine n’avait pas forcement de rapport comme à son habitude. « Je veux du gâteau. » Il y avait du désordre dans sa tête.

A peine que les deux lapins venaient de disparaître de son champ de vision que des nouveaux venaient d’apparaître. « Quoi en retard moi ? Mais, mais personne ne m’a dit que je devenais boire le thé ! J'aurais su j'aurais mis une plus belle robe quand même !» Anouk s’arrêta en haut de l’escalier en pierre reprenant un peu son souffle. « La fausse lapine, ne ma pas parlé de thé ! Et voulais me donner un échantillon ! » La lapine souffla s’appuyant sur ses genoux. « J’aime que le thé à la menthe j’espère qu’il en a ! »

Le trip ? Anouk ne cherchait même pas à comprendre ce qui était vrai ou faux. Avançant toujours tout droit. Heureuse bizarrement. Ca changeait de sa routine. Elle descendit l’escalier se collant contre le mur. Voyant la grande place avec les lampadaires. « Vraiment bizarre ! Il faudrait en acheter de ses machins ! » Ne jamais s’opposer au trip. Anouk y allait droit dedans. Dans la joie, la bonne humeur et la troupe d’animaux qui se présentait devant elle.

Il y avait la lapine à la robe rose, Anouk pourrait lui demander où elle avait acheté sa robe sa tombait bien tien. Quand une pression se fit sur ses fesses. « Maisss… » Anouk se retourna alors face à un cheval. Visiblement furieux, pressons, pressons. « Pardon Monsieur !! Mais je cherchais la fausse lapine et… » Le cheval se mit alors à la pousser « Et… Je vais m’assoir pour la fête j’ai compris !! Oui oui c’est la fête ! »

Anouk suivit le fil pour se mettre assise à une chaise. Comme d’habitude elle ne cherchait pas à comprendre d’où venait tout ce cirque. « Je suis bien contente il n’y a pas de clowns j’avais peur dit donc ! » Marmonna-t-elle en se mettant assise.

D’un signe de main elle essaya de capter le regard des lapins. « Heyy vous ! Faut faire attention dans le coin il y à une femme avec des fausses oreilles sur la tête. J’ai peur qu’elle vienne à la fête ! » Anouk parlait dans le vide, les lapins ne l’écoutaient pas. Tant pis. Non pas tant pis.

Anouk pencha la tête en avant pour regarder le cheval. « Monsieur le cheval on fait une fête en l’honneur de qui ? Vous avez du thé à la menthe aussi ? Avec du sucre… Beaucoup de sucre ! J’aime le sucre et j’ai pas mal aux dents que je prends soin de bien me les brosser faut pas s’en faire. »

Anouk leva alors la tête en l’air regardant le ciel qui bougeait. Pleins de couleurs. C’était beau ! Une aquarelle géante. La lapine avait l’impression que des oiseaux dansaient dans le ciel. Des oiseaux qui contrastaient très bien. Ils étaient noirs. « Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? » Finit-elle par lâcher.
Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 02, 2014, 03:05:08 »

La folie était une notion éminemment subjective, dépendant du contexte et de l’endroit donné. Autrement dit, un comportement qui, à une période précise, pouvait correspondre à de la folie, pouvait apparaître comme étant totalement normal à une autre. C’est ainsi que ce fléau que représentait l’homosexualité dans le passé était maintenant rentrée dans la norme, tout comme, dans une vision un peu plus intellectuelle, l’athéisme, ou l’absence de croyances. Jadis, l’athée était la définition même du forçat, du fou, du suppôt du Diable, alors que la laïcité s’était maintenant développée, avec une exclusion progressive de la religion des sphères publiques. En bref, la folie était tout simplement une catégorie fourre-tout dans laquelle on rangeait tous les comportements anormaux, contraires à ce que la société tolérait et admettait. Ce faisant, il était difficile de dissocier le fou social du véritable fou. Anouk plongeait dans un monde, où l’anormalité étant la norme, la normalité devenait anormale. La raison devenait alors folie, et la folie... Normale. C’était à croire qu’elle avait débarqué dans un univers de fiction ressortant de l’imagination endiablée d’un jeune garçon, un monde sans règles, sans limite, et sans aucune autre cohérence que l’absence de cohérence. Elle était tout simplement dans l’univers d’une femme qui ne cherchait qu’à s’amuser et à profiter du bon temps.

Mister Dawnes se mit à hennir en buvant du thé au citron avec une paille, tandis que, dans un coin, Mickey-Bear, un énorme ours avec un ventre proéminent, racontait des histoires à une ribambelle de curieux animaux avec des plumes dans le cul.

« Monsieur le cheval on fait une fête en l’honneur de qui ? Vous avez du thé à la menthe aussi ? Avec du sucre… Beaucoup de sucre ! J’aime le sucre et j’ai pas mal aux dents que je prends soin de bien me les brosser faut pas s’en faire.
 -  On fait une fête... En l’honneur de la non-fête ! Faut-il donc un motif pour être heureux et pour se détendre ? Oui, voilà, disons que ceci est une non-fête pour des gens non-heureux ! »

Dans le ciel, il y avait toute une arabesque de couleurs et de mouvements, mais les feux d’artifices explosèrent alors, et les différents convives autour de la table poussèrent des cris de joie. Pendant ce temps, une théière avec des pattes d’araignées, Mrs. Jones, avait amené à Anouk la boisson qu’elle avait demandé, déversant du thé à la menthe avec deux carrés de sucre dans son verre. Les feux d’artifices explosèrent pendant de longues minutes, illuminant furieusement le ciel de pastels rouges, vertes, violettes, et dorées... Un paysage visuel et sonore détonant, perçant le manteau de la nuit, restant sur la rétine, les couleurs ondulant le long des nuages.

Lorsque le feu d’artifice se tut, les convives se mirent alors tous à hurler d’une même voix :

« Le gâteau !! Le gâteau !! Le gâteau !! Le gâteau !! Le gâteau !! »

Avec leurs couverts, ils tapaient sur la table, exigeant la présence du gâteau. On entendit alors le raclement de roues métalliques sur le sol, et on amena le gâteau. Il était tiré par des cerfs, et c’était un gâteau géant avec de la crème, du chocolat, et des fraises. Il était suffisamment grand pour contenir une personne, et les cerfs couraient rapidement vers la table, sans daigner s’arrêter. Elles bondirent alors par-dessus la table, faisant un bond prodigieux, tandis que les rênes qui tiraient le chariot comprenant le gâteau lâchèrent d’un coup. Le gâteau se mit à glisser le long de la table, renversant les couverts, recouvrant Mrs. Jones de crème blanche. Le gâteau tournait sur lui-même, et s’arrêta alors juste devant Anouk.

La pauvre Usagi eut à peine le temps de cligner des yeux que le gâteau explosa alors dans des rais de lumière fulgurants et éblouissants. Le temps que les yeux se réhabituent à la scène, on pouvait voir, juste devant elles, jambes écartées, la fameuse femme qui l’avait conduit là. White Rabbit était là, dans son costume, couvert de crème.

« Bienvenue dans mon monde, Anouk ! » l’acclama White Rabbit.

Dieu seul savait comment la femme pouvait connaître son nom, mais, après tout, elle était une magicienne. Il fallait bien qu’elle sache deux ou trois petits trucs, ne serait-ce que pour sa réputation.

« Qu’attends-tu pour venir me lécher ? Il y a plein de sucre... Là... » fit la femme en désignant son intimité, pile entre ses jambes.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #6 le: Mai 07, 2014, 10:32:13 »

Une fête en l’honneur de la non fête c’était un bon prétexte pour faire la fête tout le temps. Anouk se fit servir son thé en même temps que le feu d’artifice se mit à éclairer le ciel. Levant la tête en l’air la lapine admirait le spectacle. Ses deux grands yeux rouges s’illuminaient sous le spectacle. Elle poussait même des petits cris de joie, son cœur tapait dans sa poitrine à chaque fois qu’une fusée explosait.

Une fois finit, Anouk affichait un énorme sourire. Elle se délectait de son thé quand les convives autour de la table se mirent à appeler le gâteau. Ohh oui un gâteau ils en avaient parlé toute à l’heure, elle avait presque oublié. Elle déposa sa tasse sur la table et attrapa des couverts qui se trouvaient devant elle. Deux cuillères dans chaque mains, la jeune lapine tapait sur la table avec. Sur le même rythme des cris.

« Le gâteau !! Le gâteau !!... » Enchaîna-t-elle regardant dans tout les sens. Se levant même de son siège pour le voir arriver avant les autres. C’est alors qu’elle vit des cerfs arriver tiré un énorme gâteau. « Ohhhh le voilà ! Le voilà ! » Commença à crier la terranide levant sa main en direction de la délicieuse friandise qui faisait son arrivé. De la crème, du chocolat, fraises tout ce qu’aimait la lapine. Si bien que sa langue passa sur ses lèvres. Elle avait l’eau à la bouche ! Tout ce sucre qui était devant elle, elle allait devenir folle dans peu de temps.

Le gâteau arriva en plus juste devant elle. Immense ! Le gâteau était si immense. Elle allait tendre son doigt pour la passer dans le gâteau. Histoire de goûter un peu la crème. Que le gâteau explosa alors. Encore aveugle Anouk prit la parole « Que se passe t-il ? Le gâteau sauver le gâteau, nous sommes attaqué !!! Les clowns arrivent ! Le gâteau ! »

Ses mains gigotaient devant elle. Et sa vue revenait petit à petit et c’est à ce moment qu’elle vit la fausse lapine. Devant elle, jambes écartées, recouverte de crème, de sucre ! « C’est elle ! C’est elle… L’humaine qui se fait passer pour une lapine ! Elle à fait exploser le gâteau de la non-fête qu’on lui coupe la tête est vite ! » Anouk était toute paniquée. Elle n’avait même pas fait attention que cette femme connaissait son prénom.

« Faut la… » Par contre elle avait très bien entendu et compris quand elle lui demanda de venir lécher le sucre qui se trouvait sur son intimité. Directement Anouk arrêta de parler, la regardant. Bloquant ! La bouche un peu entre-ouverte, se demandant même si elle avait bien compris ce qu’elle venait de dire.

« Je ne connais même pas ton nom ! Et on nous regard ! » Anouk se laissa alors tomber en arrière sur sa chaise. Ses mains se croisèrent devant sa poitrine. Fixant la fausse lapine dans les yeux. Son regard était froid, son visage était neutre. « Tu me prends vraiment pour une fille facile enfaite ! C’est ça que tu es entrain de me dire ? Juste parce que tu écartes les jambes devant moi je devrais venir te lécher la chatte recouverte de sucre ! Laisse-moi rire ! »

Anouk se redressa de sa chaise, la faisant tomber en arrière. Son expression n’avait toujours pas changé. Puis elle se laissa basculer en avant plaçant ses deux mains sur la table entre les jambes de la jeune femme. Et d’un coup la lapine se mit à ricaner. « Ouais… Enfaite… J’y vais !! Pour l’amour du sucre ! » Et de cette intimité si gentiment offerte, il fallait bien l’avouer. Enfin pas maintenant !

La lapine eue juste à se pencher en avant, baissant la tête pour arriver à son entre-jambe. Sa langue passa sur son intimité énergiquement. Récoltant le sucre qu’elle pouvait. S’en mettant autour de la bouche, sur les joues et sur le bout du nez. Hum… C’était si bon, tout ce sucre la rendait dingue.
Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mai 11, 2014, 02:56:57 »

Tout ça était délirant, mais une chose semblait bien réelle dans ce florilège d’animaux, de sons, et de couleurs explosives : le sexe, et White Rabbit... Pourtant, n’était-elle pas, comme Anouk l’avait relevé, une fausse lapine ? Dès lors, quelle légitimité avait-elle pour déterminer ce qui était vrai de ce qui était faux ? La seule réalité, dans ce monde, et dans toutes les dimensions, c’était que rien n’avait d’importance. On vivait pour mourir, et tout ce qu’on construisait finissait par revenir à la poussière. Dust to dust, ashes to ashes, disait-on ainsi. Alors, qu’est-ce qui était vrai, qu’est-ce qui avait de l’importance ? S’éclater, rien de plus. Se faire plaisir, se lâcher, et ne penser à rien d’autre qu’au lendemain. La société ne s’écroulerait pas pour autant, car il y aurait toujours des gens préférant faire passer le bonheur des autres avant le leur (officiellement, du moins). La véritable liberté, pour White Rabbit, ne s’obtenait que par le biais d’un désintéressement sincère et honnête au reste des choses, au reste du monde, pour ne se préoccuper plus uniquement que des choses amusantes et divertissantes. C’est ainsi que White Rabbit fonctionnait. Le bien, le mal ? La démocratie, la dictature ? L’impérialisme occidental ? La guerre entre Nexus et Ashnard ? Tout ça lui passait au-dessus de la tête. Elle n’était là que pour s’amuser et profiter du bon temps. Éventuellement, elle rendait la justice, à sa manière. La femme était une anarchiste convaincue, ce qui faisait qu’elle pouvait aussi bien s’attaquer aux criminels qu’aux policiers. La Lapine avait tout simplement sa propre philosophie, sa propre vision du monde et de la vie.

Anouk se rapprocha de son intimité, montant sur la table, et White Rabbit posa une main sur sa tête, plaquant son visage contre ses cuisses. Elle avait baissé sa culotte, et utilisait sa magie pour que du sucre colle à ses parois intimes, sans en descendre. C’était bizarre, troublant, mais, au point où elle en était, c’était bien le cadet de ses soucis... Si tant est qu’elle considérait cela comme un souci. Le sucre la chatouillait, et sentir la langue d’Anouk filer entre ses cuisses l’aidait à se sentir mieux, puisqu’elle récupérait du sucre à chaque coup de langue... Un sucre qui serait certes un peu humide, mais un sucre quand même. Main posée sur sa tête, la Lapine la laissait faire, soupirant silencieusement, tandis que, autour d’elles, on entendait des explosions de joie, de couleur, et de lumière. Les idées affluaient dans la tête de la Lapine, mais elle continuait à laisser Anouk la lécher, lui faire plaisir... Et se faire plaisir.

Au bout de plusieurs minutes, la Lapine repoussa alors Anouk, la renvoyant contre son siège, et un harnais de sécurité s’abaissa alors sur elle, comme si elle était sur le siège d’un manège d’attraction. L’harnais venait du haut, et l’immobilisait, impossible à retirer. Un sourire sur les lèvres, White Rabbit sauta de la table, et récupéra sa culotte rose, la remettant entre ses jambes, sans qu’on ne sache trop d’où elle venait. Elle se pencha alors vers Anouk, et posa un doigt sur son nez, brièvement, avant de s’exprimer.

« Le lapin est un guide pour la folie, petite Anouk. Que je sois un vrai lapin ou pas, quelle différence ? Toi-même, tu n’es pas Alice. Tu es dans mon monde, petite Usagi... Si tu veux en sortir, il te faut retrouver les lapines. Il y en a deux, et, si tu les retrouves toutes les deux, tu auras droit à une récompense. »

White Rabbit lui sourit à nouveau, penchée vers elle, et continua son manège en s’asseyant sur le fauteuil, ses jambes filant de part et d’autre de celles d’Anouk. Elle rapprocha ainsi sa poitrine d’elle, mais se baissa, pour que son visage se plante face à celui de son invitée, et qu’elle puisse voir les yeux violets de la magicienne.

« En attendant, je t’offre un tour sur le Bolid’. »

Ayant dit cela, la Lapine s’écarta, et Anouk constata alors que son fauteuil était désormais fixé sur des rails, et avait changé de place, se trouvant face à celui des autres, formant une ligne. White Rabbit s’écarta, et souffla un baiser à Anouk, avant que la machine ne démarre. Le fauteuil s’avançait le long du sol, et il n’y avait pas de planches sur lequel s’appuyer. Les jambes d’Anouk flottaient dans le vide, et le manège grimpa ensuite une côte, dans une espèce de gros canon long.

« Paré au décollage ! entonna quelque part une voix off. 3... 2... 1... GOOOOOOOOOOO !! »

Il y eut comme une explosion, et le manège fila à toute allure, pour s’envoler dans le ciel, et, en regardant bien, on pouvait voir qu’il était tiré par des cerfs et par un cocher bedonnant vêtu de rouge... Comme le chariot du Père Noël. Le chariot s’envolait au-dessus d’une ville indistincte, évoquant une sorte de Nexus fantasmagorique, avec des champignons géants qui faisaient la taille d’immeubles ici et là. Il y avait également des bâtiments à l’architecture curieuse, semblant avoir été conçus par un Numérobis qui se serait échappé ici : des portes à la place de fenêtres, des escaliers de travers, des étages faits à côté des rez-de-chaussée, s’appuyant eux-mêmes sur d’autres rez-de-chaussée... Des oiseaux volaient parfois près du chariot, explosant alors en mille artifices qui tombaient sur les spectateurs. Anouk ne pouvait que suivre le manège, qui se rapprochait lentement d’un château central, sur une grande place circulaire.

Le chariot se rapprochait de la grande place centrale, et, en s’approchant, on put voir que cette place était reliée à deux autres places, une au nord, une au sud, chacune ayant une statue de lapine. Était-ce les deux lapines dont White Rabbit avait parlé à Anouk ? Le chariot s’approchait à vive allure du sol, et, alors qu’il allait s’y écraser, les cers s’en servirent pour sauter, bandant les muscles avant de les relâcher, mais le harnais de sécurité retenant Anouk s’ouvrit alors, sans prévenir.

« On largue le premier cadeau, HO-HO-HO-HO !! » s’exclama le curieux Père Noël.

Anouk se retrouva sur le sol, devant le palais... Où une autre fête avait lieu. Une fête multicolore et folklorique, devant un château semblant tout droit sorti d’un conte de fées.

Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #8 le: Novembre 24, 2014, 07:50:32 »

Du sucre, tellement de sucre… Servit sur un plat de choix ! Une intimité complètement offerte à la langue et à la bouche d’Anouk. Les mains de la lapine entouraient les cuisses de sa partenaire lui caressant doucement l’intérieur de celle-ci. Sa langue parcourait doucement ses lèvres intimes, récoltant le sucre, qui donnait l’impression de ne pas partie. White Rabbit posa alors sa main sur la tête  de l’Usagi, l’empêchant de reculer. En même temps elle n’avait pas spécialement envie de s’écarter… Ah si ! Peut-être pour parler, car Anouk aimait bien parler, beaucoup parler, surtout pour ne rien dire. Mais elle savait que c’était mal poli de parler la bouche pleine, elle était quand même polie pour une terranide drogués.

Anouk embrassait, léchait follement son intimité, la mordillait de temps en temps. Tout ce qu’il y avait autour de l’intéressait plus de tout. Elle se fichait totalement des animaux qui étaient là avant à la table, de la fête de la non-fête. Tout ce qu’elle voulait c’était White Rabbit ! Elle voulait la bouffer !  Lui bouffer la chatte… Oups pardon, on avait dit avant qu’Anouk était polie… L’Usagi voulait s’occuper de sa petite fleur dans les règles de l’art. Voilà c’est déjà mieux comme ça ! Alors que la lapine pensait avoir finit l’entrée et enfin passer au plat, la fausse lapine la repoussa dans son siège.

Et à peine que son dos toucha le dossier de son siège qu’un harnais de sécurité s’abattit sur ses épaules.  Anouk machinalement essaya de le retirer en tirant dessus mais rien n’y faisait. La lapine avait encore plein de sucre sur la bouche, les joues et le bout du nez.

« Quoi ? Qu’est ce que c’est encore que ce truc ? Tu n’aimais pas ce que je faisais c’est ça !! Tu pouvais me le dire au lieu de m’attacher comme ça sur mon siège ! Tu sais je pouvais faire mieux, ce n’était que le début ! Pis me priver ainsi de sucre, ce n’est pas très bien. Bon tu penses peut-être à mes dents, pour pas que j’ai de carries, mais ce n’est pas une raison de me faire cela ! Tu sais je me brosse les dents tous les… »

White Rabbit posa alors son doigt sur le nez de la lapine ce qui eu comme effet de la faire taire. Le bouton off peut-être ? Non, juste veille, car rien ne pouvait faire taire Anouk ! Elle regardait la fausse lapine avec envie, mais aussi avec colère ! La colère de lui avoir prit son quatre heure, la nourriture c’est sacré bordel ! W. Rabbit prit alors la parole, lui racontant des choses un peu bizarre. Ouais W. Rabbit était vraiment bizarre, trop bizarre ! Ce n’était pas un peu l’hôpital qui se fou de la charité là ? Nein ! Alors que la jolie lapine était entrain de s’installer, Anouk décida de mettre un peu les choses à plat.

« La différence ! C’est que moi j’ai des vrais oreilles et une vraie queue et toi tu as RIENNNN !! Il n’est pas bien de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre. Ta maman ne te l’as jamais dis ? Ensuite non je ne suis pas Alice, je suis Anouk je sais encore comment je me nomme dit donc, part contre toi tu as la mémoire courte. Je vais devoir te le répéter encore combien de fois pour que tu le retiennes ? Ahhhh la la la la faut tout d’apprendre ! »

Et comme à son habitude Anouk avait des humeurs quelques peu changeante. Alors qu’elle secouait sa tête dans tous les sens, elle se bloqua pour afficher un grand sourire à la fausse lapine. Plongeant ses yeux rouges dans ceux violets.

« Mais une récompense m’intéresse grandement ! En plus ci c’est une surprise c’est encore mieux, tu sais que j’aime les surprises ! Oui tu le sais ! Tu sais tout de moi dit donc à part mon prénom ! Pis si la récompense et un fil je le veux. Car le fil de toute à l’heure à disparu et je suis assez triste quand même… Mais oublions si je peux en avoir un nouveau, je veux retrouver t’es lapines, c’est difficile à cacher des lapines. Je vais te les retrouver facilement et ainsi j’aurais ma surprise ! »

Anouk se coupa d’un coup et avança brusquement sa tête en avant pour déposer un smack sur les lèvres de sa partenaire.

« Kiss kiss love love ! J’accepte ! »

Juste après cette petite phrase qui n’avait vraiment aucun sens dans la conversation, W. Rabbit lui annonça qu’elle allait faire un petit tour en Bolid’… En Bolid’… Anouk regarda ses pieds et pu alors voir des rails… Comme dans un manège… Alors que le siège commença à se déplacer, la lapine attrapa le harnais pour le serrer dans ses mains.

« NONNNNNNNNNNNNN !!! Libère-moi, libère-moi !! Je suis malade en manège, je n’aime pas ça ! J’ai le vertige ! Je veux ma maman… Je veux Jackallsssss !!!!! Mon précieux vient me sauver !!! AHHHHHHH »

Alors qu’une voix off c’était mise à parler, Anouk continuait à crier dans son siège. Et elle ne s’arrêta pas là, sa voix était encore devenue plus aigue quand elle se fit éjecter. Les yeux fermés au début, elle fit part les ouvrir et voir qui était en train de trainer le manège.

« PERE NOEL !! On m’a toujours dis que vous étiez qu’une légende ! Que sa ne servait à rien de vous donnez du lait, des cookies et des carottes à Noël ! Vous savez j’ai été gentille cette année, c’est cette White Rabbit qui est méchante avec moi ! Oui tout est de sa faute ! »

Anouk ne faisait pas attention au paysage jusqu'à qu’elle remarque les deux statues de lapines ! Elle les pointa du doigt.

« Je dois les attraper !!! Père Noël si j’arrive à les attraper j’aurais une récompense !! Vous savez où je peux les trouver ? »

La lapine avait posé sa question trop tard… Car l’atterrissage avait déjà eu lieu, le premier cadeau venait d’être largué, comme il venait de le dire. Le salaud ! Même pas il lui avait répondu en deux, deux. Pfff… Connard de Papa Noël pour la peine, la lapine ne donnera pas de carottes aux rennes cette année.

« Bon elles sont où les lapines !! »

L’usagi fit mine de remonter ses manches tout en s’approchant du palais. Le palais de la fête !

« Je me demande si c’est l’after de la fête de la non-fête !! Non Anouk, arrête ce n’est pas le moment de refaire la fête ! Tu as une mission à effectué aujourd’hui, tu dois tout faire pour y arriver. Et faire la fête n’est pas la bonne idée, même s’il y a surement du sucre en abondance. »

Anouk s’approcha alors du palais et commença à aller dans la fête. Il y avait de la musique, tout était très joli, il y avait plein de couleur… DES COULEURS ! Les yeux de la lapine s’illuminaient à chaque instant. Sa tête tournait dans tous les sens… Elle se retenait, elle se retenait. La mission, la mission, la fission, la fetion, la fête… LA FÊTE BORDEL !!

Anouk venait en deux secondes de tout oublier, elle voulait s’amuser !

« Vient là White Rabbit, nous allons continuer ce que nous avons commencé et cette fois tu ne vas pas me repousser ! » cria la petite lapine dans les airs !

L’usagi se mit à parcourir la fête pour s’amuser comme il se devait.
Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Novembre 27, 2014, 02:17:35 »

Un Tour sur le Bolid’, et un aller-simple vers le Pays Merveilleux de White Rabbit ! Tout cela était-il réel ? N’était-ce qu’une illusion ? Comment démêler le vrai du faux ? Qu’est-ce qui faisait qu’un mensonge devenait réalité ? Qu’est-ce qui faisait qu’un mirage n’était pas la réalité ? Nos sens, voilà la réponse. Il n’existait pas de réalité à proprement parler, car la réalité, toujours, était réduite par ce que la capacité sensorielle du sujet était capable d’avaler. Un exemple ? Certains animaux voyaient la nature à travers un prisme vert. D’autres avaient un sens de l’odorat beaucoup plus développé. Autrement dit, un chat pouvait sentir des odeurs indétectables pour un être humain, ou entendre des sons qu’un humain n’écouterait pas. Ce faisant, un chat percevait des choses qui n’existaient pas pour un humain… Et pourtant, ces choses étaient réelles. Le point de vue de White Rabbit, c’était que la réalité n’était qu’un trucage, un artifice sensoriel, et qu’il était facile de tricher, de truquer cette fausse réalité, cette impression de réalité. Le cerveau était une arme fascinante, et aisément facile à duper, pour peu qu’on s’en donne les moyens. Rien de ce que vivait Anouk ne semblait réel… Tout ne semblait être qu’un défi perpétuel et permanent à la logique. Mais, tant qu el cerveau du sujet était convaincu de la réalité de la chose, il continuait à y croire, et à donner à l’illusion une consistance telle que l’illusion devenait réalité. Le cerveau, un organe fascinant.

Anouk se retrouva devant le Palais Enchanté, et un feu d’artifice impressionnant illuminait le ciel. Des colonnes de lumière fluorescentes dansaient à droite et à gauche de la longue avenue menant au Palais, et, dans le ciel, les feux d’artifices éclataient dans tous les sens, provoquant des détonations ahurissantes. Des lumières stroboscopiques affluaient du donjon, dardant l’obscurité de reflets violets, bleus, jaunes, verts… Un kaléidoscope de lumières enchanteresses, tandis que, dans les micros et les hauts-parleurs, une musique défilait à outrance, une musique destinée à vous permettre de vous évader, et qui venait droit de la Terre :


On pouvait entendre des rires et des hurlements de joie venir du Palais. L’Usagi avait atterri à côté d’une grande fontaine, et choisit rapidement de se ruer vers la fête.

« Viens-là White Rabbit, nous allons continuer ce que nous avons commencé et cette fois tu ne vas pas me repousser ! »

La Lapine l’entendit, bien sûr, mais préféra laisser Anouk seule. Elle remonta le long d’une allée verdoyante, où, à gauche comme à droite, des colonnes de lumières s’envolaient de temps en temps. Elle grimpa ensuite sur le pont menant au corps de garde du Palais. À l’intérieur, le corps de garde menait droit vers une cour où se tenait une foule massive de gens, qui gloussaient et riaient en regardant les étoiles danser dans le ciel. Les feux d’artifices étaient si impressionnantes qu’ils retombaient parfois sur les toits, formant comme des étoiles magiques, des rivières de perles dorées qui luisaient dans le ciel

Après cette cour principale, une porte menait vers le cœur de la fête. Il y avait de multiples manèges : des chaises volantes, des palais des glaces, des montagnes russes, une grande roue, et des boutiques vendant des pommes d’amour, du sucre, des bonbons… C’était comme si Anouk venait de débarquer dans le rêve joyeux d’un enfant insouciant après que ses parents l’aient ramené de Disney World… Il y avait également des animateurs, dans des costumes de bunnies girls.

« Madame ! Madame ! s’exclama une femme en direction d’Anouk. N’oubliez pas votre plan !! »

La femme qui venait de lui parler était une bunny girl qui lui offrit un prospectus. C’était un dépliant abritant un plan du parc, et on pouvait d’ailleurs voir, en haut, le nom du parc d’attractions :

« White Rabbit’s Land »

Pour le reste, le parc se découpait en quatre zones :

  • Le « Rabbit’s Castle », qui faisait office de zone d’accueil, et qu’Anouk venait de franchir ;
  • Le « Rabbit’s Valley », une zone sur la droite ;
  • Le « Rabbit’s Forest », une zone sur la gauche ;
  • Le « Rabbit’s Lair », une zone au nord.



Un véritable jeu vidéo était en train de se dessiner sous les yeux d’Anouk.

« Je m’appelle Oliveira, je serais là pour vous assister dans votre quête ! Comme vous pourrez le voir, le Rabbit’s Lair est fermé ! Pour l’ouvrir, vous devez récupérer deux clefs, qui se trouvent dans les deux zones principales du parc ! »

Chacune des zones correspondait à une statue qu’Anouk avait aperçue en arrivant. Restait à savoir où elle voudrait aller.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #10 le: Septembre 11, 2017, 02:00:22 »

« Viens ave moi White Rabbit on va passer un bon moment ensemble ! Et avec notre ami le sucre ! »

Anouk insistait en criant, mais la fausse lapine ne voulait pas se montrer, elle n’avait pas aimé sa prestation d’avant. La petite lapine était assez triste, elle qui pensait avoir un bon coup de langue quand même son doudou ne s’en était jamais plain lui… N’ayant pas de nouvelle Anouk se posait alors plein de question… Elle se mit à avancer dans une grande allée verdoyante en se parlant toute seule.

« Je lui n’ai pas fait un bon effet sûrement ! Elle veut pas me revoir ! Je pensais pourtant être douée… Mais elle n’a pas tout vue ce n’était qu’un avant-goût, je suis sur si elle me laissait un petit plus longtemps cette fausse lapine elle grimperait au rideau… Enfin s’il y a des rideaux car là il n’y en avait pas. Au pire des cas elle… OHHH LA BELLE ROUGE ! Elle était vraiment belle cela là ! »

Anouk s’arrêta un instant pour se mettre à applaudir devant la colonne lumineuse.

« Je disais quoi moi déjà… Ah ouais, ouais que j’allais la faire jouir comme pas possible ! Ouais elle va se souvenir de moi, de ce qu’est une vraie petite lapine ! »

Celle-ci continuait de marcher tranquillement quand elle arriva en plein cœur de la fête, où une foule de monde l’entourait.

« Hey Monsieur, je cherche une fausse lapine, se nom c’est White Rabbit ! Elle a des fausses… »

« Doucement ma petite, le temps n’est pas à cette discussion ! Le temps souhaite que l’on profite de la fête ! Profite des attractions demoiselle ! »

« Mais… » - « Profite ! »

Anouk était un peu contrariée, elle qui voulait des réponses à ses nombreuses questions elle venait de se faire remballer… Mais très vite elle oublia ses soucis quand elle vit un jeu de tir ficelle.

« OMG regarde Anouk toute cette ficelle ! Avec sa tu pourrais faire une écharpe pour tout le corps ! Double épaisseur fourrée avec de la polaire et on pourrait même faire des poches pour ranger des barres de chocolat, plein de chocolat, plein de sucre, plein de truc ! AHHH !! »

Anouk se mit à courir vers le stand de tir ficelle prête à tout arracher quand une dame se mit à l’appeler l’arrêtant net comme un piquet. C’était une magnifique bunny girl. Qu’est ce qui avait les gens à se déguiser en lapin ! C’était vraiment incroyable. Le fantasme du lapin, ouais ça devait être ça !

« Un plan ? »
La terranide attrapa le papier.

« Houaaa c’est la première fois que je vais dans un parc d’attraction, je suis trop contente ! Tu peux même pas imaginer ! »

Anouk le déplia directement pour se mettre à l’identifier, se mettant à faire des petits bruits comme-ci elle était méga concentrée ! Quand la bunny girl lui expliqua le principe du parc, elle devait récupérer deux clefs qui se trouvaient dans les zones du parc…

« Je tiens à te dire chère Oliveira ! Je n’aime pas trop les gens qui se déguise en lapin, surtout que tu es la deuxième personne en une journée, je sais pas ça doit être la mode ! »

Puis elle se mit à repenser à cette histoire de parc fermé !

« Je suis sûr que White Rabbit se trouve dans cette zone qui est fermée ! Je dois la retrouver tu vois, car je dois finir de lui lécher la chatte ! Mais toi je te préviens déjà je te la lécherais pas, même si tu te mettais du gâteau dessus… Quoi que… Je sais pas enfaite ! Mais la question n’est pas là ! Je dois la voir aussi pour lui enlever ses fausses oreilles et lui montrer que les miennes sont uniques ! Alors je dois ouvrir cette partie du parc ! Et pour se faire… Je veux commencer à aller à gauche… A Rabbit’s machin… »

Anouk regarda rapidement le plan !

« Ouais Rabbit’s Forest ! J’aime bien la forêt je trouve ça reposant, on y trouve des champignons à des moments et quand on les mange il se passe des choses étranges ! Mais avant de manger je dois la retrouver ! Compris Oli ? »

La lapine se retourna vers la bunny girl.

« Alors en route chérie ! Go me conduire à Rabbit’s truc… Forest, ouais forest ! »

Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Septembre 18, 2017, 12:54:32 »

Anouk choisit donc, dans ce parc d’attractions improbable, le Rabbit’s Forest. Une zone du parc correspondant à, comme son nom l’indiquait, une forêt. Une belle forêt qui ne demandait qu’à être explorée.

« Okay ! Allons-y, alors ! »
 
Oliveira se mit en marche, et le duo fila sur la gauche, s’avançant sur un sentier. Il y avait beaucoup de monde dans ce parc, qui était une véritable explosion de couleurs et de lumière. Depuis le Rabbit’s Lair, une sorte de grand palais digne des contes de fées, de multiples feux d’artifice décollaient dans le ciel. Anouk ne s’était évidemment pas trompée en soupçonnant que White Rabbit se trouverait là-dedans, mais rejoindre le repaire de la Lapine ne serait pas aussi facile que ça. En chemin, le duo passa à travers un petit village abritant divers boutiques en tout genre, proposant des articles liés à l’univers des lapins et des bunnies : peluches, carottes, costumes de lapin... Y compris une boutique sexuelle proposant des godes en forme de carotte géante.

Pas le temps de s’attarder, car le duo arriva près d’un pont en bois surplombant une rivière, avec l’entrée de la forêt.

« C’est ici ! Il y a plusieurs attractions là-dedans, alors... Si tu veux retrouver la Cheftaine, tu dois retrouver des reliques sacrées pour rejoindre le Lair. »

Après tout, c’est comme ça que ça marchait dans les jeux vidéos : on récupérait divers objets qui ne servaient à rien, et, quand on les avait, le niveau menant à la fin s’ouvrait. Mais qu’est-ce qu’Anouk allait devoir faire pour récupérer la relique sacrée ? En l’occurrence, la Rabbit’s Forest abritait la « Carotte de Jouvence », une carotte dorée très précieuse.

« Pour l’obtenir, tu dois remplir tous les défis du Carrot’s Tournament. Il te suffit de suivre les flèches, et tu obtiendras ensuite la position de la Carotte de Jouvence ! »

Simple comme bonjour, non ? Du moins, en apparence... Oliveira, avant de partir, se rapprocha d’Anouk, et l’embrassa sur les lèvres, avant de préciser dans le creux de son oreille :

« Tu as intérêt à assurer, parce que la cheftaine a très envie que tu lui lèches le minou... »

Puis Oliveira lui fit un clin d’œil, et disparut ensuite. Il ne restait désormais plus à Anouk qu’à s’avancer pour rejoindre la première épreuve... Et à s’engager dans une série d’épreuves champêtres et burlesques ! De fait, la première épreuve était une course... Très particulière ! Les participants portaient en effet des sacs remontant jusqu’à leur torse, et devaient s’avancer en bondissant en avant. Pour gagner l’épreuve, il fallait donc réussir la course ! Et, comme on pouvait s’y attendre, celle-ci était supervisée par une bunny girl.

« Allez, allez, qui veut bondir ? N’ayez pas peur, il faut juste être agile ! Pour de vrais lapins, ça devrait être une partie de plaisir ! »

Autant dire qu’Anouk allait devoir être à la hauteur de ses oreilles de lapine authentique !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #12 le: Septembre 25, 2017, 03:36:38 »

Anouk se mit à suivre Oliveira vers le Rabbit's Forest ! Ce parc avait l'air vraiment cool, il y avait des palais et toujours plein de feux d'artifice ! C'était trop beau ! Pour le moment les deux femmes traversaient une petite ville avec plein de boutiques, elles n'avaient pas le temps de s'attarder devant, mais cela n'empêchait pas la petite Anouk d'être à la traine, jetant des rapides coup d'oeil aux vitrine.

"Oli' tu crois qu’ils vendent du matériel de couture avec de la laine magique ! Ça serait trop bien ! Genre tu mets ta robe et d'un coup tu deviens invisible. Ouuuuu ! Une écharpe quand tu l'as met tu changes de voix ! Ouais tu prends une voix de canard, avoue ça serait trop bi..."

Et c'est alors qu'Anouk arriva devant la boutique sexuelle collant ses deux mains sur la vitrine...

"HENNNNNNNNNNNNNNNNNNNN REGARDE OLIIIII !!!"

Elle tourna son visage vers son accompagnatrice, avec un grand sourire aux lèvres.

"Tu crois que je peux me mettre une aussi grosse carotte dans la chatte ? Elle est énorme ! Oh la la la avant de partir tu pourras me ramener ici... Ou avant d'aller voir White Rabbit, sa se trouve elle va rentrer dans sa chatte à elle. J'ai pas trop fait attention quand je lui léchais à la taille, mais peut-être que... FAUT ESSAYER !!"

Etre Anouk n'était pas forcement de tout repos, mais elle dut bien se la fermer quand Oli' commença à lui expliquer comment le programme allait se dérouler. Anouk très attentive c'était mit un doigt sur la bouche et faisait des petits mouvements de tête de haut en bas montrant qu'elle comprenait ce qu'elle était en train de lui raconter. Mais... Elle se retrouva déconcentrer quand Oliveira s'approcha de la lapine pour venir l'embrasser.

"OHHH MAIS QUUE... J'en étais sûr qu'elle voulait que je lui lèche le minou !!! J'en étais sûr qu'elle avait adoré !! Anouk spécialiste du léchage de minou à votre service !"

Pendant que la lapine déballait toute sorte de futilité Oli' en profita pour disparaitre et laisser Anouk participer à son épreuve.

"T'inquiète Oli' si tu m'entends... Je pourrais peut-être te faire une petite fleur et te lécher le minou aussi !! Tu es gentille de m'accompagner ici, alors ça sera pour te remercier ouais !!!"

Oui la petite lapine parlait dans le vide. Une fois son petit monologue finit, elle s'approcha de la première épreuve, droite, le buste en avant, les épaules écartées un peu en arrière elle roulait des mécaniques.

"Laissez place à Reine Anouk les amis !"

Elle s'arrêta devant la bunny girl.

"Encore une ! Décidément il faudra vraiment faire quelque chose ici... Mais je pense que c'est votre Cheftaine qui veut ça. Donc déjà faut s'occuper d'elle... Enfin, nous verrons ça après !"


Anouk toujours dans cette posture de meuf paumée se râcla la gorge.

"Je vais participer Madame fausse lapine ! Donner moi un sac et je vais commencer la course, telle une lapine je vais sauter tout le monde !! Sans mauvais jeu de mot bien sûr !"

La lapine se mit à pousser quelques ricanements, elle aimait bien cette blague ! Elle était pourrie mais, elle aimait bien. Elle attrapa le sac que la bunny girl lui tendu et alla se mettre prêt de la ligne de départ mettant ses deux pieds dedans et remontant le sac. Prête au départ ! Il fallait cependant attendre les nouveaux arrivants et que tout le monde soit prêt. Anouk regarda les personnes présentes à côté d'elle.

"Si vous me laissez gagner... Je peux vous donner de la drogue... Chacun des petits cachets pour aller plus que mieux ! Aucune arnaque sur la marchandise, je vous donne mon adresse et vous venez chercher ce qu'il vous faut quand vous voulez !"

Vraiment... Désespérant...
Journalisée

White Rabbit
E.S.P.er
-

Messages: 113



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Octobre 02, 2017, 01:19:41 »

Avec White Rabbit, quand on jouait avec elle, on plongeait généralement dans un univers délirant, façonné à partir des envies de la magicienne, mais aussi à partir de ceux de la personne lui servant d’amusement. Pour elle, c’était des scènes exquises, totalement absurdes. Pour comprendre sa fascination pour ce genre de scènes, il fallait se replonger dans le passé tumultueux de la Lapine, qui avait été enfermée pendant des siècles dans sa tombe, et avait dû, pour survivre, laisser libre part à son imagination, s’évadant en imaginant des aventures farfelues, en se concevant vivre sous un monde meilleur. Une existence heureuse et joyeuse, jusqu’à ce que, enfin, on ne la libère de son sarcophage. Et, maintenant, la plus grande passion de White Rabbit, outre le sexe, était de trouver des amis pour jouer avec. Ce soir, c’était tombé sur Anouk, et, ensemble, elles avaient généré un superbe parc d’attractions !

Rapidement, Anouk se mit à rebondir d’avant en arrière, suivant les mouvements des autres, mais gagna brillamment la redoutable course de sacs. Ce n’était toutefois là que le début des épreuves champêtres de la Rabbit’s Forest, car elle dut ensuite participer à une redoutable chasse aux carottes, consistant à trouver les carottes disséminées dans une partie de la forêt. Celui qui en trouvait le plus remportait bien évidemment la partie, et, si certaines carottes étaient suspendues en hauteur, dans les arbres, d’autres étaient enfouis dans des terriers. Une redoutable compétition ! Et, tandis qu’Anouk recherchait des carottes, elle s’approcha d’une grande grotte sombre. Une carotte se trouvait à l’intérieur, car, à l’entrée de la grotte, un grand panneau lumineux flashant en signalait la présence.

Anouk s’infiltra donc dedans, puisqu’elle n’avait nulle part ailleurs où aller ! Elle s’aventura donc dans un endroit sombre, avec des stalactites pendant du plafond, menaçant de s’écrouler à chaque fois. Et, alors qu’elle avançait, une subtile odeur ne tarda pas à agresser ses narines, odeur très sensuelle portée par des émanations de vapeur rosâtres. Anouk s’avança encore, jusqu’à voir un tapis rouge sur le sol, ainsi que des marches d’escalier, qui la conduisirent ensuite... À une caverne souterraine, avec un grand lit au centre, éclairé par des cristaux phosphorescents, des bougies... Un lit rouge en forme de cœur, avec une femme lascivement couchée dessus.

Et quelle femme ! Il s’agissait, ni plus, ni moins, que de White Rabbit ! La Lapine au cœur de ce monde fictif était bien là, et releva la tête vers elle, en lui souriant tendrement.

« J’ai décidé que je m’ennuyais de toi, Anouk... Alors... Me voilà ! Tu es une sacrée copine, tu sais, j’adore beaucoup jouer avec toi ! »

C’est vrai, c’était effectivement très plaisant !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Anouk
Terranide
-

Messages: 25


♥ Tricot Addict ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Jeune lapine totalement folle dans sa tête. Son plus grand amour un hybride requin, ses autres amours ? La drogue, l'alcool, le sexe, le sucre et le tricot ♥ Pourtant elle cache un lourd secret !
« Répondre #14 le: Avril 02, 2018, 08:28:19 »

"GOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO"

Anouk se mit à bondir, tenant son sac, son regard ne lâchait pas la ligne d'arrivée. Elle se devait de gagner !

"Allez bibiche, tu vas le faire ! Va-y ! Va-yyyyyyyyyyyyyyyyyy !!!!"

La lapine donnait tout ce qu'elle avait et cela finit par payer. Elle gagna cette course de sac haut la main. Mais on pouvait sentir qu'elle avait le souffle court. La clope surement... C'est pas bon pour la santé, faite attention à vous.

"Je vous ai niquez bande de pute !"

Anouk se mit à faire des doigts à tous les participants, tout en rigolant.

"Vous croyez vraiment que j'allais vous donner de la drogue comme ça, il fallait pas me laisser gagner ! Nique, nique, nique ! Dans votre cululululu !"

La terranide ne s'arrêtait pas un instant, c'est l'organisatrice qui dû calmer un peu le jeu en proposant une autre activité de chasse à la carotte.

"Encore un nouveau défi pour super Anouk !! Tin tin tin !"

Et à peine les règles misent en place, Anouk s'élança à la chasse aux carottes, elle en attrapait dans les arbres, dans les buissons et une grotte montra le bout de son nez.

"Je suis sur qu'il y a plein de carotte dans cet endroit qui semble si dangereux. Les meilleurs objets sont toujours dans les endroits dangereux, peut-être même qu'il y aura une carotte dorée qui vaudra dix carottes à elle seule. Ouais ouais je suis sûr !"


Déterminée, la lapine s'avança dans la grotte. Les stalactites qui pendaient au plafond n'inspirait pas vraiment confiance.

"Il ne faut pas faire de bruit Anouk ! Ni de mouvement brusque... Sinon Couic !"

Bien sûr ce n'était pas le cas, la terranide avait quelques pouvoirs... Mais elle évitait de les utiliser car cela changeait sa forme et elle se trouvait trop moche ainsi. A force de marcher elle vit un tapis rouge.

"Ahhhh ! Reine Anouk arrive chercher sa carotte les enfants !"

Et là un lit ! Bordel... Elle qui pensait trouver une carotte, c'est alors qu'elle vit quelque chose bouger dessus. Et qui voilà ?

"ET QUI VOILA ?"

Anouk marqua un court silence.

"TOI !!! TU VEUX ME VOLER MES CAROTTES !!!"


La lapine était vraiment à l'ouest à des moments... Enfin... Tout le temps !

"Mais on n’a pas encore joué ensemble comment tu peux dire ça ! Tu n’étais même pas là pour la course de sac... Je t'aurais montré que j'étais plus forte que toi et se vulgaire déguisement."

Anouk s'approchait du lit, regardant sur le côté toujours à la recherche des fameuses carottes.

"En plus, je voulais continuer à te lécher la chatte et tu es partie on à même pas jouer longtemps ! Tu mériterais une punition pour la peine !"

Elle se mit à pousser un petit ricanement.

"La punition de la carotte dans la chattounette !"

Anouk attrapa une carotte dans sa main, ses yeux brillaient, un sourire narquois à ses lèvres.

"Hé hé hé !"

Journalisée


Tags: usagi  magie  cunnilingus  yuri  action  
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox