banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: Rencontre chimérique (Pv Linda)  (Lu 4442 fois)
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 06, 2013, 03:39:11 »

Les bas-fonds.

Un lieu dans lequel il ne fait pas vraiment bon-vivre, j'en convenais parfaitement.

Cependant c'était ce genre de lieu qui me faisait vivre et ce pour plusieurs raisons.

Premièrement, C'était dans les bas-fonds qu'on pouvait trouver pas mal des aventuriers et mercenaires les plus méprisables qui soient, et qui, donc, me permettait de trouver des individus à amener se faire joyeusement tuer à Mortedame, mais je n'étais présentement pas ici pour cela.

Secondement, il y avait aussi plein d'autres individus qui n'étaient pas des aventuriers qui seraient intéressés pour visiter un donjon, mais qui étaient tout aussi méprisable. Voyous, meurtriers ou trafiquants, toute une horde d'individus dont la mort me rapporterait un petit pécule. Dans ce domaine le plus dangereux ce n'étaient pas les proies bien souvent, mais les autres chasseurs, d'autant plus que si je les éliminais je me retrouvais avec des ennuis plein les bras, et je ne parle même pas de la paperasserie administrative !

Troisièmement, c'était le lieu idéal pour installer une planque. Pour peu qu'on sache où se placer et comment faire pour éviter de se faire fréquemment cambrioler il n'y avait pas meilleur endroit pour organiser une petite planque avec out le nécessaire pour organiser les détails nécessaire à l’accomplissement de mes missions, quel qu'elles soient. Or j'en avais une dans ces lieux, et je devais lui reconnaître deux choses. Elle réussissait l'exploit d'être encore plus vétuste et inconfortable que celles que j'avais pu concevoir en pleine nature, mais il s'agissait aussi de la meilleure quand il s'agissait de récolter des informations sur n'importe qui. Les informateurs fourmillaient en ces lieux, et pour peu qu'on se montrait un tant soit peu généreux avec les mendiants on était certain qu'il n'en serait pas trop dit sur notre compte. Ainsi j'avais pu m'installer sans crainte dans une demeure constitué de bois humide et vermoulue, aussi pathétique à l'intérieur qu'à l'extérieur. L'ameublement se résumait à une planche de bois me servant de lit, à un tabouret miséreux et à un bureau usé, dans lequel je stockais des poignards de jet, du matériel d'entretien pour mes lames  et mes protections de cuir, des vivres,  de quoi écrire, ainsi qu’une carte de la ville et du pays et du matériel divers, dont une partie était répandue à même le bureau. Il y avait aussi un râtelier avec quelques armes. Ces dernières n'étaient jamais de bonnes qualités, pour que leurs disparitions ne soient jamais une grosse perte, mais il  y avait bien des situations ou un armement différent de mes deux épées étaient plus adéquats, bien qu'il restait toujours archaïque selon certains critères.

Quatrièmement, et enfin, un détail mais pas des moindres... Il s'agissait de l'endroit de la ville où il était le plus facile de trouver de l'alcool. Oh bien sûr c'était loin d'être des liqueurs raffinées, mais au moins avais-je toujours les moyens de m'en procurer  et les fournisseurs ne posaient jamais de questions, ce que j'appréciais particulièrement. Le seul point regrettable était peut-être la qualité de la compagnie, mais une fois qu'on commençait à boire ça comptait assez peu alors...

Bref, j'étais présentement à la ville-Etat de Nexus, ce n'était pas la première fois, et ça ne serait surement pas la dernière. En même temps, à moins de mourir, cela serait difficile, au vu du véritable carrefour que c'était, ce qui faisait de ce lieu un passage pratiquement obligatoire pour rejoindre d'autres territoires, mais aussi que des plus grandes concentrations de tâches dont un individu comme moi pouvait s'acquitter. Or une d'entre elles m'avait particulièrement intéressé.

 Un aventurier avec lequel j'avais travaillé avait mal tourné. Il avait tué son commanditaire, un noble, peu avant le début de la révolution qui agitait présentement la ville, et s'était caché dans les bas-fonds. Or il s'avérait que premièrement, une révolution ne faisait pas oublier les rancœurs, bien au contraire elle les exacerbait, secondement ça permettait aux gens comme moi de travailler sans avoir à se soucier des forces officielles, bien assez occupées comme cela et troisièmement je connaissais exactement son visage, ses habitudes, ses talents et faiblesses, une tâche facile, si ce n'était que les connaissances que j'avais sur lui, il avait les mêmes à mon égard, mais une rapide investigation m'avait appris où chercher, un atout précieux quand on est le chasseur, et qui m'avait permis de le remporter... Et à vrai dire je devais une fière chandelle à cette révolution ! Elle avait rendue mon entrée difficile, et à vrai dire j'avais bien moins pu étancher ma soif que je ne l’avais escompté, mais le trouble ainsi causé m'avais grandement aidé, même si présentement je me retrouvais cloitré dans ma planque afin d'éviter d'être pris dans ces élans de violence qui ne me concernaient pas. Je pouvais déjà m'estimer heureux que ma plaque ait été encore intact quand je l'ai retrouvé.

Ainsi la traque, était fini, et j'avais empoché mon paiement, que j'avais déjà dépensé à moitié, comme le témoignait les bouteilles, encore pleines, posées sur ce qui me servait de table, et j'escomptais bien leur faire un sort. En fait je comptais bien rester quelques temps ici. Oh pas longtemps, deux, peut être trois jours, mais pour moi c'était déjà beaucoup, mais il me fallait du tmeps pour m'organiser et sortir sans courir trop de risques. Et puis...Ce n'était pas le moment de ralentir, pas maintenant.

Et comme pour me donner du courage, je débouchais une bouteille. Je préférais boire avec autrui, c'était toujours plus gai, mais là j'avais simplement la flemme de me traîner à la taverne la plus proche et j'avais soif alors... Mais à cet instant j'entendis un craquement, tout près, au pas de ma porte. L'avais-je laissé ouverte ? C'était bien possible, mais de toute manière il n'aurait pas été bien dur de l'ouvrir. Bah de toue faon je ne m'inquiétais pas et finissais calmement ma boisson. Ce qu'il y avait de bien avec un bois aussi vermoulu ce que même le plus discret des individus ne pouvaient s'approcher sans se faire remarquer, et s'il me voulait du mal, soit il se serait déjà jeté sur moi, causant un bruit encore plus intense, soit il m'aurait déjà tiré dessus, ou encore se serait-il enfui. Or ce n'était apparemment nullement le cas. L'intrus sembla simplement rester là, et moi je finissais ma gorgée sans sourciller.

Je savourais brièvement l'alcool amer, puis reposais doucement la bouteille sur la table. Je n'avais presque rien bu, mais cela était assez pour que je puisse prêter un peu d'attention à ce nouvel arrivant. Je me levais alors du fragile tabouret sur lequel je me tenais avant de me retourner vers l'ouverture de ma demeure. Une donzelle, nullement adulte apparemment, mais je savais que sur Terra les apparences étaient trompeuses... D'autant plus au vu de son physique. En fait, elle semblait à peu près humaine, mais ses oreilles et sa queue la trahissait. Une sorte de femme couplée avec un animal, c'était assez fréquents ici, même si en la regardant j'avais l’impression que quelque chose ne collait pas, il manquait certains détails, ou il y ne avait trop, je ne saurai le dire.

Je pose alors négligemment mes mains sur les gardes de mes épées, restées à ma ceinture, mais je ne me fais nullement agressif. Je remarque un autre détail, ses habits ne laissent nullement présager qu'elle a l'habitude côtoyer les bas quartiers. Il y avait donc deux solutions, soit elle s'était perdus, soit elle était venue avec une raison bien précise. Et je préférais mettre les choses au clair.

"Hm ? Qu'est-ce qu'une jouvencelle comme toi vient faire ici, surtout par les temps qui courent ? Tu pourrais tomber sur des individus pas vraiment fréquentables. Ah mais qu'est-ce que je raconte ? C'est déjà fait !"

Je riais alors amplement, en effet je ne me considérais pas comme quelqu'un de fréquentable, même si j'aimais bien côtoyer les gens. Il suffisait de voir le nombre de personnes que j'avais mené à la mort, avec un tel tableau de chasse on ne pouvait pas être fréquentable. Je finis néanmoins rapidement par me calmer, lui demandant d'une voix un peu plus calme, mais toujours aussi nonchalante.

"Plus sérieusement, tu veux quelque chose de moi ? Sinon il vaudrait mieux que tu partes. Oh je ne te menace pas, mais si tu me demandes rien ou que tu es venue sans raison tu perds tout bonnement ton temps, après c'est vrai que ceux de ton espèce en ont souvent bien plus que les miens."

Cette remarque n'était pas vraiment anodine. Certes c'était un fait que bien des races humanoïde vivaient plu longtemps que les humains, mais décidément, même si j'essayais de ne pas le montrer, son apparence m'intriguait, et je me demandais si elle allait réagir à ce commentaire, bien que sa réponse à ma première question m’intéressait tout autant.

Après tout en l'espace de deux ou trois jours je pouvais facilement accomplir un nouveau travail.
« Dernière édition: Décembre 06, 2013, 03:45:47 par Deisui Kichigai » Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #1 le: Décembre 06, 2013, 08:17:39 »

Aujourd’hui, j’avais une folle envie de faire des choses dangereuses. Très dangereuses, même. Du danger le plus extrême car c’est également le plus excitant. Or, quoi de plus dangereux, dans ce monde étrange peuplé de créatures toutes plus intrigantes les unes que les autres, que d’aller simplement se promener dans une ville ? Et surtout, quoi de plus dangereux que d’aller observer (sans trop s’en approcher, cela va de soi) les créatures les plus méchantes, les plus vicieuses, les plus cruelles, les plus fourbes et les plus sadiques de toute l’histoire de Terra : les habitants des bas-fonds !

Rien que l’idée d’aller explorer les bas-fonds de la grande ville de Nexus me remplissait de joie. J’étais excitée comme une puce. Les loups de la meute ne comprenaient pas la raison de cette excitation, mais à quoi bon leur expliquer ? Ils ont beau être très gentils avec moi et très amusants, ils n’en restent pas moins des loups, et les loups ne possèdent malheureusement pas la capacité de comprendre bien les émotions des humains. Quoique suis-je vraiment humaine ? Non, cela faisait bien longtemps que je ne considérais plus comme telle.

Je marchai donc, aujourd’hui, accompagnée de toute ma joie et mon excitation à l’idée d’aller jouer dans les endroits les plus sordides de la ville, vers Nexus. J’arrivai assez rapidement, marchant beaucoup plus vite depuis mon hybridation. Une fois entrée dans la ville, je ne perdis pas de temps et me dirigeai immédiatement vers mon objectif.

-Hihihi, j’ai vraiment hâte ! C’est vraiment lugubre ici, je vais bien m’amuser !

Et de fait, je filais à travers les ruelles sordides et les coupe-gorges, zigzaguant entre les bâtiments biscornus, évitant soigneusement les gens, que ce soient des humains, des terranides ou n’importe quoi d’autre. J’aimais beaucoup ce petit jeu, « Evitez-les tous ».

C’est alors que j’avisai une porte entr’ouverte. Je m’arrêtai net. Cette porte… Elle m’appelait… Elle me suppliait de venir à elle, de regarder ce qu’elle ne cachait plus. Je m’approchai lentement. Que pouvait-il bien y avoir derrière ? Un trésor de pièces d’or ? Un dragon endormi ? Une armée d’humains complètement ivres ? J’ouvris complètement la porte et vit un homme. Un humain. Seul. Il avait une bouteille à la main. J’étais donc plus proche de l’armée ivre que du dragon ou des pièces…

Je fis un pas vers lui. Le bois craqua sous mes pieds. Je m’arrêtai aussitôt. Je fixais du regard cet homme intrigant. Il avait remarqué ma présence, c’était clair comme le nez au milieu de la figure. Il n’avait cependant pas bougé d’un iota, comme s’il avait une entière confiance en lui. Comme s’il savait pertinemment qu’il n’avait rien à craindre.

Il se tourna finalement vers moi et me demanda, à deux reprises, ce que je faisais ici. Mais je n’avais pas envie de répondre à sa question. Non, je préférais m’intéresser à quelques petits détails de ses phrases. Ma tête s’inclina instinctivement sur le côté et un large sourire fendit mon visage.

-Tu n’es pas un individu fréquentable ? Eh bien moi aussi je vais te révéler quelque chose sur moi : je suis bien plus proche des humains que ce que mon apparence peut laisser croire.

Plus je regardais cet homme, plus je me disais qu’il était intéressant. Oh oui, très, très intéressant…

-Dis, tu veux faire un jeu ? Je m’ennuie, ça fait des jours que personne n’a joué avec moi. Tu as l’air plutôt sympathique, ça te dit d’être mon compagnon de jeu ? Tiens, je sais ! On pourrait faire un Jeu des Défis !

Je n’attendis même pas qu’il me réponde. Mon esprit lupin tournait à plein régime, j’avais envie de jouer avec cet humain, je me moquais bien qu’il soit d’accord ou non, je voulais jouer avec lui.

-C’est très simple comme jeu ! On fait des petits défis très variés, et le premier de nous deux qui en gagne dix a gagné la partie. Alors ? Tu veux bien ?

