banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 04:20:18  
Démarré par Arlan Solis - Dernier message par Arlan Solis
Des femmes, il en avait rencontré par le passé, mais aucune comme Cressida. Elle possédait quelque chose de différent, d'intrigant dans sa gestuelle et sa façon de s'exprimer. Elle était loin des femmes vulgaires qui parcourent les rues de la ville de Seikusu. Son aura était particulière, comme magique. Il se plaisait à discuter avec elle de façon simple, décontractée.

Alors que la mystérieuse blonde l'interrogeait sur son activité, celui-ci lui répondit avec franchise, toujours légèrement souriant :

« Ma matière principale sont les sciences sociales, même si il m'arrive de donner des cours de soutien dans les matières générales quand les élèves me le demandent. Et notre société en a bien besoin en ce moment lorsqu'on voit la situation de Seikusu. Mais voilà que je m’emballe... »

Leur discussion est si agréable et animées qu'il ne remarqua pas le temps défiler. Il était déjà presque 20h alors qui partageait son assiette de frite avec son rencard inopiné dans ce restaurant à moitié plein désormais. Le regard de la jeune était baladeur et il s'en était logiquement rendu compte. Sans pour autant en tirer la moindre conclusion.


« Ah ah, merci... Mais je pourrais te retourner le compliment. Ce n'est pas tous les jours que l'on peut croiser une si belle femme dans cette ville. Je serai ravi de te raccompagner, bien entendu. Pour la suite de la soirée, nus pouvons rester encore un moment pour faire plus ample connaissance avant d'aller ailleurs. »

Arlan n'était pas un E.S.P.er même si il possédait quelques faibles pouvoirs télékinétiques qui lui permettaient de déplacer quelques objets légers. Un pouvoir dont il ne se servait que très rarement et en aucun cas avec les femmes dont il ne connaissait rien. Cependant il voulait épater la sublime blonde qui lui flirtait clairement avec lui sans être trop directe non plus. Laissant planer un certain doute sur ses intentions.

Lui, qui était d'une nature si secrète, se sentait particulièrement à l'aise avec la séduisante créature qui lui faisait de l’œil et qui avait une certaine lueur dans le regard qui lui donnait envie d'aller plus loin. Jamais il n'avait ressentit quelque chose de similaire auparavant. Peut-être qu'elle aussi possédait des pouvoirs, la probabilité n'était pas nulle. Arlan avait un quatrième sens pour déceler ces choses là, même si son intuition ne lui permettait que de déceler brièvement les choses. A moins de toucher la personne, déceler une source de magie ou de pouvoir surnaturel lui était impossible. Et là encore... rien n'était garanti. Il tenta cependant sa chance d'épater un peu la séduisante jeune femme.

« Ouvre la bouche et ne bouge pas d'où tu es, je veux te montrer un tour de magie. Ce n'est rien d'extraordinaire cependant, je te préviens. »

Devant l'approbation de la jeune femme, il se concentra pour déplacer l'une des dernières frites de l'assiette jusqu'à la tâche de ketchup avant de la faire léviter jusqu'aux lèvres pulpeuses. Ces lèvres qui semblaient si douces, si tentantes... Déconcentré par la beauté de la blonde, la frite échappa à son contrôle et s'échoua alors dans le décolleté de celle-ci.

« Pardon ! Je ne voulais pas... Vraiment ! C'est la première fois que je perds ma concentration durant ce genre de tour. J'ai regardé tes lèvres et puis... Pardon, voilà que je me mets à parler de façon déplacée ! »

Confus, il se jeta sur les serviettes propres avant de la tendre à Cressida.

 2 
 le: Aujourd'hui à 02:34:59  
Démarré par Jhorne - Dernier message par Jhorne
   Alors que la journée était déjà bien entamé, le calme était revenue. Alserac campait sur ses positions, en alerte, commençant déjà à se préparer à un siège, plusieurs pigeons s'envolèrent des nids d'aigles, tandis qu'on sortit des balistes portatifs pour chasser quelque dragon nain. On avait envoyer des troupes pour récupérer les corps et éventuelle survivant, mais que des morts et la plupart des corps avaient disparue, sûrement emporter par des berserkers ou des créatures sauvages.

   La plupart des soldats avaient été soigner, bien qu'on déplora la perte de plusieurs hommes et du capitaine Ekekios, une bonne nouvelle vint enfin, ravivant les soldats moroses. On l'aperçue du haut des ramparts, sortant de la forêt, couvert de sang mais victorieux, une tête de dragon blanc sur l'épaule.

-OUVREZ LES PORTES ! JHORNE EST DE RETOUR !!!


   Il était même pas encore arriver, que tout Alserac était déjà au déjà courant du retour du champion. Et alors que Jhorne passa les portes, il fut accueillit par une foule de citoyens et de soldats, l'acclamant, lui demandant de raconter son combat, admirant son nouveau trophée ou demandant ce qui lui était arriver. Et comme à son habitude, Jhorne ria de bon cœur, promettant de tout raconté, une fois qu'il aura pris une douche et autour d'une bonne boisson. Il remonta l'allée principale, suivit par des enfants et des soldats, comme garde d'honneur. On lui offrit en même temps de quoi boire en profita pour laver un peu sa figure dans le puits, enleva le sang de son visage et d'une partie de ses cheveux. En entrant dans l'enceinte de la forteresse Anldor, une ovation accueillit Jhorne, alors qu'il leva la tête du dragon en signe de victoire.

-JHORNE ! JHORNE ! JHORNE ! JHORNE !


   Tuer un dragon était un toujours un exploit, peu de gens en étant capable et cela suffisait pour . Pourtant Jhorne restait assez humble, car il avait plus de facilité qu'un simple humain. Mais cela suffisait pour faire oublier cette attaque qui avait coûtée la vie de plusieurs soldat et menacé celle de sa majesté, la colère et la tristesse laissant place à l'admiration et à l'exultation. Jhorne dressa son plus beau sourire, malgré les élancement de ses blessures. On amena une charrette pour que Jhorne y dépose la tête, qui allait être conserver dans une pièce spécialement réserver à Jhorne, contenant ses trophées, dont on pouvait admirer des répliques dans un musée à Nexus, pour le petit peuple.

   Jhorne, qui été toujours couvert de sang, raconta son combat, mais ne fit mention à personne de l'étrange individue qui avait rameuté les Berserkers, dont il ne priva pas de raconter comment il avait vaincue, en usant de pierre magique incrusté dans son armure, qui avait bien besoin de se faire recharger d'ailleurs. Il coupa court au acclamation, en demandant où se trouve Maxime, car il devait faire son rapport rapidement. Il partie donc sous les indications d'Eros, et alla rejoindre Maxime et la Reine, dans une chambre isolé de l'hôpital, obligeant tout le monde à s'écarter de son chemin. Il parvint à atteindre la chambre en question et intima à ce qu'on les laisse seuls, avant de se présenter à la porte. Maxime ouvrit cette dernière et eu un air réprobateur.

-Tu aurais pus être mieux présentable !
-Mon brushing attendra, y a plus urgent. Les Ashnardiens n'étaient pas les seuls présents pour la Reine.
-Quoi ? Fit Maxime, en s'écartant pour laisser entrer Jhorne.

   Jhorne entra en se pliant en deux et s'assit en tailleur et s'inclina devant la Reine. Même assit il dominait tout le monde de taille.

-Votre majesté. Je bien peur des gens vous ont suivit durant votre voyage jusqu'à Alserac. Ils ont tentés de m'abattre, en évoquant que ces terres étaient à.... An Seydhe, quelque chose comme ça. Je crains que ce ne soit un groupuscule qui cherche à vous abattre. Dit il en sortant de sa sacoche une flèche étrange.
-Une flèche à pointe havekar. Lança Maxime en analysant rapidement la flèche. Très prisé par les assassins. Les elfes en sont les principaux utilisateurs, j'ai eu déplaisir de m'en prendre une il y a quelque années.
-Ils se sont annoncer avec un étrange son de flûte je crois. Et avec le même instrument ils ont dirigées des berserkers vers moi.
-Un son de flûte ?
-Oui. J'ai essayer de les poursuivre, mais impossible de trouver une trace. Ils ont profité de l'attaque d'Ashnard et ils pourraient bien agir si il y a un siège ou quand vous partirez.
-Je ferais passer le mots au autre commandant, peut être qu'ils auront des informations. Votre majesté.

   Maxime s'inclina et pris congé, laissant seul la Reine, Adamante et Jhorne. Ce dernier hésita un moment avant de reprendre parole.

-Vous vous portez bien ma Reine ? Si je peux me rendre utile de n'importe qu'elle manière, je suis à votre entière disposition.

 3 
 le: Aujourd'hui à 02:31:06  
Démarré par Jenny/Kitty Summers - Dernier message par Jenny/Kitty Summers
Alors que l'ambiance changeait enfin dans le salon suite à de puissantes brises de vent d'origines inconnues, les deux blondes ne tenaient plus en place. L'invocation était en train de réussir et elles allaient recevoir la visite d'un puissant démon. Une créature musclées et bien membrée qui allait leur faire passer des moments inoubliables dans leur maison, ou dehors...

« M'man, il arrive ! Je commence à avoir un peu peur, tu sais ? »

« Moi aussi ma chérie... J'appréhende un peu la chose finalement. Nous ignorons ce qui va apparaître et ce qui va nous arriver. »


Alors que la créature apparu devant elle dans un léger gémissement féminin... Oui, féminin. La créature musclée et virile s'était avérée être de sexe féminin. Elles déchantèrent rapidement en découvrant que l'objet de leur désir n'était pas celui qu'elles désiraient. Bien sûr, avoir des rapports avec d'autre femmes ne leur déplaisait pas. Sauf qu'une longue bite épaisse, dure comme une matraque et veineuse accompagnée d'une paire de couilles pleines était plus à leur goût.

Alors que la créature démoniaque qu'elles venaient d'invoquer se présenta, elles ignoraient pas vraiment sur quel pied danser.

« Euh... Pourquoi c'est une femme ? On n'avait pas prévu ça. »

« Je ne comprends pas plus que toi. Le livre parlait de créature venant d'un autre monde. Il ne précisait pas son sexe, uniquement qu'il incarnait la luxure. »

« Mais moi je veux une bite ! Je veux pas aller dans la rue et me taper le premier mec qui passe. En général ils ont de petites queues et tiennent à peine cinq minutes ! »

« Voyons déjà de quoi il en est avant de faire des plans sur la comète, Kitty. Et puis... Je t'ai déjà dit de ne pas faire ça, quelqu'un risque de te voir un jour. »



L'esprit confus, perdu entre excitation et peur, la voix tremblante et les mains fermés devant son ventre, Jenny décida de prendre la parole en répondant à la créature qui désirait savoir pourquoi les deux blondes avaient pris le risque de l'invoquer chez elles. Ce qui, dans un sens restait complètement fou, surtout pour des femmes qui pouvaient avoir tous les hommes de la planète à leurs pieds et désireux de les baiser durant des heures. Elles avaient d'ailleurs tourner un marathon de sexe avec une cinquantaine de partenaires lors d'un film amateur au début de leur carrière.

« Euh... Mnnn... Nous voulions invoquer une créature capable de nous faire ressentir des choses extraordinaires. Nous procurer des orgasmes uniques en leur genre de multiples manières. Abuser de nos corps ! Dans toutes les pièces de cette maison, dans le jardin, dans la piscine, dehors dans la rue, dans des lieux publics. Sauf que vous êtes une femme. »

« Ouais, une femme ne pourra jamais nous faire jouir comme on veut. Merde quoi, moi j'voulais une bite, ou deux ! Comme dans Bible Black ! Me faire baiser par les deux trous dans un angle différent de ceux dont j'ai l'habitude. Qui va me baiser ? »

 4 
 le: Aujourd'hui à 02:23:41  
Démarré par Syla Engelhart - Dernier message par Syla Engelhart
Cela faisait maintenant quelques jours que Shad et Syla s'étaient quittées. Au préalable, la demoiselle avait été formée par la Louve afin de survivre dans ces lieux hostiles. L'ancienne maid avait été une élève très appliquée, apprenant les bases bien plus vite qu'elle n'aurait pu l'imaginer au départ. Une fois que leurs routes se séparèrent, Syla se retrouva livrée à elle même. Elle savait que plus au Sud, un océan bleu s'étendait sur une très large étendue. Elle était terriblement tentée de s'y rendre pour la bonne et simple raison qu'elle n'avait encore jamais eu l'occasion de voir la mer ou l'océan en vrai. Elle savait tout de même à quoi cela ressemblait l'ayant déjà entraperçue sur des photos, dans des livres ou bien sur la télévision que son ancien maître visionnait le soir. Elle savait qu'elle devait retrouver sa soeur mais elle n'avait strictement aucune idée de comment s'y prendre, cela faisait bien un mois maintenant qu'elle était loin d'elle. En y repensant, son visage s'assombrit. Une partie d'elle même se disait que très probablement elle ne la reverrait plus jamais mais elle tenait tout de même à garder espoir. La chance lui sourirait peut-être lui permettant de trouver un portail pour rentrer sur Terre. Pour forcer cette chance, elle n'avait guère d'autre choix que de voyager au petit bonheur. Alors pourquoi pas en profiter pour découvrir de nouvelles choses ?

Elle se mit donc en route, elle savait qu'elle en avait aisément pour une bonne semaine de marche avant de pouvoir poser ses pieds sur le sable chaud. Le trajet ne fut pas des plus simple, les variations parfois abruptes de température était dur à encaisser pour elle. La demoiselle assouvissait ses besoins primaire par la chasse afin de se sustenter et en buvant l'eau directement dans les différents lits des rivières jouxtant son chemin. Elle avait maintenant bien pris la main, se débrouillant maintenant convenablement pour survivre.  

Il lui fallut en tout et pour tout huit jours pour arriver à destination, le soleil était encore haut dans le ciel lorsqu'elle aperçu les premiers grains de sable et les premières vagues. Elle était heureuse que son périple se termina, elle allait enfin pouvoir se détendre un petit peu avant de tenter sa chance à la pêche. Elle courut à longue enjambée malgré la fatigue accumulée commençant à se déshabiller tout en s'approchant de l'eau de mer si convoitée. Elle laissait choir au sol sa tenue de maid usée ainsi que ses sous-vêtement. C'est nue qu'elle entra dans l'eau tandis qu'une vague manqua de peu de la faire tomber à la renverse et boire la tasse. Elle fixa une dernière fois le ciel ensoleillé avant de plonger dans le liquide salé. Elle appréciait la chaleur de l'eau qui détendait ses muscles contractés par le voyage. Elle se laissait aller à rêver de pouvoir un jour partager ce moment avec Alys.  

 5 
 le: Aujourd'hui à 01:56:36  
Démarré par Ciara Torelli - Dernier message par Ciara Torelli
Un bruit de pas lourd la fit sursauter, s'arrêter. Son cœur s'emballa. Il est là, affirma la voix dans sa tête. Ta gueule, Irma, songea-t-elle machinalement. Irma. Oui, elle avait donné un nom à cette voix qui empoisonnait parfois son esprit. Elle ne savait pas de qui il s'agissait, elle ne savait même pas si c'était un homme ou une femme. Mais puisqu'elle ne parvenait pas à s'en débarrasser, il fallait bien qu'elle lui donne un nom. Irma, donc. La faute à la télévision. Un ricanement, tout aussi désincarné que la voix, lui répondit. Elle secoua la tête, et reprit sa marche. Le pas un peu plus vif, peut-être, elle dardait un regard méfiant autour d'elle, les épaules tendues, la main crispée sur son sac. Puis, dans son sac, à mesure que les pas semblaient se rapprocher. Les doigts serrés sur la crosse de son arme, la barmaid restait aux aguets.

S'efforçant de discipliner son souffle, quand les bruits s'interrompirent, la brunette accéléra un peu le rythme encore. Elle n'était plus très loin de chez elle. Elle y serait en sécurité, non ? Toute relative qu'elle soit, dans ce quartier.

La voix qui rompit brusquement le silence la fit sursauter à nouveau. Ses doigts étaient crispés sur la crosse du pistolet, mais elle se retrouva comme tétanisée face à la masse qui surgit de l'ombre, les prunelles écarquillées en fixant les deux lueurs qui correspondaient sans doute au regard de la créature. De l'Overlord !, tonna Irma, dans sa tête.

Reculant d'un pas, Ciara réprima le long frisson qui remontait dans sa colonne vertébrale alors que l'être parlait de nouveau. Elle secoua la tête, ses courtes mèches brune effleurant ses pommettes.

« Prête pour quoi ? grinça-t-elle, les dents serrées. Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? »

Elle fit taire Irma, qui lui rabâchait que c'était son seigneur et maître, que c'était le grand Overlord, et pinça les lèvres. Le métal de l'arme contre ses doigts la rassurait un peu. Elle carra les épaules, sans cesser de fixer ce qui semblait être le regard de la chose -De l'Over- commença Irma, avant qu'elle ne rugisse intérieurement pour faire taire cette voix-, même si elle était obligée de lever la tête face à cette massive et immense silhouette. Etait-ce une armure qu'il portait ? Un rayon de lune avait fait étinceler quelque chose, brièvement, avant que les nuages ne vienne la cacher.

« Je suis armée, alors ne faites pas un pas de plus, reprit-elle avec morgue. Vous ne me faites pas peur, ajouta-t-elle dans un mensonge éhonté. »

Elle était terrifiée, en fait. Malgré tout ce qu'elle leur avait dit, malgré tout ce qu'elle avait pensé, qu'elle avait lu sur le sujet, elle espérait encore que ses parents avaient tort. Qu'ils étaient victime d'une espèce de maladie mentale qui les faisaient halluciner. Qu'elle-même en avait hérité, vu qu'elle entendait Irma, et qu'elle se croyait capable de faire des trucs bizarres.

Mais non. Même si elle se voilait la face, même si elle feignait d'ignorer Irma, d'ignorer cette.... Cette chaleur en elle qui semblait s'épanouir face à l'inconnu. Elle n'était pas malade. Elle n'hallucinait pas. Oh mon Dieu, songeait-elle en boucle, couvrant les protestations de la voix désincarnée. Oh putain !

 6 
 le: Aujourd'hui à 01:05:26  
Démarré par Arlan Solis - Dernier message par Cressida Terpsidora
Sans incidents ? Certainement pas. Enfin, il y en aurait eu plus d'un, si elles étaient restées, cela dit. Cressida retint un sourire en songeant à ce qu'elle avait soufflé à Maïa avant que les deux succubes ne quittent les lieux. Elles allaient bien s'amuser, avec Leandra et Mycelle. Bon, Cyanure sans doute un peu moins. La pauvre n'étaient pas aussi... Définitive, que ses aïeules. Mais elle ne s'ennuierait pas non plus. Elle aurait sans doute la primeur, vu que les anciennes se chargeraient du divertissement final.

Elle reporta son attention sur l'homme en face d'elle, passant une main distraite dans ses boucles blondes. Un sourire affable étirait ses lippes alors qu'elle l'écoutait. Il était donc professeur au lycée Mishima, hein ? Ce nom ressortait beaucoup, surtout dans certains milieux. A vrai dire, c'était un peu le cas de la ville aussi. La sorcière se demandait d'ailleurs s'il n'y avait pas une sorte de voile magique autour de Seïkusu, qui empêcherait les activités glauques et étranges qui s'y passait de filtrer et de remonter jusqu'au gouvernement. Mais, après tout, c'était bien possible. Ou peut-être un charme qui atténuait les retombées que cela aurait pu avoir n'importe où dans le monde.

« Ne t'en fais pas, Arlan, mes amies savent s'en sortir dans ce genre de situation, ricana légèrement la blonde, adoptant le tutoiement proposé. Alors tu es professeur, hein ? Former de jeunes esprits encore pures et malléables, c'est intéressant ? »

Elle lui adressa un clin d’œil, sachant pertinemment que les jeunes esprits en question n'étaient pas si purs, dans ce lycée. Pas si malléable non plus, sans doute. Machinalement, ayant l'habitude de tout partager avec les succubes, la demi-déesse se saisit du verre posé devant Arlan et en but une gorgée. Elle ne semblait pas se rendre compte qu'elle n'était pas à la maison, et que ce comportement pouvait être perçu comme gênant. Puis elle posa le dos contre la banquette.

« Pour ma part... Oh, ce n'est pas très passionnant, en fait. Je suis en vacances chez mes amies, que tu as pu voir. Mais j'hésite de plus en plus à tout plaquer et venir vivre ici. »

Ou, plus précisément, à rester indéfiniment chez les succubes. C'est-à-dire qu'elle n'avait pas de fiche de poste, pour être une déesse, et qu'en plus, elle était persona non-grata en Olympe. Et le Japon, ça valait tout aussi bien la Grèce, vu qu'elle n'était proche de personne avant d'arriver à Seïkusu. Sa sœur lui manquait. Leurs disputes lui manquait. Mais elle n'était plus là, Rose. Et, à cette pensée, son regard se voilà légèrement, avant qu'elle ne revienne à sa discussion avec Arlan.

« A vrai dire, je n'ai pas vraiment d'emploi. J'ai vécu une grande partie de ma vie en Grèce, mais j'ai un peu voyagé, par-ci, par-là... Et je suis un peu brouillée avec ma famille, en ce moment, donc je n'ai pas vraiment envie de rentrer. Rien de bien intéressant, en somme, conclut-elle, dissimulant un sourire ironique en pensant à la magie omniprésente dans sa vie. Pardonnes-moi, mais tu es professeur de quoi ? Je ne t'ennuierais pas avec les histoires de devoirs et de copies à corriger, promis ! »

Elle souriait largement à la fin de sa phrase, et piqua même une frite à son compagnon. Ses prunelles s'affairaient d'ailleurs à le détailler attentivement. Il était plutôt bel homme. Pas qu'elle soit très difficile, mais il fallait le noter. Maïa n'avait pas tort. Mais elle n'aurait pas voulu le voir finir en dessert pour la mère de Cyanure. Il était serviable, après tout, prompt à voler au secours des demoiselles qu'il croyait en détresse. Et même à les raccompagner, ensuite. A cette pensée, d'ailleurs, elle écarquilla légèrement les yeux.

« Oups, ne crois pas que j'ai ignoré ta proposition de me ramener, elle m'est juste sortie de la tête. C'est que je n'ai pas souvent l'occasion de discuter avec un séduisant professeur de lycée. Et, si vraiment ça ne te dérange pas, alors ce serait avec plaisir, reprit Cressida. En tout bien tout honneur, ou non, termina-t-elle avec un nouveau sourire, malicieux cette fois. »

Il avait l'air vraiment sympathique. Et une partie d'elle regrettait que le monde des mortels soit si... Fermé, en ce qui concernait le surnaturel. Bon, ça l'était beaucoup moins, à Seïkusu, mais ce n'est pas pour ça que les gens allaient accueillir à bras ouverts des demi-déesses et des succubes. Elle était donc obligée de mentir à Arlan, au moins partiellement. Et ça ne lui plaisait que moyennement. Mais elle trouverait un moyen d'évacuer cette légère frustration. Moins elle parlerait de sa vie privée, moins elle aurait à mentir. Elle aurait pu aussi couper court à la discussion, après l'avoir remercié, pour ne pas avoir à lui mentir, mais il méritait mieux que ça. Ils étaient rares, ceux qui bougeaient leur culs en voyant des femmes se faire harceler.

 7 
 le: Novembre 17, 2018, 11:47:42  
Démarré par Syla Engelhart - Dernier message par Orsola Aquinas
Bonsoir, on peux trouver une idée de posting ensemble si ça t’intéresse Roulement des yeux

 8 
 le: Novembre 17, 2018, 11:30:04  
Démarré par Aphrodite - Dernier message par Violette Baudelaire
Ça doit faire trois ans a peu près que je ne suis pas revenue ici :s...

22h30

 9 
 le: Novembre 17, 2018, 11:26:44  
Démarré par Sophia Monroe - Dernier message par Violette Baudelaire
Violette n'avait jamais fait de casting de sa vie au cours de théâtre, bien sure même dans ce genre de scène, ça n'est que de la comédie, les gens font semblant et font rire le public (dépendant du contexte) alors qu'ici, la réalité est actuellement difficile a supporter... Violette n'avait jamais rien su de cette affaire, depuis le temps qu'elle vagabondait ça et là, en trouvant cette bâtisse désaffecté, elle vient d'y trouver refuge que récemment et voilà qu'un groupuscule de mafieux se trouve a présent en ces lieux pour un deal ou une négociation quelconque. Dans tous ça, miss Baudelaire se retrouve impliquer avec une flic dans cette affaire de fou. Violette n'avait aucune expérience dans ce domaine mais elle pouvait tenter quelque chose, la petiote suivit les indications de sa coéquipière. Une fois au rez-de-chaussé, elle vit un gus en attente près de la bagnole de la fille, sans doute que le groupe a demander a ce qu'il reste dans le coin au cas ou il apercevrait les fugitifs et de les signaler immédiatement ! Violette se souvint que si jamais ces vermines, elle rejoindraient ensemble le territoire des ombres et plutôt que d'attendre que ces truand ne s'amènent en masse et de se retrouver piéger comme des rats. Elle n'exposa pas son plan a sa congénère vu quelle n'en avait pas le temps et sortit de sa cachette pour aller se mettre a découvert exprès ! Bien entendue, ça ne servirait de garder les mains en l'air, vu qu'a coup sure, même si ça donnait l'impression pour l'individu que l'adolescente se rend pour échapper a son destin funeste, rien ne garantit qu'il l'a laissera en vie. Et oui, c'est connus dans tous les films a la télé, pas de témoin !

Heu... Excusez-moi, vous n'aurez pas une bouteille de Tafia ou une canette de bière Amsterdam sur vous ? Je crève de soif depuis ce matin...

Fit-elle en titubant.

Violette fut obliger de jouer la comédie en allant sur le front de son plein gré, maintenant qu'il l'a vu, le gangster doit penser que c'est juste une ivrogne en manque et qu'il n'y pas de danger, ouais pourquoi buter une salope d'alcoolo' comme cette gamine qui ne ferait pas la différence entre un éléphant et un canapé ? D'autant quelle ne doit pas avoir toute sa tête et quelle doit voir sacrément floue. Violette s'avança avec une démarche d'alcoolique qui ressembla un peu a un zombie. Violette ne laissa aucune émotion influer dans son plan, sinon n'importe quoi pourrait la trahir en plus de se faire tuer bêtement. Elle espéra seulement que son amie aura profiter de cette chance inestimable pour neutraliser ce garde avant qu'il ne donne l'alerte a ses acolytes. Elle ne savait pas si les mecs furent descendus ou non mais il faut que la policière sinon elles sont mortes tous les deux !

 10 
 le: Novembre 17, 2018, 10:15:42  
Démarré par Princesse Alice Korvander - Dernier message par Arlan Solis
Je suis là depuis peu et je ne connais que peu les activités du staff. Pour avoir lu les anciennes gazettes, je me dis qu'il serait peut-être plus approprié de mettre plus en avant les rangs qui sont proposés pour les membres les plus actifs, ceux à encourager, etc, qu'instaurer un système de VIP. L'idée de vouloir remercier les membres de leur participation et fréquentation régulière du forum n'est pas une mauvaise idée, c'est même louable. Reste à voir si l'effet escompté sera au rendez-vous.

Je ne fais pas partie des gens qui voient le verre à moitié vide. Dans mon cas ce serait plutôt qu'il faudrait changer de boisson pour remplir le dit verre. Mettre en avant les rangs suggérés dans la gazette, organiser des events légers régulièrement sur des périodes courtes. avec des thèmes précis. Une idée, comme ça : réunir les inscriptions et faire des duos par tirage au sort pour les faire RP en équipe sur un thème comme la technologie.
Ensuite les récits sont partagés en public comme pour Halloween.

La récompense serait une sorte de trophée à afficher en signature par exemple, comme les userbar de l'époque que les gens arboraient fièrement. C'est simple, personne n'ira se battre pour ça et ça pourrait motiver les gens.

Pages: [1] 2 3 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox