banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 01:03:54  
Démarré par Ayato Nobuchi - Dernier message par Ayato Nobuchi
Mes mains fouillaient méthodiquement les différents sachets, utilisant mon odorat pour repérer les paquets encore bon. Ses commerçant avaient déversé dans certains des produits chimique, pour rendre immangeable la nourriture. Je devais éviter au maximum une intoxication alimentaire, n’ayant pas les moyens de me soigner, sans parler du fait que je serais fiché, donc laisser des traces à mes parents. Je trouve une bouteille d’eau à moitié vide, ne prenant pas plus de cérémonie pour la vider. En continuant de fouiner, je trouve un burger à moitié mangé, sentant encore la chaleur de ce dernier, je n’attends pas d’avantage pour l’engloutir, le gobant d’avantage, cela n’allait pas plaire à mon estomac, mais la chaleur serait très agréable.  Je continuais ma rechercher, trouvant des frites encore chaudes, j’allais les prendre quand des mains vinrent à me sortir de la benne, me plaquant contre la benne, ne pouvant rien faire et constatant que c’est un policier qui m’avait chopé. Je devins blême, j’essayais de me libérer, mais je n’étais clairement pas de taille face à la femme flic, m’épuisant davantage qu’autre chose.  Je vins à parler, ma voix androgyne se mettant à trembler comme une chèvre devant un loup. 

- Je n’ai rien fait de mal.  Relâchez moi, ne m’emmenez pas, pitié. 

 2 
 le: Aujourd'hui à 12:41:23  
Démarré par Noa Baker - Dernier message par Astro
Noa.

Ergos se fendit d'un nouveau sourire, tout aussi avide que le précédent. Le show de Noa avait fait son effet sur la salle, même si la découverte finale en avait refroidit une bonne partie. On entendait des « lopettes » et des « petite bite » rageurs fuser ici et là, au milieu d'autres propos plus ou moins vulgaires. Quelques uns seraient sans doute même devenus agressifs si le strip-teaser n'avait pas été sous la protection du chef de bande. Et il ne semblait pas dans les plans de l'ours de laisser la souris se fait lyncher.

À peine Noa eut terminé de se déhancher que le colosse se pencha en avant pour l'attraper de nouveau par la taille. Pour lui, il était à peine plus lourd qu'un des énormes plats de victuaille qu'il avait englouti plus tôt dans la soirée. Mais cette fois, il le tira vers lui. Le petit terranide nu se retrouva ainsi assis sur les genoux de l'énorme bête. La tension dans la salle était un peu redescendu. Les prétendus mercenaires louchaient de nouveau sur les autres filles présentes – qui, elles, ne disposaient pas de service trois pièces – et sur l'alcool qui coulait plus que jamais.

Mais le rongeur, lui, était toujours au cœur des préoccupations d'Ergos. Ce dernier prit soin d'articuler, à l'attention de l'agent, et sur un ton particulièrement lubrique, quelques mots de sa voix grave.

Alors, on est pas content de me voir ?

Noa devait sentir l'énorme main de l'ours se refermer sur son pénis, qui malgré toutes ses qualités n'était malheureusement pas très impressionnant en comparaison. La grosse paluche était grasse de nourriture, mais au moins, il n'avait besoin que de deux doigts pour ce qu'il voulait faire. Le souffle alcoolisé de l'ours s'approcha de la grande oreille circulaire de l'agent. Il lui souffla quelques mots, à voix cette fois beaucoup plus basse.

Désolé souris, mais mieux vaut que les autres pensent que je passe un bon moment avec toi… ils savent rien…

Couverture ou pas, Ergos jouait a minima très bien son rôle. En témoignait le relief sur lequel Noa était assis, et qui gonflait… il était difficile pour lui d'en connaître la taille, dans cette position, mais sa propre cuisse semblait être un étalon adapté. L'ours avait pour sa part commencé des va-et-viens lents et étonnamment doux sur la virilité plus modeste du terranide, tâchant d'y faire influer un peu plus de sang.

Il va falloir que tu réfléchisses bien à ce que tu vas me dire, Tekhan. Même si je sais déjà presque tout. Miss Shein… m'a dit que tu travaillais pour des planqués du Front. Ouais, je sais, Miss Shein et moi, on est pas connus pour être amis.

Distraitement, il continua à masturber Noa. Considérant à quel point les fesses du rongeur étaient surélevées, la manœuvre était particulièrement impudique. Quelques regards intéressés se posèrent sur l'étrange manipulation à laquelle était soumise la souris.

Mais tu sais comment sont les humains. Cupides, fourbes. Tu penses qu'une maquerelle comme Shein ne se réjouirait pas de voir un de ses principaux concurrents anéanti ? C'est comme cet imbécile… il pense qu'il va pouvoir récupérer les affaires de sa famille. Mais il m'a donné tout ce qu'il fallait… jamais il sortira vivant d'ici.

De sa main restée libre, Ergos défit le bouton qui retenait la braguette de son pantalon. Il souleva une nouvelle fois Noa, une petite seconde. Avant de l’asseoir de nouveau plus près de son ventre. Un fort musc animal arriva jusqu'au museau du rongeur.

Le terranide se trouvait ainsi bloqué entre la masse musculeuse de l'ours derrière lui… et l'énorme pénis de ce dernier devant lui. Il y avait facilement un facteur trois entre la longueur des deux membres. Le rapport de largeur était pire. Le sexe de l'ursidé, veineux et rouge sang, avait des proportions qui ne devaient pas lui faciliter la tâche. Il était si épais qu'il paraissait presque court malgré sa taille. La seule consolation était que le colossal chibre cachait presque entièrement aux regards l'anatomie de Noa, remontant jusqu'à ses pectoraux.

Branle moi un peu. Je sais juste pas ce que ta bande de fiottes me veut… ni ce que tu viens faire ici… Y'a rien qui peut faire capoter ce plan… à part toi… un putain d'agent double…

Une serveuse – terranide vache, jolie robe à clochettes, que Noa n'avait pas encore vue – vint remplir le verre de l'ours. La souris, si elle était attentive, devait pouvoir surprendre un rapide échange de regard entre elle et le colosse. De quoi alimenter la suspicion lorsqu'Ergos l'amena au niveau des lèvres de l'agent, insistant ostensiblement pour qu'il en prenne une gorgée.

À l'odeur comme au goût, c'était le même alcool de fruit que buvait les autres convives. Pourtant, le breuvage avait été agrémenté d'un puissant sérum de vérité de nature magique. Quelques gouttes suffisaient pour que le sujet soit incapable de tout mensonge pendant plusieurs heures. Pour une gorgée, même garder ses propres pensées pour soi, sans les formuler à voix haute, devenait difficile. Les manuels d'alchimie n'étaient pas très précis sur les effets d'une dose plus forte, mais ils n'étaient sans doute pas recommandables.

Alors, ouais, souris. Réfléchis bien, et donne moi une seule bonne raison de te laisser t'en tirer ? Qu'est-ce que ta cellule veut ? Pourquoi t'as été envoyé ? Qu'est-ce que tu comptes faire ? Et aussi… Est-ce que t'as envie de ma bite ?

Le Fumeux retint un rire, mais Noa, collé contre lui, put sentir sa poitrine se contracter. Aucun doute qu'Ergos jouait sur tous les tableaux, et profitait avec un plaisir non-dissimulé de la situation. Dans le même temps, il avait reprit la main sur le pénis de la souris. Il le pressait à présent contre sa propre verge, profitant des frottements accrus entre les deux chairs. Avant même qu'il ait reçu une réponse, il accéléra impitoyablement le mouvement, décidé à tirer autre chose que des vérités du petit terranide.

 3 
 le: Aujourd'hui à 12:40:31  
Démarré par Ayato Nobuchi - Dernier message par Ayato Nobuchi
Je voyais son membre qui ne cessais de grossir, prenant une taille, qui me semblait surréaliste, je ne savais décidément pas quoi faire, mes mains semblant si petite face à cette monstruosité. L’odeur qui s’échappait emplissait mes narines, me faisant légèrement tourner la tête, sentant mon corps se réchauffer, rougissant à l’idée que cela soit ce membre qui me faisait autant d’effet. Une part de moins me criait de stopper cela rapidement avant qu’il ne soit trop tard, une autre part me disait de continuer, de supporter cela en silence, pour ne pas tout gâcher.  Les informations me parvinrent aux oreilles, l’histoire du nucléaires ne m’intéressais pas, ce n’était pas ça qui allait me permettre de me nourrir.  Masa se mit à me questionner avant de me dire qu’il se fichait de mon avis, je ne savais pas trop si je devais rester stoïque devant ce rabaissement ou réagir, préférant, une nouvelle fois, le silence. Me taire et obéir étaient la meilleure façon pour moi de ne pas me faire découvrir.  Je vins à montrer un regard interrogateur alors qu’il se mettait à dire que cela allait être sérieux, constatant que son sexe n’avait pas désenflé, bien au contraire, comment pouvait-on être dotée de cette manière ? Je ne l’enviais pas, mon corps me suffisait tel qu’il était. Certes, je manquais de force, mais ce corps était le miens et était le reflet de ma vie, je regrettais presque de ne pas avoir de cicatrice, pour avoir une marque plus visible des stigmates de mon passé. 

Avant que je ne comprenne sa phrase, ma tête fut contrôlée, sentant son sexe s’enfoncer dans ma bouche. La surprise me fit contracter ma gorge, ne rendant que la pénétration beaucoup plus difficile pour moi, sentant le gland s’enfoncer assez loin, à la limite du haut-le-cœur léger venant me prendre, alors que j’eus une légère toux, n’étant pas habitué à ce genre de pratique, j’ouvrais le plus possible ma bouche, pour chercher un peu d’air, ne pouvant retenir l’envie de déglutir, pour faire passer ce membre, ne faisant qu’aggraver ma situation. Je vins à obéir par instinct à Masa, essayant de respirer par le nez. Une fois que le membre ressortais, je ne pouvais m’empêcher de tousseur n peu et de me masser la gorge. Je repris mon souffle assez rapidement, mais mon gosier n’arrivait pas à se débarrasser du goût de son sexe, malgré mes déglutitions.

Je vins à fermer l’œil gauche quand son membre collant vint à tapoter mon visage, laissant une trainée, un peu comme celle des escargots, je ne devais pas réagir, bien que je me sente comme salit. Masa semblait clairement aller d’un bord à l’autre, pouvant être doux comme quelqu’un qui semblait se plaire à rabaisser autrui. Je ne savais pas comment il allait réagir. Un frisson de peur parcourut mon corps quand il me demandait de me toucher, je ne savais pas trop comment m’y prendre, ayant très peu d’attrait au plaisir de la chair, il faut dire qu’avec mon passé je n’avais pas eu beaucoup de temps ou de partenaire pour ça. Ma peur ne venait pas de mon manque de culture, mais que je ne pouvais plus jouer la fille plus longtemps.  Je sentais ma gorge se faire comprimer comme si un collier de cuir se resserrait toujours plus, jusqu’à me couper le souffle. Je ne pouvais pas fuir, sauter de la fenêtre serait très certainement mortel, je me retrouvais entravé par mon mutisme, quel idiot j’avais fait.  Je n’avais plus le choix à présent. 

Je vins à poser mes mains et ma tête sur le sol, articulant difficilement, des larmes se mettant à couler sans que je puisse y faire quelques chose, je me retrouvais dans cette situation où ma vie dépendait de son choix. 

- Je ne suis pas une fille. Hormis cela et mon prénom je ne vous ai pas mentit sur le reste. Ne m’emmenez pas au commissariat, par pitié.

Mon corps tremblait, m’attendant à c qu’il me frappe certainement à mort pour me jeter de son appartement. Il possédait tous les moyens de me faire du mal, n’étant qu’un vulgaire insecte dans la toile d’une araignée, attendant de savoir si le prédateur aurait de la miséricorde ou non. 

 4 
 le: Octobre 23, 2017, 11:01:13  
Démarré par Lirielle Hathran - Dernier message par Lirielle Hathran
Lirielle n’avait jamais mis autant de temps à s’habiller, prenant un plaisir coupable à sentir les regards de Sophia sur elle et à l’aguicher autant que possible en remontant doucement ses bas le long de ses jambes.

Ce qui se passa quand la policière est sortie de la douche fut assez touchant par son chaos, son désordre total et terriblement excitant parce que les lèvres bien dessinées de Sophia revenaient déjà se presser contre les siennes avec une envie sincère, animale.

Lirielle n’avait jamais vu quelqu’un en proie à tel dilemme intérieur entre mettre ou non sa chaussette et l’approcher ou la fuir. Un petit gémissement satisfait lui échappa alors que son sourire venait déjà disparaître dans le cou de la blonde ou elle laissa un sillon de baisers tantôt doux, tantôt avides.

- Je vais finir par croire que j’ai un autre réel pouvoir… Susurra la jeune femme en écartant ses lèvres de la peau douce et encore humide de sa compagne. Elle se saisit avec une certaine poigne d’un ses seins fermes, les caressant et les malmenant comme elle le faisait avec son postérieurs...Sur toi.

Mais contre toute attente, comme pour s’échapper d’un songe, Lirielle recula d’un pas, secouant doucement la tête de gauche à droite.

- Si on ne se presse pas, s’ils recommencent ?

Elle avait prononcé ça d’une voix douce, emplit d’un espoir presque enfantin de voir la justice faire son travail, vite et bien.

 5 
 le: Octobre 23, 2017, 10:42:10  
Démarré par Noa Baker - Dernier message par Noa Baker
Noa

La révélation d'Ergos vint comme un soulagement pour Noa. Il ne craignait plus que l'ours découvre le pot aux roses et fasse capoter la mission. En revanche, le fait que Miss Shein ait fourni cette information au terroriste faisait craindre le pire à Noa. Soit l'ours savait aussi pour le rôle de Noa au sein de la section D, soit Ergos aurait une désagréable surprise qui risquait bien de se retourner contre la maquerelle.
Malheureusement il ne pouvait rien y faire pour le moment et il décida de prendre son rôle encore plus à cœur.
Il prit une longue inspiration et se mit debout. Il regarda son public attentif, affichant un sourire concupiscent puis se retourna vers Ergos, plongeant ses grands yeux bleus dans le regard enthousiaste de l'ours.
"Vous n'allez pas être déçu."
Puis il s'imagina dans une boîte de nuit à Tekhos, il sentait la musique électronique aux basses sourdes faire accélérer les battements de son cœur. Il voyait les lumières de toutes les couleurs mettre en valeur les courbes de son corps. Il se sentait parfaitement à l'aise, comme s'il avait fait ça toute sa vie. D'ailleurs, ce n'était pas vraiment sa première fois. Il avait pris l'habitude de se travestir pour pouvoir entrer dans les boîtes de nuit et danser jusqu'à en être presque saoul, et bien que la situation soit différente en partie parcequ'il n'y avait que des femmes dans les lieux ou il dansait d'habitude, il réussi à faire abstraction de la foule excitée pour instiller toute son âme dans sa danse.
Il se fit d'abord sensuel, son déhanchement juste assez osé pour ne pas devenir vulgaire, et fit suivre à ses mains fines les courbes graciles courant de ses jambes à ses épaules. Il tournait sur lui même pour permettre à tout le monde de ne perdre aucune miette du spectacle et mettait autant de cœur à danser qu'une ballerine à son premier opera.
En cet instant, Noa incarnait à la perfection la délicatesse, comme touché par la grâce, et même les plus endurcis des brigands présents pouvaient ressentir l'émotion qu'il prodiguait porté par son enthousiasme. Ce n'est peut-être qu'à ce moment qu'il comprit à quel point sentir le désir des hommes pour lui était plus enivrant qu'un parterre de tekhanes à ses pieds. Il se sentait dans son élément, comme si sa vocation d'espion n'avait été qu'un job de passage.
Il n'avait pas fallu longtemps pour que les "a poil" impérieux se muent en une supplique à la jeune déesse qui ondulait sous leurs yeux. On pouvait lire dans leurs regards la dévotion et un désir presque respectueux.
"Astrid.. Astrid.. Astrid!"
Cependant, Noa savait bien qu'il ne pourrait pas les tenir beaucoup plus longtemps et il poursuivit sa danse en retirant un à un ses souliers. Il en jeta un à Ergos qui l'attrapa de son énorme patte. Sa chaussure dans la main du géant ressemblait à un jouet d'enfant.
Noa poursuivait son spectacle. Tout en dansant, il utilisa sa queue pour défaire les boutons de sa robe de soirée rouge. La tension était à son comble dans la salle quand d'un dernier geste il relâcha le fin tissu, dévoilant à l'assemblé l'ensemble de son anatomie.
La petite souris avait l'air bien seule sur cette table quand elle se retourna vers Ergos, les mains dans le dos. Entre ses deux jambes oscillait un pénis d'une taille attendue pour sa constitution, mais qui n'avait pourtant rien de modeste. Il ne portait plus que ses bas rayés rouge et noir et son bracelet en cuir toujours détenteur du dernier message d'Astro.
La rumeur bourdonna puis enfla dans la salle, les terroristes et affiliés se sentaient floués pour la plupart, ils avaient été trompés et n'appréciaient que peu la plaisanterie.
Seul un rire tonitruant couvrit le vacarme naissant, faisant sursauter Noa malgré son self-control.
"Muahaha! Voilà un spectacle qui valait le coup d'oeil!"

 6 
 le: Octobre 23, 2017, 09:32:07  
Démarré par Voodoo - Dernier message par Voodoo
Même si elle était bi et appréciait aussi bien les hommes que les femmes, sa préférence allait surtout aux premiers ; pour être exact, elle aimait plus les verges que les chattes. La vue d'un beau phallus en érection la mettait dans tous ses états et lui donnait l'envie furieuse de le gober, le lécher, le sucer, d'être défoncée par lui...

C'était le cas avec le magicien nommé FullMoon : le simple fait d'avoir vu son mandrin dressé, même la bosse déformant son pantalon, l'avait tout émoustillée et maintenant elle n'aurait de cesse de satisfaire le membre de son partenaire, ainsi que le partenaire lui-même bien entendu.

Après avoir léché l'embout et aspiré le pré-sperme qui s'en était échappé, elle avait l'avait gobé, le léchant, le suçant. Elle était comme une gamine qui dégustait avec délice un gros berlingot. L'embout ne lui suffisant plus, elle passa au reste qu'elle engloutit avec avidité jusqu'à la racine avant de remonter jusqu'au gland qu'elle baisa.

Durant une bonne dizaine de secondes, elle effectua des mouvements de bas-en-haut, maculant la verge du jeune homme de sa salive qui luisait doucement sous l'éclairage du salon. Comme il avait été excité tout au long de la soirée, l'éjaculation ne tarda pas à venir : un jet abondant de sperme chaud jaillit avec force de l'urètre, inondant les lèvres et le menton de Voodoo, suivi par un second un peu moins fort, puis par un troisième...

- J'adore ça... murmura-t-elle d'une voix rauque, léchant avec sa langue un peu de sperme. Elle en avait sur la partie inférieure de son visage, un peu sur ses cheveux et sur sa poitrine, le reste avait été absorbé par sa bouche vorace. Elle se leva et enleva la petite serviette qui tomba à ses pieds, dévoilant dans toute sa gloire sa nudité.

- J'ai de puissants appétits et j'espère que c'est le cas pour toi aussi... fit-elle en saisissant à pleines mains ses seins lourds qu'elle laissa ensuite retomber. Les rideaux de la baie vitrée n'avait pas été tirés si bien qu'un hypothétique voyeur se trouvant en face de l'immeuble pouvait tout voir...

 7 
 le: Octobre 23, 2017, 09:08:11  
Démarré par Lucrezia.H.Nietzsche - Dernier message par Lucrezia.H.Nietzsche
<3

 8 
 le: Octobre 23, 2017, 08:46:10  
Démarré par Lucrezia.H.Nietzsche - Dernier message par Ariman
Ah ça c'est sûr Sourire !

 9 
 le: Octobre 23, 2017, 07:19:55  
Démarré par Lucrezia.H.Nietzsche - Dernier message par Yuka/Yuko Karistal
Elle a une putain de classe comme ça ^^

 10 
 le: Octobre 23, 2017, 06:49:53  
Démarré par Shad Hoshisora - Dernier message par Shad Hoshisora
« En effet…Autant reporter cette petite discussion à plus tard… »

Elle laissa couler encore couler son regard contre le corps décharné des anges avant de le relever vers l’être sorti de la lampe. La Terranide n’était pas dupe et avait parfaitement compris qu’elle avait un démon en face d’elle, ce qui ne l’empêchait pas cependant de maintenir son regard avec le sien. Elle sentait qu’il la jugeait, qu’il l’observait, et bien qu’il fasse donc ! Elle n’avait rien à cacher et ne s’en offusqua donc nullement. Cependant, une odeur de souffres vint lui titiller les narines et elle afficha un rictus de dégout avant de porter sa main à sa bouche et de tousser un bon coup tout en écoutant la tirade de son interlocuteur.

« Tu sens le souffres bon sang… »

Déplaçant par la suite sa main de ses lèvres au dard bombé qui caressait à présent son minois, la Terranide y exerça une pression pour lui indiquer sans réellement lui dire qu’il devait bouger son appendice caudal de sa position actuelle.

« Tu marques un point. Oui c’était sans doute la curiosité qui m’a poussé à te prendre, après tout qui ne le ferait pas ? Et je nie pas que cette dernière m’ait souvent  amené à rencontrer des difficultés ….Et je suis loin d’être une voyageuse égarée… »

Elle se déplaça à son tour, se mettant à ses côtés, une main contre sa hanche, l’autre pendant dans le vide. Son regard se perdit également sur l’horizon  qui ne présentait qu’un désert aride à perte de vue et qui ne semblait jamais se finir. Mais aussi grand ce désert pouvait sembler être, il n’était pas infini et la Lycane comptait bien finir sa traverser. Elle désigna l’arrière en le pointant du pouce de sa main droite.

« Par-là, tu as un petit village à facilement deux jours de marches mais je n’irais pas dans cette direction et droit devant…j’en ai foutrement pas la moindre idée. Mais bon ! Tu es un démon non ? Tu dois bien pouvoir ouvrir des portails qui te permettent d’aller où bon te sembles à moins que tu ne sois limité pour cela ? »

Sa queue se mis à brasser plus fortement l’air, soulevant des grains de sables, les envoyer valser ici et là au rythme de ses balancements. Nerveuse ? Absolument pas, mais beaucoup de questions cogitaient dans l’esprit de la jeune Louve. Elle se plaça devant le démon et l’observa à son tour de pied en cap.

« Tu es plaisant à regarder mais en même temps tu possèdes des armes naturelles pour le combat. Particulièrement ta queue  de scorpion qui ne laisse pas indifférent. J’ai beau avoir vu des démons dans ma vie tu es le premier à arborer une telle apparence, je présume donc que tu es unique en ton genre.  Mais tu l’as dit toi-même avant, on pourra parler de tout cela après …Je n’ai pas très envie de me rebattre contre d’autres défenseurs de la lumière… Je pars dans cette direction, tu n’as qu’à me suivre si tu veux ou sinon tu sais combien de temps il te faudra pour attendre le village le plus proche que je connaisse… »

L’Okami détourna son attention,  fit volteface avant de regarder le démon par-dessus son épaule :

« Au fait…Tu as un nom ? Je n’ai pas très envie de t’appeler «  démon » tout le temps…Tu n’auras qu’à m’appeler Shad pour ma part.»

Et elle reprit sa marche, faisant signe à son interlocuteur de la suivre s’il le désirait. Une petite part de mystère quant à l’emplacement de la prochaine ville, c’était là les aléas des explorations !

Pages: [1] 2 3 ... 10
Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Dream Away - Le Grand Jeu
ChatBox