J’étais maintenant juste en face de lui, à seulement quelques dizaines de centimètres de son visage, mon regard planté dans le sien.
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Décembre 07, 2013, 12:33:53 »

Plus proche des humains que ce que laissait deviner son apparence ? Ma parole, même si ses propos étaient clairs leur sens relevait de l'énigme. Oh bien sûr si ce n'était ses oreille ou sa queue elle aurait tout d'une humaine, mais justement,ayant une telle ressemblance je ne voyais pas ce qui pouvait la rendre encore plus proche de mon espèce... Décidément, je n'étais pas du genre à m'en laisser conter, mais cette jouvencelle m’intéressait au plus haut point.

Mais je n'eus ni le temps de trop y réfléchir, ni de m'en désintéresser, qu'elle me surpris à nouveau. Un jeu ? Le contexte me paraissait un peu déplacé, dans les bas fonds d’urne ville en pleine révolution avec un individu tel que moi... Il y avait meilleur moyen de s'amuser pour une gamine dans son genre. Mais ne même temps...Qu'est ce qu'était exactement son genre ? Bah, c'était poussé la réflexion bien trop loin ,et à défaut ''une mission, je n'allais pas laisser une pareille occasion de pouvoir également me distraire, et peut être même de boire en compagnie de quelqu'un ! Ainsi, je ne pus m'empêcher de me demander brièvement si elle avait déjà bu...Et certes ce n’était peut être pas une bonne idée de faire boire un enfant, mais j'étais bien placé pour savoir que l'âge n'était pas une barrière aussi solide qu'on pouvait le penser.

Cependant je n'eus même pas le temps de répondre qu’elle était déjà en face de moi, s'approchant rapidement. Je fus alors un instant partagé entre la curiosité, qui m’amènerait à la laisser faire, et la prudence qui voudrait que je la fasse reculer...Mais comme à mon habitude je ne prêtais guère attention à la prudence et ainsi je la laissais faire, me retournant même vers le bureau pour saisir une bouteille et en boire une gorgée avant d'annoncer.

"Très bien. Je suis partant pour ton petit jeu, mais à trois conditions. On ne s'implique pas dans la révolution en cours, on donne chacun notre tour un défi et enfin tu me donnes ton nom. Pour ma part, je m'appelle Deisui Kichigai."

Je bus alors rapidement une gorgée de ma liqueur, avant de reposer à nouveau la bouteille sur le bureau, lâchant un soupir d'aise bien peu distingué, avant d'ajouter.

"Et si tu acceptes mes conditions, je vais même faire preuve de galanteries. Comme on le dit, les femmes d'abord, alors vas y donne, moi les règles du premier défi..."


Je faisais alors une révérence saugrenue et exagéré, l'invitant à prendre la parole et à ouvrir le jeu.
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #3 le: Décembre 07, 2013, 12:58:49 »

J'étais aux anges. J'avais trouvé un compagnon de jeu ! L’humain donna cependant trois conditions. La première concernait une certaine révolution dont je n’avais jamais entendu parler. Je haussai donc les épaules et hochai simplement la tête pour signaler mon accord. La deuxième était la règle du « chacun son tour ». Elle était tellement évidente que je ne comprenais même pas pourquoi il me la rappelait. La troisième était un échange de noms. Ce serait bien plus pratique, en effet. J'acquiesçai joyeusement.

Desui Kichigai, puisque tel était le nom de cet homme, but une nouvelle gorgée de…était-ce du vin ? et m'offrit de commencer la partie. Il exécuta un semblant de révérence comme pour se moquer de moi.

-Je t’en ficherai, de la galanterie ! ris-je. Ça fait bien longtemps qu’on ne me considère plus comme une femme. Enfin ! Je m’appelle Linda. Linda Croc.

Je regardai Desui dans les yeux, me demandant quel genre de défi pourrait être à sa hauteur. Et puis je décidai de commencer par quelque chose de facile :

-Voilà le premier défi : tu vas devoir trouver dans cette pièce trois objets ronds, et moi trois objets cubiques. Le premier qui pose ses trois objets sur la table remporte le défi. Prêt ? C’est parti !

Sans tarder ne serait-ce qu’une seconde, je fonçai à travers la pièce et commençai à chercher des objets en forme de cube. Le jeu s'annonçait passionnant...
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Décembre 07, 2013, 09:41:49 »

Sa remarque indignée m'arrache un rire, dans lequel je ne tentais nullement de dissimuler mon amusement ou mon irrévérence à mon égard. De toute manière il semblait qu'elle ne se soucie nullement de ce genre de convenance. Par contre mon rire s'interrompit brusquement quand elle évoqua le fait qu'elle n'était plus considéré comme une femme. Cela signifiait qu'elle 'avait déjà été, mais plus maintenant , C'était curieux. Était elle plus âgée avant et avait elle rajeunie ou quelque chose de ce genre ? J'établissais alors un lien avec la manière étrange qu'elle avait d'évoquer un possible lien entre sa nature et la race humaine, mais c'était encore trop tenue pour que je puisse avoir une piste tangible. Enfin, au moins se présenta t-elle Linda, un joli prénom, mais son nom me prêta encore une fois à sourire. Il collait à merveille avec ses oreilles de loup, mais je me demandais si comme eux elle avait des dents de carnivores. Peut être le verrai je au fil des défis...

D’ailleurs elle me présenta le sien, qui me surprit au plus haut point. Non pas que la règle était bizarre, bien qu'il n'y avait pas de table ici, elle devait donc parler du bureau, ou encore que le jeu était difficile, mais d’ordinaire dans les défis on cherchait à être juste, ou tout du moins si on devait donner un avantage à quelqu'un c'était à nous même ! Or j’étais ici comme chez moi, sans compter le fait qu'en dépit du désordre apparent ça restait un lieu dont j'usais pour organiser mes missions et de fait je savais exactement où se trouvait chacun des objets alors qu'elle allait devoir tout découvrir. J'aurai bien sûr pu également protester sur le fait que ça restait mes affaires, mais de toute manière j'avais depuis longtemps appris à ne rien laisser de compromettant exister, quant à tout les objets sur lesquels elles pourraient mettre la main, soit elle mettrait trop de temps à les manier pour me nuire, soit leur disparition ne m’importait guère. Malgré cette confiance et en la voyant filé comme une flèche je préférai éviter de répéter cette histoire du lièvre et de la tortue. Je savais certes très bien où étaient les objets qui pourraient m’apporter la victoire, et je ne voyais pas quel objets cubiques je pouvais avoir chez moi, mais l'excès de confiance était toujours néfaste...Et puis le jeu ne serait pas amusant si je ne m'y prenais pas !

Je m'élançais ainsi promptement vers le râtelier d'arme, en retirant une masse à tête ronde ainsi qu'un bola. Défaire la tête et le poids allait me prendre un peu de temps, mais ces derniers étaient parfaitement sphériques. Quant au dernier... Je m'avançais vers le bureau pour en tirer promptement un miroir et en extraire une petite bille, parmi tant d'autres, dont je me servais ds fois pour distraire l'attention de gardes. Je jetais alors brièvement un coup d’œil à l'agité Linda, qui courrait en tout sens. Elle allait sans doute me mettre un beau foutoir, mais vu l'état de ces lieux ce n'était pas comme si cela importait vraiment ! Ainsi je ne perdais plus une seconde pour défaire l'assemblage de corde autour d'un des poids du bolas  et à user d'une petite lime pour scier rapidement le manche de la masse, séparant ainsi ce dernier de la sphère de métal rouillée, le tout je le fis en moins de deux minutes, j'annonçais alors fièrement.

"J'ai fini et mes objets sont sur la table ! Et toi ?"

J’avais un petit sourire narquois, j’étais certains d'avoir gagné, elle n’avait pas pu être plus rapide, t je ne voyais surtout pas quel objet cubique elle avait pu trouver ici ! Enfin...En même temps elle ne semblait pas vraiment normal cette petite , alors peut être me réservait elle une autre surprise.
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #5 le: Décembre 07, 2013, 10:11:02 »

Pendant que je cherchais des objets cubiques un peu partout dans cette pièce particulièrement mal rangée, j’en profitai pour jeter un œil à mon adversaire. Il devait savoir où tout se trouvait. À moins que ce bazar ne soit réellement du bazar, ce qui ne me paraissait pas coller au personnage. Me disait mon intuition. Et en effet, Desui Kichigai semblait connaître par cœur l’emplacement de chaque chose puisqu’il trouva à une vitesse qui m’impressionnait ses trois objectifs.

Pour ma part, je faisais très attention à tout ce que je touchai. Je ne voulais pas me blesser avec un bidule coupant ou casser quelque chose par inadvertance. Tout était tellement désordonné que je me demandais comment cet homme pouvait vivre ici. Une lionne n’y retrouverait pas ses petits !

J’aperçus du coin de l’œil Desui qui découpait des objets. Ah, il veut jouer à ça… Très bien, qu’à cela ne tienne ! J’ai ramassé un objet à forme plus ou moins cubique et, à l’aide de ce qui ressemblait à un poignard, je l’ai simplement coupé pour lui donner la forme voulue. J’ai ensuite fait de même avec deux autres machins qui ne m’avaient pas l’air très utile, donc normalement ça ne devrait pas trop le déranger que je les coupe puisqu’il faisait de même.

Et ainsi, lorsqu’il annonça triomphalement qu’il avait réussi, j'éclatai de rire. J'ai adorer voir son sourire narquois disparaître de son visage. Je lui jetai un regard carnassier et souris de toutes mes dents (humaines) pour l’inquiéter un peu, à défaut de lui faire peur.

-Retourne-toi, tu verras bien… susurrai-je.

J’avais profité d’un instant d’inattention de sa part pour déposer mes propres objets juste à côté des siens tandis qu’il découpait le troisième. M’étant servie pour cela de ma longue queue féline, je n’avais même pas eu à me déplacer.

-Il semblerait que nous ayons fait un match nul… Et c’est à ton tour de donner la règle.

Bien sûr, ce que j'avais fait n'était pas tout à fait réglementaire, mais Desui avait lui aussi triché, alors je n'avais aucun scrupule à faire la même chose ! Et puis je n'avais pas annoncé ma victoire mais un match nul, alors qu'il tenait encore son troisième objet dans ses mains quand les trois miens étaient déjà posés. On pouvait donc dire d'une certaine façon que je l'avais laissé gagner. D'une certaine façon. Il était hors de question qu'il gagne alors qu'il trichait.
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Décembre 08, 2013, 11:28:50 »

Comme elle me le dit, je me retournais, un sourire confiant aux lèvres...Qui se décomposa rapidement quand je vis les trois objets cubiques sur la table ? Qu'est ce qu'elle avait fait ? Bon sang, peut être que j'avais un peu triché, mais au moins la tête de la masse était ronde à la base, alors que là... Je ne reconnaissais même plus ce que le objets cubiques étaient à la base ! Pour savoir ce qu'elle avait utilisé il allait me falloir faire un inventaire des lieux et dieu sait à quel point cela m'était pénible. Pour autant, je ne m'emportais guère, elle avait selon moi joué le jeu, et bien loin de lui crier dessus, je l'applaudissais doucement, avec un maigre sourire, alors qu'elle annonçait sa décision. Un match nul.

Je n'étais pas dupe, elle avait gagné , mais bon son choix me convenait parfaitement ! C'était à mon tour de choisir un jeu, je n’étais pas vraiment doué à ça, du moins je n'étais pas assez ivre pour cela, et même en me rappelant les jeux que je faisais en étant saoul je n'avais malheureusement pas assez de verre et de bouteilles vides. Finalement une idée me vint, alors que je songeais à mon autre plaisir, et mon sourire se fit légèrement carnassier, alors que subrepticement je me mettais en garde, tout en demeurant à mains nues, tout en exposant mon jeu.

"Voici mon jeu. Le premier qui touche l'autre au front avec une de ses mains a gagné la manche. L'usage des pieds est interdits, ainsi que celui de...Tout appendice."

Par ce terme je faisais bien sûr référence à sa queue qui, selon moi, n'était pas pour rien pour sa "victoire" au round précédent. J'avais bien sûr conscience qu'à première vue ce jeu m'avantageait, de par ma taille, mon allonge et mon expérience, mais en même temps je ne savais rien des capacités de Linda. Si ces dernières étaient faible cette manche serait une victoire facile, mais si elles étaient un tant soit peu importante... Eh bien le jeu promettait d'être amusant, e sans plus attendre, je m'élançais brusquement en avant, détendant brusquement mon bras vers son front en un vif coup d'estoc, tout en contrôlant ma vitesse pour éviter de lui faire mal, tandis que je gardais mon bras en travers de mon visage afin de dévier une possible contre-attaque.

En fait le plus dur c'était de me contrôler, je n’avais pas l'habitude, même en entrainement ou en bagarre de taverne de dominer la puissance de mes coups, mais justement cela ferait un bon entraînement.
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #7 le: Décembre 08, 2013, 03:42:19 »

Desui semblait particulièrement contrarié, mais il préféra applaudir plutôt que de le faire savoir. Son sourire était crispé. Mais il se transforma et devint carnassier quand il annonça le défi suivant, qui consistait en gros à une épreuve de vitesse et d’agilité. Il voulait me tester ? Il allait être servi. Je ricanai quand il mit l’interdiction d’utiliser autre chose que les mains. Il avait dû comprendre pour ma queue… Le défi n’en serait que plus intéressant.

Cependant, un détail m’inquiétait : il avait l’air costaud. Et quelque chose (mon instinct ?) me disait qu’il n’avait peut-être pas toute la maîtrise nécessaire pour ne pas m’arracher la tête avec sa main. Bah ! Aucune importance, j’avais plus d’un tour dans mon sac.

Desui s’était mis en garde. Je l’imitai. Mon bras gauche était placé parallèle au sol, paume vers l’adversaire, tandis que le droit était replié et poing serré contre moi. Je n’avais pas l’intention de le ménager.

Il s’élança, bras tendu vers moi. J’esquivai en me baissant et roulai sous lui pour me retrouver dans son dos. Me relevant et me retournant dans le même temps, j’essayai de le plaquer au sol en l’attrapant par les épaules, mais j’avais sous-estimé sa résistance.

J’ai alors changé de tactique. Je me suis servi de mon agilité pour sauter et passer au-dessus de lui, mais là encore ce fut un échec. Avant que je n’aie eu le temps de le toucher, il m’avait immobilisée et sa main était posée sur mon front.

-Rhaa, zut ! Tu es plus costaud que ce que je croyais. Un à zéro pour toi.

Je me dégageai et me tournai face à lui. C’était à mon tour de lancer un défi. Que pouvais-je bien proposer… Ah oui !

-Bon, alors maintenant, on va changer un peu de registre. Celui qui finit deux bouteilles le plus rapidement a gagné. J’ai vu que tu avais assez de bouteilles encore pleine pour faire ça. Ça te va ?

C’était un jeu complètement idiot, mais je pouvais me vanter de tenir assez bien l’alcool alors je ne risquais pas de devenir dangereuse. Non, le problème, si problème il y avait, viendrait plutôt de cet humain qui avait tout d’un bagarreur, même quand il avait les idées claires. Mais ça m’était égal. Après tout, où serait le défi s’il n’y avait pas un minimum de risques à prendre ?
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Décembre 08, 2013, 04:11:55 »

Comme je l'avais escompté, elle avait une vitesse et des réflexes extrêmement aiguisés, en accord son apparence animale. Ainsi mon coup ne fit que fendre l'air. Néanmoins, je m'y étais un peu attendu, et de fiat je fus à même de tendre mon corps de manière à  ne pas me laisser emporter par ma propre poussée, m'ancrant solidement au sol, les jambes fléchies. Cette posture ne permit également de résister quand je sentis ses mains se poser sur mon épaule et tenter de m’étirer en arrière. Plus grand qu'elle et bien plus robuste je n'eus aucun mal à remporter cette épreuve de force. Pour autant je m’étais protégé le front, baissant la tête et croisant mes bras en face afin d'éviter une mauvaise surprise.

elle avait l’initiative, et ce n'était pas une bonne chose,cependant il lui manquait l’expérience, et cela lui fit cruellement défaut. En effet elle agit,  d'une manière fort gracieuse, mais malheureusement pour elle ce mouvement était inefficace ! Ainsi dès que je sentis ses mains pousser sur mes épaules pour l'aider se projeter au dessus de moi et se réceptionner juste ne face de moi, mais le temps qu'elle atterrisse, mes mains s'étaient déjà élancés, saisissant un de ses bras en le tordant, sans violence excessive, et frappant aisément son front. Elle se dégagea ensuite sans mal, en partie parce que j'avais relâché ma prise, visiblement un peu irritée, mais comme le serait n'importe quel enfant après avoir perdu un jeu. Cette anche était pour moi et j'en tirais une certaine fierté ! Elle réfléchit ensuite brièvement ,avant de proposer un nouveau défi, qui me convint parfaitement. J'en venais presque à me demander si elle ne voulait pas ma victoire ! Qui plus est c'était l'occasion que j'espérais de boire avec quelqu'un, même si je me demandais si elle saurait tenir l'alcool.

"C'est dommage...T'est rapide et vive, le problème c'est que le mouvement que t'as fait qui n'est pas rapide de base, et peu importe à quel  point toi tu l'es, c'est un gros désavantage... Quant à ton défi il me va très bien, et j'ai bien assez de réserve pour faire ce jeu et même le répéter !"


Ainsi je m’avançais vers mon bureau,. D'un geste du bras je balayais les objets inutiles le couvrant, dont ceux qui avaient servis à la première épreuve, et j'y déposais quatre bouteille, presque simultanément, deux à droite, deux à gauche, je me positionnais d'ailleurs de ce côté attendant que Linda fasse de même.

"Alors... On ne touche pas les bouteilles avant le signal et bien sûr interdiction de les vider autrement qu'en les buvant on est d'accord ? A toi l'honneur de donner le départ."

C'était les règles habituelles quand on jouait à ce genre de jeu dans les bars, et je ne pensais pas qu'elle ferait des difficultés à ce sujet. de toute manière j'étais prêt, tout mon corps tendu, prêt à agir pour boire l'alcool promptement ! Pour se faire, je comptais le boire cul sec, pour ne pas perdre de temps à "l'avaler", puis pour accélérer le débit, je ferai légèrement tourner la bouteille ,car j'avais remarqué que si d'ordinaire le liquide coulait par à coups d'une bouteille, le flot devenait continuer si on faisait légèrement et continuellement pivoter cette dernière...

Par contre, même si j'étais certains de tenir le coup, j'allais commencer à devenir pompette, je le savais très bien et cela m’enthousiasmais, mais j'espérais que la petite était prête à côtoyer un individu ivre si ça continuait à ce rythme !
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #9 le: Décembre 10, 2013, 11:50:33 »

Je jetai un œil rapide à l’expression faciale de Desui et ne put retenir un minuscule sourire triomphant. Il était fier de lui, mais je l’avais quand même impressionné ! J’avais réussi, alors même qu’il m’avait battue à plates coutures, à impressionner ce grand gaillard ! Mon amour-propre en était absolument ravi, mais je pris soin d’en laisser transparaître le moins possible, si bien qu’il ne put, à moins d’avoir l’œil particulièrement exercé, voir que la pointe de déception que je ne prenais pas la peine de lui cacher. Après tout, j’avais l’air d’une adolescente, autant me comporter comme telle.

Il me complimenta sur ma vivacité et mes joues s’empourprèrent imperceptiblement, devenant pour quelques instants la seule partie de mon être, vêtements compris, à ne pas être entièrement blanche. Puis il me donna une indication sur la raison de ma défaite. Je m’en souviendrais, pour la fois suivante…

L’humain aux muscles d’acier (Tiens, c’est un joli surnom, ça, « Muscles d’Acier ». Non, « Muscl’Acier ». Oui, ça c’est un chouette surnom. Hors de question qu’il l’entende, par contre.) approuva le défi que je venais de lui proposer et s’approcha de la table. Il balaya tout ce qui était dessus comme on balaye de la poussière d’un revers de manche. Il déposa ensuite les quatre bouteilles du défi. D’autres attendaient d’être utilisées, mais je n’avais pas l’intention de boire plus que nécessaire.

Muscl’Acier précisa les règles, croyant certainement que j’avais une technique secrète me permettant de tricher, et se prépara. Tout son corps était tendu, prêt à commencer le défi comme s’il s’agissait d’une épreuve pour sa survie. C’en était presque comique. Pour ma part, j’étais tout à fait détendue. J’avais en effet une technique, mais non seulement elle n’était pas qualifiable de secrète, mais en plus ce n’était pas de la triche.

-Prêt ? Trois, deux, un… C’est parti !

J’ai attrapé sans perdre de temps la première bouteille et l’ai ouverte. Ensuite, j’ai appliqué la « théorie du tourbillon », c’est-à-dire que, une fois renversée, j’ai bouché le goulot de la bouteille avec mon doigt et je l’ai faite tourner de manière à former un petit tourbillon à l’intérieur. Il ne me restait plus qu’à la vider d’un trait, puisque son contenu s’écoulait maintenant à très grande vitesse.

Je fis ensuite de même avec la deuxième bouteille, sans jeter un regard à Desui. Je savais que si je m’arrêtais ce serait plus difficile de repartir et je perdrais un temps précieux. Mes joues commencèrent à chauffer légèrement, signe que j’avais bu trop vite. Mais je m’en moquais, tout ce qui m’importait c’était le jeu. Et les défis suivants ne seraient que d’autant plus amusants si l’alcool nous tournait la tête.

Posant ma deuxième bouteille vide dans un grand bruit pour attirer l’attention de mon adversaire, je le vis terminer la sienne. Nous n’avions qu’une demi-seconde de décalage mais j’avais gagné. Même si ma tête tournait un peu, mais ça passerait rapidement.

-Un partout. Pas mauvais, ton vin.

Je lui fis un immense sourire, plus grand peut-être que je ne l’aurais voulu.
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Décembre 11, 2013, 05:47:23 »

Le rouge aux joues je reposais ma bouteille sur la table, un maigre sourire ornant mes lèvres, il n'était pas possible qu'elle soit aller si vite... Et alors force fut de me constater que ce fut en réalité bien le cas, et elle avait même fait mieux, sa bouteille reposant sur ma table alors que les culots des miennes ne l'avaient pas encore touchées. Incrédules je ne pus m’empêcher de les prendre pour m'assurer que c'était bien le cas. Concentré sur ma propre boisson je ne l’avais pas entendu les poser... Par contre j'entendis très bien sa phrase. Un partout hm ? Et bien en soit ce n'était pas alarmant, s'il s'avérait que je n'avais pas perdu sur mon terrain de prédilection. Enfin elle m'avait déjà montré qu'elle était plus rapide que moi, alors peut être que c'était lié à cela. Quoi qu'il en soit, ma moue disparut bien rapidement, elle avait mérité cette victoire au moins, et je n'en connaissais pas beaucoup capable de me battre, donc au final je souris aussi face au résultat de ce petit affrontement. Je me demandais d'ailleurs brièvement si elle parvenait à tenir la quantité d'alcool ingéré. Pour ma part je sentis le sol un peu tangué, mais j'avais l'habitude ,et de fait je fus à même de ne rien laisser paraître, avant de m'exprimer d'une voix exagérément grave.

"Eh bien bravo ! je te tire mon chapeau."

Et alors en saisissant un couvre chef imaginaire je mimais de manière exagérée le salut des nobles et des chevaliers, comme si je m'adressais à une noble dame, avant de me redresser, toujours ce large sourire aux lèvres. Bon il était temps de décider de choisir un défi, et puisqu'elle m'avait arraché un point j'allais m montrer impitoyable. La défier à nouveau dans une épreuve s'approchant du combat serait trop ennuyeux et répétitif, et je ne prendrai pas le risque de la défier à nouveau à un jeu d'alcool. Finalement une idée amusante me vint à l'esprit, oh je n'étais pas assuré de gagner, mais l but était surtout de s’amuser non ?

"Par contre voici mon nouveau défi. Un pas de danse. Maintenant que tu as bu ça peut être drôle, et à la première erreur de mouvement tu as perdu, par contre si tu parviens à danser la danse jusqu'au bout ou que je fais une erreur tu as gagné. Bien sûr il est interdit de gêner les mouvements de l'autre."

Je lui tendais alors la main, avant d’annoncer dans un petit rire, la retirant.

"Ah, j'oubliais, tu n'as rien à faire de la galanterie !"

Je lui saisissais alors un peu de force la main, avant de commencer à entamer des pas assez lent, le temps qu'elle puisse s’adapter au pas... Par contre je ne  me privais pas pour lui adresser la parole, ainsi qu'une question qui me titillait l'esprit.

"D'ailleurs...Le gagnant de ce jeu aura t-il une récompense ?"


Ah et s'il était interdit de gêner l'autre physiquement, il était possible de lui parler pour le déconcentrer !
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #11 le: Décembre 11, 2013, 10:43:34 »

Deisui, voyant que j’avais incontestablement terminé avant lui, ne put s’empêcher de vérifier tout de même qu’elles étaient bien vides et que ça avait été fait de façon réglementaire. Lui aussi subissait quelque peu les effets de l’alcool. Mais, tout comme moi, il parvenait à se contrôler et à rester encore lucide. Il me félicita d’une voix de basse et fit une révérence exagérée qui, l’alcool aidant, me fit pouffer de rire. Je lui fis une révérence à mon tour, mais il était déjà concentré sur autre chose.

Il sembla réfléchir intensément pendant quelques secondes (pendant lesquelles je voyais comme au travers du brouillard, c’était une sensation amusante), pour finalement me proposer une danse. Enfin, un défi de danse. Mais mon esprit vaguement embrumé ne tint pas compte tout de suite de ce détail. En revanche, il tint compte des restrictions, à savoir pas de gêne physique. Il valait donc mieux que je laisse la partie féline de mon corps dans mon dos, au risque d’être accusée de tricherie.

Muscl’Acier me tendit la main et la retira aussitôt avec un petit rire, rappelant que la galanterie ne s’appliquait pas. Il m’empoigna alors un peu plus brutalement et m’attira à lui. Puis il commença à danser. Les pas étaient plutôt lents, sans doute pour que je prenne le pli. C’était une danse simple, que je maîtrisais assez bien du temps où j’étais humaine. Mais cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu de partenaire, alors il était tout à fait possible que j’aie perdu ce que j’avais acquis.

Pendant que nous dansions, Deisui me posa la question du prix du vainqueur. J’en déduis qu’il était autorisé de déconcentrer l’adversaire par des paroles. Je le regardai droit dans les yeux.

-Une récompense ? Bien sûr. Mais…je ne sais pas encore laquelle.

Ma voix me parut très étrange, sûrement à cause du vin.

-Je pensais y réfléchir au fil des défis, voir tout le long du jeu quel type de récompense te conviendrait le mieux. Pour moi je sais ce que ce serait, mais comme je ne te connais pas, c’est plus difficile…
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Décembre 11, 2013, 11:23:33 »

Soutenant son regard je fus un peu décontenancé par sa réponse, bien plus que par sa voix touchée par l'alcool. Oh pas assez pour troubler mon pas, mais je pensais qu’en me proposant ce jeu elle avait une idée précise derrière la tête... Et en effet elle en avait une pour elle même, mais c'était pour ma récompense qu'elle n'avait nulle idée... Alors au moment d'un pas un peu audacieux, je lui répondis, en des termes choisis pour la déstabiliser.

"Dans ce cas ma récompense, si je triomphe... Ce sera que tu me rendes un service, que je tiens pour l'instant secret, mais que je te dirai si tu perds."

Choisis pour la troubler, mais aussi sincère... C'était sans doute imprudent. Depuis tout ce temps j'avais agi seul, mais cela faisait quelques temps que l'alcool ne suffisaient plus et peut être qu'il s'agissait de la seule voie possible. Bah, ces pensées moroses, encore, mais ce n'était toujours pas le moment ,l'heure était à l'amusement, aux rires, et j'accélérais alors brusquement le pas, afin de faire circuler le sang et l'alcool dans mes veines, rafraîchir cette tête trop pleine et peut être celle de ma partenaire que j'entraînais avec moi.

Mais plus que la joie, plus que la peur, il y avait une partie de mon être qui les supplantait tous, qui était à me^me de faire taire ces deux menteurs en un  instant... L'instinct de survie. Je n'avais pas proprement aperçu l'ombre de l'arme au pas de ma porte, je n’avais pas entendu le halètement difficilement contenu. Mais tout cela il le sut...et je réagis en conséquence. Mes bras se refermèrent sur la jeune fille, sans prévenir, et je me projetais sur le soudainement sur le côté l'emportant avec moi. Épaule en avant je brisais sans mal le bois pourri d'un des murs de ma demeure alors que j'entendis le claquement d'une arme, aucune douleur ne survint et je couvrais Linda de tout mon corps. Le tireur avait raté son coup. Une voix se fit alors entendre, alors que je pivotais la tête, brièvement, tout en relâchant Linda.

"Rendez vous Deisui ! Vous avez tué un homme que nous pistions depuis des mois, et cet acte vous affilie au rebelle ! Rendez vous ou vous serez abattu."

Le tir ne m'avait pas touché, parce qu'ils ne voulaient pas me toucher... Quelle délicate attention, mais en même temps je me doutais qu'en ces temps troublés il ne faisaient pas bon d'être l'hôte de la milice. Oui car c'était bien cette dernière, j'en reconnus la tenue du coin de l’œil ,avant qu'un de mes poignards de jet , ne vienne se ficher dedans, l'ornant d'une fleur de sang. J’avais touché l'épaule, le coup n'était pas mortel. Je n’avais pas de position dans cette révolution et ces types ne faisaient que leur travail. Par contre c'était mon commanditaire qui allait avoir de mes nouvelles car au vu de sa position il devait avoir des informations qu'il ne m'a pas confié pour m'attirer de tels ennuis ! Cependant il fallait déjà s'en tirer, et ce en faisant de même pour Linda. Certes je ne devais rien à cette gamine, mais la laisser là aurait été être pire que ceux que je traquais avec plaisir ! Surtout qu'elle ne serait nullement un fardeau ! Finalement je ne dis qu'une chose, simple.

"Suis moi !"

Elle était intelligente, soit elle me suivrait soit elle prendrait une voix plus sûr qui ne m'était pas accessible, mais nous séparer ne serait pas une solution, la milice l’avait entraperçu, et s'ils l'attrapaient à part elle risquait de passer un sale moment, même si elle n'avait rien à voir avec l'affaire ! Au moins cela avait l'avantage de m'avoir fait dégrisé, et je commençais alors à m'élancer sur ma droite, alors qu'à nouveau des tirs se faisaient entendre, traversant sans peine les planches de bois pourris juste derrière moi. Je n'étais pas près de revenir à cette cachette, mais j’avais prévu l'éventualité où ça tournerait mal. Ainsi je n'avais rien laissé d’important dans ma cachette, aucune information même à mon sujet ou sur mes contrats, mais j’avais aussi prévu un point de repli proche, assez proche pour ne pas prendre le risque de me retrouver bloqué par un barrage ! Les rues et les égouts, la milice pouvait facilement les quadriller en temps normal, et même en pleine révolution c'était possible qu'ils en aient les moyens, d’autant plus si je n’étais pas le seul individu visé. Par contre la cachette la plus sure c'étaient les soubassements des maisons, et ça même les quartiers pauvres en possédaient ! Ces dernières étaient des sortes de caves communicants en un véritable dédales qu'il était presque impossible d'occuper entièrement. Qui plus est la milice rechignait à s'y engager, car les lieux étaient assez peu propice à l'usage de certaines de leurs armes et au combat de manière général, et ce d’autant plus maintenant que de nombreux rebelles avaient établis leurs quartiers dans ce genre de lieu.

Ainsi, j’avais à peine courus une cinquantaine de mètres que je défonçais des planches de bois d'un coup de pieds, à la base d’une maison au pierres rongées par le temps, et m'y engouffrais promptement. Les lieux étaient sombres, mais je parvenais à distinguer les chemins qui s’offraient à moi ainsi que le fait qu'il n'y avait personne d'autres. Je n’avais d'ailleurs pas entendu les bottes des miliciens, mais dans la cavalcade je ne savais même pas si Linda m'avait suivi, ainsi avant de m'enfoncer plus profondément, je l'interpellais, de tout manière il faudrait que je remette en place les planches sinon cela allait attirer l'attention.

"Linda tu es là ?"

Et comme pour susciter une réaction de sa part j'ajoutais.

"Et désolé je crois que le jeu est fini...Sur un score de deux à un pour toi ,car c'est moi qui ait rompu la danse alors...Quelle est la récompense qui te conviendrait ?"

Ce n'était pas parce que le jeu était rompu qu'il fallait oublié l'amusement ! Néanmoins, bien qu'enjouée, ma voix était tout de même basse, et je chuchotais pour éviter d'être entendu par d'autres personnes... Ceci dit il ne s'agissait pas de traîner, la milice n'était pas composé que de bras cassés, et pour peu qu'ils aient des espers aux dons appropriés ils allaient rapidement remonter ma trace, enfin même si je pense que tout les gens possédant des dons  soient présentement déployés pour mettre un terme à la rébellion...
Journalisée
Linda
Créature
-

Messages: 1418


Grammar nazi chimérique, prenez garde !


Voir le profil
FicheChalant
Description
Un quart d'humaine.
Un quart de lionne.
Un quart de louve.
Un quart d'aigle.
Une chimère.
Une ado.
« Répondre #13 le: Décembre 16, 2013, 10:36:11 »

Mon adversaire/partenaire, tout en exécutant des pas plus compliqués, me demanda un service, que je lui rendrais s’il gagnait le jeu. La façon qu’il avait de le dire faillit me faire perdre le rythme, mais je parvins à rester plus ou moins concentrée. Il ne m’aurait pas de cette façon, parole de Chimère !

Comme s’il avait entendu mes pensées, il accéléra ses pas, augmentant ainsi la difficulté.
À mes oreilles parvint alors un bruit, presque imperceptible, de pas se rapprochant rapidement de la porte. Deisui dut l’entendre également car il nous projeta tous deux au sol sans prévenir, brisant deux ou trois bouts de bois au passage. Quelque chose passa au-dessus de nos têtes en sifflant.

"Rendez-vous Deisui ! Vous avez tué un homme que nous pistions depuis des mois, et cet acte vous affilie aux rebelles ! Rendez-vous ou vous serez abattu."

Oh, voilà donc qui expliquait certaines choses… Mon partenaire de jeu était un assassin. Original. Et je l’avoue, ça me plaisait bien de me dire que je jouais avec un assassin des bas-fonds. J’étais même, on peut le dire, aux anges. Moi qui voulais un jeu dangereux, j’étais servie !

Deisui se mit en mouvement : il jeta un poignard qui atteignit l’épaule de l’un des deux miliciens. Puis il se leva et, me regardant brièvement, me conseilla de le suivre. Ce que je fis sans hésiter. Hors de question de le laisser partir alors que le jeu n’était pas terminé ! Je m’élançai donc à sa suite.

Nous sommes passés à travers un endroit un peu labyrinthesque, mais Deisui semblait savoir parfaitement où il allait. Quant à moi, il me suffisait de me guider à l’odeur et au son, un jeu d’enfant. J’avais l’avantage d’être totalement silencieuse quand je me déplaçais, ce qui n’était pas le cas de la plupart des humains, et manifestement pas celui de Deisui.

Celui-ci s’arrêta un moment pour casser (encore) des planches. Je restai quelques secondes là où j’étais, écoutant tout ce que mes oreilles voulaient bien me faire entendre, mais je ne parvins pas à déterminer si les miliciens nous avaient suivis ou non. En revanche j’entendis parfaitement mon camarade fuyard m’appeler et me faire remarquer que, les circonstances aidant, j’avais gagné notre jeu. Il me demanda ce que je voulais comme récompense.

-On en parlera plus tard, d’accord ? Pour l’instant concentrons-nous sur notre fuite. Même si le jeu est fini, c’est tout aussi amusant de courir !

J’avançai vers lui et lui touchai le bras pour lui indiquer ma présence.
Journalisée


(Par un anonyme)





Thème de la louve
La révolte gronde, la bête hurle à la lune, les guerriers traquent le démon, l’espion cherche la divinité et le chat erre sous l’œil de l’écrivain.
Deisui Kichigai
Humain(e)
-

Messages: 236



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Décembre 17, 2013, 04:57:07 »

Elle était là, elle me le prouva par sa voix et son toucher, dont je ne m’offusquai nullement. Tant mieux, et pas seulement pour elle. Je n'avais pas amené de quoi faire une torche, mais avec si ses attributs trahissaient des sens surhumains tant que je l'escomptais elle allait m'être d'une aide précieuse pour me déplacer à travers ces sombres soubassements. D'autant plus que ne pas allumer de torche allait nous permettre d'être un peu plus discret. Par contre j'avais été un peu trop brutal avec les planches, elle s'était littéralement rompue en deux et il était hors de question de s'en servir pour boucher le passage. C'était gênant, mais pas grave pour autant. Il serait très surprenant que les miliciens soient déjà passés devant cette maison, et même qu'ils aient prêtés attention à ce genre de détails. Néanmoins, cela suffisait pour donner raison à Linda, il fallait nous concentrer sur la fuite, qu'elle semblait plutôt bien prendre, tut comme moi à vrai dire, ce qui m'arracha un sourire alors que je commentais, tout en m'approchant de l'unique voie qui s'offrait à nous.

"Tiens... C'est rare de trouver des personnes qui savent savourer autant que moi le frisson du danger, bien plus nombreux sont ceux à me traiter de fou."

J'eus alors un faible rire, mais que j'interrompais brusquement alors que je m'enfonçais dans les ténèbres, mes doigts effleurant la surface crasseuse des murs. Dieux sait quelle infection avait pu croître en ces lieux, mais je n'avais eu vent d'aucune épidémie récemment, donc je n'avais pas de raisons de trop m'inquiéter, d'autant plus que c'était le meilleur moyen dont je disposais pour savoir quand est ce que la route devant nous bifurquait ou était rejointe par une intersection, je commençais alors à m'enfoncer à pas rapide, juste assez lentement pour ne pas être bruyant, tout en donnant mes indications à Linda.

"Il me semble que tu as des sens plus aiguisés que moi… Je sais exactement quel chemin prendre, mais j’ignore quel ennuis nous pourrions rencontrer en chemin, donc si tu sens quelque chose qui te parais dangereux ou une présence préviens moi d’accord ? "

Après tout c’était un plan que j’avais mis au point depuis longtemps, il aurait été déplorable que je n’ais pas vu plus loin que le simple fait de se rendre dans les soubassements. Je savais précisément quel itinéraire emprunter pour rejoindre une zone à peu près sûre qui, avec un peu d’habilité, offrait l’opportunité de rejoindre facilement l’extérieur. Par contre d’un trajet à l’autre je ne pouvais pas savoir qui je rencontrerais. Généralement personne, parfois des contrebandiers, et plus récemment des rebelles quelque peu belliqueux. En somme la présence de Linda m’était un atout.

"Et j’y pense… vu que quitter la ville risque d’être compliqué par les voies ordinaires à cause de le rébellion, je devrai pouvoir t’aider à franchir les murs si tu le veux. De toute manière je ne compte pas faire de vieux os ici avec cette ambiance explosive et la milice à mes trousses ! "

A cet instant je tournai sur la droite, au premier embranchement, comme je m’en souvenais, progressant sans hésitation malgré la présence et les relents déplaisants qui emplissaient ces lieux, attentif au moindre bruit, qu’il provienne d’un danger ou de Linda.
Journalisée

Tags: fini  
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox