banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible!

Vous pouvez y accéder ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: À l'aventure compagnon ♪ [Armand St-André~]  (Lu 718 fois)
Nikkita
-

Messages: 18



Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 20, 2013, 07:21:14 »

Trois jours qu'elle marchait sans s'arrêter, malgré le vent glacé lui transperçant les os et le bruit de son ventre quémandant quelque chose à se mettre sous la dent. Heureusement qu'elle pouvait difficilement mourir, car l'un ou l'autre l'aurait déjà emporté dans l'au-delà. Bon, ça ne la tuait pas mais qu'est-ce que ça pouvait être désagréable ! Et tout ces bouts de terre gelées accroché à sa peau qui la démangeait affreusement ! On l'avait pourtant prévenu avant qu'elle ne sorte qu'elle apparaîtrait dans un lieu froid et inhospitalier, mais à ce point là elle n'aurait pas imaginé. Puis, ils auraient pu la prévenir qu'en sortant elle allait atterrir sous terre! Les sagouins, ils ont du bien se marrer en l'imaginant gratter la terre gelée pour sortir de la tombe où elle était apparue... À moins, que le petit papier à pointer pour prouver qu'on était plus à Morte-Dame servait à être téléporté au bon endroit et non dans un mausolée isolé !
Et sérieusement ? C'était quoi ce temps qui l'empêchait de voir à 2 mètre tout au plus ? Oui parce que ça elle ne le savait pas, mais c'était ce qui l'avait empêché de remarqué qu'elle était sortie d'un cimetière en bordure d'une ville. Elle n'aurait pas tourné avant d'avancé au hasard elle aurait eut la chance d'entrer dans la dite ville. Mais à croire que la chance avait décidé de la fuir car elle c'était tout bonnement éloignée.

Depuis, elle tournait en rond sans vraiment s'en rendre-compte car la tempête de neige constante recouvrait ses traces de pas. A partir du deuxième jour elle se promit de retourner à Morte-Dame si elle ne trouvait pas âme qui vive en essayant de retrouver le passage vers le donjon. Au moins, là-bas les âmes n'étaient pas plus vivante mais beaucoup plus présentes ! Le premier soir, elle avait gardé un rythme de vivant en se couchant dans un trou fait dans la neige. Au bout de quelques heures de pseudo sommeil elle se retrouva tellement couverte de neige que quand elle se redressa, seul ses yeux ressortaient. Elle avait beau ne pas être bien grande,  autant de neige en si peu de temps c'était pas viable pour dormir. C'est pourquoi elle avait décidé de marcher sans s'arrêter comme un bon zombi. Après tout, elle pouvait être considérer comme tel, non ?
Ce n'est que le troisième que la tempête se calma légèrement, assez en tout cas pour voir plus loin que le bout de son nez. Cette accalmie lui remonta le moral au point de se dire que le froid c'était pas trop mal pour la conservation du corps. Pas assez pour avoir une furieuse envie de meurtre, voir une petite torture avant pour se défouler les nerfs. Ouai, parce qu'avec ce vent et cette neige allez fumer tranquillement pour vous détendre ! Tout pour plaire à la belle tueuse. Décidément elle n'aurait pas du sortir de son trou quitte à mourir d'ennui... Aaaah, si seulement elle pouvait mourir !

En plein dans ses pensées elle ne fit pas attention à la masse ombreuse qui s'approchait à chaque pas et se pris le bâtiment de plein fouet. Sonnée, elle tomba, le nez et le front saignant, les bras et écartés au dessus d'elle. Les ténèbres envahirent son esprit jusqu'à qu'un flocon vienne titiller le bout de son nez. Un éternuement se fit porter par le vent suivit d'une insulte qui ressemblait à tout sauf ça.

"Saleté de neige froide !... Et humide !"

Tout en se relevant elle entendit le crissement caractéristique des pas dans la neige. Elle n'était pas seule ! Elle se tourna vers le bruit tout en sortant son pistolet de son étui à la cuisse. Apercevant une ombre mouvante entre les tourbillons de flocons elle s'en approcha le plus discrètement possible pour pointer son arme sur la nuque de l'homme, qu'elle discernait mal dans la nuit. C'est alors, que pour une fois elle hésita pour appuyer sur la détente. Soit elle le tuait sans réfléchir, soit elle profitait d'avoir enfin quelqu'un sous la main, à sa merci, pour avoir... Oh, qui sait ce qu'elle pourrait avoir avec ça ? Oui, ça, c'était l'homme qu'elle fusillait du regard avec tout l'énervement accumulé depuis trois jours.

Même si elle hésitait, pour une question pratique elle ne tremblait pas comme une vierge du meurtre. N'osant parler de peur de s'attacher à l'homme et avoir plus de mal à le tuer, elle se contentait d'attendre sa réaction.
Journalisée

Armand Saint-André
Créature
-

Messages: 43



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Novembre 21, 2013, 02:07:06 »

Pour autant qu’il sache, la neige n’était point un élément dans lequel les reptiles se montraient particulièrement à l’aise. Même sous sa forme humaine, il ne pensait pas être en mesure de tenir bien longtemps sans s’asperger de ses propres flammes régulièrement, entretenant par là même son impression d’être glacé jusqu’à la moelle. Et bien sur, il n’avait pas vraiment de vêtements parfaitement ignifugés, cela se remarquait fortement au niveau de sa longue veste de couleur vert bouteille des marques de roussis dues aux flammes. Enfin, ainsi son sang restait bien chaud et donc il pouvait se déplacer non sans mal. Le blizzard n’aidait pas à la survie et il avait du abattre son étalon quand il s’était mis à crever de faim. Une si belle bête… en trouver un d’une obéissance et d’une valeur équivalente serait particulièrement ardu, mais peut être devrait-il retrouver le cheptel sauvage d’où il l’avait issu… Au moins, pendant une nuit, il avait dormi au chaud dans le ventre de l’animal. Mais depuis, outre le roussi, des traces de sang étaient affichées et il avait une légère odeur de boyaux… Il regarda autour de lui pour trouver un point de repère et continuer à se diriger vers le sud, vers la chaleur, mais avec cette tempête, on ne voyait pas à un mètre de soi…

Il n’espérait pas s’en sortir vite et envisageait presque de faire comme ces animaux primitifs :   creuser la neige pour s’y blottir. Il faisait plus chaud dedans que dehors. Oui, dans un trou de neige, plus chaud qu’en pleine tempête, cherchez la logique, lui il ne la voyait pas. Mais si ça marchait, il était prêt à le faire sans hésitation. Mais pour le moment, continuer à marcher, en tâchant d’avoir des points de repères… il était plus ou moins perdu lui-même ici, et son instinct avait pris la clef des champs en même temps que sa volonté de chercher un abri. Peu à peu, son corps s’engourdissait et ses penses suivaient le même chemin. Il exhala des flammes pour se réchauffer, mais il n’espérait pas sincèrement tenir longtemps à ce rythme, malgré toute la prudence qu’il prenait.
Le troisième jour ainsi, excédé, il prit sa forme draconique pour s’envoler et tenter de percer les nuages. Peine perdue, en revenant sous sa forme originelle, il fut paralysé par le froid, et il mit, malgré le fait que la tempête se calme, une demie journée à reprendre son apparence humaine. Le temps de se remettre en route, deux heures  après cela. Difficilement, il se remit en route, lentement, chaque pas lui demandait un gros effort. Son sang se glaçait dans ses veines.

Entendant un bruit, comme un écho de voix dans la tempête, il se dirigea par là bas, sait-on jamais qu’il s’agisse d’une auberge ou d’une taverne ou même une villégiature isolée qui offrirait gîte et couvert à un étranger prêt à payer pour ça. Il s’y rendit, en tentant de forcer la cadence, quand il sentit quelque chose  de froid et dur – du métal- contre sa nuque, malgré les cheveux. Il renifla à pleins poumons, se figeant toutefois pour ne pas l’inciter à tirer. Il se régénérait trop lentement et trop douloureusement à son gout, et avec le froid en prime cela prendrait encore plus de temps.

En ayant inspiré à plein poumons, il avait capté diverses odeurs, d’abord celle de la personne qu’il avait dans le dos, déjà, et autant vous dire qu’il n’était pas habitué à sentir un truc comme cela d’habitude, l’odeur des humanoïdes était à saliver. Cela lui donnait faim. Mais là, pas cette fois, car l’odeur avait une touche légèrement différente… la seconde odeur à lui venir venait de l’est, c’était une odeur de rôti, très légère, très diffuse, mais néanmoins très présente. Finalement ; il leva les bras au dessus de sa tête, très lentement, pour montrer qu’il n’était pas armé, écartant bien les doigts pour se faire. Lui, voyait biend ans le noir, peut être pas elle !

« Du calme, du calme, avec ce froid, si j’étais vous je rangerai cette arme, voire je la lâcherais tout de suite parce que sinon, elle va vous coller à la main et vous devrez vous arracher toute la peau de la paume de la main, et accessoirement, une partie de la peau de ma nuque. Et Armand Saint-André tient à sa peau ! »

Très, très, lentement, il se retourna vers elle pour la regarder dans les yeux.

« Et de toute manière, vous ne me tuerez pas ! »

Et le pire, c’était que c’était vrai !
Journalisée
Nikkita
-

Messages: 18



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Novembre 22, 2013, 09:59:15 »

Alors comme ça, il la prenait trop faible pour le tuer? Ah ouai?!
Un coup de feu résonna dans le vent glacial et contre les murs des bâtiments pas si loin que ça. La jeune femme regarda l'homme tituber d'un air blasé. C'est dommage il l'avait presque convaincu de baisser son arme pour vérifier si ça peau resterait vraiment collée. Mais, bon c'est comme ça. Dès qu'on la provoquait, elle ne pouvait s'empêcher de prouver le contraire. Zut, il aurait peut être pu la renseigner... Comme où trouver un toit ! Mouais, bon... C'était pas le moment de regretter son geste. Elle soupira tout en détendant ses doigts de la croisse. Ouai, c'était con mais au moins elle était détendue pour un moment. Ca faisait du bien de voir de nouveau des gens mourir - même s'il mettait du temps à crever celui-là! - et non se retourner pour continuer à parler.

"Bon, bâ ça c'est fait. J'ai pas dans l'habitude de tirer dans la nuque pour tuer, on risque trop de louper son coup et de se retrouver avec un tétraplégique sur les bras. Je suis pas une salope non plus... Quoi que... Tu m'en veux pas si je te cause maintenant que tu meurs? Une vieille habitude qui reviens de Mathusalem. Bon, tu crèves ou tu fais semblant? J'aime pas gaspiller des balles pour rien, mais si tu continus tu va en recevoir d'autre. Et tiras pas de plaindre à la Mort que tu puisses plus boire sans perdre ton eau par tes trous ! Pfff... J'taurais prévenu beau brun."

Non, elle ne savait pas exactement la couleur de cheveux. Elle avait juste choisi la couleur la plus courante sachant que les cheveux étaient plus foncés que la peau dans la nuit. Et pour le beau... Brun laid ou juste brun, ça n'allait pas. Puis c'était toujours appréciable d'entendre quelques mots doux avant de mourir... Enfin, doux, avec Nikkita c'était très relatif. A peine avait-elle fini sa phrase qu'elle se posa devant son nouveau jouet pour tirer une nouvelle fois dans le cœur, une seconde... Un reflet, illuminé par le peu de lumière reflété par la neige des écailles sur le front de le-plus-très-humain apparurent aux yeux de la morte.

"Merde..."

Elle tira quand même pour voir, si la boite crânienne voulait bien exploser. Les écailles la bloquèrent comme un gilet par balle.

"Sérieusement ? Pourquoi t'as réagis à la première alors?... Pfff... Trois balles pour rien... Pourtant t'avais rien au début. Sérieux, tu m'dis que toi aussi tu te régénère comme les gousses d'en bas je... Non ! Mais, non ! Je peux pas te tuer ! Saloperie ! Les humains qui meurent comme des bons vivants, ça n'existe plus dans ce pays ?!"

Dans raclement de gorge suivit d'un cracha dans la neige, elle rangea son arme, maintenant inutile. Un bruit de tissu qu'on décolle d'une paroi métallique froide se fit entendre. Une pensée passa tranquillement dans le cerveau d'une mort-vivante : aïe. La jeune femme regarda sa main à la paume dépecée pour voir la peau se reconstituer, enfin plus la sentir que la voir. Ça picotait voir chatouillait. Où, le salopiot ! C'est qu'il avait eu raison en plus ! Bon, tant pis il ne restait plus qu'une chose à faire pour se détendre....
Un coup de talon fusa vers l'entre jambe du mâle, suivit d'un coup de genoux dans le menton. Le mouvement de jambe fit relever la robe déjà pas bien longue jusqu'aux hanche. Ding ! Forfait petite culotte atteint ! Ah... Ah non... Elle en avait pas. Attendez, quoi ? Depuis quand elle avait perdu sa dernière culotte ? Elle s'en était rendu compte au moins ? Bon, si c'était le cas elle réagis pas au courent d'air qu'elle venait de subir, car elle ne fit que sourire en regardant son défouloir réagir. Puis prenant un air faussement peiné elle embraya :

"Oups ! Désolé, c'est parti tout seul ! Huhu, c'est nerveux, mais tu fais une de ses têtes c'est trop bon !"

Bon, il était pas mort mais au moins elle était assez détendue pour rire de nouveau.
Journalisée

Armand Saint-André
Créature
-

Messages: 43



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Décembre 04, 2013, 02:45:06 »

Il y eut une violente douleur accompagné d’un son assourdissant. Il s’écroula au sol, inanimé quelques instants avant de porter ses mains à sa nuque. Ses écailles avaient amorti le choc mais pas entièrement, aussi, il avait une violente douleur qui restait et qui, accessoirement, se transformait en migraine progressivement, ça promettait d’être pire qu’une gueule de bois. Le dragon  se retourna sur le dos, dans la neige, frissonnant de froid. Bon sang, il était gelé...

Sa vision de la moralité était particulièrement  distordue, mais bon, au moins, elle tuait proprement, d’habitude quand elle tuait, parce que là, c’était loupé… il ne s’agissait pas de  plaisanterie, il s’agissait plutôt de ne pas lui sauter à la gorge pour lui rappeler qu’on ne tentait pas de le tuer impunément. Mais elle était bizarre, pas bizarre dans le sens où elle était différente, non, tout le monde était différent, mais là, elle faisait étrange, en général, une tueuse préférait les zones plus peuplées que cela, car là, elle semblait comme hors contexte, comme si il ne comprenait pas ce qu’une fille comme elle faisait ici… elle faisait décalée. Et même ses armes étaient d’ailleurs, certainement pas de ce monde, il n’était pas assez développé pour ça !

Et comme si cela ne suffisait pas, elle lui remit, ou du moins, tenta de lui remettre du plomb dans la cervelle, peine perdue, ses écailles agirent à nouveau pour le protéger, développant son mal de crâne de manière exponentielle… et voilà que sa réaction ne lui plaisait pas, apparemment, elle se plaisait à tuer et il lui gâchait le plaisir.

Elle tira quand même pour voir, si la boite crânienne voulait bien exploser. Les écailles la bloquèrent comme un gilet par balle. Il était bien armé contre les chocs, mais pas contre la douleur qui en résultait. Il  prit un certain temps pour respirer, et comme si elle n’avait pas fini, elle lui envoya, par pure vengeance sans doute, parce qu’il avait eu raison sur le froid et le métal un bon coup de pied là où il ne fallait pas avant de lui envoyer un coup au menton, alors qu’il venait juste de se relever…. Mais quel était son problème ? Elle cherchait vraiment à avoir des problèmes ?

« Oui ? ben parti tout seul ou pas, je crois qu’il vaut mieux que tu arrêtes les frais si tu ne veux pas que je te réduises en cendres… et j’en suis capable ! »

Il avait la voix encore un peu aigue suite au coup qu’il avait pris, la saleté d’humaine qui faisait cela par pure envie de nuire…. Oh mais lui aussi il avait un sacré numéro dans sa manche… tenez, comme cela par exemple ! Il se concentra un court instant pour grandir de deux bonnes têtes, les écailles remplacèrent la peau et le faciès reptilien se montra, au même titre que ses ailes et sa queue, ou encore que ses griffes acérées comme des rasoirs.

« Alors, toujours envie de frapper ? »

La voix était grave comme un roulement de tonnerre alors qu’il envoyait dans le vide, pour faire bonne mesure,  une gerbe de flammes aussi brulantes que l’enfer d’où elles semblaient issues…
Journalisée
Nikkita
-

Messages: 18



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Décembre 28, 2013, 06:32:47 »

Elle haussa un sourcil avant d'exploser de rire, comment prendre au sérieux quelqu'un à la voix de gosse de 7 an ? Elle avait plus fort qu'elle avait imaginé... Bâ, il s'en remettrait. Il s'en remettait même plutôt bien ! A moins que ça transformation en... Gros lézard, faisait parti des effets secondaire ? Dans ce monde farfelu, elle s'attendait à tout maintenant! Bon, comme il ressemblait à un gros lézard, il devait plus être de la famille des dragonnots qui font mumuse avec le feu, ce qui expliquait sa menace. Ouai, au pire elle avait mal en se roulant dans la neige pour éteindre les flammes. Bon, ok même si elle n'en mourrait pas ce n'était jamais bien agréable de se sentir brûler vivant, encore moins après d'avoir la peau à vif sous la neige. Elle allait devoir être diplomate pour pas finir en torche humaine. Ca n'allait pas être une mince affaire ça encore... Rien que s'imaginer devoir faire preuve de parcimonie dans ses gestes et ses paroles elle en avait marre. Son air blasé revint vite alors que l'animal de foire finissait de poser sa dernière écaille.

" Alors, toujours envie de frapper ? "

Sa première réponse fut un haussement avant de se caler contre le mur derrière elle.

"Non, c'est bon tu m'as bien servi de punching ball maintenant ça va mieux ! Bon, tu serais mort j'irais encore mieux... D'un côté heureusement que t'es toujours vivant si tu sais faire du feu. Tu penses pouvoir tenir combien de temps histoire qu'on se réchauffe un peu? Non pas que j'ai spécialement froid, mais le chaud est toujours plus agréable. Puis vu que t'as l'air aussi pommé que..."

Une de ses mains venait de toucher une brique du mur... Du mur! Elle se retourna pour embrasser le mur salvateur, oubliant complètement le reptile derrière elle.

"Un mur ! Un putain de mur ! Un doux et mur rugueux comme on en fait partout ! Oh, c'est tellement bon de sentir un pend de civilisation sous ses doigts ! Même si on se les pèle encore plus en restant collé à lui ! "

Elle se mit à caresser le mur de joie quitte à perdre des morceau de peau sur chaque rugosité gelée. Puis, prise d'une euphorie rare, elle se mit à marcher en gardant contacte avec le bâtiment avant de se retourner vers le dragon/humain. C'était étrange de trouver enfin son chemin dès qu'il faisait son apparition celui-là... C'était peut être un dragon porte bonheur ! Ça porte bonheur un dragon ? Dans le doute, elle ne voulait pas le laisser, lui et sa chance, lui d'elle. Elle n'avait pas de quoi lui couper une patte comme un lapin.

"Tu viens ? Faut voir si ce mur et pas celui d'une ruine ou celui d'un immeuble sauveur. Avec un peu de chance, même si c'est une ruine, il y fera plus chaud à l'intérieur qu'à l'extérieur."
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